Vous êtes sur la page 1sur 76

$f,t

\=_l

(ç1
|_-l

ry+
d,*.r
U
t_-l
N.q
Introduction
!,, aLisr,e dj. ùrHi,.IwsLr

la ûunrièm. dr nûr poù lr rlrai. , t h.arG:ihusol


\oornr Srr!ris I irxnr \Iorrr.,
N lrnrl. h n3ir dr lhonmf n! rr-o lo0l!d lhns
or e. IreFItu|u,. nii rL.,rrr ri!

D!ll..o'nù. ndE l'aDDdùË.1r. nors tmii. d.lx iL rn. hlnronn.f :r bdlitf: ':rû il:.nùr. rn.rùc
,!ll,-i,,n dr ({,x,n!. rrurhf. I
,r,-r ù, r!r(',4i-! ù rilr a

tr l.s sonriÈ: Ikrhr: l,lrDrldrrc!r l'ùrhion


loLItha,nèl ^lLûl Oô rr b,ên dan: l\S^l| l'as RrronlrglÉ. dr rûnt Lr ùlsrrnd qrlrr bli d
drr:Chrpi Ch:porr Èlanl

Pù,rurdr.o! Hùror & Hrll { qrilen ,!$nr dx,s


r x . . ( o n d rd n n D i i r N s ^ n t . n I

,rl. qu jNd N 1 l x r r ! , i L r l , r n n nd ! j { ( qùl

dd. roft !]xndê D,xnsuénide.


, , r r . o l r . N r n r p r , L , l a . . r r h r r j s D û t rl . s r u h . s . Référcnccs divcrscs
ù lifu huj,ù,. u, r{!r. rij

, n r m r n r r i r r l d f D r û r L r : d r o r q ù ro . s o ô rp a i h

d. ralilition: drDs rlj]l Qn.


drf iùnf ir n:. .m.nr lf i,\r.h3ns.s u.s16t lcr
a(l,arsf. d,{rru.? s0ni.ir. onr),r rr T.nrl o,i

A propos des auteurs


de fmille dês âùtm dê jêui dê ôt
sùa{.s doni ik éndgeni de hmD

Ils n'amenrposla.uisineruse q

consonmdcurs boutmqùcs dbur


$nt'lf NladntBhpoùrlcs.ùl!", "Ouiouiau Rwandr"ei 'Le ùmuel du savoirvieF dè\ nÈde R!À!hird,
L tiE, pæ Nadrnc.

c thuEDité, ils ra.hamarcri à le rerui


crdaùrc de l'ùsoliic icrrcd'e pur è.iâ

s'ir lallait rouver ùn rot p r ies truslifrei il s,âsi.,i s!3 dùb de.zousl,", bnc d,oisioc âtban:È. dotri il
Attention à la Marche
Rautt o ltLnttôn JÉtoù\xspoÂnlnnt la
r. nL .tJùnn d tNS qtt nont pas tarbr tl
rrùBbr5 a ùs )aFn,; por?d44t k . 'tut' ui .h.nger dé1âse,
dtonsian naû qri n art pas aan p noyen difôcileceûs et qui nes
prnier vcnù. D.ns cêi inneu
d'cscalier qui relielÈsôussôl âu dernierétase Oh,la
rermez les yeux êi insginez. rDasinez un siEan Dortù m .s! forhÉe. bien sq nais si bujoun pc-
1es,tuêsrâfte ciel. l'univers. An 3ommci, plus naur siblê de l'ôùvrir à qù saji bien s: prcndr..
encorc qùe les néons .tigtotânl
nonde deleur glojÉ,vou! i,ou{ez Une aois oNetu, lâ poile donæ sDr D escârier
so du piop;éhire deslieu, Dieù, qùi n e* accessible sombrcdontles nârhes sôni hâ
qu à .eu qui en ont la .lé. On numnE qùe senl kes
es ên possessmnde .eite dé et que, commcEoùad
Hushesrvmt lù, Dieù est nainienani conplètcmcnt C'rs!.oi escâ]iêr que dévalèænt la tête la p.enière
sâteu ei paranoiaque. Blasphdmcsque iout .ela. Lulirer ei .ed qui osèæntle sùw quand il tui .has
nais certaDs blasphènent rlus è sé de la Cité Etemelle.C'cst cct cscalierqui æpré-
que Dieu esi moÉ dei,uislonstên serte les N{arch€sIntcmadiâi&
ables. Ceu là rer. lcu !om. On peu!lonsidérèrqruneMaiche(avecun
vent cou.ânneni de cas praiiques durant les !où.s de M ûàjr{ùrq conme dsns Moule) ei l'éqùivaleni
.omnuni.aiion que donne Joserh, Archânse de d u éiàse et dê deu voléesde narhes autour

une loE ensâgédanscet e(âlier lâ.ou!ê.s! Iongle


Sous 1êpèniholse, âu derder ét entre deu élagesei il n'esi pas lacile dans I obsù.i-
chmps dL Pùdis et la Cité Ekmelle, oi, Anses, ié de dé.ou$! la Lonnêpûib donnsnt sùr le bon
archmges ei âncs élues pasent le plus clai. de leur

Cetairo Dveau sont condannas,définitivcûont iÊ0.


Pour 'tuù tel srâte.iel tienne deboui,il fallul lés du rcst. du huildingtdr de el
conirùre de hès profondesfondalions. C €st aù dêr i.ulilù dinâginêr
nier sous sol que se irouvenl lcs chaùdièrcs.C'Gt là étâses ne soit à préseni âccesibles qù'à æu qù,
qùs se honven! l€nf.r c! Iâ Cn.{ dc Dis ôù les riêùventuiiliser l'scenseu..ental, le seùlà pouvoir
pÉchcursexpient leurs .rines pû

Dautresétaient$dcsetson!nâi
elic lc solmct au lomqre par exenplê !la.dinê, IJchùg€ dês Ràves
soussol.maisn. pcuvênrIutilisè! que desùérirres ou Bêleth, Prince des Câuchenùs décideni de cÉêr
tlès puissantes,
qui encoreune roise. ont la cler un noùvel ùrives poù satisfaire qùelqùe pùlsion
sêoÈte, le demier en dal. étani lc Cothic Horor de
Lébse le plùs dessæi par ce noni€ charee €sl le
rêz de dEùsséc Ccd lc Purgaioirc, sisantG qùe sâlle
d'aitents oi, sort cnvoJéêstês â D'âùtES êncôresenênt de plm d
qui doivent alrendre ûê éierdi quelles soient bénites, naudites ou inlelligent€s e!
Ccsisu æs nivau de.éâlitéq!'enèsâriende.tsous
lcùr loûo nâlurelte, une fôrne hien dilj.érenb qùe
Le plm breslre pàysique, oiL les humains Besoni cclle qu'on leur contuii, qæ leû ù
élablis el qùi sed d. plâteâu de jeu dèpuis biêntôi
2000 ans aux forcesdu Bièn et â Bien descniriùres pù$mTes ont habité sur cer
i.oùvêA pê! pÈs âù nivêâude Ientesol.1lny a rien iaines des Marches, cctaincs ont disparu,
à dire desùs, sùon qùe Ce* su ce plan qùe vous âtes d'aulrrsonr atéêxleminé*, d âùhêsêhcô.
æcy$niÉfueiéesqùÙdonres.hssii

Qù dit grâtiê oêl dii de nonb.eùx æ.eNeur\ bien diférenis pantàéons FlrlhéisLes èt
sùi et il y e. a bieDùne nùliilldc poù dGscni cc.
iains éirges.C. âiDsn'ni 6.d
connc l'as.rnseur qu'utiliseni los huûàins âu

plm breshe d 'tù desset le PùrEatoire,le Paradis


ci llnler Mais cn général, l'usasc desGccnscurs .*

2
Rlves et des Câlchen$, o,i vâgahondenotre æpdl hunâin à fore de l'ê!re
iluùi]esomei].Mâi!quêl'onnesyilnpepæ. séveil]ent à l. coacience
Cêite MeJche enstaii bien avùt qE Beleih ou
Blmdùe ne fsseni Ieù appùition. On nllnùe
&G l$ 6doiE de la Cité Elemelle N de la Cité de
Dj. qùe lê 3ouverâin des Mârchês dù Rêve .! dæ Et qùùd lesditu, puisquil s'ât:! bi6nd'eux,
clnclE@stsusontdibiEpl$puisgu|ene- nê sont pâs âsserpujsssts poùr shdjùe€run
re qùe l'on peut l'inasi.er êt qæ tûsqE Dieu se 6i!, pêrft Doruâù de Mar.he d le *ulptef à leu sùise,
ce tui À pdir dù de Eesrêv6. Mais que ceLùiqùi ils s'ssocied êt EinftIent Eù uê i,tsJcheconiis!è
a6me æci aù Bred jou s'apprôt€ à exlliqùs le à l! Mar.he d$ Rêvese! dæ CauchelrÆ en fommi
fond ds sâ psnÊéô à Ddniniquè, Jæeph où
Cespêlite ilots pêdus âu niliæ deslinbes sont bùs
rêliés à lâ Mârchê dê. Rêv6 et dês Cauchênâa par
Et les dieÛx dans tout cela? des psseEltes. on !ùe évideImêni,u pûnl arc.
&ciel qù relie Midcùd, ls Tene, à l!s!fd, re
las penièEs civilisatioE dieres de @ non nâqui- W8rhah, rais on peùt éc8lenent pdEe. au chenins
re.t en Mésolot@ie, au elentous de 6000 âvûl $Brpés mi.uÉs de nnages qùi nùent à l Olrrp€
mhê èæ avec l\nùralatior d* sén es ei des
suén€B. Ei ced À æ mnàrlà qtre susiæni læ
premières .eliciom. Bid sûi de i.ùÊ I€nps 16
honnês dt m æ quêlque chGe. qùe æ sir le
soleil, lê lqê, les élénente, l€ aninau, lêÊ cbtte
paléolfthiqùeÊÊont Là!où mu lê Éppeler Mais de
pù hù dislssior 8éqnpàiqùe, .es t.ibu r'ùivè
e jddis ù rier de .ôn È1.

C est à Iâ ûêmê époquequê læ chdùs se tnÆfo.-


oir ns æ fâisâionr
qùe chùge. de non ui! gùdâidi m quelque $|i€
l* nêns attribùtiom. Et C$i à la néne époqæ
q!'ils s ûiÉnt à râcontd læ n*eiles quls
voyâi@t â!!ou d èu e! qù'i]s iNeftèent dê ms!i-
ffqù$ ùjst n6. c,érÀft réellaenr ue épûque de
ni.acte6, leÊ dEgDB loùlÂient la Ib@ et lâissaient
leù mpEù1l da$ l'ùcomcient hmein, t$ Cédb
ndchâien! su Teæ, dæ ùùmins têmie têt€ !u
cnâi!ê nânboyântes Énuês il6 cieu, læ Dénou

Cès mteùÉ, cês prôtFs, à lâ ftilée, ruontaGnt


o@E et etuorê les ôênês hht ir*, afn daseFir
ù.oE ù leu pl$ lê peùple à leùs désiF. Chaq!ê
sôir, chaqùe orie, chaqùe pnère ûisai, pélétef
h.o& plù le n*saet dm llnoHient de la popu
lation. La Mæbe de Rêvès êr dæ Caûhêæ est
des traces, k plu-
pari dù t€nps ùe tÈs faible .én
qùi sévtuôuii ên qùêl@es Êe6ldd... Mais qùùd
tuit âsès Nit dùmr dæ mées, les àolm8, les
remmeset les enfdts rêvêrt dê lâ nèru choÊe.
b tace de @siêvês nê s'êfrâ.epas et se offo-
lide jùsqù'À aûeindre consisiance et

?allois, @s chinèeq néé de lin-

du poi& de tous leùs fsn


rænês, ânplifidni .haque
d,âfaut, châque qulité jùF

3
Ntâisque ro.t doncles dieu dms Ei qùe se p8sset-il qu.nd lca dicu non! llus de
les nuâses?Ils n er fouhi pasune. frdè16?ls ne meùÉnl pâs ioui dê
Ils vivêntu. échmc€srrbiotiqùe. trs dégénérùt 3u. leù MùcÀe, n aFnt plu lâ fore de
se noùù$eni des senline.ts et de la .oruêner ù lèu. &yâunê iôui son
0oymce des hunâins, stffôndrent, les mlomes s'éooùleni. lÆs dieu sont
yeuxergoûiantpâ.jèur bou.he,èi lès remer Neùsles, ils ne reçoivml plus ricn, ils nc pcwent
.hôl grtce 3 desprêsâce!et desrèves. plùs .omuniquer e! les seuls humains qui, âu
hasdd das rêvès, toûlienl sù de
Daùs ùe .êtaine nesuF, Ies dieux des panlhéons nâi$ênt pâs ns bâicri$êù, leùn vêbneft de
en.ore a.iifs, Viki.gs en têic, pcuv
Teft via l€ùÉ agcnk incamés, de lâ ûêûe fâçonqùè llus de roræ. Alon, rû bnùl dù nonent, ilÊ seffa
lcs Anges e! lcs Dérons le fûnt ceni. lls ne neù.enl pas .ar ils n'ont Ianaù été
lhæâ$on dur glisseneni de Mù.he, appùaift ùvmls, Dris .ejoignont aroa bs rêv6 don! ils sont
diredêneni sù Ten. Da.s.e cæ, ils appanke.t issN. On rêtftlve pârfois la !ra.e de rels dieù dans
en ianr qùe fanfônes, ne pouvânt ps s â@rdèr !*- de lieilles lésendês e.foùies tês pnfond &ns l\n
cisénent à la Marche têftste. Celâ leùr sùft1 néan' conscient.Les hmains qùi les araienr sùyis sù la
noi.spourâ.@np]ûleÙstâch Maxhe .eioumeni alors aù Pùr$ioirc, qù'ils
é1ân!de s â@oupleravecdeshmaiN, et lê plùs sotr aùaient dri stteùdre plùs rdpidenent.
venr deslùndnês, qù plùs tùd nethoni aù no.de
d* deDi dieu ou ds héroÊ. C CenaiN dieux o pu éyitèr @t étât de fait IsontÈ
conpùables au enlmts bénÈ où naùdi|3, né3 de la écbapperà lbubli èn lrânchissânt 1êsbarières qui
liâison d m Angt ou d'ù Déûon sépùeni lès MùclEs teræstEs de lâ Mùche des
Rêveset desCaucheûa6. Ils sont mivés sù lene el
Les dieù se noùdssenl des croyan.es et des se soni adaprés à une ,ic hunaine, renianr leur
olÈmdes que leu fait leu peuple ei nène des cfâc1èû diyin. ns J' o.t sâgné !.e vjê, souvml h.è6
oftandes pàysiqù$, putuquec 6! l'ack dbffrir que le lo4!e, pâdoiÊ ûêne étemelle, et un !!â!ut qui lês
diêu voit et nôn le bôut de bârbaquepcé sur l âut.l, rondrâ loujous difrérenB des êtres hunâins, déta.
lês .or!s qùi bôlèn! où le ccrr pâbilot 'rue le chés'les réârirrs quoiidiêmes.

Mais .edains dieux pâssmt le pas ap.ès avoi. qùtt:


Une sxmde pdl dc la.livité des dieu ænsisle ésa- leu pânthéon.lt lÀ, ih pèuvènr,quând le bêsoins'en
leûênr à aæucilli.les âûes des iâies hunains qùi
cûrêienr telleben! en eu quns r neleÊ, se faiæ æ.rubr pr. Ie
per à I'appel dù Pùrgabne poùr se .adæ sù l3 rieùres. AiGi, DénéIq déese des noissons el de la
Mùche deÊdieu. Ceu ci sâori ÉinGmés dms de6 fertilit! qùit1€le panthéonsre. poùr après une péno
.o.F hùnaim quand læ dieux aurcnt besoin de sur Tene, ftjoindre le Pârâdis sôu le nom de
Catnerine, Àrhes€ desrennes Un bel debplè de

Passe-rrroi le Celte
'Elre spécùliste, Cestêi.e æcomu pù les aùhes, pa6 Ben od, en fait, les Celt8s,ils æsssnbldent !l$ au
hâbiiantÊ du. pètit villâgè d'Addquê qui résiste
Fabri.e L. à prqæ da.n? u, taus dzu, qécioli.,t s e.oÉ el toùjola à lenvsnissu 'tuà dès honnes
descavemes.Saufpoùr le nenhir d Obelix. qù êst un
pd l'Euialenl dùne paire de lu.ettes 106 dun
Un peu d'histoire crandeurnarue: ûe cotueriê, heu, non, ù amchro-
ntunê. lâ connerie, cest lè srâ.dèù.-nâturê.
LesCeliêssôntdê sn s inconpns Pou.qùoi pas des fennes clevaliea pèndânt
qu'on r *i, nâjs je n?sâre, je n égârê.
ftui le nonde les FpÉsenb ùec u nennir sù le
dosêr lûin dê.onsltuirè de6âlignehentsridi.ulèÊ on les .ontond a$si souv€lr ave. Ie8
Cèlrâins, âlore qu'jls éiâiêni ênnehis
jùés. ced éromùi æ qd peùi y
esnbader ave. les smglieE æ saùlillant snr les dol avoir .onne .oue.ies da.s les
mên6. ?as du toul. Câ, Cest lâ civilisatiôn négâli.
thlque qùl reiortè à dæ lrlrès lf,! Celies, Cès!ph.
iôi à l âse dê lêr qtr ils sà soni réveillés, au âlenbùn
de 900 à 600 avùt Jésùs Cùrist: ils ort És!É sû Les Celies soni donc appârus
l'Eùope juqu à .e que les RoMins m les fiirbnl u en tùope en tùt qùe tels

4
France,Belses en Bersiqre,
ch8cù leù hJpolhèsc |3s spé.idi*es eu, sônt sûs Amoricains e. l.etacle, Bretobs
rn Angletore, Pi.les e tcossei caels
èn lrlânde, Celtibàes a Ispa$e omi-
on pdt admetûe sùs tmp déli!èi que l€s celtes denbre ei âL Porrugât, s.ordisqùes ên
viên.ent de l'Est, e! peurêûe ûènê d In,te 3i lbn eD Youcoslsqeethèmêcaâier en ftrqu'e bus
ûoii lâ ælâlive linilitude des srrboles, Iês ioues ce6peùlres érsient isN d,@è nêne soùcneet
soleiEs celbs .ons$ruânr le pendùi p3r1aii des
svastiks indiemes (pôr ceu qùi ne le savaient!s,
lès svastikas où coix smées, *istaient qùelqùes Pour'tuoi dans @ .âs, les Celtes noùs appâraissent-ils
rillénairs avanr te tnisiènê Reich er n,avaienr pls habiieltenenr .onmô des barbùes sms culturs?
À l4.què 1âconnotation"sÉnæideoù prus si las d'af- c e* ssez sinple: râ crândê æjrfté ds é.rits qùè
Âniris, qu er es on! mâi.lenanr). nous posédo.s sù la poFulârion .elre vieDi dês
Rorâins ou des Cres, l* seùls dhillêùs À nons
Qu'ostce qù débninê une civitisârionl âvoir lâi$a daséai|s. ll ne laut pas !êrdre de I'espril
que .es lelplês é!âien! emeot ei qu'on a !èndân@
mùL Àlors, pâs de problènes, les
celies nont rien à voi. avec lês ennen$! rgùdez mlmeni on padc
Genaibs âù nod ou les R.nains ou desAnslais.ce nesonrrâ3
les creN âu sud. ns parlaieni ùe næ ennenis2An bon
laqne uique. qùi en@.è dc nos jom
!êfrêt à un pêôeù breton de
onverser sâns trcp de problène avec
ùn confrèæ du frn fond du
ComelrEs ei poudùt, Dieù sair
qu'ilsn'oninen encombln.
telver hieu olme iénôi,
lés Celies étaieni blo s, jl! ( smge de sJnpârhie. césù
éiaieni plus Crands que les âvaii de plN besoinde présen.
RonMq Dâis comne €u-.i ot 1èr ses ennenis conne de
minaienr à 1,€0D qDàd jls voù- vdeueu* g!ùe.s pour sâ
lâie.t, cela ne domê ps une indi-
câtion lrès précùe. on a Ehouvé .ajoùb donc ù nd quârt À ts
deschêlscêies mesumi lus vârêù sù coDbat desCeltes,qui,
qù'à 1.37n, .e qui pour s'ih ainaieni se beihè, pÉfé-
l'ép.queéiâitsszgigâi- râien! eno.e plus laiæ la lèle e! se
bore. lâ Eleule. Mène s\ls he
dédaisnâien! pæ de reûps en
Si læ Cellès sn! appùu

Fr,2 ,,>) Àiùs eNr on

âppâfâî! ûâint€nâ.t qùe :


l€uope ful p.in.iaÉtensnt .el
riquedu vene siè.1êà!antJc au pre T
(
't. çi_'." ,-tjiestbossdsÉlà

-
châ nosceiût!.ès er
âyer de sùiwe les nicrâtions
mier si:de avanl Jc. on retmNê teuB ( ' s celt€s dms les hùii ou neùf
iracespùui. ei dêshcrnquèoê'eclê siècrespendântlèsquelsils onr ént tes llus
0n les hoùve dùs les îl* hritmiques De râ
suisse à t'lrlande, dê râ Bon.gosne à
I Auid.hè, dê la Gaùicie âu nord dc l'Italie, Àu \,1ènê sièdê, tes cetr6 soft install& de Ia
les celies ont donùé l'Eùô!e, sè sont Boùrgo$e à lautiche. n5 pad
dètés âu porlès de Rone ei oft
nèDe loussÉ lûqu,en Ma.édoine déjà .onnur des Grec qui viennent de fonde.
ori des délésâiions sonr âllées M$s ia (Ma.seilê). Ds éigùi de nchês citâdêlles
frâppê. à ta po.te dAlesndft su desprono.ioiEs D.heu ei comdceni avecles
cæs ei les Etnsques. Dès 500, le poùvoi. des
p.inces s'efrrite ei les ciiâdên4 6ont âbædomées âù
prolii d'un ûodè de ne plu ruâr donité par des
chefsde snene. ce seond âgeqù

5
Celles scm à la lbis Flus déno Veringéto.ix, qui éùsirâ 'ttrelqùcshons cou$ nâis
0âiique el plN e!êrier, lâse d6 fen me dcs !l!s belles eneùB stratégiques de
aftivé Poùssmi À l'?\niiquilé, s e.rerne. À Àésit.
1oùest, 1esBrlges débârq!ênt sur les iles
AntamLqucqêt sù*sllêot en Anslcieft, l,a Caulê tonbe el en .51, 3èul m
en !!o$e et en lrlmde. lsssimilatim rèlle v:

Lile de Bretâgnerésisb meu el æ n'Ds qlen 43


sù le mftine.t, 16 soù.hes .elies s éienderi er vers que Cl.udê débùqùem €n Bætâsne insulâiie. Toub
le débùt dù quahiùûe siècle, Ce$ l'apos,ée300000 résislancentsi p$ notu gt en 61, lâ reirc Bondicca
Celtes 3e nc en! en nouvenai ve6 le nord dc sollève le pars ei s'èn va mâssdcrer dês gùnÈoE
l llalie .t I invsion se laii dans le calnc, læ deux cul' eriières armt de se sui.ider
1uÊs réalismi ue vériiable osûosc don! nous âvons
à présenibùtes les pæuves.Plus !l ??, cè 'rui deviendra la Crûnde-BÉtâgne est
toùi à fa le nène cas. IÆsRon conquiseà l æption du par3 de Gâlles, dt nûfd de
te.læ Celtæ âu onfluent dtr libE el de ÙUliâ: ils sê IEcosseei de t'Llmdc Xn 100 ei des possières,
font orploser ei Rone sen dévasù,je,in.èndiéè è1 Adrien lait nône érigd ù nu
oæuFéepèndani spt nois. C esl l'ér,isodelârcd dès de l'Emsse pou. holer les Pictes qui le hùcèlent.
oios du Capitole pùis la rmçon &s Rlnâins, ûj1le
La siiùrtion se dégrâdeen Grùde nretacle. De 200
À 367, les R@âiE remmeni à défendrcl. mur et les
De l'auire côt4 de lâ Méditenùée, me dél*aiion Pict€s, les Smc d'lrlmde et les Sdo.s !'ù dûnnêri
celte i.a rèn.oniEr Àlexmdre le Grand en .355. C'esi à cGùrjoie. En 407, l$ Romains quittêni dénniiive
elle qùi répondra aù sénéral que les Celles ne crai nenr la Grmde.9rclas.ne
clent qu'ue chorè, que lè ciêl re leùr tonbe sùr la
tète. Alennlre esl d'abûd inp !n 432, Saini Pâbi.k mive en lrllnde tândtu que la
jette en les trâia! dè dô*c. 13ni qù'il Esten en doninâlion picie. soi et smme pdussêlès 3.ètMs
vie, lâ Mâ.édoine onsiiiùâa ue barièÉ inliùcni* iNurâires À tuir et à débaryuer en Amo.que, Foù.
sâble pou lês Celks. Au Wène siècle,ik o.opènr le
nord oùestde la HonÊtie,rc sud-e* de la Slôvaqùieet
unc bonne laftiê de l! T.msyhanie Qùand On pùu! not€\ ei ça sewira sûrenenl plm tard (hint,
Alosd.e reùt, lês Celtes poùsHl de plu en plus hintll que les Celtes oni pavé la voie desgând. drt.
230, la Thr.cê, l'Ily.è et lâ soÈ. qù les sDivinnl depui8l'Orienl jùsqu à s éltblir
{ Galicie, en Brêtâgnè ou en Ansletem.

Bæmos prfrle de I oùlenuæ ei rord sù la G.èce à I-hiÊtoir des dngons dans les prNin.es de loNsi
lâ têt dè30000honbês ê1sibint Delph$.l,esinva. suivit de pràs tévolurion des nations cêltts.
sio.s srecqùesse bninaorl lÀ. Exieninées en BEiagne, chasées !âr les sdons dè
lAncletere vers l'Ecossc, lê prJs de Câllês. ls
Dùs le sùdouesldelâIiù.ê. e Comouaile, êt I'I.lâ.de ei rebùn
Arno.icain, les Celtes se lont Êenti. à partir du
Mûe siècleel ils seraieùi arnv& en &li.ù (en plei-
ne Es!â$e) aù pEnia siède avânt JC. C est poù cetle raison que les dragons, iconûsrâphi
quoeni, ôæupcnt ube ptace si i
M.i6 c'eÈtdéjàlè débuldê ll tn et Rone se.éveile. cultuE dê cèsiéerôns ei de cesleuples. Alors qu'il a
Elle æsiûile a! deuièDe siède alant JC ler Cèlles été ssinilé aù Disble dms la cultue chlétieme de
cisslpiN et net soixmêdix ans bæe, le dras.n a gâdé toute $
légendcscelies el reste t u de leùs srnboles les plùs

Les RonâinÊ rêhonieni hsnquillenent vers le


Narbotuèis el écrsent 16 Gadois das toules leÊ Coùteset lésendesceltiques
bâiâilles a lst, me aùtE ncnaæ fail son appâ.i. co [cnit ùn bannan d.i",nan,
iioni l,es G€maim qui arivcnt du nofd'èsi ei qui
poEsent les Helvètrs à éûigrêr veB le Êùdoùed. ll Si vous evêr bien suivi, les niEratims
ne rânquè plus qùurc 8lùm.e enhc les barha&s .eltes oli dué quclqù.s siècles et ce
gdnâiG et n"ne ei c est l'apot}éose de lâ sùerrê des sonl læ Bclgès(!) qui âùrâienl .oloni
Caùles,llLToriqùe es! à $nou. Césù veùi mnqùé sé IAngleieÛe et I'I snde.
rir Iâ Câulr, la Cemâbiè et I ile de Breta$e. | ârrivée et la pousséedc plus en
plùs fote des Rdnains dâns
ll n'âûive à |jên en Brets$e ei qùmd il ryient en ' les iles bnimiqu.s ejet
54. lâ siiùaiion s'esl dégrâdée en Câùlê ê1 les
c8mùks pmDosentdè décl!ær 1
onrÉ ]e.vahhsêu. lls choisBsent un jeunc chef,

6
I EÙssè,où ik $n! cùto.nés pâ. dô grândsmùrs, arant sùivi Sanael dans sa
cèlùid'Adrienenlre âùtres,e! en l.lade oir uft mêr Chule, dâns le pl$ célèbrè des

C esi doncnomal qùe æ soii e. I.lmde ei, dm ùne Mac.s eilùÈ hostl: aee. des hllmûe!
ûdndft hêÊue b E.d*ê et âu pavs de Calles, que to6 de sa pertessurenea!æ smæt: B3sbh,
cè soieni d&elopFés les m$hes les plus imporlânts, Iobdlh et Fâlhnâchta, des Nephilim sms aùlu
tri .âmnb Idivée doûe laiànachtâ à so. tDu. !ê rpftduisi!. Il $l
n}thiquæÊurnle lenéhe de JâFhet, de Pârtnolon, dê Nemed, sur
lequel noa.eùerlro6, ei âssi beamnp plû rùd

Bien sûa pour ceu qùi viennen! de déouui. le no!


'ælte', ælâ rGqùe d éhe u p€ù ioufiu, nais pas ptùs I*gcnd. intérgssùt€ à pLùsdù titE .ù cela veui
qùe les û)rhes no.diques poù æù qui liennen! de dtÉ qle ærtains Nèphilin se sonr reFoduik avani
découwir le not Wa]nala. Conne voù: pomez le que Dieù d'ù coùp de solme ndrête les co.nÈ.iês
note4 cesûy1]ler ùt bôn nôôbæ de points slmDs pù ù délnse bid plsrj. Ei si Aitila est lrâiûênl un
avec lâ rèlision têlle qù'on lâ 6nnâît dâtu INS,AfV desændm! desNephilin, il en .6
quelqu*-lG en cûûnarion, tulébctâbleÊ aprÈsiânr
d'amé$, ayut p.ù fome huaine dep,nsd* nillé'
Poù le Liw d8 con,tuêbs (!.u .eû qæ elâ inré. naires, bénétciânt de moins de p
resse, n u en*e lm supe.be édftion illsùae pr ersælèsques ùcêtres, nâis po$édanl ùne æ.taine
Jaû$ FitzF!.icL chez io$ l$ bons libraires d'in
pofiâlion), pluieus leùple! sê 6ont succdâ m
Pâriholon assa$ina sespaEnts pou pEndre lê poù'
voir dùs son lepE pâys, pûbâb]ênênt aù Moyen
Avùt que Deu, das son ininie bonté, élinine les Oieni, nais il échouâet s'ènfuil ên Lldnde ave. ses
N.philin qùi naùnierl janais dû voi. le jôui coDplgaoN, atiiÉ pr 1âpuissù.e de lâ Teft .hoi
Sâ@ol et sÈs lielelels sôntient lê venr rolnei 6ie pù Lùcife. slmo'mé 1edéfticheu! cêst plurô!
nÊ Eélecli@nèrot ee t€re d a*ùeil loiû du Tise et en tenalbm4r qùe Pariholon acr
de l'Eupbrate, càoisiêpoù sa dæré êr sonpoieniierl qui E! sùigi. lês rept lâ6 et le6 qùahe ptaù6 dê
lôs iles bntamiqu*. Ils aidèfnr les ruiiqùeÊ hâbi
tânk de cescontréesisolês à élaer ds nmuents
À lêu sloiæ sos la rohe dè pidê6 dftséê6 et Pal|holon mène.a quhe h(lrmès er quate fenmês
aùrEs neùi.s nécarùhiqes. conçû .oône lB avec lui en Irla.de: ss3 i.oG 6lE et .hefs de clâN ei
pôles de le.tactes eissÈques poù se pmréger d ù leus fenngs. Dê là, êt vâs-y qùe je t€ p.a&, qùeje
évêntnel secmd délu€, il ne .6 ie reioufte, ioule unê drrâstiê vdit lejoù el l'hlsnde
qùe d* dizaù$ de .aiDou plmr:s ndidleDênt sê peùple peu à pêù des descehdânh de Pârrhoton,
dùs le sol @l|e âutùt dc bitl4 d'ânanage att€n lui nône aymr du sùs dénoniâqG dâns I* rcines,
qui se nêlâi ru aùto.htones.

n n'd Est€ !s noù6 que llrlmde constituaii, à l,es Dénons b dlajen! pæ lâissr leu tene il a(ùeil
l'rigine et dès le début, la seorde tête de pont de tonber entre les nains de Pârlhoion, nèae si
],D.ifêr poù lâ cuêæ ei lâ .onqùêto de lâ plânèt€. quelque pat, ils lui étaient appùatjs.
i,mjvée de JésN cbrist en lh 0 er le cour d,ênvoi
du smd Jeu, qui re6pl3.e la Cuere dsÀ I espft de L Irlarde ure t€rre d'Enfer
cè vieu ,énile de Diêu, chdgea tôù! .èla.
Applrah€e âro4 les lôûor!3, ùê É.e naléûqæ
ApÈs moi. le Déluee venùe de souslê teæ. E! oui, nùs y vôilÀ. ku chef
étaii Balo4 m séùr à l æil ùiqùe. ceriâitu d entft
Après le Délùs€,lo nênê qùe .êlui de lAn.ien eu n'avaiat qn'u æil, qu'ft @in fu qu'ùn *ul
T86ehi donc, 1â ra.e des déf.icàeuE de pied: il3 éiaidl sÊez laids en rénté.
Panhobn ocupâ l\lê dilrlmdê, toù! tê notdê
vms le di.a. lariholon n'Était âùft que lel,ês roôorés combâtlirênt lous læ pæples dùlande,
frk de Japhet€t le des.codutde Ms€.e. d4 pre.nea Pdhorû,iens jlsquâu Tuârha de
Dama4 æseFisÊei soùverl Lepays Êoùslèù jôus,
Mac.e?Qùefsft doncM4!s, ,rui esr jusqù À cèqæ le'nrâ1hâ de Ddâân ne leù. neite re
bier le dÉno. qùi de nonbreu vûréedéfnltive au p.ix bêûe dê leur Dui$m.e.
sièclesllug !ârd pend.â le non
de Mâjtj dans lâ hiérdclie Irân.henst, .ela ne voùs rappetle nen2 Une eee
démôniâqùe nrsuhâne, naléâque qui aftonte l€s dieu? Relrenêz vote
aersèrker el !évi.êr los n th6 nordiqùes. Qù sont
daabitude les adveBaùeÊ des diea? Les Dénom?

7
ven$ du nord,los
Ccst sous le non de &lor que .iêinelledâgjque
sillusi!â le Prince.Démon
Baal, qùi

irueuÊe, une taiue de gésni.yclopéèn (!ve. De cette Hyp!.rhoréc, on ne saii ien, sinon que lês
un æil miquerourles raclxûqùe!du bù be. âlllûés 'tui glidâient l]ltls dans sa rcchcrche de lâ
Il lli lâllait un bon nombls de Dénons poù sou spiriiuâli1é ê. ébien r côùplè1èûenr fondu3 cr que tes
lerêrsâgro$epauriè.èel il utilisailalorssonpou Ànses aù sêri.ê dTves é.hùgen
mi. d nEeiq à u nivertr diglê de rui. ,rou! ça pou. qùand on leu posela quedion.
ociérj. tr n ét!i1 pas
sn.oF arivé le Ienps oiLBaâl se Quânt âux 1!âthâ De Dæræj or y vient loui de
tunr âvc. uno .ra*te lIi.key (cl. Heave! & Hêll).
conne rousles Dénonsqui se r$pe.knt, il ane.a

plmt dùs bùs les mim pùÊ,tuê après lâ chut€,


Anges e! Dinom, Dénons sùnoft. potrvaienr se Tels desPiorâ& dê bâse,mais Cestdam ùn aùlre jêù,
rcprodui.è d. fâçor plus disaàte
lês îrsihâ brflent leùs nâviæs Fou ne pas ùoir à
qùmd ùe illuhinée lui dit qu'il sefe.aii lùd pu son rcpdir et, sans se concerter, demandcnt aux lir
Bols, au Bêlses,donc, lâ noûd da l'Irlânde. conne
petii rik. n fri noyêr résdiè&n
enfmts poù sinphner bs chôses connc roljôun, ça. Bien sûr, les Belgesæruseni et Cest lâ snerE.
.oûnc llérod€ qui rare Jésus e Àloa que lês Fir Aob oni .onbaltu les Fonorés et les
eùtæs nouveâu.nésd lsraèj, BaloFAaal rata soncoup oni yâincùs, dès râ prêûière bâlaile, tes Tûaths De
er son pent iils r,us sNécu! bien nat$i tui Danaan tes exploseni à !g n'ed et, de fait, inpo
se.r le parraeede l'trlande, qùe les Bersêsrê veuilenr
cest Parrholon qùi lina la prenière bâraile conræ
les Foûorés et qui la .mpotu. les Dénons ne s'étânt
visibieûent pas pÉpa.& à En.o.ûer leùs pê1ib Nùâdâ, le càef des rrsiha De
oùsins. rfs tenps dê créaljon dè Pârrholon dùèrenr Damù, s e{ fâii m pèu ânocher durmt le .ombat.
cinqûiDe mÊjusqù'Àæ queles Dêrons,dansùne de In fait il s'e6i fâit couper te brâs p.r un chanpion
lèu6 c.is$ de nesqùine.ie indsê dont ils onr ls belgè,Stæn8, et il ne peut plus êtE le chet
seoei, hè déclôncbên! une épidénie à .â.a.1èÉ
bibliqùe er qùê 1ou!erè race de Parrbolon ne s,éei$e 1* mnnandêDêni,tes 1!âthâ F ienr donc à Bæss,
dans d'ahocessoùfÀm.es ù ûls de fonoré ei deThuarâde Danaan

Nemed. il sent le fromas€ c'esi une infomation de 1aplus hÙle iûpoft:nce qui
nous è5r livÉe i.i. Non seulenêni les rono.és! tes
JaDher n'eùi ps ,tùùn seDle.rani qui se ft .enù Déno.s, éiâiêr! â iés aux ,l\aih
'iuer Nened ini lù aùssi de Scylhie en hland€ en eùx. Quelle que soii la naiùæ
ba&!u ap.& la càùte de Partholon el ll nâinûisc nagiqùe deshaihs dê Dâânân, ils aiaieni sufrsm
des Fonorés sDr le pây! n teratona ù pêù !ârci ûe.t prcches des ho.des déùoniâqùes des fonoÉs
parrà, c 8t dms l! rânile, èn délii.hant une doùzâi, pour se naquer aycc.A la linile, ,;â iaii pêui D rurE
nê de plaines ei afr.ontâ les Fûhorés dans tmis pd, .elâ dônnê une F.tite indi.
Tuarha ffiivùi, bârlen! tes Belgss, nars enirê.
Nmed rDi À son tou. bientôr toucàé pù lâ p€siê èi renps, ils se sont reproduih ei âvê. dù6 Dénons, stl
s'sn alla noùir dùs le Mù.siè!, d,oi' te tihe dù pùa
s!âpho. L€s Nénédiem, son peLplê, tuænt alors b
ius pù les fonu& et cenaiG de Aù fl du ienps, les r\âihâ coûr
noins en rrrândè cr tânr que p€ùp1e@nquis. Iis @n])requearessprivirésieun peurr.optesFonorés.
auûes prire.l râ fuit roù ne jdais reveni. A trl Doinrqùil net plùsoDDôi.s lèsTuarhaDe
Danlrn cn esclavaE€ei qù'il leù |!it.onstruire
c!$! à ce noùenrlà ,tue déba.,iuent sur l'ile hoÈ desrortèÉssesct dcspalais C êi à .e noûen t-
peuFlesqui nnnt ;en de mythique d quo lès nlih6 là qùe rug râ son âpparition Lus, soure
rejoi$ebi r1jist iiê: res Fir Bole, tes rir câilioin er rez yoùs quêlqù6 lisnes ptus haut, te
lès Fir Donân. c esi à.dire les Bclges,les Caulois perft.fiLd. Balortsad,qui rut vdnê.
ei les DomnonéeG. Poùr ta plu!âi dê6 protohistc mênt noyépâ! son P.in(e-Dénonde
riens, lês Fi! Botg rep.ésentent ta polulltion p.é.c! crmd pèæ.r,ùs, qui 6r Ie 6h de
rque de lile, âvm! res invasions veG te vèDe siÈctê Cian,lui nêne fils dê Diân.ecbr
lê médecin des Thùâie, et
Irs Fir Bols rËrontert ûès .lpideocnt les FoDorés dùne châmantc sùccube du
d les epou$ent jùsquru liûibs nord de tite, non de Emné, fiIe de
lulEid sduel, jùsqù ù ce que tes DénoN ævie.ftnr

I
tùg pni ll plâcê de chcf des ùnées des ,Il]atha De là, Ansesei Dénons ne st.m
Dùaan ên bâltâ.i Nuâda au échee. Tous tes spé naiènt pas encore dâns les
.iâlisles des myth6 celtèsloùs pùlennr de ta sF buâinq Eo c€stêmls hibtrques,
tes
boli'tue de æt1€ pùtie d'écneG. le onbâ! é!.met Ànges ôhesiitenr pE â bt ^€ù pel
€nûe lê biên et te nal qùi ne sê frnit pas pù lâ no Tene pour détnire
de l'une des pâ.riès, nais pù sâ soùnhsion à t,aùb sudom€er G.mônhe ou poû o0bârE d€s
hùôâim, enfrn des hubains, oD se corpænd,
plutôt drs psG u peu bâlèzês.En ces bnps-tà, le
h l!it, Lùs a bia bânu Nuâda au écIeB E. con smg des djfférmles créaiæs nlt}liqùes ne 3trait
rruP sicilieme des pas en qùer,ruosorre ùoe dilué e! eles rppùais_
plùs cla$iquês.l,ns arâii m !!O denyi.on 2300, @ saiæi dâns rout leu splenteù Et Êi les anges pou-
qùi À r'époqùêétâi! déjÀpas n31, haiÊ qui ne te ne! vaieni le lane, vous resez biên quê 16 DéDons
pas dans la nêùe catagorieqùe rls!âtuv' toin s,en

Si voùs âvezjanais ssiÊb À uû conseildcétiq!è ou


ceci faii, il soulèvê les lathâ èr lan.e ses rmées dénmieque, vou3 savezbien qùe ce r esr pas I enten.
@rtE les Fobo.és âp.ès urc pÉp'arion qùi dùen tê la pru pm, chacun essaydi de baiser son peiit

Démom que .hs les Anges, nais bon, Cesr ùn peu


La bâtaille e$ râfibrê, dês dizaifts el des ceniaines Ibhiânce e, cesr la rêDrésentaiion des difaé.erbs
de mbbâttants meùed æ joùÈlà dæs les coûbars fâ.tio.s qui anine nc chèie6rôt€s auiolées.
qùi opposentdeu races diùnes. Nuada se bâ! avec
so. épéeei abâi ù crând nonbE d ennenis ùæi de En véfté, llrrûdè fut bien le sièsed ùn conbat en!É
nourir l,nc nse de sa lânce kndis qDeégllièænent ditlérntes tudioN de llénoN, dùr hne co.dùib
les sleriea desTmthl De Dâna pù !ââl lui nèDq ei divers DénoÈ pùsânr læ
taùre. âu clâudron dù Dasdû, soùce ébnetlg de pùissa.@ ænoùveléedss les âti8len{rs desrinésà
puissmce. uê.r te nonen! ôir lâ prcphéiie doft ss pmtéær rê Fâys des aeissmenis de Dieù, âinsi qùe
.éarùer êi sroa quê sepr sueriès loEoÉs soùlè. das u objel ûqiqùq u châudron générai€û de
lent lâ paupiè.e de Bâlor pour qù'il lôudioie seseme poùts de !ouvoi4, sur Iequel esi lalqué Ie chaudrh
nis, l-ug, tet le Daùd dè hâse, pænd sa honde er d âbondâncedu Dasda, dont il seÉ 'tuêsrion dms la
réussit son .rftique. son b.utel!énètæ dms lcil de cmpasne Delsda e* NolE.Dâne
son glmd Fère ei fait éclabr sa lêtê come ù ftùir
trcp nù. Balor ês! noÉ, iué pù son !€tûfits. xvêntuellenent, 16 Dénons des îrârha De Danaân
lenpo.rèEnt su lâ râdion de Bral hais pompùrê.r
À,Ieisles ftrtha sod i dg Iâ baiailte rèrihlenmr ùe lellê ùe débâncbede p.inb de pouvoiE dmÊ lê
épuisÉs E! qùæd leE Mitésietu, le demier peupte À chaudron(rsnvor€. Baâr chozlui n e* pas à la ponée
débsrquersur llte, anive.t, ils n'aumnt aucun nâl à des !|ènrers venu) quns fépuisèErt èi quïs se
les en boùtei Lês l\â!ha De Dùùn se æiire.t dônc frrent À leu toù. exteninêr pù les Mitésiens à leur
soùs les sidns, bs têIires qù oùvrent la 1!@ ûivée. ln lâii dè yin soùsles sidhs, ns onr nmsÉ
d lrla.de et vivent à préÊe soùs !ène. t es les pissnlits !ù 1ârâcinê.
Milésiens, les fit6 de Mne, qui n orr ien de divin ni dê
diaboLiqùe,lrouner! à leùr rivée uft r€ne vieree de qumt âù .hâudmn, or vera plus loi. qùil n,étâir
pas épùisé,Da]s plurôr ùdé bmpôÉ1Èneni.

