Vous êtes sur la page 1sur 1

Max et les Maximonstres (2009) de Spike Jonze

Max est un jeune garçon d'une dizaine d'années très actif et qui a peur de grandir,
d'où sa difficulté à contenir ses émotions. Suite à une dispute violente avec sa
mère, il s'enfuit de la maison... Sa fuite le mène sur l'île des Maximontres, où
vivent d'étranges et inquiétantes créatures aux comportements exubérants...

Ce film est une adaptation intéressante du très célèbre album éponyme de


Maurice Sendak. Même si Spike Jonze a respecté certains éléments clés de
l'histoire et la ressemblance des monstres aux illustrations du livre, l'intrigue a
tout de même été modernisée. Le jeune héros est ici plus âgé, la psychologie des
personnages a été étoffée et les 7 Maximonstres ont désormais chacun un nom.
Max se sent seul et aime se lover dans des petits coins. Il évolue dans une famille
monoparentale, où il commence à prendre conscience de la précarité de la vie. Sa
sœur ne prend plus sa défense et se détourne de lui, sa mère s'inquiète de perdre
son emploi et commence à voir
un nouvel homme, son professeur de sciences explique que le
soleil disparaîtra un jour... Max est angoissé, un sentiment
d'insécurité le submerge, le rend triste, incontrôlable, agressif...
La colère gronde, l'enfant perd le contrôle et mord sa mère.

"Max qu'est ce qui te prend , tu es ingérable !" et Max de


répondre à sa mère "C'est pas ma faute !!!", puis la fuite
vers le monde onirique des Maximontres.

Sur l'île tout est permis, mais bien que les monstres soient
totalement libres, ici aussi il n'est pas si simple de vivre ensemble. Ce parcours initiatique est l'occasion pour le
réalisateur d'aborder et d'interroger toute une palette d'émotions
propres aux enfants qui sont à la croisée du monde de l'enfance
et des adultes. Les Maximonstres sont comme le miroir des
sentiments de Max, chacun est l'expression d'émotions poussées
à l'extrême : l'ennui, la tristesse, la solitude, la tendresse, l'amour
maternelle... et cette difficulté d'exprimer ses sentiments à ceux
qu'on aime, de mettre des limites, de gérer son agressivité et sa
colère. Finalement, Max de retour chez lui aura compris en
regardant ses étranges amis, un peu plus sur lui-même et ses
émotions, ce qui est finalement un premier pas vers l'âge
adulte...
Du point de vue formel, ce film d'animation est techniquement très réussi. Les créatures sont très expressives.
La musique, judicieusement choisie, vient en écho à un
acteur qui incarne à merveille toute la vitalité et la fragilité
enfantines. Ce film déroutera certains enfants car non
seulement la réalisation ne joue avec aucun des ressorts
habituels du cinéma pour la jeunesse et d'autre part, l'énergie
destructrice et désespérée de Max et des monstres est
étonnamment intense. Pourtant, on peut supposer qu'il entrera
en résonance avec d'autres et espérons que cela les aidera à
mieux se comprendre eux-mêmes. Max et les Maximonstres
fait parti de ces films à voir en famille, parce qu'il amène la
discussion et enrichit ainsi les relations entre les parents et
leurs enfants...

Centres d'intérêt liés