Vous êtes sur la page 1sur 28

ORVAULT

M a g a z i n e
Magazine d’information de la ville
N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008

L’accessibilité à
tout et pour tous !
Sommaire 4-5
6
Actualités
Démocratie participative :
activons les bonnes idées
Prévention routière : les policiers

8
en visite dans les écoles
7 Animations : un été à la Bugallière
8 Démocratie : le Conseil Communal
des Jeunes se renouvelle

Démocratie : Dossier
8 Handicap : L’accessibilité
le Conseil à tout et pour tous !
Communal
Vivre la ville
des Jeunes se 14 Économie : une nouvelle
renouvelle signalétique pour les commerces
de proximité
15 Zapping
16 Histoire: 14-18 :
Orvault dans la tourmente

Visage de ville
17 Portrait : des alpinistes orvaltais
s’attaquent à l’Aconcagua

Vie des quartiers


18 Zoom :
la Saint-Jean au Bois Raguenet
19 Brèves

Démocratie
20 L’expression de l’opposition

9 Dossier
Handicap : L’accessibilité à tout et pour tous !
21

22
L’expression de la majorité

Loisirs
Culture : les 10 ans du théâtre
de la Gobinière
23 Sport : Georges Eo à la tête de
l’équipe première d’Orvault Sports
24 Sport : l’OMS fête le sport

Développement durable
Loisirs

24
25 Agenda 21 local :
Un Conseil pour suivre
L’OMS fête l’avancement de l’Agenda 21

le sport Construire la ville


ORVAULT
M a g a z i n e 26 L’avenue de la Paquelais
informations municipales de la ville d’Orvault réaménagée
N° 38 Octobre / Novembre / Décembre 2008

Hôtel de ville - BP 19 - 44706 Orvault cedex - Tél. 02 51 78 31 00 - Fax 02 51 78 31 69 - www.orvault.fr


Directeur de la publication : Joseph Parpaillon - Co-Directeur : Alexandra Scavennec Pratique
Rédactrice en chef : Axelle Berteloot - Rédaction : Dominique Hervé - Agence Rue Prémion
Photos : Mairie d’Orvault, Marc Roger - Réalisation : Le Square Deshoulières - Tél. 02 40 35 19 85
Impression : Cartoffset - Tél. 02 28 01 10 00
27 Les défibrillateurs, mode d’emploi

Dans le cadre du développement durable, Orvault Magazine est imprimé sur papier recyclé

2 Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008


éditorial
é d i t o r i a l

«Handicap, pour un monde


accessible à tous »
de 5 millions de personnes en France ont besoin d’une
aide particulière pour accomplir certaines tâches de la
vie quotidienne. Ce chiffre atteste de l’ampleur du
problème.

Plus de 2 millions de personnes reçoivent une alloca-


tion ou une pension d’invalidité pour des handicaps dont
la nature et les causes sont extrêmement variées. Ces
allocations doivent leur permettre de vivre dignement,
la solidarité nationale doit jouer pleinement à ce niveau.

Près des 2/3 des paralysies (paraplégies, tétraplégies)


sont liées à un accident de la circulation, 15 % à un acci-
dent du sport. Beaucoup d’accidents pourraient être pré-
venus par des mesures de sécurité plus strictes, il en
est de même pour les simples chutes qui représentent

L a loi du 11 février 2005 portant sur l’égalité des


droits et des chances, la participation et la
citoyenneté des personnes handicapées, a fait
du handicap une priorité
nationale. Elle apporte une
une cause fréquente de perte d’autonomie pour les per-
sonnes âgées. Dans ce domaine, la ville d’Orvault a d’ail-
leurs mis en place, avec l’ORA, des sessions de forma-
tion « prévention des
chutes » pour nos aînés. Le
handicap, cela n’arrive pas
Pour une société

véritable avancée en terme
qu’aux autres.
d’accessibilité.

Pour que chaque individu


plus juste, nous devons La différence, quelle
qu’elle soit, ne doit laisser
ait les mêmes chances,
notre société doit être
revendiquer un accès à tout, personne aux portes de la
société, de l’éducation, de
accessible à tous, y com-
pris à ceux qui souffrent
pour tous et dans tous la culture, de l’emploi, des
loisirs….
« d’une altération subs-
les domaines de la vie.

Avec la charte sur le han-
tantielle, durable ou défini-
dicap, la Ville s’engage à
tive, d’une ou plusieurs
assurer aux personnes en
fonctions physiques, sen-
situation de handicap leur place dans la cité, en
sorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un poly-
prenant des mesures concrètes répondant à leurs
handicap ou d’un trouble de santé invalidant »*. Pour
attentes dans la vie quotidienne.
une société plus juste, nous devons revendiquer un accès
à tout, pour tous et dans tous les domaines de la vie.
Néanmoins, je sais combien la vie quotidienne peut être
Le regard porté sur le handicap doit évoluer.
difficile pour les personnes en situation de handicap,
et qu’il reste encore un long chemin à parcourir pour
La ville d’Orvault a décidé de s’inscrire dans une
leur permettre de vivre tout simplement dans les meil-
démarche volontariste pour permettre aux personnes
leures conditions comme « tout le monde ». Comme le
en situation de handicap de vivre comme « tout le
dit St Exupéry, « Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit
monde » sur notre territoire. Et je m’exprime au nom
pas de le prévoir, mais de le rendre possible », alors
des Orvaltais qui ont placé cet engagement en priorité
ensemble, faisons que cet avenir soit possible.
1 dans le cadre de l’Agenda 21.
* définition du handicap
Le dossier de ce magazine porte sur le handicap. Vous
y découvrirez les actions déjà engagées en faveur de
l’intégration des personnes en situation de handicap. Joseph PARPAILLON
Derrière ce mot se cachent des réalités multiples. Plus Conseiller général et Maire d’Orvault

Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008 3


Actualités

Démocratie participative : ense


Axe majeur de la politique conduite par le Maire, Joseph
PARPAILLON et le Conseil Municipal, le processus de
démocratie locale est un dispositif spécifique qui offre
à tous les Orvaltais, aux associations et aux partenaires
une possibilité concrète d’expression et d’implication
dans la vie de la commune et de ses quartiers. Sou-
cieux d’offrir un plus large espace d’expression aux Orval-
tais, le Maire a nommé Christian ARDOUIN, adjoint à la
démocratie participative et à la vie associative, avec pour
mission principale de développer ces instances.

C ommissions et rencontres de quartiers, permanences des élus,


Conseil Communal des Jeunes…la Ville d’Orvault offrait déjà un dis-
positif complet de démocratie locale. Aujourd’hui, la nouvelle équipe
municipale a pour ambition de le faire évoluer pour permettre une plus grande
participation des Orvaltais. Il s’agira de recueillir les bonnes idées et
d’accompagner leur mise en œuvre.

Tour d’horizon des instances du dispositif


de Démocratie Participative :

Conseils de quartier
Les Actuellement en phase
de transition, le dispositif, maintenu dans son
découpage, évolue dans son organisation et son
fonctionnement. Les Commissions de quartier
deviendront des Conseils de quartier à compter de
novembre 2008.
Obligatoire pour les villes de plus de 80 000 habitants,
rencontres de quartier
leur création reste facultative pour les villes de moindre
importance. Cette évolution se traduira notamment par
Les Les rencontres
un élargissement de leur composition pour accueillir de quartier ont lieu une fois par an au
de nouveaux membres. mois de mai ou juin. C’est l’occasion pour les élus d’aller
Présidés par Christian Ardouin, les Conseils de quartier à la rencontre des Orvaltais au cœur des quartiers, pour
se réuniront en mars et en novembre. Ils seront mieux appréhender les préoccupations de l’ensemble
principalement des lieux d’information, de débats et de des acteurs locaux : habitants, associations,
réflexion sur la vie des quartiers, les projets commerçants, etc.
d’aménagement et d’amélioration. Des groupes de Ces journées (une pour chaque quartier)
travail, directement issus des Conseils, interviendront s’articulent autour de deux temps forts :
en amont de la décision municipale. Des groupes de • dans l’après midi, les élus effectuent une visite au
suivi assureront un accompagnement du projet en cours cœur du quartier à la rencontre de ses habitants. Une
pour en garantir la bonne réalisation. exposition sous chapiteau présente les grands projets
Les conseillers de quartiers auront pour mission de chaque quartier et de l’ensemble de la ville
d’enrichir la réflexion municipale sur les projets • en soirée, une réunion publique, en présence
présentés et sur l’appréhension globale du quartier. de représentants des services de la Ville et de Nantes
Ils identifieront les besoins et échangeront avec les élus Métropole permet d’échanger avec les élus sur
et les techniciens sur la pertinence de ces demandes, les sujets d’actualité, d’exprimer des souhaits
au regard de l’intérêt général. et de débattre des grands projets de la ville

