P. 1
LE_SOIR_14_SEPTEMBRE_2010

LE_SOIR_14_SEPTEMBRE_2010

|Views: 776|Likes:

More info:

Published by: jonathan.martins3815 on Sep 15, 2010
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/01/2013

pdf

text

original

Sections

  • THÉÂTRES
  • lapetitegazette

14/09/10 00:00 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 1

SCIENCES&SANTÉ

27

Ce qu’André
Léonard
aurait pu dire

« Nous n’avons pas fait
preuve de vigilance
et
de discernement, car
nous avons préféré ré-
gler ces affaires en inter-
ne. Nous avons sacrifié
sur l’autel de la réputa-
tion publique de l’Eglise,
l’honneur des victimes
et leur droit à être enten-
dues dans leur dou-
leur. »

C’EST LA SUGGESTION DE MOT DE

PARDON FAITE DANS NOS COLONNES

PAR CHRISTIAN TERRAS, RÉDACTEUR

EN CHEF DE LA REVUE « GOLIAS ».

Ce qu’André
Léonard a dit

« Une attention person-
nelle est la première
chose
que nous pouvons
rétablir, dans le sillage
du rapport (…) nous vou-
lons nous engager à une
disponibilité maximale
pour les victimes. (…)
Il nous faut écouter leurs
questions pour rétablir
leur dignité et les aider à
guérir la souffrance
qu’ils ont endurée. (…)
Des erreurs du passé,
nous souhaitons tirer les
leçons nécessaires. »

L’ARCHEVÊQUE ANDRÉ LÉONARD

ANNONÇANT LUNDI EN CONFÉRENCE

DE PRESSE LA CRÉATION D’UN CENTRE

POUR LA RECONNAISSANCE, LA

GUÉRISON ET LA RÉCONCILIATION.

Mauvais chlore

Si le chlore est efficace pour la
désinfection d’une piscine, il
peut s’avérer nocif pour la san-
té des baigneurs. C’est ce qu’a
montré ce lundi une étude es-
pagnole menée par le Centre
de recherche en épidémiologie
environnementale (Creal) et
l’Institut de recherche de l’Hos-
pital del Mar (Imim), à Barcelo-
ne.

©

DIRKW

AEM/BELGA.

Des erreurs du passé, nous souhai-

tons tirer les leçons nécessaires. »

Suiteà ladiffusion durapportde
la Commission Adriaenssens, l’archevê-
que André Léonard est resté sur la ligne
qui est la sienne depuis le début. Et refu-
sede reconnaîtrelaresponsabilitédeson
institution dans le scandale pédophile
qui la frappe de plein fouet.
Aussi, l’Eglise se contente-t-elle d’an-
noncer la création, avant Noël, d’un

« Centrepourlareconnaissance,laguéri-
sonetlaréconciliation ».Samissionprin-
cipale :écouterles victimesdanslecadre
de la relation pastorale.
Pas de pardon, donc… « Ce serait trop
facile »,justifieAndréLéonard.Ils’agità
ses yeux de travailler le fond de la ques-
tion, au sein de l’Eglise. Sans empêcher
les victimes qui le souhaitent de déposer
plaintedevantlaJusticecivile.« Jelecon-
seillerais aux victimes d’aujourd’hui, si

j’étais informé de tels cas », dit-il.
Pas de pardon ? « Parce que nous
n’étions pas en charge au moment des
faits », rétorque quant à lui Guy Harpi-
gny, évêque de Tournai.
Ces propos ont suscité un scepticisme
général, jusqu’au cœur même de l’Eglise.

« J’auraissouhaitéuneparolepersonnel-
le, très forte, dit le prêtre Gabriel Ringlet.
Moi, je voudrais demander pardon. »

Les responsables de l’association « Droit

desvictimes »regrettentl’absencedeges-
te fort de la part d’une institution qui
« continue à mentir ».
Politiquement aussi, des voix s’élèvent,
critiques. Une commission de la Cham-
bre se penchera vendredi sur cette polé-
mique.Quelasortieecclésiastiquedelun-
di n’a pas déminée.■

P.2 L’ÉDITORIAL
P.2À4 NOTRE DOSSIER

P.8La Cour des comptes dresse
un tableau critique, dans son
rapport consécutif à la cata-
strophe de Buizingen.

P.21Le Comité de Bâle relève le
niveau minimal de capital impo-
sé aux banques. Pour éviter une
nouvelle crise financière grave.

CINÉMAS

18
NÉCROLOGIE & ANNONCES 28
BONS À DÉCOUPER

33

THÉÂTRES

36

BD & JEUX

37

TÉLÉVISION

38-39

PETITE GAZETTE

40

MÉTÉO

40

P.16&17Souvent rejetés en
Europe, ces gens du voyage sont
pourtant méconnus. Reportage
et dossier pour briser les clichés.

IL N’Y A PAS EU DE PARDON
aux victimes du scandale pédophile.
L’archevêque André Léonard estime que
ce serait « trop facile ».

LE PLAN B FRANCOPHONE DIVISE P.13 & 14

STOP « Arrêtons de faire croire au père Noël »ENCORE « Ce scénario est inévitable »

Le quotidien de référence

français pose plainte
contreXpourviolationdu
secret des sources. En ligne de
mire ? L’Elysée, rien de moins.
Le journal accuse les services
présidentiels de Nicolas Sarkozy
d’avoirutilisélecontre-espionna-

ge pour identifier l’origine d’une
des fuites dans l’affaire Woerth-
Bettencourt.Démasquée,la«gor-
ge profonde» a été mutée... en
Guyane. L’opposition parle d’un
scandale digne du Watergate.■

P.11 NOTRE DOSSIER

Le rail belge
n’est pas assez sûr

Les banques doivent
garantir leur avenir

P.6Jean-Claude Marcourt,
ministre de l’Enseignement
supérieur, défend des pôles orga-
nisés sur base géographique.

5 4 1 3 6 3 5 0 0 8 2 6 9

3 7

L’ÉGLISE
REFUSE DE
FAIRE SON
MEA CULPA

« Le Monde »
s’attaque à Sarkozy


15102370

Les Roms ne sont
« pas de la vermine »

« Régionaliser l’unif ?
Je ne suis pas contre »

MARDI 14 septembre 2010 / Edition Bruxelles / Quotidien / No

214 / EUR 1,10 / 02 225 55 55

www.lesoir.be

4BX

13/09/10 22:18-LE_SOIR du14/09/10 -p.2

“La saisie a fait claire-

ment apparaître la
nécessité d’une concerta-
tion encore plus approfon-
die avec le ministère de la
Justice et le ministère pu-
blic »

André Léonard

Ce journal est protégé par le droit d’auteur, tous droits réservés. ©
Rossel & Cie

S.A. – Le Soir, Bruxelles, 2010. Si vous souhaitez copier un
article, une photo, une infographie, etc., en de nombreux exemplaires,
les utiliser commercialement, les scanner, les stocker et/ou les diffuser
électroniquement, veuillez contacter Copiepresse au 02-558.97.80 ou
via info@copiepresse.be. Plus d’infos : http://www.copiepresse.be.

SA ROSSEL ET Cie

Rue Royale, 100
1000 Bruxelles

Président
et éditeur responsable

Patrick Hurbain

Administration générale

Rue Royale, 100
1000 Bruxelles
Tél.: 02-225.55.55

PUBLICITÉ

Rossel Advertising

Annonces téléphonées

Tél.: 02-225.55.00
Fax : 02-225.59.06
annonces.tel@lesoir.be

Annonces

Tél.: 02-225.55.55
Fax : 02-225.59.08
ou 02-225.59.00

Publicité nationale

Tél.: 02-542.10.10
Fax : 02-542.10.11

Directeur général

Didier Hamann

Rédactrice en chef

Béatrice Delvaux

Rédaction centrale

Tél.: 02-225.54.32
Fax : 02-225.59.14
ou 02-225.59.10

Courrier des lecteurs

Fax : 02-225.51.31
forum@lesoir.be

lesoir.be (internet)

http://www.lesoir.be
Tél.: 02-225.54.32
internet@lesoir.be

Ventes

Tél.: 070-22.10.10
Fax : 02-225.52.14
E-mail:
rosselventes@rossel.be

Prix de vente à
l’étranger

Allemagne EUR 2,00
Chypre EUR 2,95
Croatie HRK 25,00
Espagne EUR 2,00
France EUR 2,00
(Nº com. paritaire
0111 U 83380)
Grande-Bretagne
GBP 1,30
Grèce EUR 2,00
Italie EUR 2,00
Irlande EUR 3,40
Maroc MAD 25,00
Portugal EUR 2,00
République tchèque
CZK 70,00
Suisse CHF 4,00
Ténériffe EUR 2,50
Turquie YTL 5,00

Abonnements

Tél.: 078-05.05.10
Fax : 02-225.59.01
Site : www.clubdusoir.be

Formule « Virement »

3 mois : EUR 75,00
6 mois : EUR 143,00
12 mois : EUR 262,00
Compte :
310-0496377-17

Formule « Liberté »

EUR 22,00/ mois
Par domiciliation
Rendez-vous sur
http://clubdusoir.
lesoir.be/liberte
ou
078/05.05.10

Marc Metdepenningen

La pédophilie,
un problème de société ?

Incontestablement. Mais le discours
de l’Eglise tend à réduire à une sordi-
de « normalité » les faits commis par
les clercs, les ramenant ainsi - et
c’est pour le moins étonnant en re-
gard de son discours habituel - à des
personnes ordinaires. Depuis le dé-
but de la crise, l’Eglise belge, tout
comme le Vatican, n’a eu de cesse
de répéter que les faits de pédophilie
étaient « à 85 % commis dans la
sphère familiale », répondant ainsi à
l’objection émise que la rigueur
sexuelle imposée aux prélats ne se-
rait pas à l’origine des crimes com-
mis par des prêtres. Statistiquement,
ce comptage est douteux. Même si
les prêtres sont autant (et même un
petit peu plus) coupables de faits de
pédophilie que les membres de la so-
ciété civile, l’Eglise s’applique à lan-
cer des leurres. Car le problème
n’est pas tellement celui (déjà terri-
ble) des faits de pédophilie commis
par des membres du clergé, que ce-
lui de la protection dont ont bénéfi-
cié ceux-là de la part de leur hiérar-
chie. Des prêtres pédophiles conti-
nueront à sévir, reste à savoir si l’Egli-
se continuera à les préserver, com-
me ce fut le cas jusqu’à présent. M.M.

Léonardsuperstar !Alagrand-mes-
sedelarueGuimard,lundimatin,
l’officiantprincipaletsesacolytes
HarpignyetBonnyontcélébréle
cultedelastarificationecclésiasti-
que.Combiendejournalistes,demi-
cros,dephotographesetdecamé-
rasdanslatouffeurinfernaledela
salledepresse ?Quatrefoisvingt,a
comptéunfidèledecesaintdes
saintsdelacommunicationépisco-
pale.TelleThomasdesévangiles,il
n’enapascrusesyeux.
Voyeznotrephoto :pourgagner
leurparadisnumérique,desgens
del’imageontoptépourlagénu-
flexionsacrificielledevantl’autelmé-
diatiquedecesMesseigneurs.
Quatrefoisvingt ?C’estplusde

mondequ’undimanchedePâques
danslaplupartdesparoissesdeBru-
xellesetdeWallonie.Emotion,révé-
lation,malédiction :gloireàlaTrini-
tédelacommunicationpercutante !
LaSA« Archevêque&Co »aurait-
elletrouvélasolutionmiraclepour
ramenerlesbrebiségaréesdansla
viemoderneversseséglisesdéser-
téesetsescathédrales-musées ?
Non!CarilyaloindeCanaàCan-
nes.Loindesnocesenpetitcomité
jusqu’àcefestival,paradisdela
com’professionnellequiconvain-
craitleplusblasédes« pape-razzi ».
Pourparleràsesprochains,l’Eglise
deBelgiquedevraitchercherl’inspi-
rationdivinesurlaCroi(x)ette où
l’onsaitcommentréussiruneconfé-
rencedepresse.
Léonardn’estpasDiCaprio,d’ac-
cord.MaislundiàBruxelles,leser-
monservisévèrementn’auraitpas
concourupourleGoupillond’Or,
cettepalmecathodique.L’exercice
futunchemindecroixlaborieuxet
désincarnépourtroisprélatsfigés
dansleurscertitudes.Leurcalvaire.

L’ÉGLISE PERSISTE
À REVENDIQUER
SES PRIVILÈGES

● Pas de pardon de l’archevêque.

● Pas de sanction pour les 91 prêtres
et religieux auteurs d’abus sexuels
identifiés par la Commission Adriaens-
sens.

● Et aucune reconnaissance de respon-
sabilité de l’Eglise pour les crimes com-
mis par les clercs.

● André Léonard déçoit les victimes,
les décideurs politiques et même nom-
bre de ses propres ouailles.

©

HERW

IG

VERGULT/BELGA.

Les paroles et les actes

C’est le discours permanent de l’archevêque Léonard,
depuis le 4 avril… L’Eglise aurait « tourné la page » par
rapport à un passé récent où la réputation des clercs
primait sur la douleur des survivants. Le primat l’a dit
et répété. De fait, le prêtre ou le religieux qui se ren-
drait coupable, aujourd’hui, de crimes pédophiles au-
rait sans doute du mal à éviter sa dénonciation au par-
quet. Mais alors qu’elle multiplie les déclarations de
compassion à l’égard des survivants, l’Eglise évite de re-
connaître son évidente responsabilité dans le domma-
ge causé… Tout comme l’évêque pédophile Vanghe-
luwe, samedi, qui a juste consenti à quitter son diocèse
pour apaiser l’exaspération des catholiques, l’archevê-
que Léonard a manifestement sous-estimé l’onde de
choc provoquée par la publication du rapport Adriaens-
sens, vendredi. Les récits des survivants ont fait « fris-
sonner » l’archevêque, qui s’engage à « une disponibilité
maximale pour les victimes ». Lundi, André Léonard a
commencé par évoquer « des mois très mouvementés
pour la communauté ecclésiale ». Et il a refusé aux victi-
mes présentes l’accès à sa conférence de presse. R. G.

Une collaboration revendiquée
avec la justice civile

L’Eglise déplore l’intervention « inattendue » d’un « ju-
ge d’instruction » le 24 juin et regrette cette « interven-
tion et ses conséquences », appelant à une « collabora-
tion loyale » avec les autorités judiciaires. Cette préten-
tion est en contradiction avec l’affirmation de l’Eglise
de collaborer avec la Justice. Elle se réfère aux perquisi-
tions massives menées par le juge d’instruction Wim
De Troy (anéanties précocement par la chambre des
mises en accusations de Bruxelles sur saisine express
de la cour d’appel). Le professeur Adriaenssens s’était
lui-même « excusé » auprès des victimes de l’établisse-
ment d’un protocole d’accord avec la Justice, soutenu
par le ministre de la Stefaan De Clerck.
L’Eglise entend pourtant restaurer une « collabora-
tion » entre ses organes et la Justice, remettant ainsi
sur le tapis une coopération d’exception, dénoncée na-
guère comme inique par le procureur général de Liège
Cédric Visart de Bocarmé qui nous avait déclaré peu
avant les perquisitions : « Eux, c’est eux et nous, c’est
nous », renvoyant ainsi l’Eglise dans les cordes de ses
propres tourments et rappelant que la Justice ne con-
naissait pas des règles propres à une organisation, fût-
elle religieuse, entendant régler ses problèmes en inter-
ne plutôt que de les déléguer à la justice civile.

M.M.

ÉRIC DEFFET

©

NICOLASMAETERLINCK/BELGA.

L’édito

L’Eglise catholique belge

semble décidément avide
de conserver les privilèges
qu’un Etat parfois peu regar-
dant sur la séparation et
l’exercice des pouvoirs a bien
voulu lui concéder. L’interven-
tion de M. Léonard et de ses
collègues a réitéré, hier, l’exi-
gence du clergé de bénéficier
d’une « collaboration correc-
te et loyale » avec la Justice,
considérée outrageusement
comme l’une de ses succursa-
les qu’elle combat lorsqu’elle
entreprend un travail de véri-
té. L’Eglise persévère à traiter
en son sein, par la création
d’un nouveau « centre d’ac-
cueil » les cas d’abus sexuels
commis par ses prêtres et en-
tend maintenir sa mainmise
sur ses ouailles, victimes de
monstres pédophiles, abu-
seurs d’enfants qui n’avaient
parfois que 2 ans, comme l’a
démontré le courageux rap-
port du professeur Adriaens-
sens. L’Eglise ne semble pas
avoir compris la portée de ce
rapport. 91 prêtres pédophi-
les (au moins) sont toujours
dans la nature. Nul ne sait si
ces pervers ont fait d’autres
victimes que celles qui se
sont signalées ou s’ils sont en-
core actifs. La seule réponse
de l’Eglise à leur égard est cel-
le du pardon et de la
repentance. Aucun d’entre
eux ne sera sanctionné. Ils de-
meureront en service, parfois
au contact d’enfants, nouvel-
les proies, et ne se sont
même pas vu opposer un
doigt grondeur. Il n’a pas été
question, non plus, d’indem-
nités financières, les seules
qui traduisent, dans la justice
des hommes, la reconnaissan-
ce des innommables domma-
ges subis. L’attitude défensi-
ve et hautaine de l’Eglise est
une insulte aux victimes et à
tous les catholiques sincères.
La hiérarchie catholique,
qu’elle soit de Malines ou de
Rome, doit leur apparaître
plus encore que hier comme
une association de vieux mes-
sieurs qui paradent lors des
Te Deum aux côtés des autori-
tés civiles. Pour la vraie Egli-
se, la seule sortie de cette cri-
se de confiance est de trans-
mettre tout ce qu’elle sait à la
Justice, d’extraire des pseudo-
confessionnaux les horreurs
subies par tant d’enfants, de
sanctionner les bourreaux
qu’elle protège encore. On ne
peut comprendre, qu’un prê-
tre le demeure ni ne soit dé-
noncé par sa hiérarchie, s’il a
violé des enfants, fût-ce il y a
plus de vingt ans. On ne peut
comprendre qu’une Eglise
crédible leur réserve un traite-
ment amical qui devient cari-
catural et destructeur du mes-
sage généreux, pour les
croyants, de l’Evangile.

Tout est dans cette image :

l’alignement des portraits
d’enfants, victimes d’abus
sexuelscommis pardesclercs.Des
photos déposées à même le sol,
adossées à la vitrine du Centre in-
terdiocésain de Bruxelles.
Alors que l’archevêque, à l’inté-
rieur, commente l’accablant rap-
port de la Commission Adriaens-

sens (Le Soir de samedi), les victi-
mesbattentlepavé.Deuxcerbères
leur barrent l’accès à l’édifice.
San Deurinck, une des victimes,
a déployé un calicot, qui rappelle
les 20 ans de lutte de l’association
Droits de l’Homme dans l’Eglise,
animée par le prêtre à la retraite
RikDevillé.Labanderoles’adresse
aux clercs abuseurs et à leurs pro-

tecteurs : « Même si vos péchés
sont rouges comme le sang, ils de-
viendront blancs comme neige, si
vous confessez tout »…
L’appel n’aura guère trouvé
d’écho. L’archevêque Léonard n’a
pas demandé pardon. Il a encore
moins admis les responsabilités
morale, civile et pénale de l’Eglise,
alorsmêmequ’ilnecessededénon-

cer, depuis le mois d’avril, le silen-
ce coupable de l’institution sur les
crimes sexuels commis, en Belgi-
que,pardescentainesdeprêtreset
de religieux.
AndréLéonardn’aretenuducin-
glantrapportAdriaenssensqueles
élémentsquin’accablentpasl’Egli-
se : il est bien question de créer,
avantNoël,un« Centrepourlare-

connaissance, la guérison et la ré-
conciliation »,quiauraitpourfonc-
tion essentielle d’écouter les victi-
mes.
Pas question, en revanche, d’ad-
mettre une faute (les crimes com-
mis et leur dissimulation) et la né-
cessité de réparer le dommage…

« Unecellule,auseindufuturCen-
tre, s’intéressera à cette question,

commentel’évêqueGuyHarpigny,

mais la question reste de savoir
qui aura droit à une indemnisa-
tion,quelleautoritétrancheraetce
qu’iladviendrasiceluiquiacausé
le mal ne veut pas payer » (ce qui
sous-entend que l’Eglise ne paye-
rait pas à sa place).
L’archevêque Léonard n’estime
pas devoir (ou pouvoir) infliger de

sanction aux 91 abuseurs en vie
identifiés par la Commission
Adriaenssens. Le primat ne s’est
pas davantage exprimé sur les res-
ponsabilitéséventuellesdes16 évê-
ques effectifs et émérites du pays,
alors que des témoignages publiés
par la Commission exposent les
manœuvres de dissimulation de
plusieurs évêques.

« Personnellement,j’auraiatten-
duuneparoleplusexplicitedepar-
don », commentait, lundi soir, au
JT de RTL-TVi, le père jésuite
Tommy Scholtès. Le prêtre Ga-
brielRinglets’ydéclarait« terrible-
ment déçu » par la conférence de
presse d’André Léonard. Il n’est
pas le seul.■ RICARDO GUTIÉRREZ
MARC METDEPENNINGEN

DE CANA
À
CANNES

l’actu

“L’abus sexuel est

aussi un problè-
me de société »

Guy Harpigny

Fidélité au pape, à tout prix

Cette déclaration d’André Léonard,
en réponse aux questions des journa-
listes, est un aveu : l’archevêque gère
la crise pédophile dans la droite ligne
de l’approche vaticane… Admettre
les crimes commis, incontestables,
mais en les reléguant dans le passé
lointain et en tentant d’en diluer la
responsabilité, pour éviter les lour-
des indemnisations que pourraient
réclamer les survivants.

« Au cours de notre visite “ad limina”,
à Rome, le Vatican nous a exprimé sa
satisfaction pour la manière dont nous
avions réagi », insiste M. Léonard. De
fait, début mai, Benoît XVI a félicité
les évêques belges, quelques semai-
nes après la renonciation de l’évêque
pédophile Vangheluwe à sa charge.
Les prélats savent que l’affaire n’en
restera pas là. D’autant que Peter
Adriaenssens, entré en fonction le
19 avril, a averti que son rapport se-
rait implacable.
Dès le début du mois de mai, la stra-
tégie de l’Eglise, qui sait que le scan-
dale ira en s’amplifiant, est arrêtée :
ne pas admettre la responsabilité de
l’Eglise, ni remettre en cause ses
structures, et encore moins sa doctri-
ne sexuelle. Léonard ne peut déjuger
Benoît XVI.

R. G.

L’écoute aux victimes, entre
Centre ecclésial et SOS-Adultes

C’est le volet le plus concret de la déclaration
des évêques : la création d’un « Centre pour la re-
connaissance, la guérison et la réconciliation »…
Mais on n’en est encore qu’à son annonce. L’évê-
que d’Anvers, Johan Bonny, précise que quatre
experts, non désignés, vont plancher sur ce pro-
jet, en commençant par mettre sur pied « une
nouvelle plate-forme de confiance ». Mais « il nous
semble impossible de vous présenter dès aujour-
d’hui une proposition jusque dans ses moindres dé-
tails », nuance l’archevêque.
Le nom de la nouvelle structure, qui pourrait
être opérationnelle pour le 24 décembre, affir-
me sa vocation non-judiciaire : il s’agit bien, ici,
d’apaiser les survivants en leur offrant une écou-
te, en reconnaissant les crimes qu’ils ont endu-
rés, en leur prodiguant (ainsi qu’aux abuseurs)
les thérapies nécessaires, et en œuvrant à la ré-
conciliation des auteurs d’abus et de leurs victi-
mes…
Du côté des survivants, précisément, on se mé-
fie d’une nouvelle structure instituée par l’Eglise.
D’autant qu’elle risque de faire double emploi
avec les Centres publics de confiances (SOS-
Adultes) qu’envisagent de mettre sur pied les au-
torités publiques, sur recommandation de la
Commission Adriaenssens.

R. G.

Le droit canonique, un pseudo-droit

Mgr

Léonard et ses assistants ont encore indiqué que des procédu-
res canoniques pouvaient être intentées à l’encontre de l’ex-évê-
que de Bruges M. Vangheluwe ainsi qu’à l’encontre des prêtres en
aveux de faits de pédophilie. Les tribunaux ecclésiastiques ressem-
blent à des tribunaux du sport, aux règles bien éloignées de la justi-
ce civile. La flagrance (et les aveux) des faits commis par Roger
Vangheluwe n’a, malgré le temps passé depuis ses aveux, provo-
qué aucune réaction crédible du Vatican.
La pire des sanctions canoniques pour un prêtre ou un évêque se-
rait par ailleurs d’être « réduits à l’état laïc », comme si l’état laïc
serait une punition suffisante, au regard de l’Eglise, pour la commis-
sion de faits criminels. Les prélats ont rappelé, hier, la menace de
sanctions prévues par le droit canon. A notre connaissance, aucu-
ne action n’a débouché sur une décision crédible de ces tribunaux
propres à l’Eglise. Les 91 prêtres pédophiles identifiés par la Com-
mission Adriaenssens n’ont, semble-t-il, pas trop de soucis à se fai-
re…

M.M.

Le sort de l’évêque
pédophile bientôt tranché

« Il y aura, prochainement, une
réaction du Vatican concernant
le statut de Mgr

Vangheluwe »…
Pour la première fois, lundi, l’ar-
chevêque Léonard a évoqué
l’éventualité d’une sanction va-
ticane à l’égard de Roger Van-
gheluwe (sa réduction à l’état
laïc ?). L’évêque, qui avait re-
noncé à la charge du diocèse
de Bruges, le 23 avril, pour
avoir abusé de son neveu, pen-
dant 13 ans, n’a toujours pas
fait l’objet d’une sanction. Le
porte-parole du Vatican, Federi-
co Lombardi, précisait, lundi
soir, qu’aucune décision n’était
encore prise, mais que l’évê-
que avait quitté son diocèse et
s’imposait déjà « une vie de pé-
nitence et de prière ». (R. G.)

“Rome est satisfai-

te de la manière
dont nous avons
géré le problè-
me »

André Léonard

“Nous envisageons

la création d’un
Centre pour la recon-
naissance, la guérison
et la réconciliation »

Johan Bonny

“Le droit canon prévoit des procé-

dures pénales qui peuvent mener
entre autres, à une déchéance
temporaire ou définitive
de la fonction ecclésiale »

Guy Harpigny

L’archevêque
couvre le cardinal

L’archevêque Léonard, lundi,
n’a pas spontanément évoqué
le cas de l’évêque pédophile
Vangheluwe, ni la « média-
tion » ratée du cardinal Dan-
neels entre l’abuseur et sa victi-
me (entretien au cours duquel
Godfried Danneels avait incité
la victime à différer la révéla-
tion du scandale, pour sauver
la réputation de son ami Van-
gheluwe). La presse l’interpel-
lant sur l’attitude du cardinal,
l’archevêque Léonard s’est con-
tenté d’estimer que le prélat
avait lui-même expliqué le con-
texte de sa « médiation », et
qu’il avait admis avoir commis
« une erreur d’appréciation ».
(R. G.)

l’actu

Scandalepédophile

L’archevêque Léonard déçoit et ne convainc pas

“Des erreurs du passé,

nous souhaitons tirer
les leçons nécessaires »

André Léonard

CertifcatssubordonnésémisparleCréditAgricoleS.A.Leprospectus(datéetapprouvéparlaCBFA
le10/11/2009)ainsiquelesconditionsdéfnitivesd’émissionsontdisponiblesdanslesagencesdu
CréditAgricoleetsurwww.credit-agricole.be.Leremboursementducapitalestde100%àl’échéance
fnale,saufencasdefailliteoudedéfautdepaiementdel’émetteur.Pasdefraislorsdelasouscription.

Pendant 10 ans

4,10 %*

* Taux valabledu 07/09/2010 au 20/10/2010,sauf clôtureanticipée.
Soumisau précompte mobilierde15%.



16424180

L’ESSENTIEL

L’ARCHEVÊQUE André
Léonard s’exprimait
pour la première fois, ce
lundi, sur le rapport
Adriaenssens, dont il a
pris connaissance jeudi
dernier. Ses commentai-
res et propositions n’ont
guère convaincu. ©DIRK
WAEM/BELGA.

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

2

3

1NL

www.lesoir.be

13/09/10 22:01 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 4

Dejaeger entendu,
mais pas arrêté

Le prêtre belge pédophile,
Eric Dejaeger, qui fait l’ob-
jet de plaintes de victimes
d’abus sexuels au Canada
(Le Soir de lundi), a été en-
tendu lundi par la police
belge mais n’a pas été in-
terpellé, faute de deman-
de d’extradition à ce sta-
de. (afp)

PS : « Les dossiers
à la Justice »

Le groupe PS de la Cham-
bre demande au ministre
de la Justice de sortir du
giron de l’Eglise le traite-
ment des dossiers de pé-
dophilie et de créer une
cellule spécifique au sein
du parquet fédéral. Il esti-
me que le ministre doit
rendre à la Justice toutes
ses prérogatives, après la
publication du rapport
Adriaenssens. (b)

« Un geste plus
fort », dit le CDH

La chef de groupe cdH à
la chambre, Catherine
Fonck, s’attendait à des
gestes beaucoup plus
forts de la part de l’Eglise.
Elle dit n’avoir décelé au-
cune remise en question
en profondeur ni analyse
des causes qui ont amené
aux actes de pédophilie
au sein de l’Eglise. (b)

Le MR peu
enthousiaste

Le chef de groupe MR à la
chambre, Daniel Bacque-
laine, n’était guère enthou-
siaste. Il a insisté sur la sé-
paration des rôles de
l’Eglise et de l’Etat et s’est
dit étonné qu’un contrat
puisse être passé entre la
Justice et la commission
interdiocésaine. (b)

Ecolo : « Réaction
pas à la hauteur »

Les verts ont estimé lundi
que la réaction des autori-
tés de l’Eglise belge
n’était pas à la mesure de
la gravité des faits révélés
par le rapport Adriaens-
sens. (b)

ENTRETIEN

L’Anversois San Deurinck,

65 ans, victime d’abus
sexuel commis par un clerc, est
membre du collectif Droits de
l’Homme dans l’Eglise.

Que vous inspire la déclaration
des évêques ?

Jeconstatequ’ilsaffirmentvou-
loir écouter les victimes avant
de faire des propositions défini-
tives.C’estunpasimportant.De
notre côté, nous sommes dispo-
sés au dialogue depuis 18 ans.
Mais jamais les évêques n’ont
voulu nous rencontrer.

Des experts vont réfléchir à la
création d’un Centre pour la re-
connaissance, la guérison et la
réconciliation.

Fortbien.Maiscequenousvou-
lons,nous,c’estuneenquêteneu-
treetindépendante,menéeende-
hors de l’Eglise. Personne ne
peut être son propre juge. Que

les évêques se contentent d’ou-
vrir leurs archives et confessent
ce qu’ils savent à la Justice.

Vous avez des doutes quant à
la bonne volonté des évêques ?

Leur discours consiste à rejeter
toute responsabilité quant aux
crimes commis. Ils ouvrent leur
parapluie : seul le pape est res-
ponsable,maislepapeestintou-
chable.Bref,c’esttoujourslemê-
me discours. Avec les mêmes fi-
celles qu’en Irlande et qu’aux
Etats-Unis…

Où les Eglises locales ont tout
de même été amenées à indem-
niser les victimes…

Oui, mais seulement après une
vague de protestation publique.
Dans un premier temps, les évê-
ques commencent toujours par
minimiser la portée des faits et
fuir leur responsabilité. La pri-
seencomptedesintérêtsdesvic-
times est directement propor-

tionnelleàl’ampleurdesprotes-
tations.

Et chez nous ?

Je ne pense pas que le discours
tenu ce lundi va apaiser la colè-
re des victimes, des fidèles et de
lasociétéengénéral.Lesévêques
se rendent-ils compte des épreu-
vesqueviventànouveaulessur-
vivants, ces six derniers mois ?
Ilsdevrontpayerdesdédomma-
gements, c’est certain.

Comptez-vous demander une
indemnisation à l’Eglise ?

Si je vois la possibilité de le fai-
re,pourquoipas ?Maisjeneme
considère vraiment pas comme

prioritaire. Il y a des cas bien
plusurgents,parmi les500 vic-
times. Beaucoup ont hésité à re-
vendiquer une indemnisation
de peur d’être soupçonnés d’être
animés par un esprit de lucre.
Il semble évident que ces ques-
tionsd’argent, qui ontété esqui-
vées par les évêques, ce lundi,
sont en réalité au centre de la
préoccupation de l’Eglise. Si elle
espère éviter des dédommage-
ments massifs, elle fait un très
mauvaiscalculententantdere-
porter l’échéance.

Les évêques répètent « avec vi-
gueur », précisent-ils, leur ap-

pel aux coupables, aux clercs
abuseurs, à se dénoncer, à
avouer leurs crimes…

Ce n’est pas la première fois. Et
c’est sans le moindre effet, ce qui
est très symptomatique. L’appel
lancé le 23 avril par l’archevê-
que Léonard n’a pas donné lieu
àla moindredénonciation… En
réalité, comme bien des fidèles,
les prêtres abuseurs savent qu’il
faut faire la distinction entre ce
queditl’Egliseetcequ’elleprati-
que vraiment…

L’archevêque Léonard a peut-
être du mal à exprimer une res-
ponsabilité qui mettrait en diffi-

culté les autorités vaticanes. A-t-
il vraiment le choix ?

Si c’est le cas, alors, j’ai vrai-
mentdumalàcomprendrecette
attitude. Ceci dit, il est clair
qu’ilyaeuunsystèmed’occulta-
tion des abus sexuels commis
par les clercs. Une loi du silence
organisée, une omertà générali-
sée, avec la bénédiction du Vati-
can.
Enreconnaissantsaresponsabi-
lité morale, pénale et civile,
l’Eglise catholique belge déjuge-
rait,enquelquesorte,lepapeBe-
noît XVI.■ Propos recueillis par
RICARDO GUTIÉRREZ

« Si l’Eglise espère
éviter des
dédommagements,
elle fait un très
mauvais calcul en
tentant de reporter
l’échéance »

San Deurinck, survivant

ENTRETIEN

Christian Terras, rédacteur en chef

de la revue catholique critique Go-
lias, a suivi attentivement ce lundi la
conférence de presse de l’épiscopat bel-
ge.

Monseigneur Léonard et ses deux collè-
gues ont-ils dit quelque chose de fort,
ou qui a rompu avec le discours ordi-
naire de l’Eglise ?

Ils sont restés dans le ton donné par le
Pape :maintenant queles crimesde pé-
dophilie sont publics, ils feignent de
prendre l’initiative, avec un message
d’écoute qui n’est que du simulacre, du
leurre.Maisleurfilrougeresteladéfen-
se du système ecclésiastique.

C’est quoi, le système ecclésiastique ?

C’est notamment un système qui se ca-
ractérise, à travers une sacralisation à
outrance du célibat, par la prétention
d’être au-dessus du lot commun des

hommesetdelaréalitéaffective.L’aban-
don total du prêtre dans l’amour de
Dieu ferait du clergé une caste de gens
intouchables,sivousmepassezl’expres-
sion. L’institution règle dès lors en son
sein, selon la loi du silence, des cas de
perversion individuelle, sans aucune-
menttenircomptedelasouffranceinfli-

géeauxvictimes.C’estunsystèmequise
protège au-delà même des valeurs qu’il
est censé véhiculer. Des cas de perver-
sion individuelle se transforment de ce
faitencrimeorganisé,aunomdel’ima-
ge de marque de l’institution.

Pourquoi ce système a du mal à procé-
der à une remise en question ?

Parce que la question de la pédophilie
ne devrait pas être posée en termes de
cas individuels, comme les évêques bel-
gestententdelefairepasser.Lapédophi-
lie dans l’Eglise pose la question d’une
perversion institutionnelle. L’épiscopat
belge refuse de faire l’analyse de ce qui
est un phénomène massif, de ce qu’il si-
gnifie structurellement dès le moment
où il a pris une dimension massive.

Mais l’Eglise est-elle fondamentale-
ment capable de reconnaître un problè-
me structurel, au risque de se perdre
totalement dans sa propre remise en
cause ?

C’estlàtoutelalimitedusystèmecatho-
lique, où un épiscopat décline le dis-
coursdupapeBenoîtXVI,lequelditque
c’est par la pénitence qu’on réglera le
problème,et non parune réforme struc-
turelle. On est là dans une spiritualisa-
tion du problème, dans le cadre d’une
culture et une conception de l’autorité

où on garde la main sur les dossiers,
horsdeladémocratieetau-delàdetoute
transparence. C’est de l’autodéfense et
du déni. On voit bien, dans le discours
des trois évêques, que l’Eglise est gênée :
mais elle se cantonne au registre de la
communication,quinerèglerienquant
au fond.

Mais, de nouveau, une Eglise locale a-t-
elle la possibilité de réagir autrement ?

Tout à fait : l’Eglise belge aurait dû ac-
cepter sa part de responsabilité, dans
un esprit évangélique. Mais elle reste
bloquée par les consignes du Vatican. Il
yapourtantdesexemples d’attitudedif-
férente : le primat autrichien
Schönbron a fait remettre tous les dos-
siersdepédophilieàunecommissionto-
talement indépendante de l’Eglise, et il
s’estfaitsermonnerparlePapepource-
la. L’évêque de Trèves a reconnu qu’il
avait fait preuve de négligence et de
manque de discernement, qui auraient

permisde prévenirdesaffaires depédo-
philie. Rien ne rendait impossible à
Mgr Léonard de donner un signe que
rien ne sera plus jamais comme avant
en Belgique. L’évêque est, théologique-
ment aussi, le seul patron de son diocè-
se.Lesévêquesdisposentd’unelibertéet
d’une autonomie par rapport à Rome

quiontétérenforcéesparleconcileVati-
can II.

Qu’aurait pu dire le primat de Belgi-
que, en vertu de cette autonomie épis-
copale ?

Il aurait pu dire ceci : « Nous n’avons
pasfaitpreuvedevigilanceetdediscer-
nement, car nous avons préféré régler
cesaffaireseninterne.Nousavonssacri-
fié sur l’autel de la réputation publique
de l’Eglise, l’honneur des victimes et
leur droit à être entendues dans leur
douleur. »

Il faut tout de même se rappeler que la
questiondustatutdel’en-
fant est un acquis
fondamental
du christia-
nisme ! En

reconnaissantlalégitimitédesplus fai-
bles à être reconnus dans leur fragilité,
Jésusamisfinàlaloidelajungle.Orle
prêtre, en s’arrogeant l’autorité de vio-
lercettefragilité,détruitlesvaleursfon-
damentalesduchristianisme.C’estàcet-
te valeur chrétienne fondamentale que
renvoientlescrimesdepédophilie.Ilya
quelquechosedeprofondémentdéviant,
dans le fait de permettre à des perver-
sions structurelles de coexister avec la
paroledeDieusurterre.L’Eglisecatholi-
queesttouchéeplusqued’autresEglises
parlesproblèmesdepédophilie :celain-
terpelle.

L’Eglise belge a-t-elle failli ?

Elle est passée à côté d’une op-
portunité énorme.■

Propos recueillis par

JUREK KUCZKIEWICZ

l’actu

«Ledénid’uneperversioninstitutionnelle»

«Lesévêquesfuientleurresponsabilité»

Scandalepédophile

“Rien ne rendait impossible à Mgr

Léonard de donner un signe que rien ne sera
plus jamais comme avant en Belgique. » Christian Terras, rédacteur en chef de « Golias»

SELON CHRISTIAN

TERRAS, Mgr

Léonard

aurait pu dire ceci :

« Nous n’avons pas

fait preuve de vigilan-

ce et de discerne-

ment, car nous avons

préféré régler ces af-

faires en interne. »

© D.R.

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

4

1NL

www.lesoir.be

13/09/10 20:38 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 5

Une bière brassée avec savoir, se déguste avec sagesse.

TOP TRANSFERTS

DU SUPERMARCHÉ VERS VOTRE FRIGO.

Du 13 au 25 septembre.

SUPER

PROMOS

16340660

www.lesoir.be

1NL

13/09/10 21:08 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 6

La concurrence est

compréhensible
puisqu’on fonctionne
dans une enveloppe
fermée, mais elle est
incompréhensible si
l’on veut défendre le
service public»

«Je suis contre un test
contraignant ou un
examen d’entrée. Mais
il faut faire en sorte
qu’un étudiant, qui a
peur d’aller dans des
branches scientifiques
parce qu’il n’a pas eu
assez de cours de
sciences en humanités,
puisse bénéficier d’une
transition. On doit
réfléchir à cette
passerelle, comme il
existait une 7e

math

spéciale»

● Pour Jean-Claude
Marcourt, l’enseigne-
ment supérieur doit
prioritairement s’organi-
ser sur base de territoi-
res cohérents.

● D’où son plaidoyer
pour les pôles entre uni-
versités et hautes éco-
les organisés sur base
géographique.

● Et Bruxelles ne doit
pas s’inquiéter, dit-il.

Le décret Marcourt.Il a été adopté au début en
juillet dernier en Commission du parlement de la Commu-
nauté française. Selon le ministre Marcourt, ce décret par-
ticipe à la démocratisation des études supérieures et per-
met dès cette rentrée d’assurer la gratuité totale du mi-
nerval pour un étudiant sur sept. Il supprime totalement
les frais d’inscription (minerval et autres) pour les étu-
diants bénéficiaires d’allocations d’études (les boursiers)
et réduit le minerval des étudiants de condition modeste
à hauteur du montant de l’actuel minerval des anciens
étudiants. Le décret impose également aux établisse-
ments d’enseignement supérieur la mise à disposition, au
moins de manière électronique, de l’ensemble des sup-
ports de cours obligatoires pour l’étudiant.

La table ronde.En décembre 2009, le ministre Mar-
court initiait la Table ronde de l’enseignement supérieur
qui, pour la première fois, réunissait l’ensemble des ac-
teurs concernés. Durant quatre mois, la Table ronde de-
vait être le lieu d’un large débat sur les objectifs de l’ensei-
gnement supérieur, sur ses défis et son évolution dans le
paysage européen. Les conclusions ont été présentées en
mai dernier.

Les pôles et les académies. La Belgique franco-
phone s’articule autour de quatre pôles autour de l’ULB,
de l’UCL, de l’ULg et de l’UMons. Ils associent les hautes
écoles. Le paysage universitaire compte également trois
académies composées autour de l’ULB (avec l’UMons),
de l’UCL (avec les facultés catholiques de Namur et de
Mons) et de l’ULg (avec Gembloux).

ENTRETIEN

Après les élèves des écoles

primaires et secondaires,
c’est au tour des étu-
diants des écoles supérieures et
des universités de (re)prendre le
chemindescours.Leministrede
l’Enseignement supérieur, le so-
cialiste Jean-Claude Marcourt,
aborde avec nous cette rentrée.

Vous attendez-vous à une ren-
trée particulièrement difficile ?

Nous avons obtenu la réduction
du minerval, pesé sur le coût des
études. Pour la première fois
dansl’histoire, iln’yaura pasde
minerval pour les étudiants
boursiers, ce qui est une révolu-
tion. Il y a plus de vingt ans
qu’on attendait cela et on y est
parvenu à un moment où les
moyensbudgétairessontlimités.
Cela montre combien c’était une
priorité pour nous. A côté de cet
acquis, c’est vrai qu’il ya un cer-
tain nombre de dossiers qui sont
pendants et c’est la raison pour
laquelle on a mis sur pied la ta-
bleronde,quiétaitaussiunepre-
mière. C’était une révolution in-
tellectuelle.Denombreuxinterve-
nants ont dit que c’était la pre-
mièrefoisqu’ilsseparlaienttous
ensemble.Celaapermisdedécloi-
sonner l’enseignement. On sait
évidemment qu’on a un certain
nombrededéfisàrelever.Lepre-
mier concerne le paysage de l’en-
seignement supérieur : quel rap-
portveut-oninstaurerentreuni-
versités et hautes écoles, l’évolu-

tiondesétudesdemédecine,ladé-
mocratisation des études, l’aide
à la réussite…

Concernant la table ronde, vous
avez dit à l’époque qu’il fallait
être offensif et éviter toute « fri-
losité dommageable ». Com-
ment comptez-vous en traduire
concrètement les conclusions ?

La table ronde a mis clairement
en évidence qu’une relation nou-
velle, dans un pôle, entre une
haute école et une université
était tout à fait possible. Avant,
la frilosité était beaucoup plus
grande. Je vais établir un cadre,
réunir les interlocuteurs et aller
devant le gouvernement.

On vous reproche de vouloir fai-
re plaisir à Elio Di Rupo, qui veut

créer un pôle montois…

Pourquoi y a-t-il moins d’étu-
diants en milieu universitaire
en Hainaut qu’ailleurs ? C’est ça
la vraie préoccupation, pas Elio
Di Rupo, même si je considère
que c’est un homme d’Etat, com-
me il vient de le prouver…

Vous comprenez l’inquiétude de
l’ULB par rapport à la création
d’un pôle montois, qui se ferait
dans une enveloppe fermée ?

Je pense que si les académies ont
été formées sur des principes que
l’on peut rejoindre, on aurait
mieuxfait d’appliquer davanta-
ge le principe de territorialité.
Maisilfautaussiéviterdeconsi-
dérerqu’ilyalesBruxelloisd’un
côté et les Wallons de l’autre. J’ai
entendu que les Bruxellois al-
laient être marginalisés. Ce n’est
pas conforme à la réalité. On
pourrait travailler de manière
plus transversale sur la recher-
che et optimaliser la formation.
On doit trouver un équilibre en-
tre proximité et optimalisation.
La concurrence est compréhensi-
ble puisqu’on fonctionne dans
une enveloppe de financement
fermée, mais elle est incompré-
hensible si l’on veut défendre le
service public.

On dit que la Table ronde est un
écran de fumée pour faire ce qui
n’était pas prévu par la déclara-
tion de politique communautai-
re, à savoir le regroupement par
pôles, et pour ne pas faire ce qui
était prévu : supprimer les exa-

mens d’entrée en médecine et
en Polytechnique.

La réorganisation du paysage
fait partie de la DPC. Elle doit se
faire préférentiellement de ma-
nière territoriale. Le pôle était
implicitement prévu dans la
DPC. Venons-en à l’examen de
médecine et d’ingénieur… L’exa-
mendemédecine,iln’yenaplus,
puisque nous avons prolongé le
moratoire. En ingénieur, il y a
une levée de boucliers d’un cer-
tainnombred’opérateursquidi-
sent que l’on court un risque en
supprimant l’examen.
Si nous passons le tronc général
des études de médecine de sept à
six ans, cela impose des change-
ments.Etnousconstatonsqu’ily
a, chaque année, plus d’inscrits
en première bac médecine, alors
que,enfindesérie,lesfacultésde
médecineontchangéleurmaniè-
re de fonctionner, ce qui posera
des problèmes en termes de suivi
clinique,sices contingents d’étu-
diants arrivent à terme.

Quelles solutions préconisez-
vous alors ?

J’ai dit depuis longtemps que
j’étais contre le fait que la liberté
et l’aide à la réussite se résument
au droit administratif de s’ins-
crire en faculté de médecine et de
laisser ces jeunes aller dans un
mur. En médecine, en ingénieur
ou ailleurs. L’aide à la réussite
doitnousfaireréfléchirsurlafor-
mation initiale des maîtres et à
une meilleure articulation entre

l’école secondaire et l’université
ou les hautes écoles. Ne faut-il
pas permettre à plus de profs du
secondaired’accompagnercepas-
sage ? Est-ce que les assistants,
orientés vers la recherche, sont
les mieux à même de faire de la
remédiation ? Certains parlent
d’année propédeutique, d’autres
de tests… Personnellement, j’ai
toujours dit que j’étais contre un
test contraignant, à un examen
d’entrée.
D’un autre côté, il faut faire en
sorte qu’un étudiant, qui a peur
d’allerdansdesbranchesscienti-
fiquesparcequ’iln’apaseusuffi-
sammentdesciences,puissebéné-

ficierd’unetransition.Ondoitré-
fléchir à faire cette passerelle,
comme il existait une 7e

math
spéciale. Ne faut-il pas l’organi-
ser pour d’autres branches ? Un
test qui permettrait au jeune de
s’auto-évaluer et de constater ses
manquements peut éviter de
manquer une année d’étude, qui
fait naître un sentiment d’échec.

N’avez-vous parfois pas le senti-
ment d’utiliser votre porte-
feuille communautaire, l’Ensei-
gnement, au profit de celui de
la Région wallonne, l’Economie,
quand, d’une certaine manière,
vous voulez mettre les universi-
tés au service de l’économie ?
N’est-on pas, ici, plus proche
d’un discours libéral ?

Celuiquipensequejeveuxasser-
vir l’enseignement supérieur à
l’économie raconteune bêtise.La
finalité de l’enseignement est
l’épanouissement personnel. On
n’apprend pas un métier dans
l’enseignement supérieur. J’ai
toujours été contre la réduction
desétudesenfonctiondeleursdé-
bouchés. J’ai deux tiroirs dis-
tincts : celui de l’enseignement et
celui de l’économie. Quand j’en
ouvreun,jefermel’autre.Profon-
dément, je pense qu’une société
moderne doit avoir un enseigne-
ment supérieur de qualité qui,
par ailleurs, permet à nos jeunes
de s’assumer dans la vie profes-
sionnel.Jesuisradicalementcon-
tre le caractère utilitariste. Et je
ne suis pas libéral non plus.■

Propos recueillis par

FABRICE VOOGT

lapolitique

L’ESSENTIEL

JEAN-CLAUDE MARCOURT tire des conclusions optimistes de la table ronde sur l’enseignement
supérieur : entre universités et hautes écoles, on se parle !© SYLVAIN PIRAUX.

Vous avez évoqué la question de la territoria-
lité. Que pensez-vous de l’idée de régionali-
ser l’Enseignement supérieur ?

J’ai toujours dit que je n’y étais pas opposé.
DanslaDéclarationdepolitiquecommunau-
taire, on évoque les bassins de vie, une forme
de régionalisation. C’est un élément positif
d’avoir des définitions de cursus au niveau
de la Communauté et d’avoir une organisa-
tion d’enseignement au niveau de la Région.

L’Enseignement supérieur, à Bruxelles, dont
on sait les problèmes de financement, ne
paierait pas chère la facture ?

Sincèrement, j’entends tous les francophones
wallonsetbruxelloisdirentqu’ilfautrefinan-
cer Bruxelles. Et aucun Wallon réclamer une
part de ce refinancement. Tous les Wallons
sont solidaires de Bruxelles. La solidarité est
aussifortequ’en1988lorsdelacréationdela
Région bruxelloise.

La ministre de l’Enseignement obligatoire,
Marie-Dominique Simonet (CDH), ne parta-
ge pas cette vision pour ses compétences.

Jenesaispascequ’ellevousadit,maisjesuis
probablement plus en pointe sur le sujet…

Vous n’êtes donc ni libéral (voir ci-dessus,
NDLR) ni CDH…

(rires) Ni Ecolo d’ailleurs ! Je suis même as-
sez fort socialiste.■

Propos recueillis par

F. V.

« Les pôles, c’est l’avenir ! »

Enseignement supérieur / Le ministre Marcourt balise la rentrée universitaire

«Régionaliser?Jen’ysuispasopposé»

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

6

1NL

www.lesoir.be

13/09/10 22:46 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 7

● A la
N-VA, on dit
vouloir « des
garanties »
de la part
des partis
francopho-
nes.

● En particu-
lier sur la loi
de finance-
ment.

Le PS français à Bruxelles

Les socialistes français « sou-
tiennent » leurs homologues
belges qu’ils ont rencontrés
lundi à Bruxelles, dans « les dif-
ficiles discussions et négocia-
tions auxquelles ils partici-
pent » pour mettre fin à la cri-
se qui frappe leur pays. Jean-
Christophe Cambadélis, secré-
taire national à l’Europe et à
l’international du PS français,
et François Loncle, député et
membre de la Commission
des Affaires étrangères de l’As-
semblée nationale, ont ren-
contré la SP.A et le PS. « Le PS
français souhaite une issue po-
sitive qui assure à la Belgique
la stabilité, qui réponde aux as-
pirations des peuples, qui four-
nisse aux régions les compéten-
ces nécessaires et qui respecte
les différentes communautés
linguistiques et culturelles qui
la composent », ontils dit. (afp)

De Wever vante l’orgueil
national en catalan…

Le président de la N-VA, Bart
De Wever, s’est fendu d’un pe-
tit hommage sur un site inter-
net catalan, à l’occasion de la
« fête nationale» de cette ré-
gion d’Espagne, le 11 septem-
bre. « J’applaudis la nation ca-
talane, écrit Bart De Wever. El-
le démontre que l’identité et
l’orgueil nationaux sont des va-
leurs positives et, de fait, sont
un exemple pour le reste de
l’Europe.»

… et se produit à Gand

Le même Bart De Wever don-
nera, le 28 septembre, la le-
çon d’ouverture de l’année de
sciences politiques à l’universi-
té de Gand. Il a répondu favo-
rablement à l’invitation du
professeur Carl Devos, malgré
la crise politique actuelle. En
2007, lors des difficiles négo-
ciations de l’Orange bleue,
Herman Van Rompuy, alors
« explorateur royal », était ve-
nu à Gand.

