Vous êtes sur la page 1sur 8

ANALYSE FINANCIERE

Chapitre I : Etat Des Soldes de Gestion (ESG)


L'ESG comporte deux tableaux:
9 Tableau de Formation de Résultat (TFR) qui analyse en cascade les étapes
nécessaires de la formation des résultats;
9 Le Tableau de calcul de l'Autofinancement (AF) de l'exercice qui passe par la
détermination de la capacité d'autofinancement (CAF).

Section I : Tableau de Formation de Résultat (TFR):

Le TFR permet de dégager des indicateurs de gestion suivants:

A- La Marge Brute : c'est le solde de gestion fondamental des


entreprises commerciales.

Marge Brute: Ventes de marchandises – Achats revendus de marchandises

Taux de Marge Brute = Marge Brute


Ventes de marchandises

Ce taux peut être significatif si on le compare avec les taux de marge de la branche
d'activité de l'entreprise.
Exemple:
Taux de Marge Brute obtenu par un commerce de confection est de 30%
Taux de Marge Brute moyenne dans la branche "confection" est de 40%

La Marge Brute obtenue par l'entreprise est inférieure à la marge moyenne de la


branche est a priori inquiétante à moins qu'elle ne résulte pas d'une politique
délibérée à savoir par exemple forte réduction des prix donc réduction du taux de
marge destinée à accroître sensiblement les ventes.

Exemple: Chiffre d'affaires: 8 000 000 dh de 8 000 unités avec un taux de marge
brut réalisé de 30%.
L'entreprise décide de baisser ses prix unitaires de vente de 5% alors les coûts restent
inchangés; elle est récompensée par une augmentation de 30% des quantités vendues.
TF: Analyser le résultat de cette action commerciale

Q PU M Augmentation Baisse de
de 30% 5% TOTAL
Ventes de marchandises 800 10 8 000 1 040 9,5 9 880
Achats revendues de M/ses 5 600 5 600
Marge Brute 2 400 4 280
Taux de marge 30 % 43%

La Marge Brute peut être aussi inquiétante due à une baisse de rentabilité.
Exemple:
1999 2000 2001 2002
Vente de M/ses 8 000 8 500 8 880 9 160
Achats revendues de M/ses 6 409 6 943 7 321 7 654
Marge Brute 1 591 1 557 1 559 1 506
Taux de marge 19% 18% 17% 16%

1
B- Production de l'exercice : concerne les entreprises de fabrication ou
de transformation de biens et services. C'est le total élaboré par
l'entreprise

Production de l'exercice = Production vendus – production stockée +


production immobilisée

C- La Valeur Ajoutée

VA = (Marge Brute + Production de l'exercice) –Consommation de


l'exercice (achats consommés de matières et fournitures + Autres
charges externes)

La VA permet de nous indiquer sur le degré de rémunération de facteur de


production interne de l'entreprise.
La valeur ajoutée peut nous indiquer sur le degré d'intégration économique de
l'entreprise dans le tissu économique de sa branche par la mesure de taux de Valeur
Ajoutée par rapport à la production (VA/Production)

Exemple: Dans une branche d'activité de textile, le taux moyen VA/production


Est de 40%. L'entreprise MESBAH appartenant à cette branche présente un taux
de 55%.

Ceci dit que l'entreprise effectue certainement elle-même des opérations confiées
à des fournisseurs ou à des sous-traitants chez des concurrents.

Structure interne de l'entreprise: analyse du contenu de la VA principalement par


des ratios: Charges de personnel ; Amortissement
VA VA

D- Excédent Brut d'Exploitation (EBE): ou Insuffisance Brut


d'Exploitation (IBE):
EBE c'est la différence entre les produits d'exploitation (autres que les produits
financiers et les reprises de charges) et les charges d'exploitation (autres que les
charges financières et les dotations aux amortissements et aux provisions)

EBE = (VA + Subventions d'exploitation) – (impôts et taxes + charges de


personnel)

