Vous êtes sur la page 1sur 24

LE MINISTRE DE L'HABITAT, M.TEBBOUNE L’A ANNONCÉ :

«Vers l'interdiction aux notaires de rédiger tout contrat relatif aux logements AADL»

Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville Abdelmadjid Tebboune a indiqué, jeudi, à Alger que son département était actuellement en concertation avec le ministère de la Justice en vue d'interdire aux notaires de rédiger tout contrat relatif aux logements AADL, y compris les contrats de gardiennage.

P. 5

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

Iftar : 20h14 Imsak : 03h27 MÉTÉO 33° : ALGER 37° : TAMANRASSET p. 2
Iftar
: 20h14
Imsak : 03h27
MÉTÉO
33°
: ALGER
37° : TAMANRASSET
p. 2

Vendredi 24 - Samedi 25 Juin 2016 - 19-20 Ramadhan 1437 - N° 1338 - 3 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

FÊTE NATIONALE DE LUXEMBOURG

Le Président Bouteflika félicite le Grand-Duc de Luxembourg, le Roi Henri

P. 24

ALGÉRIE-SOUDAN

 

ALGÉRIE-FRANCE

Sellal reçoit l'envoyé personnel du Président soudanais

DU 26 AU 28 SEPTEMBRE À ALGER

600 participants au 15 e Forum international de l'énergie

P. 24

P. 24

Reprise des dessertes entre Jijel et Marseille

P. 24

MISE EN ŒUVRE ET SUIVI DU PROGRAMME DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Sellal : «Le choix d'une économie forte hors hydrocarbures est

irréversible»

Le choix d'une économie natio- nale «forte» hors hydrocarbures est «irréversible», a affirmé jeudi à Tiaret, le Premier minis- tre, Abdelmalek Sellal, souli- gnant que l'objectif du gouver- nement est de produire locale- ment de façon à satisfaire les besoins des Algériens. S'exprimant lors de la visite de l'unité de production des véhi- cules de la Société algérienne pour la fabrication des véhicules (SAFAV-MB), M. Sellal a déclaré que «le choix de bâtir une écono- mie nationale forte hors hydro- carbures est irréversible». Il a souligné, à ce propos, la néces- sité d'aller vers «une réduction» de l'importation, exhortant à «produire localement afin de satisfaire les besoins des Algériens».

P.

3

Le Premier ministre donne le coup d’envoi de la campagne moissons- battage
Le
Premier
ministre
donne
le
coup
d’envoi
de
la campagne
moissons-
battage

ARMÉE

Gaïd Salah salue les «efforts soutenus» des unités de l'ANP dans l'exécution du programme de préparation au combat

4 Poursuite de la visite à la 4e RM par l'inspection d'unités relevant du secteur opérationnel de Biskra

LUTTE ANTITERRORISTE :

CNAS

4Un

important

lot d'armes

découvert à Bordj Badji Mokhtar

4Destruction

de 2 casemates

à Batna et 10 mines à Tizi Ouzou

4Plus

de 17 quintaux de kif traité

saisis à Tlemcen, Chlef et Béchar

P. 7

P.7

Délai de régularisation des cotisations antérieures prolongé à fin 2016

P. 6

SANTÉ 62 E ANNIVERSAIRE DE LA RÉUNION DU GROUPE DES 22 F TBALL Insuffisance QUALIFICATIONS
SANTÉ
62 E ANNIVERSAIRE
DE LA RÉUNION DU
GROUPE DES 22
F
TBALL
Insuffisance
QUALIFICATIONS MONDIAL
2018 (TIRAGE AU SORT):
M. Zitouni :
cardiaque
La grande oubliée
des maladies
cardiovasculaires
«Un saut qualitatif
dans le processus
de la lutte
nationale»
L'Algérie avec
le Cameroun
et le Nigeria dans
le groupe B
P. 22
P.p 12-13
P. 17
HISTOIRE
DGSN
DGSN

Saisie de plus de 15 tonnes de résine de cannabis et 2 kg d'héroïne en 5 mois

Saisie de plus de 15 tonnes de résine de cannabis et 2 kg d'héroïne en 5

P. 9

Saisie de plus de 15 tonnes de résine de cannabis et 2 kg d'héroïne en 5

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Vendredi 24-Samedi 25 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr

2 DK NEWS

Vendredi 24-Samedi 25 juin 2016

D’

EIL

CLIN CLIN 2 DK NEWS Vendredi 24-Samedi 25 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr

Horaires des prières

24-Samedi 25 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:27 Dohr 12:51 Asr 16:43 Maghreb
24-Samedi 25 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:27 Dohr 12:51 Asr 16:43 Maghreb
24-Samedi 25 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:27 Dohr 12:51 Asr 16:43 Maghreb
24-Samedi 25 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:27 Dohr 12:51 Asr 16:43 Maghreb
Fajr 03:27 Dohr 12:51 Asr 16:43 Maghreb 20:16 Isha 21:59
Fajr
03:27
Dohr
12:51
Asr
16:43
Maghreb
20:16
Isha
21:59

DEMAIN À LA SAFEX

Coup d’envoi du prix international du Saint Coran

Le ministre des Affaires re- ligieuses et des Wakfs, M. Mo- hamed Aïssa, présidera de- main 26 juin à partir de 22h au Palais des Ex-

positions des Pins Mari- times, Safex- Alger, la céré- monie de lan- cement de la 13e édition du Prix interna- tional du Saint Coran.

4

LUNDI À TIPASA Conférence sur l’Ethique de l’information, «l’expérience de la radio»

de l’information, «l’expérience de la radio» - TOURISME ET ARTISANAT APN Nouri et Tagabou à Sidi
- TOURISME ET ARTISANAT APN Nouri et Tagabou à Sidi Bel-Abbès dra Le ministre de
-
TOURISME ET ARTISANAT
APN
Nouri et Tagabou
à Sidi Bel-Abbès
dra
Le ministre de l’Amé-
nagement du territoire,
du Tourisme et de l’Ar-
tisanat, M. Abdelouahab
Nouri, et la ministre dé-
léguée chargée de l’Arti-
sanat, Mme Aïcha Ta-
gabou, effectueront au-
jourd’hui, une visite de
travail et d’inspection
dans la wilaya de Sidi
Bel Abbes. Cette visite
s’inscrit dans le cadre
de de la célébration de la
Journée nationale du
tourisme.
Météo
Max
Min
Alger
33°
17°
Oran
30°
19°
Annaba
30°
17°
Béjaïa
31°
19°
Tamanrasset
37°
25°
CHU DE TIZI-OUZOU
4
Le Ramadhan
à l’ordre du jour
Louable initiative
que celle lancée par
le Centre hospitalo-
universitaire (CHU)
de Tizi-Ouzou, à sa-
voir l'organisation de
conférences-débats
auxquels sont
conviés les patients,
le corps médical et la
presse, lors desquels
des maladies sont
abordés tels que l'hy-
pertension artérielle, les AVC, l'obésité, le diabète
et les maladies respiratoires, pendant le Rama-
dhan. Les conférences sont animées par des ex-
perts et des praticiens du CHU de Tizi-Ouzou, avec
pour but essentiel la prévention d’éventuelles com-
plications que pourraient provoquer le jeûne. En
un mot, il s'agit de mieux connaître sa maladie afin
de jeûner dans d'excellentes conditions. Le direc-
teur général du CHU, le professeur Abbas Ziri et
son équipe déploient un trésor d'énergie pour faire
parvenir le message qu'il faut aux patients, qui ont
exprimé leurs sincères satisfaction à toute l'équipe
médicale. Nous y reviendrons.
CD
fice
nie
4
son

Reprise des travaux

demain en séance plénière

L'Assemblée populaire

nationale (APN), repren-

demain dimanche ses

populaire nationale (APN), repren- demain dimanche ses Le ministère de la Communication or- ganise lundi 27

Le ministère de la Communication or- ganise lundi 27 juin à partir de 11h, à la salle de conférences de la wilaya de Tipasa une conférence animée par Mohamed Chel- louche, cadre de la Radio algérienne, sur le thème «Ethique de l’information, l’expérience de la radio». La rencontre se déroulera en présence du ministre de la communication, Hamid Grine.

DEMAIN À L’AURASSI

Conférence sur l’Entrepreneuriat, le travail et l’islam

JIL’FCE organise demain dimanche 26 juin, à partir de 21h30 à l’hôtel Aurassi, son 5e Afterwork de l’année. Les invités de cette nouvelle édition animeront une conférence sous le thème : «Entrepreneuriat, travail et islam».

COMPLEXE CULTUREL DE CHENOUA

Soirée artistique de variétés

Le Complexe culturel de l'artiste Abdelwahab Salim de Chenoua, wi- laya de Tipasa, abritera ce soir à partir de 22h30, une soirée artis- tique animée par Chérigui Abdelkader (or- nais), Chebira Abdelkader (variétés), Saïd Be- lal (sahraoui) et Fatta (kabyle).

(variétés), Saïd Be- lal (sahraoui) et Fatta (kabyle). MÉDÉA Mise en place d’un dispositif pour

MÉDÉA Mise en place d’un dispositif pour l’encadrement des opérations de circoncision

pour l’encadrement des opérations de circoncision Pour une meilleure organisation et une meilleure prise en

Pour une meilleure organisation et une meilleure prise en charge des enfants concernés par la circoncision durant le mois de ramadhan, la Direction de la Santé et de la Population de la wilaya de Médéa, informe les parents des enfants que des registres d'inscription sont mis à leur disposition au niveau des Hôpitaux de Médéa, Berrouaghia, Ksar El Boukhari, Ain Boucif, Benislimane et Tablat, ainsi qu’au niveau de l'unité hos- pitalière de Chellalet Al Adhaouera où toutes les facilités leurs sont accordées. Cette mesure permettra leur programmation dans le temps de manière à les bilanter à l'avance et de pra- tiquer les actes de circoncision dans des conditions d'asep- tie optimales et surtout éviter les circoncisions de masse qui sont proscrites pour les risques qu'elles comportent.

sont proscrites pour les risques qu'elles comportent. travaux en séance plénière consacrée à la présenta-

travaux en séance plénière consacrée à la présenta- tion et l'examen du projet de loi organique relatif au régime électoral et le projet de loi organique relatif à la Haute instante indépendante de surveillance des élections, indique un communiqué de l'APN. L'APN poursuivra ses travaux lundi lors d'une séance consacrée au vote du pro- jet de loi portant organisation de la profession de vente aux enchères, le projet de loi portant règlement budgétaire 2013, le projet de loi amendant et complétant l'ordonnance 76-122 du 9 décembre 1976 relative aux statuts des officiers de réserve ainsi que le projet de loi complétant l'ordon- nance 06-02 du 28 février 2006 portant les statuts des fonc- tionnaires militaires, précise la même source.

des fonc- tionnaires militaires, précise la même source. SALLE EL MOUGGAR Hommage à Maalma Yamna et

SALLE EL MOUGGAR Hommage à Maalma Yamna et Chiekha Titma

Dans le cadre de son programme du mois de Ramadhan 2016, l’Of- fice national de la cul- ture et de l’information (ONCI), organise ce soir à partir du 22h30 à la salle El Mouggar, une soirée musicale en hommage à Maalma Yamna et Chiekha Titma, animée par Da- lila Naim, Goussem et Meriem Benallal.

animée par Da- lila Naim, Goussem et Meriem Benallal. SALLE IBN KAHLDOUN Remise du trophée "Disque

SALLE IBN KAHLDOUN Remise du trophée "Disque

du mérite" à Noureddine Saoudi

Dans le cadre de l'action de preservation et de sauvegarde des œuvres relevant du patrimoine culturel traditionnel menée par l'ONDA conformément à ses mis-

sion statuaires et à l'occasion de la sortie d'un coffret comprenant 13

de musique andalouse sanaa,

d'un coffret comprenant 13 de musique andalouse sanaa, interprétés par l'artiste et maître Noureddine

interprétés par l'artiste et maître Noureddine Saoudi, l'Of-

national des droits d'auteur et des droits voisins organise

ce soir à partir de 22h à la salle Ibn Khaldoune, une cérémo-

suivi d'un concert de musique. A cette occasion, le trophée

"Disque du mérite" sera remis à l'artiste Noureddine Saoudi pour son parcours et le travail accompli au service de la pré- servation et la transmission du patrimoine musical algérien.

LIBRAIRIE CHAÏB DZAÏR Vente-dédicace de Ahmed Bensaada

Les éditions ANEP, organisent ce soir à partir de 22h à

la librairie Chaïb Dzaïr, 1 avenue Pasteur, Alger-Centre, une séance vente-dédicace avec M. Ahmed Bensaada autour de

ouvrage Cologne contre-enquête.

Vendredi 24 - Samedi 25 Juin 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

MISE EN ŒUVRE ET SUIVI DU PROGRAMME DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE M. ABDELAZIZ BOUTEFLIKA

L'ÂGE DE RETRAITE FIXÉ À 60 ANS

Sellal : Possibilité d'«allégement» pour les métiers pénibles

Le Premier ministre a affirmé jeudi à Tia-

ret, que l'âge de départ à la retraite est de 60 ans, comme entériné lors de la dernière réunion de la tripartite (gouvernement-UGTA-patronat), annonçant que cette disposition «peut-être al- légée» pour les métiers pénibles. «L'idée de partir en retraire à l'âge de 40 ans est inconcevable», a déclaré le Premier minis- tre lors de l'inauguration d'un périmètre d'ir- rigation dans la commune de Sebaine, évoquant, dans ce contexte, «l'amélioration de l'espé- rance de vie» des Algériens, laquelle a atteint 77 ans. M. Sellal a fait savoir que la disposition fixant l'âge de départ à la retraite à 60 ans «peut être allégée pour les métiers pénibles». Il

a plaidé, à ce propos, pour une «réhabilitation

de la valeur du travail», tout en faisant observer que l'Algérie «ne vit plus dans une période d'aisance financière». Le Premier ministre a ajouté que «si le gou- vernement est appelé à revoir son modèle éco- nomique, il oeuvrera, en revanche, au maintien du caractère social de l'Etat». A l'adresse des agri- culteurs de la région, il a relevé que le secteur de l'agriculture a un «rôle important à jouer dans l'édification d'une économie forte et affranchie de la dépendance des hydrocarbures». M. Sellal a déclaré, enfin, que les mesures contenues dans la loi de finances 2016 faisant obligation aux importateurs d'investir au niveau local, «seront élargies pour concerner également les importateurs des produits laitiers».

Il achève sa visite à Tiaret par l'inspection du site du futur complexe de montage de véhicules de Zaaroura

Le Premier ministre a achevé jeudi sa visite de travail dans la wilaya de Tiaret, en inspectant

le site du futur complexe industriel de montage

de véhicules du groupe Tahkout, implanté dans la zone industrielle de Zaaroura. Sur place, le représentant du groupe Tahkout a an- noncé que le premier véhicule de marque Hyundai sortira des chaines de montage le 1er novembre prochain. Le projet, inscrit dans le

cadre d'un partenariat entre ce groupe privé et

le constructeur coréen Hyundai, a nécessité un

investissement de l’ordre de 250 millions USD. Sa capacité de production est de 30.000 véhi-

cules/an, dans une première phase, avant d’at- teindre au bout des cinq premières années 200.000 unités/an. L’usine produira deux gammes de véhicules utilitaires légers et deux autres gammes de véhicules touristiques. Après avoir suivi les explications données par les re- présentants du groupe Tahkout, M. Sellal a pré- conisé un taux d’intégration atteignant les 40

% dans les cinq années qui suivront la mise en

production de l’usine, au lieu des 15 % prévus initialement. Le directeur de wilaya de l’indus- trie, Djamel Eddine Tamentit, a précisé à l'APS que le groupe Tahkout devait implanter à Tia- ret une usine de montage de véhicules de la marque iranienne Saïpa, mais en raison des avantages et facilités accordés par les autorités locales, il a préféré réaliser une usine avec la marque Hyundai, prévue au départ à Sétif. Le Premier ministre a, par ailleurs, suivi un exposé sur la zone industrielle de Zaaroura, s’étalant sur 318 hectares partagés en 442 lots. Celle-ci abrite 220 investissements, dont 154 dans le ca- dre de la cession. Sa viabilisation a été prise en charge dans le cadre du programme complé- mentaire avec une enveloppe de 1 milliard de DA, rappelle-t-on.

LE PREMIER MINISTRE, DANS LA WILAYA DE TIARET

Il réitère la volonté du gouvernement de bâtir une économie forte et diversifiée

Le Premier ministre a effectué jeudi une visite de travail dans la wilaya de Tiaret durant laquelle il a réitéré la volonté du gouvernement de bâtir une économie forte et diversifiée.

Le choix d'une économie nationale

«forte» hors hydrocarbures est «irréver- sible», a-t-il affirmé lors de sa visite de l'unité de production des véhicules de la Société algérienne pour la fabrication des véhicules (SAFAV-MB), soulignant que l'objectif du gouvernement était de produire localement de façon à satisfaire les besoins des Algériens.

Le Premier ministre s'est également

exprimé sur le dossier de la retraite en réaffirmant que l'âge de départ à la retraite était de 60 ans, comme entériné lors de la dernière réunion de la tripar- tite (gouvernement-UGTA-patronat),

annonçant que cette disposition «peut-

être allégée» pour les métiers pénibles. «L'idée de partir en retraire à l'âge de

40 ans est inconcevable», a-t-il dit lors de l'inauguration d'un périmètre d'irriga- tion dans la commune de Sebaine, évo- quant, dans ce contexte, «l'amélioration de l'espérance de vie» des Algériens, qui

a atteint une moyenne de 77 ans. Toutefois, il a

assuré que «si le gouvernement est appelé à revoir son modèle écono-

mique, il oeuvrera, en revanche, au maintien du carac- tère social de l'Etat».

au maintien du carac- tère social de l'Etat». eaux du barrage de Dahmouni, de privi- légier

eaux du barrage de Dahmouni, de privi-

légier la culture maraîchère pour éviter l’importation et d'augmenter les capa-

cités de production de la pomme de terre, prévues dans cette zone. Il a également appelé les responsa- bles de l'Office natio-

nal des surfaces irri- guées à participer au

première pierre du projet de réalisation d'une raffinerie, implantée dans la zone industrielle pétrochimique de Sidi Abed, dans la commune de Sougueur. En suivant les explications données par les responsables du groupe Sonatrach, le Premier ministre a souli- gné la nécessité de raccourcir les délais de réalisation de cette raffinerie afin qu'elle entre en production au moins six mois avant les délais prévus en 2020. Il a procédé, en outre, au raccordement au

réseau du gaz naturel de 180 foyers de la localité d’Ain Guetta, relevant de la com- mune de Medroussa. Ce projet, lancé en

janvier dernier pour un coût de plus de 21

millions DA, porte sur la réalisation de 4,3 kms de conduites du réseau de distribu- tion, selon les explications fournies sur

place.

M. Sellal s’est enquis, sur place, des programmes de rac- cordement au réseau du gaz naturel dont a bénéficié la wilaya de

Tiaret au titre des quinquennats der- niers et du programme complémentaire touchant 22 projets dont 18 achevés. Cette opération a touché 41 com- munes parmi les 42 que compte la wilaya, outre 17 centres ruraux. Ces projets ont permis de renforcer le taux de couverture du réseau du gaz domestique passant de 37,30 % en 1999 à 84 % en juin 2016. Le Premier ministre a inauguré éga- lement des infrastructures relevant des secteurs de l'éducation, de l'enseigne- ment supérieur et de la formation pro- fessionnelle dans trois communes de la

wilaya de Tiaret.

L’usine de véhicules Mercedes-Benz

Des projets et des perspectives prometteuses dans l’industrie automobile

M. Sellal inaugure plusieurs infrastructures des secteurs de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la formation

A l'adresse des agriculteurs de la

région, il a rappelé que le secteur de l'agriculture avait un «rôle important» à

jouer dans l'édification d'une économie forte et affranchie de la dépendance des hydrocarbures.

financement des travaux de la troisième phase de ce périmètre. Le Premier ministre qui a suivi, sur place,

un exposé sur le sec- teur de l'agriculture

dans la wilaya, a invité les producteurs de lait à utiliser le produit local pour réduire les

importations de ce produit stratégique.

M. Sellal a également saisi sa visite

dans la wilaya de Tiaret

pour donner le coup d'envoi de la campagne moisson-battage de l'actuelle saison agri- cole.

A la ferme-pilote «Si Abdelkrim», dans la commune de Sebaïne, le Premier minis-

tre a donné le coup d'envoi de cette cam- pagne, à l'issue de laquelle est attendue une production de 3,1 millions de quin- taux de céréales, toutes

Coup d'accélérateur au développement local Lors de sa visite de travail, le premier ministre a inauguré plusieurs projets socio-économiques à même de booster

le

Première étape de sa visite, M. Sellal s'est rendu à l'usine de l'établissement

de développement de l’industrie des véhicules (Epic-EDIV), basée dans la commune d’Ain Bouchekif.

Cette usine, inaugurée en octobre 2014, est réalisée dans le cadre du pro- gramme de la relance économique, ini- tiée par le président de la République, chef suprême des forces armées, minis-

tre de la Défense

nationale,

Abdelaziz

Bouteflika. Par la suite, le Premier minis-

tre a procédé à la mise en service de la rive droite du périmètre irrigué de Dahmouni, où il a insisté sur la nécessité d'une exploitation «rationnelle» des

développement local.

Tiaret: le Premier ministre met en service le périmètre irrigué de Dahmouni

variétés confondues.

