Vous êtes sur la page 1sur 16

La faculté de médecine de BATNA

Le laboratoire de physiologie
Dr : GUEDJATI MR
Responsable du module 1ère année de médecine
Cours de physiologie humaine

PHYSIOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX AUTONOME

PLAN :

I - INTRODUCTION / RELATION STRUCTURE FONCTIONS

II- PHYSIOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX SYMPATHIQUE :

A- LES RECEPTEURS

B- LE MODE D’ACTION

C- LES AGONISTES ET LES ANTAGONISTES

D- LE METABOLISME DU NEUROMEDIATEUR

E- LES EFFETS PHYSIOLOGIQUES DANS L’ORGANISME HUMAIN

III- PHYSIOLGIE DU SYSTEME NERVEUX PARASYMPATHIQUE :

A- LES RECEPTEURS

B- LE MODE D’ACTION

C- LES AGONISTES ET LES ANTAGONISTES

D- LE METABOLISME DU NEUROMEDIATEUR

E- LES EFFETS PHYSIOLGIQUES DANS L’ORGANISME HUMAIN

Fac/med-bat/labo physiologie/Dr: GUEDJATI

1
I- INTRODUCTION :

Le contrôle des fonctions viscérales du corps se fait par une portion du système nerveux ; le
système nerveux végétatif ou autonome (SNA) ou (SNV).

La régulation de la pression artérielle, la motricité et la sécrétion gastro-intestinales, le débit


urinaire, la sueur, la température du corps et d’autres fonctions dépendent soit d’une partie du
SNA ou entièrement De ce dernier.

La différence entre l’arc somatique et l’arc végétatif réflexe est décrite au schéma : 1

Schéma : 1 Différences entre arc réflexe somatique et arc réflexe végétatif

Le ganglion végétatif se trouve en dehors du centre nerveux d’ou son autonomie.


Le ganglion comprend une fibre effectrice pré ganglionnaire et fibre effectrice post
ganglionnaire. Ce même ganglion est soit :

• Proche ou dans l’organe pour le système nerveux parasympathique


• Proche du centre nerveux représenté par la moelle épinière pour le système nerveux
sympathique.

Le SNA dépend d’un contrôle supérieur ; moelle épinière, tronc cérébral, et hypothalamus.

Les différences anatomofonctionnelles entre le système sympathique et parasympathique sont


décrits sur les schémas : 2 et 3

Fac/med-bat/labo physiologie/Dr: GUEDJATI

2
Schéma : 2 anatomie fonctionnelle du SN sympathique

Schéma : 3 Anatomie fonctionnelle du SN parasympathique

Fac/med-bat/labo physiologie/Dr: GUEDJATI

3
1- Le SN parasympathique se caractérise par :
 Plusieurs paires crâniennes.
 75 % du SN parasympathique chemine dans le nerf vague ou Xème paire
crânienne ; qui se distribue dans la région thoracoabdominale, cœur –
poumon -tube digestif- foie- pancréas- vésicule biliaire.
 Les paires crâniennes innervent ; l’œil et les glandes salivaires.
 Les paires sacrées intéressent le système urinaire, l’appareil génital et une partie
du tube digestif.

2- Le SN orthosympathique se caractérise par :


 Les fibres naissent dans la moelle épinière entre la 2ème vertèbre dorsale (D2) et
la 2ème vertèbre lombaire (L2).
 Le corps cellulaire du neurone pré ganglionnaire se trouve dans la corne
intermédiolatérale de la molle.
 La fibre post ganglionnaire qui naît à ce niveau se dirige vers l’organe.
 Schématiquement :
D1 : la tête
D2 : le cou
D3 – D4 – D5 – D6 : le thorax
D7 – D8 – D9 – D10 – D11: l’abdomen
D12 – L1 – L2: les jambes.
- Le système nerveux sympathique est spécifique pour le cœur, le poumon, et
le rein.

Certaines différences fonctionnelles sont aussi à distinguer sur les schémas 4 et 5

Schéma : 4 histologie fonctionnelle des neurotransmetteurs

4
Fac/med-bat/labo physiologie/Dr: GUEDJATI

Schéma : 5 les récepteurs du SNA

II- LE SYSTEME NERVEUX SYMPATHIQUE :

A- LES RECEPTRURS :

En 1948 AHLQUIST décrivait deux types de récepteurs :

 Les récepteurs α: avec un effet biologique d’une vasoconstriction du muscle


lisse.
 Les récepteurs β: avec un effet biologique d’une dilatation du muscle lisse.
C’est en utilisant les antagonistes pharmacologiques que ces effets ont été identifiés.

