Vous êtes sur la page 1sur 21

La Révolution ét lés éxpériéncés

politiqués én Francé jusqu’én 1851


La Renaissance rejetait le Moyen-Age, qualifié de période barbare. C’est la même chose avec
la Révolution : dès 1789, les contemporains vont qualifier la Renaissance d’Ancien Régime.

Problématique : Pourquoi peut-on dire que la France nouvelle établie pendant la


Révolution est en rupture avec celle d’avant 1789 et surtout marque-t-elle durablement la société
française ?

1
Table des matières
Chapitre 1 : La France à la veille de la Révolution ................................................................................... 4
I) L’absolutisme contesté par les Lumières ......................................................................................... 4
A) La monarchie absolue de Droit divin .......................................................................................... 4
B) Sa remise en cause par les Lumières........................................................................................... 4
II) Les causes sociales et économiques ............................................................................................... 5
A) Une société d’ordre dépassée ................................................................................................. 5
B) Une crise économique ............................................................................................................. 5
III) Les causes politiques : les modèles anglais et américain ............................................................... 5
A) Le modèle de la monarchie parlementaire anglaise ................................................................... 5
B) Le modèle de la République américaine ..................................................................................... 6
Chapitre 2 : la Révolution Française ........................................................................................................ 6
I) L’expérience de la monarchie Constitutionnelle (1789-1792) ......................................................... 6
A) Les trois Révolutions de l’été 1789 ............................................................................................. 6
1) La Révolution des Etats Généraux ........................................................................................... 6
2) La Révolution des villes ........................................................................................................... 7
3) La Révolution des campagnes ................................................................................................. 7
B) Une monarchie limitée................................................................................................................ 7
1) Une révolution des Droits ....................................................................................................... 7
2) De nouvelles institutions ......................................................................................................... 8
3) La nouvelle France................................................................................................................... 9
II) L’expérience de la République ...................................................................................................... 10
A) L’échec de la monarchie Constitutionnelle............................................................................... 10
1) Le divorce entre le Roi et la Nation ...................................................................................... 10
2) La guerre et la chute de la Monarchie .................................................................................. 10
C) L’expérience Républicaine..................................................................................................... 11
1) Les premiers pas de la République ........................................................................................ 11
2) La République menacée ........................................................................................................ 12
3) La Terreur .............................................................................................................................. 12
III) La République Conservatrice ........................................................................................................ 13
A) La fin de la Terreur .................................................................................................................... 13
B) La recherche d’un compromis : le Directoire ............................................................................ 14
D) L’échec du Directoire et la fin de la République.................................................................... 14

2
Chapitre 3 : Les expériences politiques en France entre 1799 et 1851 : héritages
conservés, héritages remis en cause ............................................................................................. 15
I) L’ambiguïté Bonapartiste ............................................................................................................... 15
A) Un pouvoir absolu : du Consulat à l’Empire.............................................................................. 15
B) La réorganisation de la France .................................................................................................. 16
1) Un Etat centralisé .................................................................................................................. 16
2) Les « masses de granit », ou l’encadrement de la société .................................................... 16
C) La pacification intérieure et extérieure..................................................................................... 16
II) La monarchie impossible (1814-1848) .......................................................................................... 17
A) La Restauration ......................................................................................................................... 17
1) La monarchie Constitutionnelle ............................................................................................ 17
2) Le retour à l’Ancien Régime : Le règne de Charles X ............................................................. 18
B) La monarchie de Juillet ............................................................................................................. 18
1) La Révolution de 1830 ........................................................................................................... 18
2) La Monarchie Parlementaire ................................................................................................. 19
3) Une évolution conservatrice à l’origine de la crise de 1848 ................................................. 19
III) La IIe République, ou la République incertaine............................................................................. 20
A) « L’Euphorie républicaine » ...................................................................................................... 20
B) La Revanche des partisans de l’Ordre ....................................................................................... 20
C) La République renversée ........................................................................................................... 21

3
Chapitre 1 : La France à la veille de la Révolution

I) L’absolutisme contesté par les Lumières


A) La monarchie absolue de Droit divin
Doc 2 p140

Les marques de la puissance Les marques de l’appartenance Les attributs religieux


politique à la Noblesse
- La main de la Justice - Le collier de l’ordre du - Manteau doublé d’Hermine
- Allégorie à la Justice Saint Esprit - Gants blancs
- Le sceptre - Talons rouges
(commandement)
- Fleur de lys
- Epée (militaire)
- Majorité de bleu

Monarchie absolue de droit divin :

- le Roi a le pouvoir
o législatif (création et modification)
o exécutif (nomme ses serviteurs, décide les guerres et dirige l’armée)
o judiciaire (juge suprême)
- Les Français sont appelés ses « sujets »
- Sacré par le Pape à Reims : représentant de Dieu sur Terre

Administration centralisée : Gouvernement du pays réservé au conseil des Ministres, cependant le


Roi, afin de pouvoir contrôler son grand royaume, nomme des intendants. Ce pouvoir reste
cependant limité, car le Roi doit se conformer à la loi Fondamentale (constitution non-écrite) qui va
régir par exemple la loi salique ; le Roi doit aussi prendre en compte le Parlement : tribunaux
provinciaux qui enregistrent les édits royaux, ils ont le droit de remontrances (droit de critique).

