Vous êtes sur la page 1sur 2

Spéciale dédicace à Régis Sonnes.....

Narbonne, Parc des Sports et de l'Amitié, samedi 12 avril 2008 : RC Narbonne 20 -


Stade Montois 47 (mi-temps 13-20)

Pour le Stade Montois, 6 essais


D.Cler 17' - F.Cazeaux 24' - I.Machkaneli 46' et 75' - Y.Lafforgue 51' - D.Cler 61'
4 transformations
B.Arrayet 17' et 24' - Y.Lafforgue 61' et 75'
3 pénalités B.Arrayet 11' et 38' - Y.Lafforgue 66'
carton rouge à Dhien (56')
Pour le RC Narbonne, 2 essais X.Madaule 4' - R.Stark 79'
2 transformations W.De Wall
2 pénalités W.De Wall 14' et 40'

Ainsi donc Régis n'y était pas pour grand chose... Hier soir,
laminés par une magnifique équipe montoise, les joueurs
narbonnais ont touché le fond en démontrant qu'ils ne se
vendent pas au pack, mais uniquement détaillés à l'unité,
chacun pour soi dans une caricature de jeu collectif. Pauvre
Régis, plombé depuis le début de la saison par cette bande
sans âme ni sérieux... Cette victoire à 5 points est en tout cas
une aubaine pour les jaunes et noirs, plus que jamais lancés
vers les demi-finales !
Tout avait pourtant mal commencé pour une équipe montoise qui se présentait privée entre
autres de Travini, Suta, Ormaéchéa, Harder, Chedal, Mazonetto... et qui n'alignait aucun
seconde ligne sur le banc. "Pourvu que Mynhardt ne se blesse pas", soupirait-on à
l'échauffement, avant de dire une heure plus tard "pourvu qu'il ne blesse aucun Narbonnais
sur ses charges"...
Dans ce match, les premiers instants sont donc audois, avec la seule action réussie de la
soirée, pour eux : une chandelle sous les poteaux que Cazeaux, emporté par le vent, ne peut
contrôler. Cet essai narbonnais s'inscrit dans une petite série de loupés montois sur les ballons
hauts, avant que l'attaque montoise ne se mette en mouvement et ne montre que la défense
narbonnaise avait hier soir la consistance de la vase des plages méditerranéennes. Deux, trois
occasions ratées de peu précèdent l'essai de l'égalisation. Ensuite tout est plus facile, même si
en fin de première mi-temps les jaunes et noirs sont encore secoués sur une pénaltouche.
Progressivement, il n'y a plus qu'une équipe sur le terrain, avide de jeu, très habile en contre et
sûre d'elle-même. Pauvres arrières narbonnais, pris sur chaque initiative montoise, incapables
de décrypter le jeu ésotérique de leur ouvreur (sans doute un lointain parent du Dacquois
Hore), ridiculisés plusieurs fois par les relances montoises.
Dans la tribune de face, où deux Montois sont noyés dans la batucada orange et noire, petit à
petit, les rats quittent le navire : "Moi je suis de Béziers", "moi de Lézignan", "Moi de
Bram"... Pour un peu, devant cette fuite des cerveaux, on finit par croire qu'aucun Narbonnais
n'est venu au stade... Un quart d'heure avant la fin, les quelques énergumènes qui insultaient
l'arbitre et hurlaient à la mort contre le phénoménal Lauga se sont tus, le peuple narbonnais
quitte les travées tandis que le stade résonne de "Allez les jaunes et noirs"... Dans les
dernières minutes, dans la tribune de presse le cor de Roland sonne l'hallali, Irakli inscrit son
doublé, c'est presque aussi bon qu'une victoire montoise dans la sous-préfecture des Landes...

Comme d'habitude, cette étincelante victoire s'est bâtie sur le collectif et sur la solidarité et
TOUS les joueurs montois ont réussi leur match. La charnière a retrouvé son efficacité, Lopez
a fait une belle partie de nain jaune et Benat a géré assez efficacement les ballons. Devant, on
finit par croire que le Métro s'est trompé dans son recrutement : ce n'est pas le grand José qu'il
leur fallait mais l'énormissime Jeandré, capable de reprendre un ailier, de percer plein champ
(si ! si !) et de mener des dribblings façon William Prunier. Nos pilars ont fait le métier
(mention spéciale au dodu Leleu, qui devra bronzer des jambes pour la photo du titre, si nous
sommes champions) ; Lauga a fait du Lauga, Giraud a capté deux ballons décisifs sur des
pénaltouches narbonnaises en deuxième mi-temps, Tastet continue sa progression et...
Cazeaux a marqué son essai !
Bien sûr, il y a eu l'expulsion de cap'tain' Dhien, provoqué par les Audois. Mais bon... cela ne
suffit pas à gâcher la fête, à laquelle participa le jeune Delmas.
Un petit bémol : les essais montois sont quasiment tous issus de contres, pourrons-nous enfin
- contre Tarbes - prendre le jeu à notre compte à domicile contre un "petit" ? En tout cas cette
performance force le respect, car marquer presque 50 points à Narbonne sur son terrain, pas
grand monde ne l'a fait dans l'histoire de ce club qui mérite mieux que ce troupeau de joueurs
malades de la peste...
Et maintenant, il FAUT battre Tarbes, embêter Oyonnax et recevoir Béziers avec
détermination !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Tout nous réussissait hier soir : la table de la brasserie C-O au centre ville est excellente et
même pas chère... Narbonnais, merci pour tout !

Centres d'intérêt liés