Vous êtes sur la page 1sur 21

L'Emp ire a n glo-américai n

Par No s Lib erté s le s a m e di 2 3 a o ût 2008

L'Emp ire a n glo-américai n Par No s Lib erté s le s a m
L'Emp ire a n glo-américai n Par No s Lib erté s le s a m

En 2007, les Éditio ns Jea n-Cyrille Go defroy ont p u blié "Pétrole U ne guerre d'un s iècle" é crit par William Engd ahl. No us vo us re co mm and on s trè s chau dem ent l' ach at de cet ouvrage, si vous s ouh aitez n e pa s mo urir idi ot, e t com pren dre d ans quel mo nd e vo us vive z.

Le proj et de Charles de Gaulle d'un e Europ e u nie de "l 'Atla ntique à l'Our al" était une a mbit ion légitime, po ur vivr e da ns un e E urope so uverai ne et e n paix. Mais, c omm e vous p ourrez le c onst atez, à la lecture de l'ouvrage d e William Engdahl, le princip al oppo san t à ce projet éta it l'Angleterre, épa ulé e par les Éta ts-Unis.

L'em pire brita nni qu e, qui régnai t sur l e Co mmo nwealth et n 'av ait p as d e lie n avec l 'Eur ope c onti nent al, n 'ava it auc un in térêt à ce qu'une Eur op e con tine ntale, fort e et unie, é merge et puiss e lui f aire c on curre nce da ns l a domi nati on d u mon de. L es aristo crat es a nglais asso ciés a ux milliard aire s améric ain s se s ont do nc trouv és e n a c cord co mplet, p our i mpo ser a u m on de entier la terreur militaire, la dom inat i on fina nci ère, le contrôle d u pétrole et la destr ucti on des é co no mies nati on ales.

Extraits d u livre :

"En 1820, le P arleme nt brita nni que ap prouv a une dé clarati on d e pri nci pe qui, à travers u ne série d' évoluti on sur u n e péri ode d 'u n siè cle ou pres qu e, eu t pour c onsé quen ce maje ure le dé clen ch ement de la première guerre m ond iale et ses s uites tragiques. Cett e d éclar atio n av ait po ur but la pr om otio n du soi- disa nt « libre-é cha nge a bsol u », un con cep t éla boré quelques déce nni es aup arava nt p ar l'é co no miste éc oss a is Ad am Smi th. Dè s 1846, ce tte déclar atio n de prin cip e se co ncrét is a, qua nd le Parlement abr ogea les fameu ses lois s ur le blé ("Corn Laws "), supprima nt ai nsi la prote ctio n d e l'agricult ure nat ion ale anglaise. L 'a bro gation d es lois de pro tect ion des pri x du blé entr aîn a la rui ne des fer miers e t de l' agric ulture nat ion ale brita nni qu e."

[...]

"L'a brogati on des lois sur le blé ét en dit à to ut l' empire brit an nique le prin cip e de la politi que de mai n-d 'œ uvre à bon mar ché. Après u ne d éferlante d e prod uits d 'alime nta tio n à bas pri x, les seuls bénéfi cia ires de cet te politi qu e furent les gigantes qu es éta blissem ents lond onie ns de c omm erce inter nati on al et les ba nques qui les fi na nça ient. Le c livage social de la so ciété brita nni que s'aggrava, en tre un e min ce fra nge de pop ulatio n très o pule nte et une m asse d'i ndivi dus pa upéris és, en no mbre gra n dissa nt."

[...]

"Telle a été la politi que qui con tin ue d e domi ner la législati on brita nni qu e. En pratique, elle a co nsid éré la na tio n d a ns s on ens em ble c om me un op érate ur com merci al géant fa ce a u reste du m ond e, gérant u n formi da ble st ock de bien s desti né n on p as à l'usage m ais à l a vente, s' efforç ant de pro duire au plu s bas prix afin de ven dre e n d esso us du prix de la co nc urren ce e t c onsi déra n t les salaires co mme un ma nque à g agner pour les na ntis."

[...]

"Une c amp agne i déologi qu e fut la ncé e en 1851, à de stin atio n de s clas se s domi na ntes qui, us ant d'un argu ment malthusi en, report ait les effets de cette politique s ur u ne «pré ten du e sur pop ula tion»."

[...]

"Dep uis 150 a ns, ce s ma n œuvres li bre- échangis tes ont co nstit ué le fo nde men t de la stra tégie éc on omi qu e brit an niqu e. Le génie brita nni que a rési dé d ans cette ap titu de c amélo nes que à a da pter sa politique à u ne réalité éc on omi que intern atio nale fl uct ua nte. L e cœ ur de l a d octri ne a su bsist é : l' arme du libr e- échange absolu d'A da m Smith o ppo sée au x p olitiques é co no miques d e souver aine té n atio nale des p uiss an ces r ivales."

"Une c amp agne i déologi qu e fut la ncé e en 1851, à de

La Rein e d’A ngleterre

[...]

"La Gra nde-Bret agne a profit é de s circ onst an ces p artic ulières, qui fo nt d'ell e une île sép arée d e l'Eur ope c on tine ntal e, pour se libérer des coû ts d 'entr etie n d'une arm ée de t erre, afi n de s e c on cen t rer sur l a m aîtrise de s m ers. Le pillage des riche sses des vast es c onfi ns d u mon de lui a permis de m ainte nir u n équili bre des f orces sur le c onti nent , créant o u fin an ça nt à v olon té de s coaliti ons c ontr e tout e nati on, qu i à un momen t don né a sem blé sur le poin t de d omi ner la m asse co ntin ent ale eur o péen ne."

[...]

