Vous êtes sur la page 1sur 45

Robert Manthoulis

Lettre à Mélina
DEUX MOTS DU GRAND-PERE

Mélina avait presque 7 ans lorsque j’ai eu l’idée de


mettre par écrit ce que j’avais le culot de lui raconter les
week-ends qu’elle venait passer avec nous.

Je savais qu’elle ne lirait pas toute se suite mes


Lettres. J’espère qu’elle va les lire maintenant. Elle a
presque 14 ans aujourd’hui. Il n’y a que 10 petites lettres
dont le but est de faire habituer un enfant aux premiers
mots qu’il va rencontrer en entrant dans l’adolescence.
Des mots lourds de sens. Mais beaucoup plus amusants
que les 10 Commandements, après tout !

Paris, Mai 2010

Robert MANTHOULIS

r.manthoulis@gmail.com
Lettre à Mélina

Mon chou,

Je récapitule, comme je t'ai promis, ce que j'avais


envie de te dire pendant les quelques week-ends délicieux
que nous avons passé ensemble. Tu n'es pas obligée de
me lire maintenant. Tu pourras lire ma lettre, mes lettres,
et les bla bla bla de ton "papou" bavard, dans 5 ou 6 ans.
Ou plus tard si tu veux.

Première lettre, premier bla bla

Tu auras sept ans cette année. Le temps passe vite.


Tu es née hier et pourtant je remarque comment tu
t'aventures peu à peu dans le monde des grands;
comment tu glisses dans le cirque des adultes. (Car nous
aussi nous sommes des numéros, tu sais; nous les
adultes). Tu as appris donc tout d'un coup qu'il y a des
signes astrologiques. Et même des signes chinois.

- "Quel est ton signe chinois, papou ?" m'as tu


demandé l'autre jour.

Tu as sans doute pensé que tout le monde connaît


son signe chinois. Eh! bien je n'en ai aucune idée ! Les
signes, tu sais, ce sont des loisirs. Et les loisirs ne tombent
sous aucune loi. On s'y promène chacun à sa guise. Bon,
ils ne font pas mal à l'humanité, les loisirs, mais moi je ne
suis pas un accroc des signes. Mon loisir à moi c'est la
poésie (voilà un mot grec, "poésie"). Un grand poète d'un
autre temps (Dante est son nom) humaniste avant
l'heure, a imaginé une "Divine Comédie", autrement dit
une visite imaginaire dans le monde imaginaire -et très
lointain- des morts. Un copain poète qui s'y était installé
l'a guidé à gauche à droite - du tourisme, quoi - jusqu'en
Enfer. Là où se trouvent tous ceux qui méritent d'être
punis pour leurs bêtises sur terre. Et en passant devant
une grille qui sentait le souffre, Virgile (c'est le nom de
son guide) lui dit: "Derrière cette grille, se trouvent les
pires de tous, ceux qui n'ont fait ni du mal ni du bien dans
leur vie". Les neutres, quoi. Ceux qui regardaient passer
les trains, comme les vaches. Ceux qui n'avaient que des
loisirs dans la vie... Tu vois, il faut être prudent avec les
loisirs. Ils ne sont pas innocents et ils peuvent devenir
dangereux.

Je relis ce que j'ai écrit plus haut et je me dis, mon


Dieu, Mélina me posera de tas de questions à l'avenir. Des
questions pour lesquelles il faut que je trouve des mots
justes. C'est fou comment on s'éloigne du monde des
enfants dès qu'on commence à expliquer l'univers !
Heureusement, il y a pas mal de mots grecs dans la
pensée universelle qui vont m'aider.

D'abord, tu me diras:

- "Comment que je suis née hier? Je suis née il y a 7


ans".

Et tu auras raison. Je te répondrai "c'est une façon


de parler". Il faut maintenant t'expliquer ce que c'est la
"façon de parler", n'est-ce pas ? C'est parler avec une
métaphore. (Un mot grec celui-là). Métaphore veut dire
"transfert". J'ai dit "tu es née hier" au lieu de dire "tu es
née il n'y pas longtemps, juste il y a sept ans". C'est à
dire, "près d'aujourd'hui". Voilà donc l'autre "façon de
parler". De "transférer" l'idée "il n'y a pas longtemps" à "il
y a peu de temps", puis à "il me paraît que tu es née pas
loin d'aujourd'hui" et, en fin, faire un grand saut dans le
temps - pour t'impressionner - et dire "tu es née hier"!
Uniquement pour t'impressionner. Eh! bien, mon chou, y
a-t-il loisir plus excitant que d'impressionner les gens? On
porte de beaux vêtements pour impressionner. On se
coiffe bien pour impressionner. On fait nos devoirs pour
impressionner la maîtresse, n'est-ce pas?

Si on parle "d'une autre façon" de parler, c'est pour


montrer nos sentiments. Pour quoi d'autre, aurait-on envie
d'impressionner ? Tu me diras : "Pourquoi les montrer les
sentiments ? Ca ne suffit pas de les avoir seulement ?
Faut-il encore les montrer ?" Oui, car les sentiments ne se
voient pas. Ils sont invisibles. Et quand ils sont forts, il
faut trouver "une façon de parler" aussi fort, pour montrer
qu'ils sont forts. C'est ça la poésie. La poésie n'est pas
neutre. Car elle fait du bien. Et elle fait du bien car elle est
forte. Par conséquent, la poésie ne va pas en Enfer. Elle
ira droit au Paradis. (Virgile était poète et vivait au
Paradis, et les poètes ont le droit d'aller partout, même
visiter l'Enfer).

"Tu es née il y a 7 ans" c'est neutre, ce n'est pas


poétique parce qu'il ne change en rien la réalité. Ca ne lui
donne pas un sens. Tout le monde peut dire cette phrase.
"Elle est née il y a 7 ans". Mais moi, j'ai un sentiment à
exprimer. Quel est mon sentiment ? Que je n'ai pas vu
couler le temps depuis que tu es née ! C'est ça le boulot
de la poésie. Trouver le sens de la réalité. La rendre plus
privée. "Tu es née hier" ça bouleverse la réalité, ça la
rend super, et ça rend Mélina heureuse. La réalité brute
ne suffit pas à l'homme. Il faut intervenir. Le poste de télé
muet, par exemple, c'est une réalité neutre. Quand elle
commence à parler, elle devient forte, elle aussi. On
l'allume pour regarder les dessins animés. Au moment où
on l'allume, le dessin animé imite la réalité. Pour nous
servir. Le dessin animé s'exprime. Quand on imite, on
n'est pas loin de la poésie. Car c'est ça son rôle. D'imiter,
non de copier la réalité. Quand on l'imite, on imite aussi
tout ce qui est caché à son intérieur. Tu comprends ? Eh!
bien, moi aussi je veux m'exprimer. Donc, vive la Poésie!

Tu vas bien sûr me poser d'autres questions


impertinentes, mais il ne faut pas se fatiguer non plus. On
va faire une petite somme et on en reparlera.
Deuxième lettre, deuxième bla bla

Somme, somme, somme, voilà de nouveau réveillés!


Où en était-on ? Ah! Oui. A la poésie. Je pense que tu as
compris ce que c'est. C'est s'exprimer "d'une autre façon"
que dans la réalité réelle -laquelle est souvent triste
d'ailleurs. Tu sais, on appelle parfois la poésie
"surréaliste". Pourquoi ? Parce que la poésie va au-delà de
la réalité, plus haut qu'elle, pour mieux la surveiller. Ou
encore elle va à l'intérieur de la réalité; dans son ventre.
Pour savoir comment elle est faite et le crier au monde.

On est des drôles de lutins, nous les êtres humains !


On aime semer le désordre. Comme les enfants. Eh! bien,
les enfants doivent être sages, justement parce qu'ils sont
encore enfants et ils ont besoin de protection. Mais nous
les adultes? Puisque nous sommes désormais grands,
nous pouvons jouer sans risque, n'est-ce pas ? Les Grecs
anciens aimaient beaucoup visiter l'Egypte. Mais ils y
faisaient trop de blagues. "Vous, les Grecs, vous êtes des
enfants!" disaient les Egyptiens. Ce n'est peut-être pas un
hasard qu'il y a un si grand nombre de poètes grecs.

Bon, parlons de signes astrologiques, puisque tu le


demandes. Depuis toujours, les hommes pensaient que
les étoiles gouvernaient les hommes. Les hommes
regardaient les étoiles et pensaient que les étoiles aussi
regardaient les hommes ! On appelait les étoiles "les dieux
visibles". Visibles, parce qu'on les voyait, tandis que les
dieux on ne les voit jamais. Parce qu'ils se cachent; ou
bien parce qu'ils n'existent pas ! C'est ça l'astrologie. Une
sorte de magie qui nous fait prendre les étoiles pour des
divinités. Les astrologues disent : "Ce n'est pas de la
magie". Ils disent : "Il y a des forces cosmiques qui
gèrent l'univers – c’est à dire le cosmos (voilà deux mots
grecs, très anciens). Ces forces changent à chaque fois
que la terre bouge. Chaque étoile, chaque galaxie, chaque
constellation, jette sa propre force sur le bébé au moment
où il est né". C'est peut-être vrai, mais on n’en a aucune
preuve. Et on ne peut pas vivre avec des "peut-être".
Parce qu'on risque de faire beaucoup de bêtises. Et on ne
peut pas s'excuser en disant : "Désolé, je me suis trompé
dans mes hypothèses". On a besoin d'être sûr. D'avoir des
preuves. La science est basée sur les preuves.

