P. 1
Tartuffe

Tartuffe

|Views: 5,246|Likes:

More info:

Published by: Kévin-Jade Bonneau on Oct 12, 2010
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/24/2013

pdf

text

original

LIRE UNE PIÈCE DE MOLIÈRE EN BAC PRO : LE TARTUFFE OU L’IMPOSTEUR (1669

)

PRÉSENTATION DE LA SÉQUENCE :
Cette séquence est destinée à des élèves de Bac Pro et permet d’étudier, à partir de la lecture d’une œuvre intégrale, le registre comique et son enjeu. Mais tout d’abord deux questions : pourquoi Molière ? et pourquoi choisir Le Tartuffe, pièce en vers d’un abord plus difficile que d’autres œuvres dramatiques ? Cet auteur est spontanément cité par les élèves de Lycée Professionnel et constitue donc un « classique » scolaire. Cependant, cette pièce leur est souvent inconnue et propose une vision politique plus large à travers les thèmes de l’hypocrisie et de l’aveuglement. Par ailleurs, Le Tartuffe permet d’aborder un des enjeux essentiels de la comédie : faire rire pour instruire. Cette séquence s’articule autour de 7 séances, mêlant à la fois l’étude de la pièce et l’analyse de deux mises en scène. Ces mises en scène ont été choisies parce que très différentes l’une de l’autre et surtout parce qu’elles étaient disponibles en vidéocassette ! En effet, la Comédie Française propose une vidéo de la mise en scène de Jacques CHARON datant de 1972 (avec Robert Hirsch dans le rôle de Tartuffe). On peut également trouver en vidéo une adaptation filmée plus récente (1997) réalisée par Georges BENSOUSSAN et

Cependant. Néria Productions. » (citation du metteur en scène extraite du programme de la pièce). et quels que soient les choix opérés. il y croit. dans la mise en scène effectuée par Jacques LASSALE en 1984 pour le Théâtre National de Strasbourg. qui centre davantage le jeu sur la fonction de Tartuffe que sur le personnage : « Tartuffe a les armes de la religion. Cette mise en scène présente une interprétation plus dépouillée dans laquelle le personnage de Tartuffe est. Euripide Productions et la Comédie Française. Sandrine PHILIPPE PLP Lettres – Histoire . au-delà de l’imposteur et de l’hypocrite. on peut apporter des informations complémentaires à partir d’autres mises en scène notables . A noter également qu’il existe un film réalisé par Gérard DEPARDIEU qui incarne le rôle titre. un véritable « chasseur ». A titre d’exemples. il s’en sert (…) Il n’est pas un homme qui se sert de la dévotion. présentée à Avignon en 1995 a marqué par son interprétation éminemment politique (la dénonciation de l’intégrisme) ou celle de Jean-Pierre VINCENT. celle de Roger PLANCHON(1967) demeure une référence . celle d’Ariane MNOUCHKINE.Géographie L. Le Tartuffe demeure une pièce fréquemment représentée et peut servir d’occasion à une sortie théâtre avec les élèves.coproduite par France 3. En tous les cas.P Montaleau Sucy en Brie . présentée au Théâtre des Amandiers de Nanterre à l’automne 1998. il en a appris le langage. Il est la dévotion en action. ces mises en scène ne sont pas exhaustives et en fonction des orientations et / ou des prolongements que l’on souhaite donner à cette séquence.

Qu’apprend-on de plus sur Orgon et Tartuffe ? Définir les caractéristiques de premier acte dans le théâtre PROBLÉMATIQUE . SUPPORT grille tabulaire. annexe 1) Genre Scène d’exposition Forces agissantes Remplir une grille synthétisant les informations obtenues sur les personnages Émettre des hypothèses (cf. annexe 2) Analyser une grille tabulaire (personnages principaux / couples) Aller chercher la liste des personnages d’une pièce de Racine (Andromaque ou Phèdre).4. scène 1 NOTIONS Grille tabulaire (cf.ORGANISATION DES SÉANCES : PROBLÉMATIQUE SÉANCE 1 SÉANCE 2 Que nous révèle la structure Quelles sont les informations de la pièce ? OBJECTIF fournies pas la scène d’exposition ? Entrer dans la pièce par la Analyser la fonction de la liste des personnages et la scène d’exposition. Qu’apprend-on sur les personnages et sur l’intrigue ? Que peut-on en conclure de la fonction du classique ? SÉANCE 4 Quelles interprétations sont ACTIVITÉS ÉLÈVES Analyser une liste de personnages PRODUCTION Lire I. SÉANCE 3 Qu’apprenons-nous des OU Lire l’acte I d’Andromaque ou Phèdre. À quel milieu social les personnages appartiennent-ils ? À quelle période historique la pièce se déroule-t-elle ? Que peut-on imaginer de l’intrigue ? la comédie et de la tragédie. Liste des personnages Acte I.

