Vous êtes sur la page 1sur 18
POUR LA FÊTE NATIONALE DE SON PAYS Le président Bouteflika félicite le grand-duc de Luxembourg

POUR LA FÊTE NATIONALE DE SON PAYS

Le président Bouteflika félicite le grand-duc de Luxembourg

19-20 Ramadhan 1437 -Vendredi 24 - Samedi 25 Juin 2016 - N° 15783 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 ÉDITORIAL des pAs concreTs P. 24 ● Depuis
- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 ÉDITORIAL des pAs concreTs P. 24 ● Depuis

ÉDITORIAL

des pAs concreTs

P. 24

Depuis Tiaret, où il s’est

rendu pour une visite

d’inspection et de travail, au

cours de laquelle il a inauguré des projets socio-économiques, le Premier ministre a adressé une série de messages, dont le plus important sans doute réside dans la ferme volonté de son gouvernement de bâtir une économie nationale forte, stable et diversifiée. Beaucoup moins qu’une théorie, une philosophie ou une liste de mesures, le choix de réduire notre dépendance excessive des hydrocarbures, dont les prix nous échappent et leur caractère volatile déstabilisant, relève d’une démarche pragmatique et graduelle qui se dévoile dans des réalisations concrètes, peut-être pas grandioses ou spectaculaires, mais bien réelles. Il en est ainsi de l’usine de fabrication des véhicules (SAFAV-MB) réalisée dans le cadre du programme de la relance économique, initié par le Président de la République, qui est déjà opérationnelle et qui traduit le souci de produire localement de façon à satisfaire les besoins des Algériens. D’autres sociétés et d’autres unités entament leur production, cette année, dans le même domaine et allant dans ce sens, à savoir réduire au maximum les importations, car, à l’évidence, l’import-import a montré toutes ses limites, pour ne pas dire toute sa stérilité, voire toute sa nuisance, et donner sa base d’industrie mécanique. Ceux qui, pour une raison ou une autre, ne veulent ou ne peuvent investir dans des usines de production vont forcément à l’encontre de la feuille de route tracée par le gouvernement afin de renforcer la capacité industrielle nationale. En donnant le coup d'envoi de la campagne moissons-battage de l'actuelle saison agricole, M. Sellal a rappelé aux agriculteurs, le rôle tout aussi important que leur secteur a à jouer dans l'édification de cette économie affranchie de la dépendance des hydrocarbures. Que ce soit les céréales, les cultures maraîchères, le lait ou d’autres produits de la terre, l’essentiel désormais est non seulement d’augmenter la production pour recourir le moins possible à l’importation, mais de chercher des débouchés sur le marché extérieur. Enfin, le Premier ministre s’est exprimé sur la question de la retraite à 60 ans qui a fait l’objet d’une certaine polémique, ces derniers jours, et a fait clairement savoir que si «l'idée de partir en retraire à l'âge de 40 ans est inconcevable», surtout quand on sait que notre espérance de vie a atteint une moyenne de 77 ans, cette disposition «peut-être allégée» pour les métiers pénibles. Ce qui veut dire que sur ce dossier comme sur d’autres, il n’y a ni report, ni recul, ni cafouillage, comme le pourraient faire croire certaines rumeurs véhiculées par certains titres de la presse privée, mais comme toutes les révisions des lois, il obéit à une procédure que l’Exécutif tient à respecter, soucieux de ne jamais faire dans l’improvisation, fidèle en cela à sa démarche consensuelle en privilégiant le dialogue et la concertation avec ses partenaires, dans l’intérêt des travailleurs et dans l’intérêt de la collectivité nationale. EL MOUDJAHID

L A

R E V O L U T I O N

P A R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

M. SELLAL DEPUIS TIARET

BÂTiruneéconoMie

forTe eT diVersifiée

◗ Coup d’accélérateur au développement local. ◗ Une production attendue de 3,1 millions de quintaux
◗ Coup d’accélérateur au développement local.
◗ Une production attendue de 3,1 millions de quintaux de céréales, toutes variétés confondues.
◗ Pose de la première pierre du projet de réalisation d’une raffinerie à Sougueur.
◗ Le taux de couverture du réseau du gaz domestique passe de 37,30% en 1999 à 84% en juin 2016.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a effectué, jeudi dernier, une visite de travail dans la wilaya de Tiaret, durant laquelle il a réitéré la volonté du gouvernement de bâtir une économie forte et diversifiée, soulignant que l'objectif du gouvernement était de produire localement de façon à satisfaire les besoins des Algériens. S’exprimant sur le dossier de la retraite, il a réaffirmé que l'âge de départ à la retraite était de 60 ans, comme entériné lors de la dernière réunion tripartite (gouvernement-UGTA-patronat), annonçant que cette disposition «peut être allégée» pour les métiers pénibles.

P. 3

LE BREXIT L’EMPORTE AVEC 51,9% DES VOIX L’unioneuropéenne sous Le cHoc P. 10

LE BREXIT L’EMPORTE AVEC 51,9% DES VOIX

L’unioneuropéenne

sous Le cHoc

P. 10

BACCALAURÉAT 2017

Le ministère de l’éducationannonce descHAngeMenTs rAdicAux

P. 8

de l’éducationannonce descHAngeMenTs rAdicAux P. 8 RÉGULARISATION CNAS délai proLongé à fin 2016 P . 7

RÉGULARISATION

CNAS

délai

proLongé

à fin

2016 P. 7

TIRAGE DU TROISIÈME TOUR DES ÉLIMINATOIRES DU MONDIAL- 2018 (ZONE AFRIQUE)

L’ALgérie dAns un groupedifficiLe

P. 23

Bouche 2 DE À Oreille EL MOUDJAHID d’El Moudjahid ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES LUNDI 27 JUIN À
Bouche
2
DE
À
Oreille
EL MOUDJAHID
d’El Moudjahid
ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES
LUNDI 27 JUIN À 10H30
LUNDI 27 JUIN À 11H À TIPASA
Le directeur général de la
CNAS, invité du Forum
M. El-Hadi Ould Ali aujourd’hui en visite
de travail à Tipasa et Alger
Le Forum d’El
Moudjahid recevra,
lundi 27 juin à 10h30,
M. Tidjani Hassan Hed-
dam, directeur général
de la CNAS.
Le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. El Hadi Ould Ali,
effectue aujourd’hui une visite de travail au cours de laquelle il
inspectera les centres de vacances et de loisirs des jeunes ouverts
par son département.
« Éthique de
l’information
l’expérience
de la radio »
M. Nouri et M me Tagabou à Sidi Bel-Abbès
MÉTÉO
Dans le cadre de la célébration de la Journée na-
tionale du tourisme, inscrite cette année sous le
thème «Le tourisme, vecteur de développement
socio-économique», le ministre de l’Aménagement
du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, M. Ab-
delouahab Nouri, effectuera aujourd’hui, une visite
de travail et d’inspection dans la wilaya, où auront
ENSOLEILLÉ
Dans le cadre
de la série de
conférences inti-
tulée «Connaître
les médias, le ci-
toyen à droit à
une information
fiable», lancée à
Constantine, le
ministère de la
lieu les festivités de célébration de cet évènement.
Il
sera accompagné par la ministre déléguée chargée
Voilé au Nord et au Sud. Dégagé à l’Est.
Averses orageuses intermittentes à l’Ouest.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
de l’Artisanat, M me Aïcha Tagabou.
DEMAIN À 10H30
LUNDI 27 JUIN À 21H30 À
L’HÔTEL SHERATON
Alger (34° - 17°), Annaba (31° - 17°),
Béchar (41° - 27°), Biskra (41° - 28°),
Constantine (36° - 17°), Djelfa (34° - 22°),
Ghardaïa (41° - 27°), Oran (31° - 20°), Sétif
(34° - 18°), Tamanrasset (37°- 26°), Tlem-
cen (34° - 19°).
MM. Ramtane Lamamra et
Boudjemaâ Talaï au port
d’Alger
Réunion de la
commission régionale
de l’OMS
Le
minis-
Communication
organise, en partenariat avec la wilaya
de Tipasa, une conférence sur le même
thème, le lundi 27 juin à 11h, à la salle
de conférences de la wilaya.
La conférence, qui sera rehaussée par
la présence du ministre de la Commu-
nication, M. Hamid Grine, sera animée
par M. Mohamed Chellouche, cadre de
la radio nationale, avec pour thème
«Éthique de l’information, l’expérience
de la radio».
tre
des
Af-
MATIN DES
À 10H
f
a
i
r
e
s
AU CE PALAIS
RAÏS
étrangères et
LUNDI 27 JUIN
Forum
plumes
de la Coopé-
M. Zitouni
ration
inter-
touristiques
nationale, M.
à Saïda
Dans
cadre
la
célébration
R
a m t a n e
la
Journée
nationale
du
tourisme,
l’Association
nationale
des
médias
spécialisés
dans
tourisme,
«Plumes
touristiques»,
organise
le
premier
«Forum
Plumes
touristiques»,
Amamra, accompagné du ministre des Travaux
publics et des Transports, M. Boudjemaâ Talaï,
effectue, demain, une visite au port d’Alger pour
accueillir les membres de la communauté établie
à l’étranger et s’enquérir des conditions d’accueil.
La cérémonie of-
ficielle inaugurale
de la réunion de la
commission régio-
nale de l’OMS pour
la certification de
l’éradication de la
poliomyélite aura
lieu, lundi 27 juin à
l’hôtel Sheraton, à
21h30, sous la présidence de M. Ab-
delmalek Boudiaf, ministre de la
Santé, de la Population et de la Ré-
forme hospitalière.
sous
le le thème
le «Les de
Algériens
et de
Le ministre des
Moudjahidine, M.
Tayeb Zitouni, effec-
tuera, lundi 27 juin,
une visite de travail et
d’inspection dans la
wilaya.
le tourisme national».
CE SOIR À 10H30 À LA SAFEX
Conférence interassociative sur la drogue
Appel au don
de sang
CE
MATIN
À 10H
À L’ENSA
L’Association nationale des échanges entre jeunes organise une confé-
rence interassociative sur la Journée internationale contre l’abus et le trafic
illicite de drogues, ce soir au palais des Expositions, salle El-Djazaïr, à par-
tir de 10h30.
La Fédération algérienne des
donneurs de sang, en collaboration
avec l’Agence nationale du sang et
le ministère des Affaires reli-
gieuses et des Wakfs, lance un
appel à l’ensemble de la population
âgée de 18 ans à 65 ans afin d’of-
frir un peu de son sang.
Sortie
d’une
promotion
DEMAIN À 10H30
d’ingénieurs
ce L’École
nationale
de la de supérieure
Portes ouvertes
sur la drogue
agronomique
d’Alger
organise,
matin
à
partir
10h
l’École,
de à El-Harrach,
une
céré- à
monie
sortie
première
promotion
d’«ingénieurs-entre-
prendre».

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la drogue, l’Organisation nationale des asso- ciations pour la sauvegarde de jeu- nesse organise une journée portes ouvertes, demain à 10h30, au cen- tre de prévention et de psychothé- rapie, à Mohammadia.

ACTIVITÉS CULTURELLES ANEP Rencontres nocturnes JUSQU’AU 9 JUILLET À LA SALLE EL-MOUGAR Programme Tous les
ACTIVITÉS CULTURELLES
ANEP
Rencontres nocturnes
JUSQU’AU 9 JUILLET À LA
SALLE EL-MOUGAR
Programme
Tous les jeudis et vendredis, à partir de 22
heures, le public est convié à assister à une
série de rencontres à thèmes.
cinéma
Jeudi 30 juin : ren-
contre et vente-dédi-
cace avec M me Souhila
Amirat, la Rebelle
(récit) et P’tit Omar.
Vendredi 1 er juillet : Guer-
rouabi présenté par son bio-
graphe, Abdelkrim Tazaroute,
présentation ponctuée par des
extraits musicaux des princi-
pales qassidate du cheikh,
suivie d’une vente-dédicace.
Jusqu’au 26 juin : projection
du film Hassen Terro, de Moha-
med Lakhdar Hamina.
Du 26 juin au 3 juillet : pro-
jection du film Carnaval fi
dachra, de Messoud Laïb.
Du 4 au 9 juillet : projection
du film Zabana, de Saïd Ould
Khalifa.
LES 25, 26, 27 ET 30 JUIN À 22H30
Soirées ramadhanesques
CE SOIR À 22H
Vente-dédicace
d’Ahmed Bensaâda
Ce soir à 22h30 à Hadjret Ennous Tipasa : Ensemble national féminin.
Le 26 juin à 22h30à la maison de la Culture de Koléa : Ensemble national féminin.
Le 27 juin à 22h30 au TNA : Ensemble national féminin.
Le 30 juin à 22h30 au TNA : Ensemble régional d’Alger.
Les éditions ANEP or-
ganisent une vente-dédi-
cace avec M. Ahmed
Bensaâda, autour de son
ouvrage Cologne contre-
enquête, ce soir, à partir
de 22h, à la librairie
Chaïb Dzaïr.
DU 26 AU 30 JUIN À 22H30 À L’ESPACE AGORA
Série de concerts
L’Office Riadh El-Feth organise une série de concerts à l’espace Agora, à partir de 22h30 :
Demain : El-Madayeh dinia, à l’occasion de Leilat el-qadr.
Lundi 27 juin : soirée chaâbi, animée par Mohamed Sergoua.
Mardi 28 juin : soirée chaâbi, animée par l’association Rihab de Blida.
Mercredi 29 juin : soirée chaâbi, animée par Mustapha Belahcene.
Jeudi 30 juin : soirée de musique andalouse, animée par Nassima Chabane.

DEMAIN À 10H

Sonatrach :

conférence

de presse

Sonatrach organise une confé- rence de presse animée par le pré- sident-directeur général du groupe, en présence des hauts res- ponsables du groupe et de ses fi- liales, demain à 10h, au siège de la direction générale.

CE SOIR À 22H À LA SALLE IBN KHALDOUN

ONDA : cérémonie de sortie d’un coffret de 13 CD

L’Office national des droits d’au- teur et droit voisins organise une cé- rémonie, suivie d’un concert de Noureddine Saoudi, ce soir à 22h, à la salle Ibn Khaldoun. À cette occa- sion, le ministre de la Culture, Az- zedine Mihoubi, décernera à l’artiste le «Disque du mérite» pour son parcours.

L’ événement

3

EL MOUDJAHID

L’ événement 3 EL MOUDJAHID M. SeLLAL à TiAreT Bâtir une économie forte et Diversifiée ◗
L’ événement 3 EL MOUDJAHID M. SeLLAL à TiAreT Bâtir une économie forte et Diversifiée ◗
L’ événement 3 EL MOUDJAHID M. SeLLAL à TiAreT Bâtir une économie forte et Diversifiée ◗

M. SeLLAL à TiAreT

Bâtir une économie forte et Diversifiée

Une production attendue de 3,1 millions de quintaux de céréales, toutes variétés confondues.

Pose de la première pierre du projet d’une raffinerie à Sougueur.

Le taux de couverture de gaz est passé de 37,30% en 1999 à 84% en juin 2016.

De notre envoyé spécial :

Karim Aoudia

«N ous sommes la génération qui doit définitivement régler le problème

économique du pays.» depuis Tiaret, le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, n’a cessé de répéter la conviction et la détermination de l’heure du gouvernement. Un choix, une orientation, un nou-

veau modèle que le chef de l’exécutif

a appuyé aussi en argumentaire, lors

des différentes étapes de sa visite de travail et d’inspection qui l’a conduit dans cette wilaya de l’Ouest aux mul- tiples potentiels prometteurs en ma- tière de développement tous azimuts. eu égard à ses nombreuses plaines fer- tiles pour l’agriculture, ses richesses, sinon sa générosité en termes de dispo- nibilité du foncier industriel et sa place de carrefour reliant les quatre coins du pays, Tiaret se décline en effet comme un tremplin, une niche attrac- tive pour le bien-être économique. La wilaya s’inscrit d’ores et déjà dans la logique de «l’après-pétrole», soit au diapason de la nouvelle straté- gie nationale d’une économie diversi- fiée, que M. Sellal et l’importante délégation ministériel qui l’a accompa- gné durant sa visite de ce jeudi ont de nouveau confirmée sur place. Autant dire, d’entrée, que la série de projets d’envergure relevant des secteurs de

l’industrie, de l’Agriculture, de l’éner- gie, et à propos desquels le Premier ministre s’est imprégné très attentive- ment de leur compétitivité déjà forte- ment ressentie, ou à consacrer très prochainement constituent ces preuves indéniables que l’Algérie est sur la voie de s’émanciper de «l’économie de la rente» au bénéfice d’un nouveau modèle créateur de richesse, d’emploi et de plus-value à orienter vers la conquête des marchés internationaux, africains en premier lieu. Aller vers l’exportation, cet objectif cardinal, in- clus dans la nouvelle vision écono- mique, a été cette formule-clé sur laquelle le chef de l’exécutif a insisté tout au long de sa visite. La promotion des exportations et

la confirmation de l’Algérie comme un

partenaire économique fiable sur la scène internationale constituent, fait comprendre le Premier ministre, «l’aboutissement logique du choix d’une économie diversifiée concur- rentielle et performante». Le choix en question est entériné d’une manière «irréversible» par les pouvoirs pu- blics, comme le souligne solennelle- ment M. Sellal, lors de son inspection de l’unité industrielle de la Société al- gérienne de fabrication des véhicules de marques Mercedes-benz (SAfAv- Mb) sise dans la commune d’Aïn bouchakif de Tiaret. Pour l’ensemble des ses visiteurs, l’usine se découvre à l’image d’un véritable joyeux de l’in- dustrie militaire à l’échelle nationale, et même à dimension internationale, selon ses engagements et les objectifs inscrits à court et moyen termes.

Industrie militaire : une prouesse approuvée par M. Sellal dans le livre d’or de l’établissement

Les explications concernant l’essor très attendu, mais aussi la prouesse de cette unité industrielle, qui a bel et bien relevé le challenges de produire fidèlement en Algérie des différents modèles de véhicules de la très presti- gieuse marque allemande Mercedes ont été présentés au Premier ministre et à la délégation qui l’accompagnait, par le général major, Chouak rachid, directeur des industries militaires au

major, Chouak rachid, directeur des industries militaires au ministère de la défense nationale (Mdn). L’assistance

ministère de la défense nationale (Mdn). L’assistance suivait avec in- térêt les différentes étapes du déve- loppement de cet établissement industriel créé en 2009 par décret pré- sidentiel n o 09-222, dans le cadre des disposition d’un autre décret, égale- ment signé en 2008 par le Président de la république, fixant le statut type des établissements publics à caractère in- dustriel et commercial relevant du sec- teur de l’AnP. Le Premier ministre, visiblement très satisfait du contenu de l’exposé, à très vite mis en relief l’im- portance qui requiert cette manufacture industrielle. il préconise aussitôt la né- cessité de développer au mieux son taux d’intégration et de transfert de technologie dans un délai rapide. M. Sellal a estimé nécessaire également «de promouvoir la création des réseaux de sous-traitance», non sans recom- mander leur extension. Le Premier mi- nistre a aussi souligné l’impératif de réaliser de nouveaux modèles de véhi- cules et de surtout de préserver, a-t-il dit, «la qualité de la marque Mer- cedes». du coup, cette unité indus- trielle relevant du Mdn confirme déjà sa contribution à la nouvelle stratégie définie par l’état dans le sillage de la- quelle le secteur de l’industrie a pour mission de se replacer comme l’une

des locomotives d’une économie di- versifiée. «Une stratégie qui a fait ses preuves», approuve M. Sellal, mettant l’accent, à ce propos, sur le fait que «le gouvernement est déterminé à ne pas faire marche arrière» quant à la consé- cration entière de ce nouveau défi. «Ce qui entend l’obligation de dégager un excédant pour l’exportation», argue encore M. Sellal. et dans cette optique, il rappelle l’obligation de la loi faite par ailleurs à l’ensemble des conces- sionnaires automobiles de «préparer, chacun d’eux, un projet industriel ou semi-industriel», c’est-à-dire de pro- duire localement des véhicules de la marque qu’ils commercialisent, ou de se lancer dans la fabrication de la pièces de rechange. à défaut, «l’auto- risation d’importer des véhicules ac- cordée par l’état pour ces concessionnaires ne sera plus prolon- gée à partir de 2017», avertit le Pre-

mier ministre. il précise que la même mesure est aussi valable pour les im- portateurs de médicament, appelés eux aussi à dynamiser l’industrie phar- maceutique du pays. C’est dire la place qu’occupe le transfert de techno- logie dans la nouvelle stratégie desti- née à se substituer à une «ère révolue» où l’économie nationale dépendait es- sentiellement des revenus des hydro- carbures. et de la formation professionnelle aussi, pour les besoin d’une main- d’œuvre nationale qualifiée, comme le rappelle, en aparté, M. nouredine be- doui, à son collègue du gouvernement M. Mohamed Mebarki, chargé de ce secteur non moins essentiel dans toute vie économique. Le Premier ministre ne quittera quant à lui l’unité indus- trielle d’Aïn bouchakif qu’après avoir apposé sa signature sur le livre d’or de l’entreprise, attestant ainsi de sa pleine satisfaction.

Énergie et agriculture :

deux secteurs vitaux

indubitablement, Tiaret s’achemine tout droit vers la perspective de s’éri- ger comme un véritable pôle spécialisé dans l’industrie automobile. et pour cause, en sus de l’unité d’Aïn boucha- kif, un autre complexe industriel du même genre est aussi créé dans la zone industrielle de Zaâroura, dans le cadre d’un partenariat d’un partenariat entre le groupe Tahkouk et Hyundai TMC. Cette tendance d’industrie étant en réelle évolution à Tiaret, il n’en de- meure pas moins que les autres sec- teurs d’activité, tels que l’énergie et l’Agriculture, pour ne citer que ceux- là, ont davantage été dynamisés, à l’oc- casion du la visite du Premier ministre dans cette wilaya. M. Sellal a procédé en effet, dans le cadre de cette visite, à la pose de la première pierre du projet de réalisation d’une nouvelle raffinerie dans la zone industrielle de Sidi Abed, dans la commune de Sougueur. à cette occasion, Le Premier ministre a insisté sur la mise en exploitation de cette nouvelle réalisation, six mois avant le délai initialement prévu en 2020. «Les raffinerie vont jouer un grand rôle dans notre démarche de mise en place

du nouveau modèle économique», a déclaré sur place le chef de l’exécutif. Le Premier ministre s’est également intéressé aux ressources en eau qui se- ront mobilisées pour les besoins d’ins- tallation de la raffinerie. dans un premier temps, celle-ci sera alimentée en eau à partir du barrage de dah- mouni et de forages, puis à partir de la méga-station de dessalement d’eau de mer d’el-Mactaâ, selon les explica- tions fournies sur place. Le Premier ministre a mis en relief, par la même occasion, l’obligation pour Sonatrach de concentrer ses ef- forts sur l’activité de forage. «Hassi Messaoud n’est exploité qu’à 20%. il faut investir au maximum dans le fo- rage pour créer de l’emploi et de la va- leur ajoutée. il ne faut pas aussi négliger l’activité de la pétrochimie qu’il y a lieu de mieux développer par le recours, notamment, à des partena- riats avec les étrangers», a estimé le Premier ministre. Appelant à une exploitation ration-

nelle de l’énergie, il a aussi insisté sur l’importance de la formation des ca- dres de Sonatrach. Une compagnie d’envergure continentale, dont il fera observer l’augmentation jusque-là ap- préciable de sa production. Par ailleurs, et après avoir procédé

à l’inauguration du périmètre irrigué de la localité de Sebaïne, le Premier ministre a également donné le coup d’envoi de la campagne moissons-bat- tage à Tiaret, au niveau de la ferme-pi- lote «Si Abdelkrim». Une campagne d’où il est attendu une production de 3,1 millions de tonnes de céréales. en outre, et pour revenir au secteur de l’industrie, plus précisément la réa- lisation du nouveau complexe du mon- tage du groupe Tahkout, il s’agit, indique-t-on, d’un investissement d’un coût de 250 millions de dollars pour une production annuelle de 30.000 unité de voitures de marques Hyundai. Le 1 er novembre prochain est la date choisie pour la sortie du premier véhicule, assurent les responsables de ce complexe à l’endroit du Premier ministre. en sus de ce projet d’un im- pact certain, notamment en termes de création de nouveaux postes d’emploi

à Tiaret, et même dans les autres wi-

layas environnantes, par le biais de la promotion de la sous-traitance, le Pre- mier ministre a procédé, lors de sa vi- site de jeudi dernier, à la mise en service de la distribution publique du gaz au profit de1.781 foyers à partir d’Aïn Legta, dans la commune de Me- droussa, où il a aussi inauguré un nou- veau centre de formation professionnelle. à cela s’ajoute un nouveau lycée d’une capacité de 1.000 places, dans la commune d’Aïn dza- rit. Le Premier ministre achève sa vi- site de travail à Tiaret en assurant une nouvelle fois que la nouvelle vision économique du pays sera complète- ment changée à l’horizon 2019-2020. Une vision qui comprend, dans sa substance, autant d’atouts de mise sur rail d’une économie qui ne soit plus dépendante de ses hydrocarbures. K. A.

Le PreMier MiniSTre CLôT définiTiveMenT Le débAT

« Une retraite anticipée avant 60 ans est impossible »

«Une retraite anticipée à 40 ou 45 ans, ce n’est pas du tout possible.» Le propos est du Premier ministre Abdel- malek Sellal qui a définitivement clos, à partir de Tiaret, le débat sur l’éventuelle possibilité d’une retraite antici- pée. Le départ à la retraite est donc fixé à 60 ans, comme cela a été entériné, lors des travaux de la dernière tripar- tite (Gouvernement-UGTA-Patronat). «La disposition pourrait être allégée pour certains métiers pénibles», tient toutefois à préciser le Premier ministre, qui argue son

propos en mettant en avant l’amélioration de l’espérance de vie des Algériens qui est passée à une moyenne de 77 ans. Le Premier ministre avait fait savoir en outre que pen- dant les deux dernières années, la Caisse nationale de re- traite a été financée par la CnAS. «Ce qui est un exemple à promouvoir en matière de solidarité nationale», a laissé entendre M. Sellal. K. A.

ÉCLAIRAGE
ÉCLAIRAGE

Du dossier au terrain

Les visites de terrain du Premier ministre

ne se comptent plus, tout autant que les kilomètres parcourus, et les résultats engrangés auprès des populations visitées, parfois enclavées, confèrent une forte valeur ajoutée à la gestion de proximité, contribuant par-là au resserrement des liens de cohésion sociale et, partant, au renforcement de la confiance citoyenne envers les pouvoirs publics. Le Premier ministre, riche d’une expérience de grand commis de l’État, sait évaluer, avec la justesse de vue de l’administrateur, l’écart pouvant exister entre la décision prise au sommet et son application sur le terrain, fort de cette longue et fructueuse expérience capitalisée au cours de ses passages dans plusieurs secteurs et institutions de l’État, et ses visites, très attendues, contribuent indéniablement à secouer quelque léthargie locale, à

booster un projet en souffrance, à corriger l’implantation d’un autre… Rompu aux attitudes pontifiantes et protocolaires trop souvent vues à la télévision, M. Sellal, en homme de terrain et de terroir, amorçant le dialogue quand cela s’avère nécessaire, sait apporter les réponses appropriées aux attentes légitimes des citoyens, sans démagogie ni fioriture verbale, livrant au passage quelque savoureuse anecdote. Ces visites ont généralement pour point

d’orgue une rencontre avec la société civile, permettant un contact franc et direct avec les autorités locales et par-là même de lever quelque verrou bureaucratique. La bureaucratie, c’est là l’un des maux du développement. Invisible et protéiforme, elle contribue à miner les efforts colossaux des pouvoirs publics en vue d’appliquer les réformes sur le terrain, et concourt à diluer l’efficacité des décisions prises au plus haut niveau de la hiérarchie C’est là, l’un des grands chevaux de bataille de l’action du gouvernement, et plus singulièrement de celle des nouveaux ministres qui viennent de rejoindre l’équipe gouvernementale, sachant que l’action sur le terrain ne serait qu’un cautère sur une jambe de bois si elle n’était au préalable débarrassée du carcan bureaucratique.