Retour en Idand€
Sbp, dm., cr .ien ne vôus atônne,là? Les Tuâth De Àu lil dêÊ amées, pour les Milésiêns qui yjemenr
Dùsù, divinnés sécdaires de t,Ltude ont loul de drive.,le îou se ..éê e.ræ tês difiéreniès facriom
nêDe ps 4ât de poi.ts connu.s âvec les Dénons, qui mupaio l'ile avùt eu et lês l\a!hâ De
Dùaù deviêmenr proeÈesivênênr 16 hé.os qui
vicmùi de lihéer Ia tene dlrtande des trémons
Bena faii, il esrrênps devos dns ls vénnt, FoDorâ er sonl dom à élêvêr à Létâi de dieu.
Ausitôt dit, ausiiôi fâit, ennn !
Irs hatha dê D$âân éraienr efrectine- Mùchê rnlmédiaire, dsns ur miûo ùnive.6 de
nênt dê6 Dénons ei des rqr'etons de F.che, desdieu nâquireri à lâ vie, âidés
!ù ls réso.
Dénôns, incubeset sDcubês,nais nan.e des ïériiâbres" Trarha De Damn, tês
paÊâu sensoi' on les .omai! àabi- DéDôns, qui onr u peu ma4ùé le bfiioiæ, dss
tuellement dâns h Nonine
Satmis / M.gna Veriiâs.
Râppelezvôus I'époqueà Pou. Ésuer iout cela er ùê phfâse, les îratùa Dê
Ddâân étaienr bien des DénonÊ qui se sonr batius
pou f e d,rrtânde conbe ls FonoÉs de !Mt. ns se

9
firùt battre ei qùttèEni ious la lé6 Prirc6 d'AmbE, le bûuqùituoù ]e jeù de rôles,
harhê Tere, mis t\ft(lMieni dê rtui yie ds nyrh€s cêu€s,ds Î!âtha De Dsnâ.
b popuLtim l.û fta ds repùque
su me M8.ùê pF.hê rle .ètle dæ Rêleg ce n'êst qu'â! vène siède qùe?al.ict, u ange aù
si da inspi.è.en pôu êr faiie des 6æice d'ttè soû les ornfts di.4rs de sor pa!É4
ûo<lèlè Baal eo pler€ elDre, vimdE wsséliser lTIe,*u poù eùtut à bùtà
!où1Æles myùceù res dù éràblies.on E@eâi
Cmhaiæmni À dautÊs lethéom noiu chù, tÀgr l&e lÀdssu, plùtôt 60l âvê.les pdèG.
.âu, ls TûrLa De Ded oûr Éldrivênmr bim Ei quldl leu bmdâ cormêlça à s effonùe. âùtoù
nécæié lô ùâ3€ du christieiMe, en pârti6 ù caue
d€ la Eagiê êqrangée pù les DéEoE des h tæ
d'êu, ils pEnr 5erétugi* ilaG @ petite zonequi
dlrlânde, Eéi! âùEâi$âe au nyrhe, léCsndégêt
r€nFft de s'émulet .ellâ qui ænespondâu pâgâ-
âulEs bouquiu doni ils soût À l'dieine: qæ æ eir
nisne dù p€ùpleirrl,nriê er à BâIosem qùi ele là.
les cbaalieB de la llble Rlnde ou olu .élmmnt b,! rê nùit dê Saluh et @a ùé ré.upé.âiim lsêtr,

0
à

F ô

lo
Norns de dieru<
Un diêu,

P.ù.ip€: les dieu pGsèdsnt u @rtâir nôbbÊ do Les héros


pouvoirs, onpârâbl$ âu louvoia deÉliques ou
déûoûiâqùes. De lâ bêne raçm qùe tæ Ans€s, Avecu non .olme Cuchulâim, jê
Dénons,?si, SoEieE, leu pùs
Poinb de ?oùvoir (PP).l,a difr:En.e æt qùe l$ dieu
peùvdi utiùÊe. rinpo.t€ qùel poùvoi. À ninpd1l
Clchulâinn esr lrâdirionnellene4! le Eéræ ælt€ lè
qùel niyæu dB ltt€s qui Buiwnt, ils ne 3mt linités plN comu, céLébÉpù le cycled1nstei Il a été sou-
quo pd l6ùrs PP ôt no! pù u nobbe de pouvoiE, vdl conpsn ÀAcbnb, olme tui 6ls d'u êhe divir,
coDnè les Àns€s où ls DénoN, otr les a!ât3n dans .e cas llécis Lùg. Conne Achil]3, il noùra
jeunê nâis ouYert ds groiÉ
C'est !M cela qù'ih rbn! pas, dam l€uB .ùactérù- aùn hémique, De
tiqùæ, de tb!* de pôuvûiB, ûis À prt dês pouvoiB sort€ de cla$j, ladi drÀ, qu le petèse. Mds æ qui
privilésiâ ptur leua Hé.os. Coûne vùs porêz lê le caacténsè nâineft
dnÊtâter niN vâu! afËohtè. lês djeu qudd ils
@rÊtiiùent Êesp.épùatios aù mnbal, d'oi, son sû
sn! encoæiou raiùles, Cesl @i1leu pou la suié. nm ile 'Cuchdain le cmi.Eiomé".

In voi.i un exèmplerioute sa !èNonne se nèt À tren-


Ij €s des Hérs æt trâiié ùn pêu llùs loir. cê 3ort ùld, sonmrys sêretomê dac sa peaù.s pie{ts.s6
lês éqùvdæb des eneniêE litinss. Ils s@i c]loisis tibia8 el sescmu Ee.etoment. Ses nolels et seÊ
pû les dieu et ei vou le d&i.er, rl! polNni app!
oisses viemdt s avmr. t $ iædoG de s$ nollek,
ÉnE dms los scftùiG tutm àp.ès ll cmlaglê de pasÊésdevùt ses tibias se netien! en boule, aùssi
Cm$è que le poins dùn sleriêx IÆ ledms de sa
iêtê se iendeni jusqù'À Iâ nùqùè ei s rdebt en re
Un dieu réopèrc ses points de pouloi| à râison d'u bode énonq auÂi srose qæ la têb d'ù afùi
p.int pù joû juqtrà Êonnùinm kt Delèndâ æt d'ù noiE. Sm visage se retolme ei se tr8trfome en
NotE Dùe). S ils décmEdi le cùandrm dù Dag.ls, ùe €vité sù3€. n repousgêur ile Êesyêu à linié
ils pdmont âùgheter .ê ndinuû de fâçôn .dr; .ieùr dê 6â rêt€ si ptufondénen! qùon .e peu! l'en
sti|, nêhe avæ ùê pinæ. rrutrc cil sexorbitê ei
rebbhe sù sàjouê. Et 6n du 6n
Ils div,sènt les désâls pù 5. cleveu Àl'i €neù. de la ,êle.
IÈ Êonts8olm& À 4 poù d€ seæld$ et mùmt à Crâe à cès lrùsfmâlims nâsiquq le co4s du
slmier st Fcsédé pd la divinié de la s!dê.
Qùed ils @ùent, ik m dispùâiloeni pa8 nai! Poù ceu que cela int€Ese, ùe rêlle vision tâ
s'évspoæntau tl dù hps p.ù tr8slonatio4 pas la vision de Cùchdaiù t m8lo
ûé) es! léqùivêlen! du pouvoir Peùr à dtutân€ âvæ
me uactérisiiqùe de hNê dê 3 èi ù nivèâù de +1
Dân I opiiquê du scÉuio: cêla peùt p,ralhe gl,vei (.éusib sù .132et noisl. La ùctimê peùt biên évi
nais quùd les joùeM er a]mnl nni avèc lès diêu, dmenr se défenùe avæ ù jer d€ rclorré à +0.
c'stà.dire qtmd ils 16 aùmi ned&, l3 Mùclr
Int€médiàiE du pùlhéon ælle auh tÉveEê la ÀloE, la quê6iiù 6i de sâvoir Cuchuraiù è6t il lè
Tedè e! êlle ne .diendF !æ êvùr quêlqles siècles, âls de i,Ds lê Démon, letffnÊ de Baal. où êsi'il m
D'ici tà, lês autoriiés scéLiqns où déDoniaques êft pmnenr nrihiqùe I arur jmais eù ù sup
aùmt stnnênr leit qulqùe chGe, mndme.
16 accèÊÀ la MsrcLe, la 6rE dm8 I'enpilenar
ou lâ 6xd pâr lâpport à lâ Mdôhe Teæ3tÉ n sêrble q!e, conbe les dleu dont il descènddi&e
voi.ê enrcyef u sq@d d st€ninalion sd bn{i, il aii ùe bsse .,éelle,ù peu onnè afrhùf
place poù m 6rn ue b.Mê loi poù
êt Merùn et lêurs .nevâlierd dè lâ Tâble Rdde.
tdie (ùê boùê foil Hùûôùl). Ou Cùclulainn é1ùt p4bableûenr lùn dæ demierg
âlos, ilemièæ solulior, rous *Éng Déno.s Fésents à visase découveû su l'îlè qùi
À l épôquê en plêin sien!
hqùùit rus, et homêtmeni, Son rppapræ esr d'anleùE twiqùeneri déno-
ls ilieu .elteÊ D'i €E$e
tunr plus pesômê. Déjà
EGùit€, æ tui te bavail deÊbsdes, cessesuetâ du
pâ$é, d6 lui fâiÉ âuffiÊânnènt de pub en.aontant

tl
ses hisloies ei bien é'idelmâi
ù er sjoutet un nuj de façon à
inpreÊsiomer 1in.o.*ient de sénén chaque fiétus pæsèdc6 pouvoirs. S'il s'âsi! d un per
riom er de sénÉniiôns rènsez donc, si sonnâgèjoueu4 il peut ti.er tes poDvoiB âu sort sui
Seglela . réussi À laire éliE Mitterând 3ur vant les .èsles lâbjrùrllcs.
ls roi dt.e seule âfiiche el d'm sed slosù en
1931,qùtsrce qùil aurâi1Dùfaiæ à fÂsêoiLôn Après âvoi. choisi ùn Àeù, ir peur càohir le poùvoir
pdvilégré dù dieù en qùe{ion er Fremic. powon
Ces! un louvoù sans niveaù.
Création des héros celtes
Ie ltéms incarné pâr unroueùr démâæ à 6 pouvoirs
Dès quun dieù a ÊùfisâIûe.1 de puissance,il peut pane qnil sagle âuloûâriquenenr le poùvoir de
ûéer ùn Hérôsi un êrE nrlhiquê, doué due pùs i.ghiction vestinentâire (66): il n'esren pleine forDe
srce lhénoré.âle at de louyoirs divins Gi lès dieu qle lour nù er peinr en bteù on !.hémarise, neis
snr tmp fâibles, .elê donne des Héms pâs tÈs réùÈ- cest ù peu çâ I suppofreùe sh!rê, mais cest
sis, d le débùt dù scéna.,o). bien pæ que Cestutile. Dms bù
inperméable, joseing, clc., cest zou, 2 colonnês de
n |âft hien sade. À I'espdt qùÈ dùs l'optiqùe de Dalùs pou toui ce qu il fait.
Dèlendâæ! Noi.eDmq les dièu
Teûe. Phs !ard, si rcùs voùlêz Ûéer doÊIléros, ilÊ n dE h de.der pouvoir au son e
n'aùmnt prs dê bâcrr.updiyin, e ne etircn pas le D66 s'il tonbe sur ue linitaiion. tl
tor qle sù eu. Bienvenuêdmsla tmisiènê rore, â donc Iâ cnâncède dénùrer ss cârièæ ave. deù
sdoui quand vous êbs hùt nD er pêinr en bleù. rinibiions, on sèrâi! àaineu à noins cùta rese
bien stu me *æpiion dânÈtæ .àsles d,rNs,î[v J,en
ceactérirtiqué3 côn.air nône qù æpEnnent une linitation pouf
èvoi. un pouvoir de plùs et cê, pllsieuB fois de suite
ules sonr déteminées ên padagemt 16 pôibrr, dâns et ils débutênt un pesomâsê ave. 10niveau de poD-
voir dont rois timitarions. . sbp
,tu'on fafti c e{ ùê rirftarion. c,es to!t.

Les louvdirs sont ensùite â.ordés par les dieu sui-


ns sont déleminés ave. @ rolal de 16 poinh. en sui. rânt r! bo.nê .ôndùfte ei ta n:ssitê des missions.
vù! la te.Iniqùe habitùelle.

rè 111et le 666 nbni rùcDn cfie! sùr les Héros

lÆ Niveau +3 êst inpossible à arieindre à noùs dbb,


Comne !où leÊhmâiDs: sortezcouveits

Lê leaômsse pùlêrâ 1êælt€ an.ien et risque de nê


pâs se râire conp.ddre sâur en lrlmde où en
a.etagle. rrôubliez pas de pEndJe ùe Lagxe à +0. l,cu nonbre iniiiâl est écat à la vôlonrè du peson
nac! plùs le noûbre de nrveaù de pouvoii

Recupêr,.iôn dês pointsd€ @uvoir


I*s Cêltes se bâtkie Nec deu 1rTês dê boù.lid
un pelit mnd et un erând lons êt recrârsdaiE on Un PP toubs Iês 6 hèures (voiE beâu.oùp Dlus si te
phse nai.brùr que le gmd ébil desriné À la Eé.os èst en coniad p.ivitécré avecùe soDrcèdàp
p4visionnenenij syle ub dieu ou le chaud@. dê

Ce talênt seri à uriliÊêr un bouclie. pou pùer les


ariaquês âu.o.p3 à o.ps de fadveÈai.e (asitiié). n
â(olde ù bonE de psrection er c* desquive éù
sie. L€ nalùÊ ed lê nâiue d'enconbreûe.t en coD

l2
fuir de €onnieux. Si e,leesi blo-
qùéè, 2 @loûe de helns. cûtii

Ce poùlon e*, à peù de chGe pÈ3 sinnâne À celù


desA4€s (121)naù les d(lrmass m mnt pls najo
é3 !ôur ue .réâtùrè nâléfique. la fôudre est com- atbquo nhfrocte quhne seule cible,
nmdéè par le psnonnâge, il n'a pas besoir d ê|rs en nùinM 10 nètres er lê r&ultâr dôs
extjrieur Polf faiE joli, ii peùt la jeier âvècle poins douê le nonbre de binnid p6dù! res-

16 FÉPP€ uLimê (PR)


Ce pôuvdir pêtuet d'âùule. làmuE dê I advâsaire,
ême unê âftdque à
di*mce. seùlê ùê 6qùve ou ue pùâde *! !os.

POIJVOIR DÉFENSIF
Cê louvoir penet dê cnclê. le feu, ue Énini€cen- 21 Conhôl€ d6 érémenl€
æ dæ orisinæ dénonisqùeÊ sùs ôtrt€, au niveau ce pouvoi. pmei de lâire vùief lâ Déiéô À rolon!é,
+3, il penet d'asi. .ome le poùvoii lncùdiê d6 nais dr6 la Desue du raisomable, paÊde noùÊsor
Déno$ âu oldFs ile Bèliâl êt dlncmdie. à volonté m Bælasle en pddlnt d'u h€ar tdps. Pe oniE
qùi â dft qæ re bêa! rdps ôn
Bretâeae cétâft pæ po$ible?

Àdê?vous de lâ table cidesoùs poù yé.iââ la wli


2 di!é dù chângementde teEps. Chaquedveaù dms le
louvoif pêmet de chàE€r d\be colornê dâns ùn
mi dEe sft@iion
donée. (Exflple +0 = l olone; +1= 2 cotores)
Ce pouvoir peûet dâltâqud (2+dveaù) foù par
8è.ondeâ! corps à or15 ou âvæ une âmô de .o âct.
n .oùtê lPP pa se@ndeèt pa âtbque âù.des$ d.

ftrtilistim de ce pouvoii d ubliser uê 6qui

Bien 8tu, lâ coDbinaiÊonïbùpêb, Mûs6on, Graciâl


.oùs dome ur blizzad du plùs bel etret. Cott
Cen€ Bttaqùer'afiecle quùe Eede
ciblê,pôr$e naÉûùn I0 nètÉs êt
lê *sultât des ùités dome lê
nombE dê ni.ùbs pendart Cê pNvoir pômet dê poùsserùn .ri de sùæe ei
lesqùe[es la cible 6i prise dmne âu persôûâÊ! lâ po$ibilir: de olmenæ. le
d me peù pmiqæ dYe.s conbât êvècl'iniliâiivè el de donnêfle pÊniêr cdup
l â!tâqùâû!. Elle doi! lâ sa6 esquivêpossibledeladreBaire. ll otb.tPP

l3
veut, d8s la nsw de sesposibili!,;s. Pas délê
Châqù6 nivèâu datu ce poùvoir
a@rde une pstc.lio. inviriblê dê +2,
délensâni IPP par hê!re, prâriquê 35 FôiÊ p.rlêr les Fiêûe. (Vo)
sn jêr devorônié
â veâùdù pouvoi4 faiÈ pùle. les pienes.C'esien
2{ E8quiv€ ætul,stique fait ue psFhonétrie linir:e qùi ne ômliome que
Ce Foùloir pmel desqùivd (1+nivêâù) âttâque sù 16 minénu. Coût ,lPP
pèr lour venân! de nimporiê quel endtuit s'il â lâ
place Drténele de Êê déplacâ. 1] 6tb 1PP pù
Le personnâæ!e!t seiFnsfornè! en sihd dèson
choi&dort il acqùiet bùbs les âætérùti'tus. Sll
Ê'asitd'u EâoÊ,il doit dmisi. ù minar et Êy bi..
Cè poùvoir lemet de g!érjr (l+niveâu) poiûb dô ST sàgit d'u dieù,il a le c}oix, ds la ûùsani$e au
lûce poù la solme de 1PP pù poùi de Foc, n capâud bufle. Connù dâns las duek de Madâne
pener de sùéri. 3$ pmpEs bl$sæs por È nene Min, les drâsonsèt aulres créatæs rythiquæ ne
Cêlbs prérâùi de ioutes
f!çoE les.hies ou les loùps.
Ii F€rsomâC€ôê tÉtufotue hideusment. Il æ Es ce pouvoir mtt€ lPP pù (dveau+l) hêms.
leDblê plu à rie. Duù! la lrdefmâtion, il gâsre
le pouvoi. ?eù À dishce, âvec ùe vo dè I èr E ,!.OBJETS
nivêâu de +0. Lq ûmEf(matior dùe d6 ninùhs et
une fois achevé€,le pdsoûâB€ h,Éné6cie
d'ù lmvoi.
prc]rê dù ponvoir lùarilbe des\nkineB. Aù chûi! De Epéeou ùe Hâche.

Bonû à âjoutêr âu €râ.ltÊtiqug de bæe de l'ù

Au cl1dix,Cæt ùê lù@ où ue hach de lùæi

Fonei Ausbeniârion de lâ Id.ô dù pdsomase. lors À ajoubr au @acénsliques de basede l'ù-


lblmr awæ,rârion du iâien! de .rDbâr prilcip'l

Résistâne: Nônbp de .olomes de bùN accordéesà


toui jèl de résbtâne uiilùm! la rclo.r: (rois æùlê- Iæ boudier es! ind*!tudiblê er nà.orde aù.ù
nùi si lê pouroif risque d eûpé.hêr lê peMluse de
conb8ttæ: Chgne, Peù, eic.). s3 pmt€ction est najoÉe dê +1 pù dvêâu
Prot€.lion: aucne ation dê lâ pnhion, dhùtablê
âvec diaurÉs prolectiôu msiqus.
Ié bôu.lier es! ibdesttudiblê e! nà.slde aù.ù
POI'YOII€ 1ITû,rÎAIRIA
sa pmlectionest najorÉedê +1pù nivêâD.
I* peBonnâg€sàsre ùn t len! hllluù à +3. Il pdt
choûir n iDpotu quel iale,r. cêtte pêini@ nasiqùè bleùèaeorde unêpsierior
sùpplémabne de(l+nivea!). Ellê iûûùise érale-
Ce pôuvoir pem€t de fane ù Âaùt de (l+niveâù) rois nerr aù Èoid er su feù. Poù Mnéncie.dê @rtê
5 Dèr.es en lâùtêù ôu d lolcùù. Coti: lPP Dsiêctiôr, il faùl bid évidenmùt êire nù dès
tieds à Ia tête. Ia casqueest aftonsé.

Ce pouvoi. pemet de .oùi. où de sè dépla.ër


2+nivèâu plls vite qu'un ê1rêhunâir pN lPP Dùs Cet objet, souvent D bracelei où ù
ie .as o,\ le pdsoDae€ uiirise le louvot n peur ajoù- lorque a..ordê à Êonpôrtù 2 pou
t€r 2+dveaù à sor Àcnitt p.ù .dcurd l'iniiiarivô ô! voin ÊwplébentiiÊs ti.és alcc
ce. pour 1PP supplénàbne. ù d66 dms cdb bble. c,esr
l'ùtilisatêù qùi doit uer de
6esP.dp.$ PP poù ùrili
,ê pdson ase peùt nùcher su leau Four lPP
tûuteslès (1+dveâu)ni t€s.llpeuipoter€qùil

l4
6.POIryOIRS DRT'IDTQTTES

cùâciÈtre. ll est, de Plus,


Ce louvdir pe@t dê prévoi.l'arenir !.èd vdelenênt
à 1d6 nibnbs près.C'est sfûsan
sd ls mins libFs âu MJ.
'Ir3 Normùds boval bæù.oùp, les Bfttons
5? Contrôlc de pi€æs (Voi b.iveni". lÆpâsomae€ .e pduna É3h1er à l'appèl
Ce pûuvoji lqnei d 4ir sù le nonde ninérâI. IelTel de 1abibile. Mais n e* blùdé .onnè 6 she@ ei
espéré4i fofttion dr dveâu nâihbé. ta nse .is Dêne dii onmô une târte, n'aura que 3 olomes de
pieG oNidéiée $i for.lim dù nomb!è de ?P ensa

læ Fêrsomas€ n aine pas que l'on sê ûoqùe dù lùi el


+0 Télétinésie (pelibn0uvendt6mlmÂt) ne nùqnera janais une oeæion de déclencherue
diÊpute,roiF nnè bonne bâdon, 3âs qùe les efrek
soient obli$t iÉnên! dûâbles.

l,e persôùase esi ù Hémi êt il le sajt. ln coB:-


qùênæ, il le nontE el sao'ne bul sn ent ùrâC€'lù,
lê pænd poù ùn nec qùi â la tê!ê qui enfle.

66 Belbicriorvætim€Ltsire
ct€né dbfncel 1* ldsomase 6r te]lenet deux
Poù sùlêvâ ù ndnir, bm ouÉE€-. pûu se bati.e où faiie le némg€ qùmd il æt nu e!
peinr m bleu, a'ec dê joli* arâbèsques.Sinob, 2
53 Cotrôlé d4 hllDâis {vo) olom6 de nalN en pêmanence. nême pot raire le
Ce louvoir pènet dtnpEs8ioùer m ùutuin de
baseei de lùi faùe accmplir dêsordæs sinples ei ne
netht paEBavie en jeu. Coft 2PP, Le pantltéon celtique
comrne si vou€ v étiez
& Cortlôlê de snimru (vo)
Ce F.ùvoir cômsp.nd âu poùvoiB mgéliqu6 et CdaiE cha.heus oni æ.eGéjusquâ 400 nons dè
dénoniâqu* 362.tr .oùt€ 2PP b p€r6omâgê cnoisii dieu celts et æ3inilé6. Mais, que
uê ctssê dmimu à .ontlôler dds les liste ds
Llmde, en E.os3ê ou e, bsse B
rèsl6 de bse. Quând il i@bêr
sdnt les ûênes
poùvoi4 il aM le chotu de chisir u muvel miral
Pâr6is de subiilæ dftrenceÊ appùaisut, conme
cetuim dieu cré.o-ronaim qni n'ont râinen! riên,
mG;en ilù tout æ .onnun, ûùs dâN le pdncipê
Ce poùvoir pemê! d'âbrutir u dvè
n 3 poinh de vo d ù mùp. û doir bùjoùs æstd l
point de vo À l'dvâEaip. I? peMagê Ia p'@ièE choæ qu l'on pèùl Éûârquer êst le
r'âbMbe
Eoùwnenr de tms l$ donâin6 râr lès difréÉnts
LadvêrôâiÉ ês! as€oFné 1d6
dieu 0ê Dâg!â esr pûtrn d* dr
seldes. l, str ! du Foùvoi. dùê d6 heùes. Cott 4PP
tôt Ocrios lè déhbù de 1scmaissmce drùidiqùe:
l,ug es! lê dieu suprÉne et uique et le Dasda ausi).
Idenliqre au pôùmi. Rêft aneéliqùô. Cûtt sPP n ny a pss .le sépùslion Êrche 6ûnê .lez les
C.éo Ronaim, oùLil r y a qrnn dieù de tâ slene !â.
ELIN'ITÂIIONS *mple, MdÊ, èt çâ rêpârt. On pourâil difê qu'ils
so nulticlæsés si .elê nâvài
onnotâiion Dmjê de bsê.
DÈ qùe le poftoûnâge êsi rou.hé pâf
une èttlqle et Perd Plu d ù Point de i,a Eecondee6t {rue des dteu oni souveri des
rorce, il doii .éM8i. ù jet dc dofrâines parâdûulêneni opposés,onnê Oenim,
volonté (Iacile) pôur ne !âs âvoir qri ù prN dê possédd ue jolie lib.aùe à Paris est
à sejetlr sùr la penome qùi le .hnpim de la fo.ce physique et llnvênttur de ,è
vientdele blessefet lè .on
bâftE jùsquÀ ra norr,
queles qùer soient lê5 !a tloisièDe ed qùe tes diêu æltes ne so.t pas
inirhsèqùdmt hès coo]3,à ltmâge du dieù hédæin

l:
kùsdâ

l6
ftn et deshuain6. Sa gdtfrêie êsi léEpndâirèei ConporteDent, Lùs 6t u peù
qlHd les Fono.és lê défrent de énewut conne dieu €r il fai! lou!
du giEantæqùê cbâldroD, tl engloutirê ioùi le et.e qrn fail, il le fâit bien.
ort€nu à làide d une lûuche.

cèst le patmn d* druid6, gnrdiê.6 d€


voi$. tr posède l'ùn ilôs quarÉ objeb
d$ I\âtbâ DêDeâdr le ciaud@nd'abon Pouvon pnYilégié: AuÉ }é&ique
ùne darn: magiquêbien 'isiblê e
g€, coûpâûblè à se âùa sséliqùe où dénoniaque
ô! lui psde ùne proieciion de +6 pou m .oût de 3
PP pd ninùte, cmùùble avec ùe autle lrotection

Poùvdir privilégié: I}.l'eùhiion (vO)


Cê pouroir lemer de trùefone. ù advùEaire ou Nuadâ
niûpoiê qnel êhe miné sùiyet le niveaù du F.ù-
voi. n oûiê {4+nivaù) lP l*s effets de .6 pouvoir Roi des l\alha De Dmam, Cesi lùi qùi p.éside lâ
sôni tenpo.aiEs ei dNnt d6 ûimtês, nâis ot pEnièE brtâile de Mas Ilræd coni.e les lir Bols.
âppLiqueles nêDæ lini}ltim quhu pdvoiÊ &ùi. Iæ cf,@lion belse SLelg lùi .owe le bns ùoit et
varsts Anc$ où Dénms dtue liquêfætion û Nùada doil abùdomer l€ rrôrc.
/6ro ée.ûse. Si lâ vicline sè &t owe des ùe
siluâtion indkicablè, Ces, l! m.t. Dss le Æ d ue Diù.ê.ht lùi fâbnqle âros tr p
fmée, eue doit en plùs réu8n u jet de VO à +0 poù u bFs néâiqùe conçùavecle fûsemn C.edru.tr
coNeûE 3m ûtqrité. comô d p.ad sloB Leslmom deAiryetlam:"rain d ûc!nt".
p8ychique,la yictine peût ré5ist€r à l â!1âqueavecu
BreÊsle bâtdd qui lui âvâi! pris le tône pârt leve.
l''d& dæ FoDor& ê! pèndani.e temps,Miach,le
p.oprè fils dè Dihcecht, réùssii À lùi snûê.le bn8,
@@pti!Êatuaed.oEptupreÊiigieuque

Lus mivè sur sæ entæfliles, et éclâle Nuda aùx


écne€. l,e rctoù dê B.ss à Is téb dê son amée
Luq mronce la 8e@nd€babnle de Mas Tùed, qù yena
ll défaib de Bsloi Nuda se fera iuer dùet cett€
Dieu sùprêôe ps{èllrqùe, il si le dietr lê plu
in!.tui du pâthéôn æltiqæ.
C'esi le 6l: de Cid, ù Nâtba êt dê lidsé, ûlle du R€préseniat'on:Nùarta âppmii le plùs Eoùventsyec
chef dêsFondés, Bald Bâtùd dlvin deodeu r@s, son b.sÊ m ùs€nt, nène stl s est fail sreflâ lb;gi
il réa1isèl ùion de æ qùi 6t en haùt ei de ce qùi $l nal, pou ùê queÊlion dê pÉ8!iCr. B est le soul dê3
en bs. tr appù,ft oIIru uiwB€I, mcicia d dieu -'j€uB à sêhe fâi! tùd dans lè bâtâille de
poèle, chel d'mL;e et ,rtbm nultiple. C.st pûur Mag ftæd ê! nême s'il nen êst qu'ù Ene! æla
æla que pâmi sessûo@, on tfouvê "re pol''te.r'n'
cien", "le nuliiplè a'T8ù", à côt dê Êllb.N plùÊ
g|âphiqus connê rle rsyoùet', 'celui qùi ÊalFe
Athibùtsi Nuadâ es! le .oi déchq ælui qui pùi nou'
âvecfiùenl ou'Lùs À la -aù édâif. tu dumi la demière bâtaille.

l€pré*ntâlim physique:aloB que les djeu cèlles qùatæobjetsûasrq!ès dè, Tuârha


sont ..présèrtés coEoe dæ vieillsde ou des
honnæ dùs la fo@ .tê lase, iL êstjeùe, beù
ei blond. Ses ltt ibùts smi la lù.e et la ûm
de, svæ l$qùelB il peut doDer la noli ù
di3td.e, qui supplsiéht l'ùo6!e oliu-

dù Dasda où l'épÉede Nùa&n qd m Poùvonpnv ésié:Rebord


Êoft e6.d.ôs qu âu .ortâcr Ce pôùvoirpêret âu pe.sonnaE!dê rêtolmor lât
tâqù€@ntr 30. âdrdsaiæ s'il s âeii dû prôjeiie
(t1è.hèoù bdlè). lÆ choir d'utiliÊê. lê poùvondoit
être lâit *ùt le résdbi de Latbque. rÆprojeciile
esi aloB En oyéà t'edvasai.€avecl$ nènes efiers.

l7
.uql]]{neln nr]lg$ :on Ârând
iijllaù! lùtéùr pan, l4 Tuthr
'lrrs vl ,h,nL,, l l ri ! r
I nqù.. nlrs d,si Lelrde d* drùids D.
.\rtributionrciloûJ.tlu 0.qn
dcÈ pâr Leroreill.!, ùats h: orn!i.r\ lo i,i df ju-rn, r , r-i erui
p(urlu a.r a$LÈnEnt le Fatrtr dù p,erinrl
rênr are. ernroriasDl
I nrrcntcur d. I alpbibt !!hi i
t.
il rrnr ùù, Pouvo; Drl\ilfsj!: sâgesse d.uidiqle
rùltùêl ,t en,pruntebF. dc 3ttrbùs
rliilL,!ûDhF r(ôrd! rnr ,\ns!! rn {nir. d\îG.
rlém! mût. ùaù.: l,Dtxnon:

cên !n leillard er sâ pean Nrxcna. .n blrlorl Læ auties qui comptent


.ùrùê relle dls sêns dc ù.r parh.mina. Il .n û peu qùmd même
drâùfe sù rêdefa.t de lr rôtt.
r.r.nt:ont lonls d blrnrhii

aurndNùâdasfiihân.herrebmsD

tèsbgiqueDe*,DÈNsht|ua

l.om{érened.u!géat!'d!Pée!dod|enPeuiroÙ
diÛyÙ lne armee.los de {n séj

l]elânereftpicb!pâsdersneno!
..Iânb, or nc 3ùi. janais c qui Fu

nls hg qùi dùpaul jusquà h 4er. etuc hs

C u . h u l à l n nh, è r o s ( e l i e

l8
Jouer des équipes rnixtes... Cèn êst pâssi facilel
Dans Mucha| PesasCaphùmùn rmbrecs ndcFs diftèrmb. l€3 3.é-
pi:smùé ls BuÉ!ù: lm o.c@isatiôn à lintédeù nùiôÊ pêmeiie.t d *périnênt..
nène des Fo@s dù Bim e! du MâI, dilsée conjoin subtil, dù nsl ilbliænt... dù ûâl
1eûenr pù I Archùse Dminjque ei le ?rince Dénon
Àndromlliu, qùi uliltue dès équipeÊ nùtes
Anses/Dénoc poùr efieduer d6 nisions, et pâÉi- Ei pùÊ, les scénârios pemetr€nt de Én.ont!êr les
ûnc.enmt dæ nissions liées à la hoisièûe Fole ou emmh. On omme!@ À les re.omâi!É, à les cls'
ru Mùcàes Int€rnédiains: bFf, à l'mnmi on s. tr y â ler dùge.eu loùt de suire 0ês ân€Ps de
I!ùên!, æu de Michel). n y â @u qui sont piégés
Geu de Blardine, æu dYvesl On les coii facild à
'Cmlrôle
ConDêri céer dêÊ équipes nif,tes? ta répofte tæ. er ils vNs $nent u "Chme" N un
parail éviden!ê. Céef t.ois Alges, désr ieB des hmai$" qùi làt se .etome. vohe pole at ser'
DénoG, secNe' !r& fot vou rcilà avæ unê équpe viæ de Bal .onhe voùs...
nixl€. Mâlhêureuæn{|, vot risquêz d aloir lÀ ùe
éqùipe pæ irès lr3nonieue, oùLl* 6nflils entE Blei on sû!sê. On Ê'a6ue "côntrê" les auhes.
joæuB rnt êtæ nùltiples ei qui, clrièu@ent, ne
prairâ ps tùl À vG joùeus qùe ælê, ?ùce quejNer Puis 16 scéMios cmrencênt À
ûe éqdpe nixtè, C4i @nme êft ue felmê libé- !ri!eÊ qæ æ.èle le nondè dln Nonine. IÆ vo'zgts
.l€s le &nps, ârèc Il tail ,Æ aots. Ii pæbiàe
Qùelquê3.obeèils à 3ùiwe... Mdlhê InlemédiaiE. m Monde de CaùcbeEæ de
Belèdr dæ MoB Ultna lat . 1,4 dnc.G, Næ
Conseils dutilisatiot D.n ntid Ptofunlis. Le vaudou. avec Ad.oz
Sdtudi... Bnrca Soneni gri biù\e d'ainem déjà m
qu'à dæ joæù8 bnt petii peù en nontrui, pù le destin d'AnCô,qle
Ne fait4 joùêf des équip6 nixi*
6nsrenen!, poû "6nù'arcàdrc€ ou Prin@-Dénor, il
caériûedés. ?ourquoi? 'Ibùt yiô de la philosophie
ne s'm fâut pæ de beauoù!. Ei qu€ lâ différe.æ 6i

Non, ne .iez pâ3 t !| de suit€: sit$dêz qùe l @ vous


Mais or ne 3ê rcê ps êncoretmp de quætidÊ !hi'
loÊopùiquêÊ.l,a Dim de l'emeûi
DPqLE Lo.lèbut d2E tenry dejà .
Mais lonÀ qùe æs dâlards d'aut
Lês pnbli.atiors dès elietrions d'In NoFine
voG obliger à vous
setmis.,l"Iâ€!â vè.iis suirent D. cêrtâine locr']æ
ImhA ah .t E d@n dnd Eell, on cmBen.ê à !o!s
de ,ublicôtion. Si ue éqùipejouâit lou res s.énùio8
nettre sD$ le nd I'liÂloire desAie€. ê! d€ Dénons
d'In Nobine dù p.eûier au dê.nid, en suivmi I odF
E! on e'apùçoii - on le sdâit en lhéorie, bia 5ùr,
des pùbliætitu, ele s ændraii 6npte qu'il y â un
qu' æ ûâj! on rc Eéiait pâs tâimènr penchésù la quG-
o.dre, ùe .efiêine évolutrm des peHûges
tion qùang6 è! Dén6s od la nêne diciæ, q!è
tiêrt dô 5cébaiio a scéDùio.
stâinô, nênes, s.i Êùa. Ei l$ sénatios devim
ndt de pls ên plùs intlrchângeâbles sèlon lê cùp:
Le preniei alt ait dln Nônine Salmid/Magra
c6tÀ-di.e qu l$ scémnos sont
veftsq c'*t quT est smplê. Colme le dit CM, on
dms leu innôtuê nâjofité, joubles ausi bim !d
lsui le ré5ûd en ùe liFe: vou ôies en 1995(chm ds équipe. d'anæs qùe !ù deséquipê€dê Dénons
e€r t! date ælor l'rctulité) e! voE êbs ù Déndn.
Et o. â toui da Buit€ .oF!ro. QueUedêcudæ, n6 anû..-

Mais alG, Ei or â l* Eêûs buts, oùLu-t.m!


Dms les pr@ieB scéûic, ea qui so.i
dùs la boib de basa, dfs IntwùioL
!h bier jùt€Eenl oiLnoùsvoùliors v@3 ùens dà
Ditine, dû. Dtuni' Reùia,re jo]Æ ra
lê débui: âu éqùles nixtêÊ. Au Bùèaù.
d âbo.d dÉcouwi. .e qu est ùn Dénon ou
Qùênâirt!nù!, les joùeùs qui ont t âvdsé iout æla
Prênons le Dénon cmne leuven! app|éciei pu.e quô n
fêirè, inoNcielme , ùne dénâJche !N di€r
*eDple. Et e u Dénm, Cest
faiE le ml êi c'eàt€ olposer
au Ànges. Iain le nsl
peuiêhehbprétéde C6 équips hixtês, ils m les aùaient pas appÉciées
si los les leu ayiezinpcée€ dèslâ preDiùe partie.

l9
Pùce que quêr esr linréÉr dc r:s, à 13, 19 ou 20 poinrs de pouvof Poù le choix des
joùer des éqùipes drlnee et dc pouvdiF, séez dabo.d un peGomase débutmi, puis
Dénonsensenblesi on ne sâii !âs .e rqo!1èz:un pouvoirN choix,un pouvoirtiré selonla
qu est nn AnE€ où ùn Dénor? Si on n â nélhode sed.âléât i.., un ponvoi. riré alérbire
pù1 !ôn+ruit ri "pûsonnrliie' de chacu ùênt. ue linibiio. (u.ê seulèfois)...puis rson
nenæz, jùsqùà æ qùe voùs $yez ùivé au .onbrc
prenièrefois à se iâler de6su6,

el ennenis sont enseûble dès ll Ensuilè, .éellêur un passé Ces points de poù
n r â Fs de plaGir à faire cela. voir peuvdi mïespo.dre (on â ]e droit de t i

Aro.s 'tE desjoueua qui onnaiss€nt le mondedln c, qLe tejau.ur mit, le peÆaandgelûn anqz ôL sôL
Noni.e pâr ccù. sNeni, eu, @ qu'ik sont en rair
do falre. Ils sont en trM de chùse.lè nonde tel vo6jouêurs sont desùeu rout€Jds,tls connâisseni
qu ils le comaissaient. Ils sont en hain de fiire ùn Sl
cêriains pelits sec.ets du nonde dln Nonine
gros pfosds pli iâppori à la sftnanm pÉen*ùb,
I,â doùble ideniiié
s entrctuaien! sans .aison Jmus/Vatetôr (ouF! vous ne
le sayiezpas?),.e qù esi
anivé à Gabnet, à quoi ressenble le Pârâdis et
qùest.o qu'ôn se.t à la caléi, que l,a{hùge Daniel
Conseils de fabricâtion el lè Prince.DémonMar'ù soni À la lois Êàrcs êi enne.
r,â phirôsopriè, çâ sufût, pa$oD nis jurés, que les Anc.Ê .enrdeni des Dâbhs du
sq or peut lâiÉ des penonmges débùtùh poù PSC .lsff les sous,sorsde Notr-Dane, etc

n'esr pas rrès ùédibb. n e$ bsiquê qu une insriiù- ftlr cela $r rrù iDporret pour bien se se.tir dâG
le nonde d ln NoDinê, pou avoi. finpressio. d y êire
rion si sérieuse,si se.Èle, si *ic€anb prêbnê prutn!
desÀnges ei Défrotu dpérineniés
Lâ reilleure d$ solùtions est de pændrê desjûueu4 FaiÉ senbtmi de .e pas ssvoif t
sle. de ûâis pèaonnagts déjà faits, qu,ilÊ onr déjà pe4ônbâge esr nêuf ou qu'il r a ps joùé le scénâio
nontés au mùs de mnlriplæ frissions. In nélm où il â âppri! que pâlati et patata est ariiiciel e{
qùi a lint une m!âgno d'In .idi.,ne. En plDs, çâ lâit nânque. plêin de .hoses
NoDinê Sâ1ânise! une éqùipe qù a raii me cû. 6jmpâs dms le *âùio pùce que de plus en plùs, on
pasaede Masû vdrs, pâr exenpte. y glisse destæ de Ftiis détrils et allNions pôur "i.i.

ou conne me éqùle de joueurs qui joue lonsrlnË


c.menr expliqùer ,luê volie FersomaF s'chê
côté, en reûrenæt des penomrses lbmdobnés a! rour ça,lors quil nr pasjôué quinzèe.énârios?
Doneri ôù féquiFe â décidé de ne joùer que des Tout sinplênênt pa(e qùe limn&ie rié à fâr-
DénoN où ,tue desrlnses. rivée s!. Teft n'a pasnrcàé conplèbneDl
pou lùi ei qù il se soùviên! de !* de hrG
96 sied déjÀjôué qu il sâvâit qumd il étaii au Pùâdis (N
quils denr ù psssé,dêse4é.i en Enfe.) et aussi, tout sinpleneni,
des ânecdotesrhunou noir' à sejeler à Iâ figw. pùæ que ses poi€s DénonÊ ou
I4 4i tq ut |ùiùt@a*t\ûb.Èrèpqbt iætunatn\e
R!'tio-noquett , ça nùche
aussi ûès bien dâns le
si lous n'avez pas dê bls pe6onnâges sous h Dain,
dée2.en. Mais .ftcz d6 pe.sonnas6 déjà *FériEei.

