Vous êtes sur la page 1sur 80

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON

Paix- Travail- Patrie Peace- Work- Fatherland


------------------------- N -------------------
INSTITUT NATIONAL NATIONAL INSTITUTE
I S
DE LA STATISTIQUE OF STATISTICS
-------------------- -----------------

ENQUETE SUR L’EMPLOI ET LE SECTEUR INFORMEL AU


CAMEROUN EN 2005

PHASE 2

ENQUETE SUR LE SECTEUR INFORMEL

RAPPORT PRINCIPAL

Février 2006
SOMMAIRE

SOMMAIRE….. ................................................................................................................................... 2
SIGLES ET ABREVIATIONS............................................................................................................. 3
LISTE DES TABLEAUX..................................................................................................................... 4
LISTE DES GRAPHIQUES ................................................................................................................. 5
AVANT-PROPOS ................................................................................................................................ 6
RESUME EXECUTIF .......................................................................................................................... 7
INTRODUCTION............................................................................................................................... 13
CHAPITRE 1: CONDITIONS D’ACTIVITE DES UNITES DE PRODUCTION
INFORMELLES. ..................................................................................................... 16
1.1 Structure des UPI par secteur d’activité.........................................................................................17
1.2 Conditions d’activité ......................................................................................................................19
1.3 Démographie des unités de production ..........................................................................................22
CHAPITRE 2: MAIN-D'OEUVRE ET EMPLOIS DANS LE SECTEUR INFORMEL ................ 25
2.1 Taille des UPI.................................................................................................................................25
2.2 Taux de salarisation .......................................................................................................................25
2.3 Statut des employés........................................................................................................................26
2.4 Durée du travail..............................................................................................................................27
2.5 Caractéristiques sociodémographiques des actifs du secteur informel ..........................................28
2.6 Niveau des rémunérations ..............................................................................................................30
2.7 Dynamique de création d’emplois .................................................................................................32
CHAPITRE 3: CAPITAL, FINANCEMENT ET INVESTISSEMENT.......................................... 33
3.1 Valeur du capital du secteur informel ............................................................................................33
3.2 Caractéristiques du capital du secteur informel .............................................................................33
3.3 Financement du capital ..................................................................................................................35
3.4 Investissement dans le secteur informel.........................................................................................36
3.5 Emprunt dans le secteur informel ..................................................................................................38
CHAPITRE 4: PRODUCTION, INSERTION ET CONCURRENCE ............................................ 40
4.1 Résultats et performances du secteur informel ..............................................................................41
4.2 Insertion du secteur informel dans le système productif................................................................46
4.3 Concurrence et formation des prix.................................................................................................48
CHAPITRE 5: LE SECTEUR INFORMEL ET L’ETAT................................................................ 51
5.1 La déclaration d’activité.................................................................................................................51
5.2 Les litiges avec l’Etat.....................................................................................................................52
5.3 Formaliser le secteur informel ?.....................................................................................................53
CHAPITRE 6: PROBLEMES ET PERSPECTIVES ....................................................................... 57
6.1 Mode d’insertion des actifs dans le secteur informel.....................................................................57
6.2 Les difficultés rencontrées par le secteur informel ........................................................................57
6.3 Les aides souhaitées par les opérateurs du secteur informel..........................................................59
6.4 Les perspectives d’avenir du secteur informel...............................................................................62
CHAPITRE 7: ANALYSE COMPAREE DE DOUALA ET YAOUNDE AVEC LES
PRINCIPALES AGGLOMERATIONS DE l’UEMOA.......................................... 64
7.1 Conditions d’activité ......................................................................................................................64
7.2 Main-d’œuvre et emploi.................................................................................................................65
7.3 Capital, financement et investissement ..........................................................................................66
7.4 Production, insertion et concurrence..............................................................................................68
7.5 Le secteur informel et l’Etat...........................................................................................................69
7.6 Problèmes et perspectives ..............................................................................................................69
CONCLUSION ….............................................................................................................................. 72
ANNEXES ……................................................................................................................................ 74

2
SIGLES ET ABREVIATIONS

ACBF African Capacity Building Foundation


AFRISTAT Observatoire Economique et Statistique d'Afrique subsaharienne
BIT Bureau International du Travail
BTP Bâtiment et Travaux Publics
CEMAC Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale
CNPS Caisse Nationale de Prévoyance Sociale
CTS Comité Technique de Suivi des programmes économiques
DIAL Développement, Institutions et Analyses de Long terme
DSRP Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté
EBE Excédent Brut d’Exploitation
ECAM Enquête Camerounaise Auprès des Ménages
EDS Enquête Démographique et de Santé
EESI Enquête sur l’Emploi et le Secteur Informel
FCFA Franc de la Communauté Financière Africaine
FNE Fonds National de l’Emploi
INS Institut National de la Statistique
MINEFOP Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle
OCAM Organisation Commune Africaine et Mauricienne
OHADA Organisation pour l’Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique
OMD Objectifs du Millénaire pour le Développement
OTPV Occupation Temporaire de la Voie Publique
PAS Programme d’Ajustement Structurel
PME Petites et Moyennes Entreprises
PMI Petites et Moyennes Industries
Partenariat entre les secteurs Public et Privé pour la Croissance et la Réduction
PPPCRPC
de la Pauvreté au Cameroun
PSM Programme Statistique Minimum
RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitat
SNIS Système National d’Information Statistique
UEMOA Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine
UPI Unité de Production Informelle
VA Valeur Ajoutée
ZD Zone de Dénombrement

3
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1-1: Répartition des UPI suivant le type d’emploi du chef par secteur d’activité et
selon le milieu (%). .................................................................................................... 16
Tableau 1-2: Répartition des UPI selon l’enregistrement et la tenue d’une comptabilité par
milieu et par secteur d’activité (%)............................................................................ 17
Tableau 1-3: Structure des UPI par branche d’activité selon le milieu (%)..................................... 18
Tableau 1-4: Structure des emplois non agricoles par branche d’activité selon le secteur
institutionnel (%) ....................................................................................................... 19
Tableau 1-5: Type de local selon la branche d’activité et le milieu (%).......................................... 19
Tableau 1-6: Principales raisons de la non disposition d'un local par branche d’activité (%)......... 21
Tableau 1-7: Taux d'accès aux services publics des UPI ayant un local professionnel par
secteur d’activité et selon le milieu (%)..................................................................... 21
Tableau 2-1: Répartition des UPI en fonction de leur taille par secteur d’activité et
milieu (%) .................................................................................................................. 25
Tableau 2-2: Répartition des UPI selon le type d’emploi par secteur d’activité et milieu .............. 26
Tableau 2-3: Caractéristiques des emplois dépendants selon le statut et selon le milieu (%) ......... 27
Tableau 2-4: Durée hebdomadaire de travail selon le milieu et le secteur d’activité ...................... 28
Tableau 2-5: Caractéristiques démographiques des actifs informels par statut et secteur
d’activité .................................................................................................................... 29
Tableau 2-6: Répartition des actifs de moins de 25 ans selon le statut par secteur
d’activité (%) ............................................................................................................. 30
Tableau 2-7: Rémunération selon le milieu ..................................................................................... 30
Tableau 2-8: Rémunération dans le secteur informel ...................................................................... 31
Tableau 2-9: Répartition des actifs selon leur ancienneté et leur statut........................................... 32
Tableau 3-1: Possession et montant moyen du capital par UPI selon le secteur d’activité et
le milieu ..................................................................................................................... 33
Tableau 3-2: Structure du capital selon le milieu (en % de sa valeur)............................................. 34
Tableau 3-3: Qualité et propriété du capital (en % de sa valeur)..................................................... 34
Tableau 3-4: Age moyen du capital selon le milieu......................................................................... 35
Tableau 3-5: Origine du capital par branche d’activité (en % de sa valeur).................................... 35
Tableau 3-6: Mode de financement du capital selon le milieu et le secteur d’activité (en %) ........ 36
Tableau 3-7: Structure de l’investissement selon le milieu et la branche d’activité........................ 37
Tableau 3-8: Importance et utilisation des emprunts selon le milieu et le secteur d’activité .......... 39
Tableau 4-1: Structure du chiffre d’affaires, de la production et de la valeur ajoutée annuels
par branche d’activité et selon le milieu .................................................................... 40
Tableau 4-2 : Structure de la production et des coûts mensuels par branche d’activité et selon
le milieu ..................................................................................................................... 42
Tableau 4-3 : Quelques indicateurs moyens du niveau d'activité des UPI par branche
d’activité et milieu (Valeur moyenne en FCFA par mois) ........................................ 43
Tableau 4-4 : Indicateurs moyens du niveau de bénéfices par branche d’activité et milieu (en
FCFA) ........................................................................................................................ 44
Tableau 4-5 : Performances comparées des UPI selon le type d’emploi par milieu (valeurs
mensuelles en milliers de FCFA)............................................................................... 45
Tableau 4-6 : Origine des matières premières consommées par le secteur informel selon la
branche d’activité et le milieu (en % de la valeur des achats) ................................... 46
Tableau 4-7 : Pays d'origine des produits étrangers commercialisés par le secteur informel.......... 47
Tableau 4-8 : Destination du chiffre d'affaires du secteur informel selon la branche d’activité
et le milieu (en % du chiffre d’affaires)..................................................................... 48
Tableau 4-9 : Origine de la concurrence subie par le secteur informel selon la branche
d’activité et le milieu (en % des UPI)........................................................................ 49

4
Tableau 4-10 : Mode de fixation des prix selon la branche d’activité et le milieu (en % des
UPI)............................................................................................................................ 49
Tableau 5-1: Raisons du non enregistrement des unités de production informelles (en % des
UPI)............................................................................................................................ 52
Tableau 5-2: Mode de règlement des litiges avec l’Etat selon le secteur d’activité et le milieu ..... 53
Tableau 5-3: Situation des UPI par rapport à l’impôt et l’enregistrement (en % des UPI) ............. 54
Tableau 5-4: Intégration dans les circuits formels selon le type d’UPI (en % des UPI).................. 54
Tableau 5-5: Instauration d’un impôt unique selon la branche d’activité (%)................................. 55
Tableau 5-6: Destination et utilisation de l’impôt unique selon la branche d’activité..................... 56
Tableau 6-1: Principales difficultés rencontrées selon le secteur d’activité (en %) ........................ 58
Tableau 6-2: Principales difficultés qui risquent de faire disparaître l'établissement selon le
secteur d’activité (en %) ............................................................................................ 59
Tableau 6-3: Aides souhaitées par les chefs d'unités de production informelles selon le
secteur d’activité et le milieu (en %) ......................................................................... 60
Tableau 6-4: Utilisation d'un crédit par les unités de production informelles par secteur
d’activité et milieu (en % des UPI)............................................................................ 61
Tableau 6-5: Stratégie en cas de réduction de la demande par secteur d’activité et milieu (en
% des UPI) ................................................................................................................. 62
Tableau 6-6: Perspectives d'avenir des chefs d'UPI (en % des UPI) ............................................... 62
Tableau 7-1: Structure des UPI par secteur d’activité (%) .............................................................. 64
Tableau 7-2: Organisation du travail dans le secteur informel ........................................................ 66
Tableau 7-3: Répartition du capital par secteur d’activité (en % de sa valeur) ............................... 67
Tableau 7-4: Importance de l’investissement et de l’emprunt dans le secteur informel.................. 67
Tableau 7-5: Répartition du chiffre d'affaires, production et valeur ajoutée annuels par
secteur d’activité ........................................................................................................ 68
Tableau 7-6: Proportion d’UPI ayant eu un problème avec des agents de l'Etat au cours de
l'année dernière (en %) .............................................................................................. 69
Tableau 7-7: Perspectives d'avenir des UPI (en %) ......................................................................... 70
Tableau 7-8: Le secteur informel en chiffres dans l’UEMOA, à Douala et à Yaoundé .................. 71

LISTE DES GRAPHIQUES

Graphique 1-1 : Taux d'accès aux services publics des UPI ayant un local professionnel par
secteur d’activité (en %)........................................................................................ 22
Graphique 1-2 : Répartition des UPI selon leur ancienneté par milieu............................................ 23
Graphique 1-3 : Création brute des UPI par secteur d’activité ........................................................ 23
Graphique 1-4 : Création brute des UPI selon le type de local........................................................ 24
Graphique 4-1 : Répartition des UPI selon le montant de la valeur ajoutée mensuelle et
le milieu................................................................................................................. 45

5
AVANT-PROPOS

L’Institut National de la Statistique (INS) a le plaisir de vous présenter le rapport principal des
résultats de la première enquête nationale sur le secteur informel réalisée en même temps que
celle sur l’emploi. Elle fait partie des opérations retenues dans le programme statistique
minimum dont la réalisation devra garantir la disponibilité à bonne date des indicateurs
pertinents pour la mesure des progrès en matière de développement économique et social,
notamment la réduction de la pauvreté et l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le
Développement (OMD).

Le présent rapport principal analyse les résultats couvrant l’ensemble des activités informelles
non agricoles. Les indicateurs élaborés à partir de ces résultats se rapportent aux conditions
d’activité des unités de production informelles (UPI), aux caractéristiques des emplois dans le
secteur informel, à son capital, son investissement, son financement, sa production et à la
richesse qu’il crée. Des informations sont en outre disponibles sur la prise en compte du secteur
informel dans le système productif national, les relations qu’il entretient avec l’Etat, ses
problèmes et ses perspectives. Enfin, le rapport compare les résultats obtenus pour Douala et
Yaoundé à ceux de certaines villes de l’Afrique de l’Ouest dans lesquelles une enquête similaire
a été réalisée entre 2001 et 2002.

Outre l’appui financier du Gouvernement, l’enquête a bénéficié d’un financement de la Banque


Mondiale à travers le Projet de Partenariat entre les secteurs Public et Privé pour la Croissance et
la Réduction de la Pauvreté au Cameroun (PPPCRPC), d’appuis sous forme de subvention de la
France et d’un don de l’African Capacity Building Foundation (ACBF) à travers le Fonds
National de l’Emploi (FNE). Le FNE a apporté un soutien financier en prenant en charge la
participation de ses représentants et l’organisation des réunions du comité de pilotage. A tous ces
partenaires du Gouvernement et au FNE, l’INS exprime toute sa gratitude. La diligence avec
laquelle les procédures de mobilisation et de mise en place des fonds a facilité la conduite des
différentes activités.

La réalisation de toutes les activités de l’enquête a été possible grâce à la contribution des
experts internationaux du Groupement français DIAL (Développement, Institutions et Analyses
de Long terme) et de l’Observatoire Economique et Statistique d’Afrique subsaharienne
(AFRISTAT). A tous ces experts, l’INS adresse ses sincères remerciements et félicitations pour
la qualité de leurs appuis techniques. De même, il convient de remercier les personnels de l’INS
et du FNE qui se sont montrés très dévoués et engagés pour la réussite de l’opération. Enfin,
l’INS remercie le personnel temporaire pour la qualité de ses prestations pendant les phases de
collecte des informations et de leur exploitation informatique.

S’agissant des conditions d’accès aux données, les utilisateurs intéressés peuvent contacter l’INS
à travers ses adresses ci-dessous :

Site Internet : www.statistics-cameroon.org


Téléphone : (237) 222-04-45/ 223-37-21
Fax. : (237) 223-24-37
B.P. 134 Yaoundé - CAMEROUN

6
RESUME EXECUTIF

1. Contexte
Dans le cadre du suivi et de l’évaluation de la mise en œuvre du document de stratégie de
réduction de la pauvreté (DSRP) et de la mesure des progrès vers l’atteinte des objectifs du
millénaire pour le développement (OMD), le Cameroun a conçu un programme statistique
minimum (PSM) destiné à alimenter de manière périodique le système national d’information
statistique par la production des principales données et des indicateurs requis à cet effet.

L’enquête sur l’emploi et le secteur informel (EESI) fait partie de ce PSM. Après l’enquête sur
l’emploi (Phase 1) qui a fourni les principaux indicateurs sur le marché du travail, cette seconde
phase sur le secteur informel permet de connaître les conditions d’activité dans ce secteur,
d’apprécier ses performances, d’améliorer les données des comptes nationaux, de mieux
apprécier l’importance du secteur informel dans l’économie nationale.

2. Définition et Synthèse méthodologique


Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités de production dépourvues de numéro
de contribuable et/ou ne tenant pas une comptabilité écrite formelle au sens du plan comptable
(OHADA ou OCAM). Les activités agricoles sont exclues du champ de l’enquête. L’enquête sur
le secteur informel, tout comme l’enquête sur l’emploi, est réalisée sur l’ensemble du territoire
national. Elle s’est intéressée aux établissements du secteur informel identifiés lors de la
première phase.

La base de sondage a été constituée lors de la première phase. Il s’agit des unités de production
dirigées par un employeur (patron) ou par un travailleur pour compte propre appartenant au
secteur informel tel que défini. La phase 1 a permis d’identifier environ 6000 unités réparties
dans les 12 régions d’enquête. Dans chaque région, l’échantillonnage, lorsqu’il a eu lieu, ne s’est
fait que pour les travailleurs pour compte propre opérant dans les 2 à 4 activités les plus
fréquentes. A terme, les résultats présentés dans ce rapport ont été élaborés à partir d’un
échantillon de 4 815 unités.

3. Conditions d’activités des unités de production informelles


Parmi les unités de production informelles non agricoles identifiées lors de la première phase,
66,7% sont dirigées par des personnes au titre de leur emploi principal. Plus de 45 ménages
ruraux sur 100 et plus de 52 ménages urbains sur 100 tirent l'ensemble ou une partie de leurs
revenus d’une unité de production informelle. En milieu rural, ces unités de production
informelles sont tournées vers les activités de transformation, surtout vers l’agro-alimentaire.
Dans le milieu urbain, les UPI sont plutôt orientées vers le commerce, notamment le commerce
de détail.

Le secteur informel se caractérise par une très grande précarité des conditions d'activité.
Seulement 17,3% des UPI disposent d'un local spécifique d'activité ; ce qui les prive d'accès aux
principaux services publics (eau, électricité, téléphone). En milieu urbain, principalement à
Douala et Yaoundé où prédominent le commerce et les services, l’absence de local professionnel
est la situation la plus répandue, alors qu’en milieu rural, zone de prédilection des activités
industrielles, la plupart des activités ont lieu dans le logement du ménage.

7
La multiplication des créations d'UPI au cours des dernières années traduit la montée en
puissance du secteur informel comme mode d'insertion privilégié de la main-d’œuvre. Mais elle
s'accompagne aussi d'une précarisation croissante des activités et des emplois.

Généralement unipersonnelles, les UPI sont aussi inorganisées. Seules 3% des UPI appartiennent
à une organisation de producteurs ou de commerçants. Contrairement à une idée reçue, l’entrée
dans le secteur informel est en général volontaire. En effet, 30% des promoteurs invoquent plutôt
la possibilité d'obtenir un meilleur revenu par rapport à un éventuel emploi salarié ; près d’un
quart des promoteurs d’UPI considèrent le secteur informel comme un mode privilégié pour être
indépendant. Par contre, environ 35% des chefs d'UPI déclarent avoir décidé d’exploiter leur UPI
parce qu’ils n’ont pas pu trouver de travail salarié.

Les UPI sont relativement jeunes : leur âge moyen est de 7,4 années. Cette moyenne masque en
fait une grande diversité de dates de création, avec la coexistence d'établissements relativement
anciens et d’autres très récents. Près de trois quarts des UPI ont vu le jour au cours des huit
dernières années et la moitié au cours des quatre dernières années. C’est en milieu rural que les
UPI sont, en moyenne, les plus âgées (8,5 années contre 5,8 années en milieu urbain). Selon le
secteur d’activité, les durées de vie les plus élevées sont enregistrées dans l’industrie qui
prédomine en milieu rural (9,3 années et 5 années d’âges moyen et médian respectivement).

4. Main-d’œuvre et emplois dans le secteur informel


La taille moyenne des UPI est de 1,5 personnes, tant en milieu urbain qu’en milieu rural. Les
branches du BTP, de la restauration et de la réparation ont les plus grandes intensités de main-
d’œuvre.

La taille réduite des UPI marque la prédominance d’un processus de croissance extensive,
caractérisé par la multiplication des unités de production. De ce fait, le taux de salarisation atteint
à peine 7,9%. Ce taux est deux fois plus élevé en milieu urbain qu’en milieu rural,
respectivement 11,8% et 5,1%. Yaoundé est la région où il atteint son niveau le plus élevé
(16,8%). La branche du BTP présente le taux de salarisation le plus élevé (47,2%).

En dépit du faible nombre de salariés, seuls 34% reçoivent un salaire fixe, alors que 35,7%
d’entre eux sont rémunérés à la tâche.

La précarité et l'absence de protection sont les caractéristiques principales des emplois offerts par
le secteur informel. En premier lieu, seule la moitié de la main-d’œuvre employée est constituée
de travailleurs permanents. En outre, la quasi-totalité des employés (97,5%) n’ont aucun contrat
écrit avec leur employeur. De même, cette main-d’œuvre ne bénéficie pratiquement pas de
prestation ni de couverture sociale.

Par ailleurs, la durée hebdomadaire moyenne de travail est de 33,8 heures pour les actifs du
secteur informel. Cette moyenne cache des durées de travail très hétérogènes. Pendant que la
moitié des actifs travaille moins de 24 heures, un tiers travaille plus de 48 heures. Les actifs du
milieu urbain travaillent en moyenne 16 heures de plus que ceux du milieu rural. Les actifs de
Yaoundé, avec 48,8 heures en moyenne par semaine, ont la durée moyenne hebdomadaire de
travail la plus élevée.

L'immense majorité des actifs ont appris seuls le métier (63,8%) ou se sont formés sur le tas dans
une unité informelle (28,9%). Le secteur informel forme donc lui-même la main-d’œuvre qu’il
utilise.

8
Environ trois quarts des travailleurs informels n’exercent pas dans un local professionnel,
confirmant ainsi la forte précarité généralisée des activités informelles. Les emplois féminins,
qui représentent la moitié des emplois, sont plus précaires que ceux des hommes. Les femmes
gagnent en moyenne deux fois moins que les hommes. Chaque genre semble se spécialiser dans
des branches distinctes : aux femmes « l’agro-alimentaire », la « confection » et la
« restauration » ; aux hommes, la « réparation », le « BTP », les « transports », ainsi que le
« commerce de gros ». Les jeunes de moins de 25 ans, qui représentent le tiers des actifs
informels sont particulièrement nombreux dans les emplois dépendants d’aides familiaux et
d’apprentis. Ils se dirigent principalement vers le secteur industriel.

Le revenu mensuel moyen par actif est de 29 600 FCFA, montant supérieur de 26% au salaire
minimum officiel. Ce revenu est deux fois plus élevé en milieu urbain (41 900 FCFA) qu’en
milieu rural. Il existe de fortes disparités de revenus. Les revenus les plus élevés se trouvent dans
le secteur des services. Par ailleurs, la rémunération est une fonction croissante du statut dans
l’emploi et du niveau d’instruction.

5. Capital, financement et investissement


Les biens de capital utilisés par les UPI, sont constitués des biens durables (terrains, locaux,
véhicules, mobilier, machines, outillage, etc.), dont elles disposent dans l’exercice de leurs
activités. La valeur moyenne du capital par UPI est de l’ordre de 177 600 FCFA.

Le capital est constitué principalement des terrains et locaux qui représentent la moitié de la
valeur des biens durables. Les véhicules (17,1%) et les machines (14,7%) viennent ensuite,
suivis de l’outillage et des autres équipements (12,4%) et enfin du mobilier de bureau (6%). Ce
capital est composé pour 86% de sa valeur, des biens achetés neufs et pour 13 % de biens acquis
d’occasion. Dans l’ensemble, 91,2% de sa valeur est la propriété des UPI qui l’utilisent. Cette
acquisition est essentiellement autofinancée puisque plus de 90% de la valeur du capital total des
UPI est financée par l’épargne individuelle.

Parmi les UPI possédant du capital, 35% ont investi. L’investissement réalisé au cours des douze
mois ayant précédé l’enquête représente 10% de l’ensemble du capital. Le taux d’investissement1
est relativement faible et se situe à 2,6%.

Dans l’ensemble, le montant moyen de l’investissement par UPI est de 18 300 FCFA. Il est de
18 900 FCFA si l’on se restreint aux UPI ayant du capital et de 52 200 FCFA si l’on ne
considère que celles ayant investi. Près de la moitié des UPI ayant investi appartiennent au
secteur industriel ; 59% ont au moins trois ans d’existence. L’investissement des UPI est orienté
vers les terrains et locaux qui concentrent 32% du montant total. Ensuite, viennent les véhicules
(22,1%), l’outillage et d’autres petits matériels (21,8%), les machines (19%), et enfin le mobilier
de bureau (5,2%).

Globalement, 10,3% des UPI ont eu recours à un emprunt d’argent au cours des douze mois
précédant l’enquête. Le montant moyen emprunté par UPI est de 11 400 FCFA. Le secteur
commercial est celui qui emprunte le plus : près de 56% du volume total des emprunts a été
réalisé par les UPI de ce secteur, qui a par ailleurs le montant moyen annuel le plus élevé
(22 700 FCFA).

Les emprunts servent à couvrir les dépenses autres que l’investissement ; principalement l’achat
des matières premières ou de marchandises. Ces emprunts se font dans un cadre informel par des

1
Rapport entre l’investissement réalisé et la valeur ajoutée du secteur informel.

9
accords verbaux sans anicroches ; puisque les deux tiers d’UPI emprunteuses déclarent n’avoir
eu aucune difficulté à rembourser les crédits contractés.

6. Production, insertion et concurrence


La structure de production fait ressortir la spécificité des secteurs d’activité. Le commerce, qui
réalise 47% du chiffre d’affaires du secteur informel, ne dégage que 21,4% de la production
totale. A l’opposé, les services génèrent 29,4% du chiffre d’affaires, mais représentent près de
42% de la production. Enfin, le secteur de l’industrie avec 23,5% présente le plus bas volume
d’affaires, tout en dégageant une production importante représentant 36,9% de la production
totale.

La valeur ajoutée est presque égalitairement créée par les trois secteurs : l’industrie (35,5%), le
commerce (29,7%) et les services (34,8%). Si les activités commerciales sont les plus rentables
comparativement à leur production, le secteur des services est celui qui crée le plus de richesses.
Les UPI commerciales ont une production moyenne évaluée à 86 330 FCFA par mois pour une
valeur ajoutée de 68 340 FCFA, contre respectivement 175 380 FCFA et 79 820 FCFA pour les
UPI de service.

La valeur ajoutée se répartit entre la masse salariale, les impôts directs et l’excédent brut
d’exploitation (EBE). La masse salariale ne représente que 7% de la valeur ajoutée et est
principalement constituée des salaires directs. La part des impôts indirects est de 1,6%,
principalement sous forme de patente, mais aussi d'impôts locaux, de droits d'enregistrement et
de bail. L'EBE est de loin la composante la plus importante de la valeur ajoutée et représente en
moyenne 91,4%.

Le secteur informel n’est pas homogène : s’il englobe une majorité d’UPI « familiales » peu
rentables, il existe également des UPI dont le fonctionnement est proche de celui des entreprises
formelles (en terme d’enregistrement ou de salariat). Ces dernières, peu nombreuses, constituent
le secteur informel « haut de gamme ».

Le secteur informel semble évoluer en marge du secteur formel. Le principal fournisseur des UPI
est de loin le secteur informel alors que les ménages constituent son principal débouché.
L'activité du secteur s'exerce exclusivement sur le marché intérieur, dans un environnement
fortement concurrentiel, mais cette concurrence est avant tout interne au secteur informel lui-
même : moins de 3% des UPI entrent en compétition avec les grandes entreprises du secteur
formel. Le mode de fixation des prix de vente est largement déterminé par la loi de l’offre et de
la demande, soit après marchandage avec les clients (31,8% des UPI), soit en fonction du prix
des concurrents (22,5% des UPI). La fixation du prix selon le taux de marge qui constitue la
troisième modalité (31,3% des UPI) est davantage pratiquée dans le commerce.

7. Le secteur informel et l’Etat


Les résultats de l’enquête sur le secteur informel réalisée en 1993 à Yaoundé et de l’EESI
montrent que la part du secteur informel dans l’économie nationale s’est progressivement accrue,
permettant ainsi de soulager dans une certaine mesure l’Etat devant l’épineux problème de
chômage.

S’agissant de l’intégration de ce secteur dans l’économie formelle, elle devrait commencer par
l’enregistrement des UPI dans les registres administratifs. A ce sujet, les résultats de l’enquête
indiquent que moins de 7% des UPI sont inscrites dans le fichier des contribuables. Les
principales raisons du non enregistrement sont l’ignorance de la réglementation ou la
méconnaissance des obligations juridiques.

10
Au niveau des litiges pouvant exister entre le secteur informel et l’Etat, seulement 8,9% des UPI
ont connu des problèmes avec l’administration ; ces litiges concernent particulièrement la
fiscalité. Le mode de règlement le plus courant est le « paiement d’un cadeau » ; ce qui semble
mettre en exergue le phénomène de corruption.

Se prononçant sur leur intégration dans les circuits officiels, plus de la moitié des UPI ont
affirmé ne pas être disposées à enregistrer leur activité. Par ailleurs, parmi les 84,7% d’UPI qui
ne paient pas d’impôts sur leurs activités, seulement 15,8% d’entre elles seraient prêtes à le faire.
Et quant à l’instauration d’un impôt unique, les avis des promoteurs informels sont très partagés.
Toutefois, ceux qui y sont favorables semblent s’accorder sur une périodicité annuelle.

En ce qui concerne la gestion des recettes fiscales, plus de la moitié des promoteurs informels
préfèrent qu’elle incombe à la Commune. Cette orientation s’explique largement par le fait qu’ils
souhaitent voir leurs contributions être prioritairement affectées aux secteurs sociaux de base, à
la construction des infrastructures et aux programmes d’appui aux micro-entreprises.

8. Problèmes et perspectives
L’examen des difficultés rencontrées par le secteur informel met en évidence un contexte
économique difficile qui converge tantôt vers l’excès de l’offre, tantôt vers le manque de
débouchés. Au plan national, 86,9% des chefs d’UPI déclarent rencontrer des problèmes dans
l’exercice de leur activité (dont 55,2% à cause de la forte concurrence) et 53,3% éprouvent des
difficultés d’écoulement de leur production.

38,5% des chefs d’UPI font face au problème de survie de leurs unités à cause de la faiblesse de
la demande de leur produit. Ce problème est ressenti par 41,9% des promoteurs exerçant dans
l’industrie.

Les problèmes de main-d’œuvre n'apparaissent que de façon résiduelle. Ceux les plus
couramment rencontrés par le secteur informel, quelle que soit leur branche d’activité, sont
relatifs au manque de discipline ou de sérieux de la main-d’œuvre (8,5% des UPI). Ensuite,
viennent dans l’ordre décroissant, le recrutement de la main-d’œuvre (6,5% des UPI), le
problème de qualification des employés (6,0% des UPI) et l’instabilité des employés (4,2%) qui
est de nature à perturber le fonctionnement normal de l’entreprise.

L’environnement économique qui pèse sur les performances des UPI conduit les chefs d’UPI à
émettre massivement le souhait d’être appuyés. Pour 52,4% d’UPI, l’accès à de grosses
commandes apparaît comme le premier domaine dans lequel les promoteurs sollicitent de l’aide,
notamment dans l’industrie et le commerce. L’accès au crédit se positionne au second rang des
aides sollicitées et concerne 41,0% des UPI.