"Au co ntraire de l'Em pire fran çais et d es autres nati ons, l'A ngleterre faç onn a son em pire d 'a près Waterlo o, en marian t d'un e faç on e xtrême men t sophisti quée le s pl us gra nds ban quiers et fi na nciers d e la City, les mi nistre s du go uverne men t, les chefs d 'e ntrepri ses in dustri elles réput és stra tégique s pour l 'intérê t n atio nal, ave c les chef s de s services d 'espi on nage."

[...]

"Après 1873, le déc alage grandi ssa nt e ntre l'éc on omie dépri mée de l 'Empire brita nni qu e et les é co no mies i nd ustrielles ém ergentes de l 'Eur op e con tine ntale, don t le Rei ch allem an d ét ait la plus avan cée, créa les c on ditio n s qui permire nt l'e xplo sion de 1914."

[...]

"Dep uis 1890, l'Allemagne av ait d écidé de bâtir u ne soli de allian c e éco nomi que av ec la Tur quie, afin d' é tendre vers l'e st l'e xp ortati on de se s prod uits in dus triels. Le projet de che min de fer Berlin-Ba dgad éta it la pièc e maîtress e d 'u ne stratégie é co no mique brillan te et réaliste. L a Gran d e Bretagne s'opp osa au proje t. L'origi ne d es tragi qu es vi olenc es m oyen ne orient ales perpétré es dep uis les an né es 1890 remonte direc teme nt à cett e périod e."

[...]

"À cette ép oque, l'Allemag ne étai t pris e dan s l'éta u de la gra nde c om pagnie améric ain e Ro ckefeller Sta nd ard Oil. Sa br an che allem an de con trôlait 91 % de toute s les ven tes du marché allema nd."

[...]

"No mbre ux s ont ce ux qui d ans l'e sta blishment brita nni qu e avaie nt co mpris , bien avan t 1914, que la gu erre était la s eule solut ion permet tant de ram ener l a situat ion eur opée nne so us c ontr ôle bri t anni que. »

[...]

"Des gu erres régio nales con tin uelles f urent décle nché es d ans le s Balka ns, le bas-ve ntre m ou de l'E urop e ce ntrale. Pend ant la pr emière g uerre de s Balka n s

de 191 2, la Ser bie, la B ulgarie e t l a Grè ce se crète men t s oute nu es p ar

l'Angleterre, dé clarèren t la guerre à la Turquie.

[...]

Une de uxi ème gu erre fu t

décle nchée e n 1913, co nsoli da nt les a cquis p olitiques d e la première, d an s laquelle la R ou mani e part icip a à l 'écr a semen t de la Bulgarie. Le dé cor d e la grande gu erre eur opée nn e brit an nique était prê t."

[...]

"Tand is que la Fra nce et l'Allem agne ét aient oc cu pées à s 'e ntre-tu er d ans un e bo ucherie sa nglante et i nu tile, la Gra nde Bretagn e d éplaç ait ver s le thé âtre orient al la mas se é norme de 1 400 000 de ses sold ats."

[...]

"Après 1918, la Gra nde Bretag ne co nti nua de m ainte nir près d'un millio n d e soldat s a u Moye n-Orient, alors que le golfe Persi que était deve nu un « la c brita nni qu e » dès 1919. Les França is en colère ne prote stèren t qu e faible men t qu an d, alors qu e des millio ns des leurs étaient blessés s ur le front oc cide ntal , la Grand e-Bretagn e, profita nt de la sit uati on, remp ortait des vic toires co ntr e l'Empire t urc affai bli."

[...]

"Balfour et R otschil d étai ent t ous deu x mem bres d'une f acti on i mpéri alist e mont ant e en Gran de-Bret agne, qui travaillait à éta blir un emp ire mon dia l dura ble, fo nd é s ur d es métho des s ophisti qu ées de co ntrôle so cial. L a Fédérati on si oni ste brita nni que, fi nan cée p ar lord R othschild, avai t subv enti on né l'é migratio n d e ce ntai nes de Ju ifs en P alestine qui, de puis 1900, fuyaient la P ologne e t la Rus sie grâ ce à l'asso cia tio n juive de colo nisa tio n."

[...]

"Les milliards de dollars d 'ép argne a m éricai ne m obilisé s par la ba nque new- yorkaise JP Morga n & C o av aien t c ont ribué d 'u ne f aç on dé cisive à la vict oir e brita nni qu e. En 1919, au mome nt de la confér enc e de pai x de Versailles, la Gran de-Bretagn e devait a ux États-U ni s l'in croya ble s om me de 4,7 milliard s de d ollars."

JP Morga n [...] "Les prê ts de M organ, levé s p our la plupart

JP Morga n

[...]

"Les prê ts de M organ, levé s p our la plupart à titre privé à l'i nte ntio n de s Franç ais et des Brit an niques, l' étaie n t sur les ress our ces de la com pagni e Du Po nt et de se s am is."

[...]

"Qua nd il devi nt clair que se ule l'e nt rée en g uerre de l'A méri que po uvai t éviter le dés astre qui se profilait en E u rope p our les in térêts de J P Morgan et de se s clie nts eur opée ns, d es ar ticles favora bles dan s la presse am érica ine , relayés par l' assist an ce a ttent ive de s s ervices se crets brit an niques au x plus hauts nive au x, organisèr ent l'e ntrée en guerre de l'Améri qu e du « bo n » côté, c'es t-à-dire du côt é de s int érêts brita nn ique s."

[...]

"Dès l 'en trée e n gu erre offi cielle des É tats-U nis, J P M organ avai ent tran quilleme nt report é leurs prêts priv és au gouv ernem ent brita nni que, s ur la dette gé nérale d u Trés or a méric ain."

[...]