20
Delenda est Notre-Dame
(En lsiin de cuùine NohsDae doit êrre détruit ) Nous sonûes au nois de jùYiea ptr ù
Ure lonCuem@asne pleiæ d2 tunE, d2 .dæhe. belspÈs nidichiretsla.é.l,ebureâucstâu
moÂ, de w, dz bûto., d2 n thatôsie t de tuelr deuièoe étage d'un ldgt innêuble do.1 lês
pur Ia Nanitu Sdtdnis I Môsna uùitæ aL tquipeg grmds baies yitréê6 doment sr la seine, lê poni
hi'ùs AwBl Démns. . dâust .li!z e! lê boul*ald.
eli n ont pæ peù de sen prendrc pleia b eLeule
Les joùeùs sri sù le .apport lnùel &putu quâlre
Un jour, l4 Morch6 se roppmha4t dz la Ibm- hèuEs, il y a.tes prpie.s lartout et ils cdbercênt,
Deu uniùds poæèætt si pt& quils iêri..hagLè olme leù sntacl d'aiuæÉ, à en âvoir sacémenl
E.t aræ tutE réàLité: 1dMuthe desCdrchmd et nme. Soudâin, une 6orte de hul
@Ll2.14 Dieu @lh!. IÂ Manhe dÆ Cau.hemtâ lè boulelard, â$ez rort lou êft enteûdu À t.avê.s
libéra Joch I Eùùtnu. CelL d2sCeltu libén quotu lès râêfts fenées. Ap.ès le cri
drcâ: IÀ Doeda, Nuado, LuE, OEùirs. des s€ns qui hùle , daùhs qùi se saùvent... Xt
Pou ntuuær leLr pouùoir et ftnùter l ênpliée d4 tout d'ù oùp, appùai$m! en plêin sur le boule-
qui dtdi2nt, ù @ vùd, ùe yision qusi absu.ds ut hdne gigân-
farc6 a4Aiqu6 et démiaqes
$e si.è.le,la Minnise sur 1,. Teæ,1$ Diêur @U6 tesqùe,toùi .ù et peint en bl.u s.htmmpf desDieds
sollièEnt aaêc L sêu1 qui plLrse leur pûl2r de! â t3 tale, m t aù de oûÊer ùne silnoùètre eh raisoi
æerek desfotas dL Bipn er du Mal: l À,ahanse Mé tolmortr uê hâchêensanglantée.Les pssùis s en
tuioni des io$ Ies setr. ù e.îùt tonbe ei se lait
MùhiG dtrida de les oid.r à tuuuer læ qwbe ôbjtrs ænverser pù re mitùe en bs, ctst ld pâniquê
qùi leur pqretruiznt d2 .muttt teur pùiesdn@p.t
.lu.: Lapi.m.te Fdil, ld ktue de Lw lépte de Nuoda !n bôr pftfêssiomel, 1e contact h.ID.inê. SmÊ
sarir cè que Cest,son prenier rétlæ elt de peEer
Un chaudrcn.!ui,.Ii.sinLlé depuis b nIIe sièclenu qu'il sâsii d ù Ànæ où dù Dénon qùi a lâ.hé sa
la nef de Notre Dtme, eù b tuane de paiffince du tête et qui ai en hair de jet€. au orties le preûiêr
premier et du plus puisstnt dÆ amhole du chrkaid. e, p.inoidial principe qùbn endêignêâux fol@ du
Bien d du Mâl - @lui dè Diséiiôn

Prolo gue: Læ scht roumpfs Conplèt€bênt phiqùé. il eNoie Busiiôi les joueus
inbFai.: lmèter le .atnq le iuea le neùlraliser
contre-attaquent 1e... ce qùns veule , ûâis vit! ê! disùèt€nùo!..
aret que le fou n'utilise un pouvoir s!ûâlurel
dwant la foulè ê! ne ende lâ siiù
Ah, I adminislrâtim... Or ne 3 m læserajmah. l,es joærÊ fomnt Qùmd ilÊ mivmi, lholmq
srmd, nùÊcté,bùt.ù, peùt er bleù, au yeu 3rtu et
væ joùem, qùrls mienrÀns€Ê,Dénm où fommr aù lmg6 .àevd blo b, â déjà laissé deu cdavEs
ùne éqùipe nixte conr.ôlée pù le Bureau Bu le trltdr ll â dâns lâ nain ue hached incendie
(AngeÊ+Dénds),ddrt enh âir dêg.ûtd à ùô de6os dégoulilete de sùs èt smùle
(àome) devmt u nù, æ prépumt à le dé.âpitei
tus jouem mi.ùq seod$ lou inleftêni, sinon
C esr bùr mùleau, .el8 vidi d ê'æ inEtitùé. 1bùsles lhomne â.6npli.â son rorrâii pu
3s, à p8rtir d€ 1995, ls équipes demnt faiÉ û ùe fêûûe en ûinijupe, pùs u aùhe ]rolme...
.âppôrt pré.js desnisions efre.tuéesdâns l'enée ei
Énpli. en quêtre exenploEs u Aujoùemdasnl€nieu,l€Dl*vit êrlêplûdis-
Fàtene possiblê(voir .ara.tlrigliques de l6ome
ne onpt3nt p$ Doins de 30 pssês.tê fomdaires. Si
car rÀ ll pEDnè.e n&sion ds j en bleu, ci-d$sou), Êâ.hânt qù à,..
ps qùlls ên soie dftpeués poù auint iL leù
Padi! dè l'appântion de nmne ên bleu sN leùB
fsut rerplir lê dossiêr'doùvêrtuÊ d'éqùi
- divers inomus prèndûn! dæ phoiûs À pdir ae
l* Bppori doil être Fnpli er pésence
du tontad" dê6 j@êurs: leur suFé-
iieu Anse ou Dénon qui leùf la pdlie (deu ÈituÉs, hlit honnæ âmés et Frêh
dome hlbitueument les nis à tiÉ.) inteûiendrâ à n+3 minutes.
sio$. Celùi{i a donc convG , unê pÉnièæ .miolmne dejolmdisr€ (Ttl) ad.
qùé tdie l'équipe dms u
lera à .+7 mùute6, â@npâC!ée dâns l,l|euæ qui
Bui! de dizâinês dâù|re nédræi jû'msu, ndid,

2l
'ùn dupld sen orsânisé
sùr'16 son prÈr-j, si les jôuêùrs s mùsenr à le .mNtituer
lieu du reniblê c@ae6 pâ. Lct (de tout€ nmièE, 16 jolmalùles deEàiènr faiE
(la p.aièÉ chàanepùemeni fran9ai- l *quê!e pour êu ê! t u6 l6s détails ssont expNésle
se dtnô ù conrinù. sù le câhre,bod* lèndôrain datu lâ tre$e), ssl trisieeni bùall
d'is!aæB) à n+.1I niNles. lÉsaTstêùi lmille nobbe$q pbl de cyn (cê qui explique la
nnsonatæ), divore, dmsu, q! re sûn lrâvait,
boisso4 nmb à PeG, yit dù3 la rue... Rien en roùl
et qùe I nolme ù bleu, qui n si ni u Ange ni un cas nê le prédtupoêrir à se neitre bùt nù, à se
Dénon conme mu mu æ apæ F€indÊ ên blêu et à âIe. !ùù les geff.
cûâe!êrùtiques, ne d6prru'.a !æ qùùd il sera
mort... 3i les joueua le tuent. l,e "décliC, dbpfès læ tlnoignâgls qùe poEont
Eoeilir 16 joueus, s est fai! ærs qùâtr hêùreEde
l'après.nidi. t à, Jem bùp Blier â Bsommé dis..è-
renônt un il6 aninareùs, esr 3Ié dùe le cagjbj ori
Qûe læ jouôùs 16tuent où ltmobilùùi, le læseni il y âvâit 16 rsduils d'enhelien, sesl déshbilé êt
dEpùâî|re où què lâ polie l'âbâtl€, ls sitùation
dmâit êhe ré41ée€pidènônt. Matu qnet À obbrn
desexpùcations,Cest une âut!ê afraiÊ. n r ùùi!é la bolb d'ùrÊence,pris lâ hâ.he d'ùcendie

Si l'h(,rmê en bleu est no4 il ne peùr pa pârlei Stl


r'4t pd3 ndi, il ne 8e.a paÊdre snnde aide non Au.r in.ideft rc s'est prodùit dms 1elocâI, .e jouF
plùs, Iê egârd hâllùdné, il n'énetin qæ .l* 6pèces là, qui pùkse ô&liquer cettê cmdùib. Sed lâit su,
de smcmn@re inconpéhdsiblêE et, littéÉlendi, t€nt.lè liô.di4i.er rmivéo,la veile, de qùshe SD4
{en des h eÊ'si or l\!t@8e, tr næ!pæ dft8ùé.

vrdtl

T:,'Yt

s il e* envoJé À l'llôpitâI, il n()ÙÂ qùelqùæ jo6 Irs pù]aiênt un langâ8éétreg€


plu tsrd d ùe @morion é!ébhlê. réusi à ldêntifier J€m-Inp
pùlé, nâis 6t eté près d,M
Doù yient-il ? En iniæoseet l$ pæste qui l'oni
n sp!ùrr||e, læ joù*Ê (ou lâ poli.e) ùivdmi
h.è6facilendi À rmontef s pisie, lJl)olms vieni... ll senble que les qualrê
de lâ péniche de l}\mée dù $lut, @#ê j$tê à diênt dispm âù nonenr oil
bup a "oaqué": ils sd
ollés, comDe ça, dùs lâ rue.
n s'asit de Jês-r.np Blier SDI, chôneùr ile tongne
durte bien omù deÊbénévol8. Ibùt€s 16 rechercùespoùf

22
l,* noN d$ victires: Ma
rrrome Be$ud (dite la b.lle Ma'
r,aôûô), Ittma Durcis (drte Myôs
la L:opâ .*. dè lÀngols) êt Lùeite

I Un ca.uchen.tr satB fin


Les dæsiers de la policê 6dt rùùmi! au
Tid8. on s déià € lê film joùem. Elle n'*t Dasalléê 1fès loin, cù t en$éte
â éré éttufiée trù !ôt
L$ jouôùs sonr onvoqu:s qùelqus jom plu tnrd ôis quê les joueus int€rrosEmt qùelqu D, ih s en-
t€ m! réFonlrê qu 'Ij poltc, nb drtjà deMndê

Celù-ci p.lln leù mfmer que lè rei€nttsse@nr


ûjdiaiiqùe de lâfi.iÉ s'efracepêù à peù. D'aprè8 ÀIez àop, à la .*hsiche de lâ brebis sereùæ...
lopiniôn publiqùe, IhoDne en lneu devait êtÉ ù
fou. Qùd! aa quft homes qui ont ili6pdû péu PsFbândF€ de JrcL lTvmfEù
apès "llncident", Êls dNie r'dtils arlfu.ênFo|t
l,a vérité, æpen&rt, nà nen à vôir avôc d AnE€ou
un Dén@ u peù déjmté. Laûne, e phtû! la
Non: si le co.isct a appelé 16 joæus, .e!te foeci, chmê qui 6t .æpmsable de eâ c.inè€, ê€t his Jack
Cest pN lB nettÉ sû ue Dadim. ùe EaG: tui lfERnhd. t? râ. Cslu itu )aDG.

Pou plu de ræeiglerents sù JacL llvdtrsr,


'ftoi! feDms ont ètè FtrNv&3 .epori€zvoN à laide de jeu. Bid dæ chùes onr été
dm8 le EectN "Ls HâIes - Âaiter Eù lùi, d6 dirâines dhlTolhèsee onl éié
Boùlevrd dê Séba*opd". Deu émù8. l,r dâiê, enôn, dùs le mnde dln Noniæ
Saidis, 4! quê Jâck lEvenireu esr u caùchdù.

Poûqmi 1esjoeùs r's ont-ilâ !æ eltenilu Dùlef Un @trôenù ft de 1rùt€ lâ ûustralid ùsèUe, dê
pù la pEse? Pæ qùe I afrâiæ a éié éiolfiée !où bùt€ la yiolsæ Értréê, de lout€ la ûrlpâài,ié lat6'
l'iftiùi . pd un Àlse ilê Doniliqùe (Dénon !e dê l'èÊ victo.iome ên Ànslebe. Sm ètie deg
d'Andsnâfir) hâut p13céd5G la !.ù@. LâdâiÊ èt racl. êr histotÉ, v@ salez 8ffi ddb qùe ta reine
ù pêù ét5ns€ poù de ndtipl6 tisne. \tcidia, qùi ésmir sù l'Arylet€æ en 133a, avait
inp@é u pùiimisne *.ôrbé: l. w. ét3jt unè
D'sbo.d, 16 n€uirês d! éé co chme tahoùe,1rùt€ alluiot, toùtê vie smele étaie
kè6 râppr.lté€, .lr@e innabitùellè poù ù serbl .épriné6. Un. deseædoi€s la pl
Lilld. De p]ù, rcvoiEtim et l5 nùtildtiôns ômt victdiâ fâbâil entoær de tùsu l€ pte{b des tabl6
@i@nt iÈs p.och* de .eI$ p*p6ée pâr Jack et iles châiles À Bdrinshm P3læ pæe qu'en le3
lTlertEû le ni - âù XXaê àjècle (Four plu de recEdùi or !ùait pù pen6êr à dôs janbâs de
détails gravsleE .êport€z-vou À lride .le jd qùe
vôû trNveÉz just€ avot e $étreio). IÆ Hæn-
bld.æ mi si nett€s qtr'il s'sgit, selon t ùtê râi- C'étlit rididlê ba& cébit save, er les déaÂtsp8y
seDblânce,dD 6ù qùi ùershe à Ép&dùirc ectè .lolosiqn6 sù lês slîmt: ei lB adolæHta au-
nent l5 *actiôtu dù rud E tbrqæ. qùels m emeiSuit qus "Oui, Cesr 3âlê'éiâs! pro'
lolds.ljoùtez À ælâ le dé..nâs€ @ire @11æ hrTori
Poulquoi s €n ompù? Pse que de lfuiàÊ généra. Êi€ irdlquéê au nobl8 êt au bMc€oi3 et la .é'liùé
le. ù poûcm}8æ no négligeablêd€ lteus déj6tés q@trdreme à Lrtr€s ûùùie, yiotên@, pro6tilu-
sont d$ A4* où dês DéeoE que tim, a1@11... qu n'uéliorait !s lâ sùné nmirle
Endù fN. n sàgit pdtêrre là dm hljmi. qùi r'a
nsn à voir lÀdêdss... pdt êke. MaiÊ il r â êr
r!ænne l'afiaiE de lholme bls, qùi pôùt- l,es eùc!ênùs er les .êvêÊ,l4 fdtâsnês et lês t€!
ê!re, ele rusi, nétdit qu'ûô âfrâiÉ hunai- rem Êontlitu au Mù.ù6 Iat€ûédiâie. Beleth, le
æ... peùtétE. En tNs cæ, ôê@ si s Èince-Déûor dêsCaebe@, s'étâit nênê cÉé u
âtrâirèE !on! aucù liên, ça co'mace À "univers de pocbe"quê vou svs viÊité &s l'elt€n
raiB beaùmup pôù lês nédiæ. Don., si.n Môrs ULimo Edtr Vivê , dâns .er*iaes
ntuior desjou.ds: écrer le pnbLè' Msrchês, des déâtuB dê câu.lrenùs .réées p{...
ne avec!oui. lâ céléritéet la di8 m3 cau.hedds, Jack lTvenhu m æt u. c'èst ù
créiim qùi les sacré.isl (or .auclt@ù irès ucien et r.ù pùi$et, ft de toùt€s
m ft pas) de bùièr. à cê que 16 ÊùÊhatiou de viôlên.ô ô! ile sd. depuis l. débu!
elâ n'ârivê pas j$quau des i€nps... l,a f{lne de Jack lEveftr@r lui ê é!é
dhnée pd les ibaginai.€ victorieE.

23
L€s Mùch6 lnbm,édiaiæs, on hâvâillâ dêssuslou les jom, qùi
le saii, ne sei ps stablA. CeIe des tout .e qùi ê éiÉ dri sù lùi. sù Êest€chniqùês,Êu. *6
CauclEnùs s pdcuté lèE vi.Lriæ-
re âu slentous de 1333.l4 .aucheoâr,
riti.é pù le vortq déé 9âr 16 r&es ds voa l'âvez onpris: ælui qui rà
doûers,8t àPPæ sû Têrê ce* æ su qùi 4! doncir@nsiêhDen! lespoEable deÊappd
chêûdr ou, si nols rculoE laire u p€ù de p8y- tioff sporâdiquæ de Jâ.t fEvenftù esr l'éc.ivain
.bânâlyse de bâzù, l'ilDucidi ole.tif qui â don. du linê. Michel Rouseloi? PEsqùe: sor n4te.
!ùé Cathdiæ iddom, M4 IGIy et l* âute...
Cela fait m st{in bnps que Michsl Rousselor
10? 8ff plN }3rd, lâ Mêrhâ dæ Câuchens æt dê r'édit plùs lui nèûe s6liv&s, il a tûp de boulot à
noùreau phchê de la Tere... de I cérâ sa cmièÈ. C'e.t Hèné Meniêr, u jeùe
hdûe dê 23 ds, qu édi! 36liw
plupari dæ nùb - à not e cher Ja.kie.
i,a ùbération d* neù étârt pæséepar là, 16 fru*
hâtions sensù€6 nô s!! pæ æ3e' snrdes poù Ds nuit3 agitées
déer ù Jâck lTvêntreu bodehe Gi la Ma'.hê était
pæée aua€6u de rrlrdê, æle suait été ùe I]æé MeEid êst jùnâliste indépèndani, cæt'à-
âùtæ bi5!oire,..), Mais le vieu caùchem élznt td diF qùT dèvê de fain. Prs slflivre, il plæ des
jom lÀ êt la Mùcàè étet réeleûent p8sée i.èB pig6 ili êt là e! lrarâille connè "chafgé détldes"
p.Ès.n sù6t d'ù sed ÉvN rêvùi, dê ndièÉ tr& pæ! dæ é@!âinÊ qtri oni ùêsoir de docmmiâtion.
prdæ, ds Ja.L prù qu ù pæEaEê€oit déé, libérût Àlfès avoir reit u *c€Ient t.avail de Echâche ùig
bnqùe sù 'huis XIV zone dhnbEs sù. le R"i
Soleil", il a é!é engâC! pâr léditèu. de Michôl
Qù peut r€vâ, 6 1S95,ih Jaù lEvônt€ù? Ro$selot lod édirê @op1è!en@q sos la 'di.eÈ
!ion" dê MiclEl, "MessâInê: pùb ou sûâiÈ€e?' êt hs'
€ile en æ nomert su "Jâcù I'EventEù: la vér e.

-EsÉgç!!rs3!!ser9!=gÉq- I* t evln est ulamé depuis bois noid, dât€ à laqùel


le H*é â .ômd.é À se plone€r dâtu la docûen-
Mchel llusêlor 6t édi*in dê profæ6id. Sa èpé. biirh. I4 Feelugê êt le coDæ hisiodqnê sont
.iali!é: éciÉ &e "bioEralhi6-vérité" 3ù d€ pæoÀ' fæ.inù!s: uaé s€i rehNé
nâce histofiqw on !ôlitiqæs. sjet èt èsr peBùadé qùî v! fane Eù ce liwe u
elcetlenr hÂvan, neilleù. eftore qùe .elui sù
Il e.t sez omù, nor dù srod pùbliq naù de tdie
ùe intèIi3dt3iâ pdisitue qùi â partiûJièÉnd!
apprésiéffi tmb dmids tuwarlsr 'ljuh EV: zone C€lâ lait à !ê! près û nois quHeryé r&e de Jæk.
d'onbres eu lè Roi Soleil', "M€s,rire - Pùt€ ou shâ' Cèerêvs smt i.ès foft, hàs .éels, et lui làcsênt âù
êæ?" doni le tih€ lùi r vdù À la 10ù d'êhe ùt€rdit éveil ue s.t€ d'inpiession pÂtse das I espnt. û
de cùtain6 viirins de lib.aines et t où foû plu de æ Éveil€ avæ ùe sort3 de slede de bois, mis avec
vmt! quê ilhâbitudo, êinsi q!ê té demiêl' "Dâ Gâullè: I inpEsio! éthnge qu n "@n.âtt" lâ pèennâlit! dô
u.e enfdcè f$ist€?",l€s ve!té, qù oscilldt hire Jack et sè l@et à sonhvon alec me énereieienou-

que son édiieù, Cradet, soit plw qù18ùeu.


En *âlité, elâ fâi! ùê quinzâùe de joùs que la
Michet Rlusêlot havaiùé s æ noEent su E line Maché esr âsez lDche lou que le caucàeoûs
6nce@i rlct lîvmkN, dmt le titu (elDre pm aÈà-vé âiênr céé D pssas€ mhe la M8rôe er ra
visone) Ben, satr dout€,'Jack LEvatreu: la véntÉ' .éelité. Ja.k lTventEu, le .audEnù, appùait
et qui æ f4â qùô ÉpÉndæ la plùpân des théô.ieg qùând lê lèle d'Heûé .ôûnen.ê. JacL âppùâit âlo.Â
déjà ûti* â6n d er fâirê ù "nit' bier ftndtur dâtu I edfti! o,i HeFé le rêv.: lâ plupe! dù t€np8
d.s u éndrcit leilier (dùs sè ruê, chêr ùn
Cês, @ 1iv&, @ @u! de rédactiûn, qui €! râ @ue connerçst, près de lâ naisob dédition)
.l$ neùrtEs er dù Et ù .le Jac!. qù,lleré évoqùe{tss Êoncaùchênù. Puis,
Jâ.! est libre de se6 a.iim, nène si
Bien str, il y a ég!rièæ@ni, ile!ùis le sièd€ dmid, Hêré chdsê dê rêve,j$qù à € qu'il se
.l$ sero qtri lonr des æùdEl]Æ Âù JacL. tr y a rdeiÙe lÉ, JacL ds!ùâft.
nênê ue poût€ à dÉqÉ foG qùê Eorru liwe (et n
y er â êu d âùtÊs) et surt@t dèsqù'û 6ln srt. Mais Si JarÈtæ - et n là déjàfait tmis
le cc est por.iicdier 6 j@d! G Fuchehæ n ont fots -, Hflé rêve dù neurtre
eù liêù elûÊ qæ la Mùche étâit 3i p.è3 de la lbre. @nhe sn é!!ii dæ I esprir
De plw, æs aùcLelrÆ éiaiai ssez vasù6. I* pn .tè Jact, biên qtrll nê sii
blène eer qu'il8'âgil c.|!e fois.ci riâ câùchenârg |règ
e u souvmn asez ûôù, qui s'èffâc.râpiden.n!. Il
n'a jùsqu+lÀ!æ fait lê lien mlrê es câu.hemârsêt
les tmis asæsiûls oûnis pd le "lueur nysté.
.iêu. Mâù il lÔuaâit .riÉ, si lesjûeæ ùivêisr
à évèind ses$ùvaiE noctuA dfoùc, qùî e*
somùbd€ êi qtr'il a æImis læ i.oû neùrië E,6

Qle dé@ui|? Rien, à pd - nais c8t dificùê


-ç94E94-E9!!9$9u!!sd que æ so 4 bu l$ Labit3nb de llmeùble onr
faii dhnibl$ caù.hmùÊ, don! ih ne sê sNviên-
D abordènéiudrsr les victin*. rmt ps. Si 16 jouem iGist€nt, mploimi d€s
néthodes slmatuÉIês ôu ont dê longr en!Étiens
Ja.È neleÊa paschôisiæaulasârd. Jâck*! ù .âu- êv4 .srtàins d ènirè eu, ils d&ouvi&n, que l* @u-
chsmaail vi! dds un Dondequi nêle la réâliié au cheEs lvùst souvâi ù ùen wæ la nèE deÊ
câùc!ènârs è! au f iasnes d1{èwé Mdciê. r&eùq qui s tssfonait m ùe maiùe violare
Qùmd il êppùoli, n appùdt .ks ldvimmment et nmt ùele qu les Évem étaimt obligÉs de
rêvépù Ilmé et ed atii.é !ù lB ètEs qùi sontliés
âu Éùû\êlrÆ ei eu fsnigmes d€.e demier
Mtmo h léapùd.se de lAnqold
Ploryé juqu'aù mu des sn 6qiet Bdé rêvê de
Ja.L lEvmtrd - nâis à 5a3au€ à lui. I net dæ Dat€ dù neùùer 13j@vier
c.6 rêvæ les lieu qùll6.n lt - bùi lê qdier de8
Hell€, ei pdiûnièRnei le ù.ùlewrd Sébstolol n&æ, ùe prostitùée égalmæt, a été dé.oùverte
qù'il srpent€ deu fois pù senairu pM a]ls au dms u€ pêtit iopa$è lui dotuê 3ù le boulevârd
F"Ciliæ Gradôr. tr nélægé l* mdêùês victiDos de Sébætopol. Ellè avàt ue tEntaie {t@ées, étaji
JacL lTvêrh.d avec dé prosiiluéé qull a Éns rcirei ne venâi! p8 de l'Àlgolâ nais de lâ
quéÈ6tue sêintDènis pd laqùelle il est oblisé de Meniniqùe. $ hùe de havail
pæser, et il nêle À t ut æci l'objet de s$ fùllme8 .onbi*hori lâp,rd qùi 1ù a valù Âon sllrun.
de jere holme pa8 tÈs !ôil€ arec tB lelu$: co'me M,rralDe, €Ie lravailtait rue sailr-Deds
Lùelie Crievalê'!, uæ girmdê ôêdétliÉ dô cl|éz ûaiâ habit it âvæ 6oh @pâin dùs û déu'piàcôs dù
bolrevord. nl]e Eninii saE dotrb chezene quond le

Trois foh, sloE qullwé domaii, Jac! 5t appm


boùlêvùd Sébætopoloù ne SeùtDmb. tr a tué la t étatdùcdares!ausiparâgoûlutquemlùide
pEnière pûsiitùéê Éûârquéé par I]dré 0â àêIe Mar}amâ. L reurt& â lùi âùesi été onnis vôa
Mâ4aodê), puù lâ ddièûe (Myha lâ léopddés qua!É beues du @ii! et le @davreê éié dé.où!e.i
de IA!s!lâ) Fus, @n!,l,iæti€ Cher€let... ùe heæ plc brd !ù lê boùlms€r dù oin de I in'
pa8æqùi se prépùaii à dle. ha%ilù

Dâle du neu.trê: 10jsvier


- Co'mê datr le 6 dê mrjaome, les hlbihb .lês
l,a beue Msrrrome 6i De p.o8hrùée. EIe æçait ilmeublg situés À llûirité (doni Lehodegâ) mt
et halnûit aù 59 rue SaintDmb, pôs de la Btâtion éié éCdôneft lâ proiê d'âfireu éùchens,
de néte "chât€let -IæsHall€", ' Morya@e vivlii !væ ùn hoDmq u @tain Pi{é
Be.thu conùjÙé plsieùÊ lois
Phy8iqùme , la beneMaryaomeavaii re qùùm- simplami pme qùî na%ii pas de boùrot ei quil
tâinê d réê3, pêsâitbien35kilæ, étâi! blondedé.0- vivâit, de fâi! âvæ l'de€nr de Mâryaonne.
loré. et hâbilée eû .ùi. noir (lon de sn !râvâil).
Danssoneludio,èlle éldaii (discrèleno, sn nb Pieft Befiiu . a nen À voi. alec mhe hisbire bièn
qùil soit rout de nêne u Dénon rê sât
d'A rerlphu rymt qùitt€ ds forus dù Msl pùce
Marrmme â ér,: ætÉùée évenkée pa. ue qùT avait tué âÉc orgæûe Mortêl lâ 'chêf de sn
ame blùrlre e!æ ".oùtêâu de ohiæ", éqùipê, ur Dénm de Baâl. Aeêz pui3sâft Dah pæ
læ hipæ sodies et .à!êEées sû don ifès nalin, Piæ vii dùE la ùainb qtre læ DéhoN
cùps, u æin maché et fomé d3s (ou 16 A4€s) ne le ûtÉùvent êt yivot€ en att€r&ft
la bouche(!ôu l* détâih *cts, sê dms sd âppâ.t.nênt niaêbte en êxploi!ùt
reporêf au DppoÛ de polica Mârraome quï rient, bien sûr, pù lê eæ.
domé das l'sile de jeù Êù
Jack et Eopis...). l* o.ps Piæe æt p8'floiiaque et voii dæ DémlN ei de8
â été décôùvert !âr lâ Ang6 pârt'oui. ST rôpè.ô lôs jNêù6, il 6erâ!ssùâ-
@nsieisè de lin@ùbl. dé qu'ib viement pûu ltri èr esaierê dè lês tuoi où/êi

25
Piem Bùhu, Dém rcnéqat
au oÀns dAnnrcolphus (ct{ute 2)

au p€rsoûâ€ls prériré€de

Dat€dù reùrtE: 15jdYiô.

hnert , lâ tûiôiène vic|ine, seraFou læ joueN le


@yd de l@mb jNqu À râck.

t inett€ *! (où pluùôtétait) en etret *étâiÊ âu


éditidtuCûdêt l édileùrdeMiclrelR.uselor et dûe,
par sn intemédiâire, d Heré Meæis. Ell€ avait 27
ùs, éait blùde, jotê Dan ù peùmdelêtt€. u p€ù
h opnaquiu& ei helinéepsJloisdeneiùe'linit€',
olme dibnt s mlèeùa de blruù... cr6tÀ-dne
avec d6 nidÊ ù peù oùries, de6 t3lm ù p€ù
haùts e! d$ j$tru6rp6 û p.u ndlets. EUehabi-
1ài À M.uilon @ pêiit pâvillôn ô':rene vivâù seur€.
Son @rp6a étj rei@uvé À ù€ heûe dù nafin ù.de
vùd Sébsbpol, &G ue cMtt€, aprèr ami. Eùbi
les nèæs séyi@, où à peu prèr, qùê eu dê

PEnière qlestion: si Limib étâii secréieir€ et n*ù'


tait À Meùdon, qu€ faisait-elle bodevùd dê
Sébast pol à ùe heùè ilù nâtin? Rid dê répéhm-
sible. Il y àvâit êù ùe chù€tte2 au lditiùs G.adèr
(qù sont aù 1, ho,nw8rd de Sébsslopol)et ele étâit
.$tée u !N après l$ âutÉs pou tuir ue -aquet
ts. lùs e étâit soniè à ù. heu. du hatin, .vai! dit
!u qoir au geJitio de nui!, dénomé Bemlrd, què
tout le nondê mmait bid, pùis E'éaft dnicée reB lè
nérm H6iel de \rrle... orre]le!e deeaiijmais mivd

Ne 8erâi'@ que poû apliedrê pourq&i elle éi3ir


.estéetùd ei poù. intms€. u peu EB co]lèsna, leg
joueurs se rerdFni 6ù.det âu Ediiim Cndet. It di@t ur dt @ltecrhh: Fûtuh d Eerhemau
Toùr ptuchê d! nétro Chât€let, lès Edjtiotu Grâdet
æcupent læ deuièDe et rmisièm ébca d D crmd Flask d,llerbuou càapeaùÈ sù sein d6 édiiions
inneùble de b]æ8ù. Or r acède Crâde! iou! lê se.td das bioeEphies histriqùs.

Quùd l æce4eu souvrirâ, la lGDièÊ ch@e quê peu er dêaFjable. I m dir qæ dù bien dê Michel
vennt l6joùeùs au-dessu de la Meninqæ plaqùe R u$elot - fd.énent ceÈ! son B
dorée indiqu 'Initim GÉd€t" sâa ue sùpe.be 5ô .rlledion æ sêÉi! der
;t ine pleùe d6 bæt*e]leB. lbùt
cé au oùBâæs dê Michâl l!u$âlo! ôtj êud*Êùô, I4 pnblè@, Cest que 'r@ne soit lâ "ouvertw"
ùe bene afrche @deu dê sûs Éprésmt€ dô joli8 sou lsqæne lesjoùeE vôni rini€ngèf cour-
feDnêblo.dêànoitiénùe,næ éerièsùg, âIo4!è tuIstes, police, sùt€ùs, édibù comllænt),
dur le t otL; I* iitre de l'afich n ân.k n'â bien sûr au.uenent l'int€ntior
rcuoel ouùrusede Michel Rowlou Jæh fEùnreua dâvoùer qùe Michel Roù$êlot a ur

3â ÉpùtrtioD et pou tæ vahs de


ses lil$l n .onnait, bien 5ûi
l,enÊrence dseFé Merdei
loù u ùdice, Ce* ù indiæ... c'$r nône lui qùi l'a choisi
dence sâaii u peù cruÊe. læE et il6 fhi, ue À deu foiÊ
sudâibermt ônÉê dên sâvoir

26
tior à lris: Micàe lôussèloi, He(é Mdùier êt lùi
Mâis il ne lachE pæ l€ nû.ear' n ai de nêne,
ordû.né ù seê! omplei à Êonlasoûnel HeFé si u j@e hoDùe nâigre et
b@ chweu ûal coifiâ ei lùætt€s n
Les joùem peùvên stps.êvoir que "quelqùô .lrGe vit <l$s ùê petib chuhÊ de b@ê P.è6
do.ne" €n pù]ot dù lid.. Cù si lrmclr e5! lrès de Répùblique et $t toujoùs À 6ùir âDÈs
disert .t tÈs laùdatêur qued n pd. dè Michel .ert ftæ. Il r,ltésilerê d'ailteù6 pd à 6sâyd
Rousselotel de sê3ùodÊ boùquiÉ (lous d6 best d'ênprub. dèssru aurmeùs
sel1eB! la gloiÊ de lâ uGmD, il tèstê volmiairê_
E@l vagle 3û l ér2i d'avdmênt du liEe 3u Jâcù t æt plùtôt 3]rpa, aitublê et gentil nêne sT *! u
I'Evenheùi son conteru Èi come.t Mi.hel Éù dms lâ lue. C est ù h@in bùi à fâit nm4
naG mr linnùdæ du €ucùeffi, ses 6&tâi$
tiqu€ de Volonté àt de Pæèption
Si les jouùs lui font pârt de l.ù in!et!i@ d'rller Ét@Ies, nêne 3il ne 3'm aldçoit ps Lr.r nou_
inbmca Mi.hel B.uselot tu sâ nétùadë de h âvâil velles Factéristiquês sont à peû<lÉ en onple ddng
ei d'écftne, il êsaieE de l* en d$sùads, afrmùt bu l* jêts que femnt l*jûæE Eus.eYiddûnt
que Michel Rlueelo, r'âinê pæ pùle. ile sn tràlan
! la mmâlê .tâG qùelqu* nois, qlHd la Mârchè se
et quê "?oùrqùoi æ pâs âtt€ndre qùô lê line Eoit

!,iæte Chevale! étajt la Eec.étâiÊ p€noNele de


Fr@cL drlerbeù EIe s,Érait sn
donc eù l'oææior de d.o er 8oùænt HeFé, a@
l€qùâl èllê plâismtâit vol@tisÊ Cêlùi{i âdminit
ses ôm$ mluptuèlÆ êt d éititi ôts uanert
s en rddn 6npt€ lui nêne, vac!

l.louteù (?):Mi.h.l Rruwlat ?ouqui smDçnrer qù'Hflé a quelqùeô@e À vûir


lÀ dedus? Puæ qù'il êst plonsé daN Jaù
l'Ev6trû jùsqùaù .ou, !æ qtrn faii aù noins
M.hel BouÊelot û'êsi FaE salùié pù 16 édiiiG
pr Êeminô û b,jei qùi pase pâ. le bou
Cndei, Daù sdn aùrâ de tte' æt t€Ie qtrx y pG6à_ deu foh
l{ald de Sébæto9ol ei la roe Sâint-Denis et pane
de u bÉa! où il vient tmiô à qù
.e. n a qret€ sc, ê6t u bel horme, dù gsE qlù Àvoùd t !t à lsit ùvae
'hêllâi|s" ônseûé pd le spon, b &mi. .! les Ûq n Erùqué 16 iEs yiéinês: oû, il voii bien qùi son!
pæse lû pLwen dù tlnp€ À 'cér* 3â notûiété": à Msrramrc et Mym& tr a DêDe
jou... Uû pot, rièn d aulre?AGsièhtngê
domef ds ontétu@s (prymt!5, t'jen ent€du), à Mymâ û (êr
porticipe. à des énisiou ds télévbion, À faiÉ d.s q@ æla pùaisæ, our. Hae ètâit trop iinidê
de 66 @nûsæ tûF faùché) lNr oser ltri ddùder qùelqe chGe
sémcæ de dc4tus
d' tæ. Bid str, il mlrmisÊâii !i
tr *t âinable, ù nininu prétrntiêùÀ et 6'il st
prêt à tùt udiq@r sû 3$ dci4 Uæ3, i] .$t3.a
pêu éhùges peuvelt .'iditue.
i.ès Hs vâCle sû le cmidù de "Jact l'Elêttiâu : Des rêlations d
ls vé.ité" Foû la b(nê tim qûl r'a pa8 Eâiû6r elt|e leÊ jæeû6 êt HeFé. Bier 3ûr, ib v@t le sùp_
quu nè nâis jb ne peùvsnt pas êtE sùm qù€ Cest
suivi cê qù,Ileré æt eû hain de laiÉ et sait çôre4
pr4$e ps dê qei ça pùle. Dè5 qæ l€s ioùeG lui..- â!$i, dÆ le dG!e, ils von Âas dNtê ]'obser_
ssaiêbnt d'âller u peu itÀtu les &tâils, 3m ùao_ vêi De pls, Heûé et s comâiEsmæ etcttlopédiqùe
.m.e (il 4sâêru de chmger de suj su Jac! lEvdiÉû pewa! leô âids à en sNoir
da fêi.e de l'!toû) dèviddra ùiùta Miclel Éu sû lê6 Ècr[iqu$ du tueui
Roùesêlor moùÉaii.. où pûôquê - plùtôt qù3
d avru. qùtl â u nès.e. s ils déddal ile le tùer À æ nonmt-lù, just€ dhs le
doùtÈ,.. eh bien .€si embàtùi paÉ qle cela têù
Coûnent oloE Enont r j@qtrà Hmé? En fou_ fera nùque. !où!e ue p8itie .auchebsrd$qùe
ûn! dsc lêà pâpie6 (ner cnsz Michel s}îpe ilss I o6ùF .tè Ja.!. Ausi, dù! æ cs, rôù6
dù roE avonr .ohmté ùe solulion dê Echmge
(voir
R.uælot, ûâs itês alecé* ég!,ièi$
nânusqit dgu l. buÉau de lrdck æ€dJéI MÀis si vos joue@ ont u ûininu d'in'
d1te.beu, dæ le .lo$ie. d'HeFé), en lellisæ, n6 re devnient ps &n€
læ àwe'nmi dGoèt?ûn! - il Y a le8
réuniod ile ûo.dinaiior 3u-
qùeù6 Eflé 6r pr&ent ou êt Et ùoÀ u r€u d€ châir nsicù€
pâssâlt À u intôûogaioire
Eusdé poù 18 àiÉ Pùler Pènd5t @ !eE!€, ENÉ ortinuô à rêva, ei donc
Aitætim .epéndent à la Jact à tùi voici lê non ilês pFchona victin* ddl
IIôflé va rêva: selot la nprdité de llntdenlion deg
jûær, elês ÉnMturl ou rd lN iri# destin.

z
VéMi.1u Fda ldarg dêlsmrr tr p.md alm sa victim en chsÊq la Êùivat À lm
vin€taire .le nètE$ l,a yictine tmf s pnâere,
naù d *.étolmùi, nê voi! qùê dèÈônbÈs noù
I{ voùin€il end$sru irurYé- Eù€i.â- emi$. ?oùrtant €lle a pm. Pùis Jack sppùrir Eoù-
vâille coD@ eefldæ dûs un .aê .Ie la dâin dêht êlle surgisd! qu? d hùnâiû ùe
e Saint-Denil où Hæé vâ souv@t pr6dr€ sorte ds oéât@ habinéê de noq èn châpsau haut
d6 pota. Eùë se ê.c ttrE mDmê le autr$, Es de'ro.se et cape, au visas€ iêlleEen! næqué
d'onbË qù\l a devient pEsqùe i[posiblè à mir -
u !.ù c{lrme dau la bmde deÊshre "I|ê sh!dN,,
,drfuàérr. (itê!e ile lâ Edt éveltùele ls 20j6eier).

IÀ eMè, ué pEetitué€ de la re gâi!t-Dsi.,., Ia Jack étmglê dâàord 3êe vi.riûês, qui âon! pùlJ-
ru ei læ p.Gtitùé6 ùmt€nt IIepé qùi mit lÀ ù Ées plr lâ p€u, puis les évenE€. Quelquæ hin!t.6
.âppô.t diBt aE Jâck I E*ftPù plu br4 il se di$oùt de nouv€u dee lee iénèbm.

