Vous êtes sur la page 1sur 3

Bel Ami

LEZIONE 20-10-03
Maupassant est un auteur connu pour ses contes ; il est fils spirituel de Flaubert et il fait partie du
mouvement du Réalisme.
Le personnage de Duroy peut sembler un arriviste mais en réalité il est un esprit troublé. Il présente
multiples facettes. On a des figures de femmes dans ce roman qui rompent les règles du temps
surtout pour ce qui concerne la maternité ; elles sont très modernes.
« Bel Ami » est semblable au roman de Balzac « Les illusions perdues » ; il est le deuxième roman
de Maupassant publié en 1884. Il y a un point fixe : la Normandie qui représente le retour aux
origines ; Maupassant vit la vie parisienne de la Belle époque. Puis il y a l’amour qui est un amour
troublé, compliqué, acheté, pas un amour romantique. => Difficulté de Maupassant d’avoir un
histoire durable. On peut remarquer aussi le thème de la ville de Paris représentée gràce à des
espaces comme les cafés, les jardins, les théatres ; d’autre coté il y a la ville de la pauvreté, de la
déchéance. Bel Ami fait un parcours dans la ville. Thème de la finance e de la politique. =>
Maupassant travaille dans un journal et c’est ainsi qu’il connaît ce qui se passe dans la politique du
temps (colonisation de la Tunisie). « Bel Ami » est un romans aussi à propos de l’identité (jeu du
miroir) => Maupassant l’utilise en tous ses écrits ; par exemple dans « Le Horla » le protagoniste se
regarde au miroir mais il ne se voit pas.
Belle époque = monde en décomposition morale, on jeu avec les autres, avec l’argent ; Duroy lui-
même a peu de morale comme les femmes du romans.
1884 = Preguerre et age d’or de la presse. Décheance de l’esprit nationaliste des Français après
Sedan 1870 ; Commune de Paris => période sanglante, faite de déportations, ésecutions ;
insurrection des pauvres. 1881 => les écrivains retournent en France.
Entre 1870 et 1881 on a : le mouvement des ouvriers (migration interne au pays ; les gens de la
campagne arrivent à Paris.), affirmation de la République, indépendence de la femme, liberté de
presse, naissance de la Marseillese 1880, colonisation de l’Indocine et du Madagascar.
Au niveau économique : grande expansion économique (transports, voitures, téléphone) ; grands
travaux de Hausmann qui rétabli l’ordre à Paris et qui fait une sélection parmi les classes.
La France de cette période et un pays rurale et on vit mal à la campagne c’est ainsi que pour faire
fortune on remonte à Paris mais aussi la vie en ville n’est pas facile. La bourgeoisie veut arriver où
est l’aristocratie. La bourgeoisie dispose d’un capital, elle a une conception de la société très
stricte : elle reconnaît seulement les riches. Le prolétariat n’a rien (description de la maison Duroy).
Les femmes sont l’expression de la Belle époque, le mariage est le passeport pour arriver. Ici les
femmes s’affirment ou sont des femmes de pouvoir qui travaillent. 1897 « La fronde » est un
journal fondé par une femme. Le climat culturel est celui du Positivisme => Théorie de l hérédité de
Ribet mais chex Maupassant il n’y a pas une positivisme strict e moins de déterminisme.
Les thipographes sont les ouvriers plus évolus. Naissent les illustration dans les journaux et la
bourgeoisie investe dans les œuvres d’art. Tous les journaux ont des écrivains qui s’occupent des
feuilletons => diversification des rubriques et prix bas = grand publique.