Tous attendent que les deux

« grands »vainqueursdeslégislati-
ves du 13 juin se rencontrent offi-
ciellement(encoulisses,ilsnerestentpas
les bras ballants) devant les médiateurs
royaux, André Flahaut et Danny Pieters.
Maistous,aussi,redoutentquecetteren-
contre – on parle de mercredi, si elle a
lieu – soit improductive, ce qui relance-
raitla« crise »politique.Ilestdoncinter-
dit de ré-échouer. La balle est dans le
camp nationaliste ? A lui de faire un ges-
te ? C’est le message dominant du côté
francophone. Mais… ce n’est pas le dis-
cours dominant à la N-VA. Où l’on esti-
me,aucontraire,quec’estauxfrancopho-
nes de bouger…

1Les troupes de Bart de Wever veu-
lent « des garanties ».
Sur un point
certainement : la loi de financement,
mais pas uniquement. Pour ce chapitre,
c’estassezclair :laN-VAnepeutsesatis-
faire d’un simple engagement à renégo-
cierlaloidefinancementdel’Etatfédéral
etdesentitésfédérées.« On »nousexpli-
que :« Unengagement ?Maisqu’ensera-
t-ildesdiscussionsensuite ?Qu’est-ceque
tout cela va devenir, dans un an ou deux
ans ? » Bref, il faut « des garanties », et
pas seulement en termes de délais, mais
surlaportéedelaréforme.Lesnationalis-
tes flamands poussent à l’autonomie des
entités fédérées, à leur « responsabilisa-
tion »financièrement,à« objectiver »les
discussions en « listant les choses, par
écrit ». On rejoint là indirectement un
deuxième chapitre des discussions, pour
lequel la N-VA veut aussi des garanties :
le transfert des compétences. Le « pa-
quet » ficelé, avant sa démission, par le
préformateur Elio Di Rupo, pèse budgé-
tairement 15 à 16 milliards d’euros (le
poids des matières qui seraient transfé-
rées aux Régions et Communautés, en
soins de santé, mobilité…), mais cela
pourraitne pas suffire : à laN-VA,on n’a
pas renoncé à l’idée de transférer une
compétence entière, de A à Z, par exem-

ple – idéalement – la fiscalité. Une sorte
detrophée,quelquechosedevisible,sym-
boliquement. La N-VA, niant vouloir fai-
re elle-même une dernière proposition
globale à prendre ou à laisser (comme le
Standaardledisaitlundi),setournedonc
vers les partis francophones. Mais…

2La marge de manœuvre est étroite.

Si Bart De Wever devait exiger, pure-
ment et simplement, le transfert intégral
d’une compétence telle que la fiscalité,
alors ce serait la rupture : les partis fran-
cophonesnepourraient l’accepter,consi-
dérantqu’on entrerait alors dans une né-

gociation de type séparatiste. Sur un au-
tre registre,si leleader de laN-VA devait
exiger, commeil l’alaissé entendre à plu-
sieursreprises, que leslibéraux soientra-
menésàlatabledenégociations,ceserait
aussi la rupture, l’échec de la mission de
médiation Flahaut-Pieters, et le retour à
la case « Palais ».
3Le CD&V pourrait-il intervenir ?Cer-
tainsnégociateurs,surtoutfrancopho-
nes, l’attendent impatiemment. Mais le
parti de Wouter Beke le répète : ce n’est
pas à lui de prendre l’initiative, mais au
PS et à la N-VA. Pas même une proposi-
tion de compromis ? Là, le CD&V rétor-
que : « On a fait une proposition le der-
nierjour–le3septembre,avantladémis-
sion du préformateur, NDLR– et Elio Di
Rupo ne l’a pas présentée aux sept prési-
dents. »

Exact.Durant une suspension de séan-
ce,suiteaurejetparBartDeWeverdel’ul-
time proposition du préformateur, Wou-
ter Beke et Elio Di Rupo se sont rencon-
trésàdeuxreprises,enaparté.Etunepro-
position de compromis a été élaborée,
liantlefinancementstructureldeBruxel-
les à la loi de financement, à partir de
2011ou 2012. Mais à lasurprise de Beke,
DiRupon’apassoumisensuitecettepro-
position aux sept présidents. Pourquoi ?
Le CD&V ne le sait toujours pas. « On
avait l’impression qu’il avait perdu tout
espoir, depuis la veille déjà. »
AuPS,onseborneàdireque« lapropo-
sition faite par Wouter Beke au nom du
CD&V a été considérée comme insatisfai-
sante, car pas suffisamment équilibrée ».
Jugéeinsuffisanteparqui ?Pasderépon-
se… Mais le PS a une autre version de la
fin de l’aparté Elio-Wouter : le patron du
CD&V proposant de reporter le finance-
ment structurel de Bruxelles à 2011,
2012, en le liant à la loi de financement,
son homologue PS aurait répondu : alors
on reporte aussi la scission de BHV à
2011, 2012. Fin de l’entretien…■

DAVID COPPI

MARTINE DUBUISSON

Les temps sont incertains

pour le décret wallon « rela-
tif à quelques permis pour les-
quels il existe un motif impé-
rieux d’intérêt général ». Et le
gouvernement wallon, réuni en
formationrestreintece lundi,n’a
pas encore trouvé la recette pour
se l’ôter du pied. Une nouvelle
réunionestprévuecemercrediet
d’ici là, la plus grande discrétion
est de mise.
Adopté le 17 juillet 2008, ce
DAR, comme on a pris coutume
del’appeler,avaitpourbutd’accé-
lérer l’octroi de certains permis
jugés essentiels pour l’économie

wallonne.AéroportsdeBiersetet
de Charleroi, écluse de Lanaye,
travaux liés au RER, station
d’épuration du Hain, implanta-
tiondeFedexàLaHulpe…onju-
geait,àl’époque,quecesdossiers
n’avaient que trop duré. Et qu’il
importaitdelesfaire avancerfis-
sa, les soustrayant, pour certains
d’entre eux, à des recours devant
leConseild’Etat.Las,ledécretré-
digé sous l’ancienne législature
par le ministre de l’Aménage-
ment du Territoire André Antoi-
ne (CDH) s’est attiré un paquet
impressionnant de reproches. Et
non des moindres. Aux dizaines
derecoursd’associationsde rive-
rainsetd’organisationsdeprotec-
tion de l’environnement sont ve-
nus s’ajouter les reproches de la
Commission européenne et du
Conseil d’Etat. Quant à la Cour
constitutionnelle, elle doit pro-
chainement se prononcer sur la
légalitéduDAR.LaCourdeJus-
tice européenne est également
saisie de l’affaire.

Anticonstitutionnel ?

Les reproches tournent autour
desmêmesarguments.Dansune
miseàdemeureadresséeàlaBel-
gique,laCommissionestimeque
les permis octroyés dans le cadre
du DAR pourraient éventuelle-
ment être adoptés sans qu’on ait
étudié leur impact sur l’environ-

nement ni que l’on ait associé le
publicàlaprisededécision.Ega-
lementsaisi,leConseild’Etataju-
géqueletexteportait« atteinteà
la substance même de la sépara-
tiondespouvoirs »(leParlement
ratifie les permis) et encourait

« une critique fondamentale de
constitutionnalité ». Soumis à
autant de recours, le DAR risque
d’être mis à bas. Et avec lui tous
les permis qui auraient été oc-
troyés sous son égide.
Ainsi, le DAR n’a pas seule-
ment autorisé tous les jeux de
mots oiseux, il a surtout pourri
l’atmosphère au sein de l’équipe
Demotte. Ecolo est monté dans
l’attelage en voulant sa réforme,
voire sa suppression. Le CDH y
est resté en n’étant pas prêt à se
voirdéjuger.Résultat,ladéclara-
tion de politique régionale évo-
que « une évaluation ». Mais le
tempspresse,et onpourraitaller
vers une vraie réforme. Avec la
complication de devoir décider
du sort des permis en cours…
Après avoir entendu deux études
juridiques, l’équipe Demotte es-
pérait lundi dégager une piste
nouvellequipourraitseconcréti-
ser mercredi. Suspendre le dé-
cret pendant deux ans, réduire
son champ d’application ? Tout
le monde marche sur des œufs.
Pour éviter à tout prix que le
DARn’explose.■

M.d.M.

Entre 2008 et 2010, le nombre de mères ayant accouché à domicile à Bruxelles
aura presque doublé. Le chiffre passe de 4 femmes sur mille à près de 1 %. La
Région bruxelloise rattrape le retard qu’elle avait sur les autres régions du pays. © B.

[entre nous
]

L’ESSENTIEL

DE WEVER
voudra-t-il
rétablir le
contactoffi-
ciellement
avec Di Ru-
po?© BELGA.

Réservez jusqu’au 16.09.10. Soumis à disponibilités, termes et conditions, regardez www.ryanair.com pour plus d’informations. Les frais optionnels

supplémentaires ne sont pas inclus dans les tarifs mentionnés. Vols direct au départ de Charleroi.

VENTE!

5ALLER SIMPLE

VOYAGEZ EN OCTOBRE

TAXES ET CHARGES INCLUSES

e

A.P.D.

16335200

lapolitique

La N-VA veut ses garanties

Environnement / Le gouvernement Demotte sur des œufs

Wallonie : le DAR
continue d’empoisonner

Négociations / Tension avant la rencontre (?) De Wever - Di Rupo

L’ÉCLUSE de Lanaye, un permis adop-

té sous le DAR. Fragile. © LEDUR.

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

7

www.lesoir.be

2LG

13/09/10 21:39 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 8

● La Cour des comptes
a étudié le processus
de décision en matière
de sécurité du rail.

● Bilan : pas de faille
flagrante, mais le senti-
ment que les choses au-
raient pu mieux se pas-
ser…

Les accusésDorian Cherpion (né
en 84), Abdelah Mostefa (88), Frédé-
rick Echazar (91), Tahar Zouad (89).

Les faits.Les trois premiers accu-
sés répondent d’un vol avec violence
au cours duquel le boulanger Pascal
Hennuy fut abattu dans la nuit du
5 novembre 2007, à Jamioulx. Cer-
tains d’entre eux répondent aussi de
vols avec violence commis à Virelles,
Wayaux et Lodelinsart.

Aujourd’hui Les premiers témoins
de moralité.

Une question hante le dé-

bat qui entoure l’acci-
dent de Buizingen
(19 victimes et une centaine de
blessésenfévrier dernier) : lasé-
curitéduréseauferréetdumaté-
riel roulant a-t-elle été négligée
en Belgique ? C’était l’objet de la
commission parlementaire créée
au lendemain de l’accident dont
le travail a été interrompu par la
démission du gouvernement.
Lesparlementairesavaientde-
mandé à la Cour des comptes
d’étudier les décisions prises par
les divers responsables ferroviai-
res en matière de sécurité. Elle
vient de rendre son rapport. Bi-
lan : pas de faille flagrante, une
matièretrèscomplexemaisnéan-
moinslesentimentqu’« on »au-
rait pu mieux faire.
Cadre européen. La Belgique
s’est conformée aux recomman-
dations européennes. Notam-
ment la création d’un « Service
de sécurité et d’interopérabilité

descheminsdefer »etd’unservi-
ce d’enquête indépendant (l’Or-
ganisme d’enquête sur les acci-
dents et incidents ferroviaires).
Lerapportmontrequel’indépen-
dance du second a été contestée
auniveaueuropéen,sesseulsen-
quêteurs étant issus de la SNCB.
La Cour ne souligne même pas
quel’organismed’enquêten’était
qu’une coquille vide au sein du
SPF mobilité jusqu’au lende-
main de l’accident de Buizingen.
Elleremarquenéanmoinsqu’« il
faudra attendre novembre 2009

pourqu’un arrêté royal précise le
cadre réglementaire et définisse
les niveaux de sécurité, les objec-
tifs et les méthodes de sécurité ».
Et constate que ces objectifs

« consistent à égaler au moins le
niveau de sécurité de l’année pré-
cédente ». Elle souligne aussi le
manque de moyens accordés aux
deuxorganismes.
L’équipement. La Cour des
comptes se pose des questions
surlamanièredontlesresponsa-
blesdu paysont décidéde l’équi-
pement du réseau et du matériel

roulant. La chronologie montre
quelaSNCB(unitaire)avaitchoi-
si de s’aligner sur les normes eu-
ropéennes avant d’adopter une
position intermédiaire en 2006,
lesystème « TBL1+ » non recon-
nu par l’Europe et donc non im-
posable aux autresopérateurs.
Planification.La Courinterprète
comme un manque de volonté
les fluctuations des délais de mi-
seenplacedesnormeseuropéen-
nes de sécurité (GSM-R et
ETCS) alors que le financement
atoujoursétédisponible.Maisla

matière est particulièrement
complexe reconnaît la Cour et la
Belgique n’est pas à la traîne au
niveau européen.
Contrat de gestion. La sécurité
n’est plus abordée dans les con-
trats qui lient l’État et les filiales
ferroviaires alors qu’elle pourrait
l’être.L’Étatestimequelasécuri-
té doit faire partie d’un cadre ré-
glementaire applicable à tout
opérateur, pas à la seule SNCB.
La Cour souligne cependant les
moyensd’« insister » via les con-
trats de gestion.■ ÉRIC RENETTE

WAASMUNSTER Suicide sur la E17

Un accident qui a eu lieu lundi
sur la E17 à hauteur de Waas-
munster et qui a fait trois morts
ettroisblessésgraves,étaitpeut-
êtredûàunetentativedesuicide
du conducteur fantôme, selon le
parquet de Termonde. Le con-
ducteur aurait fait demi-tour sur
l’autoroute. Une 4x4 anglaise,
qui roulait en direction de Cour-
trai, avec cinq personnes à son
bord, est entrée en collision avec
un véhicule en contresens. (b)

SUISSERefusdecollaboreravecla

Belgique Le tribunal pénal fédé-
ral suisse a refusé en juillet der-
nier que des documents, saisis
dans le cadre d’une enquête sur
des diamants expédiés de Genè-
ve à Anvers, soient transmis à la
justicebelge. Entre 2001et2006,
des diamantaires israéliens ont
envoyéàdessociétésinstalléesà
Genève, des lots de diamants
bruts. Ils ont aussitôt été réexpé-
diéesàAnvers,avecuneaugmen-
tation de valeur de 350 %. (b)

SELON SON AVOCAT,

le dossier monté con-

tre Habran manque

de preuves. © BELGA.

Aprèslamorttragiqueduboulanger

de Jamioulx, les enquêteurs furent
intrigués par le soin qu’avaient mis les
auteurs à récupérer les douilles éjectées
parlepistolet9mmsurleslieuxdudra-
me. Ce zèle précautionneux leur don-
nait à penser que l’arme était « chau-
de » : le pistolet avait dû servir ailleurs.
Le calibre identifié était un 9 mm
« court » : une munition peu courante
dont on s’avisa rapidement qu’elle avait
été utilisée lors d’une tentative de hold-
up commise le 10 juillet 2007 dans une
supéretteLouisDelhaize,àLodelinsart.
Interrogés, Frédérick Echazar et Ab-
delah Mostefa reconnurent les faits. A

l’époque,ilsavaientétéplacéstousdeux
au centre fermé de Fraipont. Ils avaient
droitàunmoisdecongé–« Cetteannée-
là, à Fraipont, Echazar bénéficia de
83 jours de congé entre le 30 mars et le
1er

août, ce qui pose question… », com-
menteral’avocatgénéral–etrêvaientde
vacances qu’ils auraient été bien en pei-
ne de s’offrir. Alors, ils avaient résolu
d’attaquer la supérette.
Une mauvaise idée : le magasin avait
étésisouventlacibledesbraqueursque
ses gérants l’avaient doté de tous les
équipements de sécurité imaginables –

« C’était mieux protégé qu’une armure-
rieduBronx »,diraleprésidentDelmar-

che. Il faut dire que, une bonne année
plustôt,lefrèredupropriétaireavaitété
abattu lors d’un braquage dont les au-
teurs n’ont jamais étéidentifiés.
Les deux jeunes braqueurs n’étaient
pas sitôt entrés dans le magasin qu’ils
avaient été repérés par le gérant qui,
dans son bureau, avait l’œil sur l’écran
synoptiquedesonsystèmedevidéo-sur-
veillance.Ilavaitaussitôtsaisiunearme
et fait irruption dans le magasin en ti-
rant dans le plafond. Les deux autres
s’étaient accroupis derrière les caisses.
Mostefa avait riposté à trois reprises –
Echazar n’avait qu’un pistolet d’alarme
– puis le tandem s’était enfui, bre-

douille…

« Si j’avais moi-même été présent, ils
ne seraient jamais ressortis du maga-
sin,jevousledis,adéclarélepropriétai-
re de la supérette, Guy Collard. Je suis
toujours armé. Si j’en vois un, je tire.
C’estmalheureux,jesais,d’enveniràça.
Mais j’ai été victime de 35 hold-up au
coursde ma carrière. Mon frère aété tué
lors d’une attaque, ma mère a pris une
balle dans le ventre au cours d’une au-
tre. Les assurances ne remboursent
rien :autotal,j’aurai travaillépendant
dix ans pour récupérer l’argent qu’on
m’a volé durant ma carrière. »■

STÉPHANE DETAILLE

Pas de ceinture au volant

« IlfautacquitterHabran »

La commission

Au lendemain de
l’accident de Buizin-
gen, la Chambre a
créé une commis-
sion spéciale sur la
sécurité du rail. Les
députés ont enten-
du des experts, des
responsables… Ils
avaientaussi «com-
mandé » différents
rapportsà des orga-
nismes (Cour des
comptes) ou ex-
perts. La démission
du gouvernement a
tout interrompu.

Demain ?Une
nouvelle majorité
parlementaire va-t-
elle relancer la com-
mission ? Son an-
cien président,
François Bellot, est
aujourd’hui séna-
teur. Il ne pourrait
donc plus la prési-
der sauf si on la
rend « mixte »
Chambre-Sénat.
Sauf qu’il est MR et
que son parti ne
fait, actuellement,
pas partie des po-
tentiels membres
d’une majorité.

Des voitures volées aux Pays-Bas, en Allemagne et en Belgique sont réutilisées
comme voitures de leasing dans les pays Baltes. Des assureurs lettons s’inquiètent
de voir ces véhicules recevoir une nouvelle vie, légale, dans les pays Baltes. © PIRAUX.

EN BREF

Ce lundi, la police fédérale de la route a organisé une vaste

opération de contrôle dans le cadre du port de la ceinture
de sécurité et de l’usage du GSM par les automobilistes. Au
total, 1.555 véhicules ont été contrôlés. Parmi les automobilistes
contrôlés, 556 ne portaient pas leur ceinture de sécurité et 63 uti-
lisaient leur GSM alors qu’ils étaient en train de conduire. Au to-
tal, 1.005 éthylotest ont été effectués : 9 personnes conduisaient
sous l’influence de l’alcool. Le parquet a décidé de retirer le per-
mis de deux d’entre elles pour une période de 15 jours. (F. De.)

Vous devez avoir plusieurs

certitudes. Si vous ne les
avez pas, vous acquitterez et
vous rendrez ainsi une décision
juste. » C’est par ces mots que
l’avocat de Marcel Habran,
Me

Marc Uyttendaele a terminé
saplaidoirie devantlacour d’as-
sises siégeant à Nivelles.
Pour l’avocat, l’homme de
77 ans n’est pas le dirigeant
d’une vaste organisation crimi-
nelle que l’on a décrit. Selon
Me

Uyttendaele, Marcel Ha-
branaétéincriminésurbasedes
seules déclarations du témoin
protégéRolandoCerri.Ladéfen-
seestimequecetémoinestunaf-
fabulateurquin’estporteurd’au-
cune vérité et qui recherchait
desintérêtslorsqu’ilafaitdesdé-
clarations.
Rolando Cerri avait d’abord
dénoncé les faits de l’attaque de

Waremmedanslaquelleilimpli-
quait Habran en qualité de
chauffeur d’une Volvo. Mais ce
n’estqu’en2006qu’ilavaitimpli-
qué Habran dans l’attaque de
Findel.Depuis,Habranaétéac-
quitté à Liège des faits commis
sur cet aéroport du Grand-Du-
chéde Luxembourg.
Selon la défense, le parquet
poursuit un jeu de marketing,
enajoutantauxfaitsde Warem-
me ceux de Findel et même une
attaqueavortéeaucomplexeAu-
chandeKierchbergafindedres-
ser de Marcel Habran un por-
trait de dirigeant d’une structu-
re très hiérarchisée et parfaite-
ment organisée.
Dès le début de son interven-
tion,MarcUyttendaeleavaitrap-
pelé que Marcel Habran n’est
plus concerné que par un seul
des 16 faits jugés à Nivelles.

« Vousavezlavied’unvieilhom-
me entre les mains, a-t-il dit.
Mais rien ne permet d’obtenir
unecertitudedesaculpabilité. »

Et l’avocat de contester, com-
me il l’avait fait lors du procès à
Liège, la manière dont les poli-
ciersontréaliséleurenquête.Se-
lonlui,ilsontmisMarcelHa-
bran en tête du générique
et ont fait de lui une star
du grand banditisme
dont il fallait obtenir la
tête.

LadéfensedeThierry
Daelem, coaccusé, en-
tamera son interven-
tionce mardi matin.■

F. De. (avec b)

Sécurité: «on» aurait pu mieux faire

REPÈRES

lasociété

« J’aisubi35hold-up :sij’envoisun,jetire »

Nivelles / Marc Uyttendaele estime que les preuves manquent contre son client

Justice / La mort du boulanger de Jamioulx devant les assises du Hainaut

L’ESSENTIEL

LE 15FÉ-
VRIER DER-
NIER, une
collision en-
tre deux
trains à Bui-
zingen fai-
sait 19
morts et
une centai-
ne de bles-
sés. © OLIVIER
PAPEGNIES.

Rail / La Cour des comptes publie le rapport demandé parla Commission Buizingen

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

8

1NL

www.lesoir.be

13/09/10 20:38 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 9

LE SITE D’EMPLOI
LE PLUS CONSULTÉ
CHANGE. AUJOURD’HUI.

Aucun autre site dans le monde du recrutement n’ a atteint autant de surfers. Cette mesure est importante,

car le nombre de visiteurs donne une bonne première indication de l’attractivité d’un site. Mais ce qui est

encore plus important, c’est le nombre de pages consultées. Plus vous trouvez des réponses pertinentes

à vos questions, plus de pages vous consulterez.

Vous utilisez references.be de manière intensive, et regardez plus de pages que sur n’importe quels

autres sites. C’est ce qui ressort de l’étude CIM Metriweb, la référence en matière d’enquêtes d’audience

online. Votre priorité se porte sur les offres d’emploi : en effet, 9 personnes sur 10 ont consulté des

annonces lors de leur dernière visite sur notre site.

Néanmoins nous trouvons que nous pouvons encore plus. Car les besoins changent, continuellement,

et la technologie évolue sans cesse. C’est pourquoi references.be change. Complètement. A partir

d’aujourd’hui, naviguer sur notre site devient encore plus simple et personnalisé, et vous trouvez

immédiatement tout ce que vous voulez, où vous le voulez et comment vous le voulez.

Découvrez notre tout nouveau references.be . Le n°1 pour les candidats de talent.

(*) Nombre moyen d’impressions par mois de references.vacature.com pour la période mai-juillet 2010

Jobat site

3.778.905

Références site

6.808.750 (*)

Monster.be

1.901.721

Stepstone.be

4.314.367

(**) Source : TNS Media, Mesure d’Audience Effective, juin 2010

www.lesoir.be

1NL

13/09/10 21:39 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 10

● « La question n’est pas de dépenser plus ou
moins, mais de dépenser de façon plus intelligen-
te », dit José Manuel Barroso.

● De vieux acquis vont être mis en cause :
le chèque britannique, l’agriculture française, etc.

● Les discussions seront houleuses et longues :
dix ans, comme pour le Traité de Lisbonne ?

Entre 3 et 6 %
d’augmentation
La
Commission européenne a
présenté en août le projet
de budget UE pour l’année
prochaine. Il prévoit une
hausse de 5,9 %. Cette
augmentation a choqué
dans plusieurs capitales,
soumises à de fortes pres-
sions pour réduire leurs dé-
penses. Le Conseil a donc
recommandé une hausse
de 2,9 % – après un vote
qui a isolé les sept pays re-
fusant toute majoration
(Royaume-Uni, Pays-Bas,
Danemark, etc.). Les euro-
députés vont maintenant
se prononcer. Ils vont exi-
ger une plus forte augmen-
tation. Compromis possi-
ble autour de +3 %, mais
avec des adaptations. M. LI

141,5 milliards

C’est le montant du bud-
get européen pour 2010.

2.720 milliards

C’est, en euros, le montant
du budget des Etats-Unis,
pour l’année 2010. La diffé-
rence avec le budget euro-
péen s’explique par le fait
que le gouvernement amé-
ricain a, bien sûr, davanta-
ge de compétences.

325 milliards

C’est, pour 2010, le budget
de l’Allemagne.

48 milliards

C’est le montant total du
budget de la Belgique. B. DY

Katsuya Okada, ministre japonais
des Affaires étrangères, a présenté lundi
ses « sincères excuses » aux anciens
prisonniers de guerre américains pour les
« traitements inhumains » qu’ils subirent
durant la Seconde Guerre mondiale. © EPA.

U

d

c

n

s

t

L’Europe a de plus en plus

de responsabilités. Elle
doit s’occuper de plus en
plusdechoses.Maisavecquelar-
gent ? La question du futur bud-
get de l’Union, à partir de 2014,
vabientôtjailliràl’avant-plande
l’actualité européenne. La Com-
mission européenne a en effet
l’intention de publier, dans la se-
condemoitiéd’octobre,ses« pre-
mières pistes de réflexion » en la
matière.S’ensuivraàcoupsûrun
débat extrêmement houleux en-
tre les Vingt-Sept. Qui pourrait
durerdes années. Ce sera le nou-
veau« granddossier »européen,
maintenant que le Traité de Lis-
bonne est entré en vigueur.
Ce débat devait démarrer en
2009. Les derniers ratés dans la
ratification du Traité de Lisbon-
ne,lamiseenplacedelaCommis-
sion Barroso II et le retour de
l’austérité ont cependant eu rai-
son du calendrier initial. C’est

donc sous présidence belge, et
dansunclimatdechasseauxgas-
pillages, que les premières salves
seront tirées.
Les recettes. Aujourd’hui, la
structure des recettes est aussi
complexe qu’opaque. Dans la co-
lonne des recettes, les contribu-

tionsnationales(baséessurlere-
venu national brut et provenant
directement des budgets natio-
naux) dépassent nettement les
ressources « historiques » : une
partie de la TVA et les droits de
douane frappant les produits de
pays tiers. Chaque gouverne-
ment a de ce fait l’impression
désagréabledefinancerendirect
lebudgeteuropéen.« Jemetsau-

tant,maisj’enretirecombien ? »,

s’interrogentlescapitales,leplus
souvent en grognant…
Qu’imaginer pour remettre de
l’ordre et de la cohérence dans le
système ? Un impôt européen ?
C’est sans doute l’idée la plus
mauvaise qui soit : personne n’a

envie d’un impôt supplémentai-
re. D’autres pistes sont évo-
quées : une taxe sur les revenus
engendrés par les échanges de
quotas d’émission de CO2, une
taxe sur les billets d’avion, une
taxesurlestransactionsfinanciè-
res,etc.« Fondamentalement,j’y
crois », nous disait lundi Mel-
chior Wathelet, le secrétaire
d’EtatbelgeauBudget,quiprési-

de actuellement le Conseil Bud-
get européen. Et il ajoutait : « Le
système actuel n’est pas sain. Il
crée de la frustration du côté des
Etatsmembresetneresponsabili-
se pas l’Union elle-même. Il faut
doncréduirelescontributionsna-
tionales et trouver de nouvelles
ressources propres. »

Lesdépenses.Aprésent,lapoliti-
que agricole commune (PAC) et
la politique régionale représen-
tent chacune environ un tiers du
budget. Est-ce bien raisonna-
ble ?N’ya-t-ilpasmieuxàfaire ?
En travaillant davantage ensem-
ble dans de nouveaux domaines
(politique étrangère, politique
énergétique, politique spatiale,
etc.), nos Etats pourraient même
réaliser des économies !
AlainLamassoure,leprésident
(PPE français) de la commission
des Budgets du Parlement euro-
péen,va plus loin : « Encore plus
prometteur est le domaine tabou

de la défense », écrivait-il en mai
dansunelettre àFrançoisFillon,
le Premier ministre français. Dé-
nonçant les « multiples redon-
dances qui existent entre nos for-
cesnationales–2millionsd’hom-
mes sous l’uniforme », il deman-
dait :« Commentjustifiercetem-
pilement de moyens hétéroclites,
dont le coût est disproportionné
par rapport à l’efficacité poten-
tielle ? »

Le chèque britannique et l’agri-
culture française.
La semaine
dernière,devantleseurodéputés,
José Manuel Barroso, le prési-
dentdelaCommissioneuropéen-
ne, a justement promis « un dé-
bat sans tabous ». Belles empoi-
gnades en vue pour Janusz Le-
wandowski,lecommissaireeuro-
péen au Budget ! Il faudra pour-
tant, à terme, faire l’unanimité
des Vingt-Sept sur la question.
AprèsunevisiteàLondres,jeu-
didernier,FrançoisBaroin,lemi-

nistre français du Budget, expli-
quait, avec humour : « Ces entre-
tiens, s’ils n’ont pas permis de le-
ver la question du rabais britan-
niqueoudelaPACàlafrançaise,
ont au moins permis de montrer
la détermination de chacun des
deux pays à défendre ses posi-
tions ». Il y a le chèque britanni-
que, arraché par Margaret That-
cherdébutdesannées80.Ilyala
PAC« française ».Ilyal’Allema-
gne,quien aassezd’êtrela vache
à lait. Il y a la Pologne, qui en-
tenddemeurerlepremierbénéfi-
ciaire de l’argent européen. Et
bien d’autres exigences encore…
Tentantunpronostic,AlainLa-
massoure nous confiait l’autre
jour : « L’Union européenne exi-
ge une patience géologique. Nous
parlons d’un chantier de dix
ans… »■

MAROUN LABAKI

“L’Union européenne exige une patience

géologique » Alain Lamassoure, député européen

[les gens
]

EN CHIFFRES

D'OÙ VIENT L'ARGENT ?

OÙ VA L'ARGENT ?

QUI GÈRE LES FONDS DE L'UE ?

LE SOIR - 14.09.10 Source : Commission européenne

Compétitivité
et cohésion

44,6 %

Citoyenneté, liberté,
sécurité et justice

1,3 %

Autres,ycompris
dépenses
administratives

5,9 %

L'UEacteur
mondial

5,7 %

Ressourcesnaturelles
(agriculture,développement
rural, environnement et pêche)

42,5 %

Autres
recettes

Ressource
revenu
national brut
(RNB)

Ressource
TVA

Ressources
propres
traditionnelles

2000

Prévisions2010

16 %

12 %

38 %

11 %

40 %

76 %

5 %

1 %

En % des fonds de l'UE

Commission

22 %

Commission
et Etats
membres

76 %

Pays
tiers

1 %

Commission
et partenaires
internationaux
et autres

1 %

L’ESSENTIEL

BUDGET 2011

Un Belge à la tête des
inspecteurs de l’AIEA
C’est un
expert nucléaire expérimenté qui
prend officiellement la relève du
Finlandais Olli Heinonen à la tête
des inspections de l’Agence inter-
nationale de l’énergie atomique
(AIEA). Le Belge Herman Nac-
kaerts assurera la direction du dé-
partement des Garanties et de
ses deux cents inspecteurs, char-
gés de s’assurer du non-détour-

nement de matière nucléaire à
des fins militaires aux quatre
coins du monde. Il supervisera à
ce titre les plus épineux dossiers
confiés à l’AIEA : l’Iran, la Syrie et
la Corée du Nord, toutes trois sus-
pectées de vouloir se doter de
l’arme nucléaire.
Arrivé en 2006 à l’agence atomi-
que en qualité d’adjoint d’Olli
Heinonen, Herman Nackaerts tra-
vaillait précédemment à la Com-

mission européenne comme
chef des inspections de sauvegar-
de. D’après une source proche
de l’agence, cet homme de 59
ans est « très apprécié de ses colla-
borateurs pour ses qualités humai-
nes » et « doté de compétences
techniques indiscutables ».

Un autre expert nucléaire belge,
Pierre Goldschmidt, avait précé-
demment assuré les fonctions
dont hérite aujourd’hui Herman

Nackaerts, de 1999 à 2005. Après
lui, Olli Heinonen, âgé de 63 ans,
était devenu la bête noire du régi-
me iranien, après la tenue en fé-
vrier 2008 d’un « briefing techni-
que » sur le programme nucléaire
iranien. Le Finlandais s’était alors
livré à un réquisitoire accablant à
l’encontre de Téhéran, étayant
son exposé avec une somme im-
pressionnante de documents,
photos, vidéos illustrant les activi-

tés clandestines des scientifiques
iraniens. Deux ans et demi plus
tard, l’AIEA sur le terrain peine
toujours à identifier « l’arme du
crime», celle qui confondrait défi-
nitivement l’Iran, acharné à dé-
fendre son innocence et qui rejet-
te en bloc les accusations d’Hei-
nonen, dont les « preuves »
seraient des « faux gros-
siers ». MAURIN PICARD

à Vienne

Repenser la cagnotte commune

monde

Union européenne / La Commission va lancer le débat sur le budget futur de l’UE

LE COÛT des adminis-
trations européennes,
et surtout de certaines
agences, va également
être réexaminé. Mais
c’est une goutte dans
l’océan… ©RODENBACH.

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

10

1NL

www.lesoir.be

13/09/10 21:39 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 11

Biensûr,cen’estpaslapremière
foisquelesoreillesdupouvoirs’in-
téressentdeprèsauxjournalistes.
L’affairedesécoutesdel’Elysée–
quivisaientdéjànotamment« Le
Monde »àl’époque–resteracom-
mel’unedesplusvilainestaches
surlebilandel’ancienprésident
FrançoisMitterrand.
Unquartdesiècleplustard,lere-
tourdecespratiquesaussiancien-
nesqu’insupportablesn’enest
queplusrévoltant.NicolasSarko-
zyn’était-ilpasceluiquiavaitpro-
misune« républiqueirréprocha-
ble» ?
S’ilseconfirmequelesservicesde
contre-espionnageontétésollici-
tésparl’Elyséepouridentifierla
sourced’unjournalisteetquecet-
tesource,unefoisconnue,aaussi-
tôtétééloignéedeParis,ceserait
gravissime.Lesignequelepou-
voirestprêtàtout,ycomprisàen-
freindresespropreslois(ledisposi-
tifsurlesecretdessourcesavait
étérenforcéilyaàpeinequel-
quesmois)pourétoufferuneaffai-
reWoerth-Bettencourtdécidé-
menttropembarrassante.

Lesoupçonpesaitdéjàsurlapro-
cédure.Pourquoileparquetse
contentait-ild’uneenquêtepréli-
minairesansnommerunjuge
d’instruction?Cenouveaucoup
dethéâtrenefaitqu’entacherun
peupluslacrédibilitédesinvesti-
gations.Sansparlerdelalégitimi-
téàmaintenirauministèreduTra-
vailunEricWoerthsigrossière-
mentprotégéqu’iln’endevient
queplussuspect.Avecquelrésul-
tat ?Uneambiancedélétèrequi
pourritleclimatpolitique,nourrit
lepoujadisme,etpollueledébat
surlesréformesdesociétécomme
celledesretraites.Unejusticesans
moyensdefonctionner,unepres-
sedontlessourcessonttaries :
c’estlaséparationmêmedespou-
voirsetlalibertédelapressequi
sontbafouées.
Ilyaquelquesmoisdéjà,l’utilisa-
tiondesservicesderenseigne-
mentdel’Etatàdesfinsprivées
avaitfaitpolémique.Ils’agissait
alorsd’enquêtersurlesrumeurs
quiprêtaientuneliaisonàlapre-
mièredamedeFrance.Lecontre-
espionnageavaitadmisquecette
missionluiavaitétéconfiée.L’Ely-
séeserait-ilensituationderécidi-
ve?
Choquantsurleprincipe,cenou-
veaurecoursaux« services »fait
aussifroiddansledos.Lepatron
ducontre-espionnagevientderé-
vélerceweek-endquelesmena-
cesterroristesn’avaientjamaisété
aussifortesenFrancedepuisquin-
zeans.Pasvraimentlemoment
dedisperserseseffortsenpartant
àlachasseaux« gorgesprofon-
des».

Selon un rapport publié lundi par Amnesty International,
au moins 30.000 personnes sont actuellement détenues
sans procès dans les prisons irakiennes, où leurs aveux leur
sont parfois extorqués sous la torture.

CORÉE DU NORD Le Parti suspendu

à la santé de Kim Une conférence
exceptionnelleduPartidestravail-
leurs de Corée, censée préparer la
succession de Kim Jong-il en fa-
veur de son plus jeune fils, a été
retardéeenraisondel’étatdesan-
té du numéro un du régime com-
munisteduNord,arapportélundi
la chaîne sud-coréenne YTN. Se-
lon des responsables non identi-
fiés des service secrets sud-co-
réens,citésparlachaînedetélévi-
sion, la santé de Kim, 68 ans, s’est
détériorée à l’issue de sa visite en
Chinelemoisdernier.Cetteconfé-
rence du Parti des travailleurs de
Corée, la première de ce type de-
puis 1966, doit, selon les médias

officiels nord-coréens, élire « l’or-
gane suprême » du parti. (afp)

INDE Raid maoïste Des guérilleros
maoïstes ont tué deux policiers et
cinq civils lundi dans l’est de l’In-
de, où les rebelles ont lancé un
mot d’ordre de grève à observer
par la population pendant deux
jours. L’attaque a eu lieu dans le

district de Dantewada, à 500 km
au sud de Raipur, la capitale de
l’Etat de Chhattisgarh. Ce district
trèsboiséestunbastiondesrebel-
les : 76 policiers y avaient été tués
enavrildans uneembuscade, l’at-
taquelaplussanglantemenéejus-
qu’ici par les maoïstes contre les
forces de l’ordre. (afp)

IRAN Militantelibérée Une journa-
liste et militante des droits de
l’Hommeiraniennerisquantlapei-
nedemortpouravoirétéaccusée
d’être «ennemie de Dieu » a été li-
bérée sous caution après 9 mois
dedétention,selonunsitedel’op-
position. Shiva Nazar-Ahari, 26
ans, a quitté la prison d’Evine
après avoir versé une caution de
cinq milliards de rials – environ
500.000 dollars. (afp)

PARIS

DE NOTRE ENVOYÉE PERMANENTE

C’estdujamaisvudansl’his-

toire pourtant tourmen-
tée des rapports entre la

presse et le pou-
voir. Juridique-
ment, la plainte
que prépare Le
Mondeseradépo-
sée dans les pro-
chains jours con-
tre « X ». Mais
qu’onnes’ytrom-
pe pas. C’est avec
l’Elysée que le
quotidien fran-
çais de référence
engage le bras de
fer.Lejournalac-
cuse le palais
d’avoir sollicité
les services du
contre-espionna-
ge pour connaî-
tre l’origine de
certaines fuites dans l’affaire
Woerth-Bettencourt.
Lespoliciersainsimandatésau-
raient identifié la source d’un
journaliste qui avait publié mi-

juillet des extraits de PV d’audi-
tiondePatricedeMaistre,leges-
tionnairedefortunedelamilliar-
daire. La « gorge profonde » se-
rait David Sénat, magistrat et
conseiller pénal
auprèsdelaminis-
tre de la Justice
Michèle Alliot-
Marie. Cet hom-
mepouvaiteffecti-
vement avoir ac-
cès au dossier via
la tutelle sur le
parquet de Ver-
sailles en charge
del’enquête préli-
minaire. Coïnci-
dence, il vient su-
bitementdechan-
ger d’affectation.
Il est chargé de
mettre sur pied
une cour d’appel
en… Guyane. Le
bagne à Cayenne
pour ce fidèle de MAM ? Une
simple envie de retrouver le ter-
rain, explique la chancellerie…
L’Elysée dément en bloc les af-
firmations du Monde. La Direc-

tion centrale du renseignement
intérieur (DCRI) dit de son côté
avoir agi dans le cadre de sa mis-
siondeprotectiondesintérêtsde
l’Etat. Une manière de faire va-
loir qu’elle a agi de sa propre ini-
tiative ? Quant à la directrice de
la rédaction du journal, elle n’en
démordpas.« Nousavonspuéta-
blirdesourcesofficiellesquel’Ely-
sée avait utilisé les moyens de
l’Etat.Cetteméthodenousinquiè-
teetilestdansl’intérêtdelapres-
se de faire intervenir la justice »,
répète Sylvie Kauffmann.

Pression directe sur la source

Dans son édito, non signé, le
quotidien n’y va pas par quatre
chemins.« S’affranchir ainsi des
règlesdelasimplejusticeestlaso-
lution qu’a imaginée l’Elysée
pourcirconscrirel’incendie.Com-
melefeu,chaquejouroupresque,
repartde plus belle, il est commo-
de d’accuser les journalistes
d’être les incendiaires. Et d’es-
sayerdelesfairetaire. »Ledirec-
teurdujournalEricFottorino,in-
vité de France Inter lundi soir,
parled’unenouvelleformed’inti-

midation : « Ce n’est pas sur le
journaliste que l’on fait pression
mais sur sa source, que l’on met
hors d’état de nuire ».

C’est un article, publié à la
« une »le18juilletquiauraitpar-
ticulièrementirritél’Elysée.L’au-
ditiondePatricedeMaistrefragi-
lisait la défense d’Eric Woerth à
propos de conditions d’embau-
che de sa femme par la société
Clymène,gestionnairedelafortu-
ne de Liliane Bettencourt.
Woerthprétendaitqu’iln’avaitja-
maisdemandéàDeMaistred’en-
gager son épouse. L’intéressé li-
vraitauxpoliciersuneversiondif-
férente. Il disait avoir embauché
Florence Woerth à la demande
de son mari et avoir averti les
époux Bettencourt de ce recrute-
ment, vu son caractère sensible.
Lesservicesderenseignementau-
raient été mobilisés pour identi-
fierlataupe.Enépluchantleslis-
tingstéléphoniquesduconseiller
de MAM, les policiers auraient
découvert le numéro de Gérard
Davet, journaliste au Monde et
auteur de l’article.
Cette nouvelle « affaire dans

l’affaire » ne va pas détendre le
climatpolitique.Depuissonélec-
tion, les rapports de Nicolas Sar-
kozy avec les médias sont sur la
sellette. Nominations, limogea-
ges,rachats :leprésidentestsou-
vent accusé d’interventionnisme.
Sans que ces pressions soient
d’ailleurs toujours concluantes.
Il y a quelques mois, s’agissant
du Monde, Nicolas Sarkozy avait
reçu son patron Eric Fottorino
pour lui dire notamment tout le
malqu’ilpensaitdelacandidatu-
rede Xavier Niel à la reprise. Ce-

la n’avait pas empêché le patron
de l’opérateur multimédia Free
de racheter le journal avec Pierre
Bergé et le banquier d’affaires
Mathieu Pigasse. Le chef de
l’Etat affiche lui-même un rap-
port décomplexé aux médias : il
revendiquedésormaislanomina-
tion directe des présidents de
chaînes de l’audiovisuel public.
L’opposition est immédiate-
mentmontéeaucréneau.Lepar-
ti socialiste parle déjà d’un nou-
veau scandale digne du « Water-
gate ». ■

JOËLLE MESKENS

LA PROMESSE TRAHIE
D’UNE « RÉPUBLIQUE
IRRÉPROCHABLE »

● Le quotidien dé-
pose plainte contre
X pour violation du
secret des sources.

● Le journal accuse
l’Elysée d’avoir utili-
sé le contre-espion-
nage pour identifier
l’une de ses « gor-
ges profondes ».

● Un conseiller de
MAM a été déplacé
en Guyane.

JOËLLE MESKENS

Ça tangue à la mairie de
Moscou
Le maire de Mos-
cou, Iouri Loujkov, et son
épouse, la milliardaire Elena
Batourina, à la tête d’un empi-
re immobilier dans la capitale
russe, ont annoncé lundi por-
ter plainte pour diffamation
après une campagne médiati-
que contre eux. Ces derniers
jours, les télévisions nationa-
les ont diffusé plusieurs repor-
tages insinuant notamment
que Mme Batourina, considé-
rée comme la femme la plus
riche de Russie, avait fait for-
tune grâce au pouvoir de son
époux. M. Loujkov, personna-
lité influente et controversée
de la scène politique russe,
au pouvoir depuis 18 ans à
Moscou, est en conflit larvé
avec le Kremlin et beaucoup
ont lié le déferlement brutal
de sujets critiques envers le
maire et son épouse à ces fric-
tions politiques. (afp)

Lionel Jospin, ancien Premier ministre français, reprend du service : il est arrivé
lundi en Haïti à la tête d’une délégation internationale pour discuter du processus
électoral et démocratique dans ce pays ravagé par un violent séisme.© AFP.

Naoto Kan, Premier ministre japonais, et son rival Ichiro

Ozawa se disputent ce mardi la tête du parti au pouvoir, un
affrontement indécis qui met en jeu la pérennité du gouver-
nement, voire la stabilité politique du pays. Le vote interne au Parti
Démocrate du Japon (PDJ, centre-gauche), confirmera M. Kan à la
présidence de la formation ou y installera M. Ozawa. Le vainqueur
a toutes les chances d’être Premier ministre, le PDJ étant majoritai-
re à la Chambre depuis son triomphe aux législatives de 2009. (afp)

Commentaire

AFGHANISTAN Quatre camps de l’insurrection afghane se sont éta-
blis, en position de « repli stratégique », au nord-est de l’Iran avec
la bénédiction de Téhéran, PAR ALAIN LALLEMAND, ENVOYÉ SPÉCIAL À KABOUL

[expresso
]

« Lundi noir » au Cachemire indien. Au moins 13 personnes
ont été tuées, lundi, lors de manifestations dans ce territoire
à majorité musulmane – le plus lourd bilan en 3 mois de pro-
testations contre les forces de sécurité indiennes. © AFP.

lemonde

Japon : duel pour le pouvoir

30.000

« Le Monde » défie l’Elysée

France / Selon le journal, le contre-espionnage a été chargé d’identifier ses sources

L’ESSENTIEL

LA LIBERTÉ
de la presse
foulée aux
pieds ?
L’« affaire
Woerth »
(en mé-
daillon)
s’est enri-
chie d’un
nouveau re-
bondisse-
ment, lun-
di... © AFP.

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

11

www.lesoir.be

1NL

13/09/10 21:39 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 12

● L’idée d’un rehaussement du statut d’Israël au sein de
l’Union européenne refait surface après un gel de 21 mois.

● Les ambassades israéliennes en Europe ont été priées de
relancer ce projet ambitieux.

● Bruxelles n’a pas encore pris position.

Le problème

Les pourparlers de paix is-
raélio-palestiniens repren-
nent aujourd’hui à Charm
el-Cheikh. Or, les deux par-
ties sont en désaccord sur
l’ordre du jour: Binyamin
Netanyahou veut discuter
des problèmes de sécurité
alors que Mahmoud Abbas
souhaite commencer l’exa-
men des dossiers sensi-
bles: les frontières du fu-
tur Etat palestinien, le par-
tage de Jérusalem, etc. Par
ailleurs, le Premier minis-
tre israélien a décidé de ne
pas prolonger le gel de dix
mois des constructions
dans les colonies de Cisjor-
danie. Celle-ci reprendront
à partir du 26 septembre.

L’enjeu

De nombreux commenta-
teurs considèrent ce nou-
veau round de négocia-
tions comme la dernière
chance d’aboutir à un ac-
cord de paix.

A suivre

Le Hamas, qui contrôle la
bande de Gaza, n’est pas
partie prenante au proces-
sus. Sa branche armée ain-
si que d’autres organisa-
tions plus radicales ne ca-
chent en tout cas pas leur
intention de le perturber
par la violence. (S. D.)

REPORTAGE

RAMALLAH

DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL

La paix ? Quelle paix ? » A

l’instar de ses associés dans
une petite affaire d’import-ex-
port,AbedSaalous,lefilsd’unmi-
litant du Fatah tué au Liban au
débutdesannées80,necroitpas
à la réussite des négociations is-
raélo-palestiniennes qui débute-
ront aujourd’hui à Charm el-
Cheikh.« BiensûrHosniMouba-
rak et la secrétaire d’Etat améri-
caine Hillary Clinton seront pré-

sents,maisqu’estcequecelachan-
gera ?, interroge-t-il. Sur le fond,
l’occupation reste l’occupation et
la colonisation se poursuit. De-
puis 1993, nous avons tellement
été déçus par les accords d’Oslo
(1993) que nous ne nous faisons
plus d’illusion sur grand-cho-
se. »

Augrédesconversations,ilap-
paraîtquebonnombredePalesti-
niens doutent de la volonté ide
paix israélienne. Mais également
de Mahmoud Abbas, qu’ils ne
croient pas capable de résister

aux pressions américaines qui le
forceraientàentériner unaccord
vide de sens. « Certes, Binyamin
Netanyahouévoqueunepaixba-
sée sur deux États vivant côte-à-
côte. Mais il proclame également
qu’ilfaudra“troisàquatredécen-
nies”pourconcrétiserlapaix.Ce-
lasignifiequemêmes’ilparvient
à trouver un terrain d’entente
avec Abbas, la situation restera
statique jusqu’en 2040-2050 »,

fulmine Mohamad Al Bashi, an-
cien collaborateur de l’université
Bir Zeit. Et de poursuivre : « Ce

processus de paix, c’est de la m…
Quiconque entend les Israéliens
proclamerleurvolontédecontrô-
lerles entrées et les sorties, l’espa-
ce aérien, ainsi que la sécurité de
l’Etat palestinien qui pourrait
naîtreduprocessusencourscom-
prendquelesnégociationsnedon-
neront rien de bon ».

Même pessimisme dans les
nouveaux bars branchés de Ra-
mallah où quelques jeunes
clientsd’extractionbourgeoisere-
fusent de discuter de quoi que ce
soit.« On nes’occupepasdepoli-

tique », s’excusent-ils.
Cemutismecachepeut-êtrede
lagêne.Entoutcas,ons’yheurte
souvent à Ramallah. Entre au-
tres, lorsque l’on évoque la colla-
boration antiterroriste entre les
services de sécurité de l’AP et
ceux d’Israël ainsi que la guerre
larvéequeselivrentleFatahetle
Hamas.« Ça nous dépasse,on ne
comprend pas tout, lâche un
chauffeur de taxi avec un sourire
contrit. Parfois, il vaut mieux ne
pas poser trop de question. »

« Quémander les miettes »

Surla routemenantdeJérusa-
lem à Ramallah, les « nouveaux
quartiers »construitspourlapo-
pulation juive défilent les uns
après les autres. Toujours plus
luxueux et toujours plus nom-
breux.Aupointquelespassagers
palestiniens des minibus effec-
tuantlaliaisonentrelesdeuxvil-
les n’y prêtent plus attention de-
puis longtemps. « Regardez ces
publicités pour les lotissements
réservésauxjuifs,voyezcesauto-
routes modernes et bienéclairées.
Il faudrait être naïf pour imagi-
ner que Netanyahou va lâcher
toutcelamêmedanslecadred’un
accord réglant définitivement le
conflit israélo-palestinien, affir-
me un ancien fonctionnaire de
l’Office des statistiques. Si nous
osions regarder les choses telles
qu’elles sont au lieu de nous ber-
cer de discours, nous nous ren-
drions compte que la réalité créée
parIsraëldurantses42ansd’oc-
cupation pourra difficilement
être modifiée. Nous nous sommes
bienfaitavoir :malgrélesdiscus-
sions en cours, les Israéliens gar-
deront la plus grosse part du gâ-
teauetnousdevronsnousconten-
ter de quémander les miettes. »■

SERGE DUMONT

L’on reparle du « rehaussement »

du statut d’Israël au sein de
l’Unioneuropéenne.Selonlesin-
formations de notre confrère israélien
Haaretz, les ambassades d’Israël dans
les pays de l’UE et surtout à Bruxelles
ont été chargées la semaine dernière
par le ministère israélien des Affaires
étrangères de relancer leurs efforts en

vuedepromouvoirl’obtentiondecesta-
tut exceptionnel au profit d’Israël.
Quelques rétroactes sont sans doute
nécessaires. Durant l’année 2008,
l’Etatd’Israëlasollicitél’UEpourbéné-
ficier d’un rehaussement de son statut,
tantaupointdevuepolitiquequ’écono-
mique. Il s’agissait de décrocher des
conditions de coopération dont aucun

autre pays non-membre de l’UE ne
jouit. « Une fois réalisé, ce rehausse-
ment pourrait faire affluer des mil-
liardsdedollarsdansl’économieisraé-
lienne », écrit le Haaretz ce lundi.
Au grand dam du camp palestinien,
les Vingt-Sept avaient accueilli la re-
quête favorablement en décembre
2008,malgrélefaitqueleprocessusde
paix mené par le gouvernement israé-
lien d’alors, dirigé par Ehoud Olmert,
et l’Autorité palestinienne de Mah-
moudAbbas–leprocessusditd’Anna-
polis – n’avait donné aucun résultat
concret. Mais l’attaque de la bande de
Gaza par Israël quelques jours plus
tard,le27 décembre,etsesfunestesré-
percussionssurl’imaged’Israëlavaient
geléle projet de rehaussement, gel que
lechangementdegouvernementisraé-
lienaprèslesélectionsdemars2009et
l’arrivée aux affaires d’une coalition
aux accents ultra-nationalistes emme-

née par Binyamin Netanyahou avaient
entériné.

