Vous êtes sur la page 1sur 17

Ecolee Supérieuree des Sciencces Agronom

miques 

Am
méliooration géénétiique de laa

t mat
tom
m tee
(L
Lycoppersiccon spp.)
s

RAK
KOTOSON  Mampion
nona  Clarrissia 

RAZAFINDRAK
KOTO  Chrristian 

Département  Agricultu
ure Annéee 2009
 

   
SOMMAIRE  
INTRODUCTION .............................................................................................................. 1 
I.  CARACTERISTIQUES DE LA PLANTE .......................................................................... 2 
I.1.  ORIGINE GEOGRAPHIQUE ET PROPAGATION ....................................................................... 2 
I.2.  LES ESPECES EXISTANTES ET LEURS CARACTERISTIQUES ......................................................... 2 
I.2.1.  Classification de la tomate .................................................................................. 2 
I.2.2.  Les particularités génétiques de la tomate ......................................................... 3 
I.3.  MECANISME DE REPRODUCTION ...................................................................................... 4 
I.3.1.  La reproduction sexuée ....................................................................................... 4 
I.3.2.  La reproduction asexuée ..................................................................................... 6 
II.  METHODES DE CREATION VARIETALE ET DE SELECTION ACTUELLE DE LA TOMATE .. 6 
II.1.  OBJECTIFS DE L’AMELIORATION VARIETALE ........................................................................ 6 
II.2.  LES PRINCIPALES TECHNIQUES DE CREATION VARIETALE ........................................................ 6 
II.1.1.  L’hybridation .................................................................................................... 6 
II.3.  LES PRINCIPALES TECHNIQUES DE SELECTION ...................................................................... 7 
II.3.1.  La sélection généalogique ............................................................................... 7 
II.3.2.  Le rétrocroisement ........................................................................................... 8 
II.3.3.  Les SSD ou Single Seed Descent ....................................................................... 8 
II.3.4.  La sélection récurrente .................................................................................... 9 
III.  TECHNIQUE PARTICULIERE POUR DEUX VARIETES ................................................... 9 
III.1.  CREATION DE L’HYBRIDE MONTFAVET N°63‐5 ................................................................... 9 
III.2.  ETUDE DE L’HETEROSIS CHEZ MONTFAVET N°63‐5 ........................................................... 10 
CONCLUSION ................................................................................................................ 12 
BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................ 13 
Introduction 
La  tomate  est  le  légume  le  plus  consommé  dans  le  monde.  La  production 
mondiale  augmente  régulièrement  chaque  année ;  elle  est  passée  de  48  millions  de 
tonnes en 1978, à 64 millions de tonne en 1988, pour atteindre 78 Millions de tonne 
en 1995. (FAO, 1996). 

La tomate est cultivée dans tous les pays, sur toutes  les latitudes, de l’équateur 
à quasiment le cercle polaire. Les fruits sont destinés à la consommation en frais ou à 
la  transformation  (concentré,  jus,  ketchup,  tomates  pelées,  concassées  et  poudres 
etc.…).  Les  modes  de  culture  sont  extrêmement  variés, que  ce  soit pour  les  tomates 
destinées  à  l’industrie  ou  à  la  consommation  en  frais.  Les  techniques  les  plus 
performants sous serre ont été mises au point au Pays Bas, le rendement dépasse 500 
t/ha. 

L’extension  des  cultures  dans  de  nouvelles  zones  géographiques,  l’évolution 


des  techniques  culturales,  la  diversification  de  la  destination  des  produits,  les 
exigences  du  consommateur  concernant  la  qualité  du  produit  ainsi  que 
l’accroissement  des  problèmes  parasitaires  demandent  la  mise  au  point  de  variétés 
adaptées. Ce sont  ces objectifs, que se focalise l’amélioration variétale de la tomate, et 
qui d’ailleurs le thème de ce devoir. 

