Vous êtes sur la page 1sur 6

LES FORMULES CHRISTOLOGIQUES DANS LES

HYMNES DE L'EGLISE COPTE ORTHODOXE D'ALEXANDRIE


Dr. Waheed HASSAB ALLA

I. INTRODUCTION:

La foi christologique est la pierre angulaire dans le cadre du dialogue entre chrétiens en vue de
réaliser l'unité chrétienne et de sa pleine communion.
Il n'est pas étrange que la profession de la foi christologique occupe une place centrale dans
les prières liturgiques, puisque celles-ci sont les expressions de la foi. Bien encore, nous ne
pouvons pas ignorer que la question christologique a précoccupé les Pères de l'Eglise par la
tenue des conciles oecuméniques tels que: Ephèse en 431 et celui de Chalcédoine en 451.
C'est dans le contexte de la polémique autour de l'expression christologique que la première
division de l'Eglise a eu lieu après le concile de Chalcédoine. A ce sujet, nous rappelons que
les Eglises qui ont réjété les décisions du concile de Chalcédoine ont été appelée
«monophysite» en confusion avec la hérésie d'Euthychès. C'est pourquoi, il est important de
citer le commentaire de F. Nau disant que cette « dénomination erronée en usage chez les
Occidentaux, donne aux lecteurs une idée complètement fausse de la doctrine jacobite» 1.

Certes, cette remarque mérite d'être souligner, étant donné que depuis le concile de
Chalcédoine, on a donné comme nomination aux coptes, parmi d'autres Eglises orientales, des
monophysites. Or, la signification de ce terme, d'après la doctrine d'Euthychès (condamné en
448), ainsi que par le concile de Chalcédoine, est que la nature divine a absorbé la nature
humaine. Cette définition ne correspond, ni de près, ni de loin de la foi christologique réelle
de l'Eglise Copte Orthodoxe. Mais, M. Nau a déjà psoé la question en 1905 en demandant:
est-ce que l'Eglise copte est monophysite? Il a d'ailleurs repris la définition de
«diplophysites » 2, déjà évoquée lors de concile de Chalcédoine. Nous devons se réjouir que
les relations entre les différentes Eglises chrétiennes ont progressé d'une manière
significatives.
L'Eglise copte orthodoxe a entamé d'une manière très active des dialogues oecuméniques
dans plusieurs directions. Le schèma ci-après nous démontre l'activité dialogique menée par
l'Eglise copte:

1.1. LE DIALOGUE AVEC L'EGLISE ORTHODOXE PRECHALCEDONIENNES:

la première conférence des chefs des Eglises préchalcédoniennes a eu lieu à Addis-Abèba en


1965 fondant ainsi l'institution de cette conférence en vue de préparer le dialogue avec
l'Eglise Orthodoxe chalcédonienne. Pour mieux parvenir à ce but, la conférence a formé des
commissions et des sous-commissions leur chargeant d'étudier les différents aspects des
problèmes à résoudre concernant la réalisation de l'unité chrétienne.3
Une deuxième conférence s'est tenue au Caire en 19664; tandis que la troisième a eu lieu à
Antelias en 1967.5

1 F. Nau, Dans quelle mesure les jacobites sont-ils monophysites? ln: Revue de l'Orient Chrétien
(=ROC)X(1905),pp.113-134; voir aussi M. Jugie, Art. Monophysite (Eglise Copte): Dictionnaire de Théologie
Catholique (=DTC) X/2(l929)2251-2306.
2 Art.cit. p.134.
3
POC,15(1965),pp.164-185.
4 POC, 16(1966),pp.29-34.