En 1970 LANDS décrivait deus types de récepteurs « α » et deux types de récepteurs « β » :

 Les récepteurs α1 post ganglionnaires : constriction du muscle lisse vasculaire.


 Les récepteurs α2 pré ganglionnaires : autorégulation de la libération du
neuromédiateur par l’élément pré ganglionnaire ; si α2 existe en post
ganglionnaire son effet est identique à celui de α1. Schéma : 5
 Les récepteurs β1 cardiaques : chronotrope (+) et inotrope (+).
 Les récepteurs β2 du muscle lisse : vasodilatation – bronchodilatation –
relaxation de l’utérus.

En 1989 un troisième récepteur type « β » est individualisé appelé β3 par étude sur le
polymorphisme génétique chez certains sujets prédisposés à faire le diabète de l’âge mûr.

B- LE MODE D’ACTION : (voir cours physiologie de la membrane cellulaire)

Fac/med-bat/labo physiologie/Dr: GUEDJATI

5
Selon le récepteur on décrit :
1- Pour les récepteurs β une activation de l’adényl cyclase par la protéine « G » et
augmentation de l’ AMPC.

2- Pour les récepteurs α2 une diminution de la formation de l’adényl cyclase par


activation de la sous unité inhibitrice de la protéine « G » et diminution de l’AMPC.

3- Pour les récepteurs α1 une activation de la protéine « G » et l’augmentation de IP3.

4- Au niveau du muscle lisse, le calcium intervient suite à l’augmentation de l’ AMPC


par activation des canaux dépendant du récepteur β. Le résultat est une constriction.

C- LES AGONISTES ET LES ANTAGONISTES :

Tableau 1 : SYMPATHOMIMETIQUES ET SYMPATHOLYTIQUES

AGONISTES ANTAGONISTES

ADRENALINE « β1 » CLONIDINE «α»

NORADRENALINE «β» RESERPINE «α»

DOBUTAMINE « β1 » METHYL DOPA «α»

SALBUTAMOL « β2 » ACEBUTOLOL « β1 »

TERBUTALINE « β2 » PROPRANOLOL «β»

D- LE METABOLISME DU NEUROMEDIATEUR :

1- Synthèse – stockage –libération :

Les médiateurs du SNA sympathique sont la noradrénaline et l’adrénaline.


C’est à partir de l’acide aminé « tyrosine » que ces médiateurs sont synthétisés.

6
Fac/med-bat/labo physiologie/Dr: GUEDJATI

OH Co2 OH

Tyrosine L dopa Dopamine Noradrénaline

Méthylation

Adrénaline (ganglion
Sympathique surrénalien)

La synthèse débute au niveau du soma du neurone, le neuromédiateur est stocké et transporté


tout au long de l’axone jusqu’aux terminaisons nerveuses.

Le stockage est actif, il se faisant en présence du magnésium (Mg++).


La réserpine bloque le stockage dans les vésicules de transports précisément le transport actif.
Les amphétamines entraînent une deplession des vésicules.

La noradrénaline est libérée suite à l’arrivée d’un PA et en présence obligatoire du calcium


ionisé (Ca++).

2- Le catabolisme des médiateurs du système nerveux orthosympathique se fait selon le


schéma : 6

Les processus de désactivation des médiateurs sont :

 Une désamination oxydative par les monoamines-oxydases (MAO) qui nécessite


obligatoirement l’oxygène. Elle s’effectue au niveau des mitochondries pré et post
synaptiques et au niveau des organes cibles.
 Une méthoxylation par la catéchol -O- méthyle transférase (COMT) cette
dégradation peut se faire au niveau des organes cibles. Schéma : 6.
 La capture des molécules de noradrénaline au niveau de la membrane axonale
diminue le nombre de la NA circulante et diminue ses effets physiologiques, cette
désactivation consomme de l’énergie ; il s’agit d’une pompe à catécholamines.

Les produits terminaux de dégradation sont :

 L’acide vanilymandélique (VMA).


 L’acide 3-méthoxy-hydroxyphénylglycol.
Ces métabolites sont éliminés dans les urines et ont un intérêt dans l’exploration médicale.

