Vous êtes sur la page 1sur 56

Kéraban-le-têtu (1882) | Jules VERNE (1825-1905) | 109 illustrations de Léon Benett

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14

15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28

29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42

43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56

57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70

71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84

85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98

99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109
Tous droits réservés © 2008 | RenePaul.net | ISBN 978-2-923610-03-0 | v2008.06.05
2

1
3

4. C’étaient deux Hollandais, Jan Van Mitten et son valet Bruno.


5. Mosquée Mahmoud, à Constantinople. 6. « Au coup de canon ! »
7. « Je compte sur ton zèle, Yarhud ! » 8. Sainte-Sophie, à Constantinople.
9. Tous deux arrivaient sur la place de Top-Hané. 10. « Eh ! monsieur, je passerai ! » dit Kéraban.
11. « Ici, c’est l’Europe, mais là-bas, c’est l’Asie. » 12. Leurs barques, à deux rames…
13. « C’est tout vu, et je partirai dès ce soir. » 14. Du haut des minarets, les muezzins…
16. La chaise traversa la Corne d’Or sur le pont de la
15. Bruno revenait avec plusieurs portefaix. Validèh-Sultane.
17. Des chemins étroits, bordés de précipices. 18. Le coupé ne tarda pas à s’emplir de vapeurs.
19. Ce n’était plus qu’un vaste marécage. 20. Bruno visita l’attelage.
21 22
23. Soudain, plusieurs détonations éclatèrent. 24. Odessa.
25. « Chère maîtresse, » dit Nedjeb. 26. Ahmet était consciencieusement vêtu à la turque.
27. « C’est peut-être celui qui commande cette tartane ? » 28. Amasia ne se lassait pas d’admirer ces magnifiques étoffes.
29. « Bonjour, ami Sélim ! » 30. « Monsieur, me direz-vous ?… » dit Ahmet.
31. Odessa. — Le grand escalier. 32. L’habitation était maintenant déserte.
33. Le Maltais observait les deux jeunes filles. 34. Amasia pensive, regardant le lointain horizon…
35. « À bord ! » dit Yarhud. 36. Sélim tomba frappé d’une balle à l’épaule.
37. Les chevaux ne manquaient point aux relais… 38. « C’était une véritable pluie d’oignons de tulipes. »
39. Yalta (Crimée). 40. Aloupka (Crimée).
41. Le maître de poste se tenait sur le seuil. 42. Au trot allongé de son étrange attelage.
43. Kertsch. 44. Quelques caravanes campant…
45. Les bateliers manœuvrèrent si adroitement… 46. Tous, marchant derrière la chaise qui n’avançait qu’au pas…
47. La route traversait cette steppe en feu. 48. Ahmet saisit Kéraban.
49. Le sol y est boisé. 50. Ces « khotonnes » sont de véritables villages ambulants.
51. « Vous avez toujours raison, ami Kéraban. » 52. Van Mitten eut une demi-heure pour admirer l’église.
53. La chaise longea ensuite d’énormes futaies. 54. Il fallait bien que l’un ou l’autre reculât.
55. Kéraban alla droit au cavalier, et saisissant son cheval. 56. « Nous voilà dans un joli embarras ! »
57. « Mon maître ! » s’écria Bruno. 58. Seul, Ahmet avait un assez fringant animal.
59. C’était le seigneur Kéraban. 60. Kéraban se retourna pour montrer le poing aux Cosaques.
61. « Ainsi, nous allons monter là-dedans ? » 62. La route n’était pas déserte.
63. Kéraban regarda le ciel. 64. La porte de la maisonnette s’ouvrit.
65. « Pas si vite, monsieur Bruno ! » 66. Cette ascension ne pouvait qu’être extrêmement difficile.
67. Des oiseaux de mer, affolés par la tempête… 68. Un boulet traversa la trombe.
69. Leur lueur remplaça le feu éteint du phare. 70. Ahmet soulevait dans ses bras l’une des naufragées.
71. Tous, assis devant la flamme pétillante… 72. Elles se sentaient surveillées de près.
73. La caravane sur la route du Lazistan. 74. L’arrière s’éclaire d’une résine enflammée.
75. Yarhud s’aperçut qu’Ahmet faisait bonne garde. 76. Le caravansérail de Rissar.
77. Maître Kidros ne lui parlait qu’avec une extrême déférence. 78. Le seigneur Saffar et le capitaine maltais sortirent.
79. Maître Kidros les accompagnait. 80. C’était la noble Saraboul.
81. Le greffier rentra, tirant par son licol une chèvre. 82. « Je vais donner l’exemple », répondit Yanar.
83. « En prison ! En prison ! » 84. Trébizonde, le vieux château de mer.
85. Kéraban et ses compagnons firent une superbe entrée. 86. Le bazar, richement assorti de tapis, d’étoffes.
87. Un hammal venait d’indiquer à Ahmet le bureau du 88. L’iman dit une simple prière.
télégraphe.
89. Sur ces arbres poussent des loupes. 90. Cette étape côtoyait la lisière de forêts superbes.
91. Au soleil levant, on quitta Sinope. 92. Là, on fit halte pour la nuit et l’on tint conseil.
93. Ahmet le suivit sans être vu. 94. C’était un assez étroit défilé.
95. Chacun s’était placé à sa guise. 96. Yanar le poussait par l’épaule.
97. Kéraban et Ahmet firent bonne garde. 98. Ahmet s’avançait vers l’espion.
99. Ahmet lut… 100. Le sommet des roches se couronnait d’assaillants.
101. Scarpante tombait, mortellement atteint. 102. La villa du seigneur Kéraban.
103. Le seigneur Kéraban et ses compagnons sur les
hauteurs de Scutari. 104. Ils se reposaient des émotions et des fatigues de ce voyage.
105. Une rue de Scutari. 106. Cimetière de Scutari.
107. « Tu m’accompagneras, Bruno !... » 108. Tous embarqués dans un caïque.
Numérisation
Équipe des collaborateurs

Illustration(s) couleur(s)
Bernhard Krauth

Légende(s)
René Paul | Jacques Chauvette | Jacques Bloch

Traitement et mise en forme


René Paul

Sites références
http://www.RenePaul.net
http://jv.gilead.org.il/rpaul
http://www.fredericviron.com/verne/galerie
http://www.jules-verne-club.de/Kaleidoskop/Chromotypo_01.html

109. Storchi poussait son compagnon devant lui.

Centres d'intérêt liés