B) Sa remise en cause par les Lumières

Au XVIIIe siècle, l’absolutisme est contesté par les Lumières. Ces philosophes veulent libérer l’homme
de toutes les formes de dépendance grâce au progrès de la raison : livres, encyclopédies, nouvelles
philosophiques.

 Les Salons sont des lieux où vont se réunir les philosophes pour discuter ; ils sont situés dans
des maisons de nobles, généralement des femmes.
 Les Académies sont des sociétés pour discuter des nouvelles idées.
 Formation de l’Opinion publique : ensemble des avis exprimés librement mais surtout
indépendamment du pouvoir en place.

4
II) Les causes sociales et économiques
A) Une société d’ordre dépassée

Le Tiers-Etat est accablé par les privilèges de la noblesse et du clergé, en particulier par les impôts : la
taille et la gabelle.

Le Tiers-Etat est cependant à la base de l’économie, il aspire donc à des Droits politiques qui
correspondent à son rôle dans la société.

B) Une crise économique

Crise de subsistance à veille de la Révolution dû à l’augmentation du prix des céréales et donc du


pain, qui va entraîner des problèmes sociaux.

Vont intervenir les contrôleurs généraux des finances, qui vont réformer le système de financement
de l’Etat en taxant les riches. Cette proposition sera rejetée, ceci étant une des principales raisons de
la Révolution.

III) Les causes politiques : les modèles anglais et américain


A) Le modèle de la monarchie parlementaire anglaise
Page 144

1. Quels sont les principes proclamés par ce texte ? (doc 2)


 Présomption d’innocence, on dit à la personne pourquoi elle est condamnée. Création de
la Caution.
2. Quelle pratique française est en contradiction avec l’Habeas Corpus ? (doc 2)
 L’arbitraire Royal
3. Qui sont les auteurs de ce texte ? (doc 3)
 Les représentants du peuple (Communes)
4. Quels sont les grands principes de cette déclaration ? Lequel remet le plus en cause
l’absolutisme ? (doc 3)
 Le pouvoir royal est limité aux décisions du Parlement. Le 1er article est le plus important.

Les Anglais : en 1649, Charles 1er est décapité et l’Angleterre va tenter de mettre en place ne
République, avec Cromwell. Mais, en 1660, le Parlement rétablit la monarchie : Charles II va accepter
en 1679 l’Habeas Corpus.

Ensuite, la Glorieuse Révolution va amener Guillaume d’Orange à la tête de l’Angleterre, mais son
pouvoir sera limité (Bill of Rights) : Monarchie Parlementaire.

5
B) Le modèle de la République américaine
Page 145

1. Qui sont les auteurs de ce texte ?


 Congrès Général
2. Qui est le juge suprême qu’ils prennent à témoin ?
 Dieu est le juge suprême
3. A quels droits nouveaux les hommes peuvent-ils prétendre ?
 Liberté, Egalité, droit à la vie, à la recherche du bonheur, à la décision du Gouvernement
et droit à l’insurrection.
4. Quels sont les trois principes nouveaux de cette organisation des pouvoirs ?
 Séparation des pouvoirs, gouvernement fédéral, élections par le peuple.

Les Etats-Unis étaient avant une colonie Anglaise, donc soumise à la monarchie anglaise.

Les relations vont se tendre au point d’aboutir à la Déclaration d’indépendance le 4 Juillet 1776. Cela
va entraîner une guerre. Les Insurgents, colons révoltés, vont prendre les armes contre l’Angleterre
aux côtés de la France. Les Américains vont gagner, et vont créer une constitution en 1787.

Constitution : loi fondamentale écrite qui définit l’organisation de l’Etat ainsi que son
fonctionnement. Elle forme une République qui garantit la séparation des pouvoirs et qui prend la
forme de Fédération.

Conclusion : Il existe des causes qui s’inscrivent dans la longue durée, et d’autres plus immédiates
(crise financière).

Chapitre 2 : la Révolution Française

Problématiques :

 Quelles sont les transformations que connaît la France pendant la Révolution ?


