Vous êtes sur la page 1sur 48

Michel Strogoff (1874-1875) | Jules VERNE (1825-1905) | 91 illustrations de Jules-Descartes Férat

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13

14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26

27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39

40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52

53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65

66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78

79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91
Tous droits réservés © 2008 | RenePaul.net | ISBN 978-2-923610-03-0 | v2008.06.03
2

1
3 4. « Vraiment, monsieur, cette fête est charmante !... »
5. Il vint respirer sur un large balcon… 6. « Oui, général, et je vais t’apprendre… »
7. « Que Votre Majesté m’excuse !… » 8. Le courrier Michel Strogoff entrait dans le cabinet impérial.
9. « Va donc, Michel Strogoff… » 10. Michel Strogoff s’étendit dans son coin.
11. Le train repartait sans s’inquiéter du retardataire… 12. Puis les yeux baissés, elle se disposa…
13. Voyageurs plus ou moins bousculés, cris… 14. « Qu’est-ce que tu fais là ? »
15. C’était un mouvement, une excitation… 16. Alors, d’une voix haute, il lut…
17. Là, sur un banc, tombée plutôt qu’assise… 18. « Soeur », dit-il.
19
20. Il montait l’échelle du gaillard d’avant. 21. Au moment où la troupe bohémienne…
22. Alcide Jolivet allait-il donc manquer le départ… 23. Une demi-heure plus tard, trois chevaux de poste…
24. Le tarentass quittait Perm au milieu d’un nuage de 25. « Sois prête à tout. Voici l’orage ! »
poussière.
26. Il parvint, non sans peine, à maîtriser les chevaux. 27. « Des cris, frère ! Écoute ! »
28. Les rafales brusquement brisées… 29. « Tu n’es pas blessée, sœur ?... »
30. Si l’iemschik ne se fût prudemment reculé… 31. Le diligent Français avait trouvé un tarentass.
32. Le 22 juillet, les deux tarentass arrivaient. 33. Un relais de poste en Sibérie.
34. « Défends-toi, car je ne te ménagerai pas ! » 35. « Pour la patrie et pour le Père ! » murmura-t-il.
36. « Va-t’en, mon ami, lui dit-il. Je te tuerais ! » 37. Elle était déposée dans une des barques.
38. « Ne parle pas. Tu es encore trop faible. » 39. « Mon fils ! »
40. « Sais-tu que je puis te faire torturer ? » 41. Le cheval, taonné par ces venimeux diptères.
42. « Peux-tu me répondre ? » lui dit-il d’une voix grave. 43. Michel Strogoff s’avançait avec circonspection.
44. « Des torches ! » se dit-il. 45. D’une main qui ne tremblait pas, il le visa.
46. Le cheval de Michel Strogoff, frappé au flanc… 47. À deux verstes en avant, une petite ville…
48. Le champ de bataille de Kolyvan. 49. Le poste fut envahi par des soldats tartares.
50. La tente de Féofar dominait les tentes voisines. 51. « Vous êtes donc un peu médecin ? »
52. Sangarre était là. 53. Ivan Ogareff entra et se trouva devant l’émir.
54. Il prit les lettres et les lut avec attention. 55. La jeune fille était là et l’aidait de son bras.
56. Il fallait suivre la grande route sibérienne. 57. Elles venaient boire à leur tour.
58. « Va ! » dit Ivan Ogareff. 59. Levant le knout, il en déchira la figure d’Ivan Ogareff.
60. Cette femme, d’origine persane… 61. « Tu vas mourir ! » dit Ivan Ogareff.
62. Aussitôt les danses commencèrent. 63. « Regarde de tous tes yeux, regarde ! »
64. Michel Strogoff était aveugle. 65. « Tu es là, Nadia ? » demanda-t-il.
66. « C’est une charrette. Un jeune homme la conduit. » 67. « Elle est gentille », dit Nicolas.
68. Il était sept heures du soir. 69. Bientôt l’appareil et son moteur flottèrent.
70. Empoignant d’un bras vigoureux la bride… 71. Un lièvre vint à traverser le chemin.
72. Ce cadavre était celui d’un moujik. 73. Le cheval se précipita avec son cavalier…
74. Nadia, domptant sa répugnance, regardait. 75. Une tête sortait du sol.
76. Bientôt le corps de Nicolas fut couché dans cette tombe. 77. Un vieux marinier du Baïkal avait pris le commandement.
78. « Venez », lui dit Nadia. 79. Le vieux marinier, à l’avant près de ses hommes…
80
81. Nadia rampait en avant de Michel Strogoff. 82. On travailla jour et nuit.
83. Wassili Fédor. 84. Un homme entra. Il avait l’air épuisé de fatigue.
85. Partout il fut accueilli avec de cordiales félicitations. 86. Ce soir-là, du haut des glacis, un billet tomba…
87. Il attendait donc dans les ténèbres… 88. Une immense clarté dissipa les ombres de la nuit.
89. Soulevé soudain par une force irrésistible, il roula à terre… 90. « Qui a tué cet homme ? » demanda le grand-duc.
Numérisation
Équipe des collaborateurs

Illustration(s) couleur(s)
Bernhard Krauth

Légende(s)
René Paul | Jacques Chauvette | Jacques Bloch

Traitement et mise en forme


René Paul

Sites références
http://www.RenePaul.net
http://jv.gilead.org.il/rpaul
http://www.fredericviron.com/verne/galerie
http://www.jules-verne-club.de/Kaleidoskop/Chromotypo_01.html

91. « Ma joie sera de vous appeler tous les deux mes enfants !
»

Centres d'intérêt liés