Il ne faut pas donc confondre l'astrologie avec


l'astronomie. L'astronomie, elle, est une science. Elle,
aussi, est basée sur des preuves. Aux temps anciens, il n'y
a avait pas de télescopes pour observer le ciel; (bien que
"télescope" soit aussi un mot grec, à la fois ancien et
moderne). Maintenant nous savons comment sont faites
les étoiles. Elles sont nées toutes en même temps, il y a
15 milliards d'années. On a appelé ce moment "le Big
Bang" parce qu'il a fait beaucoup de bruit. Et les
astronomes pensent qu'ils ont des preuves. On n'a pas
donc besoin d'astrologues. C'est par la science que nous
avons appris comment elles sont nées les astres. Pas par
l'astrologie ; (encore des mots grecs: astér, astrologie). Et
nous croyons à la science, pas à la magie (encore un mot
grec, la magia, car il y a eu de mages aussi dans
l'antiquité). Dans l'antiquité, les mages observaient
beaucoup les nuages et disaient : "Il va pleuvoir". Ils
tombaient juste, une fois sur quatre. Et les gens les
croyaient...

Dans les temps anciens, les gens croyaient aux


étoiles. Un savant grec ancien d'Alexandrie - bien que
savant - a même écrit 4 livres sur l'astrologie. Il s'appelait
Ptolémée. (Comme le roi Ptolémée qui a régné avant
l'époque romaine). L'autre Ptolémée, le savant, a vécu
deux siècles plus tard, à l'époque romaine. Chez les
Romains, l'astrologie a été très populaire. Chez les Chinois
aussi. L'étoile la plus proche de chez nous c'est le Soleil. Il
est tellement proche qu'il nous réchauffe quand il fait
froid. Heureusement, le Soleil est très loin sinon il nous
brûlerait. D'ailleurs, il faut faire gaffe pendant l'été parce
que le Soleil est encore plus proche, pendant l'été!

Les Romains croyaient beaucoup au pouvoir du Soleil


et des planètes. C'est ça l'astrologie. Tout ce que l'on voit
dans le ciel ce sont des astres. Les astres ont donné leur
nom à l'astrologie. Quand un astre est en feu il s'appelle
étoile. Sinon, il s'appelle planète (mot grec aussi). Car il
plane (du verbe grec : "plano" = errer) il tourne (il erre)
autour de l'étoile. Le Soleil est une étoile. La terre est une
planète. Il y a 9 planètes qui tournent autour de notre
Soleil. Mais la lune est une planète qui tourne autour de la
terre. Les Romains ne connaissent que 5 planètes du
Soleil. Et ils pensaient qu'ils tournaient autour de la terre,
comme la lune! Les Romains pensaient que le Soleil
tournait autour de la terre aussi! Comme la lune. Ils
pensaient que le Soleil était une planète de la terre !
Pourquoi? Parce que si on est sur la terre on ne voit pas la
terre tourner! Pour eux, la terre avait donc 7 planètes.
(Les 5 du Soleil plus le Soleil plus la lune)

Les astrologues romains pensaient que chacun de


ces planètes gouvernait un jour de la semaine. Et ils ont
dédié chaque jour de la semaine à une de ces planètes. Le
DIMANCHE dédié au SOLEIL Comme ils pensaient que le
Soleil dominait le monde, les Romains ont appelé ce jour
"dominant", c'est à dire Domenica (Domingo en espagnol,
Dimanche en français). Sunday pour les Anglais, c'est à
dire, "the day of the Sun" (le Jour du Soleil). Car SUN c'est
le Soleil, en anglais.

-Le LUNDI a pris le nom de la LUNE. (LUNES en espagnol,


MONDAY en anglais, car la lune s'appelle MOON en
anglais).

-Le MARDI a pris le nom de la planète MARS (MARTES en


espagnol).

-Le MERCREDI a pris le nom de la planète MERCURE


(MIEROLES, en espagnol).

-Le JEUDI a pris le nom de la planète JUPITER (JUEVES,


en espagnol).

-Le VENDREDI a pris le nom de la planète VÉNUS


(VIERNES, en espagnol).

-Et le SAMEDI a été dédié à SATURNE (SATURDAY, en


anglais, mais SABATO en italien, en espagnol et en grec
d'après l'hébreu Shabbat, qui veut dire "jour de repos").

Et si tu veux savoir pourquoi la semaine s'appelle


semaine, eh! bien ça vient du latin septimana. Les
Romains étaient Latins et ils parlaient latin. Mais dans le
latin on trouve beaucoup de mots grecs qui ont été
latinisés ! Les Romains ont emprunté le mot grec
"hébdomas", qui veut dire "période de hépta (7) jours"
("septa" en latin, "sept" en français) et l'ont fait
"septimana" (période de sept jours). Et "septimana"
est devenu "semaine" en français. Tu vois, les mots
aussi ont leur histoire. Chercher d'où vient un mot ça
s'appelle l'étymologie (mot grec bien sûr !).
Aussi, ce sont les Grecs qui ont donné les noms de
leurs dieux aux planètes et les Romains les ont changés
en latin. Par exemple: la planète ARÈS (le dieu de la
guerre) est devenue MARS en latin. La planète HERMÈS
(le dieu messager, dieu du commerce) est devenue
MERCURE en latin. La planète ZEUS (le chef des dieux
grecs) est devenue JUPITER en latin. La planète
APHRODITE (la déesse de la Beauté et de l'Amour) est
devenue VÉNUS en latin. Et la planète CHRONOS (ancien
dieu du Temps) est devenue SATURNE. (Tu connais la
blague? "Pourquoi SATURNE ? Parce que ca tourne
autour du soleil ! " ).

Mais nous n'avons pas encore parlé de signes


astrologiques. Eh! bien voilà: les astres que l'on voit, mois
après mois dans le ciel, ne sont pas toujours les mêmes.
Pourquoi ? Eh! bien parce qu'en réalité ils tournent autour
du soleil. Les Grecs ont donné un signe pour chaque
partie du ciel. C'est à dire, une image. Chaque signe est
l'image que les astres forment dans le ciel à un moment
donné de l'année. Ainsi, nous avons 12 signes pour les 12
mois de l'année. Les Chinois ont donné des noms
d'animaux à chaque année nouvelle. Maintenant, ne me
demande lesquels et pourquoi. Elle est loin la Chine, je
n'en connais pas grande chose... D'ailleurs, on a passé
une longue journée, il est temps de faire dodo. Qu'en dis-
tu?
Troisième lettre, troisième bla bla`

Do do do, do do do. Nous voilà réveillés, assis devant


notre petit déjeuner. Attends que je bois un peu de café;
et toi, bois ton lait, c'est bon pour les os. Avec tes biscuits.
Bien... Il faut manger, tu sais, sinon... Comment, pourquoi
manger ? Si on ne mange pas, on va mourir de faim !
Non, ils ne sont pas tous morts de faim dans la Divine
Comédie. On est mort aussi de maladies et on est mort de
vieillesse. Quoi ? C'est quoi la mort ? Alors, ça c'est une
question impertinente, tu vois? Non, tu ne vois pas, tu ne
sais pas ce que c'est impertinent... Impertinent, c'est
ridicule. Non, la Divine Comédie n'est pas ridicule. C'est
une comédie, mais on ne rit pas. On dit souvent
"comédie" (mot grec) pour tout ce qui est du théâtre (mot
grec). Par exemple, il y a un théâtre national qui s'appelle
la Comédie Française. On y joue plutôt des pièces
dramatiques (mot grec), des tragédies (mot grec) où on
pleure. Ceux qui jouent les tragédies, on les appelle
comédiens, n'est-ce pas? Un comédien n'est pas
forcement comique!

Il n'y a pas que la "Comédie Divine". Il y a aussi la


"comédie humaine". On dit parfois "la vie est une
comédie", n'est-ce pas ? Eh! bien elle ne l'est pas
toujours. La vie est pleine de drames, pleine de
rebondissements, comme au théâtre, ou comme au
cinéma; comme dans les dessins animés, si tu veux. Elle
est Divine, chez Dante, parce qu'elle se passe dans le
"monde du dieu". Le monde des morts ce n'est pas le
monde des vivants. Chez les vivants, chez nous quoi, on
ne voit pas dieu. C'est pour ça que beaucoup disent "si on
ne voit pas dieu, il ne doit pas exister". D'autres disent,
dieu se cache des humains vivants, il n'apparaît qu'aux
morts. Ils pensent que les morts sont vivants dans un
autre monde. Va savoir...

