Vous êtes sur la page 1sur 12

Chapitre 6 INSTALLATION DE CHANTIER (poste de bétonnage) Cours n°7

1 – GENERALITES

Une opération de bâtiment ou de travaux publics, aussi réduite soit-elle, comporte toujours des
ouvrages qui nécessitent la mise en oeuvre du béton.
Pour s’en convaincre, il suffit de citer
quelques chiffres représentant les
volumes de béton mis en place :
• 40 m3 pour un pavillon courant,
• jusqu’à 1000 m3 par jour sur un
chantier de centrale nucléaire,
• plus de 10000 m3 par jour sur
l’ensemble des chantiers du
bâtiment et des travaux publics
en France.
L’installation du poste de fabrication du
béton sera donc fonction de
l’importance du chantier. Ainsi une
bétonnière est suffisante pour la
construction d’un pavillon alors qu’une
ou plusieurs centrales à béton ayant
des capacités de production de 50 à
100 m3/heure pourront être installées
sur un chantier de génie civil.
Le béton est selon plusieurs critères :
- réalisé sur le chantier (Béton Fabriqué sur Chantier : BFC),
- réalisé dans des centrales à béton puis transporté (Béton Prêt à l’Emploi : BPE)
Les considérations à prendre en compte pour choisir l’option d’un B.P.E. ou d’un B.F.C. sont :
• le volume total de béton à produire,
• la durée du chantier,
• l’espace disponible sur le chantier,
• les disponibilités en matériel de l’entreprise,
• les besoins en production (moyenne et pointe).

2 – BETON FABRIQUE SUR CHANTIER (BFC)

Pour tout chantier, la fabrication du béton impose d’approvisionner de stocker, de doser et de malaxer
les constituants du béton.
2 – 1 Stockage
IL doit être adapté aux besoins du chantier, en évitant aussi bien les ruptures de stock que les
surstockages.
2 – 1 – 1 Ciment

On distingue 2 cas :
• petits chantiers : conditionné en sacs, le ciment doit être
stocké sur des palettes disposées sur un sol plat et sec. Les sacs
seront protégés de la pluie, des remontées d’humidité du sol, des
projections de boue et de tout choc mécanique susceptible de les
déchirer. Si plusieurs types de ciments sont nécessaires, leur
stockage sera séparé pour éviter les erreurs et les mélanges.
• grands chantiers : livré en vrac par camion-citerne, le
ciment est déchargé pneumatiquement et stocké dans des silos
verticaux de forme cylindrique représentés par la figure ci-contre.

T STI GC ESTI théorique page 1/12


Chapitre 6 INSTALLATION DE CHANTIER (poste de bétonnage) Cours n°7

2 – 1 – 2 Granulats
IL faut éviter tout mélange entre des granulats de natures, d’origines ou de classes granulaires
différentes. Le stockage dépend des granulats dépend de la surface disponible sur chantier, du
nombre et du volume de granulats à stocker et du stock de sécurité demandé. L’aire de stockage doit
être bétonnée, légèrement inclinée pour favoriser l’écoulement des eaux et est équipée (si
nécessaire) de canalisations de distribution de vapeur pour assurer le réchauffage des granulats
(notamment en hiver...).
Les granulats peuvent être stockés sous plusieurs formes :
• dans des silos, lorsque la place sur chantier est réduite (configuration toutefois rare),
• dans des compartiments en étoiles, les granulats prennent la forme d’un demi-cône,
• dans des trémies en ligne alimentées par des chargeurs.

trémies en ligne compartiments en étoile

Application n°1 : On considère le stockage des granulats en étoiles, à partir des hypothèses
suivantes, on vous demande de calculer la surface d’encombrement afin de prévoir l’aire de
stockage suffisante sur le chantier.
Hypothèses
α = 22°, Vgravier = 120 m3, Vsable = 80 m3
le volume d’un cône est égal à : V = (πR2h)/3

T STI GC ESTI théorique page 2/12


Chapitre 6 INSTALLATION DE CHANTIER (poste de bétonnage) Cours n°7

2 – 1 – 3 Adjuvants
Ils sont stockés dans des bidons ou des containers fermés et bien identifiés. Les précautions
concernant le stockage par temps froid, ainsi que les dates limites d’emploi doivent être
scrupuleusement respectées
2 – 1 – 4 Eau
Lorsqu’un stock tampon est prévu, il devra rester à l’abri des pollutions.