Lors de la précédente campagne moisson-battage, la wilaya de Tiaret avait engrangé quelque 4,72 mil-

lions de quintaux de céréales, contre 6 millions de quintaux en 2013, considérée comme une récolte-record.

M. Sellal a procédé aussi à la pose de la

Tiaret : le Premier ministre donne le coup d’envoi de la campagne moissons-battage

Le

Premier ministre a donné jeudi à Tiaret le coup d’envoi

tés agricoles de la wilaya. Pour la réussite de cette campagne,

APS

de la campagne moisson-battage de l’actuelle saison agricole.

les services concernés ont mobilisé quelque 1.066 moisson-

A

la ferme-pilote «Si Abdelkrim», dans la commune de Sebaïne,

neuses batteuses et 53 moyens de transport des récoltes, en

le

Premier ministre donné le coup d’envoi de cette campagne,

plus d’autres équipements et matériels agricoles.

l’issue de laquelle est attendue une production de 3,1 millions de quintaux de céréales, toutes variétés confondues. Dans la wilaya de Tiaret, cette campagne porte sur une superficie glo- bale de 340.000 has dont 130.000 ha réservés au blé dur, 65.000 ha au blé tendre, 135.000 ha à l’orge et 10.000 ha à l’avoine.

à

Les capacités globales de stockage des céréales sont de l’or- dre de 2, 97 millions de quintaux, assurées par les Coopératives de céréales et de légumes secs (CCLS) de Tiaret, Frenda et Mahdia. Lors de la précédente campagne moisson-battage, la wilaya de Tiaret avait engrangé quelque 4,72 millions de quin-

La

campagne agricole a souffert cette année d'un déficit en

taux de céréales, contre 6 millions de quintaux en 2013, consi-

pluviométrie notamment durant la période allant de novembre

dérée comme une récolte-record. Le Premier ministre effec-

à

janvier, ce qui a endommagé 42.165 ha de ces surfaces.

tue une visite de travail dans la wilaya de Tiaret. Il est accompa-

Ces pertes se sont aggravées avec les périodes des gels et de la grêle qui ont détruit plus de 104.000 ha. Ces aléas clima- tiques ont entrainé une perte de l’ordre de 43 % des potentiali-

gné de plusieurs ministres.

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Vendredi 24 - Samedi 25 juin 2016

SELON M ME GHANIA EDDALIA

Le projet de loi définissant l'organisation des deux chambres du Parlement vise à promouvoir l'action parlementaire

La ministre des Relations avec le Parlement, Ghania Eddalia, a indiqué mercredi à Alger que le projet de loi organique définissant l'organisation et le fonctionnement de l'Assemblée populaire nationale (APN) et du Conseil de la nation et leurs relations fonctionnelles avec le gouvernement, vise à promouvoir l'action parlementaire «dans le cadre de la consécration du principe de la séparation des pouvoirs».

Mme Eddalia qui répondait aux ques- tions des membres de l'APN, a souligné que ce texte «vise à promouvoir l'action parlementaire dans le cadre de la consé-

cration du principe de séparation des pou- voirs», ajoutant que la concertation avec

le gouvernement pour fixer l'ordre du jour

des travaux du parlement «s'inscrit dans

le cadre de ce travail de coordination».

Cette concertation vise, a-t-elle dit, à «éviter tout dysfonctionnement en ma- tière de programmation des séances et as-

en ma- tière de programmation des séances et as- surer ainsi leur bon déroulement», pré- cisant

surer ainsi leur bon déroulement», pré- cisant que cette concertation «n'altère point pas le principe de séparation des pouvoirs mais vient plutôt dans au cen- tre des relations fonctionnelles entre le gouvernement et le parlement». Concer-

nant la proposition de certains députés

pour l'utilisation de la langue amazighe

dans les débats au parlement, la ministre

a indiqué que «la définition du processus

d'application du caractère officiel de cette langue fera l'objet d'une loi orga-

nique conformément au dernier alinéa de l'article 4 de la Constitution, d'autant plus, a-t-elle rappelé, que la mission de promotion de cette langue a été conférée à l'Académie algérienne de la langue amazighe à la faveur de la révision consti- tutionnelle». Sur l'absence de certains membres du gouvernement, la ministre a rappelé que «ceux-ci sont tenus à être présents aux deux chambres du parlement pour répon- dre aux questions orales des députés et des commissions permanentes». «Le parlement est une instante qui jouit de la pleine liberté de contrôler l'action du gouvernement de l'adoption de son plan d'action jusqu'à la présenta- tion annuelle de sa politique générale», a-t-elle soutenu. La ministre a évoqué également la consécration d'une séance mensuelle au parlement pour la présentation par les groupes parlementaire de l'opposition pour leur permettre de participer aux tra- vaux du parlement.

Elle évoqué par ailleurs l'introduction du vote électronique des projets ainsi que la diplomatie parlementaire.

BOUDIAF N'ÉCARTE PAS CETTE HYPOTHÈSE

Possible recours à des médecins spécialistes de l'étranger pour combler le déficit en la matière

Le ministre de la Santé, de la popula- tion et de la réforme hospitalière, Abdel- malek Boudiaf, a annoncé jeudi le recours éventuel à des médecins spécialistes de certains «pays amis» afin de combler le dé- ficit enregistré en la matière. «Dans le cadre de la coopération, le mi-

nistère de la Santé, de la population et de

la réforme hospitalière a entamé des

contacts avec certains pays amis afin de concrétiser cette démarche», a indiqué M. Boudiaf qui répondait au membre du Conseil de la nation, Mustapha Djoghdali, sur «le manque de médecins spécialistes

à M'sila, lors d'une séance plénière consa- crée aux questions orales.

Après avoir évoqué la carte de la santé

de la wilaya de M'sila, il a précisé que celle-

ci «a connu une nette amélioration après

avoir réceptionné de nouvelles struc-

amélioration après avoir réceptionné de nouvelles struc- tures en 2015», rappelant que les hôpitaux réalisés en

tures en 2015», rappelant que les hôpitaux

réalisés en préfabriqué «sont toujours via- bles et font actuellement l'objet de restau-

ration comme c'est la cas pour l'hôpital de Sidi Aissa». Concernant les projets prévus, M. Boudiaf a souligné que la wilaya avait bé- néficié de deux hôpitaux spécialisés en santé maternelle et infantile avec une ca- pacité d'accueil de 120 lits chacun sans compter les «projets en perspective qui dé- marreront après la réunion de toutes les conditions requises». Pour ce qui est du personnel paramé- dical, il a fait remarquer que la wilaya comptait 2 935 agents et sera renforcée après la sortie des prochaines promotions de 589 autres. La wilaya bénéficie d'une couverture sanitaire assurée par 150 médecins du sec- teur public et 129 autres du secteur privé, a-t-il encore dit avant de souligner l'ou- verture de 122 postes budgétaires en 2016.

M ME MOUNIA MESLEM L’A ANNONCÉ

Parution d'un dictionnaire de langue algérienne des signes avant fin 2016

La ministre de la Solidarité natio- nale, de la Famille et de la Condition de

la Femme, Mounia Meslem, a annoncé

jeudi à Alger la parution d'un dictionnaire

de langue des signes algérienne avant fin

2016.

Répondant à la question d'un membre du Conseil de la nation sur le sort des per- sonnes handicapées, la ministre a précisé que le dictionnaire de langue des signes algérienne qui devrait paraître avant fin

2016 ou début 2017 était en cours d'impres- sion au niveau de l'Entreprise nationale

de communication, d'édition et de publi-

cité (ANEP). Elle a rappelé qu'une commission nationale avait été installée en 2008 pour regrouper les signes algériens à travers tout le pays, estimant que la tâche «n'est

pas aisée eu égard à la grande diversité de notre patrimoine civilisationnel et cultu- rel et l'étendue de notre territoire natio- nal». En attendant la parution du diction- naire, le ministère a organisé plusieurs sessions de formation sur la langue des signes au profit de formateurs choisis parmi les travailleurs des établissements spécialisés dans les différentes wilayas et

la formation de spécialistes travaillant

dans les écoles pour enfants handicapés auditifs, a indiqué Mme Meslem, ajoutant

handicapés auditifs, a indiqué Mme Meslem, ajoutant que «des formations sont également pré- vues au titre

que «des formations sont également pré- vues au titre de conventions avec plusieurs départements ministériels». Au cours de l'année scolaire 2015- 2016, quatorze (14) sessions de formation en langue des signes ont été organisées

au profit de 118 encadreurs travaillant dans des centres spécialisés à travers le terri- toire national et neuf (9) pôles de forma- tion de référence ont été ouverts dans les wilayas de Tlemcen, Ghardaïa,Oran, Skikda, Oum El Bouaghi, Béchar, Saïda, Boumerdès et Tamanrasset», a fait savoir

la ministre.

Elle a affirmé que pour faciliter la communication avec cette catégorie au ni- veau des administrations et des institu-

tionssécuritaires,sondépartementcomp-

tait lancer des formations au profit des in- tervenants dans plusieurs secteurs, dont l'intérieur, la justice, l'éducation nationale, la santé, la poste et les TIC, les affaires re- ligieuses et la défense nationale, précisant que les agents de la Sûreté nationale de la wilaya de Boumerdès bénéficiaient depuis peu d'une formation en langue des signes. Mme Meslem a, par ailleurs, rappelé que le gouvernement avait approuvé, le 11 mai dernier, le décret exécutif portant statut-typedesétablissementsd'éducation et d'enseignement spécialisés pour en- fants handicapés relevant du ministère de la Formation et de l'enseignement profes- sionnels, précisant que ces établisse- ments prendront en charge la formation des personnes handicapées dans divers domaines. La ministre a affirmé que son secteur comptait trois (3) centres nationaux de for- mation des éducateurs et instructeurs spé- cialisées dans la prise en charge des en- fants handicapés, 225 établissements spécialisés, dont 46 pour enfants handi- capés auditifs prenant en charge 3.664 en-

fants.1.073enfantshandicapésauditifssur

3.246 enfants handicapés ont été intégrés en milieu scolaire ordinaire, a-t-elle pré- cisé.

Des partis politiques rejettent la manière de débattre par le Parlement de projets «décisifs» pour le pays

Les représentants de plusieurs partis poli-

tiques à l'Assemblée populaire nationale (APN) ont exprimé jeudi à Alger, leur «rejet de la manière ex- péditive avec laquelle a été programmé le débat de projets de lois importants et décisifs pour l'avenir du pays». «La manière avec laquelle a été programmée le débat de plusieurs projets de lois décisifs et im- portants pour le pays est inique et menace même

le

processus démocratique, les droits politiques

et

les libertés fondamentales en Algérie», ont es-

timé les représentants de ces partis lors d'une conférence de presse au siège l'APN. Il s'agit des projets de lois contenus dans la der- nière Constitution amendée dont le projet de loi organique fixant l'organisation des deux chambres du Parlement, le projet de loi relatif au régime élec- toral et le projet de loi organique relatif à la haute instance indépendante de surveillance des élections. Les partis sont l'Alliance de l'Algérie verte (AAV, Mouvement de la société pour la paix, El Is- lah et Enahdha), le Parti de la Justice et du Déve- loppement, le Front des Forces socialistes, le Parti des Travailleurs et de la Dignité. D'autre part, les représentants des ces forma- tions politiques ont appelé «à ne pas hâter la présentation des projets de lois avant de per- mettre au peuple de les examiner de manière exhaustive et approfondie». En marge de cette conférence, M. Mohamed Djamii, président du groupe parlementaire du parti du Front de libération nationale (FLN), a ap- pelé ces partis «à éviter d'émettre des préjugés sur des projets de lois qui sont encore à la phase de projets qui vont être débattus et enrichis au Par- lement». «Nul n'a le droit d'émettre des préjugés sur les contenus de ces textes qui sont encore à l'état de projets», a-t-il ajouté.

PROJET DE LOI FIXANT L'ORGANISATION DES DEUX CHAMBRES DU PARLEMENT:

Examen des propositions d'amendement

La commission des Affaires juridiques, ad- ministratives et des Libertés à l'Assemblée popu- laire nationale (APN) a tenu jeudi une réunion consacrée à l'examen des amendements proposés

au projet de loi organique fixant l'organisation et

le fonctionnement de l'APN et du Conseil de la Na-

tion ainsi que les relations fonctionnelles entre les deux chambres du parlement et le gouverne- ment. La réunion tenu sous la présidence du prési- dent de la Commision, Amar Djilani a eu lieu en présence des délégués des initiateurs de ces pro- positions d'amendement, au nombre de 51 amen- dements, et la ministre en charge des relations avec

le Parlement, Mme Ghania Eddalia.

LE PROJET DE LOI SUR LE FONCTIONNEMENT DES DEUX CHAMBRES:

51 amendements déposés auprès de la commission spécialisée

Le bureau de l'Assemblée populaire nationale (APN) a déposé auprès de la commission des af- faires juridiques, administratives et des libertés 51 amendements proposés au projet de loi orga- nique fixant l'organisation et le fonctionnement de l'APN et du Conseil de la Nation ainsi que les relations fonctionnelles entre les deux cham- bres du parlement et le gouvernement. Selon un communiqué de l'APN, cette mesure

a été décidée lors d'une réunion présidée par le président de cette institution, Mohamed Larbi Ould Khelifa.

APS

Vendredi 24 - Samedi 25 juin 2016

ACTUALITE

DK NEWS 5

PRODUITS

ALIMENTAIRES

Un groupe de travail pour lutter contre l'excès de sucre, du sel et des matières grasses

Le ministre du Commerce Bakhti Belaïb a procédé jeudi à Al- ger à l'installation d'un groupe de travail chargé de la mise en oeuvre de mesures destinées à lutter contre l'utilisation abusive du sucre, du sel et des matières grasses dans les denrées alimen- taires. Selon un communiqué du mi- nistère, ce groupe de travail a été installé à l'issue d'une réunion de travail et de concertation sur la problématique de l'adjonction du sucre, du sel et des matières grasses dans les denrées alimen- taires, tenu au siége du ministère et présidée par M. Belaïb. Ce groupe de travail est appelé à élaborer «dans l'immédiat» un dispositif réglementaire et norma- tif régissant l'utilisation du su- cre, du sel et des matières grasses dans les aliments, et à lancer des opérations de sensibilisation et d'information à l'endroit des consommateurs et des profes- sionnels quant aux risques dé- coulant de la consommation abu- sive de ces matières. L'application stricte et rigou- reuse des dispositions légales et ré- glementaires relatives à la publi- cité mensongère et trompeuse a été recommandée lors de la réu- nion. Outre les représentants des ministères chargés de la Santé, de l'Industrie et de l'Agriculture, ainsi que ceux de la Direction gé- nérale de la sûreté nationale (DGSN), les associations scienti- fiques et professionnelles concer- nées ont pris part à cette réunion. Cette rencontre a été mise à profit pour examiner essentiel- lement, les répercussions néfastes sur la santé du consommateur engendrées par l'utilisation ex- cessive du sucre et du sel dans les produits alimentaires, notam- ment dans les cafés, les boissons, les biscuits, les chips, les produits carnés, les conserves et d'autres produits, a précisé le communi- qué. Pour dépasser cette situation «alarmante», une démarche mé- thodologique a été préconisée par l'ensemble des acteurs présents.

TEBBOUNE MET DE L’ORDRE :

Vers l'interdiction aux notaires de rédiger tout acte relatif aux logements AADL

Le ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de la ville Abdelmadjid Tebboune a indiqué, jeudi, à Alger que son département était actuellement en concertation avec le ministère de la Justice en vue d'interdire aux notaires de rédiger tout contrat relatif aux logements AADL, y compris les contrats de gardiennage.

Dans une déclaration à la presse en marge d'une séance consacrée aux questions orales au Conseil de la nation, M. Teboune a précisé qu'«une correspondance sera adressée au mi- nistre de la Justice, aujourd'hui ou en début de semaine pour donner des instructions fermes à tous les notaires leur interdisant de rédiger tout contrat relatif aux logements AADL qu'il s'agisse de location, de gardien- nage, de vente ou d'achat».

De nombreux sites Internet se sont spécia- lisés dans la publication d'offres de vente de logements AADL récemment distribués aux souscripteurs 2001 et 2002.

Le ministre a rappelé qu'«il est strictement

interdit de disposer des logements AADL», ajoutant que «tous les services concernés ont été saisis concernant cette question».

Il a indiqué que «des enquêtes sont en

cours, mais il s'agit selon les premières don-

nées, de provocations auxquelles s'adon- nent certains sites électroniques». Outre le fait d'être dépossédé de son loge- ment, le souscripteur qui aura vendu son ap- partement sera poursuivi en justice, selon M. Teboune qui précise que ces souscripteurs avaient signé une déclaration sur l'honneur auprès de l'AADL. Concernant les recours des souscripteurs AADL, M. Tebboune a révélé que la commis- sion des recours au niveau du ministère

que la commis- sion des recours au niveau du ministère avait tranché plus de 20.000 dossiers

avait tranché plus de 20.000 dossiers sur 45.388 recours reçus. Les recours acceptés concernent les sous- cripteurs qui ont perçu des aides de l'Etat dans le cadre de la prise en charge des victimes des

catastrophes naturelles. Il s'agit également des propriétaires de F1 et des propriétaires de de biens communs. S'agissant des Logements promotionnels

publics (LPP), le ministre a affirmé que «toutes les demandes enregistrées seront satisfaites», précisant que la délivrance de la préaffectation aux souscripteurs concernait uniquement les sites dont le taux de réalisa- tion des travaux est avancé. Concernant les secousses telluriques ré- cemment enregistrées dans la wilaya de Mé- déa, le ministre a souligné que les aides finan- cières prévues «sont amplement suffisantes et dépassent les besoins effectifs des habitants de la wilaya», indiquant que 1.000 aides à la construction et 600.000 aides à la restaura-

tion avaient été accordées. L'évaluation de ces aides est basée sur les rapports de l'organisme national de contrôle technique des constructions (CTC) qui a utilisé, pour la première fois, une tech- nique de scanner pour s'enquérir de la situa- tion des constructions, notamment au niveau des fondations, a indiqué le ministre. A une question orale sur la régularisation des logements non conformes ou inachevés, M. Tebboune a souligné que les délais de l'opé- ration qui prendront fin en août prochain ne seront pas prolongés. «Le prolongement est inutile», a-t-il dit, ajoutant «je crois qu'il est impossible de réa- liser en quelques mois ce qui n'a pas été réa- lisé pendant huit ans», a-t-il lancé. Jusque là, l'opération a réalisé les résultats escomptés. Plusieurs cas ont été régularisés, dont les constructions bâties sur des terres re- levant des domaines de l'Etat après achève- ment des mesures de transfert de propriété. La situation de la majorité des logements publics distribués par les Offices de promo- tion et de gestion immobilière (OPGI), l'agenda AADL et l'Entreprise nationale de promotion immobilière (ENPI) a été régula- risée. A partir du mois d'août, des sanctions se- ront prises à l'encontre des propriétaires qui ne se sont pas conformés à la loi 15/08 dé- finissant les règles de mise en conformité des constructions et de leur achèvement allant jusqu'à la démolition. Ces mesures concernent les construc- tions ne pouvant être régularisées, à l'instar de celles bâties sur des réseaux de gaz, sur la voie publique ou encore celles ayant été squattées. Initialement fixées au mois d'août 2012, les délais de l'opération ont été reportés au mois d'août 2013 puis au mois d'août 2016 après ap- probation du parlement.

Toutes les dispositions prises pour garantir un transport sans encombres

Le ministre des Travaux publics et des Transports, Boudjema Talai a assuré, jeudi à Tipasa, que toutes les dispositions ont été prises, par les entreprises de transport ma- ritime, aérien et terrestre, en vue de garan- tir un transport sans encombres des ci- toyens, à la fin du mois sacré du Ramadhan. «Les services d’Air Algérie et de l’'Entre- prise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV) sont fin prêts pour garan- tir un transport sans encombres des ci- toyens, à la fin du mois sacré du Ramadhan, au même titre que des membres de la com- munauté algérienne résidants à l’étranger, attendus en grand nombre, en perspective de la saison estivale» a assuré M.Talai, dans un point de presse, animé en marge d’une céré- monie de sortie d’une promotion d’ingé- nieurs d’état, en mécanique marine, abritée, par l'Ecole nationale supérieure maritime (ENSM) de Bou Ismail(Tipasa).

supérieure maritime (ENSM) de Bou Ismail(Tipasa). Il a rappelé, à ce titre, les nouvelles lignes aériennes

Il a rappelé, à ce titre, les nouvelles lignes aériennes ouvertes vers de nombreux pays eu- ropéennes, parallèlement à l’acquisition de nouveaux bateaux de transport de voyageurs, outre les campagnes de réduction des prix des billets annoncées par Air Algérie et l’EN-

TMV. Soulignant les efforts consentis en vue du développement du transport maritime na- tional, M. Talai a annoncé une prochaine ou- verture d’une ligne maritime Tipasa-Alger, et Cherchell-Alger. Dans le domaine des travaux publics, le mi- nistre a mis en exergue la détermination du

Gouvernement à parachever les projets en chantier «suivant les besoins et les priorités économiques», eu égard aux problèmes finan- ciers accusés par le pays, a-t-il observé. Le ministre des Travaux publics et des

Di-

recteur général de la sureté nationale, le gé- néral major Abdelghani Hamel, a présidé à l’ENSM une cérémonie de sortie d’une pro- motion d’ingénieurs d’Etat, en mécanique marine, durant laquelle il a souligné l’impor- tance de la formation, considéré comme un maillon principal de la stratégie de promo- tion du secteur.

