Vous êtes sur la page 1sur 37

Malo GOHIER

MEMOIRE DE FIN D’ETUDE

Comment identifier les centralités


urbaines et quelles relations
entretiennent-elles entre elles?

Figure 1: zone commerciale de Cormontreuil (source: site Internet de la commune de


Cormontreuil)

UNIVERSITE PARIS-EST MARNE-LA-VALLEE


MASTER 1 GENIE URBAIN
Année 2007-2008
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

Malo GOHIER

MEMOIRE DE FIN D’ETUDE

Comment identifier les centralités


urbaines et quelles relations
entretiennent-elles entre elles?

Malo Gohier, 2009


2
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

RESUME FRANÇAIS

Une centralité, contrairement au centre n’est pas définie directement par un lieu. Ce dernier
est défini par un lieu alors que la centralité est plutôt synonyme de contenu. « La centralité
est la qualité attribuée à un espace » [MONNET Jérôme, 2000].

Lorsqu’il existe plusieurs centralités urbaines au sein d’une même ville, il est possible de les
différencier entre elles. Celles-ci peuvent avoir des natures différentes de par leur contenu.
Ainsi on peut en mettre en évidence un certain nombre. « Culturelle, économique et
financière, commerciale, politique, technologique, de loisir » [DAWANCE Thomas, 2004],
chacune de ces fonctions peuvent permettre à une centralité d’exister. C’est par leur niveau
de spécialisation fonctionnelle qu’elles peuvent se démarquer les unes des autres. « Le
contenu ne prenant de la valeur qu’à l’examen du vide relatif avoisinant, […] un centre
fonctionnel va se détacher [des autres lieux] par la quantité et/ou la qualité de son contenu »
[LEBRUN Nicolas, 2002]. Ainsi, le niveau de performance fonctionnelle d’un lieu va décider
de la centralité ou non de celui-ci.

Des relations de complémentarité se mettent se mettent parfois en place entre toutes ces
centralités au sein d’une ville ou d’une agglomération. Des flux importants peuvent exister
entre elles, indiquant ainsi qu’elles peuvent tisser de fortes relations. Par leur
complémentarité des centralités différentes peuvent se renforcer mutuellement. Autre
caractéristique : elles sont capables de changer dans le temps et dans l’espace. Elles ne
sont en effet pas toujours figées, ce sont des entités mouvantes.

Malo Gohier, 2009


3
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

RÉSUMÉ ANGLAIS

Centrality is, in contrast to the centre, not directly defined by a place. The latter is referring to
a location, whereas centrality is rather synonymous to its content. In his article, “Centrality is
a feature attributed to space” [MONNET Jérôme, 2000].

If there are more urban centralities included in the same city, it is possible to distinguish them
from each other. They can in fact have different characters based on their content. “Cultural,
economic, financial, commercial, political, amusement, technological” [DAWANCE Thomas,
2004], each of those functions can bring a centrality into existence. It is by their level of
spezialisation that they can set themselves off from different places, having the same
function in a less accentuated manner. “It is only by comparison with the neighbouring
relative emptiness, that the content is bestowed with value, […] a functional centre will
distinguish itself [from different places] by the quantity and/or quality of its content” [LEBRUN
Nicolas, 2002]. Thus the level of a place’s functional performance will decide about its (non-)
centrality.

All these centralities with diverse contents can act complementary within a city or
agglomeration. Important synergies can exist between them, which are evidence of strong
linkages. Through their complementarity the different centralities can mutually reinforce each
other. Another characteristic of urban centralities is their capability to change within time and
space. In fact, they can never become steady - they are developing entities.

Malo Gohier, 2009


4
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

SOMMAIRE

 
Introduction............................................................................................................................... 6 

I-  Définitions ......................................................................................................................... 8 

1-  Centre ............................................................................................................................ 8 

2-  Centralité ..................................................................................................................... 11 

II-  Les facteurs expliquant la production de centralités ....................................................... 14 

1-  L’accessibilité, critère de localisation........................................................................... 14 

2-  L’étalement urbain révèle des centralités oubliées ...................................................... 17 

3-  L’intégration urbaine, élément indispensable aux centralités contemporaines ........... 18 

4-  Les choix politiques ..................................................................................................... 19 

5-  Quelques contenus de centralités ............................................................................... 21 

a)  Commerciales .......................................................................................................... 21 

b)  Technologiques et scientifiques ............................................................................... 22 

c)  Touristiques et historiques ....................................................................................... 23 

III-  L’importance de l’usager ............................................................................................. 25 

1-  Une perception différente ............................................................................................ 25 

2-  La concertation, solution de points de vus divergents ................................................. 28 

IV-  Le polycentrisme ......................................................................................................... 30 

1-  Définition...................................................................................................................... 30 

2-  Relations...................................................................................................................... 31 

d)  Dépendance et complémentarité ............................................................................. 31 

e)  Domination et hiérarchisation .................................................................................. 32 

Conclusion.............................................................................................................................. 34 

Bibliographie........................................................................................................................... 35 

Webographie .......................................................................................................................... 37

Malo Gohier, 2009


5
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

INTRODUCTION
Rappelons-nous : avec la construction des grands ensembles dans les années 60, l’état
français a voulu répondre rapidement à la forte demande en logements. L’idée était de
placer une grande quantité de ménages dans des bâtiments importants, peu chers à
construire. La compacité de ceux-ci devait permettre la réalisation de vastes espaces publics
sur leur pourtour. Le but était donc de créer de véritables centralités en mélangeant
socialement les individus mais aussi en leur apportant des commerces et des équipements à
proximité. Si à l’origine l’idée était bonne on se rend compte aujourd’hui que l’objectif
recherché n’a pas été atteint et que ce fut plutôt une erreur urbanistique et sociale. La mixité
sociale à peu à peu disparue, laissant place à des guettos. Les commerces ont eux aussi
déserté les lieux. Enfin, les espaces publics sont devenus d’immenses stationnements.

Aujourd’hui, les urbanistes essaient d’apprendre de ces erreurs passées et tentent de créer
dans chacun de leurs projets des lieux facilement accessibles, plus proches des grands
espaces de vie traditionnels qui fonctionnent (place du marché, de l’église, de la mairie).

Cette façon de procéder, projet par projet, parfois sur des territoires relativement proches
peut créer une certaines compétition entre ces espaces. Lorsque l’objectif d’un projet est de
concevoir une véritable centralité, une hiérarchie et/ou une complémentarité de fonctions,
d’usages, ou au contraire une incompatibilité entre elles, peuvent apparaître.

Récemment, notamment avec les différentes réflexions entreprises sur le projet du Grand
Paris, on se rend compte que les villes, agglomération ou autres aires urbaines deviennent
de plus en plus polycentriques. Quels phénomènes peuvent alors en résulter ?

Cela nous amène à nous demander ce qu’est une centralité. Quels sont les critères d’une
centralité ? Toutes ces interrogations et bien d’autres encore devront nous aider à répondre
à la problématique suivante : « comment identifier les centralités urbaines et quelles
relations entretiennent-elles entre elles? ».

Pour répondre à l’ensemble de ces questions et plus clairement à la problématique nous


nous efforcerons de suivre une démarche précise.

Le travail sera essentiellement limité à une étude théorique. Des cas pratiques ou exemples
concrets illustreront dans l’ensemble du dossier les données théoriques.

Tout d’abord nous tenterons de définir les termes « centres » et « centralités ». Ceux-ci
seront fréquemment utilisés dans le reste du mémoire, une précision s’impose donc pour

Malo Gohier, 2009


6
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

éviter toute confusion dans l’esprit du lecteur. D’autres termes, moins importants et moins
fréquemment utilisés, seront définis au fur et à mesure du contenu. Il s’agira ensuite de
poser les bases, dans un cadre théorique, permettant d’identifier une centralité urbaine. Ces
bases serviront à construire une démarche simple pouvant être utilisées en urbanisme. Cette
démarche s’appuiera sur la structure urbaine et des centralités, la nature des activités qui s’y
déroulent et enfin nous verrons que le polycentrisme est de plus en plus fréquent dans les
milieux urbains et ce phénomène sera expliqué.

Malo Gohier, 2009


7
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

I- DEFINITIONS

1- Centre

En aménagement, lorsque l’on parle de centre il est généralement fait référence au centre-
ville. C’est l’échelle la plus utilisée en urbanisme local. Il existe en revanche d’autres centres
à d’autres échelles : la ville centre d’une intercommunalité, la région centre d’un territoire
national ou même international. Il existe donc une multitude d’interprétations de ce mot,
selon qu’on se place, travaille à l’échelle communale, intercommunale ou à de plus larges
périmètres d’étude.

Dans notre étude, qui se restreint à l’échelle d’une agglomération, nous allons discutés de la
définition du centre-ville.