"Lionel C urtis, qui avec Blaf our, Miln er et d'a utres ét ait dep uis lo ngtemps mem bre d u cercle oc culte de la Ta ble ronde, app elé a ussi « no uvel e mpire » propo sa d'organiser un Instit ut Ro yal des Affaire s Inter nati onale s. L a

première missi on dév olue à ce n ouvel i nstit ut fu t d 'écrir e l'hist oire « offici elle

» de la conféren ce de p aix de Vers ailles."

[...]

Le même cercle déci da de d ote r

l'instit ut lon do nie n d'un e bra nch e am éricai ne so us le no m de Com ité new- yorkais po ur les Relation s Extérie u res (New York Co un cil for Foreign Relation s), afin de v oiler les lie ns é troit s qui les reli aient a ux Britan ni que s. C e comi té ét ait initi aleme nt co mpos é pr es que en tièrem ent d 'hom mes de Morga n et fina ncé par s on argent."

[...]

"En 1912, à l'au be d e la Grand e Guerre , la Grande Bretagne ne co ntrôlai t pa s plus de 1 2 % de la pro du ctio n pétr olièr e mon diale. En 19 25, elle contr ôlait la majorit é de s ap provisi on neme nts mo n dia ux."

[...]

"Le 22 j ui n 19 22, un pe u plus de de u x m ois après que le tra ité de Rap allo (ndlr : trait é c omm ercial e ntre l'Allemagne e t la Rus sie mi s en plac e par Rathena u) e ut été r en du pu blic, W alter Rathena u était as sassi né en sort ant d e sa rési den ce d e Berlin."

[...]

"En juillet 19 22, à la suit e d u me urtre de Rathe na u, la mark- or plo ngea s ur toute s les pla ces à 493 m arks p our un d ollar."

[...]

"Sous l'égide du pla n Dawe s, l'Allemagne paya de s réparati on s pen da nt cin q ans, j us qu 'en 1929. À la fi n de 19 29, el le devait plu s qu 'a u d ébut. Il s 'agissa it en fait d 'u n pillage organis é par la com mu na uté ban caire in tern atio nal e domi née par L on dres et New Y ork."

Davi d Ro ckefeller [...] "En 1927, un tr aité de pai x fu t signé

Davi d Ro ckefeller

[...]

"En 1927, un tr aité de pai x fu t signé à A chna carry, da ns le ch âtea u éc oss ais d e sir Henry Deter ding, de la Shell. John Cad ma n, représent ant d e l'Anglo- Persia n Oil & Co d épe nda nte d u gouvernem ent britan ni que (British Petrole um) et Walter Te agle, présid ent de la St an dard Oil de Ro ckefeller d u New Jersey (Ex xon), se réu niren t sou s le prétexte d 'u ne parti e de ch asse p ou r

établir le cartel éc on omi qu e le plus p uissa nt de l'hi stoire m od erne.

[...]

Ils

s'a cc ordère nt po ur entérin er la répart ition de s parts de m arché exi sta ntes,

fixer u n pri x mon dial et m ettre fi n à la com pétiti on destr uc trice et à la guerre

des prix de la dé cen nie préc éde nte.

[...]

De puis c ette épo que, à l'e xc eptio n d e

quel que s interru ptio ns mi neure s, l'hégémoni e anglo-am érica ine s ur les

réserves de pétr ole mo ndi ale a ét é tot al e."

[...]

"Morgan avai t déci dé de st abiliser le régime fascist e de Mus solini. À la dema nd e pres sa nte de M ont agu Norma n, gouver ne ur de la B an qu e d'A ngleterre et d e JP M organ, Volp i di Mis urata co nstit ua e n 19 26 u ne ba nque cen trale it alien ne unifi ée, la Ban que d'Italie, po ur co ntrôler l a politique mo nét aire nati on ale et ass urer le rembo urseme nt de la dett e extérie ure. Muss olini avai t mo ntré qu 'il était l'ho mme fort i déal po u r disci pliner les syndi cat s d e trav ailleurs italiens, ré duire les s alaires e t im pose r une a ustéri té suffi san te po ur garant ir les prêts étra ngers. En to ut c as, c' est c e que pen saie nt les gen s de Morgan à Ne w York."

[...]

"La seco uss e vint de la Réserve féd érale de New York et de la Ban qu e

d'A ngleterre qui, en 19 29, aprè s avoir maint en u leur t au x au plus ba s pen da n t deu x a ns de spé culati on bo ursière sa n s précé den t, les augm entère nt p ar u ne série d e m an œuvre s. Le kra ch prévi si ble d es marché s de New Y ork et de Lon dres en traîn a u ne fuit e mas sive des fon ds ba nca ires am éric ains et

brita nni qu es hors d 'Allemagne et d 'Autriche.

[...]

La crise ban cair e qu i

s'en suivit, la dépr essio n é co nomi que et les dév eloppe me nts tragi qu es en

Allemagne et en Au triche fure nt prati queme nt di ctés à la lettre par Mo ntag u Norm an, de la Ba nque d 'Angleterre, George Harris on, le gouverne ur de l a Réserve fédér ale de New Y ork, la m aiso n Morgan."

[...]

"L'o ptio n Hitler bé néfici ait du s out ien brita nni qu e a u plus h aut nive au : y con tribuaie nt le pre mier mi nistre brita nni que Neville Ch am berlain, Philipp e Kerr (plus t ard lor d Lo thian) du group e de la Ta ble ro nd e."

[...]

"En 1931, Nor man et la Ba nque d'Angleterre av aient c atégori que men t refu s é d'av an cer le moin dre pfen ning à l'Allemagne, préci pita nt la crise ban caire e t le chômage. Dan s cett e situ atio n dé s espérée, la prise de po uvoir d'Hitler devint u ne o ptio n e nvisage able po ur l es milie ux dirigea nts de l'Allem agne. Dès le début de 1933, quan d Hitler eut con solidé s on po uvoir le même Mont agnu Nor ma n ma n œuvra avec u n e hâte i ndé cen te p our ré co mpe nser le gouverne men t hitlérien en lui a cc ord a nt le cré dit de la Ba nque d'A ngleterre don t il avait be soi n."