Transports, qui était accompagné par le

CNAS

Délai de régularisation des cotisations antérieures prolongé à fin 2016

Le délai accordé aux employeurs pour ré- gulariser leur situation en matière de coti- sations antérieures, dans le cadre des me- sures exceptionnelles de la loi de finances complémentaire (LFC) 2015, a été prolongé jusqu'à la fin de l'année 2016, a affirmé jeudi à Alger le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El Ghazi. Lors d'une visite d'inspection qu'il a ef- fectuée à la direction générale de la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) à Ben Aknoun, le ministre a indiqué que la prolongation de ce délai à été accordée «au regard du nombre important des em- ployeurs qui se sont présentés pour régula- riser leurs situations en matière de cotisa- tions antérieures vis-à-vis de la CNAS». Au cours de cette visite M. El Ghazi a as- sisté à un exposé sur les résultats enregistrés dans le cadre de la mise en oeuvre de la LFC 2015 en matière de la sécurité sociale, qui dé-

montent que «18.000 échéanciers ont été ac- cordés et 16.288 affiliations volontaires ont

a été enregistrées à la CNAS». Ces résultats ont également relevé que «47% de la population des employeurs (soit 170.266) a bénéficié des mesures excep- tionnelles, dont 83 % d’entre eux (soit 141.166) se sont acquittés de la totalité de la cotisation principale et ont bénéficié de l’annulation des majorations et de pénalités de retards». En matière d'évolution des effectifs, le nombre des salariés déclarés au cours du premier trimestre 2016, représente 80% des effectifs déclarés durant l'exercice 2015, selon la même source. Le même bilan fait ressortir «une aug- mentation des recettes de 10%» durant le pre- mier trimestre 2016 par rapport à la même période de l'exercice précèdent». D'autre part, le ministre a saisi cette oc- casion pour donner des orientations aux res-

ponsables de la CNAS portant particulière- ment sur la nécessité d'élaborer un plan d'ac-

tion portant sur l'amélioration en perma- nence du recouvrement au niveau de toutes les agences de la caisse. M. El Ghazi a également mis l'accent sur l'importance de la formation continue des cadres des agences de CNAS et la maîtrise de la technologie.

Sécurité sociale: inauguration le 5 juillet prochain d'une école supérieure

Le ministre a également effectué une vi- site d'inspection au site de de l'Ecole supé- rieure de la sécurité sociale situé au centre familial à Ben Aknoun et dont les travaux sont en phase finale. A cette occasion, M. El Ghazi a annoncé que l'inauguration officielle de cette école est prévue le 5 juillet prochain. La réalisation de cette école d'une capacité pédagogique de 400 places constitue une démarche straté-

gique dans le cadre de la politique de forma- tion et de développement de la ressource hu- maine dans le domaine de la protection sociale, selon les responsables du secteur. L'école dispensera des formations supé- rieures dans le domaine de la sécurité sociale qui seront sanctionnées par des diplômes. La promotion des connaissances et des compétences nécessaires à la mise en place et à la bonne gestion des systèmes nationaux de la protection sociale conformément aux normes de l'Organisation internationale du travail (OIT) et le développement de la for- mation supérieure dans le domaine de la protection sociale au profit des ressources humaines des pays africains, figurent parmi les objectifs de cette école. Il s'agit également de favoriser l'échange d'expériences et d'expertises en matière de protection sociale à l'échelle régionale et in- ternationale.

APS

6 DK NEWS

ACTUALITE

Vendredi 24 - Samedi 25 Juin 2016

SELON M. FELIOUNE La décision de placement sous surveillance électronique laissée à la discrétion du juge

La décision de pla- cement sous surveil- lance électronique qui entrera prochainement

en vigueur, sera laissée

à la discrétion du juge, a affirmé jeudi à Alger le Directeur général de l'Administration péni- tentiaire, Mokhtar Fe- lioune. Dans une déclaration

à l'APS, M. Felioune a

souligné que le recours au bracelet électronique comme alternative à la mesure privative de liberté, remplacerait dans «une première étape» la détention provisoire, la décision de placement sous surveillance électronique ou en détention provisoire étant laissée

à la discrétion du juge, seul habilité à prendre telle ou

telle décision en fonction du dossier qui lui est sou- mis. «Les pays développés recourrent au bracelet élec- tronique comme alternative à la détention provisoire, mais aussi à la peine privative de liberté de coutre du- rée», a indiqué M. Felioune. Le condamné placé sous surveillance électro- nique est assigné à résidence et reste contrôlé dans tous ses déplacements grâce au bracelet électro- nique qui permet de le repérer à tout moment. Après avoir rappelé que le recours au bracelet élec- tronique confortait, de manière directe, la présomp- tion d'innocence consacrée par la Constitution, M. Fe- lioune a estimé que «cette procédure est de nature à réduire le nombre des mis en cause en détention pro- visoire». «Avec le recours au placement sous surveillance

électronique, l'Algérie aura inscrit son nom sur la liste des rares pays (développés) optant pour ce système qui nécessite des techniques de pointe et de hautes compétences scientifiques», a-t-il précisé, ajoutant que

le ministère de la Justice était parvenu à maîtriser ces

équipements de pointe. «Le bracelet électronique permet de localiser avec exactitude le lieu ou se trouve le porteur si ce der- nier tente de fuire le procès», a poursuivi M. Felioune. De son côté, Me Khaled Bergheul, avocat près la Cour suprême a mis en avant l'importante du recours au placement sous surveillance électronique en Al- gérie qui éviterait la prison aux mis en cause jusqu'au jour de leur procès. «Si le placement sous surveillance électronique ve- nait à être appliqué aussi bien aux mis en cause qu'aux condamnés définitivement, il permetterait à ces der- niers de passer quelques jours en dehors de l'établis- sement pénitentiaire tout en portant le bracelet élec- tronique qui permet de les repérer avec exactitude».

La comparution immédiate, autre mesure de ré- duction du recours à la détention provisoire

La substitution, depuis janvier 2016, de la procé- dure de flagrance par la comparution immédiate a in- duit un recul effectif du nombre des mis en cause pla- cés en détention provisoire, a indiqué le Procureur général près la Cour d'Alger, Hachemi Brahmi. Les derniers amendements du code de procédure pénal ont permis de substituer la procédure de fla- grance par celle de comparution immédiate», a-t-il expliqué précisant que «l'émission de mandats de dé- pôt dans des cas de flagrant délit n'est plus du ressort du parquet, mais de celui du juge de siège, seul garant des libertés et des droits des individus». Le juge de siège en charge de l'affaire lors du pro- cès «détient désormais le pouvoir discrétionnaire l'ha-

bilitant à placer l'accusé en détention préventive, sous contrôle judiciaire ou en liberté», a précisé Me Brahmi qui a ajouté que le «procureur de la Répu- blique n'est plus habilité à émettre des mandats de dé- pôt à la faveur des derniers amendements du code de procédure pénal». Le recours au système de comparution immédiate

a permis, de ce fait, d'«alléger la surcharge sur les ju- ridictions à travers le règlement immédiat et rapide des affaires mineures», a-t-il indiqué. Pour Mr Bergheul Khaled, le recours au système de comparution immédiate a induit un recul sensi- ble du nombre des mis en cause placés en détention préventive ajoutant que toutes les affaires soumises

à ce système étaient mineures et, de ce fait, ne néces- sitaient pas d'enquête.

que toutes les affaires soumises à ce système étaient mineures et, de ce fait, ne néces-

Le ministère de l'Education annonce des «changements radicaux» dans l'organisation du baccalauréat l'année prochaine

Le ministère de l'Education nationale a annoncé jeudi que des «changements radicaux» toucheront dès l'«année prochaine l'organisation de l'examen du baccalauréat et confirmé sa volonté de mettre en échec toute entreprise criminelle ciblant le baccalauréat ou toute autre

épreuve.

«Dès l'année prochaine, seront mis en oeuvre des changements radicaux dans l'organisation de l'examen du baccalauréat, changements qui seront en phase avec les évolutions pédago-

giques et technologiques», a indiqué le

ministère de l'Education nationale dans un communiqué. Il a affirmé «sa volonté de poursui- vre les actions pour mettre en échec toute entreprise criminelle ciblant le

baccalauréat ou toute autre épreuve, car

la fraude ne peut pas et ne doit pas être

acceptée dans un pays qui a tout donné

ne doit pas être acceptée dans un pays qui a tout donné dans son histoire pour

dans son histoire pour la dignité de ses enfants». Le ministère a tenu à rendre hom- mage à tous ceux qui, grâce à leurs ef- forts, ont fait de l'examen partiel du bac- calauréat organisé du 19 au 23 juin une «réussite».

L'hommage s'adresse aux élèves, enseignants, personnel d'encadre-

ment et tous les membres de la com- munauté éducative, «qui malgré toutes les tentatives de déstabilisation, ont su faire preuve de responsabilité». Il s'adresse aussi à tous les corps consti- tués de sécurité dont «l'abnégation a permis d'assurer la sérénité néces- saire durant le déroulement des exa- mens». «La situation difficile vécue, lors de l'examen du baccalauréat de mai 2016, par les élèves, la communauté

éducative et toute la société a rendu né- cessaire que des sacrifices puissent être faits pour nos enfants, afin de leur permettre de passer l'examen dans un climat serein et apaisé, tout en veillant à assurer, scrupuleusement, une réussite par le mérite et une éga- lité des chances pour tous», a souligné

le

ministère. «La mesure d'allégement aléatoire

et

temporaire du flux des réseaux élec-

troniques, rendue nécessaire, était ex- ceptionnelle durant l'examen partiel du baccalauréat», a fait valoir le commu- niqué.

CONCOURS DE RECRUTEMENT DES ENSEIGNANTS:

Report des résultats des épreuves écrites au 27 juin

Le ministère de l'éducation natio- nale a décidé le report de l'annonce des résultats des épreuves écrites du concours de recrutement des ensei- gnants au 27 du mois de juin courant

et l'organisation de l'examen oral les 02

et 03 juillet prochain pour l'annonce des résultats finales le jeudi 07 juillet. Selon un communiqué du départe- ment de l'Education nationale rendu public jeudi, «Il a été décidé le report de l'annonce des résultats du concours

de recrutement des ensignants au au 27 juin pour les épreuves écrites et les admis pourront retirer sur le même site les convocations pour l'examen oral, prévu le samedi 02 et le dimanche 03

juillet 2016 et l'annonce des résultats fi- nales aura lieu le jeudi 07 juillet 2016». La même source précise que «vu la situation compliquée induite par les fuites de certains sujets des épreuves du Baccalauréat et notamment la charge de travail qu'implique l'organi-

sation de la session partielle, le minis- tère de l'Education nationale a donné

la priorité aux résultats des examens

scolaires (5ème et BEF) dont l'annonce

a eu lieu aux dates prévues du 11 juin

pour le premier et 17 juin pour le deuxième», ajoute le communiqué. Par ailleurs, le communiqué rap- pelle que «l'annonce des résultats du Baccalauréat, toutes filières confon- dues, aura lieu au plus tard le 15 juillet

2016».

Fin des épreuves partielles du baccalauréat 2016

Les épreuves partielles du baccalauréat session 2016 ont pris fin jeudi sur fond de crainte des fuites des sujets et un nom- bre important d'absents (plus de 52.000) la plupart des can- didats libres. Le cinquième jour des épreuves partielles du baccalauréat

a pris fin sans fuite des sujets malgré les rumeurs, qui ont été

catégoriquement démenties par le ministère de l'Education nationale. Les sujets publiés sur certains réseaux sociaux sont de faux sujets, avait tenu à précisé le ministère estimant qu'il ne s'agit que de ressemblance des axes tel c'est la cas pour la matière de philosophie. Outre le ministère de la Poste et des Technologies de l'In- formation et de la Communication, tous les secteurs concer-

nés ont été mobilisés pour sécuriser les sujets et éviter leur fuite

à l'image de la Sûreté et la Gendarmerie nationales. Dans l'objectif de protéger les candidats au baccalauréat contre les tentatives de déstabilisation par la publication de la faux sujets et le colportage des rumeurs malveillantes, il a été

procédé pendant des horaires des épreuves à la restriction de l'accès aux principaux réseaux sociaux. Selon la ministre de la Poste et des Technologies de l'Infor- mation et de la Communication, Houda Feraoun, ces mesures ont permis «l'avortement de tentatives criminelles qui visaient

à mettre en péril le devenir des milliers de candidats au bac- calauréat». Plus de 52.000 candidats, dont plus de 47.000 candidats li- bres, concernés par les examens partiels du baccalauréat se sont absentés aux épreuves du premier jour sur un total de 147.763. Sur 409.134 candidats scolarisés inscrits à ces examens, 5.387 ne se sont pas présentés aux épreuves. Plus de 555.000 candidats ont été concernés par les épreuves partielles dans les matières où les sujets ont connu des fuites pour cinq filières, à savoir, les Sciences expérimentales (7 ma-

tières), les Maths, les Maths techniques et la Gestion-Econo- mie (4 matières), les Lettres et Langues étrangères (1 matière). Les résultats du BAC seront annoncés, au plus tard, le 15 juil- let prochain.

Première réunion de l'ARAV consacré au «plan d'action à venir»

L'Autorité de régulation de l'audiovi- suel (ARAV) a tenu jeudi sa première ren- contre, sous la direction de son président, Zouaoui Benhamadi, consacré au «plan d'action à venir», a-t-on appris de source proche de cette instance. Cette première réunion a été consa- crée au «plan d'action à venir», notam- ment les instances prévues (commis- sions), le cahiers des charges et les dif- férents textes relatifs au secteur audio- visuel ainsi que sa relation avec les dif- férents médias du champ audiovisuel na- tional, a précisé la même source. L'ARAV, une institution prévue par la loi relative à l'activité audiovisuelle de

2014 pour réguler le champ audiovi- suel en Algérie et consolider la mission du service public, a été installée lundi der- nier par le Premier ministre, Abdelma- lek Sellal. L'ARAV n'a «ni adversaires ni ennemis» dans le secteur de l'audiovisuel, avait affirmé M. Benhamadi, en marge

de la cérémonie d'installation, ajoutant que cet organe compte travailler avec ces médias comme des partenaires. «En

tant qu'institution nouvelle, nous n'avons ni adversaires ni ennemis. Nous allons voir en chacun et chacune des institutions de l'information, plutôt un partenaire avec lequel nous allons tra- vailler et avancer», avait-il déclaré. Il avait ajouté qu'il allait essayer de faire un état des lieux de la situation de l'audiovisuel, relevant qu'«ensuite il y a tout simplement l'application de la loi». Cette Autorité indépendante assu- mera ses prérogatives à la fois en tant que garant et gardien de la liberté d'exercice du métier. L'ARAV est composée de 9 membres nommés par décret présidentiel : 5 membres, dont le président, sont dési- gnés par le président de la République, 2 membres non parlementaires, propo- sés par le président du Conseil de la na- tion, et 2 membres non parlementaires, proposés par le président de l'Assemblée populaire nationale. Elle est chargée de garantir l'objecti- vité et la transparence, de veiller à la pro- motion et au soutien des deux langues

nationales et de la culture nationale et au respect de l'expression plurielle des courants de pensée et d'opinion dans les programmes des services de diffusion so- nore et télévisuelle, notamment lors des émissions d'information politique et générale. En matière de contrôle, l'Autorité doit, entre autres, veiller à la conformité aux lois et règlements en vigueur, de tout programme audiovisuel diffusé, quel que soit le support, s'assurer du respect des quotas minimums réservés à la pro- duction audiovisuelle nationale et à l'ex- pression en langues nationales. Pour accomplir ses missions, cet or- ganisme est doté de prérogatives d'ins- truire les demandes de création de ser- vices de communication audiovisuelle et de se prononcer sur leur recevabilité, d'octroyer les fréquences mises à sa dis- position par l'organisme public chargé, de la télédiffusion, en vue de la création de services de communication audiovi- suelle terrestre.

APS

Vendredi 24 - Samedi 25 Juin 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS 7

ARMÉE : À PARTIR DE IN-AMENAS (ILLIZI)

Gaïd Salah salue les «efforts soutenus» des unités de l'ANP dans l'exécution du programme de préparation au combat

Le général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP) a salué, jeudi à In-Amenas (Illizi), les unités de l'ANP pour «leurs efforts soutenus» dans l'exécution du programme de préparation au combat, à même de faire face aux défis sécuritaires que peuvent imposer les zones frontalières.

Le général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, effectue depuis mercredi une visite de «travail et d'inspection» dans la 4e Région militaire, afin de s'enquérir de la «disponibilité opération- nelle» des unités de l'ANP déployées le long des frontières du pays et «dans le cadre des visites périodiques sur le ter- rain aux différentes Régions militaires durant le mois sacré de ramadhan», pré- cise un communiqué du ministère de la Défense nationale. Cette visite s'inscrit dans le cadre de «l'évaluation de l'exécution du pro- gramme de préparation au combat

pour l'exercice 2015-2016, et ce, à travers des exercices tactiques», précise la même source. A ce titre, au niveau du secteur opé- rationnel nord-est In Amenas, wilaya d'Illizi, le général de corps d'Armée a su- pervisé, jeudi matin, l'exécution d'un exercice tactique avec des tirs à balles réelles, dans des conditions proches du réel et auquel ont pris part différentes unités des Forces terrestres et aériennes,

à leur tête la 41e Brigade Blindée. L'exercice a pour thème «la Brigade en contre offensive». A l'entame, le général de corps d'Ar- mée a suivi une présentation du Com- mandant du secteur opérationnel nord- est In Amenas, portant sur l'idée géné- rale de l'exercice et ses différentes étapes de déroulement, et qui a pour ob- jectif l'entraînement des éléments et des unités aux situations de combat proches du réel, ainsi que l'évaluation du niveau d'aptitude des unités à mener leurs missions avec la précision requise. Le général de corps d'Armée a suivi par la suite l'exposé sur la décision du com- mandant de la Brigade menant cet exer- cice. Au champ de manúuvres et en compagnie du général-major Cherif Abderrezak, commandant de la 4e Ré- gion militaire, le général de corps d'Ar-

la 4e Ré- gion militaire, le général de corps d'Ar- mée a supervisé les actions de

mée a supervisé les actions de combat menées par les unités engagées, «distin- guées d'un professionnalisme remar- quable dans toutes leurs étapes, avec un niveau tactique et opérationnel très appréciable, reflétant une rigueur de planification et d'organisation». Les unités engagées dans cet exercice

ont également fait preuve d'«un haut ni- veau de compétence des cadres dans le montage et la conduite des différentes actions de combat, ainsi que du savoir- faire et de l'aptitude des personnels à maîtriser les différents systèmes d'arme- ments et des équipements mis en ser- vice, ce qui a contribué amplement à la réalisation de très satisfaisants résultats en terme de précision de tirs», note la même source. A l'issue et lors d'une rencontre de dé- briefing et d'évaluation des étapes de cet exercice, le général de corps d'Armée s'est réuni avec les éléments des unités engagées en les saluant et félicitant pour «leurs efforts soutenus, consentis tout au long de l'année de préparation au combat, notamment lors de la pré- paration et l'exécution de cet exercice couronné d'une parfaite réussite et qui

coïncide avec le mois sacré de Rama- dan». «Notre ferme et permanente vo- lonté à créer une parfaite cohésion en- tre l'effort de préparation au combat, d'une part, et la démarche active et po- sitive avec la nature de nos missions, d'une autre part, nous permettent de réi- térer, aujourd'hui et suite à ces résultats encourageants réalisés lors de cet exer- cice, et sans exagération, que nous avons réussi à atteindre cet objectif qui va permettre à nos Forces armées de faire face à l'ensemble de défis sécuri- taires que peuvent imposer ces zones frontalières, que Son Excellence Mon- sieur le Président de la République, chef suprême des Forces armées, minis- tre de la Défense nationale, ne cesse de conférer une grande importance à leur sécurisation d'une façon permanente et efficiente, et ce, en faisant preuve du sens du devoir et de responsabilité, en mobilisant tous les moyens humains et matériels et en ayant recours à l'ensem- ble des expériences acquises pour re- hausser le niveau d'aptitude et d'opéra- bilité de notre corps de bataille, à la hau- teur des missions constitutionnelles assignées à l'Armée nationale popu- laire, digne héritière de l'Armée de libé- ration nationale», a affirmé le chef d'état-major de l'ANP. «Cet exercice constitue, sans doute, une véritable évaluation et sert d'indice précis et objectif du degrés d'assimila- tion des différents programmes de pré- paration au combat et des enseigne- ments et expériences acquis sur le ter- rain au cours des dernières années», a- t-il fait remarquer. Pour leur part, les cadres et les per- sonnels participant à cet exercice ont réi- téré leur «entière et permanente dispo- nibilité à défendre nos frontières natio- nales contre toute éventuelle menace, quels que soient sa nature et son ori- gine», ajoute le communiqué.