Fréquemment, le centre ville ou « le centre de la ville » est clairement représenté sur les
plans municipaux, sur les guides touristiques. Ses limites sont bien définies et il entre le plus
souvent dans un cadre, sorte d’agrandissement qui ignore le restant de la ville (figure
suivante)

Figure 2: plan de centre-ville courant

Malo Gohier, 2009


8
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

Afin de bien discerner ses caractéristiques pour ensuite identifier les possibles similitudes
qu’il peut entretenir avec les centralités, nous devons nous interroger sur la pertinence de
cette représentation tronquée. Nous nous interrogerons ici sur ce que peut évoquer le
centre-ville, comment peut-on le figurer et l’identifier ?

D’après les écrits étudiés pour la rédaction de ce mémoire et qui ont pu être réalisés sur les
centres-villes, celui-ci est définit en un seul lieu. Il n’existe pas une multitude de centre-ville.
Comme nous allons le voir par la suite avec la définition d’une centralité, c’est bien ce qui
différencie principalement les deux termes. En revanche, deux types de centres peuvent être
identifiés comme nous l’explique très clairement Nicolas Lebrun [2004] dans sa thèse.

Tout d’abord, ce qu’il appelle le centre extraverti. Il est défini géographiquement et possède
un référentiel. Sa deuxième appellation physique pourrait être « centre de gravité d’une
ville ». Situé le plus souvent au cœur du tissu urbain le plus dense, il n’a pas réellement de
caractéristiques propres. Sa localisation est définie de façon assez arbitraire par les
instances de décisions (mairie, office de tourisme, CCI). Cette absence de rigueur dans la
définition n’est pas sans conséquence. Sans caractéristiques préalablement déterminées,
sans réelle définition urbanistique, morphologique, la localisation du centre-ville [ou en tout
cas l’image que l’on s’en fait] est assez vague. Difficile à imaginer sans l’avoir vu, il n’est
souvent pas transposable d’un contexte urbain à un autre. Définir un centre sans trop de
précision équivaut à le démarquer de ce qui n’est pas le centre, c'est-à-dire le « hors
centre ». Comme l’écrit Roger Caenen [1992], cela revient à faire de la ségrégation intra-
urbaine. Ainsi, la ville est définie par son centre et tout ce qui est autour est caché. Cette
visions orientée peut devenir dangereuse [au sens urbanistique] dans le fait que ce lieu soit
grandement privilégié par rapport aux autres [les hors centres] pour tout ce qui est
aménagement, transport, activités, etc. Cela donne au centre-ville une situation
géographique enviable. Cette dernière est souvent historique du fait de l’histoire de la
création et de l’évolution de la ville à travers le temps. Ainsi on le localise plutôt au bord de la
mer ou le long d’un fleuve ou d’une rivière, vers les bâtiments les plus anciens.

Ensuite Nicolas Lebrun présente ce qu’il nomme « le centre introverti ». Contrairement à


l’extraverti, celui-ci est défini clairement, et ce, par son contenu. Ainsi il existe dans
beaucoup de villes européennes un centre-ville historique. Ce dernier rassemble tous les
monuments d’importance, tous les bâtiments administratifs, religieux et politiques si ces
derniers n’ont pas été déplacés dans de nouveaux locaux « hors centre ». Ces
déplacements de lieux emblématiques et les conséquences qui s’en suivent feront l’objet
d’une précision par la suite.

Malo Gohier, 2009


9
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

Généralement, cette deuxième classe de centres peut aussi être définie par son
accessibilité. Celle-ci est en effet plus importante car c’est ici qu’est dirigé le visiteur à son
arrivée en ville. Cela pose toujours le problème de la réduction de la ville à un seul contenu
et par là même, à une assimilation et à une confusion entre la ville et son contenu. Si son
centre-ville est classé comme historique on aura tendance à dire que la ville est historique,
s’il est administratif qu’elle est administrative.

Le centre introverti est considéré comme certaines sociologues (Manuel Castells [1977,
page 200], André Laurentin [1974, pages 131 à 144] comme lieu faisant place à la
symbolique. Ainsi, selon eux, chaque personne peut avoir sa propre notion du centre-ville
selon ses propres valeurs. Par exemple, une société basée sur la religion, comme ce fut le
cas au moyen âge en Europe, place le centre vers la cathédrale ou à défaut, à proximité de
tout monument ayant un rapprochement religieux fort. Aujourd’hui, dans notre société, c’est
le centre d’affaire qui est souvent considéré comme le centre-ville, notamment en Amérique
du Nord, car la finance est devenue une valeur importante.

Figure 3: le centre-ville selon la théorie des lieux centraux de W. Christaller

Malo Gohier, 2009


10
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

2- Centralité

Une centralité, contrairement à un centre n’est pas définie directement par un seul lieu. Cela
peut d’abord s’expliquer par l’étymologie du mot lui-même. En effet, le suffixe nominal –ité,
rattaché à une racine nominale est assimilé à une notion de propriété, de fonction. Ceci
implique que nous pouvons définir la centralité comme le fait d’être [un] centre. Ce dernier
est exprimé en un seul lieu alors que la centralité l’est plutôt par son contenu. Or comme
nous allons le voir par la suite, il existe une grande diversité de ce que peut être ce contenu
et ainsi autant de centralités associées, et ce, au sein d’un même territoire. Comme l’exprime
Jérôme Monnet dans son article : « la centralité est la qualité attribuée à un espace »
[décembre 2000, pages 399 à 418].

Il est toutefois vrai qu’un contenu possède toujours un contenant et, par voie de
conséquence, une centralité peut être géographiquement localisée dans le centre
[particulièrement d’un centre introverti], si ce dernier est le reflet d’un contenu bien spécifique
et déterminé. Nous devons donc, à partir d’ici, bien faire la différence entre « le centre-ville »
localisé en un endroit et « une centralité », localisable en plusieurs lieux.

En effet, comme nous avons pu le voir, le centre-ville est toujours établi à un endroit
particulier décidé arbitrairement. Une centralité urbaine possède aussi cette caractéristique,
la différence vient du fait du caractère unique du centre alors qu’une centralité urbaine peut
se répéter un certain nombre de fois au sein d’une même ville. Selon les spécificités de ces
dernières, plusieurs centralités peuvent cohabiter sur un même territoire urbain.

Figure 4: les centralités selon la théorie des lieux centraux de W. Christaller

Malo Gohier, 2009


11
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

La multiplicité de centralités urbaines implique la possibilité qu’elles interfèrent entre elles


selon différentes manières exprimées par la suite.

La première chose qui peut les différencier est leur contenu qui peut être de diverses
natures. Il est en effet possible d’en mettre en évidence un certain nombre. Ainsi, Thomas
Dawance [2004] nous en cite plusieurs : culturelle, économique et financière, commerciale,
politique, technologique, de loisir, de détente, etc. Chacune de ces fonctions peut permettre
l’existence d’une centralité. Cette dernière peut en posséder une seule ou plusieurs à la fois.
C’est alors par leur niveau de spécialisation fonctionnelle qu’elles se démarquent d’autres
lieux ayant la même fonction mais de manière moins visible. Nicolas Lebrun explique : « le
contenu ne prenant de la valeur qu’à l’examen du vide relatif avoisinant […], un centre
fonctionnel va se détacher [des autres lieux] par la quantité et/ou la qualité de son contenu ».
Ainsi, le niveau de performance fonctionnelle d’un lieu va décider de la centralité ou non de
celui-ci.

Toutes ces centralités aux contenus différents peuvent traduire entre elles une certaine
complémentarité au sein d’une ville ou d’une agglomération. Des flux importants peuvent
exister entre elles. Par leur complémentarité, des centralités différentes peuvent aussi se
renforcer mutuellement. Ainsi, par exemple, une ville possédant une centralité technologique
pourra utiliser cette compétence afin de conforter son niveau de recherche en vue de créer
ou développer une centralité économique et/ou industrielle. Même situées dans des lieux
différents, leur relative proximité spatiale permet de créer des liens plus ou moins forts.

Malgré tout, peut-on dire qu’il existe une possible domination d’une centralité sur une autre ?
Plusieurs critères pourraient permettre de les hiérarchiser entre elles comme l’indique
Denise Pumain [2004]. Leur taille peut par exemple varier assez fortement. Il est alors
possible de dire que celle occupant le plus de surface serait une centralité prédominante par
rapport aux autres. Le même constat peut être déduit avec l’aire d’influence. Dans cette
hiérarchisation, il faut une fois de plus essayer de ne pas retomber dans la volonté
d’exprimer une centralité unique. On retomberait alors dans la définition du centre qui
exclurait toutes les autres centralités.

Une autre caractéristique des centralités urbaines est leur capacité de changement dans le
temps et l’espace. Elles peuvent en effet ne pas être figées, ce sont des entités mouvantes.
Certaines fonctions on en effet la possibilité d’avoir des rythmes périodiques dans leur
intensité, plus ou moins forts dans le temps. Ceux-ci sont définis à la fois par la politique

Malo Gohier, 2009


12
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

urbaine de la ville (qui décide par exemple de créer un nouveau bâtiment afin d’augmenter la
force de la centralité et sa surface) et à la fois par les usagers eux-mêmes. Par exemple, une
zone commerciale sera considérée comme une centralité pendant la durée d’ouverture de
ses magasins, donc probablement et dans la majorité des cas le jour. Le reste du temps [la
nuit], sa fonction est inexistante ou presque et son rôle de centralité en est d’autant réduit. A
contrario, un complexe de loisir regroupant des équipements tels que des cinémas, des
pistes de bowling ou encore des restaurants, verra sa nature de centralité mise en avant
plutôt en soirée. Spatialement, ce rôle de loisir peut le jour se déplacer vers un parc
d’attractions ou un complexe sportif. On voit donc bien dans ces deux derniers cas que des
centralités aux mêmes fonctions [ici le loisir] peuvent être complémentaires sans toutefois
laisser apparaître une dominance de l’une sur l’autre.