Tu vois, les hommes ont peur de mourir, ils veulent


savoir qu'ils iront ailleurs après la mort. Où, on ne sait
pas. Quand il y a un mystère, les gens pensent à dieu, un
être tout bon et tout puissant qui donne la vie et qui
donne la mort. Pourquoi "bon" puisque il donne la mort ?
Mystère... (mot grec). Et quand on pense à dieu, on croit
à une religion. Et quant on croit à une religion, on vénère
les prêtres car les prêtres disent qu'ils sont les
représentants et les serviteurs de dieu. Et quand il y a
beaucoup de prêtres, ils fondent une église. Mais qui est
dieu? Personne ne le sait. Les prêtres non plus. Et où
habite-il ? Personne ne le sait. Dieu est un homme ou une
femme ? Mystère. Les prêtes d'aujourd'hui pensent qu'il
est homme. Car les prêtres sont tous des hommes. Il n'y a
pas de prêtres femmes. Dans les temps anciens, en
Egypte ou en Grèce, on pensait qu'il y avait des dieux
hommes et des déesses femmes. Mais aujourd'hui, il n'y a
plus de déesses. Et c’est bien dommage …

Est-ce que dieu existe vraiment ? Qui sait ? Si on est


né dans une religion, on croit que oui. Si on est né sans
religion on pense que non. Mais il faut connaître beaucoup
de choses de la vie, il faut lire beaucoup de livres et
écouter beaucoup de philosophes avant de répondre à
cette question. C'est pour ça que la question est
impertinente! Seulement, il faut respecter les croyances
des autres, c'est pour ça que la Divine Comédie n'est pas
ridicule. Les choses réelles sont parfois ridicules. Mais la
Comédie Divine n'est pas réelle. C'est un poème écrit par
un poète. Monsieur Dante. Lequel nous apprend ce qui est
le bien et ce qui est le mal.
Il y a une chose sur laquelle toutes les religions
tombent d'accord. C'est un commandement, une loi, si tu
veux, qui dit: "Faites le bien, pas le mal". Les religieux
disent, si vous faites le mal, vous irez en Enfer. D'autres
disent: "si vous faites le mal, vous irez en prison" ! Il y a
eu une époque, quand la religion faisait la loi. Encore
aujourd’hui dans certains pays. Depuis que la démocratie
existe, ce qui fait la loi c’est la démocratie. (Démocratie,
mot grec). La démocratie, c'est le parlement. Quand il y a
des Elections, on vote et on envoie au Parlement nos
représentants. Ils sont là à notre place. C'est pour ça
qu'on les appelle Députés. Et la majorité fait la loi et nous
gouverne. Mais la majorité respecte les droits de l'homme,
car nous avons tous les mêmes droits, que nous soyons
majoritaires ou minoritaires, que nous croyons à dieu ou
pas. Tout compte fait, on s'accommode mieux avec les
représentants vrais des hommes au Parlement qu'avec les
"représentants" du dieu à l'église, qui ne sont pas élus par
nous. Dans la Démocratie grecque des temps anciens, les
prêtres étaient élus par le peuple. Plus maintenant.

Bon, une petite somme maintenant?


Quatrième lettre, quatrième bla bla

Somme somme somme. Nous voilà très éveillés de


nouveau. J'ai parlé de sentiments, moi ? Ah oui, je parlais
de "métaphore". Une autre façon pour exprimer un
sentiment fort. Une façon poétique, si tu veux. La poésie
est pleine de métaphores. Par exemple, on voit deux
peintres qui sont côte à côte et qui sont en train de
peindre le même paysage. Et qu'est-ce qu'on remarque?
L'un est en train de le peindre en jeune, l'autre en rose.
On regarde le paysage. Il est vert! Eh! bien, chacun
exprime son sentiment devant le paysage. Il a le droit,
non ? Son rôle n'est pas de copier le paysage. Ca, à la
rigueur, c'est le rôle de la photographie. (Je dis "à la
rigueur", car même la photographie peut exprimer des
sentiments). Le rôle de l'artiste est de nous donner le
sentiment que le paysage lui procure. S'il a un sentiment
triste, il met du jaune. S'il est heureux, il met du rose. Ou
le contraire. Ils ne vont pas répéter à chaque spectateur
ce qu'ils ressentent. Ils laissent parler leurs tableaux. Dans
la peinture, aussi, il y a de la poésie.

La couleur donc est une "métaphore". Prenons un


poème: "Je regarde la fille qui marche sur la crête /elle a
des épis de blé sur la tête". La fille n'a pas "des épis de
blé sur la tête". Elle a des cheveux blonds. On dirait des
épis de blé. On dirait. La fille est une paysanne. Si le
poète disait "elle a des cheveux blonds", c'est une
information. Comme au journal télévisé. Dans le journal
télévisé, il n'y a pas de poésie. C'est de l'information
banale. Le journal télévisé n'a pas le droit d'exprimer des
sentiments personnels, pour ne pas heurter les sentiments
de téléspectateurs. C'est technique (mot grec), c'est
scientifique, c'est réel. Sauter du réel directement à une
autre image, plus forte, c'est "exprimer un sentiment". Et
ça fait de la poésie. S'exprimer par une image, c'est de
l'imagination. Dire "elle a des épis de blé sur la tête" au
lieu "elle a des cheveux blonds" c'est s'exprimer
poétiquement. On vit dans le réel, c'est sûr, mais on a
envie de temps à temps de s'échapper, de passer dans le
rêve. On est tellement habitué au réel qu'on ne voit plus
ce qui est autour de nous. La poésie nous aide à voir
mieux. Et, surtout, à voir à l'intérieur de nous. A voir
l'âme. Et l'âme nous aide à exprimer notre intérieur.

Tu es fatiguée? Non? Tu es en train de penser peut-


être? Oui? A quoi tu penses? "Pourquoi on ne voit pas
l'âme ?". Eh! bien, oui..., comment dire?...., l'âme... est
cachée.... "Cachée où ?". Non elle n'est pas dans la
poitrine. Dans le ventre? Elle n'est pas dans le ventre non
plus. Non, ni dans le coeur. Oui, on dit "mon coeur bat
pour toi"... Oui, c'est vrai, quand le coeur bat pour
quelqu'un c'est du sentiment... Mais, en fait, le coeur bat
quand on a un sentiment. C'est comme ça qu'on le
reconnaît. Mais le sentiment est ailleurs. Dans la tête ?
Oui et non. Oui, parce que les sentiments sont nés dans le
cerveau. Non, parce que quand ils sont nés, ils passent
partout, dans tout le corps. En fait, l'âme est invisible.
Oui, c'est ça, invisible.

Tiens, est-ce qu'on voit l'électricité? Non. Pourtant


elle existe. L'électricité est à l'origine des choses, à
l'origine des phénomènes, la lampe qui s'allume, le four
qui se chauffe et même les éclairs dans le ciel. On voit ses
effets, la flamme, par exemple. Mais l'électricité elle-
même, on ne la voit pas. L'âme c'est la même chose. C'est
un courant électrique qui court partout dans le corps. Et
qui fait battre le coeur plus fort que d'habitude. Les
sentiments sont nés dans le cerveau et ils passent dans
l'âme. Le cerveau a beaucoup de compartiments. Il y a un
pour la colère, un autre pour la joie, un autre pour la
tristesse, etc., etc. La colère, la joie, sont nés dans le
cerveau et ils voyagent dans tout le corps. On dit parfois,
"je tremble de colère" ou "je danse de joie". Eh! bien, les
sentiments font bouger le corps.

Maintenant, j'ai compris, tu vas me demander ce que


c'est le cerveau! Tu es plus curieuse que Zazie dans le
Métro. Zazie dans le métro ? C'est un livre, très beau, il
faut que tu le lises un jour. Bon. Le cerveau. Mais moi, je
ne suis pas médecin, je ne connais pas très bien le
cerveau. Tu vois, le cerveau c'est de l'intelligence. Cà, je
le sais. Ce que c'est l'intelligence? Tu es une fille
intelligente toi, n'est-ce pas? Alors, tu sais ce que c'est
l'intelligence! Tu fais gaffe quand tu sors dans la rue pour
ne pas te faire renverser par une voiture. Tu regardes à
droite, tu regardes à gauche, même dans les rues à sens
unique. C'est ça l'intelligence. Pourquoi tu fais gaffe? Tu
fais gaffe parce que ta mère t'a dit "fais gaffe" et tu l'as
inscrit dans ton cerveau. Ou parce qu'un jour en sortant
tu as vu quelqu'un qui ne faisait pas gaffe et qui a été
renversé par une voiture. Et cet accident a été inscrit dans
ton cerveau, c'est à dire dans ta mémoire. Car la mémoire
est dans le cerveau bien sûr. C'est ça le cerveau. La
mémoire. Tout est mémorisé, les numéros de téléphone,
tout. Et nous sortons de la mémoire les informations dont
nous avons besoin à chaque fois. Ca se fait
automatiquement.

Les pierres n'ont pas de cerveau, mais tout ce qui est


vivant en a. Il y a de très petits cerveaux, des moyens et
des grands. L'homme est le plus intelligent des animaux
car il a le cerveau le plus grand. Il y a 100 millions
d'année l'homme avait peut-être la moitié du cerveau qu'il
a maintenant. Et il était beaucoup moins intelligent. Avec
l'évolution du cerveau, l'homme peut même résoudre des
problèmes. Par exemple, il va acheter deux pains, on lui
dit "chaque pain coûte 1 Euro". Mais lui, il veut en acheter
deux. Combien ça coûte deux pains? Alors, il fait marcher
son intelligence. A l'école, il a appris l'arithmétique. Un
plus un égale deux. Eh! bien un Euro plus un Euro ça fait
deux Euros. Deux pains coûtent deux Euros. Aucun autre
animal ne peut faire ces simples additions !

Et puis, l'intelligence n'est pas seulement dans le


cerveau. Elle est dans les pharmacies, dans les
bibliothèques, dans les musées, elle est stockée partout. Il
y a des millions de livres qui ont été écrits et publiés et qui
contiennent toute la connaissance de l'humanité. Cette
connaissance est stockée dans les livres car la mémoire de
notre cerveau ne peut pas tout stocker. Il fallait avoir un
cerveau grand comme un autobus pour stocker toute la
connaissance de l'humanité. Nous avons donc une
mémoire supplémentaire qui s'appelle livres. Et ça, depuis
l'antiquité. Et, depuis quelques années, nous avons une
mémoire fabriquée qui s'appelle ordinateur.