LEZIONE 21/10/03
Dans ce romans on peut remarquer un désir d’indepedence, en fait Duroy est tributaire envers les
femme, il n’a pas la capacité d’écrire. Le thème de la ville est très recourent aussi chez Baudelaire
dans « Correnspndence » => ville qu’on peut toucher, qu’on vit mais qui est aussi triste et dure.
Dans le I chapitre la ville est une étouffe, les gens ont besoin de sortir de Paris comme Forestier
quand il est malade ou le rencontre de la femme de Duroy avec ses parents.
CHAPITRE I thèmes : argent, femmes, apparence.
Quand Duroy est en difficulté il marche au milieu du trottoir comme s’il est sur de lui. Duroy est
présenté d’une façon fixe (caractère statique) => la personne ne s’evolue pas. Au contraire Proust
fait des descriptions plus vives. On ne peut pas avoir une image fixe d’une personne => descriptions
de Maupassant ne sont pas vraies => limite du réalisme. La ville est dure, Maupassant parle
beaucoup a propos de l’argent (obsession). Forestier présente une santé faible ; il est transformé, il
donne à Bel Ami la recette pour s’affirmer. Ce qui conte est l’apparence.
Le règles sont : rester caché, minimum de culture pour savoir se tirer des discours, utilisation des
femmes. Longue description du journal « La vie française ».
LEZIONE 27/10/03
II chapitre => présentation des personnages en couples : les Forestiers, les Walters, Mme de Marelle
et sa fille, Jaques Rival et Norbert de Varenne. Les descriptions son faites pour oppositions.
FORESTIER : il est professeur de l’arrivisme, (il dit à Duroy ce qu’il doit faire pour s’affirmer) ;il
s’exprime par proverbs, il est fade et il présente beaucoup des limites (santé) ; il doit tout à sa
femme. => il fait une presse qui n’a pas de contenu, presse liée à l’argent. Forestier est ambigu :
d’une partie il est puissant parce qu’il est riche, d’autre partie il est faible parce qu’il est très
malade. Maupassant s’incarne en tous les personnages, avec Forestier Maupassant exprime sa
crainte pour la mort. Forestier n’a pas d’ambitions particulières, pas une position politique claire. Sa
mort est pathétique ; le seul mérite de Forestier est d’avoir tracé la vie de Bel ami.
WALTER : il est juif et corrompu, il aime l’argent et le pouvoir, il est calculateur. Maupassant
s’inspire des réels directeurs des journaux pour décrire Walter => chef d’industrie qui s’intéresse à
l’art parce qu’il y voit une tirage économique. Il aime en effet l’art pour l’argent. Il ne s’oppose pas
à Bel ami mais il croit en lui et réconnaitra son habilité. Bel ami n’ est plus arriviste que les autres.
Rival = élegance De Varenne = négligé => peur de la mort => Duroy face au duel ; face à la mort
de Forestier, face au dialogue avec De Varenne.
Mme DE MARELLE elle trouve Bel ami charmant ; elle est une femme moderne ; chez
Maupassant il n’y a pas de mariages d’amour en effet le mariage de Mme De Marelle n’est pas
solide ; elle est noble, mal mariée mais sympathique, pas calculatrice, généreuse, raffinée, assez
amoral. Elle pardonne facilement ; elle est la femme avec la quelle Duroy à plus d’affinité.
Personnage le mieux décrit, elle ne vit pas au centre de la vie d’affaires mais aux marges. Elle est
sincère et positive. Elle introduit Bel ami dans le monde qui compte.
Mme FORESTIER : elle est indépendant et calculatrice, séduisante, elle a beaucoup d’habilité et de
connaissances. Elle est aussi entourée des mystères. Elle est la plus intélligente de tous. Elle
propose à Duroy de changer son nom parce qu’elle voudrait etre noble. Elle domine le milieu dans
lequel elle vit. Tout ce que Mme Forestier a enseigné à Bel ami se tourne contre elle.
Mme WALTER elle est bigotte => Maupassant la méprise et la remarque d’une façon ridicule et
grotesque. Duroy se profit d’elle en arrivant aussi à épouser sa fille. Mme Walter n’avait jamais
éprouvé l’amour ; elle est un e femme qui s’accroche, qui est jalouse, infantile. D’autre part elle
présente un fort sens pratique en effet c’est elle qui conseille à Bel ami d’acheter des titres très
importants pour ce qui concerne la guerre en Maroc. Elle est la première à avoir confiance en vers
Bel ami.
LAURINE : est la fille de Mme de Marelle : elle est amoureuse de Bel ami et jalouse de sa mère.
Duroy est le seul qui se comporte comme un père pour elle ; en effet sa famille est désunie. Elle
souffre beaucoup : elle vit dans un contexte où manquent des enfants, elle connaît la relation entre
sa mère et Bel ami. Elle donne une image pathétique mais elle est la seule qui démontre de la
morale. (plus que sa mère).

