Vous êtes sur la page 1sur 86
Université IBN ZOHR Evaluation de contrôle interne Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de cycle
Université IBN ZOHR
Evaluation de contrôle interne
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion
de
cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

Rapport de stage professionnel Sous le thème

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement Cas : Centre d’affaire BMCI- AGADIR.
Evaluation de contrôle interne de cycle
crédit engagement
Cas : Centre d’affaire BMCI- AGADIR.

Période du stage : du 23 janvier au 23 février 2013

Réalisé par :

  • M. Hafid ELGRAA

  • M. Taoufiq ABERKA

Maître de stage :

M.Mahfoud ELOUATIQ Analyste de crédit

Encadré par :

Dr. Bouchra RADI.HDR.ENCG AGADIR.

Membres de Jury :

Dr. Bouchra RADI.HDR.ENCG AGADIR. Dr. Abdelhamid AIT BIHI. ENCG AGADIR.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Remerciements Nous tenons à

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

Remerciements

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Remerciements Nous tenons à

Nous tenons à exprimer nos sincères gratitudes et nos profondes reconnaissances à toutes les personnes qui nous ont aidés à la réalisation de ce travail.

De prime à bord, nous tenons à exprimer notre sincère gratitude et nos vifs remerciements à Mme. Bouchra RADI, pour sa grande disponibilité, sa sympathie, sa générosité, son soutien et ses conseils tout au long de ce stage.

Egalement nous remercions le professeur M. Abdelhamid AIT BIHI pour sa disponibilité et sa contribution à l’évaluation de ce travail.

Nos remerciements s’adressent également à M.Fayçal GHNIMI, Directeur du centre d’affaires BMCI pour son accueil chaleureux, à M.Mahfoud ELOUATIQ, analyste de crédit et notre maitre de stage qui nous a orienté scrupuleusement vers la bonne voie, à M.Ahmed Amine REGRAGUI, analyste de crédit et M.Mohamed BAALA, chargé d’affaire qui nous ont porté leur précieux assistance.

Finalement, nous remercions chaleureusement nos chères familles, nos

sources d’inspiration et de volonté, pour leur soutien continuel durant nos

études.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Remerciements Nous tenons à
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI SOMMAIRE R R E

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

SOMMAIRE

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI SOMMAIRE R R E

RREEMMEERRCCIIEEMMEENNTTSS

33

SSOOMMMMAAIIRREE

44

LLIISSTTEE DDEESS SSIIGGLLEESS EETT AABBRREEVVIIAATTIIOONNSS

66

LLIISSTTEE DDEESS TTAABBLLEEAAUUXX EETT FFIIGGUURREESS

77

IINNTTRROODDUUCCTTIIOONN

. ...................................................................................................................................................................................................................................

88

CCHHAAPPIITTRREE 11 :: LLEE CCOONNTTRROOLLEE IINNTTEERRNNEE

1111

Section 1 : Généralités sur le contrôle

11

Paragraphe 1 : Définition et objectifs du contrôle

11

Paragraphe 2 : Composantes du contrôle

14

Section 2 : Le contrôle interne

17

Paragraphe 1 : Caractéristiques du contrôle interne

18

Paragraphe 2 : Les acteurs de contrôle interne bancaire

18

Paragraphe 3 : Bâle II sur l’audit et le contrôle

19

Section 3 : La démarche d’une évaluation du contrôle

22

Paragraphe 1 : Prise de connaissance du cycle

22

Paragraphe 2 : Test de conformité

23

Paragraphe 3 : Evaluation préliminaire

23

Paragraphe 4 : Test de permanence

.....................................................................

24

Paragraphe 5 : Evaluation définitive

25

CCHHAAPPIITTRREE 22 :: PPRRIISSEE DDEE CCOONNNNAAIISSSSAANNCCEE EETT OORRIIEENNTTAATTIIOONN GGEENNEERRAALLEE

DDEE LLAA MMIISSSSIIOONN..

2277

Section 1 : Prise de connaissance de

27

 

Paragraphe 1 :

27

Paragraphe 2 : Présentation de

28

 

Paragraphe 3 : Structure

29

Section 2 : La banque et les risques

30

Paragraphe 1 : Typologie des crédits

30

Paragraphe 2 : Les risques

34

Paragraphe 3 : Les principales zones de risques pour les activités

de crédit.

 

36

Paragraphe 4 : Méthodologie et démarche de travail

37

 
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI SOMMAIRE R R E
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Paragraphe 5 : Les

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Paragraphe 5 : Les

Paragraphe 5 : Les objectifs de la mission

38

CCHHAAPPIITTRREE 33 :: EEVVAALLUUAATTIIOONN DDEE CCOONNTTRROOLLEE IINNTTEERRNNEE DDEE CCYYCCLLEE DDEE

CCRREEDDIITT DDEE LLAA BBMMCCII

4400

Section 1 : Prise de connaissance du cycle

40

Paragraphe 1 : Procédure d’octroi d’un crédit

40

Paragraphe 2 : Les risques liés au cycle de crédit

46

Section 2 : Test de conformité

47

Section 3 : L’évaluation préliminaire :

48

Paragraphe 1 : Analyse de QCI

49

Paragraphe 2 : Grille de séparation des

52

Section 4 : L’évaluation définitive de cycle crédit engagement de la BMCI

56

Paragraphe 1 : Analyse des

56

Paragraphe 2 : Analyse des faiblesses

56

CCHHAAPPIITTRREE 44 :: RREECCOOMMMMAANNDDAATTIIOONNSS EETT PPEERRSSPPEECCTTIIVVEESS

6611

Section 1 :

61

Paragraphe 1 : Système de notation

61

Paragraphe 2 : Mettre en place un manuel de procédures

...................................

63

Paragraphe 3 : Exiger aux clients des informations fiables et des

Documents authentifiés.

64

Paragraphe 4 : Séparation des tâches et

66

Paragraphe 5 : Les demandes d’accords exceptionnels

66

Section 2 : Perspectives d’évolution :

66

CCOONNCCLLUUSSIIOONN

6699

RREEFFEERREENNCCEESS

BBIIBBLLIIOOGGRRAAPPHHIIQQUUEE ..........................................................................................................................................................

7700

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Paragraphe 5 : Les
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI LISTE DES SIGLES ET

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI LISTE DES SIGLES ET

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

AC HT : Actif Circulant Hors Trésorerie

BAM : Bank Al-Maghreb.

BMCI : Banque marocaine du commerce international.

CA

: Chiffre d’Affaire.

CAF

: Centre d’Affaires.

CMLT: Crédit moyen long terme.

COSO : Commitee of sponsoring organization of the treadway commission.

FDR

: Fonds de roulement.

FRAP : Feuilles de Révélation et d'Analyse des Problèmes.

PME

: Petite et Moyenne Entreprise.

PMI

: Petite et Moyenne Industrie.

QCI

: Questionnaire de Contrôle Interne.

RM

: Relationship Manager.

TDB : Taux de Base Bancaire.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI LISTE DES SIGLES ET
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI LISTE DES TABLEAUX ET

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI LISTE DES TABLEAUX ET

LISTE DES TABLEAUX ET FIGURES

  • Liste des tableaux :

Tableau 1 : les risques liés au cycle crédit engagement…………………………………47

Tableau 2 : Test de conformité………………………………………………………… 48 ..

Tableau 3 : Grille d’analyse des tâches………………………………………………….52

Tableau 4 : Synthèse des points forts et faibles de cycle crédit engagement………… 61 ....

  • Liste des figures :

Figure 1 : les composantes de contrôle interne………………………………….………14

Figure 2 : efficacité du contrôle interne……………………………………….……… 16 ...

Figure 3 : le nouvel accord bale II………………………………………………… … 21

..

...

Figure 4 : démarche d’évaluation du contrôle interne……………………………… ….26 ..

Figure 5 : Filiales de la BMCI ……………………………… …….……………… ….28

..

..

Figure 6 : Structure organisationnelle de CAF BMCI……………………………

……29 ...

Figure 7 : le processus de mise en place ou renouvellement d’une proposition de

crédit……………………………………………………………………………… …….45 ..

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI LISTE DES TABLEAUX ET
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Introduction Les banques, dénommées

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

Introduction

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Introduction Les banques, dénommées

Les banques, dénommées aussi établissements de crédit, occupent un rôle central au

sein du système économique et financier ; elles assurent la récolte et la redistribution de

l’épargne sous forme de crédit.

Le crédit bancaire est l'un des produits qui n’a connu une expansion réelle et

significative qu'à partir des années quatre vingt dix. Ceci est dû en partie à la mise en place de

la loi bancaire de 1993 puis celle de 2006 qui ont contribué à la dynamisation du marché et à

l’accélération des trains de la libéralisation et de la réglementation du secteur bancaire et

financier. Désormais, ce secteur est soumis aux seuls mécanismes de marché, et l'intervention

des autorités de tutelle est de plus en plus restreinte à la régulation, ce qui favorise la

compétitivité des banques.

Aussi, ces mesures et ces changements ont abouti au désencadrement du crédit et ont

constitué un stimulus à la consommation des produits bancaires. D'ailleurs les opportunités de

ce créneau ont attiré plusieurs opérateurs. La preuve incontestable en est la prolifération des

établissements de crédit dont l'essor, pendant ces dernières années, reste surprenant.