Les directives qu’ont reçues les am-
bassades israéliennes la semaine der-
nièredemandentauxdiplomatesisraé-
liens, selon le Haaretz, de faire juste-
ment valoir que le processus de paix a
été relancé le 3 septembre dernier à
Washingtonetque,désormais,lespar-
ties renégocient enfin directement en-
tre elles. Une session de deux joursau-
ra d’ailleurs lieu ces mardi et mercredi
àCharmel-Cheikh,dansleSinaïégyp-
tien,enprésencedel’AméricaineHilla-
ry Clinton (voir ci-dessous).

« Simplement indécent »

Pour une députée européenne belge
Véronique De Keyser qui connaît bien
le dossier, « le retour de cette requête
pourlerehaussementd’IsraëlàBruxel-
les n’est pas étonnant ». La socialiste
ne cache pas son courroux. « Je trouve

celatoutsimplementindécentetjepèse
mes mots, nous dit-elle. Car, en même
temps,lasituationàGazaapeuévolué
depuis l’affaire du Mavi Marmara

(l’assaut par la marine israélienne
d’uneflottilledesolidaritéquiavaittué
neuf ressortissants turcs le 31 mai) et
des projets de loi inquiétants sont étu-
diésparlaKnesset,commeceluiquiva
criminaliser le soutien au boycott d’Is-
raël, y compris des produits des colo-
nies qui se trouvent illégalement dans
les territoires palestiniens occupés. Un
Belge comme un Palestinien pourrait
être interdit d’entrée en Israël pendant
dixans pour avoir promu le boycottde
ces marchandises ! »

L’Union européenne n’a pas encore
prisposition.Maisunhautfonctionnai-
re de la Commission a indiqué à
Mme

De Keyser que l’UE n’était « pas
dans une logique de pression contre Is-
raël ».■

BAUDOUIN LOOS

Bärbel Bohley, peintre et militante allemande des droits de l’homme, est décédée
ce week-end, à 65 ans : « elle fut une figure symbolique de la révolution pacifique
pour la liberté en Allemagne de l’Est », a commenté la chancelière Merkel. © EPA.

Une fenêtre de liberté contrôlée
pour les internautes chinois

Dans un geste d’ouverture inhabituel, le
gouvernement chinois vient de lancer
un site web offrant à la population la
possibilité d’exprimer franchement son
opinion sur la marche du pays. Uneocca-
sion aussitôt saisie par de nombreux in-
ternautes pour lancer des critiques acer-
bes en direction du pouvoir.
Depuis l’ouverture du site, la semaine
dernière, des dizaines de milliers de mes-
sages ont abordé de façon directe les
problèmes – très sensibles – de liberté
d’expression, de collusion ou de corrup-
tion en Chine, même si d’autres messa-

ges chantent les louanges du Parti com-
muniste au pouvoir. « Si vous vous préoc-
cupez des conditions de vie de la popula-
tion, alors soyez solidaires : tuez les res-
ponsables corrompus et les tyrans lo-
caux», conseillait par exemple un messa-
ge adressé au président Hu Jintao.
Le site, baptisé « ligne directe sur Zhon-
gnanhai » – le siège du pouvoir au cœur
de Pékin, juste à côté de la place Tian An-
men –, offre une faculté pratiquement
jamais accordée à la population chinoise
et dépend du Quotidien du peuple, jour-
nal officiel du Parti communiste chinois.
La censure, très active en Chine, interdit
généralement aux internautes de dépo-

ser des opinions critiquant le gouverne-
ment ou évoquant la question des
droits de l’Homme. Mais en l’espèce la
règle ne semblait plus s’appliquer pour
de nombreux commentaires.
Toutefois, affirmait un internaute dans
une contribution en ligne, les « grands
ciseaux » du régime étaient toujours en
vigueur sur le nouveau site, malgré la fe-
nêtre de libre expression apparemment
ouverte. « Camarade Hu, n’est-il pas inté-
ressant de constater que j’ai laissé tant de
messages et que tous ont été “harmoni-
sés“ ? Ne pouvez-vous donc pas nous lais-
ser dire la vérité ? », a-t-il écrit avec ironie
à l’adresse du chef de l’Etat.

Les cybercitoyens chinois ont pris l’habi-
tude d’utiliser le verbe « harmoniser »
dans le sens de « censurer », en référen-
ce ironique aux coupes sur l’internet
exercées par le pouvoir au nom de la sa-
cro-sainte « harmonie sociale » – l’obses-
sion nº1 des dirigeants.
Mais c’est la hausse des prix de l’immobi-
lier qui, dans l’immédiat, semblait beau-
coup préoccuper les Chinois, nombreux
à dénoncer la collusion de responsables
locaux corrompus et de promoteurs im-
mobiliers avides. « Quand les prix vont-
ils baisser ? », demandait ainsi un inter-
naute, courroucé ; « la seule chose qui ne
monte pas, ce sont les salaires ! » (afp)

lemonde

LeshabitantsdeRamallahdisentleurscepticisme

CONTEXTE

[l’histoire
]

Israël relance sa campagne à l’UE

HU JIN-

TAO : inter-

pellé par

lesinternau-

tes. ©EPA.

L’ESSENTIEL

L’INTERMINABLE ATTENTE au checkpoint de Kalandia pour ces femmes palestiniennes désireuses de rejoindre la mosquée al-Aq-
sa : en Cisjordanie, la reprise des négociations ne rencontre au mieux qu’un fort sentiment de scepticisme. ©BERNARDARMANGUE/AP.

Proche-Orient / L’État hébreu cherche un statut rehaussé à Bruxelles

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

12

1NL

www.lesoir.be

14/09/10 00:00 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 13

LA ZOOM

Madrid paie pour libérer ses
otages
L’Espagne est le pays qui a le
plus dépensé pour libérer ses ressortis-
sants retenus par la branche maghrébi-
ne d’Al-Qaïda, Aqmi, avec un total ver-
sé de 8 millions d’euros. C’est ce qu’a af-
firmé, lundi le journal El Mundo, s’ap-
puyant sur les chiffres d’un conseiller
du gouvernement algérien.
Madrid n’a jamais reconnu le versement

de rançons pour obtenir la libération
des trois volontaires de l’ONG espagno-
le Accio Solidaria, enlevés en novembre
2009 en Mauritanie. Selon Kamel Re-
zag Bara, conseiller de la présidence al-
gérienne pour les questions de terroris-
me, Madrid a dépensé un total de 8 mil-
lions d’euros pour ces libérations. Ce
montant place l’Espagne devant l’Italie,
qui aurait versé 3,6 millions pour la libé-

ration de deux otages aux mains d’Aq-
mi, et l’Autriche, qui aurait versé 2,5 mil-
lions pour la libération de deux otages
en avril 2009. Au contraire, la France,
dont un ressortissant, Michel Germa-
neau, est mort en juillet, n’a versé aucu-
ne rançon, de même que le Royaume-
Uni, dont un ressortissant, Edwin Dyer,
a été décapité par Aqmi en juin 2009.
(afp)

LA CHRONIQUE

Roms, Gitans, gens du voyage…
Ces éternels pestiférés.
P.16 & 17

Arrêtons de ruminer ces idées

Une enquête récente publiée dans

leStandaarddémontrequ’unelar-
ge majorité flamande est opposée à
une scission du pays. On ferait donc
mieux d’arrêter de ruminer ces idées et
de se mettre au boulot pour réorgani-
ser le pays. Un vote N-VA n’est pas né-
cessairement un vote séparatiste mais
c’est certainement un vote qui veut un
changementprofondetquirefusedéfi-
nitivementle‘non’systématiqueducô-
té francophone.MICKEY

Institutionnel et finances
sous-estimées

DanscedossierduSoir,onsous-esti-

me beaucoup deux domaines : le
sujet institutionnel et le sujet financier.
Contrairement à ce qui est dit, on ne
pourrait reprendre la Constitution bel-
geactuellepourfixerl’organisationdes
pouvoirs : l’organisation d’un Etat à six
membres fédéraux, trois Communau-
tésettroisRégions,dontlecouplecom-
munautaire /régional flamand, ne peut
en aucun cas convenir à un nouvel Etat
fédéral constitué de deux Régions (et
de l’entité germanophone). Composi-
tion du Parlement, du Gouvernement,
répartitiondescompétences,etnotam-
mentdespouvoirsfinanciersetfiscaux,
tout serait à réécrire.
En outre, la question financière pour
lenouvel Etatnese limite pasàladette
accumulée ou au financement du chô-
mage : il faudrait financer immédiate-
mentl’ensembledesservicespublicset
desprestationssocialesalorsquelesre-
cettes seraient globalement très infé-
rieures aux dépenses. Dans ce contex-

te, le partage des sacrifices entre l’enti-
téwallonneetl’entitébruxelloiseserait
très difficile à mettre au point.

BELFRA

Ne croyons pas au père Noël

Il faut arrêter de faire croire aux gens
que le père Noël va débarquer et sau-
ver les gentils Wallons des méchants
Flamands.SilesFlamandsenontmarre
c’est parce que la Wallonie est un bou-
let économique et si les Flamands en
ont marre de payer il est logique que
d’autres ne soient pas plus chauds que
les Flamands.
Il n’y a donc pas de plan B (à part la
faillite). Par contre on peut profiter du
faitque les Flamands sont coincés avec
nous pour nous relancer et montrer
que la Wallonie peut- être autre chose
qu’unesangsueboulimiqueetarrogan-
te.Pourça, ilfaut supprimerles régions
et autoriser les Wallons à voter pour
des Flamands et vice-versa. Si on l’avait
fait, on aurait des programmes politi-
ques nationaux (pas nationalistes ou
communautaires)etnonpasdesdéma-
gos qui poussent les communautés à
s’entre-tuer au lieu de faire leur bou-
lot… CACTUSJOE

Irresponsable !

Je tenais à vous faire part de ma per-

plexité quant à votre article sur l’in-
dépendancedelaWallonieetdeBruxel-
les.Jetrouvequec’estunacteirrespon-
sable.

MAXIME WATTEL

Wallobrux ou Belgolux

En dehors de la formation d’une nou-

velle Belgique de type « WalloBrux »
ou du rattachement à la France, il y a
une autre possibilité intéressante : une
confédération avec le Luxembourg,
qu’on appellerait par exemple Belgolux.
L’idée serait de partir d’une feuille blan-
che et de voir ce que nous pourrions
mettre en commun sans réel problème.
Parexemplel’armée,lapolice,lanaviga-
tion aérienne, la diplomatie, la préven-
tion des maladies… Après ça, libre à la
confédération de décider ou non d’aller
plus loin. Cela engendrerait quelques
économies d’échelle toujours bienve-
nues, une représentativité renforcée, et
un axe européen incontournable (Bru-
xelles et Luxembourg représentant
deuxdestroissiègesdesinstitutionseu-
ropéennes). Sur le plan linguistique, ce
seraitparfait,puisquelefrançaisetl’alle-
mand y sont tous deux représentés, ce
qui correspond aux langues des deux
grands pays de l’Union européenne –
sur ce plan-là, nous ne serions donc en
rien critiquables par ces deux presti-
gieux voisins, nous serions à la croisée
du monde latin et du monde germani-
quesanspasserparlesbientropencom-
brants et frustrés Flamands.

LELIS2

Le mouvement est lancé

La partition de la Belgique se fera

(dans la réalité) et ne se fera pas
(dans les apparences – à court terme).
Ce scénario n’est pas improbable mais
inévitable. Mais il y a d’autres incertitu-
des que le timing :
– Lesmodalitéspratiquesdelasépara-
tion/partition de l’ensemble Bruxelles
élargi+Wallonie,dontlacontinuitéterri-

toriale Bruxelles-Wallonie. Les Flamands
ne vont pas laisser partir le train sans
s’agiter.

-Lafaçondefaireavalerlacouleuvreà
l’Europe.Elleauraunproblèmebienàel-
lesurlesbrasplutôtquederêvasseràse
faire absorber par la Turquie : résoudre
ses diversités internes dans des nations
non arrivées à maturité comme l’Espa-
gne.

Quant aux aspects économiques, Bru-
xellois & Wallons trouveront des solu-
tions:c’estlapartieduproblèmequidé-
pend essentiellement d’eux. Les autres
font intervenir des tiers – dont les réac-
tions sont moins « contrôlables ».

CASTELLION

Pour une Belgique roman(d)e

Bravo pour votre stimulant dossier

sur le « Plan B ». A titre personnel, je
suisetdemeurefavorableàunfédéralis-
med’unionpourmoncher paysbicultu-
rel (sa chance). Mais si les Flamands ne
veulent plus de cette union et optent
pour le séparatisme, la formule qui au-
rait ma préférence serait celle jadis pro-
posée par Daniel Ducarme : une « Belgi-
que romande », ou « romane » (mais pas
« française » car cela ressemblerait trop
aux DOM/TOM, vestiges de la colonisa-
tion hexagonale), réunissant Bruxelles
et la Wallonie. Il est important, à mes
yeux, de conserver l’appellation « Belgi-
que » porteuse de reconnaissance inter-
nationale. Vous l’aurez compris : je ne
suis guère séduit par l’expression assez
lourde « Fédération (ou Etat) Wallonie-
Bruxelles»… Que vive et survive donc
au moins notre Belgique à nous, franco-
phones: la Belgique roman(d)e !

MARCEL BOLLE DE BAL

« Pastoral ».Celundi,faceàlapres-
se,aprèslapublicationdestémoi-
gnagesdesvictimesd’abus
sexuelsdesœuvresd’hommes
d’Eglise,l’archevêqueLéonard,
l’évêqueHarpignyetl’évêqueBon-
ny,
« aunomdesévêquesdeBelgi-
que »,ontprononcé13foiscetad-
jectif.Deuxfoisdans
« lettrepasto-
rale ».Unefoisdans« guérisonpas-
torale ».Unefoisdans« travailpas-
toral ».Unefoisdans« travailleurs
pastoraux ».Ethuitfoisdans« rela-
tionpastorale ».
Pasd’allusionchampêtreici,évi-
demment.Ce
« pastoral »vientde
« pasteur ».Leberger.Et,ici,leber-
gerspirituel.Théologique.L’utilisa-
tionàrépétitiondel’adjectif,ce
lundi,alorsqu’onattendaitdesex-
cusesadresséesauxvictimes–tou-
tespoursuivies,hantées,brisées,
depuisdesannées,parlessévices
terriblesqueleurontinfligésceux
quifaisaientofficepourellesde…
bergers–signifieque,pourlesres-
ponsablesdel’Eglisebelge,leré-
sultatdeladivulgationdecesdra-
mesnepeutsetraiterqu’àl’inté-
rieurduseuldomainejudiciaire.Il
faut,disentcesautorités,qu’onen
tirelesleçons,aussi,« auseindela
communauté ».Entrel’institution
qu’estl’Egliseetsesfidèles.Entre
lesbergersetleursbrebis,ausens
chrétienduterme.
Voilàpourquoi
« pastoral »aétéle
termeleplusutiliséparlestrois
responsablesreligieux.Justeaprès
«victime ».Aunefoisprès.

La chronique de Jean-Paul Marthoz :
« Merci, Mister Bloomberg ! »
P.15

Le prochain Medal
of Honour
sort le 15 octo-
bre sur PC, PlayStation 3 et
Xbox 360. Dans cet épisode
du jeu video de guerre, sol-
dats alliés et talibans s’affron-
tent, dans des décors hyper
réalistes. L’action se déroule
durant l’« Opération Anacon-
da », lancée par les forces
américaines, britanniques et
canadiennes, en Afghanistan,
très vite après les attaques
du 11 septembre 2001. Elec-
tronic Arts, le producteur du
jeu, vise les 3 millions d’exem-
plaires vendus : « Sinon, il n’y
aura pas de suite. » Autour, on
table déjà sur la controverse :
on peut jouer le rôle des tali-
bans depuis sa console ou
son clavier...

● Le dossier « ce que serait notre pays si, nous fran-
cophones, prenions ”notre sort en main” », publié
hier, dans ces colonnes, a provoqué une multitude de
réactions. Allant de l’enthousiasme à la colère.

● Sur le site www.lesoir.be, il avait été lu près de
72.000 fois lundi soir.

● Fallait-il se livrer à cet exercice ?
Ce « plan B » est-il viable ? Faut-il le récuser ? Faut-il
imaginer d’autres modèles, en cas de scission ?

● Vos réponses, puisées sur le forum
en ligne.

● Et celles de trois experts (page 14).

Encore

Stop

THIERRY FIORILLI

LE BERGER
ET
LA BREBIS

L’ESSENTIEL

le buzz du monde

Le rayon x

polémiques

Le jeu

Plan B, stop ou encore ?

+RÉGIONS

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

13

www.lesoir.be

3HT

13/09/10 22:41 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 14

En décembre 2006, « Bye-Bye
Belgium » (le docu-fiction sur la
scission de la Belgique mis en
scène par la RTBF) vous avait
scandalisé – à l’époque, vous
aviez même demandé que le
service public s’excuse. Quel ju-
gement portez-vous sur le dos-
sier Plan B que « Le Soir » a pu-
blié lundi ?

Celan’arienàvoir.Ilyaunediffé-
rence de forme évidente. Bye-bye
Belgiumétait une forme de coup,
de prise en otage du téléspectateur
à qui l’on diffusait une information
qui n’en était pas une, sous une ap-
parence d’information. Ici, on est
dans une situation très différente. Il
s’agit d’une analyse qui est présen-
tée comme une hypothèse de tra-
vail. Laquelle, de surcroît, se fonde
sur une option qui est évoquée
dans le monde politique lui-même.
Celamesembledonctoutàfaitrai-
sonnable comme démarche.

D’aucuns objectent pourtant
que ce genre d’exercice instille
dans l’esprit des gens que la
Belgique a vécu…

Dèslorsquelesélectionsontdon-
né une victoire incontestable à un
parti qui est séparatiste (la N-VA) et
que ce parti se présente comme re-
présentant80 %dumondenéerlan-
dophone sans être démenti par qui
que ce soit, ce serait presque un
manque au devoir d’information
que de ne se demander ce qui se
passerait si ce parti atteignait son
objectif – même si celui-ci n’est pas
à court terme… Je pense donc
qu’intellectuellement, la question
de la séparation est à l’ordre du
jour. Ce n’est pas pour cela qu’elle
se pose déjà concrètement, mais
rien ne serait pire de s’arc-bouter
sur la vieille position francophone
d’une Belgique unitaire qui n’existe
plus et qui n’est plus souhaitée au
nord du pays.
La seule vraie question, finale-
ment, c’est de savoir si le fédéralis-
me poussé à l’extrême – appelé im-
proprement « confédéralisme » –
parunebonnepartiedumondepo-
litique flamand est quelque chose

dans lequel les francophones peu-
vent se retrouver… S’ils perdent la
plus-valuedelaBelgique, ont-ilsin-
térêt à en garder la moins-value ?
Intellectuellementetdémocratique-
ment,personnenepeutnepassela
poser.

Travaille-t-on sur cette ques-
tion dans le monde académi-
que ?

Non.Je ne dis pas que, de maniè-
re isolée, l’un ou l’autre chercheur
ne planche pas sur ces questions,
maisiln’yapasdepolitiqueuniver-
sitaire en ce sens. C’est un peu la
philosophie de l’université belge
francophone : elles ne sont jamais
à l’avant-garde d’un combat politi-
que.Tout au plus – et c’est déjà une
bonnechose !–sont-ellesàdisposi-
tion du monde politique.

Pas de centre de recherche
noyauté par un parti, comme
on le soupçonne à la KUL par la
N-VA (nos éditions de lundi) ?

Ou alors ils sont bien cachés…

Au fait, si la Flandre prenait le
large, quel serait votre « plan
B » idéal ?

La première phase serait de sau-
ver Bruxelles de deux périls ma-
jeurs : son annexion par la Flandre
etlefaitdedevenirunesortededis-
trict européen. Washington DC est
unsous-Etat,quin’estpasreprésen-
té au Congrès. Ce n’est pas un but
de ressembler à Washington. Bru-
xelles ne ressemblerait même pas à
Washington : Bruxelles,ce serait Jé-
rusalem.Dansunevisionrêvée,Bru-
xellesdevraitresterarriméàlaWal-
lonie. Encore faut-il que les Bruxel-
loisaientlaluciditéderendrecomp-
te que c’est le choix le plus sage.
Donc, une République fédérative
Wallonie-Bruxelles – et peut-être
pas une monarchie comme d’au-
cuns semblent l’envisager… – me
paraît être une option raisonnable
dans le cas d’un éclatement du
pays. A terme cependant, le ratta-
chement à la France ne m’a jamais
paruquelquechosed’absurde.Wal-
lons et francophones bruxellois

sont déjà en partie français… ou
dumoinsenont-ilstouslesavanta-
ges sans les inconvénients. Si pour
des raisons culturelles ce ne serait
pas une aberration, ce n’est toute-
foispasquelquechosequ’ilfautim-
poser à l’opinion. Il faut que l’idée
percole. ■

Que pensez-vous de ce plan B
que « Le Soir » a présenté ?

J’avais été très critique à l’égard
des francophones au moment du
Bye-bye Belgium de la RTBF. Ici, je
peux un peu mieux comprendre. Le
blocage des négociations est si pro-
fond que l’on doit désormais pren-

dreenconsidérationtouteslespossi-
bilités, même les plus improbables.
Je comprends que du côté franco-
phone, un effort rédactionnel soit
fait pour voir ce que cela signifierait
concrètement.ContrairementàBye-
byeBelgium,ilnes’agitpasdefaire
peur aux gens, mais de l’étudier
«au cas où» comme l’écrit Béatrice
Delvaux dans son éditorial. Et c’est
un bel exercice journalistique.

Le blocage des négociations est
si profond, dites-vous… que
tout est désormais possible ?

Je ne pense pas. Je ne suis tou-
jours pas convaincu par le scénario
de la séparation. Mais il y a au
moins une justification pour dire
qu’il faut tenir compte de tous les
scénarios, y compris, comme je l’ai
dit, le plus improbable.

En Flandre, il semble que l’opi-
nion publique ne soit guère au
courant du fait que les franco-
phones pensent à un plan B…

Jenecroispas.Lesrécentesdécla-
rations de Moureaux et d’Onkelinx
disant qu’il faut s’y préparer ont re-
çu un large écho dans la presse fla-
mande.Leproblème,c’estquelena-
tionalisme flamand occupe le de-
vant de la scène et je comprends
que vous ayez l’impression, du côté
francophone, que c’est l’expression
de toutela Flandre.Unsondage pu-
blié dans Het Laatste Nieuws vient
deconfirmerquelamajoritédesFla-
mands ne souhaite pas la scission.
Mais c’est une majorité silencieuse.
Lesnationalistesflamands ontpour
le moment un poids qui n’est pas
conforme à leur poids électoral.

Sont-ils prêts à tout pour obte-
nir l’indépendance ?

Leurdiscoursestpurementidéolo-
gique. Mais quand on leur deman-
de concrètement quel estvotre plan
pour Bruxelles, quelle clé de réparti-
tion utiliser pour répartir la dette du
pays, que faire avec les Flamands
qui viennent quotidiennement tra-
vailleràBruxelles,ilsn’ontpasderé-
ponse. Lors de la campagne électo-
rale, je me souviens d’un débat au

cours duquel Danny Pieters, actuel
médiateurN-VA,présidentduSénat
et expert du parti en matière de sé-
curité sociale, restait tout simple-
ment bouche bée face à Frank Van-
denbroucke (SP.A). L’indépendance
de la Flandre, c’est surtout un slo-
gan romantique, mais il n’y a pas
grand-chose derrière.

L’incroyable, c’est que ce sont
les francophones qui se met-
tent à élaborer ce scénario…

Eneffet,c’est incroyable. Lesfran-
cophones sont plus pragmatiques
et plus réalistes…

C’est nouveau, ça ?

Mais c’est vrai. En Flandre, ce slo-
ganindépendantisteestsurtoututi-
lisé comme un moyen de pression
pour faire céder les francophones
sur BHV, l’autonomie fiscale, la loi
de financement… Même les plus
convaincus de la N-VA conçoivent
que l’indépendance ne pourrait
avoir lieu que dans 50 ou 100 ans, il
n’y a aucun sens d’urgence.

Pourquoi les Flamands sont-ils
soudain moins pragmatiques ?

Il ne faut pas oublier que la N-VA
est un parti qui, il y a cinq ans, n’at-
teignait pas le seuil électoral des
5 %. Leur progression spectaculaire
en voix ne s’est pas encore concréti-
sée en expertise, en centre d’études,
en cabinet ministériel… Même le
CD&Vaperdubeaucoupdesacapa-
cité lors de ces huit années durant
lesquelles il fut écarté du pouvoir.
Alors que le PS est une machine qui
a développé une telle expertise au
cours de ses années au pouvoir. Il
peut analyser immédiatement l’im-
pact de n’importe quelle idée.

Quel impact aura ce plan B ?

Plusonenquête surla réalitéd’un
scénarioinvraisemblable, plus on la
rend concrète. Votre travail journa-
listique est remarquable, mais vous
y contribuez. Le marxiste Ernst
Bloch écrivait : « Une utopie cesse
d’être une utopie dès le moment où
l’on étudie comment ce ne pourrait
plus être une utopie. » ■

Alors que des voix s’élèvent

pour inviter les esprits à se
préparer à la disparition de
laBelgique,ilmeparaîtbonderap-
peler l’important travail d’analyse
«post-belge » effectué tant au ni-
veau des Etats généraux de Wallo-
nie, que j’ai présidés en mai 2008,
qu’au niveau du Gewif. (2) La con-
clusionestqueniunEtatwallonin-
dépendantniunEtatWallonie-Bru-
xelles ne peuvent constituer des
solutions viables.
Par rapport à un Etat Wallonie-
Bruxelles (objet de notre grand
dossier d’hier, NDLR), signalons
toutd’abordqu’iln’auraitpasinté-
rêtàopterpourl’appellation«Bel-
gique», car il devrait alors repren-
dreàsoncomptel’intégralitédela
dettefédéralebelge!Ladettepro-
pre de Bruxelles s’élève à 2,1 mil-

liards d’euros, auxquelsil convien-
draitd’ajouter7%deladettefédé-
ralebelge,soit24,5milliards.Onar-
rive ainsi à un total de 26,6 mil-
liards d’euros. La dette cumulée
s’élèverait donc, pour la Wallonie
etBruxelles,à183,5milliardsd’eu-
ros, alors que le PIB cumulé des
deux entités représente 140,5 mil-
liards. Le ratio dette /PIB serait
donc ici de 131 %.
En outre, un Etat Wallonie-Bru-
xelles ne bénéficierait plus des
transferts annuels en provenance
deFlandre,quel’onpeutestimerà
5-7 milliards, et qui seraient loin
d’être compensés par la recette (2
milliards) provenant de l’imposi-
tionàBruxellesdes235.000navet-
teurs flamands qui y travaillent.
Onpeutd’ailleursimaginerquece
nombre diminuerait sensiblement

avecle départ des administrations
flamandes de Bruxelles.
Lafusiondecesdeuxentitéspré-
senterait par ailleurs un caractère
tout aussi artificiel que celui de la
Belgique défunte. Elle ne consti-
tuerait nullement une nation. For-
ce est de constater que Wallons et
Bruxellois ont des sensibilités op-
posées sur bien des sujets. Les
liens réciproques ont toujours été
empreints d’une certaine méfian-
ce.

Encas descission, un statut par-
ticulier d’intégration à la France –
queprévoitlaConstitutionfrançai-
se–offredèslorslaseulealternati-
veréaliste etcrédible.Ellepermet-
trait aux deux entités de concilier
une intégration étatique à la Fran-
ce avec une forte autonomie au
sein de celle-ci, tout en garantis-

sant, par l’exercice de la solidarité
financière nationale, l’équivalence
des services publics et des systè-
mes sociaux.
Quant à la reprise par la France
des dettes cumulées de la Wallo-
nie et de Bruxelles, elle ferait pas-
ser le ratio dette/PIB de 77,9 à
79,9%. Une incidence non négli-
geable, mais tout à fait supporta-
ble.

JacquesAttaliprécisaitd’ailleurs
sursonblog,le9septembre2008:
«Le prix à payer pour la France se-
rait sûrement plus faible que ce que
cela lui rapporterait ».■

(1)Dernier ouvrage paru: Quand les Wal-

lons s’éveilleront…, éd. Mols, 2009.

(2)Ces études peuvent être consultées

sur les sites www.etatsgenerauxdewallo-

nie.org et www.gewif.net.

PROPOS RECUEILLIS PAR WILLIALM BOURTON

Aujourd’hui, les manifestations sont un substitut à la grève. »

JEAN-MARIE PERNOT, CHERCHEUR À L’INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES (IRES), AU « MONDE ».

PROPOS RECUEILLIS PAR OLIVIER MOUTON

Un journaliste du Soir vous
répond,tous les jours de la semai-
ne, à 11h02 précises, face caméra.
Posez-lui vos questions dès 10h, sur
www/lesoir.be/polemiques/
Aujourd’hui : Véronique Lamquin,
responsable du service politique,
sur « le plan B », une fédération Wallonie-Bruxelles :
souhaitable ou non ?, les négociations institutionnel-
les, etc.

Les tweets de la rédaction du « Soir »

http://twitter.com/lesoir/

Saga Belgica

Retrouvez le blog des journalistes de la rédaction po-
litique du « Soir. » http://blogs.lesoir.be/sagabelgica/

Geeko

Découvrez le nouveau-né de la rédaction web :
Geeko, le blog technologeek à la portée de tous :
http://geeko.lesoir.be/

« Intellectuellement, la question
est à l’ordre du jour »

Intégrer la Wallonie
et Bruxelles à la France

« Vous rendez très concret
un scénario improbable »

Yves Desmet

Editorialiste politique au quotidien flamand « De Morgen »

Marc Uyttendaele

Professeur de droit constitutionnel à l’ULB

Que feraient les francophones si les Flamands les plantaient là ? Dans nos éditions d’hier, nous étudiions la viabilité
d’un « plan B » consistant en une union entre la Wallonie et Bruxelles. Mais en se livrant à ce genre d’exercice,
n’accrédite-t-on pas le sentiment que la page Belgique est déjà tournée ?...

forum

UNE WALLONIE qui prend son envol, avec ou sans Bruxelles ?
L’idée fait son chemin. ©BELGA.

Jules Gheude

Essayiste politique (1), coordinateur du
Gewif (Groupe d’études pour la
Wallonie intégrée à la France)

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

14

1NL

www.lesoir.be

13/09/10 21:09 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 15

Le désir de faire de la politique, écri-

vaitArthurKoestler,estsouventlesi-
gned’unesortededésordredelaper-
sonnalité et ce sont ceux qui ambitionnent
leplusardemmentlepouvoirquidevraient
en être tenus le plus soigneusement à
l’écart ».

Onimaginequel’auteurduZéroetl’Infi-
ni pensait surtout au totalitarisme stali-
nien, dont il fut l’un des dénonciateurs
les plus implacables. Mais certains mau-
vaisespritsnesontpasloind’estimerque
sa phrase désabusée s’applique aussi à la
démocratie et, en particulier, à des per-
sonnalités contestées comme Silvio Ber-
lusconi ou Nicolas Sarkozy.
Arthur Koestler, évidemment, n’a que
partiellementraison.La soifde puissance
n’est pas l’unique motivation des « politi-
ciens». Ceux-ci expriment aussi des va-
leurs, des rêves et des idées qui irriguent
et enrichissent l’aventure permanente,
passionnanteetcahotantedeladémocra-
tie.

Sa phrase est d’ailleurs contredite par
l’histoire.Combiendefoislemonden’a-t-
il pas été sauvé par des personnes qui
« désiraient ardemment le pouvoir », mais
qui, à des moments clés, mirent celui-ci
auservicedelasociétéetdel’humanité ?
Dans ces années de guerre qui marquè-
rent la rupture de Koestler avec le com-
munisme,iln’yeutpasqueStalineouHit-
ler, mais aussi Roosevelt, Churchill et de
Gaulle et tous ceux qui s’engagèrent « en
politique»,danslarésistance,« sansambi-
tion de pouvoir ».
La phrase d’Arthur Koestler est égale-
ment démentie par l’actualité. Alors que
des politiciens, les yeux rivés sur les son-
dages, exploitent le nationalisme, se tar-
guent de leur mépris de l’islam et appel-
lent aux expulsions collectives des étran-
gers en situation irrégulière, d’autres
osent prendre l’opinion publique à re-
brousse-poil pour rappeler les principes
qui fondent la civilisation des libertés.
Ainsi, Michael Bloomberg, le maire de
New York, l’un des derniers représen-
tants de la tendance modérée au sein du
Parti républicain,a pris un énorme risque
politique, lorsqu’il a défendu, bien avant
Barack Obama, le droit d’installer un cen-
tre islamique à deux blocs de Ground
Zero. Une majorité de New-Yorkais et
près de 8 Républicains sur 10 ont, en ef-
fet, exprimé leur opposition à la « mos-
quée ». Et de nombreux politiciens, répu-
blicainsetdémocrates,ontjugé plusren-
table ou plus prudent de suivre l’opinion
publique dans ses peurs, ses doutes, voi-
re même ses haines.
Lemoisdernier,lefondateurdeBloom-
bergNewsatenuàréaffirmerurbietorbi
son attachement à une « certaine idée »
de New York et de l’Amérique. Evitant de

stigmatiser les adversaires du projet,
dont tous évidemment ne sont pas racis-
tesouislamophobes,ilarappeléaveccal-
me et conviction des « évidences» qui,
dans le contexte surchauffé des débats
sur l’Islam, sont apparues à certains com-
me un acte de dissidence.
« Que vos parents soient nés ici ou que
voussoyezarrivéscheznoushier,vousêtes
un New-Yorkais, a-t-il proclamé. Vous êtes
dans la ville la plus libre du monde. Cette
liberté a été conquise de haute lutte : en
1650, lorsque la petite communauté juive
dusuddeManhattandemandaaugouver-
neur hollandais Peter Stuyvesant le droit
de construire une synagogue, sa requête
fut rejetée. Au début du XVIIIe

siècle, dans
notre ville, les catholiques n’étaient même
pas autorisés à pratiquer leur religion ».
Aprèssonévocationdelalongueetdif-
ficilemarche dela tolérance,« qui fait au-
jourd’hui la spécificité et la force de New
York», Michael Bloomberg a évoqué les
victimes du 11 septembre, dans le res-
pectdesvaleursde« sonAmérique».« Le

site du World Trade Center occupera éter-
nellementuneplacedechoixdansnotrevil-
le et dans nos cœurs, mais, a-t-il insisté,
noustrahirionslemeilleurdenous-mêmes,
nous trahirions New York et l’Amérique, si
nous disions “non” au droit d’ouvrir une
mosquéedanscequartierdeManhattan ».

Le New York Times a fait le même choix
que Michael Bloomberg. Le quotidien a
pris position contre une majorité de son
public potentiel. Il a parié sur l’intelligen-
ce et la décence de ses lecteurs, en esti-
mant que ceux-ci le lisent non pas pour
renforcer leurs préjugés et conforter leur
ignorance, mais pour être informés et
pour mieux comprendre ce monde de
plus en plus tourmenté dans lesquels,
cahin-caha, ils cheminent.
« Le journalisme impose aussi de dire

aux gens ce qu’ils ne veulent pas enten-
dre », déclarait George Orwell. Le New
YorkTimesaappliquécetterecommanda-
tion à la lettre, en se rangeant dans le
campminoritaire :« Noussommesducôté
des 27 % de New-Yorkais qui approuvent
la construction de la mosquée dans le bas
de Manhattan, a affirmé son éditorialiste,
parce que nous estimons, comme eux, que
ladéplacermettrait encause lesvaleursde
l’Amérique.» « Est-ce cela l’Amérique ? », a
renchéri Nicholas Kristof, l’un des colum-
nists les plus célèbres du journal, en dé-
nonçantunarticleducommentateurnéo-
conservateur Martin Peretz, qui se de-
mandait s’il fallait vraiment accorder aux
musulmanslalibertéd’expressionconsa-
crée depuis la création de la République
parle Premier amendement de la Consti-
tution. Une autre grande chroniqueuse,
la très féministe et très laïque Maureen
Dowd, est elle aussi montée sur le ring.
« Certains proclament que la construction
de cette mosquée serait l’ultime victoire de
Ben Laden. Au contraire, c’est notre timidi-

té morale, notre crainte de construire une
mosquée dans ce quartier, a-t-elle marte-
lé,quifourniraitàBenLadenetauxterroris-
tes du 11 septembre leur ultime victoire ».
Michael Bloomberg et les éditorialistes
duNewYorkTimesn’ontriendeces« Mu-
nichois » toujours prêts à céder « devant
l’islamo-fascisme », que dénoncent leurs
adversaires les plus exaltés. En matière
de lutte contre l’extrémisme et l’obscu-
rantisme,ils n’ont de leçons à recevoir de
personne et surtout pas des pitbulls de
Fox New ou du New York Post. Ils croient
simplement mais fermement qu’on ne
peut pas mutiler la liberté sous prétexte
de la protéger.
Leur attitude, fondée sur la fidélité aux
principes essentiels du « libéralisme»
américain, rappelle l’hommage que Trot-
ski rendit au président mexicain Lazaro
Cardenas en 1936 lorsque celui lui accor-
dal’asile politique : « Il ne l’a pas fait, con-
fia Trotski, parce qu’il partage mes idées,
mais bien parce qu’il est fidèle aux sien-
nes». ■

J’ai passé les premières an-

néesdemavieàLwow,ville
alors polonaise, aujour-
d’hui en Ukraine. La jeunesse y
pratiquait, parmi beaucoup
d’autres, un jeu qui portait le
nom imprononçable de « kicz-
ki ». Il consistait à envoyer le
plus loin possible, à l’aide d’une
« batte » un petit bâton préala-
blement placé dans un trou. On
s’amusait : cela fédérait les jeu-
nes habitants polonais, ukrai-
niens et juifs de Lwow. Le jeu
était prenant, amusant et hon-
nête.

Arrivé bien plus tard en Occi-

dent,j’aidécouvert,àmasurpri-
se, que des adultes aussi pre-
naient très aux sérieux une ver-
sion différente, et terriblement
compliquée du « kiczki ». Evi-
dement, il y a des… différences.
Lebase-ballaméricainetlecric-
ket britannique, deux empires
sportifs,disposentdemoyensfi-
nanciers illimités. Il n’était plus
questiondepetitbâtonnidepe-
tits trous mais de battes solides
et d’énormes stades, au service
de deux grandes équipes, dont
les vedettes devenaient des hé-
ros nationaux aux salaires in-
vraisemblables.Etaulieu,com-

me au « kiczki », de rapprocher
lesnations,cesdeuxversionsoc-
cidentales servaient, à l’époque,
lesintérêts impériaux (divide et
impera) respectifs. Encore au-
jourd’hui, un match entre l’In-
de et le Pakistan peut rappeler
« la guerre sans carabines ». Et
il est arrivé que Cuba remporte
un match de base-ball contre
les USA, donnant à la moitié de
son équipe l’occasion de choisir
la liberté au sein des équipes
américaines,pourgagnerl’équi-
valent de ce que gagnait l’équi-
pe nationale cubaine en dix
ans…Etsilecalculdesrésultats

au base-ball ou au cricket n’est
compréhensiblequepourlesau-
tochtones, leurs revenus, com-
me ceux des footballeurs ou du
golfeur Tiger Wood (en mil-
liards), sont, en revanche, com-
préhensibles pour tout le mon-
de.

A la surprise générale, l’appât
du gain a même réussi à enta-
cher le cricket, synonyme de
bonnesmanières,commeenté-
moigne l’expression « It’s non
cricket », cité par Le Monde
pour exprimer ce qui n’est pas
convenable. Quatre joueurs pa-
kistanais ont accepté, pour

200.000euros,detruqueretde
perdrelematchavecl’Angleter-
re,pourassurerdesprofitsénor-
mes à des parieurs en Asie.
Shocking !
Jamaisautantd’argentn’aura
déferlé sur le sport. Mais, mê-
me dopé à l’argent fou, ce n’est
pas l’argent qui détruit le sport.
Le vrai sport amateur a tou-
jours relevé du mythe. Les per-
formances ont toujours grimpé
àmesurequelerevenudesspor-
tifsaugmentait.Lesloganolym-
pique comporte non pas trois,
maisquatre termesclés : « Plus
vite, plus haut, plus fort et

plus… cher ».
Mais si l’argent ne détruit pas
lesport,ilentachesamorale.Et
s’ildémoralisele sport,il démo-
ralise la société. Car le sport
noyé dans l’argent n’est plus un
divertissement, un spectacle
aux marges de l’humanité. Le
sport s’est ménagé une place
centrale dans le monde actuel.
Pour beaucoup de nos contem-
porains,ilestlachoselaplusim-
portante dans la vie, leur pas-
sion, voire leur culte.
Et c’est ainsi que nous avons
davantagede supportersquede
citoyens. ■

« Kiczki » en Occident

On désigne de plus en plus des arbitres de gauche pour diriger nos matchs »

SILVIO BERLUSCONI, PREMIER MINISTRE ITALIEN ET PRÉSIDENT DE L’AC MILAN, APRÈS LA DÉFAITE DE SON ÉQUIPE, CE WEEK-END, À CESEENA (2-0)

Journaliste et essayiste

« Que vos parents soient nés ici ou
que vous soyez arrivés chez nous hier,
vous êtes un New-Yorkais. »

Le fondateur de Bloomberg News

Enjeux

Jean-Paul Marthoz

MICHAEL BLOOMBERG, le maire républicain de New York, a pris un énorme risque politique, lorsqu’il a défendu, bien avant Barack Obama, le droit d’instal-
ler un centre islamique à deux blocs de Ground Zero. ©EPA/GINODOMENICO.

Glasnost

« Vous êtes tous New-Yorkais »

Pol Mathil

Journaliste

forum

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

15

www.lesoir.be

1NL

13/09/10 21:48-LE_SOIR du14/09/10 -p.16

Le poète maudit figure-t-il
oui ou non sur cette photo(as-
sis à droite, juste avant la da-
me) prise sur le perron de
l’Hôtel de l’Univers, à Aden
(Abyssinie, futur Yémen),
vers 1880 ? Des experts en
vie & œuvre rimbaldiennes
s’affrontent, férocement.
Tout démarre en avril dernier.
Deux libraires parisiens dé-
couvrent sur une brocante
une photo ayant appartenu au
beau-frère du patron qui avait
engagé Rimbaud, à Aden, en
1880, dans sa factorerie. Ils la
font authentifier par Jean-Jac-
ques Lefrère, spécialiste du
poète. Qui dit bingo, en se ba-
sant sur une lettre envoyée
d’Aden, en 1880, par l’explora-
teur Henri Lucereau : il a ren-
contré là-bas Rimbaud et il
est sur laphoto, debout, à gau-

che ! Extraordinaire, parce
qu’il existe très peu de clichés
(photographiques) du bel Ar-
thur. Mais mercredi dernier,
un autre expert, Claude Jean-
colas, douche la ola : « Luce-
reau n’était pas à Aden en
1880. Donc, Rimbaud n’est pas
sur la photo. » Ce week-end,
Lefrère contre-attaque et dé-
voile à L’Express une lettre de
Lucereau au consul de France,
datée d’Aden le 13 août 1880.

« Donc, c’est Rimbaud sur l’ima-
ge ! » Un Rimbaud adulte (26
ans), sans « cette expression
pleine de rêve et de mélanco-
lie » que montre le célèbre
portrait de Carjat et « au sein
d’un groupe dont il fait partie :
rien de l’image d’un poète mau-
dit et solitaire. » De quoi expli-
quer l’acharnement de cer-
tains à ne pas vouloir le voir
sur l’image jaunie ? TH. F.

« C’est la haine qu’on
porte au Bédouin, ...
au solitaire, au poète »

Gustave Flaubert, 1867

« Un jour, on dira des
”Ro”, puis des ”Rr”, puis
on les appellera plus du
tout » François Morel, 2010

TEXTO

Extraits de la chronique de François
Morel,vendredidernier,10septem-
bre 2010, sur France Inter.

« Qu’on est con ! Mais qu’on est con !
(…) Pourquoi n’y a-t-on pas pensé plus
tôt ? Pourquoi nos cerveaux malades
n’ont pas identifié plus tôt la cause de
tousnosmaux depuisdesannées ?Pour-
quoi nos esprits débiles n’ont pas recon-
nu la source de tous les désagréments
que nous devons subir ? Parce que tous
les tourments du monde, toutes les diffi-
cultés, tous les emmerdements que l’on
connaît, tous les obstacles à une vie se-
reine et apaisée, tout ce qui nous éloi-
gne du paradis sur terre sont dus à une
poignée de malfaisants qu’il faut éradi-
quer. Qu’il faut-su-ppri-mer ! L’insécuri-
té dans les banlieues, le chômage, la
montée des prix, la baisse du pouvoir
d’achat, le réchauffement de la planète,
le terrorisme et ce gros connard dans
son 4x4 (…), tout ça, tout ce qui nous
plombe, qui nous accable, nous écrase,
nous opprime, nous déprime, il fallait y
penser, heureusement qu’on a des gou-
vernants en prise avec les réalités des
Français, (…) toute la souffrance du
monde, c’est la faute aux Roms. Aux Ro-
manos. Aux Romanichels. Splendeur de
l’apocope : vous avez remarqué, avec le
temps, leur nom diminue, leur nom
s’amenuise, leur nom disparaît. Les ”Ro-
manichels” sont devenus des ”Roma-
nos”, qui sont devenus des ”Roms”. Un
jour, on dira des ”Ro”, et puis des ”Rr”, et
puis on aura même plus besoin de les
prononcer parce qu’ils se seront
éteints. »

REPORTAGE

Nous ne sommes pas des ani-

maux,desvoleursoudessauva-
ges. Tim, 27 ans, un regard de
braise, des cheveux couleur
charbon, s’insurge. Je ne dis
pas que les Gitans sont tous des anges,
mais citez-moi un seul peuple parfait ?
On nedemande pas la lune : justeun peu
de respect, de compréhension et de quoi
nous poser là où on passe. »

La pluie a cessé de tomber sur Otti-
gnies.LecampementinstalléruedelaSa-
pinière s’anime peu à peu. L’herbe est
trempée, ça sent bon la soupe fraîche.
Quelquesfemmesfontlalessive.D’autres
aspirent leur caravane.
« Ça va mieux, ta jambe, ma belle ? »,
demande Marie à une vieille dame qui
passe en boitant. « Moyen. Un nerf rétré-
ci, une grosse arthrose. » Elle s’inquiète
d’aussi de savoir comment va « Finette »
qui vient de perdre son fils de 30 ans.
« Zinda ! », s’exclame la grand-mère.
Une pointe de « pitié », un cil jeté vers le
ciel, elle ajoute : « Chez nous les Gitans,
on fait parler le cœur. Un malheur dans
lacommunauté,mêmetrèsloin,c’estaus-
si le nôtre. »

Deuxauventsplusloin,Véroniquerécu-
re les biberons de son bébé. Elle est sur
ses gardes. « Moi, c’est le JT de TF1 ou
rien ! »Puis se déride.« Quinzejours ici,
quinze jours là-bas, ça me plaît, dit-elle
avecun accent du nord. De toute façon, je
n’imagine pas ma vie autrement. Dans
unemaison,j’étoufferais ! »Aliceenchaî-
ne :« regardez autour devous.Est-ceque
c’est sale, bruyant, agressif ?! » Nous ne
pouvons que répondre par la négative.
« Et pourtant, s’exclame une autre bru-
nette en survêtement, les gens nous pren-
nent pour des moins-que-rien. Ils jugent
sans savoir. Par contre, pour faire vivre
lescommerceslocaux,obtenirdesservices
à bons prix, là ils sont d’accord ! »

La journée, rares sont les hommes pré-
sents au camp. A l’heure du repas, quel-
ques camionnettes arrivent chargées
d’échelles et de matériel. La plupart im-
matriculées en France et beaucoup frap-
pées d’un logo et de coordonnées préci-
ses : « SPRL agréée », « Artisan à votre
service », « Entreprise générale X »…

« Oui,enjournée,cesontlesfemmesqui
commandent !,souritFleur.Entrelalessi-
ve,lerepassage,lenettoyageintérieur/ex-
térieurdescaravanes,lesenfants,onn’ar-
rête pas. » Véronique ironise : « Pendant
ce temps-là, les hommes volent des poules
ou des bijouteries ! »

Plusloin,Archanges’inquiètede savoir

si sa rallonge électrique est bien bran-
chée.C’estunfortgaillardausouriregéné-
reux. On évoque avec lui la culture gita-
ne :« L’hospitalité,l’entraide,lasimplici-
té,lavieengroupe. »Ilparledunomadis-
me, de l’importance de la musique, de la
notion de « famille élargie », des Gitans
et des non-Gitans (les « Payos »). « On
forme un peuple uni et solidaire, c’est
vrai. Et les gens nous connaissent mal,
affirme Archange. Alors, quand je vois ce
qu’il se passe en France sous l’impulsion
de Môssieur Sarkozy, fils d’immigré hon-
groislui-même !,jemedisqueçan’estpas
humain. Jesuisplusgauloisquelui.Etil
voudrait nous mettre à la porte de notre
propre pays. C’est écœurant ! »
C’estaussil’avisdeTim :« Quelespoli-
tiques arrêtent de se voiler la face et de se
boucher les oreilles. Les gens du voyage
ont existé de tout temps. Il faudra faire
avecnous, qu’ilsle veuillentou non, nous
sommes des citoyenseuropéens à parten-
tière.Nous avons les mêmes droitsque les
sédentaires. »

Aujourd’hui, à Ottignies, ils sont une
trentaine de caravanes. Français, Belges
ou bénéficiant de la double nationalité,
pour la plupart. Certains font 20 à
30.000 kilomètres par an. « On va là où

le vent nous mène ! », sourit l’un d’eux.
A condition qu’ils puissent trouver un
terrain pour se poser. Un casse-tête per-
manent. En Belgique en particulier. A
quelques exceptions près (Ottignies, Na-
mur, Bastogne…), les communes rechi-
gnent à les accueillir. Malgré le bon vou-
loir des autorités wallonnes, les espaces
publics mis à leur disposition sont rares :

« Il y a une écoute, une certaine volonté
politique,maissurleterrainriennebou-
ge »,regretteManuelCharpentier,lepré-
sident du comité national des gens du
voyage.« Nousprévenonsdenotrepassa-
gelongtemps à l’avance. Nous nous enga-
geons à respecter les lois, les règlements et
à remettre tout en l’état après. Nous som-
mesprêtsàsignerdesconventionsd’occu-
pation et à payer ce qu’il faut. Mais ça ne
suffit visiblement pas ! On ne compte
pluslesparkingsinoccupésoulespâtures
disponiblesquiferaienttrèsbienl’affaire.
Il faudrait obliger les communes à pré-
voir des terrains pas forcément fixes. Il
faudrait aussi plus de médiateurs lo-
caux », regrette Manuel Charpentier.
Absencedecouragepolitique ?Peurde
froisser l’électorat ? Mauvaises expérien-
ces passées ? Problèmes rencontrés avec
le voisinage ? Les raisons de cette inertie
sont multiples. En attendant, les Gitans,

eux, se sentent rejetés de partout. « Nous
ne sommes pas des sous-citoyens, des en-
vahisseurs.J’enaimarred’êtreperçucom-
mede la vermine ! », s’indigne l’un d’eux.
« Nous sommes nés dans une caravane,
nous mourrons dans une caravane ! c’est
notre mode de vie, c’est dans notre sang.
Pourquoi une telle hostilité à notre
égard », s’interroge l’autre. « Parfois, j’ai
enviededirecommeColuche :“Silasocié-
té ne veut pas de nous qu’elle se rassure,
on ne veut pas d’elle” », blague le troisiè-
me. « Mon grand-père s’est battu aux cô-
tésdesBelgescontrelesnazis.Ilyaeudes
GitansdanslaRésistance.Notrepeuplea
été exterminé, comme les Juifs. Alors
stop ! »

Les gens du voyage se regroupent pour
faire front. « Autrefois, se souvient Ar-
change, on débarquait à 2, 3 caravanes.
Il y avait toujours une place où se garer,
unrobinetpasloin,unWCpublicouvert.
Tout ça c’est fini. » Pour camper, il faut
négocier. « Seuls, on ne peut plus rien. Il
faut être en nombre. C’est malheureux
d’être toujours dans le rapport de force »,
déplore Manuel.
Avec des expériences malheureuses.
CommeenFlandre,récemment.« Instal-
lés devant leur villa quatre façades, les

gensnousregardaienttoutelajournée.Ils
étaient au cirque, nous étions leurs sin-
ges !, raconte Tim, de la colère dans la
voix. Au bout d’un moment, les jeunes
sontallésacheterdescacahuètespourleur
lancer et leur renvoyer ainsi la balle.
C’était un peu chaud. Heureusement, il y
a encore des gens accueillants. Mais j’ai
fait des tas de pays, l’Allemagne, la Suis-
se, l’Autriche… Franchement, la Belgique
ce n’est pas toujours ça. » Une mère de
trois enfants confirme : « On doit vivre
avec les regards en coin, les soupçons, les
accusations… Le moindre problème au
supermarché du coin, c’est forcément
nous. »

Lesoleilestrevenu.Letempsd’évoquer
clichés et sujets« sensibles » (rentrées fi-
nancières,délinquance,éducationdesen-
fants…). Là encore, pas de tabou ! « Tra-
vail,travail,travail :lechômage,oncon-
naît pas ! », rigole l’un d’eux. Elagage,
« démoussage »destoitures,travauxd’en-
treprise générale, nettoyage, commerce
sur les marchés… Ils sont indépendants,
disposentdepermisdetravailetdesauto-
risationsnécessaires.« Jenevaispasdire
que le noir n’existe pas chez nous, admet
l’un.Maisjecroisqu’encedomainelesBel-
ges de souche n’ont rien à nous appren-
dre ! »

Manuel Charpentier poursuit : « Il n’y
a pas plus contrôlés que les gens du voya-
ge. La police débarque à pas d’heure. On
doit vivre avec ça aussi. »

Les caravanes luxueuses et les grosses
voitures ? « Regardez sur le parking,
insiste Tim. Que des petites cylindrées,
des occasions, des utilitaires. » En effet.
« On achète à crédit, comme tout le mon-
de. Un prêt pour une maison, ça passe !
Maisune caravaned’occasion achetéeà5
ou 7.000 euros, c’est forcément suspect !
Onpayechaquemois,commetoutlemon-
de.Pourlereste,ilfautbienlestracternos
caravanes ! »

L’éducation des enfants ? Par corres-
pondance, dans l’école du coin le temps
d’une étape sur le sol français (en Belgi-
que, ça n’est pas permis), via le réseau as-
sociatif…« Jedemandequ’ilssachentlire
et écrire, qu’ils ne soient pas ignorants de
la vie, explique Véronique, 40 ans, mère
de deux ados. Après, il faut les lâcher. Au
boulot ! » C’est aussi ça la culture gita-
ne…
La délinquance ? « Nos jeunes, on les
tient de près, assure Manuel En 15 jours
dans un endroit, ils n’ont pas le temps de
faire de mauvaises connaissances. Je ne
dis pas que nous sommes meilleurs que
les autres. Il y a des problèmes comme
dans toute communauté. Mais en cas
d’écart,onfait cequ’il faut.Il nousarrive
d’exclureune familleparcequ’elle anui à
la réputation du groupe. »

Contrôle social et morale religieuse
font le reste. Protestants, catholiques ou
évangélistes, les Gitans « ont des va-
leurs »,commelerappellehautetfortAr-
change « respect d’autrui et de la nature,
moralité, sens du partage… » Et notre
fortgaillarddetirersursonallonge.Leso-
leil, lui, joue avec les nuages. Et Marie,
« Zinda ! »,attendimpatiemmentlasou-
pe.■

HUGUES DORZÉE

TEXTO

Extrait de la lettreenvoyée le 12 juin
1867 par Gustave Flaubert à George
Sand. Il y a donc 143 ans...