[...]

"En 1946, pe u après la visit e d e Ch urch ill, l'ex-premier mini stre avait r éuss i à créer u ne si tu atio n av antage use po u r la grande Bretagn e. La CIA serai t calquée s ur le rés eau de l 'OSS lon do ni en. La politi que de défe nse améri cain e serait f on dée s ur une mis e e n c om mu n améri co- brita nni qu e d es se crets de la défen se milit aire et du re nseign eme nt."

[...]

"L'hégém onie a nglo-améri cai ne sur le pétrole mon dial jou a un rôle ce ntral dan s l' ac cord éla boré par le Brit an n ique lord K eynes et son ho mologu e améric ain, Harry De xter White. Éla boré à Bret ton W oo ds, d ans le Ne w Ham pshire, l'a cc ord fi nal de 1944 est à l'origine du « nouv el ordre mo ndial » des affa ires éc on omi qu es et fin an cières d'a près guerre. Le syst ème de Brett o n Woods fu t ét abli sur troi s p iliers : Le F MI, la Ba nque M on diale et le G att ( ndlr : qu i devi nt l'OMC, m ais l' aut eur ou blie le qu atrième pilier qui e st l'OMS)."

[...]

"En 1947, la moitié de tout le pétrol e europée n était fo urnie p ar les cin q grandes co mpagni es a méric aine s. Les maj ors améri cai nes du p étrol e n'hési tèrent pas à tirer av ant age de ce t te situa tio n. Malgré quelques e nquêt es du Co ngrès et des pro testa tio ns bure a ucrat iques des nive au x in termé diaire s face à la m auv aise utilisa tio n de s fo nds du plan Marshall, Big Oil for ç a l'Euro pe à payer u n pri x élevé, très élev é."

[...]

"C'es t là qu e l'hyp ocrisie bri tan ni que a pparu t e n plei ne lu mière. A upar ava nt, le minist ère d es Affaire s étra ngères bri tann ique av ait ref usé d'i nterve nir d ans les négo ciati ons en tre l'A nglo-Irania n Oil et l'Ira n au préte xte qu 'il n e vo ulait pas i nterférer d ans les affaires d 'u ne c omp agnie privée, malgré le f ait que 5 3 % de l'A nglo-Irania n Oil fus sent déte nu es par le gouver neme nt de Sa M ajesté . Dés ormais, l 'Anglo-Irani an Oil éta nt n atio nalisé p ar l'Ira n, le gouver neme n t brita nni qu e, no n se uleme nt i ntervin t da ns les négoc iati ons mai s so uti nt également ses e xigen ces e n env oya nt des u nités de la m arine r oyale brita nni qu e d ans les ea ux ira nie nnes."

[...] "En a oût 1953, la CIA, ave c l'opérat i on Aj ax co opér

[...]

"En a oût 1953, la CIA, ave c l'opérat i on Aj ax co opér a plei neme nt avec les Britan niques d u SIS au renversem ent d e Mohame d Moss adegh (n dlr : chef d u gouverne men t iran ien). "

[...]

"Le 11 oct obr e 1958, Mattei signa un ac cord s elon le quel, en é cha nge de d 'un e livraison an nu elle garanti e d e 2,4 millions de t on nes pen da nt cin q ans, l'En i assur ait une ex porta tio n pétr olière soviéti que ne tteme nt amélior ée ver s l'Oc cide nt. Le pétrole ne s erait pas p ayé en li qui de mais en nat ure, par la livraison de tro nç ons de pi peline de grand di amètr e. Cela dev ait perme ttre l e dévelop peme nt d'un i mme nse rés ea u d e pipelin es p our tr ans porter le pétrol e brut soviéti que d epu is la Volga e t l'O ural jus qu'e n Tch éco slova qui e, e n Pologne et e n H ongrie."

[...]

"Le 27 o cto bre 196 2, u n m ois a près qu e l'usi ne de pi peline de l a Finsi der e u t com men cé de ro uler l' acier po ur les pipeline s sovi étiques, l 'avio n priv é d e Mattei, aprè s avoir d écollé de Si cile pour Mila n, s'é crasa, t ua nt les troi s pass agers à bor d."

[...]

"Avec une rhé tori que chale ure use fav o rable à l'E urope de Mo nnet, l 'esse nce de la politi que de Washingt on c ons istai t à ouvrir le no uvea u march é co mm u n aux imp ortat ion s a méric ain es et à l 'ar rimer ferme men t à l'allia nce militaire de l'Ota n, dan s laqu elle les voix améri cain es et brita nni ques préd omi naie nt. Le pla n de Washi ngto n im pliquait aus si un s ou tien à la c and ida ture brita nni qu e au m arché com mu n des s i x nati ons, u ne m an œuvre à laquelle de Gaulle av ait d e très bo nne s rais ons de s 'opp oser ave c i ntran sigean ce."

[...]

"Une Eur ope con tine ntale p oliti que m ent et é co nomi queme nt in dép en dan te était la derni ère chose à la quelle cert ains milie ux de l'e sta blishme nt anglo- améric ain aspir aien t."

[...]

"Pen da nt les a nnée s s oix ante le

c œur

de l'é con omi e a méric ain e f ut

progressivem ent tra nsfor mé en une s o rte d'é co nomi e militaire, a u service de

laquelle la guerre fro ide co ntre le d anger co mm unis te fut utilisée po ur justifier les dizai nes de milliar ds d e d ollars dé pens és"

[...]