5 POC, 17(l967),pp.44-61.

1
1.2. LE DIALOGUE AVEC L'EGLISE ORTHODOXE CHALCEDONIENNE:

Ce dialogue a commencé par des rencontres non officielle entre des théologiens des deux
parties. La première a eu lieu à Aarhus en 19641. La deuxième rencontre s'est tenue à Bristol
en 1967.2 Tandis que la troisième rencontre a eu lieu à Genève en 19703; quant à la quatrième
4
recontre qui donna le feu vert s'est tenue à Addis-Abèba en janvier 1971.
Quelque mois plus tard, la Commission Théologique lnterorthodoxe a tenu sa réunion à
Addis-Abèba de la même année pour étudier les conclusions de ces quatres rencontres. La
conclusion était que le moment est opportun pour engager un dialogue avec la Commission
Théologique des Préchalcédoniens.5
Deux sous-commissions officielles ont été instituées par les deux parties pour préparer la
rencontre entre les deux commissions théologiques. La première réunion de ces deux sous-
commissions mixtes a eu lieu à Pendéli près d'Athène en 1973.6 Une deuxième rencontre
s'est tenue à Addis-Abèba en 1975.7 Suite à cette rencontre, les participants ont constaté le
progrès déjà réalisé et opté pour l'ouverture oficielle du dialogue entre les deux Commissions
Théologiques. Avant la tenue de cette réunion, le Pape Shenouda III se rendit au Centre
Orthodoxe à Chambésy près de Genève, en février 1979 lors de la deuxième réunion de la
Commission Théologique lnterorthodoxe dont il a déclaré:
« nous pouvons nous entendre sur une formule commune qui exprime runique foi
au Christ Un, Parfait quant il Sa Divinité et Parfait quant il Sa Humanité entre lesquelles il
n y ajamais eu de séparation, ne fût-ce qu'un instant ou un clin d'oeil». 8
Ce n'est qu'en décembre 1985 que l'ouverture officielle du dialogue a eu lieu entre les Eglises
Orthodoxes chalcédoniennes et préchalcédoniennes à Chambésy. Nous constatons que la
préparation de cette rencontre a duré 20 ans. L'objectif de cette réunion était la préparation
des prochaines réunions de la commission mixte dont le but a été défini dans le communiqué
final concernant la recherche d'une formule christologique commune.9
La deuxième réunion plénière de la commission mixte a eu lieu en Egypte en juin 1989 au
monastère copte orthodoxe d'Anba Bishoï. Cette réunion avait pour but de se pencher sur le
problème de la christologie. Fort heureusement, cette rencontre a abouti à un accord
concernant la foi christologique.lO A cet effet, une déclaration commune a été trouvée et
adoptée à l'unanimité par la commission théologique mixte en septembre 1990 à Chambésy.11

1 The Greek Orthodoxe theological Review, 1964, pp.168ss.


2
poe, 17(1976),pp.286-290.
3
POC,21 (1971) ,pp.35-42.
4
POC,21 (1971),pp.171-175.
5
POC,21 (1971) ,pp.336-338.
6
POC,23(1973) ,pp.384-386.
7 POC,25(1975),p.100.

8 Episkepsis,204(1979),p.8.
9
POC,35(1985) ,pp.387 -401.
10
Orthodoxe Forum, 4(1990),pp.99-104.
11
UNA SANTA 45(1990),pp.330-331. Orthodoxe Forum, 5(1991),pp.133-142.

