Vous êtes sur la page 1sur 28

ORVAULT

M a g a z i n e
Magazine d’information de la ville
N°39 • Janvier / Février / Mars 2009

Cap sur la jeunesse


Sommaire Actualités

6-7
Conseils
4
5
6-7
Bibliothèque :
le catalogue bientôt sur le net
Le CLIC : un pôle « personnes
âgées » à votre écoute
Les conseils de quartier :
un outil de démocratie participative
de quartier 8 La natation prénatale :
les mamans comme des poissons
un outil dans l’eau

de démocratie Dossier
participative 9 Jeunesse : cap vers l’avenir

Vivre la ville
14 Économie : limiter la pub
sur la route de Vannes
15 Zapping
16 Histoire : le moulin de la Fabrique
17 Seniors : les après-midi dansants

Vie des quartiers


18 Zoom :
la Bugallière s’illumine pour Noël
19 Brèves

Démocratie
20 L’expression de l’opposition

9 Dossier
Jeunesse : cap vers l’avenir
21

22
L’expression de la majorité

Loisirs
Culture : résidence
de Xavier Merlet

22
Loisirs
23

24
Sport : la Sénégazelle,
une course humanitaire

Visage de Ville
Portrait : Céline Baranger,
Xavier Merlet une petite entreprise en carton

en résidence Développement durable


25 L’habitat : économisons l’énergie
ORVAULT
M a g a z i n e Construire la ville
informations municipales de la ville d’Orvault
N° 39 Janvier / Février / Mars 2009 26-27 Le PLU pour un développement
Hôtel de ville - BP 19 - 44706 Orvault cedex - Tél. 02 51 78 31 00 - Fax 02 51 78 31 69 - www.orvault.fr harmonieux de la ville
Directeur de la publication : Joseph Parpaillon - Rédactrice en chef : Alexandra Scavennec
Rédaction : Dominique Hervé - Agence Rue Prémion
Photos : Mairie d’Orvault, Marc Roger, Ludovic Failler -
Réalisation : Le Square Deshoulières - Tél. 02 40 35 19 85 - Impression : Cartoffset - Tél. 02 28 01 10 00

Dans le cadre du développement durable, Orvault Magazine est imprimé sur papier recyclé

2 Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009


éditorial
é d i t o r i a l

un nouveau visage au monde et d’insuffler une réelle


vague d’espoir. L’élection de Barack Obama fait entrer
l’Amérique dans une nouvelle ère.

Dans un contexte particulièrement difficile, il me sem-


blait important d’insister sur cette actualité qui conforte
ma foi dans l’homme.

La crise économique que nous traversons a un impact


direct sur notre quotidien. Certains parmi vous ressen-
tent peut être encore plus durement cette crise, d’où
la nécessité de mettre en œuvre des solidarités, tant
au niveau local que national. La mise en place du Revenu
de Solidarité Active avec Martin Hirsch, le Haut-com-
missaire aux Solidarités actives va dans ce sens.

Les collectivités constituent le premier investisseur


public. Elles réalisent plus de 70 % de l’investissement

À l’aube de cette nouvelle année, permettez-moi


de vous offrir mes meilleurs vœux de santé et
de bonheur pour vous et vos proches. Malgré
les vicissitudes liées à une conjoncture particulièrement
défavorable, ces fêtes de fin d’année doivent rester un
public. Elles sont les principaux acteurs de la mise en
place des solidarités.

Néanmoins, n’oublions pas la responsabilité qui


incombe à chacun. Tous les individus peuvent à leur
moment privilégié de rencontre et de partage en famille
niveau agir en faveur d’une plus grande solidarité. Je
et entre amis.
tiens à saluer tout particulièrement les associations
orvaltaises et les béné-
Cette année 2008 fut


voles qui réalisent à Orvault
importante à bien des Plus que jamais, l’humain un travail remarquable.
égards. Sur le plan poli-
tique, vous nous avez
renouvelé votre confiance
doit être au cœur Enfin, je souhaite réaffir-
mer l’importance des
lors des dernières élec-
tions locales. Avec la majo-
de nos préoccupations familles, dans leur diver-
sité, elles constituent le
pour guider l’action future

rité municipale, nous
socle de notre société.
aurons à cœur de réaliser
Sans repère, les jeunes ne
nos engagements avec l’appui de nos différents parte-
peuvent ni se construire ni croire au monde qui les
naires Nantes Métropole, Conseil Général, Conseil régio-
entoure. Et, aucun dispositif d’animation ou de média-
nal, Etat, sur les projets communs et sous réserve de
tion ne remplacera l’autorité d’un Père ou d’une Mère.
conditions économiques plus favorables.
Comme je le dis souvent, il nous faut croire en l’ave-
2008 a également été marquée par la libération
nir. Plus que jamais, l’humain doit être au cœur de nos
d’Ingrid Bétancourt, le 2 juillet après six ans et demi
préoccupations pour guider l’action future. Les efforts
de captivité aux mains de la guérilla colombienne des
déployés doivent contribuer à faire vivre ensemble tous
Farc. Un moment de bonheur intense partagé par tous.
les Orvaltais, dans le respect de leurs différences et avec
dignité.
Et, je tiens à revenir sur un fait marquant, un fait his-
torique, véritable signe d’espoir pour l’humanité :
Bonnes fêtes de fin d’année,
l’élection à la présidence de la première puissance mon-
diale de Barack Obama, afro américain ! Avec cette élec-
tion, l’Amérique tire définitivement un trait sur un siè-
cle peu glorieux et douloureux de son histoire et donne
une belle leçon à l’ensemble de la planète. Voilà un peu- Joseph PARPAILLON
ple si souvent décrié capable, avec ce choix, de donner Conseiller général et Maire d’Orvault

Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009 3


Actualités
Bibliothèque municipale

À la page
des nouvelles technologies
également suivi des formations en
septembre pour faciliter la prise en
main du logiciel », indique Marie-
Cécile Corbières, adjointe aux
affaires culturelles, aux biblio-
thèques, à l’école de musique et au
patrimoine. Et finalement, les biblio-
thèques n’ont été fermées qu’une
semaine en octobre pour la phase
de test. L’occasion aussi d’intégrer
le centre de documentation de La
Serre Ondine dans le réseau des
bibliothèques.

Qualité du service
aux usagers
Après quelques semaines d’utilisa-
tion, le logiciel tient toutes ses
promesses. « Ses nouvelles fonc-
tionnalités facilitent le travail, en
La bibliothèque municipale cherche constamment de
nous évitant par exemple de sai-
nouvelles solutions pour améliorer la qualité du service sir manuellement les notices des
aux usagers. L’informatisation du réseau des bibliothèques nouveaux ouvrages transmis par
la Bibliothèque Nationale de
en 1999 avait été un grand bond en avant. Elle poursuit France, se réjouit Anita Rivière. Et
dans cette voie en s’équipant d’un nouveau logiciel, avec de rajouter : « nous allons aussi
en ligne de mire l’accès au catalogue par les utilisateurs pouvoir optimiser la gestion du
réseau avec la mise en place de
grâce à Internet. réservation multi-sites. »

Prochain chapitre :

L es bibliothèques de la
commune - les 3 biblio-
thèques municipales du
Bourg, du Petit-Chantilly et de la
Bugallière et celle associative de
permis d’améliorer la qualité du
service aux usagers : nouveaux
matériels, recherche documentaire
facilitée, carte unique, créneaux
horaires élargis… » Mais au bout de
l’ouverture à internet
Les usagers devraient aussi
rapidement s’y retrouver. Car les
bibliothèques en ont profité pour
moderniser leur parc informatique
Plaisance - se mettent à la page 8 années, le logiciel commençait et des ordinateurs connectés à
des nouvelles technologies. Après à montrer des signes de fatigue. internet seront bientôt mis à la
une première informatisation La décision a donc été prise fin 2007 disposition du public. Parmi les
en 1999, le réseau avait en effet d’en changer. autres nouveautés prévues pour
besoin d’être modernisé. La migration des données a été la fin du premier trimestre 2009 :
« À l’époque, cela avait été une vraie effectuée durant l’été 2008. « Cela la possibilité de consulter le
révolution, se souvient Anita Rivière, a été un gros travail qui a mobilisé catalogue des bibliothèques sur
responsable des bibliothèques. le service informatique et les agents internet. Une nouvelle page se
Cette informatisation avait surtout des bibliothèques. Ces derniers ont tourne… ●

4 Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009


Actualités
S e n i o rs

Simplifiez-vous la vie
en un CLIC
Les villes de Couëron, d’Orvault et de Sautron se sont associées pour mettre en place un
CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination). Il s’agit d’un pôle unique consacré
aux personnes âgées. Il répondra à toutes les questions que peuvent se poser les
personnes confrontées de prêt ou de loin à la vieillesse et les orientera ou les prendra en
charge si nécessaire.