annexe 4) Eléments de jeu théâtral ACTIVITÉS ÉLÈVES Remplir la grille d’analyse (cf. scène 2 Enchaînement des répliques Aparté Éléments de comique Remplir la grille d’analyse (cf. l’organisation de la scène 3 de mise en scène préférez-vous ? . annexe 3) suggérées par ces deux mises en scène ? Comparer 2 mises en scène de la scène 2 de l’acte II Vidéo + grille d’analyse (cf.relations Orgon / Dorine ? OBJECTIF Étudier l’enjeu d’une scène d’affrontement Analyser la fonction du SUPPORT NOTIONS personnage de Dorine Acte II. annexe 4) Comparer les 2 mises en PRODUCTION Présenter à l’oral l’acte II puis compléter le portrait de Dorine scènes Argumenter à l’oral : Quelle Justifiez votre opinion par des éléments précis.

scène 5 (du vers SÉANCE 6 Comment se met en place la moralité de la pièce ? Etudier la fonction du dénouement Acte V. scène 7 OBJECTIF SUPPORT NOTIONS 1437 à la fin de la scène) Scène de déclaration Différents types de comique Argumentation Repérer les arguments des différents personnages (cf.PROBLÉMATIQUE SÉANCE 5 « Ah ! pour en être dévot. je n’en suis pas moins homme » (III. annexe 5) Relever et classer des Dénouement Retournement de situation Morale Définir les éléments de la morale ACTIVITÉS ÉLÈVES PRODUCTION procédés de comique Rédiger le carnet de mise en scène de l’une des deux scènes (travail de groupes) . vers 966) Analyser les 2 rencontres Tartuffe / Elmire Acte III scène 3 (du vers 897 à la fin de la scène) ET Acte IV.3.

autour de l’idée que le rire peut servir à instruire et corriger les défauts des hommes.PROBLÉMATIQUE OBJECTIF SUPPORT NOTIONS ACTIVITÉS ÉLÈVES SÉANCE 7 Quelles sont les conditions de réception de la pièce à sa création ? Analyser les arguments développés par Molière pour défendre sa pièce La préface + le premier placet Argumentation Repérage des arguments Dégager l’enjeu de la pièce A la suite d’une enquête réalisée sur les effets du rire. donnez votre opinion sur la question en vous appuyant sur la pièce que vous venez d’étudier. Vous développerez votre avis en une trentaine de lignes. PRODUCTION .

ANNEXE 1 : CODES : X  personnage présent et parlant O  personnage présent et muet ACTE I 3 4 ACTE II 2 3 ACTE III 4 5 ACTE IV 4 5 ACTE V 4 5 O X X O X O X X X X X O O X X Mme Pernelle Orgon Elmire Damis Mariane Valère Cléante Tartuffe Dorine M. Loyal Un exempt Flipote Laurent 1 X X X X X X 2 5 1 4 1 2 3 6 7 1 2 3 6 7 8 1 2 3 X X X X O X X 6 O X O O O X X O 7 X X X X X O X X X X X O X X X X X X X X X X X X X O X X X X X O O X X O X X X X X X X O X X X X X X X X X X X X X X X X X X X O O X X X X X X X X X X X X O O 426 vers 395 vers 359 vers 387 vers 389 vers .

Néanmoins le personnage nous est familier du fait des nombreuses descriptions qui nous en ont été faites lors de scènes clés (acte I. Par ailleurs. il résiste mieux parce qu’il représente à la fois une figure de bon sens et de modération (notamment dans les dernières scènes où il suggère à Orgon de trouver un arrangement avec M. Quant à Damis. c’est là où il excelle dans la démonstration de sa fourberie .QUELQUES PISTES POUR LIRE LA GRILLE TABULAIRE : On peut commencer par faire remarquer quelques aspects liés au nombre de présences des personnages (personnages principaux / personnages secondaires) : Tartuffe. Lorsqu’il est trop entouré (dernière scène de la pièce) son imposture est dévoilé. . Depuis l’annonce que lui a faite son père. On peut en déduire que c’est une femme de tête et d’actions qui entend bien préserver sa vie et sa maison. il intervient le plus souvent dans des duos. personnage éponyme. leurs interventions n’ont pas la même importance. Cléante « disparaît » pendant presque trois actes. victime de la colère paternelle. n’apparaît qu’au troisième acte. Si les autres membres de la famille sont souvent présents. sa présence devient systématique à partir de l’acte IV. Marianne est le plus souvent muette. En revanche. Orgon est peu présent dans la première moitié de la pièce. scène 3. acte II. Loyal). C’est son investissement personnel qui permettra d’ouvrir les yeux de son époux. première fois où il intervient face à l’ensemble de sa famille. Dorine est très présente dans les deux premiers actes. Elmire intervient presque autant de fois que son mari. C’est donc un homme de l’ombre. Son statut social lui permet de pouvoir tenir tête à ses interlocuteurs sans que les répercussions ne dépassent l’éventualité d’un soufflet. scène 1 . Elle est la « gardienne du foyer » tant qu’Elmire ne décide pas de s’impliquer directement. scènes 2 et 3).