 Quels en sont les principaux acteurs ?

I) L’expérience de la monarchie Constitutionnelle (1789-1792)


A) Les trois Révolutions de l’été 1789

1) La Révolution des Etats Généraux

Louis XVI prend la décision de convoquer les Etats Généraux en mai 1789 (Réunion exceptionnelle)
pour régler la crise financière. Ils n’ont pas été réunis depuis 1614. Pour cela, le peuple va devoir élire
les députés et rédiger les cahiers de doléances.

Les 3 ordres remettent en cause la monarchie absolue. Les Etats Généraux se tiennent à Versailles le
5 Mai 1789. Les tensions sont déjà présentes : augmentation du nombre de députés du Tiers-Etat,
mais vote par Ordre. Le Tiers-Etat trouve cela inadmissible, il estime qu’il détient la souveraineté

6
nationale. Il va donc faire une décision importante : le 17 Juin 1789, ils se déclarent Assemblée
Nationale. Ils se donnent le pouvoir de voter les impôts et les lois. Le Roi va donc fermer la salle de
Réunion du Tiers-Etat. Ils vont alors choisir la salle du Jeu de Paume.

 20 Juin 1789 : serment du jeu de Paume, où les députés du Tiers-Etat déclarent qu’ils ne se
sépareront jamais avant la rédaction d’une Constitution.
 9 Juillet 1789, les députés des deux autres Ordres acceptent de siéger auprès du Tiers-Etat.
Les Etats-Généraux sont donc proclamés Assemblée Nationale Constituante. Louis XVI réagit
en assemblant des troupes autour de Paris.

2) La Révolution des villes

Le peuple parisien s’inquiète des troupes : il craint un complot. Il va prendre les armes et se
constituer en Garde Nationale, commandée par Lafayette.

 14 Juillet 1789 : la Garde Nationale prend la Bastille, symbole de l’arbitraire royal.

3) La Révolution des campagnes

Les événements des villes vont avoir un incident dans les campagnes : c’est la Grande Peur. Les
paysans vont prendre les « nouveaux mendiants » pour des voleurs au service de la Noblesse.

Les paysans vont s’armer contre les brigands puissants, s’attaquer aux châteaux et brûler les titres de
Noblesse.

Doc 3 page150

Dans la nuit du 4 Août, on abolit les droits seigneuriaux et les privilèges : la Déclaration marque la fin
de l’Ancien Régime. Mais il faut la nuancer : les droits sont déclarés rachetables. Les paysans censés
les racheter n’ont pas forcément les moyens.

B) Une monarchie limitée

1) Une révolution des Droits

Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen : Doc 1 page 148

7
2) De nouvelles institutions
Lecture d’organigramme :

 Titre
 Légende interne (cases)
 Légende externe
 Flèches : double et simple sens
 Analyse des mots qui composent l’organigramme
 Catégories d’organigrammes :
 Hiérarchiques

 Réseau

 Plusieurs niveaux : catégories

8
La Constitution de 1791 (septembre) instaure une monarchie constitutionnelle : le pouvoir du Roi est
défini et limité par la Constitution. Les pouvoirs sont séparés : le Roi détient l’exécutif avec ses
ministres, l’Assemblée Nationale détient le législatif et les tribunaux le pouvoir judiciaire. La
composition de ces tribunaux se fait par élection.

Cependant, cette Constitution ne correspond pas exactement à la DDHC :

 Le peuple n’intervient pas dans sa totalité (suffrage censitaire masculin) et pas non plus dans
les affaires nationales (suffrage indirect).
 L’accès aux charges publiques et aux emplois de manière égalitaire est remis en cause.
 La souveraineté nationale est mise aux mains d’une minorité.
 La séparation des pouvoirs n’est pas totale à cause du droit de véto du Roi sur l’Assemblée.

Le Roi va être représenté de manière différente :

- Attribut monarchique : croix de l’ordre du Saint Esprit (seulement)


- Attribut Révolutionnaire : cocarde tricolore (symbole de la Bastille)
- Epée sur laquelle est gravé « La Loi »

Cette Constitution est rédigée juste avant, d’où le titre « Louis XVI en Roi Citoyen »

