Vous êtes sur la page 1sur 78

Médecine en poche

Fiches de synthèse illustrées

ORDONNANCES
AUX URGENCES

. doc-d z. co m
L'Exclusivité Médicale
SCORES ET BASES 5
ANTIBIOTIQUES 5
BACTERIES 7
ANTIDOTES 10
APGAR 11
CAUCHOIX 11
CHILD PUGH CLASSIFICATION 12
CLAIRANCE DE CREATININE 12
DEPISTAGE DE CANCERS 13
GLASGOW 14
MNA ECHELLE (MINI NUTRITIONNAL ASSESMENT) 15
OMS : EVALUATION DE L'ÉTAT GÉNÉRAL
(PERFORMANCE STATUS DE L'OMS) 16
RANSON SCORE 17
SILVERMAN 17

CERTIFICATS 19
ABUS SEXUEL 19
ACCIDENT DE TRAVAIL 20
ARRET DE TRAVAIL 20
DECES 21
HOSPITALISATION A LA DEMANDE D'UN TIERS 23
HOSPITALISATION D'OFFICE 24
MALTRAITANCE 25
SIGNATURE, CACHET, DATE 25
SAUVEGARDE DE JUSTICE 26

NUMEROS UTILES 27
SAMU 27
CENTRE DE PHARMACOVIGILANCE 27
CENTRE ANTIPOISON 27
ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG 27
ADRESSES UTILES D'AIDES POUR LES PATIENTS 27
f ",:-.$/? Jitfï ,^& ; "',:M'r ENDOCRINOLOGIE
ORDONNANCES TYPES INSUFFISANCE SURRENALE AIGUË ............................................. 74
HYPERCHOLESTÉROLEMIE ........................................................... 76
CARDIOLOGIE HYPERCALCEMIE MAJEURE .......................................................... 78
• ANGOR D'EFFORT STABLE 30 COMA HYPOGLYCEMIQUE ............................................................. 80
• SYNDROME CORONAIRE AIGU SANS SUS-DECALAGE DU ACIDOCETOSE DIABETIQUE .......................................................... 82
SEGMENT ST 32
• IDM NON-COMPLIQUE A LA PHASE AIGUË 1 34
PYÉLONÉPHRITE AIGUË ................................................................. 84
• IDM NON-COMPLIQUÉ À LA PHASE AIGUË 2 36
PROSTATITE ET ORCHI-EPIDYDIMITE .......................................... 86
• ORDONNANCE DE SORTIE D'UN IDM 38
HYPOKALIEMIE ................................................................................ 88
• ARRÊT CARDIO-RESPIRATOIRE 40
HYPERKALIEMIE .............................................................................. 90
• ŒDEME AIGU DU POUMON 42
CYSTITES AIGUËS INFECTIEUSES ................................................ 92
• POUSSEE D'ACFA ,.. 44
COLIQUE NEPHRETIQUE ................................................................ 94
• POUSSEE HYPERTENSIVE
SANS SOUFFRANCE VISCERALE 46 ^^^^^^'j^^ï^^^: . ' GYNECOLOGIE
• POUSSER HYPERTENSIVE VULVOVAGINITE AIGUË .................................................................. 96
AVEC SOUFFRANCE VISCERALE 48 SALPINGITE AIGUË .......................................................................... 98
• ISCHEMIE AIGUË DE MEMBRE 50 MENACE D'ACCOUCHEMENT PREMATURE SEVERE ............... 100
• PERICARDITE AIGUË 52 HYPERTENSION ARTERIELLE GRAVIDIQUE SEVERE
• ENDOCARDITE AIGUË INFECTIEUSE 54 OU REBELLE ................................................................................... 102
• TROUBLE AIGU DE LA CONDUCTION 56 GROSSESSE EXTRA-UTERINE ..................................................... 104
:
• THROMBOPHLEBITE SURALE NON-COMPLIQUEE 58 ^\:M^
• EMBOLIE PULMONAIRE NON-COMPLIQUEE 60 IMPETIGO ........................................................................................ 106
• TACHYCARDIE VENTRICULAIRE 62 GALE ................................................................................................ 108
PNEUMOLOGIE ERYSIPELE .................................................................. . ................... 110
• PNEUMOPATHIE BACTERIENNE ECZEMA DE CONTACT .................................................................. 112
SANS CRITERES DE GRAVITE 64 DERMATITE ATOPIQUE ................................................................. 114
• PNEUMOPATHIE BACTERIENNE ŒDEME DE QUINCKE .................................................................... 116
AVEC CRITERES DE GRAVITE 66
CHOC ANAPHYLACTIQUE ............................................................ 118
• GRIPPE 68
• DECOMPENSATION DE BPCO 70
• ASTHME AIGU GRAVE 72 DESHYDRATATION DU NOURRISSON ........................................ 120
BRONCHIOLITE AIGUË DU NOURISSON ..... ...... ..... 122
HEMATOLOGIE
• TRANSFUSION SANGUINE 124 SCORES ET BASES
• NEUTROPENIE FEBRILE 126
• ANEMIE PAR CARENCE MARTIALE 128 mtm \ ••••.UÉS.
• ACCIDENT D'EXPOSITION AU SANG 130
ACTIVITE ANTIBACTERIENNE
RHUMATOLOGIE-'»
• TASSEMENT VERTÉBRAL OSTEOPOROTIQUE 132 • Concentration Minimale Inhibitrice (CMI) : concentration à partir de
laquelle l'antibiotique inhibe in vitro la croissance bactérienne.
• LOMBOSCIATIQUE AIGUË NON COMPLIQUEE 134
• Concentration Minimale Bactéricide (CMB) : concentration bactéricide >
lllglir^lil^ • 99,99 d'un inoculum bactérien de 106.
• ETAT D'AGITATION AIGUË 136 • Bactéries sensibles : la concentration sérique de l'antibiotique (in vivo et
• CRISE D'ANGOISSE AIGUË 138 aux posologies habituelles) est supérieure à la CMI. Forte probabilité de
succès thérapeutique.
PHARMACOLOGIE
• ANTALGIQUES 140 • Bactéries à sensibilité intermédiaire : la concentration sérique de
l'antibiotique (in vivo et aux posologies habituelles) est proche de la CMI. Il
• PROTOCOLE ANTALGIQUE PERI-OPERATOIRE 142 faut augmenter les posologies pour espérer un succès thérapeutique avec
cet antibiotique.
ffi^^^-i:^;'??^^^^? P^
• OTITE MOYENNE AIGUË 144 • Bactéries résistantes : la concentration sérique de l'antibiotique (in vivo et
aux posologies habituelles) est inférieure à la CMI. L'antibiotique est
• ANGINES 146 inefficace.
• INFECTIONS NASO-SINUSIENNES 148
•Antibiotiques bactéricides (BAQ = p-lactamines, Aminosides,
Fluoroquinolones) : la CMI est proche de la CMB.
• Bactéricidie temps - dépendante (p-lactamines) : dépend de la durée de
l'exposition de la bactérie à l'antibiotique.
• Bactéricidie concentration-dépendante (aminosides, fluoroquinolones) :
dépend de la concentration maximale.
• Effet post-antibiotique : délai de re-croissance bactérienne après
exposition à l'antibiotique.
• Associations synergiques (potentialisation de l'efficacité), antagonistes et
indifférentes.
• Résistance bactérienne : naturelle ou acquise. L'information génétique
www. doc-dz. com provient soit d'une mutation génétique (résistance à 1 seul antibiotique,
non-transmissible) soit de l'acquisition d'un plasmide (85 %) ou d'un
L'Exclusivité Médicale transposon (résistance à plusieurs familles d'antibiotiques, transmissible au
sein et entre les espèces).
Doc DZ
NOTIONS DE PHARMACOCINETIQUE :

• Absorption : la biodisponibilité per os est variable selon les antibiotiques. BAGTERII


Nulle (aminosides, glycopeptides) ou excellente (fluoroquinolones,
sulfamides - coût moindre). Elle peut être perturbée par d'autres
médicaments (antiacides).
Cocci Gram Positif (CGP) :
• Volume de distribution : la diffusion est spécifique aux molécules. Les * Staphylocoques : staphylocoque aureus (staphylocoque doré), S.
sites les moins accessibles sont le LCR, le cerveau, l'os, la prostate, les epidermidis, S. saprophyticus (staphylocoques coagulase négative).
milieux oculaires et les végétations d'endocardite.
* Streptocoques :
• Demi-vie sérique (T 1/2) : conditionne la fréquence de l'administration des Streptococcus A, B (p hémolytiques - angines, érysipèles, impétigo,
doses. Intervalle court pour les antibiotiques temps-dépendants, voire infections génitales, méningites), streptococcus viridans (oraux),
perfusion continue. Si l'effet est dose dépendant (aminosides), une streptococcus bovis (D - endocardites bactériennes, infections urinaires),
administration/24 h peut être suffisante. streptococcus pneumonies (pneumocoque-broncho-pneumopathies,
• Elimination : urinaire et/ou biliaire. Adaptation des doses en fonction du méningites).
terrain et de la formule de Cockroft.
* Entérocoques : E. fœcalis, avium.

Bacilles Gram Positif (BGP) :


* Aérobies :
- Bacillus cereus (diarrhée), B. anthracis (maladie du charbon).
- Corynebacterium diphteriae (diphtérie).
- Listéria Monocytogenens (listériose).
'
* Anaérobies :
- Clostridium perfringens (gangrène gazeuse), C. tetani (tétanos),
C. botulinum (botulisme), C. difficile (diarrhée post-antibiothérapie).
- Propionibacterium acnés (acné).

Cocci Qram Négatif (CGN) :


* Aérobies :
- Neisseria meningitidis = méningocoque (méningite, purpura fulminans).
- Neisseria Gonorrhoreae = gonocoque (infection génitale, conjonctivite du
nné).

Bacilles Gram Négatif (BGN) :


* Aérobies :
> Entérobactéries :
- Escherichia Coli (infections urinaires et digestives - ETEC, EHEC,
EPEC).
- Salmonella majeure (S. typhi, S. paratyphi - fièvre typhoïde) et
salmonella mineure (TIÀC, gastro-entérite aiguë).
- Shigella (GEA), Yersinia pestis (peste), Y. enterocolitica (GEA), Y.
pseudotuberculosis (adenolymphite mésentérique).
- Proteus Mirabilis (infections urinaires), Serratia, Enterobacter, Klebsiella
sp.
> Autres :
Pseudomonas aeruginosa (bacille pyocyanique), Brucella, Pasteurella, . : Germe : .:••'-:.: l|lis: SntiBiothérapië
Bordetella pertusis, legionella, campylobacter, helicobacter, gardnerella 1 BrobàbMjsfe
Plaie, brûlure, cathéter,
vaginalis, groupe HACEK (BGN fermentants exigeants). '^i;>;.. ' . Peau toxicomanie IV, nutrition
Pénicilline M +/-
S o. -.<r<; '-'.>•:;•• • aminoside
• Anaérobies : parentérale, diabète
- Bacteroides fragilis, fusobacterium necrophorum. Glycopeptide +
Idem Idem en milieu hospitalier
- Mycoplasma sp : M. pneumoniœ, M. hominis, ureaplasma urealyticum. aminoside
Alcoolisme chronique,
Germes intracellulaires : fracture de la base du
Pénicilline A ou
• Chlamydia trachomatis, C. psittaci, C. pneumoniœ. Pneu ':/.-'»que:| Poumons crâne, sujet âgé,
C3G
• Rickettisiaceae : R. conorii, R. typhi, coxiella bumetii, bartonella henselae. \ '. "" ;'. :
splénectomie, asplénie,
• Spirochètes : leptospira.
ftlflïfe- ' ' ' diabète
• Mycobactéries : bacille de Koch, M.bovis, M. africanum, M. leprae, M. ^.-iy.- : îF .•.".•-•<•.:? Méninges Notion de contage CSG
avium. Endocarde
'.'••.. • • :
Infection ou geste
Peau Pénicilline A +/-
''Str*..f ï. :"":;:qufe;:ii dentaire, valvulopathie,
Mycobactéries : Tube digestif aminoside
:
~ FF infections staph.
• Tuberculosis, africanum, bovis (tuberculose). (D)
• Leprae (lèpre). Lithiase biliaire, chirurgie
et endoscopie digestive,
Spirochètes : sondage vésical à
Tube digestif
• Treponema pallidum (syphilis). demeure, obstacle des
Voies
• Leptospira. Entérobactérie voies excrétrices, tumeur, C3G ou FQ
urinaires
• Borrelia (maladie de Lyme). maladie diverticulaire
Voies biliaires
colique, hypertension
portale, alcoolisme,
diabète
Voies
BGN anaérobie urinaires Imidazolés
Voies biliaires

Remarque : l'antibiothérapie probabiliste sera secondairement adaptée aux


résultats des prélèvements bactériologiques et à l'antibiogramme.
"•••••-.
ANTIl OTES
Normale =10

Cotation n :';"•••:„ '-icntfjl ;


lllRes'-'.
:' ||;Çc;.--. itipn ./
Coma, myosis, hypothermie, 0 Absence Absence Cyanose - Pâleur
hypoventilation
1 Corps Rosé
< 100/Mn Irréguliers
(Ext. Cyan.)
0,1 à Complètement
Hypotension, coma Anexate® 2 > 100/Mn Réguliers
0,5g Rosé
Le •'•..;•-.•< !
Coma, mydriase, hypothermie,
4g collapsus

Agitation, délire, coma,


mydriase, convulsion, troubles Cotation Réactivité Coloration
0,5g Pas de
de la conduction cardiaque, 0 Cyanose - Pâleur
globe vésical réponse
Léger Corps Rosé
1
Mouvement (Ext. Cyan.)
Coma, bradypnée, myosis Narcan®
Complètement
2 Cri
•. . . . .' • • • Rosé
Délire, convulsion, mydriase,
hypoventilation, collapsus,
•' • '
'.^rv'.ae
•- •.
nausées, vomissements,
hyperthermie trouble du
rythme cardiaque

Confusion, troubles visuels, CAUGHOIX


2-5 mg signes digestifs, troubles Digidot®
cardiaques (ACR)
•i
i •' • Coma, convulsions,
I ouverture cutanée ponctiforme
II ouverture cutanée suturable après parage
20g hyperthermie, hyperventilation, III perte de substance non-suturable après parage
,,WSM-:,:,.r:JSl hémorragies digestives
'' - ' : I
n
'?•>••-•• H ^ 10g
Coma, hypoventilation, atteinte
Acétyl-cystéine
hépatique grave

Troubles digestifs, hémorragie


Vitamine K
interne
www. d oc- dz. co m
L'Exclusivité Médicale
10
Doc DZ
fclPSSTAGE DE CANCERS
•5 critères: TP, Ascite, Bilirubinémie, Albuminémie, en Céphalopathie
(= « TABAC »)
'ï;S|||fl|
*l¥*S joints
Ji . '3ii + de50 50_Ul -de 40
+ de35 35 à 28 -de 28
BiryWni -de 35 35 à 50 + de 50
Absente |:||pp>nil^:|:
f\: U! Contrôlée Réfractaire Type de cancer S];::IM^cle!de;Sëpi!stàge;; " COIK^ÎVÏA;.-; Fréquence
•-,: ;.y. -.. • 1 Normal Encéph. Coma
>i(Sait.-'"' Frottis cervical Femmes entre Tous les 2 à 3 ans
* Total compris entre 5 et 15 points : -;;;.v; iriârii 20 et 65 ans après
- 5 et 6 points = stade A
- 7, 8 et 9 points = stade B Car •.••.•-•;, ••ÔÎ^Ii Hémocuit (dépistage Entre 45 et Intervalle entre
- 10,11,12,13, 14 et 15 points = stade C • rectaux • : .'.: des sujets à 74 ans 1 et 2 ans
risque moyen)
• Intérêt : Recherche de sang
- Suivi de l'évolution de la maladie dans les selles
- Permet de poser l'indication de transplantation hépatique.
Cancer de la Dosage biologique Homme de plus
prostate du prostate de 50 ans
CLAIRANCE DE ÇREÂTiNlNE spécifie antigen (PSA)

A l'aide du poids, du sexe, de l'âge et de la valeur de la créatinine, on mesure


la Clearance de la créatinine (par la formule de Cockroft) qui donne une idée
de la fonction rénale de chaque patient :
S ; rdusein Mammographie Entre 50 et Tous les 3 ans
69 ans 2 incidences
Formule de Cockcroft

(140-âge) X poids XK
Créatinine (en mmol/L)

K = 1.24 chez l'homme


K = 1.04 chez la femme

12
13
GLASGOW
ieillIIW
(dépistage de la dénutrition chez les personnes âgées)

Ouverture des veux


1. Nulle M*>-^- ' • ±-:.i\> :-••• • .;-v'Scorë;;p|!
2. A la douleur Perte d'appétit ?
* Le patient a-t-il mangé moins ces 3 derniers mois par
3. Au bruit
manque d'appétit, problèmes digestifs, difficulté de
4. Spontanée mastication ou de déglutition ? ^-•û . ,
• Anorexie sévère :; •;.:•;••"•••
• Anorexie modérée ' ' '. . ' • ' •• • -] "'..;"•"•' • •
Réponse verbale '
• Pas d'anorexie
1. Nulle Perte récente de poids ? (< 3 mois)
2. Incompréhensible • Perte de + de 3 kg 0 '
3. Inappropriée • Ne sait pas :<:,. • ' 1. •
• Perte entre 1 et 3 kg 2
4. Confuse • Pas de perte de poids :
;;:•};•#> 3
5. Normale
Motricité :
• Du lit au fauteuil 0 •"•:';-:^
Réponse motrice • Autonome à l'intérieur 1 •
1. Nulle • Sort du domicile '•^Mê±m:'':
2. Extension stéréotypée Maladie aiguë ou stress psychologique ces 3 derniers
mois ?
3. Flexion stéréotypée •Oui 0Mv/;
4. Evitement • Non . . ; ' . ; . .1,.,.;,,
5. Orientée Problèmes neuro-psychologiques ?
6. Aux ordres • Démence ou dépression sévère V -TA : • • ' ' ' ' ' :
• Démence ou dépression modérée •:2Vy
' " "• '- •' ft -
• Pas de problème neuro-psychologique "3 - ';

Un sore < 9 signe un coma


Indice de masse corporelle :
Plus le score est bas, plus le pronostic est grave •IMC<19 wijc^^y-
•19<IMC<21 1
•21 <MMC<23 2,
• IMC > 23 ^ZMSÎili
Score total de dépistage > à 12 : normal
Score total de dépistage < à 11 : dénutrition possible = > continuer
l'évaluation MNA complète

15
0 : activité normale
I ;;@-;.^S^
• Score biologique (de 0 à 11 points) évaluant la gravité d'une pancréatite
aiguë
• Critère de gravité : 2 3/11
• Intérêt pronostique (nécessité de soins intensifs ?)
1 : activités physiques importantes restreintes, mais le patient est ambulant et
capable de fournir un travail léger
• Moyen mnémotechnique : « GALLA BOUCHE » :
2 : le patient est capable de se prendre en charge, mais est incapable de • 5 critères à l'admission :
fournir un travail. Il est moins de 50 % du temps alité
- Glycémie > 11 mmol/L
3 : le patient est plus de 50 % du temps alité ou assis - Age > 55 ans
4 : le patient est grabataire - Leucocytes > 16000
- LDH > 1,5 fois la normale
- ASAT > 6 fois la normale

• 6 critères à H48 (par rapport au bilan d'entrée)


- Bicarbonates en baisse de plus de 4 mmol/L
- Oxygène artériel < 60 mmHg
- Urée > 1,8 mmol/L
- Calcémie < 2 mmol/L
- Hématocrite en baisse de plus de 10 points
- Eau : séquestration liquidienne > 6 litres (évaluée sur les apports IV
depuis l'entrée)

• Défaut : score disponible seulement après 48 h

SILVERMAN
Balancement; Absent Thorax immobile
'N^irio^ço^,';^ Respiration
(respiration (l'abdomen seul
abdominal à paradoxale
synchrone) se soulève)
ïltimmÉlm .
Battements .'des; Modéré ou Intense
Absent
aiies du nez intermittent
' Intercostal Intercostal sus et
Absent sous sternal
discret
~ .- Énfortn$|t||j Modéré Intense
Absent
'" |Mgh£Wj£p_ V'
Perçu au
Absent Audible, continu
: e'xpfefefe.Ç.: stéthoscope
• VCOTATT^N ' |£§iy||3|i •: r'-l _ :K ,: X^_2_-_. iii
17
16
CERTIFICATS

1-Certificat médical descriptif :


• Daté et signé
• Examen clinique et examens complémentaires
• Appréciation de l'état psychologique
• Valeur médico-légale déterminant l'ITT

2-Traitement médical :
• Contraception
• Antibiothérapie (cyclines) en fonction MST
• Bilan MST et traitement (selon)

3-Déclaration au PR si mineur (obligatoire si < 15 a)

4-Soutien psychologique et prise en charge sociale


ACCIDENIDf \VA1L
'•>0.= -: H
• Prévient l'employeur dans les 24 h 1-En 3 volets • Identité du défunt
ïlïllitiit' t i i i l i l
•"•-. -'.;.'• 1 Hf
• Fait établir par un médecin un certificat médical initial
2-Destinataire : • Date, heure et lieu du
descriptif décès
'
• Déclaration à la CPAM dans les 48 h • Mairie du lieu de décès
l|f|w-ï: • Chambre funéraire • Caractère réel et
;-r Employeur;.;;;1 • Délivre à la victime le tritypique constant de la mort
• Remet à la victime une attestation de salaire • Mairie de la chambre
funéraire • Cause du décès
• Certificat médical initial avec la durée d'arrêt de • Signature et cachet du
travail médecin
: •Volets 1 et 2 du tritypique (en conservant le 1er pour :
1-En 1 volet • Cause directe du décès
: • • • ; ' Praticien "'><•:
règlement direct de ses honoraires par la CPAM) 1
Etat pré-morbide associé
SïilÉItfe? 1 M ; -:::- • Certificat de prolongation ^'•partSe:- 2-Un seul destinataire (Médecin
médicale inspecteur de la DDASS) • Lieu du décès
• Certificat médical final (guérison ou consolidation) • Facteur ayant favorisé le
• Seulement en cas de consolidation 3-Anonyme à but statistique
;v-v^ •:.<;• décès
de la sécurité • Incapacité permanente partielle
. ;:,speialelt;: Certificat à adresser à l'officier d'état civil de la commune du domicile
dans les 24 h (pour que ce dernier délivre le permis d'inhurner à la famille).

