Vous êtes sur la page 1sur 1

Communiqué de presse Paris, le 27 mai 2010

ALERTE SUR LA DECISION DE NON REMBOURSEMENT

D’UN NOUVEAU MEDICAMENT CONTRE L’HYPERTENSION ET

DEMANDE D’UNE MISSION D’EXPERTISE

Les sociétés engagées dans la lutte contre l’hypertension artérielle :

- la Société Française d’Hypertension Artérielle (SFHTA)

- le Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (CFLHTA)

- la Fondation de Recherche sur l’Hypertension Artérielle (FRHTA)

se mobilisent et alertent le Ministère de la santé et la Haute Autorité de Santé (HAS) sur la décision, du non remboursement d’un nouveau médicament contre l’hypertension et sur les conséquences d’une inégalité de l’accès aux innovations thérapeutiques en France.

En effet ce nouvel antihypertenseur, fait de l’association en un seul comprimé de trois principes pharmacologiques hautement reconnus, dont l’efficacité et les bénéfices pour les patients ne sont plus à démontrer, a reçu un avis défavorable quant à son remboursement par la Commission de la Transparence de la Haute Autorité de Santé.

Les associations de médicaments en un seul comprimé sont un réel bénéfice pour les patients souffrant d’hypertension, plus de 12 millions en France, d’autant que 20% d’entre eux sont soignés par au moins trois médicaments contre l’hypertension, auxquels s’ajoutent souvent des médicaments hypolipémiants, antiplaquettaires ou antidiabétiques. Seuls donc les plus aisés parmi les patients les plus atteints et les plus fragiles pourront accéder à ce médicament non remboursé, un pas de plus dans la progression d’une « médecine à deux vitesses ».

Dans d’autres affections, telle le HIV, la Commission de la Transparence de la Haute Autorité de Santé avait donné un avis favorable au remboursement de l’association de trois antirétroviraux.

La Société Française d’Hypertension Artérielle (SFHTA, le Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (CFLHTA) et la Fondation de Recherche sur l’Hypertension Artérielle (FRHTA) s’interrogent donc sur les raisons de cette décision et devant les conséquences pour les patients hypertendus, sollicitent auprès de la HAS, l’organisation d’une mission d’expertise pluridisciplinaire afin de définir la place des associations fixes médicamenteuses dans la prise en charge de l’hypertension.

Service de Presse

Capital Image – Anne Bellion/Stéphanie Chevrel 45 rue de Courcelles - 75008 Paris Tél. : 01 45 63 19 00 - Fax : 01 45 63 19 20 www.santepress.com – www.capitalimage.net