« Je me suis pâmé, il y a huit jours, de-
vant un campement de Bohémiens qui
s’étaient établis à Rouen. Voilà la troisiè-
me fois que j’en vois. Et toujours avec un
nouveau plaisir.
L’admirable, c’est qu’ils excitaient la
Haine des bourgeois, bien qu’inoffensifs
comme des moutons. Je me suis fait très
malvoir de lafouleen leurdonnant quel-
quessols.Etj’ai entendudejolismotsàla
Prudhomme. Cette haine-là tient à quel-
que chose de très profond et de com-
plexe. On la retrouve chez tous les gens
d’ordre. C’est la haine qu’on porte au Bé-
douin,àl’Hérétique,auPhilosophe,auso-
litaire, au poète.
Etilyadelapeurdanscettehaine. Moi
qui suis toujours pour les minorités, elle
m’exaspère.Du jouroù je neserai plus in-
digné, je tomberai à plat, comme une
poupée à qui on retire son bâton. »

Ed. de la Pléiade, tome 5, pp. 653-654.

©

DR.

En politique, il ne suffit pas de
prendre une gomme. Brice Horte-
feux, le ministre français de l’Inté-
rieur, a envoyé lundi une nouvelle
circulaire aux préfets sur les éva-
cuations de campements illicites,
qui ne mentionne plus les Roms.
La version précédente, divulguée
ce week-end, précisait à plusieurs
reprises : « en priorité ceux des
Roms ». Pointer une minorité du
doigt ? C’est contraire aux règles
européennes ! Viviane Reding, la
commissaire européenne à la Justi-
ce et aux Droits fondamentaux, l’a
rappelé la semaine dernière :

« Dans notre Union européenne, au-
cun citoyen ne doit devenir la cible
de l’action répressive seulement par-
ce qu’il appartient à une minorité
ethnique ou à une certaine nationali-
té ». La Commission, gardienne
des traités, étudie la situation fran-
çaise. S’emportant, Pierre Lellou-
che, le secrétaire d’Etat français
aux Affaires européennes, a lancé,
hier : « Le gardien des traités, c’est
le peuple français ! » M. LI

Le nomTziganes, Roms, Manou-
ches, Bohémiens Gitans… Les dénomi-
nations varient selon les époques et
les Etats. Les Anglais parlent de « Gyp-
sies», les Italiens de « Zingari», les Es-
pagnoles de « Gitanos »…

L’histoireA partir des XIV-XVe

, ces
populations se déplacent progressive-
ment vers l’Europe avec, jusqu’à nos
jours, une série de mouvements migra-
toires très différents : de Byzance vers
l’Espagne, l’Italie du Sud, la France,
etc. Pendant ce temps, la culture tziga-
ne perpétue sa langue (le romani), ses
traditions familiales, ses coutumes.

Les persécutions«Politique tziga-
ne », régime administratif d’exception,
fichiers anthropométriques… Dès le
début du XXe

, les Tziganes font l’objet
d’un traitement différencié. Avec, du-
rant la Seconde Guerre, un statut infé-
rieur dans la « science raciale » mise
en place par les nazis. De 300.000
personnes sur 1 à 2 millions de Tziga-
nes sont déportés et exterminés. H.DO.

Uman & Flip Kowlier

myspace.com/umanmusic
facebook.com/original.uman
youtube.com/originalums
La vidéo du clip : lesoir.be/culture/

RIMBAUD OR NOT RIMBAUD, À LA FIN ?

Bienvenue en Belgique/C’est la quatrième dimension/Le bordel
intégral/On est au bord de l’implosion ». C’est le premier cou-
plet de « Bienvenue en Belgique », chanson tendre et drôle
que l’artiste bruxellois Uman (à droite sur la photo) a écrite
avant les élections de juin 2010 sur une musique de Simon Le
Saint. Porté par un beat reggae/dance hall, Manu Istace décli-
ne non sans humour son impuissance face à la situation politi-
que qui plonge la Belgique dans le chaos. Et prône un positivis-
me salutaire et bienvenu en guise de petite claque aux mauvai-
ses odeurs. Depuis, et quasi sans promotion, ce très chouette
clip signé Docteur Toon (réalisateur des clips de l’ancien Star-
flam Akro) a été visionné par près de 85.000 personnes.
Afin d’être cohérent, de coller au plus près de l’actualité et sur-
tout de poursuivre sa démarche citoyenne, Uman a sollicité l’ar-
tiste west-flamand Flip Kowlier qui lui a écrit un couplet en
néerlandais. Le clip, désormais réactualisé et visible dès ce mar-
di 14 septembre intègre l’ancien rappeur de ’Tof van Commer-
ce dans ce voyage au cœur de la Belgique. Pour l’auteur de
L’aventure, c’est l’aventure (2007), ce « one shot » est une décla-
ration d’amour à son pays.
« Des Ardennes à la côte belge, la Bel-
gique, c’est chez moi » confie ce membre du sound system Bass
Culture.
« J’ai grandi à Bruxelles, j’y habite. Ma marraine est fla-
mande et j’ai chanté et joué autant en Flandre qu’en Wallonie. »

Si le clip s’est retrouvé sur le site internet du quotidien français
Le Monde, l’accueil en Belgique, à de rares exceptions, a été plu-
tôt frileux. Le
Bruxellois, reste toutefois lucide. « Je suis vache-
ment perplexe quant à l’évolution des choses » conclut l’artiste
qui annonce son nouvel album
Coup de tête pour le printemps
2011. Et nous de reprendre tous en chœur : «
Bienvenue en Bel-
gique/C’est la quatrième dimension… »
PHILIPPE MANCHE

la photo

ILS POSENT LEURS CARAVANES « là où le vent les
mène ». Et où les autorités locales les attendent… Une
galère permanente, comme en France actuellement, sur
fond de racisme et préjugés. Ce sont les gens du voyage.

ENTRETIEN

Ahmed Ahkim est directeur du Centre de

médiationdesgensduvoyage.Ilconnaît
deprèslaréalitédesGitansetdesRomsdans
notre pays.

Contrairement à la France, la Belgique n’im-
pose pas un « carnet de circulation ». Mais
a-t-on une idée du nombre de gens du voya-
ge qui transitent chaque année chez nous ?

Pasprécisément.Onévoque5.000 caravanes
en transit, soit entre 15 et 20.000 personnes.
Des résidents belges et des ressortissants de
pays limitrophes (France, Allemagne, Irlan-
de…) ou de pays plus éloignés(Irlande…). En
Belgique, c’est vrai, il n’y a pas de recense-
mentethnique,ettantmieuxàmonsens.Par

contre,lesystème de« domicilederéférence »
quipermetdesedomicilierchezunepersonne
desonchoixestunetrèsbonnechose.L’intéres-
sédisposeainsid’uneattacheadministrative
et peut recevoir son courrier, les aides socia-
les, ses PV, ses factures, ses convo-
cations électorales… Pour les inté-
ressés, c’est plus commode.

Malgré les efforts de quelques
communes (une petite dizaine en
Communauté française, une tren-
taine en Flandre), la Belgique met très peu
de moyens à disposition de ces populations
nomades.

En effet. Or, notre étude menée en 2005 en
Walloniemontrequetouteslesprovincessont
concernées. Plus de 30 % des communes ont

déjàaccueilli des gensdu voyage surleur ter-
ritoire – de 3 à 5 fois par an en moyenne. Les
groupesexcèdentrarement35caravanesetla
duréedeséjourvarieentre2et3semaines.No-
tre position est donc très claire. Profitons des

expériences positives. Plutôt que d’obliger les
communes à aménager des terrains, ce qui
représente effectivement un coût important,
optons pour la concertation au cas par car
avec des relais locaux. Obligeons les commu-
nes à organiser les séjours en fonction de la

demande. Avec des conventions, un forfait
par caravane payable à l’arrivée, l’accès à
l’eau et la gestion des déchets. Les gens du
voyage ne demandent pasdeprivilèges, mais
un minimum de considération et d’écoute.

Vous travaillez éga-
lement avec les po-
pulations roms. Une
réalité complète-
ment différente
.
En effet. Et ces der-
nières semaines, avec l’actualité inquiétante
que l’on connaît en France, on procède par
amalgamesetraccourcis.Ilfautcasserlemy-
thedespopulations romset tziganessanspa-
trie,perpétuellementsurlaroute.Historique-
ment, c’est vrai. Aujourd’hui, les nomades

sont ultraminoritaires. Ensuite, il est impor-
tant de redire qu’il n’existe pas une commu-
nauté rom unique et homogène. Enfin, insis-
ter sur leur situation sociale, économique et
culturelle.

Peut-on estimer l’importance de ces popula-
tions en Belgique ?

Là encore, c’est très difficile. On parle de
20.000 personnes, principalement regrou-
pées dans les grandes villes (Bruxelles, An-
vers,Liège,Gand…).Maisilexisteunemulti-
tudedesituationsadministrativesetfamilia-
les. Il y a des ressortissants slovaques, tchè-
ques, bulgares, bosniaques… ; des travail-
leurs immigrés en situation légale ; des de-
mandeurs d’asile installés dans des centres
ouverts ; des familles de Kosovars sans abri,

etc. Le seul point commun, c’est peut-être la
langue.

Parmi ces Roms vivant sur le territoire belge,
certains sont en situation très précaire.

Clairement. Ostracisés et exclus socialement
dans leurs pays d’origine, ils arrivent ici
complètementdémunis. Pour eux, c’estla sur-
vie quotidienne, des problèmes graves de san-
té, des difficultés administratives, etc.

Quid de la mendicité, du travail au noir, de
la délinquance ?

Ni plus ni moins que les autres populations
qui se trouvent dans un même état de préca-
rité sociale et économique. Et vu la situation
actuelle, je crains très fort que les choses ne
vont faire que s’aggraver.■ Propos recueillis par
H.Do.

LA CHRONIQUE

LA LETTRE

les acteurs

«“LesRoms“n’existentpas,c’estunemultitudedesituations»

EXCÈS FRANÇAIS (SUITE)

LES ROMS

©

DR.

© PH. DESMAZES/AFP.

zoom

zoom

“Mendicité, travail au noir, délinquance ?Comme

parmi les autres populations précaires. »

Ahmed Ahkim

“On achète à crédit, comme tout le monde. Un prêt

pour une maison, ça passe ! Mais une caravane
d’occasion, c’est forcément suspect ! »

Tim, 27 ans

MANUEL CHARPEN-
TIER (en bas à droi-
te), le chef du cam-
pement des gens
du voyage à Otti-
gnies, et sa famille.
Sur le terrain vivent
une petite trentai-
ne de familles dans
leurs caravanes res-
pectives. Très re-
montéescontrel’ac-
tuelle politique sé-
curitaire française.

© PIERRE-YVES THIEN-

PONT.

« Nousnesommespasdelavermine »

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

16

17

1NL

www.lesoir.be

13/09/10 23:10 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 18

● C’est la semaine de
la mobilité, du 16 au
22 septembre.

● Point d’orgue ce di-
manche, Bruxelles aban-
donne la voiture entre
9 et 19 heures.

● Au programme :
transports en commun
gratuits, location de vé-
los et une kyrielle d’ani-
mations un peu partout
dans la capitale.

I walk Brussels

Pour le lancement de la semai-
ne de la mobilité, « I walk
Bru » mettra, ce jeudi 16 sep-
tembre, le piéton à l’honneur.
Dès 7 h 45, le tapis rouge se-
ra déroulé entre Schuman et
Arts-Loi pour ceux qui optent
pour la marche à pied, et un
petit-déjeuner leur sera of-
fert. Objectif : mettre en
avant ce mode de déplace-
ment, en regard des automobi-
listes englués dans les embou-
teillages.

I bike Brussels

Le vendredi 17 septembre,
c’est « friday bikeday », avec
un petit-déjeuner offert entre
7 h 30 et 10 h sur la place St-
Jean. En fin de journée, «I bi-
ke Bru» chouchoutera les cy-
clistes de Bruxelles. Un grand
apéro festif sera offert dans le
parc de Bruxelles, à partir de
17 heures. L’action «tapis rou-
ge» (à l’image de celle de la
veille, réservée aux piétons «I
walk Bru») se déroulera entre
16 h 30 et 19 h 30.

Musiko métro

En dehors de la gratuité lors
du dimanche sans voitures, la
Stib se joint à l’événement en
organisant une série de con-
certs dans cinq stations de
métro (De Brouckère, Botani-
que, Bourse, Centrale et Ro-
gier) de 14 et 17 h ce samedi
18 septembre. Lundi 20 sep-
tembre, les usagers seront in-
vités à participer à la campa-
gne « We like the Stib » en se
faisant gratuitement tirer le
portrait. (www.stib.be)

Festival RE-CYCLE

Samedi 18 septembre, entre
14 et 22 h, le parc du Cinquan-
tenaire accueillera un festival
open air. Deux scènes pour
une série de concerts reggae
et folk, dont The Peas Project.
Au programme aussi, une sé-
rie d’animations pour les plus
jeunes et un village associatif.
La fête se poursuivra ensuite,
dans un ton plutôt rock et
électro sur les deux scènes
installées dans l’Autoworld.
(www.urbanconcept.org)

CINÉMAS

BRUXELLES

CENTRE

ACTOR’SSTUDIO(Petite ruedes Bouchers,16,1000 Bru-
xelles; 02-512.16.96, www.cinenews.be) Babies (Bébés),
EA. VF: Ma.17.50. Kynodontas (Canine), EA. VO s.-t. bil. :
Ma.21.40. La Blonde aux Seins Nus, EA. VF: Ma.16.00.
La tête en friche, EA. VF : Ma.19.50. L’autre monde, EA.
VF: Ma.21.30. Les Petits Ruisseaux, EA. VF: Ma.18.00.
L’Italien, EA. VF: Ma.15.25. Mr Nobody, EA. VO s.-t. bil. :
Ma.14.55. The ghost writer, EA. VO s.-t. bil.: Ma.21.05.
The Illusionist, EA. VF : Ma.17.25. Tournée, EA. VF :
Ma.19.30.

ARENBERG (Galerie de la Reine, 26, 1000 Bruxelles ; 02-
512.80.63,www.arenberg.be)Deshommes etdes dieux,
EA. VF : Ma.16.40, 21.30. Elle s’appelle Sabine, EA. VF :
Ma.14.00. Gens de Dublin, EA. VO s.-t. fr.: Ma.21.40. La
danse - Le ballet de l’Opéra de Paris
, EA. VF: Ma.18.30.
Longboonmeeraleuk chat(OncleBoonmeequise sou-
vient de ses vies anterieures)
, EA. VO s.-t. bil. : Ma.14.10,
19.10. Terre d’Usage, EA. VF: Ma.16.10.

AVENTURE BRUXELLES (Galerie du Centre, 57, 1000
Bruxelles; 02-219.92.02, www.cinenews.be) Avatar Re-
Release
, EA. VF: Ma.17.30, 20.40. Inception, EA. VO s.-t.
bil.: Ma.18.00, 20.45. Insoupçonnable, EA. VF : Ma.17.15,
21.20.

UGC DE BROUCKÈRE (Place De Brouckère, 1000 Bruxel-
les; 0900-104.40, www.ugc.be) Adem, EA. VO s.-t. fr.:
Ma.13.00, 15.10, 17.20,20.00, 22.00. Avatar Re-Release,
EA. VF: Ma.13.00, 16.30, 20.00. Des hommes et des
dieux
, EA. VO s.-t. bil.: Ma.13.30, 16.00, 19.30, 22.00.
Going the Distance (Trop loin pour toi), EA. VO s.-t. bil.:
Ma.13.00, 15.10, 17.20, 19.30, 21.45. Grown Ups (Copains
Pour Toujours)
, EA. VO s.-t. bil. : Ma.13.05, 15.15, 17.30,
19.40, 21.50. Inception, EA. VO s.-t. bil.: Ma.14.00, 17.00,
20.00. Le Bruit des glaçons, EA. VF : Ma.14.00, 16.00,
18.00,20.00, 21.50.Piranha3D, EA. VO s.-t.bil.: Ma.13.45,
15.45, 17.45, 19.45, 21.45. Step Up 3D, EA. VO s.-t. bil.:
Ma.13.00, 15.15, 17.30, 19.45, 22.00. The Expendables,
EA. VO s.-t. bil. : Ma.13.00, 15.15, 17.30, 19.50, 22.00. The
Sorcerer’s Apprentice (L’Apprenti Sorcier)
, EA. VF:
Ma.13.00, 15.15, 17.30. The Switch (Une famille très mo-
derne)
, EA. VO s.-t. bil.: Ma.13.00, 15.15, 17.30, 19.35, 21.50.
The tree (L’arbre), EA. VO s.-t. bil. : Ma.19.45, 21.50.

HAUT DE LA VILLE

STYX (Rue de l’Arbre Bénit, 72, 1050 Ixelles; 0512-21. 0.2,
cinema-styx.wikeo.be) Copie conforme, EA. VO s.-t. bil. :
Ma.19.30. New York, I love you, EA. VO s.-t. bil.:
Ma.19.10. Shutter Island, EA. VO s.-t. bil. : Ma.21.10. Soul
kitchen
, EA. VO s.-t. bil. : Ma.21.35.

UGC TOISON D’OR (Avenue de la Toison d’Or, 8, 1060
Saint-Gilles; 0900-104.40, www.ugc.be) Copacabana,
EA. VF: Ma.19.00, 21.30. Crime d’Amour, EA. VO s.-t. bil. :
Ma.13.30, 16.00, 19.00, 21.35. Des hommes et des dieux,
EA. VO s.-t. bil. : Ma.13.50, 16.25, 19.00, 21.40. Going the
Distance (Trop loin pour toi)
, EA. VO s.-t. bil.: Ma.13.00,
15.05, 17.20, 19.30, 21.45. Inception, EA. VO s.-t. bil. :
Ma.14.30, 16.30, 18.00, 20.00, 21.35. La Doppia Ora, EA.
VO s.-t. bil.: Ma.13.10, 15.15, 17.25, 19.35, 21.45. Le Bruit des
glaçons
, EA. VF: Ma.13.35, 15.35, 17.35, 19.35, 21.35. Let-
ters to Juliet
, EA. VO s.-t. bil. : Ma.13.40, 16.20, 19.30,
21.45. Long boonmee raleuk chat (Oncle Boonmee qui
se souvient de ses vies anterieures)
, EA. VO s.-t. bil.:
Ma.19.10, 21.40. Salt, EA. VO s.-t. bil.: Ma.14.00, 16.30,
19.30, 21.45. The Killer Inside Me, EA. VO s.-t. bil.:
Ma.13.50, 16.25, 19.05, 21.40.The Sorcerer’s Apprentice
(L’Apprenti Sorcier)
, EA. VF : Ma.13.45. The Switch
(Une famille très moderne)
, EA. VO s.-t. bil. : Ma.13.00,
15.05, 17.15, 19.25, 21.40. The tree (L’arbre), EA. VO s.-t.
bil.: Ma.13.05, 15.10, 17.15, 19.25, 21.35.

VENDÔME (Chaussée de Wavre, 18, 1050 Ixelles; 02-
502.37.00, www.cinema-vendome.be) Cosa Voglio di
piu
, EA. VO s.-t. bil.: Ma.16.30, 21.20. Des hommes et des
dieux
, EA. VF : Ma.13.50, 16.20, 18.45, 21.15. El secreto de
susojos(Dans sesyeux)
, EA. VOs.-t.bil. :Ma.13.40, 16.10,
18.55,21.35.Ondine,EA.VOs.-t.bil.:Ma.14.00,19.05.Solu-
tions Locales pour un Desorde Global (Solutions loca-
les pour un désordre global)
, EA. VF : Ma.14.00, 16.30,
19.05, 21.25. Women without men, EA. VO s.-t. bil.:
Ma.15.00, 17.00, 21.40.

BRUPARCK

KINEPOLIS BRUXELLES (Bruparck, Boulevard du Cente-
naire, 20, 1020 Laeken; 0900-005.55, www.kinepo-
lis.com) Adem, EA. VN s.-t. fr. : Ma.14.45, 17.15, 20.15,
22.30. Avatar Re-Release, EA. VF: Ma.20.00. VO s.-t.
néerl.: Ma.20.15. Going the Distance (Trop loin pour
toi)
, EA. VO s.-t. bil. : Ma.14.15, 16.45, 19.45, 22.15. Grown
Ups (Copains Pour Toujours)
, EA. VF : Ma.14.15, 16.45,

19.45,22.15. VOs.-t.bil.:Ma.14.15,16.45, 19.45,22.15.Incep-
tion
, EA. VF : Ma.20.15. VO s.-t. bil.: Ma.16.45, 20.30, 22.15.
Le Bruit des glaçons, EA. VF: Ma.14.15, 16.45, 19.45,
22.15. Marmaduke, EA. VF : Ma.14.45, 17.15. Piranha 3D,
EA. VO s.-t. bil. : Ma.14.15, 16.45, 19.45, 22.15. Salt, EA. VO
s.-t. bil.: Ma.20.15, 22.30. Shrek Forever After (Shrek 4,
il était une fin)
, EA. VF : Ma.14.45. Step Up 3D, EA. VF:
Ma.14.15, 19.45, 22.30. VO s.-t. bil. : Ma.19.30. The Expen-
dables
, EA. VF : Ma.17.15, 19.45, 22.15. VO s.-t. bil.:
Ma.14.15, 17.15, 19.45, 22.15. The Karate Kid (Karaté
Kid)
, EA. VF : Ma.17.00. The Killer Inside Me, EA. VO s.-t.
bil.: Ma.22.30. The Sorcerer’s Apprentice (L’Apprenti
Sorcier)
, EA. VF : Ma.14.15, 16.45, 19.45. VO s.-t. bil.:
Ma.20.15, 22.30. The Switch (Une famille très moder-
ne)
, EA. VO s.-t. bil.: Ma.20.15, 22.30.

BRABANT WALLON

BRAINE-L’ALLEUD

KINEPOLISIMAGIBRAINE(Boulevard deFrance; 0900-
005.55,www.kinepolis.com)Cats & Dogs 2 :The reven-
ge of Kitty Galore (Comme chiens et chats : La revan-
che de Kitty Galore)
, EA. VF : Ma.17.15. Copacabana, EA.
VF: Ma.14.15. Crime d’Amour, EA. VF : Ma.14.45. Des
hommes et des dieux
, EA. VF: Ma.14.15, 16.45, 19.45,
22.15. Going the Distance (Trop loin pour toi), EA. VO
s.-t. bil. : Ma.14.15, 16.45, 20.15, 22.30. Grown Ups (Co-
pains Pour Toujours)
, EA. VF : Ma.14.45, 17.15, 20.00,
22.30. Inception, EA. VF : Ma.19.30, 22.15. VO s.-t. bil.:
Ma.16.45. Knight & Day (Night & Day), EA. VF:
Ma.22.15. L’Age de Raison, EA. VF: Ma.14.30. Le Bruit
desglaçons
,EA.VF:Ma.14.45,17.15,20.15,22.30.Marma-
duke
, EA. VF : Ma.14.45. Piranha 3D, EA. VF : Ma.17.15,
20.15, 22.15. Salt, EA. VO s.-t. bil.: Ma.19.45. Sammy’s Ad-
ventures : The Secret Passage (Le Voyage Extraordi-
naire deSamy)
, EA. VF : Ma.14.15, 16.45. Step Up 3D, EA.
VF: Ma.20.00, 22.30. The Expendables, EA. VF :
Ma.17.00, 19.45, 22.15. VO s.-t. bil. : Ma.22.30. The Sorce-
rer’s Apprentice (L’Apprenti Sorcier)
, EA. VF : Ma.14.15,
16.45, 19.45.

JODOIGNE

CINÉMA L’ETOILE (Grand’Place, 40 ; 010-81.08.18,
www.cinemaletoile.be) Copacabana, EA. VF : Ma.20.15.

LOUVAIN-LA-NEUVE

CINÉSCOPE LOUVAIN-LA-NEUVE (Grand Place, 55;
www.cinescope.be) Avatar Re-Release, EA. VF :
Ma.19.45. Des hommes et des dieux, EA. VF : Ma.14.15,
16.45, 19.45, 22.15. El secreto de sus ojos (Dans ses
yeux)
, EA. VF : Ma.16.45, 22.15. Going the Distance
(Trop loin pour toi)
, EA. VF : Ma.14.15, 16.45, 19.45, 22.15.
Inception, EA. VF: Ma.14.15, 16.45. VO s.-t. bil.: Ma.19.45,
22.15. Le Bruit des glaçons, EA. VF : Ma.14.15, 16.45,
19.45, 22.15. Piranha 3D, EA. VF: Ma.14.15, 16.45, 19.45,
22.15. Solutions Locales pour un Desorde Global (Solu-
tions locales pour un désordre global)
, EA. VF:
Ma.14.15, 16.45, 19.45, 22.15. Step Up 3D, EA. VF :
Ma.14.15, 16.45. The Expendables, EA. VF : Ma.14.15,
16.45, 19.45, 22.15. The Killer Inside Me, EA. VO s.-t. bil.:
Ma.14.15, 19.45. The Sorcerer’s Apprentice (L’Apprenti
Sorcier)
, EA. VF : Ma.14.15, 16.45, 19.45, 22.15. The Switch
(Une famille très moderne)
, EA. VF: Ma.14.15, 16.45,
19.45, 22.15. The tree (L’arbre), EA. VO s.-t. bil.: Ma.14.15,
16.45, 19.45, 22.15.

RIXENSART

CINÉ CENTRE (Avenue de Mérode, 91; 02-653.94.45,
www.cinecentre.be) Des hommes et des dieux, EA. VF :
Ma.20.15.

WATERLOO

WELLINGTON (Chaussée de Bruxelles, 165; 0-2
354.93.59, www.cineswellington.be) Crime d’Amour, EA.
VF: Ma.17.45, 20.15. Des hommes et des dieux, EA. VF:
Ma.17.45, 20.15. Inception, EA. VF: Ma.17.30. VO s.-t. bil.:
Ma.20.15.Lettersto Juliet,EA.VF:Ma.17.45, 20.15.L’Ita-
lien
, EA. VF: Ma.20.15. Step Up 3D, EA. VF : Ma.17.45,
20.15. The Expendables, EA. VO s.-t. bil. : Ma.17.45. The
Sorcerer’s Apprentice (L’Apprenti Sorcier)
, EA. VF:
Ma.20.15. The Switch (Une famille très moderne), EA.
VF: Ma.17.45.

En collaboration avec

C’est reparti, ce dimanche 19 septembre.

Entre 9 et 19 heures, les motorisés ne
seront pas les bienvenus au cœur des

160 km2

de Bruxelles.
Poursaneuvièmeédition,lajournéesansvoi-
tures ne change pas de formule : pas de mo-
teurs dans les 19 communes de la capitale, ex-
ceptédérogations(délivréesparlesadministra-
tionscommunalessurdemande,avantle15sep-
tembre). Seuls les transports en commun, les
taxis, autocars, services de secours et véhicules
d’utilité publique sont admis.
Pour le reste, ce sera une ambiance festive
toutaulongdelajournée,avecdesrendez-vous
disséminés un peu partout dans Bruxelles.
Bruxelles champêtre. Le concept s’installe une
nouvellefoisplacedesPalais,de10à19heures,
sous la thématique de la biodiversité. Dans un
décor champêtre, le public découvrira les ani-
maux de la ferme, un marché alimentation du-
rable, un grand pique-nique sur plus de
2.000 m2

depelouse,unepépinièreécologique,

unmarchéartisanal,etbiensûruneséried’ani-
mations pour enfants.
Mon village à la ville. Dix communes y partici-
pent et dédient un ou plusieurs lieux symboli-
quesdeleurterritoireàlaconvivialitéetlaquié-
tude. Près d’une vingtaine d’endroits, pour
autant d’activités.
Lescircuitscyclistesetpatrimoine.L’ASBLPro
vélo propose trois promenades balisées, reliant
plusieurs activités, de même que des balades
thématiques visitant les points de chute des
journées du patrimoine. Dans le même style le
« beau vélo de Ravel » vous emmène au nord-
ouest de Bruxelles.
Transportsgratuits,vélosdispos.LaStibetDe
Lijnpratiquentlagratuitédurantcettejournée.
Pour ceux qui souhaitent trouver un vélo pour
l’occasion, des pôles vélos, à Mérode, l’ULB,
Cyclo et la Maison des cyclistes.■

MDS

www.dimanchesansvoiture.irisnet.be (carte récapitulative

à télécharger) – www.bruxelles-champetre.be

PARTOUT EN EUROPE, C’EST LA SEMAINE DE LA MOBILITÉ. QUELQUES RENDEZ-VOUS :

Le parking de dissuasion de

Deltacomportedeuxempla-
cements pour les personnes han-
dicapées. Une bonne chose pour
leur mobilité. Seulement, com-
ment font-elles ensuite pour
prendre le métro ? La station et
la gare de Delta ne sont accessi-
bles que par un escalator. Aucun
ascenseur n’a été aménagé. On
leur a donc réservé une place de
parkingquilesmèneversuncul-
de-sac.

« C’est très gentil d’avoir pensé
à nous dessiner une place de
parking réservée, mais comment
accède-t-on aux rames de métro
ensuite ?, se questionne François
Marien, président de l’ASBL
« Pas de bras pas de chocolat »
qui lutte pour l’intégration des
personnes handicapées dans la
société.Actuellement,iln’yaque
21stationsdemétrosur66àBru-
xellesquisontaccessiblesauxper-
sonnesàmobilitéréduite.Quand
aurons-nousdroitàunréseaude
qualité pour tous ? Que la Stib

travaille au moins sur des sta-
tions stratégiques comme Schu-
man ou Delta. »

La Stib progresse doucement
et installe systématiquement des
ascenseursdanslesstationsqu’el-
le rénove. Elle propose égale-
ment un accompagnement par
un de ses agents, mais la prise en
chargesefaitauguichetdelasta-
tion, en sous-sol. ■

V.Lh.

bruxelles

L’ESSENTIEL

Ce dimanche, voitures s’abstenir

UNE PLACE de parking qui ne
mène nulle part. © D.R.

Il n’est jamais trop tard
pour une nouvelle histoire.

16423290

Bruxelles / Nouvelle édition de la semaine de la mobilité, du 16 au 22 septembre

Uneplacedeparking,
maispasd’accèsaumétro

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

18

4BX

www.lesoir.be

13/09/10 23:10 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 19

● Dès octobre à Bruxel-
les, un juge désirant
interroger un suspect
devra prévenir son avo-
cat.

● Gros chantier en
cours d’organisation.

● Qui va payer ?

ETTERBEEK Du retard pour les ca-
méras
Les caméras de surveillan-
ce intelligentes, ce n’est pas pour
demain. Suite à un problème de

marché, le remplacement de 19
caméras à Etterbeek et le place-
ment de nouvelles caméras dans
les deux Woluwe sont reportés à

janvier prochain. Rappelons que
ces caméras seront dotées d’un
système informatique qui intègre
unou plusieurs« scénarios» dans
le logiciel qui gère les images des
caméras. De quoi attirer l’atten-
tion du dispatching si nécessaire.

SCHAERBEEK Meiser, la galère con-
tinue
Lestravaux(posederailsde
tram) entamés la semaine derniè-
re provoquent toujours des bou-
chons. Jusque fin octobre, l’ave-
nue Rogier ne sera plus accessi-
ble. La latérale du boulevard Gé-
néral Wahis sera mise en cul-de-
sac, aussi jusque fin octobre. Le
carrefour avec l’avenue Ernest
Cambier estquant à luifermé jus-
qu’à une date qui n’a pas encore
été déterminée. Plus d’infos sur
cet important chantier sur
www.bruxellesmobilite.be

(Sud Presse)

PROPRETÉCollectedessacsblancs

Les tournées se déroulent à nou-
veau normalement, à Bruxelles.
Lundi matin, tous les camions
sont sortis des dépôts. Le calme
est revenu au sein des services
de ramassage. Le délégué syndi-
caldelaSLFP(Syndicatlibredela
fonction publique) a confirmé
qu’il y avait eu une réunion de
conciliation avec la direction gé-
nérale,aprèsunesemainedegrè-
ve. Rappelons que les grévistes
protestaientcontrelaréorganisa-
tion des tournées des sacs
blancs, dont le nombre a dimi-
nué, de 19 à 17, conséquence de
l’obligation de tri le 1er

janvier

2010. (F.R.)

SOCIAL Le Samu accueille les de-

mandeurs d’asile Une partie des
demandeurs d’asile qui cam-
paient depuis un mois devant
l’Officedesétrangers,sontfinale-
ment logés par le Samu social.
Cinq familles dont 15 enfants
pourront y rester jusqu’à ce
qu’une solution plus adaptée
soit trouvée. (V.Lh.)

SCHAERBEEKOpérationTrashàJo-

saphat Ce dimanche, a eu lieu la
deuxième opération « Trash »
(qui traque les incivilités) au parc
Josaphat. Au total, 22 sanctions
administrativeset 21 taxes admi-
nistratives ont été établies. Cette
opération, menée par l’échevin
de la Propreté Michel De Herde
(MR), exclusivement consacrée
au parc Josaphat, est la seconde
du genre. Une vingtaine de poli-
ciers et d’agents communaux
ont traqué les incivilités de
17h 30à22 h 30.D’autresopéra-
tions sont programmées. (F.R.)

FOREST Lamobilitéàl’enquête La
commune met son plan commu-
naldemobilité(PCM)àl’enquête
publique du 4 octobre au 4 no-
vembre prochains. L’occasion
pour les habitants de découvrir
le plan de mobilité élaboré pour
les 15 années à venir. Les remar-
ques et suggestions permettront
de peaufiner et finaliser ledit
plan qui sera ensuite soumis au
vote du conseil communal. Infos
au 0800 95 333. (MDS)

Desélèvessurlaroute !Cese-

racevendredimatin,àquel-
ques encablures de la place Mei-
ser. Treize élèves de cinquième
primaire participeront à l’opéra-
tion « Park(ing) Day ». Le but :
s’interrogersurlaplacedesvoitu-
res dans la société. Comment ?
En prenant leur place de par-
king ! « Il y a quelque temps, j’ai
reçu un mail annonçant l’initia-
tive. J’ai trouvé ça intéressant et
j’en ai parlé aux élèves, explique
MurielPetit,professeurdemora-
le à l’école communale nº16 de
Schaerbeek.Vendredidernier,en
classe, le débat est lancé. »

Deux élèves ont insisté sur le
fait que les places de parking

étaient importantes et que leurs
parents avaient parfois du mal à
en trouver. Mais tout le monde
était motivé pour participer au
projet. Ce vendredi, chacun ap-
portera une chaise et la placera
sur le bord de la route. Et avec le
soutien d’un guitariste, la classe
entonnera quelques classiques
de la chanson française. « Nous
allons “réenchanter” Bruxelles
par la chanson. Pour que la ville
soitvivanteetbelle,poursuitl’en-
seignante.Lebutn’estpasdedire
qu’il faut supprimer la voiture.
Mais nous voulons nous poser
desquestions. Normal que la voi-
ture ait tant de place ? Ne pour-
rait-on pas créer plus de parcs,

d’espaces de convivialité ? »
PourMurielPetit,cettedémar-
ches’inscritparfaitementdans la
logique du cours de morale. « Je
nesouhaitepasenseignerdesdog-
mes mais éveiller des questions.
La morale, ça doit être utile. Le
but n’est pas de mémoriser des
concepts mais de vivre des expé-
riences. »Toutunchacunpeutse
joindre à l’initiative. Rendez-
vous ce vendredi, entre 8h30 et
10h10, à la rue François Cour-
tens. Et ne pas oublier les chan-
sonniers : Hugues Aufray, Alain
Souchon et Jos Dassin devraient
être à l’honneur.■

V.D.(st)

(1)www.iewonline.be

Si ce n’est une révolution,

c’est en tout cas une réelle
évolution. Dès ce 4 octo-
bre, probablement, les juges
d’instruction de la capitale de-
vront intégrer une nouvelle di-
mension dans leur travail. Et un
nouvel interlocuteur : l’avocat.
Jusqu’à présent, celui-ci ne peut
assister son client lors du pre-
mier interrogatoire et lors de son
passagedevantunjuged’instruc-
tion, dans un délai de 24 heures
après son arrestation.
C’est sur base de l’arrêt Salduz,
de la Cour européenne des droits
de l’homme, que la présence de
l’avocat lors de l’interrogatoire
d’un suspect s’est imposée. L’ar-
rêt édicte une certaine philoso-
phie de travail ; il reste aux ac-
teursdeterraind’enorganiserles

modalités. C’est d’ailleurs ce qui
est actuellement en cours à Bru-
xelles. Avocats et magistrats en
parlent depuis le mois de juin,
sansoublierd’autresacteurscom-
me le parquet, les forces de l’or-
dre et même les interprètes.
« A Bruxelles,nous confirmele
présidentduTribunaldepremiè-
re instance Luc Hennart, les ju-
ges d’instruction sont d’accord de
se lancer dans un tel système.
Nousavonsenvisagé la date du 4
octobrepour ne pastraîner, mais
l’échéance sera peut-être postpo-
sée. Au lieu de se précipiter, on
cherche aussi à voir comment ce-
la se déroule ailleurs. Et on veut
une évaluation la plus précise
possible de comment cela va se

passer. On souhaite en tout cas
quelejugegardelamainsurl’or-
ganisation des interrogatoires. »

Pas question d’improviser,
trop d’acteurs sont impliqués. Et
les enjeux sont importants. Le
but n’est pas d’occuper plus de
monde mais bien d’améliorer la
qualité des enquêtes en cours.
Comment les améliorer ? Réu-
nis lundi midi, 200 avocats se
sont interrogés sur la question.
Queldoit êtrelerôledel’avocat ?
Que peut-il faire pour son client
et pour la justice en une demi-
heure ?Justecontrôlerlebondé-
roulement de l’interrogatoire ou
alors conseiller son client sur la
stratégie à suivre ?
Parallèlement à cela se pose

aussilaquestiondelarémunéra-
tion de ces prestations. Les avo-
cats devront être nombreux pour
assister rapidement les person-
nes interpellées, 24h/24 et 7j/7.

« On évalue à 210 voire 230 le
nombre d’avocats qu’il nous fau-
dra par mois, estime Me

Jean-
Marc Picard. Actuellement au
BAJ (Bureau d’aide juridique)
nous disposons d’une section pé-
nale mais ellene suffirapas pour
assumer un tel défi. »

Cetteévolutionmajeuredel’en-
quête pénale se met en place au
coup par coup, arrondissement
judiciaire par arrondissement, et
sanstropsavoircommentcelase-
ra financé. Etrange pour une tel-
le réforme.■ JEAN-PIERREBORLOO

Ce mardi 14 septembre s’organise la 185e

édition du marché
annuel d’Anderlecht, à partir de 10 heures, dans le centre
historique de la commune. Place aux grands classiques
avec les concours de bovins, chevaux, chiens et volaille. Côté mar-
ché, quelque 600 échoppes accueilleront les chalands, de même
que le traditionnel marché aux fleurs installé place de la Résistan-
ce. Toute la journée, des animations pour enfants et une ambian-
ce musicale, avec entre autres un podium installé place de la
Vaillance (www.anderlecht.be). (MDS)

Dans les 14 premières stations de métro équipées de porti-

ques, les recettes ont augmenté de près de deux tiers par
rapport à l’été 2009, révèle La Capitale ce matin, passant de
355.000 à 572.000 euros. Cette augmentation porte sur les mois de
juillet et août, premiers mois de fonctionnement des portiques.
L’augmentation moyenne des recettes, pour toutes les stations con-
cernées, est de 70 %, mais dans certaines stations, elles ont carré-
ment doublé. C’est le cas à la Gare de l’Ouest, Osseghem et Pannen-
huis, dernières à avoir été équipées de portiques fin août. Certaines
stations se montrent plus « calmes », comme Hankar et Stockel où la
hausse n’est que de 30 %. Mais jamais cette augmentation ne des-
cend en dessous d’un tiers par rapport à l’été 2009. La championne,
c’est la station Porte de Namur, la première à avoir mis ses porti-
ques en service le 5 juillet. Elle rapporte près de 80.000 euros en
plus. Pour la Stib, c’est un grand succès… et une bonne affaire, avec
des rentrées supplémentaires de près de 220.000 euros au total.

1 le scorpion doré

2 l’araignée diable + 1ère

boîte de rangement

3 le scorpion noir géant

4 le scarabée émeraude

5 le scarabée rhinocéros + 2e

boîte de rangement

6 le frelon asiatique + boîtier de rangement des fascicules

7 le charançon bleu

8 la blatte américaine

9 l’argiope rayée

10 le grillon royal

11 le longicorne asiatique

12 la fourmi géante

13 le fulgore porte-lanterne

14 le phasme bâton

15 la punaise puante rouge

16 le delphacide exotique

17le scarabée aquatique asiatique

18 la cigale noire tachetée

19 le lucane cerf-volant de Formose

+ 3e

boîte de rangement

20 la demoiselle

21le hanneton de la canne à sucre

22 le néphile dorée

23 le buprestre bijou sternocère

24le charançon du bambou

25 l’iule oriental

Somme à payer à votre libraire : ...............................................................................................................................€

NPV :

CASIER :

Cachet de
votre libraire

Avis aux difuseurs de presse:
merci de retourner ce bon
exclusivement par fax
au n° vert 0800/92.252 ou
via l’adresse courriel

rosselventes@rossel.be

Commande en compte ferme.

1 Complétez le bon de commande 2 Payez à votre libraire le prix du/des pièces souhaitées + 1,10 € (bon d’une valeur d’ 1,10 € pour un journal Le Soir en semaine)

3 Votre libraire efectue votre commande (dans la limite des stocks disponibles) 4 Il vous suf t de passer retirer la commande quelques jours plus tard.

BON DE COMMANDE

Il vous manque un des insectes ?
Il n’est pas trop tard pour commander !

CHAQUE INSECTE EST ACCOMPAGNÉ DE SON FASCICULE

Prix : n°1 = 2,10 € (1€ + 1,10€) et du n° 2 au n° 25 = 9,09€ ( 7,99€ + 1,10€) par numéro.

16341740

L’ESSENTIEL

Desélèvessur laroute

bruxelles

L’enquête en mutation C’est marché à Anderlecht

Jackpot pour les portiques

PRÈS DE CHEZ VOUS

Justice / Les avocats vont suivre leur client chez le juge

L’AVO-
CAT mon-
te en pre-
mière li-
gne.© TH.
BLAIRON

Schaerbeek / Une classe participe au « Park(ing) Day »

LeSoirMardi 14 septembre 2010

19

www.lesoir.be

4BX

13/09/10 23:10 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 20

● Evénement magnifi-
quement rodé, les Jour-
nées du patrimoine
vont monopoliser ce
week-end, à Bruxelles.

● Le thème de la pier-
re, très large, force les
portes de plusieurs bâti-
ments trop souvent
interdits au public.

Ils étaient 100.000 en 2009,

lors du troisième week-end
de septembre à arpenter les
rues de Bruxelles à la découverte
de son patrimoine. Cette fois, les
Journées (18 et 19 septembre)
ont pris pour thème « Pierre &
Co ». Avec un thème pareil, on
ne prend pas beaucoup de ris-
ques et l’on est sûr d’opérer des
choix de qualité parmi les 111
lieuxàdécouvrir.« Enfait,décla-
reCharlesPicqué,ministre-prési-
dent de la Région, les Journées
dupatrimoinesontexceptionnel-
les parce qu’ellessont à la fois po-

pulaires et d’un haut niveau cul-
turel.Jeconnaistrèspeudemani-
festations qui allient ces deux
qualités. » Et puis, tout est gra-
tuit !

Pour rappel, les Journées du
patrimoine, à Bruxelles, sont dé-
caléesd’unesemainepar rapport
à celles de la Wallonie. Une bon-
ne idée, car parmi les visiteurs,
on compte de nombreux non-
Bruxelloisquidécouvrentlaville.
Ajoutons que le thème de cette
année, la pierre, est à prendre
dans un sens large : façades de
pierre,décorationintérieure,imi-

tations de pierre naturelle…
Sur les 111 lieux, certains sont
plus prestigieux que d’autres.
Sans établir une quelconque hié-
rarchie, soulignons des lieux ac-
cessiblesreprésentatifs :laBour-
se,lepalaisdesAcadémies,lepa-
lais de Charles de Lorraine, la
Cour des comptes, la porte de
Hal, le Coudenberg, le Parle-
mentbruxellois,leVlaamsParle-
ment. Et il y a cette année quel-
ques notables nouveautés com-
me la bibliothèque de la Banque
nationale, l’ancien hôtel Pucini,
l’école d’art Sasasa ou l’étonnan-

te chapelle de la Sainte-Famille,
à Schaerbeek. Par ailleurs, beau-
coupd’églisesouvrirontleurspor-
tes : celle du Sablon, des Saints-
Michel-et-Gudule ou la collégia-
le Saints-Pierre-et-Guidon.
Denombreusesanimationsen-
cadrentcesjournéesdontdesvisi-
tesguidées(certainsmonuments
nepeuventd’ailleursêtrevusque
lorsdevisitesguidées),enbusou
à vélo. A noter aussi, aux halles
Saint-Géry, l’expo « Pierre &
Co »(jusqu’au21novembre).En-
fin,un ouvrage de référencecon-
sacré au thème 2010 est publié à

l’occasion des Journées du patri-
moine. Richement illustré, il ne
coûte que 10 euros s’il est acheté
aupointd’informationdeshalles
durant le week-end des 18 et 19
septembre.■ FRANÇOIS ROBERT

Une brochure format de poche détaille

l’ensemble des lieux accessibles. Elle est

gratuite et est disponible à la Direction

des monuments et des sites (accueil

CCN, mezzanine gare du Nord), aux Hal-

les Saint-Géry, à la Fnac de City 2, dans

les bureaux du BITC et à l’OPT. Le pro-

gramme peut être téléchargé sur le site

www.monument.irisnet.be.

Bruxelles

Saint-Josse

Saint-Gilles

Etterbeek

Ixelles

Schaerbeek

Evere

Woluwe-
Saint-Lambert

Woluwe-
Saint-Pierre

Uccle

Watermael-
Boitsfort

Auderghem

Forest

Anderlecht

Molenbeek

Koekelberg

Jette

Ganshoren

Berchem

SaSaSaSaSSaSaSSaSSSSSaSSa

1

les
xelles
xexxxexellless

11111111111

2

3

sssss

2222222222222

3333333333333333333333333333333333333

4

5

6

1. la bibliothèque
de la Banque
nationale

Elle était autrefois harmonieuse,
l’ancienne banque de l’Union du
Crédit (1872), de style
néogothique. Jusqu’à ce que
l’architecte Polak transforme le
rez-de-chaussée en centre
commercial. Il subsiste toutefois
à l’intérieur les deux salles des
guichets, décorées par Georges
Houtstont. Un lieu jusqu’ici
inaccessible au public.

Rue Montagne auxHerbesPotagères,57.
Samedi et dimanche de 10à18 h.

2. La Bourse
de Bruxelles

Ce bâtiment, d’une grande visibilité,
est cependant rarement ouvert au
public. Inauguré en 1873 et dessiné
par Léon Sluys, il fit partie d’un vaste
plan d’urbanisation voulu par le
bourgmestre Anspach visant à
implanter un quartier d’affaires en
plein quartier populaire.
La Bourse ressemble furieusement à
une basilique de style néorenaissance.
Elle possède de nombreuses
décorations dont certaines attribuées
à Rodin.

Place de laBourse. Samedi et dimanche de 10à17h.

3. Cour des comptes

Sûrement l’un des bâtiments à visiter les plus
impressionnants de Bruxelles. L’édifice
néoclassique s’intègre dans un ensemble
plus vaste, érigé à la fin du XVIIIe

siècle par
l’architecte Barnabé Guimard. Longtemps
propriété du comte de Flandre au XIXe

siècle,

il offre une imposante rotonde et une
succession de salons aux lambris dorés et
aux plafonds peints et stuqués. Racheté et
restauré par l’Etat en 1982, il abrite la Cour
des comptes depuis 1984.

RuedelaRégence,2.Uniquement ledimanchede11à17h.

5. L’hôtel Van Eetvelde

C’est l’une des œuvres les plus achevées de
Victor Horta et une valeur sûre des Journées
du patrimoine. Cette commande du conseiller
du Roi Edmond Van Eetvelde est très aboutie.
Un condensé de tout ce qu’a réalisé le grand
architecte Art nouveau. Luminosité, couleurs,
mosaïques, ferronneries, vitrage. Un régal
pour les amateurs.

Avenue Palmerston,4.Samedi et dimanche de 14à17h.

6. Chapelle de l’institut
de la Sainte-Famille d’Helmet.

Notre coup de cœur. Occupé par l’institut de la Sainte-Famille,
l’ancien domaine Walckiers se compose de plusieurs bâtiments.
Il y a bien entendu le château, mais aussi une chapelle en
briques rouges de style néo-gothique datant de 1895. Dessinée
par l’architecte Aymar Collès, elle fut primée à Munich pour la
qualité de son esthétisme. La nef, longue de 25 m, culmine à
15 m de haut. C’est la première fois qu’on peut la visiter, durant
les Journées du Patrimoine.

Rue Chaumontel, 7.Samedi et dimanche de 13 à18h.

4. Le Coudenberg

L’ancien palais du Coudenberg, qui faisait la fierté des princes et gouverneurs de nos provinces, brûla en 1731 puis fut
démoli 40 ans plus tard pour faire place au quartier Royal actuel. Depuis un quart de siècles, une série de fouilles ont
mis au jour un sous-sol étonnant où l’on découvre des vestiges des différents éléments du palais. Certaines salles datent
du XVe

siècle (l’Aula Magna, construite pour Philippe le Bon). Une visite surprenante, entièrement en souterrain.

Place Royale, 9.Samedi et dimanche, de 10à18h.

LESOIR-14.09.10

L’ESSENTIEL

bruxelles

Bruxelles taillée dans la pierre

Animation / Les Journées du patrimoine nous reviennent ces 18 et 19 septembre

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

20

4BX

www.lesoir.be

13/09/10 21:40 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 21

TOURISME

BOISSONS

Le prix de la nuit d’hôtel repart à la hausse,
en Europe et en Belgique. P. 22

La triste fin des eaux wallonnes de Spontin.
Une faillite qui pose des questions. P.23

● Le Comité de Bâle a
relevé le niveau mini-
mal de capital imposé
aux banques.