Mais il n'y a pas que la connaissance. Il y a aussi la


poésie. Et pas seulement dans les livres. L'art de l'image
est aussi une sorte de poésie et il est stocké dans les
musées, dans les cinémathèques, dans les vidéothèques,
dans les cassettes et les DVD. Toutes ces oeuvres de
l'esprit, c'est à dire les créations individuelles, sont des
produits de l'intelligence et elles sont conservées pour
apprendre à l'homme à faire le bien et à s'améliorer
constamment. Tu me diras, "comment l'homme pourra lire
tous ces livres et voir toutes ces images artistiques,
puisque son cerveau ne pourra pas les retenir?" Eh! bien,
c'est ici que commence la spécialisation. Les uns sont
médecins, les autres sont poètes, d'autres encore artistes
de l'image, et ainsi de suite. On se partage l'intelligence.
Et, tous ensemble, nous formons l'immense cerveau de
l'humanité toute entière.
Les gens qui croient à dieu, pensent que dieu est un
immense cerveau tout seul. Et que c'est lui qui a créé
l'univers, c'est à dire le monde connu et inconnu, les
étoiles et tous les astres. Car ils se posent la question?
Quelle est l'origine de l'univers? Qui a créé tout cela? Et
pourquoi? D'où venons-nous? Et où allons-nous? Qui
gouverne le mouvement des astres? Voilà du travail pour
les philosophes! Pendant longtemps, le monde a connu
beaucoup de théories là-dessus. Car les philosophes sont
des théoriciens. Ils proposent des suppositions, des
"théories" (mot grec aussi). Les preuves, ce sont les
scientifiques qui les cherchent. Eh! bien, pendant
longtemps, les scientifiques ne savaient pas. Maintenant
ils commencent à deviner, à être plus au moins sûrs
comment l'univers est gouverné. Car ils ont d'excellents
moyens techniques, des télescopes puissants, pour
observer le ciel. Ils ont capté le rayonnement fossile de
l'univers quand l'univers n’avait que 380.000 ans. C'est à
dire, il y a 14 milliards d'années ! A cette époque-là, il a
fait très froid et les rayons des astres se sont fossilisés; ils
ont été pétrifies, si tu veux. La lumière est devenue pierre!
Incroyable mais vrai.

Les scientifiques savent maintenant, plus au moins,


comment est gouverné l'univers. Ils ne savent pas qui l'a
créé mais ils savent quand il a été créé. Il a été créé il y a
exactement 14 milliards et 700.000.000 d'années! Par un
terrible Big Bang. Et les étoiles ont commencé à briller
200.000 années après le Big Bang. Il y a des milliards et
des milliards d'astres dans l'univers; des astres qui sont
beaucoup plus grands que la terre. Et il paraît que toute
cette énorme matière était rétrécie, condensée et
contenue dans une minuscule graine de poussière. Et
qu'un jour elle a explosé et elle a libéré de l'énergie
énorme et l'énergie s'est transformée dans une matière
énorme, telle qu'on la voit aujourd'hui dans le ciel, dans
des milliards d'astres. Alors, pourquoi a-t-elle explosé? Et
qui a créé la poussière originale? D'où venait-elle?
Mystère. Pour le moment.

On se perd dans de telles questions, dans de tels


chiffres, n'est-ce pas? L'homme a fait des énormes
progrès, depuis qu'il existe, mais il ne connaît pas tout. Il
apprend toujours. Les écoles sont là pour ça. Mais il
apprend progressivement, pas à pas, par étapes. D'abord,
il faut apprendre le monde qui nous entoure, la
géographie qui nous entoure et l'histoire qui nous
entoure; apprendre la ville dans laquelle nous vivons et
l'histoire de notre famille. Après, apprendre la région et
l'histoire de la région. Après, la géographie du pays et
l'histoire du pays. Plus tard, la géographie de notre
continent et son histoire. Ensuite, la géographie de la
terre entière et l'histoire de la terre entière. C'est à dire
l'histoire des peuples qui habitent sur la terre. Quand on
t'envoie une lettre de Caracas, on écrit sur l'enveloppe ton
nom (Mélina Manthoulis) le nom et le numéro de la rue
(40 rue Jacob) la ville (Paris) l'arrondissement (6ème) le
pays (France). On pourrait ajouter l'hémisphère
(Hémisphère Nord) et le continent (Europe). Si la lettre
venait de la lune, on pourrait ajouter le nom de notre
planète (Terre). Ca donnerait ceci:
Mademoiselle Mélina Manthoulis
40 rue Jacob
Paris, 6ème
France
Hémisphère Nord-Ouest
Europe
Terre
Système Solaire
Galaxie
Cinquième lettre, cinquième bla bla
Je parlais, plus haut, de Grecs anciens, d'Egyptiens
anciens, de Romains et d'Hébreux. Tu te rappelles?
Parlons donc, pour commencer, de ces peuples. On peut
parler d'eux parce que l'histoire du monde occidental,
dans lequel nous vivons, commence dans la région de ces
peuples. Leur histoire et leur civilisation est la nôtre. Nous
leur devons nos langues, nos connaissances, nos religions,
nos lois et nos cultures. Et ces peuples existent encore. Ils
habitent autour de la Méditerranée Orientale.
Méditerranée veut dire la mer "entre les terres", c'est à
dire entre trois continents, l'Europe, l'Afrique et l'Asie.
L'Egypte est en Afrique, la Palestine (ou habitaient les
Hébreux et les Palestiniens) est en Asie. La Grèce et
l'Italie des Romains sont en Europe.

Les premiers hommes étaient des nomades. Ils


bougeaient tout le temps, d'une région à une autre, car ils
ne connaissaient pas l'agriculture. Au début, ils étaient
chasseurs, puis ils élevaient des moutons et du bétail. Et
ils allaient là où il y avait de l'herbe. Les peuples qui
habitaient à côté des fleuves ont pratiqué l'agriculture, car
l'agriculture a besoin d'eau. C'est pour ça qu'ils se sont
installés dans des villages. Les villages sont devenus des
villes, et ils ne bougeaient plus.

Ainsi est née la civilisation égyptienne le long d'un


fleuve qui s'appelle Le Nil. Les Egyptiens cultivaient le blé
qui a fait de l'Egypte un pays riche. Ils ont construit
beaucoup de monuments. Les plus connus sont les
Pyramides, où on enterrait les pharaons, c'est à dire les
rois. La religion égyptienne et la langue égyptienne
n'existent plus car, d'abord les Grecs, puis les Arabes y
ont imposaient leurs propres langues. Les Arabes y ont
imposé aussi leur religion, l'Islam, inventée par leur
Prophète Mahomet.

A côté de l'Egypte, il y a la Palestine. Là vivaient


beaucoup de peuples nomades dont les Hébreux, qui, plus
tard, y ont construit des villes, dont Jérusalem. Ils avaient
une longue histoire, eux aussi, racontée dans leur Bible.
Leur prophète était Moïse, qui a imposé une religion
monothéiste. Croire à un seul dieu. Aujourd'hui, la
Palestine est divisée en deux pays: Israël, le pays des
Juifs (qui parlent hébreux) et la Palestine, pays des
Palestiniens musulmans et chrétiens, qui parlent arabe.

Bien que peuples de la Méditerranée, les Egyptiens et


les Hébreux n'étaient pas de grands navigateurs. Les
grands navigateurs c'étaient les Phéniciens et les Grecs,
qui voyageaient dans la Méditerranée et qui fondaient des
colonies. Les Phéniciens plutôt en Afrique du Nord, en
Tunisie. Les Grecs en Italie, en Sicile, en France et en
Espagne. Nice, Marseille et plein d'autres ville sur la Côte
d'Azur ont été fondées par les Grecs.

Les arts et les techniques égyptiens ont influencé la


vie des Grecs. Si l'histoire et la culture des Grecs sont si
riches c'est sans doute parce que toutes les grandes Cités
grecques étaient fondées sur la côte et elles avaient accès
à la mer. Il y a beaucoup d'îles en Grèce et chaque île
avait sa cité. Les Grecs donc sont devenus de grands
navigateurs et faisaient du commerce dans toute la
Méditerranée. Ils sont partis en bateaux pour faire la
Guerre de Troie. On connaît aussi l'Odyssée, les aventures
en mer d'Ulysse. La première République et la première
Démocratie ont été établies en Grèce. Les temples grecs
attiraient beaucoup de touristes étrangers à l'époque, et
ils continuent de les attirer aujourd'hui. Célèbres sont les
arts grecs, les statues, la céramique, le théâtre, la
littérature, la philosophie (voilà encore un mot grec). La
religion des Grecs était polythéiste. Ils avaient 6 grands
dieux et 6 grandes déesses. Et plusieurs divinités moins
importantes. Beaucoup de non Grecs venaient étudier
dans les Ecoles d'Athènes. Les Grecs ont gagné de
grandes batailles contre des envahisseurs perses, qui sont
devenus célèbres: la bataille de Marathon, de
Thermopyles, de Salamine. Alexandre le Grand a conquis
la Perse et tous les pays au Sud de la Grèce y compris
l'Egypte. Et en Egypte, il a fondé une ville qui a pris son
nom -Alexandrie - et qui existe toujours.

Mais, en Italie, un grand Etat a été formé à Rome.