  1 
I. Caractéristiques de la plante 

I.1. Origine géographique et propagation 

L’origine du genre Lycopersicum  se situe au Nord‐Ouest de l’Amérique du Sud, 
du Sud de la Colombie, au Nord du Chili, et du littoral du Pacifique à la Cordillère des 
Andes.  Les  espèces  sauvages  de  Lycopersicum  sont  restées  inféodées  à  leur  zone 
d’origine, à l’exception de L. esculentum  var. cerasiforme, qui a migré vers le Nord et a 
été domestiqué dans la région occupée par le Mexique actuel. 

Des    tomates,  de  forme,  de  tailles,  de  couleurs  variées, ont  été  introduites  au 
XVIe  siècle,  en  Espagne  et  en  Italie,  et  de  là  dans  les  autres  pays  du  bassin 
méditerranéen  et  d’Europe,  où  on  les  a  longtemps  considérées  comme  des  plantes 
ornementales.  On  les  croyait  toxiques,  comme  d’autres  plantes  de  la  famille  des 
Solanacées. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que la tomate a commencé à être consommée. 
Depuis cette époque, elle a connu un développement considérable, et cela dans tous 
les pays du monde.  

Depuis  le  début  du  XXe  siècle,  la  tomate  a  été  l’objet  de  travaux  scientifiques 
considérables,  tant  dans  les  disciplines  fondamentales  qu’appliquées :  analyse 
génétique (1906), étude de la tétraploïdie (1916), cartographie chromosomique (dès 
1931), reconnaissance d’hétérosis (1933), … 

I.2. Les espèces existantes et leurs caractéristiques 

I.2.1. Classification de la tomate 

Règne : Plantae  
Division : Magnoliophyta  
Classe : Magnoliopsida  
Ordre Solanales  
Famille : Solanaceae  
Genre : Lycopersicum 
Nom  binominal : Lycopersicum esculentum 

La  tomate  appartient  à  la  famille  des  Solanacées,  au  genre  Lycopersicum.  Le 
genre  comprend  neuf  espèces,  dont  huit  sont  restées  dans  les  limites  de  leur  zone 
d’origine :  L.  esculentum,  L.  pennellii,  L.  cheesmanii,  L.  hirsutum,  L.  parviflorum, 
L.chmielewskii , L. peruvianum, L. chilense, L. pempinellifolium.  

  2 
Les tomates cultivées appartiennent toutes à l'espèce Lycopersicum esculentum 
(tomates) et Lycopersicum cerasiforme var. cerasiforme(tomates cerise).  

I.2.2. Les particularités génétiques de la tomate 

La tomate comme toutes les espèces du genre Lycopersicum, est diploïde (2n = 
2x  =  24).  Si  on  la  compare  à  d'autres  espèces  végétales  très  cultivées,  la  tomate 
présente quelques particularités. 

‐ La richesse en caractères à déterminisme monogénique 

Chez  la  tomate,  il  y  a  un  nombre  élevé  de  caractère  à  déterminisme 
monogénique :  résistances  aux  maladies,  mutants  morphologiques,  iso  enzymes. 
Certains de ces gènes sont très importants en sélection. 

‐ La faible variabilité à l’intérieur de l’espèce 

Malgé une grande diversité apparente chez la tomate, due à l’existence de 
nombreuses mutations agissant sur le phénotype, la variabilité à l’intérieure de 
l’espèce  L.  esculentum  est  en  fait  très  réduite.  Cela  tient  à  plusieurs  raisons.  Il 
s'agit  d'une  plante  d’introduction  récente,  parfaitement  autogame.  Un  nombre 
relativement faible de phénotypes ont probablement été introduits à partir de la zone 
de domestication. Les sélectionneurs ne sont intéressés que tardivement à cette  plante 
(vers 1920 aux États‐Unis).  