7
Fac/med-bat/labo physiologie/Dr: GUEDJATI
Tyrosine
OH

L-dopamine

Co2

Dopamine OH

Méthylation
ADRENALINE NORADRENALINE
2
1 2 1

Méthoxyadrénaline Acide 3-4 hydroxymandelique Metoxynoradrénaline

2 1 2

Acide 3 methoxy 4 hydroxymandelique


(Acide vanilmandelique VMA)

3 methoxy 4 hydroxyphénylglycol

1 = Méthylation par les COMT (co-ométhyl –transférase)


2= Désamination oxydative par les monoamine-oxydase (MAO) + les aldéhydoxydases

Schéma: 6 synthèse et dégradation des catécholamines

8
Fac/med-bat/labo physiologie/Dr: GUEDJATI
E- LES EFFETS PHYSIOLOGIQUES :

Les effets physiologiques du système nerveux sympathiques sont fonction de la distribution


des récepteurs dans l’organisme humain selon le tableau 2.
TABLEAU: 2
Organe Récepteurs α Récepteurs β
1- Cœur : ? β1 : inotrope+,
NAV ? chronotrope+
Ventricules ? ↑↑ automatisme, et la vitesse
de conduction.
2- Les artères :
• Coronaires : Constriction Dilatation
• Cutanées : Constriction ?
• Pulmonaires : Constriction β2: Dilatation
• Rénales : Constriction β1, β2: Dilatation
• Cérébrales : ± constriction ?
3- Veines : α1 : constriction β2 : dilatation
4- Bronches : ? β2 : dilatation/relaxation
5- Utérus : α1 : constriction β1 : dilatation/relaxation
6- Adipocytes: α : lipolyse β1 : lipolyse
7- Estomac: α2 : ↓↓ le tonus et la motilité β2 : ↓↓ le tonus et motilité
sphincters : α2: contraction ?
8- Foie : α2 : glycogenolyse β2 : gluconéogenèse
9- Intestins : α1 : ↓↓ la motilité β1-β2 : ↓↓ la motilité
sphincters : α : contraction ?
10- Œil :
iris, muscle ciliaire α: Contraction -mydriase β: relaxation pour une vision
iris, sphincter, muscle lointaine
ciliaire
11- Organes génitaux male : α1 : éjaculation ?
12- Pancréas :
acini : α : ↓↓ sécrétion. ?
îlots β α2 : ↓↓ sécrétion β2 : ↑↑ sécrétion
13- Peau :
muscle pilo-moteurs : α : contraction ?
glandes sudorales : α : sécrétion ?
17- Rate : α : contraction β2 : relaxation
18- Rein : β1: sécrétion de rénine
19- vésicule biliaire : β2 : relaxation
20- Vessie :
detrésor : ? β : relaxation
trigone et sphincter : α : contraction ?

9
Fac/med-bat/labo physiologie/Dr: GUEDJATI

III- LE SYSTEME NERVEUX PARASYMPATHIQUE :

A- LES RECEPTEURS :

Tout système de transmission de l’influx électrique est doté d’une substance amplificatrice de
l’information électrique. Cette information soit qu’elle est transmise dans le cadre de relais
synaptique, soit qu’elle subit une transduction au niveau de l’organe cible effecteur.

Dans les deux cas, il faut qu’il y est des récepteurs spécifiques et potentiellement actifs à la
substance amplificatrice.

Le système nerveux parasympathique possède deux types de récepteurs :

1. Les récepteurs nicotiniques : Ils peuvent êtres définis comme étant des récepteurs
canaux ioniques (canaux ioniques dépendant d’un récepteurs). Ils sont souvent
constitués de cinq sous unités transmembranaires qui réalisent ensemble la forme
géométrique d’un canal ionique. Ce canal est capable de s’ouvrir et de se fermer à la
suite de l’occupation du récepteur nicotinique par le médiateur chimique, la nicotine.
Schéma : 7 Sous unité λ

Sous unité α

Sous unité β
Sous unité δ

Schéma: 7 structure d'un canal ionique dépendant d'un récepteur

10
Fac/med-bat/labo physiologie/Dr: GUEDJATI
En fonction de leur siège on reconnaît :

• Les récepteurs nicotiniques neuro-neuronaux (synapse nerveuse).


• Les récepteurs neuromusculaires de la plaque motrice (synapse
neuromusculaire). Voir cour de la physiologie du muscle. Ce type de
récepteurs est bloqué par les curares.

Le mode d’action des récepteurs nicotiniques a été décrit au chapitre physiologie de


la membrane.