Iauâ!ôIê â @ quet ire it'méé, .st *s Ir3ps6ùf. &dtùê]sne le voiætls ilfaùiâvon


sræsùnleit€ (e qui @pond ùi6 aq rictj@ ûæ pd6pli6 dàu ôoin6 qùâtlô, le che..h* de
hrbittrêllqs dê Jact) ei t availl€ dâu u s{hop. 6ûièÉ préd* âr éusir un jêt ilifrcile à -1 .olom
Eùe e dimé ue ou deu fois avecgeFé qui là srlue dê nalu poû di€r à le distingùd dæ dbr6. ùre
ôù \€p&é", il râu! l âft.@t€..

Utu je@. .A ! èn a ttu @ar. d€ lê ûdt étu- Ei ceri lÀ qùe !a 3em6e. Pæ qùe Jadr n si ps u
ôti€ p\yâiqùê êi @e l'aftort€. rimi à aftmter seg

Si læ jmm "Êéqùdidif ps 'Â1 IIedé, B'il! &nt


yiôldtâ odêt ét d3$, ild vôri -"i"à"""t ùn€ pù- Dè! qtu ou pluieN jdeus t€
lie dô Ê6 éve- S,il y â u ,êfutugê fémûin .bE nmbr€ où phy:iEE @nre Jâc\ rk Eê koùftÉnr
re snnFô, æ æh ene qui p!6ihâ,., voir ao pdâ- iûtùtùénmt t mp.rûâ dùe lo Mælre iles
snphe suivei .r@nt se déroul€l€ alpùititu dè

Ia dé@ ô@s€ soodairdent, C'æt lê nâûe @ir de


.!4!4!sg9r-Cs-&stssc9c-4-Cs-@ Pùù - Ean donte h ne SaintlÈnis ou lo hodâtdd
Séb*topol - naû Eonbru er déômé, l€ baisotu
Sm dNtê ls jo@E ani i&, en sftillrlt Ilêflé giediêâqùe êt êfluJmis olme d6 ôiseau de
€terl'i engeut, æ d{tre onpt€ qtrîy ! u.âFts pri., Irs !æsts ne âônt qùe d4 onbB imc@s
lort avæ s réÈ3 - t'ôùblidû ps qùe r'équipê dù sibré 0e jou€ur pæsé daft lâ Marcàe des
bwâu dè dépâ$ r.u a dEjÀ dpliqEé qe Jacl Bt caùche@ nest plu vieible d.s autré jMû ni
3Ù3doùieùcaùch@Ù. d6 pæsmis). D6 bruit€ EiftÆq co@ itêElrùle
ner. ddfmts, ré30mær À s4 oÉillès d n â tE-
trÊ p8ùwnt sn t ùt 6 8'a!êIrgon, .b facio, qtre e pssi@, à cà.q@ pâs, ile ôênfoe. das ùe st€
n e! !æ l{.flé - 6lûi-ci æt itâr. âù lit d kain d€ de sal'le Eouvst, Ja.L lEvdrÉu deyieft soudain
MÂér q@d lês æ6æjnât€ diÊrr padaitendt yi'ibleg ei n pùari mn Iè j@u. n
IT3!@ et dâoigne. Si le joueu 3e lùæ À u poù
CoIMent fdiÉ !N tmùr b .rèhh dë r!ct? I@ site, dæ odbæs !e lè!ènt s@dain autour ile lùi: 16
tNt siDpldet ilâr.1. oir ûir ls Basiut: mi' déltæsnéædesespmpEs6uch@æ'
ve.t et æpâ€. toEber desu. Au E ltlê d€ jêu dé
décidâ E'ih oft dê Ia cùræ ou bo!, n J a d.à
néthoil* plu flhiil$, qui inpli
équipêait cmprj. lô ÊdêÊtu il'dppùitim pénéhd
d.s l€ rêvs.lHôrré, p* dêâ noyem 3rrubù€ls (d
l€ joueus !b!t pâ. lè pouvoû qd faur dM la Ce 6ÉatùB smi dotéesile pouvoiE qui "Ed-
roin, ib !€uv@t louj@ faiæ app.l À ù Al8b de cùæt" @mô l* lNvoiÉ mmau 3ù'Ihæ.
Bludile N u Dé'on de Beleih) er rcù & quoj €r dô Enes @t ilhppæncê inpâlpable (si le
qui il Ére afD ilê poMir i ê.eenir joueù 6s]€ de læ iotrchd, sa hain tÉ.
e$aJa ae didgd ou dT!îudær ôd rêvê. sââ), têi. lô !ôi(Le !.ût dè désât
lqr æi râtal il& quêI$ smi i.ù-
Uôppdition dê Jact, .tÀr. ûê ru, prtu d'lm victi, chéee pù E Fouvoù ph}siqùê,
m !ûnriel]e, 6t proge*ivê, væ troù à quù€ a'iûporie leqùel, ell6 s'écmn-
àeuÆ dù natù, qùùd le so@eil dlléFé est le lônt dæ d* gEb6 ile Bùs et
plr pûIôld, Jdct æ natéri,lbe lcni€Dert dùs ù as.niænt pd tefê ù énêt-
@in doûbÉ - uB mbn allrmnæUd6i noic,
ini€nédiûùe e re la tqf€ èr lé roraûé deÊBu

28
loùf 16 nerfs. De nène, ù poùroi. nertnl r!ùssi oit le joueu tuit dmE les rues
(saùJ Cl5ne ei Cmi.ôle, qui nê hârchênt DâEdu soDbes qni se délonmi soùs seÊ
ps . alo6 que Êoùdain, axû coindê
ruê'sÛgitMeæaùmoffitru€N€''.
Fa.ile donc, dê ies .onbdrre? oui... et nor D'abo.d,
.onne nous smmes des Ùft Dmhe, bh restts lxs et E dôs degâiq ùûgés pù Lêscéa.
(Pou,aiÈ, Esquiùa cùuræ...) æ fùnt æu to uatonté. !ù6? tu eont nonau. k joùeù pùq éviT€et
Esuite. l$ r:atus $r! dd dizâinês (à la doné encâisælâ néne choseqùe E'il élait sr Târe frcê
du naihe dejêu) et l4 loinre de pouvoi dæ joEE à u emeni I,a neillem càGe qùi ldrait lùi âri-
sàûenùisdont vi!e. Subùt, ênes ro pas ùe va se.ait d'è!É â5sonné : il soriirâit âlors instùi!-
nénmt de lâ Mùc]lê des Câ!.!en
.ait Eù Tenê, inon€cieni eù le iDtioif; S'il heurr
Elles prèm@i lâ lo.ne (où les f(meq sil y en â d. des ]e .êve, il neù aùÊsi dùs la .éalité... Dù,
ditrére $ Cest encûe ûieu) dês pirês cau.heûds

une fois dms .e!tè nâsp nort llè, lÈjoueù n â qe


Quels son! le! piræ @uche'Æ d6 joùem? A mu, tmis lrHièes de s'ênsoni.:
nâi!É dêjeù, de ilavolls ù !eù. Vru arez le càoi::
. ô!E â350ûné(no!s venoN d enpdlet.
- Si 1êjoeu a h .bfaùi inpû1â N De lbobie . dé.idsr qle tôui celâ n6i qù\ù Énchel]E de
!8rticùlièie, aùimt E'en seFir Certâines âpplica.
,ioN Eont évideleâ: pù û joeu qu â "Phobiê du
sans', ?hobie dês nons|res". "Ihobiê ds ca.lÂlH' Àtt€ntion, celâ nô ûârhê pæ jale e! dlÊor'Jê n y
Du"Phobièdes bom6 scm', vou neti.ez €pecli- .nù pælVo$ n'êt€s q!ê dæ @ucheb@l vou ne
veneni deea'l s eft84ieté:, ds DottÉ6 v.lu€ louvèz pæ bê lâi.e.tê Dall',la répliqùe Âuivete,
en hair de poùi. d$ cadaw* ù niniiù!6 âtc dans ce @, nsqtre d ètE: 1\$41...".
desseiN a.léonpGiiiûÀ deôÉligid*6 qnibales
à la chair hlmche et visqleuse.,.

Si le jo@ù a lê défaut lllÛe, entmzle de feûn*, . Dirê, .. elïei, quê tôut cell n 6i ps Éel...
d homes m dÈnlets 3æs *xê... ou de sexægédts
pÉ16 À lengloulir... S'il a Hiié, n@!ez lui da ' Y cmiÉl Ce qùi peùt ètE di6cile aù non€nl oùL
scènesde désolâtionoù desnillieE d'enîùis etrsmés trois càat3 vanpirês obÀEaâû C!fr.€ dégoulinanlè!
âlors qull n'a rièn À lêù domer... S'il a Acù de colè- de Balg se précipilenl sùr vùs, En pÈiiqle: 6 je1 de
re, nonrrezlu d8 vidimes inocmler de sa û3€, Volont! avæ !$is colomes .iè nalu.

- Se conmhe. p€ndml qnelqù6 s&nd$ sù. le


- Serez{u ésd.ûent d! côté Ànge ou Démn. IÀ rmde *té.ieù et esêô€r dô ê'itugiær le dé.or éêl
piæ phohie lou ù Dénon d'AndrêerphN pomâit ('ftùi cela est unê iluion.., ,e slis tuè Sâin1.
êt& É Ans€ de Michel en anùe de piæ â@cune De s"). Téhir æib conmûâiior
nschê étincelmte et poù u Ànge, lê Prin.e-Dénon
Basl sppùaissm! et pesomê pou lu $iir les
ociles... Celâpeu! êtæ aûsi ds À æ nonmi, le déor deô .âu.heûdÊ s etrærê et le
ou du Pædrq de la Chùb, de sm pGé E'il en a u... joùeur É Étûuvê6 dùs lâ ru
dù!: ,i le joueu Eçoit u poht de désÂt pendmr ce
VoùE powez égaleûent vô* serir dès sénoiios pnæsu, il lùi f8ft i.ùt ie.olm6@r êt 3ê læù-
p*séê, si ftus en avez rot avæ vai.æ', depuù le départ, dê I i.réâlité dê lê 3.èæ.
rrændre en les défonmt ds scùes tnututi-
,ût€, quê vôùs aùid joué* emenble. Si ù ilês ! lnfir, !rciliène et.têmièE t€cbniqùe Éveilâ
joneN a fsù noùû ontÉ ur liLing ou unê Hêné ANsiiôt, JscL I'EventEù, la Mmhe ds
ho.de de ænbis, Cest lê nonêrt de lê lu râpFe- CNCIE'i$ ei les c.éatùres dispdâihônt, lâiÊsaft
ler... Si sâfênne esrbortê, s'il â tué ù desês leÊjoùeE é.hoùés3ù Ie troltoir
lon d u onbat où s,il nel'a ps
coéqùiFiers
âsezb'en defenduil taut eojou€rrussi. . Et Jâck lEa@!Éû d,s but çâ
slors qn'il pùaii t ùj(lm stloisra, n &ft le vaù.E
Dè touie nùièE, jouêz la nise o À la 'Coùsê"..- 6â.lant qùT nê sagi! pæ dê @ùrir,
sêne ei lonsimlité. IÆ oéatùs raG de todrê la réâlité âùi.u de soi ânn que JâcL
r'aiiaqnerônt pâs toules en vienne à ses côtés.tus jêh de 'CoùEe' se fonr, por
râcl come pou le joùeùft, avêc la vôlôrté.
àvec le Feennlge. Aliend
Et ùne fôis ddant Jack? Bm @ùraE€. Jæk ê€! u
lrès dÈen aucheDr. né dê nù]titud$ de désiB et
de fùllûeÊ ûùstrés, de haiæ, d€ violences et de

21
ttliilr ru: drs hùmnr I Ènera
ùdearudibl. ter (3 dirn'qu.:

Jackllvenùeu. disprru:+60
.s d , . j ar s r z b : 1 . æ . D û r l i d q ('ù
Parh.urtre nonéùtil apÈs le\ rr
lllt a !nl, l, lsdc

(iuenl. dc bois au.é\èil


D.0 i 20 tindus),rictotr. margin.rc
almmorl I3rê rlor!
nùrh' i-â loltrron la phL.jni Jsckl Erelhsu non dis!â.ù: Eche.iotal.
plLdÉ.!i dê t,o H.rv. llreir
pâmitr rl r3ùr jurr LlPûd qù
tdr,on- a'!llLfuurûr un rut
JacLlEvent.ur disparu,+60
Parm.urrr,"ndnÉvirérprèÈlestroisp.rni.^:- 10
rr!liréê pxr h:.\IÂ.. : rm.i!rn.

rl! a,1.: nlrens naiurls pourf 0àr0: !i!i.nê rHginal!


,ll irèr lâb}ùtir d. sonror.h
d.1!ù mtudr.r un c.ûriD ', '!\ aurnà.h gêf disparu:nch!. iôtâl
Jâchltvênt.unon

Pour des éqnipcstuiitifs,.e sêloDlâ losique c il


rDn{, Ldq,r s, fxiil,l. prut.l,\rrhrnsf lllrqlnr N dre lescondnions
dc vi.iûire des ancêt Dans l. douie. prendrêles
.onditionsdevidoire desDanùôs
u non,lhN(onr.n
trnsr il iuru rle'H xù! rontas.
II: Bretaene librc!
Lest;ùidlols..i.on|lcurchouxgr.s
llr{ n ! r D i L l { n è d it ! : d i i n i l .
qu.Lqursiour plLFtrrl

i, llùdir. N , llt.ld h Éls!. dR

In rlh,rn,ln,, r(u u,ù.ni.ùrr ù.rnn. d! RI'I].


Or. ûs nl rie5 que LPs.otreuf a d,irDDE ljr\]ù de li.fî.lcl

{.rar liordr!.ld,u!!r lr. !ère! durnne Hln.


ù ofrrrn tlu Plll-
{lun 11 ùirr.n !r {Le d.itui quol
ùù .\rgr ou DinD d.
Cr!1.:r lrrl}ù:nr ru\ sal.es d.lrr.hrne rl

Iruêu* êr rêprn,F Ian inqùi(

s, les ioueù,: ont rr Dor.! df! ùliltjr


Irrrd(ur c{. dunê dani!re ou
,l: nr oNrmr F.11,"ni
t o ù t : e n l sq u e ù d a r l { . d f L r l { pênrêùe p.s dr dù)lr(.nii- q,

PosonD.q. ra rieo dr (,. ù Âudôùr pR! du ndi


m!i! r! vôusnrqniÈ,e,pa:...!ierdrr .

30
indépeddtisies qùe bùr le nmdê croJait enteFies, d'm parii poliiique en fleine
en te! cæ ên aEhgrlê. Bia sûa les Cuigmls ei le drgdisaiio! pÉélætorale... Ce {iu
Bêbêt..shN er neuent de riÉ, Ies pnésmieiêm est,d'ue eetâi.e nanièæ,lè cs,
desjouhar iéléviÂés8nmen!
@ peiit resùd pétiltan! qli nonhe onbim ils prd- Décdvonsce qus lêt joreùs
lÀ bas, s coûn@çùi psr

Saùl que le lùdemù matin, lê Elâis IB3 saùie,


tunoùvelsi "lâploit" dù FIA (Fnnt de Libé.aiim lrânn de lGrsùélec 6t ùn hon
de lâ Breb$e) des ùnées 1970,ei les néiliad Éçôi. e.fmt. P.ofesseu de drcit, nilitmi dù IPR ot
venr uê lelhe monçùt 1â EFéation dù FLB et @Eeiller nùi.ipâl de Quinpei Cestù b€l bônnê,
"NoùveaùFlon! de Ljbérahotr de la BEia€le" qui di' d ùe qùarmlainê d'enéês, qùi é
lisera t ùs les no'€G, nêre t ftrisiæ, pou fai.e nis à ùê rolie cmièæ au sein dù prti. Son cvie
valoir ss droite el qui amon.ê d ânbù8 le râouvel_ nèn! ou sâ "ûùe de foi", Értù in
lÈûeht prô.hain de 'ju!* â!teniâi8' poû vner l'm- nDiN, bia Êûr,qùe @ sit ù coupde pub p€.somel:
neni dtr soLde lù3 arcêiEs. dss æ .s, Cest réuÊsi.Àffâble êt dappusæ srr.
patniqùe, il adoÉ lês ûédias ei si t qjouE prêt à
Ausitôi, X"vânn {te K€rsnélec se fai! inyitêr âu 20 domr ue int!flieR où ue .o.Iéænce dê pessê.
hèùes de TF1, par PPDA lùi ûêne. ftni en déplo'
.mi les escho4 dD i.rii,B, ce smup€ ref,o.ist€ qu Sa décision soldâine. il l expliqùe an quelquês
nh, pÉ.isên'il, aulu rapport âv pb*ês très choisies, dùs lesqùêlles on Eùmâit
v@ent, il âfâne que la déâtion de ce nowdæi d'âile@ lê di*où6 bien mdé de lhoûme poliiiqùe
est cùlctéristiqùe dô llEatislætion profon& qui asneni : "Ltrdtpendaæ d2 td Rrz
règle ù B.etasre dèpus que le 'p{vs" êst soùs le qui n a roujaurc te.u à c@u\ ndis ]e monent n'étoit
joug âançâis et d ouem amoræ d'âilloa q! il !a pR Lenu. 12. dis!Æio p.ùig
ûgeiser û réfé@dm Egimr oir læ Bretonevoê paài - le RPR- ùbnl pdnndarunt .dùté.A.ôtê.12
turt pour d onft l5ndé!€dtu.ê ile let résror. eto, je re.reattis. tôut oubù de nai 10force et ta foi
d2s BrtlaN d2 !ou.he, qui soullrent depùê d.s anntz+
Il fera coùeitE led ûodalttés de .e Élé.edu dâns sus ld danimtion éeanoniqu. d. L1 .dpitolz. I2È
Bdrou abnint bein qu du
pmpasé. A lheuE .12 lEurope, la Brctde.ê pêut
Unê hæ âprès etl€ ilédùètion, ls jouem .eçoi aujourd hui.tétuntnr .!u elle d un Ntunai.e à poà
vên! ù coup de tétéphmê @ usæ. tr s'asii dù eaùE èr qu elb Ln p6 bNia d. L1 Fnne "
supéneù dne.t de led contact u Gnde 3 dê
Donùiqùe où dl\ndsnâli$ (rin!ûtr lequei d,eg C est beaù, rm? Etua.n a nssmblé. aùtou de lùi,
deu sT s'asit dlne éqùipe mix1!). l'l]oDEè est ù petii comité qui cù8titæ la dire.lion du PLB.
dùae brièveté eiênplaire. ft mt trcis joùs !.ù "Cesh'nwt .t es lenma dirit Eruon4 aui n t
fâire .esd @tt€ plaiEetdg. I ne s lgii ps de tùù æn6 ru \iaindd.tè3 qæ jhi anrcncé ûo détieiôn d
Enùn .iè IGr€!éIæ: æhi-ci deliendrail ù neittr. qui conttituent dorc le frant d2shmu8".
Il slgii de lùi fâiæ @onæ. À Êon proje! et dê lui
fane af6mer que ]a sretâFe doit Élor fi sçaæ ou On iroNe, dâr .e oniné:
de lô ridicùlteêf sez poù qù'il æssêdêt e ûédible
- Coân Dlpuisi crùd, beaù,blônd âd Jeu blêùs,le
souirc frùq le .ontact et lê Yê.b
pssrtn, bistoriôn. "Dèt .juo jài qLtcndu lappel
dEman de Kequlb4 jni pris Ln ûnAé dnn oa
Pou.quoi se nêler de cett€ hùt ire? Potqùoi 6t.e paû Læ.anpdsnù dans so Luttu".Sam aucùn pasé
'i!e tês pdÈ dù Bien ou du M3l n'o.Lil3 ps enviô rolitiqe, il e* en chùgè . sus la dlæciion d EN8m
'rue lê PBI- se fasê ùù place dm8 la vie lÔlitiquo - de i'oremiEslim eénérâlè dù réféEldm el du
6mçaise? Lè supérieur ne ÉpondE pas. Mâis w @niact âvæ 16 élus (il fêùi qùê lê PBL cmvdlqæ
8ont n, çâ â l'ùr ihptut... ls nai.es de t ùt€s læ cûbmua de prèter les écolês
sfn de pourir orgsisèr lê .éféEndm).

. Olivief RêIDC h(,rme de ?2 ùs, il saslt dù


L€ toui nouveu PBl, Bt ùstallé m plèi' hûImè d8faires de la és1on. a
m cmps$e bÊtonne, à quelqæs avoir vsdù son entelrise, .iche, dê lrès vieil]e
kilonÈ4Es ile Rltnes, das ù perit 6ôuchêbreronæ, il 8'est e4agé dtus lâ biie au
c}âtêâu de ionb beauté $i .ôt!s dENaù de Kergùélêc pùæ qùè "erd Izùdù
appùried à lâ fâmille bètlonsle ps qu\l atteùlnit çd".
d'Eram de Xe.e!élêc.
C.ed, très dtoit, les clreveù blù.s D ioul pEtjt !e!
I-e bâtiment est en ébd- longs,êr curièusmùi .oiÊé: il pula uæ soitè de ton
lition, come lô siège sæ qùi d,écouEeâû3i le rroni

3l
bâ*rd, aù .esùd hè6 intelli Au bou! dê tbh joua, ih'seniirort' si le Éfére'dm
geni. 1l ne pùdt pas svoi. .,éelle- esr fâi6âblê ou ras ei, sùout, il
nei de .ôle tué dms le PBl,: il doit dâ!e. Certe daie, ils l'snonc.onl d3s De co.féæn
mem. des $ùs et êlP, 8tâce à sôn âgo, cè de r&se déjÀo.gmcée, à laqùelle tons l$ srmd8
ue sort€d€ câulionno.âlê poù ENùn. joumsrist$ sont inrités. t es joueùB doiveni agir
âvùl (où lmdant) cêtle conféÉne de prêsse.
PhilippêCM,er lâ qlEstùê,
nerew, hùjom à mùir lartour,
RPR dê sdétÀire À lRan.
'R€sponmbleaùainistrâlir du Pârti de lâ Brerâ€ne lcUg-c9q49!csû-!9s9-sÉs!c-!9psCL
ll Bt

LibE, cequi Evient à ?e p.ès â! ngne sâd quelê k siiùâtion êst alpâr€lment claiE: il E'asit dùne
pelite nùsion politiqæ sa$ Srmd intâêt. t a di6
onr,: de ce 3cénùio *! que les jùêure sont ici, 5ân3
Mùie BÉlEû fdeohve voDm larfaite. 1'.ès re sâvoii âù @ù du sujet de lâ cupâ€le... Mab quê
joùe, naù ilésaséable et rsæssive, eIê Ê6t iN6rie sTs 5êcanlonnenr au not à noi de
du.ôle de.6pmâble de lê séerité. ?Ènùadée que bonier u bril de cùiosité, ils von
'l$ âut *", 1es Frâtçâis", "lês CRA" rcni v6ir
eûpêchd Edùn ds lâB u érérodu, lê te. ou
lùi fâi.è on nê sai! quellê tFlrison, elle â engâcé l,a F:!ii@ dù Parti poù la l.eta$e t-ib.e est, ên
âuprès duê bolb pi!Ée des holma de roir poù n:slité. ùe deÊ.onséqùe.æs de la collision .é.enie
entE la Tere et lâ Mârhê des Dieux ælt$... aù
6uÊ de lâ nêne dé.ive des Mæhês qli a dené
Ce6quat€ nômbûÊ du 6niié obt ld bea! à .nré Jacli lTvsbèu sù Tde. Àu nonent de ceite .oIi-
de .êlùi d lMam, êù sjègedu poJir. Iæ æ'de chau sion, leÊqùatæ plu inpo.tmb dieu celê sri mi
séè e* ouvd à tou: Dilitmts (dè jN, ils Êont des véÊ Eù ftre. tr E'agil de Nuada, Lùg, Ocnios, l,e
@taines à pæs, À menr d5 dou, À faire des Dagda dont noùs vru utuns ldslenent l]iùto-
pétiiiors, plE ù loyaù dùl ûgmisé m équipes, nqùe dùs ?68e-noi le C8lie', la lonsùe aide de jeù
qù obéisent au nmbres dù onité pNr âIer .ôUer 6ur lâ nytlologie cèrlique de cèit€ exleEion.
desdfrshêÊ,cm!âctd læ nâirês, dsejser dæ ûûi.
festâtioE, eb.), srrpâihisùb, uiêu, joùhrrisÈ.
das ù pays oùLdù6 lssome ne .royait m eq ils
Au pæDier étac€, l$ pièæs sewent de srlle de r',vaimi du d'énergie, Dl$ de puùsance, plu de
.éùnim impÉviséê âæc læ }onnæ politiqeô, lê3 poinrs de pouvoi. Pêrdls dâE un ùjvêrs incoûpré-
nairs,læ jolmâlistls iûportârts qui vienæn! leù. hê.sible, ils ûnt é{houé.,. à l Ànée dù Sâl!!, p.ès du
.endE visil€. Dûs lee éias€q des b@au e! deg
chanbres peûetteni de locs, pfldùt les qùelquês
jouB qùê va dùer la folie de la nisê en plaæ dù réié Là, ils ont essayéde lwéer ù héms: le hé.G cel
rddm, léqùpe dù oniié ê! ùè ilizâinè ile ûili- tique, Gchulâinn, âvæ un SDI qui étâit près d'eu.
t âkchniquênàpâsrâine réussi:lhdnne, ændu
rûn, â ên êffet sùivi le rib de Er
li srsde sâIe du bâs e* d!édée de mir æltiqù6, désnabillr et se peùdre en ble
dê caii* de lâ BrelsFe, d'afiches ët de p.èn6 en dieu .'avaient ps de points de pouvon à hi dome4
câélique (qùe le noiiié desnilitdts ne cmpEment le pâùft Cu.hùlainn €rsion nll (anciêmeneni
nêne pas). D:jà, deu ûu !Éis nilitdts s fm! leùr Jeân-Loùp Blid) . avait ras pls de luissecê qu u
heùnê eh rêlends! d6 @i: celtiqùA èn pendentif, Àuain nômal êi s'e{ faii hâchef pù les jôueùs
d6 bijou prérendmenr en srs@t diGpimtion .el qùmd il e* so.ti cârtomei 16 paÊsmis.
tique, des carts de la Breirgbe et Alru de Bletasne
dâns une bôulô qui fâit de lâ néige Iæs quahe dièu s sô ârôE dlscfètenenr faii Iâ
malle, Elêpe suvùter llrlûdej o') ils ont lenta de
Ls jôueu€ vont s,rr@èbi s intedùiE au siègê dù reirùvef lêù4 r'i.ès. l,À, ils sôni âllés dabs 1é
pdi a ùt qùe joùm,riÊÈ, nili Comdùq oùLeit. depùis dessiè.16, la piene .te
Ils r'amnt beÊoir dâùcDe ruEe pou lppEndre Iail: u mêoÀi' de deu mêhs, ob.,êrsûé
C.nan Dupuis m Enæn dê IGr$é14 I elTliqùst À celie, aymi ni plud ni nôim la ôme dtn
ttù lês jdmâlisles - que lê PBL È relte d plâæ pértu êf dort lâ léshde vtut qù elle rira le
l'ûgsisstiù du éféEdu pendmt tnis joùs. IÈ jou o,) celui qui est destiné À ête ni des
vdnt faiæ d$ $rdâge dbpinim, téléphons âu
Dâins ,m vdir 5i .ôu{i peuftnt ldr plêtêr de6
lieu (sinon, irs voni eb rou). @gsgd dès niliiùre Unè aulre lésendèFconie $è
poù slrei]ld lê volê et mlmd.er à faiE u nùi rêm Mùie r* ren I u joù
nn de olmDiÉlim aùbù du pmjei, æ qu m rsit le myssejute pou s æ
3erâ lad t ès di6cilê, étânt donné le ptstissement
ûédiatiqùe que @lui-ci â déjà sourdé,

t2
qùe lè ûenhû rigole... ce qlil na p$ lait .ên.e de pre$e. lls poùfon!
Malhouèr@ent, rùcune doure otncielte n e* venu nôre avoir leù vi.loire à lâ fin du
con6mer ceiie histoire, donc il .e oâgri stu€neni sénâno s'ils se débtùillen! bien Où
ih reuvent s'inr:Fsscr à @ qui se pæse,

!.el: les quâlÉ dieu so.t allés voi. leùr ne.nir ei


ont faii autoû d,elui ù vieù rit! qùi â comnencé À
leur Edonner de ls puissance(+ 30 ponh de loùvoir,
poû ê!rê préciÊ).Ces! auâsi là qle lAichsns€ ænê
a ptuposé PnnÊr jaur apÈs l dn\ow dEruatn de Ke4ùé1e1.
s!! Maini$ a pft ontâd Næ eu. ll leù lobjètt"
de lês aide. à refsu!ê.les tEis auhes dc
puissm.e æhiquè - la làce de lus, lépéê de N!âda Ié naiin: c est la flée desjolmalisles, dcs fâtu, des
el le châuden du Dsg{ta qui leùr penethnr de .ù;su. !n voiiùe, en .miomeitê, à pied, ils lais
Eh.Nve. ue b(ne lartiê de lêur puissoce. *n! lelr véhicde devml le châtê

l,e semnd objet à Étûuvè! si l! læ de i,ùC... tâlf


quê si ]e neùir étât comu de tou en lrlùdê, la ConmDùpuis(âinâblêneni)et îieBÉhac(noins
lù.ê. ele, peÊonne ne sât oùLeue êst... pounêtrc ainablue.t) essâyentde cùaLise. le fld!, â@rdant
nône ! teùe éé déirùte. OcmioÊ,le qnâlriènê dièu, âu jo]roùstês les p1ùs conùE des int€rviêws
a envoyédæ énissùres À ÊaE henhe. En âtt ndmi, dlRam, faisân! u discous ir
ils se smi âtelés À ùne autle tâche.cd lâ pnissùæ thisant, édftmi êt sisnmi dæ ccntaines de ca|lë du
dê dieu ne ùent qùe hèÊ â@ssondent dbbjets pârti llrii dê la .oiisation: 1000r)
D4iqùes : elle vien!, p.incilelenênl de la foi de sê3
A nidi, Ja.ques Cnirâc vieni rendre ùne petite visite
micale à ENan. Û Ê'asit ofr.iellenent de con'
Or lâ foi celtrqùe,ên 1996,n'est Dlus.e qu elle était pErdrê pour'luoi "m de sesplu che.s ânis' a qùilté
Un DÉnie. las poù la rappèlêr *.!t de réveilld la le pârli et, oficieùsêndi, s'il Bêdé.larora pouf lui où
conscienæ nsiimalisie dê l! Brètasne, dincil€r lâ poû B,nâdùr aD se.ond t ur desprésidentiêIl8. . .
pôpdslior À æ Éplo4€r dùs son histoiE e! dâtu
L'aprè*nidi, ùn club dlistoiE b.etome tÉis p.o.
f$seùs plu me qùinzsine déludiants - vieût æn
Un pl6 qùi a tout de suitê bêâu.oup plu à Maihias, contEr E$@. Pami eux, u. élldiâni rppelé
'rui â ênvoyé u de ses ûeiUeu élémmb - Cùdn Michel RaBc p€titneveu dolvier nemac. il veùi
Dupùis, ù AnC€rhégli 3triemmmt de Gradê 3 ' en pnfie. poù diro cou@ùà sor on.le. Il se rensei-
aide. le dieù Ogmiosà nontù æ plù. ftt deu, ils slen aùprù des jtueurs poù savoi. oùLle bouvet
ort "inspiré" un breton du RPR, ENann dê pùs... on ne lê ævàn plu. En renconlrant Olivier
IGa!élec, à lùæ. ætt€ .upâene auiou dê li.dé R€mac dâns !b bùaù dù seond, il ses! biet str
Fêndùce dê là Bretâsne. Eruânn âpô4ù que æ n étaii pæ sn onclê... VNs saveu'lu il
onst@ent Dmipulé pû deù desDenbEs de sr s âgi! dù dieù osbiG, qui en â è
oniié âécùtif: Cono Dnpùis, bim 3ûi êt Oclic ?or éviter u s.ândâle, OgEios I r diÊùètment tué
lui nèDô qùi, sow lê non de Olivie. lênnâc, te vieil ù lelit .ou sur lâ nDque el a fomé le câdâft
holme, sùûeille l$ ôpé.ahms. dms u plâ.ùd. EGùte il a oùblié l'intident, n aymt

Oq pedmt les tlôis jouE dê préprslim dù .Éfétn.


dm, de6énisâiæs d OgniG vo.t ve;r lui ant@@r ?sni 16 cuiro qli pssent .ei rprèsnidi là, il y â
qu'ils on! Étmuvé là lm.e de Lùg. égalenon! deu ê1res ùn peu étrmsë: il S'âsit dè
Déûdns ronoréÊ. Emmtu dô loljoure dès dieu
nien qu'ilÊ.e soien! pû venu poù .el3, il seràit bon æues ' voùs appErlrez t ùs sû eu.tâs l âide de
que leÊjoùeuÉ intêniebneni. Pùce qùe le plân dè jeù sù la mJthologiecèlie -, ils orr, conne les dieu,
l ex Àrcnans! Mâthias est, à court teme d opFæd prô6té du psssagêcnjé enhe ll Mù.he et lâ lldê
les diêux @llrqùes À lâ cbrétifl!é. châque objêt pou ve.ir su. Terre. Un pêù .olme 16 joùeuB, ils
nâgique qu'iG rehouvmt leut donnè plus de sont là m obsmiion. Ils "sentùi' lâ Èésen.e de
luissoce... el en fâit des emenis pls de- lour d.ien emeni, Ocniæ... et d& qùils raûôni
repéré, ils essaiemntdc lui fâi€ lâ !êrtr.

Noùs sllom hâint€@t dém'ner b Pôu. firo!ùt. æs deu Dénom ont laprâ4nce
chÉnôloeié des événdenIs. l,es d'étudiùb venus lÀ m !ôu.isttÊ : !n erad jeùe
joùeû8 peùvæt les lâis.ê. Ee honnê blu ei u pêti! râblé, âù resâJd brilbnt
dé.oùle. sm i denir, per Mlis nênê s ik soni "désùisés' en iC& siide, il r et
.est€ !'s noitu qle ce smi des êhes ffrstês... Des
leur plù poù ridionise. Dénoûs qùi @ sni redéÊà la Bodc d il y a 2 000 ùs.
ne ne pùlent pss hançais, justê celiè... ei s âb*ien
dronl bien sû. dô pdld dès qu il y a desténoitu. ns

3
ont des pouvoirs dénonisquÊ, islims Eont Éelment spo €nées e, qùe c'si ùe
cÔ]lùê le mntE.à leù Êche,er bome sù!.ise p.u le Pani de la B.etaFe Lib.e.
8o.i ÉÉrâbls avec "Détêcrim dn Seùl Olivia x:lmc (Ogmios) pEd .es rcuveles
nal". Maft, mlnt de leù MsrclE plùtô'. ave. calne, .onne Êit ùt @lâ étnii nômâI.
reta éô,ù n€ .mâism! ni lâ hiérârchiô
du Bien ni .êlle dù Mal, et sen foùtênt@n- veB onzeheu!és du na!i!, ure oionnelie bleche
3ê sùe dm la où. En softnr rois srsn ls DeBl
bto È au yèu bleùs,qùi Âatr Ê,enbmssù de poli
lls le!érmnt OemioÊva8 la tu de I'apÈs nidi et Ee ie$e fendd! la irùte æ houdlei toùt le nonde. I]s
dùÊinrndmi rla$ le pæ (qui est Srad) de nmièE voft dmit ù OliviE Rmac (Oghios), qùi va s'dlâ-
à pouvoir I attâqùd ile nuit. ner ârec eu dâtu ur bùôâu âu dtuiène étlge. si
læ joùsua tentênt d éout r lâ onvesâtior, sachez
!â nuil tl .es!e re vilci.ine de peNomes e!dd.
nis dân le chât€aq dùi Enaù de lGryùélêc,
Conm, Oùvie. Îê.nac (Osnios) et ùe dizahe IÆ rmG holms ÊonrrDù huais, serit€ù8 de8
'rl'équips bénévô16" qùi æ âôrt ùÊiâIéeÊ de de8 dieu celt€s. De l'ù d'eu, ls quhe ilieu ont faii
s6 dê cNchâg€ âu ede.}!ârsée.ûrè3 eoir fâit leu hé.os (et hérault): d€ rcùveaù, ilE ori Eùéé
rôiir d* ndlmâIows o enlollltt ilâ rieû cùdts Ctuhnâiû, 6mê ils âyaien! déjÀiær,j de le faiE À
gâéliquôset dæ chmm à boiû. l'r\déê du Selùi, âeeclês Ésùliah qùe l'm Eait. Seùl
que cù.hùlaitu es! pl$ iéu$i ett€ foiôri, le6 dieu
OsD;s æt sÊ (ù dim ne dd ps) das 3m ar@t êu plu iiè poinb dè pouvoia À inv*ri.. n æt
bmau, tdt dr.it. tr nsmtin, væ ninùii, la prê int€ùcdi, a s€rdé l$ Épaciés de lùgage et la
sencê dô s$ ônftnb héréditâiE8, l$ Dénons .omai$ù.e du nolde cmtepmir dê sn corys
Fo@rég dâs lê jddi!, s lèvm et iû l4 cmbâttÈ d'digine, et â ùê puiÊ5ù.ê hmorable (20 PP). C si
deniàe un bosqu€t,à I abn dæ ecsr&, IÉs joùdE, lui, aæônpâgné dê dêd sêrileus, qu'Ocnjæ a
sft ædiltert À æ @bât, ùrllui@nt @ voyet û .!vo'é chêrchd lâ lee ds hg. E! ils viêmê lùi
êft nu Ocnic !e déshabine4 pou ena coEbatlæ ùn6.er qu'ils l'ont æ!u1éê.
- allù brise truqui]lamt ls 6 ile deu ré€tllro
déûoriâqu€6 dmt u& dê dôu rèk I! bnce sr da$ ù lerft ùuée b.et n tê nu!ée de
æil au ûilieù de lâ têtc.,. Cestla mie ôÉ€ d'ù dé Sâint-,Aift) dæ le FinùtèE, p.èr dù vilas€ dê
Sâin!-1rné.la-Pâluê. lllo n'a n* dô pârti.ùIe. u
bànche @ bok, ùe pointê n fer, âùdne déoraiion.
P€ùtà'æ lB joù€m amnt-ils déjÀ repéré €t on C'st !où celÂqtrê Cuchdaim â eù iù! dè nâl à lâ
bâttù le Déntu... Peùt{tÉ plddftrt.ib pBrti retrcùæ.: eùe 6t dm ue viûim
dùs lê.mhat qui va eùiæ... sils rê lâ ônt pæ, Éliqù* s3s ùté.êt ei d*Eou, il y a ùe étiqùetb:
Oemio! hæeâ@a le€ deu .éarués qui djærai- rcê .sltê, prtioliàdêrt bier cmEfte".
rmnr Pùis il ir4 lifténlebent æ .6abins.
ctrchdaim ne Ia Fs !roe iour dê s!it4 il *!
Deu Démau Fomt;s DémMdzBoalendz2 22 drdord mnù ùire sm rsppod. Oemiosvâ lli ordon.
c4 3m gBnde surpfte, de la iécuÉH. Mais
corMe n *t .m3dê qùê d lùi, ni Cùchdaim æ
Ê@ins e! apprænce,ib se tr@ro(Àent dè€ qu'iL sott p.rtiùrfièÊnen! âdaFû,1à d6 a.tioN Bùbtile8
.omencenr à ùrilis lem poùvoiB. Lù cor!! 3,sl (ih nè Missênt pæ emrê âssêz lunivô& dù5
ldtc€ ei s'éldgit, lêù p€ar dsient Btuùleûe et D teqæl ib snr ronbés). n va de@ds lâidê de
æil - tel ù crclope - ld po$æ âu ûiliêu d. lâ tôt€. Coe Dupùû, l'An!€ de Mathis. C€luiî va vênir
les voi. (14 jou.uB Foumnt âld6 êspiôùe. la
&j9&clCgjs!ts9rap!- cmvàsati@ @ heçâis) èr p&prser de faiÈ l€ bor-
lo, lui néne ce soia aconpacné dê cuch,nâinn en
DèBiètuè jôur dpr* Id tuotue dEraan de

n ô5t p.sible âprè! ettê 6nve.Èatiù ile retmù


L Darin: .le mweaq p,JriÊ5s, joun lisre er ver de lâ dodnentltion 3ùr le nuée dm3
ri€u oIDenHi à dsnû le .hetexr D& hùit la$eUê le nméD de la vihine où se trouve
heurs dù ûatjn, Etrann de IGrC!élôc, Mariè
BréÀm ei cûnm Dùluil mnr en bain de bæse. pæ-
3er d8 oùps de tb, orsuisar d$ Endd,loE. Midi: Jâ.q@ ftubon vien! rcndÉ
Aq rcft du naiin, ùæ bômê nôùvêIê: dês nmi ue lerfte visitê micale à son
fætâtio4 .!ùt6é6 en râvd d. l indéphilânæ dB gtmd ani Xram, rffr.nat
la Bretsgle ont èù lieu dms ùe dizaiæ de villâgé et quil â roqiouB été ôrtrône-
ûdt s$ibl. À la tu]lr
sâéliqæ er qu,il onprebd
Uaprès làir éi@né e! .ontênt dTMam et ded
3ù16, ræ joùeN lollmni dédùir€ qæ @ iûjf*,
in.idelmùi, quêu seold toù ENann nè ferâ !âs domer la lancè à OgEios qui la
leftùr d'ofrrù sès voix à Balladu alors qe Chinc sardera tout le
Mêne ?n pùblicz Mêne en pùblic.
Mêne dcvân! les cmérs? Mône dwânt
Lâprè*ùidi: Cuchulainn fâil dès les cùérs. tr s en loù1,c 6! un dieu.
côupsdê pied desnèmbiss de lâ sdion lo.ale du FN
qùi venaient $aphiier "Anii frmçais" sùr le château. h 1ùæ lùi donnera âlors dix poi.h de pouvor
Sensui! ùè græde encùeùlade enlt Edân. ei de plns, nais èlle nê domen sa pleine pui$ân.e
Marie Bréhac aur les rapports quo doivenl avon le qùe quând l* quaire dieu auont fdit ù iitùel spé
PBL ei le iN. Jeù Marie étân!, âpràs toui, breton. .ial, .o qui se ren ho.s *éna.io.
Nla.ie âmrne qu il faut dé€r dès
Si Cù.huraiù et Conan ne En!renr psÊ et qùe les
joueùs ori Éùpéré
inqùet Poùrtânt, il reslera j usqù'Àla .onfétncè de
p.e$e au côtésd ENam: en effet, c ë! 3a présn.e.
ces! sn influe.ce qù soùtieûent ENann {Lns sa
lut& e! râssmbler la Bætâgne es

9!9!!l9s!..!!3!ueLa2L
Cù.hùlaim n'2 (le prenier es celùi qùi E'estfai*ùer
pa. les joùèu$ près de llnée du sâlut) esi u
hunain inv*ii pù la peGonnâlité de I ucien Mns

crùd, blond, nùscla, Ies yêu bleu. .eoùyert jù*


qù aù cou de lâlouases, il n êst paÊencde "âr tol' ds
ce quê los drèu pouaienl faip... Particulièrênent
slr le plù de lllkl]isme. Siet q!'il pùle frânçâis
cûætueni, il nà pas ênorè ceqlbn loùraii appe
1e. ù Ql billæi. Ce . æi pa srN

Le soir: Cùcnllâù et Conm Dupùt par*nt en Ube 1æ d eppaæncelrès sibpl


canionnelte veB SaùLÀTela-Pâluê pour âllêr poi.h en fs. Aùcunê iG.riptio
cânbnobr lê nuée. Si l$ jouê chui côupânt ûais sms plus .. Ùn déiail .cpendant:
pas, Conm chamorâ le sùdien du DùÊéê,lùi lera elle es! indæhciible. Ni l$ ch
ouri.la port , puis la vit i.e. p.eDdra la lse et
rcnvenâ lê sârdiên donir s3tr qun n'ait le lende.
naiÀ arcu soùveni. de ce $i s'êÊlpâssé. k lùæ de l,ug nè rêrroidâ des poinls de ]rNvoir
qù'au dieu, âlràs ù. rituel appmp.ié (+25 PP), En
Cùc) laiù l'âc.oûpâgnèn Quel attendânl !où qù Êaii la naniêr, cest quând nêDê
lcr?:dition, il se netûâ nu, Évé ue bèlle ârmê à +4 en puhsân.e. EIe posède écare
dc6 pie& jusqu'rù où av* dæ sFholes cêliiqùes neni le pouvoir Eclâii +3, PP: 20... À,l!is nalùeEù-
senenl pour les joleN âinÊi qne pour cuchllùnn,
seulLug FeùtI uiilisei Si lesjoueus leu lâissenrla
Si les joùeùs inlenienneni d ùe nmièE où d'ue lmce, cêlâ sèra sùs donb sù eux, à lâ fih dè .eite
aute, Cuchulâinn ne rerâ ni dms le détan ni dans cânpa$e,'tue i,ug l'erTérincnteÉ...
lâ diplohâliei il sdâquê.a, aidé pu l'Ange de
Mat]ris dùe nmière loùt à fâil efi€.ê 14ci!-ês-&!L9!!lÉ9ci!-pc!lr9!s.!è-P9r:$4
S'n s h hnce cn ûâin, it sen serim. Ir Lt rtuisièm jour optès l.intêtLenti.n .lÊmnn de
lan.ê ne rùi dûnnep$ de point de pou-
vôir (eûe ne le fera qu'âu* qlate
dieu), nds clle eÊt, ûâlgté @lâ, IRsn de Ke.Cnélêcest content. Ies BEions ont,
une ânê dùnê pùissùc bùt à d'ue nalièe sénérâre,bier sccùeilli l'idéê d ut !été-
e.duh. De nônb.eu mi.es or! pbûi6 'i! ils prête
nient dæ é6les. des pdi.ùliers onl âcceptéde pfê
Si les joùeuE ninle*ien' b lêùs fenes poù lcs cæ où ils nm'tuerâient des
nenr pæ, Cu.hurâim ei ùeu et les nânifestâlions sponhéA { laveu d. lâ
Conan reniEroni Bretâsre libæ ont redoùblé.