● Les nouvelles règles,
dites « Bâle III », consti-
tuent l’une des plus im-
portantes réformes
après la crise financiè-
re.

● Objectif : éviter l’ap-
pel à l’argent public en
cas de difficultés.

Armature de fonds propres

Un peu à la manière des automobiles
modernes, les banques doivent, de-
puis 1988, prévoir une cellule indéfor-
mable en cas de choc. Les règles
édictées dimanche visent son renfor-
cement. Constituée de capitaux de
première qualité – dits « tier one » –
cette armature devra constituer, d’ici
2015, 6% du total des actifs d’un éta-
blissement, contre 4% jusque-là.
La « densité » de cette armature de
fonds propres sera également ac-
crue. Ses composants les plus
« durs » – actions ordinaires ou réser-
ves – devront en constituer non plus
la moitié (2% des actifs) mais les
trois quarts (4,5% des actifs).

Matelas de précautionUne
nouvelle zone déformable de fonds
propres « durs » dont la taille doit
constituer 2,5% des actifs des ban-
ques est ajoutée. Elle sera mise en
place entre 2016 et 2019.

Matelas « contracyclique »

Les autorités pourront exiger, lors de
situation exceptionnelle, l’ajout de
renforts supplémentaires constitués
d’actions ordinaires et dont l’épais-
seur variera de 0 à 2,5% des actifs.
Ils sont destinés à encaisser d’éven-
tuelles pertes sur créances sans de-
voir rechercher dans l’urgence des
capitaux frais. PIERRE-ALEXANDRE SALLIER

Appleva vendre sa tablette iPad en Chine à
partir de ce vendredi, mais uniquement dans
sa version wi-fi dans un premier temps. Une
entrée officielle, puisque l’iPad, fabriqué en
Chine, est déjà disponible dans le pays chez
certains revendeurs. © AFP

©

BELGA

Deux ans après le déclen-

chementdelacrisefinan-
cière, le Comité de Bâle,
quiréunitlesrégulateursbancai-
res de 27 pays, a décidé de rele-
ver le niveau des fonds propres
dont les banques doivent dispo-
ser pour pouvoir faire face à
leurs éventuelles pertes. Nom de
code : Bâle III. Objectif : préve-
nir les appels à l’Etat – et à l’ar-
gent public – comme cela s’était
produit en 2008, au pire mo-
ment de la crise.
Selon les règles de Bâle III, les
banques devront disposer de
fonds propres « durs » (actions
etbénéficesmisenréserve)équi-
valent, au minimum, à 4,5 % de
leurs engagements. En outre, un
« matelas de précaution » de
2,5 % devra être disponible. Ce
qui porte le ratio à 7 %, soit plus
du triple de son niveau actuel de

2 %. En cas de difficultés, une
banque pourra laisser tomber
sonratiodesolvabilitétemporai-
rementsousles7 %,maissever-
ra imposer des contraintes sur
les distributions des dividendes
et des primes. Le ratio de fonds
propres « tier 1 » sera, quant à
lui, relevé de 4 % à 6 %.
Ces mesures, qui doivent être
avalisées par les dirigeants des
20premièreséconomiesmondia-

les (G20) lors de leur réunion de
Séoul en novembre, sont un peu
moins contraignantes qu’atten-
dues – des ratios de 8 à 10 %
avaient été évoqués. De plus, el-

les n’entreront en vigueur que
progressivement, à partir de
2013, pour être complètement
appliquées au 1er

janvier 2019.
Les régulateurs ont donc choi-
si la voie du compromis entre
des souhaits nationaux diver-
gents : l’Allemagne réclamant
des ratios plus bas et un temps
d’adaptationpluslong ;lesEtats-
Unis et le Royaume-Uni exi-
geantl’inverse.Ilsontégalement
étéattentifsàl’opinion–
au lobbying, disent cer-
tains–dusecteurbancai-
re, qui a répété que des
exigences de fonds pro-
pres trop élevées oblige-
raient les banques à ré-
duire leur octroi de crédit aux
agentséconomiques,entreprises
ou particuliers, et, partant, le fi-
nancement de la croissance éco-
nomique.

Jean-Claude Trichet, prési-
dentdelaBanquecentraleeuro-
péenne (BCE), a ainsi précisé
quecesnouvellesnormescontri-

bueraient « à la stabilité finan-
cièreàlongterme»et« àlacrois-
sance », ajoutant : « dans l’ac-
tuel épisode que traverse l’écono-
mie mondiale, l’incertitude est
un ennemi. Avec cette décision,
nous avons éliminé l’incertitude
dans de nombreux domaines ».

Sur les marchés boursiers, Bâ-
le III a été bien accueilli. Les va-
leursbancairesétaientenhausse
unpeupartoutenEurope.ABru-
xelles, Dexia a bondi de 6,16 % ;
et KBC, de 4,39 %. Les grandes

banques « belges », qui ont re-
trouvé le chemin du profit après
un automne 2008 dantesque,
n’auront pas de mal à respecter
les nouvelles normes, comme le
montre le graphique ci-dessous.

« Lesbanqueseuropéennesres-
pecteront les nouvelles obliga-
tions, mais cela aura des consé-
quences sur le volume et le coût
du crédit, et donc un coût aussi
pour l’économie », commentait
toutefoisGuidoRavoet,secrétai-
re général de la Fédération ban-
caire européenne (FBE). « Les
banquesdel’Uniondevrontlever
plus de 500 milliards d’euros de
capitaux additionnels ».
LaDeutscheBankaprislesde-
vants, annonçant une importan-
te augmentation de capital, no-
tamment pour financer la prise
de contrôle de Postbank (lire en
page 25).

Sil’accordétaitjugéplutôtcon-
ciliants pour les banques – on li-
ra ci-dessous l’interview d’Eric
De Keuleneer (Solvay) –, le sec-
teur sait toutefois que la bataille
n’est pas terminée. L’ac-
cord prévoit en effet un
deuxième matelas, dit
« contra-cyclique » (de
0à 2,5 %)dontl’imposi-
tionseraitàladiscrétion
desautoritésnationales.EtleCo-
mité de Bâle étudie des mesures
spécifiques et plus contraignan-
tespourlesinstitutionsfinanciè-
res d’importance systémique.
Or,lesecteurbancaireneveutni
de l’un, ni des autres.■

D.B.

P. 22 LES BANQUES BELGES
SORTIES DE L’ORNIÈRE

P. 25 LA DEUTSCHE BANK
LÈVERA 9,8 MILLIARDS

ENTRETIEN

Eric De Keuleneer est pro-

fesseur à la Solvay Brus-
sels Schools of Economics. À
ses yeux, le lobbying bancaire a
réussi à émasculer les normes
de Bâle III.

Les régulateurs bancaires ont,
comme prévu, décidé de rele-
ver le niveau minimum de capi-
tal que les banques devront dé-
tenir. C’était la chose à faire ?

Oui. Mais le relèvement décidé
cedimancheàBâleesttropmo-
deste. Ce n’est pas cela qui va
changer le profil de risque des

banquesnileursactivités.Preu-
ve que le lobbying acharné me-
né par le secteur a prévalu. Les
grandes banques n’ont cessé de
dire qu’un relèvement trop im-
portant des exigences de fonds
propres réduirait leur capacité
à prêter aux entreprises et aux
particuliers, et donc à financer

l’économie et la croissance. Cet-
tethèseaétéacceptéecommeun
axiome, alors que le principal
problèmedel’économiemondia-
le depuis 10 à 20 ans, c’est la
surcapacitédesbanques àfaire
desbêtises :àfinancerlaspécu-
lation(surlesmatièrespremiè-
res, sur les devises, sur les ac-
tions…) ;àprêteràmauvaises-
cient, notamment à des États
surendettés, comme elles l’ont
faitpendantdesannéespourla
Grèce et l’Irlande ; et à payer
des salaires et des bonus beau-
coup trop élevés, qui encoura-
gent,depuisquinzeàvingtans,

la cupidité et la perte de l’éthi-
que d’abord dans le secteur fi-
nancieret, parcontagion, dans
les autres secteurs économi-
ques.

Mais à trop relever les exigen-
ces de fonds propres, ne réduit-
on pas mécaniquement la ca-
pacité des banques à prêter ?

Les grandes banques font du
chantage depuis deux ans sur
différents sujets. Elles préten-
dentquesiellesnepeuventplus
donner de bonus, elles ne pour-
ront plus engager les « talents
rares » dont elles ont besoin ;
quesi les contraintes réglemen-
tairessonttropsévères,ellesde-
vront réduire leurs prêts aux
agents économiques… Mais si
lesbanquesprêtentinsuffisam-
ment aux entreprises et aux
particuliers, c’est parce qu’elles
ne savent pas très bien gérer le
risque – elles ont un peu oublié
leurmétierdebase–et,surtout,
parce que la spéculation est
plus rentable. Il aurait fallu
releverleratiodefondspro-
presà8ou10 % ;etim-
poserdesratiosplus
élevés sur les acti-
vités spéculati-
ves que sur les
crédits « nor-
maux ». Les
grandes ban-
ques font une
telle fixation
surlesinstru-
ments finan-

ciers, leur modélisation, et leur
liquidité, qu’elles négligent
trop souvent le crédit tout sim-
ple qui est, pourtant, leur rai-
son d’être.■ Propos recueillis par
D.B.

Les contribuables belges

ont de plus en plus re-
cours au mécanisme de
régularisation fiscale organi-
séauseinduServicepublicfé-
déralFinances. Selon Francis
Adyns, porte-parole du SPF,

« 1.688 déclarations ont été
faitesauprèsduservicedesdé-
cisions anticipées, qui gère la
régularisationfiscale.Celare-
présente un montant déclaré
de 484 millions d’euros ».

Ceserviceaétémisenplace
en2006, pour prendre la sui-
tedesopérationsdeDLU(dé-
claration libératoire unique).
Depuis cette date, des ci-
toyens en délicatesse avec le
fisc y ont déclaré 1,241 mil-
liardd’eurosderevenusplan-
quésàl’étranger.Surcemon-
tant, 787 millions d’euros ont
fait l’objet d’une régularisa-
tion, ce qui a permis à l’Etat
d’encaisser208millionsd’eu-
ros d’impôts.
Onnoteunenetteaccéléra-
tion dans les montants. La
première année avait été la
plus prolifique, avec 1.630
dossiers pour 335 millions
d’eurosdéclarés.En2009,on
en était à 786 dossiers pour
227millionsd’eurosrapatriés
par les contribuables. L’accé-
lération des huit premiers
mois de 2010 est donc très
nette.

Quelles en sont les rai-
sons ? « On note de plus en
plusuneérosiondusecretban-
caire,tantenEuropequehors-
Europe, explique Francis
Adyns. Il y a aussi l’effet de la
directive européenne sur
l’épargne, qui prévoit un
échange d’informations entre
Etats-membres. » Interrogé
sur les antennes de BelRTL,
le ministre des Finances Di-
dier Reynders, y voit un effet

« deslistesquenousavonsob-
tenues de pays étrangers con-
cernant des contribuables
ayant des comptes en Autri-
che, en Suisse, au Liechtens-
teinoud’autrespays.L’échan-
ge d’informations les pousse
probablement à régulariser
leur situation ».■

BERNARD PADOAN

Rectificatif

Le Service de conciliation fisca-
le (Le Soir du 11 septembre
2010) est opérationnel depuis
le 1er

juin 2010, et non le

1er

janvier 2010 comme nous
l’avons indiqué par distrac-
tion. Avec nos excuses. (B. P.)

Sur les marchés boursiers, les valeurs
bancaires étaient en hausse un peu
partout en Europe. A Bruxelles, Dexia
a bondi de 6,16% et KBC de 4,39%

Les régulateurs ont choisi la voie du
compromis entre des souhaits nationaux
divergents. Ils ont également été
attentifs à l’opinion du secteur bancaire

“Le lobbying acharné mené

par le secteur bancaire a prévalu. »

Leretour de
l’argent caché
àl’étranger
s’accélère

L’ESSENTIEL

LES FONDS PROPRES DES QUATRE GRANDES BANQUES « BELGES »

LESOIR -14.09.10

15

14

13

12

11

10

9

8

7

6

5

1er

trim.
2010

2e

trim.

4e

trim.

3e

trim.

2e

trim.

1er

trim.
2009

4e

trim.

3e

trim.

2e

trim.
2008

12,2 %
11,4 %

10,6 %

11,2 %

Ratio Tier one (Bâle II) en %

BÂLE 3 EN BREF

Fisc

+SCIENCES&SANTÉ+SPORTS

Des banques plus solides

DeKeuleneer:«Uneréformeinsuffisante»

économie

Finance / Le ratio de solvabilité devra être au moins de 7%

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

21

www.lesoir.be

1NL

13/09/10 21:09 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 22

● Pour la première fois
depuis sept trimestres,
le prix moyen de la
chambre d’hôtel a aug-
menté (+2 %).

● Les prix restent au ni-
veau de 2003 ou 2004.

● La nuit à Bruxelles
(94 euros) est loin de
la moyenne de Monte-
Carlo (180 euros) ou de
Rio (166).

INTERNET Divorce en vue chez

MeeticLefondateurdunuméro
un européen des sites de ren-
contres Meetic réfléchit à une
possible cession de ses parts.
Marc Simoncini, qui détient en-
core22,98%ducapitaldesaso-
ciété, et la société Match Pega-
sus,propriétairede26,72 %des
parts, ont confié à la banque
d’affaires Messier Partner un
mandat commun « afin d’éva-
luer toutes les options stratégi-
quespourlasociétéetsesaction-
naires », selonun communiqué.
Meetic est le leader européen
des sites de rencontres. Il avait
en juin 2009 repris les activités
Europe du nº 1 mondial
Match.com. (afp)

INTERNET La RTBF « déplore »

l’action des éditeurs La RTBF a
reçu la citation à comparaître
devant le Tribunal de commer-
ce de Charleroi lancée (Le Soir
devendredi)parleséditeursde
la presse quotidienne franco-
phone (Rossel, IPM, Corelio),
qui demandent la cessation de
ses « activités de presse écrite en
ligne » (sites, blogs, réseaux so-
ciaux). La RTBF « déplore » cette
action, estimant que « si elle de-
vait aboutir, elle mettrait pure-
ment et simplement en péril une
présence cohérente et crédible
du service public sur les nou-
veaux médias » ainsi que « ses
missions et le pluralisme de l’in-
formation ». (J.-F. Lws)

Les lecteurs belges du plus

importantquotidienfran-
çais, L’Équipe, n’ont pas vu la
différence mais le numéro
qu’ils ont acheté lundi était
historique : pour la première
fois, le quotidien sportif du
groupeAmaury(LeParisien–
Aujourd’hui en France,
L’Équipe, France Football,
ASO qui organise le Tour de
France et le Dakar) a vu un
millier d’exemplaires sortir
d’une imprimerie belge. De-
puis lundi en effet, L’Équipe a
rejoint la liste des quotidiens
étrangers qui impriment sur
le sol belge une part de leur
production destinée au mar-
chéeuropéenvoireparfoisbel-
ge :DailyExpress,DailyStar,
DailyTelegraph,FinancialTi-
mes, The Wall Street Journal
Europe, International Herald
Tribune, Corriere della Sera,
La Gazzetta dello Sport et, cô-
té français, le seul… Paris-
Turf(deuxièmeventefrançai-
se en Belgique après Le Mon-
de).

A l’échelle d’un journal qui
vend 320.000 exemplaires
chaque jour, le marché belge
ne représente pas grand-cho-
se : 800 numéros vendus en
moyenne, un millier lors des
grossesactussportives.ABou-
logne-Billancourt, siège du
quotidien sportif, on vise par
cette opération un double-
ment des ventes en Belgique.

Enraisondel’actualitésporti-
ve, L’Équipe est le quotidien
français qui boucle le plus
tard. Si Amaury dispose de 5
imprimeries dans toute la
France,c’estdesrotativespari-
siennes que sortent les exem-
plairesdistribuésenBelgique.
Troisheuresderoutenegaran-
tissaientpasladistributiondu
quotidienfrançaissurl’ensem-
ble du territoire belge mais
uniquement à Bruxelles, où
s’écoulent les quatre cinquiè-
mes des exemplaires distri-
bués dans notre pays, et dans
saproche périphérie.

« Comme d’autres titres
français, L’Équipe éprouvait
unecertaine frustration à être
disponible en jour J dans cer-
tains pays servis par avion
mais pas de l’autre côté de la
frontière, explique Philippe
van Boxmeer, account mana-
gerchezAMP,leprincipaldif-
fuseur de presse de Belgique.

Nous avons donc cherché une
solution avec Amaury et
avonsdémarchédifférentsim-
primeurs. »

Et c’est finalement, ce qui
nemanquepasdepiquant,un
éditeur flamand, le groupe
ConcentraquiéditeGazetvan
Antwerpen et Het Belang van
Limburg à Hasselt, qui a été
choisi pour une première an-
née. L’Équipe vient donc dé-
sormais du Limbourg et non
plus de Paris !■

J.-F. Lws

l’économie

Comment nos banques se portent-elles,

deux ans après la crise qui a failli faire
imploserle système financier mondial ?
Les bénéfices reviennent. Alors qu’au se-
cond semestre de 2008, Dexia avait affiché
unepertede4,1milliardsd’euros,labanque,
depuis le début 2009, accumule les trimes-
tres positifs (elle a déjà engrangé 464 mil-
lionsd’eurosdebénéficesaupremiersemes-
tre de cette année, et 1 milliard en 2009).
Idem pour KBC, qui, après trois trimestres
infernaux (une perte de 0,9 milliard au troi-
sième trimestre 2008, de 2,6 milliards au
quatrièmeetde3,6milliardsaupremiertri-
mestre2009),aretrouvéelleaussilechemin
desbénéfices :0,6milliardengrangéaupre-
mier semestre de cette année. Quant à For-
tis, après la débâcle de fin septembre 2008,
elle a retrouvé toute sa vigueur. Sur le pre-
miersemestredecetteannée,labanqueaffi-
che un bénéfice d’environ 0,8 milliard d’eu-
ros.

UnesituationoùlaBelgiquesecomparefa-
vorablement face à certains pays, comme
l’Espagne, la Grèce, l’Irlande voire l’Allema-
gne, où certaines banques doivent encore
s’assainiretaffronterunesituationéconomi-
que plus difficile que chez nous.
Certes, les injections de capitaux réalisées
par l’Etat n’ont pas été négligeables non
plus : 16,4 milliards d’euros pour renflouer
Fortis, Dexia, KBC et Ethias, sans compter
les interventions des régions (pour KBC,

Dexia et Ethias) et du Holding communal
(chez Dexia). Mais certains pays se débat-
tentdans dessituations plusgraves : laGrè-
ce ou l’Irlande, qui devrait finalement dé-
bourser,selonl’agencedenotationStandard
andPoor’s, 50milliardsd’eurospourremet-
tre son systèmefinancier à flot.
« Aprèsdeuxans,lasituations’estamélio-
rée, confirme Dirk De Cort, responsable des
statistiques chez Febelfin, l’association des
établissements financiers belges. Les ban-
ques ont restauré leur santé financière et re-
gagné la confiance des clients. »
Lepaysageachangé.« Onneseretrouvetou-
tefois pas dans la situation d’avant-crise »,
ajoute le responsable de Febelfin. D’abord
parce que nos grandes institutions maigris-
sent : elles sont en train de réduire la taille
de leur bilan (une cure imposée par la Com-
mission européenne), abandonnant des
pansentiersd’activitésàl’international,etla
plus grande, Fortis, est désormais la filiale à
75 % deBNP Paribas.
Changement de taille, donc, mais pas seu-
lement. Auparavant, les grandes banques
belgesallaienttrouverdel’argentsurlemar-
ché,auprèsd’autresbanquesoudegrandsin-
vestisseurs.Désormais,leurprincipalesour-
ce de financement redevient les dépôts des
clients.

« La situation des crédits évolue aussi de
manièrepositive,noteDirkDeCort.Lesder-
niers chiffres de l’observatoire des crédits

sont significatifs, dit-il : sur les sept mois de
cetteannée,onobserveunecroissancedescré-
ditsauxentreprisesdel’ordrede5 %parrap-
port à l’an dernier. » La santé des entrepri-
ses, du moins de celles clientes des banques,
estaussimoinsmauvaisequ’onn’auraitpule
craindre : le nombre d’accidents sur les cré-
ditsresterelativementlimité.« Toutcelain-
fluence positivement la rentabilité », ajoute
Dirk De Cort.
Des défis. Il reste que la situation n’est pas
touterose.Lesecteurdoits’adapteràceten-
vironnement changeant : sur le plan régle-
mentaire,lesbanquesdoiventconstituerdes
matelas financiers plus importants (voir les
nouvellesrèglesimposéesparBâleIII).Elles
sont aussi soumises à un contrôle qui est en
traind’évoluerconsidérablement(aveclami-
se en place de contrôleurs au niveau euro-
péen).Etellesvontdevoirpayerdenouvelles
taxes (en Belgique, elles vont bientôt verser
leurpremièrecontributionàlataxebancaire
surlesdépôtsdécidéel’andernierparlegou-
vernement).

« Et puis il reste une dernière inconnue,
ajoute Dirk de Cort. Comment va évoluer
l’économie ? »Aujourd’hui,l’économieeuro-
péenne ne semble ne pas se porter si
mal. Mais certains évoquent le risque d’une
retombée en récession, en Europe et aux
Etats-Unis.Auquelcas,denouveauxproblè-
mes pourraient surgir. ■

PIERRE-HENRI THOMAS

Cen’étaitplusarrivédepuis

le deuxième trimestre
2007 : l’indice moyen des
prixhôteliersestrepartiàlahaus-
se.Une« petitehausse »(+2 %),
mais une hausse quand même
après sept trimestres de chute
consécutive. La reprise est enco-
re inégale : les prix se stabilisent
côtéoccidentalalorsqu’ilya une
vraie hausse dans la région Asie-
Pacifique. Enfin, la reprise est
marquée par l’actualité : le prix
moyendeschambresagrimpéde
35 %auCap(AfriqueduSud)en
raison de la Coupe du monde,
maisilachutéde22 %àReykja-
vik dans la traînée de l’éruption
du volcan Eyjafjöll en Islande.
« La moyenne des prix demeu-
rent à des niveaux de 2003 ou
2004 »confie–surl’airde« pro-
fitez-en ! »– le site de réserva-
tion hotels.com (membre du
groupeExpedia)quipubliecetin-
dice des prix « réellement payés
par les clients » qu’ils ont aidé à
réserverdans91.500hôtelsrépar-
tis dans 15.750 villes à travers le
monde.

Des180eurosqu’ilfautdébour-
ser par nuit pour loger à Monte-
Carlo (Monaco) aux 58 euros
moyens réglés à Riga (Letonie)
ou Christchurch (Nouvelle-Zé-

lande), les prix de l’oreiller sont
très variables. Notamment
quand le rapport dollar/euro in-
fluence les données. Bruxelles
reste à un taux moyen de 94 eu-
ros la nuit (54e

position dans les
villesimportantes),loindeGenè-
ve(174euros),Venise(137),Lon-
dres et Zurich (129), moins loin
de Paris (117) ou Amsterdam
(115), plus proche d’Istanbul
(101), Barcelone (100), Luxem-
bourg, Sydney ou San Francisco
(98),Vienne(94)etMadrid(87).

Dans le haut du tableau, c’est
Rio(166)quiestdevenueladesti-
nation non européenne la plus
chère dans le monde, avant New
York (153), Moscou (150) ou
Washington (147) quand Abu
Dhabi(136euros,–29 %),Buca-
rest(72euros,–27 %)etReykja-
vik(78euros,–22 %)ontenregis-
tré les plus importantes baisses
parnuit d’hôtel.
À96eurosenmoyenne,laBel-
giqueoccupelemilieudetableau
européen tiré par la Suisse (138

euros),laRussie(131)etlaNorvè-
ge (123) et poussé par la Tché-
quie (76 euros), la Pologne (74)
et la Hongrie (70).
Enfin,lesétoilesnebrillentpas
de la même manière dans toutes
lesvilles :ilfautenmoyenne306
euros pour passer une nuit dans
uncinqétoilesàParismaisseule-
ment 140 pour la même catégo-
rieàBangkok,104àLisbonneou
Marrakech et 76 à Varsovie. Soit
15eurosl’étoile,c’estpascher…■

ÉRIC RENETTE

Pour la neuvième année, l’opération « Ouvrir mon quoti-

dien » (OMQ) a été lancée lundi dans tous les établisse-
ments scolaires de Communauté française. Cette opéra-
tion d’éducation aux médias prévoit la distribution gratuite
pour une année scolaire de l’ensemble des titres de la presse
francophone dans les milliers de classes qui en feront la de-
mande. L’inscription gratuite est ouverte à l’ensemble des éta-
blissements primaires et secondaires tous réseaux confondus.
Information et inscription : www.jfb.be/omq

lesmédias

Impressionbelge
pour« L’Équipe »

Prix moyen en hausse

Prix moyen égal ou en baisse

Irlande

Suède

Finlande

Norvège

Islande

Suisse

Autriche

Rép. Tchèque

Pologne

Hongrie

Danemark

Pays-Bas

Allemagne

BELGIQUE

Grèce

Turquie

France

Espagne

Portugal

Italie

Royaume-Uni

82 ¤- 20 %

123 ¤+ 11 %

106 ¤+ 7 %

103 ¤+ 2 %

74 ¤+ 0 %

113 ¤- 5 %

112 ¤+ 8 %

79 ¤- 4 %

96 ¤+ 1 %

106 ¤+ 4 %

89 ¤+ 3 %

95 ¤+ 8 %

138 ¤+ 2 %

89 ¤+ 4 %

84 ¤- 2 %

84 ¤+ 1 %

106 ¤+ 0 %

92 ¤- 2 %

100 ¤+ 1 %

70 ¤- 7 %

76 ¤+ 2 %

XX¤XX%

XX¤XX%

LE SOIR - 14.09.10

LES PRIX MOYENS DES CHAMBRES EN EUROPE

Chiffres au 2e

trimestre 2010

(par rapport au 2e

trimestre 2009)

Desbanquessortiesdel’ornière

« Ouvrir mon quotidien »

Presse / Il veut doubler ses ventes ici

Leprixdelanuit d’hôtel
repart à la hausse

Finance / Deux ans après la crise, les institutions belges ont retrouvé les profits

Tourisme / 306 euros le cinq étoiles à Paris

L’ESSENTIEL

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

22

1NL

www.lesoir.be

13/09/10 22:20 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 23

726 millions de cartes de paiement bancaires sont en circu-
lation en Europe. Ce nombre reste relativement stable et
correspond à 1,45 carte par Européen.

INDUSTRIE Dow Corning investit 35

millions d’euros à Feluy Dow Cor-
ning, une filiale du groupe chimi-
que américain Dow Chemicals,
spécialisée dans le développe-
ment, la production et la distribu-
tiondeproduitsàbasedesilicone,
va investir 35,5 millions d’euros
dans un nouveau centre de distri-
bution à Feluy (Hainaut) d’une su-
perficie de 32.000 mètres carrés.
L’investissement devrait permet-
tre de créer 130 emplois. Ce nou-
veau centre de distribution doit
permettreà Dow Corning de livrer
àses clients dans toute l’Europe et
au Moyen-Orient. La construction

devrait débuter le mois prochain
pour s’achever à la fin 2011. (b)

TRANSPORTS Aéroport de Bruxel-

les:laFGTBcraintl’arrivéed’une3e
société de manutention
Le syndi-
cat socialiste va organiser des réu-
nions d’information du personnel
de Flightcare et Aviapartner, les
deuxsociétésdemanutentionacti-
ves à l’aéroport de Bruxelles. Le
syndicat craint que le secrétaire
d’EtatàlaMobilitéadopteprochai-
nementunarrêtéroyalquipermet-
traitl’arrivéed’unetroisièmesocié-
té de manutention sur le tarmac.
(b)

● L’histoire peu pétillan-
te de la faillite de Spon-
tin.

● Un nom toujours très
présent même si l’eau
des sources sert depuis
longtemps à faire de
l’Ice Tea.

● La faillite suscite un
litige avec les proprié-
taires néerlandais.

Trois types d’eauLes eaux de source et eaux mi-
nérales sont d’origine souterraine. Elles sont proté-
gées contre la pollution et n’ont subi aucun traite-
ment chimique ni adjonction d’additif. Elles doivent
être embouteillées à la source. La composition de
l’eau minérale naturelle doit être stable et fait l’objet
d’une réglementation européenne spécifique. L’eau
de table est de même nature que l’eau du robinet (ou
de puits) mais commercialisée en bouteille. C’est une
eau stérilisée à laquelle on a ajouté ou retiré des miné-
raux.

Pays de l’eau en bouteille Le Belge boit en
moyenne 120 litres d’eau en bouteille par an, ce qui
correspond à un total de 1,3 milliard de litres ou à un
verre de 33 cl par jour par personne. Les eaux plates
représentent trois quarts du total pour un quart seule-
ment de « pétillantes ». En Europe, la Belgique se clas-
se 4e

après l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne. En 2009,
la production et l’embouteillage d’eaux minérales bel-
ges tournaient aux alentours des 720 millions de li-
tres.
En Europe, les ventes d’eaux embouteillées représen-
tent 44 % du marché (en volume) des boissons non
alcoolisées. En valeur, elles ne représentent « que »
32 % du marché, compte tenu du fait que le prix
moyen d’une bouteille d’eau est moins élevé que la
plupart des autres boissons non alcoolisées. (PH.DB.)

Même si elle n’est plus

surlestablesdecuisine
ou de café depuis long-
temps, l’eau de Spontin est une
marque qui persiste dans l’in-
conscient de plus d’une généra-
tiondeconsommateursenBelgi-
que.EtplusencoreauxPays-Bas
oùsanotoriétéest, paraît-il,plus
grande encore. Si on ne boit plus
de Spontin en direct, les sources
de la région de Dinant restent
néanmoins indirectement pré-
sentesdanslespalaisdesconsom-
mateurs : Spontin fait partie des
zones de captage de Vivaqua qui
fournit la région bruxelloise en
eau potable et, depuis des an-
nées,c’est de l’eau des sources de
Spontin qui pétille dans le Lip-
ton Ice Tea embouteillé pour le
secteur horeca. Sauf que là, elle
ne pétille plus.
Depuisle8septembre,letribu-
naldeCommercedeDinantaof-
ficiellement prononcé la faillite
de la société Spontin SA, un des
plus importants employeurs de
la commune d’Yvoir. Trente-
deuxpersonnesseretrouventsur
le carreau. Elles s’y attendaient
un peu puisqu’elles étaient au
chômage technique depuis le
mois de mars, juste avant la
« grosse saison », quand on fait
venir des renforts pour fournir
les clients durant les chaleurs de
l’été.« Alorsquelecarnetdecom-
mande est plein » ressasse Al-
phonse Legait, électromécani-
cien chez Spontin depuis plus de
26ansetparailleursdéléguésyn-
dical CSC. Une drôle d’histoire,
symbolique à plus d’un point.
L’eau et Spontin sont intime-
ment liés. Depuis longtemps, les
sources de Duchesse, Presbytère
et Clairchant ont une réputation
curative. Sous Napoléon, paraît-
il, la Duchesse avait ses habi-
tués…

En 1922 est créée la Compa-
gnie Générale des Eaux Minéra-
les et Gazeuses. Contrairement
aux autres grandes groupe
(Chaudfontaine, Spa…), ici les
sources ne sont pas propriétés
communales mises en conces-

sion mais propriétés propres.
Spa les rachète en 1956 puis les
intègredanslegroupeSpadel.Ce
sont les seules sources en pleine
propriétédugroupe…« Onatou-
jours été le petit Poucet du grou-
pe » résume Alphonse Legait.
Spadel finit par intégrer Spontin
danssafilialeBru-ChevronSAet
par dissoudre Spontin SA. Puis
d’en céder les activités, en 2007,
àdesentrepreneursNéerlandais.
Auparavant, cependant, Spa-

del participe à la première mort
de Spontin, en la déclassant du
statut d’eau minérale naturelle
en « simple » et moins rentable
eaudesource.« Ilyavaitdespro-
blèmes de stabilité ne permettant
plus de garantir l’appellation,
beaucoupplusstricted’eauminé-
rale », explique-t-on aujourd’hui
chezSpaMonopole.Oùlasépara-
tiondéfinitivedugroupesejusti-
fieraitparlavolontéde recentrer
les activités sur le core business
des eaux minérales.
Quoiqu’ilensoit,Spontinadu

coupperdudesavaleurpotentiel-
le.Maisilfautdireaussiquel’ac-
tivité a changé. La production
d’eauenbouteilleafaitplaceàde
l’embouteillage « à façon ». Le
gros client, c’est le géant Unile-
veràtraversPLi(PepsiLiptonIn-
ternational) pour assurer la con-
fection de l’Ice Tea en bouteille
de verre (200ml) et PET
(500ml). Une activité qui repré-
senteplusde80 %duchiffred’af-
fairesetdesactivitésdelanouvel-
le société. « Mais
c’est Unilever qui
nous a tués, expli-
que dépité Léonard
Freeke, l’homme fi-
nalement placé à la
directionparlesnouveauxaction-
naires.Ilaexigéd’uncoupunedi-
minution de 30 % ».
On pourrait s’arrêter là. Sauf
que l’histoire semble bien plus
compliquée et complexe. Et que
lasourcen’estvisiblementpasta-
rie. Côté syndical, on n’est pas
tendre avec les repreneurs. L’in-
vestissement dans une ligne de
mise en « tertrapack » et le pro-
jet de diversification par des si-
ropsdefruitbio(genreTeisseire)
vendus aux Pays-Bas ne trouve
aucune grâce à leurs yeux. « La

productionnel’intéressaitpas es-
time Philippe Hanseval (CSC).

Mais le carnet de commande
pour Unilever était plein et il re-
fusaitqu’ontravailleparcequele
contratsignén’’étaitplusvalable
à ses yeux. » Il faut alors peu de
tempspourquel’endettementde
la société refroidisse les banques
et impose une réaction. Le volet
juridique débute.
Un mandataire judiciaire est
désigné par le tribunal de com-
merce de Dinant. L’objectif est
de sauver l’activité « par trans-
fertd’activité ».Ilfautdonctrou-
ver des repreneurs. Trois sont en
lice. Mais ils posent tous les mê-
mes conditions : renégocier le
contratavec Unilever et disposer
des pleins droits sur le nom
« Spontin ». Qui vient de faire
l’objet d’un contrat de licence à
des sociétés néerlandaises liées
aux actionnaires en août ! C’est
lagouttequifaitdéborderlevase
etperdrelaconfiancedumanda-
taire judiciaire qui active la mise
enfaillite.Poursauvegarderl’eau
deSpontinetlepotentield’activi-
té. Deux curateurs ont été dési-
gnés. Le propriétaire défend sa
bonne foi et assure que tout est
transparent, qu’il y a beaucoup
d’accusationsnonfondées,quele
contratdelicencen’estqu’uneex-
cuse… L’histoire se complique,
l’eausetrouble.Maisimmanqua-
blement,ildevraityavoirunesui-
te.■

ÉRIC RENETTE

Faut-il craindre une augmentation imminente du prix du

pain ? Selon Het Laatste Nieuws, une hausse de 5 à 7 % du
prix pourrait intervenir d’ici le 16 septembre, date à laquelle
le groupe minotier Ceres, qui fournit tout ou partie de la farine uti-
lisée par près de 50 % des boulangers belges a annoncé une haus-
se de ses tarifs. Les prix du blé ont connu une forte hausse ces der-
nières semaines, en raison notamment des incendies d’été en Rus-
sie et de la baisse de qualité de la récente récolte dans nos ré-
gions. Mais pour Albert Denoncin, président de la Fédération fran-
cophone des boulangers, la hausse du pain, dont le prix est libre,
n’est pas inéluctable.
« Ce serait facile de crier avec les loups : Ceres
augmente, donc on augmente, dit-il. Ce serait un bon moment pour
faire passer la pilule. Mais si on augmente les prix, on va renvoyer les
clients dans les grandes surfaces ». (B. P.)

Trois repreneurs potentiels se sont fait
connaître. Mais ils exigent de renégocier
le contrat avec Unilever et de disposer des
pleins droits sur le nom « Spontin »

Christophe de Margerie, le président du comité exécutif de Total, à « L’Echo » :
« Le pétrole va devenir naturellement plus cher. Il y a un besoin naturel qui vient
des pays qu’on appelle émergents. » © PIERRE-YVES THIENPONT.

HORS MARCHÉ DEPUIS DE LONGUES ANNÉES déjà, les sources
de Spontin font partie d’une sorte de « patrimoine collectif »
aquafile.© YVES RAISIERE.

Le pain va-t-il augmenter ?

L’ESSENTIEL

Mater Brakel

Gavere

Ranst

Boortmeerbeek

Scheldewindeke

Roosdaal

Ninove

Genval

Céroux-Mousty

Philippeville

Bavikhove

Chevron

Etalle

Chaudfontaine

Spixhe

Spa

Werbomont-
Ferrières

Francorchamps

Bron-Val

Ordal

Konings
Toep
Top

Céroux-Mousty

San Benedetto

( Orangina Schweppes )

Christiana Gintsberg

Chaudfontaine

( Coca-Cola )

We

Harre

Sty

Booororttmtmeeerb

Val

Spa Reine
Spa Barisart
Spa Marie-Henriette

( Spadel )

Et

Volette
Valvert

( Nestlé )

pp

Villers Monopole

Ninove

Sunco

S

(

Leberg

Clémentine

Frannncocococorcrcrcrchhhhahahampmpmpmpssss

Duke

( Sunnyland )

K

Amelberga

Sp
Sp

( S

Bru
Love my planet

( Spadel )

LES SOURCES D’EAU MINÉRALE NATURELLE EN BELGIQUE

LESOIR-14.09.10
Source : Commission européenne,FIEB

HISTOIRES D’EAUX

l’économie

AUTOMOBILEVolkswagen a annoncé lundi avoir nommé Jo-
nathan Browning, un ancien de General Motors, à la tête de
ses activités américaines. M. Browning, 51 ans, avait rejoint
Volkswagen en juin, après neuf ans au sein de GM Europe,
comme chef du service des ventes et du marketing.
ACTIONSLa Bourse d’Istanbul a connu lundi un plus haut
historique au lendemain du succès d’un référendum sur une
réforme constitutionnelle qui renforce le parti au pouvoir.

726

Spontin boit la tasse

Boissons / La faillite a été prononcée, des repreneurs se sont fait connaître mais…

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

23

www.lesoir.be

1NL

13/09/10 20:38 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 24

LANCE-TOI BILLE EN TÊTE !

SINCE 2000

10

LES 3 MEILLEURS
PARTICIPERONT À LA
FINALE LORS DE NOTRE
SOIRÉE ANNIVERSAIRE
LE 07 OCTOBRE 2010
À BRUXELLES

SURFE

SUR

& JOUE À NOTRE
FLIPPER ONLINE

1 montre Victorinox

1 Suzuki M 1800 R
Intruder

Des vacances de rêve pour 2 personnes
en République Dominicaine

16283340

1NL

www.lesoir.be

13/09/10 21:47 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 25

INFORMATIQUE HP rachète ArcSi-

ghtLenumérounmondialdesor-
dinateurs Hewlett-Packard a an-
noncé lundi qu’il allait racheter la
société de sécurité informatique
ArcSightpourenviron1,5milliard
de dollars. Le rachat aura lieu
sous forme d’offre publique
d’achat de toutes les actions
d’ArcSight et devrait être finalisé
à la fin de l’année, sous condition
des autorisations de rigueur.
C’est la deuxième grosse acquisi-
tion d’HP en moins d’un mois,
après l’accord conclu il y a dix
jours pour racheter 3PAR 2,4 mil-
liards de dollars. (afp)

Le cimentier suisse Holcim a obtenu une compensation
de 650 millions de dollars (507 millions d’euros) pour la na-
tionalisation de sa filiale vénézuélienne, entrée en vigueur
en juin 2008.

BANQUE Zachodni racheté par
Santander, qui devance BNP Pa-
ribas
Le groupe bancaire irlan-
daisAlliedIrishBanks(AIB)vacé-
der pour 3,1 milliards d’euros le
contrôle de la troisième banque
polonaise,BankZachodni,àsari-
vale espagnole Santander, qui a
ainsi coiffé au poteau la françai-
se BNP Paribas. Santander va
payer 2,9 milliards d’euros pour
les 70 % d’AIB dans Bank Za-
chodni (BZ), plus 150 millions
pour sa participation dans la so-
ciété de gestion d’actifs BZ AIB
Asset Management, a précisé la
banqueirlandaisedansuncom-
muniqué.
Avec ce rachat, Santander, dont
lesactivitéssontrépartiesenEu-
ropedel’Ouest,enAmériquela-
tine et aux Etats-Unis, va ainsi
avancer géographiquement ses
pions, en s’implantant pour la
premièrefoisdansla banquede
détail sur un marché d’Europe
de l’Est. Jusqu’ici, elle n’était
présente en Pologne que sur le
crédit automobile et la banque
de financement et d’investisse-
ment.Zachodni,àlatêted’unré-
seau de 512 agences qui en fait
le numéro trois en Pologne, a
réaliséunbénéficenetenbaisse
de 3 % au premier semestre à
122,5 millions d’euros. Son ra-
chat constitue la plus grande
transaction dans le secteur ban-
caire en Pologne depuis plu-

sieurs années. (afp)

BANQUESociétéGénéraleviseun
bénéfice net d’environ 6 mil-
liards
LabanquefrançaiseSocié-
téGénéraleviseunbénéficenet
d’environ 6 milliards d’euros en
2012, selon un document pu-
blié lundi sur son site internet.
Après de piètres résultats en
2008et2009,àcausedel’affaire
Kerviel et de la crise financière,
la banque s’est nettement re-
dressée en 2010. Forte d’un bé-
néficenetde2,1milliardsaupre-
mier semestre, elle s’est fixé un
objectif de profit annuel de
3milliardsd’euros,soitlamoitié
de ce qu’elle vise pour 2012.
Toujoursàhorizon2012,legrou-
pe vise un rendement de ses
fonds propres après impôts de
14%-15 % (contre 11 % au pre-
mier semestre 2010). (afp)

La Commission européenne a nettement relevé lundi sa prévi-

sion de croissance pour la zone euro en 2010, à 1,7%, tout en
prévenant que la reprise « reste fragile » et que l’activité de-
vrait ralentir au deuxième semestre. Dans sa précédente estima-
tion, datant du mois de mai, Bruxelles tablait seulement sur une
augmentation du Produit intérieur brut (PIB) de 0,9% cette année
dans les 16 pays partageant l’euro, après un recul record de 4,1%
en 2009. «
L’économie européenne est clairement sur la voie de la re-
prise et le redressement de la demande intérieure est de bon augure
pour le marché de l’emploi », a souligné le commissaire européen
aux Affaires économiques, Olli Rehn. (afp)

Lapremièrebanquealleman-

de Deutsche Bank a annon-
cé dimanche laplus grandeaug-
mentation de capital de son his-
toire,pourluipermettredepren-
dre le contrôle de la banque pri-
véePostbankmaiségalementde
s’assurerdavantagedefondspro-
pres.

L’augmentation de capital se-
rad’aumoins 9,8milliards d’eu-
ros, a annoncé la banque. Soit
l’émissiondetitreslaplusimpor-
tante qu’elle ait jamais opérée et
la deuxième plus importante de
l’histoire allemande, selon des
sources proches du milieu ban-
caire interrogées par l’AFP.

Une prise de contrôle de
Postbank

Elle est destinée en premier
lieuàleverlescapitauxnécessai-
respouruneprisedecontrôlede
Postbank,aindiquélepatronde
Deutsche Bank, Josef Acker-
mann.

DeutscheBankdétientactuel-
lement 29,9 % de Postbank et
avait la possibilité d’en prendre
la majorité d’ici à février 2012.
Maisellesouhaitelefairedèscet-
te année, a-t-elle décidé, annon-
çant avoir l’intention de propo-
ser aux actionnaires de Post-
bank de 24 à 25 euros par ac-
tion,un montantcorrespondant
aucoursmoyendutitreaucours
des trois derniers mois.
Grâce à Postbank, Deutsche
Bank va devenir le numéro un
delabanquededétailenAllema-

gne, avec 24 millions de clients
privés. « L’Allemagne est de loin
le premier marché de la banque
de détail en Europe », a souligné
M. Ackermann.
Pour financer cette opération,
la banque a expliqué qu’elle
émettrait 308,6 millions d’ac-
tionsordinaires,opérationauto-
risée par ses actionnaires, à un
prix de souscription provisoire
de 31,8 euros par action.
Lapériodedesouscriptiondé-
marrerale22septembre.Lesac-
tionnaires de Deutsche Bank
pourrontacheteruneactionnou-
vellepourdeuxdétenues.Laban-
que procédera par ailleurs à un
rachat de plus de 3,1 millions de
titresdu13septembreau16sep-
tembre.

Leader européen sur
la banque de détail

La prise de contrôle de Post-
bank doit lui permettre « d’as-
seoir davantage sa position »
surlemarchéallemandetd’« ac-
quérirune positiondeleadersur
le marché européen de la banque
de détail », a indiqué M. Acker-
mann.

Enannonçantdèscettesemai-
ne une augmentation de capital,
Deutsche Bank prend de vitesse
ses principaux concurrents.
Pour l’économiste de Barclays
Capital, Thorsten Polleit, Deut-
sche Bank a calculé que « tôt ou
tard, davantage de banques al-
laient faire appel au marché ».
(afp)■

DeutscheBank
renforceson capital

SICAV

Date Devise c.jour c.Préc. Ret

ARGENTA

Argenta Fd Act Belges

0809EUR4239.984108.64

7.36

Argenta Fd Act Europe

0809EUR2134.032058.97

7.66

Argenta Fd Euro-Banques

0809EUR1757.87

1694.1-17.01

Argenta Fd Fonds d’Etat

0809EUR3674.213693.05

4.4

AXA BANQUE

AXA L Fd.Eq.Belg.c.

0709EUR

425.07

412.4311.35

AXA BFd.Eq.Wld Tal.

0709EUR

120.15

114.8416.93

AXA LFd.Bd Europ.c.

1309EUR1349.691355.49

7.26

AXA LFd.Eq.Europ.c.

1309EUR

531.82

532.29

8.46

AXA L Fund G Assets Neutral c.

1309EUR

394.03

393.53

9.52

AXA LFd.Im.Europ.c.

1309EUR

654.97

655.05

7.83

AXA RosenbergGlobal Eq c.

1009EUR

7.59

7.5615.95

AXA RosenbergUS Eq c.

1009EUR

7.17

7.1219.87

BANQUE DEGROOF

Degr.Bds CorpEURBc

1309EUR

147.08

147.24

9.36

DegroofBonds Euro

1009EUR

378.55

379.79

4.78

DegroofEq.EMU Ind.

1009EUR

270.13

270.19

3.96

DegroofEq.Eur.Index

1009EUR

181.73

181.9912.48

DegroofEq.US Index

1009EUR

254.99

253.4922.06

Degr.Gl.ISIS Highc.

1309EUR

61.16

60.9614.81

Degr.Gl.ISIS Low Bc

1309EUR

67.59

67.55

8.39

Degr.Gl.ISIS Med.Bc

1309EUR

77.81

77.7112.49

DegroofReal Estate

0809EUR1722.411693.99

8.67

BANQUE DE LA POSTE

Post-Rente c.

1009EUR

486

486.89

4.57

BEARBULL AM

Share EuroSelectionc.

1309EUR1153.891154.43

16.4

Share Gold c.

1309USD3088.173067.61

48.1

BKCP

BKCP Inv.Bonds c.

0609EUR

30.98

31.18

7.23

BKCP Inv.WrldTrack.

0309EUR

22.65

22.0213.31

BNP PARIBAS

Par.Bd Euro.Corp.c

1009EUR

144.23

144.58

9.22

Par.Bd Eur.Gov.c

1009EUR

313.07

314.34

5.88

Par.Bond Euroc

1009EUR

182.85

183.39

6.95

Par.Eq.Eur.Sm.Cp c

1009EUR

184.77

183.69

9.35

Par.Eq.Eur.Fin.c

1009EUR

71.97

72.22

2.89

Par.Eq.Lat.Am.c

1009USD

828.29

824.9120.19

Par.Eq.Wrld Em.c

1009USD

345.35

344.1712.16

Parvest EuroEquity

1009EUR

112.86

112.95

1.23

CAPFI-DELEN

Hermes BelgianGrowthc.

1009EUR

121.77

121.5814.94

Univ.Inv.Low A c

1009EUR3468.82

3469.4

7.36

Univ.Inv.Medium A c

1009EUR

3712.9

3710.710.47

CAPITAL AT WORK

Cap@Work Contr.Eq.E

0909EUR

255.73

253.7514.54

Corpor.at Work c

1009EUR

198.35

198.813.84

EuropeanEquities c.

1009EUR

335.93

336.2212.56

Date Devise c.jour c.Préc. Ret

CARMIGNAC GESTION

CarmignacEmergents

1009EUR

658.01

654.8633.23

CarmignacPatrim.A

1009EUR5253.855250.87

9.54

CENTEA

Centea Fd Defensive c.

1009EUR

293.37

293.1

8.02

Centea Fd Dynamicc.

1009EUR

254.53

254.05

9.79

Centea Fd Mix c.

1009EUR4038.724044.67

7.52

CREDIT AGRICOLE

CAAM Em.Mkts Cl.k.

1009USD

30.92

30.83

15.3

CAAMEur.CorpBd Cl.k

1009EUR

15.44

15.46

9.34

CAF Glob.Bond Cl.k.

1009USD

23.91

23.99

6.29

CAAM Glob.Fin.Cl.k

1009USD

9.43

9.43-6.82

CAF Gr.China Cl.k.

1009USD

498.52

494.82

8.54

DEXIA BANQUE

DEXIA Bds EuroGvt c.

1009EUR1829.371836.62

4.1

Dexia Bds Eu.H-Yld c

1009EUR

653.14

652.417.68

DEXIA Bds Euroc.

1009EUR

928.73

932.47

5.61

DEXIA Bds Eurod.

1009EUR

254.49

255.51

5.52

DEXIA Bds USD c.

1009USD

820.11

821.49

7.78

DEXIA Eq BBelgium d.

1009EUR

168.25

168.61

9.68

Dexia Eq.BBRIC c.

1009EUR

27.74

27.6627.11

Dexia Eq.BEm.Eur.c

1009EUR

614.49

613.3335.27

Dexia Eq.BRed Ch.c

1009EUR

886.36

873.4618.51

DEXIA Eq LEmergingMkt c.

1009EUR

574.47

571.46

27.2

DEXIA Eq LEuro50c.

1009EUR

445.91

446.23-0.36

DEXIA Eq LEurope c.

1009EUR

669.95

671.7211.02

Dexia Eq.LEur.H D c

1009EUR

72.57

72.7

5.81

DEXIA Eq LJapanc.

1009JPY

11523

11461-10.95

Dexia Eq.LSus.Wld c

1009EUR

157.54

157.0614.42

DEXIA EqLUSA c.

1009USD

546.62

543.77

4.53

DEXIA Fullinvest Highc.

0809EUR

556.97

553.412.45

DEXIA Fullinvest Highd.

0809EUR

259.63

257.9612.43

DEXIA Fullinvest Low c.

0809EUR

657.58

655.84

8.76

DEXIA Fullinvest Low d.

0809EUR

282.65

281.9

8.74

DEXIA Fullinvest Medium c.

0809EUR

598.47

595.7810.53

DEXIA Fullinvest Medium d.

0809EUR

267.3

266.110.51

Dexia Sus.Eur.BalHgh

1009EUR

288.42

289.0710.84

Dexia Sus.Eur.BalLow

1009EUR

3.66

3.68

8.36

Dexia Sus.Eur.BalMed

1009EUR

5.2

5.22

9.33

Dexia Sus.EuroBds c

1009EUR

306.29

307.5

6.14

Dexia Sust Europe c.

1009EUR

17.31

17.3412.16

Dexia Sust NorthAmerica c.

1009USD

21.91

21.78

2.49

Dexia Sus.World c

1009EUR

14.73

14.6814.42

FIDELITY

FF EuroBlue Chip c.

1009EUR

8.75

8.73

9.54

FF EuroBond Fund c

1009EUR

11.75

11.7912.66

Fidelity Fd-GreaterChina d.

1009USD

127.5

127.3

9.35

FF JapanFund

1009EUR

1.03

1.03

8.56

Fidelity Fd-LatinAmerica d.

1009USD

43.14

43.0426.37

DEUTSCHE BANK

DBStrategicDefensive c.

0709EUR

10.3

10.2811.11

DBStrategicDynamicc.

0709EUR

7.86

7.7

2.74

DBStrategicNeutral c.

0709EUR

9.84

9.7413.49

DBStrategicOffensive c.

0709EUR

6.86

6.69

3.47

Date Devise c.jour c.Préc. Ret

FORTIS BANQUE

BNPP BGl.Bal.Wrld

0909EUR

248.6

247.9510.41

BNPP BGl.GrthWrld

0909EUR

184.91

184.1912.85

BNPP BGl.Stab.Wld

0909EUR

248.49

248.36

8.94

BNPP BI EqAs.ex-Jap

1009USD

644.71

631.7610.51

BNPP BI EqBelgim

0909EUR

493.28

492.1512.26

BNPP BI EqBelgim

0909EUR

247.56

246.9912.21

BNPP BI Eq.Europe

0909EUR

23.59

23.3512.31

BNPP BI EqEur.Em.