P lus de 20% de la population


orvaltaise a aujourd’hui plus
de 60 ans (recensement
INSEE de 2005). Un chiffre en
constante augmentation qui pose le
« Rapidement, nous souhaitons
intégrer la dimension animation
pour tous les seniors, comme un
atelier mémoire ou la bibliothèque
à domicile » explique Monique Van
Le « CLIC seniors Loire et Cens »
se situera à Sautron, le lieu le plus
central. Il ouvrira à la fin du premier
trimestre 2009.
problème de la prise en charge des Kéménade, adjointe aux seniors, Une coordonatrice et un agent à
personnes âgées : l’âge moyen de la aux liens intergénérationnels, mi-temps seront chargés d’organiser
perte d’autonomie est actuellement au maintien à domicile et à les services du CLIC et de répondre
de 80 ans. Des dispositifs sont donc l’animation ● aux questions des habitants.
mis en place pour accompagner les Il sera ouvert de 8h30 à 12h15 du
seniors : les soins infirmiers à domi- lundi au vendredi et de 13h30 à 17h30
cile, le portage des repas ou les rési- sur rendez-vous et visites à domicile.
dences pour personnes âgées plus
ou moins dépendantes.
Les villes de Couëron, d’Orvault et de
Sautron ont décidé de mettre leurs
moyens en commun afin de gagner
en efficacité. Ce nouveau dispositif
permettra de réduire les coûts des
services dédiés aux personnes âgées
en globalisant les dépenses des
trois communes.

Un guichet unique pour


les trois communes
Il vise également à rendre plus cohé-
rentes les politiques mises en place
en direction des personnes âgées en
essayant de proposer une égalité de
services sur les trois territoires.
Le premier grand objectif du CLIC
est de proposer un guichet unique
qui réponde à tous les problèmes
que peuvent rencontrer les per-
sonnes âgées et leur entourage. Ils
y trouveront des réponses à leurs
questions et seront orientés ou
pris en charge selon les cas.

Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009 5


Actualités
Démocratie

Les nouveaux consei


Les conseils de quartier forment la pierre angulaire du
dispositif de démocratie participative mis en place
depuis le début du mandat. Au nombre de 7 (un par quar-
tier), ils se sont réunis pour la première fois en novem-
bre dernier avec les élus de la majorité, de l’opposition
et les techniciens de la Ville et de Nantes Métropole.
À cette occasion, les différents projets de la Ville et de
leurs quartiers leur ont été soumis. Plus de 120 Orval-
tais ont participé à ces premières réunions. Voici la liste
de vos conseillers de quartier.

2 Bugallière/ Madoire
Bois-Jouan
Emanuelle BETY
1 Bourg Bernard CHIRON
Secteur rural Bertrand DESSIRIER
Jacky FAVREAU
Claude BELLEAU Abdelkader FENNICHE
Alexandre BRUNDO Jacqueline GENAUDEAU
Lucien DAVID Bernard GLOTAIN
Didier DAVID Hervé GOURLAOUEN
Louis DENIAUD Daniel JOUIN
Sylvie FRADCOURT Marie-Thérèse MILIN
Christiane GENET Daniel PIVAUT
Jean-Marie GIUMMARRA Pierre PRAUD
M. Thérèse GOIX Valérie THIBAUD
J François GUELEC
Bernard GUIHARD
Anne HAMON Daniel Jouin (La Bugalière)


Raphaël HARDY
Les conseils mis en place
Patrick KUCHLER
Stéphanie LANCIEN sont un plus : ils permettent
Henri LOYEN aux conseillers qui s’intéressent
Nadine MARCHAND particulièrement à un sujet de
Jean-Paul MARTIN se réunir en groupe de travail
Marc MERCIER pour faire avancer les choses.
Michel MOREL
Bernard PEZOT
Le point fort de ce nouveau 3 Bois Raguenet / Petit-
Hervé PRAUD dispositif, c’est que nous nous
Dominique ARTAUD
Marie-Agnès RAHAL rendons directement sur
Laurent COUTELIER
le terrain, avec les élus, les
Joseph CUPOLI
techniciens de Nantes Métropole


Michel ERRERO
et de la Ville. Nelly HUCTEAU
Sébastien JOYEUX

6 Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009


6 Petit Chantilly
Bignon

ls de quartier Morlière
M. Françoise BRISAC
Loïc BUREAU
Gérard CALLET
Marlyne CHAMOUSSET
Lucien David (Le Bourg) 4 Cholière Philippe CRESPEL


Bigeottière Jean-Luc DEBAENE
Pour ce premier conseil de quartier Salentine Jacques DEJOIE
du Bourg, il a beaucoup été question de Jean-Jacques DERRIEN
l’aménagement du Vallon des Garettes. Patrick ANNESE Mireille DOUSSOT
Chacun a eu la possibilité de faire Liliane AUSIMOUR M. Françoise FAVENNEC
Gabriel BOIVEAU PROVOST
des réflexions et des propositions.
Aurélie BOUYER Isabelle GUILBERTEAU
Cela ne peut apporter que du bon. Lynda HERAUD
Gisèle CAHAGNON
Pour moi, qui suis un des plus Christophe LE SQUER
Noël CORBEL
anciens, cela n’a rien à voir avec Bruno GILLET Soazig LE VILLOUX
la politique d’autrefois : nous Dominique GUENAN Didier LEGRAND
votions une fois, mais nous Joseph LECOQ Romain MERCIERE
Philippe MOITIE
n’avions pas la possibilité Jean-Claude LEPOIVRE
Claude MEREL Yvonne ONNO
d’être consultés Patrick PAJOT
Hélène NAUX


régulièrement Christian PAULIC
Véronique PABOIS
comme maintenant. Franck PETIT
Patrick PENNANGUER
Guy PETEL Paul ROUSSEAU
Jacques PRIOU Louis THOMAS
Michel ROBIN Anouck TOUSSAINT
Philippe THUAUD Colette VINET PINSON
Béatrice ULVOAS

7 Bois-Saint-Louis
5 Praudière Plaisance
Berthelotière Ferrière/ Val-d’or
Mulonnière
Lionel AUDION
Bout-des-Pavés Jaoued BEN-ABBOU
Pont-du-Cens Jean-Pierre BON
Jeanine CAUDERLIER
Pierre BARITEAU Maryvonne CROSNIER
Armelle CHABIRAND Jean CROUIGNEAU
Etiennette DURAND Marc DUPAS
J-Baptiste GEAY Philippe FRANCOIS
Alain GUERAUD Marcel FREVAL
Mary JAGUENET MAZE Philippe GORET
J-Claude HAURAIX
-Moulin / Conraie Christine JEANNEAU
Hubert HERVE
Christine LE NOGRE
Pascal MIQUEL Claudia MORIAME
Jean-Claude LEBOSSE
Patrice MORVAN Marie-Madeleine PEIGNE
Michel LECOMTE
Dominique NOBLET Christian PELTIER
Yvon PATTE
Jamal OUAGAZZAL Claude Lydie SAVORET
Camille ROBERT
Dominique PICAUD Joëlle SOULARD
Pierre SARRAMEA
Claude TRIDOUX Henri TETEDOIE

Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009 7


Actualités
Natation prénatale

Comme des poissons


dans l’eau santeur permet aux futures mamans
Chaque samedi matin, la piscine municipale de la Cholière
de se déplacer sans sentir le poids
propose aux futures mamans une activité prénatale, de leur ventre ». Elle permet alors
encadrée par une sage femme et un maître nageur. des positions qu’elles ne peuvent plus
Un moyen de se préparer tout en douceur à l’accouchement. prendre hors de l’eau, comme se
coucher sur le ventre.

A u début de chaque séance,


Thiphaine, la sage-femme,
prend la tension des
jeunes femmes. C’est un petit
rituel, mais surtout le prétexte à un
nement idéal pour se relaxer. « A
cette température , explique
Véronique, la seconde intervenante
sage-femme, les vaisseaux san-
guins se dilatent et la future maman
Connaître
les sensations
du futur bébé
La natation prénatale donne aussi
échange privilégié entre la sage- peut se décontracter ». l’occasion aux futures mamans de
femme et la future maman. « C’est Mais la natation prénatale s’apparente se rapprocher le plus possible des
souvent à ce moment-là que chacune également à une activité sportive, sensations que perçoit le futur bébé
nous parle de ses problèmes de devenue souvent impossible à pra- dans le ventre de sa mère. Elles
santé ou des soucis que lui cause sa tiquer pour les femmes enceintes. ressentent l’apesanteur, la chaleur
grossesse », explique Thiphaine. « Il s’agit aussi de participer à une de l’environnement ou même la
Dans une eau chauffée à 31° et séance tonique qui se rapproche par- façon dont il perçoit les sons, grâce
renouvelée plus fréquemment afin fois de l’aquagym, poursuit Thiphaine. à des hauts parleurs placés sous
de garantir sa pureté, les jeunes L’évolution dans l’eau fait travailler l’eau qui diffusent de la musique.
femmes évoluent dans un environ- tous les muscles du corps et l’ape- Une musique douce, évidemment.
Et les participantes sont pour la
plupart conquises dès la première
séance : « cela apporte un moment
de décontraction, de détente,
explique Magali : on se repose et
cela fait du bien de ne plus avoir à
se porter pendant une heure… »
La natation prénatale peut se
pratiquer à tous les stades de
la grossesse : « le but n’est pas
d’accoucher dans l’eau, sourit
Véronique, mais la future maman
peut pratiquer la natation prénatale
jusqu’au terme de sa grossesse. » ●

Renseignements :
Piscine Municipale d’Orvault,
La Cholière : 02.40.63.30.40
Le samedi matin de 10h15 à 11h15
(hors vacances scolaires)
Tarifs à la séance :
Quotients 1 et 2 : 4 e
Quotients 3,4 et 5 : 6,20 e
Quotients 6 et 7 : 7,20 e
Communes extérieures : 8 e

8 Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009


Dossier
Jeunesse

Cap sur la jeunesse


Avec un quart de sa population âgée de moins de vingt ans, la Ville développe
une politique de la jeunesse qui vise à favoriser la découverte de la vie pour les plus
petits, l’insertion dans la société pour les jeunes et le rôle prépondérant de la famille.
Pour cela, elle met en place des projets dans tous les domaines touchant la jeunesse :
le sport, la culture, le social, l’environnement et la politique de la ville.