2
J. 3. LE DIALOGUE AVEC L'EGLISE CATHOLIQUE ROMAINE: 1

Engager uniquement un dialogue avec l'Eglise de Rome aurait été facile si l'implantation
d'une Eglise uniate copte n'a pas eu lieu à la fin du XIXème siècle. C'est pourquoi,
l'engagement d'un dialogue avec celle-ci implique en même temps, l'engagement d'un
dialogue parallèle avec l'Eglise copte catholique qui a son importance toute particulière, vu le
contexte local. Le contact entre les deux Eglises Romaine et Copte Orthodoxe a pris un
commencement timide avec la présence d'une délégation copte orthodoxe lors de la tenue du
concile Vatican II comme observateur pendant la durée des travaux de ce concile. Ensuite,
d'autres échanges ont eu lieu, à titre d'exemple, à l'occasion de retour des reliques de St.Marc
en Egypte. Nous devons souligner le rôle et l'effort du cardinal Këmig de Vienne en fondant
«Pro Oriente» qui a parrainé cinq conférences non officielles entre les Eglises
Précha1cédoniennes et l'Eglise Catholique Romaine dont la première a eu lieu à Vienne en
1971, qui a abouti à une déclaration commune concernant la foi christologique entre les deux
parties.2 Cette formulation a servi de base dans la déclaration commune entre Paul VI et
Shenouda III lors de sa visite au Vatican en novembre 1973 dans laquelle on peut lire ce qui
suit:
« Nous confessons que notre Seigneur et Dieu, Sauveur et Roi de nous tous, Jésus-
Christ, est Dieu parfait pour ce qui est de sa divinité, et homme parfait pour ce qui est de
son humanité. En Lu~ sa divinité est unie à sa humanité; cette union est réelle, parfaite,
sans mélange, sans commixtion, sans confusion, sans altération, sans division, sans
séparation. Sa divinité n'a été séparé de son humanité à aucun instant, pas même un clin
d'oeil ».3
Cette déclaration a été approuvée par le synode de l'Eglise Copte Orthodoxe. En mars 1974,
la commission théologique mixte pour le dialogue entre l'Eglise Catholique et l'Eglise copte a
4
eu lieu au Caire. En outre, nous ne pouvons pas passer sous silence la décision du patriarche
copte catholique Maximos IV en janvier 1967 unifiant la date de la fête de Pâques en suivant
le calendrier de l'Eglise Copte Orthodoxe.
Pourtant et malgré les efforts déployés pour parvenir à la pleine communion, nous devons être
conscients que le chemin n'est pas toujours facile. Parce qu'il y a de temps à autre, des
problèmes qui surgissent à cause de la présence d'une église uniate en Egypte dont des
accusations mutuelles brouillent assez régulièrement la relation entre les deux parties.
Cependant, grâce à la patience des commissions mixte entre l'Eglise copte orthodoxe et
l'Eglise catholique romaine d'une part, et l'Eglise copte catholique d'autre part, les deux
partenaires arrivent à surmonter leur différence. Cette situation doit remettre en question
l'Eglise catholique romaine au sujet de la nécessité d'une présence d'une Eglise uniate du
même rite que l'Eglise locale, si celle-ci veut vraiment réaliser la pleine communion avec les
autres Eglises chrétiennes. Cette remise en question est d'importance capitale de nos jours et
ne touche pas uniquement l'Eglise copte orthodoxe, mais aussit bien toutes les autres Eglises
orthodoxes, surtout celles qui viennent de récouvrir leur liberté.

1 Voir POC, 17(1967),pp.331-2; 19(1969),pp.257-9; 21 (1971),pp.339-342; 22(1972),pp.351-2;


23(1973),pp.172-191; 24(1974),pp.ppA4-50, 50-57, 175-179, 347-358; 25(1975),pp.63-64, 313-318;
26(1976),pp.354-389; 27(1977),pp.332-333; 28(1978),pp.138-148, 376-381; 29/1979),pp.107-114;
32(1982),pp.166-169; 36(1986),pp.304-305; 37(1987),pp.319-329; 38(1988),pp.128-132; 39(1989),ppA09-412.
2 Wort und Wahrheit, SuppLIssue Nr.1,182.

3 Documentation Catholique, 27(1973),p.314.

4 Documentation Catholique, 28(1974),pp.282-284.

3
lA. D'AUTRES ACTIVITES OECUMENIQUES DE L'EGLISE COPTE
ORTHODOXE:

1.4.1. Il existe en Egypte un Conseil des Eglises égyptiennes présidé par le Pape Shenouda III.
Ce Conseil regroupe toutes les Eglises chrétiennes: orthodoxes préchalcédoniennes,
orthodoxes chalcédoniennes, catholique copte, grecque milkite, manonite, anglicane et
protestantes toute tendance confondue. Ce Conseil a pour but d'unifier les efforts de ces
différentes Eglises vis-à-vis des problèmes de la vie quotidienne de l'ensemble des chrétiens
égyptiens.