Interrogés sur l’utilisation qu’ils feraient en priorité d’un crédit, 83,8% des chefs d’UPI
s’emploieraient à accroître leur niveau d’activité, alors que 14,0% d’entre eux engageraient des
dépenses en dehors de leur établissement. Selon le secteur d’activité, les promoteurs des UPI
industrielles et commerciales chercheraient à accroître leur activité (croissance intensive), alors
que les UPI de service utiliseraient ce crédit presque à parité entre une croissance intensive et
une croissance extensive.

En cas de réduction de la demande, plus de la moitié des promoteurs chercheraient à préserver


leur UPI, en diversifiant leurs activités ou en réduisant leur marge. En perspective, en dépit de la
situation économique difficile, 72,3% des producteurs informels considèrent qu’il existe un
avenir pour leurs propres unités de production. Cette vision positive explique la faible mobilité

11
intergénérationnelle prônée par les entrepreneurs informels, avec 45,5% de chefs d’UPI
souhaitant voir leurs enfants reprendre la direction de leurs UPI s’ils le désiraient.

9. Comparaison avec l’UEMOA


La comparaison entre les deux métropoles camerounaises (Douala et Yaoundé) et certaines
grandes agglomérations Ouest africaines montre une certaine homogénéité, tant du point de vue
de la taille des UPI que de leurs conditions d'activité, performances économiques, difficultés
rencontrées, liens institutionnels et rapports avec l'Etat. En effet, le secteur informel dans
l’ensemble des capitales de l’Afrique de l’Ouest et les deux villes camerounaises, est caractérisé
par :

 une faible taille des unités de production (1,5 personnes en moyenne) due à la
prépondérance de l’auto emploi (plus de 70% des UPI en général) ;
 une précarité des conditions d’activité et de la main-d’œuvre : près de la moitié des UPI
n’ont pas de local et moins de 5% de la main-d’œuvre disposent d’un contrat écrit.

Dans toutes les villes étudiées, les UPI sont confrontées aux mêmes difficultés, dont les plus
importantes sont le manque de débouchés et la rude concurrence interne au secteur informel. Les
principaux clients des UPI sont les ménages qui fournissent en général plus des trois quarts du
chiffre d’affaires du secteur.

Les différences révélées entre les deux villes camerounaises et celles de l’UEMOA concernent
principalement l’âge moyen des UPI et le niveau d’instruction des chefs d’UPI. Les UPI de
Yaoundé et de Douala sont en moyenne âgées de 5 ans contre une moyenne de 7 ans dans les
villes de l’UEMOA. Par contre le niveau d’instruction moyen des chefs d’UPI est plus élevé à
Yaoundé et Douala et se situe à 8,2 années, il est de 3,4 années dans l’UEMOA).

En conclusion, les résultats ont montré que la contribution du secteur informel à l’économie
est importante tant du point de vue des revenus générés que des emplois sécrétés. Cette
importance est cependant construite au détriment des conditions d’activité qui sont très précaires.
Les raisons de cette précarité sont à chercher dans les modes d’organisation et de gestion des
UPI.

Les résultats issus de cette enquête sont disponibles et peuvent servir à une meilleure définition
des interventions des pouvoirs publics en direction de ce secteur dont le dynamisme mérite d’être
encadré, et permettre à certaines de ces UPI d’évoluer vers le secteur formel de l’économie.

Afin de suivre efficacement cette évolution dans le temps et l’espace, cette enquête devra
périodiquement être reprise, surtout en milieu urbain où les activités sont diverses et
changeantes.

12
INTRODUCTION

1- Contexte et objectifs

Pour sortir le Cameroun de la crise économique survenue à la fin des années 80, le
Gouvernement a engagé des réformes économiques avec l’appui des bailleurs de fonds
internationaux, d’abord dans le cadre des Plans d’Ajustement Structurel (PAS), ensuite dans le
cadre des programmes dits de deuxième génération, avec la mise en place d’une stratégie de
réduction de la pauvreté, en liaison avec l’allégement de la dette publique extérieure. Le
Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP), qui est l’instrument de référence de
cette politique économique et sociale, prévoit un volet important de suivi-évaluation à travers le
Programme Statistique Minimum (PSM), destiné à alimenter de manière périodique le système
national d’informations statistiques pour le suivi et la mesure des progrès vers l’atteinte des
Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).

L’enquête sur l’emploi et le secteur informel (EESI), qui fait partie de ce programme, est une
opération à couverture nationale, la première du genre en Afrique au Sud du Sahara, exécutée en
deux phases.

A l’issue de l’enquête sur l’emploi (1ère phase), réalisée en mai-juin 2005, soit deux mois avant
la présente enquête sur le secteur informel, il est apparu que plus de 90% de travailleurs au
Cameroun exerçaient leur activité principale dans le secteur informel. Ce dernier se présente
comme étant le plus grand pourvoyeur d’emplois, certes précaires, et le refuge des plus démunis
de la population.

Cependant, le secteur informel reste mal connu du fait du manque des données quantitatives
permettant de le caractériser, que ce soit dans la perspective de la lutte contre la pauvreté ou de la
promotion des emplois.

La présente enquête permet :


- de connaître les conditions d’activité dans ce secteur et ses performances ;
- d’améliorer les données des comptes nationaux ;
- de mieux apprécier l’importance du secteur informel dans l’économie nationale ;
- d’identifier les branches d’activité les plus porteuses ;
- de proposer des axes d’amélioration des conditions d’activité dans le secteur, dans la
perspective de son évolution vers le secteur privé formel.

2- Définition et synthèse méthodologique

L’EESI est une enquête statistique à deux phases visant à évaluer la situation de l’emploi
(phase 1) et les activités économiques des ménages dans le secteur informel (phase 2). Cette
deuxième phase est une enquête de type « entreprises » auprès des établissements informels,
appelés « unités de production informelles » (UPI), dans la mesure où nombre d'entre elles ne
disposent pas d'un local propre (atelier, boutique, etc.), qui est un élément habituellement associé
à la notion d'établissement.

Définition du secteur informel


Parmi les critères opérationnels qui coexistent pour définir le secteur informel2, c’est le non
enregistrement administratif et l’absence de comptabilité écrite qui ont été retenus. Ce

2
Confère Résolutions de la 15ème Conférence internationale des statisticiens du travail, Genève, 1993.

13
choix semble le plus pertinent dans la perspective d’apprécier le poids et le rôle macro-
économique du secteur informel dans ses interrelations avec le système productif de l'économie
camerounaise. En particulier, il permet d’intégrer d’une manière rigoureuse le secteur informel
au sein de la comptabilité nationale qui constitue le cadre privilégié de l'analyse macro-
économique.

Parmi les divers registres administratifs en vigueur au Cameroun, le numéro de contribuable


(NC)3 a été choisi puisque toute activité de production est légalement assujettie à la détention
d’un tel numéro. Il est aussi requis pour remplir un certain nombre d'obligations institutionnelles
et il conditionne l'accès à certaines prestations (fiscalité, sécurité sociale, etc.).

En définitive, le secteur informel est défini dans le cadre de la présente enquête comme
« l'ensemble des unités de production dépourvues de numéro de contribuable et/ou ne
tenant pas une comptabilité écrite formelle au sens du plan comptable (OHADA, OCAM,
etc.) ». Ce dernier critère de la comptabilité écrite a été introduit pour ne pas exclure du champ
d'investigation des unités de production qui, pour des raisons totalement contingentes,
disposeraient d’un numéro de contribuable, sans pour autant pouvoir être assimilées à des unités
formelles (du point de vue de leur mode d'organisation et de leur production).

Champ de l’enquête
La phase 2 de l’enquête porte sur les unités de production informelles non agricoles. Ainsi, au
sein du secteur primaire, seule la branche sylviculture et exploitation forestière a été retenue.
Dans la suite du rapport, cette branche est classée dans le poste « Autres industries ».

Couverture géographique
La couverture de l’enquête sur le secteur informel, tout comme lors de la première phase, est
l’ensemble du territoire national. Cette couverture fournit une grande diversité d’environnement
et conduit à des résultats exhaustifs.

Sondage
La base de sondage de l’enquête sur le secteur informel est constituée de l’ensemble des unités
de production informelles identifiées lors de l’enquête sur l’emploi réalisée auprès des ménages
lors de la première phase.

L’unité statistique est l’unité de production informelle, l’enquête se réalisant auprès des patrons
et travailleurs pour compte propre du secteur informel non agricole.

La base de sondage de la phase 2 étant issue de la phase 1, la stratification de la phase 1 est


acquise. En rappel, le pays était divisé en 12 régions d’enquête (Douala, Yaoundé et les 10
provinces). Chaque province était subdivisée en trois strates, à savoir une strate rurale, une strate
semi urbaine et une strate urbaine4, soit au total 32 strates (les villes de Yaoundé et Douala
étaient considérées entièrement urbaines). En plus de cette stratification, une autre a été mise en
œuvre à la phase 2. Dans chacune des strates de la phase 1, 1 à 6 sous-strates ont été constituées
selon les régions d’enquête. Une première était formée de l’ensemble des employeurs ou patrons,
2 à 4 autres des travailleurs pour compte propre des branches d’activité les plus fréquentes dans
la région d’enquête et une dernière des travailleurs pour compte propre de toutes les autres
branches d’activité.

3
Le numéro de contribuable a été institué en 1996 au Cameroun en remplacement du numéro de statistique encore
appelé N° SCIFE (Service Central d’Immatriculation au Fichier des Entreprises).
4
Les strates urbaines sont composées des agglomérations de 50 000 habitants ou plus (grandes villes) ; les strates
semi urbaines des agglomérations de 10 000 à 49 999 habitants (petites villes) et les strates rurales sont les
agglomérations de moins de 10 000 habitants.

14
La taille de l’échantillon de chaque région d’enquête avait été fixée, à partir d’une estimation du
nombre moyen d’UPI par ménage. Lorsque dans une région, le nombre d’UPI identifiées en
phase 1 était inférieur à la taille estimée, toutes les UPI ont été enquêtées. Dans le cas contraire,
on a procédé au tirage des UPI des travailleurs pour compte propre pour les branches d’activité
les plus représentées dans la région. En général, entre 2 et 4 branches d’activité ont été
échantillonnées. Les UPI dirigées par des employeurs (patrons) ont été enquêtées de façon
exhaustive, ainsi que toutes les UPI n’appartenant pas aux 2 à 4 branches d’activité les plus
fréquentes dans la région.

5 274 UPI ont été échantillonnées qui ont donné lieu à l’enquête complète de 4 815 UPI.

Collecte et saisie des informations


Le support de collecte est constitué d’un questionnaire d’une quinzaine de pages recueillant des
informations sur les conditions d’exercice des activités, les caractéristiques de la main-d’œuvre,
la production, les ventes, les charges, la gestion de l’unité de production, les relations avec
l’Administration, les perspectives d’avenir, etc.

Les opérations de collecte des informations sur le terrain se sont déroulées du 22 août au 30
septembre 2005. La saisie des informations effectuée en double saisie s’est déroulée de
septembre à octobre 2005.

Le rapport est articulé en sept chapitres. Le premier aborde les conditions d’activité des UPI. Le
deuxième traite des caractéristiques des emplois dans le secteur informel. Le troisième évalue le
capital et l’investissement des unités informelles ainsi que leur mode de financement. Le
quatrième estime les différents agrégats, notamment la production, la valeur ajoutée, l’excédent
brut d’exploitation et il analyse l’insertion du secteur informel dans le système productif
national. Le cinquième chapitre examine les relations qu’entretient le secteur informel avec
l’Etat. Le sixième présente ses problèmes et ses perspectives. Enfin, le septième chapitre
compare les résultats obtenus pour Douala et Yaoundé à ceux de certaines métropoles de
l’Afrique de l’Ouest dans lesquelles une enquête similaire a été réalisée entre 2001 et 2002.

15
CHAPITRE 1: CONDITIONS D’ACTIVITE DES UNITES DE
PRODUCTION INFORMELLES.

Ce chapitre présente une description des unités de production en termes d’activités et de


conditions d’exercice, ainsi que des informations sur le rythme de création et la durée de vie des
unités de production.

Des unités de production informelles identifiées lors de la première phase, 66,7% sont dirigées
par des personnes au titre de leur emploi principal. Lorsqu'elles sont associées à un emploi
secondaire, leur promoteur exerce le plus souvent son emploi principal dans le secteur informel,
notamment agricole (71%). Seuls 6% des promoteurs occupent un emploi principal dans le
secteur formel (public ou privé).

Ce profil national est largement influencé par celui du milieu rural. En milieu urbain, la majorité
des UPI (83,3%) sont dirigées par des personnes au titre de leur emploi principal.

Tableau 1-1: Répartition des UPI suivant le type d’emploi du chef par secteur d’activité et selon le milieu
(%).
Répartition des UPI selon le type Répartition des UPI gérées à titre d'emploi secondaire selon l'emploi
d'emploi du chef principal du chef
Emploi Emploi Emploi
Emploi
Emploi Emploi principal dans principal dans principal dans
Total principal dans Ensemble
principal secondaire le privé l’informel non l’informel
le public
formel agricole agricole
Urbain
Primaire 10,4 89,6 100,0 1,3 2,6 0,7 85,0 89,6
Industrie 87,0 13,0 100,0 0,2 1,8 11 - 13,0
Commerce 91,3 8,7 100,0 - 0,4 8,3 - 8,7
Services 79,2 20,8 100,0 4,2 2,8 13,8 - 20,8
Ensemble 83,3 16,7 100,0 1,6 1,6 10,7 2,7 16,7
Rural
Primaire 2,0 98,0 100,0 - - - 98,0 98,0
Industrie 88,9 11,1 100,0 0,5 0,5 10,2 - 11,1
Commerce 91,5 8,5 100,0 - 0,1 8,4 - 8,5
Services 86,2 13,8 100,0 4,6 0,9 8,3 - 13,8
Ensemble 55,8 44,2 100,0 0,8 0,3 5,7 37,3 44,2
Cameroun
Primaire 2,4 97,6 100,0 0,1 0,1 - 97,3 97,6
Industrie 88,2 11,8 100,0 0,4 0,9 10,5 - 11,8
Commerce 91,4 8,6 100,0 - 0,3 8,3 - 8,6
Services 81,9 18,1 100,0 4,3 2,1 11,7 - 18,1
Ensemble 66,7 33,3 100,0 1,1 0,8 7,7 23,6 33,3
Source: INS, EESI 2005, Phase1

Par ailleurs, l'absence de comptabilité formelle apparaît comme le critère déterminant


d'appartenance au secteur informel, puisque moins de 1% des UPI en tiennent une mais ne
possèdent pas un numéro de contribuable.

16
Tableau 1-2: Répartition des UPI selon l’enregistrement et la tenue d’une comptabilité par milieu et par
secteur d’activité (%).
Pas de N°
N° contribuable et pas Comptabilité et pas de contribuable et pas de
de comptabilité N° contribuable comptabilité Ensemble
Urbain
Industrie 6,8 0,4 92,8 100,0
Commerce 8,9 0,3 90,8 100,0
Services 12,2 0,2 87,6 100,0
Ensemble 9,3 0,3 90,4 100,0
Rural
Industrie 2,1 0,9 97,0 100,0
Commerce 9,3 2,4 88,3 100,0
Services 5,7 0,9 93,4 100,0
Ensemble 4,5 1,2 94,3 100,0
Cameroun
Industrie 3,4 0,8 95,8 100,0
Commerce 9,1 1,3 89,6 100,0
Services 9,1 0,5 90,4 100,0
Ensemble 6,5 0,8 92,7 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase1

1.1 Structure des UPI par secteur d’activité

En 2005, 39,6% des UPI dans les branches marchandes exercent en milieu urbain. Plus de 45
ménages ruraux sur 100 et 52 ménages urbains sur 100 tirent l'ensemble ou une partie de leurs
revenus d’une UPI. Ces chiffres attestent de l'importance économique des activités informelles
pour les populations.

Les UPI sont essentiellement tournées vers les activités de transformation en milieu rural, surtout
vers l’agro-alimentaire. En revanche, en milieu urbain, les UPI sont davantage orientées vers le
commerce et les services. Yaoundé se distingue par une proportion plus importante d’UPI
commerciales, alors que Douala compte autant d’UPI de services que d’UPI commerciales.
Cependant, les autres centres urbains hors Douala et Yaoundé, se caractérisent par l’importance
des activités industrielles.

Le regroupement des activités informelles selon les grands secteurs et le milieu se présente
comme suit:
- en milieu urbain, le « commerce » compte 36,1% des unités de production, les
« services » 33,3% et l’« industrie » 30,6% ;
- en milieu rural, l’« industrie » compte 56,2%, le « commerce » et les « services » se
répartissant presque équitablement le reste.

Dans l’ensemble, les UPI sont prépondérantes dans l’industrie (45,8%), puis dans le commerce
(28,0%) et enfin dans les services (26,2%).

La répartition par branche des UPI laisse présager que le secteur informel constitue avant tout un
maillon essentiel pour la satisfaction des besoins des ménages. Dans l'industrie, les activités
agroalimentaires sont prépondérantes. Elles représentent les trois cinquièmes des activités
industrielles, suivies de la confection (10,9%) et du « BTP » (8,7%). Si le profil de ce secteur en
milieu rural reste proche de la moyenne nationale, le milieu urbain se singularise par un poids
plus élevé des activités de « confection » et de « BTP » au détriment de celui des « industries
agro-alimentaires » en comparaison à la structure du milieu rural. L'industrie informelle regroupe
en général des activités de type artisanal, faiblement intégrées et tournées vers la consommation

17
finale des ménages. Dans l’agroalimentaire, il s’agit notamment de la première transformation à
des fins de conservation.

Le secteur « commerce », indépendamment du milieu de résidence est dominé par le commerce


de détail qui représente 94,0% des activités. Il concerne principalement les produits agro-
alimentaires (56%), les vêtements et accessoires (22%), et divers autres produits destinés à la
consommation finale des ménages.

Dans les services, la « restauration » regroupe 47,1% des établissements. Elle est suivie du
« transport » (14,6%) et de « la réparation » (11,1%). On y retrouve aussi d’autres activités telles
que les services fournis principalement aux entreprises, les services des postes et
télécommunications et les soins personnels.

Tableau 1-3: Structure des UPI par branche d’activité selon le milieu (%)
Milieu
Branche d'activité Ensemble
Douala Yaoundé Autres villes Urbain Rural

Industrie 25,0 23,3 38,0 30,6 56,2 45,8


Agro-alimentaire 8,2 5,0 16,6 11,4 39,4 28,0
Confection 6,9 5,6 10,1 8,1 3,2 5,2
BTP 5,3 6,3 4,7 5,2 3,2 4,0
Autres industries 4,6 6,4 6,6 5,9 10,4 8,6
Commerce 37,3 41,2 32,7 36,1 22,6 28,0
Commerce de gros 1,9 3,2 2,1 2,3 1,2 1,6
Commerce de détail 35,4 38,0 30,6 33,8 21,4 26,4
Services 37,7 35,5 29,3 33,3 21,2 26,2
Transport 7,9 4,5 5,5 6,0 2,3 3,8
Restauration 14,8 12,1 10,4 12,2 12,3 12,3
Réparation 4,5 4,3 3,8 4,1 2,1 2,9
Autres services 10,5 14,6 9,6 11,0 4,5 7,2
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

L'analyse de la structure comparée des emplois formels/informels, telle qu'elle ressort de la


phase 1 sur l’emploi montre clairement l'orientation très marquée des actifs du secteur informel
vers les activités industrielles et de services au détriment des activités commerciales. Les
emplois de services représentent 36,6% des emplois du secteur informel, 49,5% des emplois du
privé formel et 89,5% des emplois dans le secteur public. Les emplois industriels occupent
35,4% dans le privé informel, 39,6% dans le privé formel et 10,5% dans le public. En revanche,
les emplois commerciaux représentent 28,0% et 10,9% des emplois dans le secteur informel et le
privé formel respectivement. Par branche, la spécialisation des emplois dans les deux secteurs
institutionnels (formel et informel) tend à montrer qu'ils sont davantage en situation de
complémentarité que de concurrence directe.

18
Tableau 1-4: Structure des emplois non agricoles par branche d’activité selon le secteur institutionnel (%)
Secteur institutionnel
Branche d'activité Ensemble
Public Privé formel Informel non agricole

Industrie 10,5 39,6 35,4 33,1


Agro-alimentaire 0,2 16,3 18,0 15,9
Confection 2,2 1,0 6,3 5,3
BTP 0,3 7,7 4,8 4,6
Autres industries 7,8 14,6 6,3 7,3
Commerce - 10,9 28,0 23,3
Commerce de gros - 5,8 2,1 2,3
Commerce de détail - 5,1 25,9 21,1
Services 89,5 49,5 36,6 43,5
Transport 1,9 9,0 7,1 6,7
Restauration 0,2 2,8 9,6 7,9
Réparation - 1,8 4,6 3,8
Autres services 87,4 35,9 15,3 25,1
Total 100,0 100,0 100,0 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 1

1.2 Conditions d’activité

Le secteur informel se caractérise par une grande précarité des conditions d'activité. Seulement
17,2% des UPI disposent d'un local spécifique d'activité (ateliers, boutiques, bureaux, magasins,
comptoirs fixes sur les places de marchés), 44,9% exercent à domicile et 37,9% ne possèdent pas
de local. Globalement, on observe une très forte corrélation entre branche d'activité, existence et
type de local. Le type de local varie aussi avec la technicité du métier, le degré de sédentarisation
de l’activité et la zone considérée.

Tableau 1-5: Type de local selon la branche d’activité et le milieu (%)


Urbain Rural Cameroun
Branche d'activité Sans Domi- Avec Sans Domi- Avec Sans Domi- Avec
Total Total Total
local cile local local cile local local cile local
Industrie 29,5 49,2 21,3 100,0 20,9 72,6 6,5 100,0 23,2 66,3 10,5 100,0
Agro-alimentaire 18,1 70,3 11,6 100,0 14,3 81,8 3,9 100,0 15,0 79,9 5,1 100,0
Confection 3,8 63,7 32,5 100,0 0,8 70,3 28,9 100,0 2,7 66,1 31,2 100,0
BTP 95,5 0,5 4,0 100,0 93,6 5,5 0,9 100,0 94,6 2,9 2,5 100,0
Autres industries 28,2 31,5 40,3 100,0 29,8 58,7 11,5 100,0 29,4 51,1 19,5 100,0
Commerce 52,9 20,2 26,9 100,0 52,7 29,2 18,1 100,0 52,8 24,5 22,7 100,0
Commerce de gros 55,3 8,1 36,6 100,0 62,9 20,5 16,6 100,0 58,6 13,5 27,9 100,0
Commerce de détail 52,7 21,1 26,2 100,0 52,2 29,7 18,1 100,0 52,5 25,2 22,3 100,0
Services 52,9 22,2 24,9 100,0 41,8 36,8 21,4 100,0 47,5 29,2 23,3 100,0
Transport 96,3 3,2 0,5 100,0 99,7 0,3 - 100,0 97,5 2,2 0,3 100,0
Restauration 53,8 19,2 27,0 100,0 30,0 45,1 24,9 100,0 39,6 34,7 25,7 100,0
Réparation 35,2 23,6 41,2 100,0 37,6 30,1 32,3 100,0 36,2 26,3 37,5 100,0
Autres services 34,7 35,4 29,9 100,0 47,1 35,3 17,6 100,0 39,4 35,4 25,2 100,0
Total 45,7 29,8 24,5 100,0 32,6 55,2 12,2 100,0 37,9 44,9 17,2 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Le « commerce » et les « services » sont les secteurs où l'on trouve les plus forts contingents
d'activités « non localisées » c’est-à-dire exercées « hors domicile et sans local spécifique ». Plus
de la moitié des UPI commerciales sont abrités par des installations de fortune (ambulants,
postes fixes ou improvisés sur la voie publique, etc.). Il convient de noter le très fort pouvoir
d'attraction des places de marchés, où les commerçants « spontanés » concurrencent les
commerçants établis. Ainsi, seulement 38% des commerçants vendant sur les marchés publics
sont des commerçants établis avec boutique ou comptoir.

19
Dans le cas des « services », la quasi-totalité des services de transport, et plus d’un tiers des
autres types de services n’ont pas de local professionnel. Au contraire, dans les « industries », en
dehors des activités de « BTP » qui à 95% s’exercent hors local professionnel, généralement
chez les clients, la majorité des activités manufacturières se déroulent au domicile du promoteur :
agroalimentaires (79,9%), confection (66,1%) et autres industries (51,1%).

En milieu urbain, principalement à Douala et à Yaoundé où prédominent le commerce et les


services, l’absence de local professionnel est la situation la plus répandue, alors qu’en milieu
rural, zone de prédilection des activités agro-industrielles, la plupart des activités ont lieu dans le
logement du ménage.

Les unités qui exercent dans la rue ou de façon ambulante (surtout les transports, certains
commerces de détail, certains services de restauration ou autres) n’ont souvent pas de local
professionnel et sont plus difficilement repérables sur le terrain ; en outre, elles exposent leur
personnel et leur clientèle à des risques divers (intempéries, hygiène et salubrité, accidents, etc.).
Quant à celles s’exerçant à domicile, elles présentent l’avantage de faciliter la réalisation des
travaux (minimiser le coût de déplacement et les risques liés à l'insécurité), et aussi de pallier le
manque de ressources financières nécessaires à l'achat ou à la location d'un local ; leur
inconvénient est la difficile séparation des comptes du ménage de ceux de l’unité de production
puisqu’une partie des équipements du ménage est utilisée par l’UPI.

Même lorsqu'elles exercent leur activité à domicile, les UPI disposent rarement d'une installation
particulière propre à l'activité. Par exemple, dans les « industries agroalimentaires » et la
« confection », respectivement 79,9% et 66,1% des unités de production informelles se trouvent
dans les domiciles, parmi lesquelles peu jouissent d'une pièce réservée à cet effet (à peine 22% et
15%). Finalement, moins de 20% des unités opèrent dans un véritable local d'activité.

L’analyse des raisons de la non localisation des unités informelles met en lumière l'ambivalence
de ce secteur. Pour près de trois chefs d'unités informelles non localisées sur dix, l'absence de
local spécifique est un choix délibéré qui permet à l’UPI d’exercer son activité avec plus de
facilité. Ces derniers mettent en avant la flexibilité du mode d’insertion qui permet de s’adapter à
une demande fluctuante ou de combiner activités domestiques et marchandes (notamment pour
les femmes). En outre, jusqu’à 36,8% des UPI sans local ne voient pas l’utilité d’en posséder,
compte tenu du type d'activité exercée. Par ailleurs, un tiers des chefs d’UPI non localisées se
plaignent de ne pouvoir exercer dans un local approprié, soit qu'ils ne peuvent en supporter le
coût (30,3%), soit qu'ils n'en ont pas trouvé sur le marché (2,5%). Ce problème d’accès à un
local professionnel pour réaliser ses activités est plus ressenti dans les villes, particulièrement par
la majorité des promoteurs d’UPI de « commerce » opérant à Douala.

20
Tableau 1-6: Principales raisons de la non disposition d'un local par branche d’activité (%)
Raison d'exercice de l'activité sans local
Branche d’activité N'a pas les moyens
N'a pas trouvé de Exerce son activité
de louer ou N'en a pas besoin Autre
local disponible avec plus de facilité
d'acheter un local Total
Industrie 1,7 26,1 31,5 39,7 1,0 100,0
Agro-alimentaire 2,4 23,3 36,3 37,0 1,0 100,0
Confection 0,6 58,2 21,8 18,9 0,5 100,0
BTP 0,1 5,4 19,3 74,7 0,5 100,0
Autres industries 0,8 32,4 25,2 40,9 0,7 100,0
Commerce 3,0 37,1 27,9 31,3 0,7 100,0
Commerce de gros - 21,2 42,4 36,4 - 100,0
Commerce de détail 3,2 38,0 27,0 31,0 0,8 100,0
Services 3,4 31,6 25,8 36,9 2,3 100,0
Transport - 0,5 14,4 85,1 - 100,0
Restauration 3,5 40,7 27,5 25,6 2,7 100,0
Réparation 9,1 52,9 26,9 11,1 - 100,0
Autres services 3,7 30,7 30,3 31,1 4,2 100,0
Total 2,5 30,3 29,2 36,8 1,2 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Parmi les UPI qui possèdent un véritable local, près de trois sur dix en sont propriétaires, 55,8%
sont locataires et près de 6,3% travaillent dans un local qui leur a été prêté.

Du fait de la précarité de leurs conditions d’activité, la plupart des UPI ayant un local
professionnel ne disposent pas des principaux services publics : 95,0% sont privées d'eau, 51,0%
d’électricité et 85,3% de téléphone. Hormis les BTP, c'est naturellement le secteur informel
localisé en particulier les « services personnels » rendus aux ménages tels que le nettoyage de
textiles, la coiffure et les soins de beauté, la « réparation », la « confection », le « commerce de
gros », et « la restauration » qui sont les mieux équipés. Ces chiffres reflètent l'insuffisance de
ces services publics et plus particulièrement en milieu rural.

Tableau 1-7: Taux d'accès aux services publics des UPI ayant un local professionnel par secteur d’activité
et selon le milieu (%)
Urbain Rural Cameroun
Secteur d’activité
Eau Electricité Téléphone Eau Electricité Téléphone Eau Electricité Téléphone
Industrie 4,0 62,0 21,8 8,3 26,2 4,7 5,9 46,0 14,1
Commerce 3,4 35,4 17,2 0,2 39,8 7,1 2,2 37,1 13,3
Services 11,8 75,1 24,0 1,5 50,1 7,1 7,4 64,4 16,5
Total 6,4 55,9 20,7 3,1 39,3 6,4 5,0 49,0 14,7
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

21
Graphique 1-1 : Taux d'accès aux services publics des UPI ayant un local professionnel par secteur
d’activité (en %)

70
60
Dispose de
50 l'eau
40
Dispose de
30 l'électricité

20 Dispose d'un
téléphone
10
0
Industrie Commerce Services Ensemble
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Le secteur informel est non seulement un ensemble d'unités de production caractérisées par des
conditions d’activités précaires et un accès limité aux services publics, mais c'est aussi un secteur
atomisé, où la dynamique entrepreneuriale reste familiale et limitée. L'immense majorité des UPI
ont été créées par celui ou celle qui la dirige actuellement (93%). Près de 4% des chefs d’UPI en
ont hérité lors de la transmission d'un patrimoine familial, et dans moins de 1% des cas, il s'agit
d'une cession d'une unité déjà existante, créée en dehors du cercle familial. De plus, les UPI sont
monocéphales, la part des entreprises à établissements multiples étant très faible (0,9%). La
dynamique du secteur informel relève plus d'une dynamique de création/génération d'emplois
que d'une véritable dynamique d'entreprise.

Généralement unipersonnelles, les UPI sont aussi inorganisées. Seules 3% des UPI appartiennent
à une organisation de producteurs ou de commerçants. Les unités de production informelles
règlent les différents problèmes qu'elles rencontrent sur une base individuelle. Quand elles
existent, les associations de producteurs et de commerçants servent surtout à régler les problèmes
entre concurrents et ceux liés à l’insécurité.

Contrairement à une idée reçue, l’entrée dans le secteur informel est en général volontaire. En
effet, 30% des promoteurs invoquent plutôt la possibilité d'obtenir un meilleur revenu par rapport
à un éventuel emploi salarié ; près d’un quart des promoteurs d’UPI considèrent le secteur
informel comme un mode privilégié pour être indépendant. Par contre, environ 35% des chefs
d'unités de production déclarent avoir décidé d’exploiter leur unité de production parce qu’ils
n’ont pas pu trouver de travail salarié.

Enfin, la tradition familiale, à travers la transmission d'un patrimoine ou d'une compétence


technique, n'est un facteur déterminant dans l'orientation professionnelle des chefs d'UPI que
dans 5% des cas, essentiellement dans l’agro-alimentaire (17%) et les autres industries (11%). Ce
fait illustre la faiblesse de la logique entrepreneuriale inter-générationnelle dans ce secteur.