Les Romains ont emprunté la civilisation grecque, ils ont
développé les techniques militaires et, un jour, ils ont
conquis la Grèce, l'Egypte, la Palestine, la France et
beaucoup d'autres pays. C'est à cette époque que Jésus
Christ est né. Il est né en Palestine. Ses disciples, qui
étaient Juifs, ont propagé une nouvelle religion
monothéiste, le Christianisme. Trois siècles plus tard, les
Romains et les Grecs deviennent chrétiens. Et la capitale
de l'empire romain change de cité. Elle quitte Rome et elle
s'installe à Byzance, ville grecque. Elle est nommée
Constantinople, d'après l'Empereur Constantin qui l'a
fondée. Les Romains parlaient latin, une langue italienne.
A Byzance, ils ont adopté la langue grecque. C'est sans
doute pour ça que les Grecs d'aujourd'hui parlent toujours
le grec. Les Français parlent une langue qui vient
essentiellement du latin et qui a emprunté beaucoup de
mots grecs. Les Espagnols aussi. N'oublions pas que la
France (elle s'appelait Gaule à cette époque) et l'Espagne
ont été occupées par les Romains aussi. Les lois romaines
sont encore en vigueur dans ces deux pays.

Bon, il est temps pour ton bain et pour aller au lit.


Bonne nuit, mon coeur.
Sixième lettre, sixième bla bla

Bon jour, ma chérie. Viens boire ton lait à côté de


moi. Moi je bois mon café. Il me faut un café pour me
réveiller vraiment. Pourquoi un café ? Le café c'est une
plante et les grains de cette plante, quand on les bouille,
donne de la force. C'est comme un médicament. Non, il
n'y pas de plantes de café en France. Le café vient de
l'Afrique et de l'Amérique du Sud. Cette plante a besoin de
chaleur. Elle vient des pays chauds. De Colombie, du
Brésil et même de Venezuela. Mais il ne faut pas boire
trop! Si on boit modérément, il fait du bien, trop il fait du
mal. Comme toutes les choses, quoi!

Comment savoir le bien et le mal? Bonne question.


D'abord, on le sent. Au fond de nous, on sait ce qui est
bien et ce qui est mal, n'est-ce pas? Quand on boit trop
de café on devient nerveux. Quand on boit trop de vin, on
devient ivre -et ce n'est pas bien. Les médecins nous
disent ce qui est mal pour la santé. Mais il y a aussi la
santé de l'esprit. Et là, les médecins ne peuvent pas nous
aider. Ils nous renvoient chez les psychologues.
Psychologue (qui est un mot grec) veut dire "spécialiste
de l'âme". Par exemple, le bonheur est un état d'esprit. Ca
vient si profondément de nous-mêmes, que nous ne
savons pas assez comment devenir heureux. Etre ivre de
bonheur, ce n'est pas mal du tout. C'est même le but de la
vie: être heureux. D'ailleurs, on est bien si on fait le bien;
le bien pour nous et pour les autres. On est bien aussi si
nous faisons des choses belles.

Les philosophes ont beaucoup parlé du bien et du


beau. Platon, par exemple. (Il était un philosophe grec
ancien celui-là). Eh! bien, le bien est beau et le beau est
bien ! C'est ce qu'il disait, en gros. Pourquoi? Parce que le
mal ne peut pas être beau, n'est-ce pas? Et faire des
choses laides ne peut pas être bien. On ne peut pas être
heureux dans le mal. Et à quoi ça sert de faire des choses
laides? Tu me diras que tout est relatif et que ce qui est
beau pour les uns pourrait être laid pour les autres. Il est
vrai qu'on trouve beau ce qu'on est accoutumé de voir.
Mais ce qui est produit de l'intelligence est toujours beau,
chez nous et chez les autres. On est heureux quand on est
entouré d'intelligence. On est heureux quand on est
entouré des choses belles.

Donc, on sait ce que c'est le bonheur. Ce que l'on ne


sait pas assez c'est comment l'atteindre. Car on n'est pas
seul dans la vie. Il faut que tous les autres poursuivent le
même but. Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas.
On est trop souvent entouré de mal et de laideur. Car
faire le bien et le beau c'est parfait. Mais tout le monde
n'est pas parfait. La jalousie, l'orgueil, la gourmandise, la
misère qui frappe le monde parfois, tout ça nous empêche
d'être heureux. L'ignorance empêche les hommes de faire
le beau. Et les guerres les empêchent de faire le bien. Et
puis, sommes-nous parfaits nous-mêmes? Bien sûr que
non. Le bonheur absolu-absolu n'existe pas. Ce qui existe
est le chemin vers le bonheur. Et c'est déjà pas mal. On
est pas mal heureux si on est sur le chemin du bonheur.

Pourquoi la guerre? Eh! bien, la guerre c'est aussi


l'orgueil, la gourmandise, la jalousie. Certains disent que
la guerre est un instinct. Tu sais ce que c'est l'instinct.
C'est une force chez l'homme à laquelle il ne peut pas
résister. La guerre donc n'est pas le produit de l'instinct. Il
n'y a que deux instincts chez l'être humain: manger, pour
survivre, et faire des enfants, pour que survive l'espèce
humaine. Les mêmes instincts que chez tous les animaux.
La guerre n'existe comme instinct ni chez l'homme ni chez
les animaux. Les animaux s'entretuent parfois,
uniquement pour manger et survivre. Mais l'homme n'est
plus un cannibale. Depuis très longtemps, l'homme est un
être civilisé. C'est à dire intelligent. Il a appris à vivre en
paix avec ses semblables. Seulement, il est parfois assez
bête pour se laisser entraîner dans la guerre. On dit
"bête", c'est à dire "animal", pour celui qui n'est pas
intelligent. Il faut être "bête" pour ne pas résister à l'idée
de la guerre. Car si on est intelligent, on résistera.

On parle bien sûr de guerre que l'on fait aux autres.


Car, quand on nous fait la guerre, il est intelligent de
résister et se battre pour survivre. Ca ne s'appelle pas
guerre, ça s'appelle résistance. Car l'homme a des droits
et il ne veut pas les perdre. L'homme a droit aux "droits
de l'homme". Dans les sociétés civilisées, c'est à dire dans
les démocraties, l'homme a d'abord le droit à la liberté.
Car l'homme est né libre et personne n'a le droit de lui
retirer la liberté. Il est vrai qu'il n'était pas toujours libre,
l'homme. Mais depuis qu'il a connu la liberté, il est plus
heureux. Dorénavant, il n'a pas seulement besoin de
manger et de faire des enfants, mais aussi de vivre libre.
Et se battre pour la liberté ce n'est pas un mal. Ce qui est
mal c'est de supprimer la liberté des autres. Pour avoir la
liberté et tous les autres droits de l'homme, il faut vivre
dans une société démocratique, avoir comme système
politique la démocratie.

La démocratie c'est quand c'est le peuple qui


gouverne. On organise des élections, on choisie nos
représentants qui gouvernent le pays. Si ils ne sont pas à
la hauteur, on en choisie d'autres. Et ce gouvernement
doit respecter les droits de l'homme. Le droit d'être libre,
de s'exprimer, de parler librement, le droit de voter, le
droit d'être élu, le droit d'être tous égaux devant la loi.
Nous faisons bien entendu des lois, pour qu'il n'y ait pas
de malentendus sur ce qui est bien et ce qui est male Le
bien est récompensé et le mal est puni. Voilà, en deux
mots, la démocratie. C'est un mot grec qui signifie: le
pouvoir du peuple. Et, dans la démocratie, le
gouvernement est du peuple, voté par le peuple pour faire
du bien au peuple.

Quand on parle de démocratie, on parle de politique.


Et la politique c'est de se mêler dans les affaires du pays.
De s'intéresser. De participer. De convaincre les autres sur
ses idées. Quand le gouvernement est confisqué par un
petit groupe de gens ambitieux, par quelques colonels qui
commandent l'armée -ça arrive parfois- le peuple politisé a
droit de se révolter et de chasser ce petit groupe du
pouvoir; de rétablir la démocratie. Dans la démocratie il y
a des gens riches et des gens moins riches. Mais il ne doit
pas y avoir des pauvres. Et les riches ne doivent pas être
trop riches. Car la richesse excessive est aussi un pouvoir
illégitime. Quand ça arrive, qu'il y a trop d'inégalités
dans la société, les citoyens intelligents s'organisent pour
faire une révolution. Mais ceux qui font la révolution ne
doivent pas garder le pouvoir pour eux. Il faut qu'ils le
rendent au peuple. Souvent ce n'est pas le cas. Et en suit
une nouvelle révolution.

Mais tout ça c'est de l'histoire passée. Passée, façon


de parler. Ca existe encore dans certains pays de l'Asie et
de l'Afrique. Chez des peuples qui ont été jadis colonisés
par les pays riches et qui n'ont pas encore pris goût à la
démocratie. Le chemin vers la démocratie est long et
pénible. Nous avons maintenant ici la chance de vivre libre
mais l'histoire de l'humanité a été un long combat pour
l'évolution et l'amélioration de l'espèce humaine. Tu
l'apprendras à l'école. Ou par la lecture. Tu apprendras ce
qui était le fascisme et le nazisme. Tu apprendras aussi
le socialisme et le communisme. Tu verras comment,
en Allemagne nazie on disait qu'on allait faire le bien
quand on préparait le mal, ou comment, en Russie
communiste on faisait le mal tout en vouloir faire le bien.
C'est très compliqué tout ça.

Bonne nuit, maintenant, mon amour.


Septième lettre, septième bla bla

Tu m'as dis ce matin: "et l'amour? Comment peut-on


vouloir faire le mal, quand il y a l'amour? Y a-t-il des gens
qui n'aiment pas?"