‐  Les espèces sauvages comme ressources génétiques  

Celles‐ci  se  sont  révélées  des  ressources  génétiques  extrêmement  riches  en 
variabilité. C’est une autre originalité de la tomate, que d'être l'espèce cultivée pour 
laquelle les  sélectionneurs ont eu le plus recours aux espèces sauvages. Ainsi tous les 
gènes de résistance aux maladies et parasites, toutes les sources d'adaptation  à des 
stress viennent des  espèces sauvages : 
‐  L. hirsutum, espèce qui peut être cultivée à  haute altitude, elle se trouve à la  
base des programmes de sélection pour la résistance au froid  
‐ L. peruvianum : résistances au virus de la mosaïque du tabac et aux nématodes 
Meloidogyne responsables des galles des racines. 
‐ L.  pempinellifolium :  résistance  à  la  verticilliose  et  la  fusariose  vasculaire 
(maladies dues à des champignons parasites) 
‐ L. Cheesmanii  résistance à la salinité. 
Beaucoup reste à faire encore pour l'exploitation des aspects concernant la qualité 
des fruits.  
Certaines  des  espèces  sauvages  de  Lycopersicon  sont  auto  fertiles.  D'autres 
sont  auto  incompatibles.  Certaines  sont  autogames,  d'autres  sont  allogarnes  (voir 
annexe).  Les  croisements  interspécifiques  sont  possibles,  Il  convient  de  prendre 

  3 
comme  parent  femelle  l'espèce  cultivée  (pour  les  croisements  avec  L.  hirsutum,  L. 
peruvianum, L. chilense, L. pennellii).  
 
I.3. Mécanisme de reproduction 

La tomate peut se reproduire par voie sexuée ou par voie asexuée 

I.3.1. La reproduction sexuée 

Un  cycle,  de  graine  à  la  graine,  dure  en  moyenne  de  3.5  à  4  mois  (7  à  8 
semaines de la graine à la fleur et 7 à 9 semaines de la fleur  au fruit). On peut donc 
obtenir 3 générations par an.  

a. La biologie florale 

Les  inflorescences  sont  simples  ou  ramifiées,  elles  sont  constituées  d’un 
nombre variable de fleurs, le plus souvent de 6 à 12. La fleur comporte 5 à 8 sépales 
(S), 5 à 8 pétales (P), 5 à 8 étamines (E) et le nombre de carpelle (C) varie de 2 à plus 
de  10.  Chez  L.  esculentum  var.  cerasiforme  et  chez  les  espèces  sauvages,  ces  chiffres 
sont strictement 5S, 5P, 5E, 2C. 

Figure 01 : Fleur de tomate

La tomate est une plante autogame. Les étamines sont soudées en un cône qui 
enferme complètement le pistil. Il y a coïncidence entre la libération du pollen par les 
fentes de déhiscence des étamines et la réceptivité optimale du stigmate. En effet, le 
pollen apporté par le vent ou même les insectes ne peut donc pas rentrer dans le tube 
et  se  déposer  sur  le  stigmate  du  pistil.  Seul  le  pollen  des  étamines  de  la  fleur  peut 
entrer en contact avec le stigmate.  

  4 
De plus la période de réceptivité du stigmate au pollen est courte : elle commence 1 
jour avant l'ouverture de la fleur (ce qui favorise l'autogamie) et se poursuit entre 1 
et 7 jours environ. 

Cependant l’allogamie existe sur certaines espèces. Celle‐ci est due au fait que   
le stigmate affleure ou dépasse le cône des étamines.  

b. Le mode de reproduction 

Chez  la tomate on rencontre : 

‐ Des  espèces autogames comme L. parviflorum, L. esculentum,  
‐ Des espèces allogames, ce sont : L. peruvianum,  L. chilense, L. pennellii 
‐ Des    espèces  dont  le  mode  de  reproduction  est  facultative,  tantôt  autogame,  tantôt 
allogame, ce sont : L. hirsutum, L. pempinellifolium, L. chimielewskii  

L’allogamie de la tomate est favorisée par la morphologie de la fleur, le style dépasse 
largement le cône des étamines. 

c. La Formation des fruits de la tomate 

Après la floraison, le pistil  se développe et émerge du tube pollinique. La paroi 
de l'ovaire s'épaissit en péricarpe et les ovules qui ont été fécondés se transforment 
en  graines  qui  contiennent  les  embryons.  Le  reste  du  pistil  (style  et  stigmate) 
disparait, ainsi que les pétales et les étamines qui tombent. Le jeune fruit provient de 
la croissance du pistil.  