K. O.

vendredi 24 - Samedi 25 Juin 2016

N

4

ation

EL MOUDJAHID

CONSEIL DE LA NATION

AADL : INTERDICTION de tout acte notarié

Le Conseil de la nation a repris ses travaux, jeudi dernier, en séance plénière présidée par Abdelkader Bensalah, consacrée aux questions orales. Les questions ont concerné les secteurs de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, la Solidarité nationale, la Famille et la Condition de la femme, ainsi que le secteur de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. Les ministres des secteurs concernés étaient présents à cette séance, pour répondre aux préoccupations des membres du Conseil de la nation.

RÉGULARISATION DES CONSTRUCTIONS INACHEVÉES

Pas de prolongation

Photos : Nacéra
Photos : Nacéra

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, M. Ab-

delmadjid Tebboune, qui a ouvert la séance des questions-réponses,

a indiqué, suite à la demande d’un membre du Conseil sur la ré-

gularisation des logements non conformes ou inachevés, que les délais de l'opération qui prendront fin en août prochain ne seront pas prolongés. "Le prolongement est inutile", a-t-il dit, ajoutant "je crois qu'il est impossible de réaliser en quelques mois ce qui n'a

pas été réalisé pendant huit ans", a-t-il lancé. Jusque-là, l'opération

a réalisé les résultats escomptés. Plusieurs cas ont été régularisés, dont les constructions bâties sur des terres relevant des domaines

de l'Etat après achèvement des mesures de transfert de propriété.

La situation de la majorité des logements publics distribués par les Offices de promotion et de gestion immobilière (OPGI), l'agenda AADL et l'Entreprise nationale de promotion immobilière (ENPI) a également été régularisée. A partir du mois d'août, des sanctions seront prises à l'encontre des propriétaires qui ne se sont pas conformés à la loi 15/08 défi- nissant les règles de mise en conformité des constructions et de leur achèvement allant jusqu'à la démolition. Ces mesures concer- nent les constructions ne pouvant être régularisées, à l'instar de celles bâties sur des réseaux de gaz, sur la voie publique ou encore celles ayant été squattées. Initialement fixées au mois d'août 2012, les délais de l'opération ont été reportés au mois d'août 2013 puis au mois d'août 2016 après approbation du Parlement.

Interdiction aux notaires de rédiger des contrats relatifs aux logements AADL

Sollicité par la presse en marge de la séance plénière, le ministre

de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune,

a indiqué que son département était actuellement en concertation

avec le ministère de la Justice en vue d'interdire aux notaires de rédiger tout contrat relatif aux logements AADL, y compris les contrats de gardiennage. M. Tebboune a précisé qu'"une corres- pondance sera adressée au ministre de la Justice, aujourd'hui ou en début de semaine pour donner des instructions fermes à tous les notaires leur interdisant de rédiger tout contrat relatif aux loge- ments AADL qu'il s'agisse de location, de gardiennage, de vente ou d'achat". De nombreux sites Internet se sont spécialisés dans la publica- tion d'offres de vente de logements AADL récemment distribués aux souscripteurs 2001 et 2002. Le ministre a rappelé qu'"il est strictement interdit de disposer des logements AADL", ajoutant que "tous les services concernés ont été saisis concernant cette question". Il a indiqué que "des enquêtes sont en cours, mais il s'agit selon les premières données, de provocations auxquelles s'adonnent certains sites électroniques". Outre le fait d'être dépos- sédé de son logement, le souscripteur qui aura vendu son apparte- ment sera poursuivi en justice, selon M. Tebboune qui précise que ces souscripteurs avaient signé une déclaration sur l'honneur auprès de l'AADL. Concernant les recours des souscripteurs AADL, M. Tebboune a révélé que la commission des recours au niveau du mi- nistère avait tranché plus de 20.000 dossiers sur 45.388 recours reçus. Les recours acceptés concernent les souscripteurs qui ont

perçu des aides de l'Etat dans le cadre de la prise en charge des vic- times des catastrophes naturelles. Il s'agit également des proprié- taires de F1 et des propriétaires de biens communs. S'agissant des Logements promotionnels publics (LPP), le ministre a affirmé que "toutes les demandes enregistrées seront satisfaites", précisant que

la délivrance de la pré-affectation aux souscripteurs concernait uni-

quement les sites dont le taux de réalisation des travaux est avancé. Concernant les secousses telluriques récemment enregistrées dans la wilaya de Médéa, le ministre a souligné que les aides fi- nancières prévues "sont amplement suffisantes et dépassent les be- soins effectifs des habitants de la wilaya", indiquant que 1.000 aides à la construction et 600.000 aides à la restauration avaient été accordées. L'évaluation de ces aides est basée sur les rapports de l'organisme national de Contrôle technique des constructions (CTC) qui a utilisé, pour la première fois, une technique de scanner pour s'enquérir de la situation des constructions, notamment au ni- veau des fondations, a indiqué le ministre. Salima Ettouahria

SOLIDARITÉ

Effort soutenu de l’État

Plus de 1.960.000 colis alimen-

taires ont été distribués et plus de 1.300 restaurants ouverts depuis le début du mois de Ramadhan, portant

le nombre global des repas assurés en

ce mois sacré à 3.230.000, a affirmé jeudi dernier la ministre de la Solida- rité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Mes- lem. "Plus de 1.967.000 colis alimen- taires ont été distribués et 1.305 restaurants assurant près 190.000 repas/jour ouverts depuis le début du mois de Ramadhan, portant à 3.230.000 le nombre global des repas assurés à ce jour", a souligné M. Mes-

lem qui répondait à la question d'un député du Conseil de la nation sur l'aide fournie aux catégories démunies durant le mois de Ramadhan, en se référant à des données des services du ministère de

l'Intérieur et des Collectivités locales. M. Meslem a indiqué que le coût global de l'opération de solidarité durant le mois sacré devrait avoisiner cette année les 12 milliards DA, ajoutant que la participa- tion de son secteur à cette opération était estimée à 6%. Quelque 2 millions de colis alimen- taires seront distribués à la faveur de cette enveloppe financière, en attendant la distribution de près de 5 millions de repas chauds et à emporter dans les res- taurants d'El Iftar, a précisé la ministre, ajoutant que 30.000 agents dont des bé- névoles veilleraient à la distribution de ces repas. Le Fonds national de solidarité

a consacré une enveloppe financière de

l'ordre de 700 millions de dinars aux ca- tégories démunies à travers l'ensemble des wilayas, en tenant compte de "leur nombre inscrit auprès des directions de wilayas de l'action sociale et de la soli- darité". Le budget a été distribué en ap- plication des instructions du Premier ministre sur l'octroi davantage de moyens aux wilayas qui enregistrent un grand nombre de réfugiés, et décidé de l'octroi d'une aide spéciale aux régions fronta- lières avec la Libye, en sus du soutien aux wilayas du Sud et celles comptant des communes pauvres. La ministre a,

Sud et celles comptant des communes pauvres. La ministre a, par ailleurs, rappelé que la formule

par ailleurs, rappelé que la formule d'aide à fournir aux catégories démunies durant ce mois sacré a été définie, en fonction des décisions issues du Conseil ministé- riel réuni début mars dernier qui avait dé- cidé du maintien de la démarche de distribution des colis alimentaires aux fa- milles démunies, et de l'ouverture de res- taurants pour garantir le repas d'el Iftar.

Parution d’un dictionnaire de langue des signes

A une autre question d’un membre du Conseil, sur le sort des personnes handi- capées, M me Mounia Meslem, a fait sa- voir qu'un dictionnaire de langue des signes algérienne paraîtra avant fin 2016. La ministre a précisé que ce dictionnaire était en cours d'impression au niveau de

l'Entreprise nationale de communication,

d'édition et de publicité (ANEP). Elle a rappelé qu'une commission na- tionale avait été installée en 2008 pour regrouper les signes algériens à travers tout le pays, estimant que la tâche "n'est pas aisée eu égard à la grande diversité de notre patrimoine civilisationnel et cul- turel et l'étendue de notre territoire natio- nal". En attendant la parution du dictionnaire, le ministère a organisé plu- sieurs sessions de formation sur la langue des signes au profit de formateurs choisis parmi les travailleurs des établissements spécialisés dans les différentes wilayas et la formation de spécialistes travaillant

dans les écoles pour enfants handi- capés auditifs, a indiqué M me Mes- lem, ajoutant que "des formations sont également prévues au titre de conventions avec plusieurs dépar- tements ministériels". Au cours de l'année scolaire 2015-2016, qua- torze sessions de formation en langue des signes ont été organi- sées au profit de 118 encadreurs travaillant dans des centres spécia- lisés à travers le territoire national et neuf pôles de formation de réfé- rence ont été ouverts dans les wi- layas de Tlemcen, Ghardaïa, Oran, Skikda, Oum El Bouaghi, Bechar,

Saïda, Boumerdès et Tamanrasset",

a fait savoir la ministre. Elle a affirmé

que pour faciliter la communication avec cette catégorie au niveau des administra- tions et des institutions sécuritaires, son département comptait lancer des forma- tions au profit des intervenants dans plu-

sieurs secteurs, dont l'intérieur, la justice, l'éducation nationale, la santé, la poste et les TIC, les affaires religieuses et la dé- fense nationale, précisant que les agents de la sûreté nationale de la wilaya de Boumerdès bénéficiaient depuis peu d'une formation en langue des signes.

M me Meslem a, par ailleurs, rappelé que

le gouvernement avait approuvé, le 11 mai dernier, le décret exécutif portant sta- tut-type des établissements d'éducation et d'enseignement spécialisés pour enfants handicapés relevant du ministère de la Formation et de l’Enseignement profes- sionnels, précisant que ces établisse- ments prendront en charge la formation des personnes handicapées dans divers domaines. La ministre a affirmé que son secteur comptait trois centres nationaux de formation des éducateurs et instruc- teurs spécialisées dans la prise en charge des enfants handicapés, 225 établisse- ments spécialisés, dont 46 pour enfants handicapés auditifs prenant en charge 3.664 enfants. 1.073 enfants handicapés auditifs sur 3.246 enfants handicapés ont été intégrés en milieu scolaire ordinaire, a-t-elle précisé. Synthèse S. E.

SANTÉ

Possible recours à des médecins spécialistes de l’étranger

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hos- pitalière, Abdelmalek Boudiaf, a annoncé à la même séance plé- nière du Conseil de la nation, le re- cours éventuel à des médecins spécialistes de certains "pays amis" afin de combler le déficit enregistré en la matière. Le minis- tre qui a eu à répondre à une ques- tion d’un membre du Conseil sur "le manque de médecins spécia- listes à M'sila, a précisé que le mi- nistère de la Santé, de la Population et de la Réforme hos- pitalière a, dans le cadre de la coo- pération, entamé des contacts avec certains pays amis afin de concré- tiser cette démarche". Après avoir évoqué la carte de la santé de la wilaya de M'sila, il a précisé que celle-ci "a connu une nette amélio- ration après avoir réceptionné de nou- velles structures en 2015", rappelant que les hôpitaux réalisés en préfabriqué "sont toujours viables et font actuellement l'ob- jet de restauration comme c'est la cas pour l'hôpital de Sidi Aissa". Concernant les projets prévus, M. Boudiaf a souligné que la wilaya avait bénéficié de deux hô- pitaux spécialisés en santé maternelle et infantile avec une capacité d'accueil de 120 lits chacun sans compter les "projets en perspective qui démarreront après la réunion de toutes les conditions re- quises". Pour ce qui est du personnel pa- ramédical, il a fait remarquer que la

est du personnel pa- ramédical, il a fait remarquer que la wilaya comptait 2.935 agents et

wilaya comptait 2.935 agents et sera ren- forcée après la sortie des prochaines pro- motions de 589 autres. La wilaya bénéficie d'une couverture sanitaire assurée par 150 médecins du secteur public et 129 autres du secteur

privé, a-t-il encore dit avant de souligner l'ouverture de 122 postes budgétaires en

2016.

Renforcer les régions côtières en équipes médicales

A une autre question du sénateur Ab- delhalim Belatrach sur le déficit en mé-

decins spécialistes dans la wilaya de Jijel, M. Abdelmalek Boudiaf a précisé que des "mesures effi- caces" ont été prises, pour doter les régions côtières en équipes médicales durant la saison esti- vale. Le ministère a pris toutes les mesures efficaces en vue de ren- forcer les structures de santé du- rant la saison estivale, a-t-il indiqué. Il a, par ailleurs, estimé que l'amélioration des prestations médicales et la dotation des wi- layas en médecins spécialistes fi- guraient parmi les priorités du ministère rappelant que la wilaya de Jijel a bénéficié de 135 spécia- listes en 2014 puis 152 autres en 2015 en attendant 152 médecins spécialistes l'année prochaine. Pour ce qui est du déficit enregis-

tré dans certaines spécialités, le ministre

a fait savoir que des médecins du secteur privé ont été conventionnés avec la Di- rection de la santé de la wilaya en vue

d'assurer les gardes et répartir les heures de travail entre les secteurs privé et pu- blic. Le manque en médecins spécialistes

à travers le pays sera éradiqué dans le

cadre d'une nouvelle stratégie de la santé où les deux secteurs public et privé se- raient complémentaires, a-t-il souligné. La création de 98 emplois dans la wilaya de Jijel, a-t-il dit, permettra d'améliorer les prestations sanitaires. Synthèse S. E.

N

EL MOUDJAHID

ation

5

APN
APN

fAute de quorum

REPORT du vote de quatre projets de loi

Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), M. Mohamed Larbi Ould Khelifa, a annoncé, jeudi, le report à lundi prochain de la séance de vote de quatre projets de loi, «le quorum n’ayant pas été atteint».

C onformément à l'article 58 du règlement intérieur de l'APN, la séance de

vote du projet des statuts des of- ficiers de réserve, du projet des statuts des personnels militaires, du projet de loi portant organisa- tion de la profession de commis- saire-priseur et du projet de loi portant règlement budgétaire pour l'exercice 2013 a été repor- tée, a fait savoir le président de l’APN. il est utile de rappeler, dans ce contexte, que selon l'article 58 du règlement intérieur de l'As- semblée populaire nationale, «la présence de la majorité des dé- putés est nécessaire pour la vali- dité des scrutins. en cas d'absence de quorum, le scrutin est reporté à une séance ulté- rieure qui ne peut se tenir moins de six (6) heures et plus de douze (12) heures plus tard. Au cours de cette prochaine séance, le scrutin est validé quel que soit le nombre des députés présents. Avant tout scrutin, le contrôle du quorum est de droit».

Organisation des deux chambres : 51 amendements déposés auprès de la Commission spécialisée

À noter, par ailleurs, le bu- reau de l'Assemblée populaire nationale (APN) a déposé, au- près de la commission des af- faires juridiques, administratives et des libertés, 51 amendements proposés au projet de loi orga-

libertés, 51 amendements proposés au projet de loi orga- nique fixant l'organisation et le fonctionnement de

nique fixant l'organisation et le fonctionnement de l'APN et du Conseil de la nation, ainsi que les relations fonctionnelles entre les deux chambres du Parlement et le gouvernement. Cette mesure, précise le com- muniqué de l'APN, a été déci- dée, lors d'une réunion présidée par le président de cette institu- tion, mohamed larbi ould Khe- lifa. de ce fait, la réunion consa- crée à l'examen des amende- ments proposés au projet de loi organique fixant l'organisation et le fonctionnement de l'APN et du Conseil de la nation, ainsi que les relations fonctionnelles entre les deux chambres du Parlement et le gouvernement s’est dérou-

lée jeudi dernier sous la prési- dence de m. Amar djilani, pré- sident de la commission des affaires juridiques, administra- tives et des libertés à l'APN. la réunion s’est déroulée en pré- sence de la ministre en charge des relations avec le Parlement, m me Ghania eddalia, et des délé- gués des initiateurs de ces pro- positions d'amendement, au nombre de 51 amendements.

Reprise des plénières ce dimanche

remarque importante, c’est dimanche prochain que l’APN devra reprendre ses travaux en séance plénière, laquelle sera consacrée à la présentation et à

l'examen du projet de loi orga- nique relative au régime électo- ral et le projet de loi organique relative à la Haute instante indé- pendante de surveillance des élections, a indiqué jeudi un communiqué de l'APN. la chambre basse du Parle- ment poursuivra ses travaux le lendemain, soit, lundi, lors d'une séance consacrée au vote du pro- jet de loi portant organisation de la profession de vente aux en- chères, le projet de loi portant rè- glement budgétaire 2013, le projet de loi amendant et com- plétant l'ordonnance 76-122 du 9 décembre 1976 relative aux sta- tuts des officiers de réserve, ainsi que le projet de loi complé- tant l'ordonnance 06-02 du 28 février 2006 portant les statuts des fonctionnaires militaires, re- lève le communiqué. la séance de lundi sera consacrée au vote du projet de loi amendant et complétant la loi organique définissant l'organisa- tion et le fonctionnement de l'APN et du Conseil de la nation et leurs relations fonctionnelles avec le gouvernement, ainsi que la loi relative à la promotion des investissements. enfin, la séance de jeudi sera consacrée au vote du projet de loi organique relative au régime électoral et le projet de loi orga- nique relative à la Haute instante indépendante de surveillance des élections Soraya G.

CoNféreNCe de Presse de rePréseNtANts de PArtis Politiques

Le débat contesté

Des représentants de plusieurs partis politiques à l'Assemblée populaire nationale (APN) ont fait part, jeudi dernier, de leur «rejet de la manière ex- péditive avec laquelle a été programmé le débat de projets de lois importants et décisifs pour l'avenir du pays». Lors d'une conférence de presse orga- nisée au siège de l’APN, les représentants de ces formations politiques (les formations politiques composant l'Alliance de l'Algérie verte et ceux du Parti de la Justice et du développement, Front des Forces socialistes, Parti des travailleurs et le parti de la Dignité), ont estimé que «la manière avec la- quelle a été programmée le débat de plusieurs pro- jets de loi décisifs et importants pour le pays est inique et menace même le processus démocra- tique, les droits politiques et les libertés fondamen- tales en Algérie». Citant ces projets de loi, ils évoqueront ceux contenus dans la dernière Consti- tution amendée dont le projet de loi organique fixant l'organisation des deux chambres du Parle- ment, le projet de loi relative au régime électoral et le projet de loi organique relative à la haute ins- tance indépendante de surveillance des élections, ont-ils précisé. Les élus ont appelé à «ne pas hâter la présentation des projets de loi avant de permet- tre au peuple de les examiner de manière exhaus- tive et approfondie». S’exprimant, en marge de cette conférence, le président du groupe parlemen- taire du Front de libération nationale, M. Moha- med Djamii, a appelé ces formations politiques à «éviter d'émettre des préjugés sur des projets de loi qui sont encore à la phase de projets qui vont être débattus et enrichis au Parlement». S. G.

lutte CoNtre l’extrémisme violeNt

Créer un OBSERVATOIRE NATIONAL ?

le rapport annuel de la Commis- sion nationale consultative de pro- motion et de protection des droits de l’homme met en exergue l’expé- rience algérienne en matière de dé- radicalisation, et relève l’importance de la stratégie natio- nale de lutte menée contre la propa- gation de l’extrémisme violent, les discours de la haine et le terrorisme. une stratégie qui s’articule autour de deux axes principaux. il s’agit du «maintien d’un haut niveau de mo- bilisation et de vigilance de tous les services de sécurité dans leur mis- sion institutionnelle de protection et de maintien de l’ordre public». il est également question de la «mise en œuvre d’une politique globale contre la radicalisation et la propa- gation des discours de la haine, combinant des mesures politiques, économiques, sociales, culturelles et religieuses». Pour mener à bon port cette po- litique, le secteur de la Justice, ex- plique le rapport, «a appliqué en milieu carcéral un ensemble de me- sures afin de limiter l’influence des détenus partisans de l’extrémisme violents ou impliqués dans des actes de terrorisme». les autres mesures prises pour asseoir l’état de droit, la CNCPPdH note la suppression des juridictions d’exception. «la com- pétence des juridictions civiles est donc exclusive pour les personnes inculpées pour des actes de terro- risme», expliquent les rédacteurs du rapport. Aussi, la Commission met en re- lief la décision de faire approcher les terroristes incarcérés par des imams maîtrisant la théologie afin de les inciter à «se repentir idéolo- giquement, à revenir aux valeurs réelles de l’islam». quant aux me- sures à caractère religieux, celles-ci ont trait, entre autres, à la nécessaire formation des «mourchidate» qui mènent un travail de proximité au- près des familles et des jeunes filles, l’introduction des thèmes de la pré- servation contre les discours de la

des thèmes de la pré- servation contre les discours de la haine et l’extrémisme violent dans

haine et l’extrémisme violent dans les prêches de vendredi, ainsi que la création d’un observatoire national de lutte contre l’extrémisme violent. la mission principale de cette ins- tance, précise le rapport, consistera à «analyser le phénomène et propo- ser les solutions idoines». Ce n’est pas tout, puisqu’il est aussi question du projet de «lance- ment d’une Académie des sciences du fiqh qui rassemblera les dogmes de l’islam». la CNCPPdH relève, d’autre part, le rôle de la communi- cation et des initiatives culturelles pour lutter contre la radicalisation et l’extrémisme, précisant en défini- tive, que cette politique ne peut être gagnée qu’en «co-responsabilisant les jeunes avec les générations les plus anciennes».

Réconciliation nationale :

un « moment historique »

l’autre volet traité par la CNCPPdH est celui de la réconci- liation nationale qui fêtera en sep- tembre prochain ses onze années. C’est un fruit d’une «vision lucide et courageuse», d’un «moment his- torique», d’«une réponse pour l’es- sor des droits de l’homme en Algérie» qui reste un «choix civili- sationnel du peuple algérien», fera savoir farouk Ksentini. en termes

de chiffres, le président de indique que «plus de 11.000 dossiers ont été traités en 2015». l’avocat précise également que des pays «confrontés à de graves crises internes et des guerres civiles», et d’autres «au- dessus de tout soupçon violence gé- néralisée, ont fini par mettre en œuvre des modèles de réconciliation nationale». Aujourd’hui, relève le document, elles ne sont qu’une «mi- norité de familles, composées de mères, d’épouses et d’enfants, qui refusent actuellement de s’inscrire dans la démarche par la Charte pour la paix et la réconciliation natio- nale». À ce sujet, la Commission natio- nale recommande «l’instauration, par les pouvoirs publics, d’un dia- logue, dans une ambiance sereine et apaisée, avec ces familles». l’objectif est de produire à cha- cune d’elles l’ensemble du dossier relatif aux recherches entreprises par les différents services concernés. Aussi, le rapport indique qu’il ap- partiendra aux pouvoirs publics de «donner toutes les explications né- cessaires et suffisantes aux interro- gations de ces familles et de leur apporter aide et assistance dans la pure tradition séculaire de notre peuple pour de pareilles situations». Fouad Irnatene

surveillANCe

éleCtroNique

À la DISCRÉTION du juge

la décision de placement sous surveillance électronique, qui entrera prochai- nement en vigueur, sera laissée à la discrétion du juge, a affirmé, jeudi à Alger, le directeur général de l'Administration pénitentiaire, mokhtar felioune. m. fe- lioune a souligné que le recours au bracelet électronique comme alternative à la mesure privative de liberté remplacerait, dans «une première étape», la détention provisoire, la décision de placement sous surveillance électronique ou en déten- tion provisoire, étant laissée à la discrétion du juge, seul habilité à prendre telle ou telle décision en fonction du dossier qui lui est soumis. «les pays développés recourent au bracelet électronique comme alternative à la détention provisoire, mais aussi à la peine privative de liberté de coutre durée», a indiqué m. felioune. le condamné placé sous surveillance électronique est assigné à résidence et reste contrôlé dans tous ses déplacements, grâce au bracelet électronique qui permet de le repérer à tout moment. Après avoir rappelé que le recours au bracelet élec- tronique confortait, de manière directe, la présomption d'innocence consacrée par la Constitution, m. felioune a estimé que «cette procédure est de nature à réduire le nombre des mis en cause en détention provisoire». «Avec le recours au place- ment sous surveillance électronique, l'Algérie aura inscrit son nom sur la liste des rares pays (développés) optant pour ce système qui nécessite des techniques de pointe et de hautes compétences scientifiques», a-t-il précisé, ajoutant que le mi- nistère de la Justice était parvenu à maîtriser ces équipements de pointe. «le bra- celet électronique permet de localiser avec exactitude le lieu où se trouve le porteur si ce dernier tente de fuir le procès», a poursuivi m. felioune. de son côté, m e Khaled Bergheul, avocat près la Cour suprême a mis en avant l'impor- tante du recours au placement sous surveillance électronique en Algérie qui évi- terait la prison aux mis en cause jusqu'au jour de leur procès. «si le placement sous surveillance électronique venait à être appliqué aussi bien aux mis en cause qu'aux condamnés définitivement, il permettrait à ces derniers de passer quelques jours en dehors de l'établissement pénitentiaire, tout en portant le bracelet élec- tronique qui permet de les repérer avec exactitude».

La comparution immédiate, une réduction du recours à la détention provisoire

la substitution, depuis janvier 2016, de la procédure de flagrance par la com- parution immédiate a induit un recul effectif du nombre des mis en cause placés en détention provisoire, a indiqué le Procureur général près la Cour d'Alger, Ha- chemi Brahmi. les derniers amendements du code de procédure pénal ont permis de substituer la procédure de flagrance par celle de comparution immédiate», a- t-il expliqué, précisant que «l'émission de mandats de dépôt dans des cas de fla- grant délit n'est plus du ressort du parquet, mais de celui du juge de siège, seul garant des libertés et des droits des individus». le juge de siège en charge de l'af- faire lors du procès «détient désormais le pouvoir discrétionnaire l'habilitant à placer l'accusé en détention préventive, sous contrôle judiciaire ou en liberté», a précisé m e Brahmi qui a ajouté que le «procureur de la république n'est plus ha- bilité à émettre des mandats de dépôt, à la faveur des derniers amendements du code de procédure pénal». le recours au système de comparution immédiate a permis, de ce fait, d’«alléger la surcharge sur les juridictions à travers le règlement immédiat et rapide des affaires mineures», a-t-il indiqué. Pour m. Bergheul Kha- led, le recours au système de comparution immédiate a induit un recul sensible du nombre des mis en cause placés en détention préventive, ajoutant que toutes les affaires soumises à ce système étaient mineures et, de ce fait, ne nécessitaient pas d'enquête.

