Vous êtes sur la page 1sur 8

Recueil de blagues mathématiques et

autres curiosités

Bruno Winckler

“A good mathematical joke is better, and better ma-


thematics, than a dozen mediocre papers.” – Little-
wood

Édition 3.14

Rapport des referees en attente.


2

Ce recueil est disponible librement à l’adresse suivante:


http://mathem-all.fr/recueil_blagues314.pdf.
Table des matières

Les chapitres (ou sections) avec essentiellement des histoires « tout public »,
ou ne nécessitant pas de comprendre les termes mathématiques en jeu, sont mar-
qués d’un ♦. Les autres chapitres ne leur sont que partiellement inaccessibles.
Pour plus de détails, voir le Leitfaden.

1 Humour sur les symboles 11


1.1 La blague de la honte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.2 La prochaine sera bien (jycroisamort) . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.3 Sex is fun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.4 En fait j’en ai d’autres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.5 Superthéorèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

2 Humour sur le jargon 19


2.1 La vie rêvée des maths . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.2 En vrac . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.3 Et en anglais ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.4 Même en allemand ? ? ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

3 Humour sur les différents mathématiciens 45


3.1 Comment les mathématiciens le font-ils ? . . . . . . . . . . . . . . 45
3.2 Les mathématiciens ne meurent jamais . . . . . . . . . . . . . . . 47
3.3 Le problème de l’ampoule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3.4 Test de personnalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3.5 Les Leonhard Euler Facts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
3.6 Humour sur les mathématiciens « people » . . . . . . . . . . . . . 52
3.7 Comment faire entrer un éléphant dans un frigo ? . . . . . . . . . 53
3.8 ... Et un lion du Sahara dans une cage ? . . . . . . . . . . . . . . 54
3.9 En vrac ♦ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

4 Autres blagues grotesques ♦ 69


4.1 C’est un mathématicien, un physicien et . . . . . . . . . . . . . . 69
4.2 Tous les nombres entiers impairs supérieurs à 3 sont premiers . . 78
4.3 Les mathématiques dans l’enseignement . . . . . . . . . . . . . . 80
4.4 Contrepèteries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
4.5 Charades . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
4 TABLE DES MATIÈRES

4.6 En vrac . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

5 Secrets de profession ♦ 99
5.1 Vous êtes peut-être un mathématicien si . . . . . . . . . . . . . . 100
5.2 Quels sont les termes mathématiques in ? . . . . . . . . . . . . . 103
5.3 Test de pureté mathématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
5.4 L’amour en mathématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
5.5 Philosophie (mathématique) de comptoir . . . . . . . . . . . . . . 115
5.6 Le B. A. - BA de la recherche en mathématiques . . . . . . . . . . 116
5.7 « Trivial. » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
5.8 10 raisons de . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129

6 Mystification numérique ♦ 133

7 Petites histoires, anecdotes ♦ 135


7.1 Anecdotes sur les mathématiciens « people » . . . . . . . . . . . . 135
7.2 L’humour de Nicolas Bourbaki . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
7.3 Poissons d’avril mathématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
7.4 Autour de l’hypothèse de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
7.5 La preuve ultime du Dernier Théorème de Fermat . . . . . . . . 155
7.6 L’histoire de 2 + 2 = 5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157

8 Paradoxes 161
8.1 Les paradoxes de Zénon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
8.2 Le paradoxe des anniversaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
8.3 L’interrogation surprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
8.4 La vie sur Ganymède . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
8.5 2 = 1, ou 1/0 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
8.6 Paradoxes à base de géométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
8.7 Le développement décimal de l’unité . . . . . . . . . . . . . . . . 171
8.8 Le paradoxe de Russell . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172

9 Citations ♦ 175
9.1 Celles de mathématiciens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
9.2 Celles de non mathématiciens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178

10 Bibliographie 183
CELUI QUI LIT CETTE
PHRASE EST UN IDIOT !

Préface de la troisième édition


Lors de la préparation de la première édition, je n’aurais jamais osé rêver
à un tel succès : le livre a été traduit dans plusieurs langues et j’ai reçu de
nombreux courriers de lecteurs enthousiastes (surtout de lectrices passionnées)
avec des commentaires souvent dithyrambiques. En fait, c’est comme ça que
j’aimerais débuter la préface de la quatrième édition, grâce à une troisième
édition complète que je présente ici ! Étant donné le peu d’informations que j’ai
à l’heure actuelle sur les zéros de la fonction ζ (réflexion faite, la conjecture de
Goldbach devrait être plus simple, je vais m’y mettre), il me semble en effet
raisonnable de me faire un nom avec un recueil qui, je l’espère, finira par être
une référence pour tous les malheureux qui scrutent les blagues mathématiques
éparpillées à travers le monde. Alors, après le Perrin, le Rudin, peut-être que
ce recueil deviendra le nouveau livre de chevet des mathématiciens et autres
amateurs de mathématiques, si bien qu’on le surnommera « le Winckler » (j’ai
l’impression de parler comme un Alsacien là), puis la Win pour faire court ? !