Inspection d'unités relevant du secteur opérationnel de Biskra

Le général de corps d'ar- mée, Ahmed Gaïd Salah, vice ministre de la Défense natio- nale, chef d'état-major de

l'Armée nationale populaire (ANP), poursuit sa visite à le 4eme Région militaire à Ouargla en se rendant, au troisième jour, au secteur opérationnel de Biskra où il

ment de leurs missions, de jour comme de nuit, tout au long de l’année et en toutes circonstances, avec une dili- gence sans égal, une sérénité hors pair et une efficacité reconnue par tout le monde, témoignent incontestable- ment de la foi totale en les va- leurs nationales, de la fierté

qui témoigne également de leur haute détermination et de leur loyauté au serment des Chouhada, qui demeure une lanterne luisante qui leur illumine le chemin et les

guide, à l’instar de leurs aînés moudjahidine de l’Armée de libération nationale, sur la voie de garantir les facteurs

cupations, et leur disponibi- lité permanente à se dresser face à toute tentative d’at- teinte à la sécurité de l’Algé- rie et sa stabilité». Il convient de signaler que le général de corps d’ar-

mée a supervisé jeudi au ni- veau du Secteur opérationnel nord-est In Amenas, l'exécu-

a

été marqué par «un profes-

grâce à la parfaite interopé-

à

la précision des tirs».

inspecté un nombre d'uni-

tés, à l'instar de l'école d'ap- plication des troupes spé- ciales, indique vendredi un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). Accompagné du général major Cherif Abderrezak, commandant de la 4e région militaire, le chef d'état-major

a

d’appartenir à cette Patrie si chère et d’honorer le de- voir de défendre la terre de l’Algérie et son peuple, et préserver sa sécurité, son indépendance, sa stabilité et son intégrité territoriale», a indiqué le Général de corps d'armée. Il a rappelé, une fois de plus, la nécessité de «faire

de défense de la Patrie et d’assurer les impératifs de sa dignité parmi les nations», a ajouté le vice ministre de la Défense nationale. «Tels sont les vertus et les caractéristiques louables par lesquelles s’est distinguée l’Armée nationale populaire, grâce à l’attachement de ses éléments à leur riche patri-

tion d'un exercice tactique avec des tirs à balles réelles, auquel ont pris part diffé- rentes unités des Forces ter- restres et aériennes, et qui avait pour thème «la Brigade en contre offensive . Gaïd Salah a supervisé de près la haute précision dans l’exécution de cet exercice dans toutes ses étapes, et qui

de l'ANP a donné une allocu- tion d'orientation aux cadres

preuve de vigilance et de di- ligence fermes et perma-

moine civilisationnel et cul- turel, et le grand respect

sionnalisme remarquable,

et

éléments de la Région dans

nentes, afin de garantir les

qu’ils portent à leur glorieuse

quelle il a réitéré «l'impor-

tance majeure qu'il accorde personnellement à la for-

la

facteurs de défense de la Pa- trie et d’assurer les impéra- tifs de sa dignité parmi les na-

histoire nationale, qui leur a permis d’atteindre l’excel- lence professionnelle, et

rabilité entre les unités enga- gées et au strict respect des différentes étapes du plan et

mation, à l'instruction et à la préparation au combat de haut niveau». «La présence permanente des éléments de l'ANP, aux côtés de l’ensemble des au-

tions». «C’est une preuve évi- dente et indéniable de la conscience des éléments de l’ANP quant à la grandeur des enjeux, rappelés à maintes occasions par Son

grâce à laquelle leurs âmes et c£urs se sont imprégnés de l’esprit d’altruisme, de sa- crifice et de prouesse», a-t-il encore ajouté. A l’issue de la rencontre,

Ces résultats «ne sont ac- quis que par la rigueur dans la préparation, la planifica- tion et l’exécution des diffé- rentes actions de combat et

tres corps de sécurité, sur

Excellence le président de

le

Général de corps d’armée

ce, tout au long de l’année de

toute parcelle de notre terri-

la République, Chef suprême

a

des personnels de la Région

cédé la parole à l’ensemble

préparation au combat de

toire national, et leur persé- vérance dans l’accomplisse-

des Forces armées, minis- tre de la Défense nationale, ce

pour exprimer «leurs préoc-

haut niveau», rappelle la même source.

LUTTE ANTITERRORISTE Un important lot d'armes découvert à Bordj Badji Mokhtar (MDN)

Une cache contenant un important lot d'armes et de munitions a été découverte mercredi à Bordj Badji Mokhtar (6e Région militaire), par un détachement de l'Armée nationale populaire (ANP), suite à une pa- trouille de reconnaissance près des frontières sud du pays, indique jeudi un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). «Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte antiterroriste, et grâce à la permanente vi- gilance de nos forces armées, un détachement de l'Ar- mée nationale populaire (ANP) a découvert, hier 22 juin 2016, à Bordj Badji Mokhtar, (6e Région militaire), une cache contenant un important lot d'armements et de munitions, suite à une patrouille de reconnaissance près des frontières sud du pays», précise le MDN. Cette opération a ainsi permis de saisir, «(1) mitrail- leur lourd de calibre (14,5 mm), (1) mitrailleur de type RPK, (7) pistolets mitrailleurs de type Kalachnikov, (3) fusils à répétition, (1) fusil semi-automatique, (20) ro- quettes RPG-7, (7) charges propulsives RPG-7, (3977) balles de différents calibres, (1) grenade, et (25) kilo- grammes de substances explosives», ajoute la même source.

Destruction de 2

casemates à Batna et

10 mines à Tizi Ouzou

Des détachements de l’Armée Nationale Popu- laire ont détruit mercredi 2 casemates qui servaient

de refuges pour terroristes à Batna/5°RM et 10 mines

à Tizi Ouzou/1°RM, a indiqué jeudi un communiqué

du ministère de la Défense. «Dans le cadre de la lutte antiterroriste, des déta- chements de l’Armée Nationale Populaire ont détruit, le 22 juin 2016, deux (02) casemates qui servaient de refuges pour terroristes à Batna/5°RM et dix (10) mines à Tizi Ouzou/1°RM», précise la même source. Par ailleurs et dans le cadre de la lutte contre le crime organisé, «des éléments des Gardes-frontières ont saisi 760 kilogrammes de kif traité à Tlemcen/2°RM», ajoute le communiqué. A Tindouf/3°RM, un détachement de l’ANP a saisi trois (03) véhicules tout-terrain et 1.780 litres de car- burant, tandis qu’à Tamanrasset/6°RM, des éléments de la Gendarmerie Nationale ont saisi deux (02) autres véhicules et quatre (04) détecteurs de métaux. Par ailleurs et dans le cadre de la lutte contre l'émigration clandestine, des unités des Gardes-côtes d'Annaba/5°RM ont déjoué une tentative d'émigration clandestine de (75) personnes à bord de trois (03) em- barcations de construction artisanale au Nord-ouest de Ras El-Hamra.

SAISIE DE DROGUE

17 quintaux de kif

traité saisis à Tlemcen,

Chlef et Béchar (MDN)

Plus de 17 quintaux de kif traité ont été saisis jeudi

à Tlemcen, Chlef et Béchar, a indiqué hier le ministère

de la Défense nationale dans un communiqué. «Dans le cadre de la lutte contre la criminalité or- ganisée, un détachement de l'ANP et des éléments des gardes frontières ont arrêté, le 23 juin 2016, à Tlemcen /2RM, deux (02) narcotrafiquants et saisi 16.49 quin- taux de kif traité, tandis que des éléments de la Gen- darmerie nationale ont saisi une autre quantité de 33.105 kilogrammes à Chlef/1RM. De même un détachement de l'ANP a saisi, à Bé-

char/3RM, 53 kilogrammes de kif traité», précise la

même source. A Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam/6RM, des détachements de l'ANP «ont ar- rêté deux (02) contrebandiers et saisi 41.732 tonnes de denrées alimentaires». A Tébessa, Souk Ahras et El.Tarf/5RM, des unités des gardes frontières «ont dé- joué une tentative de contrebande de 22480 litres de

carburant, alors que dans la wilaya de Biskra/4RM, un détachement de l'ANP a arrêté un contrebandier à bord d'un camion chargé de 47.20 quintaux de tabac». Par ailleurs et dans la cadre de la lutte contre l'émigration clandestine, des unités des gardes cotes d'Annaba/5 RM «ont déjoué une tentative d'émigration clandestine de dix-huit (18) personnes à bord d'une em- barcation de construction artisanale au nord ouest de Ras El-Hamra», ajoute la même source.

APS

8 DK NEWS

RÉGIONS

Vendredi 24 - Samedi 25 Juin 2016

ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL :

Un institut de

1.000 places

projeté à Ouargla

Un Institut d’enseignement professionnel (IEP) d’une capacité théorique de 1.000 places pédagogiques est projeté à Ouargla et ses tra- vaux on atteint un avancement de 75 %, a-t-on appris jeudi auprès de la direction locale du sec- teur de la formation et de l’enseignement pro- fessionnels. Livrable au premier trimestre de l’année pro- chaine au plus tard, ce futur institut spécialisé dans l’enseignement professionnel est des- tiné à accueillir les élèves issus des établisse- ments éducatifs, notamment les élèves de 4ème année moyenne admis au cycle post- obligatoire et des élèves réorientés de la 1ère an- née secondaire scientifique ou technologique, a-t-on signalé. Pendant leur cursus sanctionné par un diplôme, ces élèves vont bénéficier d’une formation académique et qualifiante dans différentes spécialités scientifiques, tech- niques et technologiques, outre un stage pra- tique de formation en milieu professionnel, a- t-on expliqué. Le cursus d’enseignement professionnel, qui répond aux besoins du marché de l’emploi, comprend deux (2) cycles de formation d’une durée de deux (2) ans chacun, sanctionnés par un diplôme d’enseignement professionnel pour de 1er cycle et 2ème cycle (DEP 1 et DEP2). Le DEP 2 ouvrira la voie à la préparation d’un diplôme de Technicien supérieur (TS) dans la même spécialité, durant une période de 18 mois. Une enveloppe de plus de 400 millions DA a été dégagée du Programme sectoriel de déve- loppement (PSD-2013) à la réalisation et l’équi- pement de cet institut qui occupe une superfi- cie de 3,2 hectares, au niveau de la zone des équi- pements publics (chef-lieu de la wilaya), selon sa fiche technique. L’institut disposera de di- verses installations, dont une aile pédagogique composée d’une vingtaine de classes, un am- phithéâtre de 180 places, une bibliothèque et quatre (4) ateliers, en plus d’un internat de 300 lits et d’un réfectoire. Le secteur de la formation et de l’ensei- gnement professionnel à Ouargla sera ren- forcé prochainement par quatre (4) nouveaux Centre de formation professionnelle et d’ap- prentissage (CFPA), en cours de réalisation dans différentes communes, signale-t-on de même source. Dotés d’une capacité d’accueil de 300 places pédagogiques et 60 lits chacun, les CFPA pro- jetés sont localisés à Bamendil (commune d’Ouargla), Sidi-Khouiled, Hassi Ben Abdallah et Zaouia El-Abidia. Ces nouvelles structures sont appelées à consolider les capacités d’accueil du secteur dans la wilaya de Ouargla qui compte actuellement quinze (15) CFPA, quatre (4) ins- tituts nationaux spécialisés, en plus de 14 éta- blissements de formation privés agréés, d’un centre régional d’enseignement à distance et de 40 sections détachées en milieu rural. Le secteur compte également onze (11) inter- nats totalisant 1.200 lits, dont 120 lits pour les filles, et autant de demi-pensionnats servant quelque 2.000 repas, selon les statistiques fournis par la direction locale du secteur.

RAMADHAN/SOLIDARITÉ

Un million de repas chauds seront distribués

Le président de l'association caritative SIDRA, Filali Nacim a fait savoir jeudi soir à Alger que celle ci se proposait de distribuer un million de repas chauds jusqu'à la fin du mois de ramadan.

Plus de 7000 familles dé- munies de la capitale et de 30 autres wilaya ont bénéficié de lots de produits alimentaires pour un montant de 7000 DA, a indiqué le responsable à l'issue d'un Iftar collectif et d'une soirée artistique or- ganisés à la salles des fêtes du 20 août, dans la commune de Mohamed Belouizdad. Il a ajouté que plus de 100 loca- taires de centres pour per- sonnes âgées d'Alger ont été conviés à ce Iftar collectif organisé dans le cadre des ef- forts visant à dynamiser l'es- prit de solidarité et d'en- traide sociale en ce mois du jeun et de piété précisant que cette initiative qui a concerné les résidents des

que cette initiative qui a concerné les résidents des centres pour personnes âgées de Sidi Moussa

centres pour personnes âgées de Sidi Moussa et Dely Brahim, a été organisée avec le concours du forum des

Chefs d'entreprise et une banque privée. L'association Sidra, fon- dée en 2009, a pour mission

principale, selon les explica- tions fournies par son res- ponsable, de promouvoir la la citoyenneté active des jeunes à travers des projets de service communautaire. SIDRA intervient dans le do- maine de l'aide alimentaire à travers le projet «Algerian Food Bank» première banque alimentaire en Algé- rie. De son coté le responsa- ble de la communication de la fondation Zelagui Moha- med Amine, a annoncé qu'une campagne de volon- tariat sera lancée après l'Aïd El fitr pour le nettoiement des plages d'Alger en prévi- sion de la saison estivale en collaboration avec plusieurs parties.

OUM EL-BOUAGHI

Progrès notable dans la modernisation et l'extension du réseau routier

La wilaya d’Oum El-Bouaghi a réa- lisé un bond significatif dans la mo- dernisation et l'extension de son ré- seau routier, faisant d’elle "une wilaya pilote" dans ce secteur, a affirmé jeudi le wali Abdelhakim Chater. Ce progrès est le fruit de la mobi- lisation, par les pouvoirs publics, d’un apport financier colossal es- timé à 19 milliards de dinars, permet- tant la réalisation de 38 opérations dans le cadre du plan quinquennal

SÉTIF : RAMADHAN

La police s’implique pour la bonne cause et l’esprit de solidarité pour réduire les accidents de la route

2010-2014. L’exécution de ces actions a permis, a-t-il relevé, l’achèvement de 95,3 km sur un linéaire de 145,5 km de routes à double voie, et 21 km sur un ensemble de 26 km de routes d’évitement, ainsi que l’entretien de 10 km de routes détériorées sur les 12 km concernés dans ce cadre. Concernant la requalification des routes nationales, le même responsa- ble a précisé que les efforts de la wi- laya et de la direction des travaux

publics ont conjointement permis la réalisation de 20,5 autres kilomè- tres. S’agissant des travaux d'entretien des routes municipales qui se sont dé- tériorées dans leur ensemble en rai- son de la faiblesse des budgets des 29 communes que compte la wilaya, le wali a soutenu que cette enveloppe fi- nancière a permis la maintenance d’un linéaire de 97,5 sur 102 km pro- grammés pour réfection.

Azzedine Tiouri

C’est sous le slogan ‘’ Un Ramadhan sans accident de la route’’ que la Sûreté de wilaya de Sétif organise chaque week—end un iftar collectif au profit des usagers de la route qui seront en déplacement au moment de la rupture du jeûne. Ces bonnes actions visent à la concrétisation de l’initiative hu- manitaire lancée par la direction générale de la Sureté natio- nale en ce mois sacré et par la même, sensibiliser les conduc- teurs et autres usagers de la route à respecter le code et sur- tout réduire la vitesse durant la courte période précédent la rupture du jeûne d’une part, tout en aspirant à renforcer le principe de la police de proximité avec les différentes couches de la société tout en les invitant à la table de l’iftar, d’autre part. Pour concrétiser dans les faits cette opération, un barrage routier de sécurité a été dressé spécialement à l’entrée ouest de la ville de Sétif sur la RN 5 à proximité de la gare routière où les automobilistes de passage sont invités par des cadres

et agents de police, aux côtés de jeunes scouts volontaires, à prendre part à la rupture du jeûne aux repas chauds de l’if- tar. C’est ainsi que pour ce dernier week-end, selon la cellule de communication de la Sureté de wilaya de Sétif il a été dis- tribué plus de 150 repas, dont une cinquantaine emportés par ceux qui n’ont pas pu joindre le centre de l’iftar. La même source ajoute que l’objectif de cette initiative s’ins- crit dans le domaine des activités de sensibilisation des forces de police au profit des citoyens sur les dangers de la route tout en leur inculquant une meilleure culture de la sécurité routière surtout à l’approche de l’iftar qui connaît une recru- descence d’accidents de la circulation dû généralement à l’ex- cès de vitesse. Cette initiative humanitaire de partage avec autrui en ce mois sacré de piété et de pardon ne pourra que tisser encore davantage des liens fraternels avec le policier qui a prouvé une fois de plus qui n’était pas là uniquement pour réprimander, sévir ou dresser des procès-verbaux. Des gestes qui honorent l’institution policière.

TOURISME À TIZI OUZOU

Rencontre avec les porteurs de projets pour la levée des contraintes

Une rencontre avec les porteurs de pro- jets dans le secteur du tourisme dans la wi- laya de Tizi-Ouzou a été organisée jeudi par le wali Brahim Merad, en vu de lever les contraintes retardant le lancement de ces investissements. Lors de cette rencontre, le directeur du Tourisme et de l'artisanat, Rachid Gheddou- chi, a informé qu'un total de 110 projets est inscrit au niveau de la wilaya, dont 17 sont en cours de réalisation et 93 non encore lan- cés. Sur ces 93 projets non lancés, 38 ont re- çus l'accord de principe du ministère de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat, mais seul quatre investis- seurs ont obtenu un permis de construire. Ces projets non lancés, dont des rési-

dences touristiques, des hôtels et des relais routiers, permettront de créer plus de 2 200 emplois, a-t-il fait savoir. Durant cette rencontre, le wali a passé en revue, un à un, l'ensemble des dossiers d'in- vestissement. Le non lancement des projets est principalement lié à la non délivrance du permis de construire par la direction de l'urbanisme et de la construction (DUC), suite à des observations et des recomman- dations émises par les services compé- tents. La DUC a été instruite afin de délivrer ce document afin de permettre à l'investis- seur de lancer son projet, tout en veillant, ensuite, à l'application des recommanda- tions émises et à la levée des éventuelles ré- serves formulées. Le wali a rappelé que Tizi- Ouzou est "une région hautement touris-

tique qui recèle d'énormes potentialités aussi bien en balnéaire qu'en climatique avérées." "Le temps n'est plus au constat mais à l'action. Nous devons agir pour booster l'investissement en levant les éven- tuels blocages et en accompagnant les por- teurs de projets", a-t-il insisté. Selon le chef de l'exécutif "l'investisse- ment dans le domaine des services, notam- ment dans le secteur touristique, permet de créer un nombre important d'emplois di- rects et indirects et la mise en place d'une dynamique économique locale qui aura éga- lement un impact positif sur la promotion de l'artisanat traditionnel". M. Merad a de- mandé aux directions concernées d'ac- compagner les opérateurs pour la concré- tisation de leurs investissements ce qui

permettra de créer de la richesse et de l'emploi, rappelant que le gouvernement en- courage l'investissement privé à travers notamment des facilitations. "Le gros de nos efforts sera orienté vers l'encouragement de l'investissement et la concrétisation des pro- jets à travers un suivi régulier par des séances de travail avec les opérateurs et sur le terrain", a indiqué le wali de Tizi Ouzou qui a informé que des réunions trimes- trielles seront organisées afin de suivre l'évolution des projets jusqu'à leur aboutis- sement. Cette réunion fait suite à une série de rencontres avec les investisseurs, par sec- teur, et dont la première a été tenue la se- maine dernière avec les porteurs de projets industriels.

APS

Vendredi 24 - Samedi 25 juin 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

DROGUE

Plus de 15 tonnes de résine de cannabis et près 2 kg d'héroïne saisis en cinq mois (DGSN)

Plus de 15 tonnes de résine de cannabis et près de 2 kg d'héroïne ont été saisis durant les 5 premiers mois de l'année 2016 par les éléments de la police nationale, a indiqué jeudi à Alger un responsable de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).

«Durant les 5 premiers mois de 2016, plus de 15,658 tonnes de résine de cannabis, 1,631 kg d'héroïne, 4,352 kg de cocaïne et 209.645 comprimés de substances psychotropes ont été sai- sis», a précisé le commissaire princi- pal, Djamel Guissoum, chef de service au centre de la lutte contre le trafic illi- cite de stupéfiants et de substances psychotropes à la DGSN. Il a ajouté que durant la même période, 11.073 affaires ont été traitées et 14.152 personnes interpellées dont 6.722 placées en détention provisoire. M. Guissoum a indiqué que pour l'année 2015, quelque 41,705 tonnes de résine de cannabis, 2,574 kg d'héroïne, 2,984 kg de cocaïne et 393.429 compri- més de substances psychotropes ont été saisis. Il a ajouté que durant la même période, 15.563 affaires ont été traitées et 19.855 personnes interpellées dont 14.645 placées en détention provisoire. Pour ce responsable, le trafic illicite de stupéfiants et de substances psy- chotropes a connu un «essor dange- reux», visant notamment les jeunes dans toutes les sociétés du monde, relevant que la DGSN avait mis au point un plan global pour lutter contre ce phénomène. Ce plan s'articule autour de la pré- vention, en créant un contact direct et des campagnes de sensibilisation en direction notamment des écoliers, dans leurs différents paliers, ainsi que

BLIDA

Arrestation d’un étudiant pour avoir usurpé l’identité d’un candidat au baccalauréat

Les services de la sûreté de wilaya de Blida ont procédé à l’arrestation d’un étudiant universitaire, pour s’être pré- senté sous l’identité d’un can- didat au baccalauréat, en vue de passer cet examen à sa place, a-t-on appris, mercredi auprès de la cellule d’informa- tion et de presse de ce corps sécuritaire. Selon la source, des éléments de la 4eme sureté urbaine se sont déplacés, lundi, vers un centre d’examen du baccalau- réat, suite à une plainte les informant qu’un individu a usurpé l’identité d’un candi- dat au bac, en vue de passer, à sa place, les épreuves de mathématiques. L’enquête menée en consé- quence a révélé que le mis en cause est effectivement entré dans un centre d’examen, et que les enseignants chargés de la surveillance ont voulu s’assurer de son identité, découvrant qu’il n’avait aucun papier (d’identité) sur lui. Présentés devant la justice, en compagnie du véritable candi- dat au bac, également arrêté, les deux comparses ont été placés en détention préven- tive.

comparses ont été placés en détention préven- tive. la prise de mesures coercitives, conso- lidées par

la prise de mesures coercitives, conso- lidées par le renforcement de l'élé- ment matériel et humain qui opère sur le terrain pour combattre directe- ment les différents réseaux. Pour sa part, le commissaire princi- pal, Hind Akkouche de la cellule de communication de la DGSN a rappelé qu'un réseau international composé de 5 femmes tunisiennes avait été démantelé début juin à Alger pour tra- fic illicite de drogue par les éléments de la police nationale qui ont saisi 5,734 kg de cocaïne. Ce réseau international activait dans plusieurs pays, à savoir le Brésil, les Emirats Arabes Unis (Dubaï) et le

AÏN DEFLA Saisie de plus de 3 tonnes de produits alimentaires impropres à la consommation

Maroc et l'Algérie comme pays de tran- sit, a-t-elle expliqué. Elle a ajouté que les 5 femmes avaient été présentées auprès du parquet d'El Harrach qui les a placées sous mandat de dépôt. «Il y a un effort consenti de la part de la police algérienne par rapport à la technicité et la logistique acquises par ses services ainsi que la formation spé- cialisée et de pointe pour la lutte contre le trafic illicite», a-t-elle sou- tenu. Elle a relevé que les services de police faisaient preuve quotidienne- ment d'une «permanente vigilance» pour lutter contre ce type de crimina- lité en vue de préserver la vie des citoyens.