ARRET DE TRAVAIL
En cas de problème médico-légal (+++) :
Cocher la case obstacle médico-légal
Certificat médical initial mentionnant : Ou ne pas signer
Praticien • Maladie appartenant au tableau
• Date de 1ere consultation
• Exposition professionnelle en question
Déclaration à la CPAM comprenant :
• Attestation de salaire
Victime • Certificat médical initial
• Dans un délai de 15 j
Ëmpio^i|)^t Délivre une attestation de salaire à la victime
• Examine le dossier
Médecin de • Confirme la maladie professionnelle
la CPAM • Calcule le taux d'IPP
• Propose une enquête à l'inspection du travail

2l
20
La date el f'ieure • OBLIGATOIRE
du décès HOSPttÂUSATON A LA HHHH D'UN TIERS
Obstacle médico- • Suicide ou décès suspect paraissant avoir sa source
légal. dans une infraction
• Le corps est alors à la disposition de la justice
• Les opérations funéraires suivantes sont suspendues Troubles rendant impossible le 1-Demande d'HDT signée par un
jusqu'à autorisation donnée par l'autorité judiciaire :
consentement de la personne tiers
- Don du corps
- Soins de conservation 2-Carte d'identité du tiers et du
- Transport de corps avant mise en bière vers la patient
résidence du défunt ou vers un établissement de
santé 3-1Br certificat médical (médecin
- Admission avant mise en bière en chambre funéraire extérieur)
- Prélèvement en vue de rechercher la cause du décès 4-2ème certificat médical
- Fermeture du cercueil
- Inhumation (par voie de conséquence)
- Crémation -Date...
Mise en bière • Indications :
î rstnédlate - Maladies contagieuses
- Maladies épidémiques
- Mauvais état du corps • Je soussigné Docteur...
• Les opérations funéraires suivantes sont impossibles :
• Certifie avoir examiné ce jour...
- Don du corps
- Soins de conservation • Né le...à...
- Transport de corps avant mise en bière en chambre • Domicilié...
funéraire
- Prélèvement en vue de rechercher les causes du • Et avoir constaté les troubles suivants...
décès
Mise en bière • Varioles
immédiate dans • Autres orthopoxviroses : choléra
un cercueil • Maladie du charbon Ces troubles rendent impossible son consentement
hermétique • Fièvres hémorragiques virales Son état impose des soins immédiats et une surveillance
Don du corps > Impossible en cas :
- D'obstacle médico-légal constante en milieu hospitalier
- De maladie contagieuse Son état justifie son HDT dans un établissement mentionné
> La carte de donateur doit être demandée aux articles L3222-1 du code de la santé publique en vertu
Prélèvement en A la demande du médecin qui constate le décès
de la loi du 27 juin 90
vue de rechercher A la demande du préfet
la cause du décès
prothèse Toute prothèse fonctionnant au moyen d'une pile doit
être enlevée avant la crémation.
Toute prothèse renfermant des radioéléments artificiels doit Signature...
être enlevée avant la mise en bière. Tampon...

23
HOSPITALISATION D'OFFICE WIALTRAITÂNCE

.•>.-• H :/ . . -•

1i ,.
iii :
1 '• 1 • •
Sujet compromettant l'ordre public l-CertHcai médical (médecin
: ou la sûreté des personnes extérieur)
'. ; • '. ' Dérogation légale au secret médical (art. 226-13 & 226-14 du Code Pénal)
2-Arreté préfectoral motivé
Si mineur > 15 ans, avoir son accord

-Date... • Certificat médical descriptif de signalement judiciaire


• Adressé au Procureur de la République
• Par lettre recommandée avec accusé de réception
• Je soussigné Docteur... • Avec un double dans le dossier
• Certifie avoir examiné ce jour... • Après appel téléphonique + fax au procureur
• Né le...à... • « Je, soussigné docteur X, certifie avoir examiné Y fils de Z vivant avec
• Domicilié... K amené par U. »

• Et avoir constaté les troubles suivants... • Description signes cliniques et fonctionnels


• Résultats examens complémentaires
• « La mère s'oppose à l'hospitalisation, or l'état de l'enfant nécessite des
soins immédiats, ce qui m'amène à solliciter une OPP »
Ce comportement compromet l'ordre public et la sûreté des
personnes • « Faire pour faire valoir ce que de droit »

Son état justifie son HO dans un établissement spécialisé


Signature, cachet, date
habilité à soigner les personnes atteintes de troubles
mentaux en application de l'article L3222-1 du code de la
santé publique modifiée par la loi du 27 juin 90

Signature...
Tampon...

25
24
NUMEROS UTILES
DE
-Date...
i

15
Je soussigné Docteur...
Certifie avoir examiné ce jour... CENTRJ DE PHÂRWIACQViGILANU
Né le...à...
Fernand Widal
Domicilié...
Tél. : 01 40 05 43 34
Et avoir constaté les troubles suivants...
Fax : 01 40 35 76 28

CENTRE ANTIPOISON
Fernand Widal
L'état psychique de M. X le rend incapable d'apprécier les
actes qu'il pourrait être amené à signer et nécessite le Tél. : 01 40 05 48 48
recours à la loi de 1968 sur la protection des incapables Fax: 01 400541 93
majeurs, en l'occurrence une Sauvegarde de Justice.
ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG
EFS Ile de France
Tél. : 01 43 90 50 05
-Signature... Fax : 01 43 90 50 50
-Tampon...

ADRESSES UTILES D'AIDES POUR LES PATIENTS


'. ; '•' • '-.-,'VJCëS :
ï ; Numéro dé téléphone
115
Accueil des Sans abris
0800 306 306
119
g^éWEnfançe fc^r^y •:«' ;;::f,:. 0800 231 231
• ;!'0tfues info Servies 0800 235 236
H,,:-,.'. 0800 235 236
Sid; fc •' :>vtee 0840 840 800
' • ' sgswgmfs nm 0820 066 066
Feulent;; i ÏK b rfii-e
01 40 33 80 60
: : . ; ; : • M : : 5te;
lois ! >n i - • • . ' ' /. ;in tiom; 0800 059 595

27
26
. ..'.•• ' ••.":•••• ; • • . - -....-

ORDONNANCES TYPES

29
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
ANGOR D'EFFORT STABLE
ni •
Hypersensibilité à l'acide acétylsalicylique ou à l'un des excipients.
Antécédents d'asthme provoqué par l'administration de salicylés ou
- de substances d'activité proche, notamment les anti-inflammatoires
non-stéroïdiens.
timtssi Toute maladie hémorragique constitutionnelle ou acquise.
Nom et prénom du médecin, Risque hémorragique.
Insuffisance hépatique sévère.
date Insuffisance rénale sévère.
, I Asthme et broncho-pneumopathies chroniques obstructives, dans
Fonction leurs formes sévères.
Insuffisance cardiaque non-contrôlée par le traitement.
Choc cardiogénique.
N° de siret, Blocs auriculo-ventriculaires des 2èma et 3e"18 degrés non-appareillés.
Nom, prénom et poids du patient Angor de Prinzmetal (dans les formes pures et en mono-thérapie).
Maladie du sinus (y compris bloc sino-auriculaire).
Bradycardie (< 45-50 battements par minute).
• Aspegic® 100 mg : 1 sachet par jour Phénomène de Raynaud et troubles artériels périphériques dans
leurs formes sévères.
Phéochromocytome non-traité.
• Tenormine® 100 mg : 1 comprimé par jour ; ASP pour FC
Hypotension.
de repos à 60/min et à l'effort de 100/min Hypersensibilité à l'aténolol.
. • . . ; ; • . -" Hypersensibilité aux dérivés nitrés.
Etat de choc, hypotension sévère.
• Dérivés Nitrés d'action immédiate si crise angineuse : Cardiomyopathie obstructive.
- Natispray fort® : 1 à 2 pulvérisations franches sous la Infarctus du myocarde de siège inférieur avec extension au ventricule
langue sans inhaler droit, à la phase aiguë, sauf en cas de signe d'insuffisance
ventriculaire gauche.
Hypertension intracrânienne.
• Tahor® : 20 mg : 1 comprimé par jour si dyslipidémies

Education
• Si inefficace : dérivés nitrés d'action prolongée :
Prise en charge des FDRCV :
- Risordan® LP 60 mg : 1 cp/j à débuter progressivement
• Arrêt du TABAC
pour éviter les céphalées
• Régime Hypocholestérolémiant +/- statines
• Activité physique régulière et adaptée : 30 min de marche tous les jours
• Equilibration d'un diabète
Signature Ne jamais ARRETER brutalement les B-bloquants
Cachet
Traitement de la crise angineuse :
• Arrêt de l'activité physique
• S'asseoir
• Administration sublinguale du Natispray (efficace en 2 à 5 min)
• Renouveler à 5 min
• Si inefficace à 15 min : appeler le SAMU

Si traitement de fond inefficace :


• Discuter coronarographie
3l
30
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
SYNDROME CORONAIRE AIGU
SANS SUS-DECALAGE DU SEGMENT ST
.:•'• - : i 'S ••: * -'•••'''-. '•
-• Asttmé et broncho-pneumopathies chroniques
obstructives, dans leurs formes sévères.
Insuffisance cardiaque non-contrôlée par le traitement.
Choc cardiogénique.
HOSPITALISATION EN USIC Blocs auriculo-ventriculaires des 2ème et 3e™ degrés non-
Degré d'urgence : +++ appareillés.
Date : Angor de Prinzmetal (dans les formes pures et en mono-
Identité patient et médecin, signature et cachet thérapie).
Maladie du sinus (y compris bloc sino-auriculaire).
Bradycardie (< 45-50 battements par minute).
PRESCRIPTION : Phénomène de Raynaud et troubles artériels
• Lovenox® : 2 injections de 100 Ul/kg en SC par jour périphériques dans leurs formes sévères.
• Aspegic® 250 mg : 1 sachet/jour Phéochromocytome non-traité.
• Dérivés nitrés : Trinitrine® : débuter à 0,5 mg/h en IVSE puis Hypotension.
augmenter par paliers successifs de 0,5 mg/15 min en Trinitrine®: Hypersensibilité aux dérivés nitrés.
surveillant la PA systo > 100 mmHg et FC < 120 Etat de choc, hypotension sévère.
• fc-bloquants : Tenormine® 100 mg : 1/2 cp deux fois par jour Cardiomyopathie obstructive.
• Plavix® : 4 cp en une prise puis 1 cp par jour Infarctus du myocarde de siège inférieur, avec extension
au ventricule droit à la phase aiguë.
Hypertension intracrânienne.
MESURES ASSOCIEES : Antécédents de thrombopénie induite par l'héparine (ou
Loven-
Scope ECG PA et SP02 TIH) grave de type II.
Repos lit strict pendant 48 h Manifestations ou tendances hémorragiques liées à des
WP avec G5 500 mL/j + 2 g KCI et 3 g MgSO4 troubles de l'hémostase.
Lésion organique susceptible de saigner.
Saignement évolutif cliniquement significatif.
SURVEILLANCE : Hémorragie intracérébrale.
Clinique : douleur, PA, scope, FC, signes d'insuffisance En l'absence de données, insuffisance rénale sévère.
cardiaque toutes les 3 heures
Paraclinique : ECG toutes les 6 heures pendant 48 h
Enzymes cardiaques 2 fois par jour, numération plaquettaire
2 fois par semaine
Suivi du patient

La coronarographie diagnostique et thérapeutique sera réalisée :


• En urgence s'il y a échec du traitement médical
• Après 2 à 5 jours de stabilisation si succès du traitement médical
chez les patients de moins de 70 ans
• Au cas par cas pour le reste

Arrêt de l'anti-coagulation à 48 h
Arrêt des dérivés nitrés à J5
Poursuite du B-bloquant, aspirine, plavix (si pose de stent)

32 33
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

IDM NON-COMPLIQUE A LA PHASE AIGUË 1


Médicaments
Plavix®, Hypersensibilité à la substance active.
Insuffisance hépatique sévère.
Lésion hémorragique évolutive telle qu'un ulcère gastro-
duodénal ou une hémorragie intracrânienne.
HOSPITALISATION EN USIC Allaitement.
Degré d'urgence : +++
Présence d'une hémorragie interne.
Date : Antécédent d'accident vasculaire cérébral au cours des deux
Identité patient et médecin, signature et cachet années précédentes.
Chirurgie ou traumatisme intracrânien ou intra-rachidien récent
(moins de deux mois).
PRESCRIPTION : Chirurgie majeure récente (moins de deux mois).
Revascularisation coronaire en urgence : Tumeur intracrânienne, malformation ou anévrisme
• Angioplastie transluminale percutanée si délai artérioveineux intracrânien.
d'acheminement < 45 mn Anomalie connue de la coagulation ou hypertension sévère non-
- +Reopro :IV : bolus de 0.25 mg/kg 10 min avt contrôlée.
Thrombocytopénie préexistante.
angioplastie puis perfusion de 20 ug/min pdt 2 h
Vascularite.
- + Plavix : 1 cp/j Rétinopathie hypertensive ou diabétique.
ou Insuffisance hépatique ou rénale sévère.
• Thrombolyse par rtPa : Actilyse® : schéma sur 90 min
- 15 mg en bolus IV de 1 à 2 min puis 0.75 mg/kg en Actilyse® Diathèse hémorragique connue.
perfusion sur 30 min (max. 50 mg) puis, 0,5 mg/kg en Traitement concomitant par des anticoagulants oraux (par
perf IV de 60 min (max. 35 mg) exemple warfarine).
Hémorragie sévère ou potentiellement dangereuse, manifeste ou
récente.
MESURES ASSOCIEES : Antécédents ou suspicion d'hémorragie intracrânienne.
Repos au lit strict Suspicion d'hémorragie sous-arachnoïdienne ou antécédents
d'hémorragie sous-arachnoïdienne liée à un anévrisme.
WP : 500 mL de G5 + 2 g de KCL + 3 g de MgSO4 par 24 h
Antécédents de lésion sévère du système nerveux central (par
Scope continu ECG, PA et SPO2 exemple néoplasie, anévrisme, intervention chirurgicale
intracérébrale ou intrarachidienne).
Massage cardiaque externe traumatique récent (moins de
SURVEILLANCE :
10 jours), accouchement, ponction récente d'un vaisseau non-
En USIC : accessible à la compression (par exemple ponction de la veine
Scope ECG, PA, SP02 toutes les 30 min sous-clavière ou jugulaire).
Douleur si thrombolyse Hypertension artérielle sévère non-contrôlée.
ECG 18 dérivations toutes les 6 h Endocardite bactérienne, péricardite.
NFS-plaquettes *2/semaine Pancréatite aiguë.
Ulcères gastro-intestinaux documentés au cours des 3 derniers
TCA 4 h après chgt posologie mois, varices œsophagiennes, anévrisme artériel, malformations
lono sg/jour artérielles ou veineuses.
Glycémie capillaire *3/j Néoplasie majorant le risque hémorragique.
Enzyme cardiaque/j Hépatopathie sévère, y compris insuffisance hépatique, cirrhose,
hypertension portale (varices œsophagiennes) et hépatite
évolutive.
Intervention chirurgicale ou traumatismes importants au cours
des 3 derniers mois.

34 35
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

IDM NON-COMPLIQUE A LA PHASE AIGUË 2


à: .•'.. m -:•. .••-. • : sfS-i îSJÎfe* ".: . V
Ténor:- !•••,•"' Asthme et broncho-pneumopathies chroniques
obstructives, dans leurs formes sévères.
Insuffisance cardiaque non-contrôlée par le traitement.
Choc cardiogénique.
HOSPITALISATION EN USIC Blocs auriculo-ventriculaires des 2ème et 3eme degrés non-
Degré d'urgence : +++ appareillés.
Date : Angor de Prinzmetal (dans les formes pures et en mono-
Identité patient et médecin, signature et cachet thérapie).
Maladie du sinus (y compris bloc sino-auriculaire).
Bradycardie (< 45-50 battements par minute).
PRESCRIPTION : Phénomène de Raynaud et troubles artériels
Traitement médical à introduire le plus vite possible périphériques dans leurs formes sévères.
• IS-bloquants : Tenormine® : 5 à 10 mg IV (1 mg/min) Phéochromocytome non-traité.
• puis 50 mg PO *2 par jour Hypotension.
• Aspegic® : 500 mg IVD puis 250 mg/j PO Hypersensibilité à l'aténolol.
• Anti-coagulation efficace sur 24 h : HNF
Hypersensibilité à l'acide acétylsalicylique ou à l'un des
- Bolus de 50 ui/kg puis 500 Ul/kg/j pour TCA entre 2 et 3 excipients.
• Chlorhydrate de morphine : 10 mg dans 10 ce de G5 à injecter Antécédents d'asthme provoqué par l'administration de
mL par mL jusqu'à arrêt de la douleur salicylés ou de substances d'activité proche, notamment
• Anxiolytique : Lexomil® 1/4 cp *3 par jour les anti-inflammatoires non-stéroïdiens.
• Laxatif : Duphalac® : 1 sachet *3 par jour Toute maladie hémorragique constitutionnelle ou acquise.
Risque hémorragique.
Si insuffisance cardiaque gauche aiguë : Insuffisance hépatique sévère.
• Demi assis Insuffisance rénale sévère.
• Arrêt des B-bloquants rtrine® Hypotension artérielle sévère < 100 mmHg de systo.
• Dérivés nitrés : Trinitrine® IVSE 1 à 2 mg/h à atteindre par Tachycardie > 120/min.
paliers de 0,5 mg/15 min sous surveillance de la FC < 120/min IDM du ventricule droit.
et PA systo > 100 mmHg Morphine® Insuffisance respiratoire décompensée (en l'absence de
• Lasilix® 40mg IVD ventilation artificielle).
• Oxygénothérapie nasale Insuffisance hépato-cellulaire sévère (avec
encéphalopathie).
]*~: •'•'•': Lasilix, Insuffisance rénale aiguë fonctionnelle.
SURVEILLANCE : : :v^' l ' - Encéphalopathie hépatique.
Scope ECG, PA, SPO2 toutes les 30 min Allergie aux sulfamides.
Obstacle sur les voies urinaires en cas d'oligurie.
Douleur si thrombolyse
Hypovolémie ou déshydratation.
ECG 18 dérivations toutes les 6 h
NFS-plaquettes *2/semaine
TCA 4 h après chgt posologie
lono sg/jour
Glycémie capillaire *3/j
Enzyme cardiaque/j

36 37
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
ORDONNANCE DE SORTIE D'UN IDM
KKo ... ;
m Hypersensibilité à l'acide acétylsalicylique ou à l'un des
excipients.
.,.,.,._ Antécédents d'asthme provoqué par l'administration de salicylés
ou de substances d'activité proche, notamment les anti-
inflammatoires non-stéroïdiens.
Toute maladie hémorragique constitutionnelle ou acquise.
Nom et prénom du médecin, Risque hémorragique.
Insuffisance hépatique sévère Insuffisance rénale sévère

Tenormine® Asthme et broncho-pneumopathies chroniques obstructives, dans


Fonction leurs formes sévères.
Insuffisance cardiaque non-contrôlée par le traitement.
Choc cardiogénique.
Blocs auriculo-ventriculaires des 2ème et 3ème degrés non-
N° de siret,
appareillés.
Nom, prénom et poids du patient Angor de Prinzmetal (dans les formes pures et en mono-thérapie).
Maladie du sinus (y compris bloc sino-auriculaire).
• Aspirine® 100 mg : 1 sachet par jour Bradycardie (< 45-50 battements par minute).
Phénomène de Raynaud et troubles artériels périphériques dans
leurs formes sévères.
• Tenormine® 100 mg : 1 cp par jour, QSP FC de repos Phéochromocytome non-traité.
< 60/min Hypotension.

Tahor® Affection hépatique évolutive, élévation prolongée des


transaminases sériques.
• Natispray fort® : 1 à 2 pulvérisations franches sous la
Itraconazole, kétoconazole, antiprotéases, télithromycine et
langue en cas de crise à renouveler à 5 min delavirdine et fibrates.

Diurétiques hyperkaliémiants, sels de potassium, lithium et


• Tahor® 10 mg : 1 copt par jour
estramustine : cf. Interactions.
Sténose bilatérale de l'artère rénale ou sur rein fonctionnellement
• IEC® : Triatec 5 mg ; débuter à 1/2 cp par jour puis unique.
Hyperkaliémie.
augmentation progressive jusqu'à 2 cp par jour
Education
• Plavix® : 1 comprimé par jour pendant 1 mois si • Prise en charge des FDRCV :
angioplastie - Arrêt du tabac
- Régime hypolypémiant
- Bilan 3 semaines après sortie : glycémie à jeun, CT, HDL, LDL, TG
• Prise en charge à 100 %
• Arrêt de travail 1520J
• Convalescence en ambulatoire avec réadaptation à l'effort
• Education sur le traitement de crise :
Signature
Cachet 1. Arrêt de l'activité physique
2. Repos assis
3. Natispray : 2 pulvérisations (efficacité en 2 à 5 min)
4. Appeler le SAMU si > 15 min
• RDV avec le cardiologue traitant à 3 semaines pour Epreuve d'effort et
Echo cœur
38
~39
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE
""Mé'i ïcitR : . i V;-.::. x' : V: ;i .•'•'•.• Sii fë dicatioi ^'"\- . ; • • : : ;!i; \
• Bradycardie sinusale et blocs sino-auriculaires non-
appareillés.
HOSPITALISATION EN USIC • Maladie du sinus non-appareillée (risque d'arrêt sinusal).
Degré d'urgence : +++++ • Troubles conductifs de haut degré non-appareillés.
/'. ' ' '' •••• - • Hyperthyroïdie en raison de sa possible aggravation par
Date:
Identité patient et médecin, signature et cachet l'amiodarone.
• Hypersensibilité connue à l'iode ou à l'amiodarone.

PRESCRIPTION :
• Alerter: 15-18 • Tachycardie sinusale supérieure à 130/minute.
• Libérer les VAS : ôter corps étranger, tête en hyper extension, • Etats d'hyperexcitabilité auriculaire et ventriculaire.
isuprel • Intoxication digitalique.
mandibule luxée en avant
• Massage cardiaque externe : sur plan dur : 100/min
• Ventilation : au bouche-à-bouche ou masque à ambu

Ratio ventilation massage : 2/15

Suivi du patient
MESURES ASSOCIEES :
• Mise en place d'un scope ECG, SPO2
• Noter l'heure du début 1
• Transférer sur plan dur FV/TV sans pouls :
• Pose d'une wp ou wc et perfusion de sérum physiologique - CEE À 200 puis 300 puis 360 joules si échec
• IOT et VA : FiO2 100 %, FR : 15/min - Si échec, injection de 3 mg d'adrénaline IVD avec nouvelle
série de fibrillation À 360 j
- Si échec, Amiodarone : 5 mg/kg en 30 min en IVSE avec
SURVEILLANCE : nouvelle série de CEE à 360 j
• Vérifier ventilation et circulation spontanée toutes les minutes - Si échec, Lidocaïne 1 mg/kg IV puis 3 CEE à 360 j +
• Scope et dynamap en continu Bicarbonates de sodium : 1 meq/kg
» Asvstolie :
- Adrénaline 1 mg toutes les 3 à 5 min en IVD
• BAV complet :
- Coup de poing sternal
- Entraînement électrosystolique externe
- Atropine : 1 mg IVD OU
- Isuprel : 1 ampoule de 0,2 ml_ IVL puis perfusion de 5 ampoules
dans 250 mL de G5 (5 à 20 gouttes/min)

40
4l
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

ŒDEME AIGU DU POUMON •:.;.•« V.; : m " . «.WrteïJi stlofii


Insuffisance rénale aiguë fonctionnelle.
Encéphalopathie hépatique.
Allergie aux sulfamides.
Obstacle sur les voies urinaires en cas d'oligurie.
Hypovolémie ou déshydratation.
HOSPITALISATION EN USIC . ....... Hypersensibilité aux dérivés nitrés.
Degré d'urgence : +++ Etat de choc, hypotension sévère.
Date: Cardiomyopathie obstructive.
Identité patient et médecin, signature et cachet Infarctus du myocarde de siège inférieur, avec
extension au ventricule droit à la phase aiguë.
Hypertension intracrânienne.
PRESCRIPTION :
• Oxygénothérapie nasale : 6 L/min pour Spo2 > 96 % Loverv'.• Antécédents de thrombopénie induite par l'héparine (ou
• Furosémide : Lasilix® : 40 mg (max. 1 mg/kg) 4 à 6 fois par jour TIH) grave de type II.
pour diurèse de 2,5 I par jour Manifestations ou tendances hémorragiques liées à des
• Dérivés nitrés en IVSE : Risordan® : 2 mg/h si PAS troubles de l'hémostase.
< 100 mmHg Lésion organique susceptible de saigner.
Saignement évolutif cliniquement significatif.
Hémorragie intracérébrale.
MESURES ASSOCIEES : En l'absence de données, insuffisance rénale sévère.
• Arrêt des agents inotropes négatifs
• Demi assis
• Régime sans sel Suivi du patient
• Supplémentation potassique sauf si ins. rénale
• HBPM à dose préventive (curative si cardiopathie emboligène
ou TDR ou IDM)
• Traitement d'un facteur de décompensation aiguë : Traitement étioloqiaue au décours
- TDRSV : digoxine • IVG chronique congestive
- Poussée HTA : Loxen® Régime sans sel strict
- Crise d'angor Lasilix® 40 à 80 mg par jour en cas de poussée
- Infection broncho-pulmonaire IEC : Captopril® : lopril : 25 mg/j au début à augmenter
- Transfusion si anémie progressivement en surveillant PA et fonction rénale jusqu'à 100 mg
par jour en 3 prises
• Cardiopathie ischémique :
SURVEILLANCE : Revascularisation coronaire, traitement chirurgical d'une
Scope, Conscience, FC, PA, FR, Spo2, signes IVG et IVD complication mécanique
lono sang, ECG, gaz du sang • Cardiopathie valvulaire
Radio de thorax quotidienne Traitement antibiotique adapté si endocardite
NFS, plaquettes *2/semaines Traitement chirurgical
• TDR ventriculaire ou supra ventriculaire

42 43
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
POUSSEE D'ACFA
•. die 1 mts • III ^ 1
• Blocs auriculo-ventriculaires des 2e™ et 3eme degrés,
non-appareillés.
• Hyperexcitabilité ventriculaire.
, m jm • Un syndrome de Wolff Parkinson White.
• Tachycardie et fibrillation ventriculaire.
HOSPITALISATION EN USIC
Degré d'urgence : ++ • Bradycardie sinusale et blocs sino-auriculaires non-
Date: appareillés.
Identité patient et médecin, signature et cachet • Maladie du sinus non-appareillée (risque d'arrêt
sinusal).
PRESCRIPTION : • Troubles conductifs de haut degré non-appareillés.
• Hyperthyroidie en raison de sa possible aggravation
• Digitaliques : Digoxine® nativelle : 1/2 à 1 ampoule IVD 2 à
. '- . ;ohca par l'amiodarone.
3 fois par jour
• Hypersensibilité connue à l'iode ou à l'amiodarone.
• Anti-coagulation efficace : Héparine standard : 500 Ui/kg/j . 2*" et 3ème trimestres de la grossesse.
• Relais AVK précoce : J2 : fluindione : Previscan® : 20 mg/j • Collapsus cardiovasculaire.
• 02 nasal si besoin : 6 L/min • Hypotension artérielle sévère.