N

6

ation

EL MOUDJAHID

M. AhMED GAïD SALAh

Sérénité et EFFICACITÉ

Le général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire, a salué, jeudi dernier à In-Amenas (Illizi), les unités de l'ANP, pour «leurs efforts soutenus» dans l'exécution du programme de préparation au combat, à même de faire face aux défis sécuritaires que peuvent imposer les zones frontalières.

L e général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, effectue depuis mercredi dernier une vi-

site de "travail et d'inspection" dans la 4 e Région militaire, afin de s'enquérir de la "disponibilité opérationnelle" des unités de l'ANP déployées le long des frontières du pays et "dans le cadre des visites périodiques sur le terrain aux différentes Régions mili- taires durant le mois sacré de rama- dhan", précise un communiqué du ministère de la Défense nationale. Cette visite s'inscrit dans le cadre de "l'évaluation de l'exécution du pro- gramme de préparation au combat pour l'exercice 2015-2016, et ce, à tra- vers des exercices tactiques", précise la même source. A ce titre, au niveau du secteur opérationnel nord-est In Amenas, wilaya d'Illizi, le général de corps d'Armée a supervisé, jeudi matin, l'exécution d'un exercice tac- tique avec des tirs à balles réelles, dans des conditions proches du réel et auquel ont pris part différentes unités des Forces terrestres et aériennes, à leur tête la 41 e Brigade Blindée. L'exercice a pour thème "la Brigade en contre-offensive". A l'entame, le général de corps d'Armée a suivi une présentation du Commandant du sec- teur opérationnel nord-est In Amenas, portant sur l'idée générale de l'exer- cice et ses différentes étapes de dérou- lement, et qui a pour objectif l'entraînement des éléments et des uni- tés aux situations de combat proches du réel, ainsi que l'évaluation du ni- veau d'aptitude des unités à mener leurs missions avec la précision re- quise. Le général de corps d'Armée a suivi par la suite l'exposé sur la déci- sion du commandant de la Brigade menant cet exercice. Au champ de manœuvres et en compagnie du géné- ral-major Cherif Abderrezak, com- mandant de la 4 e Région militaire, le général de corps d'Armée a supervisé les actions de combat menées par les unités engagées, "distinguées d'un professionnalisme remarquable dans toutes leurs étapes, avec un niveau

remarquable dans toutes leurs étapes, avec un niveau tactique et opérationnel très apprécia- ble, reflétant

tactique et opérationnel très apprécia- ble, reflétant une rigueur de planifica- tion et d'organisation". Les unités engagées dans cet exercice ont égale- ment fait preuve d'"un haut niveau de compétence des cadres dans le mon- tage et la conduite des différentes ac- tions de combat, ainsi que du savoir-faire et de l'aptitude des person- nels à maîtriser les différents systèmes d'armements et des équipements mis en service, ce qui a contribué ample- ment à la réalisation de très satisfai- sants résultats en termes de précision de tirs", note la même source. A l'issue et lors d'une rencontre de débriefing et d'évaluation des étapes de cet exer- cice, le général de corps d'Armée s'est réuni avec les éléments des unités en- gagées en les saluant et félicitant pour "leurs efforts soutenus, consentis tout au long de l'année de préparation au combat, notamment lors de la prépa- ration et l'exécution de cet exercice couronné d'une parfaite réussite et qui coïncide avec le mois sacré de Rama- dan". "Notre ferme et permanente vo- lonté à créer une parfaite cohésion entre l'effort de préparation au com- bat, d'une part, et la démarche active et positive avec la nature de nos mis- sions, d'une autre part, nous permet- tent de réitérer, aujourd'hui et suite à ces résultats encourageants réalisés lors de cet exercice, et sans exagéra- tion, que nous avons réussi à atteindre

cet objectif qui va permettre à nos Forces armées de faire face à l'ensem- ble de défis sécuritaires que peuvent imposer ces zones frontalières, que Son Excellence Monsieur le Président de la République, chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, ne cesse de conférer une grande importance à leur sécurisation d'une façon permanente et efficiente, et ce, en faisant preuve du sens du de- voir et de responsabilité, en mobilisant tous les moyens humains et matériels et en ayant recours à l'ensemble des expériences acquises pour rehausser le niveau d'aptitude et d'opérabilité de notre corps de bataille, à la hauteur des missions constitutionnelles assi- gnées à l'Armée nationale populaire, digne héritière de l'Armée de libéra- tion nationale", a affirmé le chef d'état-major de l'ANP. "Cet exercice constitue, sans doute, une véritable évaluation et sert d'indice précis et objectif du degré d'assimilation des différents pro- grammes de préparation au combat et des enseignements et expériences ac- quis sur le terrain au cours des der- nières années", a-t-il fait remarquer. Pour leur part, les cadres et les person- nels participant à cet exercice ont réi- téré leur "entière et permanente disponibilité à défendre nos frontières nationales contre toute éventuelle me- nace, quels que soient sa nature et son origine", ajoute le communiqué.

Inspection d’unités du secteur opérationnel de Biskra

Le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah poursuit sa visite à le 4 e Région militaire à ouargla en se rendant, au troisième jour, au sec- teur opérationnel de Biskra où il a ins- pecté un nombre d'unités, à l'instar de l'école d'application des troupes spé- ciale. Accompagné du général major Cherif Abderrezak, commandant de la 4 e région militaire, le chef d'état-major de l'ANP a donné une allocution d'orientation aux cadres et éléments de la Région dans laquelle il a réitéré "l'importance majeure qu'il accorde personnellement à la formation, à l'instruction et à la préparation au combat de haut niveau". "La présence permanente des éléments de l'ANP, aux côtés de l’ensemble des autres corps de sécurité, sur toute parcelle de notre territoire national, et leur persé- vérance dans l’accomplissement de leurs missions, de jour comme de nuit, tout au long de l’année et en toutes circonstances, avec une diligence sans égal, une sérénité hors pair et une ef- ficacité reconnue par tout le monde, témoignent incontestablement de la foi totale en les valeurs nationales, de la fierté d’appartenir à cette Patrie si chère et d’honorer le devoir de défen- dre la terre de l’Algérie et son peuple, et préserver sa sécurité, son indépen- dance, sa stabilité et son intégrité ter- ritoriale", a indiqué le général de corps d'armée. Il a rappelé, une fois de plus, la nécessité de "faire preuve de vigi- lance et de diligence fermes et perma- nentes, afin de garantir les facteurs de défense de la Patrie et d’assurer les impératifs de sa dignité parmi les na- tions". "C’est une preuve évidente et indéniable de la conscience des élé- ments de l’ANP quant à la grandeur des enjeux, rappelés à maintes occa- sions par Son Excellence le président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, ce qui témoigne également de leur haute détermination et de leur

loyauté au serment des Chouhada, qui demeure une lanterne luisante qui leur illumine le chemin et les guide, à l’instar de leurs aînés moudjahidine de l’Armée de libération nationale, sur la voie de garantir les facteurs de dé- fense de la Patrie et d’assurer les im- pératifs de sa dignité parmi les nations", a ajouté le vice-ministre de la Défense nationale. "tels sont les vertus et les caractéristiques louables par lesquelles s’est distinguée l’Ar- mée nationale populaire, grâce à l’at- tachement de ses éléments à leur riche patrimoine civilisationnel et culturel, et le grand respect qu’ils portent à leur glorieuse histoire nationale, qui leur a permis d’atteindre l’excellence pro- fessionnelle, et grâce à laquelle leurs âmes et cœurs se sont imprégnés de l’esprit d’altruisme, de sacrifice et de prouesse", a-t-il encore ajouté. A l’issue de la rencontre, le général de corps d’armée a cédé la parole à l’ensemble des personnels de la Ré- gion pour exprimer "leurs préoccupa- tions, et leur disponibilité permanente à se dresser face à toute tentative d’at- teinte à la sécurité de l’Algérie et sa stabilité". Il convient de signaler que le général de corps d’armée a super- visé jeudi dernier au niveau du Sec- teur opérationnel nord-est In Amenas, l'exécution d'un exercice tactique avec des tirs à balles réelles, auquel ont pris part différentes unités des Forces ter- restres et aériennes, et qui avait pour thème "la Brigade en contre-offen- sive". Gaïd Salah a supervisé de près la haute précision dans l’exécution de cet exercice dans toutes ses étapes, et qui a été marqué par "un profession- nalisme remarquable, grâce à la par- faite interopérabilité entre les unités engagées et au strict respect des diffé- rentes étapes du plan et à la précision des tirs". Ces résultats "ne sont acquis que par la rigueur dans la préparation, la planification et l’exécution des dif- férentes actions de combat et ce, tout au long de l’année de préparation au combat de haut niveau", rappelle la même source.

éCoLE NAtIoNALE DE LA SANté MILItAIRE D’AïN NAâDjA

Sortie de trois promotions

Composée de spécialistes en sciences médicales, d’élèves offi- ciers de carrière détenteurs du di- plôme de doctorat en science médicales et de la 1 er promotion des élèves sous-officiers contractuels détenteurs du diplôme de licence professionnalisante en science para- médicales, la 29 e promotion d’élèves et spécialistes est sortie jeudi der- nier, de l’Ecole nationale de la santé militaire d’Aïn Naâdja, clôturant ainsi, l’année d’instruction 2015- 2016. Ces trois promotions ont été ainsi à l’honneur au cours d’une belle cérémonie présidée par le gé- néral major, secrétaire général du ministère de la Défense nationale, Mohamed Zenakhri, qui a égale- ment procédé à l'inspection des car- rés. Après l’ouverture officielle de la cérémonie, le commandant de l'Ecole, le général Senouci Bereksi Ibrahim El Khalil, a dans son allo- cution, présenté les promotions sor- tantes, qui font partie des formations en sciences médicales de graduation et de post-graduation, paramédi- cales, médico-militaire et spéciali- sée, reçues au sein de l'école, ainsi que celle des stages au niveau des différents services des hôpitaux ci- vils et militaires. Le général Senouci Bereksi a déclaré, que ces promo- tions sont le fruit d’efforts soutenus, déployés par l’encadrement de l’Ecole en matière d’enseignement et de formation pratique, conformé- ment aux orientations des services de santé militaire et ce, sur la base des programmes des ministères de l’Enseignement supérieur et de la

Ph : Billal
Ph : Billal

Recherche scientifique et de la Dé- fense nationale. Il a mis en exergue le développement constant de la santé militaire dans notre pays, en rappelant les efforts considérables consentis par les services de santé militaire en vue d’améliorer le ni- veau des élèves en termes de connaissances théoriques et de pra- tique médicale. Il a ensuite, incité les promotions sortantes à bien repré- senter leur école, après que ceux-ci eurent reçu une bonne formation qui les qualifie pour exercer sur le ter- rain. Par ailleurs, la promotion sor- tante a prononcé le serment de loyauté, suivant les traditions de notre Armée nationale populaire, suite auquel, ont été décernés les grades et les diplômes aux lauréats de fin de cursus de graduation et des spécialités, sous les youyous et les applaudissements des familles pré-

sentes, avant de permettre aux troupes musicales de la Garde répu- blicaine d’étaler leur savoir-faire en matière de musique militaire et d’airs de plusieurs régions du pays. Une grande parade des élèves de cette 29 e promotion. Après la remise du drapeau entre les promotions sortantes et mon- tantes, la promotion a été baptisée au nom de la martyre « Maghnem Lou- nas », (1931-1959) une valeureuse moudjahida de la Wilaya III (com- mune de Azzazga), dont la biogra- phie et le parcours révolutionnaire ont été récités par l'élève lauréate. Après la cérémonie, la famille de la martyre a été honorée par le général major Zenakhri Mohamed, qui signa le livre d'or de l'Ecole Na- tionale de Santé Militaire, Kaddi

Bakir. Kafia Ait Allouache

LUttE ANtItERRoRIStE

Important lot d’armes découvert à Bordj Badji Mokhtar

Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte antiterro- riste, et grâce à la permanente vigi- lance de nos forces armées, un détachement de l'Armée nationale po- pulaire (ANP) a découvert, hier 22 juin 2016, à Bordj Badji Mokhtar, (6 e Région militaire), une cache conte- nant un important lot d'armements et de munitions, suite à une patrouille de reconnaissance près des frontières sud du pays", précise le MDN. Cette opé- ration a ainsi permis de saisir, "un mi- trailleur lourd de calibre (14,5 mm), un mitrailleur de type RPK, sept pis- tolets-mitrailleurs de type Kalachni- kov, trois fusils à répétition, un fusil semi-automatique, vingt roquettes RPG-7, sept charges propulsives RPG-7, (3.977) balles de différents calibres, une grenade, et vingt-cinq ki- logrammes de substances explosives", ajoute la même source.

Destruction de 2 casemates à Batna et 10 mines à Tizi Ouzou

Des détachements de l’ANP ont détruit, le 22 juin 2016, deux case- mates qui servaient de refuges pour terroristes à Batna/5°RM et dix mines à tizi ouzou/1°RM", précise la même source. Par ailleurs et dans le cadre de la lutte contre le crime organisé, "des éléments des gardes-frontières ont saisi 760 kilogrammes de kif traité à tlemcen/2°RM", ajoute le communi- qué. A tindouf/3°RM, un détache-

ment de l’ANP a saisi trois véhicules tout-terrain et 1.780 litres de carbu- rant, tandis qu’à tamanrasset/6°RM, des éléments de la Gendarmerie natio- nale ont saisi deux autres véhicules et quatre détecteurs de métaux. Par ail- leurs et dans le cadre de la lutte contre l'émigration clandestine, des unités des gardes-côtes d'Annaba/5°RM ont déjoué une tentative d'émigration clandestine de 75 personnes à bord de trois embarcations de construction ar- tisanale au nord-ouest de Ras El- hamra.

17 quintaux de kif traité saisis à Tlemcen Chlef et Béchar

L'ANP et des éléments des gardes frontières ont arrêté, le 23 juin 2016, à tlemcen /2RM, deux narcotrafi- quants et saisi 16,49 quintaux de kif traité, tandis que des éléments de la gendarmerie nationale ont saisi une autre quantité de 33.105 kilogrammes à Chlef/1 e RM. De même un détache- ment de l'ANP a saisi, à Béchar/3RM, 53 kilogrammes de kif traité", précise la même source. A tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam/6 e RM, des détachements de l'ANP "ont arrêté deux contrebandiers et saisi 41.732 tonnes de denrées alimentaires". A té- bessa, Souk Ahras et El tarf/5RM, des unités des gardes frontières "ont déjoué une tentative de contrebande de 22.480 litres de carburant, alors

la wilaya

que

dans

de Biskra/4 e RM, un détachement de l'ANP a arrêté un contrebandier à bord d'un camion chargé de 47,20 quintaux de tabac.

Vendredi 24 - Samedi 25 juin 2016

NNationation

EL MOUDJAHID

7

transpOrts durant lEs FêtEs Et la saisOn EstivalE

Assurer un service de QUALITÉ

Une noUveLLe Ligne MAritiMe tipASA-ALger et CherCheLL-ALger proChAineMent.

L e ministre des travaux publics et des trans- ports, Boudjemaâ talai a présidé, avant-hier jeudi, à l’Ecole nationale supérieure mari-

time de Bousmail, tipaza (Ensm) une cérémonie de sortie d’une promotion d’ingénieurs d’état, en mécanique marine, en présence du général major abdelghani Hamel, directeur général de la sûreté nationale. En marge de cette cérémonie, et à la question de savoir où en sont les préparatifs et les conditions d’accueil de nos concitoyens durant la période de la fin du mois sacré de ramadhan, les fêtes de l’aïd, et la saison estivale, le ministre vi- siblement confiant a affirmé aux représentants des médias qu’il n’y avait aucun souci à se faire. «toutes les mesures et les dispositions ont été prises par les entreprises nationales spécialisées dans le transport terrestre, maritime ou aérien pour assurer aux citoyens en voyage un service de qua- lité». selon le ministre des travaux publics et des transports « les services d’air algérie et de l’En- tmv (Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs) ont pris toutes les dispositions né- cessaires afin de garantir un transport de qualité et sans encombres des citoyens, durant la période de la fin du mois sacré du ramadhan, au même titre que des membres de la communauté algérienne ré- sidant à l’étranger, attendus en grand nombre, en perspective de la saison estivale». il faut savoir que lors de chaque période d’été et durant les fêtes de l’aïd, les algériens vivant à l’étranger, notamment en Europe préfèrent passer les fêtes religieuses avec leurs familles en algérie. saisissant l’occasion, le membre du gouvernement qui vient juste d’avoir le portefeuille des travaux publics a mis en avant les efforts consentis par les pouvoirs publics afin de garantir le développement du transport maritime national, avant d’annoncer, à l’occasion, que le transport maritime «sera renforcé très prochaine- ment par l’ouverture d’une nouvelle ligne maritime reliant tipasa-alger, et cherchell-alger», a précisé Boudjemaâ talai. une annonce qui une fois de plus, met en avant la nouvelle politique du gouver- nement qui tend à trouver les voies et moyens de diversifier les modes de transport afin de permettre à nos citoyens de mettre de côté leurs véhicules qui encombrent les routes et autoroutes et profiter des paysages féériques qu’offrent les lignes maritimes

des paysages féériques qu’offrent les lignes maritimes sachant que la côte algérienne est l’une des plus

sachant que la côte algérienne est l’une des plus belles côtes de la mer méditerranée. dans le même ordre d’idées, le premier responsable des secteurs des travaux publics et des transports fera rappeler

que l’algérie avait procédé depuis l’année dernière,

à l’acquisition de nouveaux bateaux de transport de

voyageurs pour répondre à la demande de plus en plus grandissante. il rappellera également les nou- velles lignes aériennes ouvertes vers de nombreux pays européennes mais aussi les campagnes de ré- duction des prix des billets annoncées par air al- gérie et l’Entmv. sur un autre registre, celui des travaux publics, le ministre affirmera l’importance de tous les projets du secteur tout en soulignant l’engagement du gouvernement à aller jusqu’au bout de sa politique pour parachever les travaux en chantiers «suivant les besoins et les priorités éco- nomiques, eu égard aux problèmes financiers ac- cusés par le pays suite à la chute des prix du baril du pétrole», a-t-il observé. par ailleurs, le ministre félicitera les nouveaux promus pour tous leurs ef- forts avant de mettre en reliefs l’importance de la formation, considérée comme un maillon principal de la stratégie de promotion du secteur. Mohamed Mendaci

aïd

La SNTF adapte ses horaires

la société nationale de transports ferroviaires

(sntF) a annoncé un aménagement des horaires des trains de grandes lignes à l'approche de l'aïd El Fitr. la sntF qui explique cet aménagement par son souci de "répondre favorablement à la demande de sa clientèle" a procédé, pour la période s'étalant du jeudi 30 juin au samedi 2 juillet, à un "maintien des circulations programmées à l'occasion du mois sacré du ramadhan avec un renforcement dans la composition des trains grandes lignes". mais à partir du dimanche 3 juillet, "une reprise du trafic ordinaire des trains de grandes lignes est prévue". la sntF informe ainsi que les trains dits "ordi- naires" reliant deux fois par jour la gare d'agha (alger) à celle d'Oran prendront le départ à 6h25 pour arriver à 11h30 et à 12h30 pour arriver à 17h39. les trains "confort" affectés à la même ligne prendront le départ d'alger à 8h et à 15 h avec des horaires d'arrivée prévues à 12h et à 19h. les trains "ordinaires" reliant alger à constantine prendront le départ à 7h25 arriveront à 14h30. dans le sens opposé, les trains de même catégorie démarreront

à 6h40 pour arriver à alger à 13h15. concernant le

train de nuit de grande ligne entre alger-annaba, il prendra son départ à 21h30 pour arriver à 7h28. le départ d'annaba vers alger est fixé à 21h30 et l'ar- rivée à 7h37. pour ce qui est du train Oran-Béchar,

il démarrera à 23h30 et arrivera à 8h46. le train

Béchar-Oran prendra le départ, quant à lui, à 23h

et arrivera à 9h. la sntF signale, à ce sujet, que

"la reprise des horaires habituels des trains de nuit

de grandes lignes sera opérée à partir du 7 juillet".

a partir de cette date, le train de nuit de grande

ligne entre alger-annaba démarrera à 19h40 et ar-

rivera à 5h38. dans le sens opposé, il démarrera à 19h20 et arrivera 5h44. le train Oran-Béchar dé- marrera à 20h30 et arrivera à 5h46 au moment où

le train Béchar-Oran prendra le départ à 20h et ar-

rivera à 5h. concernant la ligne Bejaïa-alger, dans

le cadre des horaires aménagés, les trains démarre-

ront à 5h et arriveront à 9h05 alors que la nouvelle

liaison aura pour heure de départ 14h20 pour arri- ver à 18h31. dans le sens inverse, la nouvelle rota- tion prend le départ à 6h10 pour arriver à 10h26. Elle vient renforcer celle de 16h20 à 20h27.

réuniOn du grOupE dEs 22

Un saut qualitatif

le ministre des moudjahi- dine, tayeb Zi-

touni, a affirmé que la réunion du groupe des

22 à El mada-

nia (alger) a constitué un tournant déci- sif en termes de prise de conscience révolutionnaire et un saut qualitatif dans le processus de la lutte nationale, estimant que la préserva- tion de la mémoire nationale est aujourd'hui une "néces- sité vitale". présidant les travaux d'une conférence historique au musée du moudjahid à l'occasion de la cé-

lébration du 62 e anniversaire de la réunion du groupe des 22, m. Zitouni a rappelé l'importance de cet évènement qui a constitué une "étape charnière" dans l'histoire de la lutte contre l'occupation française en ce sens qu'il a don- née lieu au projet de la guerre de libération. Organisée par des jeunes dont le plus âgé était mustapha Benboulaid (37 ans), cette réunion historique a été l'amorce du pro- cessus de recouvrement de la liberté à travers la révolu- tion. un processus, a-t-il dit, dont les artisans eux même ne mesuraient pas à quel point il allait changer le cours de l'histoire et avoir un écho qui dépassera les frontières nationales. m. Zitouni a estimé que la célébration de ces dates phares de l'histoire de notre pays est un appel sans cesse renouvelé pour continuer la résistance, rappelant que "la préservation de la mémoire nationale est au- jourd'hui une nécessité vitale", soulignant l'impératif de "rétablir l'histoire dans sa place à tous les niveaux". abondant dans le même sens, m. abdesettar Hocine, his- torien, a indiqué que parler de la réunion du groupe des

22 est un assez complexe techniquement en raison de

l'absence de documents écrits, ce qui amènent les cher- cheurs à se tourner vers les témoignages vivants qui pourraient être différents. l'ancien ministre, mahieddine amimour a qualifié de "normale" la différence notée dans les témoignages vivants de ceux qui ont contribué à la guerre de libération, précisant que "cela ne signifie nullement l'existence d'un différend". "chacun d'entre eux a abordé la révolution telle qu'il la percevait de son poste et ces témoignages sont com- plémentaires", a-t-il ajouté. le groupe des 22 s'était réuni

le 24 juin 1954 au domicile du défunt moudjahid lyes derriche, à El madania (ex-salembier). une réunion qui s'est soldée par la décision ferme de déclencher une ac- tion armée et d'en fixer la date.

déclencher une ac- tion armée et d'en fixer la date. m. El-Hadi Ould ali à mOstaganEm

m. El-Hadi Ould ali à mOstaganEm

Mise à niveau du complexe sportif Ferradj

le ministre de la Jeunesse et des sports, El Hadi Ould ali, a indiqué que son département est prêt à consacrer une enve- loppe supplémentaire de 300 millions da pour l’achèvement des travaux de mise à niveau du complexe sportif commandant Ferradj, au chef-lieu de wilaya, appelé à devenir un pôle sportif

d'excellence. En marge de sa vi- site d’inspection dans la wilaya de mostaganem, m. Ould ali, a indiqué à la presse que cette ral- longe permettra la réhabilitation de plusieurs an- nexes de cette infrastructure dont les tribunes du stade, les courts de tennis, la piscine semi-olym- pique entre autres, pour constituer un espace pour toutes les ligues de wilaya des sports. lançant la première phase des travaux de réhabilitation du stade de football du complexe dotés de 350 mil- lions da et concernant, notamment les gradins, les vestiaires et le revêtement en gazon artificiel, le ministre a insisté sur l'application des normes internationales. il a également mis l'accent sur l'accélération des travaux pour livrer, avant la fin de l'année en cours, ce stade d’une capacité de 20.000 spectateurs et permettre aux clubs du Wam et Es mostaganem évoluant en champion- nat national amateur (division ouest) d’accueillir leurs adversaires sur sa pelouse à partir de la phase retour du championnat 2016/2017. concer- nant les Jeux méditerranéens 2021 d'Oran, Hadi Ould ali a souligné que les wilayas limitrophes,

Hadi Ould ali a souligné que les wilayas limitrophes, à l’instar de mostaganem, mas- cara, sidi

à l’instar de mostaganem, mas- cara, sidi Bel-abbès, ain té- mouchent et tlemcen pourront abriter certaines compétitions. En visitant le camp de jeunes à ain Brahim, sur le littoral-est de mostaganem, relevant de l’agence nationale de divertisse- ment de jeunes, le ministre a ap- pelé à la réhabilitation de cette

structure et son extension. ce camp occupe une superficie de quatre hectares et peut être exploité à longueur d’année. le camp abrite actuellement plus de 300 enfants de la wi- laya de Béchar et devra accueillir après l’aïd El Fitr 1.200 enfants du sud du pays en quatre ses- sions de 15 jours chacune. dans la même partie de la wilaya, le ministre a inspecté le chantier de réalisation d’un camp de jeunes de 400 lits (28 millions da) dans le cadre de l’investissement de l’agence foncière, qui sera opérationnel au début du mois de juillet prochain. dans la zone côtière de Ouréah, m. Ould ali a visité un autre camp de jeunes qui accueille 120 enfants de la wilaya d’El Bayadh et devra accueillir jusqu’à fin août prochain 480 autres enfants du sud du pays. le ministre a exhorté les encadreurs des camps de jeunes à se mobiliser pour améliorer le niveau des services destinés aux enfants et jeunes, tout en affirmant l’intérêt accordé par le gouverne- ment à la prise en charge de tous les besoins des enfants.