Malo Gohier, 2009


13
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

II- LES FACTEURS EXPLIQUANT LA PRODUCTION DE CENTRALITES


Nous avons défini brièvement dans la partie précédente ce qu’est une centralité et déjà
identifié quelques unes de ses caractéristiques. La principale est qu’une centralité n’est pas
forcément unique et c’est ce qui la démarque du centre. Elle n’est pas non plus figée : elle
peut être changeante dans le temps et dans l’espace. Enfin, lorsque plusieurs centralités se
localisent sur un même territoire elles peuvent entretenir des relations de domination, de
complémentarité permettant quelque fois de les hiérarchiser.

Dans cette deuxième partie nous développerons leurs différentes caractéristiques. Notre
objectif final sera de trouver des outils permettant d’identifier une ou des centralités. Pour
cela nous allons présenterons d’abord les facteurs permettant aux centralités d’émerger ou
de conforter leur rôle. Nous verrons que malgré des contenus différents elles possèdent à la
fois des caractéristiques communes [les invariants] et des caractéristiques spécifiques. Dans
un second temps nous constaterons qu’une centralité est généralement dépendante de ses
usagers et des instances décisionnaires de la ville. Enfin nous expliquerons ce qu’est le
polycentrisme et sa généralisation de plus en plus frappante dans les agglomérations
contemporaines.

Les centralités sont issues de différents processus (urbanistique, géographique, politique)


qui peuvent expliquer leur localisation, leur intensité ou encore leur contenu. Toutefois,
malgré qu’elles soient parfois différentes, on note l’existence de caractéristiques invariantes.
Nous allons le voir, celles-ci ne sont pas toujours les mêmes au cours du temps ou ne
possèdent pas toujours les mêmes attributs. Ces facteurs expliquent aussi pourquoi les
centralités ne sont pas omniprésentes sur l’ensemble d’un territoire donné alors que
théoriquement l’ensemble d’une ville, d’une agglomération a un potentiel de centralité.
Comme nous l’expliquerons, ce potentiel n’a pas toujours l’occasion de s’exprimer.

1- L’accessibilité, critère de localisation

C’est un des premiers facteurs. Une centralité est un lieu de rassemblement, un endroit où
les gens viennent travailler, s’amuser, se cultiver, dépenser leur argent. Ce sont des
carrefours d’informations, d’idées, de marchandises. L’objectif d’une centralité est
généralement de capter les flux lui permettant de conforter sa place ou de l’améliorer. Ainsi,
Alain Bourdin [septembre 2003, page 76] affirme que « la centralité est par définition un lieu
accessible ou attractif où s’opèrent des échanges ».

Malo Gohier, 2009


14
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

Ainsi elles se situent, à quelques exceptions près, à proximité ou sur de grands axes de
circulations. Ces derniers sont différents selon l’agglomération où l’on se situe et n’ont pas
non plus toujours été les mêmes au cours du temps.

Ainsi, dans les années 60 et les trente glorieuses, lorsque « le tout automobile » est devenu
dominant par rapport aux transports collectifs, l’accessibilité était réduite aux infrastructures
routières et autoroutières. Peu importait la proximité ou non de la présence d’un métro ou
d’un tramway. De plus, l’étalement urbain et les distances de parcours de plus en plus
longues ont favorisé l’utilisation de la voiture. Le manque de place dans la zone dense de la
ville a obligé le déplacement des centres commerciaux plutôt en périphérie, même raison
pour les bases de loisirs et autres parcs d’attraction. Les zones d’activités et industrielles
quand à elles, de part leurs activités, souvent bruyantes, parfois polluantes sont aussi
reléguées loin des zones denses notamment celles constituées d’habitat. Les périphériques,
les autoroutes ne sont jamais loin et des échangeurs sont créés. La volonté, rien de plus
normal, est de vouloir attirer le plus de monde possible. Dans le cas d’une centralité
commerciale, pour s’affirmer, celle-ci doit faire venir le plus d’acheteurs potentiels. Un moyen
d’y parvenir est d’augmenter la zone de chalandise qui dépend directement des accès pas la
route et créer d’importantes zones de stationnement. Dans le cas d’zone d’activité, il faut
pouvoir acheminer et expédier le plus rapidement les marchandises car le transport du fret
par camion étant majoritaire, la proximité d’axes routiers est primordiale.

On peut aujourd’hui affirmer que cette utilisation importante [et excessive] de la voiture a
favorisé l’émergence de centralités de périphérie au détriment de celles situées plus
profondément dans le tissu urbain. Il est sûr qu’avant la seconde guerre mondiale, lorsque
l’automobile n’était pas encore appropriée par un large public, les distances de parcours
étaient nécessairement plus courtes. Les centres commerciaux de périphéries n’existaient
pas. A cette époque, les grands magasins intra-muros ou les commerces de proximité
étaient largement majoritaires. Les rues que l’on pouvait considérer comme des centralités
avec leurs boucheries, leurs boulangeries ou leurs magasins de vêtement ont commencé à
disparaître avec l’apparition des nouveaux centres commerciaux. Voilà donc une preuve que
les centralités ne sont pas figées éternellement.

De nos jours de nouvelles préoccupations apparaissent comme l’écologie ou la rentabilité


des déplacements en temps et en argent. Hier l’accessibilité se faisait par la voiture,
aujourd’hui c’est par les transports en communs. Les temps changent, les mentalités aussi,
la volonté de sauvegarder l’environnement et d’avoir un mode de vie durable se sont
généralisés depuis le citoyen lambda jusqu’au politique. De nouvelles lignes de transport en

Malo Gohier, 2009


15
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

commun sont mises en service fréquemment en France et en Europe pour répondre à cette
demande de plus en plus forte. Ces ouvertures se localisent généralement dans le tissu
urbain le plus dense et exclue dans ces cas les centralités de périphérie. L’homme
contemporain veut pourvoir se déplacer rapidement et de façon aisée d’un endroit à un
autre. Les nouveaux transports en commun doivent donc être performants et fiables. Or pour
que les projets soient viables financièrement il faut qu’ils transportent le plus de monde
possible, c’est donc dans les zones les plus denses qu’ils se réalisent et relient en général
les centralités existantes et identifiées. Toutefois entre celles-ci sont tout de même créés
d’autres arrêts qui sont en général porteurs de nouvelles centralités grâce à l’apport d’un
nouveau flux important de personnes.

On peut illustrer cette remarque avec l’axe du RER A en Ile-de-France. Ainsi, sur son
parcours de très nombreuses centralités sont identifiées d’Ouest en Est : l’Université de
Cergy [culture], La Défense [économie], Noisy-le-Grand [économie, commerciale], Noisy-
Champs [culture], Val d’Europe [commercial, économie, loisir], Disneyland [loisir, transport].
Dans le cas de cette ligne, des centralités ont émergé grâce au RER [Cergy, Noisy-le-Grand,
Noisy-Champ, Val d’Europe] et d’autres se sont renforcées [La Défense, Disneyland].

Ces dernières années, en plus de l’engouement pour une accessibilité propre, l’accessibilité
universelle est aussi mise en avant. Les critères sont de plus en plus draconiens pour que
les transports soient accessibles aux personnes à mobilité réduite. Pour cela les réseaux
doivent mettre en place des aménagements spécifiques. Aujourd’hui toutes ces contraintes
techniques sont prises en compte par les constructeurs ce qui permet aux plus grands
nombres de personnes de se rendre dans les centralités.

Ainsi, la localisation des centralités est fortement influencée par leur accessibilité. Dans la
seconde moitié du 20ème siècle la voiture à permis l’émergence de centralités de périphérie
accessibles par les autoroutes alors que ces dernières années [sans toutefois compromettre
de manière visible les centralités de périphérie] la tendance revient à l’émergence de
centralités moins périphériques, plus urbaines, intégrées au tissu de la ville et accessibles
par les transports en commun.

Malo Gohier, 2009


16
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

2- L’étalement urbain révèle des centralités oubliées

L’étalement urbain est la production sans limite de la ville. Il n’y a pas de frontière rien, pour
arrêter sa croissance. En dehors des effets négatifs comme la diminution des espaces
agricoles ou encore l’augmentation des distances de transport, accompagnées de
conséquences telles qu’une hausse de la pollution atmosphérique, nous pouvons tout-de-
même identifier un effet morphologique majeur : l’absorption par l’agglomération principale
des communes périphériques.

