Vous êtes sur la page 1sur 2
BESOIN D’UN CONSEIL ? Avocats au Barreau de Grasse Reforme des tutelles Du majeur ineapable a la personne protégée Ila été précédemment relaté dans ces colonnes' que le législateur frangais avait initié en ce début de XX sigele ‘une refonte significative du droit de la famille, des personnes et du patrimoi- Pour mémoire, 1a loi du 3 décembre 2001 relative aux droits du conjoint survivant et des enfants adultérins a étendu la protection du premier et mis ‘un terme & Ja discrimination dont étaient victimes ces demiers, la notion ayant fit Fobjet d’une suppression pure et sim- ple. C’est ensuite la réforme de la filia- tion, initiée en 2002 (relative au nom dé famille et & autorité parentale), qui s'est achevée le 4 juillet 2005 en consa- crant Pégalité des filiations, suppri- ‘mant la distinction entre fiiations légi- time et naturelle Sont également intervenues les impor tantes réformes du divorce votée le 26 mai 2004, puis celle des succes- sions le 23 juin 2006, C’est aujourd’hui le nouveau - et tes attendu - texte de loi sur la protection juridique des majeurs du 5 mars 2007 qui est venu compléter les mesures relatives au statut des personnes’, Ce texte, qui entrera en vigueur au F* janvier 2009, modernise des dispo: sitions du Code civil remontant pout certaines & la loi du 3 janvier 1968, com- plétée en 1974. I! était temps. Depuis quelques années en effet plusieurs drives ont été dénoneées dans ce domai- ne, Ainsi institution de protection des ‘majeurs, originaitement dits « ineapa- bles » (I), s'adressait aux personnes vulnérabies: handicapés mentaux, per- sonnes séniles... Or l'allongement de Ja durée de vie a augmenté le nombre <'individus victimes d'une altération de leurs facultés mentales, tandis que les cas de maladie 4’ Alzheimer se sont Liavenir ultipligs. Parallélement, il a fallu faire face a une dégradation de la situation écono- ‘mique entrainant une paupérisation ‘grandissante d'une partie de la population, institution de protection a alors pris cn charge les victimes de cette pré risation et les marginaux-sociaux (sur- endettés, chémeurs, SDF ... ceux-ci de plus en plus jeunes) Les moyens de contréle judiciaire de ces ‘mesures de protection se sont révélés lar- ‘gement insuffisants, en l'état notamment du souseffectif des magisirals instance, ‘qui sont aussi juges des tutelles. Ceux-ei cumulent done Ia gestion du contentieux judiciaire de droit com- ‘mun avec Ja mise en place et la sur veillance des mesures de protection ainsi ordonnées, engorgement stent actuellerent un sei critique puisque ces mesures sont en cconstante augmentation (700 000 a ce jour, 1 million ici 2010 en prévision...) Diautre part, des abus et autres caren- ces professionnelles ont été reprochés ‘certains gestionnaires de ces mesures. Dés lors, initiative du Iégislateur a recueilli en la matiére wn avis unani- mement favorable, Cette réforme poursuit done quatre objectifst 1) Réaffirmer les principes de nécessité et de subsidiarité de la protection juridique Aux termes des dispositions nouvel- Jes, la mise sous curatelle ou tutelle ne devient possible que si la personne est atteinte d'une altération de ses facultés personnelles constatée par un certificat médical prévis et cireonstancié, Le délai de recours contre une décision dujuge se de 15 jours A un mois et peut Sappliquer aux decisions Couverture de tutelle mais aussi aux décisions de renouvellement et de transformation de la mesure. Liaudition dur majeur pro- tégé parle juge devient obligatoire, de :méme lnquéte sociale menée par Ie juge auprés de la personne A protéger et de son entourage. Les personnes vulnérables pour des raisons de difficultés sociales ou éco- rnomiques seront prises en charge dans Ie cadre de mesures d'accompagne- ‘ment social doubles soit des mesures laccompagnement social personnalisé (MASP), soit des mesures d'assistance judiciaire (MAJ), Le juge des Tutelles ne peut plus se saisit doffice, Par conséquent, les solu- tions alternatives a Ja tutelle seront étu- diges: des régimes de protection des per sonnes vulnérables moins atientatoires aux droits des personnes, plus respec- ‘ueux de leur dignité existent, De plus Jes membres de la famille seront prio: ritaires dans la désignation des tuteurs par le juge. 2) Replacer la personne au centre du régime de protection CChacun a le pouvoir dorganiser sa pro- tection future en ctéant fe mandat de pro- tection future. Ce nouveau dispositif Ee porsact de désigner & lavance un chargé de veiller sur ses intéréts et sur sa personne pour le jour 08 lage ou la maladie nécessiteront sa protection. Ce mandat sera mis en ouvre dés que F'al- tération des facultés aura été constatée, sans nécessiter l'intervention du juge Ainsi les parents d'un enfant handica~ pé pourront