1.3 Démographie des unités de production

La présente section s’intéresse à la durée d’existence et au rythme de création des UPI. Etant
donnée l’indisponibilité des informations sur les disparitions observées, elle ne traite que des
UPI encore en activité au moment de l’enquête.

La structure par milieu et âge des UPI a une forme pyramidale : elle a une base élargie qui se
rétrécit très rapidement avec l’âge surtout en milieu urbain.

22
Graphique 1-2 : Répartition des UPI selon leur ancienneté par milieu

35
Age des UPI (années)

30

25

20

15

10

30 25 20 15 10 5 0 5 10 15 20 25 30
Urbain (%) Rural
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Les UPI non agricoles sont relativement jeunes : leur âge moyen est de 7,4 ans. Cette moyenne
masque en fait une grande diversité de dates de création, avec la coexistence d'établissements
relativement anciens, voire très anciens (2,6% ont été créés avant 1975 et parmi ceux-ci quelques
uns avant 1960 ; environ 13,1% avant 1990 et 26% avant 1995) et d'établissements qui sont
relativement jeunes. Ainsi, près de trois quarts des UPI ont vu le jour au cours des huit dernières
années et la moitié au cours des quatre dernières années.

Les durées de vie les plus élevées (9,3 ans et 5 ans d’âges moyen et médian respectivement) sont
enregistrées dans l’industrie qui prédomine en milieu rural, les UPI de commerce et celles de
services ayant quant à elles un âge moyen de 5,7 ans et une médiane variant entre 3 et 4 ans.
Dans le secteur « industrie », en dehors de la branche confection dans laquelle l’âge moyen des
unités de production informelles est de 6,6 ans, toutes les autres branches présentent une
moyenne d’âge des UPI de 10 ans. A l’autre extrémité, les UPI les plus jeunes opèrent surtout
dans le « transport » : leur moyenne d’âge est de 3,3 ans. Ce constat est valable dans la plupart
des régions du pays, et est le fait principalement des « transports par taxi moto » qui se sont
vulgarisés ces dernières années à la faveur des importations massives de motocycles d’origine
asiatique.

Graphique 1-3 : Création brute des UPI par secteur d’activité


70

60

50

40
(%)

30

20

10

0
Avant 1994 1994- 1995 1996- 1997 1998- 1999 2000- 2001 2002- 2003 2004- 2005
Industrie Commerce Services

Source: INS, EESI 2005, Phase 2

23
L’examen des âges des UPI suivant le milieu d’implantation montre que c’est en milieu rural que
les UPI sont, en moyenne, les plus âgées (8,5 ans contre 5,8 ans en milieu urbain). Cette
différence selon le milieu se vérifie dans la plupart des branches, à l’exception de la confection,
du commerce (de gros et de détail), et des transports.

Le profil par âge des UPI traduirait un effet combiné d’une forte propension à la création d’UPI
et d’une « mortalité » élevée de ces dernières. Le nombre d'unités informelles créées au cours des
cinq dernières années est très élevé par rapport à celui des cinq années précédentes. Cela avait
déjà été constaté lors de l’enquête 1-2-3 de 1993/1994 à Yaoundé. Il pourrait s’interpréter
comme résultant principalement du dynamisme de création et de la témérité des opérateurs du
secteur informel face au risque élevé de disparition de leurs unités de production. L'hypothèse
d'une montée en puissance du secteur informel comme mode d'insertion privilégié de la main-
d’œuvre en période de difficultés économiques a été vérifiée précédemment en traitant des
raisons de création des UPI. Les nouveaux chefs d'unités informelles ont une propension de plus
en plus forte à s'établir dans les branches de services et de commerce au détriment des branches
industrielles. Ceci est à relier avec la nécessité ou non de disposer d’un capital et à la facilité de
s’établir.

Alors que la part des UPI créées ayant un local professionnel reste faible, les UPI les plus jeunes
exercent plus souvent que les anciennes hors d’un local professionnel.

Cependant, il convient de relativiser les résultats présentés plus haut. Les données disponibles
n’apportent qu'une présomption d'une certaine forme de saturation du secteur informel productif,
dans la mesure où il est impossible de différencier la part de cette dynamique imputable à la crise
économique de ce qui reviendrait aux lois structurelles de la démographie des unités informelles,
liées à leur cycle de vie. Ainsi, on peut imaginer qu'au cours de leur cycle de vie, un certain
nombre d’UPI débutent dans des conditions précaires, puis dans un second temps, certaines se
développent en améliorant leur type d'insertion (acquisition d'un local propre, augmentation de
l'échelle d'activité, passage de l’informel au formel, etc.), alors que d’autres disparaissent. Seules
des données temporelles pourraient permettre de faire la part de ces différentes évolutions.

Graphique 1-4 : Création brute des UPI selon le type de local


70

60

50

40
(%)

30

20

10

0
Avant 1994 1994- 1995 1996- 1997 1998- 1999 2000- 2001 2002- 2003 2004- 2005
activité sans local activité à domicile activité avec local

Source: INS, EESI 2005, Phase 2

24
CHAPITRE 2: MAIN-D'OEUVRE ET EMPLOIS DANS LE SECTEUR
INFORMEL

La phase 1 sur l’emploi a permis de constater que le secteur informel est de loin le premier
pourvoyeur d’emplois au Cameroun avec plus de neuf emplois sur dix. La main-d’œuvre
constituant l’un des principaux facteurs de production, en général plus important dans le secteur
informel, ce chapitre approfondit l’étude des caractéristiques des actifs du secteur informel en
terme de taille des UPI, de statut des employés, de durée du travail, de rémunérations, de
caractéristiques démographiques des actifs et de dynamique de créations d’emplois.

2.1 Taille des UPI

Le secteur informel est massivement constitué de micro-unités. La taille moyenne des unités est
de 1,5 personnes. Il existe peu de différence selon le milieu. Les branches du BTP, de la
restauration et de la réparation ont les plus grandes intensités de main-d’œuvre.

Sur l'ensemble du pays, plus des deux tiers des UPI (69,4%) comptent un seul employé (auto-
emploi) et seules 4,5% emploient plus de trois personnes. Cette distribution fortement polarisée
sur l'auto-emploi se retrouve dans chacune des douze régions d'enquête. C'est un résultat
déterminant dans la mesure où la définition du secteur informel retenue pour l'enquête n'imposait
aucune limite à la taille des unités.

La prédominance des UPI comptant un seul employé est encore plus marquée dans le commerce
(75,8 % des UPI). La taille moyenne des UPI de ce secteur est de 1,3 contre 1,6 dans le secteur
industriel et 1,5 dans les services.

Tableau 2-1: Répartition des UPI en fonction de leur taille par secteur d’activité et milieu (%)
Milieu Secteur d’activité
Effectif Autres Ensemble
Douala Yaoundé Urbain Rural Industrie Commerce Services
villes
Une personne 69,5 71,9 70,0 70,3 68,9 65,2 75,8 70,0 69,4
Deux personnes 17,9 14,5 17,9 17,1 20,2 20,9 17,4 17,3 19,0
Trois personnes 8,5 7,9 7,6 7,9 6,5 8,3 4,4 7,8 7,1
Plus de trois pers. 4,1 5,7 4,5 4,7 4,4 5,6 2,4 4,9 4,5
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Taille moyenne
1,5 1,6 1,5 1,5 1,5 1,6 1,3 1,5 1,5
(personne)
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Enfin, la forte orientation vers l'auto-emploi est un indicateur de la faible capacité


d'accumulation du secteur informel qui semble incapable de se développer autrement que par un
processus de croissance extensive, caractérisé par la multiplication des unités de production.

2.2 Taux de salarisation

Du fait de la taille réduite des unités informelles et du poids écrasant de l’auto-emploi, le taux de
salarisation (rapport du nombre de salariés, y compris les apprentis payés, au nombre total
d’actifs) atteint à peine 7,9 % au sein de l'ensemble des UPI non agricoles. Ce taux est deux fois
plus élevé en milieu urbain qu’en milieu rural, respectivement 11,8% et 5,1%. Yaoundé est la
région où ce taux atteint son niveau le plus élevé (16,8%).

La branche du BTP présente le taux de salarisation le plus élevé (47,2%), suivie par la branche
des transports avec un taux de 17,2%. Le salariat est très marginal dans la branche « commerce
de détail », il se trouve principalement à Douala et Yaoundé.

25
Parmi les UPI, celles qui n’emploient que des salariés sont plutôt rares. En outre, les UPI où
cohabitent à la fois des salariés et des apprentis non payés ou des aides familiaux sont marginales
(0,6%). Le faible taux de salarisation est une caractéristique du secteur informel, qui l'oppose au
secteur formel où la norme salariale est la règle.

Tableau 2-2: Répartition des UPI selon le type d’emploi par secteur d’activité et milieu
Milieu Secteur d’activité
Type d’emploi (% UPI) Autres Ensemble
Douala Yaoundé Urbain Rural Industrie Commerce Services
villes
Auto-emploi 69,5 71,9 70,0 70,3 68,8 65,2 75,8 70,0 69,4
Non salarial 23,2 17,0 23,7 22,1 27,4 28,6 21,9 22,9 25,2
Salarial 6,2 9,5 5,2 6,5 3,5 5,4 2,2 6,3 4,7
Mixte 1,1 1,6 1,1 1,1 0,3 0,8 0,1 0,8 0,7
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Taux de salarisation (%) 10,9 16,8 9,9 11,8 5,1 10,2 2,9 8,4 7,9
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Malgré le faible taux de salarisation, la notion de salariat a des contours flous dans le secteur
informel : le salariat mensualisé est minoritaire. Seuls 34% des salariés reçoivent un salaire fixe,
alors que 35,7% d’entre eux sont rémunérés à la tâche, les autres étant rémunérés soit en fonction
de la durée de travail, soit à la commission.

2.3 Statut des employés

La main-d'œuvre dépendante des UPI (patrons, indépendants et associés exclus) est composée à
20,1% de salariés, à 65,4% d'aides familiaux et à 14,5% d'apprentis dont environ trois sur dix
sont rémunérés.

La précarité et l'absence de protection sont les caractéristiques principales des emplois du secteur
informel :

- Premièrement, seule la moitié de la main-d’œuvre employée est constituée de travailleurs


permanents. Ce taux est plus élevé en milieu rural qu’en milieu urbain. En outre, seuls 2,5 %
des employés bénéficient d'un contrat écrit avec leur employeur. Les autres sont sans contrat
(68 %) ou ne bénéficient que d'un contrat oral avec leur employeur (29,2 %). L'absence de
contrat, plus accentuée en milieu rural, laisse la porte ouverte aux abus en tout genre de la part
des employeurs.

- Deuxièmement, la main-d’œuvre ne bénéficie pratiquement d'aucune prestation sociale.


L'absence de couverture sociale institutionnelle (affiliation à la Caisse Nationale de Prévoyance
Sociale - CNPS) découle directement du non enregistrement de la plupart des UPI. Par ailleurs,
les primes versées concernent 5,7% des employés. C’est à Douala que les employés bénéficiant
de primes sont proportionnellement plus nombreux. Pour ce qui est de la participation aux
bénéfices, elle ne concerne que 0,9% de la main-d’œuvre.

Les individus travaillant dans l'informel sont ainsi peu nombreux à bénéficier des avantages qui
sont souvent accordés aux employés du secteur formel (primes de fin d'année, congés payés,
participation aux bénéfices, sécurité sociale, etc.).

26
Tableau 2-3: Caractéristiques des emplois dépendants selon le statut et selon le milieu (%)
Répartition selon le type de contrat Aucun
Proportion Participati Cotisa- lien de
Congés
d’employés Contrat Contrat Pas de Primes on aux tions parenté
A l’essai payés
permanents écrit oral contrat bénéfices sociales avec le
chef
Statut
Salariés 48,9 4,4 90,0 0,2 5,4 9,1 0,2 0,8 0,5 80,0
Apprentis payés 50,4 1,3 69,3 0,5 28,9 8,8 0,4 6,7 0,0 72,3
Apprentis non payés 55,6 15,2 44,5 2,2 38,1 9,7 0,0 1,9 0,0 87,4
Aides familiaux 51,8 0,0 5,6 0,0 94,4 3,8 0,0 0,5 0,1 6,5
Milieu
Douala 34,2 3,2 36,1 1,6 59,1 17,1 0,0 1,0 0,0 41,6
Yaoundé 53,2 3,9 66,0 0,3 29,8 5,0 0,4 2,0 0,5 59,4
Autres villes 56,5 5,2 35,4 0,1 59,3 6,2 0,0 0,9 0,4 43,6
Urbain 48,9 4,3 43,0 0,6 52,1 9,2 0,1 1,2 0,3 46,8
Rural 53,4 1,2 19,1 0,1 79,5 3,1 0,0 0,8 0,0 21,9
Ensemble 51,6 2,5 29,2 0,3 68,0 5,7 0,1 0,9 0,1 32,4
Source: INS, EESI 2005, Phase 2
NB : Les emplois dépendants sont ceux exercés par la main-d’œuvre du secteur informel (salariés, apprentis, aides familiaux). La dernière
colonne correspond au % de la main-d’œuvre qui n’est pas apparentée au chef d’UPI.

Les trois quarts des employés du secteur informel ne sont pas rémunérés ; il s’agit pour
l’essentiel d’aides familiaux. Le constat relatif au faible taux de rémunération de la main-d'œuvre
doit être nuancé en raison de l'importance des relations personnelles existant entre les chefs
d'UPI et leurs employés : plus de deux tiers des employés ont en effet un lien de parenté avec
leur employeur. Ce taux est de 78,1% en rural. L'importance des relations personnelles se
retrouve au niveau de l'embauche : 91% de la main-d'œuvre des UPI ont obtenu leur emploi par
des relations familiales ou amicales. Cela qui laisse présager des comportements non conformes
à l’application de la législation du travail, tels que le recours à l’inspection du travail ou à la
justice pour régler les conflits relatifs aux conditions de travail.

2.4 Durée du travail

Les actifs du secteur informel travaillent en moyenne 33,8 heures par semaine. La situation
diffère néanmoins selon le milieu. La durée moyenne hebdomadaire de travail est de 27,4 heures
en milieu rural et de 43,1 heures en milieu urbain. Elle est plus importante à Yaoundé et à
Douala, où elle est de 48,8 et 44,4 heures par semaine respectivement. On note ainsi que les
normes légales régissant la durée du travail (40 heures) n'ont pas cours dans ces villes en
particulier, ni dans le milieu urbain en général.

L'analyse de la distribution de la durée de travail montre que la charge hebdomadaire de travail


est très variable d'un individu à un autre : près de la moitié des actifs de l'informel travaillent
moins de 24 heures par semaine, 38,3% plus de 40 heures, et 29,4% plus de 48 heures par
semaine. On peut également noter que la proportion d’individus travaillant plus de 40 heures par
semaine est très importante en milieu urbain (56%), particulièrement à Yaoundé et Douala, où
elle est respectivement de 67% et 58%.

27
Tableau 2-4: Durée hebdomadaire de travail selon le milieu et le secteur d’activité
Autres
Douala Yaoundé Urbain Rural Cameroun
villes
Répartition des actifs par rapport aux tranches horaires (en %)
Moins de 24 h 24,8 20,5 33,8 28,0 57,6 45,4
De 24 h à 40 h 17,2 12,8 16,9 16,0 16,6 16,4
De 41 h à 48 h 11,7 11,1 13,3 12,3 6,3 8,8
De 49 h à 60 h 24,9 25,0 18,1 21,7 11,5 15,7
Plus de 60 h 21,4 30,6 17,9 22,0 8,0 13,7
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Durée moyenne de travail par semaine (en heures)
Industrie 38,6 47,3 32,9 37,1 21,9 26,4
Commerce 47,7 50,1 44,1 46,7 36,2 41,6
Services 46,0 48,7 43,7 45,8 33,6 40,1
Ensemble 44,4 48,8 39,3 43,1 27,4 33,8
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Une telle hétérogénéité dans la durée du travail peut être interprétée de diverses manières. D’une
part, elle pourrait traduire la diversité de la structure des économies régionales. D’autre part, elle
peut être vue comme un élément positif témoignant de la flexibilité du secteur informel ;
flexibilité se traduisant par un nombre d'heures travaillées modulable selon l'état de la demande
et offrant également la possibilité à ceux qui travaillent un petit nombre d'heures de mener
parallèlement d'autres activités (travaux domestiques, études, etc.).

Inversement, elle peut être un indicateur du sous-emploi des ressources humaines dans le secteur
informel s'il s'avère que les individus travaillant à temps partiel le font contre leur gré. En outre,
la proportion d'employés dont la charge horaire hebdomadaire dépasse la charge horaire
hebdomadaire légale de 40 heures et notamment plus de 48 heures (29,4%) peut être le signe
d'un niveau faible de rémunération horaire.

Le phénomène décrit ci-dessus semble être particulièrement répandu dans les branches du
« transport » et de la « réparation » où les durées hebdomadaires de travail sont plus élevées que
dans les autres branches, respectivement 55,1 et 46,5 heures en moyenne.

Il est également intéressant de noter que parmi les actifs du secteur informel, les apprentis non
rémunérés et les salariés travaillent en moyenne 9 heures de plus que les patrons. Par contre, les
aides familiaux travaillent 20 heures de moins que les patrons et environ 17 heures de moins que
les travailleurs pour compte propre.

2.5 Caractéristiques sociodémographiques des actifs du secteur informel

Les travailleurs pour compte propre sont prépondérants (63,3%) par rapport à l’ensemble des
actifs du secteur informel. Les aides familiaux viennent en seconde position en représentant
21,1% de la main-d’œuvre totale. Par ailleurs, la proportion des patrons croît avec le niveau
d’études. Le niveau d'études apparaît ainsi comme un atout pour les travailleurs informels au
sens où il permet d'accéder à de meilleurs statuts.

En outre, quel que soit le niveau d'études, environ trois quarts des travailleurs informels
n’exercent pas dans un local professionnel, confirmant ainsi la forte précarité généralisée des
activités informelles.
Malgré le rôle joué par le niveau d’études, les possibilités de valoriser une expérience acquise
dans le secteur moderne sont limitées ou peu recherchées par ceux qui ont acquis cette
expérience. D'abord, à peine 1,1% des actifs informels déclarent avoir appris le métier qu'ils
exercent aujourd'hui dans une grande entreprise. Si l'on y ajoute ceux qui sont passés par une
école technique, on trouve moins de 6% des actifs informels. L'immense majorité a soit appris

28
seule le métier (63,8%), soit s'est formée sur le tas dans une unité informelle (28,9%). On peut à
juste titre affirmer que le secteur informel forme lui-même la main-d’œuvre qu’il utilise et qu’il
y a peu de passerelles entre secteur formel et informel.

La main-d’œuvre du secteur informel n’est pour autant pas totalement dépourvue de


qualifications. Si elle est faiblement scolarisée avec 5 années d'études et demi en moyenne, son
expérience professionnelle n’est pas négligeable avec environ 6 années d’ancienneté dans
l’emploi.

Tableau 2-5: Caractéristiques démographiques des actifs informels par statut et secteur d’activité
% de jeunes de Age moyen Niveau d'études Ancienneté
Répartition (en %) % de femmes
moins de 25 ans (années) (années) moyenne (années)
Statut
Patron 3,3 23,5 13,0 36,1 8,7 5,7
Travailleur pour compte
63,3 61,3 18,1 36,8 5,1 7,2
propre
Salarié 6,6 14,3 39,5 26,9 7,1 2,3
Apprenti payé 1,3 20,6 62,2 23,6 6,1 1,7
Apprenti non payé 3,4 37,0 83,6 20,7 6,7 1,2
Aide familial 21,3 59,2 74,6 20,3 5,6 3,1
Associé 0,8 6,5 14,5 36,1 5,0 6,4
Secteur d’activité
Industrie 48,6 57,3 35,0 31,9 5,0 6,8
Commerce 25,2 54,2 30,0 33,2 5,3 4,7
Services 26,2 50,4 36,0 30,7 6,6 4,5
Ensemble 100,0 54,7 34,1 31,9 5,5 5,7
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

2.5.1 Insertion des femmes


Au niveau agrégé, plus de la moitié des emplois informels sont occupés par des femmes
(54,7 %). Elles sont majoritaires parmi les travailleurs pour compte propre (les femmes
représentent près des deux tiers des travailleurs pour compte propre, soit 61,3%) et les aides
familiaux (59,2%). En revanche, les hommes sont plus nombreux parmi les salariés ; la majorité
des apprentis, payés ou non, sont des hommes. Chaque genre semble se spécialiser dans des
branches distinctes. Aux femmes « l’agro-alimentaire », la « confection » et la « restauration ».
Aux hommes, la « réparation », le « BTP », les « transports », ainsi que le « commerce de gros ».

Les emplois féminins sont, à plus d'un titre, plus précaires que ceux occupés par des hommes.
Les femmes disposent moins souvent d'un local professionnel pour leur activité. Près de 86,7%
des femmes promotrices du secteur informel exercent sans local professionnel contre 76,9% chez
les hommes. Elles sont proportionnellement beaucoup plus nombreuses à exercer à domicile sans
installation particulière ou encore sur les marchés. De plus, elles intègrent des UPI peu
performantes (faible chiffre d’affaires, taille réduite, non enregistrées). Ceci se traduit
directement sur la rémunération des activités féminines.

2.5.2 Insertion des jeunes

La moyenne d’âge des actifs informels est de 32 ans. Cette moyenne est plus élevée chez les
travailleurs indépendants (travailleurs pour compte propre et patrons) où elle est de plus de 36
ans. Les travailleurs dépendants sont beaucoup plus jeunes avec un âge moyen de 22 ans. Les
jeunes de moins de 25 ans représentent le tiers des actifs. Ils sont particulièrement nombreux
dans les emplois dépendants (64,8% des jeunes) puisqu'ils constituent 62,2 % des apprentis
payés, 83,6 % des apprentis non payés et 74,6 % des aides familiaux.

Lorsqu'ils s'installent à leur propre compte, les jeunes se dirigent principalement vers le secteur
industriel (beaucoup plus dans l’agro-alimentaire), ensuite dans le secteur des services (dans la

29
restauration) et enfin dans le commerce, essentiellement le commerce de détail. Lorsqu'ils
intègrent des UPI déjà existantes en tant qu’employés, c'est encore principalement dans
l’industrie et les services qu’ils le font.

Tableau 2-6: Répartition des actifs de moins de 25 ans selon le statut par secteur d’activité (%)
Secteur d'activité Travailleurs indépendants Travailleurs dépendants Ensemble
Industrie 43,3 54,3 50,4
Commerce 23,2 21,3 21,9
Services 33,5 24,4 27,7
Total 100,0 100,0 100,0
Répartition des jeunes selon le statut 35,2 64,8 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Tant chez les jeunes que chez les adultes, la plupart des actifs du secteur informel ont acquis leur
qualification sur le tas (learning by doing). Cependant, la proportion des jeunes ayant acquis une
qualification dans une petite entreprise est plus élevée que chez les adultes.

2.6 Niveau des rémunérations

Les revenus dans le secteur informel posent des problèmes complexes concernant leur mesure et
leur interprétation. Outre la difficulté à obtenir une estimation fiable, faute de comptabilité écrite
ou de bulletin de paie, la diversité des statuts et la variabilité des durées de travail rendent délicat
le choix d'un indicateur pertinent.
Dans l'ensemble, le revenu mensuel moyen des actifs du secteur informel est de 29 600 FCFA.
Le revenu horaire se situe à 204 FCFA en moyenne. Il est donc supérieur au salaire minimum
officiel fixé à 136,6 FCFA par heure (l’équivalent de 23 500 FCFA par mois pour 40 heures par
semaine).
Le revenu mensuel moyen varie sensiblement d'une région à une autre. Il est nettement plus
élevé à Yaoundé (63 400 FCFA), certainement à cause du poids important des patrons (qui sont
les mieux rémunérés) et du faible poids des travailleurs non rémunérés par rapport aux autres
régions. Il est deux fois plus élevé en milieu urbain (41 900 FCFA) qu’en milieu rural
(21 000 FCFA).
Par ailleurs, il existe de fortes disparités de revenu à l'intérieur du secteur informel. La valeur
médiane du revenu mensuel en témoigne : selon les régions, le revenu médian est de deux à trois
fois plus faible que le revenu moyen régional. Cela signifie que la moitié des individus
travaillant dans le secteur informel gagne entre deux et trois fois moins que le revenu moyen.
En outre, le revenu mensuel médian (11 000 FCFA) est deux fois plus faible que le salaire
minimum, ce qui signifie que la moitié des travailleurs du secteur informel a une rémunération
inférieure à 11 000 FCFA. De telles disparités dans les niveaux de rémunération s'expliquent en
grande partie par la forte proportion d'apprentis et d'aides familiaux parmi les travailleurs du
secteur informel, lesquels ne sont généralement pas rémunérés.
Tableau 2-7: Rémunération selon le milieu
Douala Yaoundé Autres villes Urbain Rural Cameroun
Revenu mensuel moyen (en milliers de FCFA) 43,2 63,4 30,4 41,9 21,0 29,6
Revenu mensuel médian (en milliers de FCFA) 26,0 43,0 14,0 22,0 7,0 11,0
Revenu horaire moyen (en FCFA) 226,3 302,2 179,6 226,3 178,6 203,5
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Cependant, il convient de relativiser cette comparaison au salaire minimum. En premier lieu, le


revenu des travailleurs indépendants du secteur informel estimé dans le tableau ci-dessous
correspond à l'excédent brut d'exploitation (EBE) qui est la part de la valeur ajoutée de l'UPI qui
revient à l'entrepreneur, une fois déduits la masse salariale (donnée aux travailleurs dépendants)

30
et les impôts (versés à l'Etat). L'EBE surestime le revenu des travailleurs indépendants dans la
mesure où il doit être considéré comme un revenu mixte, qui rémunère aussi bien le travail
effectif de l'entrepreneur, que le capital investi dans l'UPI.
Les niveaux de rémunération sont variables selon le secteur d'activité. Dans l'ensemble, le
secteur des services est celui où le revenu mensuel moyen est le plus élevé (38 400 FCFA), suivi
du commerce (34 900 FCFA) et enfin de l'industrie (22 100 FCFA).
Tableau 2-8: Rémunération dans le secteur informel
Revenu Revenu Revenu Revenu
Revenu
mensuel mensuel mensuel mensuel Revenu horaire
horaire
moyen médian moyen médian moyen
moyen
(milliers de (milliers de (milliers de (milliers de (FCFA)
(FCFA)
FCFA) FCFA) FCFA) FCFA)
Branche d’activité Statut
Industrie 22,1 8,0 194,7 Patron 89,1 85,0 523,9
Agro-alimentaire 12,0 4,0 139,4 compte propre 37,2 19,0 242,2
Confection 27,6 13,0 177,9 Salarié 35,5 30,0 169,4
BTP 50,1 39,0 285,7 Apprenti payé 18,8 20,0 105,9
Autres industries 32,8 12,0 236,9 Apprenti non payé 3,3 0,0 15,5
Commerce 34,9 14,0 195,2 Aide familial 0,6 0,0 6,9
Commerce de gros 66,9 41,0 421,1 Scolarité
Commerce de détail 32,8 13,0 182,3 Non scolarisé 18,4 6,0 152,1
Services 38,4 20,0 222,6 Primaire 25,9 10,0 182,2
Transport 63,8 51,0 269,6 Secondaire 1er cycle 35,4 17,0 216,8
Restauration 31,8 11,0 203,5 Secondaire 2nd cycle
57,2 38,0 341,3
Réparation 32,5 17,0 162,4 et supérieur
Autres services 41,4 21,0 258,2 Apprentissage
Sexe Ecole technique 57,1 38,0 353,6
Homme 38,2 19,0 230,4 Grande entreprise 51,6 38,0 271,7
Femme 22,5 7,0 175,0 Petite entreprise 28,9 11,0 189,9
Tout seul, pratique 28,1 10,0 200,2
Ensemble 29,6 11,0 203,5
Autre 20,5 8,0 133,3
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Le statut dans l'emploi discrimine bien le montant des rémunérations perçues. Les patrons
se situent en haut de l'échelle avec un revenu médian de 85 000 FCFA, équivalent à près de
4 fois le salaire minimum, et un revenu moyen de 89 100 FCFA. Les salariés occupent la
seconde place dans cette hiérarchie, avec 30 000 FCFA de revenu médian et 35 500 FCFA de
revenu moyen. Ensuite viennent les travailleurs pour compte propre avec un revenu médian
de19 000 FCFA et un salaire moyen de 37 200 FCFA.

Les femmes qui travaillent dans le secteur informel accusent un déficit de revenu très
marqué par rapport à leurs homologues masculins. En moyenne, les hommes gagnent
presque deux fois plus que les femmes (respectivement 38 200 FCFA et 22 500 FCFA), les
hommes travaillant cependant plus longtemps que les femmes (respectivement 38,5 et 29,9
heures par semaine). Cette différence s’explique notamment par le statut dans l’emploi puisque
les femmes sont majoritaires non seulement dans les statuts faiblement ou non rémunérés
(compte propre et aide familial), mais également dans les branches moins créatrices de richesses.

Enfin, les revenus dans le secteur informel sont très dépendants des caractéristiques du
capital humain accumulé. En particulier, la rémunération est une fonction croissante du niveau
scolaire, ce qui montre que même en l'absence de grille de salaires formelle, l'éducation est
valorisée dans le secteur informel. Le revenu moyen des individus ayant suivi au moins le
secondaire second cycle est trois fois plus élevé que celui des individus qui ne sont pas allés à
l'école.

31
2.7 Dynamique de création d’emplois

Près de 15% de ceux qui travaillent dans les UPI ont moins d'une année d'ancienneté dans leur
établissement, 13,5% y travaillent depuis 1 an, 33,3% depuis 2 à 4 ans, 19,7% ont une ancienneté
de 5 à 9 ans, et 18,6% sont là depuis au moins 10 ans. Le statut des actifs joue sur l'ancienneté
dans l'emploi. Chez les dirigeants d'UPI, les travailleurs pour compte propre sont en tête avec en
moyenne 7 années d’ancienneté, viennent ensuite les patrons et associés avec en moyenne 6
années d’ancienneté. Du côté des employés, l'ancienneté dans l'emploi est en moyenne plus
importante pour les aides familiaux, ensuite pour les salariés et enfin pour les apprentis. Ce
dernier point peut s'expliquer par la rémunération des salariés et par le lien de parenté des aides
familiaux avec le chef d'UPI.

Sur l’ensemble du territoire national, 89% des emplois de plus de 10 ans d’existence créés par le
secteur informel sont des emplois de comptes propres. Mais cette catégorie représente seulement
40% des emplois créés au cours de l’année passée. A contrario, 17,1% des emplois informels
créés au cours de l’année passée sont des emplois salariés, mais ils représentent moins de 1% des
emplois les plus anciens. Ceci pourrait signifier qu’il coexiste deux phénomènes dans le secteur
informel : d’une part, la tendance n’est plus à la création de son propre établissement, mais plutôt
à intégrer des UPI déjà existantes, et, d’autre part, on entre dans l’informel par le salariat ou
l’apprentissage avant de migrer progressivement vers l’emploi indépendant.