2 – 2 Fabrication
Sur chantier, le béton en fonction de la quantité à produire est réalisé à l’aide de bétonnières ou de
centrales à bétons.
2 – 2 – 1 Bétonnières
Exemple :La bétonnière BIO-400 offre une production horaire de béton très élevée. Grâce au
système de chargement par pelle tractée, il est possible de réaliser jusqu'à 30 malaxages/heure avec
une production de 8m3/h.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

CAPACITÉ MALAXAGE (L) 400

RENDEMENT EFFECTIF (L) 320

TOURS/MIN CUVE 30

CAPACITÉ RÉSERVOIR EAU (L) 45

POIDS AVEC MOT. ÉLECTRIQUE (KG) 815

2 – 2 – 2 Centrales à béton pour chantiers de bâtiment


Les centrales à béton mobiles compactes, au gabarit routier connaissent un essor important.
Transportables, montées sur remorque, elles sont dotées d’automatismes et de pesages de hautes
précisions. Elles peuvent produire de 8 à 150m3/h de béton.
1-

2-

3-

4-

5-

6-

7-

8-

9-

10 -

11 -

12 -

T STI GC ESTI théorique page 3/12


Chapitre 6 INSTALLATION DE CHANTIER (poste de bétonnage) Cours n°7

Exemple : on considère la centrale à béton BTK 1008 construite par la société IMER dont les
caractéristiques sont les suivantes :
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES BTK 1008
Capacité de chargement L 1500
Débit par gâchée L 1000
3
Stock max. agrégats m 300

CENTRALE BETONMATIK avec : Deux balances


A Pesage ciment 50''
B Pesage agrégats 80''
C Dosage eau 4''
D Transfert matériaux 36''
E Malaxage et vidange 80''
Phases qui déterminent le cycle B+C+D
Temps moyen de cycle
Production horaire m3/h

CENTRALE AVEC UNE BALANCE


A Pesage ciment A1 A2 A3
B Pesage agrégats B1 B2 B3
C Dosage eau C1 C2
D Transfert matériaux D1 D2
CENTRALE AVEC DEUX BALANCES
A Pesage ciment A1 A2 A3
B Pesage agrégats B1 B2 B3
C Dosage eau C1 C2
D Transfert matériaux D1 D2
Application n°2 : A l’aide des renseignements ci-dessus, on vous demande de déterminer le temps
moyen de cycle ainsi que la production horaire (ou rendement horaire) de cette centrale.

Si l’étude de rentabilité (voir paragraphe 4) nous amène à choisir la fabrication du béton sur chantier,
le choix de la centrale doit être déterminé à partir des hypothèses de la figure ci-dessous :

T STI GC ESTI théorique page 4/12


Chapitre 6 INSTALLATION DE CHANTIER (poste de bétonnage) Cours n°7

Application n°3 : A l’aide des renseignements ci-dessous, on vous demande vérifier si la centrale
convient pour le bétonnage de voiles sachant que :
• Les coefficients de vibration et de pertes des matériaux entre V1 et V2 sont respectivement de
7% et de 3%,
• Le coefficient de contraction des matériaux entre V2 et V3 est de 25%,
• Quantité de béton à couler issue du métré : 35m3 en 6h,
• La grue peut réaliser 7 cycles/heure pour le coulage des voiles.

3 – BETON PRET A L’EMPLOI (BPE)


3 – 1 Généralités
Le béton est fabriqué dans des centrales à bétons fixes dont le principe de fonctionnement est donné
par le schéma ci-dessous :

Le béton est ensuite livré sur le chantier à l’aide de bétonnières portées (ou camions toupies), ainsi
au cours du transport, 2 phénomènes sont à éviter :
• la ségrégation du béton due aux secousses et vibrations,
• le raidissement du béton qui est provoqué par le début de la prise.
Le béton doit être aussi protégé vis-à-vis des agents atmosphériques (le vent ou le soleil provoque
une déshydratation en surface, la pluie risque de délaver le béton frais). La température a une
incidence sur le temps de prise à tel point qu’une augmentation de 10°C peut diviser le temps de prise
par 2.
Le délai de transport défini par le temps entre la fabrication de la gâchée et la mise à disposition du
béton sur le chantier est de 1h30 pour une température égale à 20°C (très rare en Normandie...). Pour
une température supérieure de 10°C (encore plus rare...), il faut réduire ce temps par 2.
Le béton doit avoir pris sa forme définitive au plus tard 2 heures après sa fabrication à la centrale
(t=20°C) et la mise en place doit se faire dans les 30 minutes suivant l’arrivée du béton.