Par ailleurs, L’octroi de crédit constitue le métier de base d’un établissement de

crédit, et

le

risque qui

en découle, notamment le risque de crédit,

réside au

cœur des

préoccupations bancaires.

Au cours de ces dernières années, les banques ont développé des modèles de plus en

plus sophistiqués pour évaluer et gérer les risques auxquelles elles sont confrontées. Cette

sophistication accrue a été rendue possible par les innovations technologiques, qui ont permis

d'assurer une diffusion plus rapide et un meilleur traitement des informations.

En réponse à ces évolutions, le Comité de Bâle pour la supervision bancaire a élaboré

et approuvé formellement une nouvelle réglementation, il s’agit des accords de Bâle II qui ont

pour objectif de :

Améliorer la stabilité du système financier international par l’introduction d’exigences

de fonds propres applicables à toutes les banques ;

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Introduction Les banques, dénommées
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Lier plus étroitement

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Lier plus étroitement

Lier plus étroitement le niveau des fonds propres réglementaires au profil de risques

spécifiques de chaque banque ;

Inciter les banques à développer des systèmes internes de mesure des risques ;

Renforcer le rôle des autorités de supervision et celui des marchés ;

Appréhender l’ensemble des risques soit par une exigence de fonds propres (tel le risque

opérationnel) soit par le processus de surveillance prudentielle (tel le risque de taux

d’intérêt sur le portefeuille bancaire).

Par ailleurs, étant exposés aux plusieurs risques, les établissements de crédits doivent

mettre en place des systèmes de surveillance, d’analyse et de maîtrise des risques auxquels ils

sont exposés. Il est ainsi devenu nécessaire pour ces établissements de développer leur propre

capacité dans ce domaine, en mettant en place un dispositif de surveillance et de contrôle

interne. Cet outil constituera donc une réponse, aussi bien, aux objectifs de comité de Bâle,

qu’à la maîtrise des risques.

Comme cité précédemment, l’une des fonctions bancaires les plus importantes et les

plus sensibles aux risques, est celle de crédit. Elle constitue le point névralgique des

établissements de crédit, car la plupart des faillites des banques sont dues en grande partie à la

détérioration de la qualité du portefeuille de crédits. C'est le poste le plus susceptible de

comporter des anomalies significatives. C'est ainsi qu'une bonne gestion du crédit doit

indéniablement intégrer une évaluation des dispositifs de contrôle interne de son processus,

afin de maîtriser les risques auxquels est exposé.

Au Maroc les banques sont soumises à plusieurs règles, relatives aux dispositifs de

contrôle interne, édictées par Bank AL-Maghreb. Ces règles sont sous forme des circulaires

établies par la banque centrale (BAM) et mises à la disposition des banques pour leur mise en

œuvre.

BMCI filiale du groupe BNP Paribas ne

sort pas du cercle des banques évoluant

dans la même logique, pour se prémunir des risques crédit auxquels s’expose-elle et pour

continuer son évolution au marché marocain.

Pour toutes ces raisons il nous est apparu judicieux de se focaliser dans notre rapport

sur « l’évaluation de contrôle interne de cycle de crédit engagements du centre d’affaire

BMCI ».

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Lier plus étroitement
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Cependant, la question fondamentale

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Cependant, la question fondamentale

Cependant, la question fondamentale sui se pose est la suivante :

Quelle est l’efficacité de dispositif de contrôle interne de cycle crédit du centre d’affaire

BMCI ?

Cette problématique peut être subdivisée en plusieurs questions à savoir :

Comment la BMCI gère son portefeuille de crédits ?

Quel est le processus d’octroi des crédits ?

Quels sont les dispositifs de contrôle interne de l’activité de crédit mis en place par la

BMCI ? Et Quelle est leur efficacité ?

Comment évaluer le cycle de crédit et quelle est la démarche et les outils à utiliser ?

Quelles sont les améliorations à apporter au dispositif de contrôle interne de la

fonction de crédit ?

Pour répondre à cette problématique, et pour ne pas porter un jugement de valeurs

controuvé quant au contrôle interne du cycle crédit au sein du centre d’affaire, nous nous

proposons de suivre le parcours suivant :

D’abord, avoir un aperçu sur le cadre conceptuel et théorique du contrôle interne, en

l’occurrence le contrôle interne bancaire, et la démarche de l’évaluation de ce dernier

(Chapitre 1 : le contrôle interne bancaire)

Ensuite, se familiariser avec notre mission, en s’adaptant avec notre environnement de

travail et adoptant une méthodologie de réalisation (chapitre2 : Prise de connaissance

et orientation générale de la mission)

Après, entreprendre notre mission, en procédant à une description et une analyse du

contrôle interne de notre cas (Chapitre3 : Evaluation de contrôle interne de cycle de

crédit de la BMCI)

Enfin, s’investir dans des recommandations ambitionnant l’amélioration du contrôle

interne, et concevoir les perspectives d’évolution de BMCI quant à son secteur

d’activité (Chapitre 4 : Recommandations et perspectives d’évolution).

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Cependant, la question fondamentale
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI C C H H

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

CCHHAAPPIITTRREE 11 : Le contrôle interne bancaire.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI C C H H

Les établissements de crédits sont confrontés à de nombreux risques dans leurs

activités. Pour maîtriser ces risques les banques doivent se doter des dispositifs et des

mécanismes de contrôle efficace comme prévu par la réglementation de Bank Al- Maghreb,

relative au contrôle interne des établissements des crédits.

Ainsi pour s’assurer de l’efficacité de contrôle interne mis en place par chaque

établissement, il est impératif de procéder à son évaluation régulière, ce qui nous amène à

traiter l’évaluation du dispositif de contrôle interne, plus précisément celui de cycle crédit

engagement.

Dans le présent chapitre nous allons présenter une revue de littérature sur le contrôle

interne (section 1), puis un survol sur les spécificités de contrôle interne bancaire (section 2),

En fin de ce chapitre nous exposons la démarche à suivre pour l’évaluation du contrôle interne

(section3).

Section 1: Généralités sur le contrôle interne.

Dans cette nous allons traiter les objectifs et les composantes de contrôles interne

après avoir donné une définition de contrôle interne.

Paragraphe 1 : Définition et objectifs du contrôle interne.

  • La définition proposée par COSO :

« Le contrôle interne est un processus mis en œuvre par le conseil d’administration,

les dirigeants et le personnel d’une organisation, destiné à fournir une assurance raisonnable

quant à la réalisation des objectifs suivants :

La réalisation et l’optimisation des opérations ;

La fiabilité des informations financières ;

La conformité aux lois et aux réglementations en vigueur ».

A la suite de cette définition, le contrôle interne englobe l’ensemble des procédures

et mécanismes mis en œuvre par l’entreprise pour s’assurer de la pertinence et de la maîtrise

de l’ensemble de ses activités. Cependant le contrôle interne n’offre pas de garantie absolue

car il ne permet pas de réaliser complètement les objectifs fixés par les responsables d’une

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI C C H H
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI organisation, mais fournit uniquement

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI organisation, mais fournit uniquement

organisation, mais fournit uniquement « une assurance raisonnable » quant à l’atteinte de

ces objectifs. De ce fait le contrôle interne n’est qu’un moyen préventif pour limiter au

maximum les risques auxquels est confrontée l’organisation.

  • Les objectifs de contrôle interne :

Le contrôle interne vise particulièrement :

La conformité aux lois et règlements :

Le contrôle interne doit permettre à l’entreprise de se conformer aux lois et

règlements en vigueur, ainsi qu’aux instructions de la direction générale. De ce fait le

dispositif du contrôle interne doit, d’une part, être en cohérence avec les directives générales

de l’entreprise, et d’autre part s’aligner avec la réglementation du secteur et du pays dans

lequel l’organisation opère.

Les

lois

et

les règlements en vigueur

fixent les normes de comportement de

l’entreprise, néanmoins, vu le nombre important des domaines existants (droit commercial,

droit des sociétés, droit du travail…), il est impératif que la société dispose d’une

organisation lui permettant de :

connaître les diverses règles qui lui sont applicables ;

être en mesure d’être informée en temps utile des modifications qui leur sont apportées

(veille juridique) ;

transcrire ces règles dans ses procédures internes;

informer et former les collaborateurs sur celles qui les concernent.

L’application des instructions et orientations fixées par la direction générale :

Quelque soit sa forme et sa taille, chaque entreprise se fixe des objectifs, alloue les

moyens nécessaire pour les atteindre et définit les instructions à suivre pour en assurer le bon

accomplissement. En effet ces instructions et orientations permettent aux collaborateurs de

comprendre ce qui est attendu d’eux et de connaître l’étendue de leur liberté d’action.

Ces instructions ou orientations doivent être établies en fonction des objectifs

poursuivis par la société et des risques encourus, néanmoins afin de garantir une mise en

œuvre de ces instructions l’organisation doit les communiquées aux collaborateurs concernés,

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI organisation, mais fournit uniquement
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI en fonction des objectifs

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI en fonction des objectifs

en fonction des objectifs assignés à chacun d’entre eux, afin de fournir des orientations sur la

façon dont les activités devraient être menées.

Le bon fonctionnement des processus internes de la société ;

Le bon fonctionnement des processus exige que des normes ou principes de

fonctionnement aient été établis et que des indicateurs de performance et de rentabilité aient

été mis en place.