d. La maturation de la tomate 

La  maturation  commence  lorsque  la  croissance  du  fruit  est  terminée.  
Les caractéristiques de la maturation sont :  

• éclaircissement  de  la  couleur  du  fruit :  la  chlorophylle  verte  est 
progressivement  dégradée.  La  couleur  verte  disparait,  sauf  pour  les  variétés 
vertes  où  un  gène  permet  le  maintien  de  la  chlorophylle  dans  le  fruit  mûr 
(gène gf = green flesh). 
• Ramollissement :  les  composés  pectiques  des  cellules  sont  détruits  par  des 
enzymes. La structure cellulaire s'assouplit. 
• Coloration : selon les variétés les différents gènes s'activent pour permettre la 
synthèse des pigments de la chair et de la peau. L'ordre d'activation des gènes 
explique le passage par des teintes successives des fruits.  
• acquisition  des  arômes :  transformation  de  l'amidon  en  sucres  et  formation 
d'acides, dont l'acide citrique et ascorbique (vitamine C). 

  5 
I.3.2. La reproduction asexuée 

La tomate se bouture et se greffe très facilement.  
Actuellement,  on  pratique  le  micro  bouturage  de  la  tomate  c'est‐à‐dire  la 
multiplication  végétative  in‐vitro  de  la  plante.  Cette  technique  permet  d’assurer  la 
production  à  grande  échelle,  sur  une  surface  limitée  et  dans  un  temps  restreint,  de 
plants  sains,  identiques  à  la  plante  mère.  Elle  est  fondée  sur  l’induction  de 
l’organogenèse ou la stimulation des bourgeons existants. 
 

II. Méthodes de création variétale et de sélection actuelle de la tomate 

Tous  les    cultivars  de  tomates  disponibles  actuellement  ont  été  développés 
avec les méthodes de classiques de l’amélioration d’une plante autogame. 

II.1. Objectifs de l’amélioration variétale 

La    tomate  est  une  espèce  extrêmement  plastique,  qui  montre  une  grande 
souplesse d’adaptation, que l’on cultive dans des conditions variées, et dont les fruits 
sont  utilisés  de  différentes  façons.    Dans  chaque  cas,  il  est  indispensable  d’avoir  de 
variété adaptée ; cette adaptation se présente à plusieurs niveaux : 

‐ Adaptation de l'appareil végétatif à divers modes de culture;  

‐ Adaptation  des  plantes  à  des  stress  abiotiques  (résistance  à  des  conditions 


adverses) ;  

‐ Adaptation  des  plantes  à  des  stress  biotiques  (résistance  aux  maladies  et 
parasites) ;  

‐ Adaptation  des  fruits  à  diverses  destinations  ct  aux  exigences  des 


consommateurs (amélioration de la qualité des fruits).  

II.2. La principale technique de création variétale 

II.1.1. L’hybridation 

Intérêt des cultivars hybrides F1 

Dès  1933,  Alabouvette  et  Titard  montraient  l’intérêt  des  hybrides  F1  chez  la 
tomate : le rendement de l’hybride montrant la plus forte hétérosis était supérieur de 
40  %  à  celui  de  la  meilleure  lignée  parentale  de  cet  hybride.  Cependant,  il  a  fallu 
attendre une trentaine d’années pour assister à l’essor de la culture des hybrides F1. 

Outre le cumul de gènes de résistance aux maladies, (dont le déterminisme est 
très  souvent  monogénique  dominant),  la  protection  du  matériel  végétal  et  la 

  6 
rentabilisation  du  travail  de  sélection,  les  hybrides  F1  permettent  d’utiliser  l’effet 
d’hétérosis,  qui  se  manifeste  d’autant  plus  nettement  que  les  conditions  du  milieu  
sont plus difficiles. 