35
licn qu. dans.ctê d.Luiàne prfrie du sénanô.
les roæum peùvtni, !'ils lonirent en appErdrê
jorr.rnri.s.t,l fr jnar. Irlrr. mlù. bfùutuur r!..ux n.mr,

â,bomr de! trtourges de gxerrc celres I'eù1êûê


(onûr d.:on durjsmr.r d. iontiLot pol,o.r. lll
..l. ra t il finn prr luu ntt.r la pM. À lorcillcl
rr Ill.dolr I h 0,r-.r(d!r (lN (]fu I r$rûii
r .oquat, il lcur

rcn. ll. :ltmt dans nm bibtioihàquo, d$s le


bonnct.diLi0n d.s ie!x do rôles.. En iûerrcsêâni
d.ssp.ci.lin.!d. i. l]rftalnroùdG brditons.el
liqu.s En allrnr i l! Fr"ACi...Jp
l.s rnn jsoonenc qu ll.dfrirntsu.lâBrtholosie
!nPt.xii(t ds leùr

,frùdc. dca hrpo


thèses Lu.edênùêellê: h,!!rurd.s di.u: r.l

Si lÈjôu.uÊ nc ôû ræ dr toul de recherclres êl


us inquiôftzFas:
ion! nac.ssaircs
à
l a 6 n d e l a t r o È i d D rp.l i i . ds;ln.âùbiensûr
bcau.oupplLE:siable quils ler dlcôLvre.i eu{.

ah riirn non EFlrnn lul,1! mÀù, d h, lrudfi


log| l,n|!rj d| \lnhjr. | || d l i,rir! i,D x lx rio

i i! rLi linrtrmol dr h

rri, I il' ùir! LIlr, -fL,lf nrù

d,ùn,rnin drdith
nrturêl! xutr: q!. d.s p0qô,r qui a,1f (rô!dii.i

r{^Hi r{Li,rr. ltiùhono i lrrtonrrt dr ù:nn;


1.rDrùlrldiihNsÙr{
r . ! . . ] t u r . o r L : r rr r f r n l o i r d ù [ i i i n !

\6 j{{!r r,,ur

ntNo. t.r. qu.

'ah,rù.r'o! \ont$ki !N:r, , I E,dx$f. rl \ rlr L,.n ù nnrrl


ùnftr n(c df ri r.. dc L..n 3 h liir. nrlpr {rrier
ljLr quj (it.ûd,r. dr rDrr.l,. l.
,rd^o\rnd,:tofr:

u,3 ,r. lirrr, rl w,riii,r..

l6
I idée nêne dù Éfénnduû devieme ndi.ùle aûsi... *'r QuelqùeÊ heù$ êtès la
ei que les mi.es et l. popularion Eiirent leu accdd. @nféra.e de peÊôê,lês nédias æ
déchainen . tMâm de Ke4!élec y
Si les jmeùrs nê lelknr ps ou . si haité de t us les nons: Cesr ù illu-
liser do poNoirs slnatwls, il y â a$si desnore4 mùé ou ur irbécile, il r'a oNaincu Fer-
bien tere à bre presqùe âu$i sonæ, son dismE lui a âliéné tos les
.itd I dml, les nédicaûents ou la drogùe. BretoE. eb. QuelqùesinÈniêws de blires ps
senr ds le jolmâl de 20 heùs lê lui arais fai!
S'anùger pour qu'EN@ soir con ù.nmcq mis il n â beaucotrpdéçù.Je n'uganiÊerèi
au nonent de râùe son discNrs, ou quil sit t€lle pas le Éfé.hd@ d3N Dr onnus."
nen! sous â.ide quil dmùde au joùnâlisre dê
bien loùrûtr ê.1*d les Enr{b dê Eor nê2, soni des n rr aurâ ras de Éfâe.dùn. Pour lês joæ!F, vic
méthods bùr à fait êfreees pou le dé.oGidiEr

Aitmtion cèpèndùt Mùie BÉhac e! ConânDùluis Ia rcnalUeauælte dû te Inls 4t nuL Lo puissdnæ


(s'il est eftorè l smeilemnt de hès très p.ès de chæn desquate .ti.u n augmeatup6.
ENùn toub ll narinée avù! son dis.oùre, vé.ifie
ftnt .ê qù il nesq ce qùî boit, l étât dûs Lêquèlil *+: Qùêlquesheùrcs ap.Èsla .o.fétncè de presle, les
æ1... e! .1lésiÈmi !s À ptârder lâ onféroæ dê pænids ût !s Dédis onne
pæsses ils Êapùçoivæi dê quêlque chosede lou.he. 'XHâm de K.rsùéle. na ps été t às @nvaincmi "
au joùeùs de déjoua leùr sû@umce. "!indé!àdùæ de la B.etâsne seni! ellê u mùp
odiatique .ar,;?'. "1,€s@ùæ lùi o.i lail.onnm.e,
Lemeni qli seF, À ce stade, le plus dângêæu e* nais Er'fl de lGrclalæ tiend'ar il la dùtâ.@T.
dé6nitiveneùi Co'H Dupuis. En Dss læjoù.s 'rui sùvent, ce.taim maiEs dnùlelt
Matlris, Corm $t t & ûnp! à læ psnæses qù'ils lùi avâid! fai
de nmipulaiion nêrtâlè.., Si ERaù Êe net à â quând Dêne lieu: naÈ la fâible parricipation {enyi
décomâ, n b rêûarqtrâ ausitôr n njagi.a alo.s ûn 25%desBretm in*is sù læ lisbs éledonles)
lrès vita et... prddra le cortôle d,En8m lùitêbe, lù e'nève preEque toutt dédlbilité. Cela dir, les idées
le fâirant p*lef et asn pa. sa bmche ile fôçon à raiE indéledtutistes sni àmre ên I air..

?N ls joùem, Yictoi.e noûâle.


Deu solùlims: tuè. ou nêùhdiÊè. Cme (a pleile
o éÉncê de presse,eùtmt que .e sôit disætl) ou 12 dûuùeau celb doB L pdls e! faible. Lo puis
tènlef ds repÉndre le.ontiôle pædessus le onlrôlê saw de chocun d.. quntre.lieû Lnusnente que de
de IAngè re sat... Re!û&z-vûu
nent ça nùcne, au .o,rflils rte pouvoin (voir les
Rèslesde baæ). En fajt, Cesi æsêzsinple si les deu 3: L€s nédiæ sont pdagés. Cenâins sâlùeDl lê cou
loùvoirs ÉwsiÊ3dl tos les deu, celui qùi â fait lê râge daoru8n de Icrg!élæ, da!
c]litr ê dùnité le plùs élevé g3sne... nais il êst !o$ presbiim étai! nâuvêle, qu il lùi nùque de la sta-
sible dè pÊn&e de6 colomes de nâlu. Celùi qùi rùe poliiique. Miltersd le de*md en flMnê dans
perd, voii son conhôle su Esânn Ucner a$irôt s'i] u dis.ors iélévisé. mis quelques ûânifestaiions
veùr réessyei il lui fâùt de nouveaù .lrpeue. ses s'o.gdisli as8itôl en 3a fâveur l-ê féréHdm a
Iieu: il nl a pa6 I erlhousiâsnê popùrâne qù Eram
atbdail. Ijs iûdéleldùiisbs lerdei de qùelqùeg
I-e dis@m dEnsû 5ni, er qùelle que sii sâ qusli
ùé, les joùem shpôftewn! quolivie. Remac a
pùrment et êiûplènênt dispm. aYec ou sam lâ Mâis nêDe Êi le PBL nir. las hès loi., les idéeg
lmcê, slon æ qulls ont lait p€lddl cêsirois jous. i.dépendantùte on! nùntenst ù Eai fondmê

Ogmjos ! 'lm.é', du niêu qùT le pouvaii, la


nachine irdépendmtù!è... ll va mâintenmt I2 renou@au@lteddB Lew$ 6t fteL la pui'sd@
Ejoindre sês frèÉe pour pépùâ daùrrs de chuua d.s ituntre dieu aueænte de 20 PP
actions.ll serâ inpo$ible de le reibù*r...
ù Eram fsii un himpne. Sa v
l€mq *s yeu brinmi, les Brelon6 6en!en! 1êu
.cur brdE en voyet leu. nouveau lréraun. Ir
Db6ad, pdrlôN de Iordre de nB. dwidt ù ble nodel poùr les jeuæs, le slmbole
sion: idiuliær Eruaan... due remissancê... Qùed le Éîéældm â Ii4, ler
indépêndântistes I enpotul 6t45, ayæ un tau de
A rùE de quùiider l'âction pariicipâtion &@rd. h coùvemênent fajt ausilôi
de voÊjoæùÊ (adion rÈ3 sâvoù qu'il n'êsrpæ qæstior de céderà despæsions
résionalstes: lâ épuhlique rrsçaie a, ùq ûdii-
sible el le Ét€iâ. cetb dédù8iion malâdtit€ nê

37
La eîâique est dâitlcus valable pou les quhe
dieu, ainsi qùe pour Cù.hulâinn. Cè rc 5mi p8Eles
'né.hùts" du sénûio, ce smt 16 omenis, .e qù
e{ toui à raii difiéren!. A leur plâ€, l$ joueus
L. renôuù.àL @ êda*t @$ æt faù. Ld fe.aioi sùs dùb la nêne chGe.
puûsane d2 chncutdes .ldrz dizù dusryn.
Si Ocmiæ se fâit tuer... Eh bien n sen not, poin!
nn,l: la roi æltiqùè û'êst ps a6sez fo.t€ d4 le
Prlons nâùtùùt de ra lù.s: son *Prit, conne celui d'ù
ar.nms€ ou d'u È.ince,Débon, Êûisse de se6
si osmiæ nn pæ récupêré]d t!,ne,lc pu^turce de cmdns ér€mell@eni. Il sè refomê.â 3ùs doùtê,
chæun desquotre dizu dqtunle pæ, dan8 qùelqùes siècles. sùr 6e Mâr.he
Si Osnias a É.upérê la lane, moû aopu ù.ô4 fdir Inieméitiâirê... Mais nG joueùs n'ên ont qùè fâire,
t2 rituzt (cAt.à,ti.e 3i t sraueu tLi ûnt ûnîonté, ei æ ærê un enneûi de moins dæs l3 lbsbn fù31e"
petuaLt .ede pdùiè du æéndriô),ta puiffince de cha
dilû nàug@nte pu, etle Cùat Dupub, Arsè du ætui.ê de Mothios, Cmde 3 -
dA1miÉ auematu de 10 PP.
Si OEmi6 a récupùé ]d lLnp 2t d dirpdru pour
rejoin&e æs 1èÆ, Ie ùut effedu, t. pùitsanæ de III: Inte ude à Notre.Dane
.hûua dâ qudrn outes dieb augmnù d2 15 PL

(ûu Idppùen@ d Oliùi.r Renre) D€, Démon. &4 r encêinr€ 3sFée1


OEùi6
tê5joùeu!o fane bù râppod. ce qùlh oni fait,
ognios est ur des qùatE dieu cel
.e quils ôtt n, ce qùtls conpE
æ hDainè. Sor cùâcêæ, sB c pænnentpas...Et leù hisioiE va énornéDeniinré-
pouvoiB, loùs les ieùverz dtus le càapihe qui lui
est .oGadé. Quot à ss points de pouvoi4 ils !ùiai
selon le 00ne.r dù sdnùio ei ra réûsile des - si ls jouêE sont des anges: r
louêlis. Châque dieù est mivé sû Tûe âvê. 5 PB âvoir é.outé leù histoiE, l* pr&ten! lour de suite
lls en ont ensuite $slé ælm les indisiions domées. qu il va fâiÊ ù .âpport à Noiie Dme. ré lendenâin,
Eîmplz: l4 joueuû o\t técupétéh taw nois tzur
,éussik pauf t2 fef,rzndln nzst que d. '1. - si l$ joùeùÊ alpatienneni âu Bùreaù: lêùr
ontâct, âprès avoir écoùn leur hisroi&, les pÉvienr
t@! de suit qù51va fai.e ù rappôrt à Nolrè.Dâne
RiruaLaùkur .t4 td Pien de Fait: 3a PP
1é lodebâin, i]3 y 6ônt cmvoqùés... Mêne les
. Réf4endun iéBsib **): 6 PP DéDoG? Oui: æporlelvous roùt de sDite âù pr!-
Nùb4 de painb de pouùair dOsmiot à Lafr.n .le e
- Si lês joleuB snl des Dénons: leù con!â.t, âprès
avoir é@ùté leùr hbt.nq 16 !réviâ! rou! de sùt€
ln imt quolivier lÈmâq OcbiG appùait au
joueùrs conne u honnê dÀ peù prèr ?0 tus au upéneui aùerquê3
joù3 3e passe.r...puis lêsjoùèu
chevèu blâncset tôtuurés. G.md d Dudé poû sm
sencê... du I+ifte Dénon Àrrrondiùs lui-nêne.
Âs€,bnnzé, de 6n.s .ides striml son ùsac€, il est À
la lois inpressiomùi, nystlriêu êr .ùieuenenr
crùdi stnct, sec,âu rêgârd brûlanr dlliétùæbæ ê!
sédlisânt. I!ès fofr, tès inbniæ.t, il â une rc;
de pùissm.e, andmDsria va leur dpliqùer qùe I ap.
chrude et Êédutuant€qlÆd il décidedê hrii]i!èr pâritior de Ja.L lEvenLeù. ei lâ bouvellê 4Térid.e
quils ont fâitê er BEtagle Êont liés À ur prcbline
Un ffn obseûâtèur ptuna reDùque. qùll a ù tro! gmve, ù pmblèoe qui .oncme âussi bier les
daG la lùgu: au ienps dê Êâpuissm.e, ùe ch€ine
torcesdù Brebque kslorcesdu Mst.
étâit ac.m.hée à æ tuou, syrborisù! le poùmn de la
role su les êlEs. U. peu pâdu au )d. sièrlê, il st I,ê6 deu ôrus s ùissêni pâdois coftE dg
hâbitue pêu À pêu hâis æ noqùe conplèhent de eme4is 6nmùs (cetb noùyêlle,qui n'en
politesse, petiks hyTocrisie8 est pasvrâinêni une pour lês naih6 de
.éæssâifts À la vie dê tou lêsjoùs jêù ùn peù expé.inenés, e.r ùe
erdde surùse 3i vosjoæùn nbn!
A noic qu'n ne décidescieDnent de les uiiùsèr dms quê quetqù* pârtiês deniè.e
un hùt pÉcis. osmios ruerâ ùânquillêmênt et .alme eu). Uæ éqùipê niie
eu qui se nettmnt danseÊ ei de Débon! vâ
â taveÊ de son chenù Cê n'êst ps ùn êlre .tusl:
il saii ce qu,il doi! fâiÉ, c,e6rrmi.

3a
Burcaù (voi. en.!dré) qui ro!.u I iniériêù, les Dinons dcnont
tellcséquip.s M.is 13 sûrprise faire norûs de la plus coDplale
'lquiF'njIk'sêl9ba:Éeà',No dis.iiion. S'ils ne lc fon! D.s. ils n3
quenld'ill.urs de se faireiuer aussiiôt
câùdremrn ùc biehne là dc$ùs !,cndrarlus ta.d),
l expéne.csbretonnedc na',e el
hùs l.s i.srrunenk d.rudê sôni à Nôh! D3nê Les sous{ols de Notfe.Damc

oui, ùris dêsDénonsàNoheDanellst cenème St l€srbleû,F sra, d6 ,Dino" o(


posiblerÀpràsioui,les ésùss cl lcs cathédnl$ ont pn'n i tNsjau!u.!tttutpB.tù Brttau):
teur proprcpuissance. leurd prop.cspointsd. pou.
voE et le Drenicr dc ccs pouvoj Nôtê Dlne est ùù bâtneri inp
Ifal. Ancun êire du Mrl nê pêui pour m anse. La naicsté r la sévé.fté dcs iouÈ,
liDmense sall. sombreoi' se !r
ce{ cê ttùor s répéié au inses d au Damons toù.istcsjalonah, l â.cuêi1Le joueùs Fnù'ruê
deFuEledébùtdesrenps..(voirlcr Èelcs ii .e sler tuni d ui Fil disi.âii 'tue des tev
dansl'aidedcjeu Aùan!.d Clo.h.s ct CâLhddrd*, dms lâ neii oi' ùrc enhepise e* r
de l extension,€aorc À.aii). dêrÊrâ'ê|3nosâ]trùedusol

Alos? Eh bien,rz ! Eenri -Au.ùre sensstion étranse de rcrct, au.ùne ho*ilité


Lcs ':glises oni ce poùvôni nds elles ne l'utiliseni pas némane dcs iouG Pas d'imrressiondorrre$ion,
dê mâniàrê syséùaiiqu,". I lles choisissentou non dc jùtu unc r.é$(e êeIê. .êdÊ
l u t i l , s e r .O
. nc h u . h o t e m ê m e q u
rour admisùn nénon dc \àlefôr e où non,l expÉnence es quandmêne éhanee.ll y a
qu.i|s'agisdidlnÀngeEi tescroi, les statuessainlcs l.s;
Andrômlius expliqùerâru Dénons qù'en réali1é desAngespanout.. .n ùrin de prendrêle .âfé, de
NdÊ-Dâùe 3 déjà adDis d6 Dé disa,ler.d? trâv.illcr, dc conpulsc.d.s dô:sids, dc

i les trateni cdrne


s' s éta,entdesÀnees s'ik sontdans1. soussol dc
Notrc-Dan.,l. quenionne se rose pas,iL sontfor
céncni d.s Ang$

On a buu pens.rqu'il ny a aucunerânon de s. ù.


ài cela t n qù.nd han. un !
joue !ç( Èhe pêur Nê reu. fâi
coùlôirsdê \otê Dane de DRnièrêmtùrelle: 1ês
Ànses leur parlent Lun d'ende eùx leur adrcsse la
pamlc cn Ane., puÈ att.nd la Épons. . Laulrc lui
pose dB qu6tions
obsenerdèùùiàrê inquiètep,r
bitn 3ùr dê Déln.ns
Il s'asrssri! qui r lsir dê les ûoùer lou.hes.. Heureuseneni,
penome ne penseraà ulili ser Dée ctiondu Mal sur
l en*enccdu Bur.annnn cu Apis tout,nols sonô* â Noûe.Drûe !
déjÀ.omùe 'rue ds b,;s Flu ci sc
quc.ct dc démorâlher les kôup?s AprÈsqùel'tuesninutes d rhene à l'a(ueil, dRnsles
soussoh, le conhd dcs joucurr hs cnmè.c dans
Quântù h lcsibiliré poù d* D frmeae du Bureauà Notre.Danequi sek déromair
péréter dns Notre Dam. .cla pourraii
renehre en question hùte la basede la propa-
eandcdnBicnctdulial, onnoihrntqlelca Si l.sr!.ùrs',nr l"r.{nsA .
deur !àdn ft so.t pàs si oppôsÉs Bæli
une cris*rophe. S, les joùeùrs, ds En entan! à Notrc.DaEc,lts jou
qùclquc bod quils 3oient. lajss.jon! d un cil dishâii ,tùê dês trvru
lâ nêlloilùnê êntepnse es vis'
relàiæ la nosarque du sol. Après qùel'tues minutes
rés daDslss profondeùs infcr dahcntr à l'acucil, dânsl.s sou$sols,où,tr!{scools,
nales psndani l'éiemité. lss joucua désst.lr un bo! r-d

qùi seradésomaisleù centr opé.atomel.

39
loB n'hl.ite p@ à iMnif;
ni. à bte .ù.patiaionti vau

cest but au fond dlmoEbFbls @'


rdn qu s tmuve etb almle. X sasit
d ue Eénë{b trob !€tit6 piÈB Bomh€ et A pdt ræ joÉr, tûis noùv.âu p.Mn.âg* fort
êâlæ,au ûùs jaùês ei À l'é.lairaE€dê néon pd$iê dù Ebupê dtnt€enrio.
fi rid. Ony tûuvâ û équpênet résn@snthypêr-
Eodemé: Eâchile à câfé bEdrnt€. vieil odinaiêu
déclinÊIé, papiæ, stytm..- Ca mlaii le æù! ile vmn!
Su le nu, E @i6: qui lar de sor nieu pou
nedæ nal À l'aiæ ls DéDôû dô r'équi!ê, â'il y æ a.

C'61 p@rtâll Ass cetiê pièæ que l'Archae€ Brue âu yû Èr!s, silercieue, bélÈ baù æe
Doniniqùe lù-nên€ réuin la jl)Æ êt 16 hoir er.ée, EIma â plu de ôÀilm qrE .Iè beaùé. uDe
!ùtEs nmbrs de ce qùi và onlcE l'éqùipe de cEnde pr&enæ æ décaced enë, 3€s qùe l,on sade
ais. t 6 kôi. alfÊ3 péÉodæ di pN tun Ebna, Èùrquoi. Erlfu àud lsn, aù débùt, ile m smn à
David êi Niols, quê m âIæ tuû praâdt€r à lâ rien. XIe din jùst€, Ei on llnt€nse, qu'ele æi ù
À.4ê êt rêfruên ile p.écis À qul Àr.bnsè eùè
âppdrtiet' Ené 6ê ontlnt€n dob3na, dlnmt
Dùs @ pr€bier teDp€, D@i!ûæ rêum ave iule qwd il en esi miamt beoin qùôlqms
t8 jrum l8 deu misim qu'ib mr ampli@: consei& toujNs jutes. xlle âc.oEpâslem lê6
Jâct t'Emrksù €t lê réféÈtilu ile BÈt€aE It jrum où le€ auk6 nmbræ dê l'éqùipe peJtoui où
lêû dênùdeh d'dpos, .tas l* dét3iL, lêû n t a dù ddgF, n Léditdt jmai8 à B'e!pG*. Sl y r
hylothè€ €i teE supp@itiou. tr 16 l6licit@a ea dè Ia baltor! n'héeit€zp$ à lâ fâiÉ ûte.vænjùÂte
cerisin@ de iew dductioE solt r,Ebéejutc (æb @æ il nùi q[ùtt il faui.
do ùne ù iLôlë il'eftr, à ù Démon, d etre Glùité
pù 1'lù!hm3€ Dônùiquê). Pùtu, il ]eù upliqlEr L4 vou.Is râl@: c@@i pêù{n râ faiE ùter-
dlôenôni.à qæ l* Fo@ it! Bid o.t dé6w€n 6 roir tu€ il faùi, qùnd il îaùt
collljHçùi, 3\r @ ét beoi4 pâr u pcdt tûiêfùs s.s ætiriâtiquss? C'ôst Eai, mù peneti&noùE
Eù les Mùcl6 htedédùiq €t leu !atuæ. dé Eéla€s e !êu le sùspênÊê...ti.àa: il sùfût
pou l5stâlt ile saftù qu elè !éGsii câ qù'6Iê fâii et
C. qù iL di dé.dùvârt?Rid qùâ tu, râlkê de jq detle a m efet, d€ pMis eeéli$es trs pùi$
ne sâchi@.l4jà. QB lss Mâr.h6 dt û tuù€"A!
qtrè c€|taj!é d 6t!€ €Ue. pd@l êltEr .! @Uidid
avæ la Iè-€... It qe, elor toutc FDbôiùté, la
MÙche dB Caùchdm ei la Msrche du pelbé@
cèllique vieuet dê lê fâiÉ iêr réceme n dpù-
qùdâ âu joù€û l'orisitu ilê Jâ.k Llv6h€ù, er Daeiil st u onh€€doi: er iùt quilleùstiuô],
but ce qE !ou. vou a@ dpliqué d@ la p@è râi dê bibliotLèqùe ei spécialilte dæ Muchôs
re padiê er qtre 6 joueN n oni p.! ôEéEmt 6E- Ilt3rÀadt iÊs il dedit âtÉ p€tit, sM, iiDide ei
p.is. Pùis, p&sa À la nrtholoFe c€ltique €t leut âve iie letit€s l@tt€s. Aù lie dê celat 6t rcq
dpliqud4 dâr ls Stdde lig!âà, tei @ que 16 sro4 ûrgnôn,joli sùçù èr blâg@ui c ôsr ù &3
joueus nhllml pas êpprir !d d-nêne .L.. ls r6ruA.CBSicrss&'do m pùle dee le règlæ:
chÂpihe péédenl Ne ilit€! pæ t!ut, il faut ùid lé 4 @ d€æfri6 Êr.lù à u A.cbos€ Frtic'nier 0ê
lâiss fâiÊ pe êu-rên6 u peù de Ecùsrlê À la nebo ch@eodstô pour l.s Déûou), cslùi{i pêtrr
d@Dôrtâtid ds Nohâ-Dæ - mù pùLzlù $ smrds u g|lde de sa hiâaehte, .t m pNon
nois desquût'€ dieu ct ile Cuchulaiû,
4D8 di.B qui ùùEna dt$ un tuad. qui N mit
plrc e eu Mt daûui!\ 4.jout ft-r-il, Izt eudt C éi @ qùi ôst divé À Ddyid, plÙ h oûé4rior\ 6
dùu doiùmt teù de tuM leuf p,1i2I@. e.sr @Uaùdâtior a*c l'l\rhmge Jee, de la'MMI".,.
nÆ d,e pouf ela quita.NrÆr.12 fetd@f ttnat !a célèbæ"M@ntæ à étù.lid l4 Mrrls
pênnd@ hr.tùæ.-. SdÉ dôutèdÆi pour el/r ql t Intemlldil'te?, que seul. DâYid si
aû bré de d&obzf 14ln@ d. Lua. cettè lare dai. l Anùng€ Jem BaRnt faiE nùchd iilr
êtu un d2' oëjù wt& d2 teuf îoi qLi l4u Nrwr ele e! @bpldê êt côpnciêùÊe- ?s
d'obtuûr plu .Ie pui'Mn ë. En tou! ût L7'Autitt d,o.dinar€D hypenodmÈ, pæ de
eù 3næ, d imptiqæ t?sFm9 du Bi.a Mtu @ 6 fractalæ..- nais u espèæ de
du Mdl. NôB nhttu ttuiMt pæ beûi^ d'!a autu Eacnit bi6.mù av€c des
panthaû êt drn Etbûr à l/r ht ba/i2. Uow ètu b eteu€s, dôâ 6ls, ù vi€n
cttupc d'intwntion sur c.tt mi.eùù. \bû tu tur éqù dè TRI 30, ù€ inpri-
ùeilp2 tout .2lo ùr mieû qu MB po@z uôus
ènquête, ùM ctunh2z à ilùoi. æ qui æ nûsdtiiLt ,
nachine pù IArcàâtC€ Jeù lui-néne. IÂ MMI,
qùmd elle veù! bien mar.her, déb.te les llùclùatioN
ds Mùcà* Int m&$ini Dayid leù fdâ ùne L€sjoueûs y pùismt tN læ ru-
dénmdtralion, léu dé$snùi deEedmits à Pris ûù seierdmts qùTs désiMi 3û læ dieu
dês pæsâg* se smt oùverb: l'uû d'êntE d, eb ælt€s, leu hisioirù d reu louvoir ftu le8
llâin de se refenù, dlgpond À lâPPænoi En6êigrenenrs qe nou vm oftlns dans
dllêûé... le pdssâæ âyânt été aéé pù Â8 duche- e$€ *rdlim y sni a.esibl6... ôâùfbien Etr
IIÆ, les jmêùrs 3'@ râppenmi bim. lâ précieionde leùE Fâciértutiq@l

David né! ps spécùlenent truillârd èt *r dæ ced 1à ésdd.nt qe les jruùÊ appre ûnt ls
ord poù a@Dpe€æ. les jdùeuÉ dts ls nis détaih M la lan€ dè l-ug, ai$i qu Êù l$ !roi6
siûN si æuâ le lui ddddênt ' il prélèæ @per ,ùtB ob.i€ts@erqtræ doni ms voùs avns pdlé
det æstâ das lê bwau, à ùidoùilù 3a -dcùin6 âùparâvû!: l! lreft de rail, l'é!éâ de Nùâdâ ei lè
tnnqùiùdênt ou à fouier dùB lB bibliolhèquôs. .lrâudm de D8sda. CsÊquârÉ objers snt suppNd
êlre ls pLu lrissùts de la nri,holosie celtiqæ: le
llùs pùiÈÊdt d* qùatre étei le cheù{t'm de Nud4
pe.e quê... pæè quê.,. les jouëE ne le saùmi pas
ici, d ns s'apsrce@ni Ne élolmnenr qùê les
pags .ôtcmæt le cÀâù.lror ont ér,i maché6.
C@viviel, ùt€Iissi û neu das lâ lue, Nicola8 a
ù petit quêlquêch6e de Colmbo: avecm air dâng Ule cobci.tence,E3û doùt€. Bim quê € laE€s aient
le vâ€8, il Ensrqnê bùi, mit tet êi onprdil toùr été mrchéA sæz É@ment. l,s jouêm pèùrent
I eet larlàt p.ù lss inâpdç! itÀs les nil3ios s\l: wdê mq!êtd sù cei âcb dè vùdalisæ, il:
ôù joùa À l'*piûr... dcièn Àr$ aù sewice de re dé.ouhju! rim. lbN lês A.ss de Noirè-Dâôe
Maihias pæsé âo æFice de mr ruplaght, mi, à u ÀoEent d à ù aui.e, Àlmté l4 ouloùs
EnlrHùè1, Ép!€loru qû'il posède ue aùâ iléne dà la d@ntatior Ennn..- il teù .ês!e dhuræs
dsque et sâit s wir dtr lù$c€ d$ Dénms: €la .h@e à !ppEndre... pr deûplq pou 1ùecdob,
pdr ætrjfl s â été nù là, c æt qæ 6m €6câdté €r qu NobeDDe è5t cmsttujte sù ù otrim sib æl
Edoutâùlê ei qu'il a déjà érsi avæ brio dè mn

?ou qùe l'qpEnttuas€ d€ &B donnéessè rsse de


@ièE yivmle, !'téritêz pæ à lês fâiE bâvùder
avæ de vieu Ang€s bibliolhéBjæe qtri pomont leù
Àp.ès s'être présenés, lôs Deûbs du sroupe vmt .mrtd æ qu ils sa!ent... sm cmple. mille aù1re3
en vdi. À la nisior prés6te... s
qùel bout dmên€r losez 1* joùem ÊêadÊ ù
peù lô cmkôlo de la.éuim et pnpoÊe.lét idéê, C €st u de cesviù Àng4, Matbilde, uê dâDê rrès
siû6 ils allet ta&ræ À lâiÊs l.E PNJ bire le 6€Éé(3OOæ6, von plu), au seûiæ dYrca, ÉtiÉe
tralail por eu. une choæ pdâlt en t u 5 évi À la t'ibltoiÀèqæ. qui les e]mèndâ viâitd le tiock"
ddie n faui chôÊId plu dè @eismndÈ 3ù lB
disu .eltiqu6 êi lu nrtholosie a6n il'esârè. dê I? Âlock s! 6 fâit ùe c@de
deinê. qùeùes pewdt ètE leE ùt€rtiotu,., Lâ cEuée dftrtenh! dæ le $r
bibliothèqE de NoiÉDdê lN 5oû+ol de Noft Dme. c'$l là qù€ snl mtæsés
David ajoutùa qù,ir Dôùt ésyd de reÉE tos les !o!s l€ objetsétrùges réùniê pd les Iô16 dtr Bièn
pssSs ùvêrts dtre l€ Mùch8 ht€nL:diaiE 3t au 6l ilæ 6iisl8. RânCÉ.dùs d
la Têft cêsdêErèe €maims. néer dùr dtmèns ébgèra, dN& selon u 3r€tè-
ne de nùmérciation onplele (B-3? ; S - 42), ile
IU: Ptorrùernns-nous âlte.deri Là3ùs iloùt€ pou !oùjM, !ÊMt l@tê
dans les bois,.. net lâ poùssièÈ... Cd qui ont vu lâ derière sè.e
d'Indina JoB I, oùLlâ CIA clæe I Arcle d'Àlliùæ
drn rê 6issô, saueni de qmi or pùle. DmB
Cettê qùâhiàôe pânie €* onpcée ile Eini- qùelqueùês dè .es caiseÊ (C 297 à C 3o5, êr Z-n
incide e qùi voni énaille. l'ênqùêtè. æ tlouvs! dê vièu objeh c€ltiqù6.
CêrtaÆ peucot À!É très.o@,
IÆ joù€m y trolv.e't ite vieilLesaæs (naù nen
fls lenettûnt âq jdeus, pêldùi dê 'Daci$è'l et d€ bijou d ùs€nt .o4éa pù le
lB Mâines qu suvmt, de faiÉ !eûFe.Iinalænt, rien dê hè6 ûtilê: nâi5 C6t l'oe
coMil€dce âvæ lem 6éq!i- @Bid pN 16 joùeÉ de dé@ùkir, iout atr ford de
piâ, e! sùrtei dê dé.ouwir la câvme, ùê vieille port€ ù pieæ, .ode, vùible-
peuà p.ù læ intertims de na! ixè3 mci6re,
appæni. Malhildê leù dpliqu
itolm Âù leÊ cdtd.ôûbæ : ele èsi âusi vieille que

4l
NdtÉ.Ddô ôIs-ngnê' m dit
bênê que C6r lAr.hdæ Dùiel
lui'6êûe qùi Ia @st$ii€. b porte
né peu! être ouverie qùe ps u

Qûc f.rdt-ù d. MMn


Pendùr æ t@po, Deùd tnvail]e co@ n là p.a
[is. tr a æp&é cinq poilts dl €ection récætÂ
mi.e 16 MarchA et la 1tre (doné pù ordE de ilÂt€
- lppbxituiiÈ - il'oùvêrtû).

la p@ier æ rrdve d@ le l(Ive ùodAi!s@6!,


aùbù d'D pwé ile naù.4 ne Ftmcis de È63Æé
(débùtjdviei a i.ain dê 3eÈr€ne.).

- l: deuièûô æ tÉùft êùtoû dê ia miâù irudyé


M.rid (ni-jdriâr, d hajn dâ s r€êmd).

Ia hoieièDe æ tDnv€ @ IÎlude, ene!@ dtn


viù€È dél{l:mé Cladila€gd€ùf (Di-jeeià é$ls

- IÆ qùabiène se tdE d@ l€ \ale â@di!Ê@!,


qutoù .l u imeublë p.éais - 5 ru€ tub (@rqtæ

- té cinquièûê .ê tÉùvô À Moûti€ùil, dæ lâ zæ C* petits luti$ ndren! rê !6t!ins de Hti-


indurriêIe (onvtu: il y ! deu: jo$t) mètu .lè ùaùt, ils ort de srùd! yeui, ds lmg!êg
dmtx et il'énomæ piedr ponN chaNés de bori€ êr
Ié d€uiàm poini d'lNâ6æ,Ie. jrum le ondi& dn.-. et u ù.rei tu la tète. Ce sont dê prtræs
st €t mi régjé la .itÉâiid. n leù nrù dquête. m !€tit€s déliuEs qùi rieaieni t ùquiùeneft su la
læ aot€,.. Lr logiqù€ @draii qùllô 6MâI]ât Maæàe d€ djeu æltiqùæ qued, aù nonent ile la
pù tæ plu Éc@të... Sl]l Àe le f@t par, &bûgs @Iisi@ arec I! ftæ, iL ùt été d6v*é3 itatu .ê!
I'ordE .læ !ùa€nrh* À mlo é mkepsr Eniêd& rÀ depujs f.vù!-€nb, il6 o!
câ:rétuft &iD. ft p.élèE m sé.érâr b viânde
Dca p'ilt3 lntl$ a@ dê æ. ûi€d. oitê, ûais d û'€at l* joùem, ilx oft décidé de
ÈmièÉ ùs€re: l,owerile dâier, d@ la .m
tê pelits lùti$ àmt d3 fæil6 à tùa (il snfri d'u
La zone domée p8r Dayid D'8r !s Hi pra.iæ: E poinr.le itéécr), @b ils sonrmiDenr hear@up er ils
n o! dau-aois 500 Eèt é d'6àêpôtl, d'uin6. mft faiE ioui leù posible pou drsslùiinef s gûp,
d. eei à fouinei lÆ jolffi y p.Mi û bd p€ tu lâs joÉû. tr faui au8i .onptâ âvæ rê diF,
ap.is-niili, naû qlEd ils t@b@i su le jac!!ot! curé dê æ sùtoùt p$ êr lâùser so.ti. u... voù8
ilô ûê pouNût pd l5gtuÉr ihècrn' lê ldncipe de dieétio! si un p'ti! lutin aRc
dê BM piê& alaii se bdade. à Montclir Et puis...
Aro.s qùll! dtr@t d@ E @t!€pôt propr€, Mi! ps.
Iæ cdls nê diô!ùaùut
vidq ils ent€ndènt lm ût€ de sicetæq@ ptétinè
nsnt aù deuiène étas€. Or y accèdepr u eeâlier
Aù ûiêu,lêsjoùem vont Êe Ehouver rêpide.
Quùd lêsjoùêù ôppr&Ldt dê lâ !o.t€, ls liÉiiÈ
neûts @sûr sûùdêin. Ei dù qùll3 oùEnmi la
po.ie,.. @ hûde è luliE affd& et c5eibal6 rê cadlqé d€ ptite htins a*c de 8ms pi€ds.
dévdÊe.a À dot Bù eu poù la dévoÉr Don il laudrâ æ itéb@æs. disdètaent
(ile l'dde peù! ètE deMdéè À NolF

n n} a nd à décmn lÀ, n
s otÉgaii sod.Dêût ilu eflet
seconddre de la olbior dê6

42
tf,s joueurs n oni ps réeneùeni
besoin d. se dÉIJlâceriloui ce ttùils
Lâ seconderégion à élùdicr est le 5 ruê Jamb dans le voni rDprendre. s pomaient l'ap.
six;àùê.Daviden sûr d. l. localisâiion tâ Ésion à prcnd.e pd! téléphone. . nais cela,ils nc
étudier est t ùtc peiiG ., ùsis il s lgit d'u inncublc tc sâùonr sâE douteque trop rard
avcc dcur cou*, six éiâses Far cour et denx apprri.-
L€ mn de Claddasgdêufi, ils lont déjà .epéré
pendani l.us reclerches à la domnentation: ccst
cêdê rois ci, lesroueun !c r.ûùqueront nen dù bùl là qu. rqi.sê. depùÈ bien des siècles. lâ pitft de
d'évident. Aucun indi.è sur les boit€s au leitts, râil un d6 'rudE obÈis n agiquesdè lâ ûyihôloeie
rucùn phdnonancétrânsêà prenièF !ùe.. Mênc .eltiqùê, le lmeu ne.ùir on fode de pénis 'tù, dit
ure sun rilla n.e (on{miê de l'irneublc ne dornè!â lâ légende, nE kqùandceluiquie
riùn. Sculesolùnon,il va falloir fouillê.Ièsâppâite s'assieddesus. n sumt dinbrroger ls poli.e lo.ale,
de visu ou prr ,lléphone pou rpprenlre quc lt 14
janvier, qùâhe l]ûImes non idc.lifiés onr assonté
Là en.orc, bon courâgelNous nrllons pas décrirc les un loli.ier qùi laisaii sa rondo d
ùené ùne sode déir.nge tuêl
dê rencontreshasardeusd,du pendâni toute la nuit unc nun û
beaul en train de iâper sa femre aù chion âIrâné lês éléûents res qùahe
1 par l'inondaiionei
que aud qùe $ii
lordre dans lcqù.1 ils louillèni lês rppùtenerts, voùs l âvcz .onpris. les joùeuB vienneni d. rircuver
æpendanl, cc ne serâ qùrù dii hùtième qu'ik lrcu. le nonêni oi, tes qùatre dicux onr 'ené bù ntuel
vercni. lappâ.leùenl apprdient à sandrâ caftsq âutour de la pienc de Fail, {rùi leu. e penis den
uncjeunêfênne de ûenlc ans.sur sâ tnbledê sdle c]uger 30 PP Il esi top tsrd po
à nansei hois ounâEes sur Jâ. soii. maiscelâlèur conlinÉrâ,s'il en ed besoù,que
son bùiêru, la pnoiocoDicdu dossie. de police sù les qùelquê choseesi ên Dùche.
neùres d€ la ruc s,intDeris Marlaon.e, MFna
et Li.ettc,.eux que lesjoueùs ont élu.idés. .Q!iq9-!c9ris!{ç! ç! Euj!l94!sg!-
Udfanê esi touie sinpl?: Sândr Le nône senrineni
d'ùn cetain Pairi.k Zahel, Foliciê. de son étri. prendÉ âu ûonert oi' ils enquôie.oni sur l. prmilr
Plhick a participé à lâ prenièæ enqu,ôtesùr les pa$âgedé.elépar Dsvid,celuiqui,d âpiùslui. êi ê.
ûâin de se Eferner ne fnncis de Pre$eNse
nâls loiùnt ébufiés ên haùl lùu. Nc sachântcoû
hent |!ire éclster l'aJfaire sâns nune à sâ câriàre, il Il leur sufûra, pour âppændrece q
â ânê.é lousles do.umc.tsquil tenogerlr policeoù les.olme4anls du coin Début
janvier, ùn emupe de toùises jap
pâr là oni âfÀmé amir n se nâté.iâlise4 au niliêu
Sand!â s'èsi plonsée dms lc dGsier et, aroi ù de lâ ruq quahehoônès brt rù
mininur de.,niùre généralc, ât une dcs lemnæ a nÀûe eu ue p
Jâck l Evenheur Ellc s'es! Fro.uréê ù cetrin et du couF, les Jâponais oni ins
nonbE d'ouvrasd spé.iâlisés!. déposiiion a! .olmissdial. . L€
lion ci a ru reùar'tuer ttùe la techniquc étai! lâ si*ré la plainte sæi bien sù lâ
frêne sâùf 'tue clr tuii lmù joù6 qu elle en câu
jonrs que ses rôves sùr Ja.k Si lcs jou euÉ .al.ùleni bien, cei incident a eù lieu lâ
l tvenheur dcviennentde plus en plus pré.is... vrillè dujour où, ûùqùlLmni inskllés chezleùr
mnbd, its ont soudain Yu un h
PaslaDeinederâiæudessin aujôueùs, ils sknt déboùler pràs du ponl da$terlitz. . ce qùe les
'ils soni,c esl l'r
qu il lèu. tâui réasir vitc. Dcux solùtions: ou iùer
Sandrâ. où laire changd sè. rèvês, .oDne poùr nvéc d.s quàtæ diêu æltiqùes sù Tene, jnste avan!
Eervé Là cnsre, ils loûoni recêvoir l'aide qù'ils ne sôieni enbsr'tués pù ll\mac dù Salut ct
néæssâ;e de Nôûê Dme. Qumt à Palrick,
il vr rslloir le lonvainùe'de nê plus divul
sner cclb aflai'e à ioul le nonde. xs Récaritulon!.-.
ùouvè!ôni biên u.e solùtion. .
i-A jouêuE ont nainbnæ! !s nâl d'infomalions,
nêne si .ell€sci leu. ori éré dô
8rtres menbres
Cl.ddâgsdeDf. oiL DNid a David qui sJ connâit bien en Mar.hcs
lntemédiâires, peùYentles ajder
en place si Cestnéc.saire. N ouh
ilesoù|ienjo*js

43
iiquê dEmâ èr de Ni@læ L'trræûtior lRrui$ùce C.ltioù€"
or! été p.éæa n rN, quê
joueurs én viennent à bten Um fotumieés lù, æla tu riâqu.
til: il y â uê Eeulôûatièrê dê

Cêtt€ ùde va leur etE bientol


ùtile... AloB qù'ib âûrt plongés
Échd.}l*, fâitê*leur rèsdquer - de

LeN pouauivùtu so dêu sæitem ilès diro


cehiqns. I$ qurrc dieu Esætsi en etret, ausi tr y â, dùÈ lé lo.ar de Issodatr
bia qùe ld MMI, l* pasag€s entÉ l€ Mæb6 et la ns! pou toui le nFde. Vore' sdm laem et leg
T.û.. Qùând ils r!! s6ti louvedue !rè! de nodelit!: de l dtaqùe desjouêùs colmoi 16 Celi6
Mon|reuil, iù ont 6royé dù de leù8 hoDm6 von smnt 8ntu. Maù sor€z logiqù€: pris pù 3ulprùe,
ce qùi se pa8sit. 1ls smt miy& alrès 16 jmem... . r'ôni !s tôû ù uzi À lâ Dâin dsile, une hâchê
et onr co'macé À l$ sin !.ù mi. de qùi n s'a3i& è la Dâin Câ!ch. êr ûê épée.ntrè lês d.nts.