Tableau 2-9: Répartition des actifs selon leur ancienneté et leur statut
Travailleur
pour Apprenti Apprenti Aide
Ancienneté Patron Salarié Associé Ensemble
compte payé non payé familial
propre
Moins de 1 an 10,2 9,5 31,2 39,0 35,4 22,3 8,8 14,9
1 an 10,9 11,0 16,8 17,7 36,2 16,6 9,5 13,5
2 à 4 ans 38,4 31,5 37,8 32,3 26,1 37,4 34,2 33,3
5 à 9 ans 22,4 22,7 11,0 9,9 2,3 16,3 26,0 19,7
10 ans et plus 18,1 25,3 3,2 1,1 - 7,4 21,5 18,6
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

32
CHAPITRE 3: CAPITAL, FINANCEMENT ET INVESTISSEMENT

En amont de la production des biens et services, il y a l’utilisation des principaux facteurs de


production que sont le travail et le capital. Après l’examen du facteur travail dans le chapitre
précédent, celui-ci examine le capital des UPI. Il s’agit de l’ensemble des biens durables
(terrains, locaux, véhicules, mobilier, machines, outillage, etc.) dont elles disposent dans
l’exercice de leurs activités. Le chapitre aborde notamment la composition du capital, ses
caractéristiques, son financement et sa constitution.

3.1 Valeur du capital du secteur informel

Dans le secteur informel, la presque totalité des UPI ont recours aux biens de capital dans
l’exercice de leurs activités. Seulement 3,3% de l’ensemble des UPI au niveau national n’en font
pas usage.

La valeur moyenne du capital par UPI est de 177 600 FCFA au niveau global. Elle est 2,3 fois
plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural. Il y a une disparité importante dans le milieu
urbain. En effet, la valeur moyenne du capital des UPI de la ville de Yaoundé est faible
comparativement à celle des autres localités urbaines. Cela est essentiellement dû à la faiblesse
de la valeur des équipements des UPI de commerce de cette ville. Comme on l’a vu au chapitre
1, les UPI de commerce du milieu urbain et particulièrement celles de Yaoundé ne disposent
majoritairement pas de local professionnel, équipement qui est avec le terrain les biens de capital
les plus valorisés.

Tableau 3-1: Possession et montant moyen du capital par UPI selon le secteur d’activité et le milieu
Douala Yaoundé Autres villes Urbain Rural Cameroun

UPI sans capital (en %)


Industrie 0,3 0,8 1,0 0,8 1,7 1,5
Commerce 1,3 8,2 7,0 5,5 7,6 6,5
Services 1,8 6,1 5,0 4,2 1,6 2,9
Ensemble 1,3 5,8 4,1 3,6 3,0 3,3
Montant moyen du capital par UPI (en milliers de FCFA)
Industrie 168,9 246,2 208,1 204,5 112,2 137,4
Commerce 312,5 93,6 177,9 202,3 71,6 140,4
Services 434,1 277,8 429,4 395,7 174,5 287,5
Ensemble 321,7 196,2 263,0 267,1 116,8 177,6
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Au niveau des secteurs d’activité, le capital moyen d’une UPI de commerce est évalué à
140 400 FCFA. Il est du même ordre que celui d’une UPI du secteur industriel (137 400 FCFA),
alors qu’il est deux fois plus faible que celui d’une UPI de service (287 500 FCFA). Le montant
moyen du capital des UPI, plus élevé dans les services, s’explique par la présence dans ce
secteur de la branche d’activité des transports dans laquelle la possession de véhicules (voitures,
motocyclettes) est indispensable pour l’exercice de l’activité. Ces équipements sont parmi les
plus coûteux possédés par les UPI.

3.2 Caractéristiques du capital du secteur informel

L’examen de la composition du capital fait ressortir l’importance des terrains et locaux. Au


niveau national, ils constituent la moitié de la valeur des biens. Les véhicules et les machines
avec respectivement 17,1% et 14,7% de la valeur des biens suivent. L’outillage et les autres
équipements représentent 12,4% de la valeur totale des équipements et le mobilier de bureau
6,0%. Cette répartition varie selon le milieu et les secteurs d’activité.

33
Selon le milieu, on note la prépondérance des terrains et locaux dans les localités rurales et dans
les petites villes. Par contre, dans les villes de Douala et de Yaoundé, ce sont respectivement les
véhicules professionnels et les machines qui pèsent le plus (49,7% et 39,0% de la valeur du
capital des UPI respectivement de Douala et de Yaoundé).

Selon les secteurs, alors que les véhicules sont très faiblement représentés dans le capital des UPI
industrielles (1,6%), ils représentent un cinquième de celui des UPI de commerce (20,8%) et près
du tiers des UPI de services (31,0%). En effet, certaines UPI commerciales exercent leur activité
de façon ambulante à bord de véhicules professionnels (voiture, moto, porte-tout, etc.) tandis que
le secteur des services abrite la branche transport dont l’équipement principal est un véhicule.

Tableau 3-2: Structure du capital selon le milieu (en % de sa valeur)


Type de capital Douala Yaoundé Autres villes Urbain Rural Cameroun

Terrains locaux 35,5 19,0 60,4 45,9 56,5 49,8


Machines 10,3 39,0 11,6 15,1 14,2 14,7
Mobilier de bureau 6,6 7,8 7,8 7,4 3,6 6,0
Véhicules professionnels 39,7 20,5 8,6 21,0 10,3 17,1
Outillage et autres 7,9 13,7 11,6 10,6 15,4 12,4
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

D’une façon globale, le capital du secteur informel est constitué à 85,5% de sa valeur de biens
achetés neufs. Cependant, cette situation est très variable selon le type de biens. En effet, un
cinquième des machines sont acquises d’occasion, de même que un peu plus du tiers des
véhicules professionnels.

Tableau 3-3: Qualité et propriété du capital (en % de sa valeur)


Qualité du capital Propriété du capital
Type de capital Auto Proprié- Prêt ou
Neuf Usagé Total Locataire Total
produit taire partagé
Terrains, locaux 67,2 25,6 7,2 100,0 40,5 38,5 21,0 100,0
Machines 78,8 20,8 0,4 100,0 94,1 2,4 3,5 100,0
Mobilier de bureau 86,6 10,9 2,5 100,0 95,5 0,7 3,8 100,0
Véhicules professionnels 65,0 34,5 0,5 100,0 88,7 4,8 6,5 100,0
Outillage 88,0 11,0 1,0 100,0 95,0 0,9 4,1 100,0
Autres 89,2 9,4 1,4 100,0 95,5 0,4 4,1 100,0
Ensemble 85,5 12,8 1,7 100,0 91,2 3,6 5,2 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Les biens durables utilisés sont à 91,2% de leur valeur la propriété des UPI, 5,2% représente la
part empruntée ou partagée et 3,6% louée. La location et l’emprunt concernent particulièrement
les terrains et locaux ; en effet 38,5% et 21,0% de la valeur de ces biens sont respectivement
loués ou empruntés.

Les biens d’équipement du secteur informel sont détenus en moyenne depuis 6,2 ans. Ceux du
milieu rural sont plus anciens que ceux du milieu urbain d’environ 2 ans, ceci est lié à l’âge
moyen des UPI qui est plus élevé dans le milieu rural que dans le milieu urbain (8,5 ans contre
5,8 ans).

Les machines, qui sont les biens les plus durables, sont naturellement le type de capital le plus
ancien ; il est détenu depuis en moyenne 8 ans. A l’opposé, le matériel de bureau, moins durable,
est le type le moins anciennement détenu avec une moyenne d’âge de 4,7 années.

34
Tableau 3-4: Age moyen du capital selon le milieu
Type de capital Douala Yaoundé Autres villes Urbain Rural Cameroun
Terrains, locaux 4,6 5,0 6,8 5,5 8,2 6,8
Machines 5,2 6,5 6,4 6,0 10,3 7,9
Mobilier de bureau 4,1 4,4 5,1 4,6 4,8 4,7
Véhicules professionnels 4,0 4,0 5,0 4,5 6,2 5,3
Outillage 5,0 4,1 5,0 4,8 7,6 6,5
Autres 3,0 3,7 5,7 4,2 7,6 6,5
Ensemble 4,6 4,4 5,3 4,9 7,2 6,2
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Par rapport à la provenance des biens durables utilisés, le tiers de la valeur de l’ensemble du
capital a été acquis dans ce même secteur, un autre tiers a été acquis auprès des ménages, le
dernier tiers étant acquis auprès du secteur formel public et privé (27,1%) ou autoproduit (5,9%).
L’importation directe de biens de capital par les UPI est presque inexistante.

La provenance des biens d’équipement est presque la même pour l’industrie et les services. Pour
ces deux secteurs, les biens provenant des ménages, du secteur informel commercial et du
secteur privé formel commercial sont prédominants. Pour les UPI commerciales, c’est le secteur
public qui prédomine aux côtés des ménages du secteur informel commercial.

Tableau 3-5: Origine du capital par branche d’activité (en % de sa valeur)


Privé formel
Privé formel Informel non Informel UPI elle-
Public non Ménage Import Total
commercial commercial commercial même
commercial
Industrie 4,1 0,8 22,5 6,1 19,6 42,2 0,1 4,6 100,0
Agro-alimentaire 4,1 0,2 10,0 4,5 13,4 62,7 0,0 5,1 100,0
Confection 11,6 2,5 18,8 3,7 25,8 36,3 0,3 1,0 100,0
BTP 0,2 1,1 4,7 19,1 71,1 2,4 0,0 1,4 100,0
Autres industries 0,7 0,2 44,8 5,9 8,6 32,6 0,0 7,2 100,0
Commerce 20,4 0,9 3,7 11,8 29,4 28,1 3,2 2,5 100,0
Commerce de gros 18,3 1,8 0,9 17,1 7,4 51,6 1,9 1,0 100,0
Commerce de détail 21,0 0,7 4,5 10,4 35,1 22,0 3,5 2,8 100,0
Service 2,0 1,0 24,9 11,1 22,7 28,9 0,9 8,5 100,0
Transport 0,2 2,7 42,8 4,7 34,4 11,7 2,4 1,1 100,0
Restauration 4,0 0,5 7,1 18,6 18,5 33,7 0,0 17,6 100,0
Réparation 2,5 1,0 12,6 6,6 30,3 46,8 0,1 0,1 100,0
Autres services 0,4 0,2 41,1 7,7 15,7 28,0 1,1 5,8 100,0
Ensemble 6,7 0,9 19,5 9,4 23,0 33,5 1,1 5,9 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

3.3 Financement du capital

Le capital du secteur informel est essentiellement autofinancé. En effet, son acquisition est
principalement financée par l'épargne individuelle ; fruit de son propre travail, des dons ou d’un
héritage. Cette épargne a contribué à plus de 90% au financement de la valeur du capital total des
UPI. Tous les autres modes de financement contribuent individuellement de façon marginale. Ce
profil est valable pour tous les secteurs d’activité et dans toutes les régions du pays. Les tontines,
les institutions de micro-finance et les banques n’interviennent donc que très faiblement dans le
financement du capital productif de l’économie informelle.

35
Tableau 3-6: Mode de financement du capital selon le milieu et le secteur d’activité (en %)
Douala Yaoundé Autres villes Urbain Rural Cameroun
Epargne, don, héritage
Industrie 92,8 92,7 97,2 95,4 97,7 96,7
Commerce 73,6 85,8 77,9 76,5 95,8 81,4
Services 90,8 87,7 92,7 91,1 97,0 92,9
Ensemble 84,8 88,9 91,4 88,4 97,2 91,9
Prêt familial
Industrie 2,8 0,2 0,7 1,0 1,5 1,3
Commerce 22,2 4,3 0,6 13,1 1,3 10,1
Services 2,3 9,5 2,6 3,6 0,3 2,6
Ensemble 9,6 5,6 1,6 5,4 1,1 3,7
Tontine
Industrie 0,9 4,6 0,4 1,4 0,4 0,8
Commerce 1,8 0,1 16,8 6,4 0,0 4,8
Services 3,1 1,2 2,5 2,5 0,2 1,8
Ensemble 2,3 2,0 4,5 3,3 0,3 2,1
Autres prêts
Industrie 3,5 2,5 1,7 2,2 0,5 1,2
Commerce 2,4 9,8 4,7 4,0 2,9 3,7
Services 3,8 1,6 2,2 2,8 2,5 2,7
Ensemble 3,3 3,5 2,5 2,9 1,4 2,3
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

3.4 Investissement dans le secteur informel

Parmi les UPI possédant du capital, 35% ont acquis des biens d’équipements au cours des douze
derniers mois. Ce pourcentage est de 40,8% à Douala et 37,6% à Yaoundé. Selon le milieu de
résidence, la proportion d’UPI du milieu urbain ayant procédé à un investissement est de 36,9%,
seulement supérieure de trois points à celle des UPI du milieu rural.

Les différences sont également moins perceptibles entre les secteurs d’activité. Le pourcentage
d’UPI ayant investi est de 37,3% dans l’industrie, 35,7% dans les services et 30,8% dans le
commerce.

Au niveau national, le montant total d’investissement réalisé par le secteur informel au cours des
douze mois ayant précédé l’enquête représente 10% de l’ensemble de son capital. Le taux
d’investissement, calculé en rapportant le montant de l’investissement à la valeur ajoutée du
secteur informel est cependant faible, il n’est que de 2,6%.

Comparativement au milieu rural, la proportion de l’investissement du secteur informel en milieu


urbain est plus de deux fois plus élevée. Selon les secteurs d’activité, le commerce possède la
part d’investissement la plus faible. L’investissement dans ce secteur représente 23,5% de la
valeur totale contre près de 37% et 40% respectivement pour l’industrie et les services. Le
commerce en général et tout particulièrement le petit commerce ne nécessitent pas toujours
l’utilisation des biens durables.

Dans le secteur industriel, l’investissement est principalement l’œuvre des unités de confection et
d’autres industries telles que l’industrie du bois alors que les unités de BTP ont peu investi. Dans
le secteur commercial, l’investissement est plus l’action des unités qui effectuent le commerce de
gros. Dans les services enfin, ce sont les unités de transport et de restauration qui ont le plus
investi.

Dans l’ensemble, le montant moyen de l’investissement par UPI est de 18 300 FCFA. Il est de
18 900 FCFA si l’on se restreint aux UPI ayant du capital. Si l’on ne considère cependant que les
unités ayant investi, le montant moyen de l’investissement par UPI est de 52 200 FCFA au
niveau national, 121 700 FCFA à Douala et 77 700 FCFA à Yaoundé.

36
En moyenne, les UPI du milieu urbain investissent plus que celles du milieu rural. Le montant
moyen d’investissement par UPI dans le milieu rural est le tiers de celui du milieu urbain. Selon
les secteurs d’activités, les UPI des services affichent le montant moyen d’investissement le plus
élevé situé à 77 800 FCFA contre 49 800 FCFA et 39 400 FCFA respectivement dans les
secteurs commerce et industrie. Les UPI de confection et d’autres industries ont les montants
moyens d’investissement les plus élevés dans le secteur industriel, les UPI de commerce de gros
dans le secteur commerce et celles de transport et d’autres services dans le secteur service.

Près de la moitié (48,7%) des UPI ayant investi appartiennent au secteur industrie contre 24,7%
au commerce et 26,6% aux services. Par ailleurs, 16% des UPI ayant investi ont moins d’un an
d’existence, principalement des UPI de services ; 59% des UPI qui ont investi ont au moins trois
ans d’existence. Elles procèderaient ainsi à des investissements de remplacement contrairement
aux UPI de moins d’un an dont l’équipement serait encore en bon état.

Tableau 3-7: Structure de l’investissement selon le milieu et la branche d’activité


Importance de l’investissement Type d'investissement (% de sa valeur)
UPI avec Montant moyen Part dans
Mobilier
capital qui par UPI ayant l’investisse- Terrains, Machi- Outillage
Véhicule de Total
investissent investi ment total locaux nes /autres
bureau
(%) (en FCFA) (%)
Milieu
Douala 40,8 121 700 34,8 60,9 17,2 3,2 8,1 10,6 100,0
Yaoundé 37,6 77 700 14,5 1,8 22,0 4,7 59,0 12,5 100,0
Autres villes 34,0 55 900 19,6 42,7 20,8 6,0 5,7 24,8 100,0
Urbain 36,9 83 500 68,4 43,2 19,3 4,2 18,2 15,1 100,0
Rural 33,8 28 800 31,6 7,7 28,4 6,9 20,7 36,3 100,0
Branche d’activité
Industrie 37,3 39 400 36,8 24,3 5,6 1,9 38,9 29,3 100,0
Agro-alimentaire 35,0 11 600 6,2 9,9 32,8 4,8 20,3 32,2 100,0
Confection 51,7 102 600 15,0 37,6 0,0 1,8 15,6 45,0 100,0
BTP 38,1 10 600 0,9 0,0 1,7 4,8 4,2 89,3 100,0
Autres industries 35,7 87 800 14,7 18,4 0,0 0,3 72,9 8,4 100,0
Commerce 30,8 49 800 23,5 72,7 4,3 11,2 0,7 11,1 100,0
Commerce de gros 25,0 732 000 16,3 85,4 5,3 0,3 0,5 8,5 100,0
Commerce détail 31,2 16 000 7,2 43,7 2,2 35,6 1,4 17,1 100,0
Service 35,7 77 800 39,7 14,8 48,0 4,7 11,3 21,2 100,0
Transport 43,4 211 500 19,0 0,0 92,2 0,5 2,5 4,8 100,0
Restauration 33,1 47 700 10,6 44,1 0,0 8,3 0,1 47,5 100,0
Réparation 28,2 38 300 1,7 15,2 0,0 1,7 56,7 26,4 100,0
Autres services 39,3 54 600 8,4 11,5 18,4 9,7 35,9 24,5 100,0
Ensemble 35,1 52 200 100,0 31,9 22,1 5,2 19,0 21,8 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Au plan national, l’investissement des UPI est orienté vers l’acquisition des terrains et des locaux
qui concentrent 31,9% du montant total des investissements. Ensuite, viennent les véhicules
(22,1%), suivis de l’outillage et d’autres petits matériels (21,8%), des machines (19,0%) ; enfin,
du mobilier de bureau (5,2%).

Douala garde la même hiérarchie d’investissement que le niveau national. Par contre à Yaoundé,
ce sont les machines qui concentrent la plus grande partie des investissements, suivis des
véhicules. Selon le milieu de résidence, la structure nationale est presque respectée en milieu
urbain. En milieu rural par contre, les terrains et les locaux viennent en quatrième position après
l’outillage et autres équipements, les véhicules professionnels et les machines. Dans le secteur de
l’industrie, la priorité des investissements est naturellement accordée aux machines, suivis de
l’outillage et autres équipements et ensuite des terrains et locaux. Dans le secteur du commerce,
les terrains/locaux, l’outillage et le mobilier concentrent la quasi-totalité des investissements,
tandis que dans les services, c’est l’achat des véhicules qui a la prédominance.

37
De façon plus détaillée, les entreprises de confection investissent en priorité dans l’outillage et
autres petits équipements, puis dans les terrains et locaux tandis que les entreprises de BTP
donnent la priorité à l’outillage. Ces dernières n’ont pratiquement pas investi dans les terrains et
locaux tout comme les entreprises de transport dont la quasi-totalité de l’investissement est
concentrée sur les véhicules. Les unités de services de réparation et de restauration n’ont presque
pas investi dans les véhicules : leurs investissements sont centrés respectivement sur les
machines, l’outillage et autres équipements.

3.5 Emprunt dans le secteur informel

L’analyse du mode de financement de l’acquisition du capital dans le secteur informel a montré


une prédominance de l’utilisation de l’épargne individuelle. Cependant, certaines UPI font appel
à l’emprunt pour financer l’achat des matières premières et des marchandises. Ainsi, 10,3% des
UPI au niveau national ont effectivement emprunté de l’argent au cours des douze derniers mois
précédant l’enquête. Cette proportion varie de plus ou moins deux points selon qu’on est en
milieu urbain ou en milieu rural. La proportion d’UPI ayant emprunté est d’environ 16% à
Douala et 13% à Yaoundé. Cette proportion varie très peu selon les secteurs d’activité.

Le montant moyen emprunté par UPI et par an est de 11 400 FCFA. Il est plus élevé en milieu
urbain (20 300 FCFA) par rapport au milieu rural où les UPI empruntent de plus petits montants
(5 500 FCFA par UPI emprunteuse en moyenne par an).

Selon le milieu, le montant moyen emprunté par UPI croît avec la proportion des UPI
emprunteuses. Ainsi, Douala enregistre l’emprunt moyen le plus élevé (27 200 FCFA), suivi de
Yaoundé (18 600 FCFA) et des autres villes du pays (16 000 FCFA).

Le secteur commercial est celui qui emprunte le plus : près de 56% du volume total des emprunts
a été réalisé par les UPI de ce secteur qui ont par ailleurs le montant moyen le plus élevé (22 700
FCFA), bien plus élevé que celui des UPI de service (9 000 FCFA) et de l’industrie (5 900
FCFA).

Les emprunts servent à satisfaire des besoins autres que l’investissement. En effet, 87% des
emprunts contractés sont alloués à l’achat des matières premières ou de marchandises et
seulement 8,6% sont consacrés à l’acquisition ou l’entretien des équipements. Les autres types
de dépenses tels que l’extension de l’entreprise, le paiement des salariés ou le remboursement
des dettes antérieures se partagent moins de 5% du montant total des emprunts. Cette structure
est semblable selon le milieu et selon la branche d’activité.

38
Tableau 3-8: Importance et utilisation des emprunts selon le milieu et le secteur d’activité
Importance de l’emprunt Usage de l’emprunt (en %)
Achat de
Pourcentage des Part du montant Montant moyen Acquisition ou
matières
UPI ayant total d’emprunt emprunté entretien des Autres usages Total
premières ou de
emprunté (%) (en FCFA) équipements
marchandises
Milieu
Douala 15,9 30,0 27 200 79,9 14,5 5,6 100,0
Yaoundé 12,9 14,7 18 600 85,3 11,1 3,6 100,0
Autres villes 9,8 26,5 16 000 70,5 15,8 13,7 100,0
Urbain 12,4 71,2 20 300 78,4 13,9 7,7 100,0
Rural 8,9 28,8 5 500 93,5 4,3 2,2 100,0
Secteur d’activité
Industrie 9,0 23,7 5 900 91,6 5,8 2,6 100,0
Commerce 10,7 55,8 22 700 89,5 4,7 5,8 100,0
Services 12,3 20,5 9 000 78,1 15,4 6,5 100,0
Ensemble 10,3 100,0 11 400 86,9 8,6 4,5 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Dans l’ensemble et quel que soit le secteur d’activité considéré, la plupart des opérations
d’emprunt font plutôt l’objet d’accords verbaux. Ce comportement est plus marqué en milieu
rural qu’en milieu urbain et est au même niveau à Douala et à Yaoundé. Les opérations
d’emprunts sont ainsi négociées en grande partie dans le cadre informel. A défaut des contrats
verbaux, les opérations font l’objet de simples contrats écrits ou encore sont consenties sur la
base d’une confiance mutuelle sans contrat. Moins de 10% des opérations d’emprunts ont été
obtenues sur la base d’un accord légalement reconnu. Toutefois, les UPI du BTP se démarquent
de cette tendance. Un peu plus de 37% des emprunts de ces UPI ont fait l’objet d’un accord
légalement reconnu. De façon générale, les emprunts sont remboursés en numéraire.

En ce qui concerne les difficultés de remboursement, près de 66% des UPI emprunteuses
déclarent n’avoir eu aucune difficulté à rembourser les crédits contractés. Pour celles qui en ont
eu, la mauvaise conjoncture est la difficulté principale rencontrée suivie de la courte durée des
échéances de remboursement.

39
CHAPITRE 4: PRODUCTION, INSERTION ET CONCURRENCE

Ce chapitre présente une analyse économique du secteur informel. Il est constitué de trois
parties : l’analyse des résultats et des performances à partir du compte d’exploitation des UPI,
l’insertion du secteur informel dans le système productif national et enfin la concurrence subie
par ce secteur.
Au plan national, le commerce, qui est l’activité principale de plus du quart des UPI, génère
47,0% du chiffre d’affaires annuel du secteur informel, les services suivent (29,5%) et l’industrie
(23,5%). Il est cependant pertinent de raisonner en termes de valeur ajoutée pour mieux
apprécier le poids économique réel de chaque secteur. Ainsi, ce sont les secteurs de l’industrie et
des services qui créent le plus de valeur ajoutée dans l’informel : respectivement 35,5% et 34,8%
de la valeur ajoutée totale annuelle. Le commerce se place en dernière position avec 29,7%.
En milieu urbain, les secteurs qui contribuent le plus à la valeur ajoutée sont les services
(38,5%), puis le commerce (34,7%). En zone rurale par contre, les activités de transformation
représentent plus de la moitié des UPI, et sont de fait les plus créatrices de richesses avec 49,2%
de la valeur ajoutée des UPI rurales.
Tableau 4-1: Structure du chiffre d’affaires, de la production et de la valeur ajoutée annuels par branche
d’activité et selon le milieu
Structure des UPI par
Chiffre d'affaires (%) Production (%) Valeur ajoutée (%)
branche (%)
Secteurs et branches d’activité
Industrie 45,8 23,5 36,9 35,5
Agroalimentaire 28,0 10,2 16,0 10,1
Confection 5,2 2,4 3,8 3,8
Autres 8,6 7,9 12,3 14,5
BTP 4,0 3,0 4,8 7,1
Commerce 28,0 47,0 21,4 29,7
Commerce de gros 1,6 11,1 4,4 6,4
Commerce de détail 26,4 35,9 17,0 23,3
Services 26,2 29,5 41,7 34,8
Transport 3,8 4,6 7,2 6,7
Restauration 12,3 14,6 21,4 11,5
Réparation 2,9 1,8 2,7 3,4
Autres services 7,2 8,5 10,4 13,2
Total 100,0 100,0 100,0 100,0
Milieu
Urbain
Industrie 30,7 18,1 29,1 26,8
Commerce 36,0 50,1 24,5 34,7
Services 33,3 31,8 46,4 38,5
Total 100,0 100,0 100,0 100,0
Rural
Industrie 56,2 32,8 49,1 49,2
Commerce 22,6 41,8 16,5 21,9
Services 21,2 25,4 34,4 28,9
Total 100,0 100,0 100,0 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

40
4.1 Résultats et performances du secteur informel
4.1.1 La structure de la production et des coûts
Sur une base mensuelle, près de la moitié du chiffre d’affaires total est réalisé par le commerce,
notamment le commerce de détail. Les services et l’industrie génèrent respectivement 29,6% et
23,2% du chiffre d’affaires total.
En termes de production, ce sont les services qui enregistrent le plus haut niveau de production
mensuelle (41,6%) suivis de l’industrie (36,4%) et du commerce (22,0%). La création de valeur
ajoutée se partage presque égalitairement entre ces trois secteurs, même si l’industrie crée
globalement un peu plus de valeur ajoutée (35,9%). Dans ce dernier secteur, les branches de
l’agroalimentaire et du BTP ont les plus fortes contributions (respectivement 9,5% et 8,0% de la
valeur ajoutée). Les services génèrent 33,4% de la valeur ajoutée mensuelle, dont 11,9% pour la
seule branche de la restauration. Dans le commerce (30,7% de la valeur ajoutée mensuelle), c’est
le commerce de détail qui crée le plus de richesses (23,5%).
Ces résultats valables au niveau national, masquent des spécificités locales. En milieu urbain, la
valeur ajoutée est davantage générée par les secteurs des services et du commerce, alors qu’en
milieu rural, comme il a déjà été noté au niveau des agrégats annuels, les activités de
transformation contribuent le plus à la création de valeur ajoutée (52,2%).
Le taux de valeur ajoutée qui correspond au rapport de la valeur ajoutée à la production, permet
de mesurer la création de richesses. Ce taux est de 56,7% dans le secteur informel, avec des
différences importantes selon les secteurs : commerce (79,2%), industrie (55,8%) et services
(45,5%). A l’exception du commerce, ce sont les branches du BTP et de la réparation qui
présentent les taux de valeur ajoutée les plus élevés. A l’opposé, les branches de la restauration
(30,1%) et l’agroalimentaire (36,2%) enregistrent des taux de valeur ajoutée relativement faibles,
qui pourraient résulter d’une sous estimation de l’autoconsommation dans ces activités.
Le taux de valeur ajoutée est presque le même en milieu urbain et en zone rurale. Ce résultat
s’explique par le fait qu’à l’exception de l’agroalimentaire, la rentabilité des autres activités
économiques est peu différenciée selon le milieu d’implantation des UPI. Ainsi, la branche
agroalimentaire est plus rentable en zone rurale comparée au milieu urbain, car les activités de
transformation reposent principalement sur les produits agricoles généralement autoproduits par
les ménages.
La décomposition de la valeur ajoutée se présente comme suit : rémunération des
salariés (7,0%), impôts et taxes (1,6%) et excédent brut d’exploitation (91,4%).
La part de la masse salariale est faible dans la valeur ajoutée du secteur informel et est
principalement constituée des salaires directs. Les autres avantages (primes, prestations sociales,
etc.) ne comptent que pour 17,1% de la masse salariale.
Le poids de la masse salariale est relativement plus élevé en zone urbaine qu’en milieu rural, en
raison notamment de la nature des activités pratiquées. Par secteur d’activité, l’industrie se
démarque avec une masse salariale globalement plus importante du fait notamment de la branche
du BTP (31,3% de la valeur ajoutée globale) plus utilisatrice d’une main-d’œuvre salariée. Ainsi,
dans cette dernière branche, 47,2% des effectifs sont des salariés. Cependant, d’un point de vue
général, le faible poids de la masse salariale est une des caractéristiques principales du secteur
informel dominé par l’auto emploi. A titre de comparaison, la part de la rémunération des
salariés dans le secteur formel était de l’ordre de 25% en 20025.
La part des impôts indirects est relativement importante : l’Etat perçoit 1,6% de la valeur ajoutée
du secteur informel, principalement sous forme de patente, mais aussi d'impôts locaux, de droits
d'enregistrement et de bail. Ce ratio est comparable à celui enregistré dans le secteur formel : en

5
« Les comptes nationaux du Cameroun 1993-2003 », INS – août 2005.