La répartition des récepteurs nicotiniques est moins importante par rapport à celle des
récepteurs muscariniques au niveau du SNA parasympathique.

2. Les récepteurs muscariniques : Les récepteurs muscariniques sont sensibles à la


muscarine et plus ou moins à la nicotine.
La muscarine est un alcaloïde d’un champignon la « belladone ».

Les récepteurs muscariniques ont été étudiés par radio isotopie et surtout par
l’utilisation des substances pharmacologiques (antagonistes et agonistes). Ils sont tous liés à la
protéine « G ». Voir cour physiologie de la membrane cellulaire.

Ils sont classés selon le mécanisme d’hybridation in situe des ARNm codant ce type de
récepteurs en quatre classes : M1 – M2 – M3 – M4 et actuellement une cinquième classe
(± M5).

Sur le plan pharmacologique : On peut les classer en deux sous classes :

• M1 : utilisant comme substance pharmacologique la piranzepine.


• M2 : utilisant comme substance pharmacologique la galanine.
• Au début des années 80 les « AFDX16 » sont utilisés comme des
antagonistes sélectifs de deux classes M2 ; M2α à localisation cardiaque et les
M2β à localisations glandulaires.

B- LE MODE D’ACTION DES RECEPTEURS :

 Nicotiniques.
 Muscariniques.

C- LES AGONISTES ET ANTAGONISTES : Tableau : 3 – Parasympatholytiques et


Parasympathomimétiques.

11
Fac/med-bat/labo physiologie/Dr: GUEDJATI

Nicotiniques Muscariniques
Agonistes : - Nicotine -Muscarine
-Carbachol - Bethemechol
-Dexamethilium -Carbachol
-Butyrylcholine
-Triméthylammonium
Antagonistes : -Hexamethonium - Atropine
-Procaïne -Scopolamine
- Xylocaïne -Piranzepine
-Prostigmine

D- LE NEUROTRANSMETTEUR :

1. La biosynthèse de l’acétyl choline :

Les travaux de NACH – MANSON ont mis le point sur le rôle d’une enzyme : choline acétyl
transférase ou acétylcholine transférase (ACT). Elle intervient dans l’étape finale de la
synthèse du médiateur du système nerveux parasympathique : l’acétylcholine. Elle catalyse
l’acétylation de la choline et de l’acétyl COA dérivé du pyruvate.

ACT

CHOLINE + ACETYL COA ACETYLCHOLINE

L’acétyl COA provient des mitochondries.

L’acétylcholine est transportée tout au long des axones jusqu’aux terminaisons nerveuses, sa
synthèse débute au niveau des corps cellulaires.

Au niveau des terminaisons nerveuses cholinergiques sont formées les vésicules synaptiques
renfermant ce médiateur (l’acétylcholine).

2- La libération de l’acétylcholine :

C’est au niveau de la plaque motrice du muscle striée que la libération spontanée de


l’acétylcholine génératrice de potentiel d’action (PA) miniatures fut démontrée pour la 1ère
fois, ainsi que l’existence des vésicules synaptiques au niveau des terminaisons nerveuses.

Le stockage et la libération de l’ACH sont démontrés au niveau des synapses pré –


ganglionnaires sympathique et parasympathiques, comme au niveau des synapses post –
ganglionnaires parasympathiques et exceptionnellement au des surrénales et les glandes
sudoripares du système sympathique.

12
Fac/med-bat/labo physiologie/Dr: GUEDJATI
Deux hypothèses tentent d’expliquées le mode de la libération de l’ ACH :

 La théorie vésiculaire : la libération de l’ACH se produit de façon explosive (1000 à


50 000) molécules d’ACH qui se trouvent dans chaque vésicule sous l’effet de la
dépolarisation induite par la stimulation nerveuse, cette libération dépend de la
présence obligatoire du calcium ionisé (Cai++) ; ainsi les vésicules fusionnent avec
la membrane cellulaire des terminaisons nerveuses pour finir dans la fente
synaptique.
 La théorie cytoplasmique : le calcium qui pénètre dans les terminaisons nerveuses
au cours de la stimulation agirait sur des protéines spécifiques de la membrane,
formant des canaux et commandent par se mécanisme le passage de l’ACH ; ainsi
l’ACH est libérée du cytoplasme vers la fente synaptique.

3- Interaction acétylcholine – récepteurs cholinergiques :

L'interaction ligand acétylcholine avec son récepteur (nicotinique – muscarinique) entraîne les
effets biologiques du système nerveux parasympathique.