Sans l’étalement urbain, tout village ou ville serait amené à rester isoler. Pour les grosses
agglomérations, cela ne pose pas de problème. Elles regroupent toutes les activités
permettant de vivre en quasi-autarcie : des entreprises, des loisirs, de la main d’œuvre et un
territoire rural plus ou moins conséquents. Leur continuité dans le temps n’est pas remise en
question, à moins d’un changement radical du mode de vie ou des activités qu’elles
possèdent. Ce fut ainsi par exemple le cas dans les années 80-90, avec la fermeture les
unes après les autres des mines de charbon du nord de la France. Des villes qui étaient
autrefois prospèrent ont décliné. Heureusement, elles ont souvent eu le temps de pratiquer
une reconversion de leurs activités et ainsi remonter la pente dangereuse sur laquelle elles
étaient lancées. Aujourd’hui, on ne voit pas, à moyen ou long terme (malgré la crise), de tels
changements bouleversants. Par contre, dans les villages situés près de grande
agglomération une tendance est nettement vécue (même si il ne faut pas généraliser) :
l’exode des commerces de proximité. Après l’exode rural où ces villages ont vu disparaître
une partie de leur population, c’est aujourd’hui les petits commerces qui disparaissent, au
profit des grandes surfaces des villes plus importante. Leur « mini-centralité » s’efface au
profit d’autres plus lointaines. Ces villes et villages deviennent des cités dortoirs pour les
gens qui travaillent à la ville, mais qui y font aussi leurs courses avant de rentrer chez eux le
soir.

L’étalement urbain remédie un peu à ce portrait négatif de la petite ville de campagne. Les
centralités oubliées sont en effet peu à peu rattrapées par la forte urbanisation de
l’agglomération voisine. Elles sont totalement absorbées par le tissu urbain et au bout de
quelques années en font partie intégrante. Des centralités « ont émergé dans des contextes
[…] de rattrapage et d’inclusion dans l’aire urbaine de villes anciennes » [SAINT JULIEN
Thérèse & LE GOIX Renaux, 2007, page 12]. C’est avec cette assimilation que les
tendances peuvent s’inverser, même s’il est vrai ce n’est pas toujours le cas. Comme nous le
verrons ultérieurement, ce sont les usagers qui font les centralités. Comme au théâtre un
acteur n’existe pas sans publics, en urbanisme une centralité n’existe pas si personne n’y va,

Malo Gohier, 2009


17
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

soit pour se divertir soit pour travailler. La densité de population est donc très importante.
Pour Catherine Baumont [1993, page 26] « il existe un seuil de concentration spatiale [de la
population] en-deçà duquel les économies d’agglomération jouent favorablement sur la
rentabilité d’une centralité ». Il est en effet rare qu’en rase campagne le potentiel de
centralité se révèle important, à quelques exceptions près. Ainsi certaine gares tgv (Macon,
Bezanne) sont situées à plusieurs kilomètres de la ville qu’elles desservent mais leur rôle de
pôle d’échange est tout de même important et incontestable.

Enfin, si l’étalement urbain devient très important, deux agglomérations relativement


éloignées au départ peuvent se rencontrer par la suite. C’est le cas avec Paris dont l’aire
urbaine tend à en rejoindre d’autres. « L’étalement urbain parisien se heurte désormais aux
limites d’autres aires urbaines et des territoires de franges deviennent centralisés et
multipolarisés » [LARCENEUX André & BOITEUX-ORAIN Céline, 2006, page 20].

3- L’intégration urbaine, élément indispensable aux centralités


contemporaines

Comme nous l’avons vu précédemment, un éloignement des centralités s’est produit dans
les années 70 avec l’utilisation en masse de la voiture. Les périphéries des zones urbaines
ont été largement plébiscitées par l’offre d’espace, au détriment de la relation de proximité
avec la ville. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. Comme nous le dit François Ascher [septembre
2003, page 22], professeur à l’IFU, les centralités deviennent maintenant les « critères d’une
qualité urbaine ». Sans centralité, une ville est considérée sans intérêt ou dynamisme ;
comme morte. C’est pour çà que les urbanistes essaient au maximum de les concrétiser
dans leurs projets urbains. Selon Jean-Jacques Fournier [septembre 2003, page 47],
président de l’Association Française des Villes Nouvelles, en milieu urbain il est facile
d’intégrer « des équipements qui concours à la création de centralité ».

Les centralités périphériques étaient comme isolées du reste de la ville par de grandes
étendues agricoles. Depuis, l’étalement urbain, principalement résidentiel, les a rattrapés. Ce
rattrapage n’a toutefois pas effacé la rupture urbaine qui existe entre ces différents usages
[le résidentiel versus les activités, les industries, l’économie]. Cette rupture s’exprime surtout
par une différence des formes urbaines. Un centre commercial, une usine, n’auront pas la
même apparence qu’un lotissement pavillonnaire. Si autrefois ces préoccupations
esthétiques et paysagères n’existaient pas, elles entrent aujourd’hui en jeu dans les cahiers
des charges des projets, qu’ils soient urbains ou pas et en conséquence dans la réalisation
d’éléments de centralités (équipements, bâtiments publics ou privés, infrastructures). Les
études d’impacts sont de plus en plus demandées, notamment dans les dossiers de création

Malo Gohier, 2009


18
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

de ZAC. Celles-ci doivent analyser les impacts que peut avoir un projet d’aménagement sur
le milieu dans lequel il s’insère, si l’état initial du site est fortement modifié, négativement ou
positivement et dans ce cas, les mesures qui sont prises pour y remédier. Les centralités
brassent généralement une population nombreuse et peuvent être localisées sur un vaste
territoire, ce qui n’est pas sans conséquence sur le quartier où elles sont implantées et sur
leur voisinage. Par conséquent, une intégration urbaine sans nuisance est importante afin
que le projet voie le jour ou qu’il soit bien accepté par la population. Pour cela, des
recommandations architecturales et paysagères prenant en compte le bâti existant doivent
être intégrées dans les documents d’urbanisme. Un traitement des espaces publics est aussi
préférable afin qu’une harmonie du design urbain soit visible.

Dans la continuité de cette réflexion, l’urbaniste essai parfois de mettre en scène l’espace
urbain dans le but de créer une centralité nouvelle. Il joue alors sur les éléments visuels et
sur la pratique de l’espace par l’usager. L’intégration de mobiliers urbains spécifiques, de
jeux sur les couleurs, sur les formes, peut créer une originalité dans le quartier. C’est cette
liberté de style qui peut mettre en avant un espace qui sera par la suite assimilé à une
centralité. On a dit que l’homogénéité urbaine favorisait l’intégration des centralités, mais
l’inverse peut aussi se faire. Dans ce cas, il faut que l’hétérogénéité soit appréciée par les
usagers. Nous le verrons dans la partie suivante, mais le ressenti des usagers d’un espace
peut conduire ou non à l’émergence d’une centralité. C’est ainsi que la qualité des matériaux
des espaces publics et des bâtiments, est souvent de meilleure qualité que ce que l’on peut
trouver autre part. Une centralité doit attirer le regard, être esthétiquement attractive. C’est
une façon de se différencier de ce qui n’est pas un lieu central.

4- Les choix politiques

Les décisions prises par les instances responsables de la ville ou des différents acteurs
urbains (équipement, éducation, santé, urbanisme, industrie, commerce, etc.) peuvent être
lourds de conséquences et peser fortement dans le choix de localisation, de contenu, ou
encore d’intensité d’une centralité nouvelle ou existante.

Ainsi, lors de l’élaboration des documents d’urbanisme, les élus envisagent l’aménagement à
long terme du territoire local (PLU, PLH, PDU, etc.) et intercommunal (SCOT, Plan paysage,
etc.). Cela implique la conception de règlements contraignants pour tous les projets situés
sur les territoires concernés et par conséquent sur tous les lieux de centralités. Ils encadrent
des règles, parfois strictes, que les aménageurs doivent suivre afin que leur travail soit
compatible avec ces documents et qu’une validation soit possible. Les influences concernent

Malo Gohier, 2009


19
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

la hauteur du bâti, l’aspect en façade, l’écoulement des eaux. Autant d’éléments techniques
ou administratifs (règlement de ZAC, financement) qui donneront raison ou pas au projet.

Même si ces contraintes existent, la ville ne doit pas rester figée ou être inactive. Elle doit
être en développement continu. C’est en tout cas ce que peut souhaiter tout maire. Ce
développement doit permettre l’épanouissement des habitants actuels, en attirer de
nouveaux, répondre à la demande en locaux commerciaux. La recherche d’un équilibre entre
logements et emplois contribue aussi à ce dynamisme urbanistique. Avant la réalisation
concrète de ces nouveaux bâtiments, immeubles, équipement ou espaces publics des
études sont menées. Elles concernent des études de marché, des études de paysage,
d’insertion urbaine, des études d’impact. Autant d’éléments qui doivent être pris en compte
et contribuent à la naissance d’un bon projet et répondent aux attentes des élus.