41
2002, les impôts sur la production ont représenté en moyenne 1,5% de la valeur ajoutée générée
par les sociétés non financières6. Les branches du transport et du commerce de détail subissent la
plus forte ponction de l'administration, près de 3% de la valeur ajoutée de ces branches est
affectée aux taxes. La pression fiscale en milieu urbain est légèrement plus élevée qu’en zone
rurale.
L'excédent brut d'exploitation (EBE), la troisième composante de la valeur ajoutée est de loin la
plus importante et représente en moyenne 91,4%. A l’exception de la branche « BTP », l’EBE
n’est même jamais inférieur à 85%, quel que soit le secteur d’activité considéré. Il ne faut
cependant pas assimiler l'EBE à la rémunération du capital ; on l’appelle revenu mixte dans la
mesure où en plus de la rémunération du capital, une partie revient à la rémunération du travail
pour propre compte et des petits patrons. L’EBE a un poids plus important en zone rurale qu’en
milieu urbain dans la mesure où ce premier milieu a moins d’emplois salariés.
Tableau 4-2 : Structure de la production et des coûts mensuels par branche d’activité et selon le milieu
Structure par branche (%) Taux de Décomposition de la valeur ajoutée (%)
Chiffre Valeur valeur Masse Impôts et
Production ajoutée EBE Total
d'affaires ajoutée salariale taxes
Secteurs et branches d’activité
Industrie 23,2 36,4 35,9 55,8 12,8 1,3 85,9 100,0
Agroalimentaire 9,6 14,9 9,5 36,2 3,9 1,5 94,6 100,0
Confection 2,3 3,6 3,7 57,7 3,2 1,8 95,0 100,0
BTP 3,5 5,6 8,0 81,3 31,3 1,6 67,1 100,0
Autres industries 7,8 12,3 14,7 67,6 11,1 0,9 88,0 100,0
Commerce 47,2 22,0 30,7 79,2 2,2 2,2 95,6 100,0
Commerce de gros 12,1 5,1 7,2 81,0 3,2 1,1 95,7 100,0
Commerce de détail 35,1 16,9 23,5 78,6 1,9 2,6 95,5 100,0
Services 29,6 41,6 33,4 45,5 5,2 1,4 93,4 100,0
Transport 4,5 7,1 6,8 53,8 6,7 2,8 90,5 100,0
Restauration 15,3 22,4 11,9 30,1 2,6 1,0 96,4 100,0
Réparation 1,7 2,6 3,2 71,9 6,9 1,4 91,7 100,0
Autres services 8,1 9,5 11,5 68,4 6,4 1,1 92,5 100,0
Total 100,0 100,0 100,0 56,7 7,0 1,6 91,4 100,0
Milieu
Urbain
Industrie 17,3 28,0 26,0 52,6 16,4 1,8 81,8 100,0
Commerce 50,5 24,8 35,3 80,8 2,8 2,2 95,0 100,0
Services 32,2 47,2 38,7 46,6 6,1 1,5 92,4 100,0
Total 100,0 100,0 100,0 56,8 7,6 1,8 90,6 100,0
Rural
Industrie 33,9 50,2 52,2 58,8 10,0 0,8 89,2 100,0
Commerce 41,2 17,4 23,1 75,3 0,8 2,3 96,9 100,0
Services 24,9 32,4 24,7 43,0 2,9 1,2 95,9 100,0
Total 100,0 100,0 100,0 56,5 6,1 1,3 92,6 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2
NB: Le taux de valeur ajoutée est le rapport de la valeur ajoutée à la production

4.1.2 Les performances économiques du secteur informel


Les UPI commerciales sont celles qui ont, en moyenne, le plus gros volume d’activité, avec un
chiffre d’affaires moyen de 292 400 FCFA par mois contre 196 900 FCFA et 88 100 FCFA
respectivement pour les UPI de service et d’industrie. Cependant, lorsqu’on considère la
production et la valeur ajoutée, les UPI commerciales viennent en dernière position. Elles ont
une production moyenne évaluée à 86 300 FCFA par mois et une valeur ajoutée de 68 300
FCFA, contre respectivement 175 400 FCFA et 79 800 FCFA pour les UPI de service, 87 600
FCFA et 48 900 FCFA pour les UPI industrielles.
Selon le milieu et quel que soit l’agrégat retenu, les UPI urbaines sont en moyenne deux fois plus
performantes que celles implantées en milieu rural.

6
« Les comptes nationaux du Cameroun 1993-2003 », INS – août 2005.

42
Si l’on approfondit l’analyse au niveau des branches d’activité, deux branches se démarquent
avec une valeur ajoutée relativement élevée : le BTP (124 100 FCFA par mois) et le transport
(111 500 FCFA). A l’opposé, l’industrie agroalimentaire, qui est principalement orientée vers la
première transformation agricole, ainsi que la branche textile et confection apparaissent comme
les parents pauvres du secteur informel, avec une valeur ajoutée mensuelle ne dépassant pas
45 000 FCFA.
L’analyse des indicateurs de productivité montre que dans l’ensemble, un travailleur du secteur
informel crée en moyenne une valeur ajoutée mensuelle de 41 600 FCFA ; ce ratio est plus élevé
dans les secteurs de services et du commerce (53 000 et 50 700 FCFA respectivement). La
branche transport présente la productivité apparente la plus élevée (85 800 FCFA), près de 7 fois
plus élevée que celle enregistrée dans la branche agroalimentaire (13 900 FCFA). Globalement,
la productivité en zone urbaine est 2,3 fois supérieure à celle du milieu rural.
Une heure de travail effectué génère 287 FCFA de valeur ajoutée et l’heure travaillée dans les
services crée plus de richesses que dans d’autres secteurs. Cet indicateur est supérieur en zone
urbaine par rapport au milieu rural de 30%.
Une unité de capital investi produit 339 FCFA de valeur ajoutée ; le secteur commerce, qui
dispose d’un faible capital, crée plus de valeur ajoutée par unité de capital investi. La
productivité du capital est peu différenciée selon le milieu d’implantation des UPI.
Tableau 4-3 : Quelques indicateurs moyens du niveau d'activité des UPI par branche d’activité et milieu
(Valeur moyenne en FCFA par mois)
Chiffre Productivités apparentes
Production Valeur ajoutée EBE
d'affaires VA/L1 VA/L2 VA/K
Secteurs et branches d’activité
Industrie 88 100 87 600 48 900 42 000 30 800 272 302
Agroalimentaire 59 000 58 700 21 300 20 100 13 900 162 250
Confection 78 300 76 800 44 300 42 100 31 700 204 186
BTP 152 900 152 600 124 100 83 300 56 600 326 874
Autres 158 700 157 900 106 800 94 000 65 700 476 283
Commerce 292 400 86 300 68 300 65 300 50 700 284 520
Commerce de gros 1 288 200 340 700 276 100 264 300 196 300 1237 596
Commerce de détail 230 800 70 600 55 500 53 000 41 300 229 501
Services 196 900 175 380 79 800 74 600 53 000 307 286
Transport 207 100 207 100 111 500 100 900 85 800 363 264
Restauration 216 700 201 200 60 600 58 400 38 000 244 264
Réparation 100 100 96 700 69 600 63 800 44 200 221 225
Autres services 196 800 146 300 100 100 92 600 69 500 434 362
Ensemble 173 800 110 200 62 400 57 000 41 600 287 339
Milieu
Urbain
Industrie 155 100 153 800 80 900 66 200 47 200 296 268
Commerce 385 900 115 900 93 700 89 100 71 400 355 490
Services 266 000 238 300 111 000 102 600 71 200 363 293
Ensemble 275 200 168 300 95 500 86 500 62 900 340 332
Rural
Industrie 63 100 62 900 37 000 33 000 24 000 255 336
Commerce 190 700 54 100 40 800 39 500 29 400 189 616
Services 122 800 107 900 46 400 44 500 31 900 221 270
Ensemble 104 600 70 500 39 800 36 900 26 800 228 352
Source: INS, EESI 2005, Phase 2
NB : VA : valeur ajoutée. L1 : nombre de travailleurs. L2 : nombre d'heures de travail par mois. K : valeur du capital au coût de remplacement.
VA/L1 est exprimée en FCFA/travailleur. VA/L2 est exprimée en FCFA/heure.

Le bénéfice par tête est en moyenne de 38 000 FCFA par mois ; il est près de deux fois plus
élevé dans le commerce et les services comparés à l’industrie. En terme de milieu, les UPI
urbaines dégagent un bénéfice qui est le double de celui des UPI rurales.

43
Une unité de capital investi rapporte 310 FCFA de bénéfice ; l’activité commerciale peu
capitalistique présente le meilleur rendement. La rentabilité du capital investi varie peu selon le
milieu d’implantation des UPI.
Tableau 4-4 : Indicateurs moyens du niveau de bénéfices par branche d’activité et milieu (en FCFA)
Bénéfice par tête Bénéfice par unité de capital
Secteurs et branches d’activité
Industrie 26 400 259
Agroalimentaire 13 100 237
Confection 30 100 177
BTP 38 000 587
Autres 57 800 249
Commerce 48 500 497
Commerce de gros 188 000 571
Commerce de détail 39 400 478
Services 49 500 267
Transport 77 700 239
Restauration 36 600 255
Réparation 40 600 207
Autres services 64 200 335
Ensemble 38 000 310
Milieu
Urbain
Industrie 38 600 220
Commerce 67 800 466
Services 65 800 270
Ensemble 57 000 301
Rural
Industrie 21 400 299
Commerce 28 500 597
Services 30 600 259
Ensemble 24 800 326
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Le secteur informel est très hétérogène. En effet, un tiers des UPI dégage une valeur ajoutée
mensuelle inférieure ou égale à 10 000 FCFA, alors que la moyenne nationale est de
62 400 FCFA. A l’autre extrémité, 14,5% des UPI réalisent une valeur ajoutée de plus de
100 000 FCFA.
Sur le plan géographique, le secteur informel urbain est plus hétérogène que celui du milieu
rural, qui concentre essentiellement des UPI peu rentables. En effet, 40,8% des UPI rurales
dégagent une valeur ajoutée mensuelle inférieure à 10 000 FCFA, alors que cette proportion est
de 18,3% en milieu urbain. De la même manière, la valeur ajoutée moyenne des UPI urbaines est
plus de deux fois plus élevée que celles des UPI basées en milieu rural (95 500 FCFA contre
39 800 FCFA). Il existe également des différences selon le secteur d’activité : les UPI de
services sont plus hétérogènes que celles du commerce et de l’industrie.

44
Graphique 4-1 : Répartition des UPI selon le montant de la valeur ajoutée mensuelle et le milieu

45
40
35
30
% des UPI

25
20
15
10
5
0
1 à 10 11 à 20 21 à 30 31 à 50 51 à 70 71 à 100 101 à 150 151 à 200 201 et +

Valeur ajoutée en milliers de FCFA

Urbain Rural Cameroun


Source: INS, EESI 2005, Phase 2

En conclusion, il convient de distinguer deux types d’UPI : celles qui sont proches du secteur
formel (en terme d’enregistrement ou de salariat), peu nombreuses, et qui constituent le secteur
informel « haut de gamme » et celles qui n’ont aucun enregistrement, dans lesquelles domine
l’auto emploi avec parfois quelques aides familiaux, qui sont les plus nombreuses et les moins
performantes. Il existe donc une relation entre le niveau de performance et le type d’emplois, la
valeur ajoutée des UPI de type salarial est 5 fois plus importante que la valeur ajoutée moyenne
nationale.
Tableau 4-5 : Performances comparées des UPI selon le type d’emploi par milieu (valeurs mensuelles en
milliers de FCFA)
Chiffre d'affaires Production Valeur ajoutée EBE
Moyenne Médiane Moyenne Médiane Moyenne Médiane Moyenne Médiane
Type d’emploi
Auto-emploi 133,8 47,0 77,0 36,0 43,7 19,0 43,0 19,0
Non salarial 173,0 65,0 110,9 46,0 58,2 22,0 54,7 21,0
Salarial 704,3 300,0 529,9 200,0 328,3 122,0 254,3 85,0
Mixte 650,6 255,0 601,9 255,0 304,8 171,0 226,7 112,0
Ensemble 173,8 57,0 110,2 41,0 62,4 21,0 57,0 21,0
Milieu
Urbain
Auto-emploi 206,5 90,0 112,3 56,0 66,9 34,0 65,6 32,0
Non salarial 289,3 117,0 187,2 84,0 96,5 44,0 89,9 38,0
Salarial 897,1 301,0 625,0 280,0 360,7 172,0 274,1 112,0
Mixte 689,7 311,0 643,7 311,0 326,9 197,0 241,1 120,0
Ensemble 275,2 105,0 168,3 69,0 95,5 41,0 86,5 37,0
Rural
Auto-emploi 83,2 31,0 52,4 26,0 27,6 12,0 27,2 12,0
Non salarial 109,1 45,0 68,9 37,0 37,2 16,0 35,3 15,0
Salarial 463,5 200,0 411,2 150,0 287,8 100,0 229,5 61,0
Mixte 504,3 113,0 445,9 113,0 222,5 69,0 172,7 41,0
Ensemble 104,6 37,0 70,5 30,0 39,8 14,0 36,9 13,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Une faible saisonnalité des activités du secteur informel. La production mensuelle du secteur
informel, globalement étalée dans l’année, atteint son maximum au mois de décembre, période
des fêtes de fin d’année. Ensuite, elle baisse continuellement pour atteindre son minimum
pendant le mois de septembre, période de l’année où la majorité des dépenses des ménages sont
dirigées vers le secteur formel (rentrée scolaire, etc.). Ce phénomène est beaucoup plus visible en
milieu urbain et principalement pour les UPI industrielles.

45
4.2 Insertion du secteur informel dans le système productif
Pour apprécier le niveau d'intégration du secteur informel au tissu productif local, il convient
d'identifier, en amont, la provenance des consommations intermédiaires, et, en aval, les segments
de la demande qui s'adressent au secteur informel.

4.2.1 Les fournisseurs des UPI


Le principal fournisseur des UPI est de loin le secteur informel lui-même, et plus
particulièrement le secteur informel commercial. Plus de 90% des chefs d'UPI déclarent acheter
leurs matières premières chez d'autres informels. Cette tendance est observée tant en zone
urbaine qu’en milieu rural.
Ces déclarations sont confirmées par l’analyse des achats de matières premières. Il ressort que
74,7% des achats en valeur proviennent du secteur informel, dont 62,6% de petites entreprises
commerciales. Les approvisionnements auprès du secteur formel représentent 19,5% des achats.
Les UPI ne recourent pas aux importations directes. En termes d’activité, le secteur des services
est le plus dépendant du secteur formel (23,4%). Certaines branches dont le BTP (42,7%), et la
restauration (23,7%) sont plus dépendantes du secteur formel.
Tableau 4-6 : Origine des matières premières consommées par le secteur informel selon la branche
d’activité et le milieu (en % de la valeur des achats)
Grande Grande
Petite Petite
entreprise entreprise Ménage, L'UPI elle-
entreprise entreprise non Total
privée privée non particulier même
commerciale commerciale
commerciale commerciale
Secteurs et branches d’activité
Industrie 10,6 55,9 4,1 18,4 3,8 7,2 100,0
Agroalimentaire 9,7 53,0 5,7 24,4 3,6 3,6 100,0
Confection 4,3 92,0 0,0 0,1 3,1 0,5 100,0
BTP 40,5 23,5 2,2 23,3 - 10,5 100,0
Autres 6,8 58,8 1,0 2,2 6,7 24,5 100,0
Commerce 2,1 67,4 13,0 15,6 1,8 0,1 100,0
Commerce de gros - 61,9 - 37,9 0,1 0,1 100,0
Commerce de détail 2,4 68,5 15,2 11,8 2,0 0,1 100,0
Services 11,2 67,7 12,2 7,0 1,5 0,4 100,0
Transport 3,8 96,2 - - - - 100,0
Restauration 10,7 67,0 13,1 7,3 1,5 0,4 100,0
Réparation 14,3 80,3 2,7 1,1 1,0 0,6 100,0
Autres services 19,7 71,0 2,1 5,7 1,1 0,4 100,0
Ensemble 10,6 62,6 8,8 12,1 2,5 3,4 100,0
Milieu
Urbain
Industrie 19,3 49,6 8,0 19,7 2,6 0,8 100,0
Commerce 3,4 70,2 24,8 0,9 0,5 0,2 100,0
Services 11,3 69,4 13,6 5,0 0,6 0,1 100,0
Ensemble 14,0 62,0 11,9 10,4 1,3 0,4 100,0
Rural
Industrie 1,3 62,5 - 16,9 5,2 14,1 100,0
Commerce 0,7 64,7 0,6 31,0 3,0 - 100,0
Services 11,1 64,7 9,6 10,7 3,1 0,8 100,0
Ensemble 5,8 63,4 4,5 14,7 4,2 7,4 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Si le secteur informel n'importe pas directement de matières premières, cela ne signifie pas pour
autant qu'il ne commercialise pas de produits étrangers. Près de 14% des UPI de commerce
vendent des produits étrangers, et leur chiffre d'affaires représente 19,6% du chiffre d'affaires
total de ce secteur. L’origine des produits commercialisés indique une forte pénétration des
produits provenant du Nigeria7 : 41,3% des UPI vendent des produits provenant de ce pays.
28,1% des UPI vendent des produits provenant d’Europe et 15,1% ceux provenant de la Chine.

7
Il s’agit des produits fabriqués au Nigeria ou importés par le Nigeria et réexportés au Cameroun.

46
Seulement 8,2% des UPI commercialisent les produits en provenance des autres pays africains
dont 2,2% de la CEMAC ; ceci marque une faible intégration sous-régionale entre le Cameroun
et ses voisins.
La répartition du chiffre d’affaires des UPI commercialisant des produits étrangers est très
proche de leur distribution selon la provenance de ces produits.
Tableau 4-7 : Pays d'origine des produits étrangers commercialisés par le secteur informel
Répartition du chiffre d'affaires des UPI
Répartition des UPI commercialisant des
Pays de provenance commercialisant des produits étrangers
produits étrangers (%)
(%)
Nigeria 41,3 46,4
CEMAC 2,2 1,3
Autres pays d’Afrique de l'Ouest 5,8 4,9
Autres pays d’Afrique 0,2 0,2
Europe 28,1 24,1
Chine 15,1 13,4
Amérique et Autres pays d’Asie/ 2,7 6,4
Reste du monde 4,6 3,3
Total 100,0 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

4.2.2 Les clients des UPI


La satisfaction des besoins des ménages constitue le principal débouché de la production
informelle. Ce résultat, déjà mis en évidence au vu de la spécialisation sectorielle des unités
informelles, est confirmé par l'analyse de la clientèle du secteur informel. Près de 90% des
promoteurs d’UPI déclarent que les ménages sont leur principal client ; ceci est vrai quel que soit
le milieu de résidence.
L'enquête permet de quantifier l'importance de chaque composante de la demande adressée au
secteur informel. Au total, 74,6% du chiffre d’affaires réalisé par le secteur informel provient des
ménages et 19,8% des entreprises informelles. Le secteur formel constitue un débouché
marginal : seuls 5,6% du chiffre d’affaires est réalisé avec des entreprises formelles. Ce taux est
légèrement supérieur dans l’industrie (14,6%). Enfin, le secteur informel est exclusivement
tourné vers le marché intérieur puisque ses exportations directes sont nulles.

47
Tableau 4-8 : Destination du chiffre d'affaires du secteur informel selon la branche d’activité et le milieu
(en % du chiffre d’affaires)
Grande Grande
Petite Petite
Secteur public entreprise entreprise Ménage/
entreprise entreprise non Total
ou para public privée privée non particulier
commerciale commerciale
commerciale commerciale
Secteurs et branches d’activité
Industrie 1,9 9,9 11,3 2,8 7,9 66,2 100,0
Agroalimentaire - 0,2 16,9 - 10,4 72,5 100,0
Confection - - 1,9 - 1,9 96,2 100,0
Autres 2,1 28,8 12,3 8,2 8,7 39,9 100,0
BTP 7,6 - 0,2 0,3 2,8 89,1 100,0
Commerce 0,1 2,6 22,9 0,1 4,6 69,7 100,0
Commerce de gros - 6,1 56,7 0,5 15,1 21,6 100,0
Commerce de détail 0,1 1,4 11,2 - 1,0 86,3 100,0
Services 0,8 0,8 3,4 1,5 4,6 88,9 100,0
Transport - - 13,9 0,2 0,9 85,0 100,0
Restauration - 1,0 1,8 0,2 0,8 96,2 100,0
Réparation - 1,1 2,0 2,1 8,7 86,1 100,0
Autres services 2,9 0,7 0,7 4,5 13,1 78,1 100,0
Ensemble 0,7 3,7 14,4 1,2 5,4 74,6 100,0
Milieu
Urbain
Industrie 3,9 0,3 11,7 5,8 9,6 68,7 100,0
Commerce 0,1 2,6 23,6 0,2 5,1 68,4 100,0
Services 0,8 0,4 4,5 2,1 5,8 86,4 100,0
Ensemble 1,0 1,5 15,4 1,8 6,1 74,2 100,0
Rural
Industrie - 18,8 10,8 0,1 6,3 64,0 100,0
Commerce - 2,7 21,2 - 3,6 72,5 100,0
Services 0,8 1,7 0,8 0,1 1,9 94,7 100,0
Ensemble 0,2 7,9 12,6 0,1 4,1 75,1 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

4.3 Concurrence et formation des prix

4.3.1 La concurrence
Moins de 1% des UPI déclarent ne pas connaître de concurrents directs. L'activité du secteur
informel s'exerce exclusivement sur le marché intérieur et la concurrence est avant tout interne
au secteur informel lui-même. Ainsi, plus de 90% des promoteurs d’UPI estiment que leur
principal concurrent est une entreprise informelle. Cette tendance se confirme quelque soit le
milieu de résidence. Moins de 3% des UPI entrent directement et principalement en compétition
avec les grandes entreprises du secteur formel.
Tout se passe comme si les grandes entreprises du secteur formel n'existaient pas ou comme si
elles servaient un segment de la demande totalement déconnecté de celui qui s'adresse au secteur
informel.

48
Tableau 4-9 : Origine de la concurrence subie par le secteur informel selon la branche d’activité et le
milieu (en % des UPI)
Principaux concurrents
Grande Grande
Petite Petite
Secteur public entreprise entreprise Ménage/
entreprise entreprise non Total
ou para public privée privée non particulier
commerciale commerciale
commerciale commerciale
Secteurs et branches d’activité
Industrie 0,1 0,9 37,5 1,6 52,7 7,2 100,0
Agroalimentaire 0,2 0,7 45,8 0,6 46,3 6,4 100,0
Confection - 1,5 31,5 0,8 62,0 4,2 100,0
BTP - 1,0 5,1 6,6 71,8 15,5 100,0
Autres - 0,8 28,4 3,3 59,8 7,7 100,0
Commerce 0,1 3,1 87,7 0,1 3,8 5,2 100,0
Commerce de gros - 8,1 81,9 0,6 8,7 0,7 100,0
Commerce de détail 0,1 2,8 88,0 0,1 3,5 5,5 100,0
Services 0,3 0,2 26,5 2,7 64,5 5,8 100,0
Transport - - 12,8 3,5 79,6 4,1 100,0
Restauration - 0,1 38,5 1,2 54,1 6,1 100,0
Réparation - 0,7 16,2 3,3 74,0 5,8 100,0
Autres services 1,1 0,2 17,9 4,5 69,8 6,5 100,0
Ensemble 0,2 1,3 49,2 1,4 41,6 6,3 100,0
Milieu
Urbain
Industrie 0,3 2,0 32,7 3,6 55,2 6,2 100,0
Commerce 0,3 4,1 90,5 0,2 1,7 3,2 100,0
Services 0,3 0,3 27,1 3,5 64,5 4,3 100,0
Ensemble 0,3 2,2 51,9 2,3 38,8 4,5 100,0
Rural
Industrie - 0,4 39,3 0,9 51,9 7,5 100,0
Commerce - 1,9 84,6 - 6,1 7,4 100,0
Services 0,3 - 25,8 1,8 64,4 7,7 100,0
Ensemble 0,1 0,7 47,3 0,8 43,5 7,6 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

4.3.2 Le mode de formation des prix


La fixation des prix dans le secteur informel s’opère selon trois modalités : le marchandage avec
les clients (31,8% des UPI), la fixation de taux de marge (31,3% des UPI) et la détermination du
prix en fonction de celui des concurrents (22,5% des UPI). En dehors du commerce, où le prix se
fixe le plus souvent suivant le taux de marge, le marchandage est plus fréquent dans les services
et l’industrie. Cependant, dans ce dernier secteur, les pratiques diffèrent selon les branches : dans
l’agroalimentaire, le prix est décidé en fonction de celui des concurrents, alors que dans les
autres branches le marchandage est de mise. La concurrence interdit donc de se fixer un taux de
marge ; il faut négocier avec le client pour tenter de s'adjuger des parts de marché.
Selon le milieu, le marchandage est plus pratiqué en zone urbaine, alors qu’en milieu rural le
prix se fixe davantage en fonction du taux de marge.
Il ressort de l’enquête que seulement 7,4% des UPI déclarent être soumises à des « prix
officiels » ; cette proportion reste faible quel que soit le milieu. La réglementation est davantage
observée dans la branche transport (22,1% des UPI), car le prix des transports urbains est
administré. Enfin, l’entente entre producteurs pour accorder un prix commun ne concerne que
6% des UPI. L’atomisation et le faible niveau d’organisation des producteurs informels
expliquent l’inexistence d’accords de branche pour fixer les prix.
Tableau 4-10 : Mode de fixation des prix selon la branche d’activité et le milieu (en % des UPI)
Suivant le
Fonction des
Taux de Marchandage Suivant le prix fixé par
prix du Autres Total
marge avec le client prix officiel association de
concurrent
producteurs
Secteurs et branches d’activité
Industrie 24,3 32,0 30,2 4,7 8,0 0,8 100,0

49
Agroalimentaire 30,2 9,3 44,0 6,4 9,4 0,7 100,0
Confection 20,1 73,0 4,7 0,3 1,1 0,8 100,0
BTP 2,9 83,5 1,0 2,5 9,2 0,9 100,0
Autres 17,5 58,1 13,3 2,7 7,1 1,3 100,0
Commerce 44,0 27,8 16,6 8,7 2,8 0,1 100,0
Commerce de gros 38,7 27,7 18,0 9,8 5,3 0,5 100,0
Commerce de détail 44,4 27,8 16,6 8,6 2,6 0,0 100,0
Services 29,5 35,9 15,4 10,9 5,8 2,5 100,0
Transport 2,3 59,3 7,6 22,1 8,3 0,4 100,0
Restauration 51,7 6,7 22,7 12,1 5,8 1,0 100,0
Réparation 4,6 86,7 3,3 1,6 0,4 3,4 100,0
Autres services 16,1 52,4 12,0 6,8 6,8 5,9 100,0
Ensemble 31,3 31,8 22,5 7,4 6,0 1,0 100,0
Milieu
Urbain
Industrie 22,8 50,2 17,8 3,4 5,1 0,7 100,0
Commerce 41,0 29,1 21,0 6,0 2,8 0,1 100,0
Services 25,5 40,7 16,3 10,0 5,0 2,5 100,0
Ensemble 30,3 39,4 18,5 6,5 4,2 1,1 100,0
Rural
Industrie 24,9 25,0 34,8 5,2 9,2 0,9 100,0
Commerce 47,4 26,2 12,0 11,6 2,7 0,1 100,0
Services 33,9 30,7 14,4 11,8 6,7 2,5 100,0
Ensemble 32,0 26,5 25,3 8,0 7,2 1,0 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

50
CHAPITRE 5: LE SECTEUR INFORMEL ET L’ETAT

La dynamique des relations entre le secteur informel et l’Etat a été, à l’origine, marquée par des
litiges du fait que ce secteur était considéré comme faisant une concurrence déloyale au formel.
A la suite de la crise économique des années 80, la part du secteur informel dans l’économie
s’est progressivement accrue permettant ainsi de soulager dans une certaine mesure le
Gouvernement devant l’épineux problème de chômage. Ainsi, si le secteur informel apparaît
important pour l’emploi, il reste que sa contribution aux recettes de l’Etat demeure jusque là très
faible.
Dans ce contexte, et compte tenu des enjeux liés au développement, le Gouvernement s’est
trouvé dans un dualisme entre la répression et l’intégration de ce secteur dans les circuits de
production formels. S’agissant de la répression, on citera les actions menées par les
communautés urbaines dans le but d’aménager et d’assainir les centres-villes à l’encontre des
vendeurs ambulants et autres UPI qui envahissent les lieux publics. A l’inverse, le
Gouvernement a œuvré dans le sens d’une maîtrise du secteur informel, afin de déterminer les
instruments appropriés et adaptés pour conduire progressivement les UPI dans les circuits de
production formels. En particulier, l’introduction et la simplification de la procédure
d’attribution du numéro de contribuable qui se veut exigible pour certaines opérations
économiques ; et l’instauration d’un régime fiscal, l’impôt libératoire, adapté aux activités du
secteur informel.
5.1 La déclaration d’activité
Dans le souci de jouer son rôle régalien, le Gouvernement a rendu obligatoire afin de conférer un
statut légal, la déclaration de la création de toute unité de production. Cette déclaration est de
forme juridique, dans un premier temps lors de la création et par la suite se matérialise par
l’enregistrement de l’unité de production au niveau de l’immatriculation du contribuable lors de
son fonctionnement. Mais, pour diverses raisons, de nombreuses UPI exercent en marge de la
légalité.
5.1.1 L’enregistrement dans les registres administratifs
La présente enquête a considéré l’existence de quatre types de registres administratifs : le
numéro du contribuable, le registre de commerce, la carte professionnelle et le registre des
employés affiliés à la CNPS. Chacun de ces types de registre détermine l’intensité des liens
institutionnels que le secteur informel entretient avec l’Etat. Si la carte professionnelle dénote
d’une organisation et d’une structuration des unités de production, le registre de commerce se
réfère à l’enregistrement juridique tandis que l’existence du numéro de contribuable stipule que
l’unité de production est fonctionnelle.
D’une façon générale, les UPI identifiées sont inconnues de l’ensemble de l’administration.
L’affiliation la plus fréquente correspond au numéro de contribuable et moins de 7% d’unités
informelles y sont inscrites. Par contre, si les UPI ne sont pas enregistrées, cela ne signifie pas
qu’elles ne s’acquittent pas de leur devoir fiscal. En effet, elles sont 23,9% à avoir payé l’impôt
local, la patente ou l’impôt libératoire.
Le classement par ordre d’importance de la fréquence d’enregistrement n’est pas bouleversé
dans les zones urbaines et rurales. Toutefois, il est à noter une différence du niveau
d’enregistrement entre celles-ci. En effet : 9,9% des UPI urbaines possèdent un numéro de
contribuable contre 4,8% en zone rurale. Cette différence s’observe également au niveau des
autres types de registre où le pourcentage des UPI des zones urbaines enregistrées est
pratiquement le double de celui des UPI enregistrées dans les zones rurales.
Par ailleurs, et s’agissant du numéro du contribuable, le pourcentage d’enregistrement des UPI
des branches « confection », « transport » et « réparation » se situe à un niveau largement
supérieur à la moyenne. Cette situation s’expliquerait par l’obligation de présenter la carte de

51
contribuable dans les opérations des UPI avec l’Etat (dédouanement, marchés publics, etc.).
L’exigibilité de la carte de contribuable apparaît alors comme une stratégie de l’Etat pour insérer
progressivement les UPI dans le secteur formel.
5.1.2 Les raisons de non enregistrement
On a souvent prétendu que l'informalité provenait d'un excès de régulation publique, notamment
de taux d'imposition excessifs dans le secteur formel, et d'une volonté délibérée des opérateurs
du secteur informel de contourner la législation. Cette thèse est partiellement démentie dans le
cas du Cameroun. Quel que soit le type de registre considéré, plus de 70% des UPI ne
connaissent pas la réglementation : soit elles considèrent que l'inscription n'est pas obligatoire,
soit elles ne savent pas auprès de quelle institution il faudrait le faire. Donc, c'est avant tout la
méconnaissance des obligations juridiques qui induit les chefs d'UPI à ne pas se déclarer. Entre
les zones urbaines et rurales, il n’y a pas de différence notable.
Le refus ostensible de toute collaboration avec les organismes publics n'est le fait que d'une
minorité, qui compte pour moins de 5% des UPI. Elles sont moins de 4%, selon le type de
registre, à estimer que les démarches à entreprendre sont trop compliquées. Enfin, parmi les UPI
non enregistrées et quel que soit le registre considéré, moins de 13% estiment que le coût
monétaire lié à cette opération est trop élevé. Il n’apparaît pas de différence significative à ce
sujet entre les zones urbaines et rurales.

Les activités informelles apparaissent plus comme un secteur de développement spontané


des activités économiques des ménages que comme une stratégie de « contournement » de
la législation en vigueur jugée inhibant. La solution au problème du non enregistrement du
secteur informel passerait avant tout par une politique de communication active de la part des
administrations concernées. Il ne serait pas opportun de chercher à accroître la pression fiscale
sur le secteur informel compte tenu de sa faible rentabilité (voir chapitre 4).

Tableau 5-1: Raisons du non enregistrement des unités de production informelles (en % des UPI)
Taux de Raisons du non enregistrement (% des UPI non enregistrées)
non Ne sait pas Ne veut pas
Type de registre En cours Non
enregistre Trop cher s'il faut collaborer Autres Total
d'inscription obligatoire
ment s'inscrire avec l'Etat
N° contribuable 93,2 12,9 0,5 42,7 33,9 4,3 5,7 100,0
Registre de commerce 98,4 10,8 0,2 46,2 33,2 4,3 5,4 100,0
Carte professionnelle 98,7 7,2 0,3 52,8 31,8 3,4 4,4 100,0
CNPS 100,0 7,6 0,1 48,7 35,5 3,8 4,5 100,0
Ensemble* 92,2 9,6 0,3 47,6 33,6 3,9 5,0 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2
*Les valeurs de la ligne ensemble représentent le score moyen des différentes raisons de non enregistrement des UPI pour
l’ensemble des registres.