Au moins de 3,39 tonnes de produits alimentaires impropres à la consom- mation ont été saisis du- rant les dix premiers jours dumois de ramadhan dans la wilaya de Aïn Defla, a-t- on appris jeudi d’un res- ponsable à la direction lo- cale du commerce. La valeur de la mar- chandise saisie dépasse les 701 000 dinars, a indiqué Rédha Hadj Khélifa, res- ponsable du bureau de la qualité à la même direc-

tion, mettant en évidence l’importance de la contri- bution des citoyens dans la lutte contre les pratiques commerciales illicites. Un total de 631 inter- ventions a été effectué du- rant la période considérée par les services de la ré- pression des fraudes de la même direction, a relevé M. Hadj Khélifa, notant que les produits saisis concernent notamment les viandes et les boissons. 84 PV ont été dressé contre les

commerçants transgres- seurs, a-t-il souligné, fai- sant état de sept (7) propo- sitions de fermeture ad- ministrative de locaux commerciaux. Les infractions signa- lées ont notamment trait au non-respect des condi- tions de propreté (19), à l’exposition dans le but de vendre de produits péri- més (9) ainsi qu’au non- respect des conditions de conservation (39), a-t-il précisé.

IMMIGRATION CLANDESTINE :

Examen médical pour 80 candidats interceptés au large d’Annaba

Des examens médicaux ciblant 80 candi- dats à l’immigration clandestine interceptés au large de la mer d’Annaba ont été effectués dans la nuit de mercredi à jeudi par les pra- ticiens des services des urgences médicales et ceux de la protection civile, a-t-on appris jeudi auprès de ces deux instances. Les deux équipes médicales sont interve- nues pour effectuer un test médical d’usage pour les individus arrêtés, âgés entre 4 et 46 ans, suite à la demande de l’unité territoriale desgardes-côtesd’Annabaquilesaintercepté à bord de quatre embarcations. Parmi les per-

ACCIDENTS DE LA ROUTE

sonnes soignées, deux fillettes âgées de 4 et 6 ans accompagnées de leur mère et leur grand-mère, ainsi qu’un jeune de nationa- lité gabonaise, explique le docteur Abdeslam Ben Redjem du service des urgences médi- cales d’Annaba qui a affirmé que tous les res- capés étaient en bonne santé. Lescandidatsàl’immigrationclandestine ont embarqué depuis la plage de Sidi Salem et de Oued Begrat au moment de la rupture du jeûne, et ont été interceptés vers 23H00 à quelques miles au large de la mer d'An- naba.

44 morts et 497 blessées en une semaine

Quarante-quatre (44)

lan publié jeudi par les ser-

dents), précise la même

personnes ont trouvé la mort et 497 autres ont été

vices de la Gendarmerie nationale. Le plus lourd

source. Ces accidents sont dus principalement au fac-

blesséesdans275accidents

bilan a été enregistré dans

teurhumain,àl'étatdesvé-

de la route survenus au ni- veau national durant la pé- riode allant du 14 au 20 juin en cours, selon un bi-

la wilaya d'Alger avec 21 ac- cidents, suivie de la wilaya de Boumerdes (20 sinis- tres) et Médéa (18 acci-

hicules et des routes et à l'inconscience des piétons, conclut la même source.

COMMISSION SECTORIELLE DE PRÉVENTION CONTRE LES FLÉAUX SOCIAUX :

Les jeunes en proie à la toxicomanie

Le coordonnateur de la commission sectorielle de prévention contre les fléaux sociaux, Delimi Mo- hamed Tahar, a affirmé jeudi à Alger que le dialogue d'envergure engagé avec les jeunes par la commis- sion, durant le dernier semestre, a révélé que beaucoup étaient en addiction aux drogues. Lors d'une conférence consacrée à évaluation de l'action de la commission sectorielle de prévention contre les fléaux sociaux qui affectent les jeunes,

à l'instar de la drogue, la violence et l'impact néga-

tif de l'Internet, M. Delimi a tiré la sonnette d'alarme sur «la hausse du nombre de jeunes toxicomanes», affirmant que «beaucoup ont reconnu au niveau des établissements scolaires et centres de formation pro- fessionnelle qu'ils s'adonnaient à la drogue». Il a estimé, dans ce sens, que l'absence de dia- logue a engendré la délinquance juvénile, ajoutant que «les jeunes toxicomanes ont besoin de l'accom- pagnement et de l'intérêt de la part des adultes». M. Delimi a appelé le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Abdelma- lek Boudiaf, présent à la conférence, à la création de nouveaux centres de désintoxication, les centres actuels étant insuffisants face au nombre croissant de jeunes toxicomanes. Le chef de la sûreté de la wilaya d'Alger, Noure- dine Berachedi a salué l'action coordonnée et in- tensive de la commission sectorielle, composée de tous les secteurs dans le but de prémunir les jeunes contre tous les fléaux sociaux, soulignant que 65 campagnes de sensibilisation ont été menées au- près des jeunes au niveau des établissements sco- laires et centres de formation professionnelle. Il a ajouté que l'action de la commission est prin- cipalement axée sur la prévention, en vue de met- tre les jeunes à l'abri des fléaux sociaux, notamment la drogue. Pour sa part, le wali de la wilaya d'Alger, Abdel- kader Zoukh a loué le rôle important de la commis- sion dans la protection des jeunes contre ces fléaux sociaux, une démarche qui s'inscrit, selon lui, dans le cadre du plan général de la Direction gé- nérale de la sûreté nationale (DGSN). La commis- sion a procédé depuis son installation à l'élabora- tion d'études de terrain sur la manière de traiter avec les jeunes et les enfants outre la mise en place d'un plan en prévision de la saison estivale et de la prochaine rentrée sociale, a fait savoir le respon- sable Le président de l'Assemblée populaire de la wilaya d'Alger (APW), Karim Bennour a salué pour sa part l'action de coordination entre les services de sûreté et l'APW d'Alger en matière de protection des jeunes des fléaux sociaux dans le cadre de la commission sectorielle, ajoutant que ces initiatives ont trouvé un écho favorable auprès des citoyens. De son côté, le commandant général des Scouts musulmans algériens (SMA) Mohamed Bouallag a mis en exergue le rôle important de la commission sectorielle en matière de protection des jeunes des fléaux sociaux à travers l'ouverture d'un dialogue sincère avec cette frange de la société, ajoutant que la protection des jeunes relève de la responsabilité de tous. Il a estimé nécessaire d'accorder la priorité à l'ac- tion préventive et d'organiser de larges campagnes de sensibilisation au profit des jeunes et des sco- larisés. La commission sectorielle sur la prévention des fléaux sociaux a été créée en février dernier en coor- dination avec la sûreté de la wilaya d'Alger et l'APW d'Alger. Composée de différents secteurs, notamment l'éducation, la santé, les affaires religieuses, la jeunesse et les sports, Elle a pour mission la pro- tection des jeunes et des scolarisés des fléaux so- ciaux, notamment la drogue, la violence en milieu scolaire et le mauvais usage de l'Internet. Le général major Abdelghani Hamel a été honoré

à cette occasion pour ses efforts en faveur de la pro- motion du corps de la sûreté, de l'humanisation du comportement sécuritaire ainsi que la lutte contre le crime sous toutes ses formes et l'établissement d'une communication entre les jeunes et les ser- vices de sûreté. Etaient présents à cette conférence les ministres de la Santé, de la Population et de la Réforme hos- pitalière, Abdelmalek Boudiaf, de l'Energie, Nou- reddine Bouterfa et de l'Agriculture, Chelghoum Abdesselam.

APS

10 DK NEWS SOCIÉTÉ Vendredi 24 - Samedi 25 juin 2016
10 DK NEWS
SOCIÉTÉ
Vendredi
24
- Samedi
25 juin
2016

INCENDIE DANS UNE PRISON AU KOWEÏT

Un mort et 56 blessés

Un incendie jeudi dans la prison cen- trale de la capitale koweïtienne a fait un mort parmi les déte- nus et 56 blessés, dont un pompier, a indiqué le ministère

de l'Intérieur. Le feu s'est dé- claré dans une unité pour toxicomanes et a finalement pu être maîtrisé, a précisé le ministère sur son site web.

Trente détenus ont été soignés à l'hô- pital de la prison tan- dis que d'autres ont été transportés vers d'autres centres de soins, a-t-on ajouté de même source.

AFRIQUE DU SUD

130 personnes blessées dans un accident de train

DU SUD 130 personnes blessées dans un accident de train Près de 130 personnes ont été

Près de 130 personnes ont été blessées dans la collision jeudi de deux trains dans la banlieue de Durban, ville côtière sud-afri- caine (est), selon les services de se- cours dépêchés sur place. «Vers 15 heures cet après- midi, deux trains de passagers sont entrés en collision à La- montville», le plus vieux towns- hip de Durban, a expliqué le porte-parole des services médi-

UKRAINE:

Plus de 500 personnes malades à cause de l'eau contaminée dans une ville portuaire

Plus de 500 personnes ont de- mandé une aide médicale d'ur- gence ces derniers jours à cause de l'eau contaminée dans la ville portuaire d'Izmail, dans la ré- gion d'Odessa, dans le sud de l'Ukraine, ont rapporté jeudi les autorités. Les autorités locales ont dé- claré que «la plupart des malades souffraient d'une gastroentérite aiguë caractérisée par d'impor- tants vomissements, de la diar- rhée et des douleurs abdomi- nales». «La cause préliminaire de la maladie est la consommation de l'eau contaminée», a déclaré le service d'urgence d'Etat dans un

caux d'urgence ER24, Werner Vermaak. «On a dû venir en aide à 128 personnes et 80 ont été transportées à l'hôpital», a-t-il ajouté. L'un des trains a déraillé et des wagons ont été endommagés sous un pont compliquant le travail des services de secours. Les causes de l'accident n'étaient pas immédiatement connues.

communiqué publié sur son site Internet, cité par des médias. Parmi les patients, 331 enfants étaient dénombrés. Jusqu'à jeudi matin, 221 personnes, dont 115 enfants, étaient encore admises à l'hôpital, et 362 autres avaient pu en sortir. Le maire d'Izmail, a déclaré que les autorités locales s'apprê- taient à purifier et à désinfecter les tuyaux qui distribuent l'eau aux habitants de la ville. Izmail est la principale plate- forme de transport et le plus grand port ukrainien sur le Da- nube, qui relie le pays d'Europe de l'est aux Etats d'Europe centrale et du nord.

SELON L’ONUDC

Le Maroc premier producteur mondial de cannabis en 2014

Le Maroc est resté en 2014 premier producteur mondial de résine de cannabis, selon le rapport 2016 de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), publié jeudi.

Les rapports provenant des Etats membres sur les pays produc- teurs de résine de cannabis «sug- gèrent que le Maroc continue d’être le plus grand producteur mondial de résine de cannabis, suivi par l'Afghanistan et, dans une moindre mesure, le Liban, l'Inde et le Pakistan», souligne l’ONUDC dans son rapport 2016 sur les drogues, basé sur des données disponibles jusqu'à 2014. «L’Europe, l’Afrique du Nord, ainsi que le Proche et le Moyen- Orient demeurent les principaux marchés de la résine de cannabis, toujours produite en majeure par- tie au Maroc et en Afghanistan, comme le montrent les informa- tions concernant la provenance de la résine saisie», note l’ONUDC dans son rapport. Selon les chiffres fournis par l’ONUDC, le Maroc a produit en 2013 quelques 700.000 tonnes de cannabis. La surface cultivée en cannabis avait alors atteint 47.196 hectares. Le Maroc a continué en 2014 à alimenter l’Europe et les pays de l’Afrique du Nord en Cannabis. L’essentiel de cette production a été acheminée via des réseaux de contrebande, alors que l’Afgha- nistan a été le principal pour- voyeur pour les pays voisins comme le Pakistan et l'Iran, selon le rapport. Ayant été signalée par 129 pays au cours de la période 2009- 2014, la culture du cannabis est restée la plus répandue des cultures de plantes servant à produire des drogues, suivie par celles du pavot à opium, puis de la coca, précise le document de l’ONUDC. En 2014, du cannabis sous di- verses formes avait été intercepté dans 95 % des pays ayant fourni des données sur ce trafic et a repré-

pays ayant fourni des données sur ce trafic et a repré- senté plus de la moitié

senté plus de la moitié des 2,2 mil- lions de saisies de drogues signa- lées à l’ONUDC cette même année, suivaient les stimulants de type amphétamine, les opioïdes et les substances dérivées de la coca. «S’il y a eu une forte hausse des sai- sies de drogues de synthèse, le cannabis reste la drogue dont le trafic est le plus répandu dans le monde», note l’ONUDC dans son rapport. L’Office onusien estime, par ailleurs, qu’un adulte sur 20 a consommé au moins une drogue en 2014. Cela représente 250 mil- lions de personnes âgées de 15 à 64 ans, chiffre équivalant approxi- mativement aux populations de l’Allemagne, de la France, de l’Ita- lie et du Royaume-Uni réunies. L’ONUDC avance que plus de 29 millions de consommateurs de drogues souffriraient de troubles liés à cet usage, que 12 millions d’entre eux pratiqueraient l’in- jection et que 14,0 % vivraient avec le VIH sida. Selon les mêmes estimations, 207.400 décès, ou 43,5 décès par million d’habitants âgés de 15 à 64

ans, auraient été liés à la drogue en 2014. «Si ce nombre est également stable, il n’en témoigne pas moins d’une situation inacceptable qui pourrait être évitée», s’inquiète l’ONUDC. L’ONDC précise, par ailleurs que le problème mondial de la drogue est étroitement lié à tous les aspects du développement durable, en expliquant que le développe- ment économique peut rendre les agriculteurs moins susceptibles de participer à la culture et à la pro- duction illicites de ces drogues. Il ajoute que les mesures prises pour éliminer les cultures illicites n’auront de résultats positifs que lorsqu’elles incluent des disposi- tifs visant à garantir des moyens de subsistance de remplacement pour ces agriculteurs et à rétablir la sé- curité et l’Etat de droit. L’Office cite à ce titre les me- sures prises en Colombie ou au Pé- rou qui ont montré que les pro- grammes de développement al- ternatifs peuvent contribuer à «af- faiblir les liens de la population avec les groupes armés et le trafic de drogues».

ALLEMAGNE Plusieurs personnes blessées par un homme armé dans une salle de cinéma

Plusieurs personnes ont été blessées lorsqu'un homme armé s'est retranché jeudi dans un cinéma multiplex de Viernheim où il aurait ouvert le feu, près de Mannheim (ouest), rapportent des médias alle- mands. Selon le site internet de la Frankfurter Allge- meine Zeitung (FAZ), citant des sources proches de la police, l'homme, «lourdement armé», serait entré dans le bâtiment vers 15H00 (13H00 GMT). Selon des

témoins, il aurait ouvert le feu et fait des blessés. Le quotidien Bild, journal à gros tirages, qui avait d'abord évoqué «20 à 50 blessés», parle à présent de «25 blessés par des gaz lacrymogènes», sans citer des sources. L'homme portait une «ceinture de car- touches» autour de l'épaule, selon Bild, et des dizaines de personnes ont quitté en criant le cinéma. La police a bouclé le secteur, poursuit la FAZ et des forces d'in- terventions spéciales ont été dépêchées sur place.

DÉMOGRAPHIE

La population du Royaume-Uni a atteint 65,1 millions à la mi 2015

La population du Royaume- Uni a atteint 65,1 millions au 30 juin 2015, soit une augmentation d’un demi million par rapport à 2014, a indiqué l’Office britan- nique officiel des statistiques (ONS). De juin 2014 à juin 2015, le nombre de résidents au Royaume- Uni (Angleterre, Pays de Galles, Ecosse, et Irlande du Nord) a aug- menté de 513.300 personnes, soit une hausse de 0,8%, souligne l'of- fice dans un rapport. L'augmentation de la popula- tion du Royaume-Uni inclut la croissance naturelle (plus de nais- sances que de décès) et la migra- tion internationale nette qui était

décès) et la migra- tion internationale nette qui était de 335.600, est-il précisé. L’ONS relève que

de 335.600, est-il précisé. L’ONS relève que le chiffre de la croissance naturelle, qui est la

différence entre les naissances et les décès, est à son plus bas taux depuis juin 2006, notant une

baisse du nombre de décès et une diminution constante du nombre des naissances. La plus forte augmentation a été enregistrée en Angleterre (1,58%), la plus basse au Pays de Galles (0,23%), et le nombre de dé- cès a dépassé le nombre de nais- sances au Nord-Est de l’Angle- terre, est-il précisé. La population âgée a continué d'augmenter, avec plus de 11,6 millions de personnes (17,8% de la population) âgées actuellement de 65 ans et plus, et 1,5 millions de personnes (2,3% de la popula-

tion) âgées de 85 ans et plus à la mi

2015.

Par ailleurs, l’office relève une

augmentation de l'immigration et une diminution de l'émigration, tous deux ont contribué à une augmentation de la migration in- ternationale nette (la différence entre le nombre de personnes qui viennent vivre en Grande- Bretagne et ceux qui émigrent). Il est noté que le flux de la mi- gration internationale est à son plus haut niveau depuis juin 2007, alors que le nombre des sorties est à son plus bas depuis 2002. Lon- dres a été la destination de 38% des migrants internationaux. La mi- gration internationale nette la plus faible a été enregistrée au

Pays de Galles.

APS

Vendredi 24 - Samedi 25 juin 2016

SANTÉ

DK NEWS

11

FRANCE

La pollution de l'air responsable de 48 000 morts par an

La pollution de l'air en France cause la mort de 48 000 personnes par an, soit 9% de la mortalité nationale, indique un rapport rendu public par Santé publique France, agence nationale de santé publique.

A travers cette étude publiée mardi, Santé publique France apporte une nouvelle estimation nationale du poids de la pollution par les particules fines PM2.5 en lien avec les activités hu- maines, comme transports, industrie, agriculture, etc. Les travaux ont confirmé que le poids de la pollution atmosphérique en France correspond à une perte d'espé- rance de vie pour une personne âgée de 30 ans pouvant dépasser 2 ans dans les villes les plus exposées et que les villes moyennes et petites, et les milieux ru- raux sont également concernés. Dans les zones urbaines de plus de 100 mille habitants, les résultats mon- trent, en moyenne, une perte de 15 mois d'espérance de vie à 30 ans du fait des PM2.5, alors que dans les zones en- tre 2000 et 100 mille habitants, la perte d'espérance de vie est de 10 mois en moyenne. Ce sont en moyenne 9 mois d'espérance de vie qui sont estimés perdus dans les zones rurales. Les travaux de Santé publique France mettent en exergue que une améliora- tion de la qualité de l'air pourraient

une améliora- tion de la qualité de l'air pourraient apporter des bénéfices sanitaires poten- tiels importants,

apporter des bénéfices sanitaires poten- tiels importants, estimant que 34 000 dé- cès pourraient être évités chaque année «si l'ensemble des communes réussis- sait à atteindre les niveaux de PM2.5 ob- servés dans les 5% des communes les moins polluées de la même classe d'ur- banisation». Par ces travaux, Santé publique

France a confirmé que la pollution at- mosphérique a des conséquences «im- portantes» en termes de santé publique en France, tout en montrant que la mise en place d'actions visant à réduire durablement la pollution atmosphé- rique permettrait d'améliorer «de façon considérable la santé et la qualité de vie de la population».

BRÉSIL

La grippe A (H1N1) y a fait 1003 morts en 2016

Un total de 1003 per- sonnes ont été tuées par la grippe A (H1N1) depuis le début de l'année 2016 au Brésil, qui accueillera le mois d'août prochain les Jeux olympiques à Rio de Janeiro, a indiqué le minis- tère de la Santé. Il s'agit de

la plus forte mortalité liée à cette épidémie depuis

2009.