Pour fonctionner, la ville a besoin d’infrastructures performantes. Des équipements publics


tels que mairie, préfecture, centres sociaux, hôpitaux, équipements sportifs, lycées, sont
autant de centralités potentielles car leur attrait peut être important. Ce sont des lieux où la
vie communautaire peut se faire, des lieux de rencontre, de flux. Tous ces critères sont pris
en compte. De même, le choix du type de transport en commun à mettre en place pour
améliorer un réseau peut jouer sur l’environnement urbain proche. Par exemple, si le
parcours se fait en souterrain, dans le cas de la mise en place d’une ligne de métro, les
aménagements urbains ne se feront qu’au niveau des stations de surface. Une ligne de bus
à haut niveau de service ou un tramway, demandent quand à eux des aménagements
conséquents, qui se feront sur l’ensemble du parcours et augmenteront la possibilité
d’émergence d’une centralité. Ainsi, aucun choix politique concernant le fonctionnement et
l’aménagement urbain n’est sans conséquence et l’ensemble peut se révéler important.

De même, les mandats politiques ont une durée déterminée à l’avance et généralement
courte ou à la fin incertaine. Nous remarquons généralement que les hommes politiques
ayant des responsabilités nationales ou locales, désirent laisser une trace de leur passage
par un programme ambitieux. Il peut être totalement administratif, par exemple une réforme
(santé, administration). Mais en général c’est plutôt quelque chose qui se voit, qui attire, qui
a un impact fort sur la ville et au-delà. C’est donc souvent un bâtiment (musée) qui marque
une centralité à lui tout seul.

Malo Gohier, 2009


20
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

5- Quelques contenus de centralités

Comme nous avons pu le voir plusieurs fois dans notre démarche, plusieurs centralités
différentes existent. Nous allons ici en citer quelques-unes et en donner les caractéristiques
les plus importantes.

a) Commerciales

Commençons par les centralités commerciales. Ce sont les plus étonnantes car elles ont
subit le plus de changement ces dernières années. Nous en avons déjà discuté dans la
partie concernant la localisation des centralités. A partir du dernier quart du 20ème siècle elles
ont migré dans les grandes périphéries des agglomérations. La clientèle a fait part d’une plus
grande demande en diversité de produits. Pour y répondre, la réponse a été la création
d’immenses complexes dans lesquels toutes sortes de magasins pouvaient s’installer. Ce
changement à permis de concentrer en un même lieu des activités, parfois différentes
(nourriture, jardinage, bricolage, jeux) qui autrefois était divisées ou regroupées uniquement
par type d’activité (tous les magasins de bricolage dans un quartier, la nourriture dans un
autre). De plus, l’augmentation du pouvoir d’achat des ménages les amené à dépenser plus.
Les stocks et les surfaces de ventes ont dû suivre l’augmentation. Or la place suffisante pour
l’installation de tels complexes ne pouvait se trouver dans le tissu urbain existant. C’est donc
en périphérie, principalement sur les terres agricoles, que les grands bâtiments
commerciaux, accompagnés de leurs immenses parkings, se sont localisés. Cette démarche
de délocalisation des activités commerciales n’a pas été sans conséquence sur les
commerces de la zone dense. Nombre d’entre eux ont fini par fermer leurs portes.
Aujourd’hui la tendance s’inverse par la remise en question de ces grands centres
commerciaux et par une volonté de redonner vie aux commerces de proximité.

Pour faire face à cette nouvelle concurrence, les grosses centralités commerciales de
périphérie accroissent d’autant plus leurs offres qu’elles se diversifient. Aujourd’hui ce ne
sont plus seulement des commerces alimentaires ou d’habillement qui s’installent. On voit de
plus en plus de complexes de loisirs s’y greffer, comprenant cinémas multiplexes, chaines de
restaurants et hôtels. Des centres de loisirs tels des casinos ou encore des aquariums s’y
installent. Pour rivaliser avec l’urbanité de la ville dense, la centralité commerciale essaie
aujourd’hui de recréer une véritable ambiance urbaine. Elle souhaite que le client reste la
journée entière sur son territoire, qu’il puisse trouver tout ce qu’il cherche, se détendre, seul
ou en famille.

Malo Gohier, 2009


21
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

Les centralités commerciales se sont donc tellement diversifiées qu’on peut se demander si
elles méritent toujours ce nom qui rappelle leur première nature, aujourd’hui disparue. Ce
sont des centralités générales aux contenus divers et mélangés. De plus, selon David
Mangin [juin 2004, page 118], dans certains pays, comme en Amérique du Nord « on tente
de fonder des urbanisations à partir de nouvelles centralités commerciales » car dit-il [page
13 du même livre], « il est communément admis que les lieux de grand commerce forment
aujourd’hui les rares lieux de brassage social à grande échelle ».

Cette urbanisation crée de nouvelles villes que l’on nomme Edges Cities traduit en français
par « villes lisière ». Selon Joel Garreau [1992] plusieurs critères permettent de les identifier :

- Elles doivent avoir une superficie de plus de 500 000 m² de bureaux dans lesquels
travaillent de 20 000 à 50 000 personnes ;
- Elles doivent compter plus de 60 000 m² de commerces de détail, c'est-à-dire la taille
d'un centre commercial moyen. Les "edges cities" sont des quartiers administratifs et
de services aussi bien que des lieux de loisirs et de magasinage ;
- Le nombre de chambres doit être inférieur à celui des emplois ;
- Elles doivent être perçues et vécues comme des lieux bien identifiés par la
population ;
- Leur développement urbain doit être récent (moins de 30 ans).

On voit bien ici la volonté toujours présente de développer les centralités commerciales de
périphérie existantes. Toujours selon David Mangin [juin 2004, page 109, chiffres de 2004],
« aujourd’hui en France 70% des centres d’activité commerciale sont réalisés en préiphérie,
10% dans les quartiers et 20% dans les centres-villes. En revanche en Allemagne ces
chiffres sont respectivement 30%, 40% et 30% ». Cela montre aussi que selon les pays les
méthodes d’urbanisations et d’implantations des centres commerciaux peuvent être
différentes.

b) Technologiques et scientifiques

Ce deuxième type de centralité est rattaché à l’emploi de pointe et la recherche. Par


conséquent ses employés possèdent une formation parfois très diplômée. Or pour attirer
cette main d’œuvre qualifiée et spécialisée, la centralité doit se faire remarquer des jeunes
diplômés. Cette visibilité se fait par sa localisation qui se rapproche de celle des universités
spécialisées dans le secteur professionnel recherché.

Malo Gohier, 2009


22
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

Ce sont des lieux de création, qui, comme les centralités commerciales, ont besoin de
bâtiments de plus en plus grands pour mener leurs expériences et concevoir leurs
prototypes. Ainsi, elles sont aussi souvent positionnées en périphérie. Cela est d’autant plus
vrai qu’elles se rattachent généralement aux centralités industrielles qui ont pour objectifs de
produire en grandes quantités les produits inventés. Ces deux centralités travaillent de
concert et entretiennent entre elles des relations de proximité et de complémentarité comme
nous le verrons dans la partie sur le polycentrisme.

De même, lorsque la recherche est importante, toute une ville peut se créer autour de ces
centralités. Ainsi, dans le cas du programme internationale de recherche sur la fission
nucléaire ITER, situé près du parc du Lubéron en région PACA, aucune ville importante ne
se situe à proximité immédiate. C’est pourquoi les chercheurs sont parfois logés sur place
avec leur famille. Des bâtiments d’habitation sont ainsi construits ainsi que des équipements
publics. Ce programme est aussi coordonné au niveau départemental et régional par un
développement territorial prenant en compte les villes touchées directement par les
retombées économiques. D’après la CCI PACA, « un pôle de compétitivité "cap énergie"
favorise le rapprochement des laboratoires de recherche, des institutions de formation de
tous niveaux et des industriels » [avril 2006].

D’autres projets, comme l’opération d’intérêt national du plateau de Saclay, ont les mêmes
prétentions de centralité. Dans cette dernière, l’idée est de valoriser les compétences
françaises en matière scientifique. Ainsi une université doit voir le jour pour former les futurs
chercheurs, ingénieurs et techniciens qui travailleront dans les entreprises et organisations
déjà présentes (industrie pharmaceutique, CEA). Cette centralité technologique et
scientifique à l’ambition d’être l’une des plus importantes au monde. « Le site doit s’inscrire
dans un projet territorial d’ensemble, se développer […] comme un cluster-cité, mixant les
populations de chercheurs et d’étudiants avec d’autres populations, organisé autour de lieux
animés où les gens aient envie non seulement de travailler, mais de vivre, de se divertir,
d’élever leurs enfants » [VELTZ Pierre, 2 avril 2009].

c) Touristiques et historiques

Ce sont parfois les plus anciennes centralités. Totalement urbaines, encrées dans le tissu
dense, elles portent parfois le nom de centre, centre-ville [de façon arbitraire]. Ce sont les
plus vieux quartiers et comprennent des bâtiments anciens. Ces derniers, selon leur
attractivité plus ou moins forte peuvent ensemble créer une centralité historique. En général
ils s’accompagnent de musées, boutiques de souvenirs, restaurants et cafés, qui en font,
une fois de plus, des centralités plus générales. Y sont aussi regroupés les bâtiments

Malo Gohier, 2009


23
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

administratifs tels qu’hôtel de ville, palais de justice. Ces centralités se localisent aussi près
des églises qui sont les bâtiments les plus anciens et généralement les mieux conservés.
C’est pourquoi toute ville ou tout village [en France et en Europe] possède potentiellement
une centralité historique. Même les villes nouvelles reposent sur un ensemble de villes et
villages plus anciens et comprennent par conséquent plusieurs centralités historiques sur
leur territoire.