Ia cêlter ddt vingt daft @ lo€1, â!*q!els il faùt


Ias dsu sæitéû Mt ddg uê pêtitê voitue eioùtd ]'ArcÈ ite Matniæ qlj s'occuped eu ei qui les
bld.lre, qr laâ j@u6 finLùt p$ epéer pæe @iErm. Si Cmù Dùpnù n 6, !s Do.t d5s le €cé
qlelle est loui le t€DFs drs lèu' oncle d€ ee. 1Æ .Àio préri.lent, r€praez+: n e* bsûue quT soit
EeFibm Êe.êlaimt ei, qùmd il3 mi nni bù ù- oop dms lê 6ùp, êt lùi et lês joù€ù snl de
reileæ, Igi.ui'chez êd. yiêill* ùmaisd€s qùi âppré.idont !s doùt€ do
eentÊtùd, Sinon, FEH un Argè avec 10 PP de
Et C€t quûi, châzeq? C sst uê toutê louvêUe æ*
.jâ!im, créée tl y a !!ois se@ile ps lrlj hùe€
Enésat iÉthis lùi'rêm, ët qùi s'lpp€I€ - ne na Noùbùez !s quë Niols et Elma Eont lÀ !.ù le8
ps 'R€miÂsdce Celtiqùê". DepùiÊ que læ dieu aide et qùô,âi æ glm dô cdbât n'êst frinenr pâs
sont plû pùisetô, lêû stritdÉ Ml e hain ilô lâ ttu dâ€joùdÉ, il €! touj@a pæsiblê dê deûd-
Êeæcéêr aut u deE E! si les quatl€ dieu æ d@ de de l'âide À NotrÈD@e. Ansnsez-vou æpen-
.ù!ênl pa deodét iù nûté|iel! - ila @l dDlocr le dù|, pou @ onbai préccétrn1, poù qnê Nicolæ
mndë à ll E he..he de.énùel]g de leù 6i , le EBt€ u !êtii !êù m miè.e, lxrlllm sil ne vodaii
paùre Àr.hmse sr bim obltÉ de 3æoper dB ps hop B\nplûû. vôùs væz !ôurqùoi a!Iès...
djzain6 de C€ltls qui "â'éftiùêrt' .làqsjN- p@
âeployf s iee. dt! auh€jd siDz. n â dorc déé !â Eituii@ @ fois 4slée, lee joæs vont strê'
u cstai! nohbæ dè loclu pou res bss. l,u ite bent ùt€4go 16 swivete, s il y en 4 et rouiler
Eêslcau æt u petir ilmeùnb m plêine ljmlacæ,
prù de CùÆires, lNé sù mn de ette lamele
I$ iaensal,tæsi qùêt qÉ soit lô dôcté de b.t]æ
auqæl n Éra sui.,lÀ!€! n âvoærâ jeab quil
!$ Cèltês.éilcmés (e s!| desesplits d€ ùci@ est a! seFi@ dè Matliæ. l,lnpli@irù de I Atchmge
Celtes qùi pÉImnt pos68im de mrp3 hllmiN, Enésft doir EBtâ særèië juqu À la fin dù scérEiô.
!ôùt .ômê ls Ang4 et lês Déûûr) sdt * bâttÉ re jdùeÉ âûnt bien dnpris qù'il! or! afraire, en
âu .ûrÊ à cDrls, à l é!éê êt à lâ hâchê.Mâthis, qùi â letie, À d* A4æ - 16 !ôurirs tugéÙqu6 sont très
linbntion d'o fai.e Ee eùde 8née Fdvéèi û ilé.i- e@ùaisables - @b ils c aaNnt p†dbù @s
dé dê læ enh€tud À se snir é€3ræ d'8I!E plu
nodems - ùzis, ûins!8, ftjsiL. D* A.es À 3on sE-
vi.ô di.ig6! .ôs lo6u et l* ontraindi d! nid t d Cêlteôsêûnt plr bwdds, ûaj3 nê .ôûâis5di
tæ l.s ilétâib dês plùs dè leus su!énu8. IIB
savent 3eulehent une cbose 16 dieq vonl
rÆ jrum peNenrl€m â ra pisr€ €r Eû$vq æ Gpendrè cè qli l$ appartiênt, En lè6 r.isat
peiit imeuble pÈs de ChÙtEs. Pou cela, deu déta rea bs jruùs s'àperuwo qùe 'æ
noyds: le pl$ inlelig!ût, suim l* sùivêuÉ ! le qd leù dppârtient" 6n$pond aù âneu
qutÉ obje!. nâsiqæs,., lâ piæ de
Fàil, la lùæ de Lùg, l épéedê Nuâda
ei le chÂùdmn dù Decda. "DeE ort
Si vohe équipô læ tùe Éiment stu rétéchn, vlN d.iù! été ættuuù&!' ssrmùûtr
pruvêz péu!-êtÉ leû lâissôr dé.ûuEir u€ adr$æ ,ee Celté! (ætt€ phEe æ! à
dùs la cmiomelté, de nùière à @ quï. nê nù- ehùgd e4 "Un â éé retrc!-
qùent paÊle ûl dù scé.ùio... vé èt la lbe à &é nonteu

déalrs du Mall", si -
les joueurs ont écupéÉ la lm.er. "L.s deâ aubæ C csl lui 'tui a Éùssi à retmùver
'uiùrcnt et choqu. objzt dLEnenI lâ !ræ de ! épéede Nuada. AriIé
ehezl,ord Be.Eion une jouhée Nâni
tes .sctur.r8r poù ue fois, elles seÉn! fdù lesjouew, il étaii pe6ùadé d'âvoir enfin
Ehouvé l objei... s étôn! inhoduil disùèie
nùl dam lê bâtinùi, il s e* a!âçu ave. ùne
Lesjoæm retsuv.ûni aù deuièûe ébse dù bàii- hâift féro.e qu ùne bôme pdie de la .oledio.,
nen!, ùn burêâù rou deu pâsomes, bomé dê dont lépée. l]HqùaiL Fuieu, il â coûûencé à
dodûonts ces dæmenb on.emenl p.in.iFale- iout æssei névei]lépa le bruit, Irrd Berstor s est
nèn! lé.!ée de Nuda. ftute une longle recnêrche ùterloÊé. . poùr sc fâire briser I
ùchéolosi'tue et histo.ique a éré en!ÉFrise, qui s
nené à ue olection p;Iée cel
finucier anglâb dénomûé brd Beretor Ladrsse !n i.terosêùt lês seriteu.6, 16 joueua vont
app!èndæ. en néne t€nps qùe la policè,que 16 plus
bellespiè.es de la olc.iion onr éé don.ées !ù lrrd
Un sèul dmenr mn.eme lc .hâudron d! Dasda: Be4ton à sr neve, De.nh Insrùce, il y a de cela
lne peiit€ m1€ pnse à lâ hain P quelqùesscnainês à pèine DenniÊFrsgrmce, pmfes
seu à Odùd, qli y êxpose,pùsiril, ùne nacnifrqùe
olle.iion su l'art cèllique.

A pan Ni.olâs, qÉ rsbrâ à Pùi L€ Fftblène, c6i qùe la penoDe qùi leu. donnerâ
vææ ("Jai du tnvâil pù aiIæE )... yoilà næ ir don.é les nênes
joueùs pdis p.ù. la Gmnde.BÉtâtle. ùe heN anpârâvârt à @ cùieu ù..holme. Ùn
petit blu râblé, biê. habillé, nâiÊ Êù le où dùqùel
L'êpée de Nuada dépsraieniquelqùeÊtatougesbleùt&...

_9&L-
Dennis Fmsance est ù prôfess
i, ad.ese de lÆd Bercln (3, Broswick sqùùe) .o-
ioiÉ @ltiq!e, qtril ensêi$e à Or_lo.d.
Espond à un nâglifiqùe hôtel partidlie. dms te tè3
huppé quûrlie. dê KenÊùgtm.
Sêsélèvesoni ûq au tl d$ améè6, l'hâbiiudê dê lti
ofÊi. deÊlires ou des â.1iqdtÉs liées à son hobby. .
Q$nd 16 joueus âûiYoent, lâ et c 6t 'imi quê Dennis a enimé ue jolie .oDeciion.
liêù. L.d Beqton vienr d êlre E
Ar€ni lui-nêûe ue petite fo.tme peisonnellc, il a
bnsé, dms son bureâu Sa nâiÊon a été.'vas&, ss
âchêta des docmab ei des bijou diqucs ct pré.
cieu Sa oleciio. esr devenùelelênent bellè qu A la
Ls joueùÊ vonr sûænent a!oj. denùde des autr'ês Èofæ€eus
Dmen.e dms m dês plls beaù bÂtinmls de l'uni
nsis contraiænert à e qùTs c@ient.ils ne sont pas
verêité. M.is le nêùron de son exposiiion, cë! déci-
dénent @ cdeau de sm ùde, rou
bijôu celtiquês,plùs .eite nas fique épéê,à la loû
l,è neudriêf de Ijrd Ber[ton e
de et loncùe lame en q à h po
Clchlâim, ve.6ion 3. Dcpris qu quil a amsitôt Flâée âù nfieù
en BEiagIe, le hâos â été rmpls.é pù ue veEion

Cucùdaim et les joueus on! eu


clenæis quâsi en hêne tenps. l,e héms celliqùe ne
s'enbddâ$erâ pas d'enqùêb p.étininai.ê: il voldâ
lÀmâin dac l€qùè] â éie
unê voiiurè et foncera re.s dod à bule yitêssè
fois{i êst plus drsæt qùe (tftis heues ei denie) en comp!ân! læ embôu'

Mais ue 1bù sùr place, il ne p.ma !æ, cmne il


tês pun lâùrâii désiré. sllê. dire.leneni à lt4osition êt
Cu.hdâim esi naintma l épre. ùfdd, villê lbiversiiâire, res.rgê de
ræhd
nonde. . étùdianb, trofesseus. s strÀi.at dùs les
rerdre .oûrte n 8t aussi beaù
oùp ptus adaptéÀ la ciYilisation naenilquês jêrdins et lês ù.ids hâlinents. Or
hùnaine et est .âPâblè de Cu.hllainn e* lù aù$i âsqjetli à un prilcipe dê
discéiiôn. Mrihiæ ausi bier qæ sès dieù 1û oni
bid dpliqùé qu'il 6êrâi! dâ.sèl
l'in*anr, de réréld leù âisbnce... O. la p€tile plai-
Êanlêiie âvec lhonne en blcu près dù loni

45
dÀùsblitz a déjà sufiisannen!

Cuchdaim rr donc louiner dæ le coin


pendm! lâ jouméê, se nelêr âu étudimls,
se rcûseigner!.û sâvouoù 6t IerTosition...
e qui dêvrêit dolm. au jouem le t€nps db.-

tap.ès nidi vd ètÉ e æ Cùcbulaim ei le g.oùpe


des joueùÊ le tenps dÉe pâfrie dê cache{aclE...
Tous deu vont chêr.hd à renonlÉ. le pmlesæu
F.âsæce, ioùs .teu vmi essaye. dbbienir lâ câ €
d éiùdimt {leÊ $ieq pou l4 jôæuÉ) né@saiÉ
poù entær dm le bâtind! .onæmé, i@s deu
vont sas dôùtô essaJerde s y fâne enfend ls
nuit tonbéê... Pour s âpe@voir qù ue siÉe
esi jùstèneni prévuê, æ soùlÀ, das les
piècês âtt nânt€s ei qæ h batiænr !a éhe

LdpGition $! na€linquê êr add.& dê tou. n y a /,ts


.ô!te nâcniiqùê éFéê, amnch&
hâ!1, au nilieu du nù. ll y â tou $ mgli6qu6
(@
bjjou ciselé3èn ùc€nt. Et il y a d'ail]3ùs (fdii*lê
Epérù au jmeùE) u p€6i rinê hè3 cûplet, en
Êùçaiq cùieurent, qui s'dptêlle .àâldron du
///w
A loùircr ainsi devùt l$ nêns vit i!*, .êpên-
dsi, le6 joueus et Cu.ùulainn v6t q@d nêne
frni. pù Bereircud ftz à net. Ad
qe @1ts peniàê rà6ntE aii ùeu qlEd il y !
Flein de monde,et qe li l$ lu ni ls sutræ re pùis
'
seni ercûe devmn violents. Pùtu,la soirée cm-
nd.eru À s ach*r, l* ôbJd. (trè6 sags, cè soni
dB Anglatu) à se dbpær Lépée éi 14 billùie, à lépée de NuadaDe.âppotâa d
lè6 nûsls au nilièu dù Dù... qù,âu dieu, sprès ù niùel app.opné 1+30PP). En
sttm&lt, pou qùi sait nùie. l'éF,je, Cest qùmd
lf dânid hvir: s en va, le $dis de Nit fene l€ nè!3 ua h€Ie atue À +4 en puissù.ê. Elle pGsèdê
bâliDeni à dêf âprè6s êirê - vâg!.me ' assuréqu il égllênént le pouvoù de briser âuionatiqùenent i.!i
avait fai! Bo.ii. tet le ûditê. æ qui esi inùiné (@us. boudiêE...1ædontl€
Celbs s fichent myrlenent pùisqùrils conbatt€nt
R€Êbi, s5tr doùle .acàés là, Cuchdaim et 16
joueùE La pariie vê êtle châudêl

I4s joueus onr t'épésvicroir rokte.


Cùchùldiû â lépée Echê.iotal.
Si Cæi Cu.hllon! èt qu il â éuss VL La roche t.rrpéienne
quate dieû vùnt fâùe lê riûel e
æt ploche du Co,pitole
(où: ?LN hâui ûh bonte, de pru haui 0n sê
si .e sont resjoùæ, iolres nûs râicibriono. tu pêù
lent naùte'Hi .mhù à Not eDme en fsismr
atlentior de pa8s ili6ûètment lâ dôÉe. mê gû3.
se épéeen fer !â fait mner les porriqùèsl
NotE Dme, les toùist$, le
IÆ joueùE derâidi nonareD soleil À tmrc6 les vitrau,
preftlre le lire sù le chrùdrm dù Dagda. S'ils ne le I ortæpriso do râvâlonent
ronr pâô,cest lnûa qùi lê !ændrâ pour êd.. €

46
Qùùd les joueurs âftven! aù eus sol, peGùadés
d*oir des tas dô noùlenes À ra
leù seryiceen ébullilion.Sùs qæ
ce qù,jls oû à dire, !o!!ê lé'tùpe est embarquéodâns

C ês! Doniniqùe lui nên. qu aùùæ ta noùvele, le l,atusonsles joLêus enqùôt€r .olme ils lc pcu-
regùd noir .onne un abime.l,a pote de piere, .elle veni: ils en âpprendrcnl sans d
dù fold du stus.sol de Nôhe Dm ll]isioire de cestmis Arhânges ei doncsù le nonde
to$ lâs objèk .eliiqus dù siôck on! é!é volés ce dln Nonire SdtonislMosnd ueàrds, nais bien que
n'es! pâs tant @ vol qù eÊtsrave que.ê quê lblver' celasoithès i éÉssût,ilsnù
rure de lâ pote inpLiqùe. Car c qùi con.eme la porie Deu jous plus iard, la port€
INâit déjÀ amoncé la vieille biblioihé.âneau est È@nsl|dte et ssrdée !r deux Ans.s âu seûice
joùeN, æ peut ôlÉ Nrene 'rDepù ù Æ.tun8€... dê taûeni qù n'oni ;en d'avenânt.

Un lrâihc s esi donc alùé au for.æ celliquês er cê! I2 chÀudron ilu Da.lâ
ùn Archânse. Doniniqùe EÂBe d'âdnèilrè lidr'iê
frêno 'tu ù Archsge en exericê puisse âvoir con Pmdet.e tcnps, le tivre sur le chaùdmn dù Dasda
nis u.e faute pùeile. læ trâîhè doi! donc êire u haine su la lâbledu bureau.res joueùs lont peut
Doniniq!ê ùnonce que des êtr.epenpr à le lne tûut seùls i si æla n'esl pas fait
msùs vonl ôhe priÊ4 èt d4 Echercheseffe.tùé$, dâns les lroÈ joG, ûites le lirc par Dâvid.
nais a6me que rùisqùê bùb cette bistoiE est liéo
à lôur "dossier' (les dieu .eltiquca), il tienl t rte lÆ ùw est d'abôrd ass.z ênnùye
l'équiFe !oû respomable. Is ferùèn! nieu de se trù détâilé, il abordelous les srcles du sJrbolÈBe
décùcasê. poù. ÉpaEr lâ sitùaiion. ei vite .. I di* dms la cililisatior æltiqùe. lÆspa$ag$ sur le chaù.
pùsil slo.s, Âriêu*, laissùt Iê smùp€ é&ni ei se drm sùnt plu intéressmts: celûi{i est dé6i conne
adés. assez dépæÊé le puits de puissmce sæs frn. "Sozpouoai. 6t tel @.
eètui qui le poÉèd. hétikru d. la 4'p", dit le liwe ..
Rien qùe çal Et Cest qùêlquespâ
'U,r tadi
cesi 1e noDênr de fair un peù de rechê.che de le parâgrâlhè qu rera bondir les joùeu6.
.&clsroud" d In Norinê srdis,ôlacm Ventas. Si tio. ahs.urt æut.!w ]e choudrcn oit été eateré rur
les joueùB sont un peù *périnmn:s Gùon, cêÊ1 ui tirut sile.dlique su 1ib d.lo Cité,à tenptor.
Dâvid qli te leù dirâ), ils saveni qu'il exhte trois tunI m.t aù deraiert.éle&4 .18
Archârges @nésats. Ll\nhæge GâbrjèI, IArch,nc€ læ fandariaas d. h .athédrdto Nobe Dône de
Mâihis ei l'Ài.hms€ Calhe.ine.

L'Archange Cabriel èst le créaieù de l'Islân IJ .hæ esi biâI... nais pæ la pcine de toumer féb.i.
Poùcàâ$é pour cetb "iÉnisn" pù les Archancês rebent lês pâces:il nr a .iet d'âùbe sd æ sujêi A
.hlétien6, il sest bâttù er duel .onù'ê l'â!hùe€ lan ùe petiie rcte de hâs de pase qu snonæ 'tùe
Lâùeni et â p€.dù. Il $t tombé sui Tere... ei pd "PoLr plus d. E..etstunênts sur kr LéEen le .lu chau.
en â lluqlùss ùÈDdu pûhr dêpuh7 drcn et de Notr2 Ddne, e ftpatur à "Bàtiwuû d.
cdthédnlos', pnr Roso Duelandu, daÉ la mêm cal.
L'ÀJchmge Mathis étâi! l'Arcb.nge de la cortusion.
aymr le pouvoir de æ lâift !âsse
procùe.le livre la pre-
éieit spé.iali6é dans 16 londionÊ d'eÊpioDageet led I y a deu ûanièrês dê se
njssiotu dbisnés. S'étmt, pùaitil, p.is à son nièft esr de se précipite. à la INAC - le linê .oûtc
pmprè jêù, il r qùitté les Fon6 dù aien à dê hès 152 m i la seconde d alter se le pMuer à lâ docu
ôr Pê4onnênên â Plus jmais nentation, aù Éron "Note'Dmê de Paris'.
ente.du pule. deplis, Il a éré renplacé par
Enneud, l)V.bânse desÀirivistes. Là êncdê ' ûais fâilesle dis.Èbeni Niolæ sera
Élicen! à domer u coùpde nâia auloueun èt s'âl
UAJchansêCsihenne étdt làrhâns€ des
felmes. C.éaiù.è s,3térje$ê, dônl er
taùs disen! q!11 sesrsait de lùcimne Vromdo sur le linè. Leclæ r
d-dasêDénétâ, elle a disparu soùdâi' p r23: "Une bàditiôn orulr, pnæ par |hûtarkn
mDent vers l'ân 1400 .. ei plus per Be'tu tt d. Læ.aur ù 1527,olfrw que tbûptee.
some nen â Flls jmâis eftadù nùr .je Notæ Done rtûuùre . inta.tiûhtilbh.ht
un rieu' site eeltiqu. oi' est entùd b chau.lnn .lu
dieu Dosda, ua puib .L plÂûme qms ùfrn| Et
Toùi ceh esi très joli... ûâs ûÆtruisdnt Lnnêl .]. NatE Damejustu au'dæû du
ch.udron, tE bâùRu conteti
dlideâujoùeu6, sauf pnùnw ù trereie chÉtiznne.. "

47
prÉcÈe. dêùr !rsâré. et. sansune h-;srâtion,s,rs l.sr.iri d.ln
rnlqhnt.lt Latlsk' halhdnis, zarD. d'u. ddaù l.
plus pùissrntdesjoùN^

eùpl penrhé sù i, ÀfMr, bondii lrdrio lls onijun.l. t.mps dc ron Emm
t annonc m lun!û {l! ii! qù, h rlnlj. h p o t r d f l x . r r ] l i h t l f . s a n .d
nr,r jour ce qùi . que râ bdairLrAr d!jà en$s4

Ie mtremaitr4 Anee du seruie de MdthidE


ronr ôr. cnhainis ,v.c la

Ia .j@tE .urriers, Crùes Éin artus @utuiB)


Fo3vÔ1Àg,lÛ2Pr2App,
Tslents: Co.ps À corls +2, Isquive +2. ine de
monent dêsrzlaù1snr lc:01d. h ncl? ortaci +2 (hacheoù épée),Ame de poilg +0
Eqùip€nenl lue hache,une épée,deux Uzis).

lcndrnt h coDbxt. lf6 joùcùx coicndlnt hrilêr


rurour drux. fDùrper(oilrnr dos !$s rluir .

r.e"nùeù: ,réliurêd dâosll r Lâ baiailh se tenine sondan aee. fâû,rée dê


i s d s i o ù e u FG i l I
hepnse cenxri .inq or sir homme!bFn ùùrLÉs r L.nn.nrd...rndr
ld.nrit d al,ordclitr uo '.1 uxnforni !\Iors
.ta^ rett lautariotion d. r{r.lle nrl Lc:,1.
a c nonr.nr Dlnjnjqu. iend un bras rer les

soan?s rn. at,2rne loirrûà1.:Jr plantlt nr !1


"tr

csla ne dermt pas eùpà.her bien lo.Elenps le:


joncr.s d. slulcvcr la f.uillc rlc pl.niqu. opaqu.

nn.i naDe pi\ le ienDs de proteier.Lunn iel rôn

48
ribtendt nal à lâ tê!e...
leDenent nâl à la têb qu'ils
n âdivênt d aillèùs psù À se se.
vi. de leùs pouvoi.s... olme sïs

dailem le .æ. David æl âvêc êux,


.bs le nêne étâ!, ûâis âucu sigle d

Une jouméè ps!ê, sùs boiF li me-


s€r, âlon que leù Drl de ièt€ ne fâit
qldpiEi lÆ soi! 6nalenen!, un gâr-
Àen les sort de leù cellule êl lêû o.don-

l2 coùloir 6t onplàlenên! obscu ei


débouche, âFrès une qrùe!Àne de

Une caveme de roche noûe E'mne sur


ù sôùfr.e sms lond ct Egarder veB lè
bas dome nne enviè épouvstable de
vonir Au-dêssus,un plâford de stllar
tit6 ûugeoJâbtes, dont desælddi des
châines imnenses.., et a@rochésÀ æs
cbân6. Ls brs éætuI&, suspædu
nesÊu dù 8oùfÊe, des Anged ensân-
sl3ntés, Eomaissablæ à leuÊ grùdes

Le gâJdia lêù lâit enprunter u pelit


poni de lieft qù havene le soùtrre.
AprèÊue nmhe dangaeuæ qui pdail
ùteminâble, il3 ânivcn! ennn de
lâutæ .ôté. Un réseau de cavernes
domè 6mlênênt sur ùn pdit .oùloir
nodene... peùt de la peintw jsuÂlE
mcr:tuiiqne d* oùloirs d$ Bous€ols

Ié sârdià les lâit pénéiær dmÊ ue


petib pièce,arcc pou seuls neùbles un
beq De .àaùe et ue tahle. Deriàa
lâ tâbleast ssis ù honme sec,lâbillé
de noi.: m Ànsê âù serice de Josph,
l'Àichmc€ de l lnqùisiiior

Celui{i les lait asseoir et leu. mnotcê


VII: Apocalrpe Not') $lnenent qùTls sont â@*és dê hâ!!ê lrânison, èi

- d'avoir roùni desdænob de la plùs haùie inpor.


L* joùeù6 * révêillent dâns ùnê iæ, dont des Dlms ùlhaeftt3 dês sou3.solsde
sonbæ et Êinis!Ê cèllule. Dæ bù- NôleDânq à dæ ennenh des rôrcesdù Biên.
Éâu donnèli sù u couroir éclai - d'âloir pÉpùé
ré pù ùe Lùniè.e .oùgeoyml€ déhiE les fondaiions de la Calhédrale.
et noùvetq otuô .êIè dùn d'être ên .ollusiôn âvec lÀ.cnânse renégâle
fêu. quelquô pârt à droile, Cathe.ift et les foÉ des dieu cêlliqùès, et de les
on enie.d ds hùlenenh âvoir, en !a!i,culiêf, penis dê pénétEr dms lâ
@ihéd$re sfn de yold deÊobjds cmæpés dan6 le


Oitil que,lque.ùoÊe À din !.ù Un tmû dmt, si ça ontinue .ohDe €lâ, ils ne

A pd \olrsl. .",lê reu dne... Padmt .. t€ôps, Dâvid rài s


dèûjou6aua eu ]d Marhe M dpnfle. Ne peM
@uspæquthùo tuer qu,14æch.æ?Et on n a pu

Tdùtæ l.d pntæiâlrons


sron! é.Niés avæ m inrtét poli et clacisl ps I* l6ddâù ânivê... tâ jù@ée
IAne€ de Jmêph. Aù bout ile lonEù6 ninui* ile êt noirê. L€ soir, lè .ù.{l! du sordien. Celui ci leu
@lveFâiiotr de 3or&, sdn.-. fâir sùiw. b ne@ pùcous qùe deu jôm aupîâ'
vùt, Dùs la bê@ $Ie. ilÊ subG8entÀ noùyeauu
Mois nou nhûÉ jtuiê tait @ta! Qutbs twùzs iltuosâtoire pr6qu 3eDbl8ble... e! l'Ange âù s{-
viæ de Jo*ph æ *nblê p* pl* énu dô l.ds pr-
. hdnt d.bntv dÆ t4 dttuih, k préférmi' qw
uow md@i2. d2speuùâ de btu iww.
"Je tuit ttuiMt dlelé, dira t i! ù t'.s rùvaxdnt
.,. l'Anse 6ni.!pùleu mm@ qÉ cæ æiion8 dM leur ellule. uow ru Nndli2z k ùi2 tullorunt
smt foldé$ Eù la démtuiâtior dê lM oéqùipid plù6 fûiL ti loB abui.2 spùtd"1@nt. Je crdiæ
Niobs, qui âyâit éé lâ téûoin à@fié de toui.r qw d.Mtn ûu re qtôN obli€éÂde ùoB enûte à
l.urs ôdigâncès diEilel€. Uæ aénoncùtion
dâmeus cù6n& !ù d8 pEuv8 i.rétutebl4:
d@nts, erplæi6, etc déclNats eiglêMâti Ia Nit tonb€ au dêhoa et lesjoue$ lonb€nq Fêut-
disindtu dm leù 6âIé dê tr&âil. &r€, das u s@Eeil ,gitj, Soudan\ u brui intDâ-
sinablê 16 révèiùè. D6 ps. Maft ps dæ pa8 de sî
Là, l* jôùer demient êirê EaiE@t @!t€.ts,.. di@: d€ pæ feutrq de felme.

De n@veau, l'Ànse émftæ reE prct4tâiiom il ù L viÊagecdnê dEnna âpprâît 6oùdâin À t.averê
an indifiérmt, E8ff avon lan le ooins du nmdê tou-
.àé pd 16ù6 ârgl]@i' Au bout dEe iti'line de
ûinut€s, il se lèvéb èl nppelùt le ssrdid, lui 'Ne bousa pB, ûuflIe tave. Je ùoi| bus oider.'
dènedera de 16 rmnp,s.er &u lêù c€D,ne.
Eùâ tut lâ Dâjn sur lâ Crile êt .âll€.ci 60ùæ.
'Je Euk| mimnt .ltnù! qw w nftBiù dhùaw Mâlgré 16 chaùæ, David lri sâùt€ prêsqæ âu .ûu de
wtu cnw. Cela ni4itetu Nt L juseMt. à l\ndul-
'Si tL saùda lui dit il. Il tous ont aærc& de hnltc
ft !t! mè rois lê Einùire soùft€ retnæÉé,l5 voilÀ fianinl.. Ik m6 ù. 0æ66 daie en coUusioaoùæ
de noùvèaudm8 lù ceude... I$ diew .eltiqÆ eI lArhdnge Cdhziæ... Mais

Une nùi! e! ùê jMée s pæ@t, aho@e et vid6.


Un pêu de pâin èi d'eaù lêu mt ofi€rts, naù le Dal EDma lève la nain el la tèt€ ds joùùs séclairir
de bb æ s'êfiæ ps. S8s dNiê y s-t-il u ge âpe
ci,l dùs l'aii Xn t B 6Ê, i13mt ioùl le tenps de dje
'J. eù quz .'at rklicule', d\te le.'Pæ
d1ôr de lêu. situâlion et d énett e déshlTottès. eu j. sui.

l,a vériié Bt qùe Nicols, A4e aù s€Ûiæ


dErmdùêl naig û.ien ârg! de Màthjæ et lui 3!C.r!p-
ayet gddé tdle s loyâlté, tbvaile Fou I emri
d& le pE6id jN. Quùd iL a u qùe le joæm IéNpouvoiBÉtrowés,lesjoueùs ave.l'aidedè
âllâis! raiæ échoud la r&ùpéntion dù chaùdm du Cathdire, puiÂque Ce6t ele mivemnt fa.ile
Dasda p* 16 folg celiiqù6, il ! blné {rnt€Fdn nent à Eedébmæser de lem chrin*. l, aui.e
et a fomé faiE ue fâr6e dénmci*ior à Dminique côté du 6ùtôir 16 nènê à un esâliêr qùi
- dérdciatid quT a'âit sricleEebent plépùéê fonr€... ei Ejoini nlidetrnr re secûnd
dé.onve4. Maltuueument poû Ltri - èt hêmuÈ sou Eol (celni .le ta do.uentâtion) de
na, poù NotE Dme -, DoDiniqùè est eivé ùa Nohê-Dâûê. Qùi ê31,âu $and étm-
peù tmp tùd: læ jtuêùs êyêien! déjÀfâit é.lroud le
pot âu ro€és* dén8quùr les driss.

I n'mpêchê quê Donùiqùe, qui EeDÉfraii de teie


léqube depuiÊlhistoiÊ de la Dorté, a qÉnd nêûe
p.is l'âcMâtion t è! â! séieu êi leo â eNoyés âu

50
Notp.Da'e e$ vidê La podê, voûe |r.nison'.. ncà. .st écâleùeri dans le
tout cclâ, &nd! les sùpéneùscomplètenent par..
noiaques.un anse, un.ertûin Madriel a denandé à
Donini'tue l! pernission de fajre vider l?s leâux r0 tusês dê ùsru€lqu il fJut rnrilltr
poù pouvon ioui loùIca'
l,es deu Aq*s dc Laùêni
l,à, u doute dcqâit ,{l&indre les j oueùs Sll ne lês
éireinl décidéûeni p$, ces encûe David qui Éagi

En râii, e* bien dai. 'tuc 16 j


"c.t Anst? Il e! 0ù Eùùræde qui?" louvoir ienir lonstenps. t ur blt !c vâ donc ps êtê
de les conbatft, nais de les æ
''Danc,ebd ua anei.n.k Mdthias? tenps lour que de lâide mive. Caihdne attaquera
tout dê suiiê les qùelquesrcuds quele licndrâ
sennt toùjoùn cela de ea!Ié. PUGelle quiltrrâ lè
Ei à cêDonenrlà, ds.s le secondsous.sol déserl,ih conbat at loncùa ve.s lâ tôf t
entendmnt di*in.knent Iâ poiL de la ùibliôtùàqùe tuite, Dais lou protéær le .haudion
.êlle que seul un Archmse peut oùvrir - exFlose.
les dieu celiiques- et cst çâ qui saÙê.â les
Et l'Àr.hanr Matàias aconpâgné des qtare dieu joueùn n'en ont;en à rôuhe de
æltiquesfcronrleur rppdiiion dms le soussol qùasi sinlerposenrênûe ed êt let bui.Ils lont haveGer
dése.t le soùçsol sùs Jo..ùper de nen, nonier l'escalier e!
ârter droit vers la nef Là. ik devront conbâttre
Forr Almo Crihe.ine, qùi iiend.a son te.râin le plus lonsteDpg

Pâr conlle, il æste âu joueurs un adversaiæ de


Mrihies, OcDiôs, rùs, Le Dasda, Nuada invcsti$ent iaillè: Msihiâs. Celù ci s beaucoupentênd! pûrtc!
Noûe Dme dùs u seul b!!: !é desjoueùs pr Nicolas:.e sontlêspetik .onsqu; ont
qùi se tmuvc bien, conne les jou e$ayé pendant dcs senâines dê I
né, sousla ner Le puissù.e dtr chaùdionleùr per- dansles rtuès Il va dom décide.de les élinine.lui
melt.a de æde. sur Tene bia que leur Marche
lnbrnédisiæ pa.te à la déive Mais enlever ce châu.
dron, sù la puissanc! duquel o I?sroueu,s!ont doncdÂon:
Dane, fera écrculer la cathédrâte
t€nir (voir !uei, ûâis æla ns'tue dèûê drirc e)
Pourquoi dolez'vos qùe Mâthia

- loui en êssayant de nncutcr de I aide le plùs viÈ


L& ii.he dc l'Archange possble(en Éveillant les Ansês
s.rbtâiùm veritâs invoquant leurs A.chmges, voire leùrs Pnnces
ælliques sont décnis dus I aide de jeu qù leur est
cônsà.ré. Leur nonbre de poinb dc pouvoir s. câlcu'
te en p.enmi en conptèlôs donn totrt e. allmt rclarer cathcine qui nè vâ pas tenn
dc celte canDagne,selo. que resj longtemFt ùtc sèuk rà.hâùi
non lcs difféfênies ldiês dù scénano De nêne, Lus
êrNùâdeoni,setonll Éussited€sjoueurs,lêu. lûnce Evidènnent, la bome solutioned dinvoqDêrlès
AJchms€s. Dès la pr€niè& invocâiion éùssie Goyez
hès lIse sùr bs bonus, il , a vrâineli ûsence)
Si Cu.hulainn a été tùé, il n y en pas u nouveru l-Aicàanse Dânièl aprrâihâ. cluel que mit
les dicux n'ont prs êù le bnls d en lâire ùn aùtre. lhchange inloqùé.
S'il e$ vivâ.i, it e* lÀ et bien là, et bùi prèt à teùr de No|rè.Danê el ce conbât vs êtrc le sicn.
si lon peui diP . il délè!!e
Msihias ei le voû là, rsponsable de l'attlque dê 3z
.alhédrale vâ êt& hôp !ôur lùi: il va ltri sauier des
sls dos li.leriion sùcè.e de l'étra.Eler su plaæ
lxs joùeuB ke nesr p.s bèâù' Dms lâbsolu,ce nesi pæ ùnc naNâise idée,nâis
pêndant ce temps catndnê è{ s

Espé@nsquê lês joùeùn voni se pré.ipit€r à son aide

(cesi déjà nieux sa sansdouir pârveni...

5l
Qumd l$ di€u mêlÆt

Une foh d$ieurs ArchanseE sùr trÊ sû, bien $li blarxrLis de tout€ accuarion, la
plac€, Ie conbat 6nira par êhe n:solù en tuite pnjcipinéède Nicolæ dèsl ùrivée desÀrchùg€s
flvèur desloftes du Bien . et cêlâ quêl que ônldant tout .Édit à ses amùiio6. On ne le
soii le nonbre de poùh de p.ùvoir que ,oseè. tutrouverâ jânâis, à noins qùe les joùeùs ne dési
der! les dieu celiiqùes. Mais le renps quils rent s'uusef à lui donn* lâ cha$ê.
ârivêni, c æt lê tênps qùe l* joueùs er Cathdùê
rdôni p.rda âu diew .èltiques qui Een m.ù1. si MriLiaÊ mùr'r (æ qui est probâble),son âne ne
Arors, sil'vos'plait, fliiê+noùs de lépiquê ê! du riendra ptE sù'$re. D rejoindra lês ans€s qùe
lesjoùem ont ent 'ape.çc dù tênps de leu lrison:
pêndu, poùr ltt€mité, aùdesùE dù soùiÈê sms
Quânt âù .onba! 6nal drE les Ar.hoc€s et tes
dieu celtiques,il defr être smglmi er tpnible. ûft
Iùtiê à norr entæ les enfûts de Di3u êt le6 Dieu Pù conhe, si cathe.iæ neù (âro$ qle Dminique
eu nènes... âù om de laquèlle les dieu nd!Êeft la clasait ésâlaent pâni 16 reû:satesl, elle serâ,
oûne u arctu4€ er æniæ, réincùnée ân bo!!
dê 24 neùes, ave. i.ùs ses pouvoi.s, dùs !n âurÊ
corrs. Dieù aùairil s$ petibs pÉfércræsl
Et 6i le ioù€ù3 écùoùcrf?
' Jùajs 16 joueùs nê E!.ouvcronr - si jaDais ils
Ei si, bio que vou irichier un pêu Bù l* d&, n est s,ayGaifli de 18 rechercher- lè couloi. &æ teù .el
dair que les jouêùs ei câihefine vonr &hoùd et que lde er le s.ùfÊe s3s 6n où ls Enéstts étâiêrt pcn-
lêÊ diêu æltiqùs eont sap8Ê du chêudlon, vd3 d*. ns aùmt beau srlenter les oùloirs, desænde
âvèz âlo.s deu solûtions: les es.âliês... riên. Dê toute nmiè.e, u bl sou&.e
!e Fowait pâs, logiquenù!, ienir dùs les soù$sob
vos faitês inlenêdr læ A.cba4E I!ùdi èt .iè P{i!. AloE? AloE lè. Foed dù Bien Êarent. enês
M.hel. Envoyéspù Diêù lui-nêns, ilÊ âppâûiseni édiâiæs quùd elles
devânt la nef et saùvdi ll situati@ en æâ.fut
lès diêux. Mais corme les joùem
dùs .ete fin 1èuÉ!sê", ib ÊeEùi me liDitation. Ia Mæhe d€ Câù.henùs s en va, elle sNÊi, déri-
vd loin de la Tere. Mais sùÊ dûb Eviendre relle
. VoùspouEez la lociqùe jùsqù'âu boui Ogûi6 s eû.
parc dù cbudror et ùe pùissæ iopâlpâble ê!
gigârtesque envaùii l$ dieu æltiqù6. Dùs ù cfis. Aprè6t u6 l€3€uchellÆ sootêkmels,
senùi ât!æ, Notrê.Dâre yâ.iùe sù Âes bses.
LArchsge Dsiel âpp!.ait ûais il Bt tmp i3rd: Ia
Dacda, en soùlevùr le cÀ,udDn, re Évêndique
.onûe sien er la ruf 3 émde dff ù bruir €6DhG
niqùèr ènh.aiDantioùt€ la crtàédralë av4 ellè.
bdhEold€oÛ3édeveiuertsnl
I! clùitienté vâcille su sæ bæês et d€ noùveaù
dieu srr app8ns dms le purMon élæt€. Dânâ
iourè lEùtupô, de5 gdupùsûnes æltes EEi!6enr dè
leùs a'tes er Ia sÉd-poùtiqueds pqys s st bou- Fù rrodm dÀû L. s€icleu d4 baq qwd it nd

"C.lui qui o le chcud,mntujnkû de la 7ùr2", èi.ur


le linè Sans doùt€ ôst.@ pôù éyitâ qùe la prôpÀé,
tie ne se éâlise qùê Dieù a âlds accéléÉl'avèænoi
5 un jouru de j€u de rôlë. au lieu de .èi6
ludn
4écdb peiph!ëe, aùËi1 srEûeni di. "ôbÈl
Qùùt aujNeùs, qù'ils si{i norts ou p$, la câfr. Ûgique"'',Mds
pasnê, !ou! êu, est 6nie. S'ils vedent .ejour À In Dôdrique d @pbrq e ,1yrede væâbqls;e.
Nomine sat LetÛnatu wi6, itr demnr le faiE
âvêc dàutræ perslugês d@ ùæ 'siolylinê" oil
ioùt æla n'âs! janâis ûivé...