Entre le 3 janvier et le 11 juin 2016, un total de 5214 personnes ont contracté la grippe A. Cette maladie a ressurgi les mois de mai et juin, lorsque avec la baisse des températures. Mais le regain a débuté cette année avant la fin de l'été austral et a déjà atteint la quasi- totalité des 27 Etats régio-

a déjà atteint la quasi- totalité des 27 Etats régio- naux du pays, ce qui a

naux du pays, ce qui a pris les autorités au dépourvu. «Comme l'épidémie est réapparue en avance, la population vulnérable, non vaccinée, s'est retrouvée sans protection. Dès qu'on s'est mis à distribuer le vac-

cin, les cas ont diminué», a expliqué au site d'informa- tions G1, Caio Rosenthal, de l'Institut d'infectiologie Emilio Ribas. La moitié des cas décla- rés s'est concentrée dans la région sud-est du Brésil

(2606 infectés dont 540 décès), en grande majorité dans l'Etat de Sao Paulo (2197 et 434). A Rio de Janeiro, ont été répertoriés 150 cas dont 44 morts. Le Brésil connaît égale- ment une autre épidémie avec le virus Zika, transmis par le moustique Aedes aegypti et similaire à la dengue. Zika entraîne une microcéphalie du foetus chez les femmes enceintes. Jusqu'au 18 juin, 1616 cas de microcéphalie ont été enre- gistrés au Brésil. Les autorités ont prévu une probabilité minime d'infection au Zika parmi le demi-million de touristes attendus pour les jeux Olympiques, en raison de la chute de la température.

TOGO:

1.820 personnes touchées par la méningite et 123 décès depuis janvier

Une épidémie de méningite survenue au Togo en janvier 2016 a affecté 1.820 personnes

et causé 123 décès, a affirmé mercredi le gouver- nement togolais. D'après un communiqué pu- blié à l'issue du Conseil des ministres mercredi

à Lomé, la région de la Kara, la région centrale

<et la région des Savanes dans l'extrême nord du pays, ont été les seules touchées par l'épidé- mie. Face à l'urgence, le gouvernement, avec l'appui des partenaires, avait pris les mesures de prévention, de traitement et de vaccina- tion qui ont coûté 2 milliards de francs Cfa, a-

t-on souligné. Le Togo fait partie, d'après le com- muniqué, de la ceinture de méningite qui est la bande de terre allant de l'Atlantique à la Mer Rouge, comportant 26 pays avec une population

à risque estimée à 430 millions de personnes.

NIGERIA

Près de 200 morts en un mois dans un camp de déplacés

à Bama (MSF)

Près de 200 personnes sont mortes en un mois dans un camp de déplacés ayant fui les exactions des terroristes de Boko Haram dans le nord-est du Nige- ria, arapportémercredil'organisation Médecins sans frontières (MSF), évo- quant des besoins humanitaires «au- delà de l'imaginable». Une équipe de MSF a pu se rendre mardi pour la pre-

mière fois dans le camp de Bama, à 70

km de la capitale de l'Etat de Borno, Mai- duguri, où quelque 24.000 déplacés, dont 15.000 enfants, vivent «dans une situation sanitaire désastreuse», a dit l'ONG dans un communiqué. Sur plus de 800 enfants examinés, environ 19% étaient atteints de malnutrition aiguë sévère. Seize enfants, en état de risque immédiat de mort, ont été transférés dans un centre médical de Maiduguri, aajoutéMSF. L'équipeaaussi dénom-

bré dans le cimetière situé près du camp 1.233 tombes creusées au cours de

la dernière année, dont 480 sépultures d'enfants. En un mois, depuis le 23 mai, au moins 188 personnes sont mortes dans le camp, ce qui correspond à près de six personnes décédées par jour, principalement de diarrhée et de déshydratation, a ajouté l'ONG. «Les besoins de la population sont au-delà de l'imaginable. Bama est en partie coupée du monde et tous les habi- tants, de la ville et des alentours se sont regroupés dans ce camp», a déclaré dans un communiqué Ghada Hatim, chef de mission pour MSF au Nigeria. «Lesdéplacésnousontparléd'enfants morts de faim, de nouvelles tombes creusées quotidiennement. Elles (les personnesdéplacées) ont comptécer- tains jours plus de 30 personnes décé- dées de faim et de maladies. Ces taux de mortalité montrent à quel point la situa- tionestcritique,bienau-delàdesseuils d'urgence»,aajoutécetteresponsable.

VIRUS ZIKA

Découverte d'anticorps capables de le «neutraliser»

Découverte d'anticorps capables de le «neutraliser» Des chercheurs européens ont annoncé jeudi avoir

Des chercheurs européens ont annoncé jeudi avoir découvert de «puissants» anticorps capa- bles de «neutraliser» le virus Zika, selon des mé- dias. Dans des travaux menés en laboratoire, les an- ticorps ont permis de «neutraliser» à la fois Zika et le virus voisin de la dengue, «ce qui pourrait aboutir au développement d'un vaccin universel» protégeant contre les deux mala- dies, ont indiqué les chercheurs dans la revue scientifique Nature. Cette découverte coïncide avec une autre étude, également publiée jeudi, qui suggère que la récente explosion du virus Zika en Amé- rique latine pourrait avoir été favorisée par une exposition préalable à la dengue. Les virus de la dengue et du Zika ont de nombreux points communs. Ils appartiennent tous deux à la famille des flavivirus, des virus principalement transmis par des moustiques. Des chercheurs de l'Institut Pasteur, du CNRS et de l'Imperial College à Londres, qui s'étaient déjà intéressés aux anticorps capables de neutraliser la dengue, se sont également penchés sur le virus Zika. Ils ont sélectionné deux anticorps EDE capables de stopper la dengue et ont découvert

que l'un d'entre eux était particulièrement efficace pour «neutraliser» le virus Zika. Ils ont réussi à reconstituer l'endroit précis où celui-

ci vient se fixer sur la protéine d'enveloppe du

virus Zika et ont découvert que celui-ci était le même sur le virus de la dengue. Le virus a longtemps été considéré comme peu dangereux. Mais l'épidémie qui touche plusieurs pays d'Amérique du Sud, dont le Brésil a fait apparaître des complications neu- rologiques et surtout de graves anomalies du développement cérébral (microcéphalies) des bébés nés de mères infectées qui ont conduit l'Organisation mondiale de la santé à déclarer une «urgence de santé publique de portée internationale» en février.

Le Cap-Vert enregistre 11 cas de microcéphalie entre mars et juin

Le Cap-Vert a enregistré un total de 11 cas de microcéphalie associée au virus Zika, du mois de mars jusqu'au 14 juin, dont un mort-né et diverses autres malformations, selon des sources officielles. L'information a été annoncée ce jeudi par le

médecin épidémiologiste du ministère de la Santé, Maria de Lourdes Monteiro, au cours d'une réunion sur l'impact de Zika chez les femmes. L'experte a déclaré que sur ces 11 cas, neuf ont été enregistrés dans la ville de Praia et deux, y compris le mort-né, sur l'île de Maio. Il

y a encore trois cas suspects de microcéphalie

enregistrés à Sao Filipe sur l'île de Fogo, avec accouchement prévu entre juillet et août. Elle a aussi indiqué qu'environ 240 femmes enceintes qui ont contracté le virus Zika ont été enregistrées dans la base de données du ministère de la Santé, dont 170 dans la munici- palité de Praia, 44 à Sao Filipe et 22 à Maio. Le Cap-Vert a enregistré un premier cas de microcéphalie associée au virus Zika au mois

de mars dernier.

En ce qui concerne la répartition des cas selon le sexe, les femmes ont été les plus tou- chées avec 65% des cas contre 35% chez les hommes.

APS

12 DK NEWS

SAN

Vendredi 24 - Sa

LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE NUIT À LA SANTÉ DES POUMONS

La cigarette électronique modifierait des gènes impliqués dans la défense immunitaire des poumons.

Vapoter des cigarettes électro- niques ne serait pas sans consé- quence pour la santé des poumons, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médi- cale American Journal of Physio- logy . Inhaler de la nicotine liquide modifierait le système immuni- taire pulmonaire en altérant plus de gènes que la cigarette classique. Les chercheurs de l'université de Californie aux Etats-Unis ont recruté 13 non-fumeurs, 14 fu- meurs et 12 utilisateurs d'e-ciga- rette. Chaque participant a tenu un journal documentant leur consommation de cigarettes ou d'e-cigarettes. Les scientifiques ont analysé l'urine et des échan- tillons de sang des participants pour confirmer les niveaux de ni- cotine et de biomarqueurs perti- nents pour l'exposition au tabac. Au bout de trois semaines, les chercheurs ont prélevé des échan-

tillons dans les voies nasales de chaque participant pour analyser l'expression de gènes importants pour la réponse immunitaire des poumons.

La cigarette électronique modifie 358 gènes du système immunitaire des poumons

Les conclusions de cette étude ont montré que la cigarette clas- sique a diminué l'expression de 53 gènes importants pour la réponse immunitaire pulmonaire. L'utili- sation des e-cigarettes a restreint l'expression de 358 gènes impor- tants pour la défense immunitaire des poumons y compris les 53 gènes impliqués dans le groupe des fumeurs traditionnels . «La recherche suggère précisé- ment que l'inhalation des liquides vaporisés via les e-cigarettes ne

des liquides vaporisés via les e-cigarettes ne sont pas sans effets sur le niveau d'expression génique

sont pas sans effets sur le niveau d'expression génique des cellules épithéliales. Cette inhalation en- traînerait des modifications épigé-

nétiques, c'est-à-dire d'expression des gènes et donc de production de protéines importantes pour la santé de nos cellules », explique le

Dr Ilona Jaspers, professeur de pé-

diatrie et de microbiologie et d'im-

munologie,

surprise

par

ces

conclusions.

EXPLOSION DES CAS DE PARKINSON EN 30 ANS

L'incidence du syndrome parkinso- nien a considérablement augmenté entre 1976 et 2005. Cette tendance à la hausse touche essentiellement les hommes de plus de 70 ans. Une étude de la clinique Mayo aux Etats-Unis montre que l'incidence de la maladie de Parkinson a considérable- ment augmenté en 30 ans, entre 1976 et 2005. Pour cette étude, publiée dans le Jama Neurology , les chercheurs ont pu examiner les dossiers médicaux de tous les habitants du comté de Olmsted, dans le Minnesota, ayant reçu le diagnostic de syndrome parkinsonien (un syndrome qui associe les principaux symptômes présents dans la maladie de Parkinson) ou de maladie de Parkinson ( une mala- die neurodégénérative due à la destruc- tion progressive de certains neurones). Les chercheurs ont ainsi montré que, tous les 10 ans, le risque de souffrir de

ainsi montré que, tous les 10 ans, le risque de souffrir de syndrome parkinsonien augmentait de

syndrome parkinsonien augmentait de 17% (et de 24% pour la maladie de Parkin- son elle-même). Ils ont également décou-

vert que ce risque était plus grand encore chez les hommes de plus de 70 ans. Chez les septuagénaires, il augmenterait res-

pectivement de 24% et de 35%, tous les 10 ans. "Nous avons des raisons de croire qu'il s'agit là d'une véritable tendance" a déclaré le Pr Rodolfo Savica, principal au- teur de l'étude et neurologue à la clinique Mayo. "L'augmentation de l'incidence de la maladie n'est pas seulement due à la vi- gilance accrue des médecins. Mais l'expo- sition à certains facteurs environnementaux comme les pesticides , le tabac ou le style de vie, par exemple la consommation de café, ont certainement à voir avec l'augmentation de la maladie". Le fait que l'augmentation de l'inci- dence de la maladie soit plus flagrante chez les hommes que chez les femmes fait également pencher la balance en fa- veur des facteurs environnementaux. Car si elle était uniquement due à la vigilance des médecins, les statistiques seraient identiques chez les femmes et les hommes.

Autisme et épilepsie pourraient avoir un lien génétique

Etre épileptique ou avoir un proche parent atteint d'épilepsie augmenterait les risques de développer un trouble du spectre autistique. Existe-t-il un lien entre l' autisme et l' épilepsie ? Des chercheurs en pédiatrie et en neurosciences de l'Institut Karolinska et de l'université d'Örebro (Suède) se sont intéressés à cette question. Selon eux, un lien génétique pourrait exister entre ces deux troubles. Ils publient le résultat de leur recherche dans le journal Neurology . Un risque accru d'autisme chez les épileptiques et chez leurs enfants Pour leur recherche, les scientifiques ont

analysé le risque de développer un trouble du spectre autistique chez les personnes épileptiques ou dont les proches au premier degré (enfants, parents, frères et sœurs) sont épileptiques. Ils se sont appuyés sur le registre médical des patients suédois. Ils y ont identifié 85 201 individus épileptiques et ont aussi examiné l'état de santé de leurs frères et sœurs (80 511 personnes) et de leurs enfants (98 534 personnes). Pendant le temps de l'étude, 1,6% des sujets épileptiques suivis (soit 1 381 personnes) ont été diagnostiquées comme présentant des troubles du spectre autistique contre seulement 0,2%des sujets contrôles, non

épileptiques (700 personnes). Les chercheurs en ont déduit que les personnes atteintes d'épilepsie présentent un risque plus élevé de développer des troubles du spectre autistiques que les autres participants. Le risque le plus accru concerne les patients dont le diagnostic de l'épilepsie est survenu pendant l'enfance. Par ailleurs, les frères et sœurs ainsi que les enfants des patients épileptiques présentent un risque augmenté d'autisme, particulièrement pour les enfants dont le parent épileptique est la mère. Les personnes épileptiques sont donc plus à risque de développer un trouble du spectre

autistique, ce qui suggère l'existence de causes et de facteurs communs à ces deux pathologies, selon les chercheurs. "Le but est d'en apprendre plus sur le lien entre ces deux maladies pour pouvoir développer des traitements qui les cibleront toutes les deux" souligne Heléne Sundelin, auteure principale de l'étude, dans un communiqué du site Neuroscience News . En mars dernier, une étude publiée dans le British Journal of psychiatry appuyait l'hypothèse d'un lien entre ces deux maladies en montrant que l'épilepsie faisait partie des causes fréquentes de décès prématurés chez les personnes souffrant d'autisme .

In topsanté.fr

DK NEWS 13

medi 25 juin 2016

L'optimisme contre le déclin cognitif

L'optimisme contre le déclin cognitif La santé cognitive serait liée à l'op- timisme chez les personnes

La santé cognitive serait liée à l'op- timisme chez les personnes âgées de plus 65 ans. L'optimisme serait une solution ef- ficace pour réduire le risque de dé- clin cognitif , selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale Psychosomatic Medicine. L'optimisme avait déjà été identifié comme bénéfique pour baisser le taux de cholestérol et pour mainte- nir un cœur en bonne santé . Cette nouvelle étude nous apprend que la joie de vivre permettrait de ré- duire le déclin cognitif. Les chercheurs de l'université du Michigan aux Etats-Unis ont ana- lysé les résultats d'un sondage na- tional financé par le National Institute on Aging, et mené sur 4624 participants qu'ils ont suivis sur quatre ans. Au cours de cette étude, ils ont observé qu'il existait un lien entre optimisme et joie de vivre et troubles cognitifs tels que la perte de mémoire, les difficultés à résoudre des problèmes et à prendre les bonnes décisions, chez les personnes de plus 65 ans. Les scientifiques rappellent dans cette étude que les pessimistes peuvent travailler avec des exercices sim- ples d'écriture pour augmenter leur bien-être.

L'optimisme en thérapie contre le déclin cognitif

L'optimisme a été prospective- ment associé à une probabilité ré- duite de déficience cognitive . Si ces résultats sont répliqués dans de futures études, ces données suggèrent que les aspects poten- tiellement modifiables du fonc- tionnement psychologique comme l'optimisme jouent un rôle important dans le maintien du fonctionnement cognitif. «L'optimisme pourrait être une cible originale et prometteuse des stratégies de prévention et d'inter- vention visant à améliorer la santé cognitive », concluent les cher- cheurs.

INSUFFISANCE CARDIAQUE

LA GRANDE OUBLIÉE DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES

L'insuffisance cardiaque touche un million de personnes en France et est responsable de plus de 23 000 décès chaque année. Pourtant, peu de personnes se sentent exposées à cette maladie sévère.

Insuffisance cardiaque : qu'est-ce que c'est ?

Le cœur est une pompe mus- culaire qui apporte du sang riche en oxygène aux organes qui en ont besoin pour fonctionner. On dit qu'il y a insuffisance cardiaque quand le cœur perd sa force mus- culaire et cette fonction de pompe. Il ne parvient alors plus à apporter un débit de sang suffi- sant pour faire face aux besoins métaboliques de l'organisme. Cela affecte fortement la qua- lité de vie des personnes atteintes et cause le décès de 23000 pa- tients chaque année en France (soit 7 fois plus que les accidents de la route). Malgré une réduc- tion significative de la mortalité, le taux de survie à 5 ans n'est que de 50%.

Qui est touché par l'insuffisance cardiaque ?

Cette maladie touche globale- ment 2,3% de la population adulte (soit environ 1 million de per- sonnes) mais plus on avance en âge et plus la fréquence de la ma- ladie s'accentue : elle dépasse 15% chez les plus de 85 ans. Du fait du vieillissement de la population, en 10 ans le nombre de personnes souffrant d'insuffisance car-

diaque a augmenté de 30%. "L'insuffisance cardiaque est l'aboutissement ultime de toutes les maladies cardiovasculaires" ex- plique le Pr Richard Isnard, cardio- logue à la Pitié Salpétrière (Paris). "Elle se développe principalement chez les personnes qui ont fait un infarctus, qui souffrent d'hyperten- sion artérielle , ou qui ont une pa- thologie cardiaque ou une maladie des valves (coronaropathie, valvu-

lopathie, arythmie

)".

valves (coronaropathie, valvu- lopathie, arythmie )". Enfin, certaines cardiopathies congénitales ou

Enfin, certaines cardiopathies congénitales ou génétiques pré- disposent également au dévelop- pement de l'insuffisance cardiaque.

Quels sont les symptômes ?

Le diagnostic de l'insuffisance cardiaque est souvent difficile car les symptômes les plus fréquents (fatigue, essoufflement, toux noc- turne) ne sont pas spécifiques à la maladie. Les principaux signes qui doi-

vent alerter et pousser à consulter le médecin :

• Un essoufflement au repos

(allongé) ou à l'effort

• Une difficulté à respirer en

position couchée

• Une toux nocturne

• Une fatigue et une difficulté à

effectuer les tâches quotidiennes. Chez les personnes très âgées, une désorientation, une confu- sion, des chutes et la perte d'auto- nomie peuvent aussi âtre associés à une insuffisance cardiaque.

Comment est-elle

diagnostiquée ?

Le diagnostic de l'insuffisance cardiaque est évoqué soit lors d'une consultation, en présence de symptômes évocateurs de la maladie, soit à l'hôpital à l'occa- sion d'une première décompen- sation (la défaillance de certains mécanismes de l'organisme) ou

d'un incident aigü (l'insuffisance cardiaque est la première cause

d'hospitalisation après 65 ans). Lorsque la maladie est décou-

verte, les médecins vont en éva-

luer la gravité, rechercher

d'éventuels facteurs aggravants (hypertension artérielle, consom- mation excessive d'alcool, taba-

gisme, obésité, sédentarité

estimer le pronostic . Les résul- tats de ce bilan permettent de dé- finir les traitements qui sont les plus adaptés. "Les traitements ac- tuels ont pour but d'améliorer la qualité de vie du patient en soula- geant les symptômes et en lui per- mettant d'effectuer les activités de la vie quotidienne ainsi que de ra- lentir la progression de la mala- die. Outre le traitement pharmacologique, bien codifié et efficace, le suivi de l'insuffisance cardiaque comprend toujours la prescription d'une nouvelle hy- giène de vie avec une activité phy- sique adaptée régulière et de nouvelles habitudes alimen- taires" insiste le cardiologue.

et

)

Un test sanguin prédit le risque de crise cardiaque dans les 5 ans

Un simple test sanguin qui mesure les taux d'anticorps pourrait indiquer si vous risquez de faire un infarctus dans les 5 années qui suivent. Des chercheurs de l'Imperial college et de l'University college de Londres (Grande-Bretagne) ont découvert que des taux élevés d'anticorps produits par le sys- tème immunitaire sont liés à un faible risque cardiaque , indé- pendamment des autres facteurs de risque. Autrement dit, un test sanguin permettant de recher- cher le taux d'anticorps protec- teurs (appelés anticorps IgG) permettrait de prédire le risque d'infarctus .

58% de risque en moins de souffrir d'une maladie corona- rienne En étudiant les dossiers médi- caux de plus de 1700 personnes ayant des risques cardiaques, les chercheurs ont découvert que celles qui avaient le taux d'anti- corps le plus élevé avaient 58% de risques en moins de souffrir de maladie coronarienne ou de faire un infarctus et 38% de risques en moins de faire un ac- cident vasculaire cérébral (AVC) dans les cinq années de suivi. "Un test sanguin permettrait d'indiquer aux patients s'ils ont un risque important de maladie coronarienne mais ils permet-

un risque important de maladie coronarienne mais ils permet- trait aussi d'adapter certains trai- tements. Certaines

trait aussi d'adapter certains trai- tements. Certaines personnes actuellement sous statines ou bêta-bloquants pourraient se passer de ces médicaments si

l'on découvre que leur système immunitaire est assez fort pour se défendre tout seul" explique le Dr Ramzi Khamis, principal au- teur de l'étude.