4 Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008


mble activons les bonnes idées !
s perm a nences des élus Christian Ardouin, adjoint
Le à la démocratie participative
de quartier et à la vie associative
Les élus de quartier Orvaltais depuis plus de 20 ans, il connaît
assurent des permanences chaque premier bien son sujet puisqu’il était un membre
samedi du mois. Ils recueillent alors les remarques et actif de l’association du bourg et de la
propositions des habitants sur la vie de leur quartier. Ils commission de quartier.
relaient auprès des services de la Ville et de Nantes « Chaque Orvaltais doit pouvoir apporter sa
Métropole les différentes remarques et suggestions pierre à la construction de la ville, en tant
récoltées sur le terrain. qu’habitant de son quartier. C’est pour cela
que la participation de tous ceux qui le
1er samedi du mois, de 10h30 à 12h souhaitent est requise avant, pendant et
• Bourg et secteur rural : après chaque réalisation significative.
Florent Thomas et Philippe David Les élus de
• Bugallière/Madoire/Bois Jouan : quartier joueront
Eric Giraudeau et Nicolas Garnier le rôle précieux
de courroie de
• Bois Raguenet/Petit Moulin/Conraie : transmission
Maryvonne Picaud et Monique Van Kemenade entre les
• Cholière/Bigeottière/Salentine : habitants de leur
Chantal Le Menelec et Catherine Heuzey quartier et la
municipalité.
• Praudière/Berthelotière/Mulonnière/Bout des
Il arrive parfois
Pavés/Pont du Cens : Pascale Huchet,
que les
Brigitte Villaréal, Nadia Houdoux, Jacky Gentet
techniciens ne
• Petit-Chantilly/Bignon/Morlière : soient pas au
Valérie Garel-Petit, Sébastien Arrouët courant des soucis de la vie quotidienne
• Bois Saint Louis/Plaisance/Ferrière/Val d’Or : des riverains. Il appartient donc à ces
Mireille Plumejeau, Patrick Briattre derniers de nous faire remonter ces
informations afin que nous soyions en
Renseignements : 02 51 78 31 28 mesure de les traiter au plus vite. Ces
remontées nous permettent de coller au
terrain, d’être dans le bon tempo ».

omm u na l des jeunes


Le Conseil c Élus pour deux ans, les membres du
Conseil Communal des Jeunes sont les porte-parole de tous les jeunes
e Conseil des sages
Orvaltais. Le CCJ, composé de jeunes de 11 à 21 ans représentatifs des
L
quartiers, se réunit une à deux fois par mois pour étudier ensemble les Placé sous la présidence
différents projets qu’ils souhaitent mettre en œuvre. Ces actions concrètes, du Maire, le Conseil est composé de 15
mais aussi le contact direct avec leurs aînés (élus, personnel municipal, personnalités orvaltaises. Elles intègreront
partenaires associatifs...), constituent pour les membres une expérience les Conseils de quartier en qualité de membres
enrichissante de la démocratie. d’honneur.

Le Conseil de ble
e social nt Dura
L’observatoir Développeme
L’observatoire social est une instance à laquelle Conformément à
participent les partenaires associatifs et institutionnels. Lieu d’évaluation et l’Agenda 21, la Ville mettra en pace d’ici la
d’analyse des besoins sociaux, l’observatoire est également force de fin de l’année un Conseil de Développement
proposition et d’action dans divers domaines : manifestations grand public Durable qui aura pour mission d’assurer le suivi
comme le Téléthon, mise en place d’actions de prévention… de la réalisation des actions de l’Agenda 21
local.

Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008 5


Actualités
Prévention

La prévention routière
s’invite à l’école
En collaboration avec la
CRS 42, la Ville a mis en
place des séances de sen-
sibilisation à la prévention
ro u t i è re a u p rè s d e s
enfants des écoles de la
ville.

L es yeux rivés sur le policier


municipal qui leur fait
cours, les enfants lèvent le
bras tour à tour pour répondre aux
questions de l’agent : « que signi-
fie ce panneau ? Peut-on rouler à
vélo sur le trottoir ?... ». Le cours
est un peu particulier aujourd’hui
à l’école du Bois Raguenet, mais les
élèves semblent passionnés. Une intervention de la police municipale.
Plusieurs acteurs se sont réunis
pour mener à bien cette opération
de sensibilisation. conduite du vélo ». Evidemment, mais de les sensibiliser et de leur
Dans un premier temps, un anima- les enfants adorent l’exercice. faire prendre conscience de l’im-
teur sportif de la Ville est intervenu Les élèves reçoivent également la portance de ces informations.
auprès des élèves pour les former visite de policiers municipaux Enfin, un agent de la CRS 42 de
ou les aider à se perfectionner à la durant les cours. « Les enfants Nantes est passé dans les écoles
conduite d’un deux roues. « Le connaissent la plupart des informa- installer un parcours grandeur
principe est d’initier ou d’exercer tions que nous leur donnons, mais nature afin que les enfants puissent
les enfants à la motricité à vélo, ils ne les intègrent pas forcément mettre en pratique les leçons qu’ils
explique Sébastien Gautier, anima- dans la vie quotidienne, explique ont reçues.
teur sportif de la Ville d’Orvault. l’un des agents. Certains ont les « Ces interventions dans les écoles
Nous leur apprenons à mieux bons réflexes, d’autres pas. » sont très importantes », explique
manier leur deux roues, à être plus Jacky Gentet, conseiller municipal.
agiles, plus sûrs d’eux, à travers Sensibiliser « Au travers des enfants, ce sont
les parents que nous arrivons éga-
des parcours de slalom, de petits les adultes lement à sensibiliser. Les chiffres
sauts ou la conduite du vélo à une
Les policiers municipaux sont donc de la sécurité routière se sont amé-
main. Nous nous sommes égale-
intervenus sur trois thématiques : liorés depuis plusieurs années et
ment rendu compte qu’un à deux
élèves par classe ne savaient pas comment être vu et se protéger, il ne faut pas relâcher notre
faire de vélo en CM1, continue comment respecter le code de la effort », complète Elie Brisson,
Sébastien Gautier, et en une ou route et comment vérifier l’équipe- premier adjoint au Maire, en charge
deux séances, nous arrivons à ment de son matériel. L’objectif de la tranquillité publique.
leur apprendre à surmonter leur n’est pas de faire apprendre aux Cette opération sera renouvelée
appréhension et à maîtriser la enfants des notions par cœur, durant l’année scolaire ●

6 Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008


Actualités
Animations
U n é t é à l a B u g a l l i è re

Animation et intergénération
Le service Citoyenneté de la Ville a mis en place, durant d’être acteurs de leurs vacances en
leur laissant proposer des activi-
l’été, des animations de proximité au centre Stévin, à tés», commente Aurélien Bouesse,
destination des enfants de 7 à 12 ans. Une fenêtre ouverte animateur à Plaisance.
pour une évasion garantie le temps d’un après-midi. La première semaine, les enfants
ont construit des cabanes en
carton, la deuxième, ils ont proposé
une boum.

A
Ils ont de plus mis en place un
ctivités manuelles ou de « Selon un questionnaire de satis- spectacle pour les « Quartiers
plein air, fabrication de faction adressé aux parents, le d’Eté » du 27 août, animé par
balles de jonglage… les bilan est très positif : l’animation de Richard Roy.
activités ne manquent pas au cen- proximité est appréciée et atten- Ces animations de proximité
tre Stévin de la Bugallière. due, à la fois par les enfants et les s’inscrivent en complémentarité
Ces animations de proximité per- familles. Elle permet aux enfants des activités jeunesse proposées
mettent aux enfants qui ne partent qui restent sur leur quartier l’été par la Ville et les Centres
pas en vacances de participer à des de retrouver leurs amis tout en Socioculturels ●
animations originales et des acti- découvrant de nouvelles activités.
vités qu’ils n’ont pas l’habitude de D’ailleurs, cette année, l’animation
pratiquer. de proximité a connu un taux de fré-
L’organisation de cet accueil de loi- quentation plus élevé», précise Les Quartiers d’été
sirs sort quelque peu de l’ordinaire. Fabien Chapedelaine, Responsable
Dans une perspective de maintien du lien
Les activités sont proposées sans du service Citoyenneté-Proximité. social, la Ville a proposé à ceux qui,
réservation et sont gratuites, la A l’instar de la Bugallière, une ani- au cœur de l’été, restaient sur la commune,
seule obligation pour les enfants mation de proximité est également des rendez-vous destinés à assurer la
étant de terminer l’après-midi proposée à Plaisance par le Centre continuité de la vie des quartiers pendant
qu’ils ont commencé. « Nous sol- Socioculturel. « Durant ces deux la période estivale.
licitons fortement l’avis des semaines, en plus des activités « 3 mots caractérisent l’ambiance de ces
enfants, explique Estelle Verdon, choisies par l’équipe d’animation, quartiers d’été : convivialité, amitié et
solidarité. Les retours sont très positifs
animatrice et directrice du centre, nous avons permis aux enfants
même si nous sommes conscients qu’il
ils ne doivent pas se retrouver en faudra encore monter en puissance l’été
position de simple consomma- prochain, pour attirer encore plus de
teur. D’autre part, il est important jeunes, notamment en fin de saison »,
d’avoir leur avis pour qu’ils s’inves- souligne Christian Ardouin, adjoint à la
tissent dans le projet et qu’ils se démocratie participative et vie associative.
responsabilisent ». 8 temps forts répartis sur l’été ont séduit
Autre spécificité de ces animations au total près de 900 personnes.
de proximité : la participation des
familles. L’équipe d’animation
essaie de développer le lien inter-
générationnel en proposant aux
parents qui le souhaitent de parta-
ger un savoir comme le bricolage,
le jardinage ou la cuisine. « C’est
une bonne chose que des per-
sonnes plus âgées interviennent
auprès des enfants, continue
Estelle Verdon. Cela leur permet de
s’ouvrir aux autres mais également
d’apprendre le respect ».

Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008 7


V i v re l a V i l le
Conseil Communal des Jeunes

Un nouveau
mandat à «remplir»
qu’elle vient de lancer ? Le Conseil terrain multijeux au Bois Saint-
Communal des Jeunes (CCJ), Louis. Sans oublier la campagne de
créé en 1998, achève en ce prévention contre les incivilités,
moment son 5e mandat : l’occa- avec court-métrage et livret à l’ap-
sion pour tous les Orvaltais âgés pui, ou encore le travail aujourd’hui
entre 11 et 21 ans de déposer engagé autour du blog internet.
leur candidature pour intégrer la « Sans l’implication volontaire de
future nouvelle équipe dans les tous ces jeunes — jusque dans les
semaines à venir… Et ainsi se réunions publiques pour informer
faire entendre ! et convaincre les riverains ! — tous
« L’objectif est en effet de pla- ces projets n’auraient peut-être pas
cer les jeunes qui le souhaitent vu le jour. Il faut donc que ce conseil
au cœur de l’action cito- communal continue de susciter
yenne », rappelle Sébastien des vocations d’engagement, pour
Arrouët, conseiller municipal rester un élément fédérateur au
délégué à la politique de la service de la commune. » ●
jeunesse et chargé d’animer
le CCJ. « En leur proposant de
Les places sont à prendre. mener à bien des projets auxquels
ils tiennent, nous leur confions les
Appel à
D’ici novembre, le Conseil mêmes responsabilités que celles candidatures
Communal des Jeunes des élus ».
Vous avez entre 11 ans et
entamera son 6e mandat. Un budget de fonctionnement et
21 ans ? Vous résidez à
d’investissement de 15 000 b par an,
Avis aux volontaires qui Orvault ? Vous pouvez donc
une séance plénière tous les
faire partie du prochain
ont envie de faire bouger 2 mois (dont une chaque année avec
Conseil Communal des
le maire), des réunions par groupes
leur ville. de travail… Le fonctionnement du
Jeunes ! Vous avez jusqu’au 10
octobre prochain pour faire
CCJ s’inspire lui aussi du Conseil
parvenir votre candidature à la
«
F
Municipal. Avec l’appui de tous les
Mairie, en remplissant le
aites du bruit !» services techniques, et notamment
coupon que vous avez reçu en
Pourquoi hésiter, du service Jeunesse, chaque équipe
septembre dans votre boîte
puisque c’est la muni- a ainsi marqué son mandat de 2 ans
aux lettres, accompagné d’un
cipalité qui vous le demande dans d’une réalisation : le skate-parc au
film de présentation sur CD
la campagne de communication Bourg, le city stade à Plaisance, le
(plaquettes disponibles dans
les différents points d’accueil
de la Mairie).
Pour rappel, le CCJ est
actuellement composé
de 8 garçons et 8 filles et son
mandat dure 2 ans.
Pour tout savoir sur le CCJ
et ses réalisations,
consultez le nouveau blog :
www.ccj-orvault.fr

Le city stade à Plaisance. Le skate-parc au Bourg. le terrain multijeux


au Bois Saint-Louis.

8 Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008


Dossier
Handicap

L’accessibilité
à tout et pour tous !
Engagée en faveur de l’intégration des personnes en situation de handicap,
la Ville d’Orvault travaille sur l’amélioration de leurs conditions de vie. Le pôle
Actions Collectives de la Direction de la Solidarité a pour mission, en collaboration
avec l’Observatoire Social, de développer des actions visant à promouvoir
l’intégration et l’accessibilité.


L objectif est très ambi-
tieux : il faut non seule-
ment changer le regard
de la population sur le handicap
mais aussi élargir la sensibilisation
agents pour faciliter l’intégration
des personnes en situation de
handicap au sein de ses services,
ou encore dans les structures
d’accueil petite enfance pour
fiscalité, elles bénéficieront dès
2009 d’un abattement supplémen-
taire sur leur taxe d’habitation.
Enfin, il faut souligner l’investisse-
ment du milieu associatif qui, par
à toutes les formes de handicap : permettre des accueils adaptés à ses actions, apporte sa pierre à
physiques, sensorielles, mentales, ces publics. l’édifice. Le Téléthon par exemple
cognitives ou psychiques. Par ailleurs, la Municipalité lancera (5 décembre 2008) coordonné par
La loi « pour l’égalité des droits et en 2009 un diagnostic d’accessibi- la Mairie d’Orvault, témoigne de la
des chances, la participation et la lité des bâtiments communaux. mobilisation des associations.
citoyenneté des personnes handi- Avec 5,4 % d’employés en situation Mais, la vie quotidienne des per-
capées » du 11 février 2005 apporte de handicap, la Ville s’engage à sonnes handicapées reste sou-
des évolutions fondamentales pour atteindre dans les meilleurs délais vent un parcours du combattant,
répondre aux attentes des per- les 6 % imposés par la loi. Tous les comme le montre le témoignage de
sonnes en situation de handicap. services de la Ville travaillent à l’in- Michelle Eveno, paraplégique
Figurant parmi les premiers tégration des personnes en situation depuis l’âge de 15 ans ●
employeurs de la commune, la Ville de handicap : sport, jeunesse,
mène des actions auprès de ses culture, solidarité… En matière de >>>

Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008 9


V iD
v re
o slsa i Veirl le
Handicap

Le handicap au cœur des actions

Une sortie en Brière avec le CCAS. Handisport à la Bugallière.

La Ville souhaite favoriser l’intégration des personnes 2 sur le thème de la différence,


pour les enfants de 7 à 10 ans :
en situation de handicap dans tous les domaines de la « Louis, l’enfant de la nuit » et
vie. Des structures petite enfance à la sensibilisation « Bynocchio de Mergerac ».
des jeunes en Accueils de Loisirs Sans Hébergement
(ALSH) ou encore dans les domaines culturels et pro- Un accueil adapté
aux tout-petits
fessionnels, les services ne manquent pas d’idées…
La crèche « Comme 3 Pommes »
dispose de 2 places réservées aux
Des actions Ces animations permettent de : enfants porteurs de handicap.
• sensibiliser les enfants au han- La signature d’une convention en
pour sensibiliser dicap par le biais d’animations 2006 avec la structure nantaise
la jeunesse… « handisport » « La Maison des Poupies » permet
La Direction Enfance Jeunesse • rendre les enfants acteurs et soli- d’offrir deux places supplémen-
mène des opérations de sensibili- daires des personnes en situation taires à 2 Orvaltais âgés de 4 à
sation des enfants accueillis dans de handicap 6 ans.
les centres de loisirs de la Depuis la rentrée 2008, la Ville favo-
Baronnière, du Bois Raguenet et de rise la rencontre des publics grâce Promouvoir l’intégration
la Bugallière. Elle propose ainsi aux à des temps d’animation en mixité
enfants de 5 à 12 ans de découvrir, entre les enfants des accueils de professionnelle…
partager et comprendre le handi- loisirs (5-7 ans et 8-12 ans) et les Le Théâtre de la Gobinière a reçu,
cap à travers le sport, l’entraide et I.M.E. de la commune. dans le cadre de la résidence d’ar-
la rencontre. Quant au personnel du Service tiste de Xavier Merlet un groupe de
« On se rend compte de la chance Jeunesse en relation avec les 9 jeunes de l’IME de la Baronnière
que l’on a de pouvoir marcher. Cela enfants, il a suivi une formation lui en voie d’insertion professionnelle.
n’est pas dérangeant de jouer en permettant d’être sensibilisé au Il s’agissait pour ces jeunes de 17
fauteuil pendant quelques minutes, handicap. à 20 ans de découvrir l’envers du
mais on imagine ce que doit être la Par ailleurs, la nouvelle Saison décor. Une plongée saisissante
vie d’une personne handicapée Culturelle propose, dans le cadre dans la réalité pour les jeunes
tout le temps », explique Adam, des « spectacles à l’école » 4 spec- spectateurs qui ont pu par la suite
12 ans. tacles sur le temps scolaire, dont échanger avec les artistes et régis-

10 Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008


Interview
de la Ville

2 questions à Pierre Gadé, adjoint aux affaires


sociales, aux solidarités et au handicap
Quels sont les objectifs de la Ville dans ce domaine ?
« La Ville d’Orvault, à travers son pôle Actions Collectives, relaie et anime de nom-
breuses actions. La volonté municipale est de rendre ces actions encore plus trans-
versales, qu’elles agissent sur tous les domaines (logement, transport, loisirs, sport,
culture…) avec la prise en compte des attentes des personnes en situation de han-
dicap. La Direction de la Solidarité collabore étroitement avec les associations qui
œuvrent sur le terrain. Nous aurons réussi quand nous ne ferons plus de diffé-
rence, quand l’intégration sera totale. L’objectif est très ambitieux, mais nous devons
seurs sur le côté professionnel du faire en sorte que de jour en jour, d’année en année, cette intégration soit bien
milieu artistique. concrète et réelle. Il nous faut faire changer le regard sur le handicap ».
La Ville a également signé dès Quel est le rôle de l’Observatoire Social ?
2006 une convention avec « la L’Observatoire Social, piloté par la Direction de la Solidarité, est une instance de
Tourmaline », centre de formation réflexion et de proposition d’actions pour répondre aux besoins sociaux des Orvaltais.
professionnelle pour adultes recon- La Ville attache une importance particulière au dynamisme de cet Observatoire.
nus travailleurs handicapés. Dans Les partenaires associatifs et institutionnels se réunissent régulièrement au cours
ce cadre, elle a accueilli plusieurs de l’année, en groupes de travail, suivant leur domaine de compétence.
stagiaires dans les services admi-
nistratifs, restauration et espaces Le groupe « Handicap » de l’Observatoire aborde de nombreux domaines,
notamment :
verts. Ces stages permettent d’ai-
• Sensibiliser la population au handicap et favoriser l’intégration des personnes
der les employés du centre à défi- en situation de handicap
nir leur projet professionnel. • Prendre en compte les difficultés de déplacement à l’échelle de la commune et
La Mairie emploie également un de Nantes Métropole
agent sourd-muet et forme ses • Faciliter l’accessibilité aux lieux publics, disposer de logements adaptés
collègues pour une meilleure com- • Simplifier la vie quotidienne et l’accès au logement, à l’emploi, à la culture, à l’édu-
préhension entre eux. Un bel exem- cation
ple d’intégration et d’enrichisse-
ment mutuel. Deux propositions majeures, en lien avec les orientations de l’Agenda 21,
émanent de ce groupe « handicap » :
… et favoriser 1. La collaboration de la Ville au Festival Handiclap
le logement La Ville, en partenariat avec l’APAJH (Association Pour Adultes et Jeunes
Dans le domaine du logement, la Handicapés), a proposé une soirée théâtre exceptionnelle « Lee Voirien, Jean Tenrien
et la Fille » sur le thème de la différence, pour l’édition 2008.
Ville d’Orvault favorise la création
de logements adaptés comme, par 2. L’élaboration de la charte Orvault-Handicap
exemple, la résidence « Farador », Afin de garantir la cohérence des actions menées par les différentes directions et
inaugurée en 2005. de poursuivre celles inscrites dans le cadre de l’Agenda 21, le groupe « handicap »
Il s’agit d’un habitat collectif de l’Observatoire Social a travaillé à l’élaboration d’une Charte « Orvault-
d’accueil et d’hébergement pour Handicap ». Ce document cadre engage la Ville sur des mesures concrètes visant
travailleurs handicapés. à favoriser l’intégration des personnes en situation de handicap.
Résolument novatrice, cette rési-
Suite page 12 >>>
Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008 11
Dossier
Handicap

>>>
dence de 8 appartements situés au
rez-de-chaussée s’intègre dans un
Des étudiants engagés
collectif de 23 logements.