3) La nouvelle France

 Dans cette nouvelle France, les réformes nombreuses vont concrétiser les idées de
souveraineté nationale, de liberté et d’égalité.
 C’est à ce moment que sont créés 83 départements qui vont remplacer le découpage des
provinces d’Ancien Régime. Grâce à ces découpages, les douanes et les péages sont
supprimés.
 Unification des poids et des mesures.
 En 1791, deux lois (d’Allarde et Le Chapelier) vont :
o Supprimer les corporations (regroupement de personnes d’un même métier dans
une même ville) qui fixent leurs propres règles : on estime qu’elles vont à l’encontre
des progrès industriels et économiques.
o Interdiction des regroupements d’ouvriers
 Application de l’égalité devant l’impôt, remplacé par 3 grandes contributions financières,
proportionnelles à la richesse.
 L’Assemblée Nationale va réorganiser complètement les institutions religieuses :
o Nationalisation des biens du clergé, devenant biens nationaux, appartenant à l’Etat
(Juillet 1790)
o Constitution Civile du Clergé : les prêtres et les curés deviennent fonctionnaires,
payés par l’Etat. En échange, ils doivent prêter serment de fidélité à la Nation et au
Roi. Les Prêtres sont élus. Division du Clergé en deux :
 Les « Jureurs » prêtent serment
 Les « Réfractaires » refusent de prêter serment
o Désormais, les Protestants et les Juifs ont les mêmes droits que les Catholiques.
 Apprentissage de la vie politique :

9
o On peut débattre librement, à l’Assemblée et dans les Clubs (Jacobins, Cordeliers, …)
o Mise en place « d’affinités politiques » :
 Les conservateurs seront sur les bancs de droite
 Les progressistes à gauche
o Les journaux ont un rôle essentiel dans la vie politique.

II) L’expérience de la République


A) L’échec de la monarchie Constitutionnelle

1) Le divorce entre le Roi et la Nation

En réalité, le Roi n’a jamais accepté le nouveau régime imposé. Il va tenter de fuir le 20 Juin 1791 de
Paris pour rejoindre les émigrés (nobles et membres du clergé ayant quitté la France suite à la
Révolution : ce sont des Contre-révolutionnaires)

Le Roi est reconnu à Varennes, arrêté et ramené à Paris. Cela va le discréditer complètement.

 Mouvement de Républicains, autour du club des Cordeliers, qui va appeler à la signature


d’une pétition le 17 Juillet 1791 contre la Royauté, sur le champ de Mars. La garde Nationale
va fusiller les Révoltés.
 Signature de la division de la France

2) La guerre et la chute de la Monarchie

Octobre 1791 : L’Assemblée Législative entre en fonction, cependant très vite des divisions vont
apparaître, notamment car L’Assemblée doit prendre une grave décision : l’entrée en guerre ou non
contre les grandes monarchies européennes.
Pour la Guerre

Contre la Guerre

•Le Roi veut la défaite pour •Robespierre (extrême gauche)


retrouver son pouvoir qui:
•Les Feuillants (droite) •veut consolider la Révolution
comptent sur la victoire pour à l'intérieur avant de la mener
renforcer la monarchie à l'extérieur
constitutionnelle •estime que les pays voisins
•Les Brissotins (gauche) doivent faire leur propre
comptent sur la victoire pour: Révolution, suivre leur propre
•exporter la Révolution chemin
•démasquer ledouble-jeu du
Roi

10
Le 20 Avril, on déclare la Guerre à l’Empereur d’Autriche.

Sans-Culotte :

- Bonnet Phrygien : symbole de la Liberté


- La cocarde tricolore : symbole de Paris
- Un pantalon : s’oppose à la culotte Aristocratique
- Une chemise, la carmagnole
- Une pique : symbole du militant révolutionnaire

Les Sans-Culottes ne sont pas des paysans ou des pauvres : ils appartiennent à la petite bourgeoisie
(urbaine la plupart du temps).

Après de nombreuses défaites, un craint un complot aristocratique.

10 Aout 1792 : prise des Tuileries par les Sans-Culottes, le Roi est mis en prison. Les Sans-Culottes
deviennent force politique. Ils vont réclamer le suffrage universel ainsi qu’une démocratie directe. Le
peuple va prendre les armes, des troupes importantes (surtout les Marseillais), vont accomplir la
« marche du Rhin », en chantant la « Marseillaise », un symbole important.

 Ceci donne du poids aux revendications populaires

L’Assemblée Législative se sépare et est remplacée par la Convention Nationale, qui est élue pour la
première fois au suffrage universel.

 22 Septembre 1792 : proclamation de la République

C) L’expérience Républicaine

1) Les premiers pas de la République


3 groupes principaux sont formés :

Les Girondins

•anciens Brissotins
•aile droite de la Convention
•députés libéraux
•ils condamnent la violence des Sans-Culottes
•ils sont pour une République décentralisée (modèle fédéral)

Les Montagnards

•Robespierre, Danton, Marat, ...


•pour une république populaire
•ils s'appuient sur les Sans-Culottes
•pour une République centralisée
•groupe de gauche

La Plaine

•ou le Marais
•partir du centre
•ils sont en majorité plus modérés

11
La Convention veut poursuivre l’Ordre Révolutionnaire. Pour cela, elle va accepter une nouvelle
Constitution avec un nouveau préambule.