MESURES ASSOCIEES :
• Scope ECG, Dynamap, SP02
• Rechercher et traiter un OAP
• Rechercher embols périphériques
Rechercher et traiter une etioloqie :
SURVEILLANCE : • Dyskaliémie, dyscalcémie, dysthyroïdie
• Scope continu et ECG *3 par jour • Valvulopathies
• PA, SPO2, coloration, auscultation cardio-pulmonaire • Cardiopathies (ischémie, dilatées, hypertrophique)
• NFS plaquettes* 2/semaine
• TCA puis INR (objectif 2-3) Réduction de L'ACFA :
• lonogramme sanguin, urée - créatinine plasmatique • Après 3 semaines d'anti-coagulation efficace et après contrôle
• Digoxinémie (efficace = 0,8-2,2) de l'absence de thrombus à l'ETO :
- Après contrôle de la kaliémie, de la persistance de l'acfa,
consultation anesthésique
- Après 10 jours d'arrêt des digitaliques
o Cordarone® per os : 30 mg/kg à J1, puis 15 mg/kg à
J2 puis 200 mg/j pdt 7j
o Par CEE sous brève AG au propofol sous scope :
1 CEE à 200 j
Anti-coagulation efficace :
• Pendant au moins un mois après réduction
• A vie si : ATCD de thrombose artérielle périphérique,
valvulopathie mitrale, OG dilatée, dysfonction du VG, âge
> 65 ans, haut risque cardiovasculaire

44
45
POUSSEE HYPERTENSIVE
SANS SOUFFRANCE VISCERALE Suivi du patient

HOSPITALISATION non-obligatoire 1. Rechercher une cause


Degré d'urgence : +
Date: 2. Arrêt d'un traitement :
Identité patient et médecin, signature et cachet • Délai variable qqs heures à qqs semaines
• Effet rebond surtout anti-HTA centraux
PRESCRIPTION : • p- risque déstabilisation angor
1. Confirmation et définition : PAS > 180 mm Hg et/ou PAD • Ça-, diurétiques, IEC sans effet rebond
> 110 mm Hg chez :
• Patient installé confortablement dans un endroit calme
3. Pathologie aiguë associée :
• Assis ou couché depuis qqs min
• Rétention aiguë d'urine
• Bras libre de tout vêtement constricteur
• Aux deux bras • Douleur aiguë
• Toxiques ?+ cocaïne LSD amphétamines
• Après 1 à 2 min en position debout
• Attaaue de oaniaue
• Après 20 min de repos
2. Absence des signes de souffrance viscérale :
• Douleur thoracique
• Dyspnée
• Signes neurologiques
• Troubles visuels
• Grossesse
3. Conduite à tenir :
• Pas de traitement IV
• Pas de traitement per os
• Repos
• Réévaluation après qqs heures
- Si HTA maintenue RdV cardio avant 8 j
- Sinon consultation RdV dans le mois
• Epistaxis
- Compression

SURVEILLANCE :
Aux urgences :
• PA, signes de souffrances viscérales toutes les heures
pendant 4 heures

46
47
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
POUSSEE HYPERTENSIVE
;
AVEC SOUFFRANCE VISCERALE ." K If| | : >> ' : ;fiç8| ' m '''••'•'•
-•'•"• • " '^iiK •
'•'•& Hypersensibilité connue à la nicardipine.
• Intolérance au fructose.
HOSPITALISATION en USIC :,--« ' i li S aïJÉàl • Insuffisance rénale aiguë fonctionnelle.
• Encéphalopathie hépatique.
Degré d'urgence : +++ • Allergie aux sulfamides.
Date: • Obstacle sur les voies urinaires en cas d'oligurie.
Identité patient et médecin, signature et cachet • Hypovolémie ou déshydratation.
• Allaitement.
PRESCRIPTION : - .;': ' :
' • ' • • ' • - : '•'!"'• •' • Hypersensibilité aux dérivés nitrés.
Confirmation du diagnostic : • Etat de choc, hypotension sévère.
PAS > 180 mmHg et/ou PAO > 110 mmHg • Cardiomyopathie obstructive.
• Infarctus du myocarde de siège inférieur, avec
Présence d'un des signes suivants : ;•; -.:" :
' • ' ... '• ' • • ' . ,,:= ' . ; - " - " . . •-: extension au ventricule droit à la phase aiguë.
• Douleur thoracique • Hypertension intracrânienne.
• Dyspnée • Allaitement.
• Signes neurologiques
• Troubles visuels Suivi du patient
• Grossesse
II y a un risque majeur de complications : 1.Rechercher une cause
Arrêt d'un traitement :
•AVC
• Délai variable qqs heures à qqs semaines
• Hémorragie sous-arachnoïdienne • Effet rebond surtout anti-HTA centraux
• Insuffisance cardiaque
• p - risque déstabilisation angor
• Ischémie myocarde
• Dissection aortique • Ça-, diurétiques, IEC sans effet rebond
• Encéphalopathie Pathologie aiguë associée :
• Eclampsie • Rétention aiguë d'urine
• Néphrangiosclérose • Douleur aiguë
• Hémorragies rétine et Œdème papillaire • Toxiques ?+ cocaïne LSD amphétamines
Contrôler la TA en 1ère intention : • Attaque de panique
• Objectif : réduction rapide 25 % • Interaction médic. (AINS, pansement gastrique)
1ère intention
• Loxen® IV 4 à 8 mg sur 30 min et 0.5 à 5 mg/h 2. CAT spécifique de la souffrance :
• Neuro : pas de traitement avant imagerie AVC
• OAP : Lasilix® 20 mg IV renouvelable + Risordan® 1 à 10 mg/h • Respect de l'HTA
• Douleur angineuse : Trinitrine® 1 à 3 mg/h • Maintien du traitement anti-HTA antérieur
OAP

MESURES ASSOCIEES : • Lasilix et/ou


• Risordan
• Perfusion : hydratation abondante sauf si OAP, régime pauvre en
Dissection aortique
sel
• Scope ECG, PA, SPO2 • Contrôle PAS < 100 en 10 min 1ère intention
• Scope Ischémie myocardique
• Dérivés nitrés
SURVEILLANCE : Hémorragie cérébro-méningée
PA, FC, SPO2, ECG, signes de souffrance viscérale • PAS entre 160 et 180 mmHg et PAO entre 100 et 110 mmHg
• Nimodipine : 1 mg/h pendant 2 h

48 49
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

ISCHEMIE AIGUË DE MEMBRE Médicarrv j j


Fonzyla» » Epilepsie.
Allaitement.

HOSPITALISATION EN CHIRURGIE
K! j •• Hypersensibilité à l'énoxaparine, à l'héparine ou
à ses dérivés incluant les autres HBPM.
Degré d'urgence : +++ Antécédents de thrombopénie induite par
Date : l'héparine (ou TIH) grave de type II.
Identité patient et médecin, signature et cachet Manifestations ou tendances hémorragiques
liées à des troubles de l'hémostase.
PRESCRIPTION : Lésion organique susceptible de saigner.
Saignement évolutif cliniquement significatif.
• Ré-équilibration hydro-électrolytique Hémorragie intracérébrale.
- Expension volémique si hypovolémie Insuffisance rénale sévère cl créât < 30 mL/min.
- Alcalinisation si acidose métabolique Endocardite infectieuse aiguë.
- Traitement d'une hyperkaliémie
• Héparinothérapie efficace : HNF : bolus 100 Ul/kg d'héparine en IV Associations avec acide acétylsalicylique aux doses
puis 500 Ul/kg/j IVSE à dose adaptée pour TCA entre 2 et 3 antalgiques, antipyrétiques et anti-inflammatoires ;
• Antalgique : Diantalvic® : 3 à 6 cp/j voire morphine en SC AINS (voie générale) ; Dextran 40 (voie parentérale).
• Fonzylane® IV : 50 mg *2/j
• Désobtruction artérielle :
- Artériographie des membres inférieurs en urgence pour :
o Embolectomie rétrograde dans les obstructions
Suivi du patient
proximales vues tôt
o Thrombo-aspirations percutanée Bilan et traitement étiologique :
o Fibrinolyse in situ • Ischémie aiguë sur artères saines :
o Angioplastie endoluminale - Cardiopathie emboligène :
o Trouble du rythme : ACFA
o IDM : ectasie ventriculaire
MESURES ASSOCIEES : o Valvulopathie, endocardite
Repos au strict : avec cerceau et en évitant jambes pendantes o Myxome de l'oreillette gauche
- Artériopathie emboligène :
SURVEILLANCE : o Anévrysme de l'aorte et ses branches
• Locale : pluriquotidienne : bilatérale et comparative : pouls, o Embolie paradoxale
sensibilité, motricité, syndrome des loges , stade - Traumatique :
• Hémodynamique : scope, diurèse, PA o Levée d'un agent de compression (réduction
• Biologique : kaliémie, fonction rénale, CPK, ECG et enzymes d'une fracture, luxation, évacuation d'un
cardiaques, lactates et gaz du sang quotidien hématome, aponévrotomie de décharge)
o Réparation chirurgicale d'une artère

• Ischémie aiguë sur artères pathologiques :


- Traitement de l'artériopathie :
o Traitement des FDRCV
o Aspirine : 100 mg/j
- Revascularisation artérielle :
o Pontage veineux ou prothétique

5l
50
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
PERICARDITE AIGUË

: .-.':••• : : - . :..
Hypwsensibilité à l'acide acétylsalicylique ou à l'un
des excipients.
HOSPITALISATION EN service de médecine Antécédents d'asthme provoqué par l'administration
Degré d'urgence : + a +++ de salicylés ou de anti-inflammatoires non-
Date : stéroïdiens.
Dernier trimestre de la grossesse (> = 500 mg par
Identité patient et médecin, signature et cachet
jour et par prise).
Ulcère gastro-duodénal en évolution.
PRESCRIPTION : Toute maladie hémorragique constitutionnelle ou
• Si tamponnade : urgence +++ acquise.
- Transport en position demi-assise Risque hémorragique.
- Expansion volémique par macromolécules si collapsus Insuffisance hépatique sévère.
- Ponction péricardique sous xiphoïdienne à l'aiguille si état Insuffisance rénale sévère.
Insuffisance cardiaque sévère non-contrôlée.
critique sinon drainage chir.
• Si non-compliqué :
- Aspirine 3 g/j jusqu'à normalisation de la vs en l'absence
d'hémopéricarde

MESURES ASSOCIEES : Suivi du patient


• Cl formelle à l'anti-coagulation
• Repos au lit en position demi-assise
• Arrêt de travail 15 jours min
BILAN ETIOLOGIQUE :
SURVEILLANCE :
> Virale : VIH, MNI, GRIPPE
• Signes cliniques : temp., douleur, dyspnée, signes d'IVD
• Tuberculose : IDR - RX Thorax
• ECG quotidien 1
Néoplasique : sein, poumon, mésothéliome
• Echo cœur + radio thorax J1, J3, J7
• IDM : ECG, enzymes cardiaques
• NfS, plaquettes, VS-CRP
• Purulente
• Dissection aortique
• Collagénose ; lupus

52 53
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
ENDOCARDITE AIGUË INFECTIEUSE
aments ' .:• ? , :
Antécédents allergiques aux antibiotiques
urticaire et œdème de Quincke
HOSPITALISATION en USIC
Degré d'urgence : +++
Date: Suivi du patient
Identité patient et médecin, signature et cachet
Adaptation de l'antibiothérapie au germe isolé :
PRESCRIPTION : Par voie intraveineuse : 2 semaines de bi-thérapie puis 2 à 4 semaines de mono-
Antibiothérapie probabiliste aux urgences après hémoc : thérapie par voie intraveineuse selon si sur valve native ou prothétique
• Sur valves natives : bactéricide sur streptocoques non-groupable,
Germe Traitement de 1ere intention Alternative i
streptocoques D, entérocoques et staph doré meti S :
Streptocoque ingroupable Amoxicilline 1 00 mg/kg/jou pénicilline G 200- Vancomycine I
- Oxacilline : Bristopen® : 200 à 300 mg/kg/j (CMI < = 0.1 rng/L) 300 000 U/kg/j + aminoside* ;
+ aminoside*
- Amoxicilline : 200 à 300 mg/kg/j Streptocoque D Entérocoque Amoxicilline 1 50-200 rng/kg/jou pénicilline G 300- Vancomycine
- Gentamicine : 3 mg/kg/j (CMI > 0.1 mg/L) 400 000 U/kg/j + aminoside* + aminoside* !
• Sur valves prothétiques : bactéricide sur staph doré meti R : Staphylocoque meti S Oxacilline 150-200 mg/kg/jou céfamandole 75- Vancomycine l
- Vancomycine : 30 mg/kg/j 100 mg/kg/j + aminoside* + aminoside* I
- Gentamycine : 3mg/kg/j Staphylocoque meti R Vancomycine 30 mg/kg/j + aminoside, quinolone, -
- Rifampicine : 600 mg/12 h rifampicine, fosfomycine... selon antibiogramme
* aminoside : gentamicine 2-4 mg/k/j ou nétilmycine 4-6 mg/kg/j |
Traitement médical d'une insuffisance ventriculaire gauche :
•O2 nasal :6à 10L/min
• Dérivés nitrés : trinitrine : 1 mg/h adaptée pour PAS > 100 mmHg Recherche et Traitement de la porte d'entrée :
• Lasilix® : 40 mg IVD adaptée pour diurèse > 300 mL/6 h Streptocoque ingroupable : foyer bucco-dentaire
Streptocoque D et Entérocoque : foyer digestif et urologique
Anti-coagulation efficace par héparine non-fractionnée SI : Staphylocoque meti S : cutanée, iatrogène
• Phlébite prouvée
•ACFA Prévention ultérieure des endocardites :
• Prothèse valvulaire Hygiène bucco-dentaire
Traitement précoce de toutes infections
MESURES ASSOCIEES : Antibioprophylaxie :
Pas d'allergie
Scope ECG, monitoring SP02 et PA Geste
aux bêta-lactamines
Allergie aux bêta-lactamines :
Repos au lit strict Soins dentaires et actes sur Amoxicilline 3 gr per os Clindamycine 600 mg per os ou |
WP de gros calibre les voies aériennes pristinamysine 1 gr per os
supérieures en ambulatoire :
prise unique 1 heure avant le
SURVEILLANCE : geste
I
• Efficacité de l'antibiothérapie : Interventions uro-génitales et
- Courbe thermique, hémocultures, pouvoir bactéricide du sérum, digestives : 1 dose 1 heure • Amoxicilline 2 gr IV en • Vancomycine 1 gr IV en i
dosage plasmatique des antibiotiques, NFS, CRP avant le geste ± 2 doses 30 min + gentamicine 60 min + gentamicine
6 heures après le geste 1 .5 mg/kg IV en 30 min en 1.5 mg/kg IV en 30 min en \
• Tolérance cardio-vasculaire :
perfusion avant le geste perfusion avant le geste i
- PA, FC SPO2, dyspnée, ECG, échographies cardiaques répétées
• Tolérance des antibiotiques : • Amoxicilline 1 gr per os • De 2-doses après le
- Urée, créatinine plasmatique 6 heures après le geste geste
- Pic résiduel des aminosides
- Audiogramme à distance

54 55
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

TROUBLE AIGU DE LA CONDUCTION ;<-::• ; .-,- : - •ï : - IV •'• '


Hypersensibilité aux atrophiques.
Hypersensibilité à l'un des composants.
Glaucome aigu par fermeture de l'angle, risque
il ijj •
:
(de)
HOSPITALISATION EN USIC Rétention urinaire liée à des troubles
Degré d'urgence : +++ rétroprostatiques, risque (de)
Date: Allaitement.
Identité patient et médecin, signature et cachet
Tachycardie sinusale supérieure à 130/minute.
Etats d'hyperexcitabilité auriculaire et
PRESCRIPTION : ventriculaire.
• Coup de poing sternal Intoxication digitalique.
• Atropine : 1 amp. de 0,5 mg en bolus IVL Insuffisance coronaire aiguë et, en particulier,
• Si échec : en attendant sonde d'entraînement électro- infarctus myocardique aigu, sauf en cas de bloc
systolique : auriculo-ventriculaire avec bradycardie extrême.
- Perfusion d'isoprénaline : 5 amp dans 250 mL de G5
soit 4 ug/mL en perf de 0,2 à 10 ug/mn

MESURES ASSOCIEES : Suivi du patient


WP
Oxygène-thérapie voire ventilation au masque
Scope ECG et dynamap
Traitement étiologique d'un BAV :

SURVEILLANCE : BAV médicamenteux :


Scope ECG, FC, SPO2, signes fonctionnels •Arrêt si possible d'un médicament responsable
(digitalique, li-bloquants, amiodarone, isoprénaline,
imipraminique, anti-arytmique de classe I)

BAV lié à un IDM :


• Bloc nodal des IDM postérieurs répond bien à l'atropine
• Bloc infra nodal des IDM antérieurs nécessite un EES
temporaire

BAV infectieux :
• Endocardite : abcès septal : traitement chirurgical
• Myocardite bactérienne : Lyme, diphtérie, RAA
• Myocardite virale : rougeole, oreillons, grippe, hépatite

56 57
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
THROMBOPHLEBITE SURALE NON-COMPLIQUEE :
: •*&->, • • fidteatitMr
Hypersensibilité à l'énoxaparine, à l'héparine ou à ses dérivés incluant
les autres HBPM.
Antécédents de thrombopénie induite par l'héparine (ou TIH) grave de
type II.
Manifestations ou tendances hémorragiques liées à des troubles de
HOSPITALISATION EN Médecine l'hémostase.
Lésion organique susceptible de saigner.
Degré d'urgence : +++ Loven.v j® Saignement évolutif cliniquement signification.
Date: Hémorragie intracérébrale.
Insuffisance rénale sévère cl créât < 30 mUmin.
dentité patient et médecin, signature et cachet Endocardite infectieuse aiguë.
Associations avec acide acétylsalicylique aux doses antalgiques,
PRESCRIPTION : antipyrétiques et anti-inflammatoires ; AINS (voie générale) ; dextran 40
(voie parentérale).
• Lovenox® : 0,1 mL/10 kg par injection, 2 injections SC par
Insuffisance hépatique sévère.
jour Lésion organique susceptible de saigner.
• Préviscan® : 20 mg : débuter à 1 comprimé par jour et Intervention récente neurochirurgicale ou ophtalmologique, ou possibilité
adapter à l'INR à 48 h de reprise chirurgicale.
• Di Antalvic 2 comprimés toutes les 6 heures si douleurs Ulcère gastroduodénal récent ou en évolution.
Varices oesophagiennes.
Hypertension artérielle maligne (diastolique > 120 rnrn Hg).
MESURES ASSOCIEES : Accident vasculaire cérébral (excepté en cas d'embolie systémique).
• Repos au lit strict Préviscan® En cas d'insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine
< 20 mL/min).
• Membres inférieurs surélevés En cas de grossesse.
• Ordonnance de bas de contention En cas d'association avec :
• Kinésithérapie au lit du patient
o L'acide acétylsalicylique à forte dose.
• Cl aux intramusculaires o Le miconazole utilisé par voie générale ou en gel buccal.
o Les AINS pyrazolés.

SURVEILLANCE : Suivi du patient


• Pouls, PA, Température, FR, SPO2, état des membres
inférieurs Levée à 72 h d'anti-coagulation efficace avec bas de contention
• Echo-Doppler veineux des Membres inférieurs à J10
• INR à 48 h après chaque changement de dose Relais HBPM/AVK :
• Activité anti-Xa si obèse, insuffisant rénal, personne âgée
Arrêt des HBPM après 2 INR entre 2 et 3 à 48 h d'intervalle
objectif entre 0,5 et 1 Carnet AVK :
• Numération plaquettaire 2 fois par semaines
• Effet, rôle et nécessité des AVK
• Pas d'arrêt, pas de modification de la posologie
• INR tous les Mois avec connaissance de l'INR cible et appel du MT si
anormal
• Cl sport violent, travaux violents, IM, rasage manuel, prise d'AINS ou
d'aspirine
• Cl Automédication
• Prise unique à heure fixe
• Cl aliment riche en Vitamine K : choux, carottes, épinard, avocats
• Nom du MT et du cardiologue
• Nom du médicament, posologie, durée de traitement

Durée du traitement 3 à 6 mois.


58
59
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

EMBOLIE PULMONAIRE NON-COMPLIQUEE Contre-ïndîestï


Hypersensibilité à l'héparine.
Antécédents de thrombopénie grave de type II (thrombopénie
induite par l'héparine ou TIH), sous héparine non-fractionnée ou
sous héparine de bas poids moléculaire (cf. Précautions d'emploi,
TIH).
HOSPITALISATION EN USIC Maladies hémorragiques constitutionnelles.
Lésion organique susceptible de saigner.
Degré d'urgence : +++
Manifestations ou tendances hémorragiques liées à des troubles
Date: de l'hémostase.
Identité patient et médecin, signature et cachet Endocardite infectieuse aiguë.

Previscan®' Insuffisance hépatique sévère.