L'EBE est intéressant dans l'analyse de la performance économique de


l'entreprise

Exemple: Soit deux entreprises A et B appartenant à la même branche d'activité


industrielle. A est en perte de 1850 dh et B est en bénéfice de 4 225 dh pour
l'exercice 2002 et ce pour des chiffres d'affaires comparables: 100 000 dh pour A
et 85 000 dh pour B.
L'analyse des comptes CPC des deux sociétés révèle:

A B
Dotations aux amortissements d'exploitation 8 800 4 200
Charges financières nette (moins produits 5 100 2 300
financiers)
Résultat non courant - 1 300 1 250

2
Impôts sur les résultats 650 (CM) 4 425
Les autres charges et produits non négligeables
Reconstituons l'EBE:
EBE de A = - 1 850 + 650 + 1 300 + 5 100 + 8 800 = 14 000
EBE de B = 4 225 + 2 275 – 1 250 + 2 300 + 4 200 =11 750
En % du CA:
Pour A : EBE = 14 % du CA
Pour B : EBE = 31,8 % du CA

Explication:
On constate que le résultat déficitaire de A de 1 850 dh est à l'opposé de celui de
B bénéficiaire de 2 2275 dh; cette différence est essentiellement due:
- des amortissements très supérieurs chez A (qui vont permettre un
renouvellement important des investissements)
- des charges financières supérieures chez A dues à un financement par emprunt
alors que chez B le financement est réalisé par capitaux propres
- des charges non courantes de 1 300 dh alors que B a bénéficié de produits non
courant de 1 250 dh.

A B
EBE 14 000 11 750
Dotations aux amortissements d'exploitation 8 800 4 200
Résultat d'exploitation 5 200 7 550
Résultat financier - 5 100 - 2 300
Résultat courant 100 5 250
Résultat non courant - 1 300 1 250
Impôts sur les résultats - 650 (CM) - 2 275
Résultat net - 1 850 4 225

Commentaire: Malgré des résultats nets courant et d'exploitation de A inférieurs


à B; l'entreprise A révèle un EBE supérieur: les performances économiques de A
et de B sont sensiblement équivalents (14% du CA pour A; 13,8% pour B) et la
faiblesse des résultats de A s'explique non pas par un rendement économique
insuffisant mais par une politique d'amortissements élevé ainsi que par des
charges financières lourdes (5% du CA).

E- Résultat d'exploitation:

Résultat d'exploitation = (EBE + autres charges d'exploitation + reprises


d'exploitation) – (autres charges d'exploitation + dotations d'exploitation)

Exemple: Cas d'une société "AMAL"

EBE 56 095,5
Autres produits + 1 440
Reprise d'exploitation + 496,5
Autres charges d'exploitation - 1 080
Dotation d'exploitation - 13 680
Résultat d'exploitation 43 272

Présentation du TFR
Exercice
1 Ventes de marchandises en l'état 18 756

3
2 - Achats revendus de marchandises 14 328
I = Marge Brute sur Ventes en l'état 4 428
II + Production de l'exercice (3+4+5) 537 307,5
3 Ventes de biens et services produits 566 280
4 Variation de stocks de produits - 30 736,5
5 Immobilisations produites pour elle-même 1 764
III - Consommation de l'exercice (6+7) 248 040
6 Achats consommés de matières et fournitures 235 152
7 Autres charges externes 12 888
IV = Valeur Ajoutée = I + II + III 293 695,5
8 + Subventions d'exploitation -
V 9 - Impôts et taxes 7 200
10 - Charges de personnel 230 400
= Excédent Brut d'exploitation (EBE) 56 095,5
= Insuffisance Brut d'Exploitation (IBE)
11 + Autres produits d'exploitation 1 440
12 - Autres charges d'exploitation 1 080
13 + Reprises d'exploitation 496,5
14 - Dotations d'exploitation 13 680
VI = Résultat d'exploitation (+ ou -) 43 272
VII + Résultat financier 4 125
VIII = Résultat courant (+ ou -) 47 397
IX + Résultat non courant 97,5
15 - Impôts sur les résultats 16 623
X = Résultat net de l'exercice (+ ou -) 30 871,5

Section II- Tableau de calcul de l'autofinancement

Il permet de donner une idée sur le résultat de l'entreprise et sur les


ressources supplémentaires dont elle dispose.