Voir Constitution de 1793

 La République adopte un Calendrier Révolutionnaire, pour faire rupture avec l’Eglise. Les
mois sont nommés par des éléments de la nature.
 Abolition de l’Esclavage

L’Assemblée Législative décide en Décembre 1792 la mise à mort du Roi. Les Montagnards veulent le
tuer, les Girondins refusent. Louis XVI sera guillotiné me 21 Janvier 1793.

2) La République menacée

 De l’extérieur :
- Les attaques contre les grandes monarchies européennes entraînent :
 Une coalition des monarchies
 La décision de la Convention à lever 300 000 hommes
 De l’intérieur :
- La Guerre de Vendée : une majorité de personnes catholiques et royalistes vont être
choquée par « l’assassinat »de Louis XVI. La levée de 300 000 hommes va faire
éclater la Révolte.
- Tensions dans les villes, notamment à Paris
 Le 2 Juin, Révolte des Sans-Culottes qui vont assiéger la Convention pour
réclamer le départ des députés Girondins, qui seront arrêtés et emprisonnés
 Soulèvement des grandes villes de Province : ils dénoncent la dictature
centralisatrice de Paris (= Révolte Fédéraliste)
A l’Automne 1793, la République est assiégée. Face à cette menace, la Terreur est mise en place.

3) La Terreur

Mars 1793 : la Convention va confier le gouvernement à un comité de salut public, principal organe
du Gouvernement. Il est mis en place pour faire appliquer très rapidement les lois. Il se compose de 9
à 14 membres, dont Robespierre.

La Terreur est mise en place en Septembre 1793, on fait adopter la « Loi des Suspects ». Mise en
place en plus du « Comité de Sûreté Générale » (police). Le Comité arrête les suspects et les défère
au Tribunal Révolutionnaire.

Tribunal Révolutionnaire (voir fiche) :

- Il fonctionne par décision arbitraire


- La définition du suspect est relativement floue
- Les décisions se prennent à l « va-vite » et sans aucun respect des droits de l’accusé
- Une seule sentence est possible : la mort par décapitation

Le Gouvernement est encadré par les mouvements populaires à deux échelles :

12
 A Paris, les Sans-Culottes et le club des Jacobins
 En Province, les sociétés populaires

La Terreur va fonctionner : on va arrêter des milliers de personnes et les Révoltes de Vendée et


Fédéralistes vont être écrasées.

On compte 16 000 morts par la guillotine (sûrement plus à cause des exécutions collectives) en une
année. En Vendée, on compte 130 000 morts plus ceux des révoltes Fédéralistes (200 000 au total)

Les Montagnards se divisent, pour ou contre l’arrêt de la Terreur :

 Danton réclame la fin de la Terreur


 Hébert veut la renforcer
 Robespierre estime que ces extrêmes sont dangereux : il va les guillotiner tous les deux (et
leurs partisans)

La Plaine va s’inquiéter du pouvoir de Robespierre : elle va le faire arrêter le 9 Thermidor An II (27


Juillet 1794) et le guillotiner le lendemain.

III) La République Conservatrice


Pourquoi elle n’arrive pas à stabiliser la Révolution ?

A) La fin de la Terreur

Les Thermidoriens (en faveur de l’exécution de Robespierre) sont des députés modérés, issus de la
Plaine. Ils sont attachés à une République Bourgeoise. Ils vont abolir la loi de la Grande Terreur. Très
vite, ils vont devoir faire face à une crise économique et sociale, à cause de la Guerre Civile. Les Sans-
Culottes vont se révolter à Paris, ils réclament du pain et l’application de la Constitution de 1793.
Sous le gouvernement des Montagnards et des Girondins, on avait fixé les denrées de base. La
Convention des Thermidoriens va remettre le Libre-prix et les prix vont monter fortement. Les
Contre-Révolutionnaires vont former deux mouvements :

 La Terreur Blanche : les Royalistes vont exercer de nombreuses violences, surtout dans le
Midi de la France.
 La Chouannerie : dans l’Ouest de la France (Bretagne), naît en même temps que le
mouvement de Vendée, mais ne vont pas y participer. Une fois la guerre de Vendée, ils vont
appliquer des attaques anti Républicaines

La Convention va supprimer les Sans-Culottes et la Chouannerie, mais laisser la Terreur Blanche.

13
B) La recherche d’un compromis : le Directoire

Voir organigramme

Pour les Thermidoriens, c’est la République des « Meilleurs » (les propriétaires).