Lésion organique susceptible de saigner.
PRESCRIPTION : Intervention récente neurochirurgicale ou ophtalmologique, ou
• Oxygénothérapie nasale : 5 à 10 L/min pour SP02 > 96 % possibilité de reprise chirurgicale.
• HNF : bolus de 5 000 Ul IVD puis 500 Ul/kg/j à adapter au Ulcère gastroduodénal récent ou en évolution.
Varices œsophagiennes.
TCA dosé 4 h après chaque changement de dose Hypertension artérielle maligne (diastolique > 120 mmHg).
• AVK : Previscan® : 20 mg : débuter à 1 cp par jour à adapter Accident vasculaire cérébral (excepté en cas d'embolie
à l'INR 48 h après le début systémique).
En cas d'insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine
< 20 mL/min).
En cas de grossesse
MESURES ASSOCIEES : En cas d'association avec :
• Arrêt de la contraception orale
• Repos au lit strict o L'acide acétylsalicylique à forte dose,
o Le miconazole utilisé par voie générale ou en gel buccal,
• WP de bon calibre o Les AINS pyrazolés
• Cl aux injections intramusculaires
• Bas de contention
Suivi du patient
SURVEILLANCE : Relais Héparine-AVK :
Clinique : PA, FC, FR, SPO2, auscultation cardio- Arrêt de l'héparine quand 2 INR entre 2 et 3 à 48 h d'intervalle
Levée du patient à J3 d'anti-coagulation efficace
pulmonaire, membres inférieurs, signes d'ICD
Poursuite des AVK pendant au moins 6 mois
Biologie : ECG, RX de thorax, Echo cœur, gaz du sang Carnet AVK :
TCA quotidien et 4 h après chaque changement de • Effet, rôle et nécessité des AVK
posologie : obj : entre 2 et 3 • Pas d'arrêt, pas de modification de la posologie
INR toutes les 48 h : objectif entre 2 et 3 • INR tous les Mois avec connaissance de l'INR cible et appel du MT si anormal
Numération plaquettaire 2 fois par semaine • Cl sport violent, travaux violents, IM, rasage manuel, prise d'AINS ou
d'aspirine
• Cl Auto-médication
• Prise unique à heure fixe
• Cl aliment riche en Vitamine K : choux, carottes, épinard, avocats
• Nom du MT et du cardiologue
• Nom du médicament, posologie, durée de traitement

Bilan étioloqique : quand pas de causes évidentes


• Néoplasie : touchers pelviens, seins, testicules, ADP, écho abdomino-
pelvienne, EPP, NFS.
• Thrombophilie : résistance prot. C activée, Mutation Fact II, dosage de
Antithrombine III, déficit protéine C Ou protéines, SAPL
60 6l
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
TACHYCARDIE VENTRICULAIRE
«iédi . <&, : ' : ;: . ; • ' • : • . , ; • !
Bradycardie sinusale et blocs sino-auriculaires
non-appareillés.
Maladie du sinus non-appareillée (risque d'arrêt
sinusal).
HOSPITALISATION EN USIC Troubles conductifs de haut degré non-appareillés.
Degré d'urgence : +++ Hyperthyroïdie en raison de sa possible
Date: aggravation par l'amiodarone.
Identité patient et médecin, signature et cachet Hypersensibilité connue à l'iode ou à l'amiodarone.
2ème et 3ème trimes,res de |a grossesse.
Collapsus cardiovasculaire.
PRESCRIPTION : Hypotension artérielle sévère.
• Massage cardiaque externe si arrêt cardio-circulatoire
• Cardio-version électrique si TV mal tolérée : CEE sous brève Hypersensibilité aux anesthésiques locaux.
AG a 200-300 J S : «ne}.^ Porphyrie.
• Cardio-version médicamenteuse : Troubles de la conduction auriculo-ventriculaire
- Cordarone® 150 mg : 5 mg/kg en 30 min IVSE nécessitant un entraînement électrosystolique
ou
- Xylocard® : 1 à 1,5 mg/kg en bolus IVD permanent non-encore réalisé.
Epilepsie non-contrôlée par un traitement.
Insuffisance cardiaque.
MESURES ASSOCIEES : Choc cardiogénique.
Surveillance continue scope, dynamap, Sultopride.
WP
02 nasal

SURVEILLANCE :
Scope, ECG Suivi du patient
Holter ECG des 24 h
Dynamap (PA, FC)

Traitement étiologioue :
• Arrêt d'un médicament arythmogène : sympathomimétique,
digitalique, diurétique, laxatif, tricyclique, prepulsid,
antipaludéens
• Correction d'un trouble métabolique: hypokaliémie,
acidose, dyscalcémie, hypoxie

Prévention des récidives à la phase aiguë :


• Amiodarone 600 à 1 200 mg/j à la SE pendant 48 h puis
relais per os par amiodarone au long cours si fonction du
ou VG altérée
• Lidocaïne : Xylocard® : 1 mg/kg/h en IVSE

62 63
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
PNEUMOPATHIE BACTERIENNE SANS CRITERES DE GRAVITE
;
•:*mw:>>^.:><*--'-^'' . : «•ÉS;:lf!SlS§-l&ni ;
•.•.••VV--VÏVV- .. . • Allergie aux antibiotiques du groupe des bêta-
lactamines (pénicillines, céphalosporines) :
Nom et prénom du médecin, • "• ; :
tenir compte du risque d'allergie croisée avec
les antibiotiques de la famille des
date :
céphalosporines.
•'•:''" ; ,;." " ;,;:-•; • Allergie à l'un des constituants du
médicament.
Fonction • Mononucléose infectieuse (risque accru de
phénomènes cutanés).
• Antécédent d'atteinte hépatique liée à
l'association amouillante - acide claviculaire.
N° de siret,
Nom, prénom et poids du patient ;;<5./% : ,.:•;•;•" • Espace QT, allongement (de I').
. . . .
• Hypersensibilité aux macrolides.
Hospitalisation si : facteurs de risque de morbidité : 2 parmi
• Age > 65 ans*
• Insuffisance cardiaque congestive
• Maladie cérébro-vasculaire (ATCDts d'accident vasculaire cérébral ou
ischémique transitoire) Education et suivie
• Maladie rénale (insuffisance rénale chronique ou élévation de l'urée
sanguine ou de la créatininémie)
• Maladie hépatique (cirrhose hépatique ou autre hépatopathie chronique) 1. Réévaluation de l'efficacité du traitement à 48 h et adaptation
• Broncho-pneumonie chronique avec trouble ventilatoire obstructif
du traitement :
• Diabète sucré non-équilibre
• Immunodépression (corticothérapie par voie générale ou traitement • Si efficace : poursuite de l'antibiothérapie pendant 10 jours
imrnunosuppresseur dans les 6 mois, splénectomie, chimiothérapie dans • Si inefficace sans signes de gravité : association amoxicilline 3 g/j et
les 6 mois, infection à VIH avec CD4 < 200/mm3, SIDA, cachexie - érythromycine 3 g/j
drépanocytose • Si inefficace avec signes de gravité : hospitalisation pour bilan
• Antécédent de pneumonie bactérienne infectieux et radiologique et début association Augmentin® 3 g/j et
• Hospitalisation dans l'année érythromycine 3 g/j.
• Vie en institution
Antibiothérapie probabiliste : pendant 10 à 15 j
2. Prévention des récidives :
1. Patient de moins de 40 ans sans comorbidités : • Eradication des foyers infectieux ORL et stomatologiques
Macrolides actifs sur mycoplasma pneumoniae • Dépistage et traitement d'un cancer ORL et broncho-pulmonaire,
Erythromycine : 50 mg/kg/j = 3 g/j en 3 prises par voie orale d'une tuberculose, d'une insuffisance respiratoire
• Vaccination anti-grippale et anti-pneumococcique
2. Patient de plus de 40 ans sans comorbidités • Equilibration des maladie prédisposant aux pneumopathies : diabète,
Amoxicilline : 3 g/j per os actif sur le pneumocoque immunodépression, hypogammaglobulinémie, insuffisance
Si allergie aux IJ-lactamines : pristinamycine 3 g/j en 3 prises respiratoire, BPCO, asthme, Insuffisance cardiaque
• Kinésithérapie respiratoire
3. Patient avec comorbidités :
Action sur hasmophilus et pneumocoques :
Augmentin® 3 g/j en 3 prises par voie orale
Signature
Cachet

65
64
PNEUMOPATHIE BACTERIENNE
AVEC CRITERES DE GRAVITE CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

HOSPITALISATION en USI si Médicamo ' ' ' • . : • • : • • Y' ) , . • • • ;


Critères de gravité : 1 parmi
Atteinte des fonctions supérieures (altération de la conscience), ID ' • J H Allergie aux antibiotiques du groupe des bêta-
lactamines (pénicillines, céphalosporines) : tenir
• Atteinte des fonctions vitales : compte du risque d'allergie croisée avec les
• PA systolique < 90 mmHg antibiotiques de la famille des céphalosporines.
• Pouls > 125 battements/mn Allergie à l'un des constituants du médicament.
• Fréquence respiratoire > 30/mn Mononucléose infectieuse (risque accru de
• Température < 35°C ou < 40°C phénomènes cutanés).
• Néoplasie associée (cancer autre que basocellulaire, actif ou Antécédent d'atteinte hépatique liée à
diagnostiqué dans l'année) l'association amoxicilline-acide claviculaire.
• Pneumonie d'inhalation ou sur obstacle trachéobronchique connu
ou suspecté
• Complication de la pneumonie (notamment suspicion Erythr;; ; iy< • Espace QT, allongement (de I').
Hypersensibilité aux macrolides.
d'épanchement pleural ou d'abcédation)
Pneumopathie bactérienne sans critères de qr

PRESCRIPTION : Suivi du patient


Double antibiothérapie parentérale active sur le
pneumocoque, la légionelle, et haemophilus influenzae :
• Amoxicilline + ac clavulanique : 6 g/j en IVL
• Ou vancomycine : 1,5 g/24 h si allergie aux R-lactamines 1. Si inefficacité clinique à 48-72h :
• + Erythromycine : 50 mg/kg/j en 3 perf IV • Rechercher complication infectieuse (pleurésie, abcédation,
pour trois semaines infection nosocomiale, persistance de la porte d'entrée)
• Rechercher complication non-infectieuse (lymphangite, phlébite,
MESURES ASSOCIEES : allergie)
• Oxygénothérapie nasale: 5 L/min +/- intubation pour
ventilation assistée si insuffisance respiratoire sévère 2. Prévention des récidives :
• Voie veineuse périphérique et restriction hydrique si SIADH • Eradication des foyers infectieux ORL et stomatologiques
• Kinésithérapie respiratoire précoce • Dépistage et traitement d'un cancer ORL et broncho-
• Arrêt de l'intoxication alcoolo-tabagique et prévention du pulmonaire, d'une tuberculose, d'une insuffisance respiratoire
syndrome de sevrage • Vaccination anti-grippale et anti-pneumococcique
• Héparinothérapie préventive : HBPM : Lovenox® : 0,4 mL/j • Equilibration des maladie prédisposant aux pneumopathies :
diabète, immunodépression, hypogammaglobulinémie,
insuffisance respiratoire, BPCO, asthme, Insuffisance cardiaque
SURVEILLANCE :
Température, FR, FC, PA, diurèse, signes fonctionnels et
auscultation pulmonaire
Palpation des mollets
Radiographie de thorax, gaz du sang, hémocultures, NFS,
VS, CRP, ionogramme sanguin, urée et créatinine
plasmatique

66
67
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

-,'.-', ' mt : \

Tamjfli I Enfant de moins de 1 an.


Hypersensibilité au phosphate d'oseltamivir
ou à l'un des excipients.

Nom et prénom du médecin, Nép-cocJîo Enfant de moins de 30 kg, soit environ 10 ans
(suppositoire enfant).
date SÏ8- :
: :>v Enfant de moins de 30 mois (sirop enfant).
Allergie à l'un des constituants.
Insuffisance respiratoire.
Fonction Toux de l'asthmatique.
Agonistes-antagonistes morphiniques
(buprénorphine, nalbuphine, pentazocine).
N° de siret,
Nom, prénom et poids du patient

1. Antipyrétique : paracétamol : 60 mg/kg/j en 3 prises Education


2. Vitamine C : 500 mg à 1 g/j
Hospitalisation et surveillance des sujets âgés et tarés :
3. Oseltamivir : Tamiflu® : dans les 48 h suivant Température, FR, PA, diurèse, consciences, signes
l'apparition des symptômes et pendant 5 jours : pulmonaires, Rx de thorax et gaz du sang
2 gel de 75 mg/j en 2 prises
Campagne de vaccination anti-grippale : Vaxigrip® : 1 dose
4. Antitussifs si toux gênante et non-productive : de 0,5 mL en SC profond chaque année :
• Personnes âgées de 65 ans et plus ;
Opiacé chez l'adulte : Néo-codion® : 1 cuillère à soupe
de sirop adulte par prise, à renouveler au bout de 6 heures en cas de
• Personnes atteintes d'une des pathologies suivantes : affections
besoin sans dépasser 4 prises par jour. broncho-pulmonaires chroniques, dont asthme, dysplasie broncho-
Non-Opiacé chez l'enfant : Hélicidine® : pulmonaire et mucoviscidose ; cardiopathies congénitales mal
répartis en 3 prises.
tolérées, insuffisances cardiaques graves et valvulopathies graves ;
néphropathies chroniques graves, syndromes néphrotiques purs et
primitifs ; drépanocytoses, homozygotes et doubles hétérozygotes
S/C, thalassodrépanocytose ; diabètes insulinodépendant ou non-
insulinodépendant ne pouvant être équilibrés par le seul régime ;
déficit immunitaires cellulaires
• Personnes séjournant dans un établissement de santé de moyen ou
Signature long séjour
Cachet • Professionnels de santé

Protection collective :
• Isolation des patients infectés en milieu hospitalier ou en collectivité
• Masque et hygiène des mains pour le personnel de santé et les
personnes en contact

69
68
DECOMPENSATION DE BPCO CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

Médicaments Contre-indications
Ventilation; Arrêt respiratoire.
HOSPITALISATION en USI si signes de gravité Instabilité cardio-vasculaire.
Degré d'urgence : +++ Trouble de la conscience.
Date: Risque d'inhalation.
Identité patient et médecin, signature et cachet Chirurgie récente de la face.
Traumatisme récent crânio-facial.
PRESCRIPTION :
1. Maintient d'une bonne oxygénation : Suivi du patient
• Oxygénothérapie nasale prudente : 0,5 à 2 L/min pour SP02 >
90 %
• Ventilation non-invasive par masque nasal ou facial intermittente Traitement étioloqiaue de la décompensation :
• Ventilation mécanique par IOT si échec, trouble de la conscience, • Surinfection
arrêt cardio-respiratoire, fausse-route • latrogénie : sédatifs, Bêta-bloquants, hypnotique
2. Bêta 2 mimétique en nébulisation : • Traumatisme thoracique, pneumothorax
Salbutamol (Ventoline®) 1 mL (5 mg) dilué dans 4 mL de • Embolie pulmonaire
sérum physiologique sous 6 litres d'O2 en 15 min à • Poussée d'insuffisance cardiaque gauche
renouveler si besoin 2 fois par heure la 1ere heure puis toutes • Infarctus du myocarde et ACFA
les 4 h
3. Corticothérapie parentérale avec relais per os : Critères de sortie :
• Sevrage des Bêta 2 mimétiques toutes les 4 h
Solu-Médrol® : 1 à 2 mg/kg toutes les 6 h IV puis relais par
• Capable de marcher, manger et dormir normalement
prédnisone : 40 mg PO pendant 1 semaine
• Stable gazométriquement depuis 24 h
4. Antibiothérapie si expectoration plus abondantes ou
• Maîtrise du traitement par le patient et ses proches
purulente : contre Pneumocoque. Haemophilus et Branhamella catarrhalis : • Modalités du suivi balisées
Amoxicilline+ ac clavulanique : Augmentin® : 4 cp par jour en
2 prises pendant 10 j Ordonnance de sortie :
• Kinésithérapie respiratoire à poursuivre tant que encombrement
MESURES ASSOCIEES : • Bêta 2 mimétique inhalés : Bronchodual®
• Repos au lit, demi assis • Corticoïde par voie orale : prédnisone 40 mg pendant 10 j en
• WP : G5 : 3 L/j + 4 à 6 g de KCL par jour décroissance progressive
• Aérosol humidificateur et aspirations trachéo-bronchiques
• Héparinothérapie préventive : HBPM : Lovenox® 0,4 mL par jour Revoir le patient à 4 semaines pour prévention des
en SC récidives :
• Kinésithérapie respiratoire dès que l'état respiratoire le permet • Vaccination antigrippale et anti-pneumococcique
• Education sur les médicaments contre-indiqué
• Réhabilitation à l'effort
SURVEILLANCE : • Arrêt du tabac
FC, FR, PA, T°, poids, diurèse, conscience, toux, cyanose,
• Evaluation psychosociale
signes d'Insuffisance cardiaque droite, ECG, signes
d'hypercapnie
GDS, ECG, ionogramme sanguin, NFS plaquettes

70 7l
ASTHME AIGU GRAVE
Suivi du patient

1. En l'absence d'amélioration :
HOSPITALISATION en USI • Ii2mimétiques par voie IVSE : Salbutamol : bolus de 0,5 mg en
Degré d'urgence : +++ 20 min puis 1 mg/h jusqu'à 5 mg/h maximum en surveillant ECG
Date: et kaliémie
Identité patient et médecin, signature et cachet • Si échec : adrénaline : 0,1 à 0,5 mg/kg.min IVSE
• Ventilation mécanique après IOT si :
PRESCRIPTION : - Troubles de la conscience
1. Au domicile du patient : - Collapsus cardiorespiratoire
• Appel du SAMU, transport médicalisé sous 02 6L/min aux - DEP < 100 mL/mn
lunettes - Echec du traitement bien conduit
• Ii2mimétiques inhalés : 2 bouffées de Ventoline® toutes les
3 min jusqu'à 20 bouffées 2. Si amélioration :
• Ii2mimétiques sous cutané: Salbutamol, Ventoline®: • Relais de la corticothérapie per os dès obtention d'un DEP
1 ampoule de 0,5 mg à renouveler > 200 mL/mn et d'une PaO2 > 60 mmHg par cortancyl : 1 mg/kg/j
2. Transfert en USI : à dose dégressive
• Nébulisation de Iï2mimétiques : Salbutamol (Ventoline®) • Iï2mimétiques inhalés : ventosité à la demande
1 mL (5 mg) dilué dans 4 mL de sérum physiologique sous • Corticoïdes inhalés : Bécotide® 250 ug : 2 bouffées matin et soir
6 litres d'O2en 15 min
- 2 fois/h la 1èr8 h 3. Education du patient :
- Puis une fois/h jusqu'à amélioration clinique • Surveillance du DEP quotidien
- Puis toutes les 4 h • Reconnaissance des signes d'asthme instable: crises plus
• Corticothérapie parentérale : fréquentes, fluctuations du DEP, augmentation de la
• méthylprednisolone : Solu-médrol® : 1 mg/kg/6 h IV consommation des Iï2mimétiques de courte durée d'action
• Contre-indication aux B-bloquants, anxiolytiques, dépresseurs
MESURES ASSOCIEES : respiratoires
• WP avec hydratation par du G5 : 3 L/24 h + 6 g/24 h de KCI • Eviction des allergènes
adapté au ionogramme • Traitement précoce des infections Bronchique et ORL
• Oxygénothérapie nasale : 5 L/Min
• Héparinothérapie préventive : HBPM : lovenox 0,4 mL/j en
SC
• Scope ECG et monitoring de la PA et de la SP02

SURVEILLANCE :
PA, FC, FR, Conscience, scope, auscultation ; SP02
Débit expiratoire de point
GDS, ECG, ionogramme sanguin, glycémie
Radiographie de thorax

73
72
INSUFFISANCE SURRENALE AIGUË
Suivi du patient

1. Décroissance de la corticothérapie :
HOSPITALISATION en REANIMATION • A J2 : hémisuccinate d'hydrocortisone : 100 mg IM 2 fois/j 9 alpha-
Degré d'urgence : +++ fludrocortisone :50 ug/j PO
Date : • A J3 : hémisuccinate d'hydrocortisone : 50 mg IM 2 fois/j 9 alpha-
Identité patient et médecin, signature et cachet fludrocortisone :50 ug/j PO
• Puis: Hydrocortisone: 50 mg/j (20-20-10) jusqu'à guérison
9 alpha-fludrocortisone :50 ug/j PO
PRESCRIPTION :
1. Ré-équilibration hydro-électrolitique :
2. Bilan étioloqique de la décompensation :
• Expansion volémique : sérum physiologique : 1 à 2 L en 1 h
• Correction de l'hypoglycémie : 1 ampoule de G30 en IVL Infection, grossesse, urgences chirurgicales, erreurs de
• Puis réhydratation : G5 + 6 g/L de NaCL : 4 à 6 L sur 24 h régime
• Pas de POTASSIUM tant que hyperkaliémie
2. Opothérapie substitutive : 3. Education du patient et prévention des récidives :
• Hémisuccinate d'hydrocortisone IV : 100 mg IV + 100 mg IM • Opothérapie quotidienne et à vie: 30 mg d'hydrocortisone en
puis 100 mg IM toutes les 6 h 2 prise matin et midi avec 50 ug de 9 alpha fludrocortisone en une
• Acétate de déoxycorticostérone : 10 mg/24 h prise
3. Héparine-thérapie préventive : • Ne jamais arrêter
• Port d'une carte d'Addisonien
HBPM : Lovenox® : 0.4 mL par jour par voie sous-
• Doubler les doses si fièvre, infection, grossesse, chirurgie, deshyd
cutanée • Kit d'injection IM si vomissements ou jeun
MESURES ASSOCIEES :
Scope ECG, monitoring continue de la FC, SPO2 et PA
Deux grosses WP

SURVEILLANCE :
Scope, conscience, FC, FR, Diurèse, PA toutes les 3 h
Poids toutes les 24 h
Glycémie, ionogramme sanguin, ECG toutes les 24 h
NFS plaquettes deux fois par semaines

74
75
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

• i 1 | ente
1 lersensibilité à l'un des constituants du médicament.
Nom et prénom du médecin, *
.... ^.
Affection hépatique évolutive, élévation prolongée des
transaminases sériques.
date - -
':
Itraconazole, kétoconazole, anti-protéases,
télithromycine et delavirdine.
Femme qui allaite.
Fonction • •• ••'• ' \. '. \\
*
* Fibrates.