La production de semences hybrides 

La relative facilitée de la production de semences hybrides explique l’essor des 
hybrides.  Cependant  les  différentes  opérations  sont  réalisées  manuellement,  ce  qui 
explique le coût élevé des hybrides F1, et le déplacement de cette production dans les 
pays à main d’œuvre bon marché. 

Trois étapes sont nécessaires à l’obtention d’hybrides F1 : 

‐ L’enlèvement des étamines du parent femelle, au stade gros bouton floral ; 
‐ La récolte du pollen du parent mâle ; 
‐ La pollinisation, le jour ou le lendemain de la castration du parent femelle. 

Il convient de vérifier que toutes les fleurs du parent femelle ont été castrées, 
et d’éliminer toute fleur ayant dépassé le « stade castrable.» (Étamine et pistil mûrs). 
Le sélectionneur peut être amené, pour plus de sécurité, à ensacher les inflorescences 
pendant la période floraison. 

La stérilité mâle 

Bien  que  plusieurs  gènes  de  stérilité  mâle  existent  chez  la  tomate  et  que  de 
nombreux  travaux  de  sur  ce  thème  concluent  à  l’intérêt  de  la  stérilité  mâle,  il  n’y  a 
aucun  hybride  F1  de  quelque  importance  dont  les  graines  sont  produites  sur  lignée 
femelle mâle stérile. 

II.3. Les principales techniques de sélection 

II.3.1. La sélection généalogique 

La  sélection  généalogique  est  de  loin  la  méthode  la  plus  utilisée par  les 
sélectionneurs  du  monde  entier;  elle  est  efficace  pour  fixer  les  caractères  à 
déterminisme  génétique  simple,  qui  sont  nombreux  chez  la  tomate  et  elle  permet 
l’élimination rapide des caractères génétiques présentant  des défauts, en particulier 
au  niveau  de  l’aspect  des  fruits.  Elle  permet  de  cumuler  les  gènes  favorables  à 
l’expression d’un caractère (fermeté des fruits). 

L’hybride  F1  entre  deux  parents  apportant  les  caractéristiques 


complémentaires  est  autofécondé.  Les  meilleures  plantes  F2  sont  choisies  sur  leur 
valeur  propre  et  autofécondées.  Le  même  processus  est  répété  pendant  plusieurs 
générations.  Au  fur  et  à  mesure  que  l’autofécondation  augmente,  l’homozygotie 
augmente et l’homogénéité dans chaque famille s’accroît. En génération F6 ou F7, les 

  7 
lignées  sont  en  générales  suffisamment  homogènes  pour  pouvoir  être 
commercialisées  sous  forme  de  lignées  pures  ou  être  utilisées  comme  parent 
d’hybride. 

II.3.2. Le rétrocroisement 

Le  rétrocroisement  est  particulièrement  efficace  pour  introduire  des 


caractères  à  déterminisme  monogénique,  en  particulier  l’un  et/ou  l’autre  des 
nombreux  gènes  dominant  de  résistance  à  une  maladie.  Une  succession  de 
rétrocroisement conduit à la création de matériel quasi‐isogénique, sauf pour le gène 
introduit.  Ce  matériel  est  très  précieux  pour  apprécier  l’effet  d’un  gène  dans  les 
versions  mutantes  et  normales  d’une  même  lignée.  Les  lignées  isogéniques 
représentent une richesse des ressources génétiques de la tomate. 

L’hybride  F1  entre    le  parent  P1,  variété  résistante  et  mauvaise  qualité 
agronomique  et  le  parent  P2,  variété  sensible  et  de  bonne  qualité  agronomique,  est 
recroisé par le parent P2. Les plantes résistantes dans cette génération en disjonction 
sont  recroisées  par  le  parent  P2  et  ainsi  de  suite  jusqu’à  l’obtention  de  plantes 
résistantes et en même temps possédant une bonne qualité agronomique. 

II.3.3. Les SSD ou Single Seed Descent 

Cette  méthode,  utilisée  pour  la  sélection  des  plantes  à  cycle  court,  peut  être 
appliquée aussi pour la tomate.  Elle  est utilisée pour l’amélioration des caractères à 
faible  héritabilité  (par  exemple,  le  cas  de  la  teneur  des  fruits  en  matière  sèche 
soluble). 
Les  méthodes  des  descendances  monograine  ou  monofruit  (dites  aussi  SSD  : 
single seed descent et single pod ou single ear descent) sont elles  aussi des variantes 
de la méthode généalogique qui amortissent les aléas du choix dans la F2. Au lieu de 
décider quelle plante F2 sera retenue, on récolte systématiquement une seule graine 
(méthode monograine) ou une seule capsule (méthode monofruit) par plante F2· On 
peut prolonger la méthode en F3 et même F 4 si on le désire. Mais dans tous les cas, 
lorsque  les  plantes  ont  bien  progressé  vers  un  taux  d'homozygotie  satisfaisant,  on 
poursuit par la méthode pédigrée qui autorise alors un choix bien plus pertinent.  
Dans  cette  méthode,  la  compétitivité  et  la  prolificité  des  individus  sont 
totalement  ignorées,  puisque,  quel  que  soit  son  nombre  de  graines  ou  de  fruits, 
chaque plante ne compte que pour une unité.  
Les méthodes monograine ou monofruit combinées, à partir d'un certain stade, 
avec la méthode généalogique aboutissent à des génotypes dits «fixés», c'est‐à‐dire à 
des lignées pures ayant un taux d'homozygotie élevé. Ici encore les choix s'affinent au 
cours des dernières générations de consanguinité.  
 
 

  8 
II.3.4. La sélection récurrente 

Depuis  peu,  les  sélectionneurs  de  tomate  pratiquent  la  sélection  récurrente, 
alternant génération d’intercroisement et d’autofécondation pour cumuler des gènes 
favorables pour tel ou tel caractère à déterminisme polygénique, citons la résistance 
au virus de la tomate Yellow Leaf‐curl, la résistance à la mouche mineuse des feuilles.  

Cette  méthode  consiste  à  choisir  des  plantes  dans  une  population  en 
ségrégation et à les croiser entre elles et ainsi de suite pendant plusieurs générations 
(choix et intercroisement) afin d’augmenter le niveau d’expression d’un caractère. 

Remarque : 

D’autre  part,  le  test  de  la  valeur  hybride  des  lignées  retenues  régulièrement  
combinaison hybride est réalisé régulièrement en cours de séléction, en croisant ces 
lignées avec quelques testeurs choisies par ailleurs. 

En fait ces méthodes se complètent et peuvent s’alterner dans un programme 
de sélection. 

III. Technique particulière  

III.1. Création de l’hybride Montfavet n°63‐5 

Cette variété est un hybride entre la lignée mâle Apédice (P1) et la lignée femelle 
Porphyre.  On  associe  chez  le  parent  femelle  le  gène  ps‐2  (positional  stérile‐2),  aux 
étamines remplies de pollen mais dont les fentes de déhiscence ne s’ouvrent pas, avec 
un style très court. La castration se fait à la main au stade fleur épanouie, sans risque 
d’abimer le style, très court et sans risque d’autofécondation. L’introduction d’un ou 
plusieurs gènes marqueurs (aa anthocyanin absent) dans le parent femelle au stade 
plantule  peut  être  utile  car  ils  permettront  de  repérer  les  autofécondations 
éventuelles. 
 
 
 
 
 

  9 
Pollen du parent mâle 

 
‐fleur épanouie  La pollinisation est effectuée le 
‐ on enlève les étamines en saisissant le  jour de la castration 
cône staminal par le haut 
 

Figure 02 : production de l’Hybride Montfavet n°63‐5 

III.2. Etude de l’hétérosis chez Montfavet n°63‐5 

Les plants sont taillés à quatre bouquets. Deux traitements sont appliqués au 
niveau des infloréscences : les une sont vibrés pour favoriser la chutte du pollen, donc 
favoriser pollinisation et la nouaison, les autres sont laissés en fécondation libre.  