El-Hadi Ould ali visitE lE camp dE vacancEs d’aïn El-turck

Trait d’union entre les enfants du pays

le ministre de la Jeunesse et des sports, El Hadi Ould ali, a appelé jeudi, les ligues sportives à participer à l’animation des camps de vacances accueillant les enfants des wilayas du sud, et ce, lors d’une visite à Oran où il s’est rendu au camp de jeunes de la madrague dans la commune d’aïn El turck. sur place, il a donné des directives pour développer les activités de citoyenneté et de solidarité au niveau de ces structures afin de contribuer au rapprochement les enfants des dif- férentes régions du pays, de travailler en coordination avec les directions de la culture pour enrichir les programmes d’activités culturelles et de détente. durant la saison estivale, les 27 camps de va- cances répartis entre les principales wilayas côtières vont accueillir pas moins de 28.000 enfants. le camp de jeunes de la madrague créé dispose d’une capacité d’accueil de 120 lits. il accueille depuis le 18 juin dernier et pour une durée de 15 jours, 92 enfants de naâma. au total, 5 sessions de colonies de vacances, sont programmées au niveau de ce centre qui accueille, entre autres, des rencontres culturelles, des jumelages inter-wilayas, les weekends créatifs et la formation des ani- mateurs de colonies de vacances. ces centres sont gérés par l’agence nationale des loisirs de la Jeunesse, placée sous la tutelle du ministère de la Jeunesse et des sports. Amel Saher

régularisatiOn dEs cOtisatiOns antériEurEs

Délai prolongé à la fin de 2016

cOtisatiOns antériEurEs Délai prolongé à la fin de 2016 le délai accordé aux employeurs pour régulariser

le délai accordé aux employeurs pour régulariser leur situation en ma- tière de cotisations antérieures, dans le cadre des mesures exceptionnelles de la loi de finances complémentaire (lFc) 2015, a été prolongé jusqu'à la fin de l'année 2016, a affirmé le minis- tre du travail, de l'Emploi et de la sé- curité sociale, mohamed El ghazi.

lors d'une visite d'inspection qu'il a ef- fectuée à la direction générale de la caisse nationale des assurances so- ciales (cnas) à Ben aknoun, le minis- tre a indiqué que la prolongation de ce délai à été accordée "au regard du nom- bre important des employeurs qui se sont présentés pour régulariser leurs si- tuations en matière de cotisations anté- rieures vis-à-vis de la cnas". au cours de cette visite m. El ghazi a as- sisté à un exposé sur les résultats enre- gistrés dans le cadre de la mise en œuvre de la lFc 2015 en matière de la sécurité sociale, qui démontent que "18.000 échéanciers ont été accordés

et 16.288 affiliations volontaires ont a

été enregistrées à la cnas". ces résul- tats ont également relevé que "47 % de la population des employeurs (soit 170.266) a bénéficié des mesures ex- ceptionnelles, dont 83 % d’entre eux

(soit 141.166) se sont acquittés de la to- talité de la cotisation principale et ont bénéficié de l’annulation des majora- tions et de pénalités de retards". En ma- tière d'évolution des effectifs, le nombre des salariés déclarés au cours du premier trimestre 2016, représente 80% des effectifs déclarés durant l'exercice 2015, selon la même source. le même bilan fait ressortir "une aug- mentation des recettes de 10%" durant

le

premier trimestre 2016 par rapport à

la

même période de l'exercice précè-

dent". d'autre part, le ministre a saisi cette occasion pour donner des orien- tations aux responsables de la cnas portant particulièrement sur la néces- sité d'élaborer un plan d'action portant sur l'amélioration en permanence du re- couvrement au niveau de toutes les agences de la caisse. m. El ghazi a également mis l'accent sur l'importance de la formation continue des cadres des agences de cnas et la maîtrise de

la technologie.

Sécurité sociale: inauguration d'une école supérieure

le ministre a également effectué une visite d'inspection au site de

l'Ecole supérieure de la sécurité sociale situé au centre familial à Ben aknoun

et dont les travaux sont en phase finale.

a cette occasion, m. El ghazi a an-

noncé que l'inauguration officielle de

cette école est prévue le 5 juillet pro- chain. la réalisation de cette école d'une capacité pédagogique de 400 places constitue une démarche straté- gique dans le cadre de la politique de formation et de développement de la ressource humaine dans le domaine de

la protection sociale, selon les respon-

sables du secteur. l'école dispensera des formations supérieures dans le do- maine de la sécurité sociale qui seront sanctionnées par des diplômes. la pro- motion des connaissances et des com-

pétences nécessaires à la mise en place

et à la bonne gestion des systèmes na-

tionaux de la protection sociale conformément aux normes de l'Orga-

nisation internationale du travail (Oit)

et le développement de la formation su-

périeure dans le domaine de la protec- tion sociale au profit des ressources humaines des pays africains, figurent parmi les objectifs de cette école. il s'agit également de favoriser l'échange

d'expériences et d'expertises en matière

de protection sociale à l'échelle régio-

nale et internationale.

vendredi 24 - samedi 25 Juin 2016

N

8

ation

EL MOUDJAHID

Fin dES ÉPrEuvES du BaC PartiEL

Vers une REFONTE TOTALE de l’examen

Au bout d’une semaine de labeur non-stop, place à la délivrance. Jeudi était le cinquième et dernier jour des épreuves. Place maintenant au suspense et à l’attente interminables des résultats.

E n effet, les candidats de la filière sciences expérimentales ont passé leur dernière épreuve en physique. Ces

derniers l’ont qualifiée de «difficile». Les sujets proposés ont aussi été mis en cause par rapport à leur longueur. «Le sujet était excessivement long à résoudre, le temps imparti ne nous a pas suffi, surtout du fait qu’il demandait beaucoup de réflexion», a- témoigné Walid, interrogé au lycée Saïd- Hamdine, à Sidi Yahia. de son côté, une enseignante de phy- sique-chimie, appelée par nos soins, a indi- qué que le sujet était plus ou moins «abordable» pour le candidat qui a bien tra- vaillé et qui a bien préparé les épreuves. «Les sujets font tous partie du programme dispensé pendant l'année scolaire», a-t-elle affirmé. néanmoins, une chose est sûre : le cin- quième jour des épreuves partielles du bac- calauréat a pris fin sans avoir enregistré une fuite des sujets, malgré les rumeurs qui ont d’ailleurs été catégoriquement démenties par le ministère de l'Éducation nationale. «Les sujets publiés sur certains réseaux sociaux sont tous faux», avait tenu à préciser le ministère, estimant qu'il ne s'agit que de ressemblance des axes, tel que c'est le cas pour la matière de philosophie. dans cette optique, la situation difficile vécue lors de l'examen du baccalauréat de mai 2016, par les élèves, la communauté éducative et toute la société, a poussé la tu- telle à prendre des mesures radicales qui tou- cheront l’organisation de l’examen du baccalauréat l’année prochaine. «Le baccalauréat fera l'objet d'une refonte totale qui sera soumise prochainement au gouvernement», a, en effet, affirmé, jeudi, l'inspecteur général du ministère de l'Éduca- tion nationale, nedjadi mseguem, L’inspecteur, qui s’est exprimé sur les ondes de la radio nationale, a indiqué le sys- tème actuel a montré ses limites, et il y a lieu d'aller vers une réforme totale de l’examen. «tout le système d'évaluation nationale, ar- chaïque et traditionnel, est à revoir», a-t-il affirmé.

Un dossier ouvert

Soulignant qu'il s'agit d'un «dossier ou- vert», la refonte annoncée toucherait, selon lui, l'ensemble des épreuves, à savoir le nom- bre d'heures, la durée et le contenu des épreuves, les coefficients des matières, le contrôle continu, la possibilité d'aller vers des épreuves anticipées, les guides d'élabo-

vers des épreuves anticipées, les guides d'élabo- ration des sujets ainsi que la formation des inspecteurs

ration des sujets ainsi que la formation des inspecteurs en charge de la préparation des sujets. Parmi ces nombreux aspects, il a évoqué, en particulier, la nécessité de rectifier «l'ano- malie» touchant la pondération des coeffi- cients des matières et consistant à ce que le coefficient d'une matière complémentaire soit supérieur à celui de la matière essen- tielle. L’inspecteur a annoncé que plusieurs hypothèses ont été débattues en intra-muros,

en associant les syndicats et les parents d'élèves : «un consensus autour de la réduc- tion de la durée des épreuves, à savoir aller à trois jours au lieu des cinq existant déjà.» m. mseguem a fait savoir, dans ce contexte, que la ministre de l'Éducation «a suggéré des ateliers qui intégreront plusieurs autres départements ministériels pour mieux réfléchir et baliser toutes les idées que pour- rait porter le débat». La finalité étant de parvenir à un schéma de réformes qui sera proposé «prochaine-

ment» au gouvernement, soit avant la pro- chaine rentrée scolaire, prévue en septembre, a-t-il soutenu. invité à commenter le déroulement des épreuves partielles du baccalauréat, le repré- sentant du ministère s'est félicité qu'elles aient lieu «dans de très bonnes conditions» et qu'elles n'aient pas été émaillées par «le phénomène des fuites des sujets», comme ce fut le cas pour l'examen initial. Concernant le taux d'absentéisme ayant caractérisé le baccalauréat-bis (10%), m. mseguem l’a qualifié de «normal». «Chaque année, le taux dépasse le tiers. Pour cette ses- sion, nous sommes à 32.35 %, ce qui n'est pas un taux exagéré», a-t-il argumenté, qua- lifiant, en revanche, de «légèrement supé- rieur» le taux d'absentéisme observé chez les candidats ordinaires (1.32 %), comparative- ment à la session précédente (0.92%). S’agissant de la crédibilité du bac-bis, le responsable a expliqué que «toutes les épreuves fuitées ont été refaites, ce qui constitue un élément de validité du baccalau- réat pour cette année. interrogé sur la respon- sabilité de l'office national des examens et concours (onEC) dans les fuites ayant en- taché l'examen initial, l'inspecteur général a rétorqué : «Je ne peux pas affirmer que la faille réside au niveau de l'onEC et l'on ne peut incriminer personne, mais ce qui est certain, c'est qu'il y a des dysfonctionne- ments nécessitant d'apporter de grands chan- gements, l'onEC doit aller vers une refonte totale», a-t-il conclu. Sarah A. Benali Cherif

À propos du bac 2016

il y a lieu de rappeler que plus de 52.000 candidats, dont plus de 47.000 candidats li- bres, concernés par les examens partiels du baccalauréat, se sont absentés aux épreuves du premier jour, sur un total de 147.763. Sur 409.134 candidats scolarisés inscrits à ces examens, 5.387 ne se sont pas présen- tés aux épreuves. Plus de 555.000 candidats ont été concernés par les épreuves partielles dans les matières où les sujets ont connu des fuites pour cinq filières, à savoir les sciences expérimentales (7 matières), les maths, les maths techniques et la gestion-économie (4 matières), les lettres et langues étrangères (1 matière). Les résultats du bac seront annon- cés, au plus tard, le 15 juillet prochain. S. A. B. C.

ConCourS dE rECrutEmEnt dES EnSEignantS

Report des résultats des épreuves écrites au 27 juin

Le ministère de l'Éducation nationale a décidé le report de l'annonce des résultats des épreuves écrites du concours de recrute- ment des enseignants au 27 du mois de juin courant, et l'organisation de l'examen oral les 02 et 03 juillet prochain, pour l'annonce des résultats finals le jeudi 07 juillet. Selon un communiqué du département de l'Éducation nationale, rendu public jeudi, «il a été décidé le report de l'annonce des résul- tats du concours de recrutement des ensei- gnants au 27 juin pour les épreuves écrites et les admis pourront retirer, sur le même site, les convocations pour l'examen oral, prévu le samedi 02 et le dimanche 03 juillet 2016 et l'annonce des résultats finals aura

lieu le jeudi 07 juillet 2016». La même source précise que «vu la situation compli- quée induite par les fuites de certains sujets des épreuves du baccalauréat, et notamment la charge de travail qu'implique l'organisa- tion de la session partielle, le ministère de l'Éducation nationale a donné la priorité aux résultats des examens scolaires (5 e et BEF) dont l'annonce a eu lieu aux dates prévues, du 11 juin pour le premier et 17 juin pour le deuxième», ajoute le communiqué. Par ail- leurs, le communiqué rappelle que «l'an- nonce des résultats du baccalauréat, toutes filières confondues, aura lieu au plus tard le 15 juillet 2016».

SoLidaritÉ

Le beau geste du ministère des Affaires religieuses

il y avait de la joie qui se lisait sur les visages ce jeudi, dans certains établissements hospitaliers de la capitale ! Et pour cause, les patients de CHu mustapha-Pacha et de l’hô- pital Zemirli d’El-Harrach ont eu l’agréable surprise de voir débarquer dans leurs chambres des personnes au cœur grand. Qui plus est, elles n’étaient pas venues les mains vides, loin de là. des colis pleins de présents ont, en effet, rendu le sourire à ces patients et apporté un peu de baume dans leur cœur, en ce mois de piété et de ferveur. au total, quelque

1.000 colis ont été distribués et à l’intérieur desquels se trou- vaient des jouets pour enfants, des couches bébé, des vête- ments, des livres ou encore des produits de première nécessité. «il faut se rappeler que notre religion nous exhorte

à multiplier les bonnes actions au cour du mois de rama-

dhan. Ça n’a pas de prix et ces actions n’ont d’égal que le bonheur que sentent ces personnes qui sont clouées dans leur lit d’hôpitaux», a expliqué le directeur de l'orientation reli- gieuse et de l'enseignement du Coran au ministère des af- faires religieuses et des Wakfs, qui conduisait une caravane de solidarité organisée par le département de mohamed aïssa. Khaled Younsi, accompagné de dizaines de volontaires infatigables, évoque, à cette occasion, la nécessité d’incul- quer à nos citoyens, surtout à nos enfants, la culture de la «solidarité» et de la «générosité» et «d’ancrer» les vraies va- leurs de l’islam dont la prise en charge sociale de certaines

catégories de la société algérienne. À cette occasion, il a tenu

à saluer l'élan de solidarité dont ont fait preuve les algériens

au niveau des mosquées d’algérie, lieux où ont été déposés les dons. Sillonnant tous les services des hôpitaux, les mem- bres de cette caravane, menée pour information en coordi- nation avec le ministère de la Solidarité, la dgSn et les Scouts musulmans algériens, ont mis du cœur à l’ouvrage, comme c’était le cas au niveau du service chirurgie infantile du CHu mustapha-Pacha où des enfants, âgés de 3 mois à 14 ans, et présentant des malformations génitales ou des traumatismes provoqués par des accidents domestiques no- tamment, n’ont pas caché leur bonheur. mettant à profit cette opportunité, les volontaires ont en- gagé des discussions amicales et fraternelles avec les ma- lades, histoire de leur remonter le moral. «C’est la moindre des choses que d’accomplir de tels gestes envers nos frères et sœurs. J’espère que de actions pareilles se multiplient à longueur d’année, pas uniquement en ramadhan», a com- menté Saïd, un imam d’une mosquée d’alger, qui a affirmé que cette initiative tend à démontrer les vraies missions de la mosquée. Le directeur de l'orientation religieuse et de l'enseigne- ment du Coran au ministère des affaires religieuses et des Wakfs, m. Younsi, a révélé que le département ministériel remettra cette initiative et organisera deux autres caravanes dont l'une lundi prochain, et qui portera sur la sécurité rou- tière et la lutte contre les accidents de la route. La seconde est prévue le 30 juin et sera consacrée à la visite des orphe- lins résidant dans les centres de l'enfance assistée. S. A. M.

« maïdatE F’tour » À aLgEr-CEntrE

Une initiative à encourager

Sous le signe de «Lemat lehbab», iSiS Pril a organisé, hier, une énorme «maïdate f’tour» en plein air à alger-Centre pour toutes les personnes et familles, et pas seulement les personnes démunies. Cette initiative commence à prendre de l’ampleur en cette troisième année. iSiS Pril a instauré une louable initiative en organisant «maï- date f’tour». Pour cette fois-ci, 1.000 repas sont servis en plein cœur d’alger, en coordination avec les services de l’aPC d’al- ger-Centre qui a réservé l’espace et garanti la sécurité. dans un bref entretien avec le chargé de la boîte de commu- nication de la compagnie iSiS Pril, ce dernier nous a expliqué que cette initiative est la troisième après son organisation à la place Kitani, à Bab El-oued, au profit de 700 personnes : «nous travaillons afin d’augmenter le nombre de bénéficiaires.» depuis 2013 ans, iSiS Pril s’est installé au cœur de la capitale, face à la faculté centrale, pas loin de la grande-Poste, en dressant des tables qui s’étalent sur plus de 50 mètres : «Les bénéficiaires concernent toutes les personnes, nous n’avons pas une classe ci- blée.» dès notre arrivée, nous avons remarqué des véhicules de la Protection civile et des agents de l’ordre qui ont assuré la sécurité, surtout si l’on considère que le lieu est très fréquenté. Ce qui est remarquable, c’est le nombre des jeunes qui ont contribué à la réussite de cette mission, notamment quand il s’agit de la «rup- ture du jeûne». En plus de servir des repas chauds, ils ont créé un climat de convivialité et une chaleur humaine si réconfortante. Hamza Hichem

vendredi 24 - Samedi 25 Juin 2016

Economie

9

EL MOUDJAHID

15 e FORUM INTERNATIONAL DE L’ÉNERGIE

Quelles perspectives gazières et pétrolières

Le 15 e Forum international de l'Énergie (IEF15) se tiendra du 26 au 28 septembre prochain à Alger, et réu- nira plus de 600 participants étrangers, ont indiqué, jeudi, des responsables auprès du ministère de l'Énergie.

O utre les ministres de l'Energie des 73 pays membres de ce Forum, fi-

gurent également des responsa- bles, experts et représentants de compagnies pétrolières et ga- zières ainsi que d'organisations

internationales telles que l'Orga- nisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'Agence interna- tionale de l'Energie (AIE) et le Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG), a indiqué à l'APS la Secrétaire générale du ministère de l'Energie, M me Fatma-Zohra Cherfi, en marge de la cérémonie du lancement du site web dédié à cet évènement mondial. Quant à la participation algérienne, elle sera composée de responsables de plusieurs sociétés activant dans le domaine de l'énergie (hy- drocarbures, énergies renouvela-

ajouté.

bles

Concernant la réunion ministé- rielle du forum, prévue du 27 au 28 septembre, le thème central portera sur la transition énergé- tique. Les travaux du forum abor- deront essentiellement les perspectives pétrolières et ga- zières, le rôle des énergies renou- velables, l'importance de l'accès aux services énergétiques dans le

),

a-t-elle

l'accès aux services énergétiques dans le ), a-t-elle développement humain et le rôle de la technologie.

développement humain et le rôle de la technologie. L'IEF15 "sera également une occasion pour faire le bilan du dialogue énergé- tique global et de discuter des voies et moyens pour le renfor- cer", a avancé le président du co- mité d'organisation du forum, Mohamed Hamel, qui a précisé que les 73 pays membres repré- sentent environ 90% de la consommation et production mondiale d'énergie. L'Algérie, qui assure la prési- dence du conseil exécutif de ce Forum de 2014 à 2016, avait été élue en 2013 pour organiser la

15ème édition. Concernant le site web dédié à cet évènement (www.ief15.dz), opérationnel de- puis jeudi, il s'agit d'un espace d'informations sur le forum et d'un lien de communication entre les organisateurs et les partici- pants. Il inclut différentes ru- briques qui diffusent des informations sur l'évènement, le programme et le lieu où se dérou- leront les travaux de la réunion. Les usagers y trouveront aussi des informations générales sur l'Algérie (économiques, sociales, culturelles et touristiques). Le lancement officiel de cet espace

permet ainsi aux participants et aux délégués d'effectuer leur en- registrement, alors qu'un espace presse est réservé aux médias na- tionaux et étrangers désirant cou- vrir l'évènement. Le Forum international de l'Energie est un événement bien- nal et constitue un espace infor- mel d'échanges et de concertation entre producteurs et consomma- teurs de l'énergie. Le dialogue producteurs- consommateurs a été initié en 1991 par la tenue d'une première réunion ministérielle à Paris, mais n'a été structuré qu'en 2002, lors de la réunion de Kyoto sous forme de Forum avec un secréta- riat dont le siège est à Ryad (Ara- bie saoudite). Une charte de l'IEF a été adoptée à Cancun (Mexique) et définit les organes du forum: la réunion ministérielle (organe su- prême), le conseil exécutif et le secrétariat. L'un des produits- phares du forum est le JODI (Joint Organisation Data Initia- tive) qui est une base de données à laquelle collaborent six organi- sations internationales et qui est alimentée par les pays membres.

DÉCHETS MÉNAGERS DEPUIS LE DÉBUT DE RAMADHAN

Augmentation de 40%

Les déchets ménagers collectés par l'entre- prise NETCOM au niveau de 26 communes depuis le début du Ramadhan ont atteint 21.500 tonnes soit une hausse de 30 à 40% par rapport aux autres périodes de l'année, a indiqué la responsable de la communication et du développement à NETCOM, Nassima Yakoubi. "2.000 tonnes de déchets ménagers sont collectés au quotidien durant le Rama- dhan soit une hausse de 500 tonnes par rap- port aux autres jours de l'année", a précisé la responsable à l'APS. En vue de palier cette situation, M me Ya- koubi a rappelé les mesures prises pour amé- liorer la gestion de la collecte des déchets et le nettoiement des chaussées et voix pu- bliques surtout qu'il s'agit, selon elle, de rési- dus organique dont la dégradation rapide est à l'origine d'odeurs nauséabondes". Pour une

gestion optimale et un transport aisé des dé- chets vers les CET de Hamici (Zéralda) et Corso (Boumerdes), NETCOM a réuni tous les moyens humains et matériels en mobili- sant durant le Ramadhan "5.400 agents et 368 camions dont 170 camions à benne". Elle a, par ailleurs, fait remarquer que 500.000 tonnes de déchets étaient collectés chaque année par NETCOM soit une moyenne de 40.000 tonnes/mois. Ces agents, a-t-elle poursuivi, se déplacent cinq fois par jour dans divers quartiers et cités de la capitale pour "nettoyer les espaces mais aussi collecter et transporter les déchets vers les deux centres à partir de 22:00h jusqu'à 13:00h. M me Yakoubi a, en outre, rappelé les "efforts déployés ces dernières années par NETCOM en vue d'inculquer la culture du tri des déchets auprès des citoyens notamment

dans les quartiers et cités à forte densité po- pulaire. Les déchets recyclables sont le car- ton, le pain et le plastique. Elle a insisté, à cet effet, sur l'importance de la "généralisation du tri sélectif des déchets en vue de leur recyclage, une source vitale et indispensable pour le développement écono- mique et la création d'emplois. Pour encoura- ger et faciliter tri sélectif des déchets et la préservation de l'environnement, NETCOM a doté les communes de bennes conçues à cet effet. Evoquant le gaspillage du pain durant le mois de Ramadhan, elle a indiqué que plus de 2.000 kg de pain sont collectés par jour. NETCOM, a-t-elle poursuivi, a coordonné ses actions avec la Direction du commerce de la wilaya d'Alger en traçant un programme de sensibilisation au profit des citoyens sur ce phénomène.

EXCÈS DE SUCRE, DE SEL ET DE MATIÈRES GRASSES

Le ministère du Commerce ouvre le dossier

C’est fait, le ministère du Commerce vient d’annoncer l’installation officielle du groupe de travail de lutte contre l’utilisation abusive du sucre, du sel et des matières grasses dans les produits alimentaires de large consommation. La cérémonie d’installation a été présidée par le ministre du Commerce, Bakhti Belaïb, et cela à l'issue d'une réunion de travail et de concertation sur la problématique de l'adjonction du sucre, du sel et des matières grasses dans les denrées alimentaires.» Ce qui recherché est de mettre fin au comportement de certains indus- triels qui augmentent démesurément l’utilisation du sucre, du sel et des matières grasses, avec tout ce que cela provoque comme pertur- bation au plan commercial et surtout de dommages et dangers aux consommateurs. Pendant un premier temps, ce groupe de travail se penchera sur l’élaboration très rapidement d’un dispositif réglemen- taire et normatif régissant l'utilisation des produits suscité. Il procédera en même temps au lancement des opérations de sensibilisation et d'in-

formation à l'endroit des consommateurs et des professionnels quant aux risques découlant de la consommation abusive de ces matières.

L'application stricte et rigoureuse des dispositions légales et réglemen- taires relatives à la publicité mensongère et trompeuse a été examinée lors de la réunion, surtout que cet aspect est des plus importants dans la problématique débattue. Pour ce qui est de la composition du groupe, il comporte des représentants des ministères chargés de la Santé, de l'Industrie et de l'Agriculture, ainsi que ceux de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), les associations scientifiques

et professionnelles concernées ont pris part à cette réunion. L’occasion

a été pour les présents d’évoquer les effets néfastes sur la santé du

consommateur, avec tout ce que cela implique en termes économiques. Pour dépasser cette situation "alarmante", une démarche méthodolo- gique a été préconisée par l'ensemble des acteurs présents. Makhlouf Aït Ziane

PROJET DE RÉALISATION D’UN PORT SEC À EL-HAMOUL À ORAN

Les travaux de réalisation d'un port sec à El Hamoul, localité relevant de la commune de Tafraoui au sud d’Oran, ont été lancés jeudi par le wali, Abdelghani Zaalane, en pré- sence du président d’APW et des autorités lo- cales. Situé dans la nouvelle zone d’activité de cette localité à quelque 15 minutes de l’aé- roport et à proximité de l’autoroute Est-Ouest, ce projet confié à la filiale des travaux publics du groupe Cosider sera réalisé sur une assiette de 15 ha dans un délai de 10 mois, a indiqué le représentant de l’Entreprise portuaire

Lancement des travaux

d’Oran (EPO). Le futur port sec sera doté d'une capacité de traitement de 5.000 conte- neurs par jour, a-t-il ajouté. Ce projet aura pour impact notamment de désengorger le port d’Oran et d’améliorer les conditions de traitement et de transit des marchandises, en plus de contribuer au développement écono- mique de la région avec la création de près de 250 emplois directs, a déclaré le wali. A El Kerma, où il s’est rendu auparavant, le chef de l’exécutif a décidé d'ajourner la pose de la première pierre du projet d’un complexe fri-

gorifique, faisant remarquer que le chantier n’est pas installé, bien que toutes les contraintes qui faisaient obstacle ont été le- vées. Ce complexe sera doté d’une aire de traitement et de conditionnement d’une capa- cité de 30.000 mètres cubes et de structures de collecte, d’entrepôt, de distribution et d’ex- portation. Jouxtant le marché de gros des fruits et légumes d’El Kerma, ce projet devra générer 90 emplois directs, selon le directeur régional de l’EPE "Frigomedit" (SGP Proda), Abdelhamid Boukli Hacène.

TOURISME

Vers la levée des contraintes

Une rencontre avec les porteurs de projets dans le secteur du tourisme dans la wilaya de Tizi-Ouzou a été organisée jeudi, par le wali Brahim Merad, en vu de lever les contraintes retardant le lan- cement de ces investissements. Lors de cette rencontre, le directeur du Tourisme et de l'artisanat, Rachid Gheddouchi, a informé qu'un total de 110 projets est inscrit au niveau de la wilaya, dont 17 sont en cours de réalisation et 93 non en- core lancés. Sur ces 93 projets non lan- cés, 38 ont reçus l'accord de principe du ministère de l'Aménagement du terri- toire, du Tourisme et de l'Artisanat, mais seul quatre investisseurs ont obtenu un permis de construire. Ces projets non lancés, dont des résidences touristiques,

des hôtels et des relais routiers, permet- tront de créer plus de 2 200 emplois, a- t-il fait savoir. Durant cette rencontre, le wali a passé en revue, un à un, l'ensem- ble des dossiers d'investissement. Le non lancement des projets est principalement lié à la non délivrance du permis de construire par la Direction de l'urba- nisme et de la construction (DUC), suite

à des observations et des recommanda-

tions émises par les services compétents. La DUC a été instruite afin de délivrer ce document afin de permettre à l'inves- tisseur de lancer son projet, tout en veil- lant, ensuite, à l'application des recommandations émises et à la levée des éventuelles réserves formulées. Le wali a rappelé que Tizi-Ouzou est "une région hautement touristique qui recèle d'énormes potentialités aussi bien en bal- néaire qu'en climatique avérées." "Le temps n'est plus au constat mais à l'ac- tion. Nous devons agir pour booster l'in- vestissement en levant les éventuels blo- cages et en accompagnant les porteurs de projets", a-t-il insisté. Selon le chef de l'exécutif "l'investissement dans le do- maine des services, notamment dans le secteur touristique, permet de créer un nombre important d'emplois directs et indirects et la mise en place d'une dyna- mique économique locale qui aura éga- lement un impact positif sur la promotion de l'artisanat traditionnel". M. Merad a demandé aux directions concer- nées d'accompagner les opérateurs pour la concrétisation de leurs investisse- ments ce qui permettra de créer de la ri- chesse et de l'emploi, rappelant que le gouvernement encourage l'investisse- ment privé à travers notamment des fa- cilitations. "Le gros de nos efforts sera orienté vers l'encouragement de l'investissement et la concrétisation des projets à travers un suivi régulier par des séances de tra-

vail avec les opérateurs et sur le terrain",

a indiqué le wali de Tizi Ouzou qui a in-

formé que des réunions trimestrielles se- ront organisées afin de suivre l'évolution des projets jusqu'à leur aboutissement. Cette réunion fait suite à une série de rencontres avec les investisseurs, par secteur, et dont la première a été tenue la semaine dernière avec les porteurs de projets industriels.

semaine dernière avec les porteurs de projets industriels. 245 millions de dollars La Banque africaine de

245 millions de dollars

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé avoir accordé à l’Ouganda et au Rwanda un prêt de 245 millions de dollars destiné à financer des infrastructures routières ayant vocation à faciliter les échanges commerciaux régionaux.

