Vous êtes sur la page 1sur 3
CHEZ LE DOCTEUR Paroles de Musique de T HYSPA ERIK SATIE & CHANT Assez vif PIANO yoy p pe-tit pér’Combes s'enva chez le docteur; “Ah! docteur,je suis bien ma - la . det ooo commentvous dir’? Yes.to - mac gazouilleur Comme unvieux siphond’li-mo . na - de, _ rt | © 1976 by Editions Salabert- Paris £.A.8.17209 Tous droits d‘exécution, de troduction, International Copyright secured oll rights reserved d'adaptation, de reproduction ef darrangements EDITIONS SALABERT S.A. 22 rue Chauchat-Paris réservés pour tous pays 82 EEL Jai quel _ que cho . sc la Quine passe pas..-Quéqu’chosquin’passe pas, Fait Je docteur, mais di. fes-moi, N’est- cc pas un projet de Loi?» z ae FOE, Voyons, r’prit le doctour, avez-vous un moment? Laissez, dit I'docteur, n’vous oceupez done pas, De vous asscoir prenez ia peine, Je fais a comme on vide un litre, Ga n’sera pas long, pour voir c’qu’y a dedans Puis je suis en train,ce matin j'ai déja Jo vais vous ouvrir Pabdoméne Ouvert plusieurs douzaines d’buitres ~Hé! fit Combes, attendez, morbleu! Nayez pas peur, vous n’sentirez mieux... Absolument rien,j’vais vous boucher le nez, Puis, vous savez, j’suis pas curieux, Toul ¢a sera proprement fait N’vous dérangez pas pour si peu Et plus vit’qu’un portemonnai’ Vm'semble, docteur, que ga va di 4 1 opére,il regarde, et il dit: vous n’aver pas d’chance De maladi’d’foie, mais quent ila phlisie, C’est couru, galopé d’ Dans vos kronches, ah! quel vent du Nord! Ga fait courant d’air avec le corridor; ance Vos poumons semblent respirer Autre chos?que la saintets!... 6 Oh! ca c'est curieux, vous vous tes fouls La rate! mais le diable m’emporte! Comment avez-vous done pu vous dévisser Tout seul la crosse de V’aorte? Ab! vous é’s un fameux lapin Parbleu! je I'vois bien la d’Vautr’edté du rein Vous devez étr’fort, mon gargon, Mais la (rés fort...sur ta boisson 8 Ah! les sales boyaux! Mais quell’ belle occasion Pour vous et vraiment peu loisible De dire banjour a votre vienx colon, En co moment il est visible... (Mais n’vous trémoussez pas comm’ gi, Vous avez fait choir mon lorgnon dans le tas, Si je ne le retrouv’pas li-dedans Vous le paierez en supplément) 10 53 5 Ah! voici le coeur, dame, il n’est pas trés grand, Je pourrais le mettr’ dans ma poche. Tiens! vous le portez, ga cost trés élégant, Cran’ ment sur Voreillette gauche. Il semble atteint en vérité D’une par trop grande sensibilité, Ga doit joliment vous géner, Servis bien qu’il udra Penlever 7 Voyons done ce'ventre...il est joliment ereux... Son état... (Mais rester tranquille! Ah!mon pauvre ami,ce qu’vous &t's chatouilleux! Son état, dis-je, est fort débile Votre inte: N’a pas le sourire, il n’est pas engageant ; grvle, vraiment, Entre nous, je n'ai jamais vu Un intérieur plus mal tenu. 9 Mais qui disait donc qu’vous avier d’ Vestomac? Le votre m’a Vair d’étre en bombe, Jo ne le vois pas.—Regardez done plus bas S'écrie une voix d’outre Combes Je Viens, dit le docteur, pardon! Tl est rud’ment bas, il est sous vos talons Ah! nom d’un chien! qu’il est usé Faudra le fair’ ressemeler. ty Mais attendez donc! grands dieux! qu’est e’que j'y vois? Tout ga n'sera rien, dit I’docteur ayant remis Un? deux, trois, quatr;cing, six, sept faves! Petil cachottier, vous pouviez étr’ roi! Mais plus modestes sont vos réves. Qu’est-ce encor? un’gomm’ pour crayon, Uw’ piéce du Pape...c’est en qui doit étr’bon., Naif! avez-vous pu penser Un instant qu’elle allait passer? Toutes ces choses a leur place, Ab! voyons la langue... Pas trop sale...Dés aujourd’bui Ne buvez que du Clos Wallace Au feit, revenez. demai en passant Que j’vous ouvre Ie crane,ya peut étr’quéqu’chose dedans Mais nettoyez-le,grattez-le, ‘J’veux pas y trouver un che £.A.8,17209