Pour Alain Bourdin [CERTU, décembre 1998, page 85] « la centralité traditionnelle est une
mise en scène de l’espace urbain ». Le patrimoine qui la compose est en effet mis en valeur
afin d’atteindre l’attractivité voulu, et ce, par des évènements, des spectacles, des
ambiances particulières. Nombre de villes et villages ne sont connus que pour leur festival
au niveau régional ou national, sans pour autant avoir un patrimoine remarquable. Ces
centralités sont généralement de taille réduite. La densité y ait souvent plus forte que dans le
reste de la ville, le bâti serré et on y retrouve une multifonctionnalité [commerces, bâtiments
administratifs et culturels, musées].

Malo Gohier, 2009


24
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

III- L’IMPORTANCE DE L’USAGER


Dans la partie précédente nous avons identifié les différents facteurs pouvant expliquer
l’émergence du potentiel de centralité d’un lieu. Nous avons vu que ce potentiel s’exprime
différemment selon les époques. Il est parfois localisé dans le tissu urbain, parfois en
périphérie. Les centralités, en devenant de plus en plus fortes, plus attractives, ont
tendances à se diversifier afin d’accroitre d’autant leur potentiel.

Dans cette troisième partie nous révèlerons l’importance de l’usager dans la révélation des
centralités. Nous indiquerons d’abord brièvement les différences de points de vue en
urbanisme entre le professionnel et les non spécialistes. Nous verrons ensuite que la
perception de ces derniers est importante et à prendre en compte dans un projet
d’aménagement. En effet, cette perception peut aller à l’encontre de la volonté de
l’aménageur, d’où l’importance de la concertation. Dans un dernier temps nous étudierons et
chercherons des propositions permettant aux différents acteurs de créer ensemble de
véritables centralités.

1- Une perception différente

Une centralité ne fonctionne par définition que si des personnes y vont et la considèrent
comme telle. L’avis personnel de chacun est donc important pour lui donner cette
dénomination. Les acteurs de l’aménagement doivent donc prendre fortement en compte
ceux-ci afin de réussir leur projet.

Le non initié est ignorant des pratiques de l’urbanisme. Il ne tient pas compte de toutes les
données qui gravitent autour d’un projet. Il ne voit que ce qui est évident : ce qui peut
apporter un bien être pour lui-même et ce qui est visible directement. Il ne prend pas en
considération la multitude de paramètres sociologiques, environnementaux, techniques,
juridiques, qui concernent non seulement le projet lui-même, mais aussi une un grand
nombre d’usagers aux gouts, aux comportements très différents. L’objectif d’une centralité et
d’un projet urbain en général est de contenter le maximum de personnes à défaut de ne
pouvoir satisfaire tout le monde.

Cette différence de jugement peut être dangereuse pour la pérennité d’un projet,
l’émergence d’une centralité ou sa durabilité. Les attentes concernant le contenu ou la forme
d’une centralité peuvent être différentes selon les personnes. Les attentions portées sur tels
ou tels critères seront plus ou moins fortes selon l’individu interrogé. Ainsi, pour une
personne handicapée, un accès pratiques et aisé à tous les lieux sera privilégié. Pour un

Malo Gohier, 2009


25
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

homme d’affaire pressé ce sera plutôt la proximité d’un lieu de restauration rapide. Nous
pouvons tout de même citer quelques critères: l’accessibilité, la compétitivité, l’attractivité, le
coût, l’architecture.

De même, il est très difficile pour un non initié en urbanisme de comprendre qu’un projet doit
répondre à un cahier des charges précis répondant aux critères posés par le maitre
d’ouvrage mais aussi à des critères spécifiques, indépendants de sa volonté, afin de
répondre aux dispositions des documents règlementaires (PLU, code de l’urbanisme). Or le
non respect de ces dernières règles peut entrainer un refus du permis de construire. Ces
conditions sont souvent invisibles pour un œil étranger au domaine (recul par rapport à la
voie, hauteur de faitage maximale) mais peuvent être décisives. Ainsi, si le non initié pense
au côté esthétique d’un bâtiment et tente de voir ce qui correspond à ses gouts le
professionnel essai d’atteindre une esthétiques optimale pour lui, mais qui rentre avant tout
dans les recommandations d’urbanisme. Ce dernier est prêt à faire des concessions afin que
son projet soit accepté alors que le premier ne pense qu’à une chose : que le projet plaise à
lui-même.

Il est alors difficile pour le professionnel de concilier les attentes exigeantes des usagers ou
riverains de la centralité avec les attentes parfois strictes des documents d’urbanismes et
autres (incendie par exemple). Ainsi, selon Emmanuelle Gallot-Delanézide [septembre 2003,
page 62], « il existe un décalage entre les centralités prévues à l’origine par les aménageurs
et l’usage qu’on fait une majorité d’habitants ».

On a vu ici que des centralités voulues par l’urbaniste ne pouvaient pas nécessairement
correspondre aux attentes des usagers et ainsi échouer. Il arrive aussi parfois le contraire :
un projet qui n’était à l’origine pas censé devenir une centralité peut voir son potentiel révélé
par ces mêmes usagers. Ces centralités involontaires peuvent se faire sur un lieu qui
pendant longtemps n’avait pas cette destinée. Par exemple, durant des années, une rue
peut ne pas être attractive car trop circulée, avec une ambiance urbaine repoussante, peut,
du jour au lendemain, être perçue comme attractive. Plusieurs raisons peuvent l’expliquer,
par exemple un changement du plan des circulations du quartier. Si la volonté de la
commune peut simplement être de faciliter les déplacements, éviter les embouteillages, mais
dans une perspective d’ensemble, sans nécessairement vouloir favoriser une rue par rapport
aux autres, dans la pratique, ce changement peut avoir des conséquences inattendues.
Ainsi, la rue qui était autrefois à double sens peut passer à simple sens avec moins de
circulations et plus de stationnements. Cette voie autrefois passante peut devenir un axe où
les gens s’arrêtent et s’y déplacent à pied. La conséquence de ce passage d’un flux de

Malo Gohier, 2009


26
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

voiture à un flux de piéton peut développer un commerce de proximité et d’une certaine


manière une centralité.

Ainsi, tout vient des différences de perceptions entre les individus. « La perception, c’est
d’abord l’objet d’une expérience vécue : par définition, l’espace vécu est l’espace perçu ; on
ne peut séparer le fait que l’individu vit, ou utilise l’environnement et la manière dont il le
perçoit. L’individu, dans son expérience, se construit en permanence des images de l’espace
dans lequel il vit. On vit toujours dans un environnement, dans un espace donné, et c’est à
partir de l’expérience dans l’espace qu’il faut aborder la question de la perception. »
[CERTU, décembre 1998, page 10].

Malo Gohier, 2009


27
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

Figure 5 : la perception de l'espace: mieux comprendre l'espace vécu (source CERTU)

2- La concertation, solution de points de vus divergents

Pour résoudre les problèmes d’incompréhension entre les différents acteurs participant à
l’élaboration d’une centralité, de façon directe (aménageurs, politiques) ou indirectes
(usagers, voisinage), la concertation est le moyen le plus efficace pour contenter le plus de
monde possible.

L’objectif est d’utiliser une méthode participative. Nous allons ici présenter une démarche à
suivre pour définir le territoire, son contenu et l’intensité de celui-ci avec l’ensemble des
participants. Il faut faire attention de ne pas confondre réunions de concertation et réunions
d’informations. Ces dernières sont les plus souvent utilisées lors de la phase d’avant projet.
Elles ne donnent aucun pouvoir aux personnes extérieures à la conception et les met
simplement au courant de l’avancée du projet. C’est un débat à un sens unique où l’avis des
non initiés n’est pris en compte.

Les consultations publiques sont importantes. Elles permettent de connaître les avis et les
demandes de chacun et d’en tenir compte dans la suite du projet. A ces réunions doivent
évidemment être présent l’ensemble des personnes concernées. Elles permettent de mettre

Malo Gohier, 2009


28
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

à plat les perceptions de chacun et de créer un socle commun de connaissances et de


travail. Pour cela, une base de données, comprenant les différents documents
réglementaires, doit être fournie et simplifiée pour être comprise de tous, également des non
initiés. Ensuite, tout au long du processus, des réunions fréquentes doivent permettre de
mettre à niveau chacun des membres.