Une volonté de mixité


au côté du handicap
Le CCAS (Centre Communal
d’Action Sociale) organise chaque
année au mois de juin une sortie
avec des personnes en situation de
handicap et des personnes valides.
Cette année, une journée en Brière
a permis de rassembler plus de 65
personnes. Les échanges se pour-
suivront lors d’une rencontre début
octobre à l’occasion de la projection
du reportage fait à cette
occasion ●

Un groupe d’étudiants en marketing de l’école IDRAC de


Mais encore… Nantes a organisé, en partenariat avec la Ville d’Orvault,
un après-midi de sensibilisation au handicap au
• Abécédaire
Dans son annuaire des complexe sportif de la Cholière.
associations, la municipalité
indique par un pictogramme
particulier, les activités
sportives, culturelles et sociales
accessibles aux personnes
handicapées.
D ans le cadre de la journée
Handisport le 14 juin der-
nier, la Ville s’est associée
à l’IDRAC, école de commerce de
Nantes, pour l’organisation de ren-
dre hommage et valoriser ces
personnes que nous avons souhaité
réaliser ce projet. »
Basket, pétanque, « torball » (une
adaptation du handball pour les
• Plaquette handicap contres sportives et ludiques entre non-voyants)… valides et handica-
Une nouvelle édition est en personnes handicapées et valides. pés pouvaient jouer ensemble lors
cours de réalisation. La Ville L’idée de cette demi-journée a de cet après-midi, avec une spéci-
a souhaité faire de ce guide germé chez quatre étudiants de ficité : les valides étaient priés de
un recueil d’adresses utiles. l’IDRAC. Colombe, Marie, Ludovic s’équiper du même matériel que
Sans se prétendre exhaustif, et Samia devaient réaliser au cours les handicapés. Autrement dit,
il apporte aux personnes
de leur cursus, une action, huma- fauteuil roulant pour le basket ou
en situation de handicap
des informations pratiques.
nitaire ou non. Ils ont choisi de sen- bandeau sur les yeux pour les jeux
sibiliser le public sur le handicap, manuels : sans doute le meilleur
• Campagne en partenariat avec les associations moyen d’abolir les différences
de sensibilisation Elan, OREA, Basket Vertou et l’en- entre personnes handicapées et
au respect des places de seigne Handihelp. « Le choix n’est valides.
stationnement réservées pas issu d’une compassion, « Même si nous aurions souhaité
explique l’une des étudiantes, il est que les personnes valides soient
• Site internet le fruit d’une réflexion et d’une plus nombreuses pour favoriser la
Dans le cadre de la refonte estime grandissante envers ces solidarité, l’échange a été très
du site internet de la Ville, hommes et ces femmes. Leur fructueux et l’opération très
la nouvelle version sera force, leur courage et leur déter- réussie », précise Marie, une autre
accessible à tous les publics. mination nous font relativiser nos étudiante ●
soucis quotidiens. C’est pour ren-

12 Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008


Vivre le handicap au quotidien
De nombreux progrès ont été effectués pour
l’insertion des handicapés ces dix dernières
années. Mais comment vivre au quotidien
lorsque l’on doit se déplacer en fauteuil ?
Même en 2008, tout n’est pas simple, loin de
là. Rencontre avec Michelle Eveno, paraplé-
gique depuis l’âge de 15 ans.

L orsque Michelle Eveno s’est


réveillée du coma après un
accident de voiture en 1985,
ses jambes ne fonctionnaient plus.
Passé le choc et l’épreuve de la
« Et puis il y a les
courses à faire.
Etant en fauteuil, je
ne peux pas ache-
ter en grande
rééducation fonctionnelle, la pre- quantité, je suis
mière difficulté a été de s’accepter obligée d’y aller
soi-même, avec son handicap et régulièrement,
d’affronter le regard des autres. cela revient plus
« Je sortais peu de peur d’être cher » a j o u te
cataloguée comme handicapée et Michelle. Des diffi-
stigmatisée, puis je me suis inscrite cultés qui ne l’em-
à l’Association des Paralysés de pêchent pas d’éle-
France et petit à petit, j’ai repris ve r s e s t ro i s
confiance en moi » explique la enfants, « même si
jeune femme. mon dernier enfant
Autre problème majeur pour a 10 ans et qu’il
Michelle : trouver un emploi. Pas accepte mal que je
facile lorsque l’on est en fauteuil ne puisse pas jouer
roulant. « Je n’aime pas rester à ne au foot avec lui ou
rien faire, je préférerais travailler aller à la patinoire.
à la chaine, être active, mais les Mais ce n’est pas
médecins me l’interdisent formel- plus compliqué
lement » continue-t-elle. d’élever des
Difficile dans ces conditions de bou- enfants en étant
cler les fins de mois, même si handicapée : je n’ai jamais eu de C’était la première fois que je
Michelle ne se plaint pas. Elle problème à m’en occuper, à les partais depuis des années ! »
bénéficie de 728 euros d’allocation changer. » raconte t-elle.
handicapé plus 115 euros d’alloca- Michelle a même réussi à s’offrir Aujourd’hui, elle rêve d’un petit
tion autonomie pour élever trois quelques moments de vacances : pavillon pour élever ses enfants et
enfants et financer l’achat et l’en- « Je suis partie 8 jours en camping d’un emploi. En attendant, elle
tretien d’un fauteuil roulant. Un l’été dernier. Lorsqu’on me l’a donne tout son temps à
accessoire indispensable qui coûte proposé, je ne me voyais pas par- l’Association des Paralysés de
jusqu’à 10 000 euros pour un fau- tir une semaine comme cela. Puis France pour venir en aide à d’au-
teuil tout terrain qui permet d’être finalement, on m’a convaincue et tres personnes qui vivent la même
autonome, alors que la sécurité j’ai passé une magnifique semaine. situation qu’elle ●
sociale n’en rembourse que 3 000. J’ai dormi sous une toile de tente.

Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008 13


V i v re l a V i l le
Économie

Nouvelles entreprises
Lumière sur les J u i l le t 2 0 0 8
• WEYNE’S PRODUCTION

pôles de proximité Création, vente de spectacles de magie


et de tout type d’évènementiel
19 Rue de Saturne - BUGALLIERE

• BOURDON ROLAND
Les commerces de proximité jouent un rôle majeur dans la Travaux de maçonnerie générale notamment
agrandissement, rénovation
vie des quartiers. Ils offrent des services de qualité au plus Chemin du Chapeau Rouge
BOURG – ZONE RURALE
proche des habitants et contribuent à l’animation du
quartier. • ABIS
Maintenance informatique :
entretien, réparation
merçants concernés, nous avons 19 Rue Snellius - BUGALLIERE
modifié des aspects de la signalé-
tique selon leurs remarques, • AKIPAJ
Conseil aux entreprises en matière de gestion
notamment l’emplacement de cer- de recrutement et système information
tains panneaux », indique Benoît 17 Rue Jules Verne - FORUM
Chevalier, Chargé de mission éco-
nomique au Pôle Erdre et Cens. • BNG EDITIONS
Edition et diffusion via internet
Des pictogrammes ont été choisis de lettres d’information
afin de signaler clairement le type 95 Rue de la Patouillerie - PONT DU CENS
de commerces : pharmacie, bou-
langerie, épicerie, etc. • MAXELLE
Cette nouvelle signalétique a pour Commerce de détail d’habillement –
prêt-à-porter féminin, masculin, enfant
objectif d’informer les passants sur et accessoires
l’existence de ces pôles et la nature 11 Rue Claude Debussy - CHOLIERE
des commerces en présence. Elle
permet de renforcer l’identité et • COIFF & CO
Coiffeur
l’attractivité des six pôles commer- 95 Route de Rennes - BOUT DES PAVES
ciaux d’Orvault, à savoir, la
Bugallière, le Bois Raguenet, la Août 2008
Ferrière, Plaisance, le Bout des • CARTER CASH
Pavés et le Pont du Cens. Equipement et entretien d’automobile :
Elle valorise également l’offre com- vente de pièces détachées, accessoires
merciale de manière homogène sur 380 Route de Vannes
ROUTE DE VANNES
tout le territoire de l’aggloméra-