S oucieuse d’offrir aux jeunes


un cadre de vie répondant
à leurs attentes, la Ville
leur propose des activités spor-
tives après les cours, des anima-
valeurs inscrites dans la « charte
éducative locale », sur laquelle
s’appuie la politique jeunesse de la
Ville : la responsabilisation, l’ou-
verture à l’autre, le goût d’entre-
Jeunes, composé de 25 membres
chargés de travailler sur tous les
projets concernant la jeunesse
« aucune décision ne sera prise
concernant ce domaine sans que le
tions dans les différents clubs de prendre et de s’exprimer et le rap- CCJ n’ait participé à son élabora-
jeunes répartis dans les quartiers, port à la règle. tion », explique Sébastien Arrouët,
et des séjours durant les vacances Consciente que les jeunes sont conseiller municipal à la jeunesse
d’été. Au travers ces activités, l’avenir de la cité, la Ville a mis en et à l’animation du Conseil
elle souhaite transmettre les place un Conseil Communal des Communal des Jeunes ●

Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009 9


V iD
v re
o slsa i Veirl le
Jeunesse

Des activités pour bouger tou


Que ce soit lors des périodes scolaires ou pendant
les vacances, la Ville a mis en place un large dispositif
permettant aux jeunes de 12 à 17 ans de participer à toutes
sortes d’activités. Petit tour d’horizon des animations
proposées.

P our les accrocs du sport,


la Ville propose tout au long
de l’année des activités
après les cours, les lundis, mercre-
dis et vendredis. Les jeunes peuvent
ment des sorties au bowling ou au
cinéma pendant les vacances ».
La bourse « initiative jeunes »
s’adresse aux 14-25 ans. Elle permet
aux jeunes de développer un projet
y pratiquer l’escalade, le foot en personnel ou collectif (départ pour
salle ou encore le tir à l’arc. un voyage en autonomie, formation,
« C’est l’occasion de se défouler etc.). A travers cette bourse, la Ville
après l’école, explique Sébastien apporte une aide financière ou
Gautier, animateur au Service des matérielle, comme le prêt de tentes,
Sports, mais aussi de rencontrer de réchauds ou de VTT. Dans le même
d’autres jeunes du même âge et de esprit, la Ville souhaite favoriser les
découvrir des activités qu’ils n’ont pas projets qui s’attachent à améliorer
forcément l’habitude de pratiquer ». la vie des jeunes dans un quartier ou
Les différents clubs de jeunes, pré- à favoriser les échanges entre ses
sents dans les quartiers, proposent habitants.
eux-aussi des activités aux jeunes
de 11 à 17 ans. L’esprit est un peu Des étés animés s’être initiés et entraînés pendant une
différent : « Il s’agit vraiment de pur Chaque été, la Ville offre une large semaine, ils ont monté leur chapiteau
loisir, explique Rachel Dreno, direc- palette d’animations pour les jeunes dans les différentes villes qu’ils ont
trice du Club de Jeunes municipal de 12 à 17 ans. Elle met l’accent à visitées et ont réalisé, en compagnie
du Bourg : les jeunes viennent travers ces séjours sur la décou- de la troupe qui les encadrait, un véri-
quand ils veulent pour participer à verte de nouveaux horizons. table spectacle de cirque. Un spec-
des activités manuelles, des jeux de Certains jeunes ont ainsi participé tacle qu’ils ont pu présenter lors du
sociétés ou jouer au billard, au l’été dernier à un camp itinérant de Festival des enfants, à la Frébaudière,
baby-foot. Nous organisons égale- 15 jours sur le thème du cirque. Après en septembre dernier.

10 Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009


Interview
te l’année

3 questions à Louis Ramin,


adjoint à l’enfance, la jeunesse, la famille
et les affaires scolaires
Quels sont les grands axes de la politique de la Ville
dans le domaine de la jeunesse ?
La ville a une démarche éducative cohérente et ambitieuse auprès des
jeunes. En tant qu’animateur de la cité, nous œuvrons pour favoriser
tant la découverte de la vie pour les plus petits que l’insertion indi-
viduelle, collective et professionnelle des jeunes dans notre société.
On parle de valeurs, de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être. Mais
nous ne sommes qu’un des acteurs de la communauté éducative, avec
D’autres sont partis s’initier au surf les parents, l’école et le milieu associatif.
à Hossegor, au canoë et au VTT dans
Et en ce qui concerne les adolescents ?
la baie du Mont-Saint-Michel ou
encore à la plongée à la Trinité-sur- L’adolescence est une période de transition où les jeunes à la fois se
Mer. Les plus aventuriers sont même cherchent et cherchent leur place. Ils découvrent plus d’autonomie,
partis en séjour itinérant à la découverte plus d’indépendance. Cela engendre parfois des tensions plus ou
des villes impériales et du désert moins importantes entre les jeunes, leurs parents, le système édu-
marocains. Chaque année, des séjours catif et plus généralement, les adultes. Notre société a fixé un cadre
nouveaux sont proposés : « l’offre est et des règles : à nous de les accompagner, sans les assister, pour
renouvelée à 90 % d’une saison à
les aider à prendre leur envol. Ecoute, dialogue, règles de vie et espace
l’autre », explique Bernard Couraud,
de liberté sont les outils que nous utilisons pour y parvenir.
le directeur du Service Enfance
Jeunesse de la Ville. Certains jeunes peuvent poser des problèmes d’incivilité, quelle
Pour ceux qui sont restés à Orvault,
réponse y apportez-vous ?
le Service Jeunesse proposait un
stage de vidéo ou de Musique Oui, certains jeunes posent de véritables problèmes et transgressent
Assistée par Ordinateur, mais le cadre et les règles fixées. Cependant, je suis intimement persuadé
aussi des animations sportives. que la collectivité ne peut pas tout régler : si la cellule familiale ne joue
Au programme : tir à l’arc, escalade, pas son rôle, nous sommes voués à l’échec. Il n’est pas normal qu’un
VTT, roller ou encore accrobranche. enfant de 10 ou 12 ans soit dans la rue à deux heures du matin !
Enfin, ils ont pu profiter des soirées C’est tout le travail de prévention effectué par la ville et ses nombreux
organisées tout l’été dans les quar- partenaires dans ce domaine. Et quand la situation l’exige, quand les limites
tiers autour de tournois sportifs, de
sont clairement dépassées, la police et la justice doivent prendre le relais.
concerts et de barbecues dans une
ambiance festive et conviviale ● Mais il s’agit d’une toute petite minorité, même si elle est très visible.

Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009 11


Dossier
Jeunesse

Le Conseil Communal des


Jeunes nouvelle génération
Ils sont arrivés, un peu timides,
comme pour une rentrée des classes.
26 jeunes, âgés de 11 à 20 ans ont
été investis d’un nouveau mandat de
Conseiller Communal de la Jeunesse,
le 24 octobre dernier, dans la salle du
Conseil Municipal. Le CCJ, renouvelé
cette année à 70 %, est composé de
jeunes qui se sont portés volontaires
pour agir sur la vie de la cité.

Yann, le bourg construction du citystade. Le projet qui habitent le bas du quartier.


a été présenté en Conseil Nous proposerons également que
« Je commence mon troisième Municipal. Il a été accepté et le square destiné aux enfants soit
mandat au CCJ et cela me pas- le « citystade » a été inauguré en amélioré en leur offrant plus de
sionne toujours autant : le premier 2004 » possibilités de jeux. Nous aimerions
projet auquel j’ai participé a été le aussi qu’un skate-park soit construit
« citystade » de Plaisance. Nous
avons d’abord été à la rencontre
Nyes, Driss, Fabien dans le quartier et en intégrant le
et Fouad, Plaisance Conseil Communal des Jeunes,
des jeunes pour savoir ce qu’ils nous espérons pouvoir avancer sur
souhaitaient. Puis nous en avons « Participer au CCJ, c’est l’occasion tous ces projets ».
discuté au CCJ et nous sommes de faire changer les choses sur la
tombés d’accord sur une petite commune et surtout sur le quartier.
structure. Nous avons travaillé Nous avons déjà plusieurs projets
Emilie,
avec les services de la Ville et les à proposer, comme la création d’un le Petit Chantilly
entreprises en charge de la local pour tous ceux d’entre nous « Je m’étais inscrite la première
fois lors du mandat précédent, un
peu par curiosité : je voulais savoir
comment fonctionnait un conseil
Quel est le rôle du CCJ ? municipal. Cela m’a plu et j’ai tra-
vaillé à la réalisation du clip sur les
Sébastien Arrouët, Conseiller Municipal délégué incivilités qui a été distribué dans
à la politique de la jeunesse et l’animation du toutes les boîtes à lettres de la ville.
Conseil Communal des Jeunes. J’ai également participé à la
« Il s’agit d’un mini conseil municipal, relais des attentes création du blog du CCJ, mais le
des jeunes, qui réfléchit sur toutes les problématiques souvenir le plus fort reste notre
propres à la jeunesse. Le CCJ propose des solutions
concrètes, auxquelles les adultes n’auraient pas forcément pensé. Le CCJ n’est
visite au parlement européen
pas là pour faire beau : c’est du concret ! Un groupe de travail « Politique jeunesse de Strasbourg. Lors du prochain
de la Ville » a été mis en place. Aucune décision « Jeunesse » ne sera prise sans mandat, je souhaite m’investir dans
la participation active du Conseil Communal des Jeunes qui compte également le « pass jeunes » qui va être créé
deux autres groupes de travail : « Projets et actions » et « Centre de Ressources ». et dans la rénovation de la ferme
Pour tout savoir sur le CCJ : www.ccj-orvault.fr du Bignon ». (voir page 13) ●

12 Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009


Un espace « jeunes » bientôt
créé à la ferme du Bignon
Après deux ans de travaux, la ferme du Bignon places de cinéma, de certains
évènements sportifs ou encore
commencera une nouvelle vie en septembre 2009. Elle sur l’entrée au bowling.
accueillera alors un centre d’information et d’accompa- • le « pass asso » : il offrira une
gnement consacré aux jeunes de 15 à 25 ans. réduction sur les licences des
clubs de sport ou sur l’inscription
dans une association culturelle.