J'avoue que je n'ai jamais pensé à cette question. Je


ne peux pas imaginer d'hommes et de femmes qui
n'aiment pas. On ne peut pas vouloir le mal quand on
aime, c'est vrai. C'est très contradictoire tout ça. Et il n'y a
pas seulement l'amour. Il y a aussi l'amitié. L'homme est
donc toujours bon? Tu sais, en réalité, l'homme est né
bon. Je ne sais pas pourquoi, mais c'est ainsi. Il est né en
principe bon et apparemment en bonne santé. C'est après
qu'il devient méchant ou malade. En fait, maintenant que
je te parle, je réalise que la méchanceté est une maladie.
Oui, une maladie. Les méchants, il ne faut pas les mettre
en prison mais dans les hôpitaux. Pour les guérir. Voilà ce
que je pense.

Mais pas tous pensent comme moi. Les gens disent


"les méchants sont dangereux, il faut les interner". Les
interner, d'accord, mais pas pour les punir; pour les
guérir. On dit encore "tribunal pénal". Dans certains pays,
il y a encore la peine de mort. Si le crime est une maladie,
la "peine" n'a pas de sens. Surtout la peine de mort. On
ne peut pas mettre à mort un malade, n'est-ce pas? Est-
ce qu'on met un malade en prison? Un malade peut
toujours aimer. D'ailleurs, il y en a des gens qui aiment
tellement, on dit qu'ils sont "malades d'amour". Mais
l'amour, en principe, n'est pas une maladie. Voilà
comment on peut être, en même temps, méchant et
amoureux.
C'est paradoxal, n'est-ce pas? Mais la vie est pleine
de paradoxes et de contradictions. Il faut s'interroger sur
ce qui est l'amour. Car l'amour a un rapport avec le bien
et avec le beau. La beauté attire l'amour, n'est-ce pas? Un
homme aime souvent une femme pour sa beauté. On
aime un tableau parce qu'il est beau. Mais le tableau ne le
sait pas! C'est donc un amour à sens unique. Même chez
les êtres humains, un homme, ou une femme, peut aimer
sans exprimer son amour. Ca aussi c'est à sens unique.
Pourtant, souvent, l'amour est réciproque dans un couple.
(C'est pour ça d'ailleurs que l'on appelle "couple", parce
qu'il y a deux dans l'affaire). Il y a donc deux sortes
d'amour. L'amour égoïste et l'amour réciproque. Egoïste,
parce qu'on aime pour satisfaire son ego. Réciproque,
parce qu'on aime et on est aimé. Souvent, on aime parce
qu'on est aimé. Dans ce cas, c'est aussi un amour égoïste.
Il faut aimer pour aimer. Et, dans la plupart des cas, on
sera récompensé par l'amour de l'autre. Mais pour être
aimé, il faut avoir des qualités, n'est-ce pas ?

L'amitié, ça ne marche pas comme ça. J'ai de


l'affection pour un ami qui, par hasard, a de l'affection
pour moi. L'amitié est née en même temps dans les deux
sens. Comme, parfois, l'amour. On sait comment est née
l'amitié. Par une mutuelle appréciation des qualités des
amis. Par une commune participation à une aventure qui a
bien terminé. Mais on ne sait pas comment l'amour est né.
Les qualités de la personne jouent un rôle, mais les vraies
raisons de l'amour sont obscures. On peut même aimer
sans raison. C'est pour ça que l'on dit parfois "un amour
irraisonnable". L'amour c'est un sentiment très fort. Je
dirais, définitif. Pourquoi définitif? Eh! bien, quand on est
très amoureux de quelqu'un et on veut vivre avec elle ou
avec lui pendant toute la vie et faire des enfants, etc.,
etc., c'est un amour définitif, n'est-ce pas? Il n'y a pas de
"petite amour". L'amour, le vrai, est toujours grand,
toujours immense, toujours total. Quand on aime, on ne
fait même pas attention aux défauts de l'autre. Tout est
bien et tout est beau. C'est pour ça qu'on dit parfois "un
amour aveugle".

D'où vient donc l'amour? Il vient de l'âme, laquelle


on ne sait pas où elle est. L'amour aussi c'est de
l'électricité invisible. L'amour n'est pas une maladie, c'est
le bonheur. Mais il peut être maladif. Ca peut rendre fou.
Sauf que cela n'arrive jamais quand l'amour est
réciproque. Ca peut arriver quand il est égoïste. Donc,
évitons l'amour égoïste! Si on a la force! Gardons l'amour
égoïste pour les objets seulement. C'est l'amour du beau.
Comme on a dit plus haut, le beau fait du bien. C'est
important dans la vie car en aimant la beauté on la met
en valeur et notre société toute entière s'enrichit d'art et
de culture. Car les beaux objets ce sont des objets d'art.
Et s'il y a de l'art autour de nous, cela veut dire qu'il y a
des artistes. Ce sont les artistes créateurs qui enrichissent
le monde de culture. Par conséquent, l'amour du beau
devient aussi l'amour du bien. Car on ne peut pas aimer
dans le mal. Le beau a besoin de paix, à la fois extérieure
et intérieure. Le beau exalte l'homme et le rend heureux.
Je dirais même que la laideur c'est de la méchanceté. Oui,
une maladie, si tu veux.

Moi, j'ai parlé de couple? Ecoute, il y a beaucoup de


sentiments positifs qui sont proches l'un de l'autre. Ces
sentiments sont nés quand on rencontre et quand on
connaît quelqu'un. Si on trouve que telle ou telle personne
ai beaucoup de qualités humaines ou même
intellectuelles, on a du respect. Si on le fréquente et on le
trouve bien sous tous les rapports, on a de la sympathie.
On dit "on l'aime bien". Si on le fréquente beaucoup et on
lui ouvre notre coeur et il fait la même chose avec nous,
on a de l'amitié. Si cette amitié nous rend très heureux,
tous les deux, on a une grande amitié. On peut avoir de
l'amitié pour beaucoup de gens. Mais on n'est amoureux
que d'une seule personne. Dans ce cas, on parle de
couple.

A priori, un couple, marié ou pas marié, c'est un


homme et une femme. On trouve des couples même chez
les animaux et chez les oiseaux, parfois. Et leur amour
s'appelle amour de couple. Cela veut dire que l'homme et
la femme s'aiment comme homme et femme, pas
seulement comme amis. Ils ont peut-être commencé par
le respect, après par l'amitié et ils ont fini par s'aimer avec
le grand amour de couple. Car ils ont envie d'être
inséparables, d'être toujours ensemble, si possible
d'habiter ensemble, de manger ensemble, de dormir
ensemble, de faire des enfants ensemble. C'est pour ça
que, dans la plupart des cas, ils se marient ensemble.
Pour avoir un seul nom et le donner à leurs enfants. C'est
la coutume. Depuis des milliers d'années. Aujourd'hui, les
couples ne se marient pas toujours. Ils pensent que vivre
ensemble, c'est ça qui compte. Pour ces couples, on dit
"ils vivent maritalement". Comme les mariés. On ne dit
pas "mari" et "épouse", on dit "compagne". Parce que l'un
accompagne l'autre dans la vie.

Moi, j'ai dit divorce? Ecoute, il arrive que le respect et


l'amitié prennent fin un jour. Il arrive aussi que le grand
amour du couple prenne fin aussi. Et reste le respect et
l'amitié. Qu'est-ce qu'on fait dans ce cas? On ne vit plus
ensemble. On se sépare et on reste des amis. Si on est
mariés et on met fin au mariage, on appelle ça divorce, si
non, on l'appelle séparation. La vie va ainsi. Rien n'est
obligatoire. Un couple peut rester pour la vie, un autre
pour quelques années seulement. Le problème est que
quand on a des enfants, les enfants n'aiment pas la
séparation des parents. Mais ils s'habituent à vivre tantôt
avec le père, tantôt avec la mère. La moitié des enfants
dans le monde vivent comme ça. Il y a même des mères
et des pères qui se remarient. Dans ces nouvelles familles,
recomposées, il y a souvent des enfants qui ont la même
mère mais des pères différents. Que veux-tu? La vie n'est
pas parfaite. Elle est tout sauf parfaite. L'homme essaie de
la parfaire, mais elle, elle résiste.

Quand l'enfant devient adulte, il comprend mieux


comment elle est faite la vie. Et elle est pleine de hasards,
de coïncidences et d'accidents. Le seul accident heureux
c'est l'enfant. Accident, parce que personne d'entre-nous
n'a été programmé. Les parents ont peut-être voulu nous
avoir, mais seule la Nature décide si et quand un enfant
sera né. On est tous venus au monde par accident. Mais le
bonheur, c'est nous qui le fabriquons. Rarement, il arrive
par accident. C'est le malheur qui est toujours un
accident. Je ne dis pas qu'il est imprévisible, je dis "par
accident". Parfois, on sait ce qui va nous arriver mais on
ne fait rien pour qu'il n'arrive pas. L'homme a ses
faiblesses. On l'a dit. Il n'est pas parfait. Par exemple, il
fume et il sait qu'il sera très malade parce qu'il fume. Et il
n'arrête pas de fumer! Aujourd'hui on met sur les paquets
de cigarettes la phrase "FUMER TUE", on la lit et on ouvre
le paquet quand-même ! Les archéologues de l'an 3000
qui trouveront ces paquets se demanderont si on n'était
pas fous nous à l'aube du millénaire...
Huitième lettre, huitième bla bla

Un homme et une femme. D'accord. Parlons du


masculin-féminin. Cette assiette a beaucoup intrigué les
hommes et les femmes, les philosophes, les sociologues,
les artistes, les physiciens, les médecins, les juristes, les
penseurs. L' "homme de la rue" ne se pose pas trop de
questions. On est né, on découvre son sexe, on est surpris
de voir que d'autres ont un sexe différent, puis on
s'habitue, on admet qu'il y a des garçons et des filles, des
pères et des mères, des maris et des épouses, on
découvre la "guerre des sexes", la réconciliation dans le
mariage ou dans la vie commune, on s'habitue aux oncles
et aux tantes, aux cousins et aux cousines, aux amants et
amantes. Et on ne se pose plus de questions sur le
pourquoi de tout ça.