Dans cette scène. Tartuffe révèle sa véritable hypocrisie (vis à vis d’Orgon et de la religion) tandis qu’Orgon. On peut prolonger cette séance en demandant aux élèves d’aller rechercher dans d’autres comédies des exemples de ce type ou en leur proposant un groupement de textes sur les relations maîtres / valets. . L’aveu de Tartuffe (1° scène avec Elmire ) se situe à la moitié de la pièce (acte III.D’autres remarques peuvent porter sur la « régularité » de la structure de la pièce : La querelle entre Orgon et Dorine correspond au 1° quart de la pièce (acte II. C’est un moment clé dans l’intrigue. scène 3). - Le repérage de ces trois temps forts est à associer avec l’installation du registre comique : l’opposition maître / servante – la déclaration d’amour (non partagé) – l’imposteur démasqué. entend tout et est forcé d’ouvrir les yeux. Dans la comédie. cette scène correspond à l’affrontement traditionnel entre maître/valet. Cette scène fait basculer l’intrigue. scène 2). scène 5) correspond au 3/4 de la pièce. caché sous la table. - La scène dans laquelle Elmire contraint Tartuffe à se démasquer (acte IV.

. SCENE 1) ? Qu’apprend-on sur.ANNEXE 2 : QUELLES SONT LES INFORMATIONS FOURNIES PAR LA SCENE D’EXPOSITION (ACTE I. ? Madame Pernelle Dorine Damis Mariane Elmire Cléante Tartuffe Orgon Par la voix de qui ? Quel est l’effet produit sur le lecteur / spectateur ? PROPOSITION D’EXPLOITATION DE LA GRILLE : Quels sont les différents « camps » en présence ? Sur quoi se fonde leur opinion ? Qui en sont les « chefs » ? A quel moment note-t-on une rupture dans la scène ? Qui est le principal détracteur de Tartuffe ? Quels sont.. les deux véritables centres d’intérêt de Tartuffe ? En quoi ce personnage et les propos qu’il tient sont-ils constitutifs du registre comique ? Cela convient-il avec l’image de dévot qu’il se donne ? Recherchez à quels péchés capitaux cela renvoie. d’après ce personnage.

tout simplement. Sa stratégie consiste à s’immiscer dans une conversation qui ne la concerne pas et de donner son avis en commentant les propos d’Orgon. L’intervention de la servante dans cette conversation privée entre un père et sa fille contribue à créer un effet comique : elle nie. marqué par les nombreux apartés. Ces vers ont pour principale fonction de faire rire le lecteur / spectateur. .456 à 471 v. c’est Dorine qui a l’avantage des répliques. son propos est constamment interrompu par les nombreux apartés de Dorine. comme argument ultime. un conseil comique parce que déplacé (v.ANNEXE 3 : QU’APPRENONS-NOUS DES RELATIONS ORGON / DORINE (ACTE II. s’il parvient à parler davantage. SCÈNE 3) ? Répartition du nombre de vers entre Orgon et Dorine ? v. Elle choisit ensuite en faisant une description peu flatteuse de Tartuffe.519). Le 3ème mouvement donne l’avantage à Orgon mais. Dans le 2nd mouvement Dorine a toujours l’avantage des répliques et se révèle comme une servante qui outrepasse ses prérogatives. Obnubilé par l’attitude de sa servante il perd le fil de sa pensée et se trouve définitivement ridiculisé. met un point d’orgue à la scène 3. Ce jeu. La stratégie qu’elle met en œuvre consiste d’abord à convaincre Orgon de manière raisonnée avant de lui asséner. les paroles de son maître.537 à la fin Tactique adoptée par Dorine ? Effet produit ? QUELQUES PISTES D’INTERPRÉTATION : Dans le 1er mouvement.472 à 536 v.

Elmire est flamboyante des pieds jusqu’à la tête . une chaise. Mise en scène de 1972 Décors Costumes Maquillage Intonation Déplacements / Gestes Les effets comiques sont-ils soutenus par un jeu particulier ? Lequel ? Mise en scène de 1997 QUELQUES PISTES D’ANALYSE : DECORS : La mise en scène de 1972 reproduit un intérieur d’une famille bourgeoise du XVIIème siècle tandis que celle de 1997 propose un décor très dépouillé (scène peu profonde. une unique porte basse en fond de scène obligeant les comédiens à baisser la tête lorsqu’ils entrent ou sortent. L’expression des visages s’estompe au profit de masques. l’œil n’est attiré par rien d’autre qu’eux. est coquettement vêtue et le jaune doré de sa robe renforce la vivacité de son esprit). On peut aussi y voir le parti pris d’inscrire la pièce dans un espace intemporel : cette histoire peut se passer n’importe où. la prédominance de la couleur noire.ANNEXE 4 : COMPARER DEUX MISES EN SCENE DE LA SCENE 2 DE L’ACTE II. sourcils et lèvres peints en rouge). pour le camp des dévots. COSTