Vous êtes sur la page 1sur 2
ne Le tramway d'hier a aujourd'hui Alors que se tienent, jusqu’au 10 juillet, des expositions, dans les communes de Vagglomération sur le projet de tramway porté par le Grand Avignon, retour en mots et en images sur le tram du début du siécle qui reliait le centre d’Avignon a Sorgues. Un formidable progrés pour l’époque, avant l'apparition des bus. Le Poe, avenue a Agi Le Pontes at do amay © tram, c'est modeme, 1on polluant et adapté & la configuration de I'ag- glomération. Cette idée, por tée actuellement par le Grand Avignon, André Ducommun Ya eue & la fm du XIX sigcle. Nous sommes dans les années 1894-1898 et depuis le 3 février 1836, un réseau omnibus relie 1a place de YHorloge & Monclar, Montfa- vet, Saint-Ruf et Villeneuve lez-Avignon. La cité des Pa- pes compte alors 43 500 ha- bitants. Directeur général de la société régionale d’élec~ tricité et des eaux du Pont Avignon, André Ducommun souhaite « amener 'électrcité dans les banlieues », Le réseaut omnibus hippomobiles est désuet et le vent du progrés souffle en matiére de trans- ports urbains. « Le tramway Alectrique bénéficie d'un véri- table engouement et toutes les villes, plus ou moins grandes, désirent avoir leurs tramways dlectriques », souligne Jean Mazet, historien avignonnis, auteur de plusieurs ouvrages et articles sur Jes tramways Avignon. Das 1895, la ville de Sorgues, qui compte alors 4 000 habitants, est intéressée par la création d'un tramway Ia reliant & Avignon. a bes refit pee oroge 8 Mota tranche de vi 6 lignes et 22 km de réseau € son cdté, la cite des Papes, sous limpulsion de son maire Gaston Pourquery de Boisserin, accor- de la concession du tramway Alectrique & Ennemond Faye, fimancier parisien qui exploite deja les réseaux de transports deLimoges, Bourges etLe Mans et ami André Ducommun. Le XX siéle stouvre sur lune ére nouvelle. Dés 1900, 6 lignes de tramway relient Je centre d'Avignon aux prin- ipales zones urbaines de Vagglo. « Il s‘agissait d'un ré- seau de 22 km qui partait de la place de 'Horloge jusqu’a Sorgues », explique M. Mazet. Partant de THotel de Ville, AVIGNON les lignes 1, 2 et 3 reliaient Saint-Ruf, le cimetiére Saint- Veran et Monclar. Débutant et elles étaient composées de voiture, et victimes d'un man- de la place Camot, les lignes 3 voitures, la vitesse etait de que d’entretien et de problémes 4 tS reliaient les Rotondes et -20km/h, Faisant double em- économiques, déclinérent au Saint-Lazare. Enfin, la ligne 6 poi avec la ligne de Sorgues, debut des années 30 et cessé- partait du théitre Avignon la ligne reliant Je centre-ville rent de fonctionner le 31 mai = Métel d'Avignon, Rue de la Mépablique, Jjusqu’a Sorgues en passant au cimetiére Saint-Veran sera. 1932. « Les tramways ne cor- parla RN7 et Le Pontet, Cette rapidement supprimée. respondaient plus aux besoins demiéze transportait les nom- car les rues d’Avignon étaient Dreux ouvriers travaillant ala ‘Transportant prés de 1,8 mil- trop étroites », explique Jean Poudterie Nationale, avec un —_lionsde voyageurs par an dans Mazet. Prés d'un siécle plus temps de trajet de prés d'une les années 1910-1920, les tard, ils powaient & nouveau. heure. La longueur des rames tramways, concurrencés par la _révolutionmer T'esthétique ur ne dépassait pas 25 métres croissance exponentielle de la_baine de 'agglomération. « Le nouveau projet, rats ala Poe oO geo Jean Mazet concerve de nombreux témoignages du tram du début du XX@ siéce (tickets, cartes eee ee Sten enc ten sd Sern eS eran crete ce cultive un gotit certain pour la nostalgie, il porte Preece Na ences juge « formidable », «Je suis ee ac pour des raisons de en ea Ce Ee ene ce CE ee he ee pas par la rue Thiers et la rue Carreterie, mais est lution normale de la ville et des déplacements ». Jean Mazet est auteur de "Avignon les Tramways” Editions Equinoxe, Collection Le Temps retrouvé, 1994 ‘rad Agron Magasie | £82010 | WE