Vous êtes sur la page 1sur 20

Le journal indépendant de l’Université d’Ottawa

Édition du 20 septembre 2010 – Volume LXXVIII No 3

Rentrée stressante Études des femmes


Pour beaucoup d’étudiants, le début des Une chercheuse conteste le
cours s’accompagne d’angoisse non-renouvellement de son
et de nervosité à l’idée de contrat de titulaire de la
s’adapter à une nouvelle Chaire conjointe en études
La Rotonde vie. | P. 5 des femmes. | P. 4

EXCLUSIF Célébrer la fierté franco-ontarienne

Assurance santé : La Semaine franco-ontarienne se


taille une place de choix parmi les
manifestations culturelles de l’automne.

Chronologie d’un débat Un fourmillement d’activités, autant à


l’U d’O que partout dans la région, s’offre
aux citoyens et étudiants jusqu’au 25
septembre. Le lys et le trille seront aussi
le thème d’un énorme spectacle prenant
lieu afin d’honorer les 400 ans d’histoire
des Franco-Ontariens.
» Articles en pages 10 et 13

La Rotonde poursuit son enquête sur le changement du courtier d’assurance de la FEUO.


Désignation d’un courtier dès avril, contrôle d’information et relations d’exclusivité entre
assureur et courtier… Peut-on maintenant parler de scandale? | PP. 2 et 3

Éditorial » Sortez les bouteilles réutilisables, l’eau embouteillée n’est plus une option | P. 19

Sports Arts et culture


Dans cette édition :
À l’aube de la rentrée des Gee-Gees, trois nouveaux
entraîneurs font leur entrée sur la scène des sports » Place à la francophonie ontarienne | PP. 10 et 13
universitaires à l’U d’O. Jean-Philippe Asselin
» Critique de théâtre : Magasin général | P. 11
remplacera Denis Piché au poste d’entraîneur-chef
au football, le jeune James Derouin prendra les » Ricky Laurent, un musicien à découvrir | P. 11
rênes de l’équipe de basketball masculine, tandis que » Exposition de photographie journalistique | P. 12
Yanick Evola misera sur son expérience pour diriger
l’équipe de hockey féminine. | P. 14 » Calendrier culturel | P. 13
le 20 septembre 2010

Catherine Cimon
Isabelle Larose
actualites@larotonde.ca

Régime d’assurance de la FÉUO


Actualités
Allures de scandale
Au printemps dernier, la FEUO signait une lettre désignant Morneau Sobeco comme nouveau courtier d’assurance santé et dentaire de la Fédération
étudiante, plutôt que de renouveler le contrat du Groupe financier Major avec lequel elle faisait affaire depuis 2007. Notre journaliste Isabelle Larose
présente les faits de ce dossier qui continue de soulever plusieurs questions.

Février 2009
L a  Rotonde a obtenu une copie de la lettre signée Trois-Rivières, février 2009. beco avec l’assureur Green Shield, et
L’Association générale des étu- met la main sur le contrat. Le même

par l’ancienne vice-présidente aux finances qui montre diants de l’Université du Québec à
Trois-Rivières lance un appel d’of-
scénario se répète à l’Association
facultaire étudiante des sciences

que, dès le 20 avril dernier, les cartes étaient jouées et le fres pour trouver un nouveau cour-
tier d’assurances. L’ancien courtier
humaines de l’Université du Québec
à Montréal, où le Groupe financier

nouveau courtier, choisi. Ajoutez à cela des partenariats de la FEUO, le Groupe financier
Major, se lance dans la course et fait
Major sort gagnant du processus
d’appel d’offres contre Morneau So-

entre le courtier Morneau Sobeco, l’assureur Green Shield une analyse de marché en contac-
tant plus d’une dizaine d’assureurs
beco et l’assureur Green Shield.
Fait intéressant, Green Shield

et la division des services de la Fédération canadienne des pour obtenir des soumissions. Il
contacte l’assureur Green Shield
est l’assureur de toutes les asso-
ciations étudiantes membres du

étudiantes et étudiants (FCEE), un contrôle de l’information pour connaître ses propositions,


mais ce dernier refuse de soumis-
Réseau-santé étudiant national. Ce
réseau a été créé par la division des

de la part de l’exécutif et l’expérience des autres universités sionner. La raison? Une relation
privilégiée entre Green Shield et le
services de la FCEE, fédération à
laquelle la FEUO est affiliée depuis

dans le domaine de l’assurance pour obtenir le récit courtier Morneau Sobeco. Dans un
courriel daté du 27  février 2009
2008. Puisque Green Shield est lié
à la fois à Morneau Sobeco et à la

chronologique d’un changement de courtier qui prend des dont La Rotonde a obtenu copie, un
employé de Green Shield écrit noir
FCEE, l’existence d’un lien entre
Morneau Sobeco et la FCEE semble

allures de scandale. sur blanc l’existence d’un « partena-


riat » : « Nous sommes en relation
logique. Toutefois, toute relation
entre les deux organisations a été
avec Morneau Sobeco en ce qui a niée par Ian Bokyo, coordonnateur
trait au marché étudiant canadien. des campagnes de la FCEE et des
Cette relation […] est établie depuis relations gouvernementales, dans
maintenant quelques années, donc un article paru dans The McGill Tri-
nous avons d’abord envisagé de bune en février 2009. Ce lien avait
simplement décliner votre invita- été soupçonné lorsque l’exécutif de
tion à soumissionner. » la Concordia Student Union, syndi-
Au terme du processus d’appel cat étudiant affilié à la FCEE, avait
d’offres, le Groupe financier Major secrètement changé de courtier en
propose de meilleurs tarifs que les décembre 2008 sans en aviser les
autres courtiers, dont Morneau So- étudiants.

2 • www.larotonde.ca actualites@larotonde.ca
le 20 septembre 2010 Actualités

Ottawa, le 20 avril 2010. Quelques jours Moncton, le 26  avril 2010. Alain Pa-
à peine avant de commencer son mandat de rent, directeur des ventes à l’assurance col-
trésorière nationale de la FCEE, Roxanne lective chez Assomption Vie (ex-assureur de
Dubois, alors vice-présidente aux finances de la FEUO), reçoit un message téléphonique

Avril 2010
la FEUO, signe une lettre de désignation de de Gerry Matlasheski, représentant de Mor-
courtier au profit de Morneau Sobeco. À ce neau Sobeco. L’homme indique qu’il est le
moment, elle détient un contrat d’exclusivité nouveau courtier de la FEUO et qu’il veut
la liant au Groupe financier Major jusqu’au obtenir certaines données concernant le ré-
31 août 2010. Interrogée par La Rotonde à ce gime d’assurance. Il mentionne également
sujet à la fin d’août, Dubois avait assuré que qu’il fait affaire avec la FEUO depuis peu
« Morneau Sobeco n’a pas été désigné courtier [« a last little while »]. Informé peu après de
du régime d’assuran- l’entente d’exclusivité
ce de la FEUO avant « [J]e suis un peu amer avec le fait qu’il y ait une personne, entre le Groupe finan-
la réunion du conseil Mme Dubois, qui a un dossier de 2,5 M$ entre les mains et qui cier Major et la FEUO,
[d’administration]
signe un mandat avant son départ avec une compagnie qui a un Matlasheski ne reçoit
de juillet ». Pourtant, aucune information de
La Rotonde a obtenu lien étroit avec l’organisation où elle s’en va travailler » Parent.
copie de la lettre qui - Alain Parent L’employé d’As-
nomme sans équivo- somption Vie s’expli-
que Morneau Sobeco que mal la situation
nouveau courtier : « À compter d’aujourd’hui, qui s’est produite avec la gestion du régime.
nous, la [FEUO], nommons et désignons par Sans condamner Dubois, il soutient tout de
la présente Morneau Sobeco notre conseiller même qu’il y a peut-être des apparences de
et agent réalisateur […] La présente lettre an- conflit d’intérêt : « Je trouve ça drôle, en fait,
nule toute lettre de désignation antérieure. je suis un peu amer avec le fait qu’il y ait une
À compter du 1er  septembre 2010, toutes les personne, Mme  Dubois, qui a un dossier de
commissions sont payables à Morneau So- 2,5 M$ entre les mains et qui signe un man-
beco.  » Précisons qu’à ce moment, aucun dat avant son départ avec une compagnie qui
appel d’offres public n’avait été fait par la a un lien étroit avec l’organisation où elle s’en
FEUO. Théoriquement, la décision de choisir va travailler […] C’est comme si le dossier
un nouveau courtier revenait aux membres partait de la main droite de Mme Dubois pour
du conseil d’administration (CA) de la FEUO s’en aller dans sa main gauche, mais dans
durant l’été. une autre fonction et dans un autre temps. »

Rappel des faits


En juillet dernier, la FEUO choisit un nouveau courtier
Ottawa, le 16 juillet 2010
d’assurance santé et dentaire pour les étudiants, Morneau
Juillet 2010

Le représentant du Groupe financier Ma- François Picard, coordonnateur de l’exécutif de


Sobeco, seul courtier à avoir soumissionné devant les jor, Louis-François Major, fixe un rendez-vous la FEUO, et Sarah Jayne King, nouvelle vice-
avec un membre du CA de la FEUO pour ten- présidente aux finances de la FEUO, arrivent
membres du CA de la FEUO. Après cette décision, l’ancien ter de faire la lumière sur le comportement de sur les lieux et mettent fin à la rencontre en
l’exécutif dans le renouvellement du régime. disant clairement au membre du CA que ce
courtier de la FEUO, le Groupe financier Major, présente La rencontre se déroule au salon du Centre dossier n’est pas de ses affaires. Ils rencontrent
universitaire. À peine dix minutes après le ensuite Major en privé pour lui expliquer qu’il
une soumission de 133 $ par étudiant, soit 30 $ de moins début de la rencontre, Colin Goldfinch, coor- doit passer par les membres de l’exécutif pour
donnateur du régime d’assurance de l’époque, communiquer de l’information.
que le meilleur tarif de Morneau Sobeco. L’exécutif soutient
que le Groupe financier Major n’a pas fourni l’information Ottawa, le 25 juillet 2010
demandée lors du renouvellement du régime, bien que Morneau Sobeco vient présenter sa sou- données par courriel. Ensuite, un avocat
le représentant du Groupe financier Major ait sollicité mission au CA de la FÉUO. Avant la tenue
de l’exposé se tient un huis-clos où Colin
de la FEUO vient mettre en garde tous les
membres du CA contre la divulgation des
des rencontres avec la vice-présidente aux finances de la Goldfinch et Sarah Jayne King expliquent
qu’ils n’ont plus confiance en l’ancien cour-
clauses confidentielles, qui peut mener à
une poursuite judiciaire individuelle contre
FEUO pour la lui fournir. Le Groupe financier Major était tier, qui n’avait pas voulu fournir certaines le membre fautif.

le courtier de la FEUO depuis 2007, avant quoi Morneau


Sobeco assumait ce rôle. Un rapport rédigé en 2007 par Ottawa, le 30 juillet 2010
la coordonnatrice du régime d’assurance remet toutefois
Louis-François Major envoie une lettre mine en disant : « Si vous êtes approchés ou
en question les services offerts par Morneau Sobeco et à tous les membres du CA pour exposer sa contactés, veuillez en informer l’exécutif. »Le
version des faits et sa volonté de présenter même jour, les avocats de la FEUO font par-
démontre un écart annuel de plus de 600 000 $ entre ses soumissions. Le 5 août, Sarah Jayne King venir une mise en demeure à Louis-François
fait parvenir à tous les membres un courriel Major pour avoir transmis de l’information
les soumissions présentées par deux courtiers, ce qui demandant que tous «  évitent le contact de directement aux membres du CA sans passer
M.  Major et ses représentants  ». King ter- par l’exécutif.
provoque le changement de courtier cette année-là.

actualites@larotonde.ca www.larotonde.ca • 3
Actualités le 20 septembre 2010

Brèves Chaire conjointe en études des femmes


L’Ontario championne de la hausse des frais de
scolarité Agnes Whitfield évincée
On savait depuis l’année dernière que l’Ontario Catherine Cimon
allait augmenter de façon substantiel les frais de Plaidoyer pour la transparence
scolarité au niveau universitaire. Nommée en juin 2009 titulaire de la Chaire et la visibilité
Ainsi, une étude publiée par Statistique Ca- conjointe en études des femmes de l’Uni-
nada jeudi dernier annonce que les étudiants de versité d’Ottawa et de l’Université Carleton, Ainsi, parce qu’elle croit à la cause des fem-
premier cycle universitaire paient maintenant en Agnes Whitfield a eu une bien mauvaise sur- mes et qu’elle dénonce le manque de trans-
moyenne 5138 $ en frais de scolarité cette année, prise en avril dernier lorsqu’elle a appris par parence et la mauvaise administration de la
soit une hausse de 196 $ par rapport à l’année l’entremise du doyen de la Faculté des arts et Chaire conjointe en études des femmes de
scolaire précédente. De leur côté, les étudiants des sciences sociales de l’Université Carleton, l’Université d’Ottawa et de l’Université Car-
de deuxième et troisième cycle assument main- John Osborne, que son contrat ne serait pas leton, Agnes Whitfield a entrepris un recours
tenant en moyenne 6,6 % de plus de frais de sco- renouvelé. judiciaire par l’entremise de l’Association
larité que l’année précédente. Celle qui avait accordé une entrevue à canadienne des professeures et professeurs
Cependant, même si les provinces canadien- La Rotonde le printemps dernier sur l’impor- d’université (ACPPU), un choix de dernier re-
nes, à l’exception de Terre-Neuve-et-Labrador, tance du combat pour la condition de la fem- cours pour elle.
le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, me dans notre société ne comprend toujours N’étant pas membre du syndicat de l’U d’O
affichent des hausses de frais de scolarité, c’est pas cette décision, qu’elle trouve injustifiée et ou de Carleton étant donné son adhésion à ce-
l’Ontario qui remporte la palme avec 5,4  % injustifiable. lui de l’Université York, Agnes Whitfield s’est
d’augmentation dans ses universités. vue obligée de se tourner vers le syndicat pan-
De plus, c’est encore en Ontario que les étu- Un non-renouvellement canadien des professeurs universitaires, puis-
diants de premier cycle doivent débourser le plus qui soulève des interrogations que les autres ne pouvaient rien faire pour
pour leur éducation de premier cycle universitai- sa cause : « J’ai dû me tourner vers l’ACPPU
re avec une moyenne de 6307 $ par étudiant en Madame Whitfield croit que le non-renou- parce que les syndicats d’Ottawa et de Carle-
2010-2011. vellement de son contrat tient beaucoup plus ton ne voulaient pas me représenter même si
Finalement, toujours selon Statistique Ca- du fait de ses dissensions avec les deux uni- je travaillais à leurs universités, car je n’étais
nada, l’inflation avait connu une hausse de 1,8 % versités sur le plan administratif au sujet de la pas affiliée avec eux, et le syndicat à York ne
entre juillet 2009 et juillet 2010, une différence mission et des actions de la Chaire que de ses se sentait pas touché par un problème concer-
de 3,6 % avec l’augmentation des frais de scola- compétences générales en tant que titulaire et Agnes Whitfield Courtoisie d’Agnes Whitfield nant une autre université. »
rité universitaires en Ontario. professeure  : «  Je crois fermement que c’est
Catherine Cimon mon insistance à ce que les engagements de façon ferme et définitive en lui faisant signer L’administration change de cap
la Chaire soient respectés et mon souhait de un nouveau contrat d’embauche dans lequel
Retard pour l’horaire des examens la restaurer […] qui ont mené à la décision la définition des tâches ne contient plus l’as- De son côté, l’Université d’Ottawa reste dis-
Rencontré par La Rotonde jeudi dernier, Ty- de ne pas renouveler mon contrat.  » En ef- pect collecte de fonds. crète sur le sujet, mais confirme que le contrat
ler Steeves, président de la FEUO, annonçait fet, La Rotonde a eu accès aux évaluations de de titulaire pour la Chaire conjointe en études
qu’un des projets figurant à l’origine dans sa
plateforme électorale l’hiver dernier allait
cours des étudiants de Whitfield : ceux-ci sont
unanimes sur ses qualités d’enseignante.
« Je crois fermement que c’est mon des femmes comporte dorénavant de nou-
veaux termes.
prendre beaucoup plus de temps que prévu à De plus, Whitfield est d’avis que c’est son insistance à ce que les engagements En effet, Nadine Saint-Amour, agente des
réaliser. L’horaire des examens de fin de ses- acharnement à tenter de redresser la Chaire et relations médias à l’U d’O, a expliqué à La Ro-
sion d’automne 2010, qui devait initialement de la rendre plus accessible et connue qui lui a de la Chaire soient respectés et mon tonde que « selon les nouveaux termes de réfé-
être mis en ligne sur le site internet de l’U d’O
au début de la session, ne sera pas publié
valu ce traitement de la part des deux grandes
universités ottaviennes : « Tout cela était or-
souhait de la restaurer […] qui rence de la Chaire, valides pour les prochains
six ans, tout titulaire devra être professeur
avant encore quelques temps. Selon Steeves,
il sera néanmoins connu et affiché « avant la
ganisé, non pas pour me faire perdre un poste
à moi personnellement, mais pour dégrader et
ont mené à la décision de ne pas soit à Carleton, soit à l’Université d’Ottawa. »