Concluion 7 si lesjoueùs oni jôùélê 3érâ-

Les joueùrs or! réusi: Not eDme iienr encorê


deboui. Rien què pou! ælâ, ilô bénéfi.ient d'ùe ,i.
rotE b.dle. Ils l ori bia nérùrê...

52
Du décorum dans la campagne
c est quoi .e!tê bouleilledelaie

Cenâins !ùni vous,les plùs affùés de détrils so.- nônù e{ret qtru bon Levlù sù ùe balle,
dides. ceu qui se sùiciden! régllièÉhett pou. fairè Cesi'à'dire, ùe ndniùde de nbr* qùi enpn
ptrle. deu à la !élé,lê6 plus en.yclûpédiqes, nos soDai la lme et la .alentùse fibr ap.* frbÉ
dircnl .cnainenenr âlrès evoa I
l.nbiân.e .elie ntsi p$ tès pr
exêûple, il n y a 'tu ù ne.nir &ns le scé.ùio, nère OLar le càoc gs! pâ.foh sumsol poù cassr ll
nuque et voùs allez ne dire eD boE jouem de JDR
qnu sùoùd éqùpé du kâtma adéquai louvait
Heù, l$ moneolièns, les mê.hi couper er deu u cavalier et son chwâl d'un seul
Celies, il fâ!d.â vou le diæ onbieù dê fûG? coup.Msis p.ino, il a tes yeux b.idA, et deuxio,les
smoùsis .apahles do f.irè ça dev
l'}lisbne el la reli- sù l$ doi€b d'une mâin dun oùlrjd de lusinê
gion, de délails celiés poù fai.e plc wai REa,nt de Flins âprès son âdd@t d@s la srôsse
pre$e hydrauliquê qui lâit sproulch,
Nor sedenent cela, nais les ftatha de Dùâân ont
ùe fâ.heuse tendane à, coûnenr diÉ, Èdéer lêur n ny a À pnpEneri pùler pes de Celhs bdbus.
Éâlité à prNinl!é d eu, et plus i Ceu qui ne se .asmi pas selaÈssnt wù$e. la barbe
gene de détals sêrâ lereptible. Je n'expùquerai au nodéÉnert. La ûoù6!âchc on
tur êt à nesm, ruis l'etret dési.é sæial, et læ noblessè les lâissn
de jeù génial ei ûspù:, voud insumiez € ClnÈ de pendântes âu poini qù'elles coùwe.t leù boù.he.
délails aù tur el à n6w dâm le *énario dê lâçon à C esi sJnp! poù nùge. de ls Êoùpe(dùs le corex
cée. ùe oùleu. de bâso,disù$ lè nor !où! bs, une ie du scénùio, si les penos viennent voi. ùn PNJ
ambiancê.Au tur ê! à resue dr scénedo,donc, il y noùIé dùs l'inrri8le et investi ou à proxiûi!é
rùâ plus de DoNiaches. plu de chevau, plu d'or inmédiale desTuathâ Dê Dânâân plùsieu4 jours de
suilè, ih lemhi âvæ surprise poùssersa noùsb.he
â! fil desjoùn. Bia $! poù ça, il lani qùe le MJ le
Un. la eueule dé.nvedis.Èbneni et n'ab$e pa8des'An bah non,
fss .eté tes jeb de T.ouvêr objèt car.érent'!ùihlc c!
pasw quc les oreillêsdu nec étlient énomei
On en a déjÀ!ùlé d8s fhistrique, les Celt€s sônt en t as
l.ii phFiquenen! elme on inagine les Câùlois. bleues ei ddrâicnr lè tç,st âvec D bûps de dé.âlâ
ge. C 6t pour ça 'rue rN rsié lê s
Grânb, ])our l ép.que loùr pêâ! è€i pâle 0à, pondé- jè
.âtion, e 3ont des réditereée.s qui pùlài, æ.i qùe voùlsis diE toui À l'heùre?).
êxpliqùe ela) Leùs cheveu srl bloffls et ils æ les
éclainiseri .ésuXèænent en æ les lavm! À l'eaù de Deux. tu t'es vu ouand i'ai bu?
chau. Aref, ih æ déælo.ent, les péd6. ns sè oifrêtt
en se iiÉnt les ch*êd ên arièÉ èr en sè fùsanr ùe Les Celtes sont onnùs desGE6 ei desRonaim Dou
les gùens quns ont mené$, nais âussi Foùr lô .on-

l,a qùeue de .heval na !æ qu'un intérê! ætàétiwe.


En efret, et vo$ ièEz I'esâi chêzvoû si loùs vouleu Des pleins d3ùé€s avùi l'Mivée dù Christ sur
(NONI C'êsl Eê blâexè, ntsarêz ps chez!oùs0 ùe Tmqles GEG ort étrbli dcséchans*.omBdau
queæ de chersl, si eue e* bten f{llmie, p€ùi mète. avec les t.ibùs celt s de Câule, p
un coupdépéedmÊ le cou.Si, si... C*l daileùs l'intrmédiâiè d! pori dê Mæsilia (OM, OM. OM
p.u cell qùe les sremdiers de l'u!iE, soùsle nain OM:)et dê lâcolonièpbôtéenne.
hrsté.iqæ, heù, Bo$ NaFlém, sê lâisâiênt ésâ.
lenen! ptusêr lêschèveu. Aùtreerêmlle, Cest Lês Celtes oni développéùn Lavail de l'or p.opre.
pour cêlâ que les @ndmbés à nofr en nent sùùissei lou leù époqùe,on venâ .êlâ pluÊ
Irù.ê, du bnls ou on ler oùpâir ls têb, Ioin Mais !ù.ontE, ils n'avâiêrt pN encoredéve
se fajsaienl dégâmir arant dè pâÊ64 à lâ lop!é une.ùliuE dê 1âvisle sulfrsmie pour sê lâiE
slilotine Cilenè CII, lâ peûièie I@e de lâ bibine onede et ils préléraieni l acheter t ê in
coup. lâ têb ei ll se.ondela rccoupe dwiai très viie l'û despin.ipau notèurs du con'
vite svmi qn'ele ne se iéTra.b. nene avec le nondc néditêûâ.
On r'mèt€ pæ Ie prglè. Non, des mphoEs (on
Êâns.i.ê,les.hevêuxtressés en â €teuvé des tonne9 ei renpls.e.a dè3 le .in
'ttriène siède avùi JC lhrdmnel daN les fedag
lerles (dùs l. .ontde du scénario,sâns âller jt
qu'à dirê que ça vâ sênth lê grôs

5
pe4oines i Foxiûita d* dieux
Quâtre, le cheval
Feùveni, cosi voùs qùi déddcz,
hêin, b*ùcoup nieùx sumortei l!l- Att€niion, .e chapilre conlicnt lcs nots im6,.rl el
cool,nàs aussien consùnnerber&oùp
oN voulez,mais or
Dlns. ln fait, le résulki est le nène, nais
aveclDis roisptusde Flaisir...sans.onprer
,tùe jdc0ol éclâDfe tes sancs ct qû lcs bo.s
Aloft que la pluparl dù tenps, y conplis dms
boùnns, ils m dênmdêni qù à se dérendel ast€rir, on déc.ii læ Gaulois (on dit Gaùlois,pas $ù
liN. .) @mbâftârià piêds,Cèsrà chevalqu'ils com
Ttois l'or
orquêserr$boude3 Lcur recàni,tue la plùs .épandue âvânt le sc@nd
d orcilles. Les Celt€svoùent u véntâble olle à I o. el sièclc rcste Ic char de corb8i, lései rapidè er
devienncnt dc rait d€sorlènes ho6 pair On a Ehou nmoêulrable,ûâis qui a tendanccà tonbe. dæs les
vé u.ollier db. dè.130sramnesd'or frn, dori.er noustaches, le che
tains débils ront noibs de delx dixièmes de niui varmnespondà u *atui sociâlEtcomnctcsnobles
beâucout,surtoul æltes soni avæi toui des chels de sner., it dovient
si l'on co.sdèæ ls répùbiior dê gros .ons qui lês suii le véhiole pÉfé.é dês mmbâ1anls, rermetrant de
pafuùt,p$|oréneniÀtod'd'â,lleus ga$er plùs ùte le liêù dù .onb
Bien sù ils nonenl à cru ei se br
rfs celcs Èn ébient bltenenr fr su. le chaûp de balaille,ik tapeni dùs le bs dr
potaieri que des bijoùx .u nomên! d'aller se âitbi haùt de teur noniùê Dhù la qucuede chelat de loui
sans .heùise, sans pmblôn nâis âvê. dùsbijoux. ce à fheuE, qù éùtê que lês cûrps poriés de haut cn bas
qui faii qùe les Ronaùs qùùd il voyâi1 çâ èn fae décapirnr loui de sùire ks sens. El Dieû sat qùe les
deux, avaienideu ftadions: la épéèsc.lt s sonl loùrdes,ù peù comne.eu qui les
.ês plou.c,lâ dauxième,RhaaaraalDelùi Conne
,troi,ça i,a pasquedù bon.
(Dss le mniere du scénârio, .ê n
Brcf, oftez de l'or à ros copdn les dieu vont ax .oùrses. loni vicibr des àarss,
lont faire du ch*al, ori ù cheld dms leur lir, nc
ûangenr pâs de cheval, nah peN
Ior? B.n par rene. À de têDps en tenps . hrco.
l'ép0qæ,h Caule ébit richê ên ôr e! il suEsait
prcaqlede se baGserpoù ên rsnâsser En fâit,les Cina.la bâston
rilières et les ncuvcs dc nonra$e en chariâiêni lne
bonne qumrité. Ls Cellss utilisaieDi à peu près les
Bon, Ce{ vrâi, ir râ!1 re die, tes celtes sont rainent,
nèDes iê.hniqùès qùè lors de la ruéc ve.s t'o. tmi
nais nainenr des boûin. Its ne Fnsenr qu.à rois
choses: h lète. la brion et râ ftohièdè ils l,onr
olhliée Fâru que de bùes façons,ns nont pas le
La .ùlrure de lbr en Caule étdi bllenent inponm,
bnps âvecles deux précédenbs.vous voyezle E€nfc.
iei ,tùe certâ'nes hâu{â'rês iântn
un sénéral ronâib disai! qu jt étaii hès facile de les
césî a dé!ôuiné hs rènples el tes sanctùaires ei
. un pcu ei ils lôn
dérnt bi€n des ùltes en câùtê plus !ôur ros pile.
rt!ê pôur hâter la Ébellion Le lait çâient dmft dcvanr sæs réûéchii apfès, c est facile.
ùsenvor âvùr Iâ glene des Gaules éhit de t12 ei
Ur noi Eû les énéescèlt€s: la ciyilisrtion celb s est
après la snêre dês câules de 1/9 (rctii.appel d,,icc
développée3ù débùt de fâse dr re
nônic de base: plus il y en a, ooins cest rher ei je
débùr, ils fôrgeaieni come des brères, nâh par la
106.!scur,ta quaiir:dsrgentn'ap8bôugé).
suit ih réussircnt à maiinse. la lontê des âhos et
leDr dùrcisseûe.t p.r lâ trcnpe sucessive ainsi ,tue
Une peiite âne.dok en passæi: les CeltusÈrppèæ.i
le i.rvan dê fâcier slr te rnnchæt des tùres. a
to, nais aùssià des rel pointqDon a æeôuvé rames
des au ca.bone,
6ns de confedion de héso4 dbnrandc Four les dieu qui se ràisait de niêu jusq! à il y a Fs si
ce
ou a place.avc. D na(habée dms sâ iônbe. Ercs rongIchF que
fùent râ prupr du renps enre çr (Ddntenant, il y I des
âniss€sbizrms, descé!âniques,etc.)
siède, à rilce de râbôure. coûûe deshcufs ct à cause
dc fodes pluies, cedaines des piècês réâFFâturcn!
IÆ éDées.eltes étdent tonsxes êi
spôniânénen!dans l€s .hùps dêvmi les yeux
lôùrdês,sâns poinl,êet à doùble
médusésdes pé.oresdù rcin qui pcnsà.ent loùi dê so
quc{pièces
ûmchmt. Enes .o.hâsrrienr
d or pluiedoncâ!-en{iel, . êsttié),æ qui parridliàænenl
âvè. res
confoda la légùde dù hésûr âù pieds desars.n .iel!
qui daillcurs d.vaù ayoir æ seffe db.isine voilà,

54
baitu, conmeni tanê de l'audie.cêà
bùt prii, .onùeni tmùver le psy le plus
con dc la Trnc.

É Li!.ù.crLie lâ LÈiê mrlgæ I

Ecole de Télévision JacqùesPradel pd


concsFond cc, 12 inpasse altu.clle,

tmvez À Tr'1 qù tsnsneita rù psr


quei de Paris pour la plainte en difibnr
iior An, non, j. suis désolé,pas diffrmtion,
divulsâtionde s.cÉr dEtal, pcùrôrre, mais
pâs difianâtion, jc n'atève, €t la liberté d'ex

Eon, aprèsles hc jorÈ, on va pùrê. d*

norbideet o.i endân.ê à lrolvrr

doii avoir dù bon ei quùn


empileme.tde fénurs eD
râil, !'est va.hemeni

rointùe6. Lépéè cèlte N!i! l âv.ntâge dc tcnir à dis-JC, on a retrcuvé desfo$és oùLdescadavrcsde sujeh
jcuncs, quinzc à vingt âns, honnes et feùnes
d'esûire préfé$e des Celes éia âvâiêni éE dé.âpi1aser dé.oupés
bcùr il rrivail cn àùlani ci Êapp8ilsms ûser rvec dsnl plùsi euE dizâines d'mnées.
ùn mouvênen! de iou! le cor])s, comne ùn bûchemn
qui veui @upe!u.e bû.hê nlh était égalenentrar Bon, ça, à la limik on peu! sc dirc, ok, ûxposerme
fâib ên 3ne de .avâlerie. oiLlê .hoc iniiiâl e$ llus nées,ccs! pas très
iDpotmt que la te.hnique. ire, le Rw!.dâ toul
ça. . j a, dit dizaine?tl s'aFt d'un millier de vi.iimes
mprètnèn!difré,
pou. râiæ jori. l8 rs ronss des sâaiflés, b.as er
jànbês, don., avâieni éh râsênblés âùrour d,un
Le châDitre sDéciâl Pradel! re un cubobieû

NIâisd.lbordMep3gcdêpulllitc
"Bonjoq jc voùdrais a m, de rénuE, J loùs plart
laites .onne Ja.ques Pndel. mo.trcz
yo&ê cleùle à Ix télé av.c lEcolc do
tæs C?ltes pntiquaieni bien les sa.nffces hùnâi.s
Coûeslondance, apprenez toùi (d'ailleu(, .c se.r. dc plâns,le cubeet tout, qr ùe
rour d8!enj. le rr&cniarcur ooposanr. d invoca
vedere dun piine line de s vous?),ùlie âu$i
des saûiÀces d'minau, b€ùls, v
chcvau Lcs porc cr l.s noùbns, ils les bouiTênt

5
g,ôrbL.: Si r. iour lhi\ n,rll,, unur D,m. Lù ..
eùps li ùlxlihf.
Lê: C.lresfoùxirnt nrrantrbù rulfu r Drtuûrant Lrs Crrl,i5

pûur lNNfllos il. r.!rL jr!!e. t\rr ' !, nu\ drui,lL-tlu..i,i de :ên d;bl
d.mmi uù rlul1tiôn
lutoim d. mrnr.qr,.r rlcl.r rNr b,ùl(, lrs l$
d È s b ô . ! t r \ , . m p t F d h.ur l . . . d r . r l : c n i 1 ! l . n r . . \ Dâlrdt- dr !ù rri
fiÈr et ùontaienr lLrr ùllfdn
ù:rqu. ùr: l..onrcn d! 13.aDparr jm i*^,1!

L.pÈr.l Llhù lrlriùr nn bo.ala!.. ùnr tatcdL i,rr Réslmé des Mârches
!hrLdslin! Elf.i s!rrnri

rhr:i r! ri.( rlr.,lxD.lirsr'p

bi.n:nr din: lx.rmDae. ilr

Epouvântail toi-même:
ri iù,.i.naôr Ù.u. N r B . ) , . 1r r ! . o t r t o r i
, n s r 1 r . j ai .r i ù , n
d oô8iDe oii!!nqqùÀri ùiiEA qlrrùj!$.qur

boL:sinrla durui! dc! Crlr$: (llc dcs D,ann.qtrrÈ

uietjÉA!ùii rù dL trù!+r. Rd!.Èe..1hp,

çxn drz ze.da.sasa.cltiqutN,. r\.frl.f .t.r,tùcr.

tr û,i .i drbol,quG dronnr.l .omna.l. iiir d. bù


l.r df-!.n, fo g,ou* dro.d,.li

lrifu prûio dt KirntulQlus rD pl.inr rlrfl| plo

rlrlihus dÉclêr.hânne pdre épdénie s!ùP]. rvlê


'rr pr.Dar la p.r. nrÈ j! m.

56
IJnivers en prêt-à-porter
l,e so:nùio de .eite *mio4 Delenda est Nohe Poù voir comeni ùe Marche en t.âin dê
Dâûe, DrêndFoùrFoinrde départque dcuxMâtuhcs devenir {orie" p4t inûuer sù. ta Tere eÙe
Intemédiâires, æIe dss dieq cÈllesèt .ollo dos€u. hône, Ép.rtêz.vou6 à l'aidc dejeu 'Du dr:com
chenæ, pêrcdèn! la Terre. vos .obnaissezrâin1è. dâns lâ canpâsne", quê vous rDuveÉz au scin de
nùt bien le p.ircile des Mù.h6 lrtemaiaires, nienli au tu. ar à
qùe noùÊvoùs ayons expliqué à p8nir de ldùsion nêsure que l! Marchê des dieu celress approchee!
Denætia ÈotundiE Voi.i naint€næl la descipiion qùe ceu{i reprement dù poil de lâ bèie, des férÈ
de tsis aftes Mâ.chæ s "p.êt iiom (inlimes et noi6 i.5me6) s
èo râi6on. Iâ descriplion e! vous les ulilisêz coeûe
vou ledésiE - Eelonle nênê pri
no (lÆ ùsrcheÊ) ldcutai la 1bne, où en 1* in1é ftui€s les Mùches soni Eliées ent!ê elles, au
sret d3s ùe bistoiE de vot e confeclion. Plndis, à fEnlêr et À lâ îene pù lâ câgedescalio
(voi.le résmé sù les Mùches rnbrne{ririæs), Les
N'hésilez pas, bien enrr'éeset les sories !êB .e psslge prcDnent des
llolres Mu.hs: c'esi le noDent de domer libE lones ditréEnræ selon funivers. nâis elles exislen!
.ours à vos fù!$mês ou d âdâptê. vos udvers pr6fé. loqjouB. Pour celui qui en a la clé ou qù oùn la
rés {ne râites pæ hop dùs râ cùicarlre, quând poiL Fâr hæad, Ce61le plmgen daN fin.omû...
nêDe)... ilÊ ner sdoni qùe plùs vivmG.
Enûn, dêmie. lrincipe: les règtes sù rês Mârches
Quelques règles de base sonr laites poù èrE chmgées à volonté... er ûêne
poùr faire soû univers chez soi cell$ que nous venom d'6di.ler à l'instanll

Le nondê dINS,t{V 6t assez pré.is. La Tenq le


Araat d. oôut lonc.., c.pênAa.r, Pùadis et l,Enfer ont ùne descrilrion ûxè. vous
À pEsdi, l8 archanges èt tes
'de Prin.e&Dénom, lcus pouvoi6, leurs carâdères...
. Lê Marches sor! des Divas ftui @o, dém! dans lg joù de bâsê, le Ssipta.iùn
veritâs et les extensio.s, ne peu! êtæ changé.
l,$ seurs uilers @Dplers, des lesqueh Die a Les Me.hes, cesr le .ontnire. Ir sasil u. peu dê
iGùfi]é sa penomslié et sa Éalité, eni le ?ùâdis, 'l'erlroii de liberr,j' de l ùive6 d'INS,ÀfV... où lous
tâ Tere et l'Enfa. IÆ Mùches eÉstmt iéelemn|.. pouve, faire iou! cô qùê vôus vôùlez. 4106, allez y
mâiÊeùes ne sont que d$ *quùs6, d6 p.sEihilitéE
âùqueles DieL bâ pæ choisi dê donner ûê forte
Udvers en ûrêt-à-porter

INS,^fV n est pas ùn nùltiers. Cré€r ù nonde .on


plêt ê! Darfait, avêc de nouveu* oéatùcs, de nou-
vell6 rèsles, un lrisbriqùe ei ue sÉûerârhiè lrès cet uivêrs êsi hès clâssique ,. mâis c $t j$tenent
déhinés style "Ié Êeigleù des pæ quil s'asii d,ùe Mùchê inp.riùb, lrès liéê
une home idée... Si .e nonde éiait si Yort', il influe avecla Teæ que l'm retmuve sa descipiior &ns de
€it d ube nâbièD ou d'une altæ sùr lâ Têft et le
bæksroud génénr en sDft.hmsé. dês dssiqùs dê funivêrs imâs1nâiie...

l,â fôre, êt donc lâ Éâlité des Mùcheq chsns€


selon linriêt qùe leu. pod!ft Dieu, Lucifù, les
Iâèriê est lâ Mârhê du pêuple-fée.
Arhânges ou lês Princê+Dénms. Une Mdrche
pèu! rar.râiteûent êt& ù univêB h.ès 'ninæ" on y rouve l innense mâjû.iié desoéâlurs qui ont,
pendmi des sièdês... si Blandine ou Bèlelh de tour knps, hmréês lês cauchenân êi res rêvès
s y intéresseni smdain, d'jcid{i d Ébndre dcs hoûmes: les lùtins, les eres, les lées, les ùimu
son inflùetue, de onplexifrer le nonde, qùi prlær ei rês ûéâtu&s ûy1hi$es. Faitie esr u
er. râ Mâr.he vâ leu à Feùs élendÉ ùieB de loréts et de canpaE!ê
et p.adrê de I'inpôrrance. Des - collines, pÉs, riYiùes, petitA
sméqucnces sont alo.Ê à préYoir déâtuÊs y yivent par pewles: le peupledesluii$ (il
(lorlês qui .ou!ænt, intêrâ. y en â de noFbEuses râcet hântt une fdêt, celùi des
tions avec lâ Têûê, etc.). lées ùe âùft,les rivières sor! pèuÉlé.s dc naiades.
Psfaii pôùr vos scéb,jos.
Lè pâF c€t cNvert dc nombæu chenins: peliiès
srrdèux, ik relienr

57
1t i! $ni jml;s æ qù s

ùenr d,ltérenr de celui


auquel il dcvrdt ncner.
êtrc des boùclesi.ilnic'

.,droù rcndant r'arcmiré.

Ccrtains soni enchantés,


d ùuûù! sont d6 piag.s

ssase êt h voyâseù qu,


mlrtra lc picdsdchorsslra

pour se rehoùver! de
manièrc résùlière, da.s
des èndmj6 qui sont d.s

do m&ia,e pr.iûque,I r a

sités.objctsd'.rts cnchan
es êi d,FG fugrqu.s

Mdsré lâ dÉsrghhdion

nonde FaèIie en ûès


nrudu.é Un coupleroyal Èsne s Quârd le ooDde de Fuëri€
ctlui d'Obéronst de Tiian,a Obérone* ùn srùd â{.iI intê.âgi uv€c l! Tcr.c?
{s!licD. rilania unc ùds belle
Toui le tenps. faerie est u.ê d.s plus
L4ur palais est conposéde plantes srDpmes, rncicnncsvarh.s tu.e desplùs puis
d3rbios !t de rNrs: ù plupart dcs lruts quon y sânres sês c!éaruresoDr.du nr le:
{les,tcuftendod si*les pa:sés,ûès souvênrlrlenrli
0u tue les visteùn inpotu.s. L la Tcre, hanlrnt lê: lbiÊts,
d obimn c* composicdc fd.s (homnesd ilDrùên en(haDlant Ls riliùÈs st les
dri le srànd plàjsjr cst ds visite.le paysà chevâl.
m .raant dc plus

58
Iaèrie - sân6qùe l'on sa.he vrâimên!, étâû! donné lâ jânâis plùs. Désuiséesen
neièro dont les Mdches ûùcheni si ce sont les h@aing,ellasÔrieniêtsêbârâ
créalures dè Faérie 'tui oni pr&Aé Ès léserdes ou si dent sù Èæ pendmi rmis u. en
les lésendêsque se râmntaient le âtbndùt qùe I'oùvefrùe .éappùais
peu pns co.ps et 0éé laè.ie. se. . pujs€llcsreotreotfrmqrdl€mù i chcz

Quoi ,ruil er soii, pe4t8nt des s


tbs du 5L!êétâge
portes se soni c$ées. Ù.e pote dam ù chanp, ù de l'Inpi.e Sbb aùlding à Neq YorL. Eùe esi bù
.henin dms ùe forÉi, ùne caveme où ue forÉi pù joùs ouv*, nais aucm hmain ne l'a jmais ta
ti.ùlièreneni noi.e n'étaieni qùe des pasÊases eGéàæjebrde
æt an, où so.tùi diE.tenet dms la.ine. Cespas t utes ses fones .onlF le nùr des bileites dârièE
sagts, les créatuB féê.iques lês gâdâient soigneu- lcs WC. t a pa$age donnê diEctement dùs le palais
seben!... Si h pbpori dès l)lndE qùi sy âven|!. dè Tilùiâ er d'Obéen. Ttlânia lutilis. do nmière
nieni n en revenaisrjùais, res réglljère quod elle veui âllef sur Tèûè (êt la leau
vivmh (soùve da atùb) q
iirer .s.ontèrent dæ hctoi.6 fabdeN$ qùi ne fâi
saienr qù srinente. la nriùolosie. , i,â rroisièDe esr dùs la lor€r cùadieme, n31he!.
æumenr à ù end,oft qù va faiE lobjet des
Faé.ie a mlmeno,; à saoisns. de ta lbre qùmd le qùelqu6 noft dù prcjet de défoeEtation. i,a porb
.M3tiâ.isre ê6t devenu rûp rort, 6upùt le peuple 5 oùtu qælquês 3ê.ondæ loùs les nois, aù nonenl
de ses lécedes et de sèsracinæ,.. e! qu.nd, plE p.o. itê la lleine lue. Ceridres .éatùÉs féê.iqu$ sont
sdiqùoenr, leÊ ans€s ei lem smdes ép]rês ôni
.olmmoi à faiE de la càase au fés ei À faiE rftn lenler de faiE cese. le prujet.
16 luliN 6nEê dæ nârshmâlloss. l,€ oùp de $âæ
à lâ riésèn.s d! p.uplè lée sr Trê a ét! donné pâr C'êst là I o@sion d un bon pètit sénâ.io...
IArhange Ceorses, âù @ù8 d'unê cËnde bâlaitle
épique... (bataille qùe voùs pôùvez d'aileN wire
srÀæ À fexcelent s.éÈio d? trdt ùæ fôr]i, o'i voùE
pouvezjGt3nenr Éjous ce demier cmbao.
le nolde. Iæù mltN, leùr influence, leùs lésendes
tArchùse C€orgesa 1uÉlni hêbe le dèûiè. d4so. voyâg!âiênt sur lâ Tenê e iè.e, lomaient l4 espnh
an corps À o.ps (la Mùcàe d$ drac.m s, adjæn e! lêd âpportâièn! la !ùissân.e
t€ à celle de laêne) qùi er a d'aiUem proffié poù le
naudiremDieusenm!.Depùis,daileù8,ll\rùmse Pùis les r.nâins sont mivés... e
Geofg€sêsi à la rei€it€... .olmdcé à chms€i l,es Êonai.s ont défohé lês
dieu, onr .àmEé leu cùtb... jùs
foi évolùe el que les anciem dieu mlmenænl à
perdæ de lèù influênæ. Puis lê .hristiârisne ed
Faé.ie îotte et vil tranquiuuent sa vie... ftùt€s les mivé et la dieu sre6 o été bolayés sùs grdd
pûfêe ênlre l! Mâ4he èt lâ Ière snt ûâinlenù!

Que fâi! un diêu quând De.sonnêne ooi! plns m lùi?


- Lâ lrenière æt en plêin ûilieu dù hoù de Bo,noEle, ll Dêù, il sê réfusie sù me Mârcne rnimédiâi.e
à l'endrcit exæt oir lês p$lit!és êl l$ hav€stis ou n Â'adâpb aù norde qù I entoæ.
snes éænt€s Csi
enhe bois ùb.6 déchmés, aù nilieù des pÉsæa Sêlon leus Fêrsonnâliié!, lês die* 9rê6 ônt fait nn
tifs, des can€t!$ de Coca éc.aséæet des Eac poù-
bèlles é.1âiés pai les pâsae€s incessârts d* phârêg
'rue s'ouvrè en révnd, !o!s les lrois ds, à Iâ pleine Et ùop, défruisom dB 3iècles de by.ùoloCie...
lùe, lê pss,ge âvæ Faèrie. L
po.te invisible, de la iail]e d'ùe p.te dùe
Du lenps dê leu. splend4r, 16 dieu EIe.s vivaient
ùe heùe. IÆ hmai6 qùi .e coDaiÊmi dss un e.d.o:l très synpâ: Iolyhpe. Mar.he
ps I e*istêræ deætt€ Dolten'ont quepeu IlrdnédisiÉ diEdenent liée À lâ Tèn pù res
dethmcedêlâtrsvêEÙuhaveslil'â ftyân.6 dæ hunaiG, il s'asissait dùne sort€ d'à
æp€ndml fril pù h8$rd, il y a de chwê!Ênht no$ùr de tênlles ot d€ collines.

iersùvé À noitié dérré dù5 une zeù6 dùis€aii le lùihéon, avec aa relme Héiâ.
déchùsê quelquesmnéæ plus Aùtoù de lùi Apbrodite, Apollon, Àthéna, Arès.
DioryÊos ei le5 aùtEs ! dâm les ne.s son Èère
hé.ie qùi aimenr la Ibre Poséidonj âu enrers sm èùte f.èæ Arès ; su Tae
ulilisênl larfois cêlte Dénéb.... s3s .onpier bus 1ês sâblliiês: diêù

59
nineûs, .leninieu (m séné.al rivée do Jés!s, le pùthéor sæ. a onplèt€ndl éclâ-
fiÈ deZs), ûéaiùEs slrboliques té. A!.& une liolentê dispub Liéeaù faii qùe sor pèE
{olme les nu$) et toù! ù Peuplê âvâi! cohnis u viol de trcp, Athéna, la d:æsê de lâ
de r:atuÉs étn gês: cydopês, de .ên- Ê!ârc et de la saseÊæ,a ûaqué - ei l'a tlé. n r'y
rams €t dô jolieq nybphês $ùiinùÉ. Naii plùs sssezde coydk pour e$*.iter lê père
d$ dieu, qni â don. dispâru pûlr ioujoùa.
Mebe si l8 dieu lsÊâient leù ienps À Ee.nâ Cu.ieùÊenen!,pereonnênè s en est Fris ÀÀrhéna... n
naillêr du teûps de leù grmdu, I uhitior du lô fâut .ftiÉ qle t trt lê nor.is rvâit enviê dê laiE çâ
sêE desEslo.sabilités lè6 âvâi4t, p.rdâ* qùe leù. depuis !lèe, !ès lonehp8.
relicion étâii 'an td, ênpêché d. Êsntæluèf (si on
*.eple bien 3ûr lc fait qùe Ze$ ai! iué 3on pèE qui Mâis ceneufte s été le débù de la 6n: tDùi le nmile
lui-nàmô âvâit d,4v@éles ftèEs êt aùG hisbnA s'ed ésâJéde sm côté.Dénéter $t partie (!où deve.
.igolot€s du Dène s€lE' Mais qunil le olllmt s est d. ll\rùmg€ Câthê.inê, voir l'aide dejeu qui lu esi
rervâsé. bùt .e qùi l$ 't€naii" tudblê t @noêt- .ûtuâdê daft cê|!e êxtênsion).Aphndite, Dionysos
.é À disùdtE. Aùt ùdêId0-âuôone ilêIr- Èt Àrùs se sont làsés Doùi. à pè
plupût des de@ dieu et dB "sateùit8'. Poséidm
s est ésslênai letrhe eæinl aù .æùr des océms,
qlet à Hadas,d6 naùvàis$ lmcus sEnent qùT
est Ddnt€'{t po.tie. dê l\Imeuble B 67 de I'sdmi
drhatior i.lmale. Resuit Arollon, Athém e! Ilûa.

Alhéna, û pê! désûttée âpès ca qni sétêit prssé,


est padie eu lbn€, déci&nt de vire 3s ùê pâni les
hDaiN. Apolo ei Hé.a, .apidenent rejoink pù le
demideu Eé.ælès (æ]ui des doùze havau
d'Ilerùle, uùf que $r Eai .on cesr Héradù), la
nue U.mie (asi.oonie ei gémét ie), qùelques
æs brôp!* ot ærtluæs, ê! un géùt m! dé.idé de
est€r 61 l'ol}!pè, M,rche Ini€nédiaiE 'rd, b!in'
rèùr que la loi étâii noh, s'éloisaa lmbnhr de

AFonon règbe su I Olrrpe. M!i! @Ie{i næt plls


l'ms de t€rpl6, de colùnèset de .ynpà6 qù'rp'
préciait ieùendi Zs' Alollon était rusi, mire
âuhrs, <ltuudù ôoleil et desinvmtioM, ce qu'on pou.-
Fit aujoùdbuj tbdlire Fd iectùoloerè. E! noi.è
bnve dieu a djcidé quor re le ldâir ps norir
6lme ça, ei qu'il .! ayait âùcùe .aimn qùT pleùe
3ù le5 lâùieE pedmr l$ quelqùesnillénaires qù'il

Sos la diEdion d Apoùon,I Olrùpê Ê'e* doncanâp


té€. UûvaB G*z petit, l'O\Tp€ E8senhle à u
nélæge de Crèæ ùiique èt dê iæbnologi. de poiriê.
lclsssiqùês', pa.fois c.oiséês avec les
sEcqtres
nrrphs, ù pewle de entaùe, le toùi dnisé !ù

dônidiex dêendætl ilApolôn ét durdie,


"2- le tùu1 coifré !a. Àlollon êt Urùie êu'
nên$. lÆ 3 000 nsbirùb nènài ue
viê nôtuâle - .,niù.e, ircùpeau, arr et
tbéâre - avecd.s ndyenÊloùt à fâit
nôdernes. llolynpe e5! n!in!e.
nanl éqùpée d'ùæ cenrralê
Ncléane - m hùlez pG -, cela
eât pârfâitênên! loEique
poE û pêys dirieÉ !d Ie

60
plû Crand muet détriF de bus les knps l,a ssse lem r€ Marche
.êntÉle foumit éleclricité el .haleur au maisonsdes Internédiai.e encore wierse. Le
hâbi!ùte êt âu pâtâù dÀpolôr ôt du.mjc, qui sD! pe!i! ga4on, dénomé lli, sy ê3t
un mélârge d'ârhitê.luÈ ântiquè et dè confod rctrmre æul, tui de tout un unileB..

aélætDnénas€r ei dê Dst;nel hit inpodé pù Eelor Eamlonlé. tr a appelé son myame 'Le
Hénclès... Nou allons y vmir. jrdin", ei r décidéqu'il scÉi! un Étugr pôur
Iou les enfârk qùi en trùuverâiè.t b cneni.. El
Héradès, dmc. Héraclù fâi! lê lien ênh ê l'Olrnpê êt âu frl dês sièdæ, de plus èn phs d erfabi.s sy soni '
la Tere. Sm phy6iqùe êÊtFâcrérhtiqæ'ù CEnd 6ælèfalcdpr&-réfueiés,l,e
nec i.è3 mûdé, un pèu À lâ Scharrennêger - nêne dôns les èndDits où lè nelÀeù étaii lê pla fort, et
r il s êsr oupé l* .h*eu sdn bs ebfmb à I'inssùaire le plùÊ éyeillé réEÊis

FÀne des ntueh aù Eoleil (o iNoquet Alollon) lùi


pe.ne, dourir un pa$age entrê lâ Tàr. è! Aù frl d.Ê siècles,plu de 1000en
Iolydpê, !æââgê qui r€le oùvert quelqùeehèures læ pones.,. poù sè ciFuver âro4 dùs u Donde
â!â.t ds 3è erèaer Héndès, nNeileu. "lÆjùdù'n'e* pls hès srmd, nais les
d'HérâclèsMerkios, nationdité grecque,a monté ue e ois ., yieillissùi jmaG ei reÊbi toujom à
ô.t4p.jss ilinpo|l dpot ' spr.i l'!gê qù'ils âvaimt qùmd ils soni mivés poù ll pE
nerce avec16 pa'ts dê ltsi, il â fa lonùe m ps nièE foc. LuiveB, qùed or le leisæ iEnqùille,
sml dês h6 en Êaùde pendant 16 aDées 60 - et a Hsenble À un gûnd jadin . alec d* pelouÊ$, dcs
quelqùes filiales lechnologiquestrès pointuês (élêe p€tilsâ 6lir.! vêriee, des coi4 sec&ts, des Fdcs do
homén:gd et infomaiiqùê) dùs lesqæùes il iêste jeu, d6 nùchùdo de slaces êi .tê bùbapâla. Iés
d8 pnbilT€s qu'il n'h&ib ps, sns nsrchmt, À ê.fâ s nùcdi ce qu ih vedent en se sflet .bG
inpo.ter dmÊ l'O\rpe. Héraclès aine bien l$ p€ii1€sboutiqùesd&mées de bânms er de jruis,
I Olrrpê, nais appréciebeaù.oùp la Tene où'il pos iÈ dment dùs dessnzebosou sùr le gazon.
sèdede sùpEbs vills drec jrdit, !i*in* êt jdli6
néneihs. Il t uche ùn pêu à lâ politique, âine 16 A .ê dé.or qùsi pàâdtsiaque, ajoulons le F.ùloir de
s@des réæptiom, nasôuillê ù soDnait.c e{ Ili, bùjoùs ni dâns sônjùdin, qùi I â
sâu.he. Il c(Dâlt l'êxistæ desôrus du Bid el dù vodu: n sù6t de dire'Je soùàait
MaI et fait t ù atierlior à æ qùe .eles.i æ Épè- qùbr sùnait€ anive rainen!. CÆlapeut êirc unc
rai pas 3a mtuæ un peu spétiâle - il sâit qu'il 3ô cho*,ûobjet,ùévénêænt.. lesseulssoù}âitsqùi
fenit tuêr au.sitôr'nêis nhésite pæ à lrâit€r, lou ne næhent pæ soni æu qui pounajeri endoûnâ
des cohints ponciùels, âvæ lÀJchmse Jeù où le ær Eù, "Ljârdir'où nener À sa d6hu.iion, .âr Eti
Irince Dén@ vâp,na auqùêlÊ il peùt vedrê s yveile come Êù ll proele de seÊreu.

Qùm! À Athénâ,eIê ês!!ûf denâtàs âu lréê dê


Le chaG 6t bien sûr btâl. 6 læ $ùlDih des
ùlùts soft illinit:s er peùveni Ee ærlEdire imi
Le pdls .Lt 3766a,1aolnntés qù5b vedent c Bt le demier qui a parlé qui a sasné.

Le payÊ des 37563,4yolontés est ùae Mar.hê


Int€médiaiE entièÉnm! peùplée rar dês enfets, Je Emhait€ qùT y âii un énômô t bôggânÉugel
qui sê soni entuis de la Itre aù 6l des époqùes. - Je soùbâite que t n loboggù 5ê tÉnslome d sou.
Lùiven sùtoù d'eu a été cEé pù leù iDacimiE,
er æt inrsinaire &olnet t ut le tcnps, l'mivers Ah où? Je sounaih que la soùis se r.asfone en
.IânC€ âvæ êa. Sigle perii.ùl,er: il s ni dê faie !n
soùhâit lour qùIl se éâiise,.. - Je $ù\aitê qùê !out! lâ bârbâpâpasê h æsfôme ên

Ié p,y8 d€ h bFb"pspa

Ia enfantsont dê tou. tênps é!é nâ.trai.


s&, pû les nobmes d pù les cirons'
tù.ês. Imine, pesle, gùeæ, esclava
gèimrsdâdes...nâùvâùlraitênenb! Je Êoùnaib qù\l y ait ù énone i.bosgu .ousel
nânqùed âtretior, Yiô]s...ùn rour Je sùàaite qùe lon t bosgd se trtulome en sm
il y a plusde2000ms, ù ebfmi
sadfié !ùdmt ù duel en - r4i oui? Je soulaile qùe lâ sufis rè nege le piêdl
lhoneu dbn ne 6aii qùel
dieùbâ'bâÉâ, âùlieùde
noÙiiÛuvedups.