Vendredi 24 - Samedi 25 Juin 2016

Monde

10

EL MOUDJAHID

LES BRITANNIQUES QUITTENT L’UE

GRAND ANGLE Et maintenant ?
GRAND ANGLE
Et maintenant ?

L’Europe est assommée et

atterrée au lendemain du

vote des Britanniques pour

un Brexit. Car, jusqu’au bout, les dirigeants de l’Union européenne (UE) avaient nourri l’espoir que cette éventualité ne se concrétise pas. Mais les Britanniques, au grand dam des europhiles, en ont décidé autrement, en votant, ce 23 juin 2016, à 51,9% des voix pour sortir de l’UE, contre 48,1% pour rester. Mis au pied du mur, les dirigeants européens sont tenus de réagir et de tirer les leçons de cette sortie tant redoutée. Car il s’agit pour eux de trouver les moyens de minimiser les conséquences de cette décision et éviter, en même temps, que les répliques du séisme du Brexit n’impactent, de manière durable, l’avenir de l’Europe au double plan politique et économique. Et ce d’autant que les eurosceptiques se sont empressés de crier victoire, appelant, dans la foulée du vote britannique, à un référendum dans leur pays sur une éventuelle sortie de l'UE. Ce qui ne manque pas d’accroître les craintes sur le futur de l'unité européenne. Ces appels confortent les craintes exprimées par ceux qui veulent surtout éviter un effet domino. C’est pourquoi, l’urgence d’un changement est soulignée. «L'UE doit changer rapidement, pas parce que la Grande-Bretagne est partie, mais parce que le projet européen a besoin d'être bien plus soutenu par les citoyens» estime-t- on du côté de Prague. Du côté de La Haye, on pense également que le Brexit est «aussi une incitation pour réformer l'Union européenne» d’autant qu’elle est «déterminée à garder son unité à 27». Des déclarations dont le dénominateur commun est l’indispensable réflexion qu’il y a lieu d’engager pour épargner à l’UE une désintégration progressive. C’est pourquoi gageons que les prochaines semaines ne seront pas de tout repos. Les dirigeants européens auront la difficile tâche de colmater les brèches entrouvertes par la décision historique des Britanniques. La réunion «informelle» avec 27 chefs d'État et de gouvernement, hors Royaume-Uni, qui se tiendra en marge du sommet européen, prévu les 28 et 29 juin, afin de discuter des conséquences du Brexit, donnera le la à que sera l’UE post 23 juin 2016.

N. Kerraz

L’UNION EUROPÉENNE SOUS LE CHOC

Après des mois de suspense, le verdict est tombé, hier, tel un couperet. Le souffle coupé, l’Europe et le monde ont découvert les résultats du référendum sur le Brexit. Un véritable tsunami politique qui renferme aussi des répercussions géostratégiques et réveille les vieux démons indépendantistes.

A vec 51,9% des voix, les Britanniques ont choisi le divorce avec les instances

de l’Union européennes. Une dé- cision qui a provoqué un séisme mondial, selon bon nombre de réactions. Ce désaveu pour la construc- tion d’une Europe plus large et

unie a assommé les marchés mon- diaux en ouvrant une ère d'incer- titude sans précédent depuis des décennies, et dont David Cameron

a tiré les conclusions en démis-

sionnant. Avec une participation de 72,2%, les Britanniques ont provoqué non seulement un coup de tonner sous le ciel européen, mais surtout, ce vote a montré un pays divisé. L'Ecosse et l'Irlande

du Nord voulaient rester, alors que

le nord de l'Angleterre ou le Pays

de Galles ont largement voté contre. Signe palpable et néan- moins annonciateur de cette divi- sion, le gouvernement d’Edimbourg vient tout juste d’évoquer la possibilité de la tenue d’un second referendum d'indépendance de l'Ecosse. «Cette option est sur la table», a déclaré, hier, Nicola Sturgeon, Première ministre de la région septentrionale du Royaume-Uni, constatant que ses habitants avaient voté majoritairement contre le Brexit. L’'intégrité du Royaume-Uni est en péril. En Ir- lande du Nord, le Sinn Fein, favo- rable au maintien dans l'UE, a, lui, appelé à un référendum sur une Ir- lande unifiée. Au niveau du vieux continent, la machine est lancée. Alors que les mouvements popu- listes prospèrent, avec comme dé- nominateur commun la critique de Bruxelles, elle pourrait entraîner une réaction en chaîne. Un constat partagé par le président du Parle-

en chaîne. Un constat partagé par le président du Parle- ment européen, Martin Schulz. La chef

ment européen, Martin Schulz. La chef de l'extrême droite française, Marine Le Pen, a immédiatement appelé à un référendum en France. Et le député d'extrême droite néer- landais, Geert Wilders, a réclamé la même chose pour les Pays-Bas. «C'est un jour triste pour l'Europe et la Grande-Bretagne», a réagi le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier. En Es- pagne, le Brexit est dit pain béni pour plusieurs indépendantistes catalans qui ont estimé que cet évènement donne des arguments à leur camp, réclamant une nouvelle fois la tenue d'un référendum dans leur riche région du nord-est. Le départ de la cinquième puissance économique mondiale n’est pas sans conséquences. L’onde de choc risque de durer longtemps. Londres va à présent entrer dans un long tunnel de négociations avec l'UE sur les conditions de sortie, un processus qui pourrait durer jusqu'à deux ans. En atten- dant, le Royaume-Uni restera lié

par les accords existants. Selon les prédictions de David Cameron, la croissance du pays va souffrir et la City de Londres, cœur financier du pays, perdra des milliers d'em- plois. Selon le Fonds monétaire international, le pays pourrait même connaître une période de ré- cession. Le président de la Com- mission européenne, Jean-Claude Juncker, avait toutefois prévenu qu'il ne leur rendrait pas la chose facile, pour ne pas encourager d'autres à suivre cette voie. «Le Royaume-Uni devra accepter d'être considéré comme un État tiers, que l'on ne caressera pas dans le sens du poil», avait-il mis en garde, ajoutant : «Dehors, c'est dehors.» Au plan géopolitique, les choses ne sont en reste. Madrid a estimé, hier, que la sortie de Royaume Uni de l'UE lui permet- trait de récupérer Gibraltar, alors que Londres cherchait à rassurer les habitants de cette enclave bri- tannique au sud de l'Espagne. «Le drapeau espagnol se rapproche du

Rocher», a déclaré le ministre es- pagnol des Affaires étrangères, José Manuel Garcia Margallo. «Il faudra désormais trouver quel type de relation veut Gibraltar si

elle veut avoir accès au marché in- térieur de l'Union européenne», a-

t-il expliqué. «Notre formule

celle d'une co-souveraineté britan- nico-espagnole pendant une pé- riode limitée, qui débouche sur la restitution de Gibraltar» à l'Es- pagne, a-t-il ajouté. À Londres, le secrétaire d'Etat aux Affaires eu- ropéennes, David Livington, a voulu rassurer les 33.000 habi- tants du Rocher, qui ont voté à 96% pour le maintien dans l'UE :

«Le Royaume-Uni continuera à se tenir aux côtés de Gibraltar.» En plus de ces velléités, le Brexit a mis à nu aussi cette nécessité pour l’Europe de tempérer les «ar- deurs» de Bruxelles jugées trop contraignantes pour les économies de certains pays et qui, en partie, ont été à l’origine de ce tsunami. M. T.

est

Merkel « Un coup porté à l’UE »

le Premier ministre italien, Matteo Renzi, et le président du Conseil eu- ropéen, Donald Tusk. «C'est avec regret que nous pre- nons acte de la décision de la majorité

de la population britannique (

un coup porté à l'Europe, un coup porté au processus d'unification euro- péenne», a-t-elle dit, dans une décla- ration à la presse.

) c'est

HOLLANDE

« L’Europe à l’épreuve »

Le vote des Britan- niques en faveur du Brexit «met gravement l'Europe à l'épreuve», qui «ne peut plus faire comme avant» et doit désormais «se concen- trer sur l'essentiel», a estimé, hier, le prési- dent français, François Hollande. «Le vote des Britanniques met gra- vement l'Europe à l'épreuve», a déclaré, lors d'une allocution

officielle, M. Hollande, regrettant «profondé- ment ce choix doulou- reux». «L'Europe ne peut plus faire comme

Elle doit se

concentrer sur l'essen- tiel», a-t-il dit, citant :

sécurité, investisse- ment, harmonisation fiscale et sociale. «Ce qui se joue, c'est la di-

lution de l'Europe au risque du repli, ou la réaffirmation de son existence au prix de changements pro- fonds», a souligné le chef de l'État français.

avant (

).

La chancelière allemande, Angela Merkel, a pris acte, hier, du «coup porté à l'Europe» par le Brexit et an- noncé avoir invité, lundi à Berlin, le président français, François Hollande,

Matteo Renzi « Il faut rénover la maison »

)

Il est désormais essentiel de «rénover» la «maison Eu- rope», a déclaré, hier, le président du Conseil italien, Mat- teo Renzi, au lendemain du vote des Britanniques en faveur d'un retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne.

nous le disons aujourd'hui

«L'Europe est notre maison (

plus que jamais, convaincus comme nous le sommes que cette maison doit être rénovée, peut-être rafraîchie, mais c'est notre maison», a affirmé M. Renzi, lors d'une brève allocution devant la presse.

Le monde «a besoin de l'Europe de l'innovation, de l'Eu- rope du courage, de la démocratie, de la culture, de la li- berté», a-t-il ajouté. M. Renzi a confirmé qu'il se rendrait lundi à Berlin pour y retrouver la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président français, François Hollande, avant le sommet européen post-Brexit de mardi et mercredi à Bruxelles. «Il faut faire prévaloir ce qui nous unit sur ce qui nous di- vise», a encore affirmé le chef du gouvernement italien.

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a déclaré, hier à Washington, que les autorités bri- tanniques et l’Union européenne devraient aller vers une transition économique en douceur. «Nous pre- nons note de la décision prise par le peuple du Royaume-Uni. Nous demandons aux autorités bri- tanniques et à l’Europe de travailler en collaboration afin d’assurer une transition en douceur vers une nouvelle relation économique», a indiqué la direc- trice du FMI dans un communiqué publié à Wash- ington, au lendemain d’un référendum historique qui a enregistré la victoire des partisans du Brexit. Lagarde a précisé que «les deux parties doivent cla- rifier les procédures et les grands objectifs qui de- vraient guider ce processus». «Nous soutenons fermement les engagements de la Banque d’Angle- terre et la BCE à fournir des liquidités au système bancaire et réduire l’excès de volatilité financière. Nous continuerons de suivre de près les développe- ments», a-t-elle ajouté. Lagarde avait adressé, la se-

Ban Ki-moon souhaite que l’UE demeure un « partenaire solide »

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a souhaité, hier, que l'Union européenne «continue d'être un parte- naire solide» pour les Nations unies sur les questions hu- manitaires, la paix et la sécurité, «y compris les migrations», après le Brexit. Réagissant dans un commu- niqué à la décision du peuple britannique de sortir de l'UE, il a dit espérer aussi que Londres «continue d'exer- cer un rôle dirigeant dans de nombreux domaines», no- tamment en matière d'aide au développement. «À l'ONU, nous allons continuer de travailler avec le Royaume-Uni et l'Union européenne, tous deux d'importants parte- naires», a-t-il souligné. Pour la période de transition qui s'ouvre entre le Royaume-Uni et le reste de l'UE, M. Ban compte sur «le pragmatisme de l'Europe et son sens de la responsabilité commune dans l'intérêt des citoyens euro- péens». «Nous sommes plus forts quand nous travaillons ensemble», conclut-il.

FMI

Aller vers « une transition en douceur »

maine dernière à Londres, une sévère mise au point aux partisans du Brexit en évoquant des répercus- sions importantes sur l’économie britannique et les marchés financiers en cas de sortie de la Grande Bretagne de l’Union européenne. «Un vote de sortie entraînerait une période prolongée d’incertitude, conduisant à de la volatilité sur les marchés finan- ciers, et porterait un coup à la croissance», a pré- venu le FMI dans son compte-rendu annuel sur l’économie britannique. S’appuyant sur des avis d’«experts», le FMI estime qu’un Brexit entraînerait un manque à gagner compris entre 1,5% et 9,5% pour le PIB britannique, et souligne que la place de Londres comme centre financier mondial serait me- nacée. Hier, les bourses de Londres, Francfort et Paris ont dans la foulée plongé à l’ouverture après la victoire du Brexit. Plutôt dans la matinée, les marchés financiers, notamment celui de la livre ster- ling, étaient en chute libre avant l’ouverture des bourses européennes.

Vendredi 24 - Samedi 25 Juin 2016

11 EL MOUDJAHID AU CŒUR DE Par 17 e L’ISLAM Cherif* Mustapha Chronique LA DIVERSION

11

EL MOUDJAHID

AU CŒUR DE Par 17 e L’ISLAM
AU CŒUR DE
Par
17 e
L’ISLAM

Cherif*

Mustapha

Chronique

AU CŒUR DE Par 17 e L’ISLAM Cherif* Mustapha Chronique LA DIVERSION du choc des civilisations
AU CŒUR DE Par 17 e L’ISLAM Cherif* Mustapha Chronique LA DIVERSION du choc des civilisations

LA DIVERSION du choc des civilisations

L cœur de l’islam se

fonde sur la paix. Les musulmans, notamment

Occident, doivent té-

e

en

moigner et renforcer le

vivre-ensemble. Parler de «choc de civilisation» est une marque d’irré- flexion. La thèse du choc des civili- sations est un condensé des préjugés dressés contre l’Islam. C’est volon- tairement que son auteur, Samuel Huntington, dénigre et confond sys- tématiquement l’exception et la règle. Ni le discours, ni les arguments, ni les références de l’auteur ne relè- vent de la pensée, de la philosophie, du savoir élaboré. On sait que l’ou- vrage « Le choc des civilisations » a suscité de nombreux débats dans le monde. Comme tous les textes à ca- ractère apologétique, et qui ont en vue le dénigrement, il procède d’une attitude alarmiste, basée sur des pré- jugés et des contre-vérités, cela au plan historique, comme au double plan philosophique et théologique. Il prétend décrire des situations culturelles ou géopolitiques com- plexes, mais ne s’intéresse en fait aux événements que d’un point de vue extérieur. Schématisant à un degré extrême l’évolution des en- sembles culturel et politique, en par- ticulier l’Islam, il occulte les vraies questions et ignore les causes des problèmes. L’ouvrage débute par une hypo- thèse erronée qui vise consciem- ment, d’une part, à masquer les vrais problèmes actuels et, d’autre part, à identifier, après la chute du mur de Berlin et la fin de la bipolarisation, un nouvel ennemi. Cet ennemi doit jouer le rôle de l’épouvantail indis- pensable au «Nouvel ordre mondial» qui cherche à imposer sa vision uni- latérale par la confrontation, par la domination, par la guerre, en un mot par la loi du plus fort. L’hypothèse est la suivante :

«Quel est le thème central de ce livre? Le fait que la culture, les iden- tités culturelles qui, à un niveau gros- sier, sont des identités de civilisation, déterminent les structures de cohé- sion, de désintégration et de conflit dans le monde, après la guerre froide.» «Les conflits à venir seront provoqués par des facteurs culturels, plutôt qu’économiques ou idéolo- giques. Les conflits culturels les plus dangereux sont ceux qui ont lieu aux lignes de partage entre les civilisa- tions.» Et encore : «Les communau- tés culturelles remplacent les blocs de la guerre froide et les frontières entre civilisations sont désormais les principaux points de conflit à l’échelle mondiale» ; «Les chocs dangereux à l’avenir risquent de venir de l’interaction de l’arrogance occidentale, de l’intolérance isla- mique et de l’affirmation de soi chi- noise.». Ce point de départ est fondamentalement faux. Même si la dimension culturelle revêt de l’im- portance aux yeux des peuples, les causes profondes des conflits ne sont pas à chercher dans la théologie. Les problèmes de fond résident avant tout dans l'ordre politique injuste. Deuxième hypothèse erronée :

l’auteur cherche à tout ramener aux différences irréductibles entre les cultures et les civilisations, à leur dis- tinction, pour justifier l’état de guerre

à leur dis- tinction, pour justifier l’état de guerre réel ou supposé qui, dans les diffé-

réel ou supposé qui, dans les diffé- rentes régions du monde et à travers les âges, oppose les peuples. Il fait pourtant lui-même allusion à «l’em- prunt systématique à la culture mu- sulmane et byzantine et à l’adaptation de cet héritage au contexte particulier et aux besoins de l’Occident». Réfléchissant davantage, Hun- tington n’aurait pas émis l’hypothèse que l’histoire des civilisations et des cultures se réduisît à une sorte de jeu mécanique limité dans le temps et dans l’espace, sans lien aucun avec le passé, sans pouvoir de projection sur l’avenir. Aucune civilisation, au- cune culture n’a émergé de manière autosuffisante, n’a puisé en elle seule les ressources de son progrès, n’a réalisé d’avancées décisives sans dialogue, sans échanges, sans contacts. Historiquement et scientifique- ment, cela est impossible. Quel que soit l’apport singulier, original, ma- jeur de telle ou telle civilisation, il y a là une hypothèse sans fondement. Les accès de violence entre les cul- tures et les civilisations sont loin d’être un trait permanent : la coexis- tence et la symbiose ont eu, elles aussi, la belle part. La complémenta- rité, les influences extérieures, l’in- teraction, la rencontre par le dialogue permettent tous à la fois la synthèse, l’élévation de la condition humaine, la réalisation de projets inventifs et créatifs qui enrichissent tous les do- maines de la vie. Chaque culture, chaque civilisation a eu son génie propre, mais aucune ne peut se trou- ver sans dettes envers les autres, proches ou lointaines. Troisième affirmation erronée :

l’Occident, selon lui, est unique. Huntington s’enferme dans l’idée de supériorité : «Il est évident que l’Oc- cident diffère de toutes les civilisa- tions ayant existé par l’influence essentielle qu’il a eu sur toutes les autres civilisations depuis 1500», comme si les autres cultures et civi- lisations, notamment l’Islam, n’avaient jamais participé à l’émer- gence d’un Occident moderne qui, durant près de mille ans, fut judéo- islamo-chrétien. Sans l’apport des savants arabes, de Khawarizmi à Jabir, d’Ibn Sina à El-Barûni, il n’y

aurait eu ni sciences modernes ni re- naissance européenne. Huntington considère que le ca- ractère unique et la supériorité de l’Occident reposent sur la combinai- son de huit institutions ou valeurs spécifiques : l’héritage classique ; le christianisme ; la pluralité des langues européennes ; la séparation des pouvoirs temporel et spirituel ; l’Etat de droit ; le pluralisme social ; les corps intermédiaires et l’indivi- dualisme. Cependant, l’Islam a dialogué au plus haut point avec l’héritage clas- sique grec, romain, byzantin, perse ; partage avec le Christianisme le tronc commun monothéiste, c’est-à- dire l’essentiel ; dispose, lui aussi, de langues plurielles : arabe, turc, our- dou, persan, bengali, berbère, swahili ; alors que la séparation des pouvoirs temporel et spirituel est, en Occident, récente, l’Islam, en dépit des appa- rences, et comme on le verra, sécu- lier dès les origines. Nonobstant les déviations d’hier et les impasses d’aujourd’hui, les pouvoirs en Islam n’ont pas été majoritairement despo- tiques et contraires à l’État de droit. Reste, il est vrai, que la notion moderne d’État de droit attend d’être mise en œuvre en terre arabe contemporaine, que le pluralisme so- cial est une donnée naturelle dans les sociétés musulmanes, que l’indivi- dualisme ne s’oppose ni à la solida- rité ni à la communauté, et qu’on ne peut parler ni d’individualisme ni de communautarisme. Les différences qui séparent les mondes ne sont en fait pas infran- chissables. L’auteur confond la civi- lisation occidentale à son émergence avec la modernité déviée, appuyée sur le développement de la technique et de l’industrie, fondée sur le capi- talisme, participant d’un autre mode d’évolution générale des sociétés. De manière simpliste, à la suite d’au- tres idéologues, Huntington consi- dère que l’Occident est seulement judéo-chrétien et gréco-romain, cela en contradiction avec la vérité histo- rique décrite par des savants de toutes cultures, autrement plus ob- jectifs. Il suffit, pour s’en convaincre, de lire les chercheurs occidentaux qui ont étudié la question du dialogue

entre les civilisations, et particulière- ment celle des relations entre l’Islam

et l’Europe, pour vérifier que dans

l’interaction l’apport du premier à la seconde fut majeur et durable. Je citerai sept auteurs : Montgo- mery Watt (Anglais) L’apport de la culture islamique à l’Europe; Juan Vernet (Espagnol) Ce que la culture doit aux Arabes d’Espagne; Jacques Berque (Français) Andalousies; M. G. S. Hodgson (Américain) L’Is- lam dans l’histoire mondiale; André Miquel (Français) L’Islam et sa civi- lisation ; Franco Cardini (Italien), Europe et Islam ; enfin, plus récem- ment, Alain de Libera (Français), Penser au Moyen-Âge. La transmission créative de la pensée grecque par la falsafa arabe, l’élaboration par les musulmans des bases de la mathématique moderne, de la géométrie, de l’essentiel des sciences de la nature, de Bacon à Goethe, est reconnue. Les musul- mans d’Europe, à leur tête la Mos- quée de Paris, symbole fort d’un islam de paix, peuvent démontrer qu’ils sont des vecteurs vitaux pour

la cohésion sociale.

Quatrième hypothèse erronée, aussi faible au regard de l’objecti- vité, quand Huntington déclare : «Au

XXe siècle, les relations entre civili- sations sont passées d’une période dominée par l’influence unidirec- tionnelle d’une civilisation, en parti- culier sur les autres, à une phase d’intenses interactions multidirec- tionnelles entre toutes les civilisa- tions.» Double contre-vérité : il n’y

a plus de civilisations depuis plus

d’un siècle au moins. L’ère indus- trielle n’a pas créé de civilisation, au sens d’une culture élaborée, d’un mode de vie universel et multimo- dale qui répondent aux besoins mul- tiformes de l’être humain. Il se trouve que, malgré le pré- tendu retour du religieux, les reven- dications multiples relatives aux identités, et l’utilisation abusive qui en est faite par des régimes théocra- tiques, ce qui aujourd’hui domine, gouverne et décide, c’est le mondial, le marché, c’est une raison instru- mentale sans aucun rapport ni avec les valeurs anciennes ni avec le sens spirituel de la vie. Tous les peuples, toutes les cultures, toutes les reli-

gions sont concernés par ces boule- versements, ces remises en cause, ces déséquilibres. Le choc des civi- lisations n’est qu’une diversion. Seu- lement un combat d’arrière-garde, une nostalgie, un passéisme sans effet sur le mouvement réel, effectif et dominant de l’évolution des sociétés. Cette fausse hypothèse d’une guerre des civilisations est un leurre destiné à détourner l’attention des vrais problèmes qui, même si le cul- turel, le religieux, le civilisationnel sont évidemment concernés par les antagonismes et les contradictions, et sont d’abord d’ordre politique et éco- nomique. Les musulmans résistent, mais mal ; une minorité d’entre eux le fait de façon irrationnelle et vio- lente. Mais l’immense majorité sou- haite participer à la formation d’un monde plus juste politiquement et qui, sur le plan de l’éthique, ait du sens. Cinquième affirmation erronée :

Huntington prétend : «L’âge de la domination occidentale est fini. Dans

l’intervalle, l’effacement de l’Occi- dent et la montée en puissance d’au- tres centres ont favorisé un processus global d’indigénisation et la résur- gence des cultures non occiden- tales.» «Les sociétés non occidentales, ajoute-t-il, sont deve- nues les acteurs de leur propre his- toire.» Et encore : «Le monde devient plus moderne et moins occi- dental.». Tout le monde constate que le contraire est de plus en plus vrai. Sur l’ensemble de la planète, et sur- tout dans les pays du Sud, pauvres dépourvus d’outillage, les sociétés et les individus décident de moins en moins de leur avenir, de leur devenir. Des centres de décision et d’in- fluence liés aux puissances finan- cières, aux complexes militaro-industriels, aux institutions internationales, organisent avec une autorité croissante les conditions de vie des populations. Ce qui caractérise un peu plus chaque jour notre époque, ce sont des horizons fermés qui se traduisent

par la difficulté de penser, le peu de place fait à la solidarité, quelque soient les soubresauts et les résis- tances. Cela rend nécessaire la cri- tique constructive de la réalité moderne et urgente la recherche de correctifs. Il est indispensable, en effet, de comprendre les méca- nismes, les critères, les objectifs d’un mouvement planétaire qui ne fait cas ni des valeurs spécifiques, ni de la

souveraineté des nations, ni du droit.

La paix est de plus en plus rela- tive. Il faut la défendre partout en dépit des apparences, du déchaîne- ment des extrémismes, le sens même de la vie, tel que l’envisagent les re- ligions monothéistes, d’une part, et la philosophie, d’autre part, doit être gardée en vue. L’Algérie, pays de la culture de la dignité et de l’islam du juste milieu, peut donner l’exemple.

* Le Professeur Mustapha Cherif est lauréat du prix Unesco du dialogue des cultures, auteur notamment de « Le Coran et notre temps », « Le Prophète et notre temps » (Édition Anep), et « Sortir des extrêmes » (Édition Casbah).

Vendredi 24 - Samedi 25 Juin 2016

Société

12

EL MOUDJAHID

RAMADHAN ENTRE RELIGION ET TRADITION

LES 10 DERNIERS JOURS DE RAMADHAN

EFFORT sur les passions

La plus grande partie du mois de Ramadhan s’est écoulée, pour laisser place aux jours les plus illustres et les plus louables, qui constituent les véritables fruits et la pulpe de ce mois ; il s’agit des dix derniers jours.