date de l’année dernière ». dévaloriser un poste de chaire pour femmes », renouveler mon contrat. »
Steeves a cependant tenu à mentionner que a-t-elle commenté. Rendement négatif
le retard de l’horaire d’examens est en grande - Agnes Whitfield
partie imputable au fait que la FEUO doit faire Souhait répréhensible Le non-renouvellement du contrat d’Agnes
beaucoup de concessions dans son échéancier Privée de l’accès Whitfield au poste de titulaire de la Chaire en
pour ne pas que les étudiants soient pénali- La Chaire conjointe en études des femmes à son courriel de l’U d’O études des femmes soulève aussi, selon elle,
sés, tout en essayant de faire paraître l’horaire bénéficie d’une mise de fonds de 500  000  $ une autre problématique bien présente dans
d’examens le plus tôt possible. donnée à sa création en 1985 par le gouverne- En avril dernier, alors que son contrat pre- les milieux universitaires canadiens : le peu de
En ce qui concerne le calendrier d’événe- ment, qu’elle doit s’assurer de faire fructifier nait fin tel que discuté avec les universités femmes en charge de chaires de recherche.
ments, Steeves ne croit pas qu’il sera prêt pour son bon fonctionnement et sa pérennité. Carleton et d’Ottawa, Whitfield s’est vu retirer À l’Université d’Ottawa, 24,14 % des chaires
avant janvier. S’il assure que la compagnie Le laisser-aller manifeste de l’administration l’accès à son compte courriel de l’U d’O, une sont attribuées à des femmes; à l’Université
mandatée pour créer un tel calendrier a déjà dans cette responsabilité aurait donc un lien démarche qui l’a grandement irritée  : «  On Carleton, ce pourcentage tombe à 20,83  %,
soumissionné, il ajoute néanmoins qu’un tel direct avec l’état financier désastreux de la m’a enlevé mon accès le jour même de la der- contre 25,17 % à l’échelle nationale.
projet prend du temps  : «  Avoir une chose Chaire, d’après Agnes Whitfield. nière remise de note pour mon cours que je
qui fonctionne avec tout le monde qui fait des Par ailleurs, Whitfield précise que lors donnais à l’Université, mais j’avais encore un
événements, c’est difficile. » De plus, Steeves
affirme que s’il met autant d’énergie dans ce
de son embauche et de la signature de son
contrat de titulaire, il avait été convenu avec
travail d’une de mes élèves, à qui j’avais donné
une extension, à corriger. »
ERRATUM
projet, c’est que, selon lui, c’est très important les vice-recteurs Peter Ricketts (Carleton) et Dans une lettre, le vice-recteur aux études Dans « Une année bruyante s’annonce
«  pour la communauté étudiante et pour la François Houle (U d’O) qu’un des points im- de l’U  d’O, François Houle, lui garantissait
volonté de savoir ce qui se passe sur le cam- portants de son mandat serait de «  préparer toutefois qu’elle recevrait le contenu de son
à l’U d’O », en page 6 de l’édition du 13
pus ». des stratégies de levée de fonds » pour redres- compte courriel sur un cédérom que l’Uni- septembre, les propos décrivant l’état du
Même si les délais sont déjà anticipés par la ser la Chaire et lui permettre de se développer versité se chargerait de lui faire parvenir à
FEUO, il reste que la population étudiante de- et de rayonner.
stationnement barricadé étaient ceux de
l’adresse désirée, tout en la félicitant pour les
vrait bénéficier d’un calendrier d’événements Néanmoins, après plusieurs initiatives de la excellentes évaluations faites par les étudiants Claudio Brun del Re, et non de Pierre Laroche.
et d’un horaire d’examens bien bâtis pour la
grande première.
part de Whitfield pour collecter des fonds et dans ses deux cours en études des femmes. Toutes nos excuses.
développer la Chaire, les universités ont fina- Le ton de l’échange demeurait courtois,
Catherine Cimon lement décidé de restreindre ses activités de tout en restant bref et concis. La rédaction

Université d’Ottawa

Services offerts dans les deux langues officielles : commentaires ou suggestions?


L’Université d’Ottawa est fière d’offrir des services en français et en anglais. Faites-nous part de vos
commentaires et suggestions pour nous permettre de continuer à améliorer nos services dans les deux
langues officielles.  
www.uOttawa.ca/vr-etudes-academic/fr/commentaires-suggestions.html

4 • www.larotonde.ca actualites@larotonde.ca
le 20 septembre 2010 Actualités
Retour en cours Centre de ressources pour les hommes

Stressante rentrée! Un groupe humaniste


tente de se distinguer
Marika Dubé a tenu à le souligner maintes fois : diante sur le campus. De plus, nous
«  Nous nous voyons comme un croyons en la liberté d’expression
Vous avez peut-être remarqué groupe au paradigme humaniste et considérons que le féminisme
récemment sur le campus que et n’appartenant pas à un système a droit d’exercer la sienne. Nous
plusieurs clubs étudiants ont en- de pensée masculiniste, et ce, peu cherchons réellement à établir
clenché leur machine publicitaire. importe quelle définition du mas- une coopération civile entre notre
Tous les moyens sont pris pour culinisme vous voulez employer. » groupe et le Centre de ressources
que les étudiants soient au courant Pour ce groupe avant tout dédié des femmes pour que tous les be-
de leur existence et qu’ils s’inté- à servir les hommes du campus, soins de la population étudiante
ressent à leurs activités. Peut-être le concept d’homme n’est pas res- soient pris en compte. »
avez-vous remarqué une campa- treint à l’anatomie. Pour le CRH, Le groupe prévoit offrir des
gne publicitaire en particulier  : tout individu s’identifiant comme séances de discussion, des vision-
celle du Centre de ressources pour un mâle est compris dans leur dé- nements de films éducatifs, des
Photo de Mark Colletti
les hommes (CRH) de l’U d’O. finition de ce qu’est un homme, conférences ainsi que du matériel
Le SASS offre des ressources pour aider les étudiants à faire face au stress. Arborant fièrement des affiches et peut donc recevoir de leurs de sensibilisation sanitaire. «  Les
avec une statistique sur le ratio services. «  Nous tendons à nous hommes font face à un traitement
Isabelle Larose sur le campus  : «  J’ai éprouvé hommes-femmes de la population concentrer sur les aspects sociaux inégal dans les cours familiales du
quelques difficultés au début de la étudiante ainsi qu’une image de du genre masculin, car à notre Canada ainsi que dans la longueur
Alors que pour certains, la rentrée semaine pour trouver les pavillons. l’Homme de Vitruve de De  Vinci, avis, c’est à ce niveau que les ser- des peines carcérales octroyées. Ils
est synonyme de renouveau, de J’étais aussi stressée par un nouvel le Centre invite les étudiants à vices ont manqué le plus dans le sont 350 % plus susceptibles de se
motivation et de bonheur, de plus environnement, que ce soit pour les joindre pour discuter des en- passé », explique Büyükbiçer. suicider que les femmes et 97 % de
en plus d’étudiants vivent le retour trouver les rues ou encore les pla- jeux auxquels fait face l’homme la main-d’œuvre canadienne mou-
à l’école dans un état de stress in- ces de stationnement.  » Magalie moderne. Une chose est certaine, Ouvert aux femmes rant dans les milieux de travail est
tense. a toutefois pu compter sur l’aide certains étudiants n’ont pas man- masculine. Ces enjeux ne sont que
Donald Martin, chef du Service de sa sœur, également étudiante à qué d’exprimer leurs sentiments à Cependant, le CRH souligne quelques-uns de ceux que nous
de counselling et de coaching au l’U  d’O, pour s’intégrer plus rapi- l’égard des affiches puisque le club qu’il est aussi ouvert à une par- souhaitons soulever  », souligne
Service d’appui au succès scolaire dement dans son nouveau milieu, a noté que plusieurs d’entre elles ticipation féminine et que toute Büyükbiçer.
(SASS), note une nette augmenta- une chance que n’ont pas tous les ont été vandalisées. La Rotonde a femme pourrait bénéficier de l’in- Il est à noter que pour l’instant,
tion de la fréquentation des étu- nouveaux étudiants fraîchement interrogé Eren Büyükbiçer, prési- formation en ce qui a trait aux le CRH peut exposer son para-
diants dans ses locaux  : «  C’est à débarqués sur le campus. dent du Centre de ressources pour enjeux auxquels font face les hom- digme, ses lignes directrices et sa
la hausse, clairement. Par le passé, Donald Martin rappelle toute- les hommes afin de mieux cerner mes d’aujourd’hui. Le président du mission sans contrainte aucune
septembre et octobre constituaient fois que tous les étudiants peuvent les motivations du groupe. groupe a d’ailleurs tenu à éclaircir puisque rien n’a concrètement été
une période tranquille avant que être aux prises avec des problèmes Tout d’abord, pour tous ceux qui ce point  : «  Le dialogue exclusif fait par le club à ce jour. Il serait
les examens arrivent, mais le à la rentrée. «  Les étudiants qui se sont indignés devant l’affiche à ne peut être que contre-productif donc évidemment nécessaire, pour
stress survient de plus en plus tôt commencent un nouveau bac ou caractère masculiniste du CRH, quant à l’atteinte de notre but, qui se faire une idée réelle des moti-
et les étudiants viennent consulter des études supérieures vivent sou- reprenez-vous, dit le président, car est celui de l’égalité des genres. vations du CRH, de suivre leurs
dès la rentrée. » vent un ajustement qui peut être le masculinisme n’est pas l’idéolo- Nous accepterons donc toute par- actions et leurs activités pendant
Au cours des mois de septembre difficile  », explique-t-il en men- gie du club. Le président du club ticipation de tout étudiant ou étu- l’année à venir.
et d’octobre 2008, le Service de tionnant que plusieurs nouveaux
counselling et de coaching a reçu étudiants à la maîtrise font face à
un total de 318  demandes d’aide.
Durant cette même période, en
l’isolement.
Professionnel de demain :
2009, ce sont 371  étudiants qui
ont cru bon de consulter les spé-
Nouvelles initiatives
posez votre candidature aujourd’hui – en ligne!
cialistes du SASS, ce qui marque Cette année, pour la première fois,
une augmentation de près de 17 % l’Université a envoyé un courriel
par rapport à 2008. Cette année, à tous les étudiants leur rappelant OMSAS http://centre.ouac.on.ca/omsas/
en date du 15  septembre, déjà que des ressources sont accessibles Service ontarien de demande d’admission en médecine
63 universitaires avaient demandé au SASS s’ils ressentent le stress de 15 septembre 2010 : Date limite pour créer un compte pour la demande en ligne
de l’aide. la rentrée. Vincent Lamontagne, 1er octobre 2010 : Date limite pour la réception des demandes
agent aux relations médias, indique
S’adapter à un nouveau que cet envoi a été fait dans un but
milieu préventif afin de s’assurer que tous
les étudiants sont au courant des OLSAS http://centre.ouac.on.ca/olsas/
Donald Martin explique que la outils qui leur sont offerts. Selon
Service ontarien de demande d’admission en droit
rentrée est une période de transi- Lamontagne, ce courriel n’est pas
1er novembre 2010 : Date limite – programmes anglais
tion où plusieurs ont de la diffi- directement lié au suicide qui s’est 1er février 2011 : Date limite – programmes français
culté à s’adapter, particulièrement produit à pareille date l’an dernier à 1er mai 2011 : Date limite – 2e, 3e et 4e année
les étudiants qui entament leurs la résidence Thompson.
études universitaires  : «  Souvent, Au SASS, Donald Martin soutient
c’est une transition qui est diffi- que, depuis cet événement, une plus
cile parce que les ressources dont grande vigilance règne à l’Université. TEAS http://centre.ouac.on.ca/teas/
ils disposaient à la maison ne sont «  Des efforts ont été entrepris pour Service de demande d’admission en formation à l’enseignement
plus disponibles. Leur réseau dis- améliorer le lien entre les hôpitaux 1er décembre 2010 : Date limite – programmes anglais
paraît du jour au lendemain, tout locaux pour que les gens se parlent 1er mars 2011 : Date limite – programmes français
comme leur filet de sécurité, et davantage et qu’il y ait un suivi entre
tout cela ne se recrée pas rapide- les différents services offerts aux étu-
ment.  » L’éloignement, le mal du diants. Plus d’efforts sont faits pour ORPAS http://centre.ouac.on.ca/orpas/
pays, l’intensité des études, la ges- s’assurer que les étudiants sont suivis
Service de demande d’admission aux programmes des sciences de la réadaptation
tion des finances et un emploi du et qu’ils ne tombent pas dans les cra-
temps trop chargé sont quelques- ques, entre deux services. » (Audiology, Occupational Therapy, Physical Therapy/Physiotherapy, Speech-Language Pathology)
uns des facteurs qui font craquer 7 janvier 2011 : Date limite pour la réception des demandes
Ressources :
les étudiants. Service de counselling et de coaching : (613) 562‑5200
Magalie, nouvelle étudiante en Centre d’entraide (Centre universitaire, pièce 211D) : 170 Research Lane
criminologie, admet avoir vécu du (613) 562‑5249 Guelph ON N1G 5E2
stress pendant ses premiers jours http://centre.ouac.on.ca
Ligne téléphonique d’entraide (du lundi au vendredi entre
19 h et 1 h) : (613) 562‑5604

actualites@larotonde.ca www.larotonde.ca • 5
Actualités le 20 septembre 2010

Commerce de la FEUO
Disparition des bouteilles d’eau à saveur sur le campus
Antoine Trépanier ble » fait partie des responsabilités entre guillemets de remplacement
de la vice-présidente aux affaires [aux bouteilles d’eau pure] pour plu-
Le 14  septembre dernier, Amy étudiantes, donc d’Amy Hammett. sieurs clients  », analysent certains
Hammett, vice-présidente aux af- De plus, le projet de «  campus employés du Pivik.
faires étudiantes de la Fédération sans eau embouteillée  » est mené Au populaire magasin à détail, on
étudiante de l’U d’O (FEUO), s’est conjointement par la FEUO et le croit que le retrait de ces bouteilles
rendue au Pivik afin d’avertir les Centre de développement durable, était planifié, mais que la FEUO ne
gestionnaires de retirer toutes les impliquant ainsi nécessairement les a pas avertis en bonne et due for-
bouteilles d’eau claire à saveur. la vice-présidente aux affaires étu- me. Un problème de communica-
«  On a été prévenu mardi que diantes dans le dossier des bou- tion serait la cause d’une telle inter-
ça y est, on a perdu, au-delà des teilles d’eau. vention de la part de Hammett. Les
bouteilles d’eau régulières, tou- Toutefois, est-ce à elle d’interve- employés rencontrés affirment tou-
tes les bouteilles d’eau à base de nir dans une telle situation? Lorsque tefois qu’il ne faut pas blâmer la v-p
saveur  », affirme un employé du La  Rotonde s’est entretenue avec aux affaires étudiantes, puisqu’elle
Pivik qui souhaite garder l’ano- Hammett, cette dernière n’a pas a agi «  en fonction des décisions
nymat. Il ajoute que toute cette voulu expliquer pourquoi elle, et non prises par la FEUO et l’Université
marchandise s’envolera des réfri- sa collègue aux finances Sarah Jayne d’Ottawa ».
gérateurs dans un délai très court King, s’était présentée au Pivik pour Selon les informations obtenues
puisque les ventes sont «  impres- exiger l’arrêt de la vente d’eau em- par La Rotonde, le distributeur prin-
sionnantes ». bouteillée à saveur. Plus tard, dans un cipal du dépanneur étudiant, Coca-
échange de courriels, elle mentionne Cola, avait prévu une telle action de
Changements de rôles ne pas être en mesure de commenter la FEUO.
les « situations de nature de ressour- Aucun renouvellement de com-
Selon le site internet de la FEUO, ces humaines ». mande d’eau à saveur embouteillée
ce serait à la vice-présidente aux n’a été fait. Néanmoins, un retour
finances, Sarah Jayne King, d’in- Le Pivik sous le choc de marchandise n’est pas envisa-
tervenir auprès des commerces geable étant donné que les ven-
étudiants, du Pivik dans le cas pré- Au Pivik, on craint des pertes al- tes vont bon train. Le commerce
sent. On peut y lire que King « su- lant jusqu’à 40 000 $ en ce qui a trait écoulera simplement les bouteilles
pervise le 1848, l’Agora, le Pivik et aux ventes globales de ces bouteilles restantes. Au Pivik, il va sans dire
le Café Alternatif ». d’eau. Sans compter les pertes consi- qu’on redirigera une fois de plus
Toujours selon le site internet dérables prévues que causera la dis- les étudiants au dépanneur Mac’s
de la FEUO, «  la supervision des parition des bouteilles d’eau réguliè- de la rue Osgoode pour des raisons Photo de Mark Colletti
Après l’eau embouteillée « régulière », c’est l’eau à saveur qui est visée par
initiatives de développement dura- res. « Ces bouteilles [d’eau] servaient qui restent nébuleuses. l’interdiction de vente.