1009EUR

462.46

462.9131.25

BNPP BI EqEur.Em.

1009EUR

366.71

367.0731.25

BNPP B I Eq.Japan

0909JPY

7842

7782-13.97

BNPP L1 Bd CurWrld k

1009EUR1373.951374.5722.06

BNPP L1BdEuro.Em.k

0909EUR

523.05

522.0610.63

BNPP L1 BdEurok.

1009EUR

386.05

387.29

6.67

BNPP L1 BdEurou

1009EUR

241.1

241.87

6.6

BNPP L1BdEurCorp k

1009EUR

368.58

369.46

8.97

BNPP L1BdEurCorp u

1009EUR

212.39

212.9

8.93

BNPP L1BdEurGov k

0909EUR

134.37

134.54

5.24

BNPP L1BdEurGov u

0909EUR

106.09

106.23

5.21

BNPP L1BdUSD k

1009USD

639.86

640.6

9.44

BNPP L1BdUSD HYk

1009USD

140.81

140.4314.76

BNPP L1BdWldEm k

1009USD

869.27

868.3617.77

BNPP L1EqAsexJap k

1009EUR

57.98

56.9227.59

BNPP L1EqBrazil k

1009USD

86.66

86.3219.47

BNPP L1EqBstEur.k

1009EUR

295.45

295.3

9.05

BNPP L1EqChina k

1009USD

314.85

306.42-1.22

BNPP L1EqEurEnk

1009EUR

180.66

181.5114.75

BNPP L1EqEurSmCps u

1009EUR

352.36

350.7113.41

BNPP L1EqEurTel k

1009EUR

105.04

105.1917.06

BNPP L1 EqEurok

0909EUR

219.17

217.06

5.87

BNPP L1EqEurou

0909EUR

154.83

153.34

5.88

BNPP L1 EqEurk

1009EUR

374.61

374.8712.53

BNPP L1EqEurEm k

1009EUR1254.661254.3233.79

BNPP L1EqEurFink

1009EUR

58.26

58.45

2.53

BNPP L1EqEurHlthCar

1009EUR

106.83

106.51

15.3

BNPP L1EqEurTechk

1009EUR

22.33

22.3810.46

BNPP L1EqEurUt k

1009EUR

153.06

153.96

2.89

BNPP L1EqHD Eurk

1009EUR

63.36

63.21

5.35

BNPP L1EqHD Wld k

0909EUR

47.08

46.85

9.59

BNPP L1EqLatAm k

1009USD

428.59

426.7720.65

BNPP L1EqRussia k

1009EUR

100.44

100.5454.16

BNPP L1EqTurkey k

0809EUR

244.48

245.451.05

BNPP L1 EqUSASmCap k

0909USD

85.44

85.37

8.23

BNPP L1EqWldConDur

1009EUR

68.74

68.0630.01

BNPP L1EqWldFink

0909EUR

230.33

227.5810.69

BNPP L1EqWldHlthCar

1009EUR

376.15

373.45

15

BNPP L1EqWrldTechk

1009EUR

288.73

288.1215.46

BNPP L1EqWrldTel k

1009EUR

396.04

395.3824.94

BNPP L1EqWrldUt k

1009EUR

111.07

111.7112.76

ING BANQUE

ING (B) Bond Euroc.

0909EUR

260.03

260.23

4.01

ING (B) Bond Eurod.

0909EUR

960.43

961.18

4.01

ING BInv.BelgHdiv c

1009EUR1691.311695.98

5.16

ING (B) Inv Belgium(*) c.

1009EUR1192.591195.89

5.04

ING (B) Inv Belgium(*) d.

1009EUR2702.162709.64

5.03

ING LInv.Bk&Ins.P c

1009EUR

155.56

155.53

8.58

ING L Inv.Biotechnol.c.

1009USD

945.66

938.01-4.88

ING L Inv.ConGds P c

1009USD

835.29

831.3510.86

ING LInv.Em.Eur.P c

1009EUR

56.59

56.639.03

ING (L) Inv Energy(*) c.

1009USD1137.091130.15

-3.7

ING LInv.EuBa&InP c

1009EUR

157.05

157.42

2.35

ING (L) Inv Eur.Equity(*) c.

1009EUR

37.83

37.8312.06

ING (L) Inv Eur.Equity(*) d.

1009EUR

29.13

29.1312.04

Date Devise c.jour c.Préc. Ret

ING LInv.EuFd&BeP c

1009EUR

357.4

357.3423.59

ING LInv.EuHlthP c

1009EUR

268.05

267.2712.81

ING LInv.EuMat.P c

1009EUR

405.43

406.2420.55

ING LInv.EuREst P c

1009EUR

621.33

622.53

12.3

ING LInv.EuHDiv P c

1009EUR

357.57

358.1

4.04

ING L Inv.Fd&Bev P c

1009USD1173.731172.82

9.54

ING (L) Inv HealthCare(*) c.

1009USD

740.95

736.32-0.95

ING (L) Inv Industrials(*) c.

1009EUR

330.08

328.924.93

ING (L) Inv Telecom(*) c.

1009USD

592.17

591.64

5.35

ING LPat.Aggres.P c

1009EUR

463.01

462.67

15.5

ING L Pat.Aggres.P d

1009EUR1634.911633.7115.47

ING LPat.Balanc.P c

1009EUR

920.42

921.2812.31

ING LPat.Balanc.P d

1009EUR

827.12

827.8912.29

ING LPat.Defens.P c

1009EUR

458.57

459.73

9.01

ING LPat.Defens.P d

1009EUR1374.51

1378

7.84

ING (L) Renta Fund Euro(*) c.

1009EUR

431.31

432.92

6.92

ING (L) Renta Fund Euro(*) d.

1009EUR1056.271060.21

4.08

INVESCO

InvescoGr.ChinaEq-A

1309USD

34.93

34.1913.45

KBC-CBC BANQUE

EMIF BelgIndex+ c.

0909EUR

574.41

570.04

4.04

EMIF Europe Growthc.

1009EUR

137.63

137.7414.05

EMIF Europe Growthd.

1009EUR

137.63

137.7414.05

Fivest Belgium c.

1009EUR3148.553154.58

6.89

Fivest Belgium d.

1009EUR2181.542185.72

6.88

Fivest Euroland c.

1009EUR

572.08

571.88

5.17

KBC Bds Cap Fund c.

1009EUR

788.03

791.213.38

KBC Bds Corporate Euroc.

1009EUR

676.04

677.2

9.62

KBC Bds Europe c.

1009EUR

214.07

215.11

6.93

KBC Bds HighInt c.

1009EUR1891.671886.9820.45

KBC Bds Infl.link c.

1009EUR

826.94

828.44

3.03

KBC Equity Fd America c.

1009USD1154.081149.55

6.19

KBC Equity Fd Belgium c.

1009EUR

378.31

378.71

5.18

KBC Eq.Buyback Eurc

1009EUR

556.36

556.5813.92

KBC Eq.East.Eur.c.

0809EUR1521.85

1505.836.02

KBC Equity Fd EuroFinance c.

1009EUR

324.83

325.43

3.95

KBC Equity Fd EuroTechnoc.

1009EUR

94.13

94.65

0.8

KBC Equity Fd Finance c.

1009EUR

371.74

371.1213.43

KBC Equity Fd Flanders c.

1009EUR1406.611408.4219.86

KBC Equity Fd Food/Beverc.

1009EUR

880.31

876.531.04

KBC Equity Fd LatinAmerica c.

1009EUR1550.781544.4534.06

KBC Equity Fd New Asia c.

0909EUR

522.15

520.1921.62

KBC Equity Fd New Markets c.

1009EUR1481.291474.5428.05

KBC Equity Fd Pharma c.

1009EUR

592.4

588.61

14.6

KBC Equity Fd Telecom c.

1009EUR

250.51

250.3215.48

KBC Equity FdUS Value c.

1009USD

436.23

434.31

9.62

KBC Equity Fd Utilities c.

1009EUR

554.38

555.0215.43

KBC Index Fd Europe c.

1009EUR

159.08

159.3312.35

KBC Index Fd USA c.

1009USD

115.63

115.08

6.74

KBC Index Fd World c.

1009EUR

223.47

222.79

17.7

KBC MasterDefensive c.

1009EUR

879.63

881.03

4.74

KBC MasterDynamicc.

1009EUR

841.12

838.8312.42

KBC MasterOptimum c.

1009EUR

886.25

884.7110.37

KBC Renta AUD-Renta c.

1009AUD1432.081434.86

7.09

KBC Renta Canarenta c.

1009CAD2119.742119.74

4.78

KBC Renta Dollarenta c.

1009USD

998.05

999.48

5.91

KBC Renta Eurorenta c.

1009EUR

2299.12307.79

5.6

KBC Renta NZD-Renta c.

1009NZD1904.531905.56

6.36

KBC Renta Sekarenta c.

1009SEK5312.585334.83

7.71

KBC Renta Sterlingrenta c.

1009GBP

801.9

807.47

6.21

Sivek Global Highc.

1009EUR

241.75

241.112.47

Sivek Global Low c.

1009EUR

260.15

259.9

8.09

Date Devise c.jour c.Préc. Ret

Sivek Global Medium c.

1009EUR

255.61

255.1710.55

PETERCAM

Pet.BBonds EURc.

1009EUR

63.08

63.31

5.03

Pet.B Eq.Belgium c.

1009EUR

71

71.12

14.8

Pet.BEq.Eur.SmMC c.

1009EUR

99.82

99.6714.55

Pet.BEq.Euroland c.

1009EUR

94.96

94.8

7.92

Pet.BEq.Europ div.c

1009EUR

145.79

145.61

9.87

Pet.BEq.Europe c.

1009EUR

77.08

77.1414.16

Pet.BEq.NrthAmer.c.

1009EUR

51.69

51.4321.64

Pet.BRealEst.Eur.c

1009EUR

218.71

218.710.32

Pet.LBds H-Yield c.

1009EUR

170.5

170.3227.19

Pet.LBds Univers.c.

1009EUR

122.2

122.1422.01

Pet.L Eq.World B

1009EUR

655.05

653.1520.37

PUILAETCO DEWAAY

Puil.Dewaay Belg.c.

1009EUR

142.28

142.712.98

Puil.Dewaay H.Grthc

1009EUR

35.49

35.3916.19

ROBECO

RobecoEur.Eq.d

1309EUR

31.3

31.15

14.4

RobecoGlobal Eq.EUR

1309EUR

40.8

40.616.54

RorentoN.V.c.

1309EUR

48.09

48.19

9.44

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE

Bonds Euroc.

1009EUR

43.15

43.32

6.02

Bonds World c.

1009USD

43.25

43.45

2.29

Equities Gold Mines c.

1009USD

35.28

34.9820.43

SGAMBds EuroCorp.A

1009EUR

23.97

24

5.4

SGAMEq.Emerg.Eur.AC

1009EUR

27.15

27.1739.32

TEMPLETON

Tem-AsianGrowthu.

1009EUR

24.23

24.0944.68

Tem China Fund A (Acc) c.

1009USD

23.18

23.112.35

FTIF-Temp.EastEurope

1009EUR

29.2

29.1629.43

FTIF-Temp Em.MktEq d

1009USD

33.28

33.2113.89

FTIF-Temp Glob.BdEUR

1009EUR

10.11

10.1111.22

FTIF-Temp Lat-Am.d

1009USD

80.22

80.1522.03

TRIODOS BANQUE

Triodos Sust.Bond R

0909EUR

29.53

29.6

7.71

Triodos Sust.Eq.R

0909EUR

19.22

19.0415.82

Triodos Sust.Pioneer

0909EUR

22.76

22.5915.02

650

EURONEXT BRUXELLES
BEL 20 2.610,81

Gagnants perdants

+
+
+
+
+





Taux belge

2,93

Eurostoxx 50

2.805,06

1,60 %

0,89 %

3,62 %

Euro/Dollar

1,2868

Brent

78,41

1,26 %

0,69 %

2650

2700

2750

2800

13

10

9

8

7

74

76

78

80

13

10

9

8

7

2,6

2,8

3,0

3,2

13

10

9

8

7

1,26

1,27

1,29
1,28

13

10

9

8

7

2200

2400

2600

2800

13

10

9

8

7

6

3

2

1

31

30

Morgan Chase

18,79%

Dexia

6,16%

Punch International

5,76%

KBC Groupe

4,39%

KBC Ancora

4,17%

Baisses
4Energy Invest

8,20%

Alfacam Group

4,79%

Bombardier B

3,08%

Thenergo

3,03%

Option

2,70%

lesmarchés

Zone euro: reprise confirmée

Le fait du jour /

[dernière séance
]

LS -14.09.10

Mars2010

Sept.2010

L’action HP

En dollars

56

52

48

44

40

36

Le BEL 20 se distingue
grâce aux banques

L’indice BEL 20 s’est distin-
gué lundi par son tonus,
seules Colruyt (196,50) et
AB InBev (42,97) étant néga-
tives de 0,30 et 0,07 % alors
que les bancaires voyait
Dexia (3,41) s’envoler de
6,16 %. Notre indice phare
gagnait finalement 1,60 %
à 2.610,81 points, égale-
ment soutenu par KBC
(36,135) et Ageas (2,12) qui
bondissaient de 4,39 et
2,96 %.
Bekaert (178,60) et Umicore
(31,25) confirmaient des
gains de 2,56 et 2,04 %, imi-
tées elles-mêmes par GBL
(61,57) qui s’appréciait de
2,53 %. Solvay (78,74) et
UCB (24,36) progressaient
de 1,40 et 0,66 % en compa-
gnie de Omega Pharma
(28,56) qui était positive de
1,08 %. GDF Suez (26,76) ne
gagnait plus que 0,56 % et
Delhaize (53,91) ramenait
de même son avance à 1,20
%. Belgacom (28,53) et Mo-
bistar (45,37) valaient 0,92
et 1,53 % de plus que ven-
dredi; Telenet (24,05) ga-
gnant 0,90 %. D’Ieteren
(383,00) et la CMB (21,21)
étaient quant à elles positi-
ves de 1,1 et 1 %; Euronav
(14,14) gagnant 0,6 % alors
que Transics (5,19) cédait
0,4 %. Punch International
(3,15) se mettait par ailleurs
en évidence en bondissant
de 5,7 % à l’inverse de
4Energy Invest (2,91) qui
plongeait de 8,2 %. (b)

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

25

www.lesoir.be

1NL

13/09/10 22:20 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 26

lesmarchés

CERTIFICATS FONCIERS

TAUXD’INTÉRÊT

COURSINDICATIFSENEURO

PRIXÀLACONSOMMATION

PRIX PÉTROLIERS

Source:

OBLIGATIONS

EURONEXT BRUXELLES - ACTIONS BELGES ET ÉTRANGÈRES

BOURSES ÉTRANGÈRES

BEL20

Clôt.C. préc.Diff %+ haut

+ bas

Vol.

Return

Mont.

....................................
ABInBev

42.96

43.00

-0.07

43.26

42.93

1924960

39.62

0.2850

....................................

Ackermans & vH.

56.61

55.88+1.31

57.00

56.01

28927

12.86

1.0800

....................................
Ageas

2.12

2.06+2.96

2.13

2.08

8741623

-29.36

0.0600

....................................

Befimmo

61.33

60.65+1.12

61.34

61.00

14251

-2.12

0.8900

....................................
Bekaert

178.60

174.15+2.56179.30

175.00

50545

87.09

2.2050

....................................

Belgacom

28.53

28.27+0.92

28.58

28.28

377441

14.86

1.2600

....................................
Cofinimmo

97.62

96.81+0.84

98.25

96.67

35565

12.74

5.5250

....................................
Colruyt

196.50

197.10

-0.30198.45

195.95

74546

23.82

3.0300

....................................

Delhaize Group

53.91

53.27+1.20

54.08

53.68

313923

14.67

1.2000

....................................
Dexia

3.41

3.21+6.16

3.45

3.28

8197374

-40.75

—_

....................................

GBL

61.57

60.05+2.53

61.66

60.37

152552

1.32

1.8200

....................................
GDF Suez

26.76

26.62+0.56

26.97

26.62

2776959

-7.05

—_

....................................

KBC

36.14

34.62+4.39

36.40

34.95

1139538

16.75

2.8350

....................................
Mobistar

45.37

44.68+1.53

45.42

44.68

106389

10.12

1.2375

....................................

Nation.à Portefeuille

38.30

37.92+0.99

38.40

38.10

51129

6.52

0.6262

....................................
Omega Pharma

28.56

28.25+1.08

28.63

28.31

53695

-0.30

0.6000

....................................
Solvay

78.74

77.65+1.40

78.95

77.85

270446

11.30

1.0000

....................................

Telenet Group Holding

24.05

23.84+0.90

24.15

23.85

187969

53.36

2.2300

....................................

UCB

24.36

24.20+0.66

24.48

24.20

307168

-14.41

0.7200

....................................

Umicore

31.24

30.62+2.04

31.30

30.70

425230

63.50

0.2438

AUTRES ACTIONS

....................................
4Energy Invest

2.91

3.17

-8.20

3.18

2.85

32014

-46.61

—_

....................................
Aardvark Invest

1.32

1.32

0.00

1.32

1.32

0

—_

6.0000

....................................

Ablynx

7.29

7.28+0.14

7.29

7.16

5373

4.89

—_

....................................
Accentis

0.03

0.03

0.00

0.03

0.02

175675

-40.00

—_

....................................
Aedifica

42.15

42.39

-0.57

42.50

42.14

1653

18.75

1.8000

....................................

Agfa-Gevaert

5.81

5.75+1.04

5.89

5.75

334446

52.09

0.3750

....................................
Alcatel-Lucent

2.23

2.17+2.82

2.25

2.19

21819950

-19.25

—_

....................................

Alfacam Group

5.17

5.43

-4.79

5.35

5.10

2831

-34.56

—_

....................................
ArcelorMittal

25.66

25.36+1.20

25.82

25.51

5755884

-3.59

—_

....................................

Arseus

10.10

10.07+0.30

10.24

10.03

69747

34.13

0.2700

....................................
Ascencio

40.02

41.50

-3.57

40.60

40.02

1502

-5.59

2.3100

....................................
AtenorGroup

32.65

32.51+0.43

32.75

31.60

4496

-6.30

1.9500

....................................

Auximines

548.00

548.00

0.00548.00

547.99

269

12.39

9.0750

....................................
Banimmo

14.99

14.65+2.32

14.99

14.85

42

8.37

0.7500

....................................
Banque Nationale

3770.013759.00+0.293790.003755.00

105

38.53

94.8600

....................................

Barco

35.50

35.24+0.74

35.70

35.16

12529

2.33

1.8000

....................................
Belreca

75.00

75.00

0.00

75.00

75.00

0

7.19

1.6125

....................................

Beluga

3.75

3.75

0.00

3.75

3.75

305

35.32

0.0750

....................................

Biotech

4.05

4.01+1.00

4.05

4.05

1000

71.63

2.5000

....................................
Boeing

46.50

46.50

0.00

49.20

46.50

0

40.54

—_

....................................

BombardierB

3.78

3.90

-3.08

3.90

3.78

5530

24.78

—_

....................................
Brederode

17.04

16.84+1.19

17.06

16.76

6185

-1.75

0.4125

....................................

BrookfieldCert.A

20.89

20.89

0.00

20.89

20.89

0

51.92

—_

....................................
BSB

6.70

6.70

0.00

6.70

6.70

50

-29.47

0.2100

....................................
Campine

17.88

17.24+3.71

17.88

17.11

1904

32.44

0.3750

....................................

Catala

55.20

55.20

0.00

55.20

55.20

0

0.36

21.0000

....................................
Caterpillar

55.00

55.00

0.00

55.00

55.00

0

68.13

—_

....................................

CFE

38.93

38.65+0.72

39.27

38.31

29127

6.24

0.9000

....................................
Cimescaut

975.00

975.00

0.00975.00

975.00

0

10.23

10.5000

....................................
CMB

21.21

21.00+1.00

21.46

21.10

31067

2.96

0.2100

....................................

Co.Br.Ha.

1638.891639.00

-0.011638.891638.89

2

17.61

9.5000

....................................

Connect Group

1.10

1.10

0.00

1.14

1.10

1155

-63.09

—_

....................................
Cie duBois Sauvage

175.00

176.00

-0.57177.00

175.00

242

-2.59

4.9500

....................................
De Rouck Geomatics

0.56

0.56

0.00

0.56

0.56

0

-12.50

—_

....................................

Deceuninck

1.88

1.86+1.08

1.88

1.84

253426

26.16

—_

Clôt.C. préc.Diff %+ haut

+ bas

Vol.

Return

Mont.

....................................
Deficom Group

11.46

11.46

0.00

11.46

11.46

0

4.18

3.0000

....................................
Devgen

8.13

8.12+0.12

8.40

8.13

37296

-5.58

—_

....................................
D'Ieteren

383.00

378.88+1.09384.36

376.68

5415

50.96

2.4375

....................................

DRDGOLD

0.35

0.35

0.00

0.36

0.35

220847

-40.13

0.0500

....................................

Duvel Moortgat

69.20

69.20

0.00

69.98

68.86

1854

56.19

0.8400

....................................
Econocom Group

10.97

11.14

-1.53

10.97

10.80

2631

35.92

0.2250

....................................

Elia

27.10

27.08+0.07

27.27

27.07

37493

6.67

—_

....................................
Emakina Group

8.06

8.06

0.00

8.06

8.06

0

-4.30

0.0608

....................................

EPIQ

1.74

1.72+1.16

1.74

1.74

2219

38.10

—_

....................................
Eryplast

3.84

3.85

-0.26

3.84

3.84

100

-40.92

0.1125

....................................
Euronav

14.14

14.05+0.64

14.16

14.06

23648

4.04

0.0750

....................................

EVS Broadcast Equip.

44.54

44.74

-0.45

44.95

44.06

23353

-0.80

1.1100

....................................
Exmar

5.70

5.71

-0.18

5.72

5.67

35641

-29.52

0.0750

....................................

Floridienne

118.80

119.80

-0.83118.80

118.80

212

28.21

2.1000

....................................
Fluxys 'D'

2399.002380.00+0.802399.002399.00

8

3.75

52.5000

....................................

FordMotorUSA

9.14

9.18

-0.44

9.14

9.14

900

67.71

—_

....................................
Fountain

13.66

13.60+0.44

13.66

13.66

200

6.18

0.6000

....................................

Foyer

41.50

40.99+1.24

41.50

41.50

4

-0.24

0.9500

....................................
Galapagos

10.44

10.55

-1.04

10.66

10.44

34162

29.21

—_

....................................
General Electric

12.30

12.30

0.00

12.30

12.30

869

24.78

—_

....................................

Gimv

37.40

37.36+0.11

37.75

37.20

9212

12.56

1.8000

....................................

Global Graphics

1.34

1.34

0.00

1.34

1.29

990

-33.00

—_

....................................

GoldFields Ltd

11.52

11.43+0.79

11.60

11.40

7030

18.41

—_

....................................
Goodyear

8.15

8.15

0.00

8.15

8.15

120

-29.13

—_

....................................

Hamon

25.03

25.35

-1.26

25.75

25.03

2115

-10.72

0.1875

....................................
Harmony

8.69

8.70

-0.11

8.85

8.63

37684

10.65

—_

....................................

Henex

40.25

40.07+0.45

40.25

40.01

168

8.52

0.6200

....................................
Home Invest Belg.

59.05

58.00+1.81

59.38

58.00

323

22.04

2.4300

....................................

I.R.I.S.Group

33.90

33.30+1.80

33.90

33.65

182

-26.95

0.3525

....................................
IBA

7.60

7.52+1.06

7.60

7.35

29429

-7.32

0.0600

....................................
IBM

99.50

98.99+0.52

99.50

98.03

342

25.95

—_

....................................

IBt

2.29

2.30

-0.43

2.30

2.20

26385

-42.17

—_

....................................
ImmoMoury

60.00

60.00

0.00

60.00

60.00

41

21.76

2.8000

....................................

Immobel

29.95

29.46+1.66

30.30

29.95

2935

56.23

1.5000

....................................
Imp.Oil

28.03

28.03

0.00

28.03

28.03

0

17.05

—_

....................................

INGGroep

7.82

7.71+1.39

7.92

7.80

22898711

-9.71

—_

....................................
INGGroep (cert.)

7.80

7.74+0.78

7.87

7.78

27596

-9.79

—_

....................................
Intervest Offices

22.50

22.32+0.81

22.59

22.32

1113

-1.40

1.8300

....................................

Intervest Retail

39.40

40.00

-1.50

40.33

39.00

1290

19.82

2.0740

....................................
Jensen-Group

8.48

8.45+0.36

8.50

8.35

4948

30.04

0.1875

....................................
KBC Ancora

16.75

16.08+4.17

16.86

16.30

132832

8.48

2.5500

....................................

Keyware Technologies

1.49

1.50

-0.67

1.51

1.46

29800

-16.76

—_

....................................
Kinepolis

48.70

49.00

-0.61

48.99

48.50

10410

82.55

0.6900

....................................

Leasinvest Real Est.

62.29

62.29

0.00

62.29

61.52

577

9.76

3.4000

....................................

Lotus Bakeries

397.00

385.00+3.12398.00

385.00

340

30.91

5.8500

....................................
MediVision

0.39

0.39

0.00

0.39

0.39

0

44.44

—_

....................................

Melexis

9.90

9.83+0.71

9.90

9.74

20827

33.06

0.2250

....................................
Miko

49.02

49.02

0.00

49.21

49.02

0

10.59

0.7200

....................................

Montea

21.70

21.56+0.65

21.70

21.50

4169

10.21

0.8245

....................................
Mopoli (gew.)

285.00

285.00

0.00285.00

285.00

0

—_

—_

....................................
Moury Construct

98.00

96.00+2.08

98.00

97.00

200

23.11

4.0425

....................................

Neufcour-Cie Fin.

8.50

8.50

0.00

8.50

8.50

0

-10.53

4.9578

....................................
NewTree

8.20

8.20

0.00

8.20

8.20

0

24.24

0.0400

....................................

Nyrstar

9.25

9.08+1.87

9.28

9.09

491329

13.55

0.0750

....................................
OncoMethylome

1.80

1.76+2.27

1.80

1.77

7631

-69.80

—_

....................................
Option

0.36

0.37

-2.70

0.37

0.36

256440

-74.00

—_

....................................

ParcParadisio

27.49

27.49

0.00

27.49

27.49

500

18.97

—_

....................................

PCB

4.52

4.52

0.00

4.52

4.52

0

36.56

0.1859

....................................
Peugeot

23.41

23.06+1.52

23.58

23.02

2001516

9.55

—_

Clôt.C. préc.Diff %+ haut

+ bas

Vol.

Return

Mont.

....................................
Pfizer

13.20

13.10+0.76

13.30

13.07

10045

23.43

—_

....................................
Picanol

9.50

9.13+4.05

9.50

9.44

11139

280.00

—_

....................................
PinguinLutosa

9.48

9.65

-1.76

9.66

9.44

3257

3.04

—_

....................................

Polygone International

7.00

6.50+7.69

7.00

7.00

1235

—_

—_

....................................

Propharex

0.60

0.60

0.00

0.60

0.60

300

-40.59

0.1000

....................................
PunchInternational

3.12

2.95+5.76

3.35

2.96

105384

-35.19

—_

....................................

PunchTelematix

3.15

3.15

0.00

3.15

3.15

100

54.41

—_

....................................
Quest ForGrowth

4.50

4.50

0.00

4.50

4.45

27850

1.58

0.0500

....................................

RealDolmen

13.66

13.95

-2.08

13.89

13.64

1248

-15.42

—_

....................................
Recticel

6.50

6.47+0.46

6.60

6.42

70230

17.20

0.1875

....................................
Resilux

56.80

56.00+1.43

56.93

55.89

3012

33.16

0.1125

....................................

Retail Estates (sic)

44.40

43.94+1.05

44.40

43.55

4873

20.83

2.2270

....................................
RHJ International

6.28

6.30

-0.32

6.30

6.26

18437

24.36

—_

....................................

RioTinto(crt.)

42.90

43.00

-0.23

43.11

42.21

399

43.33

—_

....................................
Rosier

265.00

265.00

0.00265.00

265.00

204

-1.45

4.5000

....................................

Roularta Media

19.00

18.70+1.60

19.00

18.50

16309

19.50

0.5625

....................................
RTLGroup

63.84

63.52+0.50

64.00

63.60

4399

50.13

2.9750

....................................

Sabca

28.55

28.15+1.42

28.55

28.55

250

131.57

0.5700

....................................
Sapec

55.20

55.20

0.00

55.20

55.20

337

-21.14

0.4875

....................................
SCF Invest

0.06

0.06

0.00

0.06

0.06

0

-40.00

—_

....................................

Serviceflats Invest

10850.0010850.00

0.0010850.0010850.00

0

23.21

505.0000

....................................

SioenIndustries

5.16

5.15+0.19

5.16

5.10

9744

2.24

0.0600

....................................

Sipef

51.82

51.39+0.84

52.00

51.50

3183

48.80

0.8250

....................................
Sodiplan

0.28

0.28

0.00

0.28

0.28

0

-79.86

—_

....................................

Sofina

63.95

63.64+0.49

64.22

63.68

11067

2.56

1.3100

....................................
Solvac

91.00

91.00

0.00

91.00

90.00

1376

10.28

1.4700

....................................

Spadel

65.00

64.00+1.56

65.00

65.00

38

26.90

0.7500

....................................
Spector

0.65

0.66

-1.52

0.65

0.65

5425

-34.34

—_

....................................

SucrafA enB

4.79

4.36+9.86

4.79

4.79

369

-22.74

—_

....................................
SuezEnviron.Co

13.28

13.21+0.53

13.28

13.18

790554

-6.14

—_

....................................
Systemat

4.85

4.90

-1.02

4.90

4.85

685

25.33

1.0000

....................................

TerBeke

62.00

62.00

0.00

62.00

61.00

152

36.06

1.7625

....................................
Tessenderlo

23.42

23.09+1.43

23.47

23.16

17327

-8.41

1.0000

....................................

Texaf

168.99

164.00+3.04168.99

168.99

1

33.65

1.4400

....................................
Thenergo

0.32

0.33

-3.03

0.33

0.32

113112

-89.19

—_

....................................

Think-Media

2.61

2.74

-4.74

2.61

2.61

200

-32.90

0.0300

....................................
ThromboGenics

17.82

17.67+0.85

17.85

17.50

73321

25.49

—_

....................................
Tigenix

1.50

1.50

0.00

1.50

1.47

24542

-67.03

—_

....................................

Total

39.36

39.00+0.90

39.56

39.10

4812983

-3.01

—_

....................................
Tubize (Fin.de)

21.35

21.15+0.95

21.35

21.11

1099

-7.32

0.3600

....................................
U&I Learning

4.24

4.24

0.00

4.24

4.24

0

-31.06

—_

....................................

Unibra

180.50

180.45+0.03180.50

180.45

67

24.90

1.2000

....................................
Unitronics

0.86

0.86

0.00

0.86

0.86

5000

62.26

—_

....................................

Vande Velde

34.12

34.22

-0.29

34.35

33.95

2996

22.46

1.2375

....................................

VGP

16.63

16.63

0.00

16.63

16.63

5

0.79

0.2100

....................................
VPKPackaging

28.50

29.10

-2.06

29.00

28.50

630

10.70

0.5600

....................................

Vranken-Pommery

35.00

35.10

-0.28

35.50

34.60

2829

10.19

—_

....................................
Warehouses Estates

43.50

43.50

0.00

43.50

43.01

0

31.97

2.5600

....................................

WDP (sic.)

35.65

35.25+1.13

35.65

35.01

5316

12.73

1.2500

....................................
Wereldhave Belgium

61.75

61.20+0.90

61.75

61.20

708

24.83

3.3320

....................................
Zenitel

0.39

0.40

-2.50

0.39

0.39

4000

-39.06

—_

....................................

Zetes Industries

16.20

16.00+1.25

16.20

16.04

2800

-5.15

0.2700

3mois

Couronne danoise

0.400

Couronne

2.330

Couronne suédoise

1.080

Couronne tchèque

1.220

Dollaraus.

4.800

Dollarcan.

1.150

DollarH.K.

0.259

DollarSing.

0.562

DollarU.S.

0.500

Euribor(360j)

0.879

euro

0.850

Francsuisse

0.420

Livre U.K.

0.725

Yen

0.380

1an

1.440
3.120
2.190
1.780
4.354
1.100
0.779
0.812
0.950
1.420
1.400
0.970
1.475
0.695

13/09

10/09

DollarUS

0.7812

0.7859

Livre britannique

1.2031

1.2145

Francsuisse

0.7698

0.7680

Couronne suédoise

0.1089

0.1087

Couronne norvégienne

0.1274

0.1270

Courone danoise

0.1343

0.1343

Dollarcanadien

0.7584

0.7623

Yenjaponais

0.0093

0.0094

Dollaraustralien

0.7282

0.7279

Dollarnéozélandais

0.5718

0.5732

Randsud-africain

0.1093

0.1094

08/2010

112.94

113.89

128.49

130.89

154.92

160.64

217.32

334.70

458.53

545.15

07/2010

112.86

113.82

128.40

130.81

154.81

160.54

217.19

334.49

458.25

544.81

08/2009

110.66

111.31

125.90

127.93

151.79

157.00

212.40

327.12

448.15

532.80

Indices

santé 2004
normal 2004

normal 1996

santé 1996

normal 1988

santé 1988

Base 1971
Base 1966

Base 1981
Base 74-75

Essence

Supersansplomb95 10ppm : 1.4470 euro/l(+0.0150)

Supersansplomb98 10ppm : 1.4770 euro/l(+0.0200)

Diesel

Gasoilroutier àfaible teneur en soufre : 1.2120 euro/l

Mazout

Gasoilde chauffage,min.2000 l: 0.6502 euro/l

Gasoilde chauffage "extra",min.2000 l: 0.6711 euro/l

Gaz

LPG: 0.5770 euro/l(+0.0150)

Propane Vrac>2000l: 0.6022 euro/l(+0.0375)

Prixmaxima (TVAC) à partir
du13septembre 2010

Clôt.

+ haut

+ bas

C. préc.Diff %

Vol.

Return

Mont.

.............................
Antares

56.21

56.21

56.21

56.21

0.00

0

12.92

7.90

.............................

Auderghem-Place

68.71

68.71

68.71

68.51

+0.29

30

-12.50

6.03

.............................

Basilix

389.00

389.00389.00

380.63

+2.20

39

18.94

21.40

.............................

Beaulieu

176.10

176.10176.10

182.50

-3.51

9

4.27

14.43

.............................
Chaussée Hulpe

2.26

2.26

2.26

2.26

0.00

0

-55.40

7.50

.............................

Colonel Bourg-Rue

50.51

50.51

50.51

50.01

+1.00

10

34.75

7.24

.............................

Diegem Kennedy

123.00

123.00123.00

122.99

+0.01

36

-17.93

18.57

.............................
Distri Land

330.03

330.03330.03

330.03

0.00

0

1.75

15.00

.............................

Finest

3.25

3.25

3.25

3.25

0.00

40

-28.73

2.61

.............................
Genk Logistics

155.60

155.60155.60

160.00

-2.75

24

—_

9.75

.............................

Horizoncert.

93.00

93.00

93.00

93.00

0.00

0

9.31

8.50

.............................
Kortrijk Shopping

435.00

435.00435.00

435.00

0.00

0

10.96

28.07

.............................

Louvain-la-Neuve

511.00

511.00511.00

511.00

0.00

0

23.20

27.33

.............................
Lux-Airport

100.00

100.00100.00

99.70

+0.30

75

-22.31

10.27

.............................

Machelen

335.00

335.00335.00

335.00

0.00

0

-0.58

24.89

.............................

MachelenKuurne

330.01

330.01330.01

330.01

0.00

0

25.32

21.10

.............................
Marcel Thiry

51.13

51.13

51.13

51.13

0.00

0

21.83

16.40

.............................

St.Gudule (Place)

122.00

122.00122.00

122.00

0.00

0

-15.86

16.27

.............................

WestlandShopping

730.12

730.12730.12

740.00

-1.34

3

23.54

46.05

.............................

Westland2004

257.00

257.00257.00

260.00

-1.15

28

10.77

16.79

.............................
Woluwe Extension

526.01

526.01526.01

548.00

-4.01

15

23.77

26.00

.............................

Woluwe Shopping

1401.00

1401.001401.00

1401.00

0.00

0

10.34

49.83

.............................
Zenobe Gramme

194.94

194.94194.94

189.50

+2.87

100

-11.35

18.20

OBLIGATIONS DU SECTEUR PUBLIC

Libellé

int.facialcjourc.préc.Volume

1937(T.Démat.)

3.50+

80.5580.55

0

Bons Etat 02-10

4.05+100.45100.48

200

Bons Etat 03-11

3.60+100.95100.98

200

Bons Etat 03-11

3.40+101.53101.57

200

Bons Etat 03-11

3.70+102.39102.44

200

Bons Etat 03-11

3.95+103.27103.30

200

Bons Etat 04-12

3.60+103.30103.33

200

Bons Etat 04-12

3.80+104.11104.17

16000

Bons Etat 04-12

3.65+104.30104.42

45200

Bons Etat 04-12

3.40+104.11104.23

25200

Bons Etat 05-13

3.25+103.99104.11

200

Bons Etat 05-13

3.00+103.56103.70

200

Bons Etat 05-13

3.00+103.70103.86

200

Bons Etat 05-10

2.85+100.19100.20

200

Bons Etat 05-13

3.20+104.29104.44

200

Bons Etat 06-11

3.00+100.68100.70

200

Bons Etat 06-11

3.55+101.64101.67

16800

Bons Etat 06-11

3.60+102.29102.34

22200

Bons Etat 06-11

3.45+102.67102.70

2800

Bons Etat 06-14

3.70+105.85105.99

200

Bons Etat 07-12

3.70+103.44103.48

200

Bons Etat 07-15

4.00+107.00107.10

200

Bons Etat 07-12

4.00+104.44104.51

200

Bons Etat 07-15

4.10+107.45107.54

200

Bons Etat 07-12

4.10+105.17105.29

200

Bons Etat 07-15

4.15+107.66107.77

200

Bons Etat 07-10

3.85+100.40100.42

200

Bons Etat 07-12

3.90+105.19105.31

200

Bons Etat 07-15

4.00+106.87107.01

200

Bons Etat 08-11

3.50+100.91100.93

200

Bons Etat 08-13

3.55+104.70104.83

200

Bons Etat 08-16

3.75+105.47105.63

200

Dette

2.50+

58.5058.50

0

Libér.45

4.00+

94.7094.70

0

Unifiée 1e

4.00+

99.9099.90

0

Unifiée 2e

4.00+

99.9099.90

0

Bons Etat 08-11

3.85+101.85101.89

200

Bons Etat 08-13

4.05+106.32106.47

200

Bons Etat 08-16

4.10+107.17107.36

200

Bons Etat 08-13

4.20+107.14107.31

200

Bons Etat 08-16

4.35+108.44108.65

200

Bons Etat 08-11

3.10+102.25102.28

800

Bons Etat 08-13

3.40+104.91105.06

10200

Bons Etat 08-16

4.00+106.55106.77

6200

Bons Etat 09-12

2.00+101.07101.14

200

Bons Etat 09-12

2.40+101.58101.60

150000

Bons Etat 09-14

2.75+102.59102.69

10000

Bons Etat 09-14

3.10+103.92104.05

11600

Bons Etat 09-17

3.50+103.58103.74

25200

Bons Etat 09-17

3.75+105.08105.29

10200

Bons Etat 09-14

2.75+102.34102.48

200

Bons Etat 09-17

3.40+103.04103.04

0

Bons Etat 09-14

2.60+101.47101.60

200

Bons Etat 09-17

3.35+102.35102.51

200

Bons Etat 10-15

2.50+100.70100.83

200

Bons Etat 10-18

3.25+103.01103.01

0

Bons Etat 10-15

2.20+

99.0699.16

200

Bons Etat 10-18

3.00+

99.6399.63

0

Vlaamse Gem.09-122.75+101.72101.72

0

Vlaamse Gem.09-132.62+102.00102.00

0

Vlaamse Gem.09-133.00+102.04102.04

0

Vlaamse Gem.09-143.75+106.15106.15

0

Vlaamse Gem.09-163.88+107.45107.45

0

Vlaamse Gem.09-122.18+

—_100.00

0

Vlaamse Gem.10-203.65+

—_100.00

0

Vlaamse Gem.10-203.12+

—_

—_

0

Rég.Wallon10-30

—_

—_100.00

0

INDICES DES PRINCIPALES BOURSES ÉTRANGÈRES

OR : PIÈCES ET LINGOTS

LES ACTIONS EUROPÉENNES

Titre

Bourse

DeviseDernier
cours

Cours
précéd.

Var.en %
sur 1 an

ABB

Zurich

CHF

20.68

20.83

-3.12

AEGON

Amsterdam

EUR

4.45

4.37

-14.86

Ahold,Kon.

Amsterdam

EUR

10.04

9.94

15.48

AirLiquide

Paris

EUR

89.60

89.10

24.33

AllianzSE

Francfort

EUR

85.26

84.10

3.64

Alstom

Paris

EUR

37.04

37.49

-27.59

AngloAmericanPlc

Londres

PNC

2587.00

2506.00

22.84

ArcelorMittal

Amsterdam

EUR

25.66

25.36

-6.04

AstraZeneca Plc

Londres

PNC

3369.50

3379.50

25.59

Axa

Paris

EUR

13.30

13.12

-20.72

BancoSantanderSA

Madrid

EUR

9.98

9.92

-5.71

Barclays

Londres

PNC

323.70

319.10

-13.29

BASF SE

Francfort

EUR

44.69

43.70

21.68

Bayer

Francfort

EUR

50.82

51.09

11.28

BBVA BancoFrances S

Madrid

EUR

2.18

2.13

94.17

BHP BillitonPlc

Londres

PNC

1970.00

1921.50

15.41

BNP PARIBAS ACT.A

Paribas

EUR

55.98

54.84

8.82

BP

Londres

PNC

416.05

411.65

-24.80

BritishAm.Tobacco

Londres

PNC

2373.00

2367.00

21.01

Carrefour

Paris

EUR

37.52

37.46

20.61

CooksonGroup

Londres

PNC

493.30

479.20

12.54

Credit Agricole

Paris

EUR

11.59

10.96

-10.16

DaimlerAG

Francfort

EUR

43.66

43.78

31.12

Danone

Paris

EUR

44.18

44.53

10.17

Deutsche Bank

Francfort

EUR

48.51

47.70

-4.02

Deutsche Boerse

Francfort

EUR

50.95

49.90

-8.68

Deutsche Telekom

Francfort

EUR

10.50

10.44

9.49

DiageoPlc

Londres

PNC

1093.00

1098.00

15.76

E.On

Francfort

EUR

23.41

23.26

-19.56

Enel SpA

Milan

EUR

3.97

3.96

-5.04

ENI

Milan

EUR

16.53

16.47

-4.74

EricssonAF

Stockholm

SEK

77.30

76.70

7.42

France Telecom

Paris

EUR

16.37

16.34

-10.25

GDF Suez

Paris

EUR

26.76

26.62

-11.80

Generali Assicur

Milan

EUR

15.09

14.95

-13.93

GlaxoSmithKline

Londres

PNC

1282.50

1275.50

7.70

HSBC Holdings Plc

Londres

PNC

677.90

661.50

1.11

Iberdrola

Madrid

EUR

5.76

5.75

-10.64

INGGroep

Amsterdam

EUR

7.82

7.71

-9.71

Intesa Sanpaolo

Milan

EUR

2.46

2.44

-18.01

LVMH Moet Hen.

Paris

EUR

99.91

98.89

43.96

MunchnerRuckvers.

Francfort

EUR

104.40

103.05

-1.89

Nestle N

Zurich

CHF

53.50

53.75

24.08

Nokia Oyj

Helsinki

EUR

7.90

7.79

-25.31

Norsk Hydro

Oslo

NOK

33.45

33.33

-9.63

Bourse - nom de l’indice

date

dernier
indice

diff.
en %

ilya
un an

Euronext -Euronext 100

1309

678.29

+0.98

646.88

Euronext -Next 150

1309

1471.56

+1.08

1332.65

Indice européen-EuroSTOXX 501309

2805.06

+0.89

2831.37

Indice européen-STOXX Europe 501309

2588.92

+0.62

2445.21

Etats-unis -DowJones Industrial1309

10544.13

+0.78

9605.41

Etats-unis -Nasdaq

1309

2285.71

+1.93

2080.90

Etats-unis -Nasdaq100

1309

1921.67

+1.55

1685.46

Belgique -Bel 20

1309

2610.81

+1.60

2458.72

France -CAC 40

1309

3767.15

+1.11

3734.89

Pays-Bas -AEX 25

1309

337.27

+0.69

308.00

Allemagne -DAX Xetra

1309

6261.68

+0.75

5624.02

Grande-Bretagne -FT-100

1309

5565.53

+1.16

5011.47

Espagne -IBEX 35

1309

10765.20

+0.71

11452.60

Italie -MIBTEL

1309

21539.49

+0.76

23503.71

Japon-Nikkei 225

1309

9321.82

+0.89

10444.33

Suisse -SMI

1309

6471.77

+0.06

6232.99

cours dujour

achet.

-

vendeur

cours précédent
achet.

-

vendeur

Napoleon

179.00

-

185.75

181.50

-

188.00

Souv.Ancien

231.25

-

237.25

233.50

-

239.75

Souv.Nouv.

230.00

-

236.25

233.50

-

239.75

50pesos mex.

1167.25

-

1197.50

1179.25

-

1209.50

Maple leaf

977.75

-

1007.75

988.00

-

1018.00

Florin

187.25

-

192.25

189.25

-

194.25

Louis suisse

179.50

-

186.25

181.50

-

188.00

Krugerrand1/1

977.75

-

1007.75

988.00

-

1018.00

50ECU

481.50

-

494.25

486.50

-

499.25

Belge

179.50

-

185.25

181.50

-

187.25

Lingot (kg.)

31090.00

-

31500.00

31420.00

-

31820.00

Novartis N

Zurich

CHF

55.15

55.20

11.56

L'Oreal

Paris

EUR

83.28

83.15

20.84

Philips,Kon.

Amsterdam

EUR

24.08

23.70

42.74

Renault

Paris

EUR

35.96

35.89

7.96

Repsol YPF

Madrid

EUR

18.98

18.90

8.16

Roche Holding

Zurich

CHF

148.00

149.90

-12.75

Royal Bank Scot.

Londres

PNC

49.67

48.53

-13.03

Royal DutchShell-A

Londres

PNC

1863.50

1842.50

5.47

RWE

Francfort

EUR

53.53

53.46

-14.56

Saint-Gobain

Paris

EUR

32.26

31.84

-5.95

Sanofi-Aventis

Paris

EUR

49.07

48.54

2.03

SAP

Francfort

EUR

36.10

35.79

1.97

SchneiderElectric

Paris

EUR

90.92

89.51

30.07

Siemens AG

Francfort

EUR

75.92

75.79

17.36

Societe Generale

Paris

EUR

45.80

43.91

-4.88

Statoil ASA

Oslo

NOK

126.40

125.20

-5.58

STMicroelectronics

Paris

EUR

5.59

5.53

-15.14

Telecom Italia SpA

Mila,n

EUR

1.05

1.07

-11.34

Telefonica

Madrid

EUR

18.05

17.97

-0.72

Tesco

Londres

PNC

422.20

418.60

10.62

Total

Paris

EUR

39.36

39.00

-5.82

UBS AG

Zurich

CHF

18.39

18.30

-2.03

Unicredit SpA

Milan

EUR

2.03

1.98

-18.84

Unilevercert.

Amsterdam

EUR

21.52

21.76

14.46

VINCI

Paris

EUR

37.66

37.16

-4.42

Vivendi

Paris

EUR

19.68

19.48

2.50

Vodafone Group Plc

Londres

PNC

160.20

160.25

15.91

Volkswagen

Francfort

EUR

79.10

77.82

-35.76

VolvoAF

Stockholm

SEK

89.85

89.15

38.22

LES ACTIONS AMÉRICAINES

Titre

Bourse

DeviseDernier
cours

Cours
précéd.

Var.en %
sur 1 an

3MCo

Nyse

USD

84.86

83.94

12.84

ALCOA Inc

Nyse

USD

11.52

11.17

-13.01

Amer.Express

Nyse

USD

41.22

40.19

16.80

AmgenInc.

Nasdaq

USD

54.40

54.35

-7.93

Apple Inc

Nasdaq

USD

267.04

263.41

52.61

AT&TInc

Nyse

USD

27.93

27.83

4.78

Bank ofAmerica Corp

Nyse

USD

13.95

13.55

-21.31

BoeingCo

Nyse

USD

64.19

63.84

26.44

CaterpillarInc

Nyse

USD

72.24

71.26

46.35

ChevronCorp

Nyse

USD

79.25

78.82

10.31

CiscoSystems

Nasdaq

USD

21.26

20.62

-10.39

Citigroup Inc

Nyse

USD

3.99

3.91

-17.68

Coca-Cola

Nyse

USD

58.03

58.52

15.70

Dell Inc

Nasdaq

USD

12.31

12.06

-27.17

DuPont de Nemours

Nyse

USD

42.80

42.29

31.79

eBay Inc

Nasdaq

USD

24.30

24.10

2.51

ExxonMobil Corp

Nyse

USD

61.00

61.20

-13.38

General Electric

Nyse

USD

16.25

15.98

7.97

Google Inc-cl A

Nasdaq

USD

482.28

476.14

1.10

Hewlett-Packard

Nyse

USD

38.28

38.28

-17.68

Home Depot

Nyse

USD

29.99

29.68

7.81

IBM

Nyse

USD

129.61

127.99

8.77

Intel Corp

Nasdaq

USD

18.56

17.97

-9.06

Johnson& Johnson

Nyse

USD

60.32

59.98

-1.12

JPMorganChase & Co

Nyse

USD

41.12

39.76

-7.58

Kraft Foods Inc.-A

Nyse

USD

30.95

30.78

17.71

McDonald's Corp

Nyse

USD

74.57

75.01

36.75

Merck & Co

Nyse

USD

36.22

36.65

14.67

Microsoft Corp

Nasdaq

USD

25.11

23.85

-4.60

Oracle Corp

Nasdaq

USD

25.11

25.05

10.06

PfizerInc

Nyse

USD

16.97

16.99

3.98

Procter& Gamble

Nyse

USD

60.48

60.40

7.78

UnitedTechnologies

Nyse

USD

68.79

68.89

11.20

VerizonCommun.

Nyse

USD

30.90

30.82

-1.69

Wal-Mart Stores

Nyse

USD

52.21

51.97

1.84

Walt Disney Co

Nyse

USD

34.27

34.15

20.42

Yahoo! Inc

Nasdaq

USD

13.73

13.68

-11.46

AUTRES ACTIONS

Titre

Bourse

DeviseDernier
cours

Cours
précéd.

Var.en %
sur 1 an

Barrick GoldCorp

Toronto

CAD

45.40

46.36

13.10

Bombardier

Toronto

CAD

5.00

5.11

4.50

CanonInc.

Tokyo

JPY

3755.00

3750.00

4.75

China Mobile Ltd

Hong-Kong

HKD

77.80

76.50

-3.89

Gazprom

Moscou

USD

5.30

5.30

-5.02

GoldFields

JohannesbourgZAR

107.50

106.52

1.80

Harmony GoldMining

JohannesbourgZAR

80.07

79.95

-3.50

Hitachi

Tokyo

JPY

359.00

359.00

11.84

Honda Motor

Tokyo

JPY

2832.00

2785.00

-4.79

HutchisonHarbour

Hong-Kong

HKD

0.82

0.84

47.37

Lukoil

Moscou

USD

56.00

54.40

-0.37

Marubeni Corp.

Tokyo

JPY

454.00

451.00

-4.65

Mitsubishi Corp

Tokyo

JPY

1883.00

1877.00

-2.75

Mitsui & Co.

Tokyo

JPY

1163.00

1161.00

-7.27

NEC Corporation

Tokyo

JPY

220.00

220.00

-31.46

Nomura Holdings Inc.

Tokyo

JPY

464.00

461.00

-39.50

NTT

Tokyo

JPY

3745.00

3740.00

-14.02

NTTDOCOMOInc

Tokyo

JPY145100.00144300.00

-3.67

PetroChina CoLtd

Hong-Kong

HKD

8.66

8.53

-5.75

Sony Corporation

Tokyo

JPY

2511.00

2525.00

2.23

SumitomoCorp

Tokyo

JPY

1047.00

1037.00

9.97

TokyoElec.Power

Tokyo

JPY

2423.00

2442.00

2.39

Toyota MotorCorp.

Tokyo

JPY

2948.00

2951.00

-24.53

FONDS D'ASSURANCE

ALLIANZ

AllianzCap.Bonds Euro

1009EUR

146.17

146.42

3.06

Allianz Cap.Invest

1009EUR

364.96

365.23

8.59

AllianzCap.Invest Euro

1009EUR

84.64

84.86

7.46

AllianzCap.Security

1009EUR

201.07

201.9

5.17

LES AP ASSURANCES

DVV Horizon1

0909EUR

11.33

11.3

7.39

DVV Horizon3c.