Ainsi, de cette manière, les quelques points réglementaires seulement connus des
professionnels sont révélés au grand public. Ce dernier a alors les moyens d’en tenir compte
dans sa réflexion et d’élargir son champ de vision. Il peut alors comprendre que l’aménageur
a, par certains documents d’urbanisme, en quelques sortes les poings liés et devient alors
plus indulgents vis-à-vis de ses idées.

Ces différentes réunions de consultation doivent être placées le plus en amont possible du
processus d’élaboration du projet ou de l’avant-projet. En effet, moins celui-ci est avancé,
moins les coûts de modification seront importants et plus l’influence du non initié sera
importante.

Figure 6: influence des parties prenantes en fonction du temps (source: PMBOK)

Malo Gohier, 2009


29
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

IV- LE POLYCENTRISME
Dans la partie précédente nous avons fait le point sur les différentes raisons qui poussaient
un lieu à devenir une centralité et pas un autre. Le potentiel d’une centralité est fortement
influencé par son environnement extérieur. Certains facteurs peuvent être contrôlés
(contenu, accessibilité) et d’autres sont aléatoires et difficilement maîtrisables (usagers,
attractivité). Nous savons maintenant comment peuvent naitre des centralités même si
toutes les raisons n’ont certainement pas été expliquées.

Dans cette nouvelle partie nous verrons comment s’organisent les centralités entre elles. Les
relations qu’elles peuvent s’échanger. Nous expliquerons aussi la théorie de la centralité de
Walter Christaller, les différents indicateurs relationnels.

1- Définition

Le polycentrisme est le contraire du monocentrisme. Cette deuxième notion signifie qu’un


territoire donné est composé d’une centralité principale qui domine largement tous les autres
lieux. On dit souvent que c’est le centre ville. Tous les réseaux (communications, routiers)
sont organisés en radioconcentrisme, c’est-à-dire tracés de telle sorte à aller directement
vers cette centralité. Généralement elle possède plusieurs fonctions (économique,
commerciale, politique, culturelle). De nombreux pays, notamment la France, voient leur
structure basée sur ce principe. Jusque dans les années 1990, en France, le
radioconcentrisme se concentre sur la capitale Paris et efface toutes les autres villes qui ne
sont alors pas considérées comme importantes. Ainsi toutes les autoroutes convergent vers
Paris, de même que les lignes ferroviaires à grandes vitesses. Les diagonales sont exclues
du raisonnement. Si vous voulez aller de Marseille à Nantes en train, il faut obligatoirement
passer par Paris. Il n’est pas possible (à moins d’utiliser des lignes classiques à vitesse
réduite et de ne pas craindre les nombreux changements), de prendre un chemin direct qui
ferait passer par Clermont Ferrand par exemple. Le monocentrisme est en quelque sorte un
égoïsme urbain car une ville, un quartier, ou un ensemble de bâtiments, gardent pour eux-
mêmes l’ensemble des fonctions pouvant potentiellement révéler une centralité.

Dans le polycentrisme il y a généralement un partage des fonctions. Plusieurs centralités se


localisent sur un même territoire. Comme on l’a vu précédemment, elles peuvent être nées
d’une volonté politique, urbanistique, ou encore s’être révélées toutes seules, par le seul fait
du temps. Au niveau national, le polycentrisme s’est révélé par la volonté du gouvernement
de décentralisés ses moyens administratifs et par conséquent humains. Cette politique
bénéficie aux villes de provinces qui voient leur attractivité augmenter. Au niveau urbain,

Malo Gohier, 2009


30
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

selon Catherine Baumont [1993, page 63], le polycentrisme est « la phase d’évolution
actuelle des villes ». La spécialisation des fonctions, devenue de plus en plus importante
contribue à leur séparation. Les technicités et les connaissances requises pour chaque
fonction a obligé ces dernières à se regrouper par secteur d’activité et à se décentraliser.
Ainsi, les villes nouvelles avaient pour but de compléter l’offre de la grande centralité de
Paris et de rétablir un équilibre dans l’aire urbaine parisienne.

Cette multiplication des lieux d’importance n’a toutefois pas empêché les différents métiers
d’échanger des informations et d’entretenir des relations entre elles comme nous allons le
voir dans la partie suivante. Selon David Mangin [2004, page 26] « différentes centralités
peuvent être plus ou moins complémentaires ». Ainsi la théorie des lieux centraux de Walter
Christaller [1933] veut que la répartition des centralités se fasse en réseau et que celui-ci
favorise les flux d’informations. Mais nous verrons aussi que certaines centralités peuvent
avoir une intensité telle qu’elles peuvent dominer leurs congénères. Nous verrons alors que
certains critères permettant de les hiérarchiser existent, ainsi que des indicateurs
mathématiques permettant de calculer l’intensité d’une centralité.

2- Relations

d) Dépendance et complémentarité

Nous l’avons vu, certaines centralités se complètent par leurs usages. Il existe des
interdépendances qui font que certains lieux ont révélé leur potentialité uniquement grâce à
la présence proche d’une autre centralité. Ainsi « une métropole polycentrique fonctionnant
en réseau peut être constituée d’un équilibre de centralités aux tailles et aux intensités
similaires » [SAINT JULIEN Thérèse & LE GOIX Renaux, 2007, page 13]. Ces deux critères
(intensité, taille) peuvent être déterminants dans les relations de dépendance et de
domination. D’autres critères peuvent compléter la liste : le degré d’autonomie, les niveaux
de spécialisation par exemple.

L’intensité d’une centralité est la force que celle-ci a de montrer sa présence sur un territoire
donné, elle peut aussi s’appeler intensité urbaine. « L’intensité est une grandeur mesurant
l’ampleur d’un flux par unité de temps » [DA CUNHA Antonio & KAISER Christian, juin 2009].
Elle peut rendre compte de l’usage que l’on fait du sol, c'est-à-dire la densité des
constructions. Or, des densités identiques (coefficient d’occupation des sols similaires),
peuvent varier selon les contextes (site, place du végétal) et peuvent prendre différentes
morphologies ou emprises au sol. Enfin, il y a une différence entre la densité pratiquée et la
densité perçue. Cela montre que la densité, et par assimilation l’intensité urbaine, ne sont

Malo Gohier, 2009


31
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

pas des critères pertinents car trop sujets à controverse. La densité humaine nette est peut-
être plus parlante car elle prend en compte des variables connues et parfaitement définies :
le nombre d’emplois, le nombre d’habitants sur une surface donnée. En conséquence, nous
pouvons admettre dans ce cas, que plus la densité sera importante, plus les flux de
personnes seront importants et seront susceptibles de révéler une intensité urbaine et donc
probablement une centralité.

L’intensité peut aussi refléter la nature et l’importance de sa fonction. Ainsi une centralité
commerciale verra normalement son intensité croitre avec le nombre de ses magasins.
Encore une fois ce n’est pas une vérité absolue. Il faut en effet dans ce cas, non seulement
prendre en compte la quantité des surfaces marchandes, mais aussi leur qualité. A quoi sert-
il d’avoir un grand nombre de magasins si ceux-ci n’attirent personne ? Une centralité est
donc un espace de qualité. C’est celui-ci qui lui permet de se différencier d’autres lieux.

Le niveau de spécialisation est aussi important. Si une centralité diversifie sa fonction trop
fortement, elle deviendra trop générale, au risque de perdre son originalité et ce qui lui a valu
d’être révélée comme telle : sa spécificité de fonction. Nous pouvons faire une comparaison
avec la restauration : on dit généralement qu’un restaurant qui propose dans sa carte à la
fois des pizzas, des crêpes, des fruits de mer ne sera pas bon, au contraire d’une pizzéria ou
d’une crêperie qui se seront spécialisées dans un met particulier.

Tous ces critères permettent de définir un niveau de centralité. Si deux ou plusieurs


centralités ont le même niveau elles entretiennent alors une relation neutre. Il n’y a pas
d’agression quelle qu’elle soit, juste des relations pacifiques de types dépendance ou
complémentarité. Dans ces deux cas, les centralités ne peuvent subsister ou leur potentiel
est engagé s’il manque un ou plusieurs membre(s). Leurs flux sont interconnectés. Si un de
ces flux venait à disparaître, la symbiose d’ensemble, l’équilibre seraient rompus. La
conséquence serait la disparition de certaines centralités ou la mise en place de nouvelles
relations comme la domination.

e) Domination et hiérarchisation

La relation de domination est plus complexe. D’autres facteurs rendent compte d’une
certaine compétition entre les centralités. Tout d’abord ces relations n’interviennent souvent
qu’entre centralités de même fonction, par exemple entre deux zones commerciales d’une
ville, mais rarement entre deux contenus différents comme une zone commerciale et un
centre d’affaire composé de bureaux.

Malo Gohier, 2009


32
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

D’abord elles possèdent une certaine autonomie ce qui les rend plus ou moins
indépendantes des autres lieux centraux. La disparition d’un de ceux-ci n’affectera pas les
autres, qui, au contraire, s’en retrouveront renforcés.