Le vibrage des infloréscences améliore le rendement dans des proportions très 
importantes.  Le  rendement  de  l’hybride  est  meilleur  que  celui  du  meilleur  parent. 
Celle‐ci est d’autant plus marquée que les conditions sont plus difficiles. 

L’étude  est  poussée  plus  avant,  en  réperant  pour  l’hybride  et  ses  lignées 
parentales, celui des quatres bouquets ayant subi le plus fortement l’action des basses 
températures  au  moment  de  la  microsporogenèse.  La  figure  b1  montre  qu’il  y  a 
hétérosis pour un poids moyen de fruit élevé pour le traitement en fécondation libre 
et dominance pour le traitement avec vibrage. On note aussi un une hétérosis élevée 
pour le poids de graine par fruit pour les deux traitements. 

Concernant  la  quantité  de  pollen  en  température  optimale,  l’hybride  est 
intermédiaire entre les deux parents et au froid, il y a dominance pour ce caractère. 
(figure 03, a) 

Et  enfin,  la  qualité  du  pollen  (la  valeur  fécondante  du  pollen)  est  très  élevée  en 
condition optimale. (Figure 03, b) 

  10 
 

  11 
Conclusion 
   La  sélection  de  la  tomate,  dans  le  monde  entier,  au  cours  de  ces  trente 
dernières  années  s’est  montrée  particulièrement  efficace  et  a  aboutit  à  l’obtention 
d’un parc variétal extrêmement diversifié. Il est vraisemblable qu’au cours des années 
à venir, on va assister à une explosion en matière de création variétal. D’une part, la 
variabilité  qui  existe  chez  les  espèces  sauvages  de  Lycopersicon  va  être  davantage 
exploitée  et  d’autre  part,  le  développement  de  la  biotechnologie  offre  des 
perspectives entièrement nouvelles.  

L’amélioration  des  plantes  cultivées  semble  aujourd’hui  amorcer  un  nouveau 


virage.  En  effet,  à  côté  des  méthodes  traditionnelles  de  sélection  apparaissent  des 
méthodes  nouvelles,  qui  font  appel  à  la  biotechnologie :  les  méthodes  permettant 
l’obtention  de  plantes  haploïdes,  par  androgenèse  ou  par  gynogenèse,  la  mise  au 
point  de  méthodes  permettant  la  sélection  assistée  par  marqueurs,  activement 
recherchée  par  les  généticiens  et  les  sélectionneurs,  enfin    la  transformation 
génétique ou la transgénèse chez la tomate. Une question se pose alors pour les pays 
en voie de développement comme le notre : qui pourra financer ces méthodes et  ces 
techniques ? 

  12 
Bibliographie
‐ GALLAIS  A.  (1990) :  Théorie  de  la  sélection  en  amélioration  des  plantes.  Ed. 
Masson. 588 pages 
‐ GALLAIS  A,  BANNEROT  H,  (1989) : Amélioration  des  espèces  végétales 
cultivées. La tomate. Inra Editions.  
‐ CHAUX  C,  FOURY  C  (1994).  Productions  légumières,  tome  2,  Tec  &  Doc 
Lavoisier  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

  13 
Annexe 01 : 

espèces  Couleur  du  Nbr.  de  feuilles  Compatibilité  Mode  de 


fruit  à  par sympodes  (1)  reproduction 
maturité  (2) 
L. esculentum   Rouge  3  AF  Auto 
L. pempinellifolium  Rouge  3  AF  Auto  Fac    Allo
L. cheesmanii  Orange  3  AF  Auto  
L. hirsutum  Vert  3  AF            AI   Fac    Allo 
L. parviflorum  Vert  2  AF  Auto 
L. chmielewskii  Vert  2  AF  Fac 
L. peruvianum  Vert  2                AI  Allo 
L. L. chilense  Vert  2                   AI  Allo 
L. pennellii  Vert  2                   AI     Allo 
(1) AF : Auto fertile ; AI : Auto incompatible 
(2) Auto : autogame ; Allo : allogame ; Fac : facultatif 

  14