En effet le processus de contrôle interne permet d’identifier des insuffisances dans

l'organisation et dans l'exécution des différentes activités de l'entreprise. Ainsi, l'analyse du

processus met en évidence des tâches non effectuées, des activités effectuées par des

personnes ne disposant pas de la compétence ou des informations nécessaires à

l'accomplissement correct de ces tâches. Ces constatations peuvent ainsi conduire à

réorganiser certaines fonctions, et à automatiser certains contrôles.

La fiabilité des informations financières ;

Cet objectif est souvent privilégié car il met l'accent sur l'organisation des fonctions

comptables et financières et sur la capacité de l'entreprise à enregistrer fidèlement ses

opérations et les restituer sous forme d'états de synthèse. En effet L’image de l’entité se

reflète dans les informations qu’elle donne à l’extérieur et qui concernent ses activités et ses

performances, toutefois La fiabilité d’une information financière ne peut s’obtenir que grâce à

la mise en place de procédures de contrôle interne susceptibles de saisir fidèlement toutes les

opérations que l’organisation réalise.

La qualité de ce dispositif de contrôle interne peut-être recherchée au moyen :

  • - D’une séparation des tâches qui permet de bien distinguer les tâches de chaque service et de

chaque responsable de service au sein de l’organisation ;

  • - D’une description des fonctions devant permettre d’identifier les origines des informations

produites, et leurs destinataires ;

  • - D’un système de contrôle interne comptable permettant de s’assurer que les opérations sont

effectuées conformément aux instructions générales et spécifiques, et qu’elles sont

comptabilisées de manière à produire une information financière conforme aux principes

comptables généralement admis.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI en fonction des objectifs
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  La maîtrise des

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

La maîtrise des activités, l’efficacité des opérations ;

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  La maîtrise des

La majorité des objectifs du contrôle interne convergent vers la maîtrise des activités

de l'entreprise et le pilotage efficace de l'organisation. Ainsi, le contrôle interne institue dans

l'entreprise une culture d'autocontrôle à savoir la vérification par chaque collaborateur de la

qualité et de la conformité de son travail.

L’utilisation efficiente des ressources.

Le contrôle interne doit, permettre une exploitation efficace des ressources de

l’entreprise, et favoriser l’amélioration de leurs performances, ces objectifs ne peuvent être

atteints qu’en essayant de promouvoir l’efficience et l’efficacité des tâches effectuées au sein

de l’entreprise et la conduite efficace et ordonnée des activités de celle-ci.

De tout ce qui précède il apparait que le contrôle interne doit permettre à l’entreprise,

de respecter la réglementation en vigueur, de fiabiliser l’information financière et de maitriser

ses processus tout en assurant une exploitation efficiente de ses ressources.

Paragraphe 2 : Composantes du contrôle interne.

Le contrôle interne se compose de 5 constituantes interalliées et qui garantissent un contrôle

efficace. Cette subdivision du contrôle interne en composantes facilite la tâche incombée à la

direction qui est l’administration et la gestion de toutes ses activités.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  La maîtrise des

Figure1 : les composantes de contrôle interne

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  La maîtrise des
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Environnement de contrôle

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Environnement de contrôle
  • Environnement de contrôle : Il est le fondement de l’ensemble du système de

contrôle interne. Il constitue la discipline et la structure aussi bien que le milieu qui

influence la qualité globale du contrôle interne.

L’environnement de contrôle repose sur les fondamentaux suivants :

- Une éthique ;

- Une politique en matière de gestion des ressources humaines : avoir une politique en

matière des RH axée sur des délégations des pouvoirs, une permanente adaptation des

compétences aux postes attribués,

- Et une organisation : avoir une organisation appropriée qui précise les rôles et les

responsabilités de chaque individu et qui garantit une séparation des tâches et fonctions.

L’environnement de contrôle influe largement la manière dont la stratégie et les objectifs son

déterminés et dont les activités de contrôle sont structurées.

  • Evaluation des risques : en raison de l’évolution permanente de

l’environnement, l’entreprise doit procéder à une évaluation des risques auxquels est

confrontée afin de garantir l’atteinte des objectifs fixés.

  • Activité de contrôle : La principale stratégie pour minimiser les risques réside

dans la mise en place d’activités de contrôle interne. Ces activités se matérialisent sous

forme des principes et procédures aidant à s’assurer que les directives de gestion sont

effectivement appliquées. Les activités peuvent être orientées vers la prévention et/ou la

détection des risques.

  • Information et communication : Une information et une communication

efficaces sont cruciales pour qu’une organisation puisse mener et contrôler ses opérations.

De ce fait la mise en place des canaux et des dispositifs qui assurent une communication

fiable et exhaustive revêt une importance primordiale pour toute organisation afin que les

différents acteurs puissent accomplir leur fonction d’une manière efficace et en temps

opportun.

  • Le pilotage : puisque le contrôle interne est un processus dynamique qui doit

être adapté constamment pour tenir compte des risques et des changements auxquels une

organisation est confrontée, il est indispensable que le système de contrôle interne fasse

l’objet d’un suivi et d’un pilotage pour garantir son adéquation aux objectifs de

l’organisation.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Environnement de contrôle
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Environnement de contrôle -

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Environnement de contrôle -

Environnement de contrôle

  • - Une organisation comportant une définition claire des responsabilités ;

  • - des ressources et des compétences adéquates.

Evaluation des risques

  • - Un système visant à recenser, analyser les principaux risques aux regards des objectifs de la société ;

Activité de contrôle

- Des activités de contrôle proportionnées aux enjeux propres à chaque processus ;

  • - existence de procédures de gestion des risques.

Information et Le pilotage communication Efficacité du contrôle - Une surveillance permanente ; - interne :
Information et
Le pilotage
communication
Efficacité du contrôle
-
Une surveillance
permanente ;
-
interne :
La formalisation des
procédures ;
-
Examen régulier de
fonctionnement du
contrôle interne.
-
*La réalisation et l’optimisation des
opérations ;
Le manuel de procédures
et les supports de
gestion ;
-
La diffusion en interne
*La fiabilité des informations
financières ;
d’informations
pertinentes et fiables.
*La conformité aux lois et
réglementation en vigueur.
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Environnement de contrôle -
Maîtrise des risques
Maîtrise des risques

Figure 2 : efficacité du contrôle interne

Source : nous même.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Environnement de contrôle -
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Section 2 : Le

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

Section 2: Le contrôle interne bancaire.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Section 2 : Le

La course à la performance commerciale que se livrent les banques pour conquérir,

ou tout au moins conserver leur clientèle d’entreprises, les oblige aujourd’hui à se structurer

autrement pour être plus réactives et flexibles, et ainsi apporter de nouvelles réponses aux

besoins de financement de leurs clients. Car l’avantage concurrentiel des banques est à

trouver dans une analyse interne de leur organisation. Mais ces nouveaux modes de

fonctionnement sont parfois sources de nouvelles zones de pouvoir et supposent une meilleure

maîtrise des risques. En cela, le contrôle interne est un vecteur pertinent de compétition et de

différenciation des banques.

Bank Al-Maghreb ( BAM) dans l’article 2 du circulaire n°40 relatif Contrôle

interne des établissements de crédit, précise que « le système de contrôle interne consiste en

un ensemble de dispositifs conçus et mis en œuvre par l’organe de direction (direction

générale, directoire ou toute autre instance équivalente) et validé par l’organe

d’administration (conseil d’administration, conseil de surveillance ou toute autre instance

équivalente) en vue d'assurer en permanence, notamment :

la vérification des opérations et des procédures internes.

la mesure, la maîtrise et la surveillance des risques.

la fiabilité des conditions de collecte, de traitement, de diffusion et de

conservation des données comptables et financières.

l’efficacité des canaux de circulation interne de la documentation et de

1

l’information ainsi que de leur diffusion auprès des tiers » .

Le contrôle interne est un système qui fonctionne en continu à tous les niveaux de

l’établissement de crédit. A ce titre, il constitue une composante essentielle de la gestion d’un

établissement et un élément de la culture de celui-ci en faisant partager à l’ensemble du

personnel l’importance du contrôle.

Ainsi, il doit permettre à l’établissement de conserver sa capacité d’identification, de

réaction et d’adaptation lors de la survenance de risques. Autrement dit il doit se concevoir à

travers une approche préventive pour que les banques exercent leurs activités de manière

saine et sûre.

1 Article 2, Circulaire n° 40 relatif Contrôle interne des établissements de crédit.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Section 2 : Le
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Paragraphe 1 : Caractéristiques

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Paragraphe 1 : Caractéristiques

Paragraphe 1 : Caractéristiques du contrôle interne bancaire.

Le contrôle interne bancaire connaît des particularités compte tenu de la nature de

son objectif, de ses moyens d’intervention et de l’environnement dans lequel il s’applique.

En effet le contrôle interne bancaire est caractérisé par les éléments ci-dessus :

  • Une activité éclatée

La première caractéristique du contrôle interne bancaire tire sa nature de la multitude

d’opérations générant des risques réels et potentiels. On peut constater que toute opération

bancaire présente des risques et de ce fait la nécessité de son contrôle (sa maîtrise) demeure

une activité nécessairement décentralisée, éclatée.

En effet l’existence de procédures de toutes les opérations bancaires vient à l’appui

de cette première caractéristique.