A- Calcule de la CAF, de l’Autofinancement et du Cash- Flow

La CAF appelée également marge brute d’autofinancement elle correspond à


la capacité de l’Entreprise a générer des ressources internes par son activité.
La CAF peur être calculée par 2 méthodes: additive et soustractive

a- Méthode préconisée par le plan comptable marocain: méthode dite "additif"


à partir du résultat net de l'exercice:
Selon cette méthode, la CAF est l'ensemble de ressources internes que l'entreprise
conserve pour son financement.

CAF = Résultat net de l’exercice +3 types de dotations sur éléments stables +


la VNA des immobilisations cédées – les 3 types de reprises sur éléments
stables – les produits des cessions d'immobilisation.

Exemple: Cas de la société "AMAL:

4
Résultat net 30 871,5
+ Dotations sur éléments stables + 9 769,5
+VNA des immobilisations cédées + 432
- Reprises sur éléments stables - 150,5
- Produits des cessions d'immobilisation - 648
CAF 40 274,5

b- Le calcul à partir de l'EBE: méthode dite "soustractive".

CAF = EBE + Autres produits – Autres charges + produits financiers –


charges financiers +produits non courants – charges non courants (corrigés
de la ± value sur cession d’immobilisation – l’IS)

Exemple: Même exemple

EBE : 56 095,5
+ Autres produits d'exploitation : + 1 440
- Autres charges d'exploitation : - 1080
+ Produits financiers : + 6 576
- Charges financières : - 2 499
+ Produits non courants : + 142
- Charges non courantes : - 231
- Dotations d'exploitation sur éléments circulaires : - 3 960
+ Reprises d'exploitation sur éléments circulaires : + 414
- Impôts sur le résultat : - 16 623
CAF 40 274,50

La CAF peut être interprétée comme un indicateur de performance de


l’Entreprise en ce sens qu’elle représente le potentiel de ressources internes propres
que peut dégager l’Entreprise, plus la CAF est élevée plus l’Entreprise est
performante.

B- L'Autofinancement (AF)
La CAF peut être rapprochée utilement du CA mais aussi et surtout des
capitaux investis.
A partir de la CAF ont peut calculer l’autofinancement qui représente le
potentiel des ressources internes que l’Entreprise peut utiliser
.
AF = CAF – Dividendes

L'autofinancement représente ainsi la ressource dont peut disposer


l'entreprise pour financer ses investissements (de maintien et de croissance)

L’autofinancement n’est pas forcement disponible à la clôture de l’exercice


parce que : premièrement il résulte de la notion de produits et de charges et non pas
des notions de recettes et dépenses, et deuxièmement parce que, il est dégagé tout au
long de l’année au fur et à mesure du déroulement des activités et c’est la notion de
Cash-flow qui répond le mieux à cette notion de disponibilité des ressources.
Le Cash-flow, ce terme signifie flux de caisse, il fait d’avantage référence à la
différence entre recettes et dépenses. Le Cash-flow spécifie les ressources internes
dégagées par l’Entreprise et faisait état de leurs disponibilités, à ce titre, le Cash-flow

5
ne correspond pas à l’autofinancement bien que l’usage fait un rapprochement
fréquent entre ces deux concepts.

Cash-flow = Autofinancement ± ∆BFR

ƒ Si la variation du BFR > 0 cela implique : Cash-flow < l’autofinancement


ƒ Si la variation du BFR < 0 cela implique : Cash-flow > l’autofinancement

a- Les ratios d'Autofinancement

* Ratio d'Autofinancement = Autofinancement Indique quelle fraction des


Capitaux propres capitaux propres représente l'AF
(son montant put être élevé bien
que le résultat net soit faible en
cas d'amortissement important
par exemple
* Autofinancement Indique la fraction de la VA
Valeur Ajoutée consacrée à l'AF
* Autofinancement Montre dans quelle mesure l'AF
Investissement de l'exercice a pu contribuer à
l'investissement.

b- Conséquences de l'AF pour l'entreprise

Avantages:
- Autonomie vis-à-vis des établissements de crédits
- En période de hausse des prix, si l'entreprise incorpore dans ses prix de vente la
charge de financement, le coût est nul
Possibilité d'une réalisation rapide des investissements

Inconvénients:
- Limitation de distribution des dividendes (dans les sociétés de capitaux) ce qui
mécontente les actionnaires.