5.2 Les litiges avec l’Etat


Malgré la volonté de l’Etat d’intégrer les UPI dans les circuits formels de production formels, les
relations difficiles entre l’informel et l’Etat sont une constante. Plus se développe l’informel et
plus se posent les problèmes d’aménagement urbain et ceux liés à la fiscalité, à la qualité des
produits vendus et à la concurrence vis-à-vis du formel. Dans ce contexte, le mode de règlement
des litiges est un élément déterminant du processus d’insertion de l’informel dans le formel.
Les résultats de l’enquête montrent que 8,9% seulement des UPI ont connu des problèmes avec
l’administration, et plus souvent en zone rurale. Les litiges concernent particulièrement la
fiscalité et parfois les problèmes de locaux qui sont propres aux zones urbaines. Au niveau des
branches d’activité, celle des transports est la plus marquée.
Le mode de règlement le plus courant (pratiqué par environ sept UPI sur dix) est le « paiement
d’un cadeau », et il représente une figure du phénomène de corruption dans la société. S’agissant

52
du règlement par le paiement d’une amende, 18,0% des UPI sont concernées. Il n’apparaît pas de
disparités notables entre les zones urbaines et rurales.
Les sommes déboursées envers les agents de l’Etat en cadeaux et amendes par chaque UPI au
titre de règlement des litiges paraissent négligeables en terme absolu (13 500 FCFA et
3 700 FCFA respectivement sur l’année), mais deviennent considérables si l’on les rapporte à la
valeur ajoutée (1,9% et 0,5% respectivement). La somme des deux ratios (2,4%) indiquerait le
taux de réserve de la taxe sur la valeur ajoutée que les UPI sont prêtes à payer pour être
conformes à la légalité. Par contre, le pourcentage de la valeur ajoutée (1,9%) que les UPI
déboursent en cadeaux pour le règlement des litiges donne une indication du montant que l’Etat
perd du fait de la corruption dans le secteur informel.
Au niveau des secteurs d’activités, le phénomène « corruption » se développe beaucoup plus
dans les services car les cadeaux payés au titre des règlements de litiges représentent 2,3% de la
valeur ajoutée alors que les amendes payées ne représentent que 0,8%. Le taux de taxe de réserve
sur la valeur ajoutée se situe alors à 3,1%.
Tableau 5-2: Mode de règlement des litiges avec l’Etat selon le secteur d’activité et le milieu
Mode de règlement des litiges avec l’Etat (%) Cadeaux payés Amendes payées
Proportion
d’UPI ayant Poids Poids
Montants Montants
eu un Amendes dans la dans
moyens moyens
problème Amendes Cadeaux et Autres Total valeur chiffre
(1000 (1000
avec l’Etat cadeaux ajoutée d’affaires
FCFA) FCFA)
(%) (%)
Secteur d’activité
Industrie 3,4 15,0 65,7 8,8 10,5 100,0 23,7 1,6 2,9 0,2
Commerce 12,5 22,2 60,4 5,9 11,5 100,0 9,1 1,7 3,0 0,6
Services 14,6 15,5 72,4 6,9 5,2 100,0 13,6 2,3 4,6 0,8
Milieu
Urbain 13,9 14,9 68,8 5,1 11,2 100,0 11,8 1,7 4,4 0,6
Rural 5,4 23,5 62,4 9,9 4,2 100,0 16,6 2,2 2,4 0,3
Cameroun 8,9 18,0 66,5 6,8 8,6 100,0 13,5 1,9 3,7 0,5
Source: INS, EESI 2005, Phase 2
NB : La moyenne des amendes et cadeaux payés est calculée sur la base de ceux qui les ont effectivement payés.

Il en résulte que l’Etat ne pèse pas sur le développement des activités économiques du secteur
informel. A ce titre, seulement 8,9% des UPI déclarent avoir eu des problèmes avec
l’administration ; et moins de 1,5% de ces UPI estiment que ces problèmes sont de nature à les
faire disparaître ou à empêcher leur développement. Il n’y a pas de différence notable entre les
zones urbaines et rurales.
5.3 Formaliser le secteur informel ?
Une question importante dans l’analyse des relations entre le secteur informel et l’Etat est celle
de savoir dans quelle mesure celui-ci est prêt à collaborer avec l’administration. En effet, le bon
fonctionnement d'un Etat de droit exige que les lois soient effectivement respectées et que le
secteur informel puisse s'insérer entièrement dans le cadre de la régulation officielle. Ainsi, lors
de cette enquête, les chefs d'UPI ont été interrogés pour savoir s'ils étaient prêts à intégrer les
circuits officiels et sur leur perception d’une fiscalité propre à ce secteur d’activité.
5.3.1 L’intégration dans les circuits officiels
La volonté du Gouvernement d’insérer les UPI dans les circuits formels et par la suite de les
amener à contribuer à l’effort fiscal de la Nation ne trouve pas un écho favorable car, plus de la
moitié des UPI ne sont pas disposées à enregistrer leur activité. Par ailleurs, des 84,7% d’UPI qui
ne paient pas d’impôt sur leur activité, seulement 15,8% seraient prêtes à le faire.

53
Tableau 5-3: Situation des UPI par rapport à l’impôt et l’enregistrement (en % des UPI)
Est prêt à payer les impôts sur son activité
Ensemble
Paie déjà Oui Non
Oui 9,9 13,4 1,5 24,8
Est prêt à enregistrer l'activité auprès de
Non 3,6 6,0* 47,3 56,9
l'administration
Ne sait pas 1,8 4,2 12,3 18,3
Ensemble 15,3 23,6 61,1 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2
*L’existence d’un chiffre non nul à ce niveau signifie que l’enquêté se contredit : en effet, une personne qui déclare être prête à payer l’impôt
devrait également être prête à se faire enregistrer.

Sur le plan national, une UPI sur cinq est prête à enregistrer son établissement auprès de
l'administration. Cette proportion varie peu suivant le milieu.
L’analyse de l’intégration des circuits officiels par rapport aux caractéristiques des UPI révèle
que 48,4% des UPI salariales affirment être prêtes à s’officialiser contre 23,7% des UPI non
salariales. Au niveau des branches d’activité, ce sont les UPI de transport qui seraient les plus
disposées à collaborer avec l’Etat : 51,2% d’entre elles sont disposées à se faire enregistrer et
72,7% seraient prêtes à payer un impôt.
De ces résultats, on peut comprendre que les conditions précaires dans lesquelles les activités
informelles s’exercent n’incitent pas beaucoup les promoteurs à enregistrer leur UPI. Mais ceux-
ci manifestent tout de même la volonté d’honorer des obligations fiscales. Ainsi, des formules
doivent être proposées aux pouvoirs publics pour renforcer ce sentiment de devoir civique et
aussi pour améliorer de façon concomitante la visibilité des activités informelles et le
recouvrement fiscal sans toutefois le rendre contraignant. Cette démarche est d’autant importante
que 75% des chefs d’UPI ne sont pas prêts de se faire enregistrer.
Tableau 5-4: Intégration dans les circuits formels selon le type d’UPI (en % des UPI)
Prêt à enregistrer son UPI auprès de
Type d’UPI Prêt à payer les impôts sur l’activité
l’administration
Non salariale 23,7 37,9
Salariale 48,4 62,0
Ensemble 25,0 39,1
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

5.3.2 La fiscalité du secteur informel


Du point de vue de l’Etat, la légalisation du secteur informel poursuit deux objectifs. D’abord, il
s’agit d’intégrer ce secteur d’activité dans les circuits officiels afin qu’il bénéficie entre autres de
certaines facilités comme l’accès au crédit et aux programmes publics de promotion. Mais en
contrepartie, si le traitement équitable du secteur informel est un droit, il doit s’accompagner
d’obligations vis-à-vis de la puissance publique.
Le secteur informel échappe largement à l’impôt en raison de la spécificité de ses activités. En
effet, 35,2% des UPI peuvent être considérées comme mobiles au sens strict, ce sont les UPI
exerçant leur activité de façon ambulante, sur un poste improvisé sur la voie publique ou dans un
véhicule. Ces UPI mobiles sont toutefois assujetties aux taxes communales (OTVP8, tickets,
etc.).
Toutefois, l’enquête a interrogé les opérateurs informels afin de mettre en lumière leurs attentes
en matière de fiscalité. Si la proportion d’UPI qui se déclarent prêtes à payer des impôts est
importante, la périodicité de recouvrement de cet impôt ne serait pas nécessairement adaptée au
rythme spécifique de l’activité et à leur capacité contributive effective. L’instauration d’un impôt
unique est assez ambiguë ; car elle est souhaitée par 32,8% des UPI et rejetée par une proportion
quasi égale ; mais une grande proportion d’UPI a déclaré ne rien en savoir (35,1%). La
périodicité annuelle du recouvrement de l’impôt emporte l’adhésion de 67,0% des opérateurs

8
OTVP : Occupation Temporaire de la Voie Publique

54
informels. On est cependant en droit de s’interroger sur le réalisme d’une telle déclaration
puisqu’il est évident que leur capacité à honorer un tel engagement dépend du montant à verser.
En effet, si la somme à recouvrer est importante, il faudrait que les UPI soient en mesure de
s’imposer d’épargner progressivement une partie de leurs gains (mensuellement, voire toutes les
semaines), ce qui semble peu probable compte tenu du mode de gestion des activités informelles.
Tableau 5-5: Instauration d’un impôt unique selon la branche d’activité (%)
Favorable à la mise en place d'un impôt unique Périodicité du paiement d'impôt
Oui Non Ne sait pas Total Trimestre An Autres Total
Industrie 31,0 31,9 37,1 100,0 19,1 71,7 9,2 100,0
Agro-alimentaire 28,7 32,6 38,7 100,0 14,7 75,3 10,0 100,0
Confection 43,3 25,3 31,4 100,0 23,2 65,6 11,2 100,0
BTP 21,1 41,7 37,2 100,0 32,7 63,2 4,1 100,0
Autre 35,7 29,2 35,1 100,0 24,9 67,3 7,8 100,0
Commerce 32,8 31,7 35,6 100,0 25,1 63,0 11,9 100,0
Commerce de gros 40,9 27,5 31,6 100,0 21,1 72,1 6,8 100,0
Commerce de détail 32,2 31,9 35,9 100,0 25,3 62,5 12,2 100,0
Services 35,9 33,2 30,9 100,0 27,9 63,2 8,9 100,0
Transport 59,8 16,8 23,4 100,0 40,5 49,4 10,1 100,0
Restauration 27,8 38,5 33,7 100,0 26,0 62,8 11,2 100,0
Réparation 37,0 29,4 33,6 100,0 22,6 70,7 6,7 100,0
Autres services 36,7 34,1 29,2 100,0 26,9 67,8 5,3 100,0
Ensemble 32,8 32,1 35,1 100,0 23,1 67,0 9,9 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Pour aller plus loin sur la voie de la fiscalisation du secteur informel, les UPI ont été interrogées
pour savoir à qui devait revenir l’impôt synthétique et à quoi il devait servir. En ce qui concerne
le premier point, les communes semblent avoir la préférence des opérateurs informels. Le choix
de la commune correspond également aux pratiques actuelles. Si plus d’un quart d’entre eux
optent pour l’administration centrale, près de la moitié choisissent la commune, tandis que
24,5% ne se prononcent pas. Pour les opérateurs informels, l’impôt synthétique relève plus de la
fiscalité locale que de l’administration fiscale centrale.
Cette orientation s’explique largement par le type d’usage qu’ils souhaitent voir affecter à leur
contribution. Parmi les options proposées, les dépenses sociales de base dans la santé et
l’éducation dominent (45,6%). Ensuite, apparaissent les investissements en infrastructures
(routes, marchés, adduction, etc.) et les programmes d’appui aux micro-entreprises (avec
respectivement 40,4% et 10,8% des réponses). En revanche, le paiement des salaires des
fonctionnaires et des coûts de fonctionnement de l’administration sont évoquées par seulement
2,5% et 0,1% des répondants.
Ces résultats suggèrent que les politiques actuellement mises en oeuvre pour lutter contre la
pauvreté, en allant dans cette voie, répondent bien aux aspirations des populations les plus
pauvres, mais aussi à celles de la plupart des opérateurs du secteur informel. Il convient donc
d’examiner plus en détail ces axes d’intervention en identifiant les besoins particuliers que
peuvent exprimer les opérateurs du secteur informel.

55
Tableau 5-6: Destination et utilisation de l’impôt unique selon la branche d’activité
Destination Utilisation

Fonds
Ne se
Administra- Education, Infras- d'appui aux
Commune prononcent Total Autre Total
tion centrale santé tructure micro-
pas
entreprises.
Industrie 23,0 49,2 27,8 100,0 46,3 38,7 12,4 2,6 100,0
Agro-alimentaire 19,5 47,9 32,6 100,0 47,2 37,2 12,7 2,9 100,0
Confection 25,7 49,6 24,7 100,0 44,8 34,5 18,9 1,8 100,0
BTP 32,9 55,7 11,4 100,0 31,0 57,8 8,8 2,4 100,0
Autre 27,9 50,2 21,9 100,0 51,5 37,3 9,5 1,7 100,0
Commerce 31,2 47,8 21,0 100,0 45,3 41,8 9,1 3,8 100,0
Commerce de gros 31,7 54,8 13,5 100,0 29,0 53,2 11,8 6,0 100,0
Commerce de détail 31,1 47,3 21,6 100,0 46,3 41,1 8,9 3,7 100,0
Services 26,1 51,4 22,5 100,0 44,7 41,8 9,8 3,7 100,0
Transport 36,0 51,0 13,0 100,0 30,6 60,6 5,6 3,2 100,0
Restauration 19,8 51,7 28,5 100,0 46,4 40,1 11,3 2,2 100,0
Réparation 29,6 50,0 20,4 100,0 41,9 42,0 7,9 8,2 100,0
Autres services 30,1 51,6 18,3 100,0 50,5 34,7 10,5 4,3 100,0
Ensemble 26,1 49,4 24,5 100,0 45,6 40,4 10,8 3,2 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

5.3.3 Economie de marché, sécurité sociale


Le secteur informel fonctionne suivant les règles d’une économie de marché. En effet, plus de
62% des UPI souhaitent que les prix soient déterminés suivant la loi de l’offre et la demande. Ce
souhait correspond déjà aux pratiques actuelles pour 35,8% des UPI car leurs prix sont fixés
après un marchandage avec les clients.
En ce qui concerne la sécurité sociale, les opérateurs du secteur informel ont une
méconnaissance du système en vigueur. Plus de 74% des UPI ne savent pas ce qu’est la sécurité
sociale et près de la moitié ne connaissent pas la CNPS. Enfin, les informels ne paient
pratiquement pas de cotisations sociales.
Finalement, il apparaît que malgré les efforts de l’administration, très peu d’UPI évoluent
progressivement vers le formel, ce qui laisserait à penser que cette tâche est difficile ou alors que
le coût élevé des opérations à entreprendre limite son intervention.

56
CHAPITRE 6: PROBLEMES ET PERSPECTIVES

Le présent chapitre porte sur trois points essentiels : les problèmes rencontrés par le secteur
informel, les aides souhaitées et les perspectives d’avenir. Afin d’appréhender les tendances qui
seront exposées, il est nécessaire d’analyser le mode d’insertion des actifs dans l’informel, mais
aussi les stratégies mises en place pour se procurer le maximum de profit.

6.1 Mode d’insertion des actifs dans le secteur informel


6.1.1 Les raisons du choix de l’activité dans le secteur informel
Le choix d’exercer une activité par les actifs du secteur informel dépend d’abord de la
connaissance du métier (53,0%). La recherche d’un meilleur profit a guidé 25,0% des chefs
d’UPI et l’assurance de recettes stables 16,0% des chefs d’UPI.
Selon le secteur d’activité, 68,6% d’insertion dans l’industrie s’expliquent par la maîtrise du
métier ; ce ratio est de 47,8% dans les services, alors que dans le commerce, c’est plutôt la
recherche du gain qui détermine l’entrée de 56,8% d’UPI.
6.1.2 Mode de fixation du volume d’activités
La moitié des chefs d’UPI fixent le volume de leur activité en fonction de leur propre analyse de
la conjoncture, 32,0% en fonction de la capacité de production et 16,0% en fonction des
commandes fermes. Selon le secteur d’activité, 64,0% des UPI du commerce travaillent en
fonction d’une demande prévisible, tandis que dans l’industrie et les services, ce sont plus les
commandes fermes et les capacités de production qui déterminent le volume d’activité. Selon le
milieu, un quart des UPI du milieu urbain travaille sur la base des commandes fermes contre
30,7% en milieu rural.
6.1.3 Mode d’approche des clients
En général, dans le secteur informel, l’approche des clients se fait de manière passive pour
71,3% des UPI (on attend qu’ils se présentent). La recherche active (prospection des clients, se
faire connaître) concerne 28,3% des UPI. On ne note pas une différence significative dans les
stratégies d’approche de la clientèle selon la branche et le milieu de résidence.

6.2 Les difficultés rencontrées par le secteur informel


6.2.1 Difficultés liées à l’exercice de l’activité
L’examen des difficultés rencontrées par le secteur informel met en évidence un contexte
économique difficile qui converge tantôt vers l’excès de l’offre (trop de concurrence), tantôt vers
le manque de débouchés (écoulement de la production). Dans l’ensemble du pays, 55,2% des
promoteurs d’UPI déclarent rencontrer des difficultés liées à l’excès de concurrence et 53,3% ont
des problèmes d’écoulement de leur production.
Ce résultat est valable quel que soit le milieu d’implantation considéré. Le manque de débouchés
semble être un problème particulièrement aigu à Douala puisqu'il est cité par les trois cinquièmes
des chefs d'UPI de cette ville.
Le manque de clientèle pèse plus sur le secteur du commerce (57,7%), et c’est aussi dans ce
secteur que la concurrence est la plus forte (61,5%).
Le secteur informel rencontre d’autres problèmes non moins importants, notamment
l’approvisionnement en matières premières (36,1%), l’accès au crédit (33,4%) et le manque de
machines (19,5%). Comme on pouvait s’y attendre, l’approvisionnement est plus crucial pour les
UPI de commerce. Le milieu rural est le plus affecté car 40,9% d’UPI en souffrent contre
seulement 29,3% en milieu urbain. Ce résultat dénote les difficultés d’accès dans certains
villages du Cameroun du fait de l’éloignement des lieux d’approvisionnement et de la faiblesse
57
des infrastructures routières. L’accès au crédit affecte les différentes activités avec la même
intensité et enfin, le manque de machine ou d’équipement concerne beaucoup plus l’industrie.
Le problème de manque de place ou de local adapté à l’activité est assez limité, puisque 17,9%
des chefs d’UPI s’en plaignent.
Les difficultés d'ordres technique, organisationnel ou réglementaire (impôt et taxes) et les
difficultés de recrutement de personnel qualifié ne semblent pas être vécues par les chefs d'UPI
comme des contraintes fortes dans l'exercice de leur activité.
Il apparaît donc que la situation économique en vigueur, plus que des dysfonctionnements
localisés sur certains marchés (pénuries, environnement institutionnel, etc.), constitue le premier
facteur de blocage du secteur informel.
Tableau 6-1: Principales difficultés rencontrées selon le secteur d’activité (en %)
Secteur d’activité
Industrie Commerce Services Ensemble
Trop de concurrence 51,1 61,5 55,7 55,2
Manque de clientèle/Problème de débouché 49,5 57,7 55,1 53,3
Difficulté d'approvisionnement en matières premières et
37,8 40,2 28,8 36,1
produits vendus
Problème de trésorerie/Manque de liquidité 33,4 35,5 31,0 33,4
Manque de machine, d’équipements 30,3 2,7 18,7 19,5
Manque de place, de local adapté 16,1 18,7 20,5 17,9
Difficultés d’organisation, de gestion 11,2 7,9 7,0 9,2
Trop de réglementations, d’impôts et de taxes 4,0 8,0 8,7 6,4
Difficultés techniques de fabrication 7,4 0,5 2,8 4,3
Recrutement de personnel qualifié 3,7 1,1 3,0 2,8
Autres problèmes 1,9 2,1 2,7 2,2
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

6.2.2 Difficultés liées à l’existence de l’UPI


Certaines difficultés rencontrées sont suffisamment graves pour qu’elles posent un véritable
problème de survie aux unités informelles. Le danger permanent qui peut porter atteinte à la
survie des entreprises reste, quel que soit le milieu d’implantation, la faiblesse de la demande
citée par 38,2% des chefs d’UPI. Le poids de ce risque est ressenti avec plus d’acuité par les
promoteurs exerçant dans l’industrie (41,9%).
Le manque de liquidité est également considéré par 16,8% des promoteurs comme source de
risque de disparition de leurs unités quel que soit le milieu. La concurrence est plus ressentie
comme un risque pour les unités implantées en milieu urbain que celles du milieu rural (elle est
ressentie par 16,4% des UPI en milieu urbain contre 7,3% en milieu rural).
Toutefois, 14,9% des chefs d’UPI estiment que leur unité de production ne court aucun risque de
disparition.

58
Tableau 6-2: Principales difficultés qui risquent de faire disparaître l'établissement selon le secteur
d’activité (en %)
Secteur d’activité
Industrie Commerce Services Ensemble
Manque de clientèle/Problème de débouché 41,9 33,4 36,9 38,2
Manque de liquidité/ Problème de trésorerie 11,7 23,6 18,4 16,8
Pas de risque de disparition 15,5 11,8 17,1 14,9
Trop de concurrence 8,6 14,4 11,6 11,0
Manque de matières premières/marchandises 11,9 10,4 4,1 9,5
Problème de machines, d’équipements 2,5 0,2 2,4 1,8
Trop de réglementations, d’impôts, de taxes 1,0 1,0 2,9 1,5
Problème de locaux, de place 0,9 1,7 2,1 1,4
Problème d'organisation, de gestion 1,3 0,5 0,5 0,9
Problèmes techniques de fabrication 0,4 - 0,1 0,2
Manque de personnel qualifié - - 0,3 0,1
Autres problèmes 4,3 3,0 3,6 3,7
Total 100,0 100,0 100,0 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

Pour 35,1% des UPI, le manque de liquidités est une entrave à leur développement, plus qu’une
cause de disparition possible. On peut cependant s’interroger sur l’efficacité d’une politique plus
active de crédit au secteur informel, dans la mesure où les UPI viendraient buter sur la contrainte
des débouchés.
Dans le même ordre d’idées, ce sont particulièrement les UPI opérant dans le commerce, de par
la nature de leur activité, qui sont les plus affectées par le manque de liquidité (45,5%). Le
manque de liquidité a un impact plus important sur le dynamisme des UPI en milieu urbain
(36,4%). En milieu rural, les activités informelles sont aussi fragilisées par la rude concurrence
(10,9%) bien que 12,2% des chefs d’unités déclarent qu’aucun problème ne freine le
développement de leurs unités.
Les problèmes de main-d’œuvre n'apparaissent que de façon résiduelle. Ceux les plus
couramment rencontrés par le secteur informel, quel que soit leur secteur d’activité, sont relatifs
au manque de discipline ou de sérieux de la main-d’œuvre (8,5% des UPI). Ensuite viennent
dans l’ordre décroissant, le recrutement de la main-d’œuvre (6,5% des UPI), le problème de
qualification des employés (6,0% des UPI) et l’instabilité des employés (4,2%) qui est de nature
à perturber le fonctionnement normal de l’entreprise.
Globalement, moins de 13,0% des UPI ont déclaré avoir rencontré des difficultés à recruter du
personnel, qu’il soit qualifié ou non. Par conséquent, les problèmes liés à la gestion de la main-
d’œuvre restent négligeables dans le secteur informel. En pratique, seulement 1,8% des UPI
signalent des difficultés liées à un salariat élevé ou à une pression syndicale. La gestion
consensuelle du travail dans le secteur informel s'explique par les liens sociaux très puissants
(familiaux, etc.) qui unissent employeurs et employés.

6.3 Les aides souhaitées par les opérateurs du secteur informel


6.3.1 Les aides souhaitées
L'environnement économique qui pèse sur les performances des UPI conduit leurs chefs à
émettre massivement le souhait d'être appuyés. L’accès à de grosses commandes (52,4%)
apparaît comme le premier domaine dans lequel les promoteurs sollicitent de l’aide. Ce résultat
est logique, puisque l’une des principales difficultés est l’écoulement de leur production
(concurrence et manque de clientèle). Cette aide est réclamée de manière générale, mais
particulièrement par les UPI des secteurs « industrie » et « commerce ».

59
L'accès au crédit se positionne au second rang des aides sollicitées (41,0% des UPI), compte tenu
des problèmes de trésorerie, d’approvisionnement en matières premières et d’équipement
largement évoqués. Il est davantage souhaité par les commerçants (42,3%). Ce résultat appelle
trois commentaires : d’abord, l’accès réduit au crédit formel nécessite des garanties dont le
secteur informel ne dispose pas ; ensuite, le système de financement informel, notamment les
tontines, semble largement insuffisant pour financer les activités du secteur informel; enfin,
l’accès plus fluide au crédit contribuerait au développement du secteur informel si
l’environnement économique devenait favorable.
Les activités traditionnelles des programmes d’appui aux petites et moyennes entreprises
(formation technique, formation à l’organisation et à la comptabilité) sont très peu mentionnées
par les opérateurs informels. En effet, moins de 15% des UPI expriment un véritable besoin en
matière de formation professionnelle ; la nature des activités du secteur informel (auto emploi,
ambulant, etc.) explique en partie cette situation.
Les différences importantes entre les patrons et les comptes propres sur le type d’aides sollicitées
se situent au niveau de l’accès aux machines et de la formation technique. Ces différences se
justifient en partie par la structure des UPI par secteur, les patrons étant plus présents dans
l’industrie que dans le commerce et les services.
Une analyse selon le milieu d’implantation de l’UPI montre qu’en milieu rural plus qu’en milieu
urbain, les UPI souhaitent une assistance pour l’approvisionnement, soit 41,3% d’UPI en milieu
rural contre 29,8% en milieu urbain.
Globalement, les requêtes des entrepreneurs informels portent à la fois sur des facteurs liés au
capital physique et financier, et dans une moindre mesure sur les problèmes de capital humain.
Le tableau 6-3 donne les grands axes d'une intervention publique ou privée (banques, ONG,
institutions de développement) en faveur du secteur informel.
Enfin 19,3% des chefs d’unités informelles ne souhaitent recevoir aucune aide. Ce sont en
général des UPI qui ont pris l'habitude de travailler sans rien demander à personne et qui ne
nourrissent pas de projets d'extension de l'échelle de leurs activités.
Tableau 6-3: Aides souhaitées par les chefs d'unités de production informelles selon le secteur d’activité
et le milieu (en %)
Secteur d’activité Milieu
Ensemble
Industrie Commerce Services Urbain Rural
Accès à des grosses commandes 56,9 51,9 45,0 56,7 49,5 52,4
Accès au crédit 41,1 42,3 39,7 40,5 41,4 41,0
Assistance pour approvisionnement 38,1 40,8 29,5 29,8 41,3 36,6
Accès aux informations sur le marché 31,3 35,9 27,2 32,4 30,9 31,5
Accès à des machines modernes 33,8 3,4 22,5 22,3 22,3 22,3
Publicité pour les nouveaux produits 18,2 15,1 16,3 18,4 15,8 16,8
Formation à l’organisation des comptes 15,1 12,0 12,6 11,1 15,3 13,6
Formation technique 14,3 6,0 11,1 10,9 11,4 11,2
Enregistrement de l’activité 13,4 8,9 9,8 9,2 12,5 11,2
Autres 1,4 3,6 5,6 4,9 1,9 3,1
Aucune aide 16,6 21,0 22,1 14,9 22,2 19,3
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

6.3.2 Utilisation des crédits


De manière générale, les chefs des UPI sont très peu entreprenants dans la recherche de crédit :
moins de 1% des UPI déclarent avoir demandé un crédit bancaire. L’absence de demande de
crédit par les chefs d’UPI tiendrait plus à l’ignorance et aux préjugés qu’à l’issue de la requête.

60
Pour mieux apprécier le comportement des producteurs informels en matière de crédit, on a
cherché à savoir ce qu'ils feraient s’ils bénéficiaient d'un crédit.
Interrogés sur l’utilisation qu’ils feraient en priorité d’un crédit, 83,8% des chefs d'UPI
s'emploieraient à accroître leur niveau d'activité, alors que 14,0% d'entre eux engageraient des
dépenses en dehors de leur établissement. Près de 51,1% des chefs d’UPI chercheraient à
accroître leur niveau d'activité (croissance intensive) en augmentant leur stock de matières
premières (32,4%), en améliorant leur équipement (10,6%), ou encore en améliorant leur local
(7,5%) ; par contre environ un tiers des entrepreneurs amorcerait une stratégie de croissance
extensive (ouverture d'un autre établissement dans la même ou dans une autre activité).
Selon le secteur d’activité, l’industrie et le commerce affecteraient un crédit prioritairement pour
une croissance intensive, alors que les services partageraient l’utilisation du crédit, à parité moins
inégalitaire, entre une croissance intensive et une croissance extensive. Une décomposition par
branche d’activité montre que : les industries agro-alimentaires (42,9%), le commerce de gros
(47,4%) et le commerce de détail (45,9%) utiliseraient le crédit pour le financement des stocks.
La réparation (40,6%) et les autres services (21,9%) orienteraient le crédit vers l’amélioration de
leur équipement. Pour ce qui est de la branche « transport », 42,3% engageraient le crédit dans
l’ouverture d’un autre établissement dans la même activité, c’est notamment le cas des
propriétaires de taxis et de moto-taxis qui achèteraient un nouveau véhicule.
Le milieu d’implantation de l’UPI est un facteur discriminant de l’utilisation d’un crédit. Bien
que la croissance intensive soit privilégiée par la majorité des UPI, en milieu rural et pour les
UPI de compte propre, c’est l’accroissement du stock des matières premières qui serait privilégié
dans l’utilisation d’un prêt. En revanche, en milieu urbain, un nouveau crédit serait affecté à
l’amélioration des équipements de l’UPI.
Il faut noter qu’à peine un chef d'établissement sur cent se propose d'embaucher. Ce choix
s'explique par le faible taux d'utilisation des capacités de production du secteur informel dans la
conjoncture actuelle. Environ 48% des UPI sont au mieux de l’utilisation de leur capacité de
production. Contrairement à ce qui est traditionnellement attendu, une politique de financement
du secteur informel facilitant l'accès au crédit d'unités de production déjà existantes aurait un
impact direct négligeable sur l'emploi.
Tableau 6-4: Utilisation d'un crédit par les unités de production informelles par secteur d’activité et
milieu (en % des UPI)
Secteur Milieu
Utilisation prioritaire d’un éventuel crédit Ensemble
Industrie Commerce Services Urbain Rural
Croissance intensive 51,9 54,8 45,8 53,4 49,6 51,1
Accroissement du stock de matières premières 31,4 46,0 19,5 27,3 35,9 32,4
Amélioration du local, de l’emplacement 5,1 7,4 11,9 11,4 4,8 7,5
Amélioration des machines, mobilier, outil 14,8 0,8 13,9 13,7 8,5 10,6
Embauche 0,7 0,5 0,5 0,9 0,3 0,6
Croissance extensive 31,2 30,4 37,9 34,6 31,4 32,7
Ouverture d’un autre établissement dans la même activité 12,0 20,0 21,0 20,4 14,0 16,6
Ouverture d’un autre établissement dans une autre activité 19,2 10,5 16,9 14,2 17,5 16,1
Engager des dépenses en dehors de l'établissement 15,7 11,5 13,7 9,7 16,9 14,0
Autres 1,2 3,3 2,6 2,2 2,2 2,2
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

61
6.4 Les perspectives d’avenir du secteur informel
6.4.1 Stratégie en cas de réduction de la demande

La stratégie adoptée par les chefs d’unités de production informelles est indépendante du secteur
d’activité dans lequel ils exercent. Globalement, plus de la moitié des promoteurs chercheraient à
préserver leur UPI. Toutefois, l’abandon de l’activité et la recherche d’un autre emploi
représentent 35,8% des solutions potentielles privilégiées par ceux-ci en cas de réduction de la
demande.