L e premier objectif de cette


structure est de fournir
aux jeunes Orvaltais un
centre de ressources documen-
taire sur l’emploi, la santé, l’orien-
le relais à d’autres structures,
comme l’ANPE ou la Mission
Locale, lorsque cela s’avérera
nécessaire.
• le « pass permis » : grâce à ce
pass, les jeunes Orvaltais pourront
avoir une réduction sur le prix des
leçons de conduite. En échange,
l'utilisateur s’engage à effectuer
tation professionnelle, les loisirs Le « pass » partout une action citoyenne autour de
ou le droit. « Le but est de per- trois grands axes : Investissement
Du format d’une carte bleue, le
mettre aux jeunes de trouver des associatif, Agenda 21 (développe-
« pass jeunes » sera mis en place
réponses aux questions qu’ils se ment durable et lien social) et
en même temps que l’ouverture du
posent , explique Anne-Gaëlle coopération internationale. Le
centre. Il permettra aux jeunes
Bachelier, la future responsable jeune devra être complètement
Orvaltais d’obtenir des réductions
de la structure. Le centre sera acteur de sa démarche.
sur les loisirs ou le sport, mais
labélisé « Point Information aussi d’être accompagnés dans • le « pass initiative » : il fonctionne
Jeunesse » et à ce titre, nous dis- des projets à caractère citoyen. sur le même principe que le
poserons de toute la documenta- « Nous essayerons de proposer un « pass permis ». En échange
tion que propose le Centre produit qui soit simple d’utilisation d’une action citoyenne, le jeune
Régional d’Information pour la et très attractif, sur le principe du peut être aidé dans un projet à
Jeunesse sur ces sujets ». donnant-donnant », explique caractère personnel (comme un
Le centre sera encadré par une Sébastien Arrouët, conseiller voyage culturel) ou humanitaire.
responsable et un animateur à municipal à la jeunesse et à l’ani- • le « pass ville » : il répertorie tous
plein temps. Il accompagnera les mation du Conseil Communal des les services gratuits ou proposés
jeunes dans leurs diverses Jeunes (CCJ). Ce « pass » se à des prix préférentiels aux jeunes
démarches comme écrire un CV déclinera en cinq volets : d’Orvault (piscine gratuite pendant
ou chercher un stage et passera les vacances, etc.) ●
• le « pass loisirs » : il permettra
d’obtenir des réductions sur les

Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009 13


V i v re l a V i l le Nouvelles entreprises
Économie Septembre 2 0 0 8
DESAPHIX CHANTAL Orthophoniste
149 Avenue Félix Vincent • PETIT CHANTILLY

Route de Vannes : SAINT YVES CONSULTING SISCO


Ingénierie, études techniques
10 Rue du Lion • BERTHELOTIERE

« trop de pub tue la pub ! » DOMICIL NET Service à domicile : soutien


scolaire, garde d’enfants, services ménagers
2 Rue du Printemps • GRAND VAL
LA CHARCUTERIE DU PETIT CHANTILLY
Charcuterie
147 Avenue Félix Vincent • PETIT CHANTILLY
DIRECTION REGIONALE PEUGEOT
Commerce d’automobiles
Cité Expandis – Immeuble Golden Gate
3 Rue du Mail • ZAC DU MAIL

Octobre 2 0 0 8
ADES INFORMATIQUE
Réparation, installation machines de bureaux
7-9 Rue Jean Rouxel • PENTECOTE
L’AMENAGEUR BIOCLIMATIQUE
Promotion immobilière d’infrastructure
15 Avenue du Capricorne • BERTHELOTIERE
CAP COULEURS
Enduit peinture ravalement, rénovation
1 Allée du Trieux • PLAISANCE
NERRIERE
Commerce spécifique pour économiser l’eau
et toutes prestations de services s’y
Les commerçants de la route de Vannes souhaitent voir le rattachant. 10 Rue Jules verne • FORUM
nombre de panneaux publicitaires diminuer sur cet axe, afin VANNIER JEREMIE JEAN FRANCOIS
MICKAEL
de redorer l’image de la plus grande zone commerciale de Vente sur internet de tous produits
multimédia. 9 Rue Charles Richet • BIGNON
l’agglomération. CHARCUTERIE
10 Rue Hubert de la Brosse • BOURG

A
« ujourd’hui dans un contexte
économique particulièrement
concurrentiel et difficile, les
entreprises souhaitent accroître leur
visibilité par tous les moyens et sou-
tiques, qui rendraient la signalétique
plus lisible, plus percutante et l’en-
semble plus esthétique. »

Limiter le nombre
LAKI NATURE
Vente à distance de cosmétiques et de
compléments alimentaires biologiques
14 Rue des Glénans • PETIT CHANTILLY
ACTILIS
Prestation de services en informatiques,
conseil, formation, assistance technique
vent au détriment de l’ensemble des de panneaux d’affichages 10 rue Jean Rouxel • PENTECOTE
commerces en présence », explique PAYSAGE SERVICES LOCATIONS
Nicolas Garnier, conseiller communau- En ce qui concerne les panneaux Entreprise de paysage, location de matériel,
taire à l’économie. publicitaires de 4 mètres sur 3, le pro- vente de végétaux
blème est plus compliqué à résoudre : 3 Allée du Don • PLAISANCE
La route de Vannes présente en effet DINECO
aujourd’hui un paysage plutôt anar- « Nous souhaiterions voir disparaître
Commerce de gros de fournitures
chique : des dizaines de panneaux une grande partie des panneaux d’af- et équipements industriels divers
publicitaires, des enseignes de toutes fichage, continue Bruno Laposta, mais 4 bis Chemin des Marais du Cens • PRAUDIERE

les tailles et de toutes les couleurs… une telle mesure dépend des villes sur BI NUMBER ONE
lesquelles ils sont implantés ». Achat et vente de fournitures et équipements
Une image que les commerçants vou- à tous commerces
draient bien voir gommée. Depuis Une situation dont Florent Thomas, 9 Avenue Félix Vincent • PONT DU CENS
plusieurs années, ils essayent de Conseiller Municipal délégué à la vie ADESTORE Vente de tous matériels
lutter contre cette pollution visuelle. économique, à la création d’entreprise, informatiques, électroniques
au commerce et à l’artisanat est 9 Rue Jean Rouxel • PENTECOTE
« Une grande majorité des commer-
çants est favorable à des mesures conscient : « Nous avons engagé une
Novembre 2 0 0 8
visant à limiter la publicité, explique réflexion en partenariat avec les asso-
SEA ROAD LOGISTIC
Bruno Laposta, co-président de l’asso- ciations de commerçants locaux et Organisation de transports internationaux
ciation des commerçants de la route nous envisageons de lancer des études 10 Rue Jean Rouxel • PENTECOTE
de Vannes. Ils sont prêts à enlever pour la révision du règlement local de GABRIEL DOMINIQUE Toilettage canin,
leurs enseignes trop visibles pour les publicité » ● vente de produits et d’accessoires
168 Route de Vannes • PLAISANCE
remplacer par des totems tous iden- FLJ CONSEIL Expertise sécurité conseil
aux maîtres d’œuvre et maîtres d’ouvrage
9 Rue des Marronniers • CHOLIERE

14 Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009


V i v re l a V i l le
Zapping

Festivités Culture

Illuminations Expo photos sur 2 ans de théâtre


de Noël Le théâtre de la Gobinière présente toute cette sai-
Comme tous les ans, son une exposition de photos réalisées par Stanis
la Ville a inauguré les festivités de Paysant. Des clichés qui
Noël par le lancement des illumi- retracent deux ans de
nations. Après les ours polaires spectacles, joués au
l’an passé, elles étaient placées théâtre de la Gobinière
cet hiver sous le signe du et à l’Odyssée, vus des
Canada. Et parce que le déve- coulisses. Le photo-
loppement durable reste une graphe, ancien comé-
préoccupation même pendant dien, s’est attaché à
les fêtes, tout l’éclairage était montrer l’envers du
composé de LED : des lampes décor lors des pièces de
à basse consommation ● théâtre ou des concerts
proposés par les deux
lieux de culture. Il a
Culture capté l’ambiance de
l’avant spectacle et l’a
Lire en fête rendu dans une superbe
Une foule d’amateurs de exposition ●
lecture était présente pour la
20e édition de « Lire en fête ». Sport
Le principe est simple : des livres
d’occasion sont vendus à tous Coupe de France de football
petits prix (de 50 centimes à 3 e) Plus de 1 500 spectateurs ont assisté au match de
par les bibliothèques de la Ville coupe de France Orvault/Carquefou. Un match difficile pour
et des particuliers. Cette mani- les joueurs orvaltais qui évoluent 2 divisions en dessous
festation était aussi l’occasion de leur adversaire. Les joueurs orvaltais n’ont pourtant pas
d’organiser une grande fête. démérité. Ils se sont inclinés de justesse 1 à 0 après
Deux spectacles, inspirés par des livres, et une fanfare afro- prolongation. Dans le cadre du développement durable, la
cubaine ont fait du bourg d’Orvault une grande bibliothèque Ville avait mis en place, en collaboration avec la Semitan,
festive à ciel ouvert, le temps d’une journée ● une navette reliant le bourg au stade ●