A
tion : une signalétique identique • COGESTIA CGA44
ttachée aux commerces sera installée à proximité de tous Conseil pour les affaires et la gestion
de proximité, la municipa- les pôles commerciaux de Nantes 7 Rue des Harnais - BOIS RAGUENET
lité a souhaité agir pour Métropole.
• AG SERVICE
leur témoigner son soutien. Ainsi, « Cette nouvelle signalétique nous Entretien, réparation de véhicules
la Ville d’Orvault et Nantes permet d’être mieux repérés, elle Rue de la Garenne - PENTECOTE
Métropole ont entrepris la mise en donne un coup de jeune à l’image
place d’une nouvelle signalétique des petits commerces de proxi- • NEFERTI’TIF
Coiffeur
visant à promouvoir et valoriser les mité », se réjouit un commerçant. 6 Rue Hubert de la Brosse - BOURG
pôles de proximité sur le territoire « Il nous semblait important d’agir
orvaltais. en faveur des commerces de proxi- S e p t e m b re 2 0 0 8
Une phase de concertation préala- mité qui demeurent facteur de lien • AUTOUR DU GOUT
ble menée par Nantes Métropole social. Les maintenir permet de Commerce de produits du terroir - dégustation
en collaboration avec la Ville a per- préserver et même développer 10 Rue du Cabriolet - BOURG
mis aux commerçants d’exprimer l’attractivité du quartier », conclut
leurs souhaits. Nicolas Garnier, élu communau- • BENJAMIN GUINE
Menuiserie
«Suite à un échange avec les com- taire en charge de l’économie ● 21 bis Rue de la Paix - PETIT CHANTILLY

14 Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008


V i v re l a V i l le
Zapping

Solidarité Culture

Parrainage Exposition « les arts d’ici »


emploi Avec cette exposition inti-
tulée « les arts d’ici » la Ville
Les Villes d’Orvault d’Orvault a contribué à révéler
et de Sautron se au public le talent de trois
sont associées pour artistes orvaltais : Harold
mettre en place la 14e Dupré, Régine Pivaut et Pucya.
édition de l’opération : De la peinture influencée par
« une passerelle pour l’art primitif à l’artisanat de
l’emploi ». Un dispositif qui vise à accompagner les verre qui revisite l’art de la
chercheurs d’emploi en leur proposant l’aide table, en passant par une pein-
d’un parrain (cadre ou chef d’entreprise). Les can- ture plus colorée s’inspirant de
didatures étaient reçues cette année jusqu’au l’environnement urbain, une
15 septembre. Les municipalités mettent égale- exposition qui vous a entraîné vers un « ailleurs » artistique ●
ment à leur disposition différents ateliers : bilan
de compétences, simulation d’entretiens d’em-
bauche ou image de soi. Le taux de retour à l’em-
ploi suite à ce dispositif est de près de 65 % ● Social

La Maison de la Sécurité Sociale


déménage
DEJ
Le 1er septembre, le Maire et le directeur de la CPAM,
Stage sportif le 10 juillet M. Hélie, ont inauguré les nouveaux locaux de la maison
de la Sécurité Sociale, dans la mairie annexe du Petit
Plus de 145 Chantilly. Cette nouvelle
jeunes agence propose un
Orvaltais ont espace plus adapté,
participé aux notamment en termes
stages sportifs d’accueil et de confiden-
organisés par la tialité.
Ville cet été. Elle est ouverte le lundi,
Escalade, roller, mercredi et jeudi sans
t i r à l’ a r c , rendez-vous de 9h à
course d’orien- 12h30 et de 13h30 à 16h
tation ou encore et le mardi sur rendez-vous de 13h30 à 16h.
VTT, ces jeunes Le service social de l’assurance maladie de la CRAM
ont pu se laisser tenter par une multitude de sports. assurera également dans ses locaux une permanence sur
Le but de ces stages était de proposer des activités qu’ils rendez-vous le mercredi de 8 h 30 à 12 h 30 ●
avaient peu l’occasion de pratiquer ●

Aménagement

Square de Kindia
La Ville a réaménagé le square de Kindia au Petit
Chantilly afin de proposer des jeux à toutes les tranches
d’âge, en préservant l’aspect naturel du parc.
Le square de Kindia accueille de nouveau petits et
grands autour d’une aire de jeu restructurée ainsi que des
activités santé pour adultes ●

Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008 15


V i v re l a V i l le
Histoire

14-18 : Orvault
dans la tourmente
La première guerre mondiale n’a pas épargné Orvault.
Comme toutes les communes de France, elle paiera
un lourd tribut à « la Grande Guerre », comme en
témoigne la statue de Jeanne d’Arc érigée en monument Fricourt, au Fort de Vaux. Parmi les
survivants, plusieurs reviennent
aux morts sur la place du bourg. mutilés, blessés ou gazés.
Dès leur retour, les anciens
combattants se mobilisent pour

L orsque le tocsin sonne


pour annoncer le début de
la guerre, le 1er août 1914,
c’est la consternation dans le
village d’Orvault. La population, peu
ériger un monument à la
mémoire des soldats morts
pendant la guerre. Le Conseil
Municipal lance une souscrip-
tion le 29 février 1920. En juil-
informée sur la situation politique let, le lieu est choisi : la place
de l’Europe ne s’attendait pas à une du vieux bourg. « Ce monu-
telle nouvelle. Mais la mobilisation ment consistera en un pié-
est annoncée pour le 2 août et 300 destal de granit surmonté
Orvaltais, sur une population de d’une statue de Jeanne d’Arc,
1 875 habitants sont appelés à la grande héroïne nationale ».
servir dans l’armée, au sein de l’in- Le 23 janvier 1921, le monument
fanterie, de l’artillerie ou des ser- dernière et maintenant nous avons est inauguré en présence de 1500
vices de santé. Du jour au lende- la pluie jour et nuit. Les pauvres personnes, en souvenir de tous les
main, il faut abandonner la fantassins sont dans l’eau jusqu’à Orvaltais morts pour la France
responsabilité d’une terre, d’un mi-jambe, dans les tranchées. dans cette guerre barbare ●
troupeau, d’une récolte en cours. Allons, je termine car mes doigts
Restent pour assurer l’exploitation ne peuvent plus tenir mon crayon. » Article écrit d’après l’ouvrage :
les femmes, les quelques hommes 1915 est l’année la plus meurtrière « Orvault, une communauté rurale
dispensés de service, les anciens pour les Orvaltais avec 26 morts, la aux portes de la ville » édité par
et les adolescents. Trois semaines plupart cultivateurs. Cette profes- le CLO Histoire Locale. Pour tous
après la déclaration de guerre, le sion est particulièrement touchée renseignements, s’adresser à l’as-
maire d’Orvault annonce le car elle a fourni beaucoup de sociation Culture Loisirs Orvault,
premier décès. Il s’agit de Joseph troupes à l’infanterie, l’arme la plus Maison de la carrière – 11, rue
Maisonneuve, cultivateur à Villiers. exposée au combat. Louis Grégoire Marcel Deniau 44700 Orvault.
Il est mort près de Saint Quentin à écrit encore : « au matin, les
seulement 23 ans et la série noire Boches commencent la séré-
va continuer. nade dès 3 h puis toute la
Dans les lettres qu’il envoie à sa matinée. C’est un feu d’enfer
famille, Louis Grégoire, cultivateur sur toute la ligne qui devient
à la Frébaudière, témoigne des terrible pour nous à midi trois
souffrances endurées par les quarts. C’est tout simple-
hommes au front : « maintenant, je ment épouvantable (que Dieu
t’assure que le froid nous saisit dur. nous protège !). »
Depuis le 15 septembre, nous ne Au total 76 soldats orvaltais,
pouvons nous déshabiller ni nous âgés de 20 à 30 ans ne ren-
déchausser, en cas d’alerte, la nuit. treront pas au pays, tombés
Il a fait un froid terrible, la semaine au Chemin des Dames, à

16 Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008


V i s a g e d e V i l le

Jean-Martial Nicolas et Christophe Hervy à l’Aconcagua

Sur un des toits du monde Au pied du géant à conquérir.

6962 m, une grande joie


à la Croix du sommet.

et 6 000 m, est lente. De


surcroît les conditions de
vie en altitude sont très
spartiates : « impossible de
se laver, on devait faire fon-
dre de la glace pour boire
et préparer la nourriture.
Le manque d’oxygène
ralentit tout ». Et de poursuivre :
« Au dernier camp d’altitude, tôt
dans la nuit pour l’attaque finale
avec une température frôlant les -
Après le Kilimandjaro (Tanzanie) en 2005 et le Mont Blanc 30° et des violentes rafales de
en 2007, Jean-Martial Nicolas et Christophe Hervy ont vent, il nous a fallu pas moins de
2 heures pour nous habiller et
accroché le 3 février dernier un autre sommet mythique nous préparer. »
à leur tableau de chasse : l’Aconcagua, à 6 962 m
d’altitude. Sur les traces
des Incas

P
Après une dernière ascension
oint culminant des deux marathon, ainsi que son ami éprouvante de 9 heures, ils attei-
Amériques dans la Christophe Hervy. On n’y va pas non gnent enfin le sommet le 3 février.
Cordillère des Andes et plus seul. Il faut être très bien « C’était fabuleux, s’enthousiasme-
plus haut sommet du monde après accompagné ». Pour eux, ce sera t-il encore. Au sommet, on se
ceux de la chaîne himalayenne, le célèbre guide espagnol Fernando prend à rêver, le plateau très
l’Aconcagua, et ses 6 962 m d’alti- Garrido*, qu’ils ont croisé sur les large a dû être l’objet de cérémo-
tude, fait rêver de nombreux alpi- pentes du Mont Blanc en 2007 et nies dédiées aux Dieux aux grandes
nistes. Les deux Orvaltais, Jean- qui a déjà gravi… 21 fois heures de la civilisation Inca. En
Martial Nicolas, notaire à Orvault et l’Aconcagua ! Le départ est donné effet, sur un sommet voisin
Christophe Hervy, directeur de la le 22 janvier. Après trois jours de dénommé «Cerro Pyramide»
société Lamotte Constructeur, ont marche, le groupe rallie le camp de culminant à 6 000 m, des cher-
gravi ce sommet légendaire en base « Plaza Argentina » à 4 200 m cheurs ont retrouvé, il y a quelques
février dernier. après deux camps d’approche années, une momie Inca ! »
nécessaires pour le rejoindre. Pour se remettre de leurs émo-
L’Aconcagua « C’est à ce moment-là que l’on tions, les deux alpinistes ont ter-
expédition de haute construit la logistique de l’ascen- miné leur périple quelques 7 000 m
sion et que démarre l’acclimatation plus bas au Chili sur la magnifique
altitude à l’altitude. Ce qui nécessite des plage de Valparaiso en rêvant peut
« Une telle expédition se prépare phases de repos entrecoupées de être à d’autres sommets encore
longtemps à l’avance et impose plusieurs ascensions d’entraîne- plus hauts ●
une parfaite condition physique, ment. » * Titulaire de la première hivernale en solitaire
précise Jean-Martial Nicolas, qui, L’attaque finale, ponctuée par trois en 1979 et du record de séjour pendant 62 jours
à 54 ans, court régulièrement le camps d’altitude à 4 900 m, 5 300 m et nuits au sommet en 1985.

Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008 17


Vie des quartiers
Zoom

Saint-Jean : une fête


haute en couleur !

Les habitants du Bois Raguenet fêtaient leur tradition- tés par la chorale « Orvocal » ont
précédé le grand apéritif gratuit. Ce
nelle Saint-Jean le 14 juin dernier. L’occasion de se retrou- fut l’occasion de nombreux
ver pour un après-midi animé et une soirée conviviale. échanges conviviaux.
La soirée s’est poursuivie avec le

L
traditionnel repas champêtre
e nouveau jardinier daient aux stands de la « roue de concocté par Marie et son « amour
Christopher avait bien soi- l’infortune », de la bourriche, du tir de pomme de terre ». Enfin, le
gné la qualité de la aux canards ou s’affrontaient aux fidèle grand orchestre « studio » a
pelouse. Une trentaine de volon- courses en sac. Les jeunes du monté le son et fait danser les
taires étaient sur le pont dès le quartier tenaient le bar tandis que Raguenaisiens et autres partici-
samedi matin pour tout installer la machine à barbapapa louée pants au son des musiques les plus
sous le soleil. La fête foraine du pour l’occasion tournait à toute diverses.
Bois Raguenet démarrait bien. vapeur. Le feu d’artifice qui a enchanté
De nombreuses animations étaient Les amateurs de sensations fortes petits et grands a précédé le grand
prévues pour petits et grands : les s’orientaient plus vers le « mega- feu de la Saint-Jean. « Même si le
ânes de l’association Concord’âne booster », trampoline avec élas- feu a tardé à s’allumer, j’ai passé
ont promené les plus jeunes, tan- tiques. une excellente soirée » dira le
dis que le manège ne désemplis- Une représentation de l’atelier petit Jean, visiblement content de
sait pas. Les plus grands s’attar- cirque et quelques chants interpré- sa fête ●

18 Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008


Vie des quartiers
Bugallière Brèves
L’Union Associative des Habitants de la Bugallière
(UAHB) a mis en place des
animations à la journée à destination Plaisance
des habitants du quartier mais aussi
de tous les Orvaltais pendant l’été.
Le 7 juin s’est déroulée
la fête du quartier organi-
Au programme : une journée à
sée par le Collectif
Pénestin, Noirmoutier ou encore en
Plaisance et une équipe de
Brière, en toute simplicité. Le but
bénévoles du quartier.
de ces sorties est de favoriser le lien
Pendant cette journée, les
social et de rompre la solitude
animations n’ont pas manqué : structures gonflables, pêche
pendant les vacances des personnes
à la ligne, ballades en carriole, sculpture sur ballon, fanfare...
isolées. Tél : 02 40 63 44 45 ●
et des temps forts sous le chapiteau tels que la danse enfants
ou l’atelier hip-hop... Tél : 02 40 76 94 47 ●

Praudière
Bois Saint Louis
Près de 300 personnes ont visité l’exposition de fin
d’année de Caliop. Elle présentait les travaux réalisés dans La jeune association des
les différents ateliers d’art créatif : art floral, cartonnage, Amis du Bois Saint Louis et du
encadrement, restauration de sièges, peinture décorative, Val d’Or dynamise ce quartier
vitrail. Les visiteurs ont en réunissant petits et grands
apprécié la qualité des autour d’ateliers quotidiens
travaux exposés. Deux et d’animations ponctuelles.
nouveaux ateliers ont Elle a profité des quartiers
ouvert à la rentrée : d’été pour organiser la fête
patchwork et scrap- de quartier du Bois Saint Louis, le 5 juillet dernier.
booking. Dans l’actualité de l’association, l’ouverture depuis la
Tél : 02 40 76 74 20 ● rentrée de deux nouveaux ateliers : l’initiation
informatique et le soutien scolaire.
Tél : 02 40 59 16 06 ou 06 67 67 50 17 ●
Cholière

Le Collectif de la Cholière a profité des Quartiers Bourg - Secteur rural


d’été pour animer son quartier dans une ambiance
sympathique et conviviale : structures gonflables, mini- L’Association Entraide
ferme, ballade à dos d’ânes. Les habitants qui ont bravé Scolaire, d’actualité en ce
le temps un peu mois de rentrée, tient une per-
maussade de cette manence au sein de la Maison
journée sont repartis de la Carrière du Bourg.
enchantés et prêts Les 80 bénévoles intervien-
pour l’année nent en premier lieu au domi-
prochaine. cile des Orvaltais mais aussi
Tél : 02 40 63 31 99 ● des élèves de l’agglomération. Dans un but social, elle
soutient majoritairement les familles en difficulté.
Tél : 02 40 63 49 65 ou 06 86 92 43 70 ●

Petit-Chantilly
Beaucoup d’effervescence en fin d’année scolaire au Petit Chantilly.
Tous les élèves de la section danse, gymnastique rythmique (ballons,
cerceaux…) et sportive (agrès, poutres, barres…) de l’ALPC (Association
Laïque du Petit Chantilly) ont donné le meilleur d’eux-mêmes à la
représentation annuelle sur le thème du cirque. Les compétitions se sont
terminées avec d’excellents résultats.
Les inscriptions continuent à la rentrée avec en nouveauté l’apprentissage
des danses de salon : valse, tango, rock. Tél : 02 40 63 46 66 ●

Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008 19


Démocratie
Expression de l’opposition

Préserver Orvault. A par la municipalité et adopté en le pire est à craindre quant à l’in-
priori à la lecture des programmes 2007). tégration architecturale de ce pro-
pour les dernières élections muni- Rue de la Carrière, paisible rue à jet dans le bourg. On pourrait voir
cipales, préserver le cadre de vie et l’arrière de la rue du Taillis et de la même construction en banlieue
l’identité d’Orvault étaient des la rue Félix Vincent, c’est un parisienne ! Il est encore temps de
objectifs largement partagés. immeuble de 7 niveaux (accolé à un faire autre chose. Le mieux serait
Ainsi, dans le projet d’aménage- parking sur 3 niveaux !), que la d’élaborer le projet directement
ment et de développement durable municipalité a autorisé à la place avec les habitants.
rédigé par la municipalité en 2006, d’un espace planté d’arbres, alors Sur un tout autre sujet, nous
il était indiqué : « conforter l’iden- que tout le voisinage est composé apprenons au moment où nous
tité orvaltaise est une priorité, à de maisons individuelles. Dans rédigeons cet article que le centre
travers la préservation et l’entre- cette même rue, un autre projet de la Baronnière a été fermé ce qui
tien du paysage bocager, d’un vient détruire la dernière maison de empêche le nombre habituel d’en-
développement urbain maîtrisé, bois utilisée autrefois par les fants de s’inscrire pour les activi-
de la protection du patrimoine ouvriers de la carrière. Il est bien tés du centre de loisirs. Rien n’a été
architectural ». dommage que l’équipe municipale fait pour éviter cette dégradation du
De la parole aux actes, il y a mal- n’ait pas jugée utile de conserver bâtiment, pourtant visible depuis
heureusement un décalage de plus ce témoignage sans doute unique longtemps par tous ceux qui y
en plus grand. Ainsi, à peine les dans l’agglomération nantaise d’un allaient. Nous dénonçons cette
élections passées et en contradic- passé où des milliers de maisons mauvaise gestion des bâtiments
tion totale avec des promesses, de Nantes et Orvault ont été municipaux, qui va coûter cher aux
parfois faites directement par le construites grâce aux pierres finances communales. Nous renou-
candidat-maire aux habitants, plu- extraites de cette carrière. C’est velons notre proposition d’un audit
sieurs projets immobiliers sortent une page de l’histoire de notre com- complet pour programmer les
des cartons sans la moindre mune qui se trouve effacée, simple- dépenses de gros entretien et de
concertation. De la rue de la ment pour satisfaire les appétits rénovation, y compris en intégrant
Madone à la rue de la Carrière en d’un promoteur. une meilleure isolation pour faire
passant par la Botte d’Asperges, Partout à Orvault, nous soutien- baisser demain les dépenses
c’est le même diktat des promo- drons les habitants qui se battent d’énergie. Ce ne serait rien moins
teurs qui s’impose. Ici, c’est un pour que nos quartiers ne soient qu’une bonne gestion ! En atten-
règlement de lotissement toujours pas défigurés. Il est tout à fait pos- dant, nous demandons qu’un solu-
respecté pendant plusieurs sible de construire de nouveaux tion de remplacement soit trouvée
dizaines d’années qui est ignoré. logements en négociant avec les pour ne pas pénaliser les familles
Là, c’est un calcul de hauteur très promoteurs des projets intégrés orvaltaises qui fréquentaient le
contestable qui est retenu pour ten- dans les quartiers en concertation centre de loisirs ●
ter de faire passer un projet d’im- avec les habitants. Quand on voit le
Pour les élus de gauche, écolo-
meuble pour conforme au PLU premier immeuble construit dans
gistes et centristes de progrès,
(plan local d’urbanisme, rédigé la « ZAC du vallon des Garrettes »,
François DE RUGY