104.2. L'Eglise copte est un membre fondatrice du Conseil Oecuménique des Eglises (COE).

1.4.3. L'Eglise copte fait partie du Conseil des Eglises du Moyen-Orient qui a débuté en 1974.

1.5. Suite à ce que nous venons voir, certaines questions se posent devant nous: est-ce que ces
différentes déclarations et accords présentent-elles un revirement dans la foi christologique de
l'Eglise copte orthodoxe? Est-ce que cela signifie-il un retour d'une Eglise «séparée»
comme on le dit assez souvent?
Les différentes déclarations et accords christologiques entre l'Eglise copte et les autres Eglises
ne apportent aucun changement à la foi christologique de l'Eglise copte. Puisque la foi
christologique de l'Eglise copte est depuis toujours la même que celle citée dans ces
déclarations. Cependant, le changement a eu lieu plutôt, pensons-nous, dans les autres milieux
ecclésiastiques qui, après longtemps, a fait une nouvelle approche pour réconsidérer l'histoire
des événements de Concile de Chalcédoine par leur théologiens afin de dissper la confusion
qui a entouré ce qu'on peut appeler «la crise de Chalcédoine ». C'est dans ce contexte que
l'analyse de F. Nau cité ci-dessus était un grand pas en avant, nous pouvons le considérer
comme un précurseur de l'oecuménisme.

II. LES FORMULES CHRISTOLOGIQUES DANS LES HYMNES COPTES:

Nous devons avant de parler des hymnes et des textes liturgiques, de souligner qu'il n'y aucun
changement de la foi christologique copte orthodoxe par rapport à son attitude lors de Concile
de Chalcédoine. Nous citons cette importante citation dans les travaux du Concile:
«Anatolius, archevêque de Constantinople, a pu dire devant tout le concile sans être
contredit: Discore n'a pas été déposé pour la foi, mais parce qu'i! a excommunié
l'archevêque Léon, et qu' ayant été cité trois fois, il n' est pas venu ». l

II.1. TEXTES LITURGIQUES:

Les prières dans l'Eglise copte orthodoxe sont nombreuses. La prière constitue le pilier de la
vie ecclésiastique de la communauté et l'expression de sa foi chrétienne:

Il.2. La prière quotidienne contient les prières des heures (sept fois par jour). En outre, il y
a l'offrande de l'Encens du matin et du soir. Nous trouvons les prières de cette offrande dans

1 C.F. HEFELE, Histoire des Conciles, vol.Z. Freiburg 1875, p.466.

4
le Missel copte. On récite pendant cette célébration certaines Hymnes et Doxologies de la
Psalmodie Annuelle.

H.3. La liturgie eucharistique:

Lors de la profession de foi qui précède la communion, le prêtre dit:


« ...Ill'afait un avec sa divinité sans mélange, sans confusion et sans changement ...
Je crois que sa divinité n'a jamais été séparée de son humanité, même l'espace d'un
moment ou d'un clin d'oeil »1

2
lIA. Les Hymnes coptes orthodoxes:

C'est dans la Psalmodie 1jJa)q.!CùÔLa qu'on trouve les formules christologiques. La Psalmodie
se divise comme suit:
lIA.!. Des Odes ou Hos: ces sont des cantiques de louange de l'Ancien Testament.
HA.2. Des Théotokies 8EO'tO%LO'V qui sont des louanges en l'honneur de la Mère de Dieu.
1104.3. Des Psali E1jJaÀÀEqui sont des cantiques qu'on les récites avant les Odes ou les
Théotokies.
IIAA. Les Doxologies B01;oÀo)'Laqui sont des glorifications, hymnes de louanges.
Tous ces cérémonies sont chantés avec deux notations mélogiques: le ton « Watas » et le ton
«Adam ». Le premier marque le début de la Théotokie du jeudi, tandis que le deuxième
marque le début de la Théotokie du lundi. Il existe encore huit tons dans le rite copte.
Quant à la datation de ces chants, A. Mallon la place «au plutôt du Vème siècle. Il est
probable qu'elles sont postérieures à cette époque ».3 On peut aussi invoquer un autre aspect
concernant sa composition « il est évident que toutes ces hymnes ne sont ni du même auteur,
ni de la même époque ».4