Programmes d’études
PARTAGEZ VOS IDÉES SUR Quoi de neuf à l’U d’O cette année?
LES MOYENS D’AMÉLIORER Hélène Boulay choisir l’enseignement aux cycles
primaire et moyen (de la mater-

LES SOINS DE SANTÉ AU De la nouveauté à l’Université


d’Ottawa, cette année, il n’y en
a pas seulement dans la vie étu-
nelle à la 6e  année) ou aux cycles
moyen et intermédiaire (de la 4e à
la 10e année).

CANADA ET COUREZ LA diante. Du côté académique, l’Uni-


versité continue d’élaborer de
nouveaux programmes afin de sa-
L’U d’O, de concert avec la Cité
collégiale et le Collège Algonquin,
offre maintenant deux baccalau-

CHANCE DE GAGNER 1 000$ tisfaire la grande demande d’étu-


diants assoiffés de connaissances.
La Rotonde s’est penchée sur ces
réats spécialisés aux étudiants qui
décident de se lancer dans l’aven-
ture « DEC-BAC » : le baccalauréat
nouveautés offertes aux étudiants spécialisé en relations publiques
de premier cycle. et communication, une nouveauté,
PARTICIPEZ AUX PRIX DE Les étudiants au baccalauréat
spécialisé en sciences biomédica-
et le baccalauréat spécialisé en
journalisme, qui a été repensé.
L’INNOVATION EN SANTE 2010 les peuvent maintenant opter pour
les neurosciences ou la médecine
Anciennement, le baccalauréat en
journalisme, aussi conjoint avec
cellulaire moléculaire dès la fin la Cité collégiale, en était un de 90
de leur deuxième année. L’option crédits échelonnés sur une période
Qu’avez-vous vu aux premières lignes des soins de mathématiques financières et éco- moyenne de quatre ans, et ne per-
santé qui a eu des répercussions positives sur la vie nomie est aussi disponible sous ré- mettait pas à l’étudiant d’accéder
serve d’approbation. Les étudiants directement au cycle supérieur en
des Canadiens? Dites-nous pourquoi votre idée mérite qui ne choisissent pas d’option raison des 30 crédits manquants.
de devenir un modèle pour le reste du Canada. pourront combiner une variété de Les deux sont offerts sur une pé-
cours au choix en sciences et en riode de quatre ans et demi, dont
Pour les détails complets du concours et l’inscription sciences humaines et prendre une deux ans au collège.
mineure dans n’importe quelle fa- Pour les amateurs de langues et
en ligne, visitez culté. de culture, la Faculté des arts of-
www.conseilcanadiendelasante.ca/prix_innovation Il est maintenant possible d’ap- fre maintenant une série de nou-
prendre les ficelles de l’enseigne- veaux programmes comprenant
ment du français dans le confort un séjour d’immersion obligatoire
de son salon. En effet, le baccalau- à l’étranger. Ces programmes sont
réat en lettres françaises et édu- les majeures en langue et culture
Date limite d’inscription : 16 décembre 2010 cation est entièrement disponible allemandes, arabes, italiennes ou
en ligne. Ce programme offert russes.
uniquement en français permet Finalement, la Faculté des arts
aux étudiants d’obtenir deux di- offre aussi une nouvelle mineure,
plômes universitaires de premier ou certificat, en études des franco-
cycle en combinant une formation phonies. Ce programme comprend
en français et une formation péda- des connaissances, non seulement
gogique. Seuls les stages pratiques des francophonies ontarienne et
ne peuvent pas être complétés en canadienne, mais aussi des fran-
ligne. Les étudiants peuvent aussi cophonies internationales.

6 • www.larotonde.ca actualites@larotonde.ca
le 20 septembre 2010 Actualités
Condition de la femme Revue de presse universitaire
Les professeures Catherine Cimon (auteur du SuperColumbine Mas-
sacre) prennent sa défense, d’autres
Arrive finalement la partie où
le journaliste passe à l’action, qui

d’université moins
n’hésitent pas à détracter violem- peut véritablement se résumer par
ment le jeu, qu’ils trouvent écœu- un muffin Tim Horton se déplaçant
rant. tout seul et des transformations
géographiques intenses. La conclu-

bien payées que leurs


Dans la boucane sion de l’auteur  : S.  divinorum est
Nexus une expérience enrichissante si uti-
lisée de façon sage, à la manière des
Depuis des siècles, les chamans mazatèques.

homologues masculins, mazatèques du sud du Mexique


utilisent dans leur médecine tradi-
tionnelle une plante connue pour
L’Ontario offre la résidence
permanente aux diplômés

révèle Statistique Canada


ses effets psychotiques sur l’humain internationaux
Un jeu vidéo recrée lorsque consommée : Salvia divino- Presse universitaire canadienne
la tuerie de Dawson rum.
The Concordian Cette plante, qui est toujours lé- Le 14  septembre dernier, le gou-
Les facteurs principaux seraient le manque de femmes en gale sur le marché, est maintenant vernement de l’Ontario a annoncé
Un jeu vidéo rappelant tristement connue de la jeunesse nord-améri- que les étudiants internationaux
sciences et les responsabilités familiales. le massacre du Collège Dawson en caine pour ses effets psychédéliques. ayant obtenu une maîtrise en Onta-
2006, qui avait fait 19  blessés et C’est pourquoi Brandon Rosario, rio pourront dorénavant être éligi-
Rebecca Vasluianu — The  Cord tes au département d’arts visuels. une victime, a été partagé en ligne contributeur du journal étudiant du bles au statut de résident permanent
(Université Wilfrid-Laurier), libre- Toujours selon Butler, la diffé- sur le site www.newgrounds.com le Collège Camosun (C.‑B.), a décidé au Canada. La demande devra être
ment adapté par Anaïs Elboujdaïni rence est importante, car les postes 8 septembre dernier, soit cinq jours de documenter sa première expé- soumise à l’aide d’un programme
en sciences ont tendance à être plus avant le quatrième anniversaire de rience de consommation de S. divi- spécial : le Programme de désigna-
Les femmes sont encore moins bien payants parce que « les enseignants la tuerie. norum. tion des candidats de la province.
rémunérées que leurs collègues peuvent facilement travailler dans le Le joueur est invité à prendre le On apprend, notamment, com- Les candidats devront, pour être
masculins et la salle de classe ne fait secteur privé » avec leurs diplômes. rôle de Kimveer Gill, le tueur, et à ment le journaliste a pu se procurer éligibles, démontrer des habiletés
pas exception. Cela rend les salaires universitaires exterminer le plus d’étudiants, de la « drogue » pour la modique som- prononcées dans l’une des deux lan-
Un rapport publié par Statisti- plus compétitifs pour des domai- professeurs et de policiers possible me de 20 $ auprès d’un certain Fat gues officielles du Canada. Ils devront
que Canada le 10  août dernier, qui nes comme la médecine et le génie qui se trouveront sur son chemin. Roy conduisant une grosse Chevro- aussi avoir habité en Ontario plus de
compile les salaires des professeurs chimique. Le jeu offre en outre une biographie let rouge, derrière le Home Depot 12 mois au cours des deux dernières
à temps plein dans les universités Helen Ramirez, enseignante en du tireur au début du jeu. local, où la transaction fut menée. années et posséder assez d’argent
du pays en 2008-2009, montre une études des femmes à l’Université Le créateur du jeu est un abonné Ensuite, le principal protagoniste pour subvenir à leurs besoins seuls
différence notable entre le salaire Wilfrid-Laurier, souligne que les du site qui répond au pseudonyme nous entretient longuement des pré- jusqu’à ce qu’ils se trouvent un tra-
d’un enseignant et celui d’une en- femmes ont des responsabilités fa- de Virtuaman. Admettant ne pas paratifs pré-Salvia nécessaires. En vail.
seignante dans toutes les universi- miliales qui peuvent représenter trop savoir pourquoi il avait créé effet, on apprend que pour des ren- Ainsi, plusieurs étudiants croient
tés canadiennes. un défi et rendre plus difficile leur le jeu, ce dernier a aussi commenté dements optimaux, on doit fumer que ce programme est un pas de
Toutes les institutions mention- ascension dans le milieu universi- la date controversée de sa sortie en la drogue et prendre de profondes plus dans la bonne direction, mais
nées dans le document, peu impor- taire. ligne : « Finalement, j’espère ne rui- bouffées qui doivent rester longue- insistent pour que les progrès conti-
tent les salaires qu’elles donnent Quand un membre à temps par- ner la journée de personne.  » Les ment en bouche avant l’expiration. nuent et que le gouvernement multi-
par rapport aux autres universités, tiel d’une faculté est engagé, il dis- réactions continuent de fuser. Le choix du terrain ne doit pas non plie les avantages pour les étudiants
paient davantage les hommes em- pose de deux années pour produire Si des internautes et gamers plus être pris à la légère : un terrain étrangers.
ployés à temps plein (incluant les des travaux qui démontrent qu’il connus comme Danny Ledonne de baseball.
doyens, les professeurs titulaires, devrait obtenir sa permanence, ex-
les professeurs agrégés, les profes- plique-t-elle.
seurs adjoints et les assistants pro- «  Ce n’est pas un emploi où l’on
fesseurs) que les femmes employées peut simplement venir et s’asseoir
à temps plein. de 13 h à 17 h ou de 8 h à 16 h », dit
À l’Université d’Ottawa, un hom- Ramirez, ajoutant que ces profes-
me du personnel enseignant à plein seurs sont tenus de produire des re-
temps recevait 107 335 $ en moyen- cherches et de siéger à des comités.
ne alors que sa collègue en recevait «  Cela envahit nos vies et parce
en moyenne 99  297. D’autres uni- que la structure de la famille n’a pas
versités présentent cependant des changé, elle est encore constituée de
écarts encore plus grands, comme manière à ce qu’on attende des fem-
l’Université de Toronto, qui paie les mes qu’elles accomplissent la majo-
hommes 139  612  $ en moyenne et rité des tâches », précise-t-elle.
les femmes, seulement 119  250  $, Ramirez évoque aussi que les
pour une différence de 20 362 $. membres facultaires qui rappor-
Selon Jim Butler, vice-président tent des bourses de recherche et
aux finances de l’Université Wilfrid- des fonds pour l’université sont
Laurier (Waterloo), cette différence plus aptes à progresser dans les
à travers le Canada ne saurait être rangs. Les recherches qui reçoi-
attribuée à un seul facteur. Toute- vent des subventions sont davan-
fois, il mentionne l’importance de tage en sciences, et comme les
considérer le contraste entre facul- femmes sont rares dans ces disci-
tés séparément. plines, elles sont moins disposées
«  Vous devez être certains de à recevoir ces bourses.
comparer des pommes avec des En plus des demandes institu-
pommes », explique Butler. Il souli- tionnelles qui entravent les efforts
gne que beaucoup d’hommes se re- des enseignantes, Ramirez expli-
trouvent généralement en sciences, que qu’il existe un biais idéologique
alors que les femmes se retrouvent dans chaque université et société
davantage en arts et en sciences so- qui rend difficile de considérer une
ciales. femme comme légitime.
À l’Université d’Ottawa, cette dis- «  Nous n’associons pas les fem-
tribution semble pertinente au sein mes à des porteuses de connaissan-
de plusieurs départements. Celui de ces ou de pouvoir. […] L’idée globale
physique, par exemple, compte une est que les femmes ne sont pas assez
femme à temps plein sur 38  ensei- intelligentes et nous voulons perce-
gnants. Par opposition, on retrouve voir l’intelligence comme un trait
sept hommes sur un total de 27 pos- masculin. »

actualites@larotonde.ca www.larotonde.ca • 7
Actualités le 20 septembre 2010

Main pleine Stationnement


Loin des yeux, plus près du coeur
Les prix ne sont pas plus avantageux ailleurs
Catherine Cimon,
Chef de pupitre Actualités,
actualites@larotonde.ca