  • Une activité en continue et dynamique

Le contrôle interne bancaire est jugé dynamique compte tenu de l’évolution rapide de

la réglementation bancaire et financière en vigueur mais aussi de la constante innovation en

termes de produits et de services financiers qui aussi varient en fonction des besoins des

prêteurs, des déposants et du fonctionnement de l’économie en général.

Egalement, la constante évolution des systèmes d’information et l’automatisation

grandissante des opérations bancaires obligent les banques à une permanente revue de leurs

systèmes de contrôle interne à l’effet d’assurer une réponse permanente à la qualité du service

et à la sécurité des transactions.

Paragraphe 2: Les acteurs de contrôle interne bancaire

  • L’organe délibérant (conseil d’administration)

Le succès de système du contrôle interne d’une banque est corrélé à l’implication

active due conseil d’administration, en effet ce dernier doit s’assurer de la mise en place et du

suivi, par l’organe de direction, du système de contrôle interne, délimiter clairement les lignes

de responsabilités des membres de l’organe de direction, définir les modalités de délégation

de pouvoirs, et approuver la politique globale de gestion des risques ainsi que les orientations

stratégiques de gestion de chaque risque pris individuellement.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Paragraphe 1 : Caractéristiques
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  L’organe exécutif (l’organe

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

  • L’organe exécutif (l’organe de direction)

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  L’organe exécutif (l’organe

La conception du système de contrôle interne incombe à l’organe de direction qui

doit établit la structure organisationnelle appropriée, prévoit les moyens humains et matériels

nécessaires à la mise en œuvre du système de contrôle interne, identifie l’ensemble des

sources de risques internes et externes et définit les procédures adéquates de contrôle interne.

L’organe de direction élabore également un manuel de contrôle interne qui précise

notamment :

les éléments constitutifs de chaque dispositif et les moyens de leur mise en

œuvre (procédures, outils de contrôle interne…) ;

les règles qui assurent l'indépendance des dispositifs de contrôle vis- à- vis des

unités opérationnelles ;

les différents niveaux de responsabilité du contrôle.

  • L’audit interne

Lorsqu’il existe, le service d’audit interne a la responsabilité d’évaluer le

fonctionnement du dispositif de contrôle interne et de faire toutes préconisations pour

l’améliorer. En effet il sensibilise et forme habituellement l’encadrement au contrôle interne

mais n’est pas directement impliqué dans la mise en place et la mise en œuvre quotidienne du

dispositif. Le responsable de l’audit interne rend compte à la direction générale les principaux

résultats de la surveillance exercée.

  • Le personnel

L'efficacité du contrôle interne est étroitement liée à la qualité du personnel et les

mesures prévues pour assurer cette qualité. Ces mesures peuvent être en fonction des

procédures de recrutement, de la formation professionnelle de l'expérience de l'individu et de

la politique salariale.

Paragraphe 3: Bâle II sur l’audit et le contrôle interne.

L’ambition de la réforme Bâle 2 est de mieux intégrer la complexité accrue de

l’activité bancaire tout en laissant aux établissements financiers une certaine autonomie dans

le choix des options possibles pour définir le minimum de fonds propres nécessaires à la

couverture des pertes potentielles. L’approche Bâle 2 n’est plus seulement quantitative mais

probabilisable et qualitative, la banque doit être capable de mieux identifier et de mieux gérer

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  L’organe exécutif (l’organe
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI ses risques. Le nouveau

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI ses risques. Le nouveau

ses risques. Le nouveau dispositif donne donc la possibilité aux établissements financiers de

choisir entre plusieurs méthodes de calcul des exigences en fonds propres.

La réforme encourage les banques à utiliser leurs systèmes internes pour déterminer

et appliquer des niveaux de capital réglementaire plus adéquats. Les banques capables

d’utiliser leurs modèles internes pour gérer leurs risques seront récompensées par des

exigences réglementaires en capital moins élevées.

  • Les objectifs de bale II :

L'objectif de Bâle II est de réduire les risques de défaillances bancaires non

seulement en imposant aux banques de nouvelles exigences en matière de fonds propres

(pilier 1), mais également en élargissant les attributions du superviseur national en matière de

contrôle des activités bancaires (pilier 2) et en exigeant une plus grande transparence en

matière de communication financière (pilier 3).

  • Les piliers des accords de bale II

Le nouveau dispositif repose sur trois piliers : exigences minimales de fonds propres,

surveillance par les Autorités prudentielles de l’adéquation des fonds propres, transparence et

discipline de marché

Pilier 1 : L'exigence de fonds propres

L’exigence de fonds propres cherche à rendre les fonds propres cohérents avec les

risques encourus par les établissements bancaires. Il s’agit de la pris en compte des risques

opérationnels (fraudes et panne de système) et des risques de marché, en complément du

risque de crédit ou de contrepartie.

Pilier 2 : la surveillance prudentielle

Le deuxième pilier du nouvel Accord vise à promouvoir le dialogue entre les

Autorités de contrôle et les établissements bancaires ; il institue le principe d’un dialogue

structuré entre banques et superviseurs et établit un processus de surveillance prudentielle.

Ce pilier se fonde sur un ensemble de principes directeurs, tous soulignant la

nécessité, pour les banques, d’évaluer l’adéquation de leurs fonds propres au regard de leurs

risques globaux et, pour les Autorités de contrôle, d’examiner ces évaluations et

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI ses risques. Le nouveau
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI d’entreprendre toute action appropriée.

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI d’entreprendre toute action appropriée.

d’entreprendre toute action appropriée. En effet ce pilier ne constitue pas seulement un

élargissement du pouvoir des superviseurs mais permet surtout aux Autorités de contrôle de

s’impliquer dans l’analyse des processus internes développés par les établissements pour le

pilotage de leurs risques.

Pilier3 : discipline de marché :

Ce pilier impose pour la banque la délivrance d'une information récurrente et

pertinente sur la structure du capital et l'exposition aux risques, ainsi qu’une plus grande

transparence et une pression accrue sur le marché afin de mieux gérer les

risques. .

L’objectif

est d’autodiscipliner les banques et de les conduire à communiquer au marché des

informations pertinentes. Exigence minimale des fonds propres Pilier 1 Risque de crédit Risque opérationnel Risque du
informations pertinentes.
Exigence minimale des fonds propres
Pilier 1
Risque de crédit
Risque opérationnel
Risque du marché
NOUVEL ACCORD
BALE II
Surveillance prudentielle
Discipline de marché
Pilier 2
Pilier 3

Figure 3 : le nouvel accord bale II

Source : Nous même.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI d’entreprendre toute action appropriée.

Année universitaire 2012/2013

Page 21

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Les principales règles

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Les principales règles
  • Les principales règles prudentielles édictées par Bank AL-Maghreb

Bank Al Maghreb (BAM) s’y engagée devant ses partenaires, dans le cadre du

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire, pour renforcer davantage son dispositif de

surveillance des risques du système bancaire marocain.

Ainsi un certain nombre de dispositions et directives on été adoptées dans ce sens :

Directive relative aux éléments d’information minimums devant être

requis par les établissements de crédit dans le cadre de l’instruction des dossiers de

crédit (annexe n° 1).

La circulaire n°6 relative au contrôle interne des établissements de

crédit (annexe n° 2). Il s’agit d’un ensemble de règles prudentielles d’ordre

quantitatif

visant à prémunir les établissements de crédit contre certains risques tels que les

visant à prémunir les établissements de crédit contre certains risques tels que les

risques

de liquidité, de solvabilité, de concentration des crédits et de dépréciation des actifs.

La circulaire n° 41 relative à l’obligation de vigilance incombant aux

établissements de crédit. (annexe n° 3).

Section 3: La démarche d’une évaluation du contrôle interne.

La démarche à utiliser pour effectuer l'évaluation du dispositif de contrôle interne de

l'ensemble du système ou d'un cycle en particulier, doit être cohérente et progressive. Ainsi

l'auditeur peut s'inspirer de la démarche suivante pour procéder à son analyse:

Prise de connaissance du cycle ;

Test de conformité ;

Evaluation préliminaire ;

Test de permanence ;

Evaluation définitive.

Paragraphe 1: Prise de connaissance du cycle

La phase de prise de connaissance est une étape fondamentale dans la démarche

d'appréciation du contrôle interne. Après une connaissance générale de l'entreprise, il faut se

familiariser avec le système de contrôle interne mis en place, afin de pouvoir l'analyser

objectivement.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Les principales règles
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Cette phase lui permettra

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Cette phase lui permettra

Cette

phase

lui

permettra

de

mieux

comprendre

le

circuit

de traitement de

l'information, depuis l'initiation de l'opération jusqu'à sa traduction dans les comptes de

l'entreprise et d'identifier les risques liés au processus.

Pour cela, l'auditeur :

  • - Conduit des entretiens avec les responsables du processus concerné;

  • - Et analyse les documents internes à l'entreprise (organigramme, manuel de procédures, fiches de description de poste, notes de service, rapports des auditeurs internes).

Paragraphe 2: Test de conformité

Après avoir pris connaissance des circuits de traitement de l'information, il est

important, avant toute analyse, de s'assurer de son existence par un test de conformité.

L'objectif de cette étape n'est pas de conclure que la procédure est régulièrement appliquée,

mais de confirmer que le descriptif représente bien la procédure telle qu'elle est prévue par la

structure. Ce test est essentiel pour garantir la fiabilité des descriptifs du système qui serviront

de base à la poursuite de l'analyse. Dans les cas où le test fait apparaître des divergences entre

le descriptif et la pratique, la phase d'évaluation ne peut être abordée. Le descriptif devra donc

faire l'objet de correction.

Paragraphe 3: Evaluation préliminaire

Une fois l’auditeur a la certitude de l’existence des procédures formalisées, il a

besoin de se fixer sur la fiabilité de l’ensemble des systèmes.

Cette phase permet en effet de faire un listage des points forts et des points faibles du

système, afin de se faire une opinion sur la qualité des procédures. Cette appréciation

constitue la première évaluation du contrôle interne ou évaluation préliminaire.

Différents outils peuvent être utilisés pour effectuer l’évaluation préliminaire des

procédures. Parmi ces outils :

  • Les questionnaires de contrôle interne

Ces questionnaires ont pour objectif de guider l’auditeur dans son travail d’analyse

afin de lui permettre, en toute objectivité de déceler les dysfonctionnements et d’en discerner

les causes réelles.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Cette phase lui permettra
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI L’utilisation de ces questionnaires

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI L’utilisation de ces questionnaires

L’utilisation de ces questionnaires aboutit à une classification des points de contrôles

en deux catégories :

Les points forts : ils correspondent aux réponses positives obtenues et

indiquent que l’entreprise dispose théoriquement de mesures appropriées pour atteindre les

objectifs du contrôle interne.

Les points faibles : par opposition aux points forts, ils résultent des réponses

négatives aux différentes questions et ils concernent une ou plusieurs failles des procédures.

  • La grille d’analyse des tâches

Les grilles d'analyses de contrôle interne servent à détecter les cumuls de fonction. Il

s'agit des tableaux à double entrée qui permettent de décomposer la procédure en différentes

opérations assumées par les agents ou les services de l'entreprise. Dans la démarche de

l'auditeur, cette étape revient à identifier les forces et les faiblesses du système examiné.

Paragraphe 4: Test de permanence.

Le système peut être fiable dans sa conception et défaillant dans son fonctionnement.

L'objectif de cette étape est donc de vérifier que les procédures décrites sont

réellement utilisées et en permanence. Indépendamment de toute volonté délibérée de passer

outre le système, un dysfonctionnement peut se produire et bouleverser le fonctionnement

normal des activités. Cette étape permet aussi de s'assurer de l'application des points forts

révélés lors de l'évaluation préliminaire. Les points forts non-appliqués se traduiront alors en

des risques dus au fonctionnement, qu'il convient d'identifier et d'analyser.

Les résultats de cette évaluation doivent également permettre d'apprécier les aspects

qualitatifs des anomalies constatées. Il s'agit de déterminer si la nature et la cause des

anomalies constatées sont dues à une incompréhension de la procédure, une inattention,

surcharge ponctuelle du travail ou une mauvaise séparation des tâches, manque de formation

du

personnel.

..

Il faut noter que ces anomalies ne sont pas toujours le fait d'erreur involontaire

comme dans ces cas précités, il peut arriver aussi qu'elles soient provoquées afin d'essayer de

dissimuler des manœuvres frauduleuses.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI L’utilisation de ces questionnaires
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Paragraphe 5 : Evaluation

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

Paragraphe 5: Evaluation définitive

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Paragraphe 5 : Evaluation

Cette évaluation permet à l’évaluateur de porter un jugement sur les procédures.

Il s’agit pour lui de déterminer à partir des tests de permanence, les faiblesses de

fonctionnement qui découlent d’une mauvaise application des points forts, en plus des

faiblesses de conception identifiées lors de l’évaluation préliminaire.

Elle fait suite aux différents contrôles. A la suite des sondages effectués au niveau

des tests de permanence qui confirment ou infirment les forces théoriques, à ce stade

l’auditeur peut alors procéder à une synthèse sur les forces du système à la fois théoriques et

pratiques ; les faiblesses dus à un défaut de conception du système ou à une mauvaise

application de ce dernier.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Paragraphe 5 : Evaluation
Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Prise de connaissance
Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI
Prise de connaissance
Description détaillée du système et prise de
connaissance des procédures.
Test de conformité
Suivi de quelques transactions afin de s’assurer de la
bonne compréhension du système
Evaluation préliminaire
Mise en évidence des forces et des faiblesses
Points forts de
système
Tests pour s’assurer de la
Tests de permanence
bonne application des
procédures
Points forts
Points forts non
Points faibles de
Evaluation définitive
appliqués
appliqués :
système
faiblesses

Figure n° 4 : démarche d’évaluation du contrôle interne

Source : Nous même.

En guise de conclusion, le contrôle interne revêt un caractère important dans le

domaine bancaire, il fournit, d’un coté, une assurance raisonnable quant à la maîtrise de

différentes activités des établissements de crédits, et d’un autre coté, il permet d’assurer

l’application des instructions de la direction et de favoriser l’amélioration des performances.

Cependant l’évaluation des dispositifs de contrôle interne est primordiale, vu qu’il permet de

mettre en évidence les forces et les faiblesses dus aussi bien à la conception qu’à l’exécution

de certaines activités. Cette évaluation doit suivre une certaine démarche pour aboutir à des

résultats plus pertinents et fiables.

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Prise de connaissance

Année universitaire 2012/2013

Page 26

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI C C H H

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI C C H H

CCHHAAPPIITTRREE 22 : Prise de connaissance et orientation générale de la mission.

La revue de littérature à laquelle nous avons procédé dans le premier chapitre nous a

permis de faire une synthèse des développements théoriques sur les notions essentielles liées à

notre thème.

Il s'agit dans ce second chapitre, de procéder à la présentation de l’entité où s’est

déroulée notre étude (section1). Puis d’exposer les différents types de crédits et risques

bancaires (section 2).et finalement la présentation de la démarche méthodologique que nous

allons adopter tout au long de cette étude.

Section 1 : Prise de connaissance de l’environnement.

Avec plus 332 agences, réparties entre banque

d’entreprises et

banques de

particuliers et professionnels, BMCI reste l’une des huit banques actives au secteur bancaire

Marocain, avec une part de marché à concurrent de 7% en matière de dépôt et de

financement 2 .

Dans cette partie nous allons présenter le groupe BMCI, à travers son passage

historique, ses filiales et sa structure.

Paragraphe 1: Historique.

BMCI est la filiale du groupe BNP Paribas, avec une participation de 66.67%. En

effet, ce dernier est le fruit d’une fusion de deux groupes bancaires; le groupe BNP et

Paribas ou banque Paris et Pays-Bas.

Avant cette fusion, les deux groupes offraient déjà leurs services au Maroc. D’une

part, Paribas, qui participait à l’économie marocaine depuis 1906, a ouvert une succursale à

Casablanca qui fusionna avec Worms en 1974, pour former la Société Marocaine de Dépôt et

de Crédit. D’autre part, BNP a développé ses activités au Maroc depuis 1940, via sa filiale

marocaine la BNCIA (Banque Nationale pour le Commerce et l'Industrie en Afrique). Celle

ci, par une politique de marocanisation, enregistra la naissance de BMCI en 1964.

2 http://www.lavieeco.com/news/economie/attijariwafa-bcp-et-bmce-elles-s-agrandissent-au-detriment-des-

autres-22797.html).

http://www.bmci.ma/fr/pid3658/le-groupe-bmci.html

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI C C H H
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Actuellement, La filiale du

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Actuellement, La filiale du

Actuellement, La filiale du groupe BNP Paribas exerce une activité de banque

universelle, qui s’adresse à Tout type de clientèle : Particuliers (y compris les Marocains

Résidents à l’Etranger), Professionnels, Grandes Entreprises et Institutionnels, PME-PMI,

jeunes etc.

Par ailleurs, Certifiée ISO 9001 version 2000 pour ses activités documentaires et ses

virements internationaux, la BMCI occupe une position de référence dans le domaine du

commerce international, grâce notamment au Casablanca BNP Paribas Trade Center.

  • Les filiales de la banque:

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Actuellement, La filiale du

Figure n° 5 : Filiales de la BMCI

Paragraphe 2: Présentation de l’entité.

A partir de l’année 2011, BMCI a procédé à un changement de sa structure

organisationnelle. En effet, la direction administrative de BMCI a opté pour une séparation

de ligne de métier par segment de client. Ainsi, sa ligne de métier s’est éclatée en deux

directions :la direction Corporate Banking pour les grandes entreprises et les PME, et la

direction Retail et banque privée pour les particuliers et les professionnels.

Désormais la

structure

organisationnelle de BMCI

est

composée de cinq

directions, rattachées au directoire de l’entité aux étoiles. Celles-ci sont :

  • Direction du Corporate Banking : Elle se charge du développement et de la gestion

des portefeuilles de grandes entreprises et institutionnels de la BMCI, ainsi que les PME/PMI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Actuellement, La filiale du
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Direction Retail et

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Direction Retail et
  • Direction Retail et Banque privé : Elle représente la direction qui gère et développe

les portefeuilles particuliers professionnels. Elle anime aussi le réseau des MRE.

  • Directions des risques : La direction des risques a pour mission la maîtrise et le

suivi des risques de crédit ainsi que le contrôle du risque marché et institutions financières.

Elle joue également un rôle de conseil et d’assistance pour l’ensemble des activités de la

BMCI et de ses filiales.