T STI GC ESTI théorique page 5/12


Chapitre 6 INSTALLATION DE CHANTIER (poste de bétonnage) Cours n°7

3 – 2 Transport du béton de la centrale au chantier


3 – 2 – 1 Camions bennes
Ils sont utilisés pour transporter du béton ferme (béton de propreté, de voirie...)sur une distance
maximale de 30km. Le béton est alors protégé des agents atmosphériques par une bâche.

3 – 2 – 2 Bétonnières portées ou camions toupies


A l’heure actuelle, les centrales à béton sont de type malaxage, le rôle des bétonnières portées est
réduit à celui du transport sur une distance maximale de 50km.
Leur capacité varie de 5 à 15m3 et la cuve est placée sur une remorque à partir de 8m3.
capacité 5m3 capacité 8m3 capacité 15m3

La cuve est de forme cylindro-conique et son volume est égal à 1,7fois le


volume de béton pour lequel elle est prévue. Dans la cuve, une pale ou une
lame d’acier formant une vis sans fin, déplace le béton en translation quand la
cuve est en rotation. Selon le sens de rotation, le béton est déplacé vers le
fond de la cuve (remplissage de la cuve et malaxage) ou vers la sortie
(vidange de la cuve).

3 – 3 Transport du béton sur le chantier


3 – 3 – 1 Tapis convoyeurs
Le tapis convoyeur (ou tapis transporteur) à
béton télescopique peut atteindre une extension
maximale de 16 mètres. Il est composé d’un
élément télescopique d'une longueur de 4 mètres.
L'avantage fonctionnel du tapis convoyeur est sa
possibilité de coulage du béton dans une vaste
zone, correspondant à la partie télescopique de 4
mètres, sans déplacer le véhicule. Il permet de
décharger jusqu’à une hauteur de 8 m, après
avoir vérifié l’affaissement du béton.
La capacité de déchargement en position
horizontale est de 45 m3/h dans un rayon d'action
de 280°.
Le convoyeur glisse sur un nombre suffisant de
rouleaux en acier dont le mouvement permet
d’éviter la création d'accumulations de béton
pendant le déplacement. La bande transporteuse
a une largeur de 400 mm et avance à une vitesse
variant de 0 à 3 m/s.
Pendant la phase de transport, il est compact et
flexible comme un convoyeur traditionnel grâce au
retrait rapide de l'élément télescopique.

T STI GC ESTI théorique page 6/12


Chapitre 6 INSTALLATION DE CHANTIER (poste de bétonnage) Cours n°7

3 – 3 – 2 Pompes à béton sur camions toupies

Le bras de distribution est fait de 3 ou 4 éléments configurés en


forme de “Z” ou de “M” respectivement, fixés les uns aux autres au
moyen de pivots spéciaux équipés de systèmes de sûreté. Le
mouvement (dans le sens vertical) des éléments se fait au moyen
de vérins hydrauliques.
Le bras permet ainsi une extension verticale de près de 25 mètres
selon la pompe choisie.
L’avantage de ce matériel est de soulager le travail de la grue qui
peut se consacrer à d’autres tâches que le coulage de béton.

3 – 3 – 3 Pompes à béton stationnaires (ou fixes)

Les pompes à béton fixes sont utilisées :


• lorsque les grues sont saturées ou démontées,
• lorsque les accès sont difficiles,
• lorsque la distribution du béton se fait sur de grandes distances et/ou à de grandes hauteurs.