61
Ce qùi æ réâlisêrâ,pæ que
nêm .es sù\aiklà se réoi8ùi.
Maisil Eûtr! quun âùlre enlai (oule une tEntâirc d'e.lùG mivai dæ'L€ jardin" par
nône, pri3 dô renord!) soùlsire siède. Lâ Mâshe srodli hmqùilene , âugmèn-
'qùAnm ressusile" pou qæ td! pe! à peù de !ùissance s! de réâliié
ça narhs
Si ùe porte appdaiôsâit en plein @nnit (du Rwed4
voN t'avez onpnqIendsil nest pâs foruénent pù ænpl€) et, que !.u lM râison mn identfiée,
pùsdisiaqu. Cs! un .ndtit ûù touê les p€ùÊ, des .êntâir6 den&nte pssaient "du .oup dâtÊ
Iou les fmtâsn*, !où! le sadi@e desdlmts (nais jârdin", r'augnedetion Eoùdainêde souhâits, de
aussi leù beêoin d ûou) p€ùmnt s'*prins librè- .hæs el de puseùce poùaii ilérâ4€. Eli... ou,
nent. ce5! assi û endrôir i.È5 poûqnoi pâs, lâire dériver la Marhê... à la ænconlrè
d ùe auhe Mdcne ou de lâ Tene.

De bnps en tlnps, s "c@d {I? jùdi! æpte les Um pârtiê des ènfùi poùâit al
enlants j$qu'à doue æ) $saye d orsmis ù peù Tere, gârdet u petit p€ù avæ eu de la tâgi€ ds la
les chosd. n @nvainc u cà'tair nmb.e d'âùtÊâ M.alle. . tmis soùhairs .hr.ùn, par ê*ênple.
Câninr de lui obéi. êt nonte uè pêtitê'æiét!" âve IEâsiær l€ d:gât8-. Sms.onpter qu'Eli, qui vs e
uæ hiérdlhie et d6 rèsls À nspects Cêtié soci&é su sn peùple, Ê'hqùiétaa de leu ilispdiim êt
pèùi êtE hè3 croêIe, ei pN pùir l€ @r|r€vmùl-s, @v@air .tês .olmmdos il ênfânts À lM .echerche.
il sutrr de 16 tùs .t d. æ pas lé nppelê....
Pendùtde d e,la sooéé chÈclè à 8'acrmdn, à 'I2 jardir" *! égalenài, avec t
.r!h.ôler dautæs srlùis !M pNoir ont ôle la lêù iDâginâre créâiif, ù pùib de points de pouvûir.
toialiré du jùdù. Ds lùtlê sâagag!ûi mtÉ Un sociê., ù P.ùæ Dénon, u Àr.ha4€, vone un
d'aùkes sociétfu, qui pêùvêr! être Àéurhièrès. dieu due MBrLe er nâl ddbitiû., po$âio!
Éeueume , dèr qu'ùâ dà @ 6odétés oDmem avon dvie ile s'app.opriêr .etrê puissâncè en
à prendæ tmp d'infiud€ ou à de6ir desææ, aù€:ni b Mù.!e, €t de lâ, mnencef À envanir
Eli in&risnt ei 1âdi38otrr d'aut s ûivæ.,. où la Tere...

Métamorphoses de Miss Catherine


Catherine, Archange des Femmes
(Ba$€l des cùact€rctiqùeÊ)
Io 4Vo 6Ac2Pe 5 P.4 Ap 3 PP 53
'Iblenh: 3rÀii$1, Dftmsim+1, Cûp3 à o.p6 +2, ColmbMæ dê lâglcur!ûe êt de lâ nore+2,lrtedeme

PôuvoiE: Asso@e. +1(116). LmièE +1 (122), Cnsne +3 (131), Peu +2 (134),Amoù +2 (143), Cuâhon
des naradieÊ +1 (151), le.tiliié +2 (r5z), Gùérisn d* foli* +2 (154), Guéroon des pnobis +1 (155),
Someil+2 (165), C'lne +2 (166), llmùité âu ûaladies ei âu poisoN (21r), Ps de noùitùe (r15),
Anâétubiôse(216),N6 délection (222),Détsiron d€ linvisiblê +2 (313),LiF les Eentine s +2(324), Rèw +3
(325),Téléporiatr@ +2 (331),Anë À dùtùce bédte (412,An), CoG.ien.ê +3 (Spé).

Un ds mnbÊu nystÀrô6 non ên@ rérolE du nonde dln Nonine Sâtmis,lN1âsnsVdik 6-l ælùi de
I'ideftité el du il6tin dô I Asbdsê Câtàdine,

Appatue en 500 ap. Jéiu CbJisl dù néât ætt€ pdème onre.tie Âri, or ne 6aii !ù qùôl niraclé, âus3i.
iôt nonnée Arcàns€. Ene ompa sa placejuqu'en I m 1440,dat€ à laqmle ele di:pm! brusquênett
ei sss raison. On l a, depùis,eni. âpdçIe dtus il6 cir.ôftlancæ |rè3 p.é.ises ei l!ès bfèves,ùéêsen
gtuâal au Marhes Intmédiêi.e auquellès el]e rd.i! potur û intérêt tout parricùliâ...

c3, Ce* ce que l'm sail d'elê. Ia vérité, lâ tuici.

Ma Domme €t moi
Quand A&n et Evê qùit!èÉnt le parâdi3 têæ3tÊ, Diôu, qui loE âjnâi! bêâ!.oup,
les â!ai! dot& dùe vie en|êhen@! l@gue e! de polvoi's@giqæstrèspÙjs
smts pôu rt8 huaiG. CeÊp.ùvoin, dGpen& pù les d6.en&nts d'Adan et

62
Eve âu nilieu deÊhmaùq domèæni læ p.ùmi.Ê Déméter et acqùii les pouvoirs
psh dé@rs pù 'Mhdstom". quc *s ndàbs lù a(d.dâient. Son
.ùl!e fir des énules at elle fut omùe
Mâis AdlD et Eve, pl* puissânre $us d âùtæs .ons dâtu d âulEs Pays.
leusNé.w . Ce nestp$ drôledêtæ innoriel,
et ce n'esi surtoui ps dmle de viue ùne vie notuale, l,e dieu se. Zeu ta viola et lui fit deÉ
vdiÉ ba.âre, âp.ès avon c(nu lês délicesdu jsrdir dfants: lâcchûset Koré,plùs6nnuê sousle non
d€den. Adan r y slréo! ?æ. après hùit cùb aû de Perséphone,qùi tu! à
duê âisbnce biên Énpliê, où il vir s'ét*er et llâdès,le dieùdesenfers,quellerui oblisiée
d époùser
s abattæ des enpirêÊ, il se sùicidâ, essayæi pâr .e
Doya de .€joindÉ lê paFd$ pùdu Ce tut ÊsG doulê à @ue dè æ vioL ei de cet tlèvs'
nènr qùe Dénéte. bê se lâisss ps nouri4 onhe les
Eve Btâ seure. llle avait enyiê dè viv&, nais elle auhes diêd de ce pùihéo., quûd seslidàles diÊpr
surFotuii nal de .esler sur lâ t€ûe de C@am, lÀ oùL tue ou qùele .etusa de devènjr Iohbre dele
nêne sù ue MaEhê l.tènédiâne.
oùLele étaii pÉ3quê vénéÉe, Elle dé.ita dùc d. pù-
ti.... toui dsi! devùt eùe,laiÉ le toù de lâ Tefe er La croix et la b8.nière
d6 peùplss,sds se pÉomls de st ilestin.
lÆ t€nps dês CE6 éûit passé ê! lâ plilosphie
Dms .haque paJs, ele sinstalâit quêlqes @ées
Dds chaqnê psys, ele avai! ùn ûâ!, porfoù plù
$ieus, ei de6 sfm!' Arlsi, 1êsdeÊmdùis d'Eve Eve ma de ntuveâù de pd le no.de, arbndâa!
stpsrpillèrnt sur totte 1asuJfacede la thR... quelqùe chose dê noù!eru... qùelque cà6ê qui nè

Le gain
et I'i!'rare
Des sièclès plu ts.d,
aprÀs 'on ené jù4uen
Àlie, er DèEê ju€q!âu
Amériqùæ êr pâssùt.
.ohnê les ulinss, pù le
dého ile BeùJins, elle
ânivr en G.Ère. l,à, elle
si$tal]l pendan! qùèl'
qù6 iênps, labodd! la
Tere et flsant des
enfù!' son ilmoftarié
êi 3ès p.Noft la 6rent
!énérâ mmê unô dée$e
de la nat€mi!é êr de lâ
bûè pâ. l. popùlalior
locâle, ?èu à peu, ù véi-
bble dlte s'oigmisa, âvec

La roi des fidèles fatumt


les dleu, Eve deYin! dé*-
se soN le non dê

6-)

63
relésleni! pæ 16 felmæ aù
.ôle de victines c()rme l'avaient Biæ qù'ofrciêllenh! "o!t st", C
lâit lesdieu gâs évêcôlle. diâ dù ôté désFones du Bien si elle penseque ælles-
ci m! .éêlleneni er dùgd. ce
!a nolveâlié 6nir p{ miveri cèta s âppe prohlÈne: cù lês Àrchmc€s, et spécialementLesplùÊ
intécriÊies (Dominique, LaùEnl, Joseph, Waltea
Mi.hel...) Ia nelten! dù3 le nêne 5âc qùe les
Xve eùl l'inprêÈsiôr d6 Évôdr au bd.âil, dô 4..àâng!s renégâls Gâhriêl er Mâthiâs. lls n'h&i!e
retmuve.le Dieu qu'€lle âvâit quit!é il y â'êit si ,ong- .mt pâs à lâ !ue. ou à lâ râiæ p.isùière lnr de Iâ
tênrs. Une Éligion de paix er d amou, et Iâ rédenp-
tion Foù. ses pécnés:@lâ &ilaii si lobsi€np€ qlene
Cela dit. qùùd m a Dieu de Êoncôté,bien deschoses
nê soni pæ aùsi dane€Euæ qù'ell6 le paraissent
Disu, qui âvâit t ujoùâ æ un pêlit faiblépour êlleet
pou. Adan, lli oùhit tout cÊnd l€ bræ. Elle pdt 1é ComDrent la faire intervenir?
mD dê CâtlErineêt devhi A]clùs€.
Dê nmièE inopinée. sùs une âuse lde.tité, dm
MâiE les chosæ ne se pæsèret pæ mlme êIe te r,inpo.te qùel scéHio qùi roucheÀ u sujer qù I'in
!o,nait. l,a nonvelle Eùéon nétaii pæ ûâihent de
pa; ei d moù, les Arhmges non plu. Et qùmt aù
stâ!u! ded fenræ, il nâ Ât qle sô dég*dêr à partir llle pêut sêûir à apporler une solution inaltendue, à
de la fin du ûoyen-âe€, Du o!p, éc6ùréê, elle !âriit fâiÉ locho lâ b,lùce dù côié où d,u âure, à
saùvâ lm Êitùâtion désespérée
ùtiisre trop si6ple... où, Lùl sinpleneni, À sjoùbf
Dieu, qui dé.idénen! 6t pârfob tobrenerl ilocique, ùne têilt€ ile nratèæ à uê histoiE.
ne 1âpunit pâ3 pôur 3â dé.tuiô âù di.anq il lbh
5êrâ erer su.'Ibft êt lui .oft*â sês poùvotu... rid str, nê hlilis.zpæ trp: deux foG dms ue
espémli sms doub queùê Ânimi
suffisârt. Cela dit,
caihe.ine esr tdèle en mùi4 donc ellê peut reve.ir
vdi4 qrelqù$ noù plu 1ad, .olmâi 16 choseÊoni
Er il n'a psut'ô1r. pâs t n, pa... qùe Câurdile, tiùtê
erût€ q! ele soit, n â pæ Ejeté æs poMia ou sn
tftr'e, ei nr ps s$yé de dèvai. "déesse,aileus-.
e qùi, it faur l'avoùù, dwidi de plu ên plu dimci, Quelques persoùùag€s
la avs l'onipÉseme Bù la Tsre d$ Elisiom ctné ou'e[e âffectionne
iiem.s, juivæ ôt nuulûanæ... qui, dù6 Lespni de
Câlhefinè .orne dæ3 .êlùi dê Diêu, M! éqùird- D ue buière généF1e.resrôresnod*t s et efracés
pemett€nt lù d obsede. bùi À s
inleFdn dis.rèienai Ê3s se fsiE rûùquei
Et maitrtenant?
c8tù5iie a imÈ sujêb d inhrêrlmopau:

- les feûnes, leur st !u! et lâ ûâriàè dont eDes


Une vendelse dè grùdê surfâce . seFeuæ de fast

- lâ Teft, lâ .ultùe e! la nat€mir,:. Pâr6ame - sage-feme iciitùbiæ.

les Mùcles Inlemédiâirs, À lâ ibù pd.e que - Fenûe â! rorêr (êllê ÉÊtêrâ rainent duieE
d,aùrÉs ùivds lâ lsinàq bais sei pd.ê qù!êIe ùnéês nùiéè aveclê nêûê hôDne,qùi p€nseqùtl
les ..aùi: êlle ne veùi pæ qu'ù de ce6rives et on a époùséùê fenbe mmne lee âu!.ês. Après la
æ sait queùes .Éarù$ où dieu qui vivênt d6sùs Êépmiion, êne Ê,occùpdade 8esenfsk jù+
viennen! âbind le frâgilê équilibÈ de la Ibæ.
Elle shié.eÊæ À cs tDù uiye.s et, chaqùelois qn n Peut-orl incarner ùn
se pâs. $elqu€.hce d'ùtéæ$mi,3e plaæ olme
obeenâtri.e sou qe fâu$ê idælité, voi.ê inlerient
u bon *enplê dê de Catherinê?
sa nmièE de s inréreÊs À ue Êirùâriondms le scê
nâ.io, oùLelle n'hésile p8s, 8ms ùe ùuEê idùtiié, à Outl -Ansolrent n rêstô,
s iniégrer à une é$iDe de jouæB pN obseûs ce
qùi EepaÊse...et, .t5tr ce cæ lfécis, À y âIèr ên fd.ê

64
Fores du Bien et Diêu ne leu. â las dènùdé de pas
ser sonslû dircction d'û noùvel ÀJ
cepcnda.t ces Ansès sont iou viêu (plus de 600
a.s), pùisqu'ils se Un gros:abalan.Il a, pùà1i1, esssyéde
Cathêrine édit êncoæù âedce. Stls sont vieu, ils la.Lâere/ êi elle s pùùtLl, retusc.ll dit
sôrt pùissmG aù noim Grâde 2, le Dl$ souvènr qù ele l'a insùlté ei a juré dc lui lairc la peâu.
Grade 3. ^ttentiôû .c $nÉ de pêr PeùtôlF u jour aurons nous !n heâu duèr: vu
nant, naÈ il faù! sâvoirI incûnei 600 ùs d dpé le6 .dacté.istiquês dè Câlhenne
riên.c, dcs habiùdes datùt de plùsiêùs siè.les...

Extraits des Chroniques d'Yves


P sn! donc p€rdu6 dâns cê! Seigneur iombèienq foudroyés, les yeu fondùs sù
le lenps? Côûbien so ûons
avoir êssâJéde fâirê Fâssêrad
Tâillùi dmE la .hair en nouvement, les Aic€s
I€naimi feme. Qùtl 6ufiilol Qùo lâ Nui! qui p.oté.
Noh+Dme éiair m.oE jeue. EUenttajt pas cnco. geait I* Dénons les lro1ège a!$i e! les .ouvæ de so.
re tenilée el ku.en! âvâit chargé de sâ proteclion ôântèâu de dG.éiion. Eclaia Lùmiàre ei lonnene
Daniel, jeune Ange de Crâde 3 à son senice. Céiaii Êsbaiti.ai sù ll jeùe éslise, abafiant à .haqùe
une pé.iode iDublée, de sùpeBtition êt d'obscùo .oup des dizaines den.enG. Mais déjà les Lésiols
.mpaient sù les nuailles ei escaladaienlles bù6
qui d€vaient srbolùer la Fuisance du seigneur
Ei Céldt ùne pé.iode noi.ê pour lês forc,asd,.no. E.corè s bonèni et êlles syn
niaqù$ qui pêrdaiê.t du têrain jour êprès joù. A
.hâquê piem p.sée, elles æcùlai
Vùt le nment où Danjel appêla Lauænt avec ses
demiècs for6 nais nême lùi ne répondit pas.
laitaqùe alai! avon ùêu. Je le savâis,mâis il n'étâi! sâchân! lâ siluatjon désespéréeIl n J avlit prus d'.\.
inposible de le diæ. Ce quê je sâis, je lê 5âi3, Ces!
!out. Il n est pâs de non devoir de le Ène pùbser À
nes pd6 Mais bslsré tout, soni MâÈ NoûeDme !e devail pas ionbâ cejoùr je le
savais.Elle tonbenil, nah plùs iard, bicn Dlustùd,
ll faisait sonh{e .ette nuit.là. Mènê lâ lunê â}âit pé- e! Cétâi! à moi d âgir, une tois dè plùs.
féré æ cac!êr derièÉ lê6 nuêgèsFoùr nè pæ voi. cè
ll Èllâit de ls pùissù.ê à Dmiel, poùr.miner sês
houpes ei loudmyd ses emenis lt si Dieù poùyait
Sù la Éihédiale en coGLù.nm, pani les é.hafaù- lui dome. .clte putusance,jc pouvais l'aidcr
dage, les trcwès dê Dâniôl rontâiênt la Câdê. ll y
âvâit lâ frne fleur des oûéès de l4uùi, ælle qui Iéchtud{néiâiienDâpossessi
svait ùrêtt l'âvùée de lclâlid à Poitie.s plùsieuB tenps, depùis que Patncl I arait Ehouvé en l.lùde
sur nes ordFs. C'étâit sa seule mission et il en fri son
llus bêâu sueès, réùssissant à ûéler ch.istimisme
châcun rspætai! ,â fègle dujeù à ælte époquè,bâis
il y avâii déjà dèseaceplions.

Lr nùt Êe6s€a aùbù de Nohe Dme et l'égli l-e .hùdror, srrbole du poùroi. des dieu, soùce
Êeele nène aénit Iæs fores de Lù.ifer vm-
lâiên! fâi.ê un êxenplêpourrâfimi. leùr
pdiiion d râ Èuê ésris ânaii êiE ei A taveB l espâceer le tenps, j
ænple. De lobsruiié suÉent les dro. au .entE de la Nef, soùs les pieds nôûê de
l,ég:on6 de Biliotu ê! de Cârm
Aussipuissùts qùétaientlessor
dats de Laænt. ils ne lou Dùiel seniii la puissmce nonter en lùi, sê répandE
râient sritædre à ùe iêlle &s tou sesnudêi dss toùt
attrqùe. En un insimt, les hùlenent qùi ût lEnbler les fondations de la jêue
légiôns hénitês, lês câtléd.âle, il rêûêûâ Dieu. Mâi6 y étail.i] biên pour

65
Litlérâleûêni brânché sùr la puissa.ce des dicux, les fânêux so$ sols sont acces
I)aniel inprovisa et pét|itu njclise ct scs assailanls siblcs, âprès avoir dit qùelqùes
nois er Anse où le noi d! passc âu
Àu !êrii natin. Dénons ei notsvivans dc sranil
omaient tours ci façade,un nou cachésdans les .onfcasion.âu Le sôus sol
lait rcnûor or Cé1oi ùe srm en zone ult.a.5erer-dérense. Il êsi énome êi
forces déûonia@es qui À châqùe fois qù'etles lève ed enr)osé duD nélmse hétérocùte de vieu
rdeni l* yeu !ês la Câthédralese .enémoreraicnt r!!s er dâp!æils diEnodeme. Lû prcnièÉ
lêùr .hub. Poù des sièdes e! des sièc16. sâllê ed I'accueil oi' se lmuve le sccond 5ta.dard.
Ce1ùio, après ue secondcûri
Ce tut ù jeu d'e.fart dexrliq! pæDiùe aiEùillera les conespondâ.k sur le sêûiæ
chaùdmn éia là dêpuis lo.sie
Daûe avaii éni .oGhib à .ei e.dmit pour pmfiler
de ss puissmce. lls ne .ruent, bien sûr C'esl bicn lù Ié soù'sol n es, iindeneni, qùnne grandc ma.hine
adninishstive. On y tmùve la plwart d! ten$ u.
.epÉseniant de .nacùn dB Arhângès, nâis ce la
plupd dù tenps" e61à gére. pù Ie nalhe de jeu
NOTRN DAME DE PARIS selo. ce qù'il désiÉ qùè les jouelN obtienneri.Sy

. Une mnêxe dÀnges de Donini'tùe, iou.ioùs prêts À


ent€ndre um bome dénon.iation. ls soni aussi sou-
ve.t }dilités à donner d$ nisions. Ik peùvênt
Pouvoirsi Lunière+o (Spé.ial), Télékinésie+o joindr en casdè bèsoindesir'tuisiiêurs âù seruicede
(Spé.ial), Son+o (Spériâl), ?ùur+o (r3,t), Àbsorpt on Jæeph et des exorisles âu sen
de volonr:+o (r4t), Lire lès senrimenrs+o{324),
Volmtj sùprdomâle+3 lspéciâl)

NoheDme est le quârtiêr sénér.l doÊfoeès du Bien Les ùchives contiennênl les doslic* dcs nncos,
à Paris. DIle ær .onFo5éede deù uf lcurs défaurs nâjeuaj êt ùê bibliothèquê tàs
fournie èn ihéolûgiê,hisioire et o(ùltisne (top
secet) Elle e{ orcmisée ei $rdée par des ÀnEes
CeUeqù'm dn.âîi Cès! lc NoirùDanc dù desus,
dont la des..iDtion esl dâns t s les clides ilicleliD. Une cafér:ria automaftpe, fouûissant caré et
Yitrsu,$ner,ses bièæ. A côtédè .eiie câféiériâ, de
nosdques. Deu détâils sont À pré.ise. Cest de la On y kouve en pemmenæ u nonbE inpofrmt
vénrabte e,ù bénft€ qu'o. r.oùyc dans L5 bénftiers er d'Àngesdê Ds.iel. En effel, pou eu, qui ré.upèrcnl
l€s prêtles sont touÊ dè! nèûbrês desfo(es d! Bie. leùs points de poùyoir ên p.iânt dâns les vicillcs
hunains "âu ou.anl" où desang€s. égliscs,Notle-Dame es! idélle, On
i.op souven! e.dôrnÈ sur les b$c de la nel, temn
La pùiie qùe l on ru .omaii pas est délinitie par les ni doncpréféÉ leur
chaines'Accès intedii aù pùblic". Ur pÉhe ave. un stiribuer des sallÉ spécialB Dans une, des
) ialkie {alkio dâns!, subne e{ pailases sur les'rucllèsles Ang€sdormèni ôù lrierr.
plbli. drs le drôii clreDin, et rppelê. de l âide sù €s
Dans jautie, un nâiériêl vidéo d
pêmmen.e dês .etusnissions de nahhs de foot-
b8ll. Les Alg€s de Daniel séen! cepêldânl t ùjous
Irs 3alles interdite du æz dê ch ùnc ccrt:ine sen3âtion quând ih ressoteri des
dùe diéme inpotmcei ce soni ên sénéEl des
btreau, Ésenés âu prétæs de NolE Dme. Sy
houve aussi le st€ndard nomal, su leqùel tout - U.è sâllê d ertâineneni, lùse et pr iqùe, oùLÊ'en
péqùenoinoyen tonbeÉ sU téléphoneà Note- tdneni des Ànses de L rert on de Nlichel. Le
naift deleu peut sadd en réseFc un énome An-e
de Micnel de Orâde 2, piêt à crô
Sernqùelqùùn poùvæi lrouver sor iden hièn ent€ndr les joueùs qùi voùdrsiênt en découdft
lité en pa.lâ.t ên Ange ou, Doùr let

La listc ci-de$û nèst ên


poma !voi. Ia joie d ôft pasé Nolrê-Dame mniiêni aùssi des cschoh, des bùreau,
sur le deùxiàne stândâd, âu dêscoffæs forts, desnisenes d'mês ei biên desoù
Jack
Jæk lEvebircù esi @Eidéé !ù beau C'est la p.aôE yictine d ùe Eénede .ùq, Bù ùe
6ù! mlme le p.aie. s*ial lnll* à iÆdù pénode de irdis DoiÊ et dôs bÉuâneâ, êr prôÊquelâ
ce s*ælle Ndcro.: 1bu ]B sâial killeB s.i à
ierdm.e Eenôllel Plé.nærel) (Ndlâmê: C'êst
olme la blarchê Àlbiorl C'.st ùnê li.h€ loériqùèl Sùiru! Amie Châpnù, le 3 Sêptmbre, Elizabetl]
?léonâsnê roi-hênel), L]ton, u ùtrNpolosisi€, Strideù, lê 19 Septmbre, Catie.im EddNes. ég3le
nDta lâ ndripti@tion de ce cæ .iè dimiels âu nmt lè ,9 Sephbre Jæk anit lâ smté ei Mart
niats-Unis, bien sûr, nais ausi ên GEnde Br€tacle Jmè IGI' la dmiùe vi.tine, le I Novemhe, su
(à l'dæption de llrlùdô du Nord) êr êr ADêmg!ê. ltqùâlle rùs aùæg ûous âttârdd uû peù, qùoique,
tu rnent, lâ Rrsiê â pÉùié qu'âlle aét it ps à c@æ tuG 1evenns, n! aii p
l'âbri dê .e gênre de rigolos. quoi s'atiûdef ch@ ætt€ patr@ 6lle aprè8que Jacli

tn @npûsl u cnnd n@bre de ru, Iéyior sùs


sèE qùê les Eæiétésoft€lt la sépùltion ds clæK Oui? Poùrquoi? Comment?
socisles ll plu;side a.mnpa€!ée d\rn€ cdiùe de
la onp&ition smi ls -eilem tæâu !ôù le Mais e! âti€rdânt le plat dèÉsbtscq jèi.bs u eil
dévôloppêreûr ds eâ "dârddr.d sr qæ l. Eeurtlir su quelqB déleft dela sscadeJâct.
sesèl Iolè" en vérité @ quele a de du cner à la
claÊse siale qùll enyiê le plu, c'stànne 6 Cê qùi æt d6 sûr, CêstquT ny a nd de sûr dmÊ
toutê €tté afairè, Die à pârt lâ læâli*tior deÈ
ueutEs, Y avâitil u iueu? Plùsie$? ?ourqloi?
Cr qùe I on râlbùvs d âillâla dd. d* ténoie!âgé
de sê.iâl killds er prison, qli séle.tioment pùfoig
leùs viciines en dÈcnrùr avèc en$ ap.èé le€ àwi. 14 slmon ile Ja.! l'EeentEù dabord. Jmais Le
plis en stop, ps erdde. S,il stgit {b nns m.-
tÉu ilê Wùiie.hâpêlré Bôst aùsi baptisélùi-nê6e
nalca, ell6ærùqùô rid;3,il ô'âgit.lêjêù* bÛÙ dæ s .oùrt€ .æièG, C èsi @ fait Urêntior d ùn
e€oisès en ûâr de hây€u e! de 6eEattoù, ôlle€ d jouolist€, bossùi !N lonéne de VoilÀ,de Ma.i
onl pour leû ùs€ni et fnisedi Patchoudê G8li, qùi voùlait faiæ
dù lapiE et qùi eNdya la pænière leti.e de Fadi
câtior À Soueil Y&'d. Ptui t ùte lB leti.6
Mrlheùaumæi, æÊalé8âtiot, qùi dÉpùilent ærcyéé au Yârd, à lâ policô ou ar .oniér ile e.-
Cès! Eêi æsêz t'iên à Értâils @ dê À€rri.é d veiu@, ue seule est âutheniifiée cohDe étdt de
6éne âctuels, seDblent r€sortù du s}lihoDé la Dain dù ou.tæ rùêm, pùisqùe mvôyée avæ ùe
Noshad,mm: s'il se pæse ù & pièe à owictiq ù .ein pélevé sù clthe.i@
pù! sûrtnmt t tuvd à pûstdiôri lè qûfrain qùi
Xddomq la quatrièn8 vi.!ire.
corespord dms les pnphéti* dè Nûshrdûr êt
mnoncar tèlenent, vou voyez, t laqit prédit, t
Cetê leitæ, égùée delui! pù læ æhiùst€s du Yârd
se.aft ébmùr qte Jsck lsvehêu !o d @ dae neG àeueNeeri photogrâphiée, était cellêlÀ
so.iale telle qùî en vieDe à déteter lB habit€ni6 ûàûô qùi mnê4âit pâr IDn tler, 'Er dinct de
dæ âbr6sæ d6 wlritêchapêl qu ét iêrt toùtêê lês vièlEnrêr", plêiæ dê laùt€s dortlosrâphê et qui .ou
do.æ lè 8ed i.diæ sù ce qui 3èpæait à fâi! dæ
le ceFaù de Jack. 'lmn HeI', qui devhi le rftE ae
Si l4 linieE dù I'BI obtiement d6 rérdtsis étm- lâ nini*é;ô de fttiù édtè pu Àlm'!V't àmm et
nants, réÉsissdt à étêtln ù porkâit-robot fuèô plus si afiliés" Mooc er de$inéê par Xddiô
Ââblè du diEircl avec ù !@ùrc riôcule dindi@,
âùlu & sæt p@c!é su les neutEs dê
wlii€chaFl, .e qni sdr d,aineûs ù rh& À e$ayE Un nNt, naùeMuenent en mglaiÊ, 6lme lâ
C'est Eai, plu d u siècleplùs ted, læ inforutim plùp*t dês dû.uùtd dù lTvmirù ei qù
nê srl plu t ÈaÊai.n$, mù bm. pé3ênb ure thàæ séduisut. sinon ordible.

læ plmier c.ine olmil pù JacL l'Evèntrêu, dtr t ane dù cine ele nène 6i sùjeite à
noiM le pEnû. Eomù a tlnt que t€I, tut celui de ilisdssiûr, nêû€ si lê Djorité des
Mdy Ann Ni.hok, en dat€ du 31 âott 13€3. expelT€pe!.hd! pour un s.âlF€l de

C€ narir-lÀ, à 3h.16,le bobby Neil i.ébùdE Eù le britmiqu, ùtilbé p3r læ chi-


6.pG de Marr Am Nichols À Bùck's R.F, m plein turgiêtu Êùr lê têrâin et
Wnftô.hâpel. l,â flle, urc p.ostituée, a €u la $rg€ grâcêâùquêli]3 poùYâienr
hmchéê d'ue oreill€ À Ibui.e et son ahdonen a été
entièrene.i décoùpépùs foùilé.
sinon quils ont dû ùEe À lû nène

Châquoânna. ârène
la dernièEen dâteé
exclùsives,
dù jôum31 de tuL tEvenheù, fau imnédiâtenent
éverr, âpÈs malr€e de leNæ dùs u lùombûe
aserDerté. Mêne les tuu camets d'Hitler étaient
nieu rédir,js Bien sûa le labo a pu menli. pour
cacher une véité troF â!.ocè èt les Àûéricai.s ne
$nljârâis âréssù k Lùq c6t

Cest étommi, penome nâ m.oE éyoquéla lhèse


dù sùicide, on voit bien toutes æs panres 6les se
nùtile. À pldsir luis se faire hara }ùi, .ome ça,
commed'aurrs vonr au narcàé.

Dâ.s ces@ndiiions, I h)Tothèse INS Mv du câu.he


nar nre*, âp.ès tout, pas si folle que .ela et elle a
l'a!ùiage de répondft à æfraines des quesriom que
se posenten&re les spéciâlistes: pouquoi aprèsun
sièclê, pourquoi âp.& tani dc ieûps, pourquoi ave.
seulementcinq neurtres âlors que les sè.ial killêtu
âctuels mnlie.t leùn ùctines pâr dizâines, Jâck
I EventEù sti.e toujoùs les loules ei €piive enco
rc l'aùdit ire? c'esr au niveau de I'in.onricnr qùe ça

Mor nom êst Bord Thomâs Bond


AloB pou.vousdônnè!une bonneidéede.e qucJack
pouvâitfâi& el conne ererrle pour lâ pariie de lâ
ciæ'rueIelégi$ê
înons Bond r découved dms la chmbre de Marr
Kelln le I novenb.e 1333.
Ce qùi esi ésaleneni remarqusble,Cestque penonne
n'R janais !ù, âù sens lit!éral dù tene, JacL Mârr Kèlly ès! une ei@F1ionpani les viclires de
ttvenireur Bien 5ù des rémoins ont dr:claré avoir IEvenûeur.en ce sensqu'ellêa été Il seuleÀ êiE
iùée chez ele, ei Jacù a pu pFndre son enps Cest
lois rène 'tuelqùes ûùùtes avùi le .rine. nâis a$si la demièft victine: les ai
rucùn podrait-roboi nh pu êtr établi en Eoùpml aprèssâmortPourIâ.rnpssnê,nbubliezpasqùil!

d'inlginsiion, vou pouvez vous en domer à .æu.


joie en pânânt du neurte dê Kêllt
Quant à f identit: de Jack, Ià, Cest la granderigolade
pêud ltisloire:en r$7, S.odândYâd rêhouvele
.ôté, Êoit lonbés j!6!e nais 6e soll fâit dénolir Un
par un de leurs èsrinés .!ppor! du Dr Bond
lécjd6 ssistèEnt à I exmen Quând on Esùdê lês
photos qui oni én: pnses de Mary Kelly, pnisque des
photosont été F.iscs par lca homnes du Yard ei de la

encore que la psune fflle ttù ne iessùble plu À


vi.ro.û, wilian sickeri, un
peinlle ânglâis de lépoqùe,
qui âv.i! boulofié
toute lâ fânillè rcrale à pad Si rous rous souvenezdu Japonais
"PÀob' avat publié, âvùi l\dediction, les clichés,
ci bicn Ccst pirc. Surt ùr quc lc JaFo.ais, au noins,

69
re \ i.1!r. Lr.j,ùi.

r{rtrù! d les dûi$r :enas


mcnr oulrms. li.uFsc srrdr. 1 34l. drr.,c. lc
l(ft d L d,filr l0i,xnr un xi*[ oLn]s rf.r lr

.. bri. mutilas Dar


rl,^narr Llr c, r' l(.'ir*r, Lr Dun d l.s tis:u: rbllomiNur
d fr,lrrsj,,rr, l rfun Dorn 0\ L! rrrr! ilnùr tr

l r{r. -.rn rs lf

. le nûde Édame: And,%lphÆ, Pnnæ dL Ser Saùe2ûur?ù!

Ma$e roi: Le méro va paftirl Maaæmaglel


Non. atrendez,Éyen.z, resârdez lii-bas, dæ le ls de ctodG. VousroJez ce que je voisl
ê I OM quj lui porte 3!. lsr. . Agâl C est qui çal

u Ùêâuûiùêu de r! sàtion châtrler, dir.crion Poft dcs Lilds. Ûne nêùr


4 dâts unè neùf qui tu dênardaii qù,à
{:dol pou. le6 trcir abruiis qui Ia .eEûdaieni avecdÆ yeù d éiudl

tlrr ltaii vêrue de loqùes inlom) chê, sidon de feau ù,ur.ntc, dcpuÈ brcn
À
lonerlnps, nais sous.citc couchcprct€ct.iæ, cù nêne lês nirobes ne voùldêni pâs l rpp.o.her il v xvân
lê poeoiiel d'un top nodcl, cindy craxlord mGée ave. stephmie serToù dms ù rb .oniæ naiu.e. ou
.êlùi dù!ê Èuiode lùe El cect malncu.eu*ncnr soùcnt la nêne.hose 7
J
Plus ih la r.eadaicnt ci plùs l!ù6 Jeu se renplÈsâienl dânoDr poùr êlle P3s de vér:iables
a
;el, n.is elui plus physiqùe, plùs nlsaiF, plus snrsùlier
:
a!ioù. d êxs. râ ùê!iè dêsdo.hanh smblâit ne pasavoirde pnse, .olme s ils clÈsâiert
apprcuvaicrt pN, ni r) pou

dù Êgârd,un. éjâ.ùtâtion
tul ellequi pni la pâmlelâ prenièrei

70
, rt.itf 1,., ri. !rLr.il.

r n. n,,1,1,r.o1d1.1

. 1 , rr 1 ,L -' r ( . D h r . u r l i , j r ljj ltLr,f

, r 1 , , r , . ,r , - L l ! r , r , . . : r ; r . , ,j1rr.!undrLs.!r
to.lnis ùr !..1i, I iùlll

! ) , rL,! ,1,!(r l i rlG r{rr.l

7l
Récapirularifdes person nagesceltes

GL'FRIIIEII GF)NERIQITE
r POUVOIROFFENSIF

r Pû,v,i. DrnrriFr: rùrr hûrrqùe


2.POTryOIRDÉFENSII.

ri Rfnridû,\rrirnënrrtre

rr......Con1$ledespietes
|].POÛVOIRS UTILTTAIRES
13.......Cont$le
desélénenc +0

t?.....,Arne dè.ontâct lpéc lons.


iI.OBJETS

5.POTiVOTRS
DRUIDISLTES 25.. Fâir pâ.I.r los pieres +0

29......Conhôledespierês +1

3r.......Marcher
sur l'eau+0
6.LTMITAITONS

7Z
CAÎHERINE
Archange des Femmes

klrù. !'* ù rù. me pir hrÀ

I d cr {Lùù ùu,i!r, rùJ! rli trs

|]n]IJjnj|q[L!][]!(\|Ilr..

73
pleh€ naiûe P$slùtlttéô d'tntêrêndor 3
I,o..lbt[ré. it'tlt F.ltlor ùuurr.. (Spèciâ]):
cath€dre 6t le seul ardmge

ôhléttêûe. et mêûe absolunflt ienoræie de


r3r ldÈtence de Calherine' a drôit. si elè esl dds ue
situaftn totalendt dèsæpèrèellèe drlclêûênt à
154 sa condltlon féntnln€ et quelle lnvôque dds
5 Ane à disbæ bédre 324 nhpote qu.rs &m€s urc âide pæ nâlftIe
(cclâ peut alld de: Mon Dreu,âlde noi l â Mâis
mèrde, que qùelqDù rassequelqùechoserl à ùn
Jerde D€66. St êllefdr r r r, cath
ce poùvoir pernet â lÂnge de fâift pftn&e
.n p.Mm€, où pâr ut !êtit miÉcle bim piacé.
cônscteùce de son vdnabl€ potentd lâ pdÉmê Tout cela fait âssez d. condtttors poù qxe
touchæ. C€ùe cl, pendot quelques n?drore d.
second€s. esr débæée d€ tous les prqugés ou Cê qùc pénæ Cethêdne dê...
dhférro.rtè ddtu.llment

quelle où il désrre ràrr€nl é


phs dângdes qubn ne p.ulle dolre É tumbre
de pmo'rjE ont toùt qdtt, ta!!4 fmtllè. !âtrl. I:r{olenæ:Encestpadds.écsde
r'lluoe m€rlat , Iâ Pôndque:Eùe 6r utne, ne æd
quene $it mturele (moÙ. peù...) ù nagrque
lchâme, Pæse*rôn. cônù61ê, êtc.-.]. qùe p.uv€ii
sur la PeBome est
défrnûvement âmùrêe. cc p.urclr @ùt sPP er IÆ Archù96: ft acærdent ûo
cho* qrù r o n mt pas Éenmen1.
iês.rvlttuÉ:N0$nousépaulon
h@tl@: calhêrùc es! pâssè€ Archdge €n 50o
ApÈs J C et æt un. ûcieme p
Dl8ttlctto$ accordéæ pù Carhcd!ê
Âppærc. .r êôûDonddt cetbshe âppâràtr
l€ plus soùvent sN la fome d ùe glade ët soLd€
remme dun. trdtahe dâûéq t ù$ $n posæ.ur l. pouvoir de s
re d sûre
d ell€. P€rsonne ne sân ect mdt d oi' eI€ vrent,
sauf Dieù. Iâ rumeur coùn qu ell. .st un. i,ù des sdls.Jere: cdb dlerin
dcieûe pâietuè, et qù elre étdt dalà æs€z dêngâée. aEsitôi la
puls€dre dds 3ôn dcteûê Éléion p.ù poùmû,
ellectùéê. accédù drndmes arec butc re'me Èsôllfenr hælile.
drrd€ment âu grâde darchscè c€fiâjIF pflent
m._. câinùrie. du sùcuotr a(ôrd à
hâùt de 3ôn calme lègenrlâlr pouvorr de sene laftù rés
gdéEl d un.nfmi thêur.u ou n
con8me G supposluons,
.o.J en rd âpposùr È trdn sur
Rô1.: Calhsine a la Epubdon d€ft lôy,l€ .t pMhe bcetu.
erff€ce dwF ses subordoùè(els. Ellê s tuupe m
pnodb des femm.s, lùltdt contre la gEve
Rèlattoc aEc lêr sutsB Archùges
condition dms laquclle Ic hâut moyd,âge er (néme Hosûle: Dondque, Joseph, c6rgês.
sr ellê re le dr.a jmds tour baur r Dmtrlqu€ esl
dds le coin) l obsculaûsne rcl€leux lcs â AssÔôié:B]ædùe'Yws'NN.a]'s
plorgèes. Elle lôuâ, enliê àulres, ù .ôle mctâl
dæ le râncemeDt de J.âme dÂr.. sDn actim a
.etv6slânndu cdpotut . dhlDetron: u) un
moyen àge 1â condrtiôn fénrnrne sétdt déJà slogd [*nriÈte, 12) un souûe'
n€ihmt âméllorè.. câth€rlne di.e!æt m l4o0 gorgc bFrlè, (3) Dehl roo
quele ébrt app@e, el ta f€mes. 14) U!€ bolle de
@ndition des felûes tut de rmveu en chùte llbft ôonlràceptifs. {5) DeEnt
lusquâu début du ).xèn€ siècl€. M.nc sl roo0 lèIIm6. (6) D€lmt
beaucoùp ddgcs À $r sefllcê sont (édentl de
sêxê fémhh, caur€rrnc n. lait aùNne

74
CREDITS
( r'illtioû: G.E. Ranne
D(stins: Alberto Vararda
L()g():Greg Cervall
dlo[vcrture: Greg Cervall
Misc en pagc: CROC
aorrectioûs: Guillaume Delafosse et SabfureWong

SOMMAIRE
Inrroducrlon...,.,.., 1
Aiographie des aùreùr\ I
A n e n r i ô ûà I i m a . ( h c
PÀsc moi le (ehe.....
\ôm\deDieu.,..,.. 11
Jouer des équiF\ mixt€s
Delend. esl \olfe Dam 21

l';F.de\uJù

DùdécoM puurlacmpaCne..... -........... 53


Unircr prèr-à-iouet 57
v e r m ô r p h o \ e < d e û r t $ C a r b e f i n e. . . . . . . . . . . . . .
E x t r u i l sd e \ c h t o n l q u f s d Y ! € - . . . . . . . . . . . . . . . . . .
68
Ricapirttlaril
( a r h e r i n e . r c b t r A e d e t f e m m e s . . . . . . . . . . . . . . . .
a.Édib. . . . . . . . . . . . . .
Solmraire..,.,.,..,. 75

75