  • Direction Portefeuille Inside : Cette direction se préoccupe de l’Animation

Commerciale et Marketing. En outre, elle est chargée des opérations d’octroi de SAV et de

recouvrement. Par ailleurs, la planification rentre dans le cadre des responsabilités de cette

entité.

  • Secrétariat générale : cette direction a pour mission le développement des moyens

logistiques de la Banque et la maîtrise des risques opérationnels.

Le Centre d’Affaire BMCI KETTANI, où s’est déroulé notre stage, est rattaché à la

direction corporate banking, ce centre intervient, depuis avril 2011, dans le financement des

entreprises, publiques et privés, relevant de tous les secteurs d’activité (commerce, BTP,

service, transport, Agricole, tourisme, hôtellerie…) par la mise en place d’une panoplie des

crédits qui répondent aux besoins spécifiques de chacune d’entre elles.

Paragraphe 3: Structure organisationnelle.

Le centre d’affaires KETTANI, est organisé sous la structure suivante :

Directeur de Centre d’Affaires Chargé d’affaires Chargé d’affaires Chargé d’affaires Responsable Analystes de (RM) 1 (RM)
Directeur de Centre d’Affaires
Chargé d’affaires
Chargé d’affaires
Chargé d’affaires
Responsable
Analystes de
(RM) 1
(RM) 2
(RM) 3
Middle Office
crédits
Appui
Appui
Appui
Commercial 1
Commercial 1
Commercial 1
Gestion
Service
Administrative
commerce
des engagements
international

Figure n° 6 : Structure organisationnelle de CAF BMCI.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Direction Retail et
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Directeur de centre

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Directeur de centre
  • Directeur de centre d’affaire : son rôle est d’assurer l’animation de ses équipes pour

développer le fonds de commerce de son centre d’affaire dans les meilleures conditions de

rentabilités et de risques.

  • Analyste de crédit : son rôle est d’apporter son appui aux RMs pour le

renouvellement des dossiers de crédits en veillant à la qualité des informations et à la

pertinence des analyses des demandes remontées au comité de crédits.

  • Relationship Manager : son rôle est d’assurer le développement de son fonds de

commerce dans les meilleures conditions de rentabilités et de risques.

  • Responsable appui commercial : son rôle est d’apporter son appui aux RMs pour le

développement de leur fonds de commerce et assurer une présence commerciale permanente

auprès des clients.

  • Responsable middle office : il chapeaute le service de gestion administrative des

engagements et de service de commerce international. Son rôle est d’assurer la gestion des

activités des entreprises à l’international.

Section 2: La banque et les risques bancaires.

Paragraphe 1: Typologie des crédits bancaires.

Le développement économique et social, les progrès techniques et technologiques,

l’évolution des échanges commerciaux nationaux et internationaux et la libération des

marchés des capitaux ont engendré la transformation et la multiplication des besoins de l’État,

des établissements publics et semi publics, des entreprises et des particuliers : besoins en

investissements accrus, production et stockage pour une consommation future, création de

nouvelles habitudes de consommation.

Ces transformations qui se sont répercutées en cascade sur toutes les branches et

sous-branches d’activité ont entraîné parallèlement la diversification des opérations bancaires

et financières et expliquent que le domaine de crédit soit aujourd’hui très vaste.

L’étude donc de la classification des crédits et les distinctions bancaires y afférentes

revêtent un intérêt certain dans la mesure où elles conditionnent souvent l’attitude, aussi bien

de banquier que de client, de choisir entre telle catégorie de crédit ou autre.

Généralement on peut distinguer 2 types de crédits :

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Directeur de centre
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Crédits d’exploitation ;

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Crédits d’exploitation ;

Crédits d’exploitation ;

Crédits d’investissement.

Les crédits d’exploitation ou de fonctionnement.

Les crédits d’exploitation sont des lignes de crédits accordées par la banque aux

entreprises afin de renflouer le besoin en fonds de roulement et faire face à certains décalages

dans le temps entre les recettes et les dépenses de l’entreprise.

Dans cette catégorie on pourra distinguer entre :

  • Les crédits par décaissement : impliquant un décaissement effectif des fonds.

  • Et les crédits par signature : Le crédit par signature est sans décaissement. Néanmoins la banque qui prend le risque de se faire actionner par un tiers en cas de défaillance de son client.

Les crédits par décaissement.

1) Facilité de caisse :

C’est crédit ponctuel de trésorerie destine à couvrir un besoin de courte durée de

l’entreprise. En effet la banque accepte de régler les paiements de l’entreprise alors que son

compte est déjà débiteur. Cette tolérance de la banque est ponctuelle et le compte de

l’entreprise doit devenir créditeur quelques jours plus tard. Le montant de la facilité de caisse

est déterminé lors de la négociation initiale des lignes de crédit par l’entreprise.

2) Découvert :

C’est un financement complémentaire de fonds de roulement. Il s’agit d’une faculté

donnée à une entreprise de rendre son compte débiteur dans les limites et pour une période

déterminée.

3) Crédit spot (crédit de trésorerie) :

C’est un crédit de trésorerie à très courte période (inférieure à 60 jours). Il se

matérialise par un billet à ordre signé par l’entreprise est remis à la banque pour mobilisation.

Ce type de crédit est destiné à couvrir un besoin de trésorerie ponctuel.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Crédits d’exploitation ;
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI 4) Les crédits deétablissement de crédit sans décaissement de fonds. Dans cette forme de crédit, la banque s'engage auprès de tiers, à satisfaire aux obligations contractées envers eux par certains de ses clients, au cas où ces derniers n'y satisferaient pas eux-mêmes. Année universitaire 2012/2013 Page 32 " id="pdf-obj-30-2" src="pdf-obj-30-2.jpg">

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI 4) Les crédits deétablissement de crédit sans décaissement de fonds. Dans cette forme de crédit, la banque s'engage auprès de tiers, à satisfaire aux obligations contractées envers eux par certains de ses clients, au cas où ces derniers n'y satisferaient pas eux-mêmes. Année universitaire 2012/2013 Page 32 " id="pdf-obj-30-11" src="pdf-obj-30-11.jpg">

4) Les crédits de financements des stocks :

Le crédit compagne : Il constitue un financement spécifique adapté aux activités

saisonnières ou à cycle particulier. Ce crédit permet de faire face à d'important besoin de

trésorerie durant plusieurs mois. Le remboursement s'effectue au fur et à mesure des ventes.

Avance sur marchandises : il s’agit d’une avance octroyée par la banque servant à

financer un besoin en matière de financement de stocks de matières premières, de produits

finis ou semi-finis à court terme. L’avance se fait directement sur le compte de client sur la

base de nantissement des marchandises financées.

5) Les crédits de financement des marchés publics (avance sur marché) :

L’avance sur marché est un crédit qui permet aux entreprises adjudicataires de

marchés publics de faire face aux décalages de trésorerie engendrés par l’importance à la fois

des dépenses qu’elles effectuent (travaux, fournitures…) et des délais de règlement.

6) L’escompte papier commercial :

L’escompte consiste à céder à la banque un ou plusieurs effets de commerce

moyennant des agios calculés au taux d’escompte en tenant compte du délai restant à courir

jusqu’à l’échéance des effets. Il permet le paiement du montant des effets sans attendre leur

échéance.

7) Le factoring :

Il consiste en un transfert de créances commerciales de leur titulaire à un factor, qui

se charge d’en opérer le recouvrement et qui en garantit la bonne fin même en cas de

défaillance momentanée ou permanente du débiteur.

Les crédits par signature.

Le crédit par signature est un crédit accordé par un établissement de crédit sans

décaissement de fonds. Dans cette forme de crédit, la banque s'engage auprès de tiers, à

satisfaire aux obligations contractées envers eux par certains de ses clients, au cas où ces

derniers n'y satisferaient pas eux-mêmes.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI 4) Les crédits deétablissement de crédit sans décaissement de fonds. Dans cette forme de crédit, la banque s'engage auprès de tiers, à satisfaire aux obligations contractées envers eux par certains de ses clients, au cas où ces derniers n'y satisferaient pas eux-mêmes. Année universitaire 2012/2013 Page 32 " id="pdf-obj-30-87" src="pdf-obj-30-87.jpg">
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Il existe une variété

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Il existe une variété

Il

existe une variété des

crédits

par signature. Dans

ce

qui

suit

nous citerons

uniquement les plus utilisés par les banques à savoir :

1) Les cautions :

L’acte par lequel la banque s’engage envers un tiers, à remplir l’obligation contractée

par son client si ce dernier n’y satisfait pas lui-même. 3

Le cautionnement bancaire est prisé aussi bien par les entreprises dont il soulage la

trésorerie que par les banques dont il ménage les liquidités.

2)

Le crédit d’enlèvement :

Le crédit d’enlèvement est une caution délivrée par une banque à une entreprise

importatrice afin de lui permettre d’enlever des marchandises sans avoir à attendre la

liquidation des droits de douane.

3) Le crédit documentaire :

Il s’agit d’un engagement de la banque de l’importateur de marchandises promettant

à un exportateur que celui-ci sera payé par cette banque dans la mesure où lexportateur aura

remis à la banque, dans un délai déterminé, divers documents relatifs à lexpédition de la

marchandise, documents dont le nombre et la nature ont été dûment spécifiés par

limportateur. Cet engagement est repris dans ce que lon appelle la « lettre de crédit ».