Suppression des sociétés populaires (Jacobins, …) et limitation du mouvement royaliste : Toute


personne ayant vécu hors de France sans raison est supprimé de sa citoyenneté.

Organisation de la France en agissant sur l’éducation pour moderniser l’enseignement :

 Création de « L’Ecole Normale Supérieure »


 Création de « l’Ecole Polytechnique »
 Création des « Ecoles Centrales » (secondaire) pour former les jeunes entre 12 et 18 ans. Il
en existe une par Département.
 Education pour les élites alors qu’à ce moment-là le peuple est indigné par
l’affichage luxueux de la Bourgeoisie. Ce problème d’inégalité va emmener à l’échec
du Directoire.

D) L’échec du Directoire et la fin de la République

2 oppositions se forment :

 A « gauche », dans la « Conspiration des égaux », avec Babeuf à la tête. Ils demandent un
système collectiviste, où la propriété de la terre est supprimée et l’application de la
Constitution de 1793 (sociale). Cependant, cette conspiration va être écrasée par le
Directoire, et Babeuf va être exécuté en 1792.
 Les Royalistes demandent de plus en plus fort le retour à une monarchie Constitutionnelle.

Les victoires se succèdent et donnent de plus en plus de pouvoirs aux généraux. Ceux-ci
interviennent dans la politique pour réprimer les forces d’opposition.

1792 : Plusieurs événements qui vont aller à l’encontre du régime :

 Nouvelle coalition des monarchies européennes contre la France.


 A l’Assemblée, la gauche prend le pouvoir.
 Le Directoire fait appel à Napoléon Bonaparte afin de rétablir l’ordre. Il va faire un
coup d’Etat le 18 Brumaire An VIII (17 Novembre 1799) et il met fin au Directoire
pour mettre le Consulat en place.

14
Chapitre 3 : Les expériences politiques en France entre 1799 et 1851 :
héritages conservés, héritages remis en cause

Problématiques :

 Quel est le régime le plus approprié aux aspirations des Français ?


 Comment concilier les acquis de la Révolution avec des institutions stables ?

I) L’ambiguïté Bonapartiste
A) Un pouvoir absolu : du Consulat à l’Empire

Pour avoir un soutien national, Napoléon demande au peuple français d’adopter ce régime par
plébiscite : il va aussi faire accepter par ce biais la Constitution de l’an VIII :

 Suffrage universel, mais pas de régime démocratique


 Elle maintient la République, mais elle est fondée sur un pouvoir exécutif fort : c’est la base
du Consulat

Napoléon est Premier Consul, nommé pour 10 ans et rééligible. Il nomme les juges, les Ministres,
mais surtout le Conseil d’Etat : il dirige tout.

En 1802, Napoléon est nommé Premier Consul à vie.

En 1804, il est couronné Empereur (2 Décembre) à Notre-Dame de Paris. Il va régner sous le nom de
Napoléon Ier. La France devient un Empire.

Tableau de Napoléon Ier :

Symboles de la monarchie traditionnelle Nouveaux Symboles


- sceptre - globe
- hermine - aigle impérial
- main de la justice - couronne de laurier
- épée - manteau bradé d’abeilles
- trône - collier de la Légion d’Honneur
- Pouvoir Impérial

Napoléon agit donc en véritable souverain. Sur les portraits officiels, il va se représenter comme ses
prédécesseurs, mais en rajoutant les attributs impériaux.

15
B) La réorganisation de la France

1) Un Etat centralisé

Napoléon veut rétablir l’ordre et en terminer avec la Révolution :

- Institution du Préfet, nommé par le pouvoir exécutif. Un Préfet est à la tête de chaque
Département. Il veille au fonctionnement de l’administration et surveille le paiement des
impôts/ Il est le relais du pouvoir central de Paris.
- Institution de la Banque de France, qui a le monopole de frappe de la monnaie : le franc
germinal, monnaie stable jusqu’à 1914.

2) Les « masses de granit », ou l’encadrement de la société

Le Code Civil de 1804 a été institué pour regrouper les lois éparses et les coutumes orales en un seul
document.

Il va :

- unifier le droit français, mais aussi le simplifier


- confirmer les droits acquis en 1789 (en particulier l’égalité dans les droits)
- garantir la propriété
- réaffirmer les valeurs familiales
- affirmer l’autorité paternelle

Néanmoins, si l’égalité civile est décrétée, elle n’est pas présente dans les faits : la femme est
l’inférieure de l’homme.

En 1802, Napoléon rétablit l’esclavage.

Il va instaurer un système pour contrôler la population ouvrière : le « livret ouvrier ». Ce livret est
donné par le Département de Police, signé par les ouvriers et les patrons. Il permet de contrôler les
déplacements. En parallèle, il supprime le droit de grève.