Tableau 6-5: Stratégie en cas de réduction de la demande par secteur d’activité et milieu (en % des UPI)
Secteur d'activité Milieu
Stratégie Ensemble
Industrie Commerce Services Urbain Rural
Diversification des activités 34,6 34,8 34,3 30,9 37,1 34,5
Abandon de l'activité 23,7 21,7 22,0 22,5 22,9 22,7
Réduction du bénéfice 15,0 21,7 16,9 16,1 18,3 17,4
Recherche d’un autre emploi 13,5 11,0 14,7 16,1 11,6 13,1
Amélioration de la qualité des produits 7,0 1,9 6,3 6,8 4,4 5,4
Réduction du nombre de salariés 1,9 1,8 1,7 3,6 0,6 1,8
Réduction des salaires 1,1 1,5 1,2 2,0 0,7 1,2
Autre 3,2 5,6 2,9 2,0 4,4 3,9
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

L’amélioration de la qualité des produits concerne surtout les UPI industrielles et de services. La
contraction de la masse salariale (soit en réduisant les salaires, soit en débauchant) ne constitue
pas une solution potentielle, même pour ceux qui emploient des salariés. Cela peut être expliqué
par la faiblesse du poids de ce poste dans les comptes des unités informelles et surtout par les
liens de parenté avec les personnels.
6.4.2 Perspectives d’avenir selon les chefs d’UPI
En dépit de la situation économique difficile, les producteurs informels considèrent qu'il existe
un avenir pour leur propre unité de production. Cette vision positive de l'avenir est indépendante
du secteur d’activité et est une fonction croissante de l’âge de l’UPI. Cependant, une analyse
selon les branches d’activité montre que le « transport », les « autres industries » et les « autres
services » nourrissent les anticipations les moins positives (moins de 70% pensent que leur UPI a
un avenir). Ceci peut s’expliquer par la concentration des actifs ou la forte concurrence dans ces
branches. Par contre, les chefs d’UPI des branches « BTP », « commerce de gros » et
« confection » sont les plus optimistes (plus de 75% pensent que leur UPI a un avenir).
L'optimisme sur les perspectives d'avenir est fortement corrélé avec le statut et le sexe des chefs
d’UPI. Ainsi, les patrons d’établissements ou les hommes sont plus nombreux que les personnes
à compte propre ou les femmes à penser que leur UPI ont un avenir. Il est à noter que cette vision
positive n’est pas liée à l’âge du chef de l’UPI, ni à son niveau d'instruction.
Par ailleurs, la vision positive sur les perspectives d’avenir de l’UPI justifie la faible mobilité
intergénérationnelle prônée par les entrepreneurs informels. En effet, pratiquement la moitié des
chefs d'UPI souhaitent voir leurs enfants reprendre leur activité s'ils le désiraient. Cependant, les
chefs de certaines UPI nourrissent des anticipations pessimistes quant à voir leur progéniture
faire le même métier qu’eux. Il s’agit principalement des chefs d’UPI dans les branches
« transport » et « restauration ». De plus, le désir de voir les enfants exercer la même activité est
plus affirmé chez les hommes, notamment lorsqu’ils sont patrons.
Tableau 6-6: Perspectives d'avenir des chefs d'UPI (en % des UPI)
L’UPI a un avenir Désire voir ses enfants continuer
Secteurs et branches d'activité

62
Industries 74,1 47,2
Confection 85,5 53,5
Agroalimentaire 72 44,4
BTP 85,3 52,6
Autres 68,9 50,2
Commerce 70,8 45,5
Commerce de gros 79,4 56,7
Commerce de détail 70,3 44,8
Services 70,8 42,6
Transport 66,7 30,7
Restauration 73,5 39,9
Réparation 74,8 52,7
Autres services 66,4 47,4
Statut du promoteur
Patron 85,9 57,4
Compte propre 71,6 44,9
Sexe du promoteur
Homme 75,1 49,1
Femme 70,4 43,1
Age du promoteur
Moins de 25 ans 73,1 45
25 à 45 ans 74,2 46,7
45 ans et plus 67,4 43,5
Ancienneté du promoteur
Moins d’un an 64,3 41,9
1 à 3 ans 71,9 44,4
3 ans et plus 75,5 47,4
Niveau d'instruction du promoteur
Jamais scolarisé 71,4 49,2
Primaire 72,6 43,1
Secondaire 72,6 45,1
Supérieur 73,3 51,8
Ensemble 72,3 45,5
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

63
CHAPITRE 7: ANALYSE COMPAREE DE DOUALA ET YAOUNDE
AVEC LES PRINCIPALES AGGLOMERATIONS DE
l’UEMOA

Entre 2001 et 2003, une enquête de type 1-2-3 a été réalisée dans les principales agglomérations
de sept Etats membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) :
Cotonou, Ouagadougou, Abidjan, Bamako, Niamey, Dakar et Lomé. Elle a fourni pour la
première fois une image détaillée des principales caractéristiques du secteur informel dans ces
sept villes. En 2005, l’EESI a été effectuée au Cameroun à l’échelle nationale. Ce chapitre
analyse les similitudes et les différences entre les principaux pôles urbains de l’UEMOA et les
capitales du Cameroun : Yaoundé, la capitale administrative, et Douala, la capitale économique.
La méthodologie des enquêtes 1-2-3 dans le cadre de l’EESI a été respectée et autorise cette
comparaison, malgré le décalage temporel des dates d’enquête.
Les données de l’UEMOA sont présentées pour chacune des sept agglomérations et complétées
par une moyenne pour la zone. L’analyse porte sur les conditions d’activité et de l’emploi dans
les UPI, leurs performances économiques, le mode d’insertion dans le tissu productif et leurs
perspectives.

7.1 Conditions d’activité


Le dénombrement des UPI dans les enquêtes montre l'importance économique des activités
informelles pour la population des principales agglomérations. En moyenne dans les deux
métropoles camerounaises, un peu plus de la moitié des ménages tirent l'ensemble ou une partie
de leurs revenus d'une UPI. Si à Dakar la totalité des ménages tirent tout ou partie de leurs
revenus du secteur informel, les autres villes se situent dans l'intervalle Ouagadougou (6
ménages sur 10), suivi de Cotonou et Niamey (7 ménages sur 10), Bamako et Abidjan avec près
de 9 ménages sur 10.
L’analyse des résultats permet de noter une prépondérance du commerce. En effet, il y a une
concentration des UPI commerciales dans l’ensemble des villes étudiées, sauf à Douala qui se
distingue par une répartition à parts égales entre le commerce et les services (37%). Le poids des
autres secteurs (industrie et services) est en revanche très variable suivant les agglomérations ;.
alors que la part du secteur industriel représente environ un quart des UPI dans les deux capitales
camerounaises, elle est inférieure à la moyenne de l’UEMOA de trois à cinq points et qui compte
pour 43% des UPI à Niamey. A l’inverse, Niamey constitue avec Ouagadougou, les villes où le
secteur des services est le moins développé (16%) ; Douala et Yaoundé se distinguent par un
poids plus important des services dans leur tissu informel, avec plus d’un tiers des UPI
intervenant dans ce secteur soit dix points de plus que l’ensemble des villes de l’UEMOA.
Tableau 7-1: Structure des UPI par secteur d’activité (%)
Ouaga-
Cotonou Abidjan Bamako Niamey Dakar Lomé UEMOA Douala Yaoundé
dougou
Industrie 21,9 34,2 28,5 27,3 43,2 31,1 23,0 28,4 25,1 23,3
Commerce 49,2 48,7 40,0 51,5 40,6 47,3 48,5 45,5 37,3 41,2
Services 28,9 17,1 31,5 21,2 16,2 21,6 28,5 26,1 37,6 35,5
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Source: STATECO N°99 , 2005 ; INS, EESI 2005, Phase 2

Les données disponibles ne permettent pas d'appréhender les disparitions d'unités dues aux
faillites, au passage à l'inactivité ou au statut d’unité formelle ; seule la dynamique des créations
brutes des UPI peut être étudiée. Ainsi au cours des vingt dernières années, la création des unités
industrielles a reculé fortement, leur poids chutant de moitié dans chacune des villes au profit des
activités du tertiaire (commerce et services).

64
L’âge moyen des UPI de la région de l'UEMOA est de sept ans contre environ cinq ans pour les
UPI de Douala et Yaoundé réunies (4,7 ans et 5,5 ans respectivement), comparable à Abidjan et
Lomé (6 ans) et de loin en dessous de Dakar (9 ans) dont les UPI ont la moyenne d’âge la plus
élevée.
Tout comme dans les agglomérations Ouest africaines, le secteur informel à Douala et à
Yaoundé est caractérisé par une grande précarité des conditions d’activité. En effet, seule
environ une UPI sur cinq exerce son activité dans un local spécifique (atelier, boutique,
restaurant, local fixe sur un marché public) sur l’ensemble des villes de l’UEMOA et Douala ;
des taux légèrement plus élevés sont observés à Yaoundé et Abidjan (28% et 30%
respectivement). Les UPI qui ne possèdent pas de local approprié (47% des cas) sont majoritaires
à Douala, Bamako et Lomé. Elles sont un quart à exercer dans leur domicile ou dans celui de
leurs clients au Cameroun, contre 31% en moyenne dans l’UEMOA. Les activités industrielles
telles que la confection sont celles où la proportion d’UPI sans local est la plus faible, tandis que
le commerce et la restauration enregistrent les taux les plus élevé (55% des UPI à Douala et
Yaoundé réunis et 59% sur l’ensemble de l’UEMOA).

7.2 Main-d’œuvre et emploi

7.2.1 Organisation du travail et taux de salarisation


L’auto-emploi est prépondérant dans le secteur informel urbain, aussi bien en Afrique de l’Ouest
qu’à Douala et à Yaoundé, où environ 70% des UPI sont des UPI d’une seule personne. Les UPI
de deux personnes ou plus sont moins nombreuses (26,4% dans l’UEMOA, 30,5% à Douala et
28% à Yaoundé) ; parmi elles, les UPI employant au moins un salarié représentent
respectivement 10%, 7,3% et 11% dans l’UEMOA, Douala et Yaoundé.
7.2.2 Taille des UPI
La taille moyenne des UPI est d’environ 1,5 personnes à Douala et à Yaoundé. On retrouve
pratiquement les mêmes chiffres dans toutes les villes de l’Afrique de l’Ouest. Il existe
cependant des disparités selon les branches. Les UPI industrielles ont une taille moyenne de 1,8
personnes tandis que le secteur commercial enregistre une plus faible taille (1,3 personnes). Cette
tendance est observée tant dans les villes camerounaises que dans la plupart des capitales ouest
africaines.
En conséquence, le taux de salarisation reste faible du fait probablement de l’auto-emploi et de la
taille des UPI. Le taux de Yaoundé (16,8%) est proche de celui de Bamako (15,2%) et de celui
de Ouagadougou (16,9%) et dans une moindre mesure d’Abidjan (14,4%). Il est seulement de
10,9% à Douala, proche de celui de Lomé (9,8%) et de celui de Niamey (10,4%). Le secteur
informel serait donc caractérisé par une prépondérance des activités de faible taille et par un
faible taux de salarisation qui l’oppose au secteur formel où la norme salariale est la règle.
En outre, seulement 3 à 4% des travailleurs du secteur informel à Douala et à Yaoundé disposent
d’un contrat écrit avec leur employeur, ce taux étant en moyenne de 5% dans l’UEMOA. Cette
absence généralisée de contrat dans toutes les villes considérées, montre l’absence de protection
et de droits des employés du secteur informel. Cela nécessite des politiques appropriées, ne
serait-ce que la sensibilisation des différentes parties en vue de la formalisation de leurs relations
professionnelles.
7.2.3 Durée hebdomadaire du travail
Les normes régissant la durée du travail ne concernent pas le secteur informel, dans la mesure où
la durée légale du travail de 40 heures par semaine n’est appliquée que pour un tiers de
travailleurs en général. La durée moyenne de travail par semaine est de 44,4 heures et 48,8
heures à Douala et à Yaoundé. Dans les villes Ouest africaines, la moyenne dépasse 47 heures
sauf à Bamako et Abidjan. En général, plus de deux tiers des travailleurs du secteur informel

65
travaillent plus de 40 heures par semaine à l’exception de Bamako et Douala où cette proportion
est seulement d’environ 50%.
Tableau 7-2: Organisation du travail dans le secteur informel
Ouaga-
Cotonou Abidjan Bamako Niamey Dakar Lomé UEMOA Douala Yaoundé
dougou
Type d’emploi (%)
Auto emploi 72,1 72,1 68,2 80,7 79,4 77,1 77,0 73,6 69,5 72,1
Non salarial 19,2 14,6 19,8 9,5 13,6 14,0 16,7 16,4 23,2 16,8
Salarial 6,0 11,8 9,5 8,2 6,2 6,4 5,3 8,0 6,2 9,5
Mixte 2,6 1,6 2,5 1,5 0,8 2,5 1,0 2,1 1,1 1,6
Taux de salarisation (en %) 12,0 16,9 14,4 15,2 10,4 13,1 9,8 13,6 10,9 16,8
Taille moyenne des UPI 1,6 1,5 1,7 1,4 1,4 1,5 1,5 1,5 1,5 1,6
Nombre moyen d’heures de
48,3 55,6 43,7 42,0 48,1 48,9 47,5 46,1 44,4 48,8
travail par semaine
Source: STATECO N°99 , 2005 ; INS, EESI 2005, Phase 2

7.2.4 Caractéristiques socio démographiques


Les actifs du secteur informel sont en général des travailleurs pour propre compte. Ceux-ci
représentent plus de 60% des travailleurs dans toutes les villes. Le secteur informel est très
féminisé puisque, en moyenne, un actif sur deux est une femme dans les villes de l’UEMOA et à
Douala. Cependant, à Yaoundé la part des femmes est en retrait (40,8%), proche de celle de
Dakar.
Les jeunes de moins de 25 ans représentent un tiers des actifs dans le secteur informel urbain et
ils sont en général des employés dépendants, particulièrement des apprentis ou des aides
familiaux. L’âge moyen du travailleur dans le secteur informel est d’environ 31 ans dans les
villes camerounaises et dans les capitales Ouest africaines.
L'instruction et la formation sont des variables-clé de l'emploi informel permettant d'apprécier le
degré de développement humain. Ainsi, les actifs informels de Douala et de Yaoundé ont en
moyenne un niveau scolaire deux fois et demi plus élevé que dans l'UEMOA (8,2 années
d'études contre 3,5 années). Ce résultat n’est guère surprenant, dans la mesure où le niveau
d’instruction au Cameroun est bien supérieur à celui des capitales de l’UEMOA. Enfin, quelle
que soit la ville considérée, la formation « sur le tas » reste le système le plus répandu.
Mais au-delà de la différence de nature de mobilisation du travail salarié et non-salarié,
l'ensemble de la main-d’œuvre dépendante est employé dans les mêmes conditions générales de
précarité. Le recrutement se fait principalement sur la base des relations personnalisées, quel que
soit le statut, ce qui explique l'absence généralisée des contrats écrits (moins de 5% dans
l'UEMOA comme dans villes camerounaises). Par ailleurs, la main-d’œuvre ne bénéficie
d'aucune prestation, qu'il s'agisse d'assurance maladie, primes, bonus, congés payés ou autre
participation aux bénéfices. Cette absence de protection serait-elle compensée par l'intensité des
relations personnalisées entre la main-d’œuvre et les employeurs ? Moins à Yaoundé où 40% des
travailleurs dépendants ont un lien de parenté avec le promoteur qu’à Bamako où près de 80% de
la main-d’œuvre est apparentée à son employeur.

7.3 Capital, financement et investissement

7.3.1 Structure du capital


Si le nombre d'actifs en terme d'emploi renseigne sur la taille des UPI, le niveau et les modes
d'accès aux actifs immobilisés ou « capital » détenu, informent d'une certaine manière sur la
constitution des unités informelles. Environ une UPI sur dix est dépourvue de capital sur
l'ensemble des villes d'Afrique de l'Ouest, la moins bien dotée étant celles de Bamako (28,5%).
Les UPI sans capital des villes de Yaoundé et Douala sont bien moins nombreuses comme à

66
Abidjan et à Cotonou. Le montant total du capital reste cependant très faible dans chacune des
villes.
Sans surprise, les commerces sont moins dotés que les activités industrielles et de services (22%
du total dans les agglomérations de l’UEMOA, 19,1% à Yaoundé mais 36,3% à Douala). Partout
ailleurs, les activités de service (transport, réparation, services aux entreprises/ménages)
représentent à elles seules plus de la moitié de la valeur totale des actifs possédés.
Tableau 7-3: Répartition du capital par secteur d’activité (en % de sa valeur)
Ouaga-
(en %) Cotonou Abidjan Bamako Niamey Dakar Lomé UEMOA Douala Yaoundé
dougou
Industrie 30,5 28,9 25,1 25,6 19,5 37,3 23,2 27,4 13,3 30,8
Commerce 35,5 41,8 13,8 17,7 19,5 21,4 21,0 21,9 36,3 19,1
Services 34,0 29,3 61,1 56,7 61,0 41,3 55,8 50,7 50,4 50,1
Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
UPI sans
1,4 17,7 0,5 28,5 21,9 10,9 19,2 9,8 1,3 5,8
capital (%)
Source: STATECO N°99 , 2005 ; INS, EESI 2005, Phase 2

7.3.2 Financement du capital, investissement et emprunt dans le secteur informel


Le secteur informel étant quasiment exclu du système bancaire, son capital est financé par
l'épargne individuelle pour environ 85 à 90% dans les capitales camerounaises, à peine moins
dans l'ensemble de l’UEMOA. Contrairement à une idée reçue, et dans chacune des villes
étudiées, les tontines ne participent que très marginalement au financement de l'investissement
dans le secteur informel. Quant à l'investissement au cours des douze derniers mois, on peut
noter simplement une proportion plus importante d'UPI ayant investi à Douala et Yaoundé que
dans les autres villes africaines (respectivement près de quatre UPI sur dix contre trois sur dix).
En conséquence, les unités informelles camerounaises sont aussi plus nombreuses à avoir
emprunté. Ces indicateurs semblent confirmer que le secteur informel à Douala et à Yaoundé est
un peu mieux structuré que celui des principales agglomérations d'Afrique de l'Ouest.
Tableau 7-4: Importance de l’investissement et de l’emprunt dans le secteur informel
Ouaga-
Cotonou Abidjan Bamako Niamey Dakar Lomé UEMOA Douala Yaoundé
dougou
Proportion d'UPI ayant
32,7 28,3 30,9 21,8 26,3 32,8 25,9 29,5 40,8 37,6
investi dans l'année
Proportion d'UPI
12,8 3,2 7,4 7,2 11,9 10,6 6,4 8,2 15,9 12,9
emprunteuses
Source: STATECO N°99 , 2005 ; INS, EESI 2005, Phase 2

67
7.4 Production, insertion et concurrence

7.4.1 Poids économique du secteur informel urbain


En considérant des indicateurs de performance économique tels que le chiffre d’affaires, la
production et la valeur ajoutée, leur répartition entre les différents secteurs dans le cas des villes
camerounaises épouse la tendance générale observée en Afrique de l’Ouest. Ainsi, la part la plus
importante du chiffre d’affaires provient des UPI commerciales avec environ 47% à Douala et à
Yaoundé, part équivalente à celle observée dans l’UEMOA. Cependant, la situation varie d'une
ville à l'autre au sein de l'UEMOA, le commerce réalise un tiers du chiffre d'affaires total à
Abidjan et près de 70% à Ouagadougou. Etant donné la forte proportion du commerce dans la
structure des UPI, il est plus pertinent de raisonner en termes de production et de valeur ajoutée
pour apprécier le poids économique réel. Ainsi, il ressort une contribution plus forte des services.
En termes de production, la part attribuée au secteur des services atteint 50% dans les deux
principales villes du Cameroun, supérieure de 10 points à celle observée sur l'ensemble des
capitales Ouest-africaines. Les services sont également créateurs de richesses puisqu'ils génèrent
plus de 42% de la valeur ajoutée totale à Douala et à Yaoundé, juste derrière les UPI de Cotonou
et celles d’Abidjan.
Tableau 7-5: Répartition du chiffre d'affaires, production et valeur ajoutée annuels par secteur d’activité
Ouaga-
Cotonou Abidjan Bamako Niamey Dakar Lomé UEMOA Douala Yaoundé
dougou
Chiffre d'affaires
Industrie 11,6 15,4 26,3 27,4 31,3 25,2 17,7 23,7 16,1 15,4
Commerce 56,0 69,5 33,8 52,6 59,7 56,3 48,9 46,3 46,4 48,7
Services 32,4 15,1 39,9 20,0 9,0 18,5 33,4 30,0 37,5 35,9
Production
Industrie 30,1 40,0 22,3 27,5 28,1 31,3 27,0 26,0 25,8 23,6
Commerce 19,0 36,0 31,6 43,0 56,3 40,5 25,5 33,6 20,1 27,2
Services 50,9 24,0 46,1 29,5 15,6 28,2 47,5 40,4 54,1 49,2
Valeur ajoutée
Industrie 18,7 26,9 29,2 42,1 41,5 40,1 26,7 31,7 28,4 22,6
Commerce 27,8 49,9 25,8 28,3 47,6 36,8 33,5 30,0 29,5 35,0
Services 53,5 23,2 45,0 29,6 10,9 23,1 39,8 38,3 42,1 42,4
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Source: STATECO N°99 , 2005 ; INS, EESI 2005, Phase 2

7.4.2 Structure de la clientèle du secteur informel urbain


L’analyse de la répartition du chiffre d’affaires selon les segments de marché montre que
l'autonomie à l'égard des unités de production formelles est presque totale, car les ménages
constituent le principal débouché de la production des UPI. En effet, dans presque toutes les
villes (à l’exception de Cotonou, Ouagadougou et Bamako), plus des trois quarts du chiffre
d’affaires réalisé par les UPI proviennent des ménages. Le secteur formel (public et privé) génère
une part infime du chiffre d'affaires avec moins de 3% pour les métropoles camerounaises,
contre 10% pour Cotonou et Ouagadougou (8,5% sur l'ensemble de la région). La tendance
générale dans toutes ces villes montre que le secteur informel n’a pas de débouchés à l’étranger.
7.4.3 Etat de la concurrence
Exclusivement destinée au marché intérieur, l’activité du secteur informel s’exerce dans un
environnement hautement concurrentiel. Comme en Afrique de l’Ouest, dans les deux
métropoles du Cameroun, la concurrence vient du secteur informel lui-même et en particulier du
secteur informel commercial. On enregistre des différences entre ces deux régions avec plus de
94% d’UPI à Douala et 88% à Yaoundé contre 85% dans l’UEMOA. A l’inverse, moins de 9%
d’UPI des agglomérations de l’Afrique de l’Ouest et du Cameroun considèrent le secteur formel

68
comme un concurrent. Ce taux global cache une quelques disparités. Ainsi, dans la ville de
Douala cette proportion est inférieure à 3%.

7.5 Le secteur informel et l’Etat

La méconnaissance des obligations d'enregistrement des unités économiques est une


caractéristique commune à toutes les grandes métropoles africaines. Sur l'ensemble de la région
UEMOA, moins d'une UPI sur cinq remplit une des formalités administratives (identifiant fiscal,
registre du commerce, organisme de Sécurité Sociale, carte professionnelle, patente, numéro
statistique). Ce taux global cache cependant quelques disparités avec moins de 10% des UPI à
Dakar et Lomé jusqu'à un quart des unités informelles d'Abidjan et de Ouagadougou. Entre 10 et
12%, Douala et Yaoundé ne sont guère éloignées des autres villes d'Afrique de l'Ouest.
Partant de ce constat, il est intéressant de voir comment les chefs d'UPI perçoivent l'Etat et s'ils
sont prêts à intégrer les circuits officiels. En fait, la confiance qui lui est accordée reste limitée :
environ une UPI sur dix est favorable à la fixation des prix par l'Etat sur l'ensemble de la région
UEMOA et le taux est encore plus faible à Douala et à Yaoundé avec respectivement 5% et 7%.
De plus, seulement un quart des chefs d'UPI de Douala,t un cinquième de ceux de Yaoundé et un
tiers de ceux de l'ensemble des autres métropoles sont disposés à enregistrer leur établissement.
Les chefs d'UPI prompts à se formaliser sont plus nombreux dans les deux villes les plus
développés de la région UEMOA, Abidjan et Dakar (respectivement 38% et 44%).
Intervenant peu dans l'univers informel, l'Etat n'est source de problème que lorsque les chefs
d'UPI se portent demandeurs d'un service de l'Etat. Résultat relatif selon les villes, les chefs
d'UPI camerounais signalent deux ou trois fois plus souvent un litige avec l'administration que
ceux des autres métropoles africaines.
Tableau 7-6: Proportion d’UPI ayant eu un problème avec des agents de l'Etat au cours de l'année
dernière (en %)
Ouaga-
Cotonou Abidjan Bamako Niamey Dakar Lomé UEMOA Douala Yaoundé
dougou
Industrie 5,8 5,9 7,5 3,0 3,7 2,9 3,3 5,2 7,2 9,8
Commerce 4,8 3,9 4,8 3,2 8,5 9,5 5,0 5,4 14,7 26,3
Services 3,5 6,4 9,3 5,2 7,2 14,5 10,6 8,7 12,6 17,1
Ensemble 4,7 5,0 7,0 3,5 6,2 8,5 6,2 6,2 12,0 19,2
Source: STATECO N°99 , 2005 ; INS, EESI 2005, Phase 2

7.6 Problèmes et perspectives

7.6.1 Difficultés rencontrées par les chefs d’UPI


Le faible rythme d’écoulement de la production dû au manque de débouchés et à la forte
concurrence sur le marché, est présenté par les chefs d’UPI de l’ensemble des villes comme la
plus grosse difficulté qu’ils rencontrent dans l’exercice de leur activité. Environ 60% des chefs
d’UPI affirment avoir ces difficultés à Douala et dans l’ensemble de l’UEMOA, ceux de
Yaoundé étant un peu moins confrontés à ces difficultés avec moins de 56% des UPI. Les
difficultés liées à l’accès au crédit sont citées par 35% des chefs d’UPI à Douala comme à
Abidjan et par 24% des chefs à Yaoundé et à Bamako.
7.6.2 Aides souhaitées par les acteurs du secteur informel
Le faible rythme d’écoulement de la production étant la principale difficulté rencontrée, l’aide
souhaitée par l’ensemble des chefs d’UPI, quelle que soit la ville concerne les opportunités de
marché (accès aux grosses commandes). Cela est cité par environ 60% de chefs d’UPI à Douala,
à Cotonou, à Abidjan, à Niamey et par près de 50% à Yaoundé et à Lomé. L’accès au crédit et
l’accès aux informations sur le marché viennent ensuite. Mais en général, les acteurs de
l’informel dans les villes camerounaises demandent proportionnellement moins fréquemment
d’aides que leurs homologues de l’Afrique de l’Ouest. Cela traduit peut-être un comportement de
69
découragement et moins d’optimisme de la part des promoteurs camerounais par rapport à ceux
de l’Afrique de l’Ouest.
7.6.3 Perspectives d’avenir des UPI
En dépit du caractère précaire des conditions d'activité, des barrières financières à l'entrée et des
contraintes subies, le secteur informel constitue encore un débouché professionnel légitime,
socialement valorisant et économiquement rentable. Sur l'ensemble de la région UEMOA, si plus
de 80% des chefs d'UPI affirment qu'il existe un avenir pour leur établissement, leurs
homologues camerounais, même s'ils restent majoritaires, sont moins enclins à le penser. Quelle
que soit la ville, on observe les mêmes tendances selon les caractéristiques sociodémographiques
des chefs d'UPI. Par exemple, les femmes chefs d'UPI qui par ailleurs sont plus souvent à leur
propre compte sont moins optimistes que leurs homologues masculins. Cet optimisme sur les
perspectives d'avenir est également tempéré parmi les promoteurs les plus récemment installées,
contraints pour la plupart d'intégrer ce secteur à cause de la chute de la demande de travail
formel, et qui nourrissent des anticipations plus sombres. D'ailleurs, ils ne sont que quatre
employeurs camerounais sur dix à souhaiter que leurs enfants reprennent leur activité contre en
moyenne 65,2% dans l’UEMOA.
Tableau 7-7: Perspectives d'avenir des UPI (en %)
L'UPI a un avenir
Ouaga-
Cotonou Abidjan Bamako Niamey Dakar Lomé UEMOA Douala Yaoundé
dougou
Statut du chef d'UPI
Patron 96,4 86,9 97,0 95,3 96,7 96,6 91,8 95,2 84,2 83,1
Travailleur
80,2 73,4 87,8 81,8 77,6 83,1 76,4 82,3 62,4 69,1
indépendant
Sexe du chef d'UPI
Homme 84,8 83,5 93,4 87,6 79,8 89,7 82,5 88,8 71,8 73,6
Femme 79,8 67,9 83,6 79,1 76,9 78,2 74,5 78,7 58,1 67,2
Age du chef d'UPI
Moins de 25 ans 72,2 65,9 78,8 83,8 70,3 82,9 71,4 76,9 58,1 70,1
25 - 45 ans 84,9 75,4 90,4 83,2 80,8 84,4 78,2 84,8 69,0 73,9
45 ans et plus 75,9 79,4 90,7 80,2 77,2 81,6 76,7 82,3 53,5 57,3
Ancienneté dans l'emploi
Moins d'un an 77,9 68,5 86,6 73,8 66,5 90,7 61,1 75,4 51,0 55,3
2 à 3 ans 78,2 72,0 85,3 86,0 75,9 81,1 76,9 81,4 63,3 70,1
3 ans et plus 83,9 77,1 91,5 82,1 81,8 84,4 82,0 85,3 69,1 74,4
Ensemble 81,4 74,4 88,6 82,7 78,3 83,5 77,1 83,1 64,0 70,6
% des chefs d'UPI souhaitant voir leurs enfants poursuivre l'activité
Ensemble 63,6 52,2 68,5 71,6 63,0 67,2 57,6 65,2 39,8 43,5
Source: STATECO N°99 , 2005 ; INS, EESI 2005, Phase 2

En conclusion, l'univers des unités informelles à travers cette comparaison spatiale tend à
l'homogénéité, tant du point de vue de la taille des UPI que des conditions d'activité, des
performances économiques, des difficultés rencontrées, des liens institutionnels et du rapport
avec l'Etat. Cependant, une analyse approfondie utilisant des méthodes économétriques et
d’autres analyses en composantes multiples, mettrait sans doute en évidence des spécificités et
fairait apparaître une typologie plus précise des unités informelles.