Les ambitions de cette édition sont les mêmes que celles citées dans la
préface précédente, en espérant être toujours à la hauteur ; parmi les ajouts,
on compte une foultitude de nouvelles blagues, anecdotes et citations réparties
dans une dizaine de chapitres, qui eux-mêmes ont gagné en nombre de sections
au nom d’une structure plus cohérente. Vous noterez la prolifération des
blagues anglophones et germaniques, des confrontations entre mathématiciens,
physiciens et ingénieurs, et la naissance d’un chapitre Secrets de profession qui
élude quelques points de la profession de mathématicien ! Il y en a alors pour
tous les goûts, des bonnes et des sottes ∗ , des classiques et des inédites, des
pudiques et des salaces, des compréhensibles pour l’entendement humain et des
surréalistes... Et surtout, vous avez remarqué la jolie nouvelle page de garde ? ? ?
Que demander de plus ? Ah ! si vous avez quelque chose à demander, n’hésitez
pas à me contacter à l’adresse bruno@mathem-all.fr. Du moins, tant que je ne
∗. Tout le monde a bien compris que les blagues nulles sont là pour que le recueil atteigne
un nombre de pages premier, index exclu...
6 TABLE DES MATIÈRES

suis pas une superstar snobinarde et que je reste à l’écoute de toutes les critiques.

Enfin, il paraît que c’est l’usage de remercier les proches, les familles... Je
vais commencer par souligner le rôle grandissant d’Hakan Dut qui commence
doucement à contribuer au travers, par exemple, des fonctions auxquelles il
donne vie dans Reconnaître une fonction qui nous aborde dans la rue, si bien
qu’il finira peut-être par avoir son nom, lui aussi, sur la jolie nouvelle page
de garde. Une petite dédicace également à Francescototos avec lequel on a
passé des cours de maths à essayer de créer de nouvelles blagues – sans succès
– mais t’inquiète, on va y arriver, la devinette sur les Martiens tout verts
marchera avec la bonne topologie ! Puis un grand merci à Tata Flo pour sa
patience infinie (ℵ1 , oui, pauvre tata) lorsqu’il s’agit de corriger toutes mes
énormités dans les traductions de l’anglais au français, à Doudou pour ses
conseils de mise en forme bienvenus, à Marmotte qui ne m’abandonnera jamais
dans la quête de la k-ième lettre de l’alphabet pendant que d’autres cherchent
le corps à un élément, à MisterBulles pour crouler de rire quand je lui parle
de (vraies) maths absconses, à Anstressa pour m’avoir évité de perdre toute
crédibilité dès la première ligne de la préface, à Didine pour son opinion sans
pitié (aucune !) sur mes blagues (j’en ai encore des sueurs), à Jon (prononcer à
l’anglaise) parce qu’il est bon public, à Guigui grâce à qui j’ai pris conscience
que les gens ne riaient pas aux blagues matheuses seulement pour me faire
plaisir, à Euler pour ses maths rock’n’roll, à Guitou pour ne pas m’avoir renié
quand il a découvert mes aspirations d’autiste, à Valérie pour me rappeler
qu’il n’y a pas que les mathématiques dans la vie ; c’est la seule que je n’ai
pas appelée par un pseudonyme, j’espère qu’elle ne m’en voudra pas... Mais
surtout, je suis content d’avoir eu affaire à quelqu’un d’aussi retors que Ben, si
bien que l’idée de le réconcilier avec les mathématiques m’a conduit à faire ce
recueil pour la première fois. Ne t’en fais pas Ben, ton édition est collector ! La
liste est encore longue, beaucoup d’autres mériteraient d’être cités (les cama-
rades de l’ENS, la famille, les anciens camarades...), mais il faut savoir s’arrêter.

