Vous êtes sur la page 1sur 2

PROGRAMME

Samedi 2 octobre LES VENDANGES LITTÉRAIRES DE RIVESALTES

Les
Une manifestation culturelle de la Mairie de Rivesaltes
Médiathèque, place Gal de Gaulle Mairie de Rivesaltes
Place de l’Europe
11h ATELIER JAZZ ET CONTE (jeune public) 66600 Rivesaltes

Vendanges
Découverte des percussions sur un thème jazz, lecture Contact : Martine Delcamp
d’un conte de Christian OSTER (Animation : L. Lullier). www.mairie-rivesaltes.fr
Place Gal de Gaulle

Littéraires
14h-18h DÉAMBULATION LITTÉRAIRE ET GOURMANDE INFORMATIONS, RÉSERVATIONS
En présence des éditeurs régionaux, Médiathèque : Tél. 04 68 38 51 71
Hélène Panabières, Marie Baxellerie
de la librairie Torcatis, de la Maison de la Presse
Office municipal de tourisme : Tél. 04 68 64 04 04

de
et des vignerons de l’Agly. Morgane Rodrigues
Sous le platane... contact@vendangeslitteraires.com
www.vendangeslitteraires.com
16h RENCONTRE avec les lauréats : Christian OSTER,
Charles JULIET et Michel ARCENS.
Débat sur le thème : «L’écriture de soi».
Séance de dédicaces.
vers Opoul,
Vingrau (D5)
caveau
RIVESALTES
Dimanche 3 octobre
Place Gal de Gaulle
10h-18h DÉAMBULATION LITTÉRAIRE ET GOURMANDE
En présence des éditeurs régionaux, Place Gal de Gaulle
de la librairie Torcatis, de la Maison de la Presse

Source : GoogleMap
et des vignerons de l’Agly. Animation jazz.
vers le Bd Gambetta

L’écriture de soi…
Sous le platane...
11H RENCONTRE-DÉBAT AVEC MICHEL ARCENS,
prix Vendémiaire pour «Instants de jazz»,
sur un air de jazz. ILS NOUS SOUTIENNENT
Communauté de communes Rivesaltais-Agly
Cave Arnaud de Villeneuve
12H REMISE DES PRIX AUX AUTEURS Domaine de Rombeau
Librairie Torcatis
14H RENCONTRE-DÉBAT AVEC CHRISTIAN OSTER

© SENSEDITORIAL / MARIE BARDET


Maison de la Presse
prix des Vendanges littéraires pour «Dans la cathédrale» France Bleu Roussillon

15H RENCONTRE-DÉBAT AVEC CHARLES JULIET,


prix Jean Morer pour «Lumières d’automne» 8ème édition
Au Caveau
17H «VIN ET POÉSIE» PAR LA CIE GÉRARD GÉRARD 2 et 3 octobre 2010
Savourer de concert beaux textes et bons vins...
Les personnages
de Christian Oster sont

V ERTIGE DE L’IDENTITÉ !
EN ROMANCIER, EN DIARISTE,
EN PHILOSOPHE, TROIS AUTEURS Doté d’un magnétisme puissant.
plus légers que des âmes,
on les croit portés sur un
souffle, aussi frêles que
des ailes de papillon et,
D’une quiétude communicative. au hasard des fleurs,
NOUS CONTENT À LEUR FAÇON
D’une patience jamais prise en allant où le vent les Christian OSTER,
LEUR QUÊTE DU SOI... défaut en dépit des questions pousse. prix des Vendanges Littéraires
qui fusent et auxquelles tu Or non, ils sont costauds,
accordes une attention extrême. beaucoup plus qu’il n’y
D’une voix qui ensorcelle, dont paraît.
Charles Juliet, prix Jean Morer les inflexions restent gravées
en mémoire. Lit-on à
Ils se battent avec «
Vingt ans plus tôt, je connaissais bien
opiniâtreté contre un Elisabeth. Mais, lorsqu’elle réapparaît et
distance un de tes textes monde qui leur en
qu’une mélodie, un tempo qu’elle m’en apporte la preuve, je n’en
veut, qui les perturbe
bien particulier, se font jusqu’au moindre détail, retrouve aucun souvenir. Paul, lui, habite
entendre, se superposent qui leur est étranger ou pour l’instant chez moi. Mais, lorsqu’il
à la lecture comme un incompréhensible, malgré
double musical. Jamais disparaît, il ne m’adresse plus aucun
ça, rien ne les arrête,
revenue tout-à-fait de ce ils ne se laissent pas signe. Quant à Marianne, c’est moi qui
saisissement, j’ai cherché, mettre le pied dessus... ne veux plus la voir. Bref, je me retrouve
cherché à comprendre
seul. J’en profite pour aller m’exiler en
d’où venait cette voix
singulière.... Beauce, faire un peu le point. Et c’est là

Photo : © Hélène Bamberger


qu’apparaît Anne, dont je sais que je ne
me passerai plus, mais que je n’ai pas
Une quinzaine d’années
séparent Charles Juliet de ce Journal,
mais quelle importance ? L’auteur se L’écriture de soi... encore rencontrée »

reconnait d’autant mieux dans celui


« Dans la cathédrale », éditions de Minuit
qu’il était à cette époque que le besoin Michel Arcens donne la pleine mesure de sa
qui le poussait à tenir un Journal ne passion pour une musique qu’il célébra dans le
l’a pas quitté. Ce besoin est apparu à Midi Libre en de multiples instants dont ce livre
l’adolescence quand, écrasé d’angoisse, est la somme. Tous les grands, ceux d’hier et ceux
il a pris conscience que le temps d’aujourd’hui, sont au rendez-vous de son écriture
l’entraînait inéluctablement vers la mort. inspirée qui sait à la fois raconter, analyser et
Pour éviter que tout disparaisse de son émouvoir. Elle nous entraîne loin, des « étranges
existence, il fallait réagir, garder trace de fruits » de Billie Holiday aux « nuages » de Django,
ce qu’il vivait, recueillir dans des notes dans ce voyage du jazz qui, Michel Arcens en est
le meilleur de ce qui lui était donné. persuadé, n’aura pas de fin. Michel Arcens,
prix Vendémiaire
« Lumières d’Automne », Journal VI - 1993-1996 « Instants de jazz », préface poétique d’Alain Gerber,
éditions POL photos de Jean-Jacques Pussiau, éditions Alter Ego