14 DK NEWS

AFRIQUE

Vendredi 24 - Samedi 25 juin 2016

GUINÉE

Conakry adopte des mesures de lutte contre le financement du terrorisme

La Guinée a décidé ce jeudi de rendre opéra-

tionnel le Comité interministériel et la cellule na- tionale de traitement des informations financières (CENTIF) en vue de la mise en oeuvre urgente des recommandations du Groupe intergouverne- mental d'action contre le financement du terro- risme et le Blanchiment d'argent en Afrique de l'Ouest (GIABA), dont elle est membre. Cette décision découlerait d'une suggestion du gouver- neur de la Banque centrale, Louncény Nabé, sur

la lutte contre le blanchiment de capitaux et le fi-

nancement du terrorisme en Guinée, faite devant

le Conseil ordinaire des ministres qui s'est tenu

jeudi sous la présidence du président Alpha Condé. Dans sa communication, le gouverneur

a rappelé que la complexité du blanchiment de

capitaux et ses multiples méandres rendent «difficile toute évaluation de ses impacts, malgré

l'absence de chiffres précis, les conséquences né- gatives des produits de la criminalité sur l'écono- mie et la société sont bien connues». Certes, la Guinée a adopté des outils de lutte contre le blanchissement des capitaux à travers

la loi sur le blanchiment de capitaux, la loi sur le

financement du terrorisme et la mise en place de

la CENTIF, mais sur le plan de la mise en oeuvre

de ces lois, les choses n'auraient pas évolué. Et la Guinée a été donc invitée par ses partenaires «à prendre de toute urgence, pour améliorer son sys- tème de lutte contre le blanchiment de capitaux

et le financement du terrorisme, les mesures sui-

vantes». Cela doit passer impérativement par le fait de rendre opérationnelle la CENTIF. Mais aussi il faudra que le pays puisse aussi «in- criminer le trafic illicite de migrants, la traite

d'êtres humains, la contrefaçon, le délit d'initiés

et la manipulation du marché ainsi que la cyber-

criminalité». L'autre point sur lequel la Guinée doit insister c'est «d'édicter les directives pour les entreprises et professions non financières dési- gnées et s'assurer que celles-ci mettent effecti- vement en oeuvre les mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du ter- rorisme».

RD CONGO

Le Conseil de sécurité reconduit les sanctions financières et sur les armes imposées

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l'unani- mité une résolu- tion reconduisant pour une période d'un an les sanc- tions concernant la République dé- mocratique du Congo (RDC) et prorogeant le mandat du Groupe d'experts chargé de surveil-

ler l'application de ces sanctions. Dans cette ré- solution adoptée jeudi, le Conseil «décide de re- conduire jusqu'au 1er juillet 2017les mesures sur les armes» précédemment imposées par les 15 membres, tout en précisant que ces mesures ne s'appliquent plus à la vente d'armes au gouver- nement de la RDC, ainsi que les mesures sur les transports. Le Conseil reconduit également jusqu'au 1er juillet 2017les mesures financières et celles concernant les déplacements impo- sées «aux personnes et entités que le Comité [de sanction du Conseil] aura désignées au motif qu'elles se livrent à des actes qui compromettent

la paix, la stabilité ou la sécurité de la République

démocratique du Congo». Les 15 membres décident également de pro- roger jusqu'au 1er août 2017 le mandat du Groupe d'experts chargé de surveiller l'application des sanctions imposées. Ils préconisent une coopé- ration accrue entre tous les Etats, en particulier ceux de la région, la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MO- NUSCO) et le Groupe d'experts.

la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MO- NUSCO) et le

PROCESSUS DE PAIX AU MALI :

Lamamra s’est

"particulièrement" engagé et d’une manière "déterminante"

Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, s’est "particulièrement" engagé dans le processus de paix au Mali et d’une manière "déterminante", a affirmé le député français François Loncle.

Au cours des débats mardi à l’Assemblée française sur le projet de loi, autorisant la ra- tification du traité de coopéra-

çois Loncle (Parti socialiste) a

et de la France". Mardi, rap- pelle-t-on, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Romain Nadal, a

France". Mardi, rap- pelle-t-on, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Romain Nadal, a

tion en matière de défense entre la France et le Mali, Fran-

souligné que la question de la

salué le rôle "crucial" de l’Algé- rie dans la mise en oeuvre de l’Accord pour la paix et la ré- conciliation au Mali. "Nous

paix dans le nord du Mali "in- téresse de près le gouverne- ment algérien".

"S’agissant de l’implication algérienne dans le processus

gères et de la Coopération in-

rement engagé sur cette ques-

saluons le travail de médiation conduit depuis deux ans par l'Algérie et notamment par M. Ramtane Lamamra", qui l'a rendue possible, a-t-il souligné

de paix au Mali, il faut noter

à

propos de la mise en oeuvre

que l’accord de paix entre le

de l'Accord "pour lequel l’Algé-

gouvernement malien et les rebelles a été signé à Alger. En outre, le ministre d’Etat, ministre des Affaires étran-

ternationale, s’est particuliè-

tion, et d’une manière déter- minante", a-t-il dit à une ques- tion du député Jean-Pierre Dufau (PS).

rie joue un rôle crucial". Lundi dernier, le secrétaire général de l’ONU, Ban ki-moon, a éga- lement salué l’Algérie pour son rôle de chef de file de la médiation internationale dans les négociations inter-ma- liennes, en l’encourageant à poursuivre ses efforts pour le rétablissement de la paix dans

phane Dujarric à l’occasion du premier anniversaire de la mise en oeuvre de l’accord.

Du côté algérien, et au cours des travaux de la 11e ses- sion du comité bilatéral stra- tégique algéro-malien, tenue mardi à Bamako, le ministre

rappelant que l’année der- nière, les négociations avaient connu des "moments d’incer-

titudes". Pour le chef de la di- plomatie algérienne l’expé- rience du dialogue au Mali est "unique" et "extrêmement no- vatrice", dans la mesure, a-t-

Pour ce rapporteur, qui s’exprimait au nom de la Com- mission des Affaires étran- gères, "cet accord, obtenu à l'arraché le 20 juin 2015, a été le fruit d'intenses efforts d'une

ce pays. "Le Secrétaire général féli- cite les membres de la mé- diation internationale, en par- ticulier l'Algérie en tant que présidente du comité du suivi de l'accord, pour leur soutien

d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane La- mamra, a affirmé que la pre- mière année de la mise en oeuvre de l’accord suscite de

sa chance de reprendre la voie

il expliqué, où elle implique les pays du voisinage, les organi- sations régionales et interna- tionales. "Le succès de la mise en oeuvre de l’Accord est l’unique issue et la popula-

médiation internationale

à

la paix au Mali. Il les encou-

l’espoir que le Mali tient, enfin,

tion exige légitimement les dividendes de l’Accord sur les

conduite par l'Algérie et consti- tuée notamment des Nations

rage à rester fermes dans leurs efforts", a déclaré le porte-pa-

de la normalisation. "L’envi- ronnement est à l’apaisement

plans de la sécurité et de la sta- bilité", a encore affirmé M.

unies, de l'Union européenne

role du chef de l’ONU, Sté-

et l’optimisme", a-t-il estimé,

Lamamra.

LIBYE :

Nouvelle contre-attaque des terroristes repoussée à Syrte

Les forces progouvernementales li- byennes ont repoussé vendredi une nou- velle contre-offensive des terroristes de "l'Etat Islamique" autoproclamé, retranchés dans leur fief de Syrte (centre-nord) après de "féroces" combats, selon un communi- qué militaire. "Vendredi avant l'aube, les pro-GNAont repoussé une nouvelle contre- offensive de Daech près de la route côtière au prix de violents combats qui ont contraint les jihadistes à reculer", a indiqué un communiqué des forces progouverne- mentales. Il n'a pas été fait état de victime dans leurs rangs mais ont affirmé que 10

terroristes avaient péri dans les combats. Pour freiner la progression des pro-GNA, les terroristes ont déployé des francs-tireurs sur les toits et disséminé des engins explo- sifs dans la zone résidentielle où ils se re- tranchés, selon la même source. Durant leur offensive, les pro-GNA ont reconquis plusieurs localités et positions occupées par l'EI depuis la ville de Misrata -siège du commandement de l'opération militaire-, jusqu'à Syrte, 200 km plus à l'est. Les forces du GNA sont composées de mi- lices issues des villes de l'ouest, principa- lement celles de Misrata.

NIGERIA

7 personnes, dont trois Australiens, enlevées dans le Sud-Est

Sept personnes - trois Australiens, deux Nigérians, un Sud-Africain et un Néo-Zélandais - ont été kidnappées mer- credi dans le sud-est du Nigeria après une attaque contre leur véhicule, ont indiqué plusieurs responsables jeudi. Selon les au- torités nigérianes, le rapt, qui n'a pas été revendiqué dans l'immédiat, s'est produit mercredi matin dans le district d'Akpa- buyo, près de Calabar, la capitale de l'Etat de Cross River. La police locale avait fait état mercredi

du rapt de cinq employés d'une société australienne - deux Australiens, deux Ni- gérians et un Sud-Africain - au cours d'une attaque contre un véhicule dont le chauffeur a été abattu. Mais le Premier mi- nistre australien Malcolm Turnbull a in- diqué jeudi que trois de ses compatriotes avaient été kidnappés, et le ministère néo-zélandais des Affaires étrangères a fait savoir qu'un de ses ressortissants se trou- vai parmi les victimes du rapt. «Nous tra-

vaillons au plus haut niveau avec les au- torités», a déclaré M.Turnbull, ajoutant:

«Nous ignorons à ce stade l'identité des ra- visseurs». «C'est un enlèvement sérieux, un acte criminel très grave, une per- sonne a été tuée et sept personnes ont été enlevées», a poursuivi le chef du gou- vernement australien. Il était impossible de déterminer dans l'immédiat si les deux autres personnes enlevées travaillaient également pour la société minière et d'ingénierie austra- lienne MacMahon, sous contrat avec le géant Lafarge Holcim. «La police tra- vaille avec la marine nigériane pour faire en sorte que les victimes soient libérées indemnes», a déclaré un haut responsa- ble de la police locale, Jimoh Ozi-Obeh. Ce dernier a dit n'avoir pour l'instant reçu au- cune demande de rançon en échange de la libération de ces otages, mais assuré que les autorités faisaient tout en leur pouvoir pour les libérer.

SÉNÉGAL

Karim Wade grâcié par le président Macky Sall

Le président sénégalais Macky Sall a gracié Karim Wade, le fils de son prédécesseur, qui avait été condamné pour enrichissement il- licite, a annoncé hier le ministère sé- négalais de la Justice. «Karim Wade

a été libéré dans la nuit de jeudi à

vendredi. Il a ensuite quitté Dakar pour aller au Qatar», a déclaré le res- ponsable de la communication du ministère de la Justice, Soro Diop. Le fils de l'ex-président (2000- 2012) Abdoulaye Wade était en dé- tention depuis plus de trois ans et avait été condamné en mars 2015 à

six ans d'emprisonnement par la

Cour de répression de l'enrichisse- ment illicite (CREI), une juridiction spéciale. Il était accusé d'avoir illégale- ment acquis un patrimoine valorisé

à 178 millions d'euros (sociétés au

Sénégal et à l'étranger, comptes bancaires, propriétés immobilières,

lorsqu'il était conseiller

puis ministre de son père. Sa libé- ration était attendue après une ré- cente déclaration du chef de l'Etat sénégalais Macky Sall lors d'une visite en France et plus récemment (14 juin) il avait évoqué sa libération devant d'influents chefs religieux musulmans locaux avant la fête de l'Aïd el Fitr vers le 6 juillet.

voitures

)

APS

Vendredi 24 - Samedi 25 juin 2016

MONDE

DK NEWS

15

RELANCE DU PROCESSUS DE PAIX AU MOYEN-ORIENT:

Abbas pour l’établissement d’une date-butoir de négociations

Le président palestinien, Mahmoud Abbas a plaidé, jeudi à Bruxelles, pour l’établissement d’une date-butoir pour la fin des négociations de paix au Moyen-Orient, exhortant l’Union européenne (UE) à contribuer davantage à une solution "juste et équitable".

La "nation palestinienne

veut vivre en pleine souverai-

et l'Union européenne,

en étant un acteur majeur, contribue à créer un embryon

d'Etat palestinien", a-t-il indi- qué dans un discours prononcé au Parlement européen. Exprimant la gratitude de son peuple au Parlement euro- péen pour la reconnaissance d'un Etat de Palestine, le prési- dent Abbas a demandé aux dé- putés européens "davantage d'aide afin de trouver une solu- tion juste et équitable à deux Etats sur base des frontières de 1967". Mahmoud Abbas a jugé,

neté (

des frontières de 1967". Mahmoud Abbas a jugé, neté ( puis fin 2013 des "mesures de

puis fin 2013 des "mesures de soutien en matière politique et économique et dans le do- maine de la sécurité" aux deux parties au conflit, si Palesti- niens et Israéliens acceptaient de sceller un accord de paix permettant de faire coexister côte à côte deux Etats dans les frontières de 1967. "L'UE est déterminée, aux côtés d'autres partenaires ré- gionaux et internationaux, à contribuer de manière concrète et substantielle à l'éla- boration d'un ensemble de me- sures incitant les parties à faire la paix dans la perspective d'une conférence internatio- nale prévue avant la fin de l'an- née", ont affirmé lundi der- nier les ministres des Affaires étrangères des 28 Etats mem- bres de l’Union, réunis à Luxembourg. Ils ont appelé la Commission européenne à "présenter sans tarder des pro- positions, y compris concer- nant des mesures d'incitation économiques".

)

à

ce propos, "nécessaire" l’éla-

nationale de paix visant à relan-

tre pays en une prison ou-

boration d’un calendrier pré- cis de négociations et de fixer une date-butoir pour la fin des pourparlers garantissant la fin de l’occupation militaire is- raélienne et assurant la souve- raineté et l’indépendance de la

cer le processus de paix au Moyen-Orient. "Il est temps pour notre peuple de vivre li- bre, sans murs ni points de contrôle", a-t-il plaidé devant les eurodéputés, avertissant que le terrorisme ne pourra

verte", a-t-il souligné. Le Prési- dent du Parlement européen, Martin Schulz, a estimé, de son côté, que contribuer à as- surer la stabilité et le bon fonc- tionnement de la Palestine est "un devoir moral" pour l'Union

Palestine. Il a salué, à ce titre, l’initia- tive française d’organiser d’ici

être éradiqué de la région que si Israël met fin à son occupa- tion des territoires palesti-

européenne, réaffirmant la vo- lonté de l’Union à parvenir à une paix durable entre la Pales-

à

fin 2016 une conférence inter-

niens. "Israël a transformé no-

tine et Israël. L'UE promet de-

ENQUÊTE SUR LA MORT DE YASSER ARAFAT EN FRANCE:

Non-lieu confirmé en appel

La justice française a confirmé hier le non-lieu prononcé par les magistrats chargés de l'enquête pour «assassinat» ouverte après la mort en 2004 de Yasser Arafat, a indiqué une source judiciaire. «Le non-lieu est confirmé du fait du rejet des demandes de supplément d'information», a précisé cette source. Convaincus que la justice a refermé trop vite le dossier alors que «personne n'est aujourd'hui capable d'expliquer la mort de Yasser Arafat», Francis Szpiner et Renaud Semerdjian, avocats de Souha Arafat, veuve du défunt, avaient fait appel du non-lieu en septem- bre 2015 et demandé l'annulation d'une ex- pertise-clé pour l'enquête. La cour d'appel de Versailles, près de Paris, a également refusé d'annuler cette expertise. Sa décision, conforme aux réqui-

sitions du parquet général, peut encore faire l'objet de recours. Dans leur ordon- nance de non-lieu, les trois juges avaient estimé «qu'à l'issue des investigations ( ), il n'est pas démontré que M. Yasser Arafat ait été assassiné par empoisonnement au polonium 210, et il n'existe pas de preuve suffisante de l'intervention d'un tiers qui aurait pu attenter à (sa) vie». Aucune mise en examen n'a été prononcée dans cette af- faire. Yasser Arafat est décédé le 11 novembre 2004 à l'hôpital militaire Percy de Clamart, près de Paris, après une brusque détério- ration de son état de santé, et les causes de sa mort n'ont jamais été élucidées. Il y avait été admis fin octobre pour des douleurs ab- dominales dans son QG de Ramallah, où il vivait confiné depuis décembre 2001, en-

cerclé par l'armée d'occupation israé- lienne. Les magistrats étaient saisis de cette enquête depuis août 2012, après une plainte contre X déposée par Souha Arafat à la suite de la découverte de polonium 210, substance radioactive hautement toxique, sur des effets personnels de son mari. Les experts mandatés par les juges fran- çais ont à deux reprises écarté la thèse de l'empoisonnement, estimant que la pré- sence dans l'environnement extérieur d'un gaz radioactif naturel, le radon, expli- querait les fortes quantités de polonium en- registrées dans sa sépulture et sur sa dé- pouille. Des experts suisses sollicités par la veuve avaient au contraire jugé que leurs résultats «soutiennent raisonnable- ment l'hypothèse de l'empoisonnement» au polonium.

ACCORD ENTRE COLOMBIE ET FARC:

«Le mot paix

ressort blessé»,

dénonce Uribe

«Le mot paix ressort blessé» de l'accord de cessez- le-feu signé jeudi entre le gouver- nement colom- bien et la guérilla des Farc, a dénoncé l'ex-président Alvaro Uribe, féroce opposant au processus de paix mené depuis novembre 2012. «Le mot paix ressort blessé avec l'acceptation que les responsables de crimes contre l'Humanité comme l'enlèvement, les attentats à la voi- ture piégée, le recrutement des enfants et le viol de filles ne passent pas un seul jour en prison et puissent être élus à des fonctions publiques», a déploré l'ancien président de droite dans une déclaration à Medellin, deuxième ville de Colombie. «L'impunité, en plus d'être génératrice de nouvelles violences, fait que les accords de La Havane sont de nature à violer la Constitution et des traités internationaux dont la Colombie est signataire», a affirmé M. Uribe, actuellement sénateur et leader de l'opposition à Juan Manuel Santos, son suc- cesseur et ancien ministre de la Défense. Le gouvernement a signé jeudi à Cuba avec les Forces armées révolutionnaires de Colom-

bie (Farc, marxistes) les conditions d'un ces- sez-le-feu définitif, du désarmement des guérilleros et d'approbation de l'accord de paix final, attendu dans les prochaines se- maines. M. Uribe, qui du ant sa présidence (2002-2010) a mené une lutte sans pitié contre les Farc, a lancé il y a quelques se- maines une campagne de «résistance civile» contre les accords de La Havane, en faisant notamment circuler une pétition et en or- ganisant des manifestations. «En Colombie,

a accepté de négocier

le gouvernement (

le modèle démocratique, ainsi que les liber- tés économiques et les politiques sociales avec le terrorisme», a-t-il ajouté jeudi. «Des

milliers de Colombiens (

se préparent à

défendre la démocratie et la liberté, et à lut- ter pour des conditions qui garantissent une paix différente de celle du gouvernement»,

a-t-il assuré. Le conflit armé, qui déchire la Colombie depuis plus d'un demi-siècle, a impliqué au fil des décennies guérillas d'extrême gauche, paramilitaires d'extrême droite et forces armées, faisant 260.000 morts, 45.000 dis- parus et 6,9 millions de déplacés.

d'extrême droite et forces armées, faisant 260.000 morts, 45.000 dis- parus et 6,9 millions de déplacés.

)

)

VENEZUELA

Maduro rejette les «menaces» de l'OEA

PHILIPPINES

7 matelots indonésiens enlevés

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a déclaré jeudi qu'il maintiendrait sa ligne politique «quelles que soient les menaces» de l'Organisation des Etats américains (OEA), qui a tenu le même jour une réu- nion sur le Venezuela. «Une nouvelle Amérique est née et ils ne pourront pas revenir sur cela, quelles que soient les menaces qu'ils feront à l'OEA», a dit M. Ma- duro à la télévision gouvernementale vénézuélienne alors qu'il se trouvait à Cuba. M. Maduro avait assisté dans la journée à la signature dans la capitale cubaine de l'accord de cessez-le-feu définitif entre le gouver- nement colombien et la guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). «Avec l'OEA ou sans l'OEA, le Venezuela continue», a déclaré M. Maduro, qui a accusé l'organisation panaméricaine de mener «une politique immorale» caractérisée par «l'ingérence et l'interventionnisme». Le secrétaire général de l'OEA, l'Uruguayen Luis Almagro, a présenté jeudi devant le Conseil permanent de l'organisation réuni à Washington un rapport dans lequel il déclare que le Venezuela connaît «une grave altération de l'or- dre constitutionnel». C'est M. Almagro qui avait réclamé cette réunion extraordinaire au nom de la Charte démocratique de

l'OEA. Ce texte autorise l'organisation à intervenir di- plomatiquement contre l'un de ses Etats membres s'il est considéré qu'il fait face à une crise constitution- nelle menaçant la démocratie. M. Almagro a appelé

à soutenir les efforts de l'opposition vénézuélienne

pour organiser un référendum sur la révocation du président Maduro. Mais au terme des discussions au- cune décision n'a été prise. La convocation de la

réunion a provoqué la colère de Caracas, qui a tenté de la faire annuler. La ministre vénézuélienne des Af- faires étrangères Delcy Rodriguez a quitté la salle lorsque M. Almagro a pris la parole. Elle a accusé l'OEA de «vouloir juger un Etat membre». «On est en train de monter un coup d'Etat dans cette organisation», a- t-elle dit. M. Maduro a répété dans sa déclaration à la télévision que le référendum révocatoire réclamé par

l'opposition était «une option, pas une obligation». «S'il

a lieu, nous irons et nous gagnerons, et s'il n'a pas lieu,

la vie politique du pays continuera», a-t-il dit.