0909EUR

15.14

15.1

7.75

DVV Horizon5 c.

0909EUR

13.51

13.45

9.46

DVV Horizon7 c.

0909EUR

11.67

11.6210.14

DVV Horizon9c.

0909EUR

9.09

9.02

7.84

AXA ASSURANCES

ALInc.Solid Invest

2708EUR

23.3

23.24

6.64

ALS Europe Dynamic

0909EUR

96.99

95.9

6.45

ALS Europe Equilib.

0909EUR

111.14

110.2

7.56

P.Carm Invest k.

0909EUR

131.45

130.9813.39

P.Carm Patrim k.

0909EUR

135.25

135.05

8.85

P.AIMEuroEq.c.

0909EUR

32.49

32.11

1.87

DEXIA ASSURANCES

Dexia Life BdsCorpEu

1009EUR

36.58

36.64

6.98

Dexia Life BdsLgTmEu

1009EUR

43.55

43.93

10.4

Dexia Life Eq Europe Indexc.

0909EUR

21.24

21.27

12.9

Dexia Life Eq USA Index c.

0909EUR

14.6

14.5122.34

Dexia Life Values Defensive c.

0909EUR

32.06

32.2

5.71

Dexia Life Values Dynamicc.

0909EUR

26.65

26.6216.45

Dexia Life Values Highc.

0909EUR

28.87

28.89

15.7

Dexia Life Values Low c.

0909EUR

31.94

32.0211.41

Dexia Life Values Medium c.

0909EUR

30.74

30.7913.74

ETHIAS ASSURANCES

BOOSTInvest Doce

0909EUR

100.7

100.99

5.14

BOOSTInvest Europ

0909EUR

116.92

115.26

2.4

BOOSTInvest World

0909EUR

116.39

113.65

15.1

FORTIS ASSURANCES

AGLBonds Global

0809EUR

68.23

68.3

9.24

AGL Bonds Indexed

1309EUR

3.74

3.75

4.18

AGL Pension10Y+

0809EUR

14.19

13.91

8.99

AGL Pension2010

0809EUR

37.34

37.07

6.47

AGL Pension2011

0809EUR

33.75

33.47

7.42

AGLPension2012

0809EUR

29.94

29.7

8.05

AGLPension2013

0809EUR

25.8

25.54

9.23

AGLPension2014

0809EUR

20.34

20.11

9.3

AGL Pension2015

0809EUR

15.04

14.85

9.06

Top Fund Adagioc.

0709EUR

135.2

135.67

9.12

Top Fund Allegroc.

0709EUR

67.3

66.97

9.48

Top Fund-Andante

0709EUR

63.5

63.48

0.71

Top Fund Fortissimoc.

0709EUR

78.63

76.87

9.91

Top Fund Vivace c.

0709EUR

85.25

82.4111.45

FONDS D’EPARGNE PENSION

Accent PensionFund

0809EUR

184.76

183.42

9.72

ING ASSURANCES

Balanced Fund c.

1309EUR

1.82

1.8111.66

DynamicFund c.

1309EUR

1.34

1.3313.56

ING Life Eur.Sec.Eq.

0809EUR

209.52

204.7617.82

ING Life Wld Sec.Eq.

0809EUR

138.77

134.0120.02

ING MulticolorMixBlue c.

0809EUR

301.28

300.95

10.1

ING MulticolorMixRed c.

0809EUR

245.89

239.1316.17

ING MulticolorMixWhite c.

0809EUR

288.23

285.412.75

Stability Fund c.

1309EUR

1.68

1.68

8.39

PANEUROLIFE

PanEuroL.Evolution

0809EUR

1103.6

1099.1

1.03

PanEuroL.Power

0809EUR

460.5

440.4

20.9

DELTA LLOYD LIFE

DLLBelEquity Fund

0709EUR

392.71

381.7412.84

DLL EB StrategicHgh

0709EUR

51.71

50.8512.24

DLL EB StrategicLow

0709EUR

71.94

71.67

7.84

DLL EB StrategicMed

0709EUR

61.13

60.4910.22

DLL EuroEquity Fund

0709EUR

50.99

48.68

5.46

DLL World Equity Fd

0709EUR

48.94

47.6117.11

Argenta Fonds de Pensionc.

1009EUR

75.25

75.3511.86

AXA B Pens.Balanced

0909EUR

118.54

118.21

9.5

BNPP BPens.Balanced

0909EUR

118.54

118.21

9.5

BNPP BPens.Growth

0909EUR

93.53

93.0810.19

BNPP BPens.Stab.

0909EUR

106.81

106.71

8.01

Dexia PensionFd Def

1009EUR

87.06

87.26

5.35

Dexia PensionFd Dyn

1009EUR

88.13

88.17

7.29

HERMES-Pension-Fund c.

0809EUR

122.39

121.22

8.89

InterBourse Hermes c.

0809EUR

124.44

123.99

7.74

Metropol.-Rent.Bal.

0909EUR

118.54

118.21

9.5

Metropol.-Rent.Gr.

0909EUR

143.02

142.3310.22

Metropol.-Rent.Stab.

0909EUR

106.81

106.71

8.01

Pricos

1009EUR

268.42

268.37

4.49

Pricos Defensive c.

1009EUR

65.24

65.32

4.21

Record Top Pension

1009EUR

86.6

86.73

5.59

StarFund(*) c.

1009EUR

126.33

126.51

5.18

Abréviations

clôt.: cours de clôture du jour ;
+ bas : cours le plus bas du jour ;
+ haut : cours le plus haut du jour ;
c. jour : cours du jour ;
c. préc. : cours précédent ;
Diff % : différence en % du cours du jour
par rapport au cours précédent ;
Var. en % : variation en % ;
Mont.: montant du dividende ;
Vol.: volume du jour ;
Int. facial : intérêt écrit sur le titre ;
Ret. : return.

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

26

1NL

www.lesoir.be

13/09/10 20:38 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 27

Silechlore estefficacepour la

désinfection d’une piscine, il
peut s’avérer nocif pour la santé
desbaigneurs.C’estcequ’amon-
trélundiuneétudeespagnoleme-
néeparleCentrederechercheen
épidémiologie environnementa-
le (Creal) et l’Institut de recher-
che de l’Hospital del Mar
(Imim), à Barcelone.
Les chercheurs espagnols ont
étudié les effets mutagènes –
c’est-à-dire l’impact sur le géno-
mehumain–desproduitschimi-
ques dérivés de la désinfection
(DBP), parmi lesquels le chlore
mais aussi les complexes cuivre-
argent. « Des effets toxiques au
niveau génétique ont été observés
chez 49 adultes sains ayant nagé
40 minutesdansunepiscinecou-
verte traitée au chlore. Une aug-
mentation du niveau de deux
marqueurs de toxicité génétique
a été remarquée, en relation avec
laconcentrationdansl’airexpiré
de DBP », selon l’étude. L’un de
cesmarqueursestconsidérécom-
me étant indicateur de risque de
cancer chez les sujets sains. Des
effets respiratoires ont égale-
mentétéconstatés avec uneaug-
mentation de la perméabilité de
certaines cellules pulmonaires.
Cetteétudevientconfortercel-
lepubliéefinjuilletparletoxico-

logueAlfred Bernard, professeur
àl’UCLetdirecteurderecherche
FRS-FNRS, qui s’est intéressé à
l’effet des produits de désinfec-
tion sur les jeunes enfants (Le
Soir du 2 août). « Les bébés-
nageurs de moins de deux ans
ayant fréquenté des bassins trai-
tés au chlore présentent des ris-
ques asthmatiques plus impor-
tants que la moyenne les années
suivantes,cesrisquesétantmulti-
pliés par huit. Les risques de
bronchiolite,affectionrespiratoi-
rerareaprès24mois,sontquant
àeuxmultipliésparquatre »,ex-
pliquait le toxicologue.

Des solutions existent

ManolisKogenivas,codirectri-
ce du Creal, souligne que cette
étudene veut« en aucun cas que
lesgenscessentdenager,maisin-
citer à la réduction des produits
chimiques dans les piscines ».
Des solutions existent d’oreset
déjà.Ilsuffitnotamment deven-
tiler les espaces hors des bassins
pour éviter la concentration trop
importante dans l’air de dérivés
du chlore. Ou d’utiliser d’autres
produits, certes plus onéreux,
mais moins polluants, comme
l’oxygène actif (monopersulfate
de potassium) ou encore le bro-
me.■

R.L.(st.)

BARCELONE

DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL

Parmilescancersdelatêteetducou,ce-

lui du larynx est un des plus difficiles à
supporter :« Lelarynxestextrêmementim-
portant pour la phonation. Si on traite ce
cancer par la chirurgie, on risque de priver
le patient de sa voix pour le restant de ses
jours », explique le Pr

Hans Kaanders, de

l’Université de Nimègue (Pays-Bas).
Pourlespersonnessouffrantd’uncarcino-
me du larynx, des alternatives existent heu-
reusement. L’une d’elle, la radiothérapie, a
fait d’intéressants progrès. « Surtout si on
l’administre de manière accélérée et en la
couplant à deux produits », précisait lundi
le médecin hollandais, à Barcelone où se
tientlecongrès de laSociété européennede
radiologiethérapeutique et d’oncologie.
Hans Kaanders vient en effet de boucler
une étude sur des patients souffrant de tu-
meursdéjà fortdéveloppées, qui ont atteint
lesganglionslymphatiquesducou(T3)voi-
red’autrestissusvoisins(T4).« Sionlessoi-
gne par radiothérapie accélérée, c’est-à-dire
si on réduit les séances de radiothérapie de
huit semaines à cinq semaines et demie en
doublant les séances les sept derniers jours
(deuxséancesparjouraulieud’une),onra-
lentit la prolifération des cellules malignes,
préciseHansKaanders.Sienplus on admi-
nistre aux patients du carbogen (de l’oxygè-
neà98 %et2 %deCO2)etdelanicotinami-
de qui “ouvre” les vaisseaux sanguins afin
qu’ils irriguent mieux les cellules cancéreu-
ses,on augmente globalement le taux d’oxy-

gène dans les tumeurs, ce qui les rend plus
sensibles à la radiothérapie. »

Etc’estprécisémentuneétudesurcettera-
diothérapieboostéeaucarbogenetàlanico-
tinamide que le chercheur vient de boucler
sur quelque 345 patientsaux Pays-Bas.
Premierconstat :encequiconcernelesef-
fets secondaires, la radiothérapie accélérée
n’apparaîtpasmoinssupportablequ’unera-
diothérapie classique. Les mêmes réactions
inflammatoires se manifestent. De même,
la tumeurprimaire est aussi éliminée.
Par contre, le traitement expérimental
qui allie les rayons à la suroxygénation des
tissuss’avèreplusintéressanteencequicon-
cerne la protection des ganglions lymphati-
ques. « Et nous notons aussi une améliora-

tiondelasurviedanslescinqannéesquisui-
ventletraitement,préciselechercheur.Ace
propos,noschiffresnesontpassignificative-
ment élevés mais la tendance est nette. »

Enfin,dernierenseignementdecetteétu-
de(baptisée« Arcon »pourAcceleratedRa-
diotherapy + CarbOgen + Nicotinamide) :
on peut aussi prévoir l’efficacité du traite-
mentavantmêmedel’entamer.Ilfautd’em-
blée tester la richesse en oxygène de la tu-
meur pour savoir si la simple radiothérapie
accélérée suffit ou si au contraire, mieux
vaut la doubler d’une suroxygénation.
« Mais le mieux, conclut Hans Kaanders,
c’estencoredetenterd’éviterlecarcinomedu
larynx : le tabac est la première cause de ce
type de cancer… »■ CHRISTIANDUBRULLE

Votre journal via
votre application Android !

Nouveau! Achetez Le Soir sur l’application «Android» grâce à PingPing, le nouveau système de paiement mobile
sûr, rapide et convivial pour tous les utilisateurs de GSM.

Téléchargez l’application « LeSoir » sur votre GSM via « Android Market ». Elle vous permet de suivre gratuitement l’actualité au fil de la journée

et d’acheter votre journal du jour en pdf pour seulement 0,79€. Plus d’infos sur :

www.lesoir.be/android

16388750

LE TABAC

est la pre-

mière cause

du cancer

du larynx.

© J. H. (ST.)

Lanocivitédu chlore
ànouveauconfirmée

Soignerle larynx, garderlavoix

Piscines / Une étude espagnole

sciences&santé

Cancer / Un traitement prometteur : la radiothérapie accélérée et « oxygénée »

LeSoir Mardi 14 septembre 2010

27

www.lesoir.be

1NL

13/09/10 20:42 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 28

lespetitesannonces

Monsieur Raymond MAHIEUX,

Son époux ;

Madame Diane MAHIEUX,
Monsieur et Madame Jean-Marie MOUREAU,
Axel, Emilie et Pierre, Sophie,
Monsieur et Madame Danny KYGNEE,
Christoph, Philippe et Karine,
Monsieur et Madame Jean-Jacques GHISLAIN,
Nicolas, Stéphanie,
Monsieur Alexandre MAHIEUX,
Monsieur et Madame Dirk BLADT,
Koen et Annemie,
Madame Fabienne MAHIEUX,
Laurent et Nathalie,
Monsieur et Madame Ralph BAKX,
Nathalie,
Monsieur et Madame Etienne COLLA,
Steven,
Madame Pascale MAHIEUX,
Xavier,
Monsieur et Madame Fabrice PANCERA,
Laura,

Ses enfants, beaux-enfants et petits-enfants

Ont la profonde tristesse de vous faire part du décès de

MADAME

Alexandrine SCHILTZ

épouse de Monsieur Raymond MAHIEUX

Fondatrice du centre de langues de Velm

Née à Pfafenthal le 27 juillet 1930
et décédée le 11 septembre 2010
au RVT Sint-Jozef à 3202 Rillaar.

La célébration religieuse, suivie par l’inhumation dans le
caveau familial aura lieu le jeudi 16 septembre 2010 à 10 heures en
l’église Sint-Nikolaas de Rillaar dans l’intimité familiale

LE PRÉSENT AVIS TIENT LIEU DE FAIRE-PART

1970 Wezembeek-Oppem - Avenue de la Forêt 40

Uitvaartverzorging Reweghs-Pipeleers
www.reweghs.be - Tielt, Winge - tel : 016/50 11 16

80711570

lanécrologie

Madame Marie Thérèse DOVILLEE

son amie depuis plus de soixante ans,

Madame G. FEYTMANS - DE GEYTER

sa belle-sœur,

ses neveux et nièces et leur famille,

ont la grande tristesse de faire part du décès de

MADAME

Elise FEYTMANS

Professeur honoraire au lycée Royal de Forest
Chevalier de l’Ordre de Léopold
Médaille de la Résistance

née à Ostende le 14 janvier 1909
et décédée à Uccle, le 12 septembre 2010.

L’incinération suivie de la dispersion des cendres aura lieu le
jeudi 16 septembre 2010 à 10 heures
, au Crématorium d’Uccle,
Avenue du Silence 61 à 1180 Bruxelles.

1180 Bruxelles, Avenue du Château de Walzin 10A/49
1030 Bruxelles, Rue Général Gratry 95/1
1200 Bruxelles, Avenue Marie-José 166

Société Bruxelloise de Crémation

80711700

Cérémonies du 15 septembre 2010
Tanguy HOUTMANS

de Uccle, 26 septembre 1996 - 8 septembre 2010.
Eglise Saint-Jean-Baptiste à Wavre à 14 heures.

PF Devroye, Wavre - 010/22 25 13

Madame Mathilde CNOPS

de Anderlecht, 23 octobre 1931 - 9 septembre 2010.
Crématorium de Bruxeles à Uccle à 10 h 45.

Matthieu et Ingrid VANHOVE - DAEMS,
Anne-Catherine et Dominique,
Louis DUIJSER - (
1) Kristin DAEMS, Eline et Sophie,
Axel et Magali DAEMS - DEFRENNE, Nathan et Manon
ses enfants et ses petits-enfants ;

Paula DE CONINCK,

sa compagne ;

Maurits et Denise DAEMS - MATTHIJS,
Victor et Cyrilla QUARTIER - DAEMS,
(
1) Frieda DAEMS,
(
1) Xavier VANBEVER - (1) Helena DAEMS
Herman et Lieve DAEMS - DE HENAU,
Fernande DOHET - (
1) Louis HUSQUIN,
(
1) Madeleine DOHET - (1) Sylvain DEBUISSON,
Denise DOHET - (
1) Victor GREGOIRE,

ses frères, sœurs, belles-sœurs,
beaux-frères et leur famille,

ont la profonde tristesse de vous faire part du décès de

MONSIEUR

Wilfried DAEMS

Veuf de Renée DOHET

né à Anderlecht le 20 septembre 1928
et décédé le 9 septembre 2010 à Vilvoorde.

La liturgie des funérailles avec eucharistie, suivie de
l’inhumation au cimetière de Grimbergen, sera célébrée
en la Basilique Sint-Servaas de Grimbergen, le jeudi
16 septembre 2010 à 10 heures.

CET AVIS TIENT LIEU DE FAIRE-PART

Remerciements à la croix Jaune et Blanche pour les soins
prodigués et à Jean-Claude et Ingrid Jacobs pour leur aide et
grande amitié.

Lindelaan 7 - 3001 Heverlee
Perupark 14 - 2408 MZ Alphen-aan-de-Rijn (Netherland)
Arendlaan 26 - 1800 Vilvoorde

De Hertogh s. a. 02/270 81 00 - condoléances : www.de-hertogh.com

80711390

POUR FAIRE PARAÎTRE UN AVIS DANS LA RUBRIQUE NÉCROLOGIQUE

PARTICULIERS (necrologie@rossel.be)

En semaine de 9 à 17 heures:

Tél.: 02-225.55.00 –Fax: 02-225.59.33 www.lesoir.be/necrologie

POMPES FUNÈBRES (necrologie@rossel.be)

En semaine de 9h à 18h30

Tél.: 02-225.53.66–Fax: 02-225.59.05

Le coup de pouce à vos
petites annonces.

02/2255500

PERSONNEL
HORECA

OFFRES

Rest. Lola au Sablon ch. pr entr.
imm. à pl. tps ou mi-tps chef de
partie
serv. cpé T. 0475-927.603

1625341

CUISINIER EXPERIM. est dem.
pr nouv. concept Horaire jour,
bon salaire Se prés. uniq. mar.
14 et jeu. 16/9 de 11h à 11h30
et de 14h à 15h
rue Grétry 22,
1000 Bruxelles.

1642203

Restaur. rech. 1/2 chef de cui-
sine
ayt expér. cuisine italienne.
Tél. 0496-15.17.70

1642328

Restaurant «Le Bruxelles» à
Waterloo eng. ouvrier cuisine +
ouvrier salle.
T. 02-353.20.25.

1638900

Restaurant Rouge Tomate rech.
personnel de salle Expérim. Ré-
fér. exigées. Tél. àpd 10h30 au
02/647.70.44 ou env. mail à:
t.naoum@rougetomate.com

1638056

Restaurant italien ch. person-
nel salle bilingue
(féminin) Se
prés. Brusselsteenweg 687,
3090 Overijse (Jezus-Eik)

1641572

URGENT Brass. Rest. à W.S.P.
"Shake Hands" ch. personnel
de salle
expérimenté, bil. Bonne
présent. 02/770.76.65 de 9h à
17h du lundi au vendredi. 1637806

Brasserie - écaillier Bxl. rech.
second de cuisine, chef de par-
tie, commis de cuisine
(expé-
rim.) Env. C.V. fax. 02-345.64.78
ou info@toucanbrasserie.com

1638664

Serveurs/serveuses dem. pour
import. brasserie-restaurant
centre Bruxelles Bon salaire ga-
ranti Tél. 0473-97.38.40 1619134

Bar Ardennes engage urgent
serveuses
Salaire motivant,
loger. Rens. tél. 0479-128.926

1638917

OUVRIERS

DEMANDES

CUISINIER expérimenté (chef
de cuisine)
ch. pl. fixe ou extra
sur BXL. 0499-204.174 543614

GENS DE MAISON

DEMANDES

Travail à la journée

cple. Portug 55a ch. trav. int.
chez pers. âgée. M. chauff. serv.
table ,bon brico. ,D. bon. ména-
gère ,trs bon. réf 02-343.02.07

1574826

D. portug av. exp et réf. ch trav.
chez pers agée. mén., repass.,
cuis.; courses 0491-504.870

1574826

GENS DE MAISON

DEMANDES

Travaux divers

Cple 32 ans. sans enfts. exp.
nett., cuis., repass., brico., org.
réception, permis B. ch. pl. int.
0486-21.97.19

1416531

APPARTEMENTS

À LOUER - OFFRES

non meublés
non précisés

477 av. de Tervuren, proprié-
taire loue
bureau - appart. de
81m2

et 105m2

à 900 et 1.200 €

085-23.44.57

1637834

APPARTEMENTS
3 CHAMBRES ET PLUS

À VENDRE - OFFRES

meublés ou non

WATERMAEL-BOITSFORT
Place keym
Spac. et lumin. appt
(5ème

étage) 3 chb. de 130 m2
,

rénové. Terr. de 20 m2

, jolie vue.
Box garage et cave inclus.
345.000 € T. 0475/23.17.41

1626179

MAISONS

À VENDRE - OFFRES

Vente
autres provinces

Ardennes (Semois) Jolie propriété

traversée par ruisseau (1ha28a)
Possibil. diverses. Villa tt conf.
310.000 € - Rue de Sedan 1,
5555 Baillamont T. 061-51.12.17
ou 04-343.97.39

1629245

Propriété de caractère 18è en
pierres de pays et ardoises na-
turelles 310 m2

tt confort ma-
tériaux nobles sur 1/2 hectare
ds cadre champètre nombreu-
ses possibilités sit Condroz Lié-
geois Photos et conditions :

www.dodimmo.be

1633775

TERRAINS

OFFRES

Ardenne à vdre 3 étangs +/- 27ar.
avec permis d’urbanisme. Sur ter-
rain +/- 60 ares. Prix 30.000 €.
Pas de possibilité de bâtir. Rens.
orelv2009@hotmail.com 1637867

IMMEUBLES DE RAPPORT

Hte Lesse à vendre immeuble

11 appts 2ch., 7 gar., 1 place à
bâtir. Loyer brut annuel +/-
53.000 €. Prix 840.000 €. Ou
rachat des part pour 430.000 €
(actif-passif) Dans ce cas pas
de droits d’enregistrement.
Rens. : renluc01@hotmail.com

1637866

A saisir très belle propriété évaluée à
535.000
laissée pour 465.000
pour raison santé, située à Namur,
à 5
min de la gare. Idéale pour indépendant
ou artisan cpr: 1 local commercial de
125 m2

, 1 appt avec cour et jardinet et
3 ch. 2 appt 1 ch. dont 1 à finir au 1º
étage possibilité 1 appt au 2º étage, 2
studios, 1 atelier 100 m2

, 1 parking privé
8 V., 8 garages le tout arboré situat.
plein sud, à 30 m de la rue avec rapport
locatif de 7 % Tél pr vis. 081 / 73.35.43

1633648

IMMEUBLES À USAGE
COMMERCIAL ET INDUSTRIEL

LOCATION/VENTE - OFFRES

Anderlecht derr. pl. de la Vail-
lance
pt entrepôt de pl. pied tr.
access. +- 300m2

+ pt bur. à ler
1.250 €/ms. T. 02-351.46.09.

1633783

BUREAUX

À LOUER - OFFRES

WOLUWE-St- LAMBERT, à prox.
du Bd de la Woluwe : plateau de
150 m2

à usage de bureaux (4 + 1
double + hall d’accueil + kitche-
nette). Possibilité d’emplacement
voitures en parking souterrain. Lo-
caux modernes, agréables et très
lumin. donnant sur environnement
calme et verdoyant. Libre àpd. 1er
octobre. Contacts et visites aux
hres de bureaux (HYDROCONSULT
sprl, 02/772.80.65).

1629715

SAUNAS
MASSAGES

OFFRES

Le loft de kenza ( CEE)

Prolongez vos vacances
parmis notre charmante
équipe. Site web sur dem.
7j/7. 24h/24. dépl. ok.
0486-344.017.
kenza52@hotmail.be

1238896

Dans l’impossibilité de répondre à chacun en particulier,
et profondément touchés par les marques de sympathie reçues
lors du décès de

MONSIEUR

Jean CORDY

ses frères et sœurs :
André Cordy, Jean-Pierre et Marie-Louise Canart-Cordy,
Jacques et Catherine Cordy-Antoine,
Robert et Monique Smoos-Cordy

vous expriment leurs très sincères remerciements

André Cordy, rue des Buissons, 1 Bte 001 1348 Louvain-la Neuve.

80711260

Anne et Dominique COULON-LESSINNE,
Nicolas, Olivier et Marie,

ses enfants et petits-enfants adorés ;

et les familles COULON, LALLEMAND et apparentées,

ont la profonde douleur de vous annoncer le décès de

MADAME

Louise LALLEMAND

Veuve de Gary COULON

née à Ixelles le 5 février 1925
et décédée à Uccle le 10 septembre 2010.

Le service religieux sera célébré ce mercredi
15 septembre 2010 à 11 heures
en l’Eglise Notre-Dame de
la Cambre (Abbaye de la Cambre 11 à 1050 Ixelles), suivi de
l’incinération à 13h15 au Crématorium d’Uccle (avenue du Silence à
Uccle-Calevoet).

1050 Bruxelles - rue de l’Aqueduc 123.

80711300

* Hors prix du journal. Hors grandes surfaces. Dans la limite des stocks disponibles.

CE SAMEDI 18 SEPTEMBRE
BLAKE ET MORTIMER.
‘Les sarcophages
du 6e

continent (I)’

© EDITIONS BLAKE ET MORTIMER/STUDIO JACOBS (DARGAUD-LOMBARD S.A.) 2010

6,90 *

Edition collector

En librairie
dès le 28/08

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

28

1NL

www.lesoir.be

13/09/10 21:47 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 29

Fernando Alonso

166 points
3 victoires

Pas étonnant qu’après
son triomphe italien, le
pilote espagnol évo-
quait la « consistance »
comme étant la clef de
cette fin de champion-
nat. « La seule chose sur
laquelle il va falloir se
concentrer désormais,
c’est d’être consistant à
chaque course », lança-t-
il à Monza. Vainqueur
du premier GP de la sai-
son, le double cham-
pion du monde a ensui-
te trop subi les erre-
ments techniques de
son équipe (dont une
casse moteur en Malai-
sie), sans compter cer-
taines erreurs de juge-
ment dont il a été victi-
me (voiture de sécurité
à Valence, pénalité à Sil-
verstone, etc.). A Spa, il
a achevé le tableau en
sortant de la piste. Mais
le voilà désormais plei-
nement relancé…

Mark Webber

187 points
4 victoires

L’Australien vient
d’échanger pour la deu-
xième fois en trois cour-
ses la tête du champion-
nat avec Hamilton.
Mais il regrettait ne pas
avoir pu profiter davan-
tage du deuxième score
vierge du Britannique
en trois courses, en pre-
nant plus de points à
Monza. La Red Bull n’y
était pas la plus forte.
Ce qui devrait changer
dès le prochain GP. A
30 ans, Webber n’est
pas le plus flamboyant
des cinq candidats au
titre. Mais il est le plus
consistant cette année,
avec 4 victoires et un
seul abandon, dont tout
le monde se souvient :
son vol-plané sur la Lo-
tus de Kovalainen à Va-
lence. Red Bull lui don-
ne des ailes, et il en fait
bon usage, l’Aussie…

Lewis Hamilton

182 points
3 victoires

Il s’en voulait, le Britan-
nique, à Monza. Et de
fait, on se demande en-
core comment il a pu fai-
re preuve de tant de naï-
veté en tentant un dé-
passement impossible
sur Massa. Soit. Il s’agit
finalement de sa pre-
mière erreur de la sai-
son se traduisant par un
score vierge, les deux
autres étant dus à la mé-
canique : jante à Barce-
lone, moteur à Buda-
pest. Quoi qu’il advien-
ne, il a déjà dit que cela
ne changera pas sa fa-
çon d’aborder les pro-
chaines courses : pied
au plancher ! En com-
mençant par Singapour,
là où il a triomphé l’an
dernier. « Même si je
m’en veux encore, je suis
déjà totalement tourné
vers la prochaine cour-
se », assène-t-il.

Jenson Button

165 points
2 victoires

Vainqueur de deux des
quatre premiers Grands
Prix de la saison, alors
que son équipier avait
dû « se contenter » de
deux podiums, le cham-
pion du monde en titre
avait assurément créé
la surprise. Puis il confir-
ma en Turquie et au Ca-
nada (deux fois 2e

)
avant de connaître un
été plus délicat. A Mon-
za, Button a prouvé qu’il
était toujours là. Certes
moins incisif qu’Hamil-
ton, il parvient à tirer le
meilleur parti de sa Mc-
Laren. Alors qu’on peut
s’attendre à de nouvel-
les conditions de course
délicates lors de la plu-
part des cinq derniers
GP, sa science de la
course pourrait à nou-
veau faire merveille. A
moins que McLaren ne
décide soudainement
d’avantager Hamilton ?

Sebastian Vettel

163 points
2 victoires

Avec le potentiel techni-
que affiché par la Red
Bull dès la fin de la sai-
son dernière, et la har-
gne dévoilée par le jeu-
ne Allemand, on se de-
mande comment celui-
ci occupe la dernière
place du « Club des 5 ».
Son premier tiers de sai-
son fut relativement
consistant, et couronné
par la victoire en Malai-
sie. Mais sa bourde tur-
que (quand il toucha
son équipier Webber en
le doublant) fut le dé-
but d’une deuxième moi-
tié de saison bien moins
brillant, en dehors de la
victoire à Valence. Vet-
tel est clairement le
moins serein des cinq
candidats à la couron-
ne. L’avantage techni-
que de sa voiture, qui
devrait réapparaître dès
Singapour, parviendra-t-
il à le calmer ?

● La saison européenne s’est terminée dimanche à Monza.

● Le championnat s’achèvera en 5 tableaux disséminés sur la
planète : Singapour, le Japon, la Corée, le Brésil et Abu Dhabi.

● Chaque membre du « Club des 5 » candidats au titre, à nou-
veau rassemblés en moins de 25 points (l’équivalent d’une vic-
toire), a des arguments à faire valoir avant d’aborder une fin
de saison qui sent la poudre…

Mis à part la parenthèse cana-

diennedumoisdejuin,leFor-
mulaOneCircusnequitte pas
l’Europeentremaietseptembre.Lasai-
son européenne s’est ainsi achevée di-
manche à Monza. Et cinq rendez-vous
restentaucalendrierdesécuriesquis’ap-
prêtent à contourner la planète en tous
sens. Cap à l’est d’abord (Singapour, Ja-
pon, Corée), avant de partir à l’ouest
(Brésil)etd’acheverletravailauMoyen-
Orient(Abu Dhabi) le 14 novembre.
Lesdeuxprochainsmoiss’an-
noncentdoncchaudspourl’en-
semble des écuries, mais sur-
tout pour les trois équipes
– RedBull,McLarenetFerrari –quiani-
ment cette saison, et peuvent d’ailleurs
encoretoutesprétendreautitredescons-
tructeurs.Unedistinctionquipassionne
généralement moins les foules que les
patronsdecesécuries– quisaventcom-
bien ce classement est important au
planfinancier… –aucontraireducham-
pionnat des pilotesqui est haletant.
Aprèslavictoired’Alonsodevant But-

ton et Massa, dimanche à Monza, le
« Club des 5 » candidats au titre est à
nouveau réuni en moins de 25 points
– l’équivalentd’unevictoire !Vingt-qua-
tre unités exactement séparent Mark
Webber et Sebastian Vettel, les deux
équipiersdechezRedBullqui,pourtant
dotés de la meilleure voiture du plateau
de l’avis-même de… la concurrence, en
ontdoncfaitunusagesensiblementdif-
férent au fil d’une saison déjà jalonnée
de quatorze rendez-vous.

On peut en dire de même
de Lewis Hamilton et de
Jenson Button chez McLa-
ren,etbiensûrdeFernando
Alonso et Felipe Massa chez Ferrari. Le
Brésilien est d’ailleurs le seul à ne plus
être pris en compte pour la course à la
couronne, même s’il est encore mathé-
matiquement en mesure de la ceindre.
Maisonlesait,chezFerrari,onachoi-
siAlonso.Cen’estpourlemomentpasle
cas chez les autres. Jusqu’à quand ? Ce
sera une des clefs de cette passionnante
finde saison. ■

THIERRY WILMOTTE

Teddy Riner battu, on n’avait

plusvuçadepuis2008etles
Jeux olympiques de Pékin. Une
série de titres et de victoires plus
tard, le colosse français (2m04
pour130kg)adenou-
veau goûté à l’amertu-
me de la défaite, lors
de la dernière finale
desChampionnatsdumonde,cel-
ledes toutescatégories.
Déjà quadruple champion du
mondeetvainqueurdelacatégo-

rie des + 100 kg quelques jours
plustôt,letricoloreauraitpude-
venir le premier judoka de l’his-
toire à conquérir cinq couronnes
mondiales, reléguant les mons-
tres de la discipline,
tels David Douillet ou
Yasuhiro Yamashita,
ausecondplan(ettout
çaà 21ans,excusezdu peu).Une
anecdote qui ne semblait pour-
tant pas perturber le jeune Gua-
deloupéen, qui préparait les

« toutes cat’ sans se précipiter,
sans se prendre la tête ».
Lafinaledecelundi,quil’oppo-
sait au Japonais Daiki Kamika-
wa,ne resterapourtant pascom-
me la plus spectaculaire de ces
mondiaux, loin de là. Aucun
point n’a été accordé lors des
cinq minutes réglementaires,
malgré des tentatives françaises,
nilorsdestroisminutesdemort-
subite,ponctuéesdequelqueses-
sais nippons. Le vainqueur a

donc été désigné par les 3 arbi-
tresducombat,surunsimplevo-
te.

« Je me suis fait voler »

Etàcejeu-là,c’estbienévidem-
ment Kamikawa qui a, bien aidé
par le public tokyoïte, réussi à
charmer les juges. C’est en tout
cas ce qu’insinue le Français, re-
mettantencausel’impartialitéar-
bitrale : « Je suis en colère, je me
suis fait voler ! Je ne pensais pas

que ça m’arriverait au Japon. Je
fais tout le combat et c’est lui qui
gagne, s’emporte-t-il après avoir
versé quelques larmes sur le po-
dium.Il devait prendre des péna-
lités ! Le match, je devais le ga-
gner depuis longtemps ! »
Malgré cette première défaite
endeuxans,TeddyRineraconfir-
métoutsontalent,avecdeuxbre-
loquesdécrochées à Tokyo.
Enattendantl’orolympiqueen

2012 ?■

S.G. (st.)

JUDO

AUTO

Le motoriste Cosworth a annoncé qu’il mettrait fin à sa collaboration avec l’écurie
Lotus à la fin de cette saison. Voilà de quoi concrétiser les rumeurs qui liaient
depuis un bout de temps déjà la nouvelle écurie à Renault à partir de 2011.© AFP.

LE BILAN DES MEMBRES DU « CLUB DES 5 », À CINQ COURSES DE LA FIN DU CHAMPIONNAT

lessports

Epilogue aux cinq coins du monde

À MONZA, FERNANDO ALONSO a retrouvé le sourire en même temps qu’un rang plus conforme à ses ambitions et à
celles de Ferrari. © ALBERTO PELLASCHIAR/AP.

Une finale sans saveur prive Riner du doublé

RÉSULTATS

F1 / Les candidats au titre dans un mouchoir au terme de la saison européenne

L’ESSENTIEL

Judo / Dernière journée des Championnats du monde

CHAMPIONNATS DU MONDE (à Tokyo)

Dernièrejournée

Hommes

Toutescatégories

Finale : Kamikawa (Jap) b. Riner (Fra) décision.

3e

place : Suzuki (Jap) b. Saydov (Ouz) ippon

et Tachiyama (Jap) b. Tangriev (Ouz) waza ari.

Femmes

Toutescatégories

Finale : Sugimoto (Jap) b. Qin Qian (Chn) yuko.

3e

place : Donguzashvili (Rus) b. Lebrun (Fra) yuko

et Tachimoto (Jap) b. Na-Young (CdS) waza ari.

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

29

www.lesoir.be

1NL

13/09/10 22:20 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 30

Philippe Gilbert a reculé de la 4e

à la 7e

place au classe-
ment mondial UCI à la suite des deux courses canadiennes.
Alberto Contador, qui a mis un terme à sa saison, domine
toujours ce classement, devant Joaquin Rodriguez, qui de-
vrait cependant engranger beaucoup de points à la Vuelta.

VOILE La Coupe de l’America va

prendre de la vitesse Le «defen-
der»BMWOracleatranchélundi :
la Coupe de l’America, l’une des
plus prestigieuses épreuves de
voile, proposera en 2013 une ba-
taille navale sur des catamarans à
voile rigide, beaucoup plus rapi-
des que les habituels monoco-
ques.

FOOTBALL Encore 9.000 miniabon-

nementsàAnderlechtIlresteenco-
re environ 9.000 miniabonne-
ments pour les trois matchs à do-
micile du Sporting d’Anderlecht
en Europa League. Les prix os-
cillent entre 65 et 135 euros pour
les non abonnés. Jeudi, les gui-
chetsserontfermésdès19h00.En
configuration européenne, le sta-
de Constant Vanden Stock peut
accueillir 21.500 personnes.
(X.Th.)

TENNIS DE TABLE Bien battue, la

Belgique peut encore monter La
Belgique s’est inclinée 3 victoires
à 1 face à la Hongrie lundi soir en
matchdeclassementpourlespla-
ces 17 à 20 aux championnats
d’Europe par équipes en Division
2, à Ostrava, en République Tchè-
que. Seul le jeune Julien Indeher-
berg, 643e

mondial, a récolté un
point pour les Belges en s’offrant
un top 100, Daniel Zwickl, 99e
mondial. Les Belges, qui avaient
battu la Bulgarie 3-1 en matinée,
monteront s’ils battent la Slova-
quie pour la 19e

place ce mardi

après-midi.

GOLF Colsaerts aux portes du top

100 mondial Nicolas Colsaerts
s’est encore approché du top 100
mondial en grimpant de la 121e

à

la 108e

place à l’issue de l’Open
desPays-BasoùleBruxelloisapris
la 8e

place. Il occupe en outre la

61e

place auclassement dela “Ra-
ce to Dubaï”, à une place d’une
qualificationdirectepourlecham-
pionnat du monde de Dubaï, du
25 au 28 novembre prochain.

GOLF Woods rate encore… Tiger
Woods, qui devait terminer dans
lescinq premiersde l’OpendeLe-
mont pour se qualifier pour le
Tour Championship à Atlanta, à
denouveau ratésacibleentermi-
nant seulement 15e

d’un tournoi
gagné par son compatriote Dus-
tin Johnson.

● Le Standard actuel
n’a déjà plus rien à voir
avec celui qui a entamé
la saison contre Zulte.

● Le mois de septem-
bre et la fin du mercato
ont-ils permis au staff
technique de trouver la
bonne formule ?

Pamic indisponible
six semaines

Après avoir joué les premiers
matchs amicaux, le jeune mé-
dian croate, venu cet été de
Rijeka, n’a pas encore fait ses
débuts en championnat de
Belgique. Et il ne va pas les fai-
re rapidement. En effet, lors
de l’échauffement, samedi,
contre le Cercle, il s’est occa-
sionné une déchirure aux ad-
ducteurs. Alen Pamic devrait
donc être écarté des terrains
pour six semaines. E.PX

FOOTBALL Calcio : la grève ou-

bliée ?LeprésidentdelaLigueita-
lienne, Maurizio Beretta, s’est féli-
citélundides«discussions»enta-
mées lors d’une réunion avec le
syndicat des joueurs (AIC) afin
d’éviterlagrèvedontceux-cibran-
dissaientlamenace,précisanttou-
tefois «qu’il y avait encore du che-
min à faire » pourarriver à une so-
lution. Le syndicat des joueurs a
appelé à une grève lors de la 5e
journée du championnat les 25 et
26septembre,pourprotestercon-
tre de nouvelles dispositions con-
cernant la convention collective
des joueurs. De nouvelles rencon-
tres entre les parties sont prévues
mercredi et vendredi.

Pour la première fois de-

puis son retour aux affai-
res le 10 février 2010, le
jourmêmedulimogeagedeLasz-
lo Bölöni, Dominique D’Onofrio
vient d’enregistrer deux victoires
d’affilée en championnat. Cela
faisait quinze matchs que le
coach liégeois attendait person-
nellement deux succès consécu-
tifsalorsquesonclubadûpatien-
terdix-septrencontrespourrevi-
vreun six sursix. Du coup,Nong
avance que le Standard « doit
jouer le titre »et Opare confirme
en affirmant même que le Stan-
dard va battre Anderlecht, Bru-
ges, Gand et Genk lors de son
moisd’octobre de vérité. Décidé-
ment,enborddeMeu-
se, on passe rapide-
mentdunoiraublanc.
MaisleStandardest-il
réellement sur la bonne voie ?
Il est évidemment trop tôt
pour l’assurer catégoriquement,
d’autantqueleclubprincipautai-
resecherchedepuislareprise de

la compétition le 30 juillet. Les
chiffres parlent d’eux-mêmes :
en six matchs, l’entraîneur des
Rouches a utilisé 21 joueurs et
seuls Bolat, Mangala, Carcela et
Witsel ont joué la totalité des
540 minutes. A l’inverse, les Pa-
mic, Dibi, Angeli, De Mul, Ber-
rier et évidemment Van Hout ou
Blazic attendent tou-
jours leurs premières
minutes de jeu.
Del’équipe quiadé-
buté le championnat, Victor Ra-
mos, Pocognoli, Danilo, Bokan-
gaetBentekeontdéjàdisparu.A
l’exception peut-être du défen-
seur brésilien et de l’attaquant

parti à Malines, on peut penser
qu’ils ont tous perdu leur statut
de titulaire car la formation ali-
gnée,samedi,face auCercle,res-
semblait à une équipe-type.
Défensivement, Dominique
D’Onofrio vient d’ailleurs d’ali-
gnerdeuxfoisdesuitelequatuor
Ciman-Mangala-Felipe-Opare.
Certes, celui-ci ne donne pas en-
core tous les gages de sécurité.
Mais il n’a pas pris de but en 180
minutes. Quand on sait que Bo-
latavaitchaquefoisdûseretour-
nerlorsdesquatrepremièresren-
contres, on se rend compte du
chemin parcouru après avoir
beaucoup tâtonné pour trouver

la bonne formule dans l’axe. De
lààdirequecetteformuleestdé-
finitive,c’estallerviteenbesogne
puisqu’un retour de Victor Ra-
mos n’est pas à exclure, sur base
de ce qu’il a notamment démon-
tré la saison dernière.
Dans la ligne médiane, en at-
tendant l’arrivée de De Mul (qui
prendra un troisième avis médi-
cal,jeudi,concernantsa blessure
aux adducteurs) et de Berrier, le
quatuor Goreux-Defour-Witsel-
Carcela tient la corde du haut de
sa moyenne d’âge de 21,5 ans.
Surtout parce que Goreux sem-
bleavoiraujourd’huidigérél’atti-
tude négative des supporters à
sonégard.Ilamûrietcommence
à retrouver le niveau qui était le
sien sous Michel Preud’homme
l’année du retour du titre natio-

nal en Principauté.
Maisévidemment,c’estoffensi-
vement que les Rouches affi-
chent un tout nouveau visage.
Alors que Benteke avait tendan-
ce à attendre le ballon dans les
pieds, Tchité et Nong cherchent
laprofondeur.Ilsoffrentindénia-
blement un plus puisque les mé-
diansontdésormaisplusdesolu-
tions devant eux. Qui plusest, ils
apportentunpeuplusdematuri-
té à une formation dont le staff
technique n’a cessé de regretter
lejeune âge.
Toutefois,malgrécesaméliora-
tions, le travail ne manque pas si
le Standard veut redevenir une
équipequifaitpeurcardesnoms
nesuffisentpas encorepourpro-
voquer la crainte dans les rangs
adverses.■ ETIENNE PAIROUX

L’Espagnol Mikel Nieve a

remporté ce lundi la 16e
étape de la Vuelta, disputée
principalementenaltitudeen-
tre Gijon et Cotobello. Nieve
s’est imposé en solitaire au
sommet du dernier des trois
cols de première catégorie au
programme de cette étape,
considéréecomme l’étaperei-
ne du tour. Dans la dernière
ascension, Nieve a laissé der-
rière lui ses compagnons
d’échappée, Luis Leon San-
chez, Thomas Peterson,
AmetsTxurrukaetnotrecom-
patrioteKevindeWeert,aufi-
nal beau troisième.
Al’arrière,leleader,Vincen-

zoNiba-
li, a été
attaqué
de tou-
tes parts : dans l’ordre, par
Frank Schleck, Carlos Sastre,
Ezequiel Mosquera puis Joa-
quinRodriguez. Celui-ci,déjà
porteur du maillot rouge plus
tôt dans cette Vuelta, s’est
d’ailleurs de nouveau emparé
de la tête du général, avec 33
secondes d’avance sur Nibali.
Une avance qui risque cepen-
dant d’être un peu juste mer-
credi, lors du contre-la-mon-
tre individuel de Peñafiel, sur
46km.Lescoureursserontau
reposce mardi. (afp)■

FOOTBALL

CYCLISME

Plus de peur que de mal pour Steven Defour. Blessé au pied droit, samedi soir,
contre le Cercle, le capitaine du Standard a passé des examens, lundi, qui l’ont
rassuré. Il sera de la partie à Malines. © BELGA.

Le Standard a annoncé le décès de son ancien secrétaire-géné-

ral Willy Gillard, qui a succombé au terme d’une longue et pé-
nible maladie. Homme de confiance de Roger Petit au Stan-
dard, Willy Gillard en était ensuite devenu un des principaux res-
ponsables avec Jean Wauters et André Duchêne, suite à « l’affaire
Standard - Waterschei », en 1984. Il était aussi et l’ancien patron
d’Adidas Belgique. Après avoir quitté le Standard, il assuma la res-
ponsabilité du centre de Liège avant et durant l’Euro 2000. (b)

Bolat
...........................................
540

Mangala
....................................
540

Witsel
.........................................

540

Carcela
.......................................
540

Defour
........................................
512

Ciman
.........................................

360

Victor Ramos
............................
360

Opare
..........................................
360

Pocognoli
..................................
341

Benteke
......................................
304

Felipe
.........................................

270

Bokanga
.....................................
253

Cyriac
.........................................
172

Goreux
.......................................

155

Pieroni
.......................................
154

Grozav
........................................
126

Daerden
....................................
119

Tchité
............................................
90

Danilo
...........................................
81

Nong
.............................................
76

Leye
...............................................
28

(temps de jeu en minutes ;
maximum 540 minutes)

lessports

L’ESSENTIEL

LESOIR-14.09.10

Bolat

Bolat

Mangala

Pocognoli

BentekeTchité

Bokanga

Danilo

Ciman

Mangala

Opare

Ciman

Witsel

Carcela

Nong

Goreux

Carcela

PREMIÈRE JOURNÉE (30/07)

DERNIÈRE JOURNÉE (11/9)

LES DEUX VISAGES DU STANDARD

Felipe

Victor Ramos Defour

Witsel

Defour

DOMINIQUE D’Onofrio et Sergio Conceiçao n’ont pas encore résolu tous les problèmes du Stan-
dard, mais les deux coachs progressent… ©PHOTONEWS.

21 JOUEURS DÉJÀ ALIGNÉS

À SCLESSIN

Kim Clijsters, comme d’habitude Après les exploits sur le
court, Kim Clijsters a, une nouvelle fois cédé aux exigences
du protocole ce lundi, dans une longue séance de photos,
Coupe en main, avec New York pour toile de fond. ©AP.

L’étape reine
favorable
aux coureurs
espagnols

Décès de Willy Gillard

CYCLISME Quick Step perd à nouveau un de ses coureurs.
Après Maarten Wynants, c’est au tour de Carlos Barredo de
quitter la formation belge pour Rabobank.
CYCLISME Stijn Devolder renonce à sa sélection pour les
Championnats du monde de Geelong en Australie. Le cham-
pion de Belgique s’estime trop fatigué. Il sera remplacé par
Leif Hoste dans la course en ligne. Son remplaçant dans le
contre-la-montre doit encore être désigné.

7

La bonne formule, enfin ?

Vuelta

RÉSULTATS

Standard / 21 joueurs ont déjà été utilisés en 6 matchs

TOUR D’ESPAGNE
16.Gijon -Cotobello.
1. Nieve (Esp, Euskaltel)
les 179,3km en 4h51.59 ; 2. Fr. Schleck (Lux) à
1.06; 3. De Weert à 1.08; 4. Rodriguez (Esp) à
1.22; 5. LL Sanchez (Esp) à 1.32 ; 6. Mosquera
(Esp)à1.40; 7.Garcia(Esp)à1.42; 8.Roche(Irl)
à 1.44 ; 9. Sastre (Esp) à 1.50 ; 10. Nibali (Ita) à
1.59 ; 11. Danielson (USA) à 2.07 ; 12. Moncou-
tié(Fra) à 2.33 ; 13. Di Gregorio (Fra)à 3.24 ; 14.
LeMevel(Fra)m.t.;15.P.Velits(Svq);16.Peter-
son (USA) ; 17. Arroyo (Esp) t.m.t. ; 18. Tondo
(Esp)à3.39;19.Kreuziger(Tch)à3.53;20.Bru-
seghin (Ita) à 4.26 ; etc.

Classement général. 1. Rodriguez (Esp, Ka-
tusha)en70h24.39;2.Nibali(Ita)à0.33;3.Mos-
quera(Esp)à0.53;4.Fr.Schleck(Lux)à2.16;5.
Roche (Irl) à 3.01 ; 6. P. Velits (Svq) à 4.27 ; 7.
Danielson (USA) à 4.29 ; 8. Tondo (Esp) à 4.43;
9.Sastre(Esp)à4.53;10.Garcia(Esp)à6.23;11.
Nieve (Esp) à 6.30 ; 12. LL Sanchez (Esp) à 7.07;
13. Moncoutié (Fra) à 7.28 ; 14. Karpets (Rus) à
9.33 ; 15. Plaza (Esp) à 12.37 ; 16. Gusev (Rus) à
12.44 ; 17. Le Mevel (Fra) à 13.45 ; 18. Kashech-
kin (Kaz) à 14.59 ; 19. Arroyo (Esp) à 17.46 ; 20.
Bakelants à 17.57 ; etc.

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

30

1NL

www.lesoir.be

13/09/10 21:48 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 31

Aurythmeoùilrécuselesarbitres,le8e

en
unpeuplusdedeuxsaisons,leSCCharle-
roidevrabientôttireràlacourtepaille,
parmilepublic,commeilestd’usageen
minimes,l’infortunépréposéàladirection
desonmatch. Engrossissantletrait,le
comportementirresponsabledeladirec-
tioncarolorégiennerésumel’attitudegro-
tesquequ’endossentaujourd’huilesprin-
cipauxacteursduchampionnatdel’élite,
unecompétitionrelevantplusdubacàsa-
blequedujeusurgazon.
Ilnesepasseplusunejournéesansqu’un
arbitredel’élitesoitprisàpartieparun
joueur,unentraîneurouuncomitardau-
quelonrecommanderachaudementde
balayerd’aborddevantsapropreporte
avantdetireràbouletsrougessurlepia-
niste.Quelastar,lecoachouledirigeant
quin’ajamaisfautélèvelamain !
Detouttemps,entoutescirconstanceset
entouslieux,ilyaeudebonsetdemau-
vaisarbitres,quecesoitenquatrièmepro-
vincialeouenfinaledeCoupedumonde.
Lefootballbelgen’échappepasàcette
réalitémaisilperdsontemps,sonénergie
etsurtoutsacrédibilitéàtenterdefaireac-
croirequ’unramassisdecrétinslepersécu-
te.

Jamais, depuis l’entame de la sai-

son, rencontres de championnat
n’auront-ellessuscitéautantlacon-
troverse qu’à l’occasion de cette 6e

jour-
née.Auxclassiquesavertissementsetex-
clusionssesontajoutéesceweek-endles
contestations d’entraîneurs priés, pour
quelques-uns et non des moindres, d’al-
ler se calmer en dehors de la zone neu-
tre. Ainsi Vercauteren à Bruges - Genk,
Ceulemans à Lokeren - Westerlo, Ma-
thijssenàGBA - CharleroietmêmeVan
der Elst, en D2, à Roulers - Lommel se
sont-ilsvuindiqueravanttermelaporte
desortiequ’auraittoutaussibienpuem-
prunter, à Standard - CS Bruges, Bob
Peeters.Maispis
encore, l’hydre
du racisme a-t-il
resurgi sur les
tréteaux de Lierse - Gand, de St-
Trond - AnderlechtetdeLokeren - Wes-
terlo. Ainsi donc, un peu partout s’est
installée la polémique et son cortège de
dérives gestuelles ou verbales qui ne
grandissentpaslaréputation,déjàforte-
ment oxydée, de la Jupiler League. Ces
faits étaient suffisamment graves et ré-
currents pour nous inciter à prendre le
pouls de « sages » interpellés eux aussi
par cette regrettable escalade.■ J.-L. D.