"Lyndo n B Joh nso n devait pa sser d'u n « con seil te chni qu e » de la CIA a u Vietna m à u n co nflit milita ire d 'u ne va ste ample ur, dévers ant des d izain es d e milliards de d ollars et 500 000 hommes en unifor me da ns u ne guerre programm ée po ur é chou er en Asi e d u s ud-est. L 'o bje ctif de cette g uerre visai t à faire trav ailler le marché d es o bligati ons de Wall Street au fi na nce ment d u nivea u recor d de la dette d u Trés or améric ain, ta ndis que quel que s com pagnie s ch oisies, liée s à l 'in dustr ie de la défe nse, m aint ena ient le ur s juteu x pr ofits p ar le bi ais de la com pag ne asi ati que."

[...]

"En jui n 1967, le g ouver neme nt du gé néral de Ga ulle an no nç a que l a Fran ce

se retirait d u « pool de l'or » instit u é par l'Améri qu e.

[...]

Quelques jo urs

après le refu s fran çais de s oute nir le pl an a méric ain de renflo uem ent p ar les Droits de Tirages Spéci au x (ndlr : créé s par le FMI en avril 1968), la France elle-même était deve nue la c ible d e la plus série use d ésta bilisa tio n dep uis l a guerre : m ai 68."

[...]

"Qua nd Ni xo n déci da de ces ser d 'h onorer la conv ertibilit é d e la devis e

améric ain e en or, il o uvrit les va nne s du gra nd casi no de la spé culat ion ave c une am pleur jam ais vue d ans l'hist oire. Au lieu d 'év aluer les aff aire s éco nomi ques s ur le long terme selon des sta nd ards d'é cha nge sta bles, après aoû t 1971 le commer ce mo ndi al ne fit plus que jo uer sur la fluct uati on d u nivea u des devise s. Les vérita bles archit ectes de la str atégie de Ni xo n ve naie n t des ban ques com merci ales i nfluen tes d e la City."

[...]

"Après ao ût 1971, la politique pro mue par Henry Kissi nger, cons eiller à la sécuri té n atio nale de la Mais on Blan ch e, co nsist a n on plus à d évelop per, mai s à c ontr ôler les é co no mies nat ion ale s d u m on de e ntier. Les politi que s améric ain s c omm enc èrent à se pré senter fière me nt c omm e de s né o- malthusi ens. L a réd u ctio n de la p op ula tion du Tiers-m on de d evint l a priori té des a nné es s oixa nte- dix."

[...]

"En ma i 1973, alors que la dra mati que chute d u d ollar restai t en core vivac e dan s les es prits, un gro upe de qua tre-vingt-qu atre des plus i nflue nte s perso nnalité s de la fina nc e et de la poli tiqu e se réu nit en Suè de, à Saltsjö ben , statio n retir ée s ur u ne île ap parte na nt à la fa mille d u ban quier s uéd oi s Wallenberg. C ette r éu nio n du gr oup e de Bilder berg f on dé p ar le prin c e Bernhard, é co uta Walter Lévy, un p art icipa nt am éric ain, exp oser le scé nari o d'une h aus se im mine nte de 400 % des r evenu s pétr oliers de l 'Op ep."

[...]

"Le 6 o ct obre 1973, l'Égypt e et l a Syrie envahire nt Israël. Ce f ut le dé but de la guerre de Ki pp our. Co ntrair eme nt à l'impress ion ré pa nd ue, la guerre de Kipp our n'é tait pas simple ment le ré sultat d'un défa ut d' évalua tio n, d 'u ne bo urde o u de la si mple d écisi on ar abe de lan cer un e atta que militair e co ntr e l'État d'Isra ël. Toute l a c onst ellation des évé nem ents qui prés idère nt a u décle nche ment de la guerre d'Oct o bre fu t se crètem ent orche strée p ar Washingto n et L on dres e n utilisa nt le pui ssa nt ré sea u diplom ati que se cre t mis en plac e par Henry Kissi nger."

[...]

"Les pays pétroliers ara bes deva ient être les bou cs é miss aires de la colère mon diale à venir, ta ndi s qu e les intérêts anglo-a méric ains res po nsa ble s resteraie nt tra nquilleme nt à l 'arrière-pl an."

[...]

"Anders on et sa co mpag nie Atla nti c Oil fina ncère nt à hau teur de pl usie ur s millions de dollars des organi sati ons p our co ntester l'én ergie n uclé aire. L'un des pre miers bé néfic iaires des l argesse s d'And erso n fut Les Amis de la Terre, un grou pe qui fut d oté à l'é po que de 200 000 dollars. L'un e de ses pre mières

acti ons fut d' atta qu er l'ind ustrie nu cléaire allema nde.

[...]

Brice Lalonde ,

directe ur des Amis de la Terre en Fr an c e et f utur min istre de l 'Enviro nn eme nt de Mittera nd e n 1989, était à l'ép o que le parte naire p arisien de C ou dert Frères, ca bine t juri dique allié à la fa mille Rock efeller."

[...]

"Selon le M émoir e d'Ét ud e p our la Séc urité Natio nale de Kis singe r (NSSM200) l'exp ansi on dém ographi que de cert ain s pays en v oie de dévelop peme nt do tés de resso urc es nat urelles stra tégiques né cess aires à l'éco no mie a méri cain e c ons titu ait une mena ce po ur la sé curit é n atio nale. [...] Les treize pays ciblés par le rapp ort d e 1974 étaie nt : le Brésil, le Pakis an , l'Inde, le Ba ngladesh, l'Égypte, le Nigeria, le Mexi que, l'I ndo nési e, les Philippi nes, la Thaïla nd e, la Tur qui e, l'Éthiopie et la C olom bie."