Sur ce : hell yeah, attention Gallimard, j’arrive !


Amicalement. Bruno Winckler.

PS : Pour l’édition 3.1, merci à tous ceux qui ont pris le temps de signaler les
milliards de coquilles du recueil. En particulier, Édouard Thomas (j’ai mis le é
majuscule !) et Hakan Dut méritent mes louanges, le premier pour m’en avoir fait
baver avec son passage au peigne fin des règles typographiques non respectées,
le deuxième parce que je lui en ai fait baver en lui déléguant partiellement la
tâche que le premier m’avait soufflée, héhé. Bonne lecture !
TABLE DES MATIÈRES 7

Préface de l’édition 3.14


Un joli recueil de blagues mathématiques, très soigné. Sans doute le
meilleur du genre !
Cette citation, tirée du magazine Les Inrockuptibles, fait état de ce que j’entends
souvent au sujet du recueil, et je suis très touché. Et là, je rempile pour une
nouvelle réédition ; que peut-elle apporter à la précédente ? N’est-ce pas risqué
de prétendre à encore plus d’exhaustivité ?

En fait, j’ai quelque peu hésité à renommer le recueil Éléments d’humour


mathématique, afin qu’on puisse le voir comme un traité comprenant une
collection des « résultats classiques », axiomes, etc., de l’humour mathématique
à l’état actuel, à l’instar des Éléments d’Euclide pour la géométrie et l’arith-
métique... Ceci devant pousser les lecteurs en exercice à créer de nouvelles
perles d’humour en la matière, à partir des blagues et histoires connues ! Mieux
encore, on peut espérer que le principe soit repris pour d’autres domaines
scientifiques, tels que la physique – il y aurait de quoi faire. Avec un tel but
en vue, il fallait absolument que je traite toutes les branches, mêmes les plus
pointues, de la rigologie. Et c’est chose faite dorénavant, je crois, avec en cadeau
des indications dans le sommaire et dans le Leitfaden pour repérer les blagues
accessibles, ainsi qu’un index mieux fourni pour retrouver des blagues sur un
thème.

Mais l’humour en mathématique, ce n’est pas que ça, c’est une branche
active de la recherche à ne pas prendre à la légère. En effet, la théorie de l’hu-
mour mathématique n’a-t-elle pas abouti à des preuves extrêmement simples et
courtes de conjectures et théorèmes coriaces – je pense notamment au théorème
de Fermat (page 155) et à l’hypothèse de Riemann (page 152) ? D’ailleurs, on
dénombre pas moins de vingt théorèmes dans ce recueil... Face à de tels enjeux,
étudier la théorie de l’humour mathématique est désormais une priorité, et des
premiers résultats ont été démontrés en la matière † : par exemple, des travaux
récents de Triedich, Libbouet et Bernikov ont montré que le degré d’une blague
est borné ([TLB]), ce qui entraine des questions ouvertes sur la majoration du
degré, apparemment liée à la conjecture abc. Pour ma part, je me contente de
donner un théorème de classification plus élémentaire :
Théorème 1 (Classification des blagues mathématiques, Winckler, 2010)
Le cardinal de {Bonnes blagues mathématiques}/ ∼ est fini.
La preuve est effective, en témoigne ce recueil. Je me permets également la
conjecture insolente suivante :
Conjecture 1 Le nombre de classes d’équivalence dans l’ensemble des bonnes
blagues mathématiques égale 9.
†. Notons que Cantor avait déjà étudié la question de l’existence des bonnes blagues mathé-
matiques, mais ses travaux n’ont pas été popularisés : la preuve de l’existence de ces blagues
n’était pas constructive.
8 TABLE DES MATIÈRES

La suite de l’exposé justifiera la formulation de cette conjecture.


Je remercie les personnes déjà citées dans la préface précédente, ainsi que
tous ceux qui m’ont encouragé dans cette entreprise, notamment par email,
sans oublier les quelques rapporteurs de ce travail. Si vous voulez m’écrire pour
une raison ou une autre (par exemple : « il manque des blagues fameuses », « en
ces temps de crise écologique tu pourrais utiliser moins d’automorphismes »,
« la drague mathématique ne marche pas, escroc », « il manque une virgule
là », « les mathématiciennes ne sont pas assez représentées », « la section
sur l’amour n’est plus page 69 »...), vous pouvez m’écrire à bruno@mathem-all.fr.

Je vous souhaite une bonne lecture,

Bruno Winckler.