ET SI L’ON SE DÉCIDAIT,
ENFIN, À SE CONCENTRER
D’ABORD SUR LE JEU ?

FOOTBALL

JEAN-LOUIS DONNAY

ARBITRESINTERNATIONAUX

De Bleeckere (44 ans), Gumienny (38), Nzolo (36), Verbist

(44), Wouters (41), Virant (31), Delferière (29).

ARBITRESDECATÉGORIEA

Bourdouxhe (43), Bultynck (42), Burie (41), Colemonts (38),

Delacour (39), Flament (44), Geldhof (34), Pots (35), Vande-

velde (39), Vervecken (43).

ARBITRESDECATÉGORIEB

Boelen (35), Boucaut (30), Bylois (36), Dierick (31), Deckers

(36), Loeman (30), Simon (37), Smet (28).

Remarque. MM. Breda (raisons personnelles) et Allaerts (re-

traite) ont mis fin à leurs activités cet été. M. De Bleeckere

sera atteint en janvier prochain par la limite d’âge (45 ans)

sur le plan international.

Président de la Commission

centrale d’arbitrage, Ro-
bertJeurissencampesursespo-
sitions : pas question pour lui,
ni encore moins pour ses arbi-
tres, de relâcher l’étreinte ni de
selaisserintimiderparlesrodo-
montades des entraîneurs.

« En autorisant les coaches à
semouvoirdanslazoneneutre,
la Fifa et l’International Board
ont mis le lait devant le chat
(sic). De mon temps, il n’était
pas question pour les entraî-
neursdeseleverdeleurbanc.Et
tout se passait généralement
sans le moindre problème. Che-
min faisant, ils ont obtenu le
droit de se lever pour aller don-
ner leurs consignes à leurs
joueurs.Maiscettelatitudes’est
au fil du temps transformée en
tribunepourcestechniciensqui
passent désormais l’essentiel de
leurmatch à sequereller avec le
jugede touche,à invectiverle4e
officieloùàprendreàtémoinle
public avec la volonté manifes-
te de crier au pendu. C’est tout
juste si, parfois, on n’en retrou-
ve pas un au milieu du terrain.
Je serai inflexible là-dessus en
demandant au 4e

arbitre de se
montrerplusintransigeant,en-
core, à l’avenir. Sans le savoir,
j’ai été vendredi pris impuné-
mentpourcible par BobPeeters
dans la tribune de Sclessin où
j’étais là en qualité d’observa-
teur. L’assistant de M. Delfe-
rière en a pris pour son grade.
Je n’ai pas été étonné en revan-
che par l’exclusion de Vercaute-
ren à Bruges : les arbitres hol-

landaissontbienmoinspermis-
sifs que les nôtres. Quant à M.
Boelen, accusé de tous les maux
au Kiel par Charleroi, je ne
peux lui adresser le reproche
d’avoir décrété un temps addi-
tionnel de 7 minutes, fût-ce in-
habituel,je l’admets. Mais s’il y
avaiteuunepertedetempspen-
dant ce rabiot, il aurait encore
pu prolonger plus longtemps la
partie. »

Quant aux tacles dangereux
et aux manifestations racistes :

« Noussommessurlebonche-
min dans la répression du jeu
dur. Et nous allons persévérer
dans cette voie-là. Au sujet des
propos xénophobes, si ce qu’on
m’arapporté ciet là est exact,il
estintolérablequ’ilsn’aientpas
été sanctionnés par nos referees
auxquelsjevaisrappelerferme-
ment les consignes d’usage. »■

JEAN-LOUIS DONNAY

Ancienarbitreinternational

etmembredelaCCA,Alex
Ponnet préside aussi la Com-
missiond’éthiquemisesurpied
par la Ligue professionnelle.
Une Commission qui, de l’aveu
même de son chairman, a des
pouvoirs très limités.

« Les statuts n’étant pas pu-
bliés,nousnedisposonsd’aucu-
nechartesurlaquellenousrepo-
ser. De toute manière, nous ne
pourrons jamais édicter la
moindresanctiondanslamesu-
re où tout condamné aura beau
jeude s’yopposer devant lajus-
tice civile. »

Ces considérations n’ont pas
empêché cet organe de se réu-
niràdeuxreprisesdéjàpoursta-
tuer sur un litige opposant les
dirigeants du CS Bruges à ceux
de Charleroi auxquels les pre-
miersavaient,parmesuredere-
présailles,interditl’accèsàlaré-
ception officielle du Cercle. Ré-
cemment, ce fut un autre Bru-
geois, du Club celui-là, qui fut
appeléàluirendre descomptes
enraisondedéclarationsintem-
pestivesàl’égarddeM.Verbist,
arbitre de la rencontre Bru-
ges - Malines.

« Lemanagerflandrienapré-
senté ses excuses, ce qui ne nous
a pas empêchés de formuler nos
conclusions à l’adresse de la Li-
gue pro en lui demandant de
rappeler aux responsables de
ses clubs l’importance de mesu-
rerleurscommentairesdansles
médias. Je constate, malgré
tous les incidents qui ont
émaillé le dernier week-end,

que les dirigeants ont en géné-
raladoptéuneélémentairerete-
nue. Certes Mogi Bayat, du SC
Charleroi,s’est-ilemportéàl’en-
contre de l’arbitre mais il a soi-
gneusement évité tout dérapa-
ge. Que son club récuse M. Boe-
lencommeill’afaitparlepassé
avecquelquesautresdesescollè-
gues, c’est son problème. La
CCA évitera de son côté de met-
tre de l’huile sur le feu en épar-
gnantàl’intéressé une prochai-
nevisiteauMambourg.Maisil
en faudra plus pour modifier
notre jugement à l’égard de ce
jeune arbitre. Si prompts à
pourfendre les directeurs de jeu
ou leurs assistants, les joueurs
et les entraîneurs – sur lesquels
notre Commission n’a aucune
prise – devraient parfois se de-
mander s’ils ne mériteraient
pas eux aussi d’être sanction-
nés,sportivementoufinancière-
ment,quandilsratentunepas-
se, loupent un penalty ou effec-
tuentunchangement foireux. »

J.-L. D.

Outre Vande Walle, l’entraîneur de gardiens de Courtrai, Vercauteren et
Ceulemans (ph.), tous exclus ce week-end, s’en tireront avec une interdiction de
banc de 7 et 15 jours, pour autant qu’ils acceptent la proposition du parquet. © BELGA.

Commentaire

Jeurissen:«Leracismeetla
brutaliténepasserontpas»

Robert Waseige, le papet de

la corporation des entraî-
neursbelges,aujourd’huiàlare-
traite est sans doute le mieux
placépourémettre,avecl’indis-
pensable recul, un avis autorisé
sur l’atmosphère électrique ré-
gnant sur la scène de l’élite. Il a
beaufouillersamémoire,leLié-
geois, qui accuse plus de 800
matchsàsoncompteurdelaD1
nese souvient pas avoir un jour
essuyé les foudres arbitrales au
pointde devoir abandonner ses
poulains en cours de match.

« Tout a changé ces dernières
années. La pression a pris le
pas sur la passion qui habitait
tous les acteurs d’un match, ar-
bitres, entraîneurs et joueurs.
Les coaches, surtout, sont sou-
mis aux exigences du résultat.
On ne leur pardonne rien, fus-
sent-ils obligés parfois de se dé-
brouilleravecdeseffectifsdefor-
tune. La réforme du champion-
nat n’a rien fait pour les soula-
ger.Aucontraire,latensionest-
elleencoreplusforteaveccesys-
tèmedesplayoffsquifaitfantas-
mer tous les dirigeants. Un tel
contexte empoisonne la vie des
arbitresexposésdepleinfouetà
l’implacable vérité des ralentis
télévisés. A la limite, le specta-
teur qui regarde la télé chez lui
ou assiste à un match dans une
loge a une perception de l’arbi-
trage bien meilleure que le pu-
blic. C’est le règne de la troisiè-
me dimension avec tout ce que
ça comporte comme difficultés
pour l’homme en noir et ses ad-
joints. »

De remède miracle, Waseige
n’en a aucun, si ce n’est de con-
seiller à ses jeunes confrères de
retrouver leur sérénité.

« Chacun sait qu’en début de
saison,lesarbitresontplus vite
tendance à appliquer à la lettre
les consignes qui sont encore
toutes fraîches dans leur ma-
nuel. Une raison de plus pour
se tenir à carreau ! »

Ce qui ne l’empêche pas, au
passage,defustigerl’actuellegé-
nération.

« Jeneveuxpasjouerauxan-
ciens combattants mais il faut
bien admettre qu’il est de bon
ton, aujourd’hui, dans la socié-
té,decontestertoutcequiincar-
nel’ordre,l’autoritéetlahiérar-
chie.Lefootballn’échappepasà
cette mutation de la société qui
s’attaque à tout qui porte l’uni-
forme, parfois à balles réelles
dès lors qu’il s’agit de la poli-
ce ! »■

J.-L. D.

L’arbitre

LES ARBITRES DE D1

ROBERT JEURISSEN mène un com-

bat ingrat mais indispensable.© B.

Ponnet:«Rienàreprocher
auxdirigeants,c’estdéjàça!»

ALEX PONNET est conscient des limi-

tes de sa Commission d’éthique.© D.

Waseige:«Lapression
aprislepassurlapassion»

ROBERT Waseige conseille aux coa-

ches de se calmer. © P.-Y. T.

lessports

Lejuge

Letémoin

● Exclusions
massives de
joueurs et
d’entraîneurs :
la D1 perd la
maîtrise de
ses nerfs.

● Waseige re-
grette l’épo-
que où la séré-
nité habitait
chacun
des acteurs
du grand théâ-
tre.

● Les arbi-
tres, eux, n’en-
tendent pas
se laisser inti-
mider.

Arbitrage / Au terme d’un week-end très agité, chacun doit reprendre ses esprits

Jeurissen : « On ne lâchera rien ! »

L’ESSENTIEL

UN WEEK-END animé pour les arbitres belges… © PHOTO NEWS.

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

31

www.lesoir.be

1NL

13/09/10 21:48 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 32

> Les images de la finale masculine de l'US Open
de tennis et l'analyse du tournoi masculin
par Patrick Haumont sur son blog « Amortie et Lob »

> Les résultats en direct de la Ligue des champions
de football

> Les résultats du sondage « Onze idéal »
des internautes

en

Lob »

ns

C’est reparti pour la piste

auxétoiles.Cemardi,laLi-
gue des champions re-
vient sur nos écrans et dans les
principaux stades de football en
Europe. Mais pas en Belgique,
évidemment,aprèslefauxpasan-
derlechtois face à Belgrade... La
cuvée 2010-11 sera-t-elle bon-
ne ? A quoi peut-on s’attendre
dans une saison « post-Mon-
dial » ? Sunday Oli-
seh, consultant sur
BeTv et dans Le Soir
pour la C1, nous pré-
sente ce qui reste la compétition
la plus relevée du foot mondial.

L’Inter peut-il rê-
ver du doublé?

Lasaisonpassée,lesLombards
avaient réalisé le parcours par-
fait, en éliminant, entre autres,
Chelsea, Barcelone et le Bayern
Munich, pour retrouver un titre
qui leur échappait depuis 1965.

« Ce sera difficile pour les Ita-
liens, estime Sunday Oliseh.
D’abord parce que personne n’a

gagné deux fois de suite depuis
20 ans : Milan en 1989 et 1990.
Ensuite parce Mourinho est par-
ti. Certes, l’Inter a gardé tout son
effectif sauf Balotelli, qui jouait
peu, mais le départ d’un coach
commelePortugaisn’estpasano-
din. Il a tiré son groupe vers le
haut en deux ans et a créé un es-
prit d’équipe incroyable. Benitez
estunbonentraîneur,maispasà
la hauteur de son prédécesseur.
Enplus,ilvadevoirvivreavecla
comparaison pendant toute la
saison alors que l’équipe a laissé
beaucoupd’influxdansladerniè-
re campagne. Et au Mondial... »

Mourinho peut-il
faire le triplé ?

L’homme le plus attendu de la
C1est évidemmentJosé Mourin-
ho, qui rêve de remporter la cou-
pe aux grandes oreilles avec trois
clubs de trois pays différents.

« J’avoue une énorme admira-
tion pour lui. Mais en regardant
leschosesobjectivement,jemedis
qu’il a tout en main
pour réussir son in-
croyablepari.Enquel-
ques semaines, il a dé-
jà mis sa griffe sur Madrid.
Raul, Guti et Van de Vaart sont
partis :levestiaireestdoncentiè-
rementacquisàMourinho.Eton
peut comparer les joueurs avec
ceux de l’Inter : Khedira est un
peucommeCambiasso,Ozilcom-
me Sneijder, Ronaldo comme
Eto’o,maisenplusrapideencore,
etHiguaincommeMilito.Enou-
tre, il a refait le coup en défense
enengageantCarvalhocomme ce
fut le cas avec Lucio en Italie. Je
crois qu’il a une très bonne équi-
pe, vraiment. Avec deux points
plus“faibles”auniveaudesarriè-

res d’aile. En fait, pour moi, la
question, c’est de savoir si Mou-
rinho va encore gagner la Ligue
des champions cette année ou la
saison prochaine... »

Quels sont
les favoris ?

Quand on lui pose la question,
Sunday Oliseh n’hésite pas une
seule seconde. « Chelsea ! En
toutcaslamotivationesténorme
du côté de Londres. Depuis le
tempsqueleclubcourtderrièrela
C1. Et on voit à quel point elle est
importante car la saison passée,
malgréle doubléenAngleterre,ce
qui est remarquable, on a quasi
eul’impressionqueChelseaavait
raté son parcours à cause de l’éli-
mination contre l’Inter. Ceci dit,
Chelsea impressionne et marque
énormément,maisl’histoiredela

Ligue des champions nous rap-
pelle que l’équipe qui gagne est
plus souvent celle qui encaisse
peu, plutôt que celle qui marque
beaucoup.Enoutre,àChelsea,on
dit chaque année dès le mois
d’août qu’on veut gagner la C1.
C’est une pression inutile. »

Derrière, Sunday pointe les
grands classiques : Manchester
United, l’Inter, le Real, le Bayern
et,évidemment,Barcelone.« Les
Catalans auront une entrée en
matièreplusdifficilequ’iln’ypa-
raît, ce mardi, contre le Panathi-
naïkos. Le Barça n’est pas au
mieux, l’absence de Puyol se fait
sentir et je suis curieux de voir
commentMascheranovas’adap-
ter austyle de jeu. C’est un trans-
fert curieux : c’est un bon joueur,
mais sur ce que j’ai vu de lui en
équipe nationale et à Liverpool
ces derniers mois, je ne suis pas
sûr qu’il soit l’élément idéal pour
le jeu rapide et juste des Cata-
lans. En outre, le Panathinaïkos
estplus fort que l’équipe éliminée
parleStandard.LesGrecssesont
renforcésintelligemment,notam-
ment avec Govou et Garcia. Ils
ont une belle carte à jouer. »

D’où viendront
les surprises ?

Olisehpréfère d’abordévoquer
les outisders. « Arsenal, Totten-
ham, l’Ajax, qui a des ambitions,
et l’AC Milan. Certes, les Italiens
ontachetéIbrahimovicetRubin-
go,maisil mesembleunpeu pré-
tentieux de faire d’eux des favo-
ris.C’est exagéré. Quantauxsur-
prisespossibles, je pointerai Bra-
ga, sans conteste. Les Portugais
m’ont impressionné durant les
préliminaires, à Séville. Braga,
c’estducostaud.Enfin,jesuissûr

que Zilina ne fera pas que de la
figuration.C’est une bonne petite
équipe, bien préparée, bien orga-
nisée. Parailleurs,jeregrettel’ab-
senced’Anderlecht maisles Mau-
ves ne doivent s’en prendre qu’à
eux-mêmes. Ils avaient tout en
mainscontreBelgrade.D’unema-
nière plus générale, le foot belge
doit se remettre en question s’il
veut remonter dans le train de la
C1. Ce qui arrive n’est pas un ha-
sard mais le fruit d’un manque
de vision générale. »

Le spectacle
sera-t-il là ?

La Ligue des champions, cha-
queannée,offredesmatchsfabu-
leux. Mais aussi des rencontres
sans beaucoup de passion, vu la
multiplication des rendez-vous.

« J’estime que cette saison sera
très disputée et très importante
car la crise est là, encore plus que
l’anpassé–onl’avuavecunmar-
ché des transferts morose, à part
pour Manchester City qui n’est
pas qualifié pour la C1. Les clubs
ont tous besoin d’argent et la Li-
gue des champions, c’est... quasi
un milliard d’euros à se partager
et 71 millions pour le vainqueur
lasaisondernière. L’enjeufinan-
cier est énorme. Et je crains qu’il
netueun peu lespectacle. Sporti-
vement, il y a une grande ques-
tion : comment les stars auront-
ellesavaléladésillusionduMon-
dial ? Comme une motivation ou
comme un facteur de doute ? En-
fin, personnellement, je suis heu-
reux de revoir une équipe de
l’Ajaxambitieuse.J’aijouéàAm-
sterdam, j’y ai beaucoup d’amis.
C’est sympa. »

Le décor est planté. Place aux
acteurs.■ CHRISTOPHE BERTI

Outre les Diables rouges Da-
niel Van Buyten (Bayern),
Thomas Vermaelen (Arse-
nal), Jan Verthongen et Toby
Alderweireld (Ajax), deux au-
tres Belges sont engagés en
Ligue des champions : Bart
Buysse, qui se contente d’un
rôle de réserviste pour l’ins-
tant à Twente et, évidem-
ment, Michel Preud’homme,
l’ex-entraîneur du Standard et
de Gand. Un Preud’homme
qui entame son parcours en
C1 en accueillant, ce mardi,
l’Inter Milan, tenant du titre.

Un week-end chahuté pour le corps arbitral :
il est temps de reprendre ses esprits
P.31

Les cinq derniers prétendants au titre mondial se
tiennent dans un mouchoir
P.29

● La Ligue des cham-
pions reprend ses
droits à partir de ce
mardi soir.

● Sans équipe belge,
mais avec Preud’hom-
me qui défie d’entrée
de jeu l’Inter Milan.

● Sunday Oliseh nous
présente cette épreuve
qui reste magique.

Sunday Oliseh

Sunday Oliseh, consultant
sur Be Tv pour la Ligue des
champions, présentera dé-
sormais chaque journée
dans nos colonnes.
A 36 ans, il a connu une
carrière fournie en passant
par Liège, la Reggiana,
l’Ajax, la Juventus, Dort-
mund, Bochum et Genk, en-
tre autres. Il a disputé
deux Coupes
du monde
pour le Ni-
geria et a
gagné le
tournoi olym-
pique en
1996.

FOOTBALL

FOOTBALL

FORMULE 1

LIGUEDESCHAMPIONS (1e

journée)

GroupeA

Twente (P-B) – Inter Milan (Ita) .......... mar. 20h45

en direct sur Club RTL

W. Brême (All) – Tottenham (Ang) .... mar. 20h45

en direct sur Be Sport 2

GroupeB

Lyon (Fra) – Schalke 04 (All)

................ mar. 20h45

en direct sur Be Sport 3

Benfica (Por) – Hapoël Tel-Aviv (Isr) .mar. 20h45

GroupeC

Man Utd (Ang) – Rangers (Eco) ........... mar. 20h45
Bursaspor (Tur) – Valence (Esp) .......... mar. 20h45

GroupeD

Barça (Esp) – Panathinaïkos (Grè) ...... mar. 20h45

en direct sur Be Sport 1

Copenhague (Dan) – Kazan (Rus) ...... mar. 20h45

GroupeE

Bayern Munich (All) – AS Rome (Ita) .mer. 20h45

en direct sur Be 1

CFR Cluj (Rou) – Bâle (Sui)
...................
mer. 20h45

GroupeF

Marseille (Fra) – Sp. Moscou (Rus) .... mer. 20h45

en direct sur Be Sport 2

Zilina (Svq) – Chelsea (Ang)

................. mer. 20h45

GroupeG

Real Madrid (Esp) – Ajax (P-B) ............. mer. 20h45

en direct sur Club RTL

AC Milan (Ita) – Auxerre (Fra) .............. mer. 20h45

GroupeH

Arsenal (Ang) – Braga (Por)

.................. mer. 20h45

en direct sur Be Sport 1

Sh. Donetsk (Ukr) – Partizan (Ser) ..... mer. 20h45

VILLA, Ibra-
himovic,
Drogba, Ri-
bery, Mou-
rinho:ils rê-
vent tous
de la Cou-
pe aux
grandes
oreilles...

© AP, EPA.

LE CONSULTANT

6

L’ESSENTIEL

PROGRAMME

LE CHIFFRE

sports

Les étoiles sont de retour

Ligue des champions / Première journée

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

32

1NL

www.lesoir.be

13/09/10 22:37 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 33

2007Hairspray d’Adam
Shankman. Avec Nikki Blons-
ky, Christopher Walken, Mi-
chelle Pfeiffer et John Travol-
ta. Quand une grosse veut
danser à la télé...

2007High School Musical 2,
de Kenny Ortega. On prend
les mêmes et on recommen-
ce. Il y aura aussi un High
School Musical 3, d’ailleurs.

2010 Charlie St. Cloud, de
Burr Steers. Avec Charlie Ta-
han et Amanda Crew. La
mort, un gardien de cimetière
et une jeune femme disparue
en mer.

● Sa gueule d’ange en fait un des acteurs montants d’Hollywood.

● Il tente de briser son image de danseur-chanteur pour se tourner
vers des rôles plus dramatiques.

● Un jour, sans doute, il passera à la réalisation. Pour l’instant,
il « adore toujours faire l’acteur ».

2006High School Musical,
de Kenny Ortega. Avec Vanes-
sa Hudgens. Ça chante au ly-
cée... et sur Disney TV.

REGIOThéâtre : Aachen, Hasselt, Maastricht,
Liège et Eupen échangent des spectateurs
P.34

Avec huit récompenses aux MTV Awards,
Lady Gaga est au sommet de l’art pop.
P.35

ENTRETIEN

DEAUVILLE

DE NOTRE ENVOYÉE SPÉCIALE

ZacEfronest-illefuturBradPitt,Tom

Cruise, Di Caprio ou Johnny Depp ?
Encore difficile à dire même si cette
gueuled’angequifaitchavirerlescœursdes
adolescentes est classée parmi les acteurs
montantsd’Hollywood,auxcôtésdeShiaLa-
Beouf, Kevin Zegers ou Michael Pitt, par le
magazine américain Vanity Fair.
Une chose est sûre, le beau Zac Efron, né
en Californie en 1987, a explosé le baromè-
tre de popularité de la 36e

édition du Festi-
val de Deauville, réunissant des centaines
dejeunesfanslelongdutapisrouge,provo-
quant bousculades, frénésies prépubères et
hurlements de demoiselles. Et son nouveau
look plus « mature » – barbe, moustache et
costard-cravate–n’afaitqu’ajouteràl’hysté-
rie ambiante, faisant craquer les mères au-
tant que les filles. La grande marée 2010,
c’est lui !

Sonstatut destar des adosaméricains ac-
quis grâce au succès de High school musi-
cal : premiers pas sur scène, comédie musi-
cale diffuséesurDisney Chanel,en 2006, et
consolidé par High school musical 2 ainsi
queparletroisièmeopussortiaucinémaen
2008, a bien traversé l’Atlantique.
D’ailleurs,il n’y a pas que les ados quifré-
missent pour lui. C’est en le voyant jouer,
danser et chanter dans High school musical
que John Travolta l’a engagé pour sa comé-
die musicale Hairspray. Depuis, Zac, qui a
faitpasmald’apparitionsdansdessériesté-
lés (Urgences, Les experts, NCIS : enquêtes
spéciales),tentedecassersonimagedechan-
teurdanseur en se tournantvers un registre
plus dramatique. Le secret de Charlie, un
dramedeBurrSteersqu’ilprésentaitàDeau-
ville ce week-end, ouvre en douceur cette
voie.Car,avouons-le,cefilmquilefaitvoya-
ger parmi les morts, reste quand même une
gentille bluette. Mais ce fut l’occasion de
voirde près la nouvelle idole des jeunes. On
confirme : son look de surfer californien et
son regard bleu ont de quoi faire des rava-
ges.

Comment vivez-vous la célébrité ?

CequejevisàDeauvillemerendunpeuner-
veux. Je ne suis pas très habitué à ça. Bien
sûr, il y a ce que je vis aux Etats-Unis, mais
j’avouequej’avaisunpeuperdulamainfa-
ce à ce genre de bousculade. Ce qui ce passe
ici autour de moi me fait un peu peur…

Vous êtes considéré comme la nouvelle ido-
le des jeunes. Cela vous met-il la pression ?

Ce statut, c’est vous qui me le donnez. Et si
vous le dites, c’est que c’est sans doute vrai.

Mais si je l’ai obtenu, c’est grâce à mon
travail.Ilyalàunegrosseresponsabili-
té.Ce n’estpasfacilemaisjenememets
pas la pression d’un rôle à tenir par
rapport à ça. Je me concentre sur mon
travaild’acteur.Àchaquetournage,je
veuxêtreautop.Pourcela,jem’entraî-
ne physiquement avant chaque film.
Car je veux arriver en bonne condi-
tionphysiqueetmentalepourêtreencon-
fiance. Car le cinéma, ce n’est qu’une ques-
tiondeconfiance.Etpuisjenesaisjamaisce
qu’on va vraiment me demander de faire :
chanter, danser, faire du bateau… Je veux
être prêt à tout pour être crédible en toutes
circonstances.PourLesecretdeCharlie,j’ai
dû suivre trois semaines de préparation in-
tensive à la voile, pas pour avoir l’air de sa-
voirnaviguermaispouracquérirunréelsa-
voir et une confiance.

Vous avez débuté dans le métier en étant
estampillé Disney. Cela implique quoi ?

Pas grand-chose si ce n’est un souvenir très
heureuxdel’auditionpourHighschoolmu-
sical. Après, je me suis mis au travail, tout
simplement. Je chante depuis toujours.
Maischanterdemanièreprofessionnelleim-
plique d’autres exigences. J’ai suivi une for-
mation au chant. J’étais très proche du per-
sonnage Troy. Ce qu’on voit dans le film,
c’est un gamin qui a le virus de Broadway
danslapeau,quiaenviedechanter,dedan-
ser. Comme moi, à l’époque.

Avec le film de Burr Steers que vous présen-
tez à Deauville, on vous découvre dans un
registre plus dramatique. Cela traduit-il un
tournant dans votre carrière ?

J’espère. Je ne veux pas être prisonnier
d’un genre, je veux m’ouvrir à d’autres
choses.Fairecechoixn’étaitpasévi-
dent car on ne m’attendait pas
dans ce virage. Il yavait une pri-
se de risque. Mais elle est néces-
saire. Et j’ai aimé cette autre di-
mension. J’espère que cela an-
nonce une nouvelle direction.
J’ai de vraies envies de ça.
Dans la folle ambition de ma
jeunesse,parfois, jerêve que je
metslacaméralà oulà. Donc
unjoursansdoute, jeréalise-
rai monpropre film. J’aime-
rais bien, oui ! Pour l’ins-
tant, je reste modeste car je
n’ai pas d’expérience. Et
j’adore faire l’acteur.■

Propos recueillis par

FABIENNE BRADFER

Le secret de Charlie sort le 10 no-

vembre sur nos écrans.

SCÈNES

MUSIQUE

Woody Allena pris la défense de
Carla Bruni-Sarkozy après les rumeurs
affirmant qu’elle avait été « pénible » lors
du tournage de son film cet été à Paris.
« Elle n’a posé aucun problème, J’étais
ravi de son travail », a-t-il assuré. © AP.

LA FILMO

+TÉLÉVISION

Zac Efron révèle son « secret »

culture

Bons à découper

Produits en vente en librairies, hors grandes surfaces.

Avis aux abonnés : vous pouvez acquérir ces produits via

la librairie de votre choix. *Avis aux lecteurs : action sans

obligation d’achat. Ce bon peut être obtenu sur simple

demande écrite, accompagnée d’une enveloppe af ranchie

auprès du journal Le Soir, Service Abonnements, 100 rue

Royale, 1000 Bruxelles. Avis aux dif useurs de presse :

si vous n’avez pas reçu le produit mentionné sur ce bon,

contactez notre service administratif : 070.22.10.10.

1 Veuillez indiquer ci-contre votre numéro PV AMP

2 Merci de retourner ce bon exclusivement dans

l’enveloppe chèques-échange.

Charles Darwin

no

1

L'origine des espèces

2 *

Ofrevalabledu10/9au23/9/2010, dansla limitedes
stocksdisponiblesethorsgrandessurfaces.
Nepeut êtrevenduséparément dujournalLeSoir


Dans la limite des stocks disponibles et hors grandes surfaces.

Insectes
& Cie

no

29

Le longicorne
tacheté

7,99 *

Ofrevalabledu08/9au14/9/2010, danslalimite
desstocksdisponiblesethorsgrandessurfaces.
Nepeut êtrevenduséparément dujournalLeSoir

Ofrevalabledu11/9au17/9/2010, danslalimite
desstocksdisponiblesethorsgrandessurfaces.
Nepeut êtrevenduséparément dujournalLeSoir

Blake et Mortimer

no

3

L'étrange
rendez-vous

6,90 *

15464480

Cinéma / Le 36e

Festival du cinéma américain de Deauville

L’ESSENTIEL

SON NOUVEAU LOOK,
plus mature, fait cra-
quer les mères, après
les filles. © EPA.

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

33

www.lesoir.be

1NL

13/09/10 21:09 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 34

Prometheus-Landscape II Jan Fabre, l’un des artistes
belges les plus avant-gardistes de l’époque, revisite le mythe
de l’orgueilleux Prométhée, qui a dérobé le feu aux Dieux de
l’Olympe et subit alors un impitoyable châtiment. Fabre éta-
blit le lien entre ce corps martyrisé jusqu’à l’extase et les trou-
pes d’élite du film de Stanley Kubrick sur la guerre du Viet-
nam, Full Metal Jacket. Manière d’exposer le champ de bataille
de notre civilisation. Au Theater aan Het Vrijthof, Maastricht, le 13 mai

2011.

Out Of Context – for PinaAvec une
belle économie de moyens, le grand chorégra-
phe Alain Platel, leader du collectif « Les bal-
lets C de la B » propose un spectacle jouissif,
basé sur l’hystérie, l’extase, les tics, les mou-
vements incontrôlés. Sans décor ni costu-
mes, avec neuf corps qui exultent d’émotion,
Platel explore cet entre-deux où douleur et
plaisir, tension et détente, rire et larmes peu-
vent se confondre. Le spectacle a fait un ta-
bac au dernier festival d’Avignon, le voici
près de chez vous.Au Cultuurcentrum, Hasselt, le 30

septembre.

©PHILEDEPREZ

Le nombre de personnes qui ont participé aux 22e

Jour-
nées du Patrimoine en Wallonie samedi et dimanche. Le
chiffre est en nette augmentation par rapport à l’année pré-
cédente. Au total, quelque 450 activités étaient proposées.

©PINO

PIPITON

CINÉMA Un Fonske pour « Mr. No-

body »LeréalisateurJacoVanDor-
mael a reçu samedi un Fonske, la
traditionnellerécompenseduFes-
tival du film d’Ostende, pour son
dernier film Mr. Nobody, qui s’est
imposé dans la catégorie du meil-
leur film belge 2010. (b)

ARCHÉOLOGIE Ossements humains

à l’église de la Chapelle Des osse-
ments humains ont été décou-
verts lundi lors de travaux à l’égli-
se de la Chapelle de Bruxelles.

« Cet endroit faisait partie du cime-
tière qui entourait l’église, il n’est
pas étonnant d’y trouver des osse-
ments. Il s’agit des restes de person-
nesquiontprobablementétéenter-
rées séparément avant d’être ras-
semblées dans une grande tombe »

explique Sylvianne Modrie de la

celluleArchéologiedelaDirection
des Monuments et des Sites de la
Région de Bruxelles-Capitale. (b)

MUSIQUE King Coleman est mort

Carlton« King »Coleman,unpion-
nier du Rhythm and Blues, est dé-
cédé samedi à l’âge de 78 ans
dans un hôpital de Miami. Cole-
man est connu pour son interpré-
tationduhit«(Dothe)Mashedpo-
tatoes», enregistré en 1959 avec
le groupe de James Brown.(b)

MUSÉES Vol de bijoux au musée

des Arts premiers La direction du
musée des Arts premiers du Quai
BranlyàParisadéposéplainteven-
dredi suite à la « disparition » de
trois petits bijoux africains en or
entreposésdanssesréservesetes-
timés à 70.000 euros. (afp).

● Liège, Hasselt,
Maastricht, Aachen
et Eupen s’échangent
des spectateurs via
des navettes gratuites.

● La première saison
pleine du projet fut
une grande réussite : le
public en redemande.

● La saison qui débute
propose notamment
Josse de Pauw, Platel,
Jan Fabre, Koltès, etc.

Lettre à mon JugeProposer aux eurégionaux curieux un tex-
te de Simenon dans sa ville natale, ça tombait sous le sens !
Mais, symbole puissant, ce texte atypique de l’auteur liégeois,
qui met en scène la confession d’un médecin meurtrier de sa
maîtresse, a été créé… en néerlandais par Johan Simons au NT
Gent. La création en français est l’occasion de vivre une grande
prestation de Frank Focketyn. Au Théâtre de la Place, Liège, le 9 octobre.

Métamorphoses

L’ancien directeur de
Charleroi Danses Fré-
déric Flamand nous
revient avec son Bal-
let National de Mar-
seille pour une créa-
tion inspirée par
« Les Métamorpho-
ses» d’Ovide. Embar-
quant dans l’aventu-
reles designers brési-
liens Humberto et
Fernando Campana,
il propose un brillant
exercice de style où
design, arts plasti-
ques, musique et au-
diovisuel se mélan-
gent. Au Theater aan het

Vrijthof, Maastricht, le 23

mars 2011.

©D.R.

©CHRISVAN

DERBURGHT

De longue date, l’Europe

encourage la création de
liens transfrontaliers à
l’intérieur de son territoire, no-
tamment via les fonds Interreg.
Et à Liège, de nombreux déci-
deurs estiment qu’on a tout à ga-
gner à se tourner vers l’Euregio
Meuse-Rhin, soit la réunion des
Limbourgs flamands et hollan-
dais, du Regio Aachen allemand,

de la Province de Liège et de la
Communauté germanophone.
Des villes principales (Aachen,
Liège, Maastricht, Hasselt) qui
ne sont distantes que de 75 kilo-
mètresau maximum ; unepopu-
lation globale de 4 millions d’ha-
bitants : de quoi mener de vrais
projets « métropolitains ». Ob-
stacle principal cependant : la
barrière des langues. Il n’est dès
lors sans doute pas étonnant que
les projets eurégionaux les plus
concretssoientvenusdelacultu-
re, ce langage universel.
Ainsi REGIOThéâtre-REGIO-
Danse, qui entame sa deuxième
saison complète, est-il, de l’avis
de tous les partenaires, une tota-
le réussite, voire un « petit mira-
cle », selon Rik Takvorian, direc-
teur du Kulturbetrieb d’Aachen.
Le projetest né à l’initiativedu
Théâtre de la Place à Liège qui,
en 2006, décide d’intégrer à son
festival « Pays de Danses » un

spectacle du Theater aan het
VrijthofdeMaastricht.Succèsim-
médiat. Aachen, puis le Cultuur-
centrum de Hasselt – « Rencon-
tré grâce aux gens de… Maas-
tricht !C’estçalaBelgique »,sou-
rit Serge Rangoni, directeur du
Théâtre de la Place – et enfin le
ChudoscnikSunergiad’Eupen se
joignent à l’aventure. Grâce à 2
millions de subsides Interreg, un
budget global de 4 millions d’eu-
ros est dégagé pour trois saisons.

Cinq lieux, quatorze spectacles

L’idée centrale est de permet-
tre, via des navettes gratuites, la
mobilitédesspectateursdescinq
villes, invités à assister à des re-
présentationsdedanseetdethéâ-
treregroupées au seind’une pro-
grammation commune. Un site
internet et une communication
commune quadrilingue (avec
l’anglais en plus) sont élaborés.
La première saison, en 2009-
2010, a marché du tonnerre :

« 1.500 spectateurs ont emprun-
té les navettes, reprend Serge
Rangoni. Cette saison, avec qua-
torze spectacles au programme,
on sait déjà qu’ils seront plus de
2.000. »

« Mais au-delà du programme
REGIO, nous avons pu constater
que,unefoisqu’ilssontvenusvia
les navettes gratuites et connais-
sent les lieux, des spectateurs
étrangers reviennent chez nous
de leur propre initiative », souli-
gne Jacques Gie-
sen au Theater
aan het Vrijthof.

« Et puis, ces
contacts trans-
frontaliers amè-
nent une nouvelle créativité, très
enrichissante,àtouslespartenai-
res, souligne le directeur du
Cultuurcentrum de Hasselt, Re-
né Géladé. Sans compter que ce
projet eurégional permet de faire
venir de grands noms et de mon-
ter des projets qui, sinon, n’au-
raient jamais pu voir le jour. »

Bref,l’opération,quidébouche-
ra aussi sur la création, en 2011,
de deux spectacles « eurégio-
naux »missurpiedparLeCorri-
dor (Liège) et Queeste (Hasselt),
est un plein succès.

« Au final, c’est un peu comme
si on travaillait tous dans une
seulegrandeville,mêmesielleest
multipolaire,souligneRikTakvo-
rian. Et nous sommes déjà tous
persuadés que même quand les
fondsInterregs’éteindront,cepro-
jetcontinueraàexisteràetàcroî-
tre. »■

PIERRE MOREL

Infos: www.regiotheatredanse.eu.

« Une fois qu’ils sont venus via les navettes
gratuites et connaissent les lieux, les
spectateurs reviennent de leur propre
initiative » Jacques Giesen, Theater aan het Vrijthof

Jane Birkin sera le Coup de Cœur du Festival international du film francophone de
Namur (1-8 octobre 2010). Elle y présentera son premier long métrage, « Boxes »
(2007) et rencontrera le public le 6 octobre à 14 h au Caméo. © AP.

laculture

Al’occasion du 150e

anniversaire de la naissance de James En-
sor (1860-1949), la Commission communautaire flamande
propose deux promenades familiales, l’une à Bruxelles et
l’autre à Ostende, à la découverte du peintre. Deux guides de ran-
données ont été édités. Les responsables de l’opération ont mis
l’accent sur le lien entre Bruxelles et Ostende dans la vie de James
Ensor. Les deux villes ont été une source d’inspiration pour l’artis-
te. A Bruxelles, les thèmes « art », « politique » et « société » seront
omniprésents sur le parcours; à Ostende, l’accent sera notamment
mis sur le divertissement. (b)

MAASTRICHT

HASSELT

L’ESSENTIEL

LIÈGE

MAASTRICHT

Jardins en fête Bruxelles et ses environs regorgent de jardins
méconnus. Des jardins souvent non visitables et qui le seront
ce dimanche 26 septembre. Comme celui-ci, de René Pe-
chêre, à Linkebeek. Pour y accéder, à celui-ci et à 39 autres jar-
dins et parcs, il faut s’inscrire sur www.bvrp.net. © D.R.

Avec James Ensor

Circulez, y a plein à voir !

402.500

Scènes / Avec REGIOThéâtre, cinq institutions collaborent par-delà les frontières

Le Soir Mardi 14 septembre 2010

34

1NL

www.lesoir.be

13/09/10 21:42 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 35

● Lady Gaga a raflé huit récompenses aux MTV
Video Music Awards.

● Dimanche soir, à Los Angeles, elle s’est une fois
de plus fait remarquer par ses tenues excentriques.

● Triomphe « visuel » du dernier phénomène pop.

Vidéo de l’année.« Bad
Romance », Lady Gaga.

Vidéo pop. « Bad Romance »,
Lady Gaga.

Vidéo d’une artiste fémini-
ne.
« Bad Romance », Lady
Gaga.

Vidéo d’un artiste masculin.

« Not Afraid », Eminem.

Vidéo de hip-hop. « Not
Afraid », Eminem.

Nouvel artiste. Justin Bieber.

Vidéo rock. « Kings and
Queens », 30 Seconds to
Mars.

Prixdelameilleurevidéode

l’année,prixdelameilleu-
revidéod’uneartistefémi-
nine,meilleurevidéodanslacaté-
goriepop,meilleurevidéodance,
meilleurechorégraphie, meilleu-
re réalisation, meilleur montage
et meilleure collaboration (avec
Beyoncé pour « Telephone »).
Elleatoutraflé !C’étaitsasoirée,
à Lady Gaga, dimanche soir à
Los Angeles, pour la cérémonie
annuelle des MTV Video Music
Awards. Du coup, elle a bien fait
devenir,histoire,parlamêmeoc-
casion, d’exhiber une série de
nouveauxaccoutrements,dontla
déjà fameuse « meat dress » de
Franc Fernandez.
Pourcellequibasetoutsonart
sur son apparence, se servant de
son corps, autant sinon plus que
de sa musique, pour faire parler
d’elle, ce type de reconnaissance
va évidemment de soi.
Après avoir adopté Madonna
dans les années 80 et les rap-
peurs dans les années 90, MTV
ne peut qu’aimer le personnage
hautementvisuelqu’estLadyGa-
ga. Surtout que celle-ci, comme
beaucoup d’autres, préfère doré-
navantl’internetpourcommuni-
quer avec ses millions de fans :

elleest,par exemple, lapremière
artiste à atteindre le milliard de
visionnages sur YouTube avec
troisdesesclips.Ils’agitdoncde
la soigner, la petite.
Cecidit,lesvidéosdeLadyGa-
ga sont de fait de vrais petits bi-
joux en la matière. Il faut savoir
queStefaniJoanneAngelinaGer-
manotta, de son vrai nom, a étu-
diélesartsàlafacultédelaTisch
SchooloftheArts,del’Université
de New York et qu’Andy Warhol
est son modèle. Comme Madon-
na avant elle, Lady Gaga décide
deseschansonscommedeseste-
nues.Personnene tirelesficelles
dans l’ombre. Elle est son propre
patron. Elle écrit elle-même ses
chansons et affirme même
n’avoir jamais été chez un psy.
Elle avoue seulement travailler
avecdesguidesspirituelscomme
DeepakChopra,médecinspécia-
liste de la spiritualité.

Tout lui est art

Passionnéede mode, ellecher-
che à lancer les jeunes créateurs
dont elle s’est éprise. Pour elle,
tout ce qu’elle présente – une ro-
be comme une chanson qu’elle
écrit – est à la fois pensé et natu-
rel. Dans une récente interview

accordéeàNeilStrauss,dumaga-
zine américain Rolling Stone, la
chanteuse excentrique reconnaît
être schizophrénique mais : « Je
n’ai pas l’impression de faire
quelque chose de particulière-
ment révolutionnaire ou cho-
quant… J’ai toujours des con-
ceptsentête.Monesprits’attache
à une idée de base et tout le reste
vient naturellement se greffer
autour. »

Tout, pour Lady Gaga, est art.
Son personnage est foncière-
mentpopetsoncorpsestunmé-
dia, un langage comme un autre.
Elleleditd’ailleurs :« Jeneveux
pasquelesgensmevoientcomme
un être humain. Je ne bois même
pasd’eausur scènecarje neveux
pas briser la magie autour de la
musique. »■

THIERRY COLJON

Lady Gaga revient au Sportpaleis d’An-

vers les 22 et 23 novembre.

Souslenomd’empruntdeKa-

proen, Willy Vandersteen, le
créateurdeBobetBobette,aréa-
lisé des dessins antisémites du-
rant la Seconde Guerre mondia-
le. De son vivant, l’auteur avait
toujours nié s’être caché derrière
ce pseudonyme mais une enquê-
te historique, menée à l’initiative
de ses héritiers, vient de confir-
mer la vilaine rumeur. Et la mai-
sond’éditionStandaardUitgeve-
rijprévoitdepublier,àl’automne
2011, un livre pour faire toute la
transparence sur les années de
guerre de Willy Vandersteen.
Il sera notamment question
danscetouvragedesillustrations

antisémites créées en 1942 sur
destextesdeBertPeleman,unin-
dividucondamnépourcollabora-
tionavec l’occupant nazi.

Des enfants « surpris »

« En tant qu’enfants de Willy,
nous sommes surpris qu’il soit
l’auteur de ces dessins. Cela ne
correspond pas à l’image que
nousavionsdelui,niàlamaniè-
re dont nous le connaissions », a
précisé Helena Vandersteen, au
nomde lafamille del’auteur, dé-
cédéen1990.« Dèsquecelanous
a été confirmé, nous avons de-
mandé à la maison d’édition
Standaard Uitgeverij de publier

l’entièretédel’histoiredansunli-
vre. Nous n’avons jamais voulu
présenter l’artiste comme un
saint. Ceux qui veulent honorer
son héritage artistique doivent
également oser consulter les pa-

ges noires de son histoire. »

La démarche de la famille est
un geste rare qui honore les
ayants droit de Vandersteen. Di-
dierPasamonik,expertenhistoi-
re de la bande dessinée et cofon-

dateur du site ActuaBD nous le
confirme.

« Onparletoujoursducompor-
tement d’Hergé pendant la guer-
re et des traces d’antisémitisme
que l’on peut retrouver dans
L’étoilemystérieuse,maislaplu-
part des auteurs belges de bande
dessinéeonteuuncomportement
peu clair pendant cette période.
En 1941 dans Spirou et en 1939
dans Trinette, Jijé a par exemple
dessiné de vilains personnages
au type juif. On en trouve aussi
dans Buck Danny. Même Fran-
quin a caricaturé un fripier juif

dans Spirou et Fantasio. Van-
dersteenestsansdoutelepremier
auteur autour duquel une vraie
réflexionva êtreproposéeconcer-
nant cette période. C’est une dé-
marche intéressante. D’autant
que Vandersteen a récidivé en
1967 dans le Petit Monde de Bob
etBobette, où il a embarqué dans
uneArchedeNoé,àcôtéd’uncou-
ple de Chinois qui mangent du
riz, d’Indiens fumant le calumet
et d’Arabes coureurs de filles,
deux Juifs qui font du bizness.
C’est ce que j’appelle du racisme
ordinaire ».■ DANIEL COUVREUR

Macy Gray sera à l’Ancienne Belgique le 28 novembre. Cet été, elle a offert une
prestation remarquée au Minnewaterpark à Bruges (« la plus belle soirée du
week-end » selon « De Morgen »). www.abconcerts.be ou www.fnac.be © D.R.

L’application Le Soir pour iPad,
gratuite pendant 1 mois, grâce
à notre partenaire ING !

G
R

A
T
U

IT
!

au lieu d

e 1,5
9

Téléchargez et feuilletez votre
journal du jour, maintenant
possible également en mode
of ine, soit au format PDF, soit
d’article en article, en mode texte.
Toute l’info en direct (actualité,
sports, culture…), les vidéos, les
photos… Maintenant disponible
sur iTunes en vous rendant sur
www.lesoir.be/ipad

L’applicationLe SoirpouriPad,
aussigratuitequel’INGLionAccount.

16341090

L’ESSENTIEL

RIEN N’ÉCHAPPE à Stefa-
ni, chaque élément de
son personnage est issu
de son cerveau. © AFP.

PALMARÈS

laculture

Lady Gaga au sommet de l’art pop

LescasesantisémitesdeWillyVandersteen

Musique / Avec huit récompenses aux MTV Awards

Bande dessinée / Les héritiers de Bob et Bobette veulent faire toute la lumière sur le passé du géant flamand du 9e

Art

VANDERSTEEN n’a pas été condamné pour collaboration : après ses dessins antisémites, il en signera d’autres, antinazis comme ceux-ci. © STANDAARD UITGEVERIJ.

Le SoirMardi 14 septembre2010

35

www.lesoir.be

1NL

13/09/10 21:10 - LE_SOIR du 14/09/10 - p. 36

● La comédie de Pierre
Chesnot cavale derrière
Pascal Racan, impayable
« salaud ».

● Détail savoureux, le
mari inconstant se livre
dans de cocasses apar-
tés avec le public.

CRITIQUE

Le mari volage, on connaît.

DepuisFeydeau,l’épouxin-
fidèle est au vaudeville ce
que la bière est à la carbonnade
flamande. Et même si le cocu-
fieurd’Un beau salaud a unebel-
lesanté,amoncelantquatrecocot-

tesdanssonsalon,entrel’ex-fem-
me, l’épouse, la maîtresse légiti-
me et la clandestine, il ne révolu-
tionne pas le genre. Ce qui est in-
habituelparcontredanscetteco-
médie de Pierre Chesnot, c’est
quele bourreau des cœurs consa-
cre les trois quarts de la pièce à
nous prendre en aparté, cassant
lequatrièmemurpourdonnerau
spectateursaversiondesfaits,for-
cémentbiaisée.
Déboulant sur le devant de la
scène, François Dumoulin nous
exposesasituation :« Jesuisobli-
gé car tout à l’heure, pris par les
événements, je n’aurai plus le
temps de m’expliquer. » C’est
qu’il s’apprête à tout quitter, sa
femmeenpremier,pourfuiravec
la jeune Léa sur une île au large
de l’Australie. Et plaide des cir-
constances atténuantes : la pas-

siondespremièresannées,quide-
vient de la tendresse, puis de la
compassion. Et puis, il y a ce tri-
cot,foututue-l’amour,quiaavor-
té plus d’une soirée romantique.
Aprèsceséclaircissements,lema-
rimalheureuxlaisseplaceàlapre-
mière scène, dans le salon où son
épouse lui prépare une surprise :
une fête anniversaire pour ses 60
ans.

Une nouvelle tous les dix ans

Ondécouvrealorsuneautrever-
siondesfaits,etunhommeplutôt
trompeurensériequemariécon-
duit. Dans le tourbillon classique
dequiproquossecroisentsafem-
me Catherine, avec laquelle il vit
depuisvingtansetquiluiadonné
une fille, son ex-femme Mado,
aveclaquelleilavécudixans,Bar-
bara, sa maîtresse depuis dix ans,
et enfin, Léa, la dernière conquê-
te. Bref, une nouvelle femme à
chaque décennie.

MiseenscèneparPierrePigeo-
let, la pièce tire son jus comique
de la mauvaise foi chronique de
l’amantinconstant(PascalRacan
enpleineforme),desestentatives
pathétiques pour trouver des ex-
cuses et de son énergie désespé-
rée à se dépêtrer de cette toile
d’araignées féminines qu’il a lui-
même tissée.
Le dernier acte le verra entrer
enfin de plain-pied sur le plateau
pour affronter la meute de ces
femmes plaquées. Emmenée par
une Marie-Paule Kumps un peu
rigideaudébut,ladistributionfi-
le sans accroc et nous emporte
danssonsillonmêmesilaconclu-
sion decette piècelaissera certai-
nes spectatrices perplexes : « Les
hommes sont tous des salauds, et
lesfemmesaimentça. »Passisûr.

CATHERINE MAKEREEL

Jusqu’au 6 octobre au Théâtre des Gale-

ries, Bruxelles. Tél. 02-512.04.07.

CRITIQUE

Il y a des pièces qui fondent

sous la langue, comme ça,
sans arrière-goût, sans prise de
tête. La nouvelle pièce d’Olivier
Coyettedéballeunedecessucre-
ries théâtrales, légères, enlevées,
souriantes.
Sincèrement se déguste sans
faim, mille-feuilles sur l’amitié,
le temps qui passe, l’importance
de jouir de la vie.
Paul et Bob sont les meilleurs
amis du monde. Aujourd’hui,
Paul est venu trouver Bob parce
qu’il a quelque chose à lui dire,
maisBobn’a pas letemps. Alors,
nos deux amis se chamaillent,
prétexte à toutes les digressions,
entre souvenirs et confidences.
Et pour brouiller encore un peu

pluslespistes,lesdeuxcompères
envoient valser le quatrième
mur,jouant avec le public.
Celui-ciprieunespectatricede
lui donner l’heure exacte, histoi-
redesavoirs’ilestdanslestemps
avecsonintrigue.Celui-làimpro-
vise autour d’un quiz auprès des
spectateurs,invitésàseremémo-
rerunpetitbonheur,unsouvenir
culinaire, un rêve concrétisé.
Sansprétendreauxgrandsdis-
cours, la pièce souffle en toute
simplicité un vent de générosité,
de « carpe diem », porté par
deux comédiens complices : Mi-
chel Kacenelenbogen et Alain
Leempoel, amis depuis toujours
danslavieaussi.Avecunedécon-
traction contagieuse, les deux se
querellent avec gourmandise, se

la jouent Sinatra, dans leur smo-
king, chantonnant « My Way »
au micro, distillent des indices
surleurvieilleamitié,leurscrain-
tesaussiàvoirl’autresedétruire.
La mise en scène de Bernard
Cogniauxancre nos inséparables
dansunrythmesoutenu,quiflir-
teaveclavidéo,l’effetdesurprise
et même la prestidigitation.
On ne vous en dit pas plus. Di-
sonsquecettepiècejoueusedon-
ne envie tout de suite après d’al-
lerboireunverreavecsesamiset
de ne plus les quitter.■

CATHERINE MAKEREEL

Jusqu’au 30 octobre au Public, 64-70 rue

Braemt, Bruxelles. Tél. 0800 944 44. Du

11 au 20 novembre à l’Espace Marignan,

Charleroi. Tél. 071 962 262.

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->