11.5. LES TEXTES DES HYMNES:

II.5.1. La Théotokie du dimanche:


« Celui qui s'est incarné de Toi sans changement»
« Celui qui l'a (la chair) prise de Toi, ô celle qui est sans tache et Il s'est uni avec
elle (la chair) en tant qu'hypostase uJtOG'taLs»
«Le Verbe de Dieu, Celui qui s'est incarné de Toi sans changement»
« Celui qui a pris notre ressemblance sauf le péché et le changement»
« Voici Dieu le Verbe qui s'est incarné de Toi par une union indicible»
«Le Verbe de Dieu s'est fait homme sans division. Il est Un de deux {natures] E%
Buo ~UGECù'Vde la sainte divinité sans corruption, égal au Père, et l'humanité pure /issue
sans mariage], égale à nous selon l'économie»
«Il est venu parmi nous et s'est égalé à nous selon l'humanité et Il est égal avec le
Dieu le Père par l'Essence divine. Il est Un de deux {natures]: de la divinité et de
l'humanité pure dans un hypostase composé»
« Voici le Verbe de Dieu qui est venu et s'est incarné de Toi par une union indicible;
Tu étais enceinte et Tu as né le Verbe sans amalgame, ni mélange»

1 La liturgie de saint Basil.


2 A. MaHon, Les Théotokies ou office de la Sainte Vierge dans le rite copte, in: ROC 9(1904),pp.17-31.
3 Ibid., p.23.
4 Idem.

5
n.S.2. La Théotokie du lundi:
«Jésus-Christ le Verbe, Celui qui s'est incarné sans changement. Il est devenu
paifaitement homme, sans amalgame, sans mélange, sans séparation d'aucun espèce
quelle que soit après l'union, mais une seule nature, un seul hypostase, une seule personne
au Dieu le Verbe»

n.S3. La Théotokie du mardi:


«Il s'est incarné de Toi sans changement avec un corps doué de raison, paifait et
égal à nous. Il a une âme raisonnable, Il est resté Dieu comme auparavant et devenu
paifaitement homme»

n.SA. Pasli du mardi:


« Il est aussi Dieu après son incarnation»
«Il s'est incarné de Toi sans changement parce qu'Il est notre Dieu»

n.s.s. La Théotokie du mercredi:


« Salut au château [la Vierge Marie] de l'unité des natures différentes qui se sont
unies ensemble sans amalgame»
« Celui-ci est seul né corporellement sans changement, ni altération de sa mère»
«Le Verbe du Père est venu et s'est incarné d'elle, et elle le fait naître sans
changement»
« Celui-ci est le vrai Dieu qui est devenu homme sans changement»
« Il est Un de deux {natures]: la divinité et l'humanité »

n.S.6. La Théotokie du jeudi:


«Il est né corporellement sans changement, ni transformation: Il est l'union de
deux {natures]: la divinité et de rhumanité »

nI. CONCLUSION:

Nous venons de constater que les textes liturgiques coptes portent l'empreinte de la vraie foi
christologique des coptes orthodoxes qui n'a rien d'eutychianisme, comme on a pendant
longtemps accusé injustement les coptes d'être monophysites au sens strict de ce terme.
Certes, nous devons prendre en considération que seule est la bonne volonté aiderait à
surmonter les fausses idées et la haïne accumulée pendant plusieurs siècles. Je crois qu'il est
indispensable aujourd'hui de répandre la vraie foi des autres chrétiens et que la connaissance
de celle-ci ne soit pas limitée uniquement à quelques uns des membres des différentes Eglises,
mais que celles-ci doivent faire un effort considérable pour transmettre la bonne nouvelle aux
membres respectifs de leur Eglise.

Vous aimerez peut-être aussi