C’ est la dernière décade du mois de Ramadan, pé- riode ponctuée d’intenses

adorations, à la recherche de misé- ricorde, et durant laquelle le musul- man est à la quête de la Nuit du Destin, nuit où d’abondantes béné- dictions jaillissent sur les croyants. Le prophète Muhamed (qssl) a dit : « Augmentez, augmentez les bonnes actions et les retraites spiri- tuelles pendant les 10 dernières nuits du mois de Ramadan ». Ces 10 derniers jours du mois de Ramadan représentent une occasion privilégiée de se consacrer entière- ment à l’adoration de Dieu, pour se repentir et se rapprocher de Lui, de l’implorer pour que les aspirations les plus chères se concrétisent. La majorité des musulmans pratique «Al-Itikaf» dans les mosquées ; une retraite pieuse qui consiste à se re- tirer du monde extérieur un temps limité et se livrer en lieu Saint à la méditation et à la lecture du Coran. Traditionnellement en Algérie, au cours de ces dix derniers jours du Ramadhan et surtout le jour de «Leïlat El Qadr», c’est l’occasion

de procéder à la circoncision des jeunes enfants dans une atmosphère pieuse qui caractérise ces jours bénis. Ces nuits-là, les fidèles se

ces jours bénis. Ces nuits-là, les fidèles se rendent à la mosquée et veillent jusqu’à l’aube

rendent à la mosquée et veillent jusqu’à l’aube pour réciter des ver- sets du Coran et des passages du ha- dith. À cette occasion également des concours de récitation du Coran sont organisés à travers le pays et les meilleurs récitants seront ré- compensés à l’occasion de cérémo- nies officielles après l’Aïd. Ces dix derniers jours sont aussi l’occasion pour les croyants et pratiquants de

ressourcer leur foi, de la concrétiser par des actions de charité et de so- lidarité, de respect pour son pro- chain. On dit que ce sont les dix meilleures nuits de l’année, celles qui contiennent la nuit du destin. La nuit où par nos prières on pourrait avoir la chance de voir tous nos pê- chés effacés et toutes nos supplica- tions (Douae) exaucées ; une nuit où les feuilles de nos registres rede-

viennent blanches comme celle du jour de notre naissance. « C'est un effort sur soi, un ef- fort sur ses passions. Le musulman doit savoir contrôler ses envies. Le Ramadan est comme une cure, une cure de bonnes actions et de piété, qui, une fois le Ramadan passé, doit laisser des traces. Le musulman doit parvenir à faire évoluer son comportement dans le bien et gar- der ses bonnes résolutions après le mois béni. Si on se rendait vrai- ment compte de la valeur du Rama- dan, on aimerait que ce mois dure toute la vie mais, comme on est fai- ble on se satisfait quand même d'ar- river au bout de cet effort » nous dira kamel, qui prend comme exemple son père : « Mon père pas- sait les nuits des dix derniers jours du ramadhan à la mosquée. Pour lui, l'effort de ces derniers jours passera surtout par une multiplica- tion des prières surérogatoires, de bonnes actions et de la zakât ». «Avec tout cela, tu deviens meil- leur», me disait-il. C'est là le but premier du Ramadan : pousser les croyants à se dépasser, se surpasser même et avoir un bon comporte-

ment. Farida Larbi

ASSOCIATION EN-NOUR DE KHEMIS-MILIANA

La Meida africaine de la solidarité

Avant même le premier jour du Ramadhan, Cherifa Belkebir avait pris les devants accompagnée des membres de l’association caritative En-Nour qu’elle préside, pour se préparer à la circonstance. «Nous avons été au rendez-vous » relève fièrement la présidente de l’associa- tion. «Un premier repas, et depuis c’est parti crescendo. Des habitués de ce restaurant d’El-Iftar, il y en a beaucoup ; c’est que cette associa- tion active depuis plus de dix an- nées, particulièrement lors du mois sacré du Ramadhan. Des familles entières y viennent rompre le jeûn». « Nous avons 4 familles au com- plet qui viennent chaque jour », souligne Cherifa Belkebir. Des cas sociaux, dans l’extrême indigence. C’est une moyenne de 200 repas qui sont servis chaque jour, « même

moyenne de 200 repas qui sont servis chaque jour, « même les étudiants subsahariens de l’uni-

les étudiants subsahariens de l’uni- versité de Khemis-Miliana viennent rompre le jeûn avec nous ». Une table cosmopolite qui accueille éga- lement chaque soir plus d’une qua- rantaine de ressortissants maliens et

nigériens. Une solidarité agissante qui commence tôt chaque jour. Un menu qui ne s’arrête que lors de la réception des aides. Chaque di- manche et chaque mercredi, l’asso- ciation reçoit 15 kilogrammes de

viande de la direction de l’Action sociale ; une viande fraîche livrée par un boucher conventionné.

Quant aux légumes, fruits, et autres

légumes secs, huiles, épices

rifa Belkebir fait la tournée chaque matin chez des particuliers. « El Hamdoulillah, les bienfaiteurs ha- bituels ne nous ferment jamais leurs portes. Certains viennent d’eux- mêmes au siège de l’association pour apporter leurs dons. Avec 5 membres actifs et sans compter la vingtaine de bénévoles qui viennent tous les jours donner un coup de main, c’est la présidente elle-même qui fait la cuisine. Un menu cuisiné avec attention et amour chaque soir et la récom- pense immédiate : un sourire qui s’affiche sur le visage du jeûneur. A. M. A.

Che-

BÉCHAR

Aide et soutien aux nécessiteux

Le nombre de familles nécessiteuses, qui était es- timé à 16.000 le Ramadhan 2015, est passé à 17.600 familles, recensées à l’occasion du mois sacré, soit plus de 1.000 familles venues rejoindre cette corpo- ration, à travers les 21 communes de la wilaya de Bé- char. Un état de fait qui aura nécessité une enveloppe financière de 7.000.000 DA, dégagés par le Minis- tère de la Solidarité et qui seront convertis en 3.800 couffins de ramadhan. Cet élan de solidarité à l’égard de cette frange de la société aux besoins très ressen- tis, notamment avec l’avènement du mois de jeûn, mais également en raison de la hausse des prix de beaucoup de produits, se verra aussi conforté par celui de la wilaya, estimé à 1.000.000 DA et des dif- férentes communes qui y participent avec 47.500.000 dinars. Il ne va pas sans dire que ces actions de solidarité pour les familles nécessiteuses ont déjà été entre- prises, parallèlement à des actions similaires d’asso- ciations et de bénévoles, en attendant la participation effective de bienfaiteurs et de donateurs qui permet- tent, comme à l’accoutumée, une prise en charge ef- fective des SDF et des passagers, dans le cadre des restaurants ouverts à cet effet. Ramdane Bezza

SOS 3 e ÂGE IHSEN

Des habits neufs au profit de 1.500 familles du Sud

Quelque 1500 familles des wilayas du Sud bénéficieront d'habits neufs pour l'Aïd dans le cadre d'une opération de solidarité initiée par l'association "SOS 3 e âge

"Ihsen", a fait savoir la présidente de l'as- sociation, Souad Chikhi . Mme Chikhi qui présidait le lancement de la première opération de collecte d'habits neufs dans un bus parqué à proximité de la Grande poste, à Alger, a relevé l'engoue- ment des citoyens pour cette initiative menée sous le signe "Mazal el kheir fi bladi". Elle a précisé que le bus chargé de vête- ments neufs se rendra, lundi prochain, à Ménéa, Ghardaïa, puis sillonnera les autres wilayas d'extrême sud, comme Tamanras-

set,

distribuer ces habits neufs offerts

par des bénévoles, particuliers ou sociétés publiques et privées, et va donner l’occa- sion aux familles de ces localités de passer les fêtes de l'Aïd dans la joie. Cette initiative, explique Mme Chikhi, s'inscrit dans le cadre de la stratégie d'élar- gissement des activités de solidarité adoptée

pour

par l'association pour alléger les souffrances des catégories nécessiteuses dans le sud du pays. Des camions sont mobilisés jusqu'à la fin du mois de ramadan pour la collecte des dons , en coordination avec les services de la wilaya d'Alger, des opérateurs écono- miques et d'hommes d'affaires et avec éga- lement le concours de l'association des femmes diplomates. Selon la présidente de SOS 3 e âge, plus de 200 familles nécessiteuses de la wilaya d'Alger bénéficieront du couffin de rama- dan. Une circoncision collective de 150 en- fants sera organisée le 3 juillet, qui coïncidera avec «Leilat Al Kadr», l’occa- sion aussi d’honorer les valeurs de solidarité et d'entraide qui caractérisent les Algériens. Elle a salué également le concours de certaines représentations diplomatiques ac- crédités à Alger, ainsi que les apports d'hommes d'affaires, d'entreprises et de banques privées dans le cadre de la conso- lidation de l'action de solidarité notamment durant le mois du jeûn.

REGARD
REGARD

Animations ou tapage ?

l Ce n'est un secret pour per- sonne, durant tout le mois du

Ramadan, les nuits à Alger, et dans d’autres villes et villages du pays, sont particulièrement animées et bigarrées. Elles le sont d'autant plus que les jeûneurs ne peuvent manger qu'après le coucher du so- leil, ce qui en soi préfigure de longues soirées enjouées qui souvent se poursuivent jusqu'à des heures tardives de la nuit, voire jusqu'au lever du soleil. Passé en effet le mo- ment plus ou moins bref de grande communion culinaire qu'est le pre- mier repas du "F'tour", les rues s'emplissent à nouveau de véritables vagues humaines. Histoire pour les uns, de déambuler allègrement tout en accomplissant quelques emplettes ; pour les autres, de s'adonner aux prières du "Tarawih", si importantes aux yeux des fidèles. Bref, on se croirait dans n'importe quelle capi- tale de la planète qui vit H24 sans interruption. Il y a néanmoins quelques couacs dans cette atmo- sphère d'ensemble : comme par exemple cette propension, chez nom- bre de nos compatriotes de tout âge et de toute condition, à produire mordicus toutes sortes de nuisances sonores nocturnes sous le prétexte mensonger que, parce que c'est le ramadhan, tout leur est permis après le "F'tour, y compris faire du tapage nocturne et ce, jusqu'à l'aube. Passe encore si cela était circonscrit dans la soirée et qu'aux environs de quatre-cinq heures du matin, en l'occurrence après l'appel à la prière du "Fajr", nos tapageurs se rendent à l'évidence qu'il y a une juste me- sure à tout et qu'il faut bien, à un moment donné, cesser de perturber les gens dans leur sommeil. Mais cela n'est malheureusement pas toujours le cas. Dans bien des si- tuations, ces "intrusions" nocturnes, souvent imputables à des petits délin- quants en mal de jactance, tournent systématiquement à l'échange dés- obligeant de mots par ci, voire carré- ment à la rixe par là Et ce n'est pas tout. Dans cette caco- phonie délétère a surgi depuis peu un autre "son de cloche" tout à fait inattendu : le "ricanement" de goé- lands devenus depuis peu nos voisins par défaut. Ils sont de plus en plus nombreux à nidifier en ville, et enva- hissent les lieux fréquentés habituel- lement par les pigeons en milieu urbain. Toujours est-il que dans le fond j'avoue préférer supporter le "ricanement" de ces sympathiques oiseaux palmipèdes, aux nuisances sonores produites par les humains.

Kamel Bouslama

ACCIDENTS DE LA ROUTE

44 morts et 497 blessées en une semaine

Quarante-quatre personnes ont trouvé la mort et 497 autres ont été blessées des suites de 275 accidents de la route, au niveau national du- rant la période allant du 14 au 20 juin en cours, selon un bilan publié jeudi dernier par les services de la Gendarmerie nationale. Le plus lourd bilan a été enregis- tré dans la wilaya d'Alger avec 21 accidents, suivie de la wilaya de Boumerdes (20 sinistres) et Médéa (18 accidents), précise la même source. Ces accidents sont dus en pre- mière cause le facteur humain, puis l'état des véhicules et des routes, mais aussi l'imprudence des pié- tons, conclut la même source.

Ph. T. Rouabah

Culture

13

EL MOUDJAHID

PRÉSENTATION DU LIVRE STAH WA NJOUM, WA LAHROUF SAHRA

Échappée THÉÂTRALE

Le théâtre était au rendez-vous dans la soirée de jeudi dernier à l'espace culturel Bachir-Mentouri à Alger, lors de la lecture du livre de la pièce de théâtre, Stah wa njoum, wa lahrouf sahra, de la poétesse et auteure Fouzia Laradi.

C ette pièce de théâtre qui date de neuf ans garde toute son aura, selon

l'assistance qui a longuement loué cette production authen- tique qui met en avant tout le prestige de la Casbah d'Alger et son histoire socioculturelle. L'auteure, connue pour sa fa- cilité dans le verbe poétique, a mis sur la planche pour sa pre- mière expérience théâtrale tous les éléments qui caracté- risaient le vécu des femmes de la Casbah d’autrefois. "J’ai mis en avant l'art culinaire, la délicatesse entre les voisines, l'amour du prochain et un cer- tain charme de vie qui faisait de la Casbah une citadelle my-

thique ayant marqué l'histoire de la culture algérienne", a-t-elle précisé. Elle a ajouté que ce vieux quartier de la ca- pitale a été narré dans ses dimensions histo- rique, révolutionnaire, architecturale et politique, et qu'il était temps de narrer son vécu culturel. Ayant mis en exergue la femme de la Casbah, Fouzia indique que la gent féminine est présente à tous les niveaux dans la pièce, et ce, à travers le mode de vie de la Casbah qui était une véritable cellule de société. "J'ai choisi le thème du mariage car c'est un événement qui rassemble tout le monde dans une ambiance hors pair. Cette

pièce veut transmettre aux futures généra- tions la nécessite de s'ancrer dans son patri- moine et dans les valeurs de sa société tout en ouvrant son esprit vers la modernité", a-

tout en ouvrant son esprit vers la modernité", a- t-elle ajouté. Optant pour un texte créatif

t-elle ajouté. Optant pour un texte créatif qui fait plonger le spectateur dans l'unité lieu de la Casbah d'Alger sans donner aucune unité de temps, Fouzia Laradi a rendu hommage à travers cette pièce à toutes les femmes de la Casbah qui, selon elle, ont su à travers les siècles préserver une culture de vie origi- nale. En dépit des couvertures médiatiques assurées par la télévision, Fouzia Laradi a déploré que sa pièce ne soit pas filmée pour enrichir les archives du théâtre algérien. "On aurait pu garder pour les prochaines géné- rations le passage de feue Fatiha Berber dans cette pièce. Notre défaut est celui de fi- nancer des projets sans en profiter à long terme", a-t-elle déploré. De son côté, Bra- him Noual, chercheur dans l'histoire du

théâtre algérien, a procédé à des lectures du livre en s’arrê- tant de temps à autre sur les bouqalas, virgule du spectacle, et qui ont donné une empreinte poétique à cette pièce dont la distribution incarnait des co- médiens de grand calibre, à l'exemple de Bahia Rachedi ou encore la défunte Fatiha Ber- ber. "Je dis toujours que le si- lence fait la dramaturgie dans un spectacle. Dans la pièce, les comédiens s’arrêtaient parfois, restaient figés et la bouqala dé- clamait un poème en voix-off pour marquer la fin d'un acte et donner un nouveau souffle à l'histoire. On aurait cru une œuvre picturale de voir des

couleurs de la Casbah d'Alger sur scène sous la poésie douillette de la bou- qala ", a-t-il relevé. Revenant sur sa géné- rale qui a eu lieu en 2007, Brahim Noual s'est remémoré l'ambiance qui régnait, mais surtout l'impact qu'a eu cette pièce auprès des femmes. "Djamila Bouhired est venue voir la pièce, à l'instar de nombreuses moud- jahidates de la Zone autonome d'Alger. Un vif débat a suivi la présentation et elles ont appelé à la nécessite de revisiter le savoir- vivre d'autrefois", s'est- il rappelé. Les deux conférenciers espèrent revoir cette œuvre sur les planches dans l'avenir. Un souhait partagé par l’assistance qui a déclaré tout le bien qu'on puisse voir jaillir de cette pièce de théâtre

Kader Bentounès

HOMMAGE À HADJ MOHAMED TAHAR FERGANI À ALGER

Un récital de musique malouf, revisitant des pièces du patri- moine andalou et mahdjouz, a été animé mercredi soir à Alger par des étoiles montantes du genre lors d’une soirée en hommage au maître El Hadj Mohamed Tahar Fergani. Organisé à la salle El Mouggar par l'Office national de la culture et de l'information (ONCI), ce récital, s’inscrivant dans une série d'hommages à des figures de la musique algérienne, a permis au public de découvrir ou redécouvrir les nouveaux ta- lents occupant la scène du malouf constantinois. Agé d’à peine 23 ans, Adlène Fergani, petit- fils du Cheikh, s’est distingué par une interprétation très proche du tim- bre de voix familial sur des pièces connues du patrimoine malouf comme "Men jat forgtek fi bali", et par son jeu juste et énergique au luth, sur des mor- ceaux de mahjouz (genre popu- laire constantinois), contrairement à son aîné, connu pour ses talents de violoniste. Re-

Une voix EXCEPTIONNELLE

pour ses talents de violoniste. Re- Une voix EXCEPTIONNELLE présentant la quatrième généra- tion de chanteurs

présentant la quatrième généra- tion de chanteurs et musiciens malouf de la famille Fergani, après son oncle Salim, son grand- père et son arrière-grand-père Hamou, Adlène ambitionne de "préserver et présenter au public" les nombreuses pièces conser- vées et enregistrées par ses aînés. Le chanteur a également indiqué qu’il souhaitait, avec d’autres membres de la famille, "relancer l’école de malouf" qu’avait créée

son grand-père et qui n’active plus aujourd’hui afin de préserver et transmettre le patrimoine ma- louf. Influencé par la dextérité d’El Hadj Mohamed Tahar Fer- gani, Toufik Touati a, pour sa part, mis en avant l’héritage du maître au violon. Très apprécié par le public, moyennement nom- breux à cette soirée, Abbas Righi, considéré comme l’étoile mon- tante, a lui aussi rendu un hom- mage appuyé à ce monument de

Constantine avec des pièces du patrimoine portées par sa voix cristalline. Né en 1928 à Constantine, Mohamed Tahar Fergani avait fait ses classes au- près de son père Hamou (1884- 1972), chanteur et compositeur du hawzi, avant de s’intéresser au malouf avec son maître Cheikh Hassouna Ali Khoudja (1896- 1971). Avec sa voix exception- nelle et son jeu au violon, il deviendra le plus grand maître du malouf, en plus d’avoir été formé aux autres instruments de mu- sique et à l’art de la broderie tra- ditionnelle. Après des centaines d’enregistrements, le Cheikh en- registre des coffrets du malouf et forme son propre orchestre et reste jusqu’à aujourd’hui la plus importante référence du genre. Organisés tous les soirs jusqu'au 29 juin, ces spectacles rendront hommage à d’illustres artistes al- gériens dont Meriem Fekai, Chei- kha Titma, Chérifa ou encore Khelifi Ahmed.

SPECTACLE À LA RADIO ALGÉRIENNE

Les « Derwiches tourneurs », un ancien rituel du soufisme

Les "Derwiches tourneurs" de l'Ensemble de musique soufie turque de Konya dirigé par Youssuf Kayya ont présenté mercredi à Alger un concert de chants et danses spirituels, où les louanges au divin se sont mêlées à l'un des plus anciens rituels physiques du soufisme. Le public nombreux de l'Auditorium Aissa- Messaoudi de la Radio Algérienne, aura as- sisté à un rituel datant du XIIIe siècle, dit "Sama", inscrit depuis 2008 par l'Organisa- tion des Nations Unies pour l'éducation, la culture et la science (Unesco) au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Issue de "l'Ordre Mevlevî", une confrérie soufie fon- dée par le poète mystique persan Jalal Eddine Roumi (1207-1273) dans la ville de Konya (sud d'Ankara), le "Rituel Sama", établi dans toutes les communautés turques du monde, est une voie physique permettant de "répandre l'amour et la tolérance et se rapprocher de

Dieu". Cinq derwiches dans des accoutre- ments traditionnels (longs képis, gilets et robes aux plis évasés), quittant leurs lieux de prière (tapis en peaux de chèvre), effectuent des mouvements giratoires, une main tendue vers le cosmos et l’autre vers la terre, symbo- lisant ainsi "la gravitation des électrons et des planètes" dans une expérience spirituelle de haute dévotion mystique. Les danseurs, dans leur isolement progressif entretenu par des ro- tations au rythme régulier, étaient soutenus par cinq musiciens et quatre chanteurs aux voix ténors et basses qui entonnaient des chants religieux dans le mode "Huzzâm"(genre musical turc), livrés en un seul jet et plusieurs enchaînements dans des rythmes ternaires lents et irréguliers. Les so- norités denses et apaisantes du violoncelle, qanûn, tambur (instrument à cordes épaisses à la caisse arrondie et au manche long), nay

(longue flûte arabo-turque) et du Kudum (per- cussion à deux grands tambours séparés) ont orné le silence religieux observé par l'assis- tance, plus d'une heure durant, dans une am- biance recueillie. Les enchaînements successifs dans des ca- dences dandinantes des pièces interprétées ont contribué de manière effective à asseoir une atmosphère de méditation, laissant pour seule occasion au public, pour applaudir et montrer son adhésion à la prestation des "Derwiches tourneurs", la fin du spectacle. Le concert, présenté mardi à Bejaia, et organisé à Alger en collaboration avec la Radio Algérienne, s'est déroulé en présence de l'ambassadeur de la République de Turquie en Algérie, M. Mehmet Poroy, et les représentants de diffé- rentes missions diplomatiques accréditées à Alger, invités par les organisateurs à venir as- sister au spectacle.

LE COIN DU COPISTE Achats et flânerie
LE COIN DU COPISTE
Achats
et flânerie

l Lorsque vient le mois de Ramadhan, les Algérois —puisqu’il faut parler de la

capitale— montrent chaque année un certain empressement à l’approche du premier jour et ce, notamment dans les marchés couverts qui ne désemplissent pas d’acheteurs de dernière minute. Plus les heures qui nous séparent du mois sacré passent, plus l’agitation et l’effervescence montent d’un cran et cela se constate dans les rues et particulièrement les autoroutes où certains conducteurs n’hésitent pas à abuser de la vitesse. Cette année, on n’aura pas remarqué autant de remue-ménage, certaines habitudes de nature certes récente se sont durablement installées chez les citadins, comme les prières du soir après la consommation du repas et la presque majorité de femmes au foyer qui s’attellent à leurs tâches comme faire la vaisselle. La répartition des heures de la journée obéit de manière quasi mécanique à tout ce qui a trait à la religion. Mais ce qui frappe l’attention en cette saison chaude, c’est essentiellement que les choses se déroulent relativement dans le calme et de manière pourrait- on dire ordinaire. A cette exception près, que l’animation en direction des enfants a été déployée dans maints endroits pour répondre à la demande des parents qui font des sorties nocturnes pour se délasser, histoire de se dégourdir les jambes et de respirer un peu d’air frais, d’autant plus que la température pour 2016 aura été clémente la nuit. Il faut également noter, s’agissant des grandes artères de la ville, on pense ici aux rues Ben-M’hidi et Didouche-Mourad qui ont bénéficié au profit de la population avoisinante de la coupure de la circulation des automobiles qui asphyxiaient la ville avec leurs incessants klaxons. Les Algérois, ravis ont pu ainsi déambuler dans les rues et sortir comme l’auront constaté beaucoup, en masse. L’espace a été pris d’assaut par les familles qui ont saisi l’occasion offerte par les pouvoirs publics de sortir un peu de leur cocon pour se promener, faires les boutiques, flâner comme bon leur semble et surtout se désaltérer après une journée de privation. En dehors de cette observation sociale, les programmes culturels nationaux ou en association avec des instituts étrangers, continuent pour ceux que cela intéressent —faut croire qu’il en existe encore !— dans les grandes villes et même dans certaines régions, de distiller des contenus plutôt alléchants entre pièces de théâtre et spectacles musicaux, les adolescents ont eu droit cette année à des projections en plein air de films organisés par l’établissement Arts et culture.

L. Graba

SOIRÉE THÉÂTRALE À SOUK AHRAS

Talab zawaj

chaleureusement accueillie

La pièce de théâtre "Talab zawaj" (Une demande en mariage), produite par la coopérative culturelle "Al Lamsa" de Batna, a été chaleureusement accueillie par le public de Souk Ahras lors de sa présentation, mercredi soir à la cinémathèque de la ville. Sur une adaptation d’une œuvre de l’écrivain russe Anton Tchekhov et mise en scène par Ali Djebara, la pièce est interprétée par Issam Tachit, Chahinez Fetaka et Abdelkader Tachit. Cette pièce, qui rentre dans le cadre du programme d’animation des soirées du ramadhan élaboré par le théâtre régional de Souk Ahras, relate l’histoire de l’endimanché "Lakhdar" qui vient demander Samia en mariage. Il est reçu par le père de celle-ci qui s’empresse d’aller chercher sa fille sans lui dire le motif de la visite de Lakhdar. Timide, le prétendant tente d’engager la conversation avec Samia mais malchanceux il évoque le sujet de la discorde, celui d’un lot de terrain. Une dispute éclate alors entre lui et Samia, ce qui pousse le père de celle-ci à le chasser de la maison. Lakhdar parti, la jeune fille apprend que ce dernier est venu demander sa main et supplie son père de le faire revenir. Revenu une deuxième fois, le jeune Lakhdar, toujours aussi timide et maladroit, "s’enfonce" dans un nouvelle dispute à propos de leurs chiens, chacun assurant avoir la meilleure race, jusqu'à ce que le père interrompe leur querelle en leur demandant de se marier pour mettre un terme à ce débat, clôturant ainsi cette pièce. Vivement applaudie, la pièce "Talab zawaj" s’est démarquée par l’utilisation d’un langage courant et familier. Pour rappel la coopérative "Al Lamsa" de Batna à reçu depuis sa création en 2012 de nombreux prix, notamment celui du "prix du jury" de théâtre amateur de Mostaganem et le prix de la "meilleure scénographie" du festival Azzeddine- Medjoubi d’Azzaba.

Régions

14

EL MOUDJAHID

CooPératioN aLGéro-aLLeMaNDe

Encourager le DÉVELOPPEMENT local

Mettre en place des espaces de dialogue social et économiques susceptibles d’établir une interconnexion entre tous les acteurs concernés par le développement et d’abonder dans le sens d’une démarche qui, pour la première fois, met toutes les ressources, notamment humaines, au service du développement, tel est l’objectif de cette expérience innovante, une plate-forme de dialogue et d’encouragement du développement à Sétif qui vient d’être lancée constituant ainsi une juste réponse aux orientations des pouvoirs publics au niveau central dans ce qui a trait, notamment à la valorisation des ressources locales.