LEZIONE 28-10-2003
CHAPITRE III : Déscription du logis de Duroy = dégradé, négligé.
Références à la mort et à la maladie qui culminent dans les chapitres centraux. Duroy vit mal, c’est
ainsi qu’il a besoin d’etre connu ; il a la volonté de sortir de sa condition => la misère fait honte.
Les parents de Duroy ne sont pas riches ; ils restent attachés à leurs origines. Duroy leur montre
beaucoup d’affection; Duroy est aussi lié a son pays et il y retournera.
Normandie = besoin de pureté. Les parents de Duroy sont très simples mais ils ont de l’ambition
pour leur fils. Campagne = image romantique.
Mme Duroy ne regarde bien Mme Forestier => paysans de la Normandie = méfiantes, attachés à
l’argent. Mme Forestier est moderne, elle fume.
Pendant cette période il y a les Impréssionistes => fumé de Mme Forestier et paysage de la
Normandie.
Maupassant connaît l’Algérie ; Mme Forestier encourage Duroy à rendre visite à Mme de Marelle.
Avec l’arrive de Vaudrec Duroy se sent mal à l’aise ; première déscription des femmes journalistes.
Saint Potin => chiacchiera, pseudonimo.
LEZIONE 29/10/2003
Chapitre IV => publication de l’article de Duroy ; Saint Potin le renseigne sur ce qui se passe
réellement dans le journal => vision officielle de Forestier et version réelle de Saint Potin. Il a des
stérotypes à propos des juifs = antisemitisme français => ce sont les Français qui ont décidé
d’emprisonner les enfants juif dans les champs de concentration. Il y dans le romans beaucoup de
vocabulaires vulgaires => Argot = déformation des mots, vocabulaire de la marginalité (zig, grigou)
maintenant usé surtout par les jeunes. L’Argot se développe à partir de la fin du XVIII siècle quand
il y a beaucoup d’étrangers en France.

LEZIONE 03/11/2003
Chapitre V => Mme Forestier pousse Duroy à faire visite à Mme de Marelle ; Bel ami est à la
recherche de la fortune. Mme de Marelle est noble, elle aime sortir, elle est très libre. Elle lui donne
de l’argent mais il n’est pas fidèle => rupture. On parle de Forestier qui est très malade (des phrases
annoncent ce qu’il va arriver dans les chapitres suivants). Laurine baptise Duroy « Bel ami ».
Exemple de conversation parisienne (on parle des femmes, d’adultère…)

LEZIONE 04/11/2003
Chapitre VI : critique à l’Académie française => ils font des choses inutiles ; les grands écrivains ne
font pas partie de l’Académie (qu est de droite).
Duroy connaît la terminologie médicale => Maupassant est très malade à cette époque et c’est ainsi
qu’il visite beaucoup d’hopitales…
Les académiciens ne sont pas braves ou intéressant mais il sont fort agés, il n’ont aucun mérite.
Jeu sur la mort et l’immortalité. Description de la Vie française.
Il n’y a pas un Statu du journalisme ; pas formation journalistique => Walter choisis ses journaliste
selon leur capacité d’etre influencés.
Norbert de Varenne => sermon sur la mort. => on va vers les chapitres centraux sur la mort. Puis on
peut remarquer des tendences actuelles de la presse.
Description des diners chez les Walters (Duroy se reconcilie avec Mme de Marelle). Les diners sont
des scènes de présentation ou de des événements qui remarquent l’esprit des personnages.
Thème central : mort. Norber de Varenne = pessimisme le plus noir ; vieillesse = solitude, angoisse.
Duroy se confronte avec un thème qui frappe tout ce qu’il espère. (argent, gloire => ne sont rien
face à la mort). Invitation à réfléchir sur les valeurs de la vie.