4)

La remise documentaire

La remise documentaire ou encaissement documentaire est un moyen de paiement

simple. C’est l’opération inverse de crédit documentaire. Autrement dit le

vendeur/exportateur mandate sa banque pour recevoir un paiement de l’acheteur contre remise

des documents, ainsi les marchandises exportées ne seront délivrées que contre paiement ou

acceptation d’une lettre de change.

5) Obligation cautionnée

3 BERRADA, Mohamed Azzedine. Les techniques de banque de crédit et de commerce extérieur. SECEA, 2007. 683 p.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Il existe une variété
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI L'obligation cautionnée est une

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI L'obligation cautionnée est une

L'obligation cautionnée est une reconnaissance de dette, souscrite par une entreprise

au profit du Trésor Public, et garantie par une caution bancaire, dans le but de différer le

paiement des droits de douane dus.

  • Les crédits d’investissement.

Les crédits d’investissements sont des crédits à moyen ou à long terme mises par la

banque à la disposition des entreprises qui désirent lancer un programme d’investissement et

développer leurs activités.

Le volume de ces crédits est souvent élevé et l’échéance dépend de l’objet financé.

Paragraphe 2: Les risques bancaires.

Les établissements de crédit se définissent, à titre prosaïque, comme étant des

organisations qui ont pour principales activités la collecte et l’octroi de fonds, à titre onéreux.

Celles-ci, par leurs activités, s’astreignent à s’exposer à plusieurs risques, de différentes

natures intensités et fréquences.

Par ailleurs, l’évolution du monde des affaires a entrainé une modification de plus en

plus exigeante des clients. Par conséquent, les banques se sont accommodées à mettre en

place des produits adaptés , aussi bien pour répondre aux besoins de leurs clientèles que

pour maximiser leurs PNB. Cette nouvelle configuration des produits représente un élément

multiplicateur des risques courus par les banques.

Les risques auxquels s’exposent les banques sont multiples. Cependant, Il convient

de les classer selon différentes catégories :

  • Risque de crédit :

Un risque de crédit ou de contrepartie se définit comme étant « La perte potentielle

consécutive à l’incapacité par un débiteur d’honorer ses engagement. Cet engagement peut

être de rembourser des fonds empruntés, cas le plus classique et le plus courant ; risque

enregistré dans le bilan. Cet engagement peut être aussi de livrer des fond ou des titres à

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI L'obligation cautionnée est une
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI l’occasion d’une opération à

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI l’occasion d’une opération à

l’occasion d’une opération à terme ou d’une caution ou garantie donnée ; risque enregistré

dans le hors-bilan »

4

Da sa part Bank Al-Maghreb définit le risque de crédit, dans l’article 31 des

dispositifs de mesure de maîtrise et de surveillance des risques, ainsi : « On entend par risque

de crédit, le risque qu’un client ne soit pas en mesure d’honorer ses engagements à l’égard de

l’établissement de crédit »

5

  • Risque Pays :

Le risque pays concerne les créances ou engagements hors bilan assimilés sur des

débiteurs privés ou publics résidant dans des pays dont la situation financière peut justifier la

constitution de provisions, notamment le rééchelonnement de la dette dans un cadre

multilatéral ou l’interruption des paiements au titre de leur endettement. 6

En effet, ce risque se traduit par un défaut de transfert de fonds lié à des dispositifs

ou à une situation contraignante (politique, économique…), qui empêchent la mise en jeu de

l’obligation des parties prenantes.

  • Risque de liquidité :

Un risque de liquidité s’entend comme le risque pour l’établissement de crédit de ne

pas pouvoir s’acquitter, dans des conditions normales, de ses engagements à leur échéance.

  • Le risque de taux d’intérêt

Un risque de taux d’intérêt peut être défini comme étant « l’impact négatif que

pourrait avoir une évolution défavorable des taux d’intérêt sur la situation de l’établissement

de crédit »

7

Ainsi la banque s’expose, d’une part, à un risque de taux important compte tenu des

sommes mises en jeu, relativement aux dépôts collectés et placés à moyen et à long terme. Et

d’autre part, à un manque à gagner, lors de l’augmentation du TDB.

  • 4 DOVE, Ogien. Comptabilité et audit bancaire. Dunod, 2008. P.375-376.

  • 5 Article 33de la circulaire de Bank Al-Maghreb n°6/G/2001 du 19 février 2001, sur le contrôle interne

  • 6 DOVE, Ogien. Comptabilité et audit bancaire. Dunod, 2008. P.446

  • 7 Article 49 de la circulaire de Bank Al-Maghreb n°6/G/2001 du 19 février 2001, sur le contrôle interne

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI l’occasion d’une opération à
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Risque de marché

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

  • Risque de marché :

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Risque de marché

Ce risque est considéré comme étant les pertes qui peuvent résulter des

fluctuations des prix des instruments financiers qui composent le portefeuille de négociation

ou des positions susceptibles d’engendrer un risque de change ; notamment les opérations de

change à terme et au comptant. 8

  • Autres risques :

En outre, il existe plusieurs autres catégories de risques :

Risque de règlement : éventuelle défaillance ;

Risque informatique : dysfonctionnement ou rupture de fonctionnement du système de

traitement d’information surgi d’une erreur et ou une défaillance humain ou

technique ;

Risque juridique : risque inhérent à une imprécision ou lacune dans le contrat liant la

banque aux tiers. Ceci est susceptible d’entrainer un litige responsabilisant la banque.

Paragraphe 3: Les principales zones de risques pour les activités de crédit.

Les principales zones de risque devant attirer l’attention de tout établissement de

crédit sont :

  • Les procédures d’engagement et d’octroi des prêts : ces procédures permettent à l’établissement de garantir l’adéquation entre les concours octroyés et les moyens et la surface financière de l’établissement, ses objectifs (clientèle cible, marché etc.).

  • Le respect de la réglementation en vigueur : les procédures d’engagement et d’octroi des crédits doivent respecter la réglementation prudentielle. Le rôle du contrôle interne est de s’assurer que le niveau de prise de risque est compatible avec la politique de risques définie par l’établissement ;

  • Les procédures d’identification des créances compromises et de leur déclassement en créances douteuses : Les systèmes de gestion doivent permettre un déclassement automatique des échéances impayées.

8 Extrait de l’article 37 de la circulaire de Bank Al-Maghreb n°6/G/2001 du 19 février 2001, précité sur le contrôle interne

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Risque de marché
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Pour être à l’abri

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Pour être à l’abri

Pour être à l’abri des risques cités dans le paragraphe précédent les établissements de

crédit doivent surveiller en permanence ces

3 zones,

et instaurer des dispositifs de contrôle

interne qui permettent de détecter d’éventuels risques et d’apporter les actions correctives en

temps opportun.

Paragraphe 4 : Méthodologie et démarche de travail

Dans l’objectif de mener à bien notre évaluation, il nous est impératif d’adopter une

méthodologie de travail. Celle-ci décrit succinctement la démarche à suivre ainsi que les

procédés et les outils à adopter pour la collecte d’informations nécessaires pour réaliser notre

mission.

Dans cet esprit, nous avons adopté la même démarche précitée précédemment. En

effet, notre travail va commencer par une prise de connaissance sur le contrôle interne mis

en place au sein de l’entité, en l’occurrence le cycle d’engagements et crédits, Ensuite, nous

allons acheminer par un test de conformité du descriptif conçu à la base de notre première

investigation. Après, notre travail consistera en une évaluation préliminaire qui nous

permettra de mettre en évidence les forces et faiblesses de cycle évalué. Finalement, nous

allons procéder à la formulation des recommandations aux faiblesses détectés après une

analyse de celles-ci.

En outre, Notre

démarche s’appui sur plusieurs outils, aussi

bien pour la collecte

d’information que pour leur analyse, à savoir :

  • Techniques et outils de collecte d’information :

La

collecte

d’informations

pertinentes

et

fiables

nécessite

l’exploitation

d’un

ensemble d’outils :

Entretiens

Cette technique consiste à interviewer l’ensemble des intervenants du cycle crédit,

dans l’objectif d’appréhender le circuit d’information et de mener une prise de connaissance

de ce cycle. Les questions élaborées doivent être en phase avec la conception de diagramme

de circulation, Ainsi, nous allons interviewer les chargés d’affaire, les analystes de crédit, et le

directeur du CAF selon sa disponibilité.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Pour être à l’abri
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Sondage La technique

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Sondage La technique

Sondage

La technique de sondage consiste à sélectionner au hasard des dossiers pour effectuer

certains tests. Ainsi, nous allons procéder, dans un premier temps, à un test de conformité et

ce pour un échantillon de 4 dossiers.

  • Les techniques de description. Diagramme de circulation (Flow Chart)

Le diagramme de circulation permet de représenter la circulation des documents et

informations entre les différentes fonctions et acteurs de cycle, d’indiquer leur origine et leur

destination, il permet donc de donner une vision complète de cheminement des informations

et de leurs supports.

  • Les techniques et outils d’analyse des donnés.

Comme outils d’analyse des données nous utiliserons :

Le questionnaire du contrôle interne :

Nous avons utilisé des questionnaires de contrôle interne qui ont été administrés aux

différents intervenants du cycle crédit, notamment les chargés d’affaires et les analystes de

crédits. Ces questionnaires ont été élaborés en s'inspirant du modèle utilisé pour les

établissements de crédit de manière générale, tout en l'adaptant à notre cas. Le QCI va nous

permettre d’apprécier le contrôle interne du cycle de crédit, cette appréciation sera faite en

terme de forces et faiblesses.