Lorsque vient le temps de poursuivre leurs étu-


des universitaires, beaucoup d’étudiants doi-
vent, comme moi, quitter leur patelin d’origine
et se retrouvent parfois bien loin de la « mai-
son ».
Certains ont fait le choix de s’éloigner de chez
eux même si leur programme se donnait dans
une institution plus près, tandis que d’autres
sont venus à Ottawa à cause de la réputation de
leur faculté ou par intérêt. Néanmoins, quelle
que soit la raison qui nous pousse à quitter
le nid familial, il est une chose qui demeure :
lorsqu’on part, on se rend soudain violemment
compte de la valeur de la famille.
Ainsi, lorsqu’on s’installe ailleurs pour les
études, on noue de nouvelles amitiés, on fait
une foule d’expériences avec des gens qui pren-
dront une importance plus ou moins grande
dans sa vie avec le temps, mais malgré tout,
quand vient le temps des congés du temps des
Fêtes ou de la semaine de relâche, on n’aura
alors qu’une seule envie : retourner chez soi, et
ça presse!
À la remise des diplômes du secondaire,
alors que je promettais à mes amis que nous
resterions amis pour la vie même si je quittais
la région, mon père m’a dit : « Regarde-les bien
et profite de ces moments avec eux, car tu com-
prendras bientôt que ce sont les derniers ins-
tants privilégiés que tu passes avec la majorité
de tes camarades de classes. »
Sur le moment, j’ai trouvé la pensée cynique Photo de Anne Danford Dussault
et même méchante parce que pour moi, j’allais Les surplus de la location du stationnement sont placés dans un fonds de réserve pour les futures rénovations ou améliorations des garages et des stationnements
extérieures.
tous les revoir. Pourtant, avec le temps, cette
simple phrase que mon père m’a dite, m’enjoi-
gnant de profiter du moment présent avec ces Melly Wells excède toutefois la demande, car seulement financière, l’Université d’Ottawa n’est pas la
personnes de qualité, a pris tout son sens. 3 % d’entre eux se procurent un permis. Il est seule à demander un tel prix.
Malheureusement, ou heureusement peut- « À se regarder on se désole, à se comparer on inévitable que les stationnements les plus pri- D’après les enquêtes du Groupe IBI et de
être, lorsqu’on quitte sa région natale pour une se console », dit l’adage. C’est ce qu’il faut re- sés, situés au coeur même du campus, dispa- Colliers International, le prix mensuel du
longue période de temps, quand on finit par tenir de l’entretien mené par La Rotonde avec raissent les premiers. stationnement aux universités d’Ottawa, de
revenir faire une visite, on prend conscience la directrice adjointe au stationnement et au L’établissement des prix ne se fait pas au Toronto, Queen’s, McMaster, York, McGill,
du poids de l’éloignement. Petit à petit, les soi- transport durable du Service de la protection hasard, mais bien à partir d’un budget de Concordia et Ryerson est sensiblement le
rées avec les vieux amis s’estompent au profit de l’U  d’O, Gisèle Charlebois, concernant le l’Université émis chaque année et selon les même. En moyenne, le prix des permis à ces
de l’importance du temps compté et de qualité coût des permis de stationnement sur le cam- particularités de chaque emplacement. Les universités s’élève à 140,50 $ par mois pour
qu’on peut passer avec sa famille. pus et hors campus. stationnements extérieurs occasionnent des le stationnement intérieur et à 115,16  $ par
Soudainement, on se retrouve à rechercher Le prix des permis peut sembler élevé si on frais de déneigement, d’aménagement et mois pour le stationnement extérieur, tan-
de plus en plus la tranquillité et la routine du prend les chiffres au premier degré, sans avoir d’entretien, tandis que les stationnements dis qu’à l’U  d’O, il s’élève, dans l’ordre, à
foyer familial lors des quelques visites annuel- d’abord compris les raisons pour lesquelles intérieurs, comme ceux de Hyman-Soloway, 139,74 $ et 94,18 $. Pour les stationnements
les qu’on peut se permettre à travers travail et l’Université a établi la tarification telle qu’elle exigent des frais supplémentaires pour l’ajout qui appartiennent à la Ville d’Ottawa, les prix
études, bien plus que les sorties endiablées et apparaît aujourd’hui. d’un agent de sécurité, le chauffage et l’entre- sont encore semblables à ceux de l’Univer-
les soirées avec nos vieux amis, qui ont, eux Le parc de stationnement de l’U  d’O loge tien de l’édifice. Plus impressionnants encore sité. Selon le marché qu’offre la capitale et
aussi, de nouveaux amis qu’on connaît plus ou 3513 places de stationnement, dont 2846 sont sont les frais d’hypothèque des édifices pos- l’évaluation des autres universités ontarien-
moins… réservées aux détenteurs de permis. Les pla- sédant des garages. C’est la raison majeure nes, l’U  d’O ne semble pas faire d’excès, ni
Avec le récent retour en classes, certains ces restantes trouvent preneur chez la clien- qui détermine la différence de prix entre les engendrer des profits.
sont probablement déprimés et nostalgiques tèle qui utilise les stationnements à l’heure. stationnements extérieurs et intérieurs. De « Le Service de la protection n’est pas une
des bons amis et beaux souvenirs laissés der- Bien que le nombre de places de stationne- ce fait, Charlebois précise que 39  % des dé- entreprise, mais bien un service fourni par
rière. Toutefois, le soir, lorsque ces étudiants ment puisse sembler minime pour une popu- penses de l’Université sont allouées aux frais l’Université  », déclare en substance Gisèle
auront besoin de parler de leurs craintes, de lation de 41 718 étudiants et employés, l’offre de financement. Compte tenu de cette réalité Charlebois. L’U  d’O ne fait pas de bénéfices
provenant des stationnements. Les surplus
leurs réussites, de leurs nouvelles rencontres
et plus encore, ce ne sera pas à leur meilleure Tarifs de stationnement encaissés sont aussitôt placés dans un fonds
de réserve qui servira aux futures rénovations
amie qu’il se confieront principalement, mais
bien à leur famille. (mai 2010 – avril 2011) ou améliorations des garages et des station-
nements extérieurs. Récemment, le prix des
Bref, malgré la distance, la famille reste fi-
dèle au poste; elle nous attend avec impatience rénovations du quatrième étage du garage
sur le pas de la porte lorsque nous arrivons Stationnement Session Année académique Année complète Mann s’est élevé à près de 600 000 $.
pour les vacances avec tous nos bagages et (septembre - avril) (mai - avril) Il semble manifeste que les tarifs de sta-
écoute avec attention les récits de nos péripé- tionnement soient justifiés, même s’il reste
ties « à l’étranger ». Si, trop souvent, les amis Parcs extérieurs que ce ne sont pas tous les étudiants qui peu-
s’en vont, la famille, quant à elle, est immuable; vent s’offrir une place. C’est alors que le Ser-
(stationnement de longue durée) 361,08 $ 722,15 $ 1083,23 $
où qu’on soit. vice de la protection cherche à populariser le
Et chaque fois que nous devons repartir transport durable. L’option du covoiturage et
après une visite pour cette ville universitaire Garages maintenant l’accès au laissez-passer universel
lointaine, notre cœur fait plusieurs tours. Pour- (Brooks, Soloway, Pérez, Mann) 535,81 $ 1071,62 $ 1607,43 $ d’OC Transpo permettent d’envisager de nou-
tant, le sourire revient juste à la pensée de no- velles solutions économiques et écologiques
tre prochaine visite. Source : www.protection.uottawa.ca pour se déplacer.

8 • www.larotonde.ca actualites@larotonde.ca
le 20 septembre 2010 Actualités
Protection du consommateur

Étudiants consommateurs, ce qu’il faut savoir!


Hélène Boulay dre contre les pratiques douteuses pas réglé, des ressources comme un
ou illégales est de connaître ses bureau gouvernemental local ou le
Confrontés aux pratiques douteuses droits en matière de consomma- Bureau d’éthique commerciale du
les incitant à consommer sous de tion. Le Bureau de la consomma- Canada peuvent s’avérer utiles, mais
fausses impressions, les étudiants tion du Canada a mis sur pied un pas toujours, selon David Fewer.
se retrouvent souvent sans voix site Internet sur le sujet contenant « En dernier recours, les consom-
pour défendre leurs intérêts. de l’information sur les droits des mateurs ont le droit de poursuivre
Les pratiques douteuses se re- consommateurs dans les différents des compagnies en justice. Cepen-
trouvent un peu partout dans les domaines de la consommation. dant, même s’il s’agit de la cour des
commerces, chez les compagnies La publicité trompeuse est une petites créances dans la majorité des
de téléphonie sans fil et les four- pratique interdite qui peut prendre cas, il en coûte des frais et le proces-
nisseurs d’accès Internet, et même de nombreuses formes : l’utilisation sus est long. Ce n’est donc pas des
parfois lors de la location d’un loge- des termes « vente » ou « spécial » plus avantageux pour le consomma-
ment. De fait, David Fewer, direc- relativement au prix d’un produit teur. »
teur de la Clinique d’intérêt public
et de politique d’Internet du Cana- « En dernier recours, les consommateurs Les télécommunications
da, nomme les trois cas de pratiques dans la mire
malhonnêtes en termes de droit du ont le droit de poursuivre des
consommateur auxquels sont sou- compagnies en justice. Cependant, [...] Le domaine des télécommuni-
vent confrontés les étudiants. cations est aussi un secteur où l’on
«  Des problèmes avec les pro- il en coûte des frais et le processus est peut constater quelques infractions.
priétaires sont très fréquents, soit long. » Les fournisseurs de téléphonie et
en matière de loyer ou de non-res- - David Fewer d’accès Internet sont reconnus pour
pect de la vie privée lorsque l’infor- leurs contrats extrêmement contrai-
mation qu’ils demandent est trop gnants et leurs frais douteux.
détaillée et personnelle  », explique dont le prix n’a pas subi de réduc- Fewer indique qu’il existe une or-
Fewer. Les contrats dans le domai- tion importante, la tenue d’une ganisation qui traite les plaintes spé-
ne des télécommunications, donc «  vente  » pour une longue période cifiques aux télécommunications : le
les cellulaires et l’Internet, causent ou la répéter chaque semaine, l’uti- Commissariat aux plaintes relatives
aussi beaucoup de problèmes. lisation d’illustrations qui diffèrent aux services de télécommunication.
Enfin, certains achats liés à l’ob- du produit vendu et la vente d’un En ce qui a trait au logement, les lois
tention de services peuvent aussi produit à un prix supérieur au prix qui régissent le droit des consom-
enfreindre le droit des consom- affiché dans la publicité. mateurs diffèrent d’une province à
mateurs. Les centres sportifs, par En présence de ce genre de frau- l’autre. Il est possible de consulter
exemple, sont réputés pour faire si- de, il est conseillé de s’adresser tout des fiches sur les règles de location
gner des contrats trop restrictifs aux d’abord aux vendeurs et de conser- pour chaque province et territoire sur
membres. ver un registre de toutes les com- le site web de la Société canadienne
munications avec l’entreprise. Par d’hypothèques et de logement. En
Une démarche à connaître la suite, il est possible de communi- cas de problème, il est possible de
quer avec le siège social de la com- faire appel à une commission de la Photo de Mark Colletti
La première étape pour se défen- pagnie. Si le problème n’est toujours location immobilière locale. La connaissance de ses droits en matière de consommation est la première étape pour
se défendre contre les pratiques douteuses.

Fédération étudiante de l’U d’O

Une réunion expéditive


Antoine Trépanier son de l’absence de deux membres du des appels aux trois minutes, c’était
et Catherine Cimon Conseil d’administration que King a une semaine complètement folle. »
demandé qu’on repousse ce point. Lorsque Bruno Gélinas-Faucher,
Le Conseil d’administration de la Fé- Il faut noter que King a été marte- présent en remplacement d’Émilie
dération étudiante de l’U d’O (FEUO) lée par certains concernant le régime Lemieux-Guénard, représentante de
s’est réuni dimanche dernier pour d’assurance santé offert par la FEUO la Faculté de droit, a voulu en savoir
une rencontre qui ne passera pas à (voir l’article aux pages 2 et 3). Elle a davantage sur la disparition de Cam-
l’histoire. Une heure de discussions réitéré qu’elle n’a jamais reçu la nou- pus Print, c’est Paige Galette, vice-
qui n’ont pas mené à quoique ce soit velle proposition du Groupe financier présidente aux communications, qui
d’important, c’est ainsi qu’on pourrait Major, ancien courtier de l’assurance a répondu que «  malheureusement,
résumer ce CA. santé et dentaire de la Fédération selon le département de marketing,
Les membres de l’exécutif de la étudiante. Rappelons que la FEUO ce n’est pas un service profitable pour
FEUO ont, à tour de rôle, manifesté fait affaire avec son nouveau courtier les étudiants. La qualité recherchée
leur enthousiasme sans bornes pour Morneau Sobeco depuis le 20 avril n’était pas là. On cherche quelque
la Semaine 101, un succès universel, dernier. chose d’économiquement logique
selon nos élus. Alexandre Chaput, Lorsque Christine Moncrieff a pour la Fédération étudiante. »
vice-président aux activités sociales, demandé à Alexandre Chaput des Bref, les membres du CA n’ont pas
est actuellement en train de rédiger explications concernant des pro- eu à débattre longuement sur les su-
son rapport concernant cette semai- pos abusifs à l’endroit de certains jets à l’ordre du jour. Ils semblaient
ne de rentrée. employés de la FEUO pendant la ravis de la courte durée de cette réu-
Une fois de plus, le français n’a pas Semaine  101, en lui demandant s’il nion éclaire de 63 minutes, qui s’est
été respecté lors de la réunion, avec ne devrait pas prendre des cours conclue sous une pluie d’applaudisse-
des présentations unilingues anglai- de gestion de la colère, ce dernier ments et un départ rapide des mem-
ses de la part, notamment, de Sarah a semblé estomaqué et confus. « Je bres.
Jayne King, vice-présidente aux fi- n’ai pas de réponse à donner en ce À noter qu’à pareille date, l’an
nances. Cette dernière devait pré- moment, je peux te revenir là-des- dernier, le CA s’était rencontré pen-
senter une vérification financière qui sus plus tard, lui a-t-il répondu. dant quatre longues heures, entre
a finalement été annulée pour cette Cette année, j’ai sûrement perdu autres afin de débattre des dépenses
rencontre et remise à la prochaine, mon sang froid pendant quelques et du contenu des campagnes élec-
Photo de Antoine Trépanier
qui se tiendra en octobre. C’est en rai- minutes dû au fait que je recevais torales.
Le succès de la Semaine 101, l’assurance santé et autres ont alimenté la première
réunion du CA 2010-2011.

actualites@larotonde.ca www.larotonde.ca • 9
Arts et culture
le 20 septembre 2010

Catherine Dib
culture@larotonde.ca

Semaine franco-ontarienne

Plus d’une « trillade » de festivités pour célébrer 400 ans d’histoire


Catherine Dib Pour démarrer du bon pied, le mer- impressions des événements, jusqu’à
credi 22 septembre, un spectacle aura présent? « Les gens semblent très sa-
À l’occasion de la cinquième édition lieu au bistro 1848 avec pour invités tisfaits. Tous ces événements qui se
de la Semaine franco-ontarienne, la d’honneur Mastikédigère, groupe on- poursuivent l’un à la suite de l’autre
communauté ottavienne se met en tarien de rock progressif expérimen- sont bien du travail, mais ça en vaut
branle-bas pour des célébrations de tal, et Kristine St-Pierre en première le coup, surtout avec l’équipe qu’on
tous genres. Des spectacles musi- partie. De plus, le jeudi 23 septembre, a; tout le monde s’entraide! » répond
caux aux vernissages, de nombreu- autant pour les non-initiés que les ha- Christine Benoît, responsable des
ses manifestations culturelles orne- bitués, il y aura dès midi un véritable locations et service à la clientèle à la
ront cette semaine. foisonnement culturel au terminus du Nouvelle Scène.
Les festivités se dérouleront un Centre universitaire. En effet, il y aura
peu partout dans la région de la au menu de la poésie, des discours L’écho du peuple
capitale nationale, autant entre les d’étudiants issus de la communauté franco-ontarien
murs de l’U d’O que par l’entremise franco-ontarienne et autres divertis-
du centre théâtral de la Nouvelle sements. Bien des étudiants félicitent Pour couronner le tout, une inno-
Scène. Le nombre accru d’activités cette bonne initiative : « C’est impor- vation dans le domaine du spectacle
prévues permettra aux nouveaux tant de se réunir afin de souligner la sera présentée une seule fois la veille
venus de s’initier à la culture fran- culture francophone, et avec le Qué- du Jour des Franco-ontariennes et
co-ontarienne, que bien des gens bec qui est si proche, cela nous permet des Franco-ontariens, le 25 septem-
ont tendance à oublier. Il sera diffi- de prendre plus conscience de la forte bre à 19  h  30, au centre Lansdowne
cile d’en faire ainsi cette année avec présence francophone dans le pays », d’Ottawa. L’esprit du lys et du trille,
la célébration des 400 ans d’histoire déclare jovialement Erica Hopson, présenté par L’écho d’un peuple, sera
franco-ontarienne, des 100  ans de Franco-ontarienne originaire de Tim- un événement basé sur les 400  ans
l’ACFÉO-ACFO-AFO, des 35 ans du mins et étudiante à l’U d’O. d’histoire qui retrace les sillons his-
drapeau franco-ontarien ainsi que toriques de l’arrivée d’Étienne Brûlé,
du tout premier Jour des Franco- La Nouvelle Scène considéré jusqu’à aujourd’hui comme
ontariens et des Franco-ontarien- se dépasse à nouveau le premier Européen ontarien. Pré-
nes. senté en 14 tableaux, le spectacle d’une
N’envisagez pas seulement de vous envergure considérable présentera
L’Université seconde limiter au campus : depuis le 16 sep- des bribes d’histoire ayant pris place
sa première motion tembre et jusqu’au 23, la Nouvelle dans diverses régions de l’Ontario.
Scène pétille d’hyperactivité pour «  On espère beaucoup d’émotion  »,
En ayant satisfaits plus d’un au l’événement. Avec trois concerts de admet Carole Myre, metteuse en scè-
détour de 2009 en célébrant pour musique (Le Diable au corset, J’en- ne de L’esprit du lys et du trille. « On
la première fois, l’U d’O prendra de voie et Torngat), un vernissage, un désire montrer à la jeunesse d’où l’on
nouveau part aux réjouissances afin lancement de livre et un éventail éla- vient afin qu’elle ait une vision d’où
de commémorer le drapeau. Avec boré d’éléments culturels, le centre est-ce qu’on s’en va. Elle aura peut-
les deux événements sur le campus dépasse le mandat théâtral qu’on lui être même la piqûre pour reprendre
Photo de Antoine Trépanier
auxquels les étudiants sont conviés, L’U d’O soulignera l’occasion en musique, en poésie et plus encore.
aurait apposé afin d’accueillir l’art le flambeau! » renchérit-elle. Parions
on saura fêter en grandes pompes! sous toutes ses formes. Les premières que cela n’y manquera pas!