Sport

Grand prix hippique de la Ville


En clôture de la semaine des retraités, la Ville
présentait le grand prix de l’ORA (Orvault Retraite Active) à
l’hippodrome du Petit Port, le 19 octobre dernier. Plus de
90 Orvaltais ont parti-
cipé au déjeuner pro-
posé sur place, avant
d’assister à la course.
Sur une toute nouvelle
piste et sous les derniers
rayons de soleil de l’au- Décès
tomne, c’est Rocabar
Carlan qui l’a emporté, Jean Morice, adjoint aux affaires sociales et membre
au son du Bagad du Centre Communal d’Action Sociale de 1983 à 1995 est
d’Orvault ● décédé en septembre dernier à l’âge de 87 ans. Le Conseil
Municipal lui rend hommage et s’associe à la peine de
sa famille ●

Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009 15


V i v re l a V i l le
Histoire

Le moulin de la Fabrique

et la pénurie de carburant nous


oblige à passer à l’électricité ».

La fin des tournées


en campagne
Après la fin de la guerre, le nombre
d’agriculteurs sur la commune est
en forte diminution et ils sont de
moins en moins nombreux à conti-
nuer à faire leur pain eux-mêmes.
Les tournées se raréfient et le
moulin travaille de plus en plus avec
les boulangeries d’Orvault et même
de Nantes.
Il faut alors suivre les progrès
techniques : en 1965, un nouveau
bâtiment est construit pour la
fabrication des aliments pour
bétail, puis des silos à grain sont
La Fabrique, c’est un lieu-dit en contrebas du bourg, situé mis en place. Le moulin traverse
autour d’un petit étang. Mais c’est également le nom ainsi les années, au rythme des
d’un moulin qui a fonctionné pendant presque un siècle, avancées de la modernisation.
Mais pour pouvoir continuer son
fournissant de la farine aux agriculteurs d’Orvault et activité, le moulin devait s’agrandir.
des alentours. Il a tourné jusqu’en 1987. La configuration de la Fabrique ne
permettant pas cette évolution, sa
production reste modeste, compa-

D
rée aux usines qui se développent
ès 1889, la famille rement le bâtiment. Mais dès dans la région.
Guillaud, une famille de l’année suivante, il est reconstruit. En 1987, il faut bien se résoudre à
meuniers de père en fils En 1939, un camion, « le petit envisager la fermeture du moulin.
depuis plusieurs générations, Berliet » remplace les chevaux, François Guillaud, le dernier meu-
s’installe au moulin de la Fabrique. mais pour quelques mois seule- nier de la famille, part en retraite.
Celui-ci joue à l’époque un rôle ment : quand éclate la guerre, le L’outil de travail reste performant,
important dans la vie du monde véhicule est réquisitionné. Seul mais il n’y a plus aucun moyen
rural orvaltais : le pain est alors la reste alors le vieux « Panhard à d’agrandissement et l’entreprise
base de l’alimentation et les paysans gazogène » pour assurer les tour- est trop petite pour être reprise.
le font eux-mêmes. Ils ont donc nées. Au fil des années, le moulin Le personnel est donc reclassé
recours au meunier qui passe est modernisé. « Un moteur est dans d’autres moulins ou mis en
dans les fermes chercher le blé et d’abord installé, explique François préretraite et le 31 décembre 1987,
fournit en échange la farine pour le Guillaud qui a travaillé dans la la minoterie est définitivement
pain et la nourriture pour le bétail. minoterie familiale avant de la diri- arrêtée, après presqu’un siècle de
En 1903, un incendie détruit entiè- ger. Puis en 1940, la guerre éclate fonctionnement ●

16 Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009


V i v re l a V i l le

Succès des premiers


après-midi dansants
Près de 300 personnes ont afflué pour le premier après-
midi dansant organisé par Orvault Retraite Active et la
Ville, le lundi 6 octobre dernier. Un rendez-vous qui a
désormais lieu chaque premier lundi du mois. La Ville
a en effet la volonté de développer les animations en
direction des seniors.

O
Près de 300 personnes « Il a fallu tout organiser en s’ap-
rchestre en costume et puyant sur quelques bénévoles.
projecteurs de couleur,
au rendez-vous Notamment ceux de l’ORA et des
la salle de l’Odyssée Les habitués sont aussi présents. clubs de retraités du bourg et de
accueillait une foule de retraités Ils écument les après-midi dan- « Soleil d’Automne », explique-t-
d’Orvault et des villes alentours sants de la région, jusqu’à deux fois elle. Madeleine, 78 ans est là pour
pour ce premier rendez-vous dan- par semaine : « nous étions à donner un coup de main : « cela
sant. Beaucoup sont venus « pour Saint-Sébastien hier , explique m’amuse d’être là et puis je vois du
voir ». Et ils ne sont pas déçus. Françoise, et nous allons réguliè- monde », explique-t-elle en souriant.
André a amené une dizaine d’amis rement à Vertou ou même au Visiblement, la première fête a
et tous n’ont qu’un seul commen- Loroux-Bottereau ». La qualité de fait l’unanimité et les après-midi
taire : « c’est super ! » Un langage l’orchestre joue beaucoup dans la dansants suivants ont connu un
de jeunes pour des retraités qui réussite d’un après-midi dansant. succès croissant ●
retrouvent leur âme de 20 ans au Certains – un must - sont passés
son d’un bal musette. Pour Danièle chez Pascal Sevran et attirent tous
« l’idéal serait même d’organiser les amateurs de danse de la région. Les prochains rendez-vous
ces fêtes deux fois par mois ! ». Et Ce premier rendez-vous est une
Il n’y a pas d’après-midi dansant le lundi 5 janvier
Jacqueline ajoute « Nous sommes réussite : les organisateurs avaient
• 2 février : Sax Musette
là pour nous faire plaisir, mais prévu 220 billets, mais ce sont près
• 2 mars : Damien Ducelier
aussi pour rencontrer du monde et de 300 personnes qui affluent !
• 6 avril : Frank Franck Gergaud
se faire des amis ». Ces après-midi Monique Van Kéménade, adjointe
• 4 mai : Bella musica
répondent à une véritable demande aux seniors et aux liens intergéné-
des Orvaltais. rationnels, est à l’origine du projet. Le premier lundi du mois de 14h30 à 19h
à l’Odyssée (Bois-Cesbron).
Entrée : 8 e, brioche et une boisson comprise.
Contact : ORA 02 51 78 33 30

Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009 17


Vie des quartiers
Zoom

Les illuminés de la Bugallière

Comme chaque année, les habitants de la Bugallière pour admirer le spectacle. « Il y a


même eu des Belges qui étaient en
se mobilisent et font de leur quartier l’un des plus beaux vacances dans la région et qui sont
de France à l’occasion de Noël. Sapins, guirlandes passés voir les illuminations de la
multicolores, le quartier attire alors des centaines de Bugallière, sourit Patrick. Nous
avons alors eu l’idée de sortir une
curieux. A l’origine de cette aventure : quelques voisins table devant la maison pour offrir aux
motivés, dont Patrick Boudeau, l’un des « illuminés » passants un chocolat ou un verre de
vin chaud ».
de la Bugallière. Cette année, le Noël d’Orvault est
placé sous le signe du Canada.
Patrick a donc préparé des déco-

T ransformé en Géo Trouvetout


comme chaque hiver, Patrick
Boudeau s’attelle à préparer
les décorations de Noël dans sa
véranda convertie en atelier. Au total
que cela faisait sourire au début,
se sont mis eux aussi à décorer leur
maison. L’idée a fait boule de
neige et le quartier a commencé à
s’illuminer. Chacun donnait un
rations blanches et vertes, aux
couleurs de l’hiver canadien. Et
ses trois personnages grandeur
nature seront en accord avec le
thème : un trappeur, sa femme
presque un mois de travail pour pré- coup de main à son voisin pour tout dans un tepee et leur enfant
parer l’une des plus belles maisons préparer. décoreront le jardin, le tout sous
illuminées de la Bugallière. Car tout la lumière, évidemment.
est fait maison : Patrick s’occupe Des centaines Développement durable oblige,
des personnages qui illumineront de curieux Patrick a équipé toutes ses guir-
le jardin, des pères Noël en bois ou landes d’ampoules à basse
des animaux décorés de lumière et Mais le véritable déclencheur de cette consommation. « J’ai toujours fait
son épouse, Marie-Anne coud les ferveur a été la venue de TF1 : la attention à économiser l’énergie et
costumes. rumeur s’était répandue qu’une depuis quelques années, j’ai aban-
Tout a commencé il y a dix ans, avec équipe de la chaîne allait venir faire donné tout ce qui est consomma-
quelques guirlandes toutes simples, un reportage. Toutes les maisons teur d’électricité », explique-t-il.
tendues entre le toit et le sapin se sont alors illuminées pour l’ac- Aujourd’hui, Patrick et sa femme
planté dans le jardin. Puis Patrick cueillir. Le reportage est passé au sont plus motivés que jamais :
et sa femme se sont pris au jeu : journal de 13h et les habitants ont vu « tant que j’aurai la santé, je conti-
ils ont d’abord accroché quelques déferler une vague de curieux qui nuerai, juste pour voir les yeux des
guirlandes lumineuses et les voisins, venaient de tout le département enfants s’illuminer à leur tour » ●

18 Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009


Vie des quartiers
Brèves

Bois Raguenet Bourg - Secteur rural

Organisée par la Ville


en collaboration avec de
nombreuses associations,
l’édition 2008 du Téléthon
s’est tenue à la salle de
l’Odyssée, le 5 décembre
dernier. Un grand dîner
spectacle a été le temps fort
de ce Téléthon orvaltais.
Au programme : apéritif
animé, repas spectacle et
Fest-noz pour terminer la
soirée ●

L’ARBR organisait un concert de jazz samedi 22 novembre Cholière


avec deux groupes à l’affiche : PENTA TONIK, une formation
de jeunes musiciens talentueux âgés de 14 et 15 ans puis le
trio AU BONHEUR DES GAMMES. Cette soirée s’est
terminée par un « bœuf » avec tous les musiciens
sur scène pour le plus grand plaisir du public ●

Bois Saint-Louis

L’association des Amis du Bois-Saint-Louis et du Val


d’Or organisait une fête en plein air le 24 octobre dernier.
Au programme : châtaignes grillées et chocolat antillais
(cannelle, muscade,
citron vert). Une centaine
de personnes dont de Le collectif Cholière organisait son arbre de Noël,
nombreux enfants ont le 13 décembre dernier. Sous le chapiteau mis en place
participé à ce rendez- par la mairie, les parents ont pu se restaurer tandis que
vous d’automne qui a les plus jeunes participaient à l’élaboration des décorations
rassemblé les habitants du sapin. Ils sont tous repartis avec un petit cadeau ●
au-delà du quartier ●

Praudière

Depuis octobre dernier,


l’association CALIOP a mis en
Petit-Chantilly place un atelier créatif « scrap-
booking ». Ce loisir créatif
Le club des retraités du Petit Chantilly organisait consiste à donner de la vie et de
le 12 décembre dernier son exposition-vente de Noël : l’originalité à vos albums photos.
broderies, dentelles, vannerie, tricots, poupées… C’est une façon agréable et
de quoi trouver son bonheur en vue du passage divertissante de mettre en valeur
du Père Noël ● vos clichés ●

Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009 19


Démocratie
Expression de l’opposition

Que cache l’annonce de hausse


des impôts à Orvault ?
Madame, Monsieur, commune et les finances saines ? ments à loyers abordables…
Cher-e-s Orvaltais-e-s, On est maintenant en droit de se Enfin, pour améliorer la gestion
Orvault et les Orvaltais demander si on n’a pas délibéré- communale et dégager de nou-
n’échappent pas à la crise. Comme ment caché la situation financière velles marges de manoeuvre, nous
partout ailleurs, la crise écono- délicate de la ville au moment des proposons à nouveau que l’on
mique commence à faire sentir ses élections municipales de mars enclenche des changements pro-
effets à Orvault. dernier ? Les Orvaltais peuvent se fonds. Il est urgent de faire un diag-
Dans ce contexte économique et sentir légitimement trompés. C’est nostic énergétique de tous les
social difficile, nous avons appris pourquoi, nous en appelons solen- bâtiments communaux pour envi-
avec stupeur que le maire allait nellement au maire pour qu’il sager des travaux d’isolation. Cela
proposer au conseil municipal tout revienne sur cette annonce. Vous permettra de gagner des écono-
à la fois une hausse des impôts pouvez d’ores et déjà compter sur mies durables sur le dépenses de
locaux et une baisse des services nous pour refuser toute hausse des fioul ou de gaz. Et cela donnera du
aux Orvaltais. impôts pour 2009. travail et de l’activité aux entre-
Enfin, nous n’acceptons pas que les prises du bâtiment qui souffrent
Cette annonce est incompréhensi- Orvaltais subissent deux fois les particulièrement de la crise
ble en temps de crise. Alors que le conséquences de cette mauvaise actuelle.
revenu de toutes et tous stagne ou gestion en voyant les services aux Je profite par ailleurs de cette
baisse, comment supporter une habitants être réduits ou suppri- petite tribune pour saluer Olivier
hausse aussi forte des impôts més. Au-delà du devoir de trans- Bessin, qui avait été élu au conseil
locaux ? A cette première injustice parence et de vérité auxquels municipal sur la liste que je condui-
s’en ajoute une autre : cette hausse l’équipe du maire devrait se sou- sais en mars dernier. Pour des rai-
des impôts va s’accompagner d’une mettre, nous souhaitons que des sons professionnelles, il a décidé
baisse des services aux habitants priorités soient clairement définies. de partir à Strasbourg. Nous ne
pour cause d’incapacité budgétaire. Il nous semble que la priorité doit doutons pas que ces talents trou-
aller à la solidarité : solidarité avec veront à s’y exprimer et espérons
Cette annonce est également cho- celles et ceux qui souffrent de la le revoir bientôt à Orvault ! C’est
quante. Où sont passées les pro- crise, solidarité avec les plus âgés donc Jean-Marc Pansard qui sié-
messes de campagne (qui parlaient d’entre nous et solidarité avec les gera maintenant au conseil muni-
de zéro hausse des impôts) pour- familles. Les services organisés par cipal. Vous pouvez compter sur lui.
tant vieilles de moins d’un an ? la commune doivent être garantis
En cette fin d’année 2008, je sou-
Quelle valeur a la parole publique dans tous ces domaines : portage
haite à toutes et à tous de bonnes
si elle peut être bafouée de la de repas à domicile, soins infir-
fêtes et une heureuse année 2009.
sorte ? Que valaient enfin les miers, accueil de la petite enfance,
grandes déclarations d’autosatis- conditions de réussite dans les François DE RUGY
faction sur la bonne gestion de la écoles, centre de loisirs, loge-

20 Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009


Démocratie
Expression de la majorité

Soutenir, accompagner, anticiper


et prévenir : les maîtres mots
de notre politique sociale
Le contexte économique dimension, la ville doit s’attacher à de soins infirmiers à domicile ou
mondial particulièrement défavo- rendre cohérentes les actions des encore le portage des repas.
rable creuse encore plus les inéga- différents partenaires et à favori-
lités entraînant une plus grande ser les solidarités. Dans sa seconde Au-delà de sa compétence sociale,
précarité sur des populations par- dimension, elle constitue un cen- la municipalité apporte une
ticulièrement exposées. Le travail, tre de ressources pour l’écoute, la réponse transversale avec des
la santé et le logement sont les prise en charge, l’orientation et la solutions qui relèvent du sport, de
principales clés d’une bonne inté- résolution des précarités. la culture, de l’urbanisme, du
gration dans la société. Des évolu- transport… Elle s’appuie également
tions majeures, notamment le lan- La politique sociale se décline au sur la proximité des habitants et
cement du Revenu de Solidarité quotidien. Elle doit également per- d’un réseau associatif riche et fort
Active, devraient permettre à des mettre aux différentes popula- de compétences spécifiques. La
publics en marge du marché du tions, personnes en situation de ville intervient alors au travers de
travail de retrouver leur place dans handicap, d’isolement, de chô- subventions aux associations. Elle
le monde de l’emploi et dans la mage, ou encore connaissant des anime, coordonne, informe et
société. Le RSA a également voca- problèmes de santé, de nouer le oriente les publics en fonction de
tion à réduire le nombre de travail- dialogue. Il s’agit alors de travail- leurs besoins.
leurs pauvres. ler sur la différence et la dimension
Dans le domaine du logement, la loi intergénérationnelle pour amélio- Notre politique sociale vise avant
relative à la Solidarité et au rer la compréhension et le partage tout à créer les conditions d’une
Renouvellement Urbains imposant des difficultés entre les plus grande autonomie. Il s’agit
aux villes la création d’un minimum générations. bien « d’apprendre à faire » plus
de 20 % de logements sociaux, l’ap- que « faire à la place ». Pour
plication du droit opposable au Nous nous devons également de atteindre cet objectif, nous utilisons
logement, ainsi que les mesures prendre en compte l’allongement tous les moyens dont nous pouvons
pour faciliter l’accession à la pro- de la durée de vie avec le souhait disposer. Contribuer à l’épanouis-
priété constituent de réelles avan- exprimé par nos aînés de rester à sement de la personne et au
cées pour que tout le monde puisse domicile le plus longtemps possi- « mieux vivre ensemble », n’est ce
au minimum bénéficier d’un toit et ble. Ceci suppose donc des services pas là l’objectif de toute mission
de conditions de vies décentes. adaptés que nous mettons en sociale ? ●
Sur le front de la santé, l’état tra- œuvre à Orvault comme le service
vaille activement pour améliorer
l’accès aux soins et la couverture Groupe de la majorité municipale,
des plus modestes. rassemblant les élus du centre, de la droite et les non-inscrits

Ainsi, dans une telle conjoncture,


NDLR : extrait du Débat d’Orientation Budgétaire diffusé
la collectivité doit jouer son rôle de
le 28 novembre aux élus de la majorité et de l’opposition.
proximité. Pour répondre à l’en-
semble des besoins, la Ville « Compte tenu des objectifs que la ville s’est fixée pour offrir des
d’Orvault propose une politique services de qualité, (…) et aussi pour répondre aux besoins nouveaux
sociale sur deux axes : penser glo- notamment de proximité, il est envisagé pour 2009, d’actualiser
balement l’ensemble des problé- les taux des trois taxes (taxe d’habitation, taxe sur le foncier non bâti
matiques sociales et agir en consi- et taxe sur le foncier bâti), à un niveau proche de l’inflation ».
dérant l’individu. Dans sa première

Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009 21


Loisirs
Culture

© Crédit photo : Olivier Metzger.


X a v i e r M e r le t , e n j a n v i e r
a u T h é â t re d e l a G o b i n i è re

D’une scène à l’autre


Il fait partie des jeunes chanteurs qui montent sur la scène En avant-première
régionale… Après deux premiers albums salués par la cri- à Orvault
tique, il revient avec un nouveau spectacle. Xavier Merlet Le spectacle sera mis en scène
avec la complicité du chanteur Fred
sera sur la scène du Théâtre de la Gobinière les 15 et 16 Radix, dont on a pu récemment
janvier prochains pour le présenter en avant-première. apprécier le talent à l’Odyssée à
travers le spectacle d’Amélie-Les-
Crayons qu’il avait déjà dirigé.

À
Dans le cadre de sa résidence,
la frontière du café-théâ- qui produit son 1er album Je n’adul- Xavier Merlet a reçu un groupe de
tre et du concert, difficile terai pas en 2002. jeunes handicapés au théâtre de la
de qualifier les spectacles Depuis cette date, il enchaîne les Gobinière et il est allé à la rencon-
de Xavier Merlet. Mais ce qui est scènes et les festivals de la région, tre des Orvaltais dans les quartiers,
sûr, c’est que ça marche ! Depuis faisant notamment les premières lors des soirées Mélomanies
ses débuts, ce jeune auteur, com- parties de Laurent Voulzy, Cali et consacrées à Charles Trenet. Il a
positeur, interprète vendéen aime Jeanne Cherhal… Et trouve encore également travaillé avec des
mélanger les genres. De ses jeunes le temps de sortir un second album enfants des écoles de la ville afin
années, il conserve la passion Du point d’vue d’la mouette en d’enregistrer deux chansons sur un
pour le théâtre. 2005, mélange de chansons à CD qui paraitra prochainement.
textes traitant de sujets graves ou De ce passage, Xavier Merlet garde un
légers, avec humour et beaucoup très bon souvenir : « le cadre est très
Repéré et produit d’autodérision. Des histoires du agréable, la scène est à taille humaine.
dans la foulée quotidien mâtinées de guitares J’apprécie vraiment le contact direct
La musique, il y arrive un peu plus manouches et colorées à avec le public ». Et l’artiste a déjà prévu
tard : première guitare à 16 ans. l’accordéon. de revenir en janvier, après quelques
« J’ai appris tout seul. J’ai com- Mais c’est avant tout sur scène que répétitions dans d’autres salles de la
mencé à écrire mes propres textes. son spectacle prend toute sa région, pour peaufiner la mise en
Je jouais mes compositions devant dimension. Car Xavier Merlet ne se scène de sa dernière création. Un
ma famille et mes amis ». Des contente pas d’enchaîner les chan- spectacle à découvrir en avant-pre-
proches qui, convaincus de son sons : il les interprète, les incarne, mière les 15 et 16 janvier avant d’en-
talent, le poussent à participer au se glissant dans la peau de ses per- tamer une tournée qui l’emmènera à
tremplin de musique des Herbiers sonnages. Et prend un malin plai- travers toute la France ●
en 2002. Et là : il remporte le 1er prix sir à surprendre le public, avec la Plus d’informations sur son site
et il est repéré par B.A.ba Music, complicité de ses musiciens ! www.xaviermerlet.com.

22 Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009


Loisirs
Sport

Va l é r i e M a g u e u r , co u re u s e e n g a g é e

Elle court, elle court,


la gazelle…
Plusieurs fois par semaine, Valérie Magueur,
professeur de français, range ses cours pour
enfiler une paire de running. Les chemins de
la Vallée du Cens sont un terrain d’entraîne-
ment idéal. En avril prochain, changement de
décor : elle sera sur les pistes sablonneuses de
l’Afrique pour participer à la Sénégazelle, une
magnifique course humanitaire.

Q u’est ce qui peut bien faire


courir Valérie Magueur ?
Avant tout, le plaisir : « On
est vraiment gâté à Orvault, avec la
Vallée du Cens juste à côté, précise
foudre. J’ai toujours
voulu faire quelque
chose de concret dans
l’humanitaire. Et en plus
je ne connais pas encore
cette professeur de français au l’Afrique. J’ai réussi à
lycée La Colinière à Nantes. convaincre une collègue
Je cours régulièrement avec mon de m’accompagner ».
mari. On participe ensemble à Elles formeront l’équipe des implication des écoles primaires,
des courses ». Ils ont déjà plusieurs « Gazelles de la Col ». Avec comme intervention dans les clubs de
marathons à leur actif : le Mont objectif : parcourir les 5 étapes, cross… Convaincue de l’intérêt de
Saint-Michel en mai dernier, longues d’une dizaine de kilomètres, cette initiative, la mairie d’Orvault
La Rochelle, Paris ou encore en course à pied ou en randonnée. a aussi décidé de la soutenir
Londres… Un challenge sportif très motivant financièrement.
mais l’essentiel reste l’action
Une course humanitaire. Une mobilisation
Pour participer, chaque « gazelle» générale
100 % féminine doit en effet emporter des fourni-
Depuis quelques semaines, cette tures scolaires (environ 35 kilos) « Tout le monde est très motivé, se
maman de 3 ados (2 garçons et qu’elle distribuera dans les écoles réjouit-elle. Jusqu’à mes enfants !
1 fille) a une motivation supplé- visitées. « Ce sera aussi l’occasion L’aîné de mes fils veut même réali-
mentaire : préparer sa participation pour nous de découvrir une nouvelle ser un site internet. J’ai été vraiment
à la 11e édition de la Sénégazelle, culture. L’Afrique est un continent surprise par l’ampleur de cette
du 9 au 17 avril, dans la région de fascinant. Une belle aventure mobilisation. Dès les premières
Djofior, à 150 km au sud de Dakar. humaine en perspective ! » Elle semaines, j’avais déjà pratiquement
Et cette fois-ci, ce sera sans son compte en faire profiter ses élèves récolté mon quota de fournitures ! »
mari : cette course, alliant perfor- en travaillant avec eux autour du Gonflée à bloc par toute cette éner-
mance sportive et action humani- thème de l’ouverture aux autres et gie, elle n’est pas prête de s’arrêter
taire, est exclusivement féminine ! de l’intégration. Elle a également de courir… ●
« Quand j’ai découvert cette plein d’autres idées pour faire Informations sur
épreuve, cela a été un vrai coup de vivre son projet sur la commune : www.senegazelle.fr.

Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009 23


Visage de Ville
Portrait

Céline Baranger

Rêves de carton
Il n’y a pas d’âge pour imaginer et fabriquer des
objets en carton. Habitante de la Bugallière,
Céline Baranger a décidé de voir plus grand et
d’en faire son métier. Canapés, commodes, tables,
miroirs, luminaires… Dreamdéco vient d’ouvrir ses
portes sur un rêve devenu réalité.

T out vient à point à qui sait


attendre. « J’avais depuis
longtemps envie de créer
mes propres meubles. Mais, si
j’aime bien apprendre par moi-
est d’ailleurs toujours en place
dans la chambre de son fils.
« Si bien que je n’ai plus arrêté ! ».
Une table de chevet, une commode,
une bibliothèque destinée à la
entreprise, et laisse derrière elle
ses métiers d’infirmière et d’opti-
cienne. Sa première cliente ? Une
boulangerie de Basse-Goulaine
qui a craqué sur une de ses malles
même, j’étais freinée par le coût halte-garderie La Farandole… au salon Créativa pour l’installer
du bois et de l’outillage ». Céline Céline multiplie rapidement meubles dans sa vitrine.
Baranger a finalement le déclic et objets pour son entourage, Mais au fait, le carton, c’est si solide
lorsque, durant son congé maternité, dessinant et fabriquant tout de A que ça ? « Le siège à bascule que
elle tombe sur un reportage télé à Z. j’ai créé a supporté les 100 kg ! »,
présentant du mobilier fabriqué sourit Céline. « Je ne travaille
en… carton ! « Livres, internet… Sa petite entreprise qu’avec du carton d’emballage à
Je me suis alors documentée et À 29 ans, cette jeune maman de double cannelure que je récupère
je me suis lancée ». Et sa première deux enfants se lance et décide de dans les entreprises. Ensuite, je
pièce est une réussite : le canapé transformer son passe-temps en réalise une ossature en emboîtant
autant de panneaux que nécessaire,
que je peux ensuite peindre, rem-
bourrer, recouvrir de papiers,
d’aluminium ou tout simplement
laisser brut et vitrifier. En fait, ce qu’il
y a de bien avec le carton, c’est qu’on
peut se lâcher et laisser parler son
imagination ! » ●

Pour en savoir plus sur


Dreamdéco (réalisations,
commandes, stages adultes
et enfants) ou lui proposer
des cartons d’emballage :
Céline Baranger :
06 89 11 71 62,
dreamdeco@yahoo.fr

24 Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009


D é v e lo p p e m e n t d u r a b le

Eco(lo)nomisons

Illustration H. Bareau / ADEME extraite du guide ADEME «Rénover sans se tromper».


l’énergie à la maison !
L’ère de l’énergie bon marché est désormais
révolue ; il est temps de se tourner vers les
énergies renouvelables et surtout d’en faire
l’économie : l’énergie la moins chère est tou-
jours celle que l’on ne consomme pas !

L e chauffage représente les


2/3 des besoins en énergie
d’un logement. La pre-
mière chose à faire pour l’écono-
miser est donc de renforcer l’iso-
parois froides et les déperditions de
chaleur.
Pensez aussi à revoir votre isola-
tion de façon globale, de manière
à ne pas créer de ponts thermiques
Deux chiffres

• 90% de l’énergie consommée par


un lecteur DVD l’est en mode « veille »
lation de son habitation. (points de perte de chaleur) qui se • 1 centrale nucléaire :
Pour cela, retenez que le meilleur situent toujours aux points de le remplacement de toutes les
isolant, c’est l’air sec et immobile. jonction des différentes parties de ampoules à incandescence de France
Le but des matériaux d’isolation est la construction (nez de planchers, par des lampes basse consommation
de retenir cet air afin d’éviter les linteaux au-dessus des ouvertures ou des LED permettrait de supprimer
etc.) 1 centrale nucléaire.
Consommation énergétique Des gestes simples peuvent per-
d’un logement en France mettre d’économiser beaucoup
d’énergie : remplacer des ampoules Quelques rendez-vous :
1974 372 kwh/m2/an
à incandescence dans les pièces de
2003 245 kwh/m2/an vie par des lampes économiques ou • 18 janvier 2009 à 15h : visite
2008 250 kwh/m2/an LED, laisser entrer la lumière dans de la ferme du Bignon, bâtiment municipal
Règlementation 2005 les pièces orientées au sud sont restauré selon les normes HQE (Haute Qualité
pour la construction 85 kwh/m2/an des actions faciles à entreprendre. Environnementale). Renseignements et
d’habitat neuf inscriptions Serre Ondine.
Alors, on s’y met quand ? ●
• 20 janvier 2009 : Conférence
Et l’Agenda 21 ? sur l’habitat sain. Serre Ondine.
• 22 mars : Journée Mondiale
1 • la diffusion de l’information auprès des habitants pour de l’eau.
leur projet de construction / rénovation écologique
• 8-19 mai 2009 : Floralies,
A cette fin, une permanence gratuite ENERGIE sera mise en place opération auprès des écoles
en 2009 en vue d’accompagner les particuliers ayant un projet de « les petits jardins naturels »
construction ou de rénovation. Ecopôle.
2 • La mise en œuvre de l’éco construction dans la plupart
des programmes d’urbanisme municipaux
Un audit énergétique global vient d’être conduit par un bureau
d’études spécialisé sur l’ensemble du patrimoine bâti de la commune. En savoir plus :
Ainsi, la consommation générale des bâtiments est de 13,2 GWh/an, ce qui corres- • Deux sites internet :
pond à une moyenne de 123 KWh/m2/an. Ces résultats montrent que les bâtiments www.ademe.fr
communaux sont pour la plupart assez bien classés en termes de diagnostic de www.voizo.fr
performance énergétique : 40 % d’entre-eux consomment moins de 100 KWh/m2/an.
• Un magazine :
De cet audit va découler à présent un plan pluriannuel de travaux afin d’améliorer
« La maison écologique »
les performances énergétiques des autres bâtiments communaux.
disponible à la Serre Ondine.

Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009 25


Construire la ville

INTERVIEW
PLU : bilan un an a
Monique Maisonneuve, À travers ce PLU, la Ville réaffirme sa volonté de
adjointe à l’aménagement, préserver son identité et de garantir une intégration
au développement durable, harmonieuse des nouvelles constructions dans leur
à l’urbanisme et aux affaires environnement.
foncières et à l’agriculture.
« Le Plan Local d’Urbanisme a été Superficies du POS au PLU
voté par Nantes Métropole en 2007. Il
est le prolongement du Plan POS 1995 PLU 2006
d’Occupation des Sols. Comme son Zones urbaines mixtes 610 ha 629 ha
prédécesseur, il régit les possibilités Zones d’activités 196 ha 258 ha
de construction et d’usage des sols.
Zones naturelles et de loisirs 645 ha 672 ha
Il n’est pas plus permissif que le PLU
en termes de droit de construction : Zone agricole 1 130 ha 1 105 ha
les immeubles qui ne pouvaient pas Zones d’urbanisation future 203 ha 120 ha
être construits sous le POS ne le pour- Superficies totale de la commune 2 784 ha
ront pas non plus avec le PLU. Il existe
une règlementation stricte qui limite
la hauteur du bâti selon l’endroit où il A NN
zone agricole durable à protéger en
est implanté (voir le plan) et tout pro-
jet de construction doit être déposé au
A raison de leur potentiel agronomique,
biologique ou économique.
NNs
service urbanisme de la mairie. La Ville
veille alors à ce qu’il s’intègre harmo-
nieusement à son environnement ».
NH zone naturelle accueillant des
constructions isolées exis-
tantes à la date d’approbation du PLU.
NH
Philippe Martial, Possibilité d’extension de 50 m2 de SHON
architecte urbaniste au CAUE pour l’habitat et 150m2 pour l’activité.
(Conseils d’Architecture,
d’Urbanisme et d’Environnement)
zone de
de Loire Atlantique. NN et NNs protection
des espaces naturels d’intérêt paysager ou
« Orvault a la chance d’avoir su pré-
server un véritable bourg traditionnel, écologique. Le sous secteur NNs protège
avec son église et sa mairie. Il n’est
les milieux naturels sensibles d’intérêt
UC 1AU
écologique.
pas dilué dans un secteur pavillon- U
naire, contrairement à beaucoup de UBb
villes de banlieue. Le nord de la com- zones d’activités économiques NX
mune est lui extrêmement végétalisé : UE destinées a recevoir des com-
merces services bureaux activités légères
la campagne orvaltaise est l’une des
et artisanat, ainsi que des constructions
plus importantes de l’agglomération. et installations nécessaires aux services
Quant au sud, c’est là que se concen- publics ou d’intérêt collectif. UE
trent le plus d’habitations. Le PLU vise
à densifier les zones déjà urbanisées,
tout en gardant des espaces verts, afin
d’éviter l’étalement des habitations NX Zone naturelle où l’usage agricole
n’est pas garanti au-delà de ce PLU.
sur l’espace naturel. D’autre part, le
CAUE a fait un recensement de tous
les éléments patrimoniaux de la
commune à protéger » ● UH Zones urbanisées essentiellement constituées de « tours et de
barres ». Dans la majorité des cas ces quartiers font l’objet d’opé-
ration de revitalisation qui pourront entrainer des démolitions, des construc-
tions nouvelles ou des changements d’affectation permettant une mixité des fonc-
tions mal assurée jusqu’à présent.

26 Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009


près sa mise en place
Bilan des autorisations délivrées Les zones urbaines à vocation d’habitat :
depuis le PLU Les règles proposées
Objectif de la zone En bande Constructible Principale “Côté jardin”
126 permis de construire dont : Implantation par rapport aux limites séparatives Implantation par rapport
(vue de face) aux limites séparatives
• 33 pour 41 maisons individuelles
• 2 pour collectifs (9 et 18 logements) UA Un retrait minimum de 3 m
• 12 pour activité économique par rapport aux limites
• 79 pour extension d’habitation Conserver la forme séparatives.
supérieure à 20 m2 du centre autour d’un front Une implantation en limite
• 249 Déclarations préalables bâti continu en alignement En continu d’une limite à l’autre. séparative est autorisée si la
pour extensions inférieures à 20 m2, de voie et permettre hauteur de la construction
modification de façade ou division le renouvellement urbain. n’excède pas 3,20 m.
de terrain.

En retrait de 3 mètres d’un côté.


Une hauteur maximale de 10 mètres à l’égout du toit.

UBa Un retrait minimum de 3 m


1AU
d’aménagement.
Zone d’urbanisation
future avec orientation Optimiser
les constructions
par rapport aux limites
séparatives.
Une implantation en limite
• Règlement des zones UB tout en permettant En continu d’une limite à l’autre. séparative est autorisée
• Minimum 20% de logements l’évolution du tissu
sociaux si la hauteur de la
existant. construction
• Habitat-services-petits
commerces-équipement publics. n’excède pas 3,20 m.

En retrait d’un côté, supérieur ou égal à la moitié de la hauteur


de la construction, avec un minimum de 3 mètres.
Une hauteur maximale de 10 mètres à l’égout du toit.

UBb et UBc Un retrait minimum de 3 m


(6m en UBc) par rapport aux
Pérenniser la forme limites séparatives.
du tissu pavillonnaire Une implantation en limite
existant. En continu d’une limite à l’autre. séparative est autorisée si la
hauteur de la construction
n’excède pas 3,20 m.

En retrait d’un côté, supérieur ou égal à la moitié de la hauteur


UA de la construction, avec un minimum de 3 mètres.

UBc

En retrait de chaque côté, supérieur ou égal à la moitié de la hauteur


UBa de la construction, avec un minimum de 3 mètres.
Une hauteur maximale de 9 mètres à l’égout du toit (6 mètres en UBc).

UC Pas de bande constructible


Conserver le caractère secondaire.
de village. Un retrait minimum de 3 m
par rapport aux limites
En continu d’une limite à l’autre. séparatives.
Une implantation en fond
de terrain est autorisée si la
hauteur de la construction
n’excède pas 3,20 m.
En retrait d’un côté, supérieur ou égal à la moitié de la hauteur
de la construction, avec un minimum de 3 mètres.
UH

Orvault Magazine • N°39 • Janvier / Février / Mars 2009 27