70
Tableau 7-8: Le secteur informel en chiffres dans l’UEMOA, à Douala et à Yaoundé
Ouaga-
Indicateurs Cotonou Abidjan Bamako Niamey Dakar Lomé UEMOA Douala Yaoundé
dougou
Structure des UPI identifiées
% Industrie 21,9 34,2 28,5 27,3 43,2 31,1 23,0 28,4 25,1 23,3
% Commerce 49,2 48,7 40,0 51,5 40,6 47,3 48,5 45,6 37,3 41,2
% Service 28,9 17,1 31,5 21,3 16,2 21,6 28,5 26,0 37,6 35,5
Précarité des conditions du travail
% UPI sans local 44,0 47,7 44,0 55,6 48,2 41,2 58,0 47,3 52,4 47,9
% UPI avec local disposant
23,1 5,7 8,2 1,4 12,8 8,9 3,6 8,5 7,5 5,2
d’eau
% UPI avec local disposant
33,9 12,3 29,9 7,6 20,9 21,4 12,1 22,0 59,3 53,2
d’électricité
% UPI avec local disposant
18,3 3,8 8,0 0,9 3,7 8,0 4,6 7,3 24,2 12,7
d’un téléphone
Organisation du travail
Taux de salarisation (en %) 12,0 17,0 14,4 15,2 10,4 13,1 9,8 13,6 10,9 16,8
Taille moyenne des UPI
1,6 1,5 1,7 1,4 1,4 1,5 1,5 1,5 1,5 1,6
(personnes)
Type d’emploi ( en % d’UPI)
Auto-emploi 72,1 72,1 68,2 80,7 79,4 77,1 77,0 73,6 69,5 72,1
Non salarial 19,2 14,6 19,8 9,5 13,6 14,0 16,7 16,4 23,2 16,8
Salarial 6,0 11,8 9,5 8,2 6,2 6,4 5,3 8,0 6,2 9,5
Mixte 2,6 1,6 2,5 1,5 0,8 2,5 1,0 2,1 1,1 1,6
Caractéristiques démographiques des actifs informels
% des femmes 61,1 47,3 50,5 48,2 44,6 42,9 59,6 50,9 52,8 40,8
% jeunes de moins de 25 ans 38,8 39,1 39,8 30,6 34,7 33,5 34,9 36,7 31,1 31,0
Niveau moyen d’études
4,1 2,7 3,6 2,4 2,5 2,8 4,9 3,4 8,2 8,2
(en année)
Ancienneté moyenne dans
5,1 5,2 4,6 6,7 6,9 7,3 4,3 5,3 3,5 4,1
l’emploi (en année)
Capital
% UPI sans capital 1,4 17,7 0,5 28,5 21,9 10,9 19,2 9,8 1,3 5,7
Montant moyen du capital
307 169 244 114 133 136 154 195 318 185
(en milliers de FCFA)
Investissement
% UPI ayant investi 32,7 28,3 30,9 21,8 26,3 32,7 25,9 29,5 40,8 37,6
Emprunt
% UPI ayant emprunté 12,8 3,2 7,7 7,2 11,9 10,6 6,4 8,2 15,9 12,9
Perspectives d’intégration des circuits officiels
% UPI prêtes à se faire
32,0 35,9 38,1 28,8 33,2 44,1 21,2 34,7 24,5 20,9
enregistrer
Perspectives selon le chef d’UPI
% UPI ayant un avenir selon
81,4 74,4 88,6 82,7 78,3 83,5 77,1 83,1 64,0 70,6
l’avis du chef
% des chefs d’UPI désirant
63,6 52,2 68,5 71,6 63,0 67,2 57,6 65,2 39,8 43,5
voir leurs enfants continuer
Source: STATECO N°99 , 2005 ; INS, EESI 2005, Phase 2

71
CONCLUSION

Les résultats de la phase 1 de l’EESI soulignaient déjà l’importance du secteur informel dans
l’économie nationale, ceux de la phase 2 le confirment : deux tiers des UPI non agricoles
identifiées sont dirigées par des personnes au titre de leur emploi principal ; plus de 45 ménages
ruraux sur 100 et 52 ménages urbains sur 100 tirent l'ensemble ou une partie de leurs revenus
d’une UPI non agricole.
Cette importance s’est cependant construite au détriment des conditions d’activité qui sont à tout
point de vue précaires. Seulement 17,3% des UPI disposent d'un local spécifique d'activité. Le
taux de salarisation avoisine à peine 8% et parmi les salariés, seuls 34% reçoivent un salaire fixe.
La main-d’œuvre informelle ne bénéficie pratiquement d'aucune prestation ni de couverture
sociale. La moitié gagne moins de 11 000 FCFA par mois, soit moins de la moitié du salaire
minimum officiel qui est de 23 500 FCFA.
Les raisons de cette précarité sont à chercher dans le mode de gestation et d’organisation des
unités. Généralement unipersonnelles, les UPI sont inorganisées, seules 3% d’entre elles
appartiennent à une organisation de producteurs ou de commerçants et presque tous les
promoteurs n’ont reçu aucune formation spécifique. Les unités sont relativement jeunes : leur
âge moyen est de 7,4 ans et près de trois quarts ont vu le jour au cours des huit dernières années.
Elles ont des effectifs réduits, en moyenne 1,5 personnes, taille réduite marquant la
prédominance d’un processus de croissance extensive, caractérisé par la multiplication des unités
plutôt que par leur consolidation qui favoriserait le développement du salariat.
En ce qui concerne la nature des activités, une majorité d’UPI œuvrent dans le secteur industriel
(46%), principalement l’industrie agro-alimentaire (fabrication de farines de céréales, fabrication
de produits à base de manioc, fabrication des huiles brutes, etc.) ; 28% exercent dans le
commerce, essentiellement le commerce de détail et 26% s’adonnent aux services, notamment la
restauration et les transports.
Il y a une sorte de spécialisation des activités des unités selon le milieu de résidence et selon le
genre des promoteurs. Les unités du milieu rural sont tournées vers les activités de
transformation, surtout vers l’agro-alimentaire ; celles du milieu urbain sont davantage tournées
vers le commerce. Par ailleurs, les femmes exercent plus souvent dans l’agro-alimentaire, la
confection et la restauration, tandis que les hommes travaillent davantage dans la réparation, le
BTP, les transports et le commerce de gros.
Concernant les performances économiques des unités de production informelles, la structure de
la production indique que les activités de commerce, qui fournissent plus de la moitié du chiffre
d’affaires du secteur informel, représentent 22 % de la production. Les activités de services hors
commerce avec seulement 23,2 % du chiffre d’affaires génèrent près de 42 % de la production.
Par ailleurs, la valeur ajoutée est presque égalitairement créée par les trois secteurs : l’industrie
(35,9%), le commerce (30,7%) et les services (33,4%).
Les activités de commerce sont les plus génératrices de richesse relativement à leur production.
Pour 100 FCFA produits dans le commerce, l’on enregistre 79 FCFA de valeur ajoutée. Ce
chiffre est de 56 FCFA pour l’industrie et de 46 FCFA pour les services. Par ailleurs les unités
proches du secteur formel (en termes d’enregistrement ou de salariat), sont peu nombreuses et
très performantes, celles qui n’ont aucun enregistrement, sont de type « familial » et elles sont
les plus nombreuses et les moins performantes.
En définitive, malgré l’existence d’un segment « haut de gamme », le secteur informel est plus
globalement un secteur de « débrouillardise » pour des populations généralement pauvres en
quête de subsistance. Pour que ce secteur joue un rôle plus important dans l’économie nationale,
notamment dans le relèvement des revenus et la création des emplois décents, les pouvoirs
publics devraient chercher à mieux renforcer les capacités de gestion des opérateurs de sorte à

72
consolider les unités déjà existantes pour les rendre utilisatrices de main-d’œuvre salariée. C’est
ainsi qu’elles pourraient évoluer progressivement vers le secteur formel. Le manque de confiance
(ou d’estime) vis à vis des agents de l’Etat en général et ceux de l’administration fiscale en
particulier devrait amener les pouvoirs publics à créer les conditions d’un dialogue plus ouvert
devant permettre la mise en place d’une organisation spatiale, fiscale et financière appropriée.
Comme pour l’enquête sur l’emploi, cette première enquête nationale sur le secteur informel
fournit des informations de référence sur les caractéristiques et la contribution du secteur
informel à l’économie nationale. Pour suivre efficacement cet important secteur de l’économie
camerounaise, cette opération devra être régulièrement rééditée, surtout dans le milieu urbain où
les activités sont diverses et changent rapidement. Les périodicités de 2 ans en milieu urbain et
de 5 ans au niveau national semblent indiquées.

73
ANNEXES

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des principaux indicateurs du


secteur informel au Cameroun par secteur d’activité
et milieu de résidence
Annexe 2 : Concepts et indicateurs
Annexe 3 : Références bibliographiques
Annexe 4 : Liste du personnel impliqué

74
Annexe 1 : Tableau récapitulatif des principaux indicateurs du secteur informel
au Cameroun par milieu de résidence et secteur d’activité
Milieu Secteur d’activité
Indicateurs Cameroun
Urbain Rural Industrie Commerce Services
Répartition des UPI par secteur
% Industrie 30,7 56,2 45,8
% Commerce 36,0 22,6 28,1
% Service 33,3 21,2 26,1
Conditions de travail
% UPI avec local 24,5 12,3 10,5 22,7 23,2 17,3
% UPI avec local disposant d’eau 6,4 3,1 5,9 2,2 7,4 5,0
% UPI avec local disposant d’électricité 55,9 39,3 46,0 37,1 64,4 49,0
% UPI avec local disposant d’un téléphone 20,7 6,4 14,1 13,3 16,5 14,7
Organisation du travail
Taux de salarisation (en %) 11,8 5,1 10,2 2,9 8,4 7,9
Taille moyenne des UPI 1,5 1,5 1,6 1,3 1,5 1,5
Type d’emploi ( en % des UPI)
Auto-emploi 70,3 68,8 65,2 75,8 70,0 69,4
Non salarial (promoteur + autre(s) employé(s) non salarié(s)) 22,1 27,4 28,6 21,9 22,9 25,2
Salarial (promoteur + autre(s) employé(s) salarié(s)) 6,5 3,5 5,4 2,2 6,3 4,7
Mixte (promoteur + autre(s) employé(s) salarié(s) et non salarié(s)) 1,2 0,2 0,8 0,1 0,8 0,6
Caractéristiques démographiques des actifs informels
% des femmes 48,6 59,0 57,3 54,2 50,4 54,7
% des jeunes de moins de 25 ans 33,4 34,6 35,5 29,6 36,0 34,1
Niveau moyen d’études (en année) 7,0 4,4 5,0 5,3 6,6 5,5
Ancienneté moyenne dans l’emploi (en année) 4,3 6,6 6,8 4,7 4,5 5,7
Revenus et horaires de travail
Revenu mensuel moyen par actif (en FCFA) 41 900 21 000 22 100 34 900 38 400 29 600
Revenu mensuel médian (en FCFA) 22 000 7 000 8 000 14 000 20 000 11 000
Horaire hebdo moyen (en heure) 43,1 27,4 26,4 41,6 40,1 33,8
Revenu horaire moyen (en FCFA) 226,3 178,6 194,7 195,2 222,6 203,5
Capital
% UPI sans capital 3,6 3,0 1,5 6,5 2,9 3,3
Montant moyen du capital par UPI (en FCFA) 267 100 116 800 137 400 140 400 287 500 177 600
Investissement
% UPI ayant investi au cours des 12 derniers mois 36,9 33,8 37,3 30,8 35,7 35,1
Montant moyen de l’investissement par UPI (en FCFA) 83 500 28 800 39 400 49 800 77 800 52 200
Emprunt
% UPI ayant emprunté au cours des 12 derniers mois 12,4 8,9 9 10,7 12,3 10,3
Montant moyen de l’emprunt par UPI (en FCFA) 20 300 5 500 5 900 22 700 9 000 11 400
Poids économique
Chiffre d’affaires mensuel moyen par UPI (en FCFA) 275 200 104 600 88 100 292 400 196 900 173 800
Production mensuelle moyenne par UPI (en FCFA) 168 300 70 500 87 600 86 300 175 400 110 200
Valeur ajoutée mensuelle moyenne par UPI (en FCFA) 95 500 39 800 48 900 68 300 79 800 62 400
Performances économiques
Productivité apparente du travail (en milliers FCFA) 62,9 26,8 30,7 50,7 53,0 41,6
Productivité horaire du travail (en FCFA) 340,0 228,0 272,0 284,0 307,0 287,0
Productivité apparente du capital (en FCFA) 332,0 352,0 302,0 520,0 286,0 339,0
Perspectives d’intégration des circuits officiels
% UPI prêtes à se faire enregistrer 26,4 23,8 21,1 27,3 28,8 24,8
% UPI prêtes à payer un impôt sur l'activité 42,5 36,4 33,4 44,3 42,7 38,9
Perspectives selon le chef d’UPI
% UPI ayant un avenir selon l’avis du chef 68,2 75,2 74,1 70,8 70,8 72,3
% des chefs d’UPI désirant voir leurs enfants continuer 42,5 47,6 47,2 45,5 42,6 45,5
Source: INS, EESI 2005, Phase 2

75
Annexe 2 : Concepts et indicateurs
Aide familial : Personne occupant un emploi dans une entreprise exploitée par un parent vivant souvent
dans le même ménage, mais qui ne peut pas être considérée comme associée.
Apprenti : Personne admise dans une entreprise pour acquérir une formation professionnelle. Elle peut être
rémunérée ou non rémunérée.
Employeur (ou patron) : Individu travaillant pour son propre compte ou avec un ou plusieurs associés,
occupant un emploi à titre indépendant, et qui emploie une ou plusieurs personnes salariées dans son unité.
Propre compte : Personne occupant un emploi à titre indépendant, mais qui n’emploie aucun salarié et peut
néanmoins travailler avec des aides familiaux et/ou des apprentis.
Salarié : Individu ayant un emploi rémunéré en espèces et/ou en nature de façon régulière et selon une
périodicité définie, titulaire d’un contrat de travail, explicite ou implicite, avec le même employeur
continûment.
Secteur informel : Ensemble des unités de production qui ne possèdent pas de N° de contribuable et/ou ne
tiennent pas une comptabilité formelle.
Taux de salarisation : Rapport du nombre de salariés à l’effectif total des travailleurs.
Travailleurs indépendants : Ensemble des patrons et travailleurs pour compte propre.
Unité de production : unité élémentaire, mobilisant des facteurs de production (travail, capital) pour
générer une production et une valeur ajoutée au sens de la comptabilité nationale. L'unité de production se
confond avec l'établissement lorsque l'activité s'exerce dans un lieu physique spécifiquement conçu à cet
effet (boutique, atelier, échoppe). Elle est assimilée à un « pseudo-établissement » lorsqu'il n'existe pas de
lieu (activité à domicile, activité ambulante). Par exemple, une couturière travaillant seule à domicile et
confectionnant des vêtements pour ses clients est associée à une unité de production de la branche
« confection ». De la même façon, un vendeur de cigarettes au détail sur la voie publique est associé à une
unité de production de la branche « commerce ».
Quelques concepts de comptabilité nationale:
Production = Montant des ventes (chiffre d'affaires) + coût des produits finis consommés par les ménages
des l’UPI + variation de stocks de produits finis - coût des produits achetés et revendus en l'état.
La production n'est sensiblement différente du chiffre d'affaires que pour les « commerces ».
Valeur ajoutée (VA) = production - consommations intermédiaires.
Excédent Brut d'Exploitation (EBE) = valeur ajoutée - (masse salariale + impôts indirects, nets de
subvention).
Dans le cas du secteur informel, l'EBE est un revenu mixte qui rémunère aussi bien le travail de
l'entrepreneur individuel que le capital avancé.
Taux de marge = EBE/VA. Cependant, dans le cas des activités commerciales, les marges peuvent être
définies comme la différence entre le chiffre d'affaires et le coût des produits achetés et revendus en l’état.
On peut alors calculer un taux de marge commerciale [marge/coût des produits achetés en l’état pour
revente], différent du taux de marge au sens de la comptabilité nationale.
Masse salariale = Rémunérations et primes du personnel + Cotisations sociales
Coefficient du capital = Capital / Production
Investissement = Valeur des équipements ou matériels acquis au cours des douze mois ayant précédé
l’enquête
Taux d’investissement = Investissement / Valeur ajoutée

76
Annexe 3 : Références bibliographiques

AFRISTAT (1999), « Concepts et indicateurs du marché du travail et du secteur informel », Série


Méthodes n°2, Décembre.

AFRISTAT, DIAL (2001), « Méthodologie de réalisation d’une enquête 1-2-3 dans les principales
agglomérations des pays de l’UEMOA », Juin.

AFRISTAT, DIAL (2005), « Le secteur informel : Performances, insertion, perspectives, enquête


1-2-3, phase 2 », STATECO n°99.

BIT (2000), « Recommandations internationales en vigueur sur les statistiques du travail »,


Génève.

BIT/OIT (1993) « Résolution n°2 concernant les statistiques de l'emploi dans le secteur
informel », 15ème Conférence internationale des statisticiens du travail, Genève, janvier.

DIAL (2001), « L’enquête 1-2-3 : un dispositif original de suivi de la pauvreté ».

DIAL, DSCN (1993), « Le secteur informel à Yaoundé, Principaux résultats, Enquête 1-2-3, Phase
2 ». Cameroun.

DIAL, DSCN (1994), « L’enquête 1-2-3 sur l’emploi et le secteur informel à Yaoundé »,
STATECO n°78.

DPS (2004), « Le secteur informel dans l’agglomération de Dakar : performances, insertion et


perspectives : Résultats de la phase 2 de l’enquête 1-2-3 de 2003 ». Sénégal.

DSCN (1997), « Conditions de vie des ménages au Cameroun en 1996 », MINEFI, ECAM,
Volume II-Résultats, Cameroun.

DSCN (2002), « Conditions de vie des populations et profil de pauvreté au Cameroun en 2001 »,
MINEFI, ECAM II, Cameroun.

INS (2005), « Phase 1 : Enquête sur l’emploi, Rapport principal », EESI, Cameroun.

INS (2002), Pauvreté et marché du travail au Cameroun en 2001, ECAM II, Cameroun.

INSAE (2004), « Le secteur informel dans l'agglomération de Cotonou : Performances, insertion,


perspectives. Enquête 1-2-3 de 2001, Premiers résultats de la phase 2 », Bénin.

77
Annexe 4 : Liste du personnel impliqué
COMITE DE PILOTAGE
Joseph TEDOU, Directeur Général de l’Institut National de la Statistique, Président
Camille MOUTE à BIDIAS, Directeur Général du Fonds National de l’Emploi, Vice-président
Sébastien NDJOMO, Chargé d’études à la Division des Enquêtes et Etudes Statistiques auprès des Ménages/INS, Membre
Arouna ANJUENNEYA NJOYA, Cadre à la Division des Enquêtes et Etudes Statistiques auprès des Ménages/INS, Membre
Pierre TEKAPSSO, Conseiller Technique du Directeur Général du Fonds National de l’Emploi, Membre
Amos ELA ELA, Responsable du projet d’amélioration des statistiques de l’emploi ACBF/FNE, Membre
Etienne NJIMBON, Chef de la Cellule de Planification et du Développement de l’Emploi, MINEFOP, Membre

COORDINATION
Joseph TEDOU, Directeur Général de l’Institut National de la Statistique
Guy SHE ETOUNDI, Directeur Général Adjoint de l’Institut National de la Statistique
Sébastien NDJOMO, Chargé d’études à la Division des Enquêtes et Etudes Statistiques auprès des Ménages/INS,
Arouna ANJUENNEYA NJOYA, Cadre à la Division des Enquêtes et Etudes Statistiques auprès des Ménages/INS,
Sophie GUILLEMIN, Conseillère Technique du Directeur Général de l’INS/Assistante Technique Française

PREPARATION TECHNIQUE
Joseph TEDOU
Apollinaire KINGNE
Sébastien NDJOMO
Arouna ANJUENNEYA NJOYA
Sophie GUILLEMIN
Martin MBA
Anaclet Désiré DZOSSA
René Aymar Bertrand AMOUGOU
Pierre NGUETSE TEGOUM
Gilles NJIKE NJIKAM
André-Marie TAPTUE
Alice Rosine TCHAKOTE WADO
Emmanuel NGOK
Patrick MZOGANG
Christophe KANA
Justin BEM

ASSISTANCE TECHNIQUE
Alain BRILLEAU, Expert à DIAL
Constance TORELLI, Experte à DIAL
Eloi OUEDRAOGO, Expert à AFRISTAT

APPUI A LA FORMATION DES EQUIPES DE TERRAIN


Justin BEM
Amos ELA ELA
Patrick MZOGANG
Emmanuel NGOK
Pierre TEKAPSSO

TRADUCTION
Martin ZAFACK

REDACTION
René Aymar Bertrand AMOUGOU
Arouna ANJUENNEYA NJOYA
Calvin ATEWAMBA
Eddy Thimothée BATJOM
Valéry DONGMO
Anaclet Désiré DZOSSA
Amos ELA ELA
Sophie GUILLEMIN
Thimothée HORSE
Eric JAZET
Rostand KOUONANG NJOUHOU
Martin MBA
Sébastien NDJOMO
Emmanuel NGOK
Pierre NGUETSE TEGOUM
Gilles NJIKE NJIKAM
Alain TAKEU NGUELA
André-Marie TAPTUE
Olivier TCHAMAGO
Pierre TEKAPSSO
Robert TCHOUANGTE

APPUI ADMINISTRATIF ET FINANCIER


Joseph NDJIWOUA KOMBOE
Martin SONGO
Thérèse MENWABO
Juliette Aimée JEUKE
Lazare ATANGANA
IKOUMA Mindang
78
EQUIPES DE TERRAIN
Région de DOUALA Contrôleurs : Enquêteurs : NGALIFON Françoise
AKEN KANDO Paul ANDIOLO Maturin NGOUNOU Justine Annette
Superviseurs : EKOUTE NGALLE Grâce Hortense BENELL NGUENG Julienne Diane
TAMCHE Joseph KAMDEM Tchuendem Augustine BIYO Louis NJONKOUE FOTZEU Guy Nasser
KOUONANG NJOUHOU Rostand KOTUE TAPTUE Charles EBONGUE NYEMB Albert NJUH Jules André
MEFIRE NGOUMBE Aliyou ELEME NGOSSI Lazare Bertin NKWEKEU Jean Calvin
NGAKANO Roger GUIFFO BOUOPDA Patrick NOUBOUSSI MOUMBE Léontine
SADO NGUEPONG Gérard JAZET TEMATIO Théophile Joël NOUKAM Caroline
SEN NKAKE Isabel KOUAM Mathieu Emmanuel OWONA Robert
KOUHALAL EKIBI Brigitte ONDOUA Joseph Marie
MANDENG JOP Alphonse Daudet SIKE ETOA Stella Augustine
MBOM Philippe Jackson TOUBETH Adeline Flore
MBOUOMBOUO NJOUOGNET Idrissou TSAPE Sylvie Dorice
MEFUNYA M’NJIFAKOUE Paul UNABOYE Louise Marie Aurore
Racine WANDJI Jacques
NDONGO MESSINA Serge
NGAH Bienvenu

Région de YAOUNDE Contrôleurs : Enquêteurs : MEKAM Rose


BATJOM Timothée Eddy Franklin AHMADOU Abdouraman MOUANDJO NGOLLO Emmanuel
Superviseurs : ESSAMA Philippe Roger AMANJTAN Charles Sylvestre NANTIA AKONO Edouard
ANJUENNEYA NJOYA Arouna EYA BANA Pierre Célestin DJIOFACK Thomas Ledoux NDJOMO ABANDA Ernest Bertrand
GUILLEMIN Sophie KABEYENE ZOUAM Rosalie Edwige ELOMO Reine Michelle NGO YANSON Gertrude Michèle
NDJOMO Sébastien MOULIOM Yacouba ETOUNDI MBIA Yollande Michèle NGONO Marie-Jeanne
SONG Esaïe Frédéric GODA Constance Mireille NGOUGNI KANA Armelle Lucrèce
JIKOUA NANA Aristide N'NYETAM MOUANG Diane
KAMCHE MABOU YOUGAING Doriane NSANGOU MOCTAL Mohamed
Prisca ONANA Lylian Patrick
KEGNE Nathan Lamy TAGNI FOKOU Alain Serge
MAFFO YOUMSI Emiline TIYONG IFOUE Serge Hervé
MALACK Marthe TOUKAM TSAGUE Evharyste Rhaoult

Région de l’ADAMAOUA Contrôleurs : Enquêteurs : EMOH SANDJALI Guy Marcel


ABANDA HAMAYADJI Léon AICHA MOUSSA GAGNOK Ousmanou Serge Armand
Superviseurs : DOUBLA Alla ALADOUM Theodor MAGATSING Cécile
AMOUGOU René Aymar Bertrand IBRAHIMA Hamoa ATTAH Ahmadou MELI Anne Nadine
KUATE TATSI Frédéric DIDJA BARDE NGANKAM TCHILIEBOU Mireille
DIMOUNG Ndanladi Elie Marlise
SANDA MAOUNDE Daniel

Région du CENTRE Contrôleurs : Enquêteurs : NCHOURUPOUO MF. Mama Moustapha


NDONGO ESSOMBA Serge AMOUGOU Gilbert Faustin NDZOMO AFANA Christian Patrick
Superviseurs : NDZIE Jacques ESSAH Justin NOAH BESSALA Gabriel
TCHAKOTE née WADO Alice Rosine NGUIMEKENG Nelly EVINA ATEBA Joseph Isidore NTEBE AWONA Gilles Chantale
TCHOUANGTE Robert KAPNANG NDJIOYOP Médine Flore NWATCHOK à BIDIAS Paul Gérard
KEMTA DEMANOU Fidèle Alain ONAMBELE Ondobo Ngono Mélanie
MASSAKOUE NKENNI Irène Marlyse YOMBO BODIONG Joseph
MEWA Nadège Laure

Région de l’EST Contrôleurs : Enquêteurs : MIWAINA


LEMDONG NDOZENG Rachelle ASTABARKA NENE Nicole NGODO Dieudonné
Superviseurs : TIOMO Bernard BELINGA Michel Urbain NGONO Emeran
JAZET KENGAP Eric DIMBELE MEGALI Marcel NGUETSE Tiomena Nathalie
MBARGA OWONA Paul DINAMY Anne Liliane Pierre Honorat NKOUONG
ZE ZE Jacques Constantin

Région de l’EXTREME-NORD Contrôleurs : Enquêteurs : HASSAN Mamady


AMADOU Elie ADAMOU Sali KADARA Paul
Superviseurs : DJOULDE DAMSOU ADDA MAGOUO Diane NDOUVNA DOUMBA
ABANDA Ambroise KOSSOUMNA Dominici DANRA NGATSNA DOUFTA B.
LIENOU OUSSOUMANOU Hamanwabi DIDJA YANGAI NYLONG Bernard
YAOUBA SIKOUA DJODA HAMAN OUSMANOU (30/6/1977)
GUIDAYA Emmanuel OUSMANOU (22/12/1973)
HALIDOU WANIE Samuel SHIFA
HAMADOU Sali YAHMANG OUOHE Celestin
HASSANA ADAMOU Jean-Paul YAHYA BOUBA
ZOULLA Jean

Région du LITTORAL Contrôleurs : Enquêteurs : NGALLA Joseph


MONGO Thomas BEKOUTI NYAMBI Augustin Didier NGNINTEDEM Adolphe
Superviseur : TCHASSEM CHAKAM Eric DJUIDJA KAMDEM Rhode SONG Zacharie
TAPTUE André Marie ITJOKO NGOUEM Christophe SOPPI Madeleine Judith
JOUNANG TCHEPMOU Anile Georgia TEHNA Nathanael
MINYEM Daniel Emmanuel

79
Région du NORD Contrôleurs : Enquêteurs : MBAIGOTO Valentin
BOÏDO Robert AOUDI BATA Patrick MOUDJIMAÏ Benjamin Aimé
Superviseurs : GAPELBE Marcel DJONWE WAREBELE Joseph NIGAINA Martin
CHOUNDONG Norbert SOULEYMANOU GOURDA Samuel RAMANI Pierre
NYOUVOP Bertin MADI TEMSONA NGUIMGO Paul Duplex
MAJILA Pierre TIGA David
MAKUIGUEM FOTSO Jacques ZYEBNO Abel
Raymond

Région du NORD-OUEST Contrôleurs : Enquêteurs : MAMUE Evangeline Tante


ATONGSANG Fualefac ASOH Mary Ade NANGE Colette
Superviseur : NCHANG Mary Ngufor ATSAFACK ATIOMO Serge Valerey NENE Acho Fortoh
ZAFACK Martin TADONKE BIH MALLAH Ernestine NGWESAH Constance Ndifor
DJOUATSA Thomas PARTU Yenla Tata
LENDEU Constantain Siewe PINGPOH Percy Ndiennapoh
LUM Odette SHE-EH Jocelyne Afoni

Région de l’OUEST Contrôleurs : Enquêteurs : MAGNE TAMNE Gisèle Flora


FAH Clément DOCGNE Brigitte MOUMENI Arouna
Superviseurs : TCHIEYA Bernard FAMDA SANGO Elie Daelex NEGOUO KENGNE Rose Pascaline
MOUAFO David YONGO Solange FONKOU Valentine Laure POUANDICHOUT Abdou
NJIKE NJIKAM Gilles GNEKOU TIEDJONG Pascal Aubain TAMO MAGNE Jacqueline Hildelette
KAMGANG Vivette Laure TIOGUE François
KENGNI Denise Marcelle YOUMENI WONFACK Modeste Landry
KUATE Désiré ZANGUE Jérôme Blaise

Région du SUD Contrôleurs : Enquêteurs : MONEWOSSO Serge


MBILI AZEGUE Achille ABAZE EBOT Salomon A. MOUHIK NDOUMBE Marie
Superviseurs : YONGHU NTAYA Dieudonné Jules AWOUMO Guy Jean NANAN LEKOGMO Hermann
NANAN Edouard EBAZIK NKOUM Jean-Pierre NZIE Claude Olivier
TCHAMAGO Olivier EBO’O André Jackson OBIANG ABESSOLO Calixte
EVINA Dany Constant

Région du SUD-OUEST Contrôleurs : Enquêteurs : EDI-AJANG Julius Edie


AKANA Fidelis Fonju ACHA Kenneth Cheng FIDALICE Tegum Akoh
Superviseurs : ARREY Festus Asenakchong AGBOR Romanus Agbor IYA-KONGO Constance Besinga
CHOUNBANG Célestin MACAULEY Sabum Christian ARRENEKE Grace Eyong LUKONG Jude Seka
NGUETSE TEGOUM Pierre ASHUTAH Ashu Humphrey NSHADJI Joseph Nyohmufon
AYUK Tobias Taku TEBON Mispa Mbayi
WASE Dorothy Orume

EQUIPE D’EXPLOITATION
Supervision Contrôleurs : Agents de saisie : Mme AJAB Victorine AYIATEH
BEM Justin ANGAZOMO Jeannine Mme MBA née KAMENI Laurence
MBA Martin NDEFFO Guy Ferdinand ATANGANA Lazare Mme TOUNA Jeannine
NKORO Jacques CHOUMTA E. Thierry NDE FONKOU Louis Bertrand
DONGMO TSOPJIO Annie Livia NGONGA TEDONGUEGUIM Salvador
EBODE ONANA Aloys NGOUMNJOUEN Elise Constance
ESSENG E. Sandra NJOUNDIYIMOUN MAMA
HAPPI YOUTA Joséline NYASSI WANJA Hugues
MAMIAFO NKENNI Armelle Flore OSSALA Marianne
MATOUDOM Léontine SOBZE DONKENG Thierry
MENDOUGA NGABATE Edwige S. SOUAIBOU Nadia
MESSOMO ATEBA Philomène ZOBO ATAH Sylvie
MIMONG Véronique

80