Concert
De la caserne centrale aux chats sauvages
Sara Pedroso Semaine franco-ontarienne, J’envoie à travers des mélodies et des disso- qui pourrait comprendre des villes mément de l’interaction naturelle
a donné un concert vigoureux et nances. comme Ottawa, Montréal, Toronto et qu’ils retrouvent dans la salle de ré-
Le 17 septembre dernier, la Nouvelle énergique, décidément résolu à nous De plus, des cris inattendus entre Québec. pétition : l’amusement pur et simple.
Scène accueillait la formation mu- faire éprouver des sensations fortes. les séquences musicales témoignent Un collectif dynamique refusant de « Au début c’était tout simple et gen-
sicale J’envoie, un groupe qui, dans Nous, les spectateurs, sommes restés de l’énergie éclectique des musiciens, se conformer et déterminé à préserver til, et ensuite c’est devenu tout cro-
les mots de Richard Lebel, directeur accrochés à chacune de leurs phrases ces derniers communiquant entre son esprit indépendant, notamment che  », indique Fairfield, témoignant
général de la Nouvelle Scène, « prend rythmiques en anticipant graduel- eux par les moyens de la voix et des à travers l’enregistrement de leur de l’évolution constante de leur mu-
des risques ». J’envoie est une forma- lement le point culminant, pour en- cris, du regard et des membres cor- musique sous leur propre étiquette sique en perpétuel mouvement.
tion composée de quatre musiciens suite nous retrouver perplexes devant porels, manifestations de l’esprit indépendante, E-Tron, qui a égale-
provenant de la région d’Ottawa- des rythmes complexes et syncopés, d’union synchronisée entre les mu- ment enregistré différents groupes
Gatineau, soit Pierre-Luc Clément, ainsi que l’introduction de nouveaux siciens. Ils commencent et arrivent locaux. «  E-Tron, c’est une étiquette
Patrick Sénécal, Olivier Fairfield et thèmes, tout cela au sein d’une seule au même endroit, se suivant tout le pour représenter la scène locale ici et
Philippe Charbonneau. pièce musicale. long en laissant entre les deux la place à Hull, et représenter essentiellement
Le son solide de la basse électrique, à l’improvisation et à la liberté musi- la musique créative, affirme Philippe
Incommensurabilité musicale mélangé au jeu subtil des pédales de cale. Charbonneau. C’est un portail pour
la guitare, fusionné au son parfois diffuser les artistes locaux, une plate-
Catégorisé tantôt post-rock, tantôt spatial provenant du synthétiseur, Un avenir prometteur forme nécessaire et totalement in-
jazz et même, par moments, métal, avec la précision des temps complexes dépendante, aussi avec une approche
J’envoie laisse les spectateurs per- sortant de la batterie : voilà un aperçu Après leur dernier album intitulé DIY ».
plexes lorsqu’il s’agit de préciser leur de ce que pourrait représenter un mo- La vitesse des chats sauvages suivra Sur la scène artistique locale,
genre musical. ment dans la musique de J’envoie, un le lancement officiel d’un nouvel al- J’envoie se perçoit comme s’appuyant
Vendredi dernier, au demi-studio moment qui se déconstruit aussi vite bum, dont la sortie est prévue vers sur une base de non-prétention, c’est-
de la Nouvelle Scène, marquant un qu’il est présenté, afin d’évoluer con- la fin de l’automne. Cela dit, il y a à-dire que lorsqu’ils donnent des L’album éponyme de J’envoie.
début à l’occasion de la cinquième stamment tout au long du concert également une possibilité de tournée, spectacles, cela ne diffère pas énor-

10 • www.larotonde.ca culture@larotonde.ca
le 20 septembre 2010 Arts et culture
Théâtre Portrait d’artiste

Dessein de théâtre Du rock à l’état pur!


Philippe Pépin feste sous divers aspects la volonté grand maximum, souvent beaucoup
d’Anne Marie Riel de dépeindre la moins. Avec 29  citoyens-acteurs,
Jusqu’au 23  octobre, les amateurs bande dessinée, et non seulement vous pouvez imaginer les difficultés
de la bande dessinée Magasin gé- de l’homologuer aux arts de la scène. d’agencement d’horaire, ou encore
néral de Régis Loisel et Jean-Louis Dans cette tangente, l’audiovisuel toute la dynamique sur la scène à
Tripp pourront assister à son adap- employé nous plonge au cœur de envisager.  » C’est ainsi qu’un véri-
tation théâtrale, mise en scène par l’œuvre  : décors et costumes sem- table esprit de village se cristallise
Anne Marie Riel, au Théâtre de l’Île blent dessinés au crayon et, à plu- sur scène avec cette volumineuse
de Gatineau. La pièce prend place sieurs occasions, des carreaux de la troupe se lançant dans des réels en-
dans le village québécois Notre- bande dessinée originelle sont pro- diablés ou encore des scènes de mé-
Dame-des-Lacs, en plein cœur des jetés comme environnement. nage à casser la baraque.
années 1920, et raconte l’histoire Au-delà du support technique,
de Marie, tenancière du magasin la distribution même rappelle Une initiative communautaire
général, véritable « poumon vital » les origines de la pièce alors que
du village. 29  acteurs différents, de tous âges, Le Théâtre de l’Île est renommé
genres et formations, se disputent pour ses pièces mariant l’esprit
Des planches à dessin la scène, modeste en superficie. Ol- communautaire à l’efficacité du
aux planches de la scène ivier Bonnet (dans le rôle de Serge jeu théâtral. Ici, les acteurs, à
Brouillet, l’étranger) commente  : l’exception d’Isabelle Carignan, ne
L’approche pragmatique et mét- « Une pièce ne comporte habituelle- pratiquent pas le théâtre comme
iculeuse de la mise en scène mani- ment qu’une quinzaine d’acteurs au activité principale; on peut donc
trouver, notamment, un avocat et
un employé de Parcs Canada dans
la distribution. Pour reprendre les
mots d’Isabelle Carignan (dans le
rôle de Marie, la veuve de Félix)  :
«  Beaucoup de nos participants ne
sont pas des “acteurs profession-
nels” – et de toute façon, qu’est-ce
qu’un acteur professionnel? Bon
Photo de Léa Papineau Robichaud
nombre d’entre eux ont participé à
En évoluant du blues au rock, Ricky Paquette est devenu Ricky Laurent.
quelques projets étant étudiants et
se relancent dans le jeu après par-
Léa Papineau Robichaud viens tout juste de le recevoir, cela
fois des décennies d’absence de la
ne fait même pas cinq minutes! » Il
scène; d’autres sont simplement
Du 8 au 12  septembre derniers lance joyeusement l’album dans la
des jeunes passionnés ou en soif
se tenait, pour la troisième année foule. Il entame le spectacle, accom-
d’aventure.  » André St-Onge (dans
consécutive, le Festival Outaouais pagné du guitariste Momo Laredo,
le rôle de Noël Poulin, le charpen-
émergent dans le Vieux-Hull. du bassiste Martin Sabourin et du
tier) ajoute d’un air jovial : « Étant
C’est à l’occasion de ce festival batteur Jean-François Chevrier.
avocat de profession, il faut bien
qui se dit l’avant-garde culturelle Le petit groupe livre avec énergie
évacuer tout ce stress! J’ai choisi le
de l’Outaouais que Ricky Laurent presque l’intégralité des nouvelles
théâtre… Et la tête [désignant sa pi-
(aussi connu sous le nom de Ricky compositions, ainsi que quelques
losité faciale et sa tignasse proémi-
Paquette), artiste originaire de Ga- chansons du spectacle Retropho-
nente], eh bien les juges compren-
tineau, a présenté son tout nouveau nic, dont « Fairies Wear Boots » de
nent, et ils aiment bien les histoires
spectacle pour la première fois, le Black Sabbath et « Highway Star »
que je leur rapporte! »
vendredi 10 septembre. de Deep Purple.
Les nouvelles compositions rap-
C’est « tiguidou »!
Ses débuts pellent énormément le son rock
des années 70. Sa voix en replonge
En perspective, le public gagne à
C’est à l’âge de neuf ans que Ricky plusieurs à l’époque hippie, dans
consulter la bande dessinée avant
Paquette a touché une guitare pour laquelle des groupes comme Aeros-
la visite au Théâtre de l’Île. Les
la première fois, ce qui s’avéra une mith, Deep Purple et Led Zeppelin
passionnés des grands feuilletons
véritable passion depuis. Dès l’âge étaient extrêmement populaires,
classiques québécois tels Le temps
de 14 ans, il en a impressionné plu- mais ce qui est toujours impres-
d’une paix, Un homme et son péché
sieurs avec son maniement de l’ins- sionnant à observer sont ses doigts
ou encore Le survenant adoreront
trument. Avec l’album Early for the qui bougent à une vitesse folle sur
le penchant légèrement grivois de
Show, qui contenait une dizaine de le manche de guitare. Le spectacle
la pièce. Les connaisseurs pourront
classiques du blues, plusieurs ont se termine et la foule en redemande
de plus observer des ressemblanc-
comparé ce jeune prodige de la gui- deux fois plutôt qu’une, et ce, mal-
es entre certains personnages et
tare au grand Stevie Ray Vaughan. gré la diminution du nombre de
L’adaptation de la BD au théâtre évoque de grands classiques québécois. Séraphin (Un homme et son péché),
Il est monté sur scène avec plusieurs personnes présentes vu l’heure tar-
Ti-Coune ou encore Rose-Anna (Le
artistes de blues, notamment Steve dive et la température trop froide.
temps d’une paix).
Hills, Breen Leboeuf, Nanette Work- Seul point négatif du spectacle  :
man et Jimmy James. L’ancien étu- l’album n’étant pas encore en ven-
diant du Conservatoire de musique te, le public ne connaissait pas les
ERRATUM de Gatineau a maintenant 19 ans et nouvelles chansons. Mais, comme

Réunion de bénévoles
il a plusieurs projets et spectacles à l’a dit Ricky Laurent  : «  La pro-
Dans « À la guerre comme à la guerre » son actif, dont Retrophonic, dans le- chaine fois que nous allons nous
quel il reprend les plus grands clas- revoir, j’espère que vous vous serez
en page 8 de l’édition du 13 septembre, la Le mardi 21 septembre, 14 h 30 siques du rock. procuré le CD et que vous chante-
photo illustrant les comédiens Alexandre 109 rue Osgoode Nouveau spectacle
rez avec moi! »
Ricky Paquette a joué du blues.
Bazinet et Philippe Landry aurait dû être Son nouvel album, Inside Out,
Aujourd’hui, on l’appelle Ricky Lau-
rent afin de symboliser son change-
signée « Courtoisie de Chloé Ekker ». Toutes Venez rencontrer l’équipe et apporter en main, Ricky Laurent entre sur ment de style du blues vers le rock.

nos excuses. votre grain de sel à La Rotonde. Les la scène Desjardins du Festival
Outaouais émergent. Il montre fiè-
Il offre quelque chose de totalement
différent, mais de toujours aussi
La rédaction nouveaux intéressés sont les bienvenus! rement aux quelque 200 personnes bon. Pour les fans de musique rock,
présentes son nouveau projet : « Je c’est à noter!

culture@larotonde.ca www.larotonde.ca • 11
Arts et culture le 20 septembre 2010

Exposition

Entre la vie et la mort œuvres la destinée difficile des Af-


ghanes dans leur propre pays, sim-
ger auquel les Mexicains s’exposent
lorsqu’ils tentent de traverser la fron-
aux Mexicains, mains en l’air, se fai-
sant fouiller par des policiers dans le
plement en raison de leur sexe. tière en espérant trouver un monde no man’s land entre les deux pays.
meilleur. La première retient davan- «  Corps en péril  », en exposition
Le saut de l’artiste tage l’attention par le contraste entre jusqu’au 3 octobre, est sans aucun
la luminosité de la photographie en doute à voir, car elle suscite chez le
Les œuvres d’Yves Klein sont soi et la noirceur du sujet. La scène se spectateur une panoplie de réactions
également de la partie, notamment déroule dans un champ sous un ciel plus fortes les unes que les autres,
avec la représentation de l’une des menaçant, mais la lumière qui émane face aux photographies d’événements
performances du photographe, qui des fleurs d’un jaune éclatant s’oppose réels ou non.
a eu lieu en 1960 : un homme dans
l’espace! La photographie produite
par Harry Shunk et John Kender
capte l’instant où l’artiste se jette
d’un immeuble en sachant que rien
ne l’attend à l’atterrissage. Une fois
de plus, la vie et la mort se côtoient
afin de surprendre le spectateur en-
tre l’effroi et la contemplation. En-
fin, ce qui rend cette photographie
unique, c’est que ce montage de
plusieurs photos est l’une des pre-
mières en son genre.
The Kiss of Life, produit en 1967
par l’artiste Rocco Morabito, racon-
te l’histoire d’un monteur de lignes
qui, un jour, s’évanouit après avoir
Courtoisie de la Galerie SAW
subi une décharge électrique de
Les situations réelles ou fictives suscitent un éventail de réactions plus fortes les unes 2100 volts. La photographie illustre
que les autres.
un homme retenu par son harnais,
Audrey Labrie retrouve devant le portrait d’une suspendu tête en bas entre la vie et
femme vue de dos, dénudée, se ra- la mort, et son collègue tentant de le
« Corps en péril » présente des ar- fraîchissant à l’aide d’un éventail. réanimer par respiration artificielle.
tistes renommés tels Yves Klein, En s’approchant de cette représen- La beauté de cette œuvre réside dans
Alex Webb ou encore Lana Slezic, tation qui peut paraître bien ba- le fait que ce n’est pas un montage,
et quelques-unes de leurs œuvres nale, on remarque que le dos de la mais un événement bel et bien réel;
les plus connues sont exposées dans femme est marqué de cicatrices. En un instant croqué sur le vif!
un tout autre contexte. Effective- lisant l’information sous la photo,
ment, les œuvres ont été choisies on constate que la femme a été ven- Le corps en danger politique
puisqu’elles expriment, chacune à due en mariage à l’âge de quatre ans
sa manière, la dualité entre la vie et que sa belle-famille lui a causé Alex Webb est un artiste qui a
et la mort ou la contradiction entre ces marques avant le tendre âge de travaillé pour quelques revues de
danger et liberté. 11 ans. Elle n’a pu se défaire de cette géographie. Dans cette exposition,
D’un point de vue subjectif, les sombre situation qu’en s’échappant. deux de ses photographies, sans titre,
deux photographies de la série La deuxième photographie est celle proviennent de sa série qui porte
Forsaken réalisées par Lana Slezic d’une policière afghane vêtue de sa sur la frontière entre le Mexique et
BDV
en 2005 sont les plus frappantes burka pointant un fusil droit devant les États-Unis. Dans ces œuvres, le Courtoisie de la Galerie SAW
de l’exposition. Le spectateur se elle. L’artiste démontre avec ces Le spectateur est surpris entre effroi et contemplation.
photographe met en lumière le dan-