N° de siret, Education
Nom, prénom et poids du patient
• Traitement hypolipémiant en cas d'échec de 3 MOIS de Régime diététique :
régime : • Réduire ou mieux normaliser le poids corporel par un régime hypocalorique
o Staline : tahor : 5mg/j si CT entre 2,5 et 3 g/L
10 mg/j si CT entre 3 et 4 g/L • Equilibré en glucides (5O à 55 %), lipides (30 %), et protides (15 à 20 %) avec vitamines,
oligo-éléments et sels minéraux
20 mg/j si insuffisance coronaire
avérée • Diminuer l'apport de graisses saturées par restriction des graisses d'origine animale
terrestre et privilégier les poissons, le lait écrémé et les laitages à 0 % MG
Signature
• Augmenter l'apport de graisses poly-insaturées (huiles de noix, pépins de raisin, soja,
Cachet tournesol, maïs ou carthame. margarines Becel, Crox-Vitol, Vitaquell, Wessana ou « au
tournesol » du commerce)

Quand modifier son mode de vie Patienl à risque • Augmenter l'apport de graisses mono-insaturées (huiles d'olive ou de colza, graisse d'oie)
et son alimentât on ? ou LDL-c ho lesté roi > 1J6 gfl (i)

• Augmenter l'apport en acides gras poly-insaturés de la série oméga 3 en consommant 3

Patient a haut risque cardïovasculaire :


C Démarche et objectifs""sN
thérapeutiques _^*S
fois par semaine au moins des poissons dits "gras" (anguille, hareng, maquereau, sardine,
saumon, thon) qui ont la même valeur calorique que les viandes demi-grasses type filet de
bœuf
- Antécédents de maladie cartiovasculaire avérée
- Diabète de type 2 a haut risque (3)
- Risque de survenue d'un événement coronarien • Augmenter l'apport de fibres en consommant plus de légumes et de fruits
dans les 10 ans «20% 3 facteur^ de risque 1 1 2 facteur^de risque] | 1 seul facteur de risque| Aucun faveur de risque

• Diminuer l'apport de cholestérol à moins de 300 mg/jour au lieu des 500 à 750 mg/jour
i 4 1 i i habituels, en supprimant les aliments riche en cholestérol : Jaune d'oeufs, Foies et huiles de
LDL-C « 1 ,3 g» LDL-C « 1 6 dll LDL-C < 1 .9 g/1 LDL-C < 2,2 g*
LDL-C « 1 ,0 gd
f2,6 minoUI) (3,4 mmoU) M.1mTK«rJ (4.9mmoW) (5,7mmoM) poisson ; Abats, Foie gras, Beurre même allégé, Crème fraîche, Charcuteries, lard, viandes
grasses, fromages > 45 % MGP
(2)
Facteurs rfç risoue cardiovesculôire associes à une dvslirjidémîe
Age : homme de 50 ans ou plus
femme de 60 ans ou pkis (3)
Prise en charge des FDRCV :
Antécédents familiaux de maladie coronaire précc ce Diabète de type 2 a haut risque Arrêt du tabac
Atteinte rénale,
Infarctus du myocarde ou mort subite avant 55 ans cher le Activité physique régulière et adaptée : 30 min de marche par jour
ou au moins deux des (acteurs de risque suivants :
père ou chez un parent du 1er degré de sex • masculin ;
Infarctus du myocarde ou mort subite avant 6S ans cher la »ge, Prise en charge d'un diabète
antécédents familiaux dft maladie coronaire précoce, Prise en charge d'une HTA
mère ou chez un parent du 1 er deqré de se-xe féminin,
Tabagisme actuel ou arrêt" depuis moins de 3 ans tabagisme,
Hypertension artérielle permanente traitée ou non traftée hypertension artériâHe,
(se reporter aux recommandations spécifique s) HDL-cholesterol < 0.40 g*, Recherher causes d'hypercholestérolémie secondaire :
Diabète de type 2 traité ou non traité microalbuminurie C-30 mg/24 h).
Hypothyroïdie
(se reporter aux recommandations spécifique s)
HDL-cholestérol < 0,40 g/ (1 ,0 mtnoM) quel que so
Hypercorticisme
(1 ) la formule de Frtedewald si fa
Mglycendémie est inférieure a 4 SJ1 (4,6 mmoM) :
Cholestase hépatique
(MB) X-cbotestérol (gjl) • cholestérol total (gH) - HDL-chctestérol (gfl) - Iriglycérkfes (9/l))/S Sd néphrétique
Facteur protecteur HDL -cholestérol * 0,60 qA (1 ,5 TitnolA: '-
X-C (mmoUI) - Cholestérol total (mmoM) - HDL-C (mmol«) - Trfctycérides (mmoM) r2? Insuffisance rénale
Œstrogène, thiazidiques, corticoïdes

77
76
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

; • • ' • . . • < • . : : .-•: : : , Contre-încffcafc' • /.. -•%••••'


1 « Allergie.

• Grossesse et allaitement.

HOSPITALISATION en USIC ;||t|p. ;. • Hypersensibilité à la substance active ou à l'un


Degré d'urgence : +++ des excipients.
• Hypocalcémie.
Date:
::-fàl • Insuffisance rénale aiguë fonctionnelle.
Identité patient et médecin, signature et cachet « Encéphalopathie hépatique.
• Allergie aux sulfamides.
PRESCRIPTION : • Obstacle sur les voies urinaires en cas d'oligurie.
• Réhydratation hydro-électrolytique « Hypovolémie ou déshydratation.
• Sérum physiologique 2 à 3 L/24 h » Allaitement.
• Perfusion de biphoshonates répétée sur 2 à 3 jours
• Ac pamidronique : Aredia® 15 à 90 mg/j en perf de 4 h
• Calcitonine : Cibacalcine® : 0,5 à 4 mg/j IVL su 6 h
• Diurèse forcée au Lasilix® (40 à 80 mg 4 à 6 fois par jour) dans Suivi du patient
les formes graves chez un patient monitoré en Réa après
réhydratation
• Epuration extra-rénale quand le pronostic vital est en jeu
Bilan étioloqiaue : dosage de la PTH 1.84 sérique :
MESURES ASSOCIEES : • N ou augmentée = inadaptée= hyper parathyroïdie primaire
Mise sous scope ECG et monitoring de la PA et de la FC. • Diminuée = adaptée = faire EPP, dosage de la 25 OH vit. D et de la
PTH rp :
Repos au lit
- Ostéolyse maligne (métastase sein, rein prostate...)
Surveillance de la diurèse
- Myélome
- Sd paranéoplasique
SURVEILLANCE : - Sarcoïdose
Etat de conscience, d'hydratation, diurèse - Intox vit. D
Retentissement cardiaque (FC, PA, diurèse, ECG)
Calcémie corrigée = Calcémie mesurée - 0.02* (40-albumine)
Retentissement rénal : iono sg urée créât.

78
79
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
COMA HYPOGLYCEMIQUE

•Médîf..'-v;;V>;/;;;' r-:v""' v'v ,-:: G«sitre-indications . ___;


Glu ••:•': 5--.; • Allergie au glucagon ou à l'un des excipients.
• Phéochromocytome.
• Diabétique non-insulinodépendant.
HOSPITALISATION
Degré d'urgence : +++
Date:
Identité patient et médecin, signature et cachet Suivi du patient

PRESCRIPTION :
1. Arrêt immédiat de l'insuline et des sulfamides
Traitement préventif chez le patient diabétique :
hypoglycémiants
2. Resucrage immédiat :
Insulinodépendant :
Glucose 30 % : injection IVL de 2 ampoules
1. Auto-surveillance glycémique régulière et adaptation des
3. Chez le diabétique insulinodépendant : injection IM
doses d'insuline en fonction de la nutrition et de l'activité
d'une ampoule de 1 mg de glucagon
physique
4. Relais par une perfusion glucosée de G10 sous
2. Education du patient :
surveillance horaire de la glycémie capillaire pendant
• Signes de début d'hypoglycémie : faim intense, lipothymie,
48 h si traitement par sulfamides hypoglycémiants sueurs, tremblements et flou visuel
• Circonstances favorisantes : surdosage insulinique, jeune, effort
physique sans apport glucidique, alcool
MESURES ASSOCIEES : • Toujours avoir trois sucres en poches pour resucrage par voie
orale
• Kit d'injection de glucagon
SURVEILLANCE : Non-insulinodépndant :
Conscience, examen neurologique, vigilance 1. Auto-surveillance glycémique régulière
Glycémie capillaire et glycémie veineuse 2. Education du patient :
• Médicaments interférants avec les sulfamides hypoglycémiants :
- Sulfamides diurétique ou anti-bactériens
- Bêta-bloquants
- AINS
- AVK
- Fibrates
- Miconazole
• Toujours avoir trois sucres en poches pour resucrage par voie
orale

80 81
ACIDOCETOSE DIABETIQUE
I CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

Médicam. ViOir : -••,••;. . >.


Lover- I Hypersensibilité à l'énoxaparine, à l'héparine ou à ses
HOSPITALISATION EN REANIMATION dérivés incluant les autres HBPM.
Antécédents de thrombopénie induite par l'héparine (ou TIH)
Degré d'urgence : +++ grave de type II.
Date: Manifestations ou tendances hémorragiques liées à des
Identité patient et médecin, signature et cachet troubles de l'hémostase.
Lésion organique susceptible de saigner.
PRESCRIPTION : Saignement évolutif cliniquement significatif.
Hémorragie intracérébrale.
1. Expansion volémique si hypovolémie : Plasmion® Insuffisance rénale sévère cl créât < 30 mL/min.
500 m!_ en 20 min Endocardite infectieuse aiguë.
2. Insulinothérapie : IVSE, 10 Ul/h tant que cétonurie Associations avec acide acétylsalicylique aux doses
3. Perfusion : antalgiques, antipyrétiques et anti-inflammatoires ; AINS
(voie générale) ; dextran 40 (voie parentérale).
a. Sérum physiologique : 1 L en 1 h puis 1 L en 2 h puis
1 L en 3 h puis 1 L toutes les 4 h
b. Potassium dès le 3eme litre après contrôle du iono
sanguin et de l'ECG, max 2 g par 24 h Suivi du patient
c. Remplacer le sérum physiologique
- Par du G5 + 4 g/L de NaCI et 4 g/L de KCI dès que
glycémie < 2,5 g/L
- Par du G10 + 4 g/L de NaCI et 4 g/L de KCI dès que 1. Dès disparition de la cétonurie :
glycémie < 1,5 g/L Insuline par injections sous cutanées toutes les 3 heures, en fonction de la
4. Héparinothérapie préventive : Lovenox® : 0,2 mL par glycémie capillaire (après avoir fait une dernière injection intraveineuse de
jour 10 unités en même temps que l'injection sous cutanée pour éviter tout hiatus
insulinémique)
MESURES ASSOCIEES :
• Arrêt de l'alimentation orale et sonde naso-gastrique si
2. Traitement du facteur déclenchant :
vomissements
• Infection : antibiothérapie adaptée
• Infarctus du myocarde
SURVEILLANCE : • Traitement hyperglycémiant : corticoïdes, bêta 2 mimétiques
• Toutes les heures: conscience, fréquence respiratoire,
pouls, tension artérielle, diurèse, éventuellement
température, cétonurie, glycémie capillaire
• Toutes les 4 heures : ionogramme sanguin, glycémie,
réserve alcaline, ECG

83
82
ACIDOCETOSE DIABETIQUE CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

Médïcam- • ::..;:: -f < v : ;=•:,


, .-• Hypersensibilité à l'énoxaparine, à l'héparine ou à ses
HOSPITALISATION EN REANIMATION dérivés incluant les autres HBPM.
Antécédents de thrombopénie induite par l'héparine (ou TIH)
Degré d'urgence : +++ grave de type II.
Date: Manifestations ou tendances hémorragiques liées à des
Identité patient et médecin, signature et cachet troubles de l'hémostase.
Lésion organique susceptible de saigner.
PRESCRIPTION : Saignement évolutif cliniquement significatif.
Hémorragie intracérébrale.
1. Expansion volémique si hypovolémie : Plasrnion® Insuffisance rénale sévère cl créât < 30 mL/min.
500 mL en 20 min Endocardite infectieuse aiguë.
2. Insulinothérapie : IVSE, 10 Ul/h tant que cétonurie Associations avec acide acétylsalicylique aux doses
3. Perfusion : antalgiques, antipyrétiques et anti-inflammatoires ; AINS
(voie générale) ; dextran 40 (voie parentérale).
a. Sérum physiologique : 1 L en 1 h puis 1 L en 2 h puis
1 L en 3 h puis 1 L toutes les 4 h
b. Potassium dès le 3eme litre après contrôle du iono
sanguin et de l'ECG, max 2 g par 24 h Suivi du patient
c. Remplacer le sérum physiologique
- Par du G5 + 4 g/L de NaCI et 4 g/L de KCI dès que
glycémie < 2,5 g/L
- Par du G10 + 4 g/L de NaCI et 4 g/L de KCI dès que 1. Dès disparition de la cétonurie :
glycémie < 1,5 g/L Insuline par injections sous cutanées toutes les 3 heures, en fonction de la
4. Héparinothérapie préventive : Lovenox® : 0,2 mL par glycémie capillaire (après avoir fait une dernière injection intraveineuse de
jour 10 unités en même temps que l'injection sous cutanée pour éviter tout hiatus
insulinémique)
MESURES ASSOCIEES :
• Arrêt de l'alimentation orale et sonde naso-gastrique si
2. Traitement du facteur déclenchant :
vomissements
• Infection : antibiothérapie adaptée
• Infarctus du myocarde
SURVEILLANCE : • Traitement hyperglycémiant : corticoïdes, bêta 2 mimétiques
• Toutes les heures: conscience, fréquence respiratoire,
pouls, tension artérielle, diurèse, éventuellement
température, cétonurie, glycémie capillaire
• Toutes les 4 heures : ionogramme sanguin, glycémie,
réserve alcaline, ECG

82
PYÉLONÉPHRITE AIGUË

CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
Nom et prénom du médecin,!
date!
Médicaments re-indlcat§y ,...•
Fonction Antécédents de tendinopathie avec une fluoroquinolone
(cf. Mises en garde/Précautions d'emploi, Effets
indésirables).
Hypersensibilité à l'ofloxacine ou à un produit de la
N de siret, famille des quinolones.
Epilepsie.
Nom, prénom et poids du patient Déficit en glucose-6-phosphate-déshydrogénase.
1. Traitement ambulatoire si : Enfant jusqu'à la fin de la période de croissance, en
• Femme jeune avec état général conservé raison d'une toxicité articulaire chez l'enfant et
• Pas de signes de sepsis l'adolescent : arthropathies sévères touchant
électivement les grosses articulations.
• Pas de vomissements L'administration de ce médicament contre-indique
• Pas d'obstacle ni d'abcès à l'imagerie l'allaitement.
• Pas d'uropathie connue Grossesse.
• Pas de diabète, ni d'immunodépression Allergie aux antibiotiques du groupe des céphalosporines.
• Pas de grossesse Pour Claforan 1 g IM qui contient de la lidocaïne :
• Surveillance à domicile possible
- Antibiothérapie probabiliste après ECBU et antibiogramme • Allergie à la lidocaïne ou aux autres anesthésiques
sans attendre le résultat pendant 10 j : locaux de type amide.
• Porphyries.
Fluoroquinilone : Ofloxacine 200 mg*2/j si pas de prise • Bloc auriculo-ventriculaire non-appareillé.
de fluoroquinolone dans le mois par voie orale • Choc cardiogénique.
OU CSG : céfotaxime : Claforan® : 1 g*3/j en IM • Enfant de moins de 30 mois.
Adaptée à 48 h dés les résultats de l'antibiogramme
- Hyperdiurèse orale
Education
- Antalgiques : Diantalvic® : 2 comprimés si douleurs, max 6/j
intervalle entre deux prises : 4 h
2. Sinon, hospitalisation pour : Si traitement ambulatoire décidé :
• Traitement d'un sepsis 1. Revoir le patient à 48 h pour :
• Drainage des urines si obstacle Apprécier efficacité : T°, signes fonctionnels urinaires,
• Antibiothérapie parentérale double et bactéricide après NFS, CRP, ECBU de contrôle
ECBU sans attendre le résultat : Adapter l'antibiothérapie à l'antibiogramme
- CSG : céfotaxime 1g*3 /j + Aminosides pendant les 2. Faire ECBU de contrôle à 15 j après arrêt de
premières 48 h l'antibiothérapie
• Avec relais per os après 48 h d'apyréxie adapté à
l'antibiogramme pour une durée totale de au moins
3 semaines
• Repos au lit
• Antalgiques intraveineux : Perfalgan® IV : 1g*3/j
Signature
Cachet
84
85
PROSTATITE ET ORCHI-EPIDYDIMITE CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

Médicame -incé--:' | il ni
Antécédents de tendinopathie avec une fluoroquinolone.
Hypersensibilité à l'ofloxacine ou à un produit de la
HOSPITALISATION en médecine si compliquée famille des quinolones.
de sepsis sévère, de RAU, d'abcès prostatique, Epilepsie.
Déficit en glucose-6-phosphate-déshydrogénase.
de vomissements Enfant jusqu'à la fin de la période de croissance, en
Degré d'urgence : +++ raison d'une toxicité articulaire chez l'enfant et
Date: l'adolescent : arthropathies sévères touchant
électivement les grosses articulations.
Identité patient et médecin, signature et cachet L'administration de ce médicament contre-indique
l'allaitement.
PRESCRIPTION : Grossesse.
Antibiothérapie parentérale si patient hospitalisé ou per os
, Hypersensibilité à l'alfuzosine et/ou à l'un des autres
si ambulatoire : composants.
Probabiliste sur les BGN et chlamydiœ et mycoplasmes Hypotension orthostatique.
chez le sujet jeune : Insuffisance hépatique.
• Dès l'ECBU et les hémocultures effectués sans attendre le Insuffisance rénale sévère (clairance de la
créatinine < 30 mL/min).
résultat : Occlusion intestinale (en raison de la présence d'huile
- Oflocet® : ofloxacine : 200 mg *2/j de ricin).
Adapté secondairement à l'antibiogramme
- Relais per os à 48 h d'apyrexie
- Durée totale : 3 semaines au moins

MESURES ASSOCIEES : Suivi du patient


Repos au lit
Arrêt de travail
Suspensoir pendant une semaine
Traitement antalgique : Perfalgan® : 1 g*3/j IV Si patient jeune et orchi-épidvdimite :
Boissons abondantes Bilan MST : VIH, VHB, VHC, syphilis, Chlamydiae
Cl au TR si prostatite Dépistage et traitement des partenaires
Drainage urinaire par cathéter sus-pubien si RAU avec Rapports sexuels protégés jusqu'à la fin du traitement
ECBU sur urine drainée et évacuation lente et fractionnée
Si dysurie importante : Alpha-bloquants : Xatral® : Si patient âgé et orchi-épididvmite :
1 comprimé par jour pendant 5 jours Rechercher cause urologique favorisante : adénome
prostatique.
SURVEILLANCE :
Température, frissons, signes fonctionnels
ECBU et hémoc de contrôle à 72 h puis 15 j après arrêt du
traitement
NFS, CRP

87
HYPOKALIEMIE
Suivi du patient

HOSPITALISATION en USI si sévère : Traitement étioloqique :


< 2,5 mmol/L 1. latrogénies :
Degré d'urgence : +++ • Arrêt d'un traitement hypokaliémiant non-indispensable :
Date : - Laxatifs
Identité patient et médecin, signature et cachet - Kayexalate®
- Amphotéricine B
• Adaptation d'un traitement diurétique hypokaliémiant :
PRESCRIPTION : - Dose minimale efficace
1. Si modérée, chronique, pas de trouble du rythme, pas de - Association avec diurétique épargneur potassique
trouble digestif, ni de paralysie : - Supplémentation potassique orale : 8 à 24 mmol/j = 1 à
• Arrêt des médicaments arythmogènes : digitaliques, calcium, 4 comprimé par jour de Diffu K
traitement anti-arythmique
• Alimentation riche en potassium : jus d'orange, chocolat, 2. Par pertes de potassium :
fruits secs, banane... • Digestifs : diarrhée et vomissements
• Supplémentation orale en sel de potassium : chlorure de • Rénales : néphropathie intersticielle chronique, syndrome de levée
potassium : DIFFU-K 4 à 6 gellules par jour en 2 à 3 prises à d'obstacle
la fin des repas. 1 comprimé = 8 mmol de potassium,
• Dose curatif : 24 à 96 mmol/j 3. Par hyper-minéralocorticisme :
• Hyperaldostéronisme primaire : adénome de Conn, hyperplasie des
2. Si sévère et/ou mal tolérées : surrénales
• Sous scope cardiaque continu • Hyperaldostéronisme secondaire : sténose artère rénale, syndrome
• Chlorure de potassium dilué dans sérum physiologique ou néphrotique, insuffisance cardiaque
glucose : • Hypercorticisme : tumeur hypophysaire, adénome surrénalien,
- 1 ampoule de 10 mL de KCL = 1 g de KCI = 13 mmol corticosurrénalome malin
de Potassium • Syndrome de Bartter : tumeur à rénine
- Maximum : 4 g/L de soluté sur une WP car risque
d'irritation 4. Par carence d'apport
- Débit maximum : 1,5 g/h
- Jamais en IVD : mort subite

SURVEILLANCE :
Si sévère : dosage horaire de la kaliémie
Scope cardiaque continu et ECG pluriquotidien (trouble du
rythme)
Signes fonctionnels : crampes, paralysie musculaire

89
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

HYPERKALIEMIE
: :
y- • • • • • • : . • • • • . . . ? • .• ^î •• cations H •" | V
Alcali : ;.-,.: • Œdème aigu du poumon car risque de surcharge.
;t;;%:',îv;;;v.:;;
HOSPITALISATION en USI si > 6,5 mmol/L et • Diabète.
Insuii le •
rapidement évolutive
Degré d'urgence : +++
Date :
llftcc : • 1 • Traitement par digitalique.

Identité patient et médecin, signature et cachet


caicium

PRESCRIPTION :
Si modérée et bien tolérée : Suivi du patient
• Suppression des aliments riches en potassium et des
médicaments hyperkaliémiants
• Alcalinisation des urines : Alcaphor® : 2 à 4 CAS/j pur ou
dilué dans un demi-verre d'eau
• Résine échangeuses d'ions : Attention aux fausses hyperkaliémies :
Kayéxalate® per os : 1 mesure de 15 g à renouveler Garrot serré, hémolyse in vitro, thrombocytose ou
toutes les 4 h jusqu'à normalisation de la kaliémie hyperleucocytose majeures
(efficacité en 2 h)

Si > 6,5 mmol/L et rapidement évolutive : Traitement étiologique :


• Protection cardiaque : gluconate de calcium 10 % Transfert extracellulaire du potassium :
• 10 à 30 mL en IVL sous contrôle de l'ECG • Acidose métabolique ou respiratoire
• Alcalinisation par Bicarbonates 1,4% en cas d'acidose • Destruction cellulaire massive : rhabdomyolyse, lyse tumorale
métabolique sévère : 100 mL en perfusion IV sous • Hypo-insulinisme
surveillance des gaz du sang • Traitement S-bloquant
• Insuline ordinaire + G30 : 500 mL de G30 avec 30 Ul • Intoxication digitalique
d'insuline en 30 min
• Epuration extra-rénale en urgence si : Défaut d'élimination rénale du potassium :
Echec, insuffisance rénale sévère, oligoanurie • Insuffisance rénale
• Déficit en minéralocorticoïde (insuffisance surrénale)
• Traitement par spironolactone, AINS, IEC
MESURES ASSOCIEES :
Surveillance du scope ECG en continu Surcharge exogène en potassium :
• Perfusion
• Apports oraux (sels de régime)
SURVEILLANCE :
Surveillance clinique du scope, FC, PA, diurèse,
auscultation cardio-pulmonaire
Dosage horaire de la kaliémie

9l
90
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
CYSTITES AIGUËS INFECTIEUSES
Médicaments • i •, lire-Indications
Bactrinrfo Au cours du 18r trimestre de la grossesse. Aux 2eme et
3ème trimestres, l'utilisation peut être envisagée si besoin.