[...]

"Ces même s i ntérêts a nglo-améri cai ns, après av oir man ipulé les év éne ment s politiques p our su scit er une a ugmen ta tion de 400 % du pri x du pétr ole, se tourn èrent e nsu ite vers les pays victi m es de cett e offens ive et offrirent de leur prêter, à un t au x d 'int érêt na turelleme nt surév alué, des pétro dollars, afi n d e finan cer leur s ach ats de c e pétr ole si o n éreux."

[...]

"Le sché ma de L ewis, qui f ut révélé e n mai en Autri che, à l 'o cca sio n de la

renco ntre d u group e de Bilder berg, c auti on nait le mo uveme nt ra dic al des Frères mus ulma ns qui in spirait Khom eini, afin de favoris er la balk anis atio n de t out le Moye n-Orie nt m us ulma n se lon d es ligne s d e fra cture s tri bales e t

religieuses.

Le coup d'Ét at co ntre le shah, à l'instar de cel ui qui av ait ét é

dirigé co ntre M ossa degh en 1953, fut me né p ar les servic es se crets brita nni qu es et améri cai ns, ave c Brz ezinski da ns le rôle de l'Améri cai n grandilo qu ent, que les m édi as pr ésen t ent com me celui qui délivre l'Ira n d u

Shah."

[...]

"L'arist ocr ati que Kipp ma n affirma it qu e la sociét é dev ait être par tagée en tre une élite, o u classe sp éci ale, chargée de con du ire la mas se v ulgaire et u n pu blic e n gran de par tie ign orant."

[...]

"Le vérita ble enje u de la confr ont atio n militaire de Th atch er avec l'Argentin e dan s les Falkland s visait à renf orcer le princip e de la collec te de la det te du Tiers-mo nde p ar une no uvelle forme d e diplom atie d e la can on nière in spiré e du XIX e siècle. En avril 1982, les deu x tiers de la flotte n avale brit an niqu e furent env oyés da ns l 'Atlant ique su d p o ur u ne guerre que la Gra nd e-Bretagne faillit perdre qu an d l'Argen tine déploy a ses mis siles ex oc et fra nçai s."

[...]

"À l'inst ar d e l'Iran, un M exi qu e mo de rne et i ndé pen da nt ét ait con sidéré pa r certai ns pui ssa nts intérê ts anglo-a mér icai ns co mme int oléra ble; La déc isio n fut prise d'i nterve nir po ur sa bot er les ambitio ns in du strielles d u Mexi qu e e n lui impo san t des t au x ex orbit ant s sur le rembours eme nt de s a de tte extérie ure. Une att aque en règle sur le peso mexi cai n, préparé e avec so in fu t orchestré e a u dé but de l'a uto mne 1981. "

[...] "Le vérita ble enje u de la confr ont atio n militaire de Th atch

[...]

"Les prescri ptio ns du FMI étaie nt invaria bleme nt les m êmes. Le pay s débi teur qui e n ét ait l a vic time était av erti que s'il v oulai t à no uve au po uvoi r disp oser d u pre mier ce ntim e de pr êt de la part d'un e ban que é trangère, il devrait grat ter les im port atio ns j usqu' à l'os, s abr er sa uvageme nt le bu dge t nati onal, d'où u ne ré du ctio n des su bv entio ns à l' alime ntati on et au x a utres bes oins de bas e."

[...]

"Le 29 nov em bre 1989, quel que s jo urs après la ch ute d u m ur de Berlin, de s tueur s profes sio nnels firen t explo ser la voiture blin dée d 'Alfred H errhau se n qui, quel qu es jo urs a up arava nt, ava it f ormulé da ns le "Wall Street J our nal" ses pla ns p our faire da ns les di x a ns à venir, de l'Allemagn e d e l'Est, l a régio n éco nomi que la pl us m oder ne d'E urop e."

[...]

"Selon les tran scrip tio ns d e l'éch ange effectu ées p ar les offi ciels ira kiens ,

pu bliées plu s tard par le gouv erne m ent de B agda d et co nfirmées par le Congrès améri cai n un an plu s tard, G laspie (n dlr : ambass ade ur des É tats- Unis) d éclara à Sa dd am qu e Washi n gton n e pre ndrai t pa s p arti d ans la disp ute entre l'Irak et le Kow eit. Mo i ns d'une sem ain e pl us t ard, les forc es

irakien nes oc c upai ent Kow eit City.

[...]

Quelques moi s plu s t ard, la plu s

grande c onc entr atio n militaire am éric aine de puis la guerre du Viet nam s e

mettait e n pla ce en Ar abi e Sao udi te pour préparer une offens ive d e bom bardem ent à sa turat ion de l 'Irak."

[...]

"Armés de la prome sse d u m arché libr e com me voie r oyale vers la riches se e t la prosp érité, l'a dmi nistr atio n Cli nto n et ses alliés d e Wall Street av aie nt attiré u ne région a près l'a utre da ns leur zone d'i nflue nce direct e. La « mon dialis atio n » é tait le m ot fo urre-to ut qui c onsi stait en fait à mon dialis er la puiss an ce am éric aine, c ons olidé e par l a puis san ce d es ban qu es, de la fin an ce et des co mpag nies a méri cain es."

[...]

"Zbigniew Brzezi nski : « les tr ois im pératifs de la géostr atégie im périal e con siste nt à e mpê cher la c ollusio n, à maint enir la d épe nda nc e séc urita ire parmi les vass au x, afin de les gard er tribut aires, co ncili ants et pr otégés, et à empê cher les barbares de s 'u nir."

[...]