Napoléon estime que l’éducation est primordiale : il crée les lycées en 1802. Cependant, les lycées
permettent seulement de former les futurs cadres de la France : c’est un symbole de l’élitisme.

Napoléon crée la légion d’Honneur, qui sert à récompenser les meilleurs serviteurs de l’Etat.

C) La pacification intérieure et extérieure

Napoléon veut changer les relations avec l’Eglise, tout en maintenant les acquis de la Révolution :

 Il continue la nationalisation des biens du clergé et le serment du clergé à l’Etat.


 Cependant, un important changement est mis en place : le Pape institue les évêques
 On lui redonne du pouvoir

16
Ceci est un moyen de contrôler la population française. Napoléon veut combler les fractures de la
Révolution, et estime qu’un retour à l’ordre doit passer par la religion.

En 1801, Napoléon et le Pape signent le concordat.

Concordat : traité conclu entre un Etat et l’Eglise Catholique.

On écrit que la religion catholique n’est plus une religion d’Etat, mais celle de la majorité des
Français.

Napoléon arrive à maintenir les principes de la Constitution Civile du Clergé, mais va reconnaître
l’autorité du Pape sur l’Eglise catholique française.

Napoléon met fin aux 10 ans de Guerre, il va remporter de grandes victoires en Italie et sur le Rhin.
Ces victoires permettent de signer des traités de paix avec l’Autriche, l’Allemagne et l’Angleterre.

Mais il veut aussi fonder un grand Empire : il va aller jusqu’en Russie, mais aussi aux Balkans, en
Espagne et en Europe de l’Est

Mais cela, va s’empirer, car l’effort de guerre est très lourd, et les fêtes s’accumulent.

En Avril, 1814, Napoléon va être obligé d’abdiquer. Il va revenir après 100 jours, le 1er Mai 1815, et va
mettre en place un Empire moins autoritaire, mais il va subir la défaite de Waterloo. Il va de nouveau
abdiquer définitivement le 12 Juin 1815.

Un nouveau régime se met en place : la Restauration.

II) La monarchie impossible (1814-1848)

Problématique : Comment les régimes monarchiques vont concilier l’héritage Révolutionnaire tout en
restaurant la Royauté ?

A) La Restauration

1) La monarchie Constitutionnelle

On appelle le frère de Louis XVI, qui monte sur le trône sous le nom de Louis XVIII.

En Juin 1814, Louis XVIII va octroyer aux Français une charte Constitutionnelle.

Il forme un régime ambigu :

 Conservation d’une partie des acquis de la Révolution


 Il maintient le Code Civil
 Les libertés individuelles, les égalités civiles et le droit à la propriété restent affirmés

17
 Retour à une monarchie absolue
 Royauté d’essence divine
 La séparation des pouvoirs n’est pas respectée
 La charte forme un pouvoir non démocratique :
o suffrage censitaire
o pouvoir du Roi très important

Ce pouvoir est fondé sur la légitimité monarchique : le pouvoir appartient à la dynastie régnante et
non pas au peuple. Le peuple n’émane plus de la Souveraineté Nationale.

Louis XVIII meurt en 1824, il va être remplacé par son frère Charles X.

2) Le retour à l’Ancien Régime : Le règne de Charles X

Il va s’appuyer sur le courant politique des Ultras.

Charles X et les Ultras sont pour le retour d’une monarchie absolue de Droit Divin.

En 1825, Il va se faire sacrer à Reims, symbole du retour à la monarchie de Droit Divin.

Il va :

- Engager une large surveillance de la presse


- Mener des arrestations multiples
- Indemniser les Immigrés

Néanmoins, il reste une pluralité politique : les Libéraux (opposants) sont fidèles aux principes de
1789, mais sont bourgeois : régime parlementaire mais suffrage censitaire. Ils emportent la majorité
en 1830.

Charles X régit en publiant 4 ordonnances (lois royales obligatoires) :

- Restriction des Libertés


- Dissolution de l’Assemblée

Suite à cela, Révolution du peuple de Paris.

B) La monarchie de Juillet

1) La Révolution de 1830

Les Trois Glorieuses (27-28-29, Juillet 1830) met fin à la restauration. Fin de la dynastie des Bourbons,
remplacée par les Orléans, dirigés par Louis-Philippe, duc d’Orléans. Car à travers Louis-Philippe, on
espère une monarchie qui respecte les acquis de 1789.

18
2) La Monarchie Parlementaire

Louis-Philippe va fonder une véritable monarchie Constitutionnelle, car il partage l’initiative des lois.

 Le Suffrage reste censitaire, mais il est élargi


 La Charte n’est plus octroyée, mais un pacte entre le Roi et la Nation
 Louis-Philippe va réaffirmer les Libertés Individuelles et Collectives
 Le Préambule de la Charte est supprimé

Ce n’est pas un régime clairement parlementaire en théorie, mais en pratique le Parlement est
renforcé.

Portrait de Louis-Philippe, « Roi des Français » (choisi par la Nation)

- Pas d’attributs monarchiques


- Tenue de la Garde Nationale
- Prête serment sur la Charte

3) Une évolution conservatrice à l’origine de la crise de 1848

La popularité de Louis-Philippe va être de courte durée, car la monarchie va être contestée par :

- Les Légitimistes : contre la branche des Orléans, partisans des Bourbons. Ils sont composés
des Ultras et d’autres partis plus modérés.
- Les Républicains

Des soulèvements populaires apparaissent à Lyon et Paris.

Mais le Gouvernement des Orléanistes est lui-même divisé :

- « Parti du Mouvement » : il veut continuer les réformes, comme le suffrage censitaire plus
élargi
- « Parti de la Résistance » : il est conservateur.

Louis-Philippe est favorable au « Parti de la Résistance », car en 1840 il va confier le gouvernement à


François Guizot, un des membres du parti.

 Politique de plus en plus conservatrice, qui s’appuie sur la bourgeoisie.


 Restriction des libertés et répression des manifestations.

1846 : Début d’une grande crise économique, qui va porter un coup fatal à la monarchie :

Les Républicains vont exploiter les mécontentements populaires ; mais les Réunions politiques ont
été interdites, donc des banquets se tiennent partout en France, pour faire part des revendications
(suffrage universel).

19
Néanmoins, en 1848, un grand banquet à Paris est interdit.

 Immenses manifestations
 Abdication de Louis-Philippe

La République est proclamée le 24 Février 1848, elle prend le nom de IIe République.

III) La IIe République, ou la République incertaine


A) « L’Euphorie républicaine »

 Retour au suffrage universel masculin


 Pouvoir législatif fort, mais Président de la République
 La presse n’est plus censurée
 La peine de mort pour raisons politiques est abolie
 En 1848, l’esclavage est aboli

« L’esprit 1848 » :

- Multiplication des clubs politiques


- Les français se pensent regroupés autour d’un idéal de fraternité
- Les femmes peuvent s’exprimer, mais pas encore de droit de vote : la misogynie est encore
très présente
- Réponse à la demande sociale grâce aux ateliers nationaux, pour donner du travail aux
chômeurs

B) La Revanche des partisans de l’Ordre

Dès 1848, des élections ont lieu, mais les gagnants sont plutôt modérés. Le première décision est de
fermer les ateliers nationaux ;

 Soulèvements à Paris.
 Juin 1848 : soulèvement réprimé par le sang

Création du parti de l’Ordre : coalition de monarchistes, de conservateurs et de Républicains


modérés, qui vont faire pression sur le Gouvernement pour que celui-ci limite la Liberté d’Expression.

Election d’un Président de la République le 10 Décembre 1848 : Louis-Napoléon Bonaparte, à une


écrasante majorité (70%), car il a su séduire le peuple, et réconforter la bourgeoisie.

1849 : nouvelles élections, le parti de l’Ordre arrive au pouvoir :

 Restriction du suffrage universel : une déclaration de 3 ans de résidence au même endroit est
obligatoire (alors que les pauvres se déplacent beaucoup)

20
Mais Louis-Napoléon veut un second mandat, qui lui est refusé.

C) La République renversée

Louis-Napoléon veut modifier la Constitution, mais l’Assemblée refuse. Il va faire alors un coup d’Etat
le 2 Décembre 1851 (même date que le couronnement de Napoléon 1er)

Il va dissoudre l’Assemblée et réprimer brutalement les oppositions, et son Conseil d’Etat est un
succès.

Il a besoin de bases populaires : le plébiscite pour le Coup d’Etat est approuvé.

Les pouvoirs du Président sont donc prolongés de 10 ans, et il obtient les pleins pouvoirs.

 Fin de la République

Elle sera définitivement morte le 2 Décembre 1852, lors du couronnement de Louis-Napoléon sous le
nom de Napoléon III.

Conclusion : La Révolution de 1789 représente une rupture majeure dans l’histoire politique de la
France, puisqu’elle marque la fin de l’Ancien Régime. Les Régimes qui vont se succéder entre 1789
et 1851 ont dû prendre en compte ces importants changements, en les conservant ou en les
remettant en cause. Il faudra attendre l’avènement de la IIIème République en 1870 pour que les
héritages de la Révolution soient véritablement acquis.

21