Sept matelots indonésiens ont été enlevés dans le sud des Philip- pines, a annoncé hier la ministre in- donésienne des Affaires étrangères, un nouvel incident dans une région où les prises d'otages de groupes armés liés à l'islamiste Abou Sayyaf se sont multipliées. L'équipage du ba- teau remorquait une barge de char-

bon en mer de Sulu lundi quand

leur remorqueur a été attaqué par

des hommes armés, a déclaré la mi-

MEXIQUE

La compagnie Aeromexico suspend ses vols vers le Venezuela

La compagnie aérienne mexicaine Ae- romexico a annoncé jeudi qu'elle sus- pendait pour une durée indéfinie ses vols vers le Venezuela du fait des problèmes économiques que connaît actuellement ce pays. L'annonce faite par la plus grande compagnie aérienne mexicaine intervient après celles de l'allemande Lufthansa et de Latam, la plus grande compagnie d'Amé- rique latine, fin mai. Aeromexico, qui as-

surait une liaison vers Caracas depuis cinq ans, justifie sa décision dans un com- muniqué par «le contexte économique complexe» du Venezuela. Ce pays tra-

verse une crise économique et politique, avec une pénurie de dollars qui com- plique les transactions commerciales. Le contrôle des changes rend impossible pour les compagnies aériennes la conver- sion en dollars de leurs gains dans la monnaie locale et ainsi de pouvoir trans- férer ces sommes vers leur siège. En octo- bre, le total des sommes que les compa- gnies aériennes n'ont pas pu rapatrier dans leur pays d'origine s'élevait à 3,8 milliards de dollars selon 'Association in- ternationale du transport aérien (IATA). APS

nistre, Retno Marsudi, à des journa- listes. Sept matelots ont été pris en otage dans deux attaques séparées en l'espace d'une heure environ, et six autres sont sains et saufs, a-t-elle ajouté, soulignant que le gouverne- ment ferait «tout son possible pour libérer les otages». Un porte-parole du ministère n'a pas été en mesure de confirmer si une rançon avait été exigée en échange de leur libéra- tion ou si le groupe Abou Sayyaf était impliqué dans ces enlèvements. S'il se confirme que c'est bien Abou Sayyaf, ce serait le troisième enlève- ment de matelots indonésiens cette année par le groupe islamiste. En mai, le groupe Abou Sayyaf avait li- béré dix matelots indonésiens après cinq semaines de captivité, puis qua- tre autres retenus pendant environ quatre semaines. Abou Sayyaf, dont les dirigeants ont prêté allégeance à l'organisation extrémiste sunnite Etat islamique (EI), a récemment décapité deux otages canadiens après que des demandes de rançon n'ont pas été suivies d'effets. Abou Sayyaf est une ramification extrémiste de l'insurrection séparatiste musul- mane qui a fait plus de 100.000 morts depuis les années 1970 dans le sud des Philippines, pays d'Asie du Sud-Est composé à très grande ma- jorité de catholiques fervents.

16 DK NEWS

CULTURE

Vendredi 24 - Samedi 25 juin 2016

ALGER

Hommage à Hadj Mohamed Tahar Fergani

Un récital de musique malouf, revisitant des pièces du patrimoine andalou et mahdjouz, a été animé mer- credi soir à Alger par des étoiles montante du genre lors d’une soirée en hommage au maître El Hadj Mohamed Tahar Fergani. Organisé à la salle El Mouggar par l'Office national de la culture et de l'information (ONCI), ce réci- tal, s’inscrivant dans une série d'hommages à des figures de la musique algérienne, a permis au public de décou- vrir ou redécouvrir les nouveaux talents occupant la scène du malouf constantinois. Agé d’à peine 23 ans, Adlene Fergani, petit-fils du Cheikh, s’est distingué par une interprétation très proche du timbre de voix familial sur des pièces connues du patrimoine malouf comme «Men jat forgtek fi bali», et par son jeu juste et énergique au luth, sur des mor- ceaux de mahjouz (genre populaire constantinois) contrairement à son aîné, connu pour ses talents de vio- loniste. Représentant la quatrième génération de chan- teurs et musiciens malouf de la famille Fergani, après son oncle Salim, son grand père et son arrière grand père Hamou, Adlene ambitionne de «préserver et présenter au public» les nombreuses pièces conservées et enregis- trées par ses aînés. Le chanteur a également indiqué qu’il souhaitait, avec d’autres membres de la famille, «relan- cer l’école de malouf» qu’avait créé son grand-père et qui n’active plus aujourd’hui afin de préserver et transmet- tre le patrimoine malouf. Influencé par la dextérité de El Hadj Mohamed Tahar Fergani, Toufik Touati a, pour sa part, mis en avant l’héritage du maître au violon. Très ap- précié par le public, moyennement nombreux à cette soi- rée, Abbas Righi, considéré comme l’étoile montante, a lui aussi rendu un hommage appuyé à ce monument de Constantine avec des pièces du patrimoine portées par sa voix cristalline. Né en 1928 à Constantine, Mohamed Tahar Fergani avait fait ses classes auprès de son père Hamou (1884-1972), chanteur et compositeur du Hawzi, avant de s’intéresser au malouf avec son maître Cheikh Hassouna Ali Khoudja (1896-1971). Avec sa voix excep- tionnelle et son jeu au violon, il deviendra le plus grand maître du malouf, en plus d’avoir été formé aux autres instruments de musique et à l’art de la broderie tradi- tionnelle. Après des centaines d’enregistrements, le Cheikh en- registre des coffrets du malouf et forme son propre or- chestre et reste jusqu’à aujourd’hui la plus importante référence du genre. Organisés tous les soirs jusqu'au 29 juin, ces spectacles rendront hommage à d’illustres ar- tistes algériens dont Meriem Fekai, Cheikha Titma, Ché- rifa ou encore Khelifi Ahmed.

SOUK AHRAS La pièce théâtrale Talab zawaj chaleureusement accueillie

La pièce de théâtre «Talab zawaj» (Une demande en mariage), produite par la coopérative culturelle «Al Lamsa» de Batna, a été chaleureusement accueillie par le public de Souk Ahras lors de sa présentation, mercredi soir à la cinémathèque de la ville. Sur une adaptation d’une œuvre de l’écrivain russe Anton Tchekhov et mise en scène par Ali Djebara, la pièce est interprétée par Issam Tachit , Chahinez Fetaka et Abdelkader Tachit . Cette pièce, qui rentre dans le cadre du programme d’animation des soirées du ramadhan élaboré par le théâtre régional de Souk Ahras, relate l’histoire de l’en- dimanché «Lakhdar» qui vient demander Samia en ma- riage. Il est reçu par le père de celle-ci qui s’empresse d’aller chercher sa fille sans lui dire le motif de la visite de Lakhdar. Timide, le prétendant tente d’engager la conversation avec Samia mais malchanceux il évoque le sujet de la discorde, celui d’un lot de terrain. Une dispute éclate alors entre lui et Samia ce qui pousse le père de celle-ci à le chasser de la maison. Lakhdar parti, la jeune fille apprend que ce dernier est venu demander sa main et supplie son père de le faire revenir. Revenu une deuxième fois, le jeune Lakhdar, toujours aussi timide et maladroit, «s’enfonce» dans un nouvelle dispute à propos de leurs chiens, chacun assu- rant avoir la meilleure race, jusqu'à ce que le père inter- rompe leur querelle en leur demandant de se marier pour mettre un terme à ce débat, clôturant ainsi cette pièce. Vivement applaudie, la pièce «Talab zawaj» s’est démarquée par l’utilisation d’un langage courant et fa- milier. Pour rappel la coopérative «Al Lamsa» de Batna à reçu depuis sa création en 2012 de nombreux prix, no- tamment celui du «prix du jury» de théâtre amateur de Mostaganem et le prix de la «meilleure scénographie» du festival Azzeddine Medjoubi d’ Azzaba.

Un jeu littéraire sur l’écriture et la mémoire dans Moi, Scribe de Rachid Mokhtari

Foisonnant et polyphonique, entre satyre politique empruntant ses codes au théâtre de vaudeville et récit chargé du poids de l’histoire algérienne, Moi, Scribe, dernier roman de Rachid Mokhtari, se lit comme un jeu littéraire sur les rapports entre mémoire et écriture.

par Fodhil Belloul

Pour son cinquième roman (227.p éd. Chihab), Rachid Mokhtari revisite avec des formes et un ton neufs des thèmes déjà ex- plorés dans ses précé- dentes œuvres (histoire de l’émigration, ancestralité, décennie de violence terro- riste des années 1990) à travers trois personnages, Scribe, Karim-Ka et Zaïna. Le premier- qui doit son nom à sa fonction d’écri- vain public dans un village de Kabylie durant son ado- lescence- est un "bouqui- niste" à la force de l’âge, un homme dont l’obsession est de consigner et d’archi- ver les faits se rapportant aux "massacres", aux "car- nages" et aux "Disparus" en Algérie. Le second, jeune ani- mateur sportif à la radio, est l’auteur d’une comédie sur la mauvaise récolte d’olives au village kabyle d’Imaqar où s’affrontent deux ordres, celui ances- tral de la djemâa dirigée par le Patriarche, et celui "moderne" du Ppcl (Parti populaire pour le citoyen libre) mené par le nouveau maire, Tikouk, et sa femme, spécialiste en sa- lons de coiffure. Entre ces deux hommes- qui vont

en sa- lons de coiffure. Entre ces deux hommes- qui vont collaborer à la réécriture de

collaborer à la réécriture de la pièce de théâtre- il y a Zaïna, une étudiante trau- matisée par la disparition précoce de sa mère, anima- trice d’une émission d’or- nithologie qui lui vaut des sanctions de la part de ses responsables qui croient déceler des "paraboles per- nicieuses" à l’écoute de nu- méros consacrés aux charognards. Ainsi, le ro- mancier fait passer sans transition le lecteur de la pièce de Karim-Ka aux his- toires personnelles de Scribe et de Zaïna à travers un jeu narratif basé sur la correspondance des thèmes entre les récits et les liens qui se créent entre les différentes histoires. Ces choix formels permet- tent également à Mokhtari de multiplier les registres

et les styles, passant du burlesque au tragique, voire au morbide, des en- volées lyriques et invoca- trices aux scansions nominales proches de l’écriture automatique. Riche et ludique, rap- port particulier à l’écriture se révèle également central dans le roman au regard de la fonction de son person- nage principal. Véritable dépositaire de la mémoire collective, le Scribe est le "liseur des absences" celui qui porte sur ses "frêles épaules le poids des exils", et le "veilleur impénitent sur les champs de ba- tailles" . Le Scribe s'avère aussi le co-auteur d’une pièce de théâtre sur Imaqar, un vil- lage qui s'est "retourné sur lui-même", et dont les

"traditions, coutumes, rites, sacrifices, légendes, proverbes, mythes, poésie, chants étaient désormais qualifiée de pratiques vieillottes, grégaires et passéistes". L’évocation de la perte des valeurs tradi- tionnelles atteindra par ail- leurs son apogée dans la conclusion de la pièce de théâtre en faisant le lien entre les ossements déter- rés des ancêtres, à l’origine de l’étrange maladie des oliviers d’Imaqar, et ceux des "charniers" des années 1990, menacés, selon le Scribe, par l’oubli. Avec cette variation nou- velle sur les thèmes ma- jeurs de ses précédents romans, Rachid Mokhtari fait le choix de mettre en avant le plaisir de l’écriture et de la lecture, sans y sa- crifier la profondeur ou tomber dans la redon- dance. Ce roman remet également au goût du jour une liberté des formes lit- téraires et un mélange des genres narratifs porté au sommet par des auteurs maghrébins des les années 1970 comme les Algériens Nabil Farés et Tahar Djaout ou encore le Maro- cain Mohamed Kheired- dine, des écrivains auxquels le romancier, également critique litté- raire et journaliste, rend de subtils hommages.

ALGÉRIE-TURQUIE

Les «Derwiches tourneurs», un des plus anciens rituels du soufisme en concert à Alger

Les «Derwiches tourneurs» de l'Ensemble de musique soufie turque de Konya dirigé par Youssuf Kayya ont présenté mercredi à Alger, un concert de chants et danses spiri- tuels, où les louanges au divin se sont mêlées à l'un des plus anciens rituels physiques du soufisme. Le public nombreux de l'Auditorium Aïssa Messaoudi de la Radio algérienne, aura assisté à un rituel datant du XIIIe siècle, dit «Sama», inscrit de- puis 2008 par l'Organisation des Na- tions Unies pour l'éducation, la culture et la science (Unesco) au Pa- trimoine culturel immatériel de l’hu- manité. Issue de «l'Ordre Mevlevî», une confrérie soufie fondée par le poète mystique persan Jalal Eddine Roumi (1207-1273) dans la ville de Konya (sud d'Ankara), le «Rituel Sama», établie dans toutes les com- munautés turques du monde, est une voie physique permettant de «répan- dre l'amour et la tolérance et se rap- procher de Dieu». Cinq derwiches dans des accoutrements tradition- nels (longs képis, gilets et robes aux plis évasés), quittant leurs lieux de prière (tapis en peaux de chèvre), ef- fectuent des mouvements giratoires, une main tendue vers le cosmos et l’autre vers la terre, symbolisant ainsi «la gravitation des électrons et des planètes» dans une expérience spiri- tuelle de haute dévotion mystique. Les danseurs, dans leur isolement progressif entretenu par des rota- tions au rythme régulier, étaient sou-

par des rota- tions au rythme régulier, étaient sou- tenus par cinq musiciens et quatre chanteurs

tenus par cinq musiciens et quatre chanteurs aux voix ténors et basses qui entonnaient des chants religieux dans le mode «Huzzâm»(genre musi- cal turc), livrés en un seul jet et plu- sieurs enchaînements dans des rythmes ternaires lents et irréguliers. Les sonorités denses et apaisantes du violoncelle, qanûn, tambur (instru- ment à cordes épaisses à la caisse ar- rondie et au manche long), nay (longue flûte arabo-turque) et du Kudum (percussion à deux grands tambours séparés) ont orné le silence religieux observé par l'assistance, plus d'une heure durant, dans une ambiance recueillie. Les enchaîne- ments successifs dans des cadences

dandinantes des pièces interprétées ont contribué de manière effective à assoire une atmosphère de médita- tion, laissant pour seule occasion au public, pour applaudir et montrer son adhésion à la prestation des «Derwiches tourneurs», la fin du spectacle. Le concert, présenté mardi à Bejaia, et organisé à Alger en colla- boration avec la Radio Algérienne, s'est déroulé en présence de l'Ambas- sadeur de la République de Turquie en Algérie, M. Mehmet Poroy et les représentants de différentes mis- sions diplomatiques accréditées à Alger, invités par les organisateurs à venir assister au spectacle.

APS

Vendredi 24 - Samedi 25 juin 2016

HISTOIRE

DK NEWS 17

RÉUNION DU GROUPE DES 22 :

M. Zitouni : «Un saut qualitatif dans le processus de la lutte nationale»

Le ministre des Moudjahi- dine, Tayeb Zitouni, a affirmé jeudi que la réunion du groupe des 22 à El Madania (Alger) a constitué un tour- nant décisif en terme de prise de conscience révolu- tionnaire et un saut qualitatif dans le processus de la lutte nationale, estimant que la préservation de la mémoire nationale est aujourd'hui une «nécessité vitale».

nationale est aujourd'hui une «nécessité vitale». Présidant les travaux d'une conférence historique au

Présidant les travaux d'une conférence historique au musée du Moudjahid à l'oc- casion de la célébration du 62ème anni- versaire de la réunion du groupe des 22, M. Zitouni a rappelé l'importance de cet évènement qui a constitué une «étape charnière» dans l'histoire de la lutte contre l'occupation française en ce sens qu'il a donnée lieu au projet de la guerre de libé- ration. Organisée par des jeunes dont le plus âgé était Mustapha Benboulaid (37 ans), cette réunion historique a été l'amorce du processus de recouvrement de la liberté à travers la révolution. Un processus, a-t-il dit, dont les artisans eux même ne mesu- raient pas à quel point il allait changer le cours de l'histoire et avoir un écho qui dé- passera les frontières nationales. M. Zitouni a estimé que la célébration de ces dates phares de l'histoire de notre pays est un appel sans cesse renouvelé pour continuer la résistance, rappelant que «la préservation de la mémoire natio- nale est aujourd'hui une nécessité vitale»,

soulignant l'impératif de «rétablir l'his- toire dans sa place à tous les niveaux». Abondant dans le même sens, Abdesettar Hocine, historien, a indiqué que parler de la réunion du groupe des 22 est un assez complexe techniquement en raison de l'absence de documents écrits, ce qui amè- nent les chercheurs à se tourner vers les témoignages vivants qui pourraient être différents. L'ancien ministre, Mahieddine Amimour a qualifié de «normale» la diffé- rence notée dans les témoignages vivants de ceux qui ont contribué à la Guerre de libération, précisant que «cela ne signifie nullement l'existence d'un différend». «Chacun d'entre eux a abordé la Révolu- tion telle qu'il la percevait de son poste et ces témoignages sont complémentaires», a-t-il ajouté. Le groupe des 22 s'était réuni le 24 juin 1954 au domicile du défunt moudjahid Lyes Derriche, à El Madania (ex-Clos Sa- lembier). Une réunion qui s'est soldée par la décision ferme de déclencher une action armée et d'en fixer la date.

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 421 183 du 25/06/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 421 183 du 25/06/2016

GUERRE DE LIBÉRATION :

Des centaines de milliers d’Algériens ont été torturés

Des centaines de milliers d’Algériens ont été torturés Des centaines de milliers d’Algériens ont été torturés

Des centaines de milliers d’Algériens ont été torturés durant la guerre de Li- bération nationale, a affirmé Henri Pouillot, auteur du livre témoignage «Torture en Algérie, un appelé parle», estimant que la pratique de la torture est l’un des crimes contre l’humanité parmi «les plus odieux». Réagissant à un sondage des Français sur la torture, publié par l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), dans lequel 36% des sondés ac- ceptent le recours à la torture, Henri Pouillot a rappelé sa «triste expérience», en tant qu’appelé de contingent, à la Villa Susini (Alger), «qui fonctionna pendant toute la période du conflit en centre de tortures». «En Algérie, ce sont des centaines de milliers d’Algériens qui y ont été sou- mis. Ceux qui ont l’intention de commet- tre un attentat ont pris délibérément le risque de mourir, et il est rare qu’ils vont parler lors d’un tel interrogatoire, parce qu’ils savent que, généralement, ils se- ront exécutés, sans même de procès, et que leur meilleure chance de s’en sortir vivants est de pouvoir résister, sans rien dire», a-t-il écrit dans son blog (http://www.henri-pouillot.fr). Institutionnalisée à grande échelle par le général Massu, la pratique de la torture pendant la guerre de libération a été également, selon lui, «l’héritage de Jean-Marie Le Pen». «Il faut se souvenir qu’en 1956, jeune député poujadiste, il démissionna de

son mandat pour aller +casser du bou- gnoule+ selon son expression d’alors. Il reprit alors son uniforme de lieute- nant parachutiste et fut le responsable de la Villa Susini, où selon la légende, il fit disparaître des corps de torturés dans des cuves d’acide», a encore témoigné, dans une chronique publiée également par Médiapart, ce militant qui se bat pour toute la lumière soit faite sur l’as- sassinat de Maurice Audin. Il a précisé que sur les milliers d’Al- gériens qu’il a vu défiler à la Villa Susini, «99,9% étaient totalement innocents», relevant qu’»ils avaient eu la malchance de se trouver au mauvais moment, au mauvais endroit». Pour rappel, au procès qu’il intenta au journal Le Monde en 2002, Jean- Marie Le Pen avait affirmé être «très fier» pour ses «exploits» en Algérie. Henri Pouillot, pour qui la torture n’a qu’un «avantage», «c’est l’humiliation du torturé, et son rejet probable vers la cause pour laquelle il est suspecté être favorable», a estimé qu’il serait temps que «François Hollande complète son communiqué de juin 2014 relatif à la disparition de Maurice Audin». «Certes il a reconnu officiellement que le jeune mathématicien, torturé, ne s’était pas évadé mais était mort en dé- tention, et cela en fonction de témoi- gnages et documents concordants», a-t-il dit en s’interrogeant : «Comment est-il mort, à 25 ans, en détention ? Qu’est devenu son corps ? Quand connaîtrons-nous ces éléments ?».

Remise de copies de documents diplomatiques français couvrant la période de 1954 à 1962 aux Archives nationales d’Algérie

de 1954 à 1962 aux Archives nationales d’Algérie L’ambassadeur Bernard Emié, haut représentant de la

L’ambassadeur Bernard Emié, haut représentant de la République française en Algérie, a remis, le 21 juin, à M. Abdel- majid Chikhi, directeur des Archives na- tionales d’Algérie, vingt-deux volumes de copies de documents diplomatiques français couvrant la période de 1954 à 1962. Ces doubles mettent en perspective des événements qui se sont déroulés pendant la guerre d’Algérie et se rappor- tent aux développements de la politique étrangère de la France à cette époque. Cette remise s’inscrit dans le cadre du

dialogue apaisé et confiant engagé avec l’Algérie sur la question des Archives, dialogue initié à la suite de la visite d’Etat du Président de la République François Hollande en Algérie en décembre 2012. Un groupe de travail bilatéral a en effet été mis en place et s’est déjà réuni à six reprises sous la coprésidence des deux directeurs nationaux des archives en France et en Algérie. Une prochaine ses- sion de travail est prévue du 19 au 21 juil- let en Algérie.

Verticalement :

Horizontalement:

18 DK NEWS