U ne cérémonie s’est tenue dans la soirée de jeudi à ven- dredi dans la grande salle de

délibérations de la wilaya qui a réuni en présence du wali, Mohamed bou- derbali, du président de l’aPW, de la directrice à alger de l’organisme du développement économique du gou- vernement allemand G. i. z., Suzane Wahl, et du sénateur, Fateh Kerouani, président du comité de pilotage de cette plate-forme, de nombreux cher- cheurs et universitaires, des élus, re- présentants de l’exécutif de wilaya, les présidents des chambres de com- merce et des métiers ainsi que des chefs de daïra, consultants privés et autres représentants de la société ci- vile. Le wali a exprimé sa satisfaction d’être présent à cette rencontre, féli- citant par la même les promoteurs d’une telle initiative qui mettront sans nul doute à disposition des différents acteurs de développement, un outil supplémentaire de gouvernance concerté, efficient et consensuel. il parlera de l’importance que revêt une telle wilaya qui, dira-t-il, est bien placée pour concevoir avec l’aide des experts présents à cette cé- rémonie de nouveaux mécanismes de gestion locale dont les impacts vont

nouveaux mécanismes de gestion locale dont les impacts vont se mesurer au travers des engage- ments

se mesurer au travers des engage- ments sans cesse renouvelés des ac- teurs locaux mais également de par leur incidence positive sur la qualité de vie du citoyen. Le chef de l’exé- cutif fera état des avancées enregis- trées depuis 1999, en termes de développement et d’amélioration du cadre de vie, ce qui n’a pas été sans engendrer de nouvelles probléma- tiques liées notamment à la qualité de la prestation fournie aux usagers, à l’organisation du service public

chargé de les prendre en charge et du degré d’implication des acteurs insti- tutionnels et sociaux pour agir en synergie. autant d’éléments, ajoutera le wali, qui se traduisent aujourd’hui par la nécessité de jeter des passe- relles dans le but d’améliorer la ges- tion de la cité par un dialogue et une plus grande implication qui sont à en- courager en vue d’accompagner les thématiques abordées par le comité qui doivent, dira-t-il, s’appuyer sur des propositions de solutions à des

problématiques auxquelles le déve- loppement de la wilaya fait face et des adaptions qui nous attendent pour la valorisation et la promotion des po- tentialités locales. La directrice de G.i.z. résidente abondera dans ce sens, soulignant sa satisfaction d’être là pour le lance- ment de cette plate-forme. elle rap- pellera que l’algérie et l’allemagne ont une longue tradition de coopéra- tion qui date déjà des années 1970 et soulignera que G.i.z. travaille pour le compte du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement. aujourd’hui ajou- tera-t-elle, cette coopération se concentre davantage sur le domaine de l’environnement avec des champs d’intervention tels que la gestion du- rable des ressources naturelles, la préservation de la bio-diversité, l’adaptation aux changements clima- tiques, la gestion des déchets, la pro- motion des technologies de l’innovation et le respect de l’envi- ronnement. « La région de Sétif est connue pour son fort développement économique et industriel et notre pré- sence aujourd’hui ici consiste à vous présenter les activités et la coopéra- tion allemande au niveau de cette wi- laya » faisant état par la même du

soutien de G.i.z. et d’une coopéra- tion qui sera également marquée par le projet régional qui sera lancé bien- tôt portant sur la coopération décen- tralisée entre villes maghrébines et allemandes. Dans ce cadre, 100 villes ont été choisies par le ministère de

l’Habitat, dont la ville de Sétif, avant de faire état de l’engagement plein de G.i.z. à travailler ensemble et pour l’avenir de cette wilaya de Sétif. après quoi le président du comité de pilotage de cette plate-forme, le séna- teur Fateh Kerouani soulignera que l’objectif est de faire émerger la force du local par rapport aux conceptions de gouvernance et éviter par ailleurs ce centralisme assez lourd. La crise que nous traversons nous apprend au- jourd’hui plus que jamais à mettre ensemble la main à la pâte, remer- ciant par la même la G.i.z. d’accom- pagner ce comité dans la réalisation des grands objectifs de cette plate- forme et soulignant par la même l’es- prit qui anime cette coopération

une conven-

fructueuse avec G.i.z

tion de coopération entre le comité de pilotage de cette plate-forme et le partenaire allemand G.i.z. a été si- gnée.

F. Zoghbi

LoGeMeNt SoCiaL

Les clefs du BONHEUR

Dans la wilaya de Sétif, le logement s’il constitue une préoccupation majeure des po- pulations n’est pas sans être marqué par une dynamique constante issue de l’intérêt qui a de tout temps été consenti à ce secteur par l’etat. un effort d’autant plus perceptible qu’il a été impulsé ces dernières années au titre des programmes initiés par le Président ab- delaziz bouteflika et permet à la wilaya de compter aujourd’hui, un portefeuille de plus de 93.000 logements tous segments confon- dus, jamais connu depuis l’indépendance. Dans ce contexte, le logement public locatif n’est pas sans détenir une place de choix à la mesure des aspirations d’une wilaya où les 60 communes, si elle revêtent pour beau- coup un caractère urbain, ne sont pas sans revêtir pour d’autres un caractère rural qui incite avec ces programmes, 26.000 pour le logement social et 28.000 pour le rural, à la mise en œuvre d’une stratégie tendant à fixer les populations et à les stabiliser autour d’une politique de développement intégré. bien du chemin a été parcouru dans ce contexte durant ces dernières années, autant dans la réalisation et l’attribution de loge-

ments sociaux que dans l’aide consentie pour le logement rural, cela indépendam- ment de bien d’autres segments qui n’ont pas été sans susciter l’adhésion de diffé- rentes couches de la population comme pour le logement aidé, le logement promotionnel public, le promotionnel et celui du type assur immo pour ne citer que ces segments. aussi et dans la cadre de la mise en œuvre du programme du Président de la ré- publique et en plus de tout ce qui a été livré et déjà réceptionné et attribué, ce mois de ramadhan, comme il était attendu, n’a pas fait exception à la règle et permis de toucher de nombreux citoyens aux bas revenus à tra- vers plusieurs daïras de cette vaste wilaya du pays. Dans un communiqué de la cellule de communication de la wilaya, qui fait état de bond qualitatif qu’a connu cette wilaya en matière de logements d’une manière géné- rale et social en particulier, il est stipulé qu’après l’affichage des listes provisoires et définitives sociaux, il sera procédé durant ce mois de ramadhan à la remise des clefs de ces logements publics locatifs aux bénéfi- ciaires à travers plusieurs communes, après

bouira

Fraude et créances impayées :

l’achèvement définitif des travaux et toutes les viabilités à l’effet de permettre aux ci- toyen de disposer de toutes les commodités nécessaires. Cette action d’envergure qui sera aussi marquée par la remise des actes de location touchera un programme de 1.570 logements

à travers 15 communes au moment où cette

action se poursuivra pour toucher après le

mois de ramadhan le reste des communes, notamment le chef-lieu de wilaya pour les deux programmes de 358 et 408 logements dont les listes des bénéficiaires ont été affi- chées. Les 15 communes concernées par la remise des clefs des 1.570 logements entiè- rement achevés sont celles de ain oulmène, bir Larch, ouricia, ain abessa, el Mahdia, aïn azel, beni ourtilène, Hamam Sokhna, Salah bey, rasfa, boutaleb, tizin bechar, ain Lahdjar, beida bordj et Guedjel. a ce titre, le wali a particulièrement in- sisté sur la nécessité de tout mettre en œuvre

à l’effet d’achever les programmes en cours

de réalisation dans les délais à l’effet de pro-

céder à leur attribution rapide aux bénéfi- ciaires.

F. Z.

le court-circuit

La fraude énergétique et le non-paiement des créances constituent un frein pour le dé- veloppement du secteur dans la wilaya de bouira, et ce malgré les performances réali- sées durant l’année 2015, selon un rapport de la direction de distribution d’électricité et du gaz (SDC) de bouira. « La fraude et les créances restent toujours un frein pour le développement du secteur dans la wilaya de bouira », a souligné le di- recteur de la SDC de bouira, Khaled Nacer, qui a réitéré la volonté de tous les services concernés de lutter sans relâche contre ces deux fléaux. « Nous sommes déterminé à lutter sans relâche contre ce phénomène et ce via nos bri- gades de contrôle qui sont à pied d’œuvre », a souligné M. Nacer dans son rapport. Dans le même document, la SDC de bouira a précisé que la perte d’énergie cau- sée par la fraude en 2015 est de 15,19%.

« L’énergie perdue en 2015 est estimée à 137,86 GWH sur une quantité d’énergie ache- tée de 907,7 GWH, ce qui représente une perte financière de 512,5 millions de dinars, une somme qui aurait permis, approximative- ment, la couverture d’une année de la masse salariale du personnel de la SDC de bouira », a déploré le responsable. Grâce aux multiples campagnes de lutte anti-fraude menées l’an- née précédente (2015), quelque 472 cas de fraude avaient été enregistrés, un nombre en hausse par rapport à 2014, où seulement 161 cas avaient été signalés, d’après les statis- tiques données par M. Nacer. Selon ce dernier, le taux de perte est, en grande partie, le résultat de la fraude d’éner- gie, soit en tripotant volontairement certaines composantes des compteurs ou en se piquant directement du réseau sans compteur. Selon l’article 350 du code pénal, le vol de l’élec- tricité et du gaz est un acte répréhensible dont

l’auteur est condamné à 5 ans de prison et à une amende allant de 100.000 à 500.000 di- nars. S’agissant des créances impayées par les abonnées de la SDC, elles ont atteint un chif- fre de 434 millions de dinars, dont une grande partie, soit 252 millions de dinars, est détenue par les abonnés domestiques, d’après la même source, qui a précisé en outre que la clientèle de la daïra de M’Chedallah détient à elle seule 111 millions de dinars, soit un taux de 44% des créances domestiques et 25% des créances globales de la SDC de bouira. « Le non-paiement de créances, les retards et la fraude, freinent sérieusement le dévelop- pement du secteur et menacent la santé finan- cière de la société », s’est inquiété le directeur de la SDC de bouira, qui a appelé toutes les parties concernées pour qu’elles se mobilisent et agir face à cette situation.

tizi ouzou

Relancer la dynamique de l’investissement

Le wali de tizi-ouzou, brahim Merad, a présidé, jeudi dernier, une rencontre avec les porteurs de projets dans le secteur du tou- risme en vu de lever les contraintes retardant le lancement de ces investissements, a an- noncé dans un communiqué la cellule de communication de la wilaya. Lors de cette réunion à laquelle ont pris part les membres de l’exécutif concernés par l’investissement et les porteurs de projets d’investissement, le directeur du tourisme et de l’artisanat, rachid Gheddouchi, a an- noncé qu’un programme de 110 projets est inscrit au niveau de la wilaya, dont 17 sont en cours de réalisation et 93 non encore lan- cés. Sur ces 93 projets, 38 ont reçu l’accord de principe du ministère de l’aménagement du territoire, du tourisme et de l’artisanat, mais seuls quatre investisseurs ont obtenu un permis de construire, a-t-il précisé. Les porteurs de projets ont de leur côté soulevé le problème de l’obtention du permis de construction qui a retardé le lancement de leurs projets depuis plusieurs années. après avoir écouté les doléances de ces der-

niers, le premier magistrat de la wilaya a ins- truit son exécutif, particulièrement le directeur de l’urbanisme et de la Construc- tion, d’accélérer la procédure de délivrance des permis de construction afin de permettre

à ces porteurs de projets de commencer la

concrétisation de leur investissement touris-

tique dont la wilaya a tant besoin.

il a aussi assuré les investisseurs que tous les

services ne lésineront sur aucun effort pour

les accompagner et lever toutes les contraintes qui sont, a-t-il relevé, faciles à lever pour la majorité d’entre elles. Le wali

a rappelé également la nécessité d’orienter

tous les efforts vers l’investissement sous toutes ses formes, seule voie pour la création de l’emploi et de la richesse pour le pays en général et la wilaya en particulier. Selon les estimations de la direction du tourisme et de l’artisanat, les projets d’investissement non encore lancés, notamment les hôtels, les relais routiers et des résidences touristiques représentent un manque à gagner de plus de 2.200 postes d’emplois et de plusieurs mil- lions de dinars en matière de fiscalité pour cette wilaya disposant d’énormes potentia- lités lui permettant de développer l’activité touristique, notamment balnéaire, de mon- tagne, cultuelle et culturelle. Bel. Adrar

Vendredi 24 - Samedi 25 Juin 2016

Vie pratique

21

EL MOUDJAHID

Vie religieuse République Algérienne Démocratique et Populaire Horaires des prières de la journée du samedi
Vie religieuse
République Algérienne Démocratique et Populaire
Horaires des prières de la journée du samedi 20 Ramadhan 1437
correspondant au 25 juin 2016 :
- Dohr … 12h51
- Asr 16h43
- Maghreb 20h14
- Ichaa……………… 21h55
Dimanche 21 Ramadhan 1437
correspondant au 26 juin 2016 :
Ministère de l'Intérieur et des Collectivités Locales
Direction Générale de la Sûreté Nationale
Direction de l'Administration Générale
Sous-Direction du Budget
Bureau des Marchés
C’est avec une grande joie
que nous apprenons la
naissance d’un joli poupon
prénommé
- Fedjr
03h39
Ayoub
- Echourouk
05h31
Le Numéro d'Identification fiscale: 40.800.200.300.0062
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
Avis de prorogation de la durée de préparation
des offres de l'appel d'offres national ouvert
EL MOUDJAHID
avec exigence de capacités minimales N°09/2016
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
La Direction Générale de la Sûreté Nationale informe l'ensemble
des personnes et entreprises intéressées par l'appel d'offres national
ouvert avec exigence de capacités minimales n°09/2016, ayant pour
objet l'acquisition de matériels informatiques, répartis en trois (03)
lots distincts, susceptibles d'être attribués séparément, à savoir:
Venu égayer le foyer de la
famille Yousfi.
En cet heureux
événement, toute la famille
félicite l’heureux papa Raouf,
souhaite un prompt
rétablissement à la maman
et une longue vie à Ayoub.
Président-Directeur Général
de la Publication
Achour CHEURFI
El Moudjahid/Pub du 25/06/2016
Directeur de la Rédaction
Mohamed KOURSI
Rédacteur en chef
Kamal OULMANE
- Lot n°01 :
Bravo
Hamida
Notre cher
> Dix mille quatre cents (10.400) micro-ordinateurs,
Monsef
Hamida
DIRECTION GENERALE
> Cent (100) stations de travail.
Monsef
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
- Lot n°02 :
- Dix mille cinq cents (10.500) onduleurs.
- Lot n°03 : Dix mille cinq cents (10.500) imprimantes laser ou
Led monochromes.
Que la durée de préparation des offres dont le dernier jour
correspond initialement au jeudi 30.06.2016 est prorogée de
vingt- sept (27) jours supplémentaires, soit le mercredi 27.07.2016
L'heure limite de dépôt des offres est fixée de 09h00 mn à
11h00 mn.
L'ouverture des plis aura lieu le même jour à 11h30 mn.
a décroché avec brio
son examen de 5 e année.
Son papa, sa maman, ses frères
Ramzi et Akram ainsi que les
familles Hamida et Mouzaï
félicitent leur chouchou Monsef
et lui souhaitent beaucoup
d’autres succès à l’avenir
incha’Allah.
El Moudjahid/Pub du 25/06/2016
El Moudjahid/Pub
ANEP 421185 du 25/06/2016
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
Ministère de la Communication
SGP/ATC
Société d'Impression de l’Est
EPE/SPA au capital: 1.200.000.000,00 DA
Adresse: Zone industrielle Boumerzoug lot 08 - Constantine
Tél.: 213 (0) 31 63 99 09 - Fax: 213 (0) 31 63 99 08
Email : sie.cne @gmail.com
PENSEE
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de
Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
Avis de prorogation de l'avis de consultation
N°02/2016
La Société d'Impression de l'Est informe les sociétés intéressées par l'avis de
consultation n°02/2016 pour l'acquisition, l'installation et la mise en service de:
- Un Massicot droit.
- Ouverture 115.
- Tables inox
- Soufflerie centrale et latérale sur table
- Programmation par menu sur écran tactile couleur.
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service commercial
: 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
Le dépôt des offres prévu le 27/06/2016 a été prorogé au 12/07/2016 avant 12h00.
L'ouverture des plis aura lieu le même jour à 13h00.
Les sociétés intéressées par cet avis de consultation peuvent se présenter pour retirer
le cahier des charges au siège de l'entreprise:
Société d'Impression de l'Est / Direction Générale
Zone Industrielle Boumerzoug lot A8
Constantine 25 000 - Alger
Cela fait 22 jours jour pour jour que
nous a quittés notre chère mère et
grand-mère et voisine Degdoug
Tassadite dite Rabia, laissant
derrière elle un immense vide que
personne ne pourra combler.
Ta bonté, ta générosité et ton
amour pour tes proches ont fait de toi
une mère extraordinaire. En cette
douloureuse occasion, tes enfants, ton
mari, toute la famille Degdoug et tous
tes proches et notamment la famille
Belghoul prient tous ceux et celles qui
t'ont connue d'avoir une pieuse
pensée à ta mémoire.
Que Dieu le Tout-Puissant
t'accueille en Son Vaste Paradis.
«A Dieu nous appartenons et à
Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 25/06/2016
El Moudjahid/Pub
ANEP 25012921 du 25/06/2016
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Demandes d’emploi
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
MINISTERE DES TRANSPORTS
GROUPE SERVICES PORTUAIRES «SERPORT Spa»
ENTREPRISE PORTUAIRE D’ARZEW
EPE-SPA au Capital Social de 15,8 milliards de Dinars
E-mail: direction-générale@arzewports.com — Web: www.arzewports.com
Tél : 213.41.79.12.03/23.99 — Fax : 213.41.79.24.00 — RC N° 31/00-0105440B01
NIS : 098931060012146 - N° Article : 31060013431 - NIF 000131010544038
J.H. cherche emploi comme agent
d’administration.
Contacter le 0799.90.78.12
——0o0——
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
J.H. cherche emploi comme chauffeur
poids-lourd, axe Alger/Blida.
Tél. : 0555.36.73.10
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
0556.03.44.52
——0o0——
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
AVIS D’ANNULATION
appel à manifestation d’intérêt national
et international
N° 03/2016
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
J.H, 39 ans, cherche emploi comme
aide en maçonnerie dans société privée ou
étatique. E-mail : Mouh-59@hotamail.com
——0o0——
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
J.F , 36 ans, cherche emploi comme
garde-malade ou nourrice aux environs de
Bordj El-Kiffan.
Tél.: 0799.98.27.74
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
——0o0——
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Homme, 45 ans d’expérience,
spécialité mécanique poids-lourds,
cherche emploi.
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation
L’Entreprise portuaire d’Arzew informe l’ensemble des
soumissionnaires de l’annulation de l’appel à manifestation
d’intérêt national et international n° 03/2016 relatif à l’étude et
construction de deux postes minéraliers au port de
Béthioua, paru dans les quotidiens la Tribune, El Moudjahid,
Ennahar et le BOMOP, en date du 07.05.2016.
Tél.: 0554.68.57.58
El Moudjahid/Pub
ANEP 31300547 du 25/06/2016
El Moudjahid/Pub du 25/06/2016
Vendredi 24 - Samedi 25 Juin 2016

Sports

22

EL MOUDJAHID

PARALYMPIQUES-2016 (HANDISPORT)

Les sélections nationales en PLEINE PRÉPARATION

Les sélections algériennes de goal-ball et de handi-basket (hommes et dames) ne chôment pas durant ce mois de juin, une période qualifiée de «délicate» pour ne pas perdre les repères d'une préparation à un événement aussi important que les jeux Paralympiques.

L a sélection de goal-ball (dames), conduite par l'entraîneur Moha- med Bettahrat, a pris ses quartiers

à Mostaganem, pour effectuer un regrou- pement de neuf jours. Composée des six joueuses qui avaient arraché la qualifica- tion au rendez-vous de Rio-2016, l'équipe est soumise à deux séances d'en- traînement par jour (avant et après le f'tour), pour préserver la forme et garder le même état d'esprit qui l'animait. «La première séance est consacrée à la mus- culation, et la seconde est spécifique au goal-ball : phase de jeu, correction des faiblesses individuelles et collectives dans les différents compartiments, mais aussi consolidation de nos forces», a dé- claré à l'APS, l'entraîneur Mohamed Bet- tahart. Le travail élaboré est basé sur les enseignements tirés des deux derniers tournois auxquels l'équipe avait pris part (en Pologne et Suède), qualifiés de «plus que bénéfiques» par le staff technique. «Je crois qu'après une année d'existence, le groupe a progressé énormément, et la 23 e place au classement mondial sur 43 pays le prouve. Le collectif arrive à tenir tête à des nations plus expérimentées et nanties. C'est avec le travail qu'on pourra les battre à l'avenir», s'est réjoui le coach, reconnaissant cependant que beaucoup de choses restaient à parfaire dans son équipe. Au cours des mois de juillet et d'août, la sélection dames sera appelée à effectuer des regroupements à l'étranger, ponctués par des matchs d'application, selon la disponibilité de sparring-part- ners. De son côté, la sélection masculine est passée à la vitesse supérieure sous les directives du nouveau coach, Djaâfar Ould Yahia qui a décidé de mettre les bouchées doubles. L'équipe effectuera son second stage, à partir de demain, après celui qui a pris fin, mardi à la salle de Staouéli. «Nos athlètes doivent s'ha- bituer à travailler dans les conditions du mois de carême. Ils doivent accepter que c'est un mois comme les autres, mais seu- lement, l'intensité et le volume du travail diminuent. Pour arriver à suivre le rythme élevé des matchs à Rio, il faut continuer à travailler», a soutenu l'entraî- neur national. Comme au précédent

a soutenu l'entraî- neur national. Comme au précédent stage, le staff technique insistera sur les lacunes

stage, le staff technique insistera sur les lacunes relevées lors des tournois de Po- logne et de Slovénie, au cours desquels l'équipe avait disputé pas moins de neuf matchs en l'espace de trois jours. «C'est une bonne moyenne de rencontres qui étaient toutes de bon niveau, dont celles face à la Chine et à la Turquie. Les neuf matchs nous ont permis de faire partici- per tout l'effectif pour avoir une idée gé- nérale sur les capacités et qualités de tout un chacun, et aussi d'évaluer individuel- lement et collectivement le groupe. Dans l'ensemble, on est satisfait», a dit Ould Yahia. Selon son bilan, les joueurs pro- gressent bien et prouvent qu'ils peuvent apporter encore plus à l'équipe, tout en étant conscients qu'ils doivent redoubler d'efforts pour y arriver.

Couac pour le handi-basket

Par contre, les handi-basketteuses, bril- lamment qualifiées pour la première fois aux JP-2016, se contenteront d'un stage d'une semaine entamé dimanche à la salle omnisports de Staouéli. Pour elles aussi, du biquotidien était obligatoire pour res- ter en forme. «Je crois que si l’on ne tra- vaille pas en ce mois de juin, on perdra beaucoup, et cela ne fera pas l'affaire des joueuses, déjà affectées par le manque de compétition», a expliqué l'entraîneur-ad- joint, Mohamed Tahar Kisrane. En effet, depuis sa qualification en novembre der-

nier, la sélection nationale n'a bénéficié que de quatre matchs internationaux d'application en Turquie contre la sélec- tion locale, et un autre face à un club, lors du stage effectué il y a quelques mois dans ce pays. «C'est trop maigre pour préparer les Paralympiques. On devait participer aussi à un stage en France et à un autre en Angleterre, avec des matchs programmés contre les sélections natio- nales des pays concernés, mais faute de visa, les joueuses se sont retrouvées pri- vées d'une bonne opportunité de côtoyer des équipes de haut niveau. Cette situa- tion qui perdure a sapé le moral des athlètes», a pesté le technicien. Deux au- tres regroupements sont prévus à partir de juillet, dont un en Angleterre, avec, à chaque fois, des matchs amicaux contre la sélection locale, les 9 et 10 juillet. Le Cinq algérien devra effectuer un dernier stage en Slovénie, début août prochain. «J'espère que cette fois-ci, la question des visas ne se posera pas», a souhaité Kis- rane. À l'instar des dames, les handi-bas- ketteurs ne devraient être regroupés qu'une fois en juin, puisqu'un stage d'une semaine leur est prévu à Alger. Les pro- tégés de l'entraîneur national, Ahmed Tagmi, prépareront, à l'occasion, le Championnat arabe des nations d'Agadir (Maroc) prévu du 10 au 17 juillet. Le groupe devra, ensuite, se déplacer à Lon- dres pour un tournoi international, du 1 er au 5 août.

VOLLEY-BALL COUPE D’ALGÉRIE (FINALE)

GSP - NRBBA le 2 juillet à Birkhadem

La finale de la Coupe d'Algérie de volley-ball (messieur), devant mettre aux prises le NR Bordj Bou- Arréridj (tenant du trophée) avec le GS Pétroliers, aura lieu le 2 juillet prochain à la salle omnisports de Birkhadem d’Alger, à 23h, a indi- qué la Fédération algérienne de vol- ley-ball (FAVB) sur son site officiel. Cette finale, initialement program- mée pour ce week-end, a été déca- lée d'une semaine, en raison du déroulement du 4 e et dernier tournoi national comptant pour la 3 e phase du championnat national Une A qu'abrite la salle de Douéra (Alger), du 23 au 25 juin, et à l'issue duquel sera connu le champion d'Algérie de la saison 2015-2016. Par ailleurs, la finale de la Coupe d'Algérie des minimes-garçons, entre le CRB Chlef et la JS Messelmoune, se dé- roulera mercredi 29 juin à 22h, à la salle Beaulieu (Alger), ajoute la même source.

ATHLÉTISME 20 es Championnats d’Afrique senior à Durban

Marteau : 5 e place et record d’Algérie pour Bouzebra

La lanceuse algérienne, Zouina Bouzebra, s’est classée 5 e avec un jet de 61,62 m, en finale du lancer du marteau, mercredi, lors de la 1 re journée des 20 es Championnats d’Afrique d’athlétisme senior, qui se déroulent Kings Park Athletics Stadium, à Durban (Afrique du Sud). Grâce à ce jet, la native d’Amizour (Béjaïa) a réussi à amé- liorer son propre record d’Algérie du marteau féminin de 5 centimè- tres. L’ancien record était de 61,57 m, depuis le 10 mai 2014, à Casa- blanca. C’est la Sénégalaise Sene Amy qui a remporté la 1 re place et le titre africain, avec 68,35 m, devant la Burkinabaise Bam- bara Kimalou Laetitia (68,12 m) et la Tuni-

Bam- bara Kimalou Laetitia (68,12 m) et la Tuni- sienne Sarah Bensaad (62,53 m). Nos athlètes

sienne Sarah Bensaad (62,53 m). Nos athlètes n’étaient pas concernés par la 2 e journée, prévue jeudi 23 juin 2016. Nabil Ziani

34 e MEETING DE MADRID

400 m haies : Abdelmalek Lahoulou à 8 centièmes des minima

Le spécialiste des courses de haies, Abdelmalek Lahoulou, est de plus en plus proche de la qualification pour les jeux Olympiques-2016 de Rio de Janeiro. Lahoulou a réalisé un chrono très encourageant de 49 secondes 48 centièmes, jeudi soir, à l’issue du 400m haies de la 34 e édition du meeting international d’athlétisme de Madrid (Espagne), rem- porté par l’Américain Jeshua Anderson, en 48sec 96. Plus clairement, le natif de Jijel n’est plus qu’à 8 centièmes de seconde de son objectif principal, cette saison : se qualifier aux

JO-2016.

N. Z.

FOOTBALL

Ligues 1 et 2 : trois prêts au lieu de deux

Les clubs des deux Ligues professionnelles peu- vent faire trois prêts, au lieu de deux, comme fixé ini- tialement dans les dispositions réglementaires des deux compétitions publiées en fin de saison passée par la FAF. Néanmoins, un seul joueur peut être prêté par un club à un autre, a précisé, mercredi dernier, un communiqué de la première instance footballistique nationale. Plusieurs présidents de club s'étaient in- surgés contre la première mesure, lors de l'assemblée générale élective de la LFP, début juin. Le nombre des joueurs autorisés à être prêtés par leur club n'était pas limité par le passé.