Les grilles de séparation des tâches :

Ces grilles ont été conçues afin de s'assurer du respect de la séparation des tâches à

toutes les étapes du processus de crédit. La lecture de la grille nous permettra de relever les

faiblesses dues à une mauvaise séparation des tâches.

Paragraphe 5: Les objectifs de la mission

La compréhension de l’ensemble du cycle et de ses différentes étapes ;

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  Sondage La technique
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  La compréhension des

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  La compréhension des

La compréhension des procédures qui accompagnent chacune de ces étapes ;

L’identification des flux d’information, financiers liés des différentes étapes du cycle ;

L’identification des procédures existantes ;

L’évaluation de cycle crédit engagement ;

La mise en évidence des forces et faiblesses de cycle et proposition des

recommandations pour pallier aux points faibles ;

Familiarisation avec les méthodes et démarche d’évaluation de contrôle interne d’un

cycle.

Le Centre d’affaire BMCI KETTANI, est une structure nouvellement crée, il

intervient dans le financement des besoins des différentes entreprises en offrant plusieurs

produits bancaires, à ces produits sont associés des risques qui nécessite la mise en place des

dispositifs pour leur gestion.

Par ailleurs, l’évaluation du contrôle interne de cycle de ce centre va suivre une

démarche bien définie, afin d’apprécier de près le système mis en place par al direction et

d’apporter des mesures correctives et d’action d’amélioration aux faiblesses repérées.

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI  La compréhension des
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI C C H H

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI C C H H

CCHHAAPPIITTRREE 33 : Evaluation de contrôle interne de cycle de crédit de la BMCI

Après une prise de connaissance générale de Centre d’affaire BMCI, de son

organisation et de son fonctionnement, des particularités de son secteur d'intervention, nous

allons aborder la phase d'appréciation de son dispositif de contrôle interne. Cette évaluation se

limite au cycle crédit. La méthodologie d'évaluation décrite au chapitre 2 est ici adoptée.

Section 1 : Prise de connaissance du cycle crédit.

Etant donné qu’une évaluation objective du contrôle interne du cycle crédit nécessite

une maîtrise a priori de ce circuit, nous avons établi un descriptif de ce processus après avoir

prendre connaissance de l’entité où s’est déroulé notre étude.

En effet l’objectif de cette étape est d’avoir une vue d’ensemble sur le processus

d’octroi des crédits au sein du centre d’affaire BMCI. Ainsi après des entretiens avec les

responsables de l’entité est particulièrement les analystes de crédit et les chargés d’affaires

(RM), on a pu articuler les différentes étapes et procédures d’octroi de crédits.

Paragraphe 1: Procédure d’octroi d’un crédit

Après

notre prise de connaissance de cycle nous avons pu articuler les différentes

étapes et procédures auxquelles obéit tout dossier de crédit, ces étapes sont exposées ci-après :

  • Demande de crédit

Tout cycle d’octroi de crédit est initié par une demande qui servira plus tard d’une

base sur laquelle la banque constituera un dossier de crédit. Cette demande peut être

exprimée aussi bien par un client lui-même que par un chargé d’affaire (RM), à titre de

prospection ou en faveur des portefeuilles clients qu’il gère, L’entreprise en question devra

donc remplir un certain nombre de condition et sera amenée à fournir les documents requis

par la banque.

Par ailleurs l’objet de la demande de crédit peut être soit :

Un renouvellement simple (sans modification) : à l’échéance les lignes échues

doivent faire l’objet d’un renouvellement, en précisant les lignes et les montants de crédits

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI C C H H
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI auxquels l’entreprise a eu

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI auxquels l’entreprise a eu

auxquels l’entreprise a eu le droit, conjointement avec les lignes et les montants sollicités

ainsi que les conditions actuelles d’octroi de crédit sans qu’il y ait renouvellement du dossier

de crédit initial. Il est à noter que le renouvellement se fait :

- Du montant de l’autorisation pour les crédits de fonctionnement ;

- Et de l’encours de crédit pour les crédits à CMLT.

Un renouvellement avec extension : il s’agit d’un renouvellement des lignes de

crédits échues avec modification du dossier de crédit : nouvelles facilités sollicitées par

l’entreprise, modification de certaines garanties…

Il s’agit principalement d’un nouveau besoin sollicité par l’entreprise donnant lieu à un nouvel

engagement constitué d’une ou plusieurs lignes de crédit.

Une mise en place d’une proposition de crédit : c’est le cas d’un nouveau client

n’ayant pas auparavant aucun engagement avec la banque et qui sollicite une ou plusieurs

lignes de crédits, afin de faire face aux besoins de sa trésorerie.

  • Etude de dossier de crédit par l’analyste de crédit.

Dès lors que le cycle est déclenché la demande passe par plusieurs étapes, ainsi le

client (demandeur) est invité à fournir un ensemble de documents, une fois ces documents

sont reçus par le RM, ils sont communiqués à l’analyste de crédit qui procède, en premier

temps, à un inventaire du dossier pour s’assurer de l’exhaustivité des documents, car les

dossiers sont une base importante, et une garantie pour toute opération d’octroi de crédit, dans

le sens où ils regroupent toutes les informations nécessaires sur les clients , leur identité, leur

activité, revenu, et toutes les données permettant d’étudier la situation du client avant

d’approuver le dossier pour son financement.

Ensuite il se livre à une analyse financière de l’affaire en vue d’expliquer ses

particularités (la solvabilité de l’entreprise, la capacité de l’affaire à dégager des résultats et

à financer sa croissance…), cette analyse se fait souvent en 3 grandes étapes :

Une première phase qui consiste à ressortir les caractéristiques essentielles de

l’entreprise et de son environnement :

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI auxquels l’entreprise a eu
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Analyse de la société

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Analyse de la société

Analyse de la société : elle comprend notamment un bref historique, un organigramme pour

situer l’emprunteur s’il appartient à un groupe, l’analyse des lignes de produits, de la

structure juridique de lactionnariat, du fonds de commerce, des moyens de production, des

clients et fournisseurs, du positionnement marché et de la stratégie.

Qualité de management : lexploitant apprécie ici la qualité des membres de la direction

générale, leur expérience au sein de la société et dans d'autres domaines associés. Tout

changement doit également faire l’objet d’une analyse.

Analyse de secteur d’activité (marché) : c’est une analyse du secteur, de la concurrence, des

avantages concurrentiels de lemprunteur, des barrières à lentrée, des tendances générales de

l’industrie et des prévisions en corrélation avec les avis des agences de notation externes,

sils sont disponibles, sans pour autant être d'accord nécessairement sur toute leur analyse.

Une deuxième phase qui consiste à retraiter et analyser les comptes de l’entreprise

grâce à un dépouillement des états financiers de l’entreprise. C’est à ce niveau où les ratios de

gestions et le commentaire de la santé financière de l’affaire sont effectués.

En effet l'analyse financière est basée sur les états financiers de l'emprunteur, aussi bien que

sur ceux consolidés du groupe auquel il appartient. Les comptes des garants sont aussi

examinés.

Le Comptes de Résultat : l’exploitant présente un Compte de Résultat sur les 3 dernières

années tenant compte de la longueur et de la période des cycles auxquels les activités de

l'emprunteur sont assujetties. L’analyse et les commentaires devraient porter sur les

perspectives de recettes et la contribution des lignes de produits, les marges opérationnelles

brutes et nettes en valeurs absolues comparées à celles des concurrents et dont les éléments

(coût des marchandises vendues ou frais administratifs et commerciaux…) contribuent à un

changement (évolution ou détérioration) dans la situation de l'emprunteur. Les provisions

(politique actuelle), les événements exceptionnels et les impôts devraient aussi être analysés

et commentés.

Le Bilan : l’exploitant examine le fonds de roulement et son évolution, explique les

éléments significatifs, explicite la composition du capital, comme celle des dettes avec leurs

conditions, modalités, échéances, les garanties ou l’absence de garanties, les engagements

hors bilan, ou garanties reçues.

L’exploitant analyse aussi les ratios significatifs (en fonction d u type d’activité de la société

et de la nature d u financement de l’opération envisagée).

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI Analyse de la société
de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI L'Analyse des Cash Flows

Evaluation de contrôle interne de cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI

de contrôle interne cycle crédit engagement : Cas Centre d’Affaire BMCI L'Analyse des Cash Flows

L'Analyse des Cash Flows : elle est au centre de l’analyse. En modifiant l'application des

règles comptables il est en effet possible de fausser les bilans et comptes de résultat. Il est par

contre difficile d’agir sur les mouvements de trésorerie. Enfin L’analyse des cash flows est

fondamentale car c'est à partir des flux de trésorerie (entrants e t sortants) de l’emprunteur que

la Banque devrait être remboursée.

Les Modèles de Prévisions : des prévisions doivent être établies dans le cas où l'échéance de

la facilité proposée est de 3 ans ou plus.

Le corps de la proposition établit un lien entre les performances passées de l’emprunteur

(réalisées au cours des 3 derniers exercices) et les chiffres projetés. Cette « passerelle » entre

les données historiques et celles futures aide le comité à comprendre les arguments

développés a fin d’obtenir un accord sur le(s) financement(s) sollicité(s).

Relations bancaires