En faite, ça nous paraît impensable un monde sans


masculins et féminins. Tous les animaux sont faits ainsi.
Peut-on concevoir un monde avec uniquement des
hommes ou des femmes ? Et la procréation alors ? Mais
ce qui m'intrigue c'est comment la Nature a pensé à sa
procréation. La vie est apparue sur terre il y a quelques
millions d'années. On connaît à peu près la date, mais on
ne connaît pas comment elle est apparue et comment elle
a déclenché le processus de la reproduction des espèces.
Un jour, une cellule vivante est apparue. De nulle part.
Okay. Il y a sans doute une logique derrière. Mais
comment cette cellule a eu l'idée un jour de se diviser en
deux, toute seule. Et puis, en quatre. Et ainsi de suite. Un
autre jour, sont apparus des cellules masculines et des
cellules féminines. La Nature sait s'évoluer et s'améliorer,
n'est-ce pas génial! Au lieu, donc, de s'intriguer et de se
soucier en découvrant les sexes des autres, il fallait se
réjouir pour l'intelligence de la Nature.

Ca n'empêche, c'est vrai, que ce n'est pas toujours


drôle d'être un garçon parmi tant de filles et d'être une
fille parmi tant de garçons. C'est "être différent" qui nous
choque. Comme être un Noir parmi de tas de Blancs. Et
vice-versa. Il y a des rivalités qui en résultent. Mais n'y a-
t-il pas des rivalités entre garçons et entre filles, aussi ?
Ces rivalités entre l'homme et la femme, comme entre
homme et homme, ont commencé bien avant la parution
des sociétés et des cités. Avec l'apparition de la société,
les rapports homme-femme ont évolué selon les coutumes
et les besoins sociaux. Il y a eu, dans l'histoire, des
sociétés matriarcales, où la femme imposait sa lignée
familiale et aussi des sociétés patriarcales, comme celle
qui gère encore presque l'ensemble de l'humanité. Dans
nos sociétés modernes -j'ai dirais, occidentales- les
femmes revendiquent une plus grande liberté, une égalité
totale avec les hommes, et elles ont raison. Dans les
sociétés patriarcales de l'antiquité, la femme était un être
humain de deuxième catégorie. En dessous d'elle, c'était
les esclaves et les animaux. Son rôle n'était pas de
participer à la vie de la cité, mais à rester à la maison, à
préparer le repas et à élever les enfants. Son rôle était
d'aider à la procréation de l'espèce. C'est un fait de
l'évolution sociale, non pas une idée de la Nature. Les
animaux féminins, eux, ont toujours été égaux aux
animaux masculins.

La société est donc obligée de revenir aux lois de la


Nature. On est différents d'accord, mais pas inégaux. On
peut ajouter même que la Nature nous veut
complémentaires. C'est à l'être humain d'inventer de bon
et harmonieux partenariats. Ce qui n'est pas facile,
j'avoue, car le féminin reste un mystère pour le masculin
et vice-versa. On est des mystères, oui. Mais
heureusement qu'on est des mystères ! C'est cela qui rend
excitante notre existence. Partout où il y a de mystères, il
y a de l'émotion. On aime tous les films noirs et les
thrillers, n'est-ce pas ? On est attiré par l'astrologie parce
qu'on aime la magie. Qu'est-ce que ce serrait la Pyramide
sans son mystère ? Pendant toute la vie, on est ému de
femmes, quand on est homme, et on est émue des
hommes quant on est femme. Je sais, on est obligé de
cacher cette émotion dans le quotidien, parfois, mais la
cacher c'est aussi un jeu et le jeu c'est le moteur de la vie
en société. Sinon, on va sombrer soit dans la solitude soit
dans l'ennui, soit dans les deux.

Maintenant, on peut parler d'un autre problème.


Comme une fille ne sait pas vraiment comment sont faits
l'âme et le cerveau du garçon (et vice-versa) elle crée
dans sa tête un idéal. Le garçon idéal. Et le garçon, la fille
idéale. Mais cette image est purement fictive. C'est un
roman. Le garçon idéal et la fille idéale n'existent pas !
Heureusement ! Car, curieusement, c'est presque toujours
le même "garçon idéal" pour toutes les filles et c'est
presque toujours la même "fille idéale" pour tous les
garçons. Tu imagines combien ce serrait ennuyeux si tous
les garçons étaient identiques ? Et si toutes les filles
étaient des copies de la poupée Barbie ? L'important c'est
pour chacun de développer sa propre personnalité, au
mieux. Deux fortes personnalités, forcément, influencent
l'une l'autre. Pour le bien de toutes les deux. Il y aura des
accidents bien entendu mais l'accident est à prévoir. Tu
verras, un jour il y aura des Assurances aussi pour les
mariages !

J'ai parlé de jeu. Seuls les êtres sincères devraient en


user. On n'a pas le droit de tricher dans le jeu. La sincérité
c'est le comportement le plus réconfortant pour l'être
humain. Regarde les animaux et les oiseaux. Ils sont né
sincères. L'hypocrisie ne fait pas le bonheur. L'hypocrisie
c'est comme la drogue, quand on a commencé on ne peut
plus s'arrêter. Elle gâche la vie. La vie est courte, hélas, et
il faut la sauvegarder de toutes les maladies mentales ou
psychiques. La sincérité c'est la santé, sinon on se sent
mal dans sa peau. Le jeu c'est de l'humour, le sel et le
poivre dans la vie quotidienne, ça empêche les mauvaises
humeurs, mais il ne doit jamais cacher une insulte.
D'ailleurs, il faut faire gaffe, observer les humeurs des
autres, surtout si elles sont des proches, et essayer de ne
pas les offenser, de ne pas heurter leurs particularités
profondes, n'est-ce pas ? On ne dit pas à un gros "tu es
gros", à un handicapé "tu es handicapé". L'amour, l'amitié,
sont nourris de respect. Point final.
Neuvième lettre, neuvième bla bla

Tu as été très intriguée par le phénomène fille-


garçon, n'est-ce pas ? Eh! bien, c'est un phénomène, un
fait qui apparaît devant nous et que l'on découvre. On sait
que, au moment de la conception du bébé, les gênes
peuvent se mêler soit pour créer une fille, soit pour créer
un garçon. Mais personne ne sait pourquoi le nombre de
filles dans le monde est égal au nombre de garçons ! C'est
encore la mystérieuse Nature qui intervient, car elle a
besoin d'autant d'hommes que de femmes pour assurer la
préservation de l'espèce. Sinon, il n'y aurait plus d'êtres
humains sur la terre, et plus d'animaux d'ailleurs. La
Nature a ses lois (et, d'ailleurs, il faut toujours les
respecter). Les Mathématiciens ont appelé cette loi "la loi
des probabilités". Car, dans la Nature, les choses avancent
par nécessité évidente et visible, bien sûr, mais aussi par
une nécessité obscure et mystérieuse, que l'on appelle
souvent le hasard. Pour qu'un phénomène devienne
"probable", bien qu' hasardeux, il faut qu'il se répète
beaucoup de fois. Cent, mille, des millions de fois. Dans
un petit groupe, comme la famille par exemple, il peut y
avoir disons quatre, cinq, six naissances. Disons que ça ne
donne que des filles ou que des garçons. Mais parmi les
60 millions des Français ou les 7 milliards d'êtres humains
dans le monde, il y a autant de filles que de garçons !
Voilà la loi des probabilités. Nous sommes nés par hasard,
tu vois ? Pour passer soit dans la moitié "filles" soit dans la
moitié "garçons" ...

D'ailleurs, nous sommes nés Français ou Grecs au


Vénézuéliens, par hasard aussi. Allons plus loin: nous
sommes Catholiques, Orthodoxes, Protestants, Juifs,
Musulmans, tout à fait par hasard. Car quand on est né on
est rien de tout ça ! On n'est que fille ou garçon ! On
devient tout le reste. Nés dans une autre famille, dans un
autre pays, on aurait une autre personnalité, une autre
langue, un autre nom et une autre religion, ou peut-être
on serait même des athées. Etre une fille, c'est donc un
choix -physique- de la Nature. Mais être Chrétien ce n'est
pas un choix de la Nature. C'est un choix de nos parents
et de nos gouverneurs. Ce qui n'est ni normal, ni juste, ni
naturel. La religion est un système de pensée. Et on ne
peut pas avoir un système de pensée le jour où on est né.
N'est-ce pas ? Par conséquent, il faut qu'on nous laisse
tranquille jusqu'à notre majorité. A 18 ans, lorsqu'on aura
le droit de voter, on devrait aussi avoir le droit de choisir
une religion nous-mêmes. Ou pas de religion du tout.