Nom et prénom du médecin, . Prématurés et nouveau-nés, en raison de l'immaturité de ,


leurs systèmes enzymatiques.
date • Antécédents d'hypersensibilité à l'un des composants (en
particulier, hypersensibilité aux sulfamides).
• Déficit en G6PD, y compris chez l'enfant allaité : risque de
Fonction déclenchement d'hémolyse.
• Atteinte sévère du parenchyme hépatique.
N° de siret, • Méthotrexate.
Nom, prénom et poids du patient
1 |j : I .v Antécédents de tendinopathie avec une fluoroquinolone.
nc V;
1. Traitement minute ou monodose si :
• Femme de moins de 65 ans
i! '
,JNosv îhe®
' Hypersensibilité à la péfloxacine ou à un produit de la
famille des quinolones.
• Pas d'immunodepression Hypersensibilité ou intolérance au gluten, en raison de la
• Pas de diabète présence d'amidon de blé (gluten).
Déficit en glucose-6-phosphate-deshydrogénase.
• Pas de grossesse
Enfant jusqu'à la fin de la période de croissance, en raison
• Pas de fièvre ni de lombalgies d'une toxicité articulaire chez l'enfant et l'adolescent :
• Pas d'uropathie connue arthropathies sévères touchant électivement les grosses
• Pas d'intervention urologique récente articulations.
• Premiers symptômes < 3 j Allaitement et grossesse.
Bactrim® FORTE : 3 comprimé en une prise
OU Péfloxacine : Péflacine monodose® : 800 mg ' i nu/il® Hypersensibilité connue à la fosfomycine.
Insuffisance rénale (clairance à la créatinine < 10 mL/min).
OU Fosfomycine-trométamol : Monuril® : 3 g Allaitement.

2. Traitement conventionnel sinon :


Bactrim forte® : 3 cp/j pendant 7 j Education
Norfloxacine : Noroxine® 400 : 400 mg*2/j pendant 7 j

3. Antalgiques : Diantalvic® : 2 comprimés si douleurs max. 6/j Recommandations :


intervalle entre deux prises : 4 h • Eviter les diaphragmes et les spermicides
• Toilette périnéale d'avant en arrière
• Traitement des mycoses vaginales
4. Hyper-hydratation
• Traitement de la constipation
• Boissons abondantes : min 1,5 Uj
• Mictions régulières notamment post-coïtales
• Eviter les vêtements trop serrés

Signature
Cachet

93
92
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
CYSTITES AIGUËS INFECTIEUSES
Médicaments
'•'• !Cfri ' ; ;"' Au cours du 1er trimestre de la grossesse. Aux 2eme et
3ème trimestres, l'utilisation peut être envisagée si besoin.

Nom et prénom du médecin, '•:..'•.; • Prématurés et nouveau-nés, en raison de l'immaturité de ,


leurs systèmes enzymatiques.
date • Antécédents d'hypersensibilité à l'un des composants (en
particulier, hypersensibilité aux sulfamides).
» Déficit en G6PD, y compris chez l'enfant allaité : risque de
Fonction déclenchement d'hémolyse.
• Atteinte sévère du parenchyme hépatique.
N° de siret, • Méthotrexate.
Nom, prénom et poids du patient
•' Antécédents de tendinopathie avec une fluoroquinolone.
1. Traitement minute ou monodose si : «f g Hypersensibilité à la péfloxacine ou à un produit de la
• Femme de moins de 65 ans famille des quinolones.
Norôxm ®
• Pas d'immunodepression Hypersensibilité ou intolérance au gluten, en raison de la
• Pas de diabète présence d'amidon de blé (gluten).
Déficit en glucose-6-phosphate-deshydrogénase.
• Pas de grossesse
Enfant jusqu'à la fin de la période de croissance, en raison
• Pas de fièvre ni de lombalgies d'une toxicité articulaire chez l'enfant et l'adolescent :
• Pas d'uropathie connue arthropathies sévères touchant électivement les grosses
• Pas d'intervention urologique récente articulations.
• Premiers symptômes < 3 j Allaitement et grossesse.
Bactrim® FORTE : 3 comprimé en une prise
OU Péfloxacine : Péflacine monodose® : 800 mg Monuril® Hypersensibilité connue à la fosfomycine.
Insuffisance rénale (clairance à la créatinine < 10 mL/min).
OU Fosfomycine-trométamol : Monuril® : 3 g Allaitement.

2. Traitement conventionnel sinon :


Bactrim forte® : 3 cp/j pendant 7 j Education
Norfloxacine : Noroxine® 400 : 400 mg*2/j pendant 7 j

3. Antalgiques : Diantalvic® : 2 comprimés si douleurs max. 6/j Recommandations :


intervalle entre deux prises : 4 h • Eviter les diaphragmes et les spermicides
• Toilette périnéale d'avant en arrière
• Traitement des mycoses vaginales
4. Hyper-hydratation
• Traitement de la constipation
• Boissons abondantes : min 1,5 L/j
• Mictions régulières notamment post-coïtales
• Eviter les vêtements trop serrés
Signature
Cachet

93
92
COLIQUE NEPHRETIQUE
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

eatîons.i
Nom et prénom du médecin, Hypersensibilité au kétoprofène ou à I excipients du
produit.
date Au-delà de 24 semaines d'aménorrhée (5 mois de
grossesse révolus) : cf. Grossesse/Allaitement.
Antécédent d'asthme déclenché par la prise de
Fonction kétoprofène ou de substances d'activité proche telles
qu'autres AINS, aspirine.
N° de siret, Hémorragie gastro-intestinale, hémorragie
Nom, prénom et poids du patient cérébrovasculaire ou autre hémorragie en évolution.
Ulcère gastrique ou intestinal en évolution.
Forme non-compliquée : traitement ambulatoire : Insuffisance hépatique sévère.
• Traitement AINS en urgence : Insuffisance rénale sévère.
- Profénid® : 100 mg : 1 ampoule IM Insuffisance cardiaque sévère non-contrôlée.
- Et/ou Spasfon® : 6 ampoules/IVL Troubles de l'hémostase ou traitement anticoagulant en
cours (contre-indication liée à la voie intramusculaire).
• Restriction hydrique tant que douleur puis hyper-hydratation pour aider la
migration lithiasique
• Tamissage des urines
• Traitement par AINS per os pendant 5 jours : Voltarène® 75 mg/j

Hospitalisation en urgence si :
• Sujet âgé ou fragile pour surveillance
Education
• Colique néphrétique hyper algique pour drainage des urines en urgence par
sonde urétérale ou néphrostomie percutanée avec ECBU sur urines
drainées
• Colique néphrétique anurique : lithiase obstructive sur rein unique ou lithiase Auto-surveillance à domicile dans les formes simple :
obstructive bilatérale pour drainage des urines en urgence par sonde
urétérale ou néphrostomie percutanée avec ECBU sur urines drainées • Température et diurèse
• Colique néphrétique hyperthermique : pyélonéphrite aiguë obstructive : • Consulter en urgence si :
• Pour antibiothérapie parentérale : probabiliste et bactéricide : C3G : T° > 38°C, frissons, absence de mictions, aspect hématique
cefotaxime : 1 g*3/j IV + aminoside : Netromicine : 4 mg/kg/j en 3 perfusions ou purulent des urines, douleurs > 3 j et résistantes aux
IV antalgiques
Et pour drainage des urines en urgence par sonde urétérale ou • Consultation systématique à J8 avec bilan : créatinine, NFS, calcémie,
néphrostomie percutanée avec ECBU sur urines drainées uricémie, pH urinaire, analyse du fragment si recueilli, BU ECBU, ASP
et échographie rénale
• Si drainage urinaire, prévention du syndrome de levée d'obstacle par hyper-
hydratation et compensation volume par volume des pertes

Signature
Cachet

94
VULVOVAGINITE AIGUË CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

Médicaments pM If Xi;:-;-'.:" '


Flagv Hypersensibilité aux imidazolés.
Hypersensibilité ou intolérance au gluten, en raison de la
présence d'amidon de blé (gluten, pour la forme comprimé).
Allergie aux antibiotiques de la famille des tétracyciines.
Nom et prénom du médecin, Enfant de moins de 8 ans, en raison du risque de coloration
permanente des dents et d'hypoplasie de l'email dentaire.
Rétinoïdes par voie générale :

o Chez la femme enceinte à partir du 2e trimestre de la


Fonction grossesse.
. . -x;m . Antécédents de tendinopathie avec une fluoroquinolone
(cf. Mises en garde/Précautions d'emploi, Effets indésirables).
N° de siret, Hypersensibilité à l'ofloxacine ou à un produit de la famille des
Nom, prénom et poids du patient quinolones.
Epilepsie.
Déficit en glucose-6-phosphate-déshydrogénase.
A candida albicans : Enfant de moins de 6 ans, en raison de la forme
> Gyno-pévaryl® : 1 ovule à introduire au fond du vagin, le soir après la pharmaceutique.
toilette en position allongée L'administration de ce médicament contre-indique l'allaitement.
• Pévaryl émulsion® fluide : 1 application sur la vulve par jour pendant une
semaine Education
2. A trichomonas vaqinalis :
• Traitement minute: Flagyl® : metronidazole : 8 cp en 2 prises à 12 h 1. A candida albicans : prévention des récidives :
d'intervalle • Pas de toilettes vaginales trop fréquentes
• Traitement local : ovule de Flagyl®. 1 ovule/j par voie vaginale pendant 10 j • Utiliser savon alcalin : Gyn-Hydralin®
• Sous vêtements en coton
3. Gardnerella vaqinalis : • Eviter vêtements trop serrés, macération, lessives détergentes
• Metronidazole : Flagyl® 250 mg : 4 cp en 2 prises par jour pendant 7 jours
• Equilibrer un diabète
• Si allergie : Augmentin® 500 mg : 3 cp/j pendant 7 jours
• Traitement local : ovule de Flagyl® : 1 ovule/j par voie vaginale pendant 10 j • Traitement du partenaire si forme chronique ou signes cliniques

4. A gonocoque : 2. A trichomonas vaginalis :


• Traitement minute : ceftriaxone : Rocéphine® : 500 mg en 1 injection • Toilette intime par un savon acide : Lactacid®
Intramusculaire unique • Bilan MST
• Si allergie : fluoroquinolone : Oflocet® 300 mg : 2 cp en une prise unique • Rapports protégés pendant 15 j
• Traitement systématique d'une infection à chiamydiae associée : traitement • Traitement minute du partenaire
minute : Azythromycine : Zithromax® 250 mg 1 g en une dose unique
3. Gardnerella vaqinalis :
5. A chlamvdiae tracomatis ou mvcoplasma hominis : • Rapports protégés pendant 15 j
• Traitement par cycline en première intention : • Bilan MST
- Docycycline : vibramycine® 100 mg : 2 cp/j pendant 10 j • Pas de traitement systématique du partenaire
- Si allergie ou contre-indication : Macrolide : érythromycine :
1 000 mg : 2 g/j pendant 10 jours
4. A gonocoque et chlamvdiae trachomatis :
• Rapports protégés pendant 15 j
Signature • Bilan MST
Cachet • Traitement minute du partenaire

96 97
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
SALPINGITE AIGUË
Médicaments i Contre-indication
Doxycycline® Allergie aux antibiotiques de la famille des tétracyclines.
Enfant de moins de 8 ans, en raison du risque de coloration
permanente des dents et d'hypoplasie de l'émail dentaire.
Rétinoïdes par voie générale :
HOSPITALISATION en gynécologie
Degré d'urgence : +++ o Chez la femme enceinte à partir du 2e trimestre de la
Date : grossesse.
Identité patient et médecin, signature et cachet OflOG Antécédents de tendinopathie avec une fluoroquinolone
(cf. Mises en garde/Précautions d'emploi, Effets
indésirables).
PRESCRIPTION : Hypersensibilité à l'ofloxacine ou à un produit de la famille
1. Antibiothérapie probabiliste active sur chlamvdia des quinolones.
trachomatis et neisseria gonorrhae : Epilepsie.
Déficit en glucose-6-phosphate-déshydrogénase.
• Amoxicilline + Ac clavulanique : Augmentin® : 1 g*3/j IV Enfant de moins de 6 ans, en raison de la forme
+ Doxycycline vibraveineuse® : 100 mg*2/j IV pharmaceutique.
Si allergie aux fi-lactamines : L'administration de ce médicament contre-indique
• Fluoroquinolones : Oflocet® : 200 mg*2/j IV l'allaitement.
+ metronidazole : Flagyl® : 500 mg*3/j IV
Suivi du patient
2. Cœlioscopie diagnostique et pronostique :
Exploration, prélèvements bactérie, lavage péritonéal, 1. Relais par antibiothérapie per os après 48 h d'apyrexie :
adhésiolyse, drainage des collections, apprécie la Adaptée au germe retrouvé pour une durée totale minimum de
sévérité des lésions tubaires et le pronostic de fertilité 3 semaines :
• Chlamydias trachomatis : Vibramycine® : 100 mg*2/j
3. Traitement antalgique : • Neisseria gonorrhae : Augmentin® 1 g*2/j et si allergie :
• Vessie de glace sur le ventre Oflocet® : 200 mg*2/j
• Pro Dafalgan® : 2 g*3 IV/j • Pas de germes retrouvés : soit bi-thérapie viramycine +
• Antispasmodique : Spasfon® : 6 cp par jour Augmentin® soit mono-thérapie Oflocet®

MESURES ASSOCIEES : 2. Mesure préventive :


• Patiente à jeun • Rapports sexuels protégés jusqu'à guérison complète
• Retrait d'un stérilet et mise en culture • Dépistage et traitement minute du partenaire :
• Pose d'une WP de gros calibre et ré-équilibration hydro- - Azythromycine : Zythromax® : 1 g en 1 prise si chlamydiae
électrolytique - Rocephine : 500 mg IM si neisseria gonorrhaa
• Repos au lit strict • Blocage de l'ovulation par un œstroprogestatif normodosé :
• Héparinothérapie préventive par Lovenox® 0,4 mL/j en Stéridril® 1 cp par jour pendant 3 mois
SC • Pas d'exposition solaire pendant toute la durée du traitement par
tétracycline et fluoroquinolones

SURVEILLANCE : 3. Pronostic :
Clinique : température douleurs et leucorrhées Discuter une cœlioscopie à 3 mois chez la femme jeune
Paraclinique : NFS, CRP pour évaluer la perméabilité des trompes et libérer les
adhérences

98
MENACE D'ACCOUCHEMENT PREMATURE SEVERE
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
HOSPITALISATION en maternité de niveau 2
Degré d'urgence : +++
Date: , ' • '; ' y • • • • ' • • • : ; : V. : . • ,

Identité patient et médecin, signature et cachet . '• • v •.-. Infection infra-amniotique.


Hémorragie utérine.
Grossesse dont la poursuite fait courir un risque à la
PRESCRIPTION : mère ou à l'enfant.
1. Chercher une contre-indication à la tocolvse : Cardiopathie sévère susceptible d'être décompensée
• Accouchement imminent avec dilatation avancée et terme par un bêta-2-stirnulant.
proche Trouble du rythme cardiaque.
• Contexte fébrile (chorioamniotite) Cardiomyopathie obstructive.
Hyperthyroïdie.
• Souffrance fœtale aiguë Hypertension artérielle sévère non-contrôlée.
• Souffrance maternelle sévère : pré-éclampsie, néphropathie, Hypertension gravidique.
cardiopathie décompensée, Hématome rétro-placentaire, Eclampsie.
placenta praevia Toxémie gravidique.
' ' .•• Age gestationnel inférieur à 24 semaines ou supérieur
à 33 semaines complètes.
2. Tocolvse : Cl à la tocolyse.
• (i 2 mimétiques par voie parentérale :
- Salbutamol® 0,5 mg : 10 ampoules dans 500 mL de
G5 jusqu'à l'arrêt des contractions
- Puis Salbutamol® en relais après 24-48 h jusqu'à
37 SA : 4 à 6 cp/j Suivi du patient
• Atosiban® si contre-indication aux lî 2 mimétiques :
- 1 bolus IV de 6,75 mg puis IVSE à 18 mg/h pendant
3 h puis 6 mg/h pendant max. 48 h
• INHIBITEURS calciques si toxémie gravidique associée :
- Loxen® : IVSE 2 mg/h en augmentant par paliers de 1. Si rupture de la poche des eaux :
0,5 mg jusqu'à obtention d'une tocolyse efficace • Rasage, port de garnitures stériles, TV aseptiques et limités
• Antibiothérapie : adaptée secondairement au prélèvement :
amoxicilline ou érythromycine : 2 g/j
MESURES ASSOCIEES :
• Traitement tocolytique si < 34 SA et absence d'infection patente
• Maturation pulmonaire fœtale :
pour différer l'accouchement de 48 h et le programmer à
- Célestène® : 2 IM de 12 mg à 24 h d'intervalle toutes
proximité d'une USI néonatale après maturation pulmonaire
les semaines de 28 à 32 SA
• Arrêt des rapports sexuels
2. Prévention secondaire :
•Cerclage à 14 SA en cas de béance cervico-isthmique
SURVEILLANCE : • Suivi régulier des grossesses à risques
Maternelle : contractions utérines, température, • Dépistage et traitement précoce des infections urinaires et
modifications cervicales au TV prudent surveillance mensuelle de l'ECBU
Tolérance des R7mimétiques : auscultation cardio- • Repos précoce avec respect du congé et aide-ménagère
pulmonaire (OAP) PA, ECG, ionogramme sanguin,
glycémie
Fœtale : mouvements actifs fœtaux, rythme cardiaque
fœtal

100
loi
HYPERTENSION ARTERIELLE GRAVIDIQUE
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
SEVERE OU REBELLE

HOSPITALISATION en grossesse pathologique Médicaments Coritré-ihdicatioitô •••;;• ;' " v ; ,:x;:


Degré d'urgence : +++ Aidomete . Etat dépressif grave.
• HTA symptomatique (nausées, vomissements, . Antécédents d'hépatite médicamenteuse ou de
obnubilation, céphalées) troubles hépatiques associés à la méthyldopa.
• Maladie hépatique évolutive telle que hépatite
• HTA sévère (PAO > 110 mmHg) aiguë et chronique ou cirrhose.
• Protéinurie > 0,3 g/j • Hypersensibilité à l'un des composants de ce
• HELLP syndrome médicament.
• Signes de souffrance fœtale aigus ou chroniques • Anémie hémolytique.
• Alcool.
Date : » Insuffisance rénale sévère.
Identité patient et médecin, sianature et cachet 1 1
1 1 -siilrn:; -H • Traitement par inhibiteurs calciques.
« Myasthénie.
PRESCRIPTION :
Repos au lit en décubitus latéral gauche
Association de 2 anti-hypertenseurs Per Os : ,^s
• Alphamethyldopa : Aldomet® 250 mg : 3 à 6 cp/jeiS évitant la Suivi du patient
voie sublinguale
• Loxen® 50 LP : 2 comprimés par jour
^H: 1. Conduite à tenir obstétricale :
Si échec, traitement anti-hypertenseur par voie • Maturation pulmonaire fœtale par corticothérapie si terme <
parentérale : 32 SA et risque extraction fœtale :
• Loxen® : 1 à 4 mg/h à la seringue électrique - Béthaméthasone : Célestène chronodose® : 12 mg IM :j
en cures de 2 j
Sulfate de magnésie si éclampsie imminente ou HTA
maligne : • Extraction en urgence quel que soit le terme si :
- HTA sévère malgré un traitement maximal
• 1 bolus IV : 6 g en 20 min avec relais par une perf continue
- Signes neurologiques déficitaires
de 2 g/h sous surveillance du scope ECG
- Plaquettes < 50 000/mm3, CIVD, HELLP syndrome,
MESURES ASSOCIEES : Hématome sous-capsulaire du foie, éclampsie
- Signes de souffrance fœtale aiguë
Régime normosodé, pas de restriction hydrique
Contre-indication aux diurétiques
• Modalités :
Monitoring de la PA, FC et Spo2
- Avant 37 SA : césarienne
Monitoring du Rythme cardiaque fœtal et des contractions - Après 37 SA : voie basse possible
utérines - Avant 32 SA : temporisation si possible
SURVEILLANCE :
Maternelle : PA 6 fois par jour, poids, diurèse, signes 2. Prévention pour les grossesses ultérieures :
fonctionnels d'HTA, examen neurologique et bandelette Bilan en post-partum : contrôle de la PA, bilan rénal et contre-
urinaire indication aux cestro-progestatifs
Traitement par Aspirine® 100 mg/j de 15 à 35 SA
Fœtale : rythme cardiaque fœtal 2 à 3 fois par jour, hauteur
utérine hebdomadaire, mouvements actifs fœtaux, écho-
doppler utérin et ombilical tous les 10 jours
102
KM
GROSSESSE EXTRA-UTERINE CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

Wlédir - ' :^^';-:-J:''l3tk>hs'::::-- | • ' J


Metho • Allergie connue au méthotrexate ou à l'un des
excipients du produit.
HOSPITALISATION en obstétrique • Insuffisance rénale sévère Atteinte hépatique
Degré d'urgence : +++ sévère.
Date : • Insuffisance respiratoire chronique.
Identité patient et médecin, signature et cachet

PRESCRIPTION :
1. Traitement médical possible :
• Si : GEU < 3 cm, taux de R-HCG < 10 000 pas d'instabilité Suivi du patient
hémodynamique, pas de pneumopéritoine, pas d'activité
cardiaque fœtale, pas de contre-indication au Méthotrexate®,
bonne compliance au traitement et au suivi
1. Prévention des récidives :
• Modalités: injection intramusculaire de 1 mg/kg de
Méthotrexate®
• Contraception orale pendant au moins trois mois :
- Pillule œstro-progestative minidosée : Melodia® : début le
2. Traitement chirurgicale : cœlioscopie exploratrice et
premier jour des règles : 1 comprimé par jour à prendre
opératoire sous AG : dans la même demi-journée pendant tout le mois : 24 j + 4 j
Traitement conservateur (salpingotomie) ou radical de placebo
(salpingectomie), bilan des lésions tubaires, toilette • Rapports sexuels protégés en prévention des MST
péritonéale, examen anatomopathologique des pièces • Arrêt du tabagisme
d'exérèse

MESURES ASSOCIEES :
• Pose d'une WP et monitoring de la PA, FC, SP02
• Traitement d'un choc hémorragique : expansion volémique
en attendant transfusion iso-groupe, iso-rhésus
• Information de la patiente des risques de stérilité tubaire, des
bénéfices et risques de chaque traitement
• Prévention de l'allo-immunisation materno-fœtale si besoin :
injection de 100 ug d'Ig anti-D en IVL

SURVEILLANCE :
• Dosage quantitatif du taux de li-HCG toutes les 24 h jusqu'à
négativation
• Douleur et métrorragies
• Tolérance du Méthotrexate® : nausées-vomissements, bilan
hépatique, fonction rénale, NFS

104
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

Médicam -indications''.
Allergie à la Josamycine® ou à l'un des excipients.
Ergotamine, dihydroergotamine (alcaloïdes de l'ergot de
seigle), cisapride, pimozide.
Médicaments allongeant le QT.
Nom et prénom du médecin, Allergie à la pristinamycine et/ou à la virginiamycine.
Antécédent d'éruption pustuleuse avec la
date pristinamycine.
Hypersensibilité ou intolérance au gluten, en raison de
Fonction la présence d'amidon de blé (gluten).
Allaitement.

N° de siret,
Nom, prénom et poids du patient
Education
1. Antiseptique : chlorhexidine (Bispetine®) 2 applications
par jour sur les lésions
Eviter la manipulation et le grattage
2. Toilette au Plurexid® : avec rinçage abondant Eviction scolaire pendant 1 semaine
Linge de toilette personnel
3. Pommade antibiotique : Fucidine® : 2 applications par
Brossage et coupes régulières des ongles courts
jour pendant 10j
Lavage soigneux pluriquotidien des mains à la solution
4. Antibiotiques par voie orale : Macrolides : Josamycine® antiseptique
50 mg/kg/j en 2 prises pdt 10 j (max. 2 g/j) • Contrôle de la BU (protéinurie) 3 semaines après
OU : pristinamycine 50 mg/kg/j max 2 g/j pdt 10 j

Signature
Cachet

106 I07
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

Médicaments iritre-îrtdfcàfi
Stromec» * Allergie.
Poids < 15kg.