Au niveau de la plaque motrice, la zone jonctionnelle n'occupe qu'une portion limité de


chaque fibre alors qu'au niveau des synapses ganglionnaires autonomes ce sont plusieurs
dizaines de milliers de cellules qui sont mis en jeu, sous forme d'un réseau neurosynaptique.

Selon le récepteur:

 Muscariniques: Il s'agit vraisemblablement d'une augmentation des


concentrations cellulaires en GMPC ou bien d' APMC par activation de la
protéine "G", pour les récepteurs M2.
Comme il peut s'agir d'une activation des IP3 pour les récepteurs M1.

 Nicotiniques: Il s'agit d'une ouverture des canaux ioniques dépendant de


l'acétylcholine précisément ce sont les sous unités "α"qui reconnaissent le
médiateur et déforment le canal, d'ou entrée ionique et dépolarisation. (Voir
cours physiologie de la membrane).

4- Inactivation de l'acétylcholine:

Elle se fait par l'acétylcholine estérase vraie dans un délai variable selon le types de fonction
physiologique (plus d'une seconde et moins de 10-3 de seconde).

On distingue:

 l'acétylcholine estérase vraie (ACHE) présente dans les structures cholinergiques


particulièrement au niveau des synapses pré, post ganglionnaires
parasympathiques et en faibles quantités au niveau des ganglions sympathiques
ainsi qu'au niveau des jonctions neuromusculaires. Cette ACHE est également
présente au niveau des érythrocytes et le SNC.

13
 Les pseudo cholines estérases parmi la plus connue la butyrylcholine estérase qui
hydrolyse la butyrylcholine (agoniste chilonérgique) qui se trouve en grandes
quantités dans le plasma humain. Ces pseudo cholines estérases hydrolysent
moins rapidement l'acétylcholine. La butyrylcholine trouve sa concentration
augmentée en cas d'intoxication aux organophosphorés car ces derniers inhibent
spécifiquement la butyrylcholine estérase. Schéma: 8

Glucose

Mitochondries ATP
acétylcoA + choline
PA
CHAT
Acétylcholine Choline
Ca++ 2
1

Acétylcholine ACHE

Acétate

Récepteurs nicotiniques Récepteurs muscariniques

3
Effets biologiques

1 Inhibition par la toxine botulique ou inhibiteur calcique

2 Hémicholine

Tétra amine acridine (TAA)


3
Curares
Prostigmine

Fac/med-bat/labo physiologie/Dr: GUEDJATI

14
5- Les effets physiologiques: Tableau: 4.

L'acétylcholine à doses faibles possède des effets muscariniques, à doses élevées elle
déclenche les effets nicotiniques qui prédominent sur le système cardiovasculaire car une
hypertension artérielle résulte de la stimulation cholinergique nicotinique au niveau du
ganglion sympathique de la médullosurrénale. (Voir système nerveux sympathique).

Au niveau de la jonction neuromusculaire du muscle strié, l'amplification est obtenue par


genèse des potentiels locaux en présence de l'acétylcholine jusqu'à l'obtention d'un PA
capable de déclencher les phénomènes mécaniques. Les récepteurs nicotiniques
cholinergiques peuvent être bloqués par les curares.

Tableau: 4
Organes Effets physiologiques

Œil : iris, sphincter Contraction (myosis)


Muscle ciliaire Contraction : vision lointaine
Cœur : -NSA Diminution de la fréquence cardiaque
Malaise vagal +++ par ↑↑ pente de DDL.
-oreillettes Diminution de la contractilité.
Artérioles Dilatation

Muscles bronchiques Contraction

Glandes bronchiques Stimulation et augmentation

Estomac et intestins: -motilité et tonus Augmentation


-sphincters Relaxation
-sécrétions Stimulation
Vésicule biliaire et canaux biliaires Contraction

Utérus Variable

Organes sexuels masculins Erection

Peau ↑↑ Sécrétion sudoripare

Médullosurrénale ↑↑ sécrétion de l’adrénaline et de la


noradrénaline
Glandes salivaires ↑↑ sécrétion hydrique et potassique
↑↑ sécrétion d’amylase
Pancréas ↑↑ sécrétion des acini
↑↑ sécrétion des cellules « β »
Foie Synthèse de glycogène

15
Glandes lacrymales ↑↑ sécrétion

Fac/med-bat/labo physiologie/Dr: GUEDJATI

16