Tableau de calcul de CAF et l'autofinancement


Exercice
1 Résultat de l'exercice (+ ou -)
2 + Dotations d'exploitation (1)
3 + Dotations financières (1)
4 + Dotations non courantes (1)
5 - Reprises d'exploitation (2)
6 - Reprises financières (2)
7 - Reprises non courantes (2) (3)
8 - Produits des cessions d'immobilisations
9 + VNA des immobilisations cédées
I = Capacité d'autofinancement
10 Distributions des bénéfices

6
II Autofinancement
(1). A l'exclusion des dotations relatives aux actifs circulants et à la trésorerie
(2). A l'exclusion des reprises relatives aux actifs circulants et à la trésorerie
(3). Y compris reprises sur subventions d'investissement

A- Retraitements (crédits bail; personnel extérieur)

a- Principe de retraitement

Le développement important du crédit- bail et des services de personnel


extérieur peut dans certains cas conduire à une véritable déformation des soldes de
gestion.
En effet, crédit bail et personnel extérieur sont comptabilisés dans les autres charges
externes (comptes 6132 et 6135), donc dans les consommations de l'exercice qui
viennent réduire la VA alors qu'ils se substituent non à des consommations mais à
des emplois de la VA/
- Le crédit bail est un substitut de l'investissement direct, la charge de
"redevance" payée remplace ainsi les "dotations aux amortissements" et les "charges
financières".
- Le personnel extérieur est un substitut direct de l'embouche par le salarié et
la charge du compte 6135 remplace ainsi celle de "rémunérations du personnel".

Dotations aux amortissements


6139 des immob corporelle

6132 Redevance de crédit bail

6311 Intérêts des emprunts et dettes

6135 Rémunération du personnel


extérieur de l'entreprise 6171 Rémunération du personnel

Cette transformation est à opérer non en comptabilité mais dans le calcul


extra comptable de gestion chaque fois que la redevance crédit bail et la charge du
service extérieur sont d'une importance significative (de nature à fausser les soldes de
gestion).

b- Application: Cas d'une société "SOMAR"

- Une redevance de crédit bail de 30 000 dh est analysée en:


* un amortissement de 20 000 dh
* une charge financière de 10 000 dh
- La rémunération du personnel extérieur figure pour 25 000 dh

- Montant des soldes de gestion après retraitement:


* Production de l'exercice 537 307,5
* Consommation de l'exercice (248 040 – 55 000) 193 040
Valeur Ajoutée retraitée 344 267,5

7
* EBE: (56 095,50 + 55 000 – 25 000) 86 095,50
Est modifié du fait de l'accroissement de la VA et
De l'accroissement des charges de personnel

* Résultat d'exploitation: (43 272 + 30 000 – 20 000) 53 272


Augmenté de 30 000 dh mais diminué de 20 000
(Dotations supplémentaires)

* Résultat courant: (47 397 + 10 000 – 10 000) 47 397


Augmenté de 10 000 dh (résultat d'exploitation) et
Diminué de 10 000 sh (charges financières supplémentaires)

* CAF: 40 274,5 + 20 000 60 274,5


Augmenté de 20 000 (dotations au lieu de consommations)

c- Autres retraitements possibles:

* Les subventions d'exploitation: considérées comme des


compléments du prix de ventes. Elles devraient être réintégrées dans
la VA.
* Transfert de charges: en cas où on dispose d'informations
suffisantes, on pourrait déduire les montants de ces produits des
charges correspondantes.