Nom et prénom du médecin,


date Education

Fonction
• Traitement simultané de tous les membres e la famille et des
partenaires sexuels
N° de siret, • Bilan des maladies sexuellement transmissibles associées
Nom, prénom et poids du patient • Rapports sexuels protégés jusqu'à la fin du traitement (disparition du
prurit)
1. Traitement Oral : Ivermectine® : Stromectol® • Eviction scolaire jusqu'à disparition du prurit
200 (jg/kg en 1 prise, non-remboursé • Ongles coupés courts et brossés au savon moussant
• Désinfection du linge de corps, de toilette et de la literie :
- Lavage en machine à 60°C
2. OU Traitement local : Ascabiol® Lotion :
- OU pulvérisation du linge par aérosol A-par pendant 72 h dans un
• JO : à la sortie du bain sur peau rincée et humide
sac fermé
- 1ère application sur tout le corps sauf visage
• Si lavage des mains entre les badigeons de Ascabiol® : nouvelle
- 2ème badigeonnage 10 min après
application sur les mains
- Vêtements et literie propre pour la nuit
• J1 : nouveau bain suivi d'un nouveau badigeon à garder 24 h,
avec vêtements et literie propres
• J2 : bain avec rinçage définitif et vêtements propres

Signature
Cachet
ERYSIPELE
Suivi du patient

HOSPITALISATION non-obligatoire
Degré d'urgence : +
Date: 1. Antibiothérapie générale : en relais dans les formes sévères
Identité patient et médecin, signature et cachet ou d'emblée dans les formes sans signes de gravité :
• Amoxicilline : 3 à 4,5 g/j en 3 prises
PRESCRIPTION : • OU Pristinamycine : 50 mg/kg/j si allergie aux S-lactamines
Hospitalisation si : forme grave, compliquée, comorbidité,
contexte social médiocre 2. Durée de l'antibiothérapie : 10 à 15 jours
Si dermohypodermite aiguë nécrosante : urgence médico-
chirurgicale : 3. Rechercher et traiter une porte d'entrée :
• Débidement chirurgical en urgence des tissus nécrosés jusqu'au • Intertrigo dermatophytique : crème antimycosique : Amycor
fascia avec prélèvements bactério crème® : 1 application par jour pendant 3 semaines
• Antibiothérapie intraveineuse en urgence active sur le • Ulcère de jambes : détersion et pansements
streptocoque, les anaérobies et les BGN : • Ongle incarné : traitement antiseptique puis traitement chirurgical
- Pénicilline G : 20 à 30 MUI/j
- Flagyl® : 1,5 g/j
- Gentalline : 3 mg/kg/j
En l'absence de signes de nécrose : antibiothérapie active sur
le streptocoque fi-hémolytique
Dans les formes sévères : 5 jours par voie IV avant relais per
os :
• Pénicilline G : 12 MU/j en 6 perf de 1 heure de 2 MUI dans
125mLdeG5
• OU Erythromycine : 3 g/j en 3 perf IV si allergie aux li-lactamines

MESURES ASSOCIEES :
• Repos au lit, jambe surélevée jusqu'à sédation de la douleur
• Traitement antalgique : Diantalvic® : 2 comprimés en cas de
douleur, toutes les 6 heures, maximum 6 par jour
• Héparinothérapie préventive : HBPM : Lovenox® 0,4 ml_ en SC
par jour
• Mise à jour de la vaccination antitétanique

SURVEILLANCE :
Etat général : température, frissons, décompensation de tares
(diabète +++)
Etat local : douleur, rougeur, signes de gravité (nécrose, zone
d'hyposensibilité)

110
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
ECZEMA DE CONTACT

' '
Médlcamentâi :

Zyrtec® Hypersensibilité à la cétirizine ou à l'un des


composants.
Insuffisance rénale.
Nom et prénom du médecin,
. . , : . . Infections primitives bactériennes, virales, fongiques
date ou parasitaires.
Lésions ulcérées.
Acné.
Fonction Rosacée.
Hypersensibilité à l'un des produits contenus dans la
préparation.
Application sur les paupières (risque de glaucome).
N° de siret,
Nom, prénom et poids du patient

1. Antiseptique : Chlorhéxidine (Biseptine®) : 1 à 2 applications par


jour
2. Nitrate d'argent Aqueux : 1 % sur les lésions suintantes Education

3. Dermocorticoïdes : décroissance rapide sans arrêt brutal :


Eviction de l'allergène
Diprosone pommade® :
1 application le soir pendant 5 jours
1 soir sur 2 pendant 10 jours Enquête Allergologique : Patch test
2 fois par semaine pendant 1 semaine

4. Antihistaminique : cétirizine : Zyrtec® : 1 comprimé par jour


pendant 5 j

Signature
Cachet

in
112
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

DERMATITE ATOPIQUE

• Hypersensibilité à l'un des composants.


• En raison de la présence de dexchlorphéniramine :

o Risque de glaucome par fermeture de l'angle,


o Risque de rétention urinaire liée à des troubles
Nom et prénom du médecin, urétroprostatiques
date Epitopji Infections bactériennes, virales, fongiques primitives
et parasitaires même si elles comportent une
composante inflammatoire.
Fonction Lésions ulcérées.
Acné et acné rosacée.
Hypersensibilité à l'un des produits contenus dans la
préparation.
N° de siret,
Nom, prénom et poids du patient

1. Antihistaminique H1 sédatifs : Polaramine sirop® : 0,5 mg


par cuillère à soupe :
2 à 4 mg/j chez l'enfant Education
0,5 à 1 mg/j chez le nourrisson

2. Dermocorticoïdes : Epitopic® : 0,02 % crème :


1 application le soir pdt 1 semaine • Eviter tout contact avec sujets ayant de l'herpès car risque
1 soir sur 2 pdt 2 semaines de Kaposi Juliusberg
puis 3 fois par semaine pendant 3 semaines
• Eviter contact avec la laine, mettre des sous vêtements en
3. Emollients : Cold cream® : application le matin après la coton
toilette sur tout le corps puis le soir en relais des
• Eviter la moquette, les tapis, les animaux domestiques
dermocorticoïdes.

4. Antiseptique : chlorhexidine (Biseptine®) 1 application par • Pas de régie alimentaire particulière


jour
• Renforcer l'hydratation cutanée en période sèche et froide

• Ne jamais arrêter brutalement les dermocortoïdes


Signature
Cachet

115
114
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
ŒDEME DE QUINCKE

';;•;;••!•'.:. ;,.:.:-wv ' '-.•••':,••.•:..:.-: ' :. S


-•/..••. ; :
i • • Hypersensibilité à l'un des composants.
. En raison de la présence de dexchlorphéniramine :

HOSPITALISATION en USIC
ijjj o Risque de glaucome par fermeture de l'angle.
Degré d'urgence : +++ o Risque de rétention urinaire liée à des troubles urétro-
Date : prostatiques.
dentité patient et médecin, signature et cachet
Zyrtec® • • Hypersensibilité à la cétirizine ou à l'un des composants.
PRESCRIPTION : • Insuffisance rénale.
1. Arrêt immédiat de l'aliment ou du médicament suspect

2. ADRENALINE® (ampoules 1 mL à 0,25, 0,50 et 1 mg) en


IM, 0,50 mg pour un adulte et 0,01 mg/kg pour l'enfant à
renouveler toutes les 15 min si besoin sans dépasser 1 mg Suivi du patient
Eventuellement chez un patient conscient sans vomissement la voie
perlinguale (1 amp 0,25 - 0,50 mg sous la langue ou sur un sucre) peut être
envisagée
1. Relais par voie orale si amélioration :
3. Un corticoïde IM OU IV (ne contenant pas de sulfite). SOLUMEDROL • Corticoïdes : Cortancyl® : 0,5 mg/kg/j et décroissance rapide sur
40 mg, 3 fois par jour une semaine
• Zyrtec® : cétirizine : 1 cp/j pendant 2 semaines
4. Anti-H1 : Polaramine® 1 amp par voie IM ou IV à renouveler
en cas de besoin 2. Traitement préventif :
• Suppression définitive de l'aliment ou du médicament
responsable
MESURES ASSOCIEES : • Eviter toute automédication
Patient assis • Disposer en permanence à domicile d'adrénaline en seringue
Oxygène-thérapie au masque auto-injectable en SC : Anahelp®
Pose d'une WP • Connaître les signes inauguraux de l'accès
Scope ECG et monitoring de la PA et de la SPO2
3. Prévention de l'œdème de Quincke chez les patients
allergiques :
SURVEILLANCE : • Prémédication par un antihistaminique et un corticoïde dans les
Dyspnée ; spo2 ; PA ; ECG ; scope ; FC circonstances à risque élevé d'allergie :
Prurit ; conscience Anesthésie, Injection d'iode, vaccination
- Atarax® : 100 mg par voie IM ou IV la veille au soir
- Cortancyl® : 20 mg/j

116 117
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

CHOC ANAPHYLACTIQUE • -:••• ' F: ÉiilÉlllMlïIiL ': ; ! ' •• ! ! •"'••'•" :


: 2!li^ :
1 . 1 1 •1 Hypersensibilité à l'un des composants.
. En raison de la présence de dexchlorphéniramine :

o Risque de glaucome par fermeture de l'angle.


o Risque de rétention urinaire liée à des troubles urétro-
HOSPITALISATION en USI prostatiques.
Degré d'urgence : +++
'IfZyi jm . Hypersensibilité à la cétirizine ou à l'un des composants.
Date :
Identité patient et médecin, signature et cachet • Insuffisance rénale.

PRESCRIPTION :
1. Arrêt immédiat de l'aliment ou du médicament suspect Suivi du patient
2. ADRENALINE par voie parentérale 0,50 mg pour un adulte
et 0,01 mg/kg pour l'enfant à renouveler toutes les 15 min si
besoin sans dépasser 1 mg
Par voie SC en seringue auto injectable 1. Traitement corticoïde au décours du choc :
• Solu-Medrol®® : 40 mg*6 par jour IVL
Par voie IVSE : 1 mg dilué dans 10 mL de sérum physiologique
• Puis relais par Cortancyl® : 0,5 mg/kg/j PO et décroissance
(débit 1 mL/min) sous surveillance du scope
rapide sur une semaine

3. Oxygénothérapie nasale à fort débit 2. Traitement antihistaminique :


4. Expansion volémique par macromolécules si collapsus • Anti-H1 : Polaramine® v1 amp par voie IM ou IV à renouveler en
cas de besoin
• PUIS Zyrtec® : cétirizine: 1 cp/j par voie orale pendant
MESURES ASSOCIEES : 2 semaines
Membres inférieurs surélevés
Pose d'une WP de gros calibre avec perfusion de 1 500 mL 3. Traitement préventif :
• Suppression définitive de l'aliment ou du médicament
de sérum physiologique sur 24 h
Scope ECG et monitoring de la PA et de la SPO2 responsable
• Eviter toute automédication
• Disposer en permanence à domicile d'adrénaline en seringue
auto-injectable en SC : Anahelp®
SURVEILLANCE : • Connaître les signes inauguraux de l'accès
FC, PA, FR, PVC, diurèse horaire, température, état de
conscience, scope 4. Prévention de l'œdème de Quincke chez les patients
Urticaire, prurit allergiques :
Hémostase, NFS, iono sang et créatinine plasmatique
• Prémédication par un antihistaminique et un corticoïde dans les
circonstances à risque élevé d'allergie :
Anesthésie, Injection d'iode, Vaccination
- Atarax® : 100 mg par voie IM ou IV la veille au soir
- Cortancyl® : 20 mg/j

118
DESHYDRATATION DU NOURRISSON
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
HOSPITALISATION non-systématique
Degré d'urgence : +++
Date:
Identité oatient et médecin, signature et cachet Si insuffisance rénale ou hyp
congénitales des surrénales
PRESCRIPTION :
1. Déshydratation sévère ; perte de poids > 10 %
• VVP ; perfusion intra-osseuse si échec
• Expansion volémique si choc : sérum physiologique :
20 mL/kg à la SE en 20 min
• Ré-équilibration hydro-électrolytique adaptée au
ionogramme : Suivi du patient
- G5 : 150 mL/kg/j à 6 mois, 130 mL/kg/j à 1 an,
110 mUkg/j à 2 ans perfusée à la vitesse de 5 mL/kg/h
- + 5 g de NaCI/L et 2 g/KCI en l'abs d'hyperkaliémie et Enquête et traitement étiologique :
1 g/L de gluconate de calcium
Si hyponatrémie : mEq de sodium administré = 125 - natrémie du • Pertes excessives de sel :
malade x 0,6 x poids en kg - Digestives : gastro-entérites
Si hypernatrémie : La natrémie ne doit pas baisser de plus de
- Endocrino. : diabète, ins. surrénales, hypercalcémie
0,5 mEq/L/heure - Rénales : diabète insipide, uropathie, tubulopathie, intox
2. U/COI
Déshydratation moyenne
IV vil digu^i i n i v ! ^ . . . . ^:. ^
5% ._ < perte
_ _ . , de poids < 10 %
aux diurétiques
-- !
• Hospitalisation si vomissements *— :-*~-*-*i~*;Kl^p f\i i imrknccihîlit
incoercibles ou impossibilité - Cutanée : hyperthermie, coup de chaleur, érythrodermie,
de boire, ou terrain débilité mucoviscidose
• Réhydratation orale par soluté de réhydratation orale : - Respiratoire : hyper-ventilation
- Adiaril® : 1 sachet dilué dans 200 mL d'eau : 200
250 mL/kg/j en 8 à 12 biberons : proposer • Par défaut d'apport :
régulièrement - Erreur diététique
• Gavage gastrique si échec : 80 mL/kg pdt 6 h puis 120 mL/kg
les 18 h suivantes
MESURES ASSOCIEES :
Ré-alimentation précoce :
Dès la 6ème heure dans les déshydratations modérées et
24 h dans les déshydratations sévères avec lait normal
pour les nourrissons de plus de 3 mois et lait sans PLV
(Pepti-junior) pour les nourrissons de moins de 3 mois

SURVEILLANCE :
Poids toutes les six heures
Abondance des selles
Diurèse toutes les six heures
Température
Diminution des signes de déshydratation
Périmètre crânien
lonogramme sanguin toutes les quatre à six heures en fonction de la
sévérité de la déshydratation
120 121
BRONCHIOLITE AIGUË DU NOURISSON
Education

Nom et prénom du médecin, Des parents :


Arrêt du tabagisme passif
date Chambre aérée, T° à 19°C

Fonction Consulter en urgence si :


• Refus d'alimentation
• Trouble digestif
• Trouble du comportement
N° de siret, • Détérioration de l'état respiratoire
Nom, prénom et poids du patient
• Technique de désobstruction nasale
• Elévation thermique
• Aspect toxique • Age < 6 sem
• Prématurité < 34 SA • Cardiopathie sous-
jacente
• Affection pulmonaire • Apnée/cyanose/silence
chronique auscultatoire
• FR > 60/min • SpO2<94%
• Troubles digestifs avec • Perte de poids > 5 %
difficulté d'alimentation
• Complication mécanique : • Difficulté psychosociale
atélectasie, pneumothorax

2. Conduite à tenir :
• Position proclive 30°, semi-assis
• Hydratation correcte par voie orale : 120 mL/kg/j
• Fractionnement des repas
• Désobstruction rhinopharyngée par sérum physiologique tous les
jours
• Kinésithérapie respiratoire biquotidienne :
Expiration passive et lente, accélération du flux expiratoire,
toux provoquée, sans clapping, avec contrôle de la SP02
pendant la séance
3. Traitement antipyrétique : paracétamol : 60 mg/kg/j en
4 prises si fièvre
4. Antibiothérapie par Augmentin® : 80 mg/kg/j en 3 prises
Si otite associée ou foyer alvéolaire
Si T° > 38,5°C pdt plus de 3 jours
Signature
Cachet

122 123
TRANSFUSION SANGUINE
Suivi du patient

HOSPITALISATION en médecine 1. Si incident transfusionnel :


Degré d'urgence : • Arrêt de la transfusion en cours
• Assurer 2ème WP
Date: • Traitement adéquat
Identité patient et médecin, signature et cachet
• Garder la ou les poches de produits sanguins labiles
• Prévenir le médecin responsable de la distribution de produits
PRESCRIPTION : sanguins labiles de l'établissement et de l'établissement français
Consigné dans le dossier transfusionnel : du sang
1. Fiche de distribution nominative • Signalement de l'accident aux services d'hémovigilance de
2. Indications l'établissement et de l'établissement français du sang
3. 2 déterminations de groupe ABO et RhD • Remplir fiche d'incident transfusionnel
4. RAI de moins de 72 h • Bilan :
5. Sérologies pré-transfusionnelles - Vérifier la concordance du sang délivré avec le patient et
6. Types de produit sanguin labile : répéter le test ultime
• Déleucoytés : obligatoire - Prélever patient et poche : groupe ABO, rhésus complet,
• Irradiés : prévention de GVH post-transfusionnels (ID, greffés RAI, test de Coombs, haptoglobine et bilirubine,
de moelle) hémocultures
• CMV - : pour patient immunodéprimés
• Phénotypés : respect du phénotype Rhésus, et Kell si RAI+ 2. Post-transfusionnel :
• Déplasmatisé : prévention du choc anaphylactique si déficit • Information par écrit du patient de la réalité de l'acte
en IgA transfusionnel
7. Nombres de culots à transfuser • Remise du double de sa carte transfusionnelle et des protocoles
transfusionnels
• RAI 15 j après la dernière transfusion
MESURES ASSOCIEES : • Proposer systématiquement les sérologies post-transfusionnelles
• Information du patient écrite des bénéfices et risques 4 mois après
transfusionnels
• Vérifier la concordance de :
Identité du patient (nom, prénom, date de naissance),
groupe ABO et Rh Comparé au groupe sanguin sur le
produit, et identité du patient sur le bordereau
accompagnant le produit
• Vérifier date de péremption du produit sanguin
• Vérification ultime au lit du patient de la compatibilité ABO :
test de Beth-Vincent

SURVEILLANCE :
Surveiller ji, TA, T°, état cutané, coloration des urines,
signes d'intolérance pendant la transfusion et au minimum
1 heure après et les consigner dans le dossier
transfusionnel
I25
124
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

NEUTROPENIE FEBRILE :
• ••: :••••: , -:
Allergie aux antibiotiques du groupe des bêta-
lactamines (pénicillines, céphalosporines) : tenir
compte du risque d'allergie croisée avec les
HOSPITALISATION en USI hématologie antibiotiques de la famille des céphalosporines.
Degré d'urgence : +++
- Im| Allergie connue.
Date : Hémopathies myéloïdes.
Identité patient et médecin, signature et cachet Insuffisance rénale ou hépatique.
Grossesse, allaitement.
PRESCRIPTION : Enfant < 2 ans.
1. Arrêt de tout médicament non-indispensable à la survie
Allergie aux antibiotiques de la famille des aminosides.
2. Antibiothérapie parentérale à large spectre dès les Myasthénie.
prélèvements effectués :
• Bactéricides sur les streptocoques et les BGN
• Ceftazidime : Fortum® : 3 g/j en 3 perf de 30 min
• + Amikacine : Amiklin® : 15 mg/kg/j

3. Facteurs de croissance leucocytaires : Suivi du patient


Granocyte 13-34 : 5 ug/kg/j en SC

1. Si absence d'apyréxie à 48 h :
MESURES ASSOCIEES : • Introduction de la vancomycine : 2 g/j en 2 perfusions de 30 min
• Isolement en chambre stérile à flux laminaire
•Voire introduction d'un anti-mycotique systémique :
• Mesures d'asepsie stricte : désinfection cutanéo-muqueuse
Amphotéricine B®
quotidienne, port par le personnel soignant de masque,
casaque, gants stériles, bonnet, botte, nourriture stérile
2. En cas d'agranulocvtose médicamenteuse :
• Mise en place d'une WP
• Signaler le médicament responsable au centre régional de
pharmacovigilance
SURVEILLANCE : • Interdiction définitive du médicament et des produits apparentés
• Interdiction à l'automédication
Température toutes les 6 h
Signes infectieux et localisations septiques : pulmonaires,
urinaires, digestives, neurologiques, cutanée
NFS-plaquettes quotidiennes
Fonction rénale et vestibule-cochléaires

127
126
ANEMIE PAR CARENCE MARTIALE
I CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

. ,
Surcharge martiale, en particulier anémie normo ou
hyper sidérémique telle que thalassémie, anémie
réfractaire, anémie par insuffisance médullaire.

Nom et prénom du médecin,!


date!
Education
Fonction
Information sur les modalités du traitement :
N° de siret, • Risque de troubles digestifs (nausées, constipation, diarrhée),
Nom, prénom et poids du patient céphalées, vertiges
• Survenue de selles noires
1. Bilan et traitement étioloqique : • La prise pendant les repas augmente la tolérance, mais diminue
l'absorption
• Chez les adultes : saignements digestifs, gynécologiques, • Le thé, les anti-acides, et la colestyramine diminuent l'absorption
malabsorption digestive, carence d'apport chez la femme du fer
enceinte et le vieillard, dons du sang trop fréquents • La vitamine C augmente l'absorption du fer
• Chez l'enfant : carence d'apport ; malabsorption ; diverticule
de Meckel Surveillance :
• Disparition des signes fonctionnels d'anémie
• Courbe de poids chez l'enfant
2. Correction du déficit en fer :
• Tolérance du traitement
Fumafer® : cp de à 66 mg de fer ou poudre orale (33 mg par
• NFS + numération réticulocytaire à J8 : crise réticulocytaire
dose): • NFS à 1 mois : correction du taux d'Hb et de la microcytose
• Adulte . 1 cp 3 fois par jour avant les repas pendant 1 mois • NFS + ferritine à 3 mois : reconstitution du stock
puis 1 cp 2 fois par jour pendant 3 mois (jusqu'à normalisation
• NFS + ferritine à 6 mois : dépistage des rechutes
de la ferritine)
• Enfant : 5 à 10 mg/kg/j en 3 prises avant les repas (jusqu'à
normalisation de la ferritine)
• Nourrisson : 2 à 3 mg/kg/j pendant 3 mois puis 0,5 durant
3 mois

Signature
Cachet

129
128
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
ACCIDENT D'EXPOSITION AU SANG

. '.. • €ontre«iridication$
. • • • ; ;; ,-l'i • • Hypersensibilité à la lamivudine, à la zidovudine ou à
l'un des excipients.
Nom et prénom du médecin, Troubles hématologiques sévères : taux de neutrophiles
< 0,75 .109/L ou taux d'hémoglobine < 7,5 g/dL (soit
date 4,65 mmol/L).