T STI GC ESTI théorique page 7/12


Chapitre 6 INSTALLATION DE CHANTIER (poste de bétonnage) Cours n°7

Pompage vertical de béton Pompage horizontal de béton

doc 1 doc 2

T STI GC ESTI théorique page 8/12


Chapitre 6 INSTALLATION DE CHANTIER (poste de bétonnage) Cours n°7

3 – 3 – 4 Pompes à béton associée à un mât stationnaire


Pour les constructions importantes, la mise en place du béton doit être rapide et rentable. Quand les
portées et possibilités des pompes à béton n’y suffisent plus, elles peuvent être relayées par les mâts
stationnaires. Le mât se compose toujours d’un support et d’une flèche et est associée à une pompe à
béton.
Réalisation d’ouvrage d’art Réalisation de bâtiments de grande hauteur

photo 1 photo 2

Coulage de grandes surfaces (dallage par exemple)

photo 3

T STI GC ESTI théorique page 9/12


Chapitre 6 INSTALLATION DE CHANTIER (poste de bétonnage) Cours n°7

4 – DETERMINATION DU SYSTEME DE PRODUCTION DU BETON

4 – 1 Démarche à suivre

• On recherche le coût du BFC qui est donné par la relation suivante :


y = a × x + b avec « a »:le coût d’un m3 de béton réalisé sur chantier qui dépend
des matériaux, de la M.O., de l’énergie consommée.
avec « b » :les frais fixes dus à l’installation et au repliement du
matériel.

• On recherche le coût du BPE, celui-ci est généralement donné, il est établi après négociation
auprès des centrales à béton.

• Le coût du BPE est donné par la relation suivante :


y = a’ × x avec « a’ » le prix du m3 de BPE.

• On recherche le seuil de rentabilité entre le BPE et le BFC, à partir de quand l’une des deux
solutions est la plus rentable.

• On choisit la solution la plus économique sauf si d’autres critères entre en jeu comme le
manque de place, la saturation de la grue,…

On peut représenter le raisonnement graphiquement :

T STI GC ESTI théorique page 10/12


Chapitre 6 INSTALLATION DE CHANTIER (poste de bétonnage) Cours n°7

4 – 2 Applications

1 - Frais variables pour fabriquer 1 m3 de béton sur chantier (BFC) : « a »

Désignation u Q DU en euros Coût en euros (€)


Matériaux
Ciment CEM I 52,5 t 0,385 83,85
Sable 0/5 t 0,850 10,67
Gravillons 5/25 t 1,150 12,2
3
eau m 0,182 2,29
Energie m3 0,61
Main d'œuvre fabrication du béton h 0,170 21,34
Montant total des frais variables pour 1 m3 : a =

1 – Frais fixes du béton fabriqué sur chantier (BFC) : « b »

Désignation u Q DU en euros Coût en euros (€)


Installation (centrale 1 m3/gâchée)
Transport u 1 228,67
Main d'œuvre h 50 21,34
Béton m3 4 83,85
Acier kg 200 1,22
BBM m2 20 4,57
Bacs décantation u 1 381,12
Location grue mobile h 5 60,98
Montage, démontage u forfait forfait 304,90
Installation silo ciment 35 t
Transport u forfait forfait 121,96
Main d'œuvre h 20 21,34
Béton m3 2 83,85
Acier kg 100 1,22
Repliement centrale
Main d'œuvre h 30 21,34
Transport u forfait forfait 243,92
Repliement silo
Main d'œuvre h 10 21,34
Transport u forfait forfait 121,96
Location centrale à béton mois 7 3201,43
Montant total des frais fixes : b =

3 – Autres renseignements
5 Le coût du béton livré sur chantier est de 83,85 €/m3.
5 Le volume de béton à mettre en œuvre sur ce chantier est de 5000 m3

T STI GC ESTI théorique page 11/12


Chapitre 6 INSTALLATION DE CHANTIER (poste de bétonnage) Cours n°7

Travail demandé

• Concernant le BFC, déterminer le montant des frais variables « a » puis le montant des frais
fixes « b ». En déduire l’équation yBFC.

yBFC =
• Déduire l’équation yBPE.

yBPE =
• Déterminer analytiquement la valeur du seuil de rentabilité.

• Déterminer graphiquement la valeur du seuil de rentabilité.

T STI GC ESTI théorique page 12/12