20 Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008


Démocratie
Expression de la majorité

Respectons-nous mutuellement
Dans une démocratie entre Par ailleurs, et pour finir sur ce En ce qui concerne la démocratie
Opposition et Majorité, il est nor- point, les représentants des écoles participative, nous la pratiquions
mal que nous ayons des diver- qui avaient demandé à prendre la déjà lors du précédent mandat.
gences, mais il est moins normal parole au Conseil ont été reçus Orvault était précurseur dans ce
que l’Opposition fustige systéma- avant le Conseil par le Maire et l’élu domaine puisque nous avons créé
tiquement toutes nos décisions en en charge, Louis Ramin. Ils ont pu nos instances alors qu’avec 25 000
les dénaturant de surcroît. s’exprimer librement. Le Maire habitants nous n’étions pas soumis
Aussi, nous souhaitions revenir sur leur a fait part de la position de la à une obligation légale. Christian
les propos particulièrement critiques municipalité et de la réponse trans- Ardouin a été nommé spécifique-
de l’opposition quant au déroulement mise alors à l’Inspection ment à la démocratie participative,
du dernier Conseil Municipal. Le Académique. témoignage de notre volonté de
Conseil Municipal est un organe Les élections municipales sont faire de cette dimension participa-
délibérant ouvert au public et régi par derrière nous. Majorité et Oppo- tive pour les Orvaltais un axe
un règlement intérieur. sition doivent apprendre à travail- majeur de notre mandat. L’orga-
Le Conseil Municipal n’est pas une ler et vivre ensemble en se respec- nisation évolue en cohérence avec
tribune. Légalement, le Conseil muni- tant mutuellement. La Majorité notre programme. Les commis-
cipal ne peut aborder que les points regrette que l’Opposition persiste sions deviennent des conseils de
prévus à l’ordre du jour. à jouer sur les peurs et à user de quartier avec une plus grande
Tous les sujets à l‘ordre du jour sont démagogie pour séduire l’opinion implication de l’initiative citoyenne
préalablement exposés au sein de publique. Personne ne sera pour activer les bonnes idées ●
commissions dans lesquelles siè- dupe !
gent également tous les élus de
l’opposition. Les élus y préparent
les délibérations qui passeront au Groupe de la majorité municipale,
Conseil Municipal. rassemblant les élus du centre, de la droite et les non-inscrits

Joseph Elie Monique Louis Marie-Cécile Pierre Aliette Bernard Monique VAN
PARPAILLON BRISSON MAISONNEUVE RAMIN CORBIERES GADÉ BERTHELOT BREHERET KEMENADE

Christian Arlette Jean-Pierre Nicolas Brigitte Catherine Florent Sébastien Pascale


ARDOUIN DESPOUYS LEMASLE GARNIER VILLAREAL HEUZEY THOMAS ARROUET HUCHET

Chantal LE Patrick Eric Valérie Philippe Nadine Maryvonne Mireille Jacky


MENELEC BRIATTRE GIRAUDEAU GAREL - PETIT DAVID HOUDOUX PICAUD PLUMEJEAU GENTET

Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008 21


Loisirs
Culture

T h é â t re d e l a G o b i n i è re

Dix années d’émotions


et de spectacles
Niché au cœur du parc de la Gobinière, le Théâtre sem- le site accueille de nombreux
artistes en résidence. Parmi eux :
ble avoir toujours été là. Avec tout juste 10 ans d’exis- le Théâtre-Nuit qui en est déjà à sa
tence, il paraît tout jeune à côté du château du XIXe. Un 300e représentation de Battements
premier acte pourtant déjà riche en émotions et décou- de cœur pour duo de cordes.
Depuis peu, c’est même devenu un
vertes artistiques. Coup de projecteur. lieu de travail permanent pour la
compagnie orvaltaise Santini. Ce

L
qui est sûr, c’est que tous appré-
e Théâtre de la Gobinière a gement d’un théâtre dans les com- cient d’y jouer. La Ville l’a très bien
10 ans. Et déjà une histoire muns du château. Le défi à relever est compris et a poursuivi ses aména-
riche qui débute en 1976 double : « les travaux devaient conci- gements. En 2005, une salle de
avec le rachat du Domaine par la lier une mise en valeur de ce patri- café-concert est ouverte dans le
Ville. Son ambition était de créer au moine en préservant ses éléments Pigeonnier. L’idée est toujours la
cœur de ce parc boisé un véritable caractéristiques et la création d’un même : « créer un rapport inti-
centre culturel. Les premiers équi- véritable outil moderne et performant miste et privilégié entre les artistes
pements à voir le jour sont l’école au service du spectacle vivant ». et le public. L’Odyssée, espace de
de musique, les ateliers associatifs Après 8 mois de chantier, la nouvelle rencontres et de cultures de la Ville
et les salles d’exposition… salle de 203 places est inaugurée le d’Orvault, l’autre salle de grande
2 octobre 1998. Et très vite, la qua- capacité ouverte en 2006 répond
Un tissu culturel lité de cette réhabilitation est récom- aux mêmes ambitions. »
très dynamique pensée par le prix départemental des
Rubans du Patrimoine.
« Mais il manquait un véritable lieu Depuis son ouverture, de grands
Plus de 100 000
adapté pour l’accueil de spectacles, comédiens ont foulé ses planches : spectateurs en 10 ans
souligne Yann Olivier, directeur de Philippe Avron (Molière 1999), Judith Qualité de la programmation et des
l’action culturelle. C’est pourquoi la Magre (Molière 2000), Catherine équipements, ambiance chaleu-
décision a été prise par le Maire de Samie, doyenne de la Comédie reuse, intégration réussie au sein
l’époque, André Louisy, de Française… Mais aussi des chan- d’un ensemble architectural et
construire un nouvel équipement. teurs : Angélique Ionatos, Marie paysager remarquable sont autant
Une façon aussi d’affirmer la voca- Paul Belle et Allain Leprest. Certains d’atouts qui ont permis au Théâtre
tion culturelle du site ». Il s’agis- y ont même fait leurs premiers pas de la Gobinière d’attirer et de fidé-
sait également de répondre aux comme l’humoriste Christophe liser de nombreux visiteurs. En 10
besoins d’un tissu culturel très Alévêque ou encore les chanteuses ans, tous événements confondus, le
dynamique. Anaïs et Amélie Les Crayons… lieu a déjà accueilli plus de 100 000
Après concertation des futurs utilisa- Véritable outil d’aide à la création, spectateurs ! Et il n’est qu’au pre-
teurs, le choix se porte sur l’aména- mier acte de son histoire… ●

22 Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008


Loisirs
Sport

Georges Eo arrive à la tête


de l’équipe d’Orvault Sports
Habitant la commune
depuis presque 20 ans,
Georges Eo a pris en début
de saison les rennes de
l’ é q u i p e p re m i è re
d’Orvault Sports. Rencon-
tre avec celui qui fut pen-
dant 20 ans l’entraîneur
adjoint emblématique du
FC Nantes.

G eorges Eo et le football,
c ’ e st u n e h i sto i re
d’amour qui n’en finit
pas. Après une carrière de joueur
et d’entraineur professionnel qui l’a
mené du FC Nantes à l’Olympique
de Marseille en passant par le Paris
FC ou le Red Star, il termine sa car-
rière professionnelle par une brève
expérience à la tête de l’équipe pre-
mière du FCNA en 2007. Mais
c’est à Orvault que Georges Eo peut veler son contrat à la tête de milieu de mes joueurs et de les
vraiment assouvir sa passion : l’équipe, le Président propose à aider à progresser. C’est aussi une
« cela faisait une dizaine d’an- Georges Eo d’entraîner sa forma- façon de rendre au football ce qu’il
nées que je venais régulièrement tion pour la saison 2008/2009. « Je m’a donné pendant des années. »
voir jouer l’équipe d’Orvault Sports ne m’y attendais pas et j’ai Georges Eo s’est donc remis au tra-
au stade de Gagné. Un jour, alors demandé à réfléchir. Puis forcé- vail pour cette saison, avec un
que j’étais là en spectateur, le ment, la passion reprenant le des- objectif simple : bien jouer. « La vic-
Président du club, Florent Thomas sus, j’ai accepté. On ne pratique pas toire n’est pas une finalité mais la
est venu me voir. Il souhaitait que le sport de haut niveau pendant conséquence d’un beau jeu. Je sou-
je donne un coup de main au quarante ans sans avoir cette pas- haite d’abord que l’équipe prenne
club ». sion chevillée au corps. Ce qui me du plaisir. Cela débouchera sur des
L’entraîneur de l’équipe fanion plait avant tout, explique-t-il, c’est résultats si elle le mérite, tout sim-
d’Orvault ne souhaitant pas renou- d’entraîner, d’être sur le terrain au plement. » ●

Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008 23


Loisirs
Sport

trent un réel succès. Une trentaine

L’OMS fête le sport d’enfants s’y essayent dans les


locaux de L’OMS. Léa, 10 ans, pen-
chée sur sa partie, semble passion-
née, mais concède que « c’est un
Le complexe sportif de la Cholière était en pleine ébul- peu difficile au début ». Le club
espère ainsi attirer de nouveaux
lition pour la 2e fête du sport organisée le 7 juin dernier jeunes joueurs.
par l’OMS (Office Municipal du Sport) et la Ville. Alain se rend à la fête du sport avec
ses enfants, à la recherche d’idées
pour la rentrée : « L’an passé déjà,