Les derbies algérois risquent d’être délocalisés du stade du 5-Juillet

Les derbies des clubs du Centre évoluant en Ligue 1 risquent de ne plus se dérouler au stade du 5-Juillet, en raison du retard accusé par la direction de ce stade dans le paiement de la quote-part des clubs et de la Ligue de football professionnel (LFP). L'administra- tion du Complexe olympique Mohamed-Boudiaf est sommée de s'acquitter de la quote-part des clubs et de la LFP, «dans les plus brefs délais», précise un communiqué publié sur le site de la Fédération algé- rienne de football, ajoutant que si cette doléance n'était pas satisfaite, les derbies algérois n'auront dés- ormais pas lieu dans le grand stade de la capitale.

Le championnat des U21 baptisé « championnat d’Algérie de la réserve »

Le championnat national des moins de 21 ans (U21) changera d'appellation à partir de la saison prochaine, pour devenir le «championnat d'Algérie de la réserve», indique la Fédération algérienne de football (FAF) sur son site officiel. Cette décision a été prise par le bureau fédéral qui s'est réuni la veille au Centre technique de Sidi Moussa (Alger), précise la même source. L'USM Alger a remporté les quatre précédentes éditions du championnat des U21 de la Ligue 1-Mobilis.

Création des équipes nationales féminines U17 et U20

Le Bureau exécutif de la Fédération algérienne de football (FAF) a décidé de mettre sur pied les équipes nationales féminines des moins de 17 et 20 ans afin de préparer les futures échéances, dont la CAN-2018 et la Coupe du monde-2018. Cette décision a été prise, lors de la réunion statutaire tenue mardi au Centre technique national de Sidi Moussa (Alger), sous la présidence de Mohamed Raouraoua, patron de la FAF. «Un plan d'action a été élaboré par le staff technique national pour mettre sur pied, en sus de l’équipe nationale A, une sélection nationale fémi- nine des U17 et une sélection nationale féminine des U20, afin de préparer les futures échéances, dont la CAN-2018 et la Coupe du monde-2018», précise le communiqué de la FAF. Le programme des stages sera arrêté incessamment et les premiers regroupe- ments auront lieu dès octobre 2016.

CLASSEMENT FIFA DAMES

L’Algérie perd sept places (81 e )

La sélection nationale dames de football a perdu sept places au classement mondial de la Fédération inter- nationale (FIFA), du mois de juin publié hier, et pointe désormais à la 81 e place, alors que le Nigeria est toujours en tête des sélections africaines (37 e , avec 1.592 points). L'Algérie qui totalise 1.283 points, soit moins 28 pts que son dernier classement, se retrouve en 10 e position au niveau africain. Le meilleur classement mondial des Algériennes re- monte à décembre 2009, avec une 64 e place, tandis que son plus mauvais ranking date de 2013, avec une peu confortable 118 e position. Outre l'Algérie et le Nigeria, le Top 10 africain au classement FIFA du mois de juin est composé par ordre, du Ghana (46 e /1.487 pts), du Cameroun (47 e /1.484 pts), de la Guinée équatoriale (51 e /1.446 pts), de l'Afrique du Sud (52 e /1.442 pts), de la Côte d'Ivoire (62 e /1.386 pts), de la Tunisie (71 /1.313 pts), du Maroc (74 e /1.299 pts) et de l’Égypte (79 e /1.287pts). La sé- lection de Maurice est dernière au classement mon- dial, avec 335 points seulement, mais gagne, tout de même, quatre places. Le sommet de la hiérarchie du classement mondial féminin de la FIFA/Coca-Cola reste inchangé, avec les États-Unis qui dominent tou- jours, alors que la Suisse a atteint la 15 e place, soit le meilleur classement de son histoire. Le prochain clas- sement féminin sera publié le 26 août 2016.

e

Vendredi 24 - Samedi 25 Juin 2016

Sports

23

EL MOUDJAHID

TIRAGE DU TROISIÈME TOUR DES ÉLIMINATOIRES DU MONDIAL-2018 (ZONE AFRIQUE)

ÉLIMINATOIRES CAN-2017 (U17)

L’Algérie dans un groupe difficile

Pire que ça, on ne pouvait pas tomber. Le tirage au sort du troisième et dernier tour des éliminatoires du Mondial-2018 en Russie, qui s’est déroulé hier au Caire, n’a pour le moins pas été clément avec les Verts.

CE SOIR, À 22H, AU STADE OMAR-HAMADI :

ALGÉRIE - LIBYE

Les Verts tablent sur une victoire sécurisante

La sélection na- tionale des moins de 17 ans (U-17) table sur une victoire sé- curisante face à la Libye ce soir (22h00) au stade Omar-Hamadi de Bologhine en match aller du premier tour des éliminatoires de la Coupe d'Afrique de sa catégorie prévue en 2017 à Madagascar. L'Algérie n'a plus participé à une phase finale de la CAN des U-17 depuis 2009, lorsqu'elle a ter- miné deuxième du tournoi organisé à Alger. Les protégés de Saber Bensmain espèrent justement mettre un terme à huit années de disette en arra- chant le billet pour le prochain rendez-vous continental qui sera qualificatif à la Coupe du monde prévue la même année. Dans cette op- tique, le staff technique national a multiplié les stages et les matchs amicaux depuis son installa- tion il y a de cela plus d'une année. Il souhaite porter les fruits des efforts consentis dès cette première sortie officielle des siens. Le fait que le match retour, qui aura lieu mercredi, soit pro- grammé également à Alger en raison de la situa- tion sécuritaire précaire prévalant en Libye, augmente les chances des jeunes Algériens de va- lider leur billet pour le prochain tour éliminatoire. Les poulains de Bensmain ont participé, du 28 mai au 4 juin, au tournoi de l'Union nord-afri- caine de football (UNAF) de la catégorie au Maroc, et au cours duquel ils ont fait trois matchs nuls face au Burkina Faso (0-0), au Maroc (2-2) et à la Tunisie (1-1). A l'issue de ce tournoi, l'en- traîneur national avait relevé des «carences», no- tamment au niveau du secteur offensif qui «manquait d'efficacité», selon ses dires. Ce match aller face à la Libye sera officié par l'arbi- tre marocain Samir Guezzaz, assisté de ses deux compatriotes Mouhib Filali et Yahia Nouali, alors que le quatrième arbitre est le Marocain Hicham Tazi.

alors que le quatrième arbitre est le Marocain Hicham Tazi. T OPS Ligues 1 et 2

T

OPS

Ligues 1 et 2 Mobilis :

10 stades seulement homologués

Seuls 10 stades ont été homologués sur les 31 visités par la commission d'audit des stades de la Ligue de football professionnel (LFP) en Algérie, selon le rapport exposé par le président de la LFP, Mahfoud Ker- badj, lors de la réunion statutaire du bureau fédéral de la FAF tenue mardi à Alger. «Des réserves non suspensives ont été émises sur 16 stades, tandis que des réserves suspen- sives ont été émises sur 5 autres, 3 en Ligue 1 Mobilis et 2 en Ligue 2 Mobilis», précise un communiqué de la FAF publié hier sur son site officiel. Les stades homologués ainsi que ceux non homologués n'ont toutefois pas été dévoilés. Le coup d'envoi du champion- nat de Ligue 1 est prévu pour le 20 août. La Ligue 2, elle, démarrera le 2 septembre.

E n effet, l’Algérie a hérité du groupe de la mort. Les camarades de Mah-

rez évolueront désormais dans la poule «B», en compagnie du Nigeria, du Cameroun et de la Zambie. L’EN sera ainsi oppo- sée à trois sélections ayant déjà remporté la CAN, dont deux anciens mondialistes, à savoir les Lions indomptable et les Green Eagles. Pour arracher une qualification au Mondial de Russie, l’Algérie devra ter- miner en tête de son groupe. «C’est un tirage difficile. Nous avons hérité du groupe de la mort, comme on dit. Cepen- dant, la qualification n’est pas impossible», a tenu à souligner, dans une déclaration à la presse, le sélectionneur par in- térim des Verts, Nabil Neghiz, qui était présent dans la salle, à

Verts, Nabil Neghiz, qui était présent dans la salle, à l’issue de cette opération. À l’exception

l’issue de cette opération. À l’exception du derby Tunisie - Libye dans le groupe «A», il n’y aura pas d’autre rencontre entre pays arabes.

Par ailleurs, les autres sélec- tions arabes ont hérité de groupe relativement aborda- bleq. L’Égypte rencontrera le Ghana, l’ouganda et le Congo.

De son côté, le Maroc jouera la Côte d’Ivoire, que son séléc- tionneur Renard connaît bien, le Mali et le Gabon. Pour rap- pel, la phase des poule, qui se jouera en minichampionnat, débutera au mois d’octobre prochain. Rédha M.

Le tirage complet :

Groupe A : Tunisie, Libye, RD Congo, Guinée. Groupe B : Nigeria, Zambie, Algérie, Cameroun. Groupe C : Mali, Maroc, Gabon, Côte d’Ivoire. Groupe D : Cap-Vert, Afrique du Sud, Burkina Faso, Sénégal. Groupe E : Égypte, Ouganda, Congo, Ghana.

LIGUE DES CHAMPIONS D’AFRIQUE

Coup de tonnerre à Sétif : la CAF disqualifie l’Entente

Coup de tonnerre à Sétif : la CAF disqualifie l’Entente on sur ledit communiqué. La commission

on sur ledit communiqué. La commission de discipline s'est ap- puyée dans sa décision sur le rapport des officiels du match qui «ont constaté no- tamment un envahissement du terrain, ainsi que de nombreux jets de projectiles, de pierres, de bouteilles et de pétards, pro- voquant un certain nombre de blessés parmi les spectateurs et les forces de sécu- rité», précisait-on. Dans son communiqué, la CAF a pré- cisé qu'elle s'est référé au «Chapitre XII para 3 du règlement de la compétition sti- pulant que si l’arbitre est obligé d’arrêter le match avant sa fin réglementaire à cause d’un envahissement du terrain ou d’une agression contre l’équipe visiteuse, l’équipe hôte sera considérée comme per-

MCA

Premier stage d’intersaison en Tunisie

comme per- MCA Premier stage d’intersaison en Tunisie C'est un véritable coup dur que vient de

C'est un véritable coup dur que vient de subir l'Entente de Sétif. Le club des Hauts-Plateaux, mis en cause dans un envahissement du terrain lors du match de poules de la Ligue des champions, l'ayant op- posé samedi à Mamelodi Sun- downs (Afrique du Sud), s'est fait signifier sa disqualification de la compétition par la CAF, ce jeudi. L'Entente de Sétif a appris la nou- velle par la FAF, qui a été avisée un peu plutôt dans la journée, mais a pris ça avec des pincettes, étant

donné, ont affirmé les dirigeants, que la décision ne leur a pas été signifiée de manière effective. Mais un communi- qué de la CAF, publié tard dans la soirée, est venu confirmer la sentence et mettre fin au peu d'espoir qu'entretenait le Tout-Sétif de poursuivre l'aventure. Comme nous le disions donc, dans un communiqué, la commission de discipline de la CAF a pré- cisé que «la Commission d’Organisation des Compétitions Interclubs de la CAF a décidé d’appliquer les provisions du Cha- pitre XII para 3 des règlements de la Ligue des Champions de la CAF et de considérer l’équipe E.S. Sétif perdante et éliminée de la compétition et ce, sans préjudice aux au- tres sanctions qui peuvent être infligées par le Jury Disciplinaire de la CAF», lisait-

dante et sera éliminée de la com- pétition, nonobstant les sanctions prévues par les statuts et règle- ments.» Concernant le résultat dudit match, ce dernier est annulé, conformément à l’esprit de l’arti- cle XI.13 du règlement stipulant que : «Si une équipe se retire après le début des matches de groupe sans avoir joué la moitié des matches de groupe, l'ensem- ble des résultats des rencontres auquel cette équipe a participé est

annulé». Cette décision a naturel- lement provoqué une onde de choc à Sétif. Comme première mesure, Abdelkader Amrani a libéré tous les joueurs, pourtant mobilisés depuis deux semaines en prévi- sion de la deuxième journée des poules. Le groupe a eu droit à cinq jours de repos. De son côté, Hassan Hammar, qui a mis le pa- quet durant ce mercato pour monter une équipe capable de reconquérir le sacre afri- cain qu'elle a décrochée en 2014, devrait animer une conférence de presse au cou- rant de cette semaine pour réagir à cette décision. Une certitude à l'heure ou nous mettons sous presse, l'ESS ne fera pas appel. Amar Benrabah

Le MC Alger a débuté hier un stage de préparation de dix jours dans la ville fron- talière d'Ain Draham (Tunisie), trois jours après avoir repris l'entraînement en vue de l'exercice footballistique 2016-2017. Seize joueurs prendront leurs quartiers à Ain Draham en fin de journée après les défections de Farid Chaâl et d'Abdelghani Demmou, retenus en sélection olympique, de Zahir Zerdab, Zidane Mebarakou et d'Amir Karaoui. Ce dernier, en fin de contrat, est at- tendu demain à Alger pour rempiler avant de rejoindre ses coéquipiers en terre tuni- sienne, apprend-on de la direction du club. Le MCA, sous la houlette de son nou- vel entraîneur Djamel Menad, aura à ef- fectuer un deuxième stage à l'étranger durant l'intersaison, plus précisément dans la ville polonaise de Wisla du 9 au 25 juil- let. Le club phare de la capitale, qui parti- cipera la saison à venir à la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF), s'est bien renforcé cet été en en- gageant pas moins de huit nouveaux joueurs. Il s'agit de : Zahir Zerdab, Zidane Mebarakou (MO Béjaia), Brahim Boude- bouda (USM Alger), Antar Djemaouni

(ASM Oran), Hadj Bougueche (USM Harrach), Zakaria Mansouri (à titre de prêt du Paradou AC), Hichem Nekkache (CR Belouizdad) ainsi que du gardien de but, Kheireddine Boussouf (NA Hussein Dey). Le club récupère aussi son portier international olympique, Farid Chaâl, prêté la saison passée à l'USM Harrach. Selon le responsable de la section foot- ball, Omar Ghrib, «le recrutement n'est pas encore terminé et il se pourrait qu'il y ait encore deux autres arrivées».

L’AS Saint-Etienne relance Aissa Mandi

Ce n'est un secret pour personne. L'AS Saint Etienne lorgne depuis longtemps sur l'international algérien Aïssa Mandi. Le club stéphanois n'a jamais caché son intention de recruter le défenseur du stade de Reims, au- teur d'une bonne saison avec son club, mal- gré une relégation dans la dernière journée du championnat. Cependant, l'ASSE n'a pas fait d'offre susceptible d'intéresser les dirigeants des Ré- mois et encore moins celle du joueur en question, qui a annoncé vouloir changer d'air. D'autant plus que le club Anglais de

Middlesbrough a déjà proposé la somme de 3,5 millions d'Euros pour s'attacher les ser- vices de Mandi, alors que la formation espa- gnole de Malaga souhaite l'avoir pour 3 millions d'euros. «On a un accord depuis deux ans et c’est indépendant de la relégation du club. Cette année, il dispose d’un bon de sortie. Mandi est en discussion avec plusieurs clubs. Si on reçoit une proposition qui nous convient», a déclaré à la presse française le président de la formation rémoise, Jean Pierre Caillot. Les dirigeants du stade de Reims réclament

la somme de 4 millions, et pas moins, pour libérer le talentueux défenseur de 24 ans dont le contrat court jusqu'en juin 2018. Tou- tefois, les choses semblent bouger enfin dans ce dossier. Selon le journal l'Équipe, Chris- tophe Galtier, l'entraîneur des Verts, aurait fait pression sur les deux principaux action- naires de l'ASSE, Roland Romeyer et Ber- nard Caïazzo, pour recruter l'international algérien. Le club de Ligue Une française ne devrait donc pas tarder à formuler une nou- velle offre. À suivre

Rédha M.

AUTORITÉ DE RÉGULATION DE L’AUDIOVISUEL ni AdveRsAiRes ni ennemis L'Autorité de régulation de
AUTORITÉ DE RÉGULATION DE L’AUDIOVISUEL ni AdveRsAiRes ni ennemis L'Autorité de régulation de

AUTORITÉ DE RÉGULATION DE L’AUDIOVISUEL

ni AdveRsAiRes ni ennemis

L'Autorité de régulation de l'audiovisuel a tenu sa première rencontre, sous la direction de son président, Zouaoui Benhamadi, consacrée au plan d'action à venir.

C ette première réunion a été consacrée au plan d'action à venir,

notamment les instances pré- vues (commissions), le ca- hier des charges et les différents textes relatifs au secteur audiovisuel ainsi que sa relation avec les différents médias du champ audiovi- suel national, a précisé la même source. L'ARAV, une institution prévue par la loi relative à l'activité audiovi- suelle de 2014 pour réguler le champ audiovisuel en Al- gérie et consolider la mission du service public, a été ins- tallée, lundi dernier, par le Premier ministre, Abdelma- lek Sellal. L'ARAV n'a "ni adversaires ni ennemis" dans le secteur de l'audiovisuel, avait af- firmé M. Benhamadi, en marge de la cérémonie d'ins- tallation, ajoutant que cet or- gane compte travailler avec ces médias comme des parte- naires. "En tant qu'institution nouvelle, nous n'avons ni ad- versaires ni ennemis. Nous allons voir en chacun et cha-

ad- versaires ni ennemis. Nous allons voir en chacun et cha- cune des institutions de l'in-

cune des institutions de l'in- formation, plutôt un parte- naire avec lequel nous allons travailler et avancer", avait-il déclaré. Il avait ajouté qu'il allait essayer de faire un état des lieux de la situation de l'audiovisuel, relevant qu' "ensuite il y a tout simple- ment l'application de la loi". Cette Autorité indépendante assumera ses prérogatives à la fois en tant que garant et gardien de la liberté d'exer- cice du métier. L'ARAV est composée de 9 membres

nommés par décret présiden- tiel : 5 membres, dont le pré- sident, sont désignés par le Président de la République, 2 membres non parlemen- taires, proposés par le prési- dent du Conseil de la nation, et 2 membres non parlemen- taires, proposés par le prési- dent de l'Assemblée populaire nationale. Elle est chargée de garantir l'objecti- vité et la transparence, de veiller à la promotion et au soutien des deux langues na- tionales et de la culture natio-

nale et au respect de l'expres- sion plurielle des courants de pensée et d'opinion dans les programmes des services de diffusion sonore et télévi- suelle, notamment lors des émissions d'information po- litique et générale. En ma- tière de contrôle, l'Autorité doit, entre autres, veiller à la conformité aux lois et règle- ments en vigueur, de tout programme audiovisuel dif- fusé, quel que soit le support, s'assurer du respect des quo- tas minimums réservés à la production audiovisuelle na- tionale et à l'expression en langues nationales. Pour ac- complir ses missions, cet or- ganisme est doté de prérogatives d'instruire les demandes de création de ser- vices de communication au- diovisuelle et de se prononcer sur leur recevabi- lité, d'octroyer les fréquences mises à sa disposition par l'organisme public chargé, de la télédiffusion, en vue de la création de services de com- munication audiovisuelle ter- restre.

NOUVEAU SIÈGE DU GROUPE DE PRESSE EL WATAN

Les pRÉcisions de la wilaya d’Alger

La wilaya d’Alger a apporté des pré- cisions concernant le nouveau siège du groupe de presse El Watan, sis au quar- tier des Oasis, commune de Kouba, cir- conscription administrative de Hussein Dey, en ce qui concerne l’occupation des lieux. Dans un communiqué trans- mis vendredi à l’APS, la wilaya d’Alger précise qu’«après examen du dossier, il ressort que le dossier modificatif de per- mis de construction, déposé au niveau de l’APC de Kouba le 06/06/2016, a

reçu un avis défavorable pour les motifs suivants :

1- Le dossier non conforme au per- mis de construire initial délivré en octo- bre 2010, étant donné que le responsable du groupe a rajouté un étage en violation au permis de construction délivré. 2- Empiétement sur le domaine pu- blic d’une superficie environ de 1.400 m 2 en érigeant une clôture en dur, en in- fraction à la loi 90-29 modifiée et com- plétée relative à l’aménagement et à

TAJAMOU AMAL JAZAÏR

l’urbanisme, et le décret exécutif 91-175 définissant les règles d’aménagement, d’urbanisme et des constructions, et le décret exécutif 91-176 modifié et com- plété portant les modalités de délivrance des actes d’urbanisme. Aussi, conformé- ment à l’article 56 du décret 91-176, le certificat de conformité vaut permis d’habiter ou autorisation d’admission du public et du personnel, le requérant ne dispose pas de certificat de conformité pour l’occupation des lieux».

concrétisation du code d’honneur politique

Le président du parti Tajamou Amal Jazair (Taj), Amar Ghoul a fait savoir que sa formation politique avait entrepris des contacts avec la classe politique pour la concrétisation du code d'honneur poli- tique visant à moraliser l'action politique. "Nous avons des échos positifs", a-t- il assuré soulignant que son parti poursui- vra ses efforts pour consacrer une culture politique constructive qui sert l'intérêt gé- néral conformément à sa philosophie ar- ticulée autour de l'unité et du rejet de tout

facteur de division. Selon les explications fournies par Amar Ghoul à l'issue de l'ac- tivité de proximité, l'initiative qu'il pro- pose de mettre en œuvre vise à promouvoir l'action politique au service de la stabilité de l'Algérie en se démar- quant de l'invective, de l'alarmisme ou autre discours violent. Le code d'honneur politique tend, selon son initiateur, à his- ser le niveau du débat et à moraliser le discours politique et l'éloigner des calculs étroits. Concernant le projet de loi sur le

régime électoral, soumis au parlement, le président de Taj a plaidé en faveur d'un débat serein et constructif pour consolider les libertés consacrées par la Constitu- tion. Selon lui, la loi sur le régime élec- toral, doit faciliter les procédures de candidature et élargir les marges de liber- tés dans le cadre d'une action politique organisée loin des représentations folklo- riques et des shows politiques.

des représentations folklo- riques et des shows politiques. ils crient au scandale et à l’atteinte «à
des représentations folklo- riques et des shows politiques. ils crient au scandale et à l’atteinte «à

ils crient au scandale et à l’atteinte «à la liberté d’expression !» Bien mieux, ils trompent l’opinion publique en lui faisant croire que si les autorités les interroge à propos de leur démarche, c’est à cause de leur ligne éditoriale prétendument «indépendante». A l’évidence, ils veulent jouir d’une impunité et faire en sorte que leur fait accompli ne soit pas remis en cause par les autorités. Allez savoir comment qualifier un tel marchandage de la part de gens qui osent se présenter comme un exemple d’honnêteté intellectuelle et d’honnêteté d’entreprise ! Là aussi, il faut tout simplement faire en sorte que la loi et rien que la loi soit dite car il est plus qu’évident que la démocratie ne peut faire des pas importants en faisant l’éloge de la duplicité et en faisant l’économie de la justice au-dessus de tous.

Chérif Jalil

C OMMENTAIRE

n Comme toujours, certains

titres, font de la confusion

DIRE LA VÉRITÉ

les sources du journal électronique, la Direction de l’Urbanisme, de la Construction et de l’Habitat (DUCH) a refusé de délivrer un certificat de conformité de l’immeuble pour deux raisons : la construction un étage supplémentaire et une extension qui a «débordé sur un terrain appartenant à l’État». Voilà les faits simples et clairs confirmés hier par un communiqué de la wilaya d’Alger. Que les dirigeants du quotidien font semblant de ne rien savoir n'a rien d'innocent mais traduit bien une ligne de conduite qui fait passer leurs intérêts particuliers comme ceux des intérêts de la «presse indépendante». Quand les autorités publiques leur demandent des comptes sur des pratiques peu transparentes ou carrément illégales,

entre le mensonge et la vérité

une technique de propagande. Il en est ainsi du quotidien El Watan qui a annoncé en « urgence » sur son site Internet jeudi dernier le fait que les forces de police ont encerclé son nouvel immeuble sans donner d’explications, se contentant de dire qu’ils « ont reçu des instructions ». Or les dirigeants du quotidien, qui feignent de s’étonner ainsi de cette présence policière, savent bien de quoi il s’agit. Un journal sérieux dit la vérité à ses lecteurs. El Watan ne veut pas la dire surtout lorsqu’elle le concerne directement. La vérité c’est TSA qui va la révéler : si les policiers se sont déplacés sur les lieux, c’est juste pour vérifier si le bâtiment en question possède le certificat de conformité pour permettre son exploitation. Selon

FÊTE NATIONALE DU LUXEMBOURG

Le président Bouteflika félicite le Roi Henri

Le Président de la République Abdelaziz Boute- flika a félicité le Roi Henri, Grand-Duc de Luxembourg, à l'occasion de la fête nationale de son pays, lui réi- térant, dans un message, sa vo- lonté d'œuvrer "au développe- ment des rela-

tions d'amitié et de coopération" entre les deux pays. "Au moment où le Grand-duché de Luxembourg célèbre sa fête natio- nale, il me plaît de Vous présenter, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom person- nel, nos sincères félicitations et de Vous exprimer mes vœux les meilleurs de santé et de bien-être pour Vous- même, de progrès et de prospérité pour le peuple luxembourgeois ami", écrit le chef de l'Etat. "Permettez-moi de saisir cette agréable opportunité pour vous renouveler ma volonté d'œuvrer, avec Vous, au développement des relations d'amitié et de coopéra- tion entre nos deux pays pour les hisser au niveau des attentes de nos deux peuples", ajoute le Président Bou- teflika.

entre nos deux pays pour les hisser au niveau des attentes de nos deux peuples", ajoute

M. SELLAL REÇOIT L’ENVOYÉ PERSONNEL DU PRÉSIDENT SOUDANAIS

Évolution positive des relations

DU PRÉSIDENT SOUDANAIS Évolution positive des relations Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu, M. Kamel

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu, M. Kamel Eddine Ismail Saïd, ministre d'Etat aux Affaires étrangères, envoyé spécial et porteur d'un message du président de la Ré- publique du Soudan, Omar Hassan El-Bachir, au Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, indique un communiqué des services du Premier ministre. L'entretien a porté sur l'éva- luation des relations bilatérales qui connaissent "une évolu- tion positive et qui nécessitent d'être consolidées, compte tenu de la fraternité qui unit les deux peuples frères", ajoute le communiqué. L'entretien, a, par ailleurs, permis d'aborder un certain nombre de questions d'intérêt commun, notamment celles liées au monde arabe et africain et ce, à la veille de la tenue du Sommet arabe en Mauritanie et du sommet de l'Union africaine prévu les 17 et 18 juillet prochain à Kigali (Rwanda). Les deux responsables ont aussi échangé leurs vues sur des questions régionales et internationales. L'audience s'est déroulée en présence du ministre des Af- faires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, M. Abdelkader Messahel.

JUSTICE

Renforcement de la coopération algéro-espagnole

Le renforcement de la coopération entre l'Algérie et l'Es- pagne dans le domaine de la justice a été au centre d'un en- tretien jeudi entre le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, et l'ambassadeur d'Espagne à Alger, Alejandro Polango, indique un communiqué du ministère de la Justice. Lors de la rencontre, les deux parties ont abordé "les voies et moyens de renforcer la coopération bilatérale entre les deux pays, notamment dans les domaines juridique et judiciaire", précise la même source.