Université d’Ottawa

Achetez un ordinateur Dell ou Apple

www.uPortable.uOttawa.ca
Aussi disponible à la Librairie, Centre universitaire

12 • www.larotonde.ca culture@larotonde.ca
le 20 septembre 2010 Arts et culture
Mots à maux Théâtre
Les files d’attentes : terreur
d’une discipline imposée
 « Le Chien » de garde du théâtre franco-ontarien
Simon-Nicolas Grandmaître dernier acte. Le Chien est une histoire au sujet enfin qu’il l’aime?
de l’amour maternel, des liens de fraternité et Ayant remporté le Prix du Gouverneur gé-
À l’occasion des 35 ans du drapeau franco-on- de la haine viscérale envers le paternel. C’est néral en 1988, cette pièce de Jean-Marc Dalpé
Catherine Dib tarien, on laisse ses pensées vagabonder vers un drame englobant la pauvreté d’une région est franchement une petite merveille. L’action
Chef de pupitre Arts et culture des rivages littéraires plus locaux. Le Chien, rurale, les secrets de famille macabres et les ne cesse de s’entrelacer entre trois générations,
culture@larotonde.ca
pièce phare du théâtre franco-ontarien, a pris épreuves d’une vie. les époques se mêlent, sans jamais qu’on perde
d’assaut la scène il y a plus de 20 ans. Un court Jay n’est jamais seul, en fait, car son grand- le fil de la pièce. L’équilibre n’est pas rompu et la
En ce début d’année bruineux, une nuée résumé de l’histoire est de mise afin de se ra- père, décédé il y a bien longtemps, l’accompagne structuration est ingénieuse. Le style de Dalpé
d’étudiants débarquent en trombe sur fraîchir la mémoire. et lui parle tout au long de son périple. Il retrouve est simplement puissant, avec un langage cru,
le campus. Nous sommes prêts à tout, à Nord de l’Ontario, au bout d’un chemin de également sa mère, qui, comme toute mère serré, juste, percutant et sincère. Une répli-
l’imprévisible, à l’impossible. Des folies de terre, un soir de juillet où le soleil borné re- ayant vu partir son fils au bout de l’inconnu, que n’attend pas l’autre, elles sont toutes aussi
la Semaine 101 jusqu’à l’horripilante péri- fuse d’aller se coucher. Jay, fils unique, rentre s’est fait un sang d’encre pendant plusieurs an- chargées les unes que les autres. Dalpé touche
ode d’examens. Nous avons parcouru le à la maison après des années d’absence. Il est nées. Mais la relation la plus belle de la pièce est un sujet souvent difficile à présenter au théâtre,
tout-Ottawa afin d’atteindre ces contrées accueilli par les aboiements du chien enragé celle que Jay partage avec Céline, sa sœur adop- soit l’incommunicabilité entre père et fils, et il
ratoureuses où, dès potron-minet, l’on con- qu’il avait laissé derrière lui. Voilà comment tive, une Amérindienne recueillie durant son en- réussit avec brio.
quiert d’un pas assuré les escaliers inter- débute Le Chien, pièce de Jean-Marc Dalpé. Se fance par ses parents. Sans oublier son père, qui En somme, Le Chien est une pièce d’une vé-
minables vers ces boîtes de sardines com- déroulant en une soirée, c’est l’histoire de Jay lui reproche d’être parti du trou que lui-même rité profonde qui est écrite à la perfection. C’est
munément appelées des classes. À nous, le de retour dans la petite maison mobile pour déteste tant. Il est la raison du départ et du re- une pièce que je recommande de lire comme
capital intellectuel. confronter les démons qu’il a fuis sept ans tour de Jay. Il est tout ce que Jay déteste dans d’aller voir au théâtre. Il est cependant plus
Cependant, il n’y a pas de rose sans épine auparavant en faisant face à son redoutable ce bas monde, mais ce dernier revient, persuadé rapide d’aller à une librairie que d’attendre une
et comme la vie aime bien choyer les étudi- père. Ayant parcouru le Canada et les États- que cette fois-ci, il va faire parler son père. Qu’il tournée de la pièce, alors procurez-vous cette
ants, ces épines s’avèrent particulièrement Unis d’un bout à l’autre, de travail en travail, va pouvoir se débarrasser de l’aliénation qui lui lecture, c’est un monument du théâtre franco-
soporifiques. Mesdames et messieurs, je sans trop se trouver, il est de retour pour le pèse depuis sept ans. Son père lui avouera-t-il ontarien.
vous présente la bureaucratie et ses incon-
tournables files d’attente. Manufacture de Cinéma
L’Arnacœur débarque en Amérique
paperasse en perpétuel changement, ce con-
cept réussit à s’immiscer en tant que para-
doxe en soit. Immuable et mobile tout à la
fois, elle amènerait n’importe quelle per-
sonne raisonnable vers les bordures acides David Beaudin-Hyppia de leur victime et les exploiter. En se faisant les prises de vues du panorama méditerranéen
de la folie. Étant à ma troisième année uni- passer pour un garde du corps, Alex Lippi suit et les contrastes de couleurs vives ou sombres
versitaire, je suis quelque peu accoutumée L’Arnacœur débarque en Amérique, six sa victime pas à pas, mais réalise cependant sont grandioses. Malheureusement toutefois,
au branle-bas de septembre et je tente tant mois après avoir fait fureur au box-office fran- rapidement que Juliette est une femme têtue, l’histoire semble invraisemblable.
bien que mal de contourner les heures de çais. Si les films du type romantique et comi- bornée et snob. Il essaie par tous les moyens Bien sûr, il s’agit d’une comédie romanti-
pointe aux bureaux, aux librairies et autres que, un tantinet fleur bleue, vous intéressent, d’accomplir sa mission, mais il semble trouver que et on le voit bien. Un play-boy profession-
tartufferies. Cependant, la chose finissant ce film de Pascal Chaumeil est le summum de beaucoup plus d’embûches sur le chemin qu’il nel brisant des couples et pour qui les femmes
par être le lot de tous et chacun, je me résous la légèreté à la française. Si, au contraire, l’in- ne l’avait prévu : erreur sur la personne, alter- tombent aveuglement : très eau de rose. Ce
à me placer dans ces vampiriques lignes. signifiance des gens riches, frivoles et heureux cation avec la mafia, etc. film français est caractérisé par son humour
Une fois arrivée au bout, après avoir vain- ne vous attire pas, ce film est plutôt à éviter. Le jeu des acteurs est impressionnant et les et sa fantaisie. Il est amusant de constater que
cu l’ennui, la faim et la fatigue – veni, vidi, C’est dans un Monaco jet-set et estival que têtes d’affiche tiennent le coup. Romain Duris certaines scènes tendent vers le très hollywoo-
vici, bref –, je me présente à la secrétaire l’histoire prend place : Alex Lippi (Romain est crédible dans son personnage d’arnacœur, dien, notamment avec la musique de fond en-
qui saura nécessairement prendre en charge Duris) est un chasseur de « couples ». Lui, sa tout comme Julie Ferrier et particulièrement traînante de George Michael, ou encore une
tous mes besoins estudiantins. Mais ne nous sœur Mélanie (Julie Ferrier) et son beau-frère François Damiens, qui sert souvent de bouffon scène où Vanessa Paradis et Romain Duris
reposons pas déjà sur nos lauriers, le temps Marc (François Damiens) sont tous trois des de service. Vanessa Paradis joue aussi bien son interprètent la fameuse chorégraphie de Dir-
d’un battement de cils : on m’envoie tout de briseurs de couples professionnels. C’est à tra- rôle de femme indépendante. Certaines scè- ty Dancing (film sorti en 1987 et mettant en
go vers une administration qui, à son tour, vers leur nouvelle mission, commandée par le nes sont très comiques, aussi rit-on beaucoup vedette Patrick Swayze). Dans le style « léger,
s’avère décevante, étant fermée. Comme père de Juliette Van Der Becq (Vanessa Para- lorsque François Damiens s’improvise plom- divertissant, comédie d’été », L’Arnacœur est
si j’étais un vulgaire pigeon voyageur, on dis), que l’« arnacœur » rencontre sa nouvelle bier polonais ou encore quand Romain Duris un succès du cinéma français contemporain.
m’envoie vagabonder à gauche et à droite. victime. Il doit séduire cette dernière pour s’efforce de pleurer pour séduire ses victimes. Ici, cependant, connaîtra-t-il la même popula-
Ce fléau des temps modernes ne s’arrête rompre son mariage. Les trois compagnons fe- En plus d’être impressionnant, le jeu des ac- rité? À vous de le décider, le film est à l’affiche
pas seulement à ce cher corps administratif. ront tout pour connaître les moindres défauts teurs est crédible, le script est drôle et cocasse, depuis le 10 septembre.
Que ce soit pour des éléments de base tels la
cafétéria ou l’attribution des célébrissimes Calendrier culturel du 20 au 27 septembre
laissez-passer universels, ces embouteillag-
es de foule sont partout et incontournables.
ARTS VISUELS sur le campus
Notre époque étant dédiée au « fast-
foodisme », comment souffrir ces temps Dipna Horra – Avaaz Émission sur le campus : première du talk-
morts obligatoires? Il y a pourtant une Quand? Jusqu’au 24 octobre show Coups francs
manière de remédier à ces bouchons, qui Où? La Galerie d’art d’Ottawa, 2, avenue Quand? Le 20 septembre à 19 h 30
ont pris de l’ampleur depuis les dernières Daly, Ottawa Où? Agora du Centre universitaire
années. Depuis cinq ans, l’U d’O est passée
de 31 500 étudiants à près de 38 000, selon Festival X de la photographie d’Ottawa Concert Chasse-galerie – Mastikédigère
un document publié en janvier 2010. Des Quand? Du 23 septembre au 3 octobre Quand? Le 22 septembre à 20 h
changements en vue d’une adaptation ont-il Où? Partout à Ottawa et Gatineau Où? Bistro 1848, Centre universitaire
été produits? Le problème n’est nullement
MUSIQUE Fête du drapeau franco-ontarien
au niveau de la lenteur du service, mais de
l’organisation du système même. Peut-être Pierre Lapointe seul au piano Quand? Le 23 septembre à 13 h
une restructuration à l’intérieur même de Quand? Le 23 et 24 septembre à 20 h Où? Terminus du Centre universitaire
la machine bureaucratique serait de rigueur Où? Salle Jean-Despréz, 25, rue Laurier,
afin que l’offre corresponde à la demande. Gatineau Camp d’entraînement de la LIEU
Bien sûr, on n’attrape point de mouches Quand? Le 23 septembre à 19 h 30
THÉÂTRE
avec du vinaigre, et patienter doucereuse- Où? Agora du Centre universitaire La dernière semaine
ment sera la solution temporaire à cette Magasin général du camp d’entraînement,
plaie. Après tout, dans la tête de tout bon Quand? Du 22 au 25 septembre
citoyen, la bureaucratie s’apparente à la Où? Théâtre de l’Île, 1, rue Wellington, Divers sera ce jeudi 23 septembre
température, dans le sens qu’on en a beau Gatineau Journées de la culture à l’agora!
parler, il faudra irrévocablement la subir. Quand ? Du 24 au 26 septembre Venez en grand nombre!
Où ? Gatineau

culture@larotonde.ca www.larotonde.ca • 13
Sports
le 20 septembre 2010

Vincent Duquette
sports@larotonde.ca

Les nouveaux entraîneurs du Gris et Grenat

Un vent de jeunesse souffle sur les Gee-Gees


Vincent Duquette moment d’écrire ces lignes, le nou- championnats nationaux. Le nouvel
vel entraîneur de l’équipe n’avait entraîneur du Double  G possède
Jean-Philippe Asselin toujours pas perdu un match au déjà une vaste expérience au poste
Football niveau universitaire, remportant d’entraîneur-chef puisqu’il a rempli
trois victoires en autant de parties. cette fonction chez les Wolverines

C
ette histoire a fait couler Son équipe, classée deuxième au de Gloucester au niveau juvénile de
beaucoup d’encre depuis la Canada, profite de la présence de 2003 à 2005.
fin de la dernière saison de nombreux vétérans et joueurs d’ex- Âgé de seulement 34  ans, James
football. Ayant pris la décision de périence qui poursuivent la tradi- Derouin est originaire de la grande
consacrer plus de temps à sa jeune tion victorieuse du Double  G. Quoi région d’Ottawa. S’exprimant à la
famille, l’entraîneur-chef Denis Pi- qu’il en soit, Asselin ne pouvait pas fois en français et en anglais, c’est
ché a choisi de quitter l’équipe et espérer un meilleur scénario pour un entraîneur qui préconise un style
de laisser la place à un successeur. débuter sa carrière d’entraîneur- de jeu offensif et qui mise sur le bon
C’est donc Jean-Philippe Asselin chef au niveau universitaire. positionnement de ses joueurs sur
qui a reçu le mandat de transpor- le terrain. Cette année, Derouin sera
ter l’équipe ottavienne, elle qui de- James Derouin secondé dans ses fonctions par Emil
vrait atteindre de nouveaux som- Basketball masculin O’Neil, Carlos Brown, Clarence Por-
mets cette année. Âgé de seulement ter et Trevor Steynor. L’équipe d’en-
27 ans, Asselin devient le plus jeune En juin 2010, l’équipe de basket- traîneurs tentera de recréer l’en-
entraîneur de football universitaire ball masculine de l’U  d’O connais- gouement qui s’était installé autour
canadien à diriger une équipe. Par sait son nouvel instructeur : James des deux Gibson en faisant appel à
contre, son calme et son expérience Derouin. Celui qui secondait Dave de nouvelles recrues qui pourraient
du football ne devraient pas l’empê- DeAveiro de 2002 à 2008 prend les surprendre. Le défi est tout simple-
cher d’imposer son respect, lui qui rênes d’une équipe jeune et dynami- ment de vaincre les éternels rivaux
a joué pour les Gee-Gees de 2003 à que qui doit composer avec le départ de l’Université Carleton et une par-
2006 et qui occupait le poste d’en- des deux Gibson. Ayant joué pour ticipation aux séries ne serait pas à
traîneur des receveurs et d’entraî- le Gris et Grenat, Derouin possède négliger.
neur adjoint depuis trois ans. d’excellentes qualités de leader. Il
Asselin pourra compter sur le re- a occupé la fonction de capitaine Yanick Evola
tour de la majorité de ses adjoints pendant les deux dernières saisons Hockey féminin
pour la saison 2010-2011 et c’est de son expérience de basketball
pour préserver une certaine conti- universitaire. Avant de se joindre Ancien porte-couleurs des Cata-
nuité que les hauts placés de l’U d’O à l’équipe des Gee-Gees, Derouin a ractes de Shawinigan et des X‑Men
ont choisi un remplaçant à l’interne. été l’entraîneur adjoint de l’excel- de l’Université St. Francis Xavier
Il est donc normal que le système lente équipe de l’Université de la (N.‑É.), Yanick Evola vient à Ot-
de jeu ait peu changé et que la men- Colombie-Britannique, avec laquel- tawa dans le but de diriger l’équipe
talité de l’équipe reste la même. Au le il a participé à deux finales des de hockey féminine de l’U d’O. En-

James Derouin, fraîchement arrivé à l’U d’O. Photo de Vincent Duquette

gagé à temps plein, Evola remplace key féminine très compétitive au


Miguel Filiatrault, entraîneur-chef niveau national. Il a même rem-
par intérim la saison dernière. Il de- porté un championnat avec cette
vient ainsi le sixième entraîneur de même équipe en 2006. Originaire
l’histoire du programme de hockey. de Boucherville, il sera assisté dans
Même s’il n’est âgé que de 34  ans, ses fonctions par les entraîneurs
Evola possède un bagage de hockey adjoints suivants  : Geneviève La-
assez impressionnant. Nommé dans voie, Robyn Rittmaster et Patrick
l’équipe d’étoiles du hockey univer- Grandmaître. Ce dernier est très
sitaire à trois reprises, le nouvel ins- connu dans la région de Gatineau
tructeur du Double G a permis à son puisqu’il était l’entraîneur adjoint
équipe universitaire de remporter le des Intrépides de Gatineau dans
championnat des Sports interuni- la ligue de hockey Midget AAA.
versitaires canadiens en 2001. Ancien porte-couleurs des X‑Men,
Hormis ses nombreux accom- Grandmaître a joué au niveau pro-
plissements sur la glace, Evola a fessionnel en Allemagne, mais une
Jean-Philippe Asselin : un pari bien calculé. Photo de Simon Cremer aussi été l’entraîneur de l’Axion série de commotions cérébrales l’a
de Montréal, une équipe de hoc- forcé à se retirer du hockey.