Par contre, on est né fille ou garçon et, dès l'âge le


plus tendre, on est conscient de notre sexe. On est notre
sexe. On n'est pas un simple être humain, on est fille ou
garçon. C'est notre identité première. C'est le moteur, la
raison, la finalité de notre vie. En faite, on possède là un
système de pensée dès notre naissance. Personne ne
nous l'a imposé et personne ne peut ni veut nous le
retirer. N'est-ce pas cela la plus vraie des "religions" ? Je
te laisse réfléchir sur tout ça. Ce n'est pas que du bla bla,
tu sais...
Dixième lettre, dixième bla bla

Bon, parlons du "système de pensée". D'abord le


"système". Qu'est-ce que c'est ? On se fait tous un cadre
dans lequel on range toutes nos connaissances, nos
croyances et toutes nos habitudes. Et même nos
habitudes pour penser. En fait, notre cerveau le fait
automatiquement. Il y a des tiroirs dans le cerveau dans
lesquels tout est rangé, comme les habits dans une
commode. On ne peut pas faire autrement, car l'être
humain est un être logique. "Au commencement fut la
raison", on lit dans la Bible. Nous connaissons la Bible par
sa traduction grecque. En grec c'est écrit "Au
commencement fut le logos". "Logos" en grec signifie à la
fois "verbe" et "raison". On traduit souvent "verbe", mais
c'est faut. Le traducteur voulait dire "raison". L'humanité
est née avec la raison. La parole est arrivée bien plus tard,
comme tous les outils. La raison donc c'est la première
idée de la Bible. Même les animaux sont gérés par une
logique, bien que moins forte car ils ont un cerveau
beaucoup moins développé que le nôtre. Quand les tiroirs
du cerveau sont dérangés nous devenons des malades
mentaux, des fous si tu veux. La raison part et nous
devenons déraisonnables ou irraisonnables.

Dans ce cadre donc du cerveau nous rangeons nos


pensées, c'est à dire nos idées, nos croyances, tout ce que
nous avons à proposer à nous-mêmes et aux autres. Aux
autres, car l'être humain vie en société. Il est forcément
politique. "L'homme est un animal politique" disait
Aristote, un grand philosophe grec de l'antiquité. (Il avait
fondé une grande école à Athènes qui s'appelait Lycée,
d'où le mot "lycée" d'aujourd'hui). Dans la Démocratie
athénienne, tous participaient aux affaires de la cité. Le
mot grec pour citée c'est "polis", d'où le mot "politique".
Ceux qui ne participaient pas, on les appelait "idiots", c'est
à dire ceux qui vivent "en privé", les non-participants. (Les
mots "idiome" et "idiomatique" ont la même racine qu'
"idiot"). Avec le temps le mot est devenu synonyme de
"non-intelligent". Car les non-participants à la vie civile
étaient des idiots et tout le monde se moquait d'eux.
Chaque citoyen donc -chaque homme responsable, sain et
raisonnable - a un système de pensée qu'il met aussi au
service de la société.

Nos sommes donc des êtres politiques, mais nous ne


sommes pas tous forcément d'accord avec les systèmes
politiques des autres. Nous nous battons pour nos idées
(pour notre système de pensée) mais, en même temps,
nous devons respecter les systèmes de pensée des autres,
sinon c'est l'anarchie et la guerre. Il y a forcément un
système commun de pensée (attention, pas une "pensée
unique"). Et ce système commun s'appelle Démocratie.
D'après ce système, on a tous les mêmes droits devant la
même loi. Ca s'appelle "l'égalité". Personne n'est esclave
de qui que se soit. Ca s'appelle "liberté". Et nous sommes
solidaires les uns des autres. Ca s'appelle "fraternité". La
démocratie nous oblige à respecter la majorité des
pensées. La "majorité" c'est une notion qui nous dérange,
si nous sommes minoritaires, car c'est la majorité qui
gouverne et, forcément, elle ne pense pas comme nous.
La majorité gouverne le pays le jour au jour tout en
respectant les droits de la minorité. C'est comme ça. C'est
le seul moyen pour éviter l'anarchie et la guerre civile.
Tous les 4 ou 5 ans, nous exerçons notre droit de vote, et
nous avons le temps de convaincre les autres, les faire
changer d'avis et voter pour notre système de pensée. Si
nous réussissons, nous devenons majoritaires à notre tour
et nous appliquons nos idées.
C'est bien que nous aillons des pensées différentes
(et non une "pensée unique") car c'est une preuve de
santé mentale. On est différent, on pense différemment.
Si on avait une pensée unique, il n'y aurait pas de
progrès. Ce sont l'échange des idées et la compétition qui
font que notre société puisse se développer et s'améliorer.
Il y a presque 2 siècles, on a commencé à parler de
"socialisme". Car, à cette époque, seuls les riches
pouvaient voter et ils faisaient des lois qui opprimaient les
pauvres. Aujourd'hui ces lois ont changé car tout le
monde peut voter. Il y a même des sociétés plus au moins
socialistes. Le socialisme veut un état "social", qui
s'occupe de l'ensemble de la société et non seulement des
couches les plus aisées. Il exige que les démunis paient
moins d'impôt, par exemple, et les riches paient plus. Ce
n'était pas facile de convaincre les riches de céder. Il y a
eu même des révolutions pour cela, mais maintenant c'est
fait. Et même si ce ne sont pas les socialistes au
gouvernement, les Etats demeurent plus ou moins
socialistes ! J'ajoute seulement qu'il y a aussi des
socialistes encore plus radicaux et qui veulent un Etat
davantage socialiste. Ils l'auront quand ils deviendront une
majorité.

Mais la Démocratie ne règle les problèmes que dans


le pays où elle est appliquée. Déclarer "je suis un citoyen
du monde", c'est plus facile de le dire que de le pratiquer.
Malheureusement, les choses sont plus compliquées.
D'abord, il y a encore des pays qui ne sont pas
démocratiques, où Il y a encore des dictatures. Puis, il y a
encore des pays pauvres où les populations meurent de
fin. Surtout en Afrique et en Asie. Et il y a des centaines
de milliers d'immigrés de ces pays qui viennent vivre
clandestinement dans les pays riches et démocratiques
soit pour trouver une meilleure vie soit pour trouver la
liberté. Il y a aussi un autre fléau, le nationalisme
primaire. Le nationalisme est de croire que notre nation
c'est la meilleure et que les autres nations sont
inférieures. Rien qu'en Europe, il y a eu deux grands
guerres, le siècle dernier, à cause du nationalisme; des
guerres qui ont fait plus de 50 millions de morts. Et le
nationalisme continue de faire des guerres et des morts
surtout en Afrique et en Asie. En Palestine, par exemple.
Face à tous ces conflits, face aux nationalismes, face au
racisme -qui existe même chez nous- on est obligé d'avoir
une opinion, si on a un système de pensée et un cerveau
qui raisonne. Si nous sommes de vrais démocrates, nous
serons contre le nationalisme et contre le racisme. Notre
opinion est forcément politique car elle est capable de
déclencher une action, chez nous comme, parfois, chez les
autres. Tu comprends, donc, que la politique est l'affaire
la plus sérieuse des toutes. Aussi exaltante que l'amour.
Et parfois on ne sait pas trop pour laquelle des deux il faut
opter lorsqu'on est coincé entre les deux...
Epilogue bla

Voilà, on a parlé de pas mal de choses. Mais est-ce


qu'on a répondu à la question: "Quelle est la différence
entre l'animal et l'homme ?". Quelqu'un a dit: "l'animal ne
rit pas". C'est peut-être vrai, bien que l'on ne sache pas
encore ce que pensent les animaux et comment ils rient,
s’ils rient. Mais ce que cette réponse éclaire c'est l'homme.
Car le rire c'est une émotion, une parmi d'autres.
L'homme et l'animal ont deux instincts communs : se
préserver, par la bouffe et par la procréation. Ils ont peut-
être un troisième: l'émotion. Bien attendu, chez l'homme,
l'émotion est à la fois inévitable, indispensable et
envahissante. La différence avec l'animal c'est que
l'homme cultive ses instincts, la bouffe par la gastronomie,
l'amour par la séduction, l'émotion par l'art. Par l'art de
vivre et par l'art tout court. Depuis les temps les plus
anciens. Il s'agit d'une culture qui se reproduit, qui se
propage, qui se préserve et qui a besoin de paix pour se
développer et d'apprentissage pour s'apprécier.

Il y a, bien entendu, une autre différence entre


l'homme et l'animal. L'animal se promène nu, à poil,
tandis que l'homme se promène habillé. Nous oublions
que les premiers hommes se promenaient nus aussi. Par
la suite, ils ont beaucoup voyagé sur la terre, ils ont connu
des climats sévères et ils se sont habillés pour résister aux
changements climatiques. Depuis, ils se sont habitués à se
regarder habillés ! Au point où ils ont voilé leurs femmes.
Même le visage d'une femme ne devrait pas rester nu ! Et
plus tard, ils ont commencé à cultiver ses habitudes
vestimentaires. C'est ainsi qu'une nouvelle culture est née,
la mode. Voilà pourquoi les animaux mâles ou femelles
nus ne nous choquent pas tandis que les hommes et les
femmes qui se promènent nus nous choquent aujourd'hui.

L'animal ne rit donc pas quand il voit un autre animal


nu. L'homme ne rit non plus quand il voit an animal nu,
mais il rit quand il voit un autre homme à poil. Bizarre,
n'est-ce pas ? Mais que veux-tu, le rire fait aussi partie de
la culture, avec la nourriture, l'amour, l'art et la mode. On
l'a dit, le rire c'est une émotion. Et il fait du bien, à la fois
à l'âme et à la santé. N'est-ce pas le rôle de la comédie de
faire rire ? Purifier l'âme ? Avec toutes les autres émotions
bien sûr. Apprenons donc à savourer les belles choses, si
précieuses, dans la vie qui est si imprévisible. Oui,
imprévisible. Le temps nous est compté. On dit "rira bien
qui rira le dernier" (pour se venger des sarcasmes des
autres). Mais combien de temps faut-il attendre ? Dans le
doute, rira bien qui rira le premier. Car le dernier, s'il
attend trop, ne rira pas du tout.

Ton "papou" qui t'aime

Septembre, 2003