Hypersensibilité au principe actif ou à l'un des


Fonction excipients.
Co-administration avec des médicaments à marge
thérapeutique étroite et qui sont substrats du CYP3A4
(par exemple : terfénadine, astémizole, cisapride,
N° de siret, amiodarone, quinidine, pimozide, triazolam midazolam
Nom, prénom et poids du patient et dérivés de l'ergot de seigle, cf. Interactions).
1. Arrêt du geste Co-administration avec la rifampicine.
2. Nettoyage immédiat de la plaie à l'eau et au savon Les préparations à base de plantes contenant du
millepertuis (Hypericum perforatum) ne doivent pas être
3. Antisepsie par Dakin 5 min associées à un traitement par nelfinavir en raison du
4. Evaluation du risque infectieux : risque de diminution des concentrations plasmatiques
Profondeur de la blessure de nelfinavir et de réduction des effets cliniques du
Type de matériel incriminé, présence de sang nelfinavir.
Moyens de protection
• Statut sérologique et clinique du malade source
5. Déclaration d'accident du travail dans les 24 h
6. Prise en charge immédiate aux urgences : Education
• Bilan : sérologie VIH, VHC, VHB, NFS, Créatinine, bilan
hépato-cellulaire, Amylasémie
•Proposition d'une prophylaxie anti-rétrovirale pendant Pendant toute la durée de la surveillance séroloqique :
4 semaines : Combivir® : 1 cp le matin + Viracept® : 5 cp/j • Rapports sexuels protégés
• Proposition d'une sérovaccination anti-HBV chez le sujet non- • Contre-indication au don du sang
vaccine ou avec un taux d'ac anti-Hbs < 10 UI/mL : Ig
humaines anti-HBV + vaccination avec rappel à 1 mois, 3 mois Prévention des accidents d'exposition au sang :
et 6 mois 1. Vaccination systématique du personnel soignant contre
7. Consultation avec le médecin réfèrent dans les 48 h pour : l'hépatite B
• Réévaluer l'indication du traitement prophylactique 2. Port de gants et de matériel de protection
• Suivi sérologique : sérologie VIH à 3 mois et 6 mois, 3. Centenaire adaptée pour le matériel souillé
transaminases et sérologies VHC et VHB à 1 mois, 3 mois et 4. Précaution dans la manipulation du matériel souillé
6 mois 5. Transport dans emballage adapté
• Surveillance de la tolérance du traitement anti-rétroviral : NFS,
plaquettes, amylasémie, fonction rénale, bilan hépatique

Signature
Cachet
131
130
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
TASSEMENT VERTÉBRAL OSTEOPOROTIQUE

Mi
111 Maladies de l'œsophage et autres facteurs qui
retardent le transit œsophagien, tels que sténose
et achalasie.
Incapacité de se mettre en position verticale ou de
se tenir assis en position verticale pendant au
moins 30 minutes.
Nom et prénom du médecin, Hypersensibilité à l'alendronate ou à l'un des
excipients.
date Hypocalcémie.

Fonction
Education
N° de siret,
Nom, prénom et poids du patient
Activité physique régulière mais non-excessive (30 min de
M Vitamine D3 et calcium : marche par jour)
OROCAL D3® : 2 cp/j à sucer
Eviction tabac et alcool
2l Biphosphonates : Exposition solaire
Fosamax® : sur 3 ans min : Apport vitaminique : alimentation équilibrée
1 cp de 70 mg par semaine le matin à jeun 1/2h avant
Prévention des chutes chez les personnes âgées :
le petit-déjeuner en demandant au patient de ne pas se • Lutte contre l'amyotrophie
recoucher • Correction des troubles visuels et de l'équilibre
• Arrêt des médicaments favorisants : psychotropes, hypotenseurs,
diurétiques

Surveillance : taille, poids, calcémie, ostéodensitométrie tous


Signature les 2 ans
Cachet

132
LOMBOSCIATIQUE AIGUË NON COMPLIQUEE CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

• : •.,; " - • • • . ; ' :: " :


Au-delà de 24 semaines d'aménorrhée (5 mois de grossesse
révolus) :

• Hypersensibilité au kétoprofène ou à l'un des excipients


Nom et prénom du médecin, du produit.
• Antécédent d'asthme déclenché par la prise de
date kétoprofène ou de substances d'activité proche telles
que autres AINS, aspirine.
• Hémorragie gastro-intestinale, hémorragie
Fonction •
cérébrovasculaire ou autre hémorragie en évolution.
Ulcère gastrique ou intestinal en évolution.
• Insuffisance hépatique sévère.
• Insuffisance rénale sévère.
• Insuffisance cardiaque sévère non-contrôlée.
N° de siret,
Hypersensibilité connue au tramadol ou aux opiacés.
Nom, prénom et poids du patient Intoxication aiguë ou surdosage avec des produits
.':,. ;i ; \ . . • -
dépresseurs du système nerveux central (alcool,
Rechercher urgence chirurgicale : notion de traumatisme, sd hypnotiques, autres analgésiques...).
Insuffisance respiratoire sévère.
de la queue-de-cheval (TR) compression médullaire, Insuffisance hépato-cellulaire grave.
sciatique paralytique < 3, sciatique hyperalgique
Myol; ; Hypersensibilité au principe actif ou à l'un des autres
constituants.
Rechercher signe de rachialqie symptomatique : T°, AEG, Insuffisance respiratoire sévère.
ATCD de néoplasie d'immunodépression, de toxicomanie IV, Syndrome d'apnée du sommeil.
Insuffisance hépatique sévère, aiguë ou chronique
âge < 20 ans ou âge > 55 ans, douleur de rythme (risque de survenue d'une encéphalopathie).
inflammatoire, douleur thoracique associée Myasthénie.

Traitement antalgique : Education


• Diantalvic® : 2 gélules toutes les 6 heures si douleurs pendant
10 jours
• OU Topalgic® : 50 mg toutes les 6 heures si douleurs pendant Règles hygiéno-diététiques :
10 jours • Perte de poids
• Profenid® : 100 mg matin et soir pendant 10 jours • Adaptation du poste de travail
• Myolastan® : 1 comprimé le soir au coucher
• Activité physique et levée précoce en fonction de la douleur
• Arrêt de travail 10-15 jours Si échec du traitement médical :
• Bilan minimum : radiographie standard, NFS-VS, EPP, bilan
d'hémostase
Revoir à J15 pour apprécier la tolérance et l'efficacité du
• Infiltration épidurale de corticoïdes
traitement
A 3 semaines, indication de kinésithérapie :
• Renforcement musculaire ceinture lombo-abdominale
• Apprentissage des manœuvres de verrouillage lombaire
Signature • Hygiène lombaire
Cachet

134
135
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
ETAT D'AGITATION AIGUË
:
• ;kl; ••-. : R: • . / «-.Indications v. ' : "SïHSSI
11 • i Hypersensibilité à l'un des composants.
Hypersensibilité aux benzodiazépines.
'••:,-• Insuffisance respiratoire sévère.
Apnée du sommeil, syndrome (d1).
Insuffisance hépatique sévère.
HOSPITALISATION en médecine Intolérance génétique au galactose.
- - : 1 - 1 1 : •1 1 Malabsorption du glucose et du galactose.
Degré d'urgence : +++ Myasthénie.
Date:
dentité patient et médecin, signature et cachet • Hypersensibilité à l'olanzapine ou à l'un des excipients.
Patients présentant un risque connu de glaucome à angle fermé.
-' ."
PRESCRIPTION : ; Loi; Hypersensibilité connue à la loxapine ou à l'un des composants.
Comas ou états graves causés par l'alcool ou certains médicaments
Hospitalisation à la demande d'un tiers, hospitalisation barbituriques.
d'office Enfant de moins de 15 ans, en l'absence d'études.
Sédation médicamenteuse : PO tant que possible sinon IM Agonistes dopaminergiques, sauf lévodopa (amantadine,
bromocriptine, lisuride, pergolide, piribédil, ropinirole, cabergoline,
Lorazépam : Temesta® : 5 mg*3/j PO pramipexole, apomorphine) en dehors du cas du patient
OU Diazepam : Valium® : 10 mg IM*3 par jour parkinsonien.
OU Olanzapine : Zyprexa® : 10 mg IM ou PO*3 par jour
• OU Loxapine : Loxapax® : 50 mg*3 par jour IM ou PO
Suivi du patient
MESURES ASSOCIEES :
Contention physique : si dangerosité avérée et refus du tt
En rassurant le patient Bilan et traitement étiologique :
A noter dans le dossier avec l'heure • Alcool : ivresse, delirium trernens
Avec au moins 4 soignants • Syndrome confusionnel :
Matériels adaptés - Organique : globe vésical, fécalome, pneumothorax,
Rester à proximité du patient pendant la contention embolie pulmonaire, IDM...
Ecarter tout risque auto ou hétéro agressif - latrogène : anti-cholinergique, tricyclique, agoniste
dopaminergique
• Psychiatrique : mélancolie, manie, BDA, décompensation
SURVEILLANCE : schizophrénique, personnalité antisociale, borderline
De la contention : toutes les 15 min • Toxique :
• Coloration des extrémités - Sevrage opiacés, benzodiazépine, cannabis
• Etat d'hydratation - Abus cocaïne, amphétamine, ectasie
• Conscience - Intoxication au CO
• Réévaluation de l'indication toutes les 4 h • Neurologique : hématome sous ou extra durai, épilepsie,
Tolérance de la sédation méningite, tumeur cérébrale et HTIC
Fréquence respiratoire, fréquence cardiaque, conscience • Métabolique : hypoglycémie, déshydratation intracellulaire,
signes extrapyramidaux hyponatrémie, insuffisance rénale, hypoxie
•Endocrinienne: acidocétose diabétique, hyperthyroïdie,
insuffisance surrénale aiguë
• DOULEUR aiguë

136 137
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
CRISE D'ANGOISSE AIGUË

Méciîcjï pcafe ' ,'* ' •'•< • : j ' ." âlltîfîs


S • Hypersensibilité au principe actif ou à l'un des
•.'.•-•';•• 1 • autres constituants.
• Insuffisance respiratoire sévère.
HOSPITALISATION si doute avec organicité • Syndrome d'apnée du sommeil.
Degré d'urgence : +++ • Insuffisance hépatique sévère, aiguë ou chronique
(risque de survenue d'une encéphalopathie).
Date: • Myasthénie.
Identité patient et médecin, signature et cachet
Ëquanii® • Insuffisance respiratoire.
PRESCRIPTION : • Enfant.
Anxiolytique en urgence :
• PO si possible : Alprazolam : Xanax® 0,50 mg : 1 cp à
renouveler à 10 min si besoin
• IM sinon : Clorazépate : Tranxéne® amp 50 mg : 1 amp IM
• Ou méprobamate : Equanii® : 400 mg : 1 ampoule IM ou Suivi du patient
1 comprimé PO
1. Eliminer une organicité :
SURVEILLANCE : • Neuro : AVC, épilepsie
Conscience, fréquence respiratoire • Endocrine : hypoglycémie, phéochromocytome
Signes psychiques d'attaque de panique • Cardiovasculaire : embolie pulmonaire, infarctus du myocarde
Signes physiques et neuro-végétatifs • Pneumologie : crise d'asthme
• Digestif : abdomen chirurgical, fécalome
•RAU
• Prise de toxique ou sevrage

2. Isolement du patient dans un box seul


3. Réassurance et information sur la bénignité du trouble

4. Techniques de relaxation

5. Retour à domicile à la disparition de la symptomatologie, en


l'absence d'étiologie organique avec prise en charge
psychiatrique en ville

138 139
CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES
ANTALGIQUES
1n 1 • ' V-^v.:-" .,'•;: -..y;; ris ^
: •••„:... Au-delà de 24 semaines d'aménorrhée (5 mois de grossesse révolus) :
;
EVALUATION : ^4
•- - •
? Hypersensibilité au kétoprofène ou à l'un des excipients du produit.
Antécédent d'asthme déclenché par la prise de kétoprofène ou de
substances d'activité proche telles que autres AINS, aspirine.
Hémorragie gastro-intestinale, hémorragie cérébrovasculaire ou
•Mécanisme de la douleur: nociception, neurogène autre hémorragie en évolution.
psychogène •' :'•-•
Ulcère gastrique ou intestinal en évolution.
Insuffisance hépatique sévère.
Insuffisance rénale sévère.
• Intensité : EVA, retentissement sur la qualité de vie Insuffisance cardiaque sévère non-contrôlée.

• Etiologie de la douleur Éîpsi«ii)i^ii Enfant de moins de 15 ans, en l'absence d'étude clinique.


Convulsions ou antécédents de troubles convulsifs.
Risques de rétention urinaire liés à des troubles urétroprostatjques.
• Caractéristiques : aiguë, subaiguë, siège, irradiation, durée, Risque de glaucome par fermeture de l'angle.
facteur déclenchant, facteurs soulageants, signes associés

• Efficacité et tolérance des différents traitements déjà Suivi du patient


entrepris

PRESCRIPTION: par pallier progressif ave c • Mesures associées : avec les morphinigues :
synergie Forlax® : 3 sachets par jour
- Droleptan® : 1 ampoule si nausées
Pallier I : - Zophren ®: 1 ampoule si nausées
Paracétamol : 60 mg/kg/6 h ou 1 g/6 h IV ou PO
AINS : Profenid® : 100 mg/12 h Iv ou PO • Traitement étiologique de la douleur dès que possible .

Acupan : 20 mg/6 h SC
• Pour les douleurs neurogènes :
Pallier II : Tricycliques pour les douleurs chroniques :
Dextropropoxyphéne :60 mg/6 h PO - Laroxyl® : débuter à 10-15 mg/j puis augmentation
progressive par pallier
Tramadol : Topalgic® : 50 mg/6 h IV OU PO
Carbamazepine : pour les douleurs fulgurantes
- Tegretol® : 200 à 1 000 mg/j
Pallier III :
Morphine : 1 IV = 3PO et 1 SC = 2PO • Co-analgésiques :
Débuter à 20 mg par jour SC en 4 injections par jour avec - Antispasmodique : Spasfon® : 6 cp/j
inter-doses de 5 mg - Corticoïdes
- Biphosphonates
SURVEILLANCE : - Anxiolytiques
Tolérance : conscience, FR, spo2
Efficacité : EVA • Mesures non-médicamenteuses :
Chirurgie, immobilisation, radiothérapie, kinésithérapie,
psychothérapie

140 141
PROTOCOLE ANTALGIQUE PERI-OPERATOIRE CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES

fe«H;ir : • - GM v • ' •••


•Dé;' Hypersensibilité connue au tramadol ou aux opiacés.
Intoxication aiguë ou surdosage avec des produits
HOSPITALISATION en médecine : 1
dépresseurs du système nerveux central (alcool,
Degré d'urgence : +++ hypnotiques, autres analgésiques...).
Date : Insuffisance respiratoire sévère.
Identité patient et médecin, signature et cachet Insuffisance hépato-cellulaire grave.

• •• il® Enfant de moins de 15 ans, en l'absence d'étude


clinique.
PRESCRIPTION : il :; '
• Perfalgan amp 1 g® : 1 ampoule 4 fois par jour Convulsions ou antécédents de troubles convulsifs.
Risques de rétention urinaire liés à des troubles
urétroprostatiques.
• Profenid® : 50 mg toutes les 6 h IV Risque de glaucome par fermeture de l'angle.

• Titration morphinique : 1 à 3 mg IV toutes les 10 min jusqu'à


sédation de la douleur puis Morphine : 20 mg par jour SC en
4 injection de 5 mg par jour ou 15 mg IVSE
Suivi du patient

• Interdose : Morphine 5 mg SC ou 2 mg IV à renouveler à


30 min, max. 8 par jour
1. Toujours penser au traitement étiologique de la douleur
• Acupan® 20 mg : 1 injection IM toutes les 6 h si douleur
malgré morphine, max. 4 par jour 2. Relais per os dès que possible : même efficacité :
Sur ordonnances sécurisées, en toutes lettres, pendant
28 jours avec réévaluation de l'efficacité et de la tolérance
MESURES ASSOCIEES : toutes les 48 h
Forlax® : 3 sachets par jour
Droleptan® : 1 ampoule si nausées • Skenan®LP : 20 mg toutes les 12 h
Zophren® 2 mg : 1 ampoule IVL si nausées résistantes au • Actiskénan® : 3 mg si douleur entre les doses de Skénan®, à
Droleptan® renouveler à 1 heure si besoin, maximum 6 par jour
Mopral® : 20 mg par jour • Paracétamol : 1 g toutes les 6 h
Vessie de glace : 20 min 4 fois par jour • Profenid® : 100 mg deux fois par jour
• Mopral® : 20 mg par jour
• Forlax® : 3 sachets par jour
SURVEILLANCE :
• Primperan® : 1 comprimé avant chaque repas
EVA toutes les 4 heures
Conscience, fréquence respiratoire, nausées, constipation
Signes atropiniques : RAU, mydriase

142
143
Contre indications médicamenteuses
OTITE MOYENNE AIGUË

Allergie aux antibiotiques du groupe des


bêtalactamines (pénicillines, céphalosporines) : tenir
compte du risque d'allergie croisée avec les
antibiotiques de la famille des céphalosporines.
Nom et prénom du médecin, Allergie à l'un des constituants du médicament.
date Mononucléose infectieuse (risque accru de
phénomènes cutanés).
Antécédent d'atteinte hépatique liée à l'association
Fonction amoxicilline-acide clavulanique.
| :'i i Hypersensibilité à l'érythromycine ou aux
sulfamides.
N° de siret, Cisapride, alcaloïdes de l'ergot de seigle
Nom, prénom et poids du patient vasoconstricteurs (dihydroergotamine, ergotamine),
mizolastine, pimozide, bépridil : cf Interactions.
Pendant l'allaitement si le nouveau-né a moins d'un
mois.
17 antibiothérapie : pendant 8 à 10 i Déficit en G6PD, y compris chez l'enfant allaité :
Augmentin : 50mg/kg/j en 3 prises chez l'enfant > 30 mois et risque de déclenchement d'hémolyse
80 mg/kg/j chez l'enfant < 30 mois
| OU : erythromycine + sulfafurazole : Pédiazole : 1 Education:
graduation/ Kg 3 fois par jour
1. Mesures antipyrétiques :
Bien hydrater l'enfant
2l Traitement antipyrétiques :
I
Paracétamol 60 mg/Kg/J en 3 à 4 prises Déshabiller l'enfant : simple body de coton
Ne pas couvrir
3/ Désinfection rhinopharvngée : instillation fréquente de Chambre à 20 °
sérum physiologique dans chaque fosse nasale puis
2. Toujours revoir à 48 h pour apprécier l'efficacité de l'antibiothérapie :
mouchage
T° et signes locaux

3. Réaliser une paracentèse si < 3 mois, hyperthermie ou hyperalgie


malgré le traitement, échec du traitement, complication (mastoïdite,
méningite, paralysie faciale, labyrinthite).

4. Lutter contre les facteurs de risque de récidives :


Tabagisme passif
RGO
Déficit en IgA
Mucoviscidose
Carence martiale
Atopie
Otite séreuse
Végétations
I4.S
144
Contre indications médicamenteuses

itii*. , .. •siïii --.•.. Contre •;•';; dations ; .'"• "


• Allergie aux antibiotiques de la famille des
•\; •'•;;.-- ' bêtalactamines (pénicillines et
S ï|| . .. 1 • céphalosporines) : tenir compte du risque
Nom et prénom du médecin, d'allergie croisée avec les antibiotiques du

date Silt;ï groupe des céphalosporines.

ittlit.'- •• p • Antécédents de réaction allergique à


Fonction •
l'azithromycine ou à tout autre macrolide.
Alcaloïdes de l'ergot de seigle
(dihydroergotamine, ergotamine), cisapride

Roy iyci stèftlf • Allergie à la spiramycine.


N° de siret, • Comprimés : Femme qui allaite
Nom, prénom et poids du patient
1/ Angine à streptocoques bêta hémolytique du groupe A
• Oracilline 2 à 4 MUI/J chez l'adulte ou 50 à 100000 UI/Kg/J
chez l'nfant pendant 10 j Education:
• OU azithromycine Zithromax 250 : 2cpt/ j chez l'adulte ou 20
mg/kg/j chez l'enfant en 1 prises pendant 3 jours AMYGDALECTOMIE SI :
• OU spiramycine : Rovamycine 1.5 à 3Mui/cpt : 2 cpt/J chez Complication loco régionale : phlegmon : à 2 mois
l'adulte ou 150 à 300.000 UI/Kg/J chez l'enfant pendant 10 j Angines à répétition > 4 par an
Amygdalite chronique
2l Traitement symptomatique : Syndromes post streptococciques
Paracétamol : 60 Mg/Kg/J chez l'enfant ou 3g ;/J chez l'adulte en 3 Syndrome d'apnée du sommeil
prises Suspicion de nééoplasie : induration, ulcération
chronique
3/ La diphtérie :
• Hospitalisation en USI + repos au lit
« Injection de sérum antidiphtérique et vaccination par l'anatoxine
antidiphtérique
• Clamoxyl : 50 mg/kg/j pendant 7 J ou erythromycine : 40
mg/kg/J pendant 7 jours

4l Phlegmon péri amygdalien :


• Hospitalisation 2 jours avec alimentation semi liquide si trismus
ou dysphagie
• Ponction de l'amygdale avec examen bactério direct et mise en
culture puis incision et drainage sous AL
• Bains de bouche antiseptiques pluriquotidiens : hextril
• Augmentin : 3g/J pendant 15 jours
• Ou si allergie : erythromycine : 40 mg/kg/j + flagyl : 1.5g/j en 3
prises
• Perfalgan IV : 500mg x 4/j chez l'enfant ou 1 g x 4 chez l'adulte
Contre indications médicamenteuses
INFECTIONS NASO-SINUSIENNES

Médïcatw Contre-indications
Hypersensibilité à l'un des constituants du produit.
Enfant de moins de 15 ans.
Nom et prénom du médecin, Antécédents d'accident vasculaire cérébral ou de facteurs
de risque susceptibles de favoriser la survenue d'accident
date vasculaire cérébral, en raison de l'activité
sympathomimétique alpha du vasoconstricteur.
Hypertension artérielle sévère ou mal équilibrée par le
traitement.
Fonction Insuffisance coronarienne sévère.
Risque de glaucome par fermeture de l'angle.
Risque de rétention urinaire liée à des troubles
urétroprostatiques.
Antécédents de convulsions.
N° de siret, Trouble de l'hémostase, notamment épistaxis.
Nom, prénom et poids du patient Infection oro-bucco-nasale et ophtalmique par Herpès
simplex virus.
Sympathomimétiques à action indirecte : vasoconstricteurs
1. Rhino-pharvnqites aiguës : destinés à décongestionner le nez, qu'ils soient administrés
• Paracétamol : 60 mg/kg/j en 3 à 4 prises par voie orale ou nasale (phénylpropanolamine,
• Désinfection rhinopharyngée au sérum physiologique : phényléphrine, pseudoéphédrine, éphédrine...) et
méthylphénidate
4 à 6 lavages par jour
• Mouchage actif et passif
• Traitement vasoconstrciteur local : maximum 5j de
traitement : Deturgylone : 1 pulvérisations dans chaque Education:
narine x 2 à 3 par jour chez l'adulte .

2. sinusite maxillaire aiguë : 5. Mesures antipyrétiques :


• Augmentin : 50 mg/kg/j en 3 prises ou 2g/ j chez l'adulte Bien hydrater l'enfant
en 2 prises pendant 10 j Déshabiller l'enfant : simple body de coton
• Si allergie : pristinamycine : pyostacine : 50 mg/Kg/J en 2 Ne pas couvrir
prises ou 2 g/j en 2 prises chez l'adulte Chambre à 20 °
• Paracétamol : 60 mg/kg/j en 3 à 4 prises
• Désinfection rhinopharyngée au sérum physiologique : 4 à 6. Toujours revoir à 48 h pour apprécier l'efficacité de l'antibiothérapie :
6 lavages par jour T° et signes locaux
• Traitement vasoconstrciteur local : maximum 5j de
traitement : Deturgylone : 1 pulvérisations dans chaque 7. Lutter contre les facteurs de risque de récidives :
narine x 2 à 3 par jour chez l'adulte Tabagisme passif
• Corticothérapie générale : cortancyl : 1 mg/kg/j de 5 jours RGO
maximum si hyperalgique Déficit en IgA
Mucoviscidose
Carence martiale
Atopie
Eviction de la crèche

148