D
c’est comme cela que mon
e nombreux enfants se concentration. Le but est de réus- deuxième fils a découvert le tennis.
pressent aux différentes sir un tir parfait dans sa réalisation, Cette année, nous venons à la
animations qui leur sont en s’appuyant sur le mental plus recherche de nouvelles idées.
proposées : structure gonflable, que sur le physique. » Une disci- Assister aux démonstrations ou
mur d’escalade, initiation au jeu pline zen que les curieux sont heu- même tester les sports, c’est
d’échecs ou au tir à l’arc. Ils n’ont reux de découvrir. l’idéal pour eux » conclut-il.
pas de quoi s’ennuyer. Un peu plus loin, les athlètes fémi- La fête du sport aura sans doute
Au détour d’un gymnase, les visi- nines du roller artistique font une encore fait naître des vocations
teurs peuvent observer une démonstration devant un public chez les sportifs en herbe.
démonstration de kyudo, un art ébahi par le spectacle. Des enfants « L’OMS, initiateur de cette mani-
martial japonais peu connu qui ras- proposent une animation de tae- festation, poursuit son objectif de
semble une quinzaine de licenciés kwon-do, d’autres de tennis de fédération des différents clubs
à Orvault. Un sport proche du tir à table. orvaltais et de leurs disciplines
l’arc, mais avec une philosophie dif- « La diversité des activités phy- sportives. Nous constatons l’inté-
férente : celle des samouraïs. siques proposées à Orvault est rêt marqué du grand public pour
« Cette discipline commence tout mise en avant ce jour-là avec le cet événement, ce qui nous
juste à se développer en France, concours des clubs participants » conforte également dans notre
explique Etienne Mandart, le commente Aliette Berthelot, volonté de faire découvrir ou redé-
Président du Club Kyudo 44 - adjointe au Sport. couvrir des activités sportives au
Orvault. Elle se pratique avec un La fête du sport présente égale- plus grand nombre », commente
arc asymétrique et repose essen- ment une discipline sportive un peu Anne Franceschi, Présidente de
tiellement sur la respiration et la particulière : les échecs qui rencon- l’OMS ●

24 Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008


D é v e lo p p e m e n t d u r a b le

C o n s e i l d e D é v e lo p p e m e n t D u r a b le

Agenda 21 : une nouvelle


instance participative
Le Conseil de Développement Durable sera officiellement lancé
lors d’une réunion publique au mois de décembre.
Objectifs : garantir la bonne marche de l’Agenda 21 et sensibi-
liser les élus comme les citoyens aux enjeux d’avenir pour la
commune.

l’Agenda 21 afin de dresser un état


des lieux des projets et définir de
nouveaux axes de réflexion relatifs
au développement durable.
’ ici Des groupes de travail pourront se

D
la fin de l’année, le
Conseil de Développement constituer pour étudier une théma-
Durable aura fait son appa- tique de développement durable ou
rition dans le «paysage» orvaltais. une question soulevée par le
« Cette nouvelle instance consul- Conseil Municipal, lors de Conseils
tative, qui s’inscrit dans un schéma de quartiers ou à l’occasion de ren-
global de démocratie locale, va contres avec les habitants.
avant tout être chargée de suivre Le Conseil de Développement
et de faire vivre l’Agenda 21 », Durable pourrait par exemple pro-
annonce Catherine Heuzey, poser des actions relatives aux
déléguée à l’Agenda 21 et à la déperditions thermiques et réaliser
Vallée du Cens. une synthèse de retours d’expé-
Dès novembre, un appel à candida- rience menée sur d’autres terri-
ture sera lancé auprès des nem- toires afin d’évaluer les exploita-
bres des ateliers Agenda 21. Ce tions possibles de ce type de
groupe d’une vingtaine de per- mesure (modes de diffusion,
sonnes rassemblera à la fois des contenu…).
citoyens, des élus, des acteurs éco-
nomiques et associatifs, ainsi qu’un … et à la
représentant de Nantes Métropole, sensibilisation
tous sensibilisés au développement
Une première réunion publique de
durable.
présentation et de lancement est
d’ores et déjà prévue le 8 décem-
Aide à la décision… bre. Le Conseil de Développement précieuse pour sensibiliser aussi
« Il faut que ce conseil soit repré- Durable devrait par la suite se réu- bien les élus que les citoyens sur
sentatif de la population et de la vie nir deux fois par an en plénière et les enjeux du développement dura-
de la commune et qu’il reste sim- venir nourrir à dates régulières des ble, afin que cette thématique
ple et efficace dans son fonction- réunions publiques dédiées au devienne un réflexe et soit «natu-
nement. » Sitôt en place, sa pre- bilan et aux perspectives de rellement» intégrée dans nos pro-
mière mission consistera alors à l’Agenda 21 « Et très rapidement, jets et nos actions quotidiennes »,
prendre en main les 241 actions de il va aussi devenir une ressource précise Catherine Heuzey ●

Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008 25


Construire la ville

L’avenue de la Paquelais remise à neuf


vitesse » par le service Citoyen-
neté-proximité de la Ville avait en
effet mis en évidence la vitesse
excessive des véhicules emprun-
tant cette avenue aux heures
creuses et une densité de trafic
importante aux heures de pointe.
Les riverains de l’avenue étaient
ainsi confrontés à des difficultés à
la sortie de leur garage.
Des aménagements visant à ralen-
tir la vitesse des voitures ont donc
été mis en place fin août : deux pla-
teaux ont été installés sur l’avenue,
aux carrefours de Beillevaire et de
Bossis.
Cette réhabilitation a permis éga-
lement de prolonger les couloirs de
bus allant d’une part vers l’avenue
de la Morlière et d’autre part vers

S uite à un audit sur l’état


général des voiries de l’agglo-
mération lancé en 2005 par Nantes
la chaussée s’étant dégradée au fil
des années, des travaux ont été
engagés cet été afin d’augmenter
l’avenue de la Cholière, dans le but
de fluidifier le trafic.

Métropole, l’avenue de la Paquelais sa résistance au trafic. Montant global de l’opération :


a été réaménagée. La structure de L’installation du panneau « info- 160 000 b TTC ●

Une passerelle pour franchir


la Vallée du Cens
D ans le cadre de la réalisation
de la voie verte, piste cycla-
ble et piétonne longeant la route
départementale 75, était installée
le 27 août dernier la passerelle qui
permet de traverser la Vallée du
Cens. D’une largeur de 3 m, la pas-
serelle s’étend sur 30 m et ouvre le
paysage sur la Vallée du Cens,
créant ainsi un point d’observation
idéal. En bois et en métal, cet
ouvrage s’intègre parfaitement à
son environnement ●

26 Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008


Pratique
Santé

Sauvons des vies


avec les défibrillateurs
Les arrêts cardiaques sont responsables de 60 000
décès par an en France. La rapidité de l’intervention per-
met de sauver des vies ou de limiter d’éventuelles
séquelles. Chaque minute perdue entraîne 10 % de
chances de survie en moins.

D epuis le 4 mai 2007, la loi


française autorise tout
citoyen à utiliser un défi-
brillateur automatisé externe (DAE)
sans formation particulière.
lorsque celui-ci présente certains
troubles du rythme appelés
« fibrillation ».

Qu’est-ce qu’un
Complètement automatisé, cet défibrillateur ?
appareil empêche toute fausse
manœuvre. Pas besoin d’avoir C’est l’appareil qui délivre un choc
« fait » médecine : après analyse électrique.
automatique du rythme cardiaque
de la victime, seule la machine Vous êtes témoin d’un
décide de délivrer ou pas le choc malaise cardiaque ?
électrique. Il n’y a donc aucun Le temps de réaction est primor-
risque de « choquer » à tort mais dial. Placés à l’extérieur des bâti- 3 - Demandez à un témoin d’aller
une vraie chance de sauver une vie ments, les DAE sont accessibles à chercher le défibrillateur
si besoin. tous et à tout moment. Ils sont
Conformément à l’Agenda 21, les d’une grande simplicité d’utilisa- 4 - Ouvrez le boitier du défibrilla-
deux premiers DAE « Défibrillateur tion. teur et laissez vous guider par les
- Automatique - Externe » seront consignes vocales de l’appareil.
installés sur la commune d’ici la fin 1 - Alertez les secours
de l’année, le 1er au Bourg (Mairie • 18 POMPIERS 5 - Attendez auprès de la victime
Principale) et le second au Petit • 15 SAMU l’arrivée des secours.
Chantilly (Mairie Annexe).
2 - Après vous être assuré que la « Secourir une victime de malaise
Qu’est ce qu’une personne ne respire pas (la poi- cardiaque est avant tout un acte
citoyen. Chaque seconde perdue
défibrillation ? trine ne se soulève pas) joignez les
diminue d’autant les chances de
mains sur la poitrine de la victime
La défibrillation est un choc élec- survie de la victime. C’est une
au niveau du sternum, bras tendus,
trique externe destiné à rétablir un course contre la montre », précise
et appuyez fermement sur celle-ci
rythme cardiaque normal. Elle le Médecin Colonel Blanche,
100 fois par minute en attendant
permet de faire passer volontaire- Directeur du Service de Santé au
l’aide des secouristes
ment et brièvement un courant SDIS 44 (Service Départemental
électrique dans le cœur d’Incendie et de Secours) ●

Pour un complément d’information, des associations assurent des formations aux premiers secours.
La Croix Blanche d’Orvault. Présidente : Lucette GUILLEMETTE - 02 40 63 24 42
L’ADPC (Association Départementale de la Protection Civile). Présidente : Claire POIRIER – 02.28.24.93.54

Orvault Magazine • N°38 • Octobre / Novembre / Décembre 2008 27