14 • www.larotonde.ca sports@larotonde.ca
le 20 septembre 2010 Sports
Soccer féminin

Semaine encourageante
Siniša Šindik ment content de notre victoire et de terrain gorgé d’eau, produisant ain- échappée et a calmement réalisé le
l’excellente performance de notre Le 18 septembre si plusieurs trous de terre boueuse. but gagnant en milieu de deuxième
Le 15 septembre équipe  », a souligné l’entraîneur- Alors plus la pluie tombait, plus demie », a ajouté Johnson.
chef au Service des sports au terme Samedi midi, les joueuses du Gris la qualité du jeu se détériorait. La Le Gris et Grenat n’avait pas trop
L’équipe de soccer féminine des de la rencontre. et Grenat (3-0-1 SUO) tentaient de température et la condition du ter- le temps de se réjouir de cette im-
Gee-Gees (2-0-1 SUO) entreprenait L’unique but de la rencontre a été devenir la seule équipe invaincue rain n’ont fait que provoquer des er- portante victoire, car le lendemain,
son séjour de cinq matchs à l’étran- marqué très tard dans le match, soit dans la conférence de l’Est des reurs de la part des deux équipes », elles se dirigeaient vers l’Université
ger cette semaine en faisant escale à la 80e  minute de jeu, gracieuseté Sports universitaires de l’Ontario, s’est exclamé l’entraîneur Johnson Laurentienne (2-1-3 SUO) pour y
tout d’abord à l’Université Queen’s de Christine Hardie, attaquante de alors qu’elles rendaient visite aux à la fin de la partie. affronter les Voltigeurs et tenter par
pour y affronter les Gaels (4-1-0 deuxième année. En effet, Hardie a Lakers de Nipissing (1-1-3 SUO). Ce sont les joueuses locales qui ont le fait même de réaliser un week-
SUO), elles qui étaient toujours in- profité d’une jolie pièce de jeu or- On peut dire que c’est mission ac- pris l’initiative, tôt dans la rencontre, end parfait. Malheureusement, le
vaincues depuis le début de la sai- chestrée par sa coéquipière Sarah complie puisque la troupe d’Ottawa en marquant à la 14e minute de jeu, Double  G a dû se contenter d’une
son. Eh bien, l’équipe de Steve Jo- De Carufel pour finalement y aller a quitté Nipissing avec trois autres mais Sarah De Carufel, attaquante de semaine de six points sur une pos-
hnson s’est assurée de stopper cette d’un puissant tir qui a trompé la vi- points en banque, aidée d’une vic- deuxième année, s’est chargée de ra- sibilité de neuf, car, étonnamment,
séquence en remportant le match gilance de la gardienne des Gaels. toire de 2-1. mener les deux équipes à la case dé- Laurentienne a pris la mesure des
par la marque de 1-0. Mélissa Pesant, quant à elle, a réa- Les conditions météorologiques part à la 36e minute de jeu. Les Gee- joueuses d’Ottawa par la marque de
Le match, qui a débuté avec un lisé son deuxième blanchissage de sur place ont compliqué la tâche du Gees ont finalement marqué leur 2-0.
retard de 45 minutes, s’est terminé la saison. Double G, mais les filles ont tout de deuxième but en milieu de deuxième Ottawa poursuivra et termi-
à la tombée de la nuit et il faut dire Les Gee-Gees poursuivaient même réussi à rester concentrées et demie, alors que Corina Jarrett a nera son long périple à l’exté-
que le Gris et Grenat a offert une leur séjour à l’étranger avec un intenses tout au long de la rencon- trouvé le fond du filet et, du même rieur la fin de semaine prochaine,
solide performance qui lui a permis arrêt à Nipissing, le samedi 18, tre : « Nous avons gagné une grande coup, donné la victoire aux siennes : après une visite à Trent le samedi
d’aller chercher trois points très et à Laurentienne, le dimanche bataille dans de mauvaises condi- « Le but de Corina Jarett était digne 25, puis à Ryerson le dimanche
importants : �����������������������
« Oui, je suis extrême- 19 septembre. tions. La pluie incessante a rendu le de mention. Jarett a réussi une belle 26 septembre.

Tirs de barrage
Capitaine Tétreault
Originaire de Granby, Sébastien Tétreault illustre parfaitement comment la persévérance et le dévouement permettent d’atteindre ses objectifs. Le diplômé en activité physique
complète cette année sa cinquième année d’éligibilité au football universitaire canadien. La Rotonde s’est entretenue avec le colosse de 6’4” dans une entrevue qui vous
permettra de mieux connaître ce joueur talentueux et sympathique.
Vincent Duquette Double G?
LR : As-tu un joueur fétiche, ST : Je pense que je ne donne pas
La Rotonde : Pourquoi avoir une idole? ma place. Je ne suis pas le genre de
choisi l’U d’O? ST  : Il y a beaucoup de joueurs joueur à parler aux autres équipes,
Sébastien Tétreault : Pour plu- que j’admire pour leur travail et le mais je suis un motivateur. Sinon,
sieurs raisons. À vrai dire, je voulais style de jeu qu’ils ont. Dans la Ligue Chayce Elliot est un peu plus ex-
poursuivre mes études dans les deux canadienne de football (LCF), un pressif parce qu’il joue une game un
langues parce que je suis allé au cé- gars comme Anwar Stewart est un peu différente : il affronte le même
gep en anglais. Je suis aussi tombé joueur que j’admire beaucoup parce joueur tout le match. Mais on aime
amoureux de la ville. J’ai aussi aimé qu’il comprend très bien le jeu et il bien qualifier notre défense de silent
l’ambiance qu’il y avait autour de réagit rapidement à ce qui l’entoure. but violent!
l’équipe et je me sentais bien avec [NDLR  : Plus tard dans l’entrevue]
les joueurs et les entraîneurs. C’est Ray Lewis est pour moi l’icône du LR : Et celui le moins expres-
important de bien choisir l’endroit football, je ne sais pas pourquoi je sif?
où l’on veut poursuivre ses études n’y ai pas pensé! ST : Un gars comme Lee Shaver
parce que ça va dicter les 40  pro- ou Tyler Sawyer. Ils sont le genre
chaines années de sa vie. LR  : Pourquoi portes-tu la de joueurs à faire un bon jeu, à se
visière? relever et à marcher vers le cocus
LR  : Que penses-tu de l’ar- ST : À la base, j’ai une hypersen- comme si de rien n’était.
rivée de Jean-Philippe Asselin sibilité à la lumière, mais j’ai été
comme entraîneur-chef? capable de jouer sans ça. Ça m’aide LR  : Quels sont tes projets
ST : Sur le plan des stratégies, ça aussi à entrer dans ma bulle. Évi- d’avenir?
a très peu changé. C’est qu’il a tout demment, c’est aussi un peu pour J’adore le coaching, ça fait déjà
simplement été promu à un poste le look! six ans que je coache différentes
d’une plus grande importance. Il a équipes et c’est quelque chose qui
changé la mentalité que Denis Piché LR  : La ligue américaine ou m’intéresse, mais je vais me laisser
[NDLR : ancien entraîneur de foot- la ligue canadienne? le temps de voir si la Ligue cana-
ball] avait apportée en établissant ST  : Je ne sais pas trop! Je me dienne va m’offrir une occasion que
un climat de compétition. pose encore la question! Ce sont je ne pourrai pas refuser. Sinon, ça
deux ligues tellement différentes. fait deux ans que je suis porte-paro-
LR  : Quels sont les objectifs Je suis un amoureux du football en le pour le Centre canadien d’éthique
de l’équipe d’ici la fin de la sai- général! sportive, avec qui je fais des confé-
son? rences, mais ce n’est pas vraiment
ST : On est supposé être 3‑0. Ce LR : Des prédictions? un emploi, ce n’est pas vraiment
n’est pas une surprise. Depuis le dé- ST : Les Ravens, c’est mon équipe payant! J’ai l’intention d’aller por-
but de l’hiver, on s’est établi comme dans la NFL : Big defence! Dans la ter ma candidature au Cégep de
étant l’équipe numéro un dans la LCF, j’aime bien les Alouettes, mais l’Outaouais pour travailler comme
ligue. On se dit aussi que la seule sinon, je suis aussi fan des Roughri- enseignant ou aide pédagogique
équipe qui peut nous battre, c’est ders de la Saskatchewan. individuelle. J’aimerais aussi dé- Photo de Vincent Duquette
Sébastien Tétreault
nous-mêmes. L’objectif ultime reste marrer un projet au Cégep qui serait
de gagner la coupe Vanier et je suis LR : Qui est le joueur le plus une aide spéciale pour les étudiants
sûr qu’on est capable de s’y rendre! expressif dans la défense du athlètes seulement.

sports@larotonde.ca www.larotonde.ca • 15
Sports le 20 septembre 2010

Plan de match Football

L’erreur n’est plus Le Double G démontre sa force de caractère


humaine Vincent Duquette

Les Gee-Gees ont à nouveau démontré qu’ils


Vincent Duquette, méritaient leur deuxième place au classement
Chef de pupitre Sports interuniversitaire canadien en disposant des
sports@larotonde.ca Maraudeurs de l’Université McMaster 43-35,
à domicile, samedi après-midi. McMaster
avait réussi à prendre les devants 35 à 17 au
début du troisième quart, mais de bons ajus-
Vincent Duquette
tements de la part des entraîneurs ont permis
au Double G de remonter la pente et ainsi de
Même si les nouvelles technologies font partie
remporter son quatrième match de la saison.
intégrante de la vie des gens, tant sur le point
Le quart-arrière Brad Sinopoli a encore une
de l’efficacité au travail que dans les études,
fois été la grande vedette du match, complé-
le monde du sport est l’une des sphères de la
tant 60  % de ses passes pour des gains de
société la plus touchée par ces innovations. Il
446  verges et quatre touchés. Notons que
y a 20 ans, on n’aurait jamais pu croire qu’une
106 verges proviennent d’un seul jeu alors que
reprise vidéo serait nécessaire pour tracer une
Sinopoli rejoignait le receveur Cyril Adjeitey
ligne de démarcation entre un coup gagnant
pour un touché qui allait clouer le cercueil des
et un coup perdant, entre une victoire et une
Maraudeurs.
défaite.
« On avait un bon plan de match, mais on a
Les nouvelles technologies ont évolué à un
dû s’ajuster pendant tout le match parce que
rythme d’enfer et ne font malheureusement
[les Maraudeurs] nous ont présenté des stra-
pas l’unanimité dans tous les sports. Plusieurs
tégies qu’on n’avait pas vues sur vidéo », a ré-
croient que les arbitres ont droit à l’erreur et
vélé le plaqueur défensif Sébastien Tétreault,
qu’on ne peut se fier aux technologies pour
après la partie.
dicter le résultat d’un match. Au soccer in-
« Même s’ils ont marqué 35 points, je pense
ternational, par exemple, on refuse toujours
que nous avons toujours l’une des meilleurs
d’instaurer la fameuse reprise vidéo parce
défenses au pays », a-t-il ajouté.
qu’elle entraverait le travail des arbitres et
Le quart-arrière de McMaster, Kyle Quin-
qu’elle interviendrait dans les traditions mê-
lan, a aussi obtenu de très bonnes statistiques
mes de ce sport. On n’a pas tout à fait tort. Un
dans la défaite en obtenant 246 verges par la
arbitre sait que tout appel discutable qu’il fera
passe et cinq passes de touché. Il a aussi ob-
durant une partie aura des conséquences sur
tenu 81 verges sur sept jeux de courses.
son travail puisqu’il sait qu’une reprise vidéo
est là pour contredire cet appel.
Revirements et ajustements
Nous pouvons toujours nous questionner
sur les fondements des technologies en sport,
Le match a plutôt bien débuté pour la trou-
mais il reste qu’il est impressionnant de les
pe de Jean-Philippe Asselin, qui a pris rapi-
voir évoluer. Au hockey professionnel, il est
dement les devants sur un touché d’Ezra Mil-
maintenant possible d’accéder aux reprises
lington. Malgré une réplique immédiate des
vidéo en haute définition de tous les réseaux
visiteurs, le botteur Matthew Falvo a inscrit
de télévision présents au match. Lorsqu’il y
son septième placement de la saison pour per-
a un doute concernant le but qui vient d’être
mettre à son équipe de prendre une avance de
inscrit, les juges de buts locaux analysent les
10 à 7 avant la fin du premier quart. McMaster
images qu’ils ont en leur possession et peu-
semblait avoir réponse à toutes les attaques
vent faire appel au quartier général de To-
des Gee-Gees, car il a répliqué rapidement
ronto pour que ce dernier puisse à son tour
avec deux touchés au deuxième quart pour
analyser la situation. Le tout se fait à la vitesse
prendre les devants par 11 points. Un touché
de la lumière. C’est le même principe au foot-
d’Alex Fortier-Labonté avant la fin de la pre-
ball professionnel, où les entraîneurs peuvent
mière demie a réduit l’écart à quatre points; le
contredire une décision rendue par les offi-
pointage était alors 21 à 17 pour McMaster.
ciels sur le terrain. Au tennis, l’Association de
La deuxième demie a plutôt mal commencé
tennis professionnel a maintenant accès au
pour Ottawa, puisque Sinopoli a lancé deux
système informatique Hawk-Eye, qui permet
interceptions qui ont conduit à deux touchés
à l’arbitre de revoir la trajectoire de la balle
rapides des Maraudeurs. Le match semblait
sur un écran informatique. Les erreurs d’ap-
alors hors de portée des Ottaviens, qui per-
pel peuvent donc être corrigées pour permet-
daient par 18 points et jouaient sans véritable
tre aux joueurs de reprendre le point.
conviction.
Ces technologies présentes dans les diffé-
« Les Maraudeurs ont joué un style de jeu
rents sports ont permis à plusieurs reprises
en défensive qu’on n’avait pas vu lors des trois
de rectifier des erreurs qui avaient été commi-
dernières semaines; il faut donner crédit à
ses par l’humain. Il est donc devenu impos-
leur équipe d’entraîneurs, qui avait un très
sible pour les arbitres qui ont accès à ce type
bon plan de match », a confié l’entraîneur-chef
de technologie de se tromper ou de prendre
Jean-Philippe Asselin, après la rencontre.
la mauvaise décision dans un match. Alors,
Le dernier touché inscrit par McMaster
pourquoi ne pas faire totalement confiance à
semble avoir fouetté les Gee-Gees, car ces der-
cette technologie, puisqu’elle ne se trompe ja-
niers ont dominé le reste du quart en inscri-
mais? Je pourrais répondre à cette interroga-
vant deux touchés et en refoulant les visiteurs
tion en posant une autre question : Pourquoi
profondément dans leur zone. Les touchés
les ligues professionnelles ont-elles décidé
ont été inscrits par Adam Gourgon sur une
de limiter l’accès des équipes et des athlètes Photo de Vincent Duquette
course d’une verge et par Matthew Bolduc sur Brad Sinopoli, quart-arrière, étoile du Double G.
aux reprises vidéo? Parce que les technologies
une passe de 20  verges. Avec une avance de
sont encore contrôlées par les humains, et que
deux points, les Maraudeurs n’ont pas réussi
dans certains sports, certaines facettes du jeu
à contenir les attaques du Gris et Grenat, qui défensive. Nous avons calmé nos joueurs sur Kingston le samedi 25 septembre pour affron-
sont toujours hors de portée des innovations.
a inscrit dix points au quatrième quart, dont le banc, nous sommes revenus à la base et ter les Gaels de l’Université Queen’s. Les Gee-
Mais avant tout, il faut que le sport reste vrai.
sept sur un long touché d’Adjeitey, pour se l’offensive a bien répondu à l’appel », a ajouté Gees tenteront de préserver leur fiche parfaite
Le sport, ça reste un jeu et les jeux sont censés
sauver avec la victoire. l’entraîneur-chef des Gee-Gees. de quatre victoires et aucun revers face à une
être plaisants.
« Notre offensive a eu à s’ajuster face à cette Le prochain match de l’équipe aura lieu à équipe coriace.