"Au mois de mars 1990, qu an d le premier mini stre jap ona is renc ontr a le préside nt améri cai n à Palm Spi ngs, il avait bi en saisi le p oint de v u e améric ain : le J apo n ne d evait pas ent rer en rivalité ave c le d ollar a méric ai n en Euro pe de l'Est. En quel qu es mois l a bo urse jap on aise av ait perd u pres qu e cin q trillio ns de dollars. Il ne f ut dés ormais plus questi on de d éfi j apo nais fa ce aux plan s fina nc iers d es Am éricai ns."

[...]

"La Corée d u Su d et les a utres tigres a siati ques fur ent env ahis par un d éluge de d ollars étr angers. En tre 1994 et le dé but de l 'att aque sur le bath thaïla nd ai s en mai 1997, des bulles spéc ulatives s e développ èrent d ans l'im mo bilier d e luxe, les v aleurs bo ursière s lo cales e t a utres actif s fin an ciers. Bie n av ant qu e les tigres asi ati que s ai ent pu mettre en place les c ontrôle s a déqua ts c on tre le s abus po ssible s, les fonds s péc ulatifs (h edge fun ds) pa ssèren t à l'att aque. Ces fond s dis crets s 'a tta quèr ent d' abord à la Thaïlan de, do nt l'é co no mie ét ait l a plus fai ble."

[...]

"L'Asie devait deve nir un e au tre provi n ce d u royau me d u d ollar grâce au FMI. Le secrét aire au Trés or, Rubi n l'ap pe lait par euphé mism e : « la politiqu e améric ain e d u d ollar fort »."

[...]

"Si les natio ns eur opée nn es regrou pées auto ur de l'Allemagne et de la Fran c e devaie nt do min er le cœur-de- pays eur asiati qu e centr é sur la Russie, co mm e Macki nder le nom mait, ce tte co mbi nais on déti en drait le pote ntiel, les ressour ces et l'av ant age géographi que c apa ble de do min er le mo nde enti er."

[...]

"Le but de s réform es de mar ché d u FM I de Washingt on ét ait si mple et ra di cal : détr uire les liens éc on omi que s qui lia ient M osc ou à cha cu ne des partie s d e l'Unio n soviéti que : O uzbékist an, Kaz a khstan, Gé orgie, Azerbaïdj an, Esto nie, Pologne, B ulgarie, H ongrie, et c."

[...]

"En 1992, le FMI exigea, c om me p assa ge obligé vers l'é co nomi e de march é, le libre flottem ent du r ou ble, ce qui entra î na d ans l 'a nnée un e aug ment atio n d es prix de 9 900 % et u ne chute corrélat i ve du nivea u de vi e de 84 %. Po ur la première foi s dep uis 1917, d u moi ns en temps de p aix, la majori té des Ru sse s con nu t la mis ère."

[...]

"No mbre ux s ont ce ux qui es péraie nt u n dém ant èlemen t de l'Ota n, une f ois l a « menac e » soviétique di spar ue, mais les stratèges de Washi ngton n 'av aien t pas atte nd u la chut e d u régim e s ovié tiqu e p our co mme ncer à él aborer s a

nouv elle missi on."

[...]

"Utilisant la NE D, la Fon dat ion po ur u ne so ciété ouver te de Georges Sor os e t le FMI, Washingto n pl ongea la Yo ugo slavie d ans le ch aos éc on omi qu e p ou r s'en servir c om me d'un i nstru ment de géopolitique. En 1989, le FMI exigea que le Premier mi nistre A nte M arkovi c imp osât une réf orme str uct urelle d e l'éco no mie."

[...]

"En n ovem bre 1990, so us la pre ssio n de l'a dmi nistr atio n Bu sh, le Co ngrès appro uva le Foreign Op erati on A p propriat ion Ac t. Cett e n ouv elle loi améric ain e prév oyait que n'i mport e quelle part ie de la Youg oslavie qui ne déclar ait p as so n in dép en dan ce da ns le s six m ois de la pro mulgati on de l'a ct e perdrait to us les s ou tien s a méric ain s. La l oi e xigeait que de s éle ctio n s séparée s s upervis ées par le d épart eme nt d'Ét at améri cai n f usse nt organi sée s dan s cha cu ne d es six ré pu bliques yo u goslaves. Elle stipulai t au ssi que l' aide devrait être adres sée dir ecte men t à chaque rép u bliqu e et n on p as a u gouverne men t cen tral de Belgrade. E n bref, l'ad mini strati on B ush exigeai t l'aut o-dis soluti on de la Fé dérati on Y o ugoslave. Elle m ettai t d élibéré ment le feu p our décle ncher une no uvelle série de guerres balkani ques."

[...]

"Au d ébut de 1999, l 'ad mini strati on Cli nton dé ci da qu e le m ome nt é tait v en u de cha nger la don ne. À Rambouillet, un Milosevi c in digné rejeta l'e xigen c e améric ain e, l'inf âme a ppen di ce B, qui man dat ait les tro upes d e l'Ota n p ou r occ uper le K os ovo et p ote ntiellem ent la Serbie « p our des rais ons huma nitair es et afin de préve nir u n gén oci de » L e rejet prévisi ble de Milosevic f ut utilisé po ur ju stifier la guerre. Washi ngton co mme nç a u n e cam pagne de bom bar deme nts m assif s, ignorant les pr érogative s de la lo i intern atio nale, la Ch artre de l 'On u, la Charte de l'Ot an, les a cc ords d 'Helsink i de 1975 et même la con stit utio n améri c aine, selon la quelle seul le Congrès a le pouv oir de dé clarer la guerre."

[...]

"Alors qu e Belgrade se relevait des rui nes de la guerre du K osov o, les États- Unis se trouv aien t désor mais e n positi on de c ontr ôler entièrem ent to utes le s voies d 'a pprovi sio nne ment pos sible s de la CEE."