organiser sa protection juridique 4 Vavance pout le jour of ils ne seront plus capables de stoccuper de lui, Le mandat de protection future pourra étre souscrit sous seing privé ou sous forme authentique La loi afirme le principe de protection de la personne et non plus seulement du patrimoine. Ainsi dans le cas d'une tutelle ou dtane curatele la personne pro- ‘tégée sera systématiquement entendue sur Vopportunité de ouverture d'une mesure et sur le choix de la personne chargée de la protéger. Les mesures devront étre révisées tous les cing ans, La personne protégée prencra seule - dans lamesure oi son état le permet - les déci- sions personnelles la concernant (recon naissance ou déclaration d'abandon «fun enfant, exercice de fautorité paren- tale), de méme en matiére de santé ou de logement (décision d'une interven- tion chirurgicale bénigne ow mettant ‘gravernent en cause le respect du corps ‘humain). Son tuteur ou curateur devra informer et la soutenir, lui expliquer les décisions qu'il est amené a prendre et devra chercher & associer - dans la mesure de ses capacités - a la gestion de ses intéréts. Les tuteurs ou curateurs auront obli- gation de faire des comptes rendus des actes et actions effectués pour le comp te de la personne protégée. Les moda- lités de controle sont done réorgani- sées et renforcées. 3) Réorganiser les conditions activité des tuteurs et curateurs cextérieurs & la famille Lalloiprévoit que les mandataires judi- ciaires & la protection des majeurs devront obéir a des régles communes organisant leur formation, leur évalua- tion, leur contréle, leur responsabilité et leur rémunération, Le financement sera ‘unifié et défini selon des critéres plus équitables. La personne protégée par- ticipera aux frais nsultant de sa protection ‘dans la mesure de ses moyens et, en Tab- senee de ressources, un financement public assurera la rémunération des ‘mandataires 4) Instaurer un nouveau dispositit | social on favour des personnes | protégées La tutelle aux prestations sociales sera supprimée et remplacée par des mesu- res daccomnpagnement social personnalisé (MASP) et dassistance judiciaire (MAN). Files ont pour objet, en accord avec Vintéressé, ou sous la contrainte, de Vaider & gérer ses prestations sociales sison incurie compromet sa santé ou sa sécurité ‘Mr Agnés PROTON Tressort de ces quelques observations que cette réforme consacre bien la pro- tection de la personne elle méme et non plus de son patrimoine. Elle insis- te sur la nécessité de respecter les volontés de la personne vulnérable et donne Ia priorité& fa famille Les avocats seront amenés & poursuiv- re leur mission de défense et d’ac- ‘compagnement de la personne protéée dans le cadre futur des nouvelles dispo- sitions léxislatives — bien que souhaitable et souhaité In représentation de la personne vulné- 1. hve Cited dca? 1781. rable ou son assistance par un avocat ne sera pas obligatoire, mais les avo- cats pourront continuer & assister les personnes de plus en plus nombreu- ses qui le demanderont. Vavocat pourra étre désigné comune ‘mandataire dans le cadre du mandat de protection future, ~il sera aussi amené a rédiger ce der- rier, lequel peut éire établi sous se privé, En substance, la loi nouvelle tend done A rétablir la ventilation naturelle et tra- ditionnelle de la protection des per- sonnes dites « vulnérables » aux services sociaux les missions assistance aux naufragés écon miques et aux individus marginalis aux mandataires désormais profes sionnels la protection des victimes altération mentale. La question reste entiére cependant :ce redéploiement vers les services sociaux sera-til assorti des moyens financiers qui permettront la mise en place effe tive de I'accompagnement social ? Plus généralement enfin, il convient de souligner lactualité et l'internatio- nalité du sujet. En effet, les préoccupations a lorigine de cette réforme sont partagées par tous nos voisins européens. Il est cons tant que "Europe est uniformément confrontée au viellissement de sa popu- lation. Les différents Etats de I’'Union viennent done de réformet ou sont actuellement en cours de réforme de leurs systémes de protection des majeurs.* Lémergence de telles préoccupations similaires appellent li encore, dans ce domaine comme dans d’autres, i met- tre en place des solutions nationales harmonisées ct eohérentes au sein de la Communauté mad 14 ott 2006 «Dr hfe» Pe dijon Baro de Gra 2 Fete cba ETE tno Ra per ste Mea cent ao Ga Pont as Ta a TES cape Bigs ele ppl ne Coe coe ‘« Tris solicit, le rgime des belles va sre » : - . 1 Refael MET ME eae PTT ce eee tae 10 joer 307 ana st it et ot cc a ed “ata ee Tet Re Ae eases 4” on Seen eh le Src man ces Sg on gn ae Sa ee ee ——— tw ee ste | Bsabeth GraniersLarabet Agnes Proton, ‘rocate Barve de Gs.