16 • www.larotonde.ca sports@larotonde.ca
le 20 septembre 2010 Sports
Football Brève
Excellent départ pour l’équipe
Après une victoire électrisante, d’athlétisme
les « étudiants 101 » en veulent plus Compétition sur invitation de l’Université Colgate
Catherine Cimon meilleur temps à l’épreuve de huit
kilomètres en terminant 29e. Son
Samedi dernier se déroulait la pre- coéquipier Rob Bark était tout juste
mière compétition de l’année, de derrière avec une 30e place. De plus,
type invitation, de l’équipe de cross- Kyle Mackie, un coureur de troisiè-
country des Gee-Gees à l’Université me année, a su se frayer une place
Colgate (Hamilton, New York). dans le top 50 en terminant 37e.
Pour l’occasion, le Double G avait Finalement, les femmes ont aussi
envoyé une délégation constituée disputé une course de six kilomè-
des meilleurs éléments ottaviens. tres digne de mention puisque deux
En effet, quelques 10  coureurs et des athlètes du Double  G ont ter-
12 coureuses s’étaient déplacés pour miné parmi les 50  meilleures cou-
faire briller l’étendard du Gris et reuses : Nathalie Côté s’est en effet
Grenat. Majoritairement composée classée 40e devant sa coéquipière
d’anciens, la troupe de McInnis se Emily Clarke, qui s’est retrouvée
préparait en vue des championnats au 46e rang. Julia Britton est venue
des Sports universitaires de l’Onta- compléter le trio ottavien en enre-
rio, qui se tiendront le 30  octobre gistrant une 55e position.
prochain à Guelph. Bref, ces belles performances
Ainsi, les coureurs ottaviens ont augurent bien pour la prochaine
offert une excellente performance compétition majeure à laquelle
lors de cette compétition sur invi- prendront part les Gee-Gees. De
tation puisque, au classement gé- fait, le 1er octobre 2010 se tiendra à
néral par équipe, ils ont terminé Bethlehem (Pennsylvannie) la com-
troisièmes; une performance en- pétition sur invitation Paul-Short.
courageante pour un début d’année Le Gris et Grenat devra répondre
qui indique bien le niveau de forme à de grandes attentes étant donné
physique des athlètes de l’U d’O. que l’année dernière, la délégation
Au sein de l’équipe masculine, féminine avait remporté la médaille
c’est le coureur de troisième année d’or en équipe et que les hommes
Photo de Simon Cremer Matt Vierula qui a enregistré le s’étaient couverts du bronze.
Les nouveaux étudiants en liesse pour les Gee-Gees.

Service des sports, collaboration rager leurs partisans à faire de plus presque impossible de ne pas deve-
spéciale en plus de bruit. Constater cet ap-
pui et une telle interaction entre la
nir un fanatique, peu importe son
sport de choix.
Réunion des bénévoles
Le premier match à domicile des foule à domicile et leur équipe était Étudiante de première année en Le mardi 21 septembre, 14 h 30
Gee-Gees contre les Mustangs de un spectacle incroyable. Sans aucun sciences infirmières, Britney Allard
Western la semaine dernière a été doute, l’entrain des spectateurs n’est a décrit l’ambiance « d’incroyable » 109 rue Osgoode
une énorme victoire, non seulement pas passé inaperçu. et admis qu’elle assistera sans aucun
pour le programme de football de « Nous avons même entendu des doute au prochain match. «  Et j’ai
l’U  d’O, mais aussi pour tous ses commentaires de la part de Wes- même réussi à persuader mes cama- Venez rencontrer l’équipe et apporter votre grain de sel à La Rotonde.
partisans. Les plus de 6000 specta- tern au sujet du rôle que la foule a rades de m’accompagner,  » ajoute-
teurs présents à la rencontre de la joué dans ce match. C’est énorme t-elle en riant. Les nouveaux intéressés sont les bienvenus!
fête du Travail Lorsqu’on a de-
ont eu la chance On peut affirmer sans aucun doute qu’un tel match est d’une importance mandé aux joueurs
d’assister à un d’expliquer combien
excellent match, primordiale pour établir les fondements de l’esprit de corps et donner un le soutien moral de
parler sentiment d’appartenance à la vie étudiante sur le campus. Les sports la foule vaut pour
Stage d’aide humanitaire
sans
d’une conclu- l’équipe, le demi-
sion encore interuniversitaires font partie intégrante de l’expérience universitaire et leur défensif de cinquiè-
plus exaltante. montrer son appui est favorable à la fois pour les partisans et les athlètes.
À 29  secondes
me année Chayce
Elliott (Burnaby,
en République Dominicaine
de la toute fin, C.‑B.) souligne  :
le quart arrière de quatrième an- pour nous, affirme Jean-Philippe «  Quand [la foule] sait à quel mo- Au cours du printemps et de l’été 2011, 32
née Brad Sinopoli (Peterborough, Asselin, entraîneur-chef des Gee- ment faire du bruit lorsque l’offen- jeunes (entre 20 et 35 ans) partiront 4 ou 6
Ont.) a atteint sa cible, le receveur Gees. C’est un grand stade […] et sive est sur le terrain, comment elle
semaines en République Dominicaine pour un
de quatrième année Steven Hu- quand plus de 6000  personnes s’y nous encourage quand nous réussis-
ghes (Ottawa, Ont.) avec une passe rassemblent, on commence à sentir sons quelque chose de bien […] C’est projet d’aide humanitaire sous la tutelle de
de 29 verges pour le touché gagnant. toute une atmosphère. C’était su- vraiment énorme de bénéficier de l’organisme « Solidarité Jeunesse ».
Une véritable frénésie s’est emparée perbe », a-t-il ajouté. l’appui de nos partisans, et si nous
de la foule, alors que tous les parti- En effet, si une telle atmosphère pouvions l’avoir à tous nos matchs à
sans venaient d’assister à un revire- régnait, c’était grâce aux milliers de domicile, ce serait sublime. »
ment presque impossible contre les participants à la Semaine 101 qui ont «  En tant qu’équipe, nous avons Soyez du
puissants Mustangs. bravé le temps frais de septembre de grandes attentes, et nos attentes
Le match était loin d’être gagné, pour assister à leur premier match doivent correspondre à celles de nos nombre !
toutefois. Le Gris et Grenat devait de football des Gee-Gees. Pour bon partisans », ajoute Elliott en répon-
fournir ses plus grands efforts dé- nombre d’entre eux, il s’agissait de se aux commentaires de Julien De-
fensifs au cours des 29  secondes leur première expérience de football mers, étudiant de première année
suivantes pour empêcher Western en direct, et la plupart ont même en activité physique, affirmant qu’il Soirée d’information : le jeudi 23 septembre, 19h30,
de se rendre à portée d’un botter avoué qu’ils n’étaient pas de sérieux continuerait d’y assister «  pourvu au 101, avenue Parent, à Ottawa (coin Saint-Patrick, derrière
de placement. Les cris de la foule partisans de ce sport. Encore là, qu’ils continuent de gagner ». Il va la cathédrale).
encourageant la ligne défensive l’enthousiasme était contagieux. Le sans dire que les joueurs savent ce
retentissaient jusqu’au banc des fait de prendre part à une victoire qu’il y a en jeu à chaque rencontre 613-241-7515
joueurs, et les défenseurs des Gee- comme celle-là en compagnie de et qu’ils ne tiennent aucunement cet cdjeunes@comnet.ca
Gees levaient les bras pour encou- milliers d’autres spectateurs rend appui pour acquis.

sports@larotonde.ca www.larotonde.ca • 17
le 20 septembre 2010

PHOTO DE LA SEMAINE
Divertissements
Réunion des bénévoles
Le mardi 21 septembre, 14 h 30
109 rue Osgoode

Venez rencontrer l’équipe et apporter votre grain de


sel à La Rotonde. Les nouveaux intéressés sont les
bienvenus!

Remplissez les cases vides pour compléter le casse-tête. Chaque chiffre


de 1 à 9 doit être présent dans chaque rangée horizontale et verticale,
ainsi que dans chaque section de neuf cases.

Photo de Mark Colletti


Eh oui, plusieurs optent pour la pelouse de Tabaret pour la séance de photographies de leur mariage. Samedi dernier,
Mike et Julia posaient gracieusement sur le campus de l’U d’O. Faites-nous parvenir des photos amusantes ou insolites afin qu’elles soient
publiées dans cet espace en envoyant un courriel à redaction@larotonde.ca.

Sudoku
Ont participé à cette édition:
Hélène Boulay
Marika Dubé
Anaïs Elboujdaïni
Melly Wells
Sara Pedroso
La Rotonde n’est aucunement responsable de tout problème de manque
Léa Papineau Robichaud d’attention de ses lecteurs en classe en raison de ce Sudoku.

Simon-Nicolas Grandmaître NOUS VOULONS VOUS LIRE!


David Beaudin-Hyppia La Rotonde est heureuse d’accueillir les analyses et commentaires de ses lecteurs et

Philippe Pépin lectrices. La Rotonde ne s’engage ni à publier les lettres, ni à justifier leur non-publication.
Nous nous réservons la possibilité de réduire la longueur des textes retenus. Pour nous
faire parvenir vos lettres, veuillez nous envoyer un courriel.
Siniša Šindik
redaction@larotonde.ca

redaction@larotonde.ca
18 • www.larotonde.ca
le 20 septembre 2010

Éditorial
le 20 septembre 2010 • Vol. LXXVIII No. 3

« Eau »
109, rue Osgoode
Ottawa (Ontario)
K1N 6S1

bac
613 421 4686

les bouteilles RÉDACTION

Rédactrice en chef
Julie-Anne Lapointe
redaction@larotonde.ca

Secrétaire de rédaction
Les étudiants assoiffés entre deux cours de- tudes quotidiennes et développer le réflexe marche du Centre universitaire au dépanneur Joanie Demers
vront prendre leur mal en patience. L’eau em- de s’apporter une bouteille réutilisable pour Mac’s, aux abords du campus, pour se procurer revision@larotonde.ca
bouteillée est désormais une denrée en voie étancher leur soif. leur eau, plutôt que partir à la recherche d’une Adjoints à la secrétaire
d’extinction sur le campus, et on pourra bien- Cependant, en pointant du doigt les bou- fontaine, un accessoire presque aussi rare que de rédaction
tôt lancer haut et fort que l’U d’O est exempte teilles d’eau pour désigner le grand coupa- l’eau embouteillée sur le campus. Katy Le Van
de ces bêtes noires, ennemies des environne- ble d’un fléau environnemental, on oublie Les étudiants devront donc être plus pré- Fortunat Nadima
mentalistes. une partie du problème. Tous les jus de fruits, voyants s’ils avaient l’habitude de compter sur le Actualités
Une telle initiative a de toute évidence boissons gazeuses et thé glacés sont, au même Pivik pour se procurer leur eau fraîche. D’ici à ce Catherine Cimon
été applaudie par étudiants, professeurs et titre que l’eau embouteillée, nocifs pour l’envi- qu’ils s’ajustent à la nouvelle politique contre la (Chef de pupitre)
actualites@larotonde.ca
autres membres de la communauté univer- ronnement. Le contenant est composé des mê- vente de bouteilles d’eau, ils pourront toutefois Isabelle Larose
sitaire pour le pas de géant qu’elle représen- mes matériaux dommageables que dans le cas se vanter de fréquenter la première université où (Adjointe)
te dans le domaine de l’environnement et de l’eau. Pourquoi, dans ce cas, s’entêter à in- existe une telle initiative pro-environnementale. nouvelles@larotonde.ca
du développement durable. En interdisant terdire la vente de bouteilles d’eau, alors que L’U d’O devient en ce sens la pionnière d’une ini-
Arts et Culture
la vente de l’eau embouteillée, on oblige les étudiants auront toujours la possibilité de tiative qu’on verra sans doute s’étendre à la gran- Catherine Dib
les étudiants à diminuer leur consomma- se procurer un autre produit semblable? deur du pays, dans les autres établissements d’en- culture@larotonde.ca
tion de plastique nocif pour l’environne- On ne peut d’ailleurs pas compter sur les seignement, au cours des prochaines années.
ment et à opter pour une alternative plus fontaines, quasi introuvables sur le campus, On aura beau rouspéter à l’idée de devoir se dé- Sports
Vincent Duquette
économique  : l’eau offerte gratuitement pour approvisionner les étudiants en eau. Et placer pour acheter de l’eau ailleurs ou de se traî- sports@larotonde.ca
aux fontaines. celles qu’on trouve, après une quête démesu- ner jusqu’à la fontaine la plus proche, la politique
Le mot-clé ici est «  obliger  ». Car on rée pour trouver un endroit où remplir une interdisant la vente d’eau embouteillée est une Section Opinions
redaction@larotonde.ca
ne cachera pas que, trop souvent, des bouteille réutilisable, offrent un produit dé- idée qui, une fois digérée par la masse étudiante,
méthodes drastiques doivent être em- cevant, incomparable à l’eau réfrigérée ven- ne peut qu’avoir un impact considérablement po- Web
ployées pour modifier un comportement dues dans les commerces. sitif. L’invitation à l’ouverture d’esprit que cette Antoine Trépanier
ancré dans une culture. Si les campagnes de Il va sans dire que si l’U d’O veut se vanter politique encouragera, autant chez les étudiants web@larotonde.ca
sensibilisation démontrent leur efficacité d’encourager ses étudiants à opter pour des ottaviens que dans les autres établissements à Directeur de la production
dans certains domaines, l’U d’O se devait de habitudes de vie plus saines et plus écologi- travers le monde, a tout pour se distinguer des Buildman Biyong
passer concrètement à l’action, pour effec- ques, elle devrait aussi penser à adapter ses autres politiques injustes et contestées à l’Univer- production@larotonde.ca
tuer un vrai tournant vert. Sans eau em- installations en conséquence. Sans quoi les sité. À une époque où les initiatives environne- Directeur artistique
bouteillée à vendre, les étudiants devront étudiants assoiffés préféreront de loin faire la mentales sont enterrées par le désir du rayonne- Mark Colletti
forcément réviser leurs ment économique et les velléités d’action, c’est le direction.artistique@larotonde.ca
habi- moins qu’on puisse faire que d’accepter
Photographie
de remplir sa bouteille d’eau Anne Dussault
réutilisable et de laisser
l’eau embouteillée ÉDITIONS ET VENTES
sur les tablettes
Directeur général
du Mac’s. Pascal Justin Boyer
direction@larotonde.ca

Publicité
Edgar Donelle
Accès Média
info@accesmedia.com
514 524 1182
1 800 391 1182 (sans frais)
La Rotonde est le journal étudiant de
l’Université d’Ottawa, publié chaque lundi
par Les Éditions de La Rotonde, et distribué à
4000 copies dans la région d’Ottawa-Gatineau.
Il est financé en partie par les membres de la
FÉUO et ceux de l’Association des étudiants
diplômés. La Rotonde est membre du Carrefour
international des presses universitaires franco-
phones (CIPUF) et de la Presse universitaire
canadienne (PUC).

La Rotonde n’est pas responsable de l’emploi


à des fins diffamatoires de ses articles ou élé-
ments graphiques, en totalité ou en partie.

redaction@larotonde.ca www.larotonde.ca • 19
Université d’Ottawa

Viens célébrer la fête du


drapeau franco-ontarien
avec nous! Tu as deux options :

Quoi? Concert de Louis-Philippe Robillard


Quand? Le 20 septembre à 19 h 30
Où? À l’Agora du Centre universitaire
Tirages de nachos et autres prix de présence!

Quoi? Célébration du drapeau


Quand? Le 23 septembre 2010 à midi
Où? Au Terminus du Centre universitaire
Buffet gratuit et prix de présence, articles de fierté
gratuits à l’Agora du Centre universitaire

Centre de bilinguisme, FÉUO


Bilingualism Centre, SFUO

Pour assister à l’événement ou en savoir davantage, joins-toi à notre groupe Facebook,


le Réseau francophile de l’Université d’Ottawa, ou consulte notre site Internet.

www.viecommunautaire.uOttawa.ca | 613-562-5800 (4424)