« Une zone est considérée comme étant plus centrale qu’une autre si elle concentre un
volume plus grand d’activités et si elle a une position privilégiée par rapport aux autres
zones » [BAUMONT Catherine, 1993, page 22]. Ainsi selon l’auteur c’est la concentration
(quantité de produits que l’on peut trouver sur la zone) et l’accessibilité (référence à la
distance) qui déterminent le niveau de centralité d’une zone et sa domination sur les autres.
Pour de bonnes performances il faut que ces deux facteurs soient les plus élevés possibles
mais à niveau égal. En effet, si par exemple, dans le cas d’une zone commerciale,
l’accessibilité est plus importante que la concentration, les flux de clients seront trop
nombreux et importants par rapport à la marchandise proposée. La demande sera plus forte
que l’offre, ce qui peut être favorable à court terme (stocks réduits), peut s’inverser à long
terme (diminution du nombre de clients contents, mauvaise réputation pour la gestion de la
clientèle). Un mauvais équilibre de ce rapport concentration/accessibilité peut devenir une
limite à la croissance d’une centralité et favorisera d’autres centralités, qui auront, elles, un
meilleur équilibre.

Deux centralités relativement proches peuvent aussi, à un moment, fusionner. « La


croissance et l’extension d’un ensemble de centres indépendants de taille similaire peuvent
former une seule aire fonctionnelle intégrées » [SAINT JULIEN Thérèse & LE GOIX Renaux,
2007, page16]. De ce processus résultera une centralité plus forte capable de rivaliser avec
ces congénères. Il existe plusieurs mesures du niveau de centralité permettant de
déterminer des indicateurs afin de les comparer :

- FUSTIER – ROUGET. C’est l’indicateur de centralité urbaine qui calcule l’indice


d’attraction. Celui-ci est déterminé par le rapport d’une masse (concentration) sur une
distance (accessibilité).
- GARLANDIER – ROUGET 1. C’est aussi un indicateur de centralité urbaine. Cette
fois l’indice d’attraction prend l’influence de la zone sur l’agglomération. C’est donc
soit un rapport entre masses ou entre accessibilités de la zone sur l’agglomération.
- GARLANDIER – ROUGET 2. Cette fois c’est un indicateur d’influence qui mesure la
concurrence interzone à l’aide des stocks et flux de chacune.

Malo Gohier, 2009


33
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

CONCLUSION
Ce dossier a d’abord permis de faire le point sur l’ambiguïté et la confusion entre les notions
de centre et centralité. Le centre est un lieu unique d’une ville et est généralement désigné
arbitrairement par les instances décisionnaires. La centralité est un lieu parmi d’autres, qui
possède les caractéristiques d’être attractif, d’avoir une forte accessibilité ou encore une
forte intensité urbaine.

Les centralités peuvent se révéler de différentes manières. D’abord par le politique lui-même,
qui par ses choix, peut influencer fortement la manière dont évolue un lieu. Ensuite, la
localisation et l’intégration urbaine sont deux caractéristiques importantes. La localisation est
directement liée à l’accessibilité. Une centralité doit attirer les plus grands flux de personnes
mais aussi de marchandises selon ses fonctions. Ses fonctions sont diverses : culturelle,
économique, commerciale, politique. L’intégration urbaine doit prendre en compte la
morphologie du quartier ou elle s’implante, respecter une certaine harmonie d’ensemble. Elle
doit aussi savoir se démarquer des autres lieux afin de ne pas rentrer dans la banalité. Les
centralités sont fortement sujettes aux critiques et aux perceptions de leurs usagers. Un lieu
peut être central du point de vue d’un urbaniste et sans intérêt de la part de l’usager, client,
non-initié à la pratique de l’aménagement. Cette tendance peut aussi s’inverser, un lieu dont
la fonction d’origine est sans importance peut se révéler central.

Les centralités, lorsqu’elles sont multiples sur un même territoire défini, peuvent interagir
ensemble. D’abord, des relations d’égale à égale, comme la dépendance ou la
complémentarité, amènent les centralités à échanger des informations, des flux. Ensuite, des
relations de domination sont aussi fréquentes. Une centralité plus forte peut supplanter
toutes ses congénères, les faire disparaître ou les absorber (si elles sont relativement
proches spatialement).

Pour continuer plus loin notre réflexion, il faudrait se demander quelles sont les tendances
actuelles des centralités ? Tendent-elles à disparaître au profit de micro-centralités plus
encrées dans le tissu urbain tels les commerces de proximité ? Notre recherche n’a été que
théorique, il faudrait tenter, à travers différentes exemple de villes d’illustrer nos propos plus
concrètement.

Malo Gohier, 2009


34
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

BIBLIOGRAPHIE

BAILLY Antoine, « L’organisation urbaine : théories et modèles », Centre de Recherche


d’Urbanisme, 272 pages, 1975.

BAUMONT Catherine, « Analyse des espaces urbains multicentriques », CNRS, 325 pages,
1993.

BERGER Martine, « Les périurbains de Paris. De la ville dense à la ville éclatée », CNRS,
317 pages, 2004.

CASTELLS Manuel, « La question urbaine », Edition F. Maspéro, 451 pages, 1972.

CCI région PACA, « les cahiers d’acteurs sur le projet ITER en Provence », édition Spot
Marseille, n°3, avril 2006.

CERTU, « Centralités dans la ville en mutation », Editions Certu, 214 pages, septembre
2003.

CERTU, « Une autre lecture de l’espace public : les apports de la psychologie de l’espace »,
éditions CERTU, 48 pages, décembre 1998, auteurs du recueil de texte : ASCHER François,
TOREL Lucie, FOURNIER J.-J., JAOUEN Michel, GALLOT-DELANEZIDE Emmanuelle,
BOURDIN Alain.

CHEVALIER Jacques et PEYON Jean-Pierre. « Au centre des villes », Editions l’Harmattan,


264 pages, 1994.

CHEVALIER Jacques. « Grandes et très grandes villes en Amérique du nord », Editions


Ellipses, 159 pages, 2000.

DA CUNHA Antonio & KAISER Christian. « Densité, centralité et qualité urbaine : trois
dimensions de l’intensité ? », Université de Lausanne, juin 2009.

DARMAGNAC André, DESBRUYERES François et MOTTEZ Michel. « Créer un centre ville :


Evry », Editions du moniteur, 119 pages, 1980.

DEVISME Laurent. « La ville décentrée : figures centrales à l’épreuve des dynamiques


urbaines », Editions L’Harmattan, pages 11 à 14, 2005.

Malo Gohier, 2009


35
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

DORIER-APPRILL Elisabeth, « vocabulaire de la ville, notions et références », Editions du


temps, 191 pages, 2001.

DRIS Nassima et OSTROWETSKY Sylvia. « La ville mouvementée : espace public,


centralité, mémoire urbaine à Alger », Editions l’Harmattan, 435 pages, 2002.

DUBE Christian, « L’évolution de la forme polycentrique de la région métropolitaine de


Montréal entre 1996 et 2001 », Université de Montréal, 2005.

GERREAU Joel, « Edge City », Editons Random House Inc, 1992.

GUEROIX M. & LE GOIX R., « La multipolarité dans les espaces métropolitains », pages
235 à 249 in « Donnée urbaine 3 » de PUMAIN D. & Mattei M-F., 2000.

LARCENEUX André & BOITEUX-ORAIN Céline, « Paris et ses franges : étalement urbain et
polycentrisme », Editions universitaires de Dijon, 270 pages, 2006.

LAUER André, « Regards sur la ville en mutation : recueil d’articles », La documentation


française, 2001.

LAURENTIN André, « l’image du centre le marais à Paris », CSU, Editions Copedith, Paris,
pages 131 à 144, 1974.

LEBRUN Nicolas. Thèse : « Centralités urbaines et concentration de commerces »,


Université de Reims Champagne-Ardenne, 10 décembre 2002.

MANGIN David. « La ville franchisée : formes et structures de la ville contemporaine »,


Editions de la villette, Paris, 364 pages, 2004.

MONNET Jérôme. « La ville et son double », Essais & recherches, Editions Nathan, 197
pages, 1993.

MONNET Jérôme. « Les dimensions symboliques de la centralité », Cahiers de géographie


du Québec, volume 44, n°123, décembre 2000, pages 399 à 418.

SAINT JULIEN Thérèse & LE GOIX Renaux, « La métropole parisienne : centralités,


inégalités, proximités », Edition Belin, 333 pages, 2007.

VELTZ Pierre, « un projet national, un projet de territoire », rencontre avec les élus lors de la
mission de préfiguration de l’établissement public de Paris Saclay, 2 avril 2009.

Malo Gohier, 2009


36
Comment identifier les centralités urbaines et quelles relations entretiennent-elles entre elles?

WEBOGRAPHIE

http://www.hypergeo.eu/article.php3?id_article=46 : définition du terme centralité.

http://www.hypergeo.eu/article.php3?id_article=13 : définition des lieux centraux fondés sur


la théorie de W. Christaller.

http://www2.urbanisme.equipement.gouv.fr/cdu/DATAS/docs/ouvr19/chap4.htm : courrier
du CNRS, Interview de Jean-Samuel Bordreuil à propos de « centralité urbaine, ville,
mobilités ».

Malo Gohier, 2009


37