[...]

"L'int érêt de l'e nt ourage d e George W Bush po ur le pétrole éta it ind éni able . Cheney avait été u n d irecte ur d'Hall iburt on Inc, la pre mière co mpag nie mon diale de pres tati ons géophysi ques pétrolières. Ri ce avai t si égé a u co nsei l d'a dmi nistr atio n de Chevro n oil. Bush lui-même av ait un e grande ex périe nc e du p étrole et Don Ev ans, le se créta ire a u C ommer ce ét ait a uss i u n pétr olier."

[...]

"La fille du che ikh al-Sabah fut plu s tard ide ntifié e co mme celle qui, e n oct obre 1990, ava it affirmé au C on grès améri cai n avoir été tém oin d e l'enlèvem ent de bé bés kow eïtien s d e leurs i nc u bate urs par des sold at s irakien s. Ce té moign age ch oqua nt ava it été l'un des pri nci pa ux fa cte urs d u souti en d es Améri cai ns à l'o pérati on T empête du Désert. Pl us tard, il s' avér a que cet in cid ent av ait été une o pérat ion de rela tio ns pu bliques co nç ue à Washingto n p ar le burea u de l a so ciété Hill & K nowlto n."

[...]

"En juillet 2001, les Tali ba ns to mbèr en t en disgrâ ce à W ashingt on, qua nd le s négoci ate urs améri cai ns p osère nt leurs con ditio ns p our le pipeli ne. Selon de s sour ces sûre s, ils auraient d it au x chefs des Taliba ns : «ou bi en vo us ac cept ez notre offre s ur un t apis d 'or, o u bie n nou s vou s enverro ns so us u n tapi s d e bom be s ». Les Tali ba ns vo ulaie nt que les Ét ats-u nis re co nstru isent les infrastr uct ures afgha nes. Ils vo ulaien t que le pipelin e fût no n se ulemen t u ne ligne de tra nsit v ers l'In de et au- delà, mais qu 'il servit égaleme nt a ux bes oin s énergétiques afgha ns. Washingt on refu sa ces exige nc es. Le 11 septem bre 200 1 don na à W ashingt on l'e xc use, d ont il a vait bes oin, p our d éverser so n ta pis d e bom be s sur Ka bo ul."

[...]

"Dès que Wa shingto n e ut i nstallé Karzaï à Ka bo ul, Bush et Chene y com men cère nt à battr e le tambo ur d e guerre contre Sad da m Hus sein, le nouv el Adolph e Hitler de Wash ingto n, qui re mpla çait Slo bo da n Milosevi c."

[...]

"Le Pent agone pilot ait l a re con stru cti on de l 'Iraq d 'a près gu erre e n lie u e t place d u d épart eme nt d 'État co mme il eut été n ormal. Le Pent agon e d e Wolfowitz avai t claire men t fait s a voir que se uls les bon s a mis d e l'ad ministr atio n s e verra ient attri bue r les c ontr ats l ucrat ifs de l'in dustri e pétrolière iraki en ne. La so ciété Halliburton de Che ney était e n tête de list e, ainsi que Be chtel et cert aine s co mpagni es pétrolière s améri cai nes e t brita nni qu es."

Georges W B ush et s es a mis [...] "Le sloga n de Kissi nger

Georges W B ush et s es a mis [...]

"Le sloga n de Kissi nger d es ann ées 19 7 0 : « qui c ontr ôle le p étrole co ntrôle le s nati ons » permet tait mie ux que ja mai s de com pren dre la politique étra ngère améric ain e de la premi ère dé ce nnie du XXIe siè cle."

[...]

"Washingto n s' atta qu a au x a utres d omin os én ergétiques d u mo nd e qui , fermeme nt po ussé s par ses soi ns, tom bèren t l'un a près l'a utre. La Gé orgie, située sur le tra jet d 'un pi peline stratég ique co ura nt d e la C aspie nn e à Ceyha n en Tur quie, devint un pr ote ctora t de fait en 2004, qu and Mi khaïl Saaka chivili, un av oca t de 36 a ns, qui a vait fait ses ét ud es a ux Éta ts-Unis, fu t élu prési dent à la s uite de la « Rév oluti on ro se »."

[...]

"Au dé but de

2003,

alors que

to us les yeux se tour naie nt

vers l'Irak,

le

Pent agon e pré para it un ac cor d po ur l'impla ntati on à long t erme de base s militaires à Sa o To mé et Pri ncip e, deu x p etites îles d u p acifi qu e com mo déme nt si tuée s à porté e de frap pe de s ch amps pétr oliers d 'Afri que d e l'Oue st."

[...]

"Le pé trole, la de nrée la pl us e ssen t ielle po ur la croi ssa nce é con omi que mon diale ét ait désor mais so us c ontr ôle, non pas i ndire cte ment, p ar le bi ai s des différen ts régim es de la région, m ais direct eme nt p ar la f orce milit aire.

Avec la fer me m ain mise sur les fl ux pét roliers mo ndi au x, l'Am érique disp osai t

à prés ent d 'u ne vérit able arme de de st ructi on mas sive, d e ch ant age p oten tiel

sur le r este d u m on de. Qui os erait défier le d ollar ?

[...]

Le Pe ntago ne

disp osait d 'u n ter me p our cela : "full s p ectru m d omi na nce", do mina tio n to tale

sur t ous les fro nts. Cela sig nifiait que les États-U nis étaie nt en v oie d e con trôler part ou t, les situ ati ons militair es, éco no miques et politi ques."

---

Agir ?

Subir la pr opag an de de la télévisi on e t de la ra dio ? Faire cir culer u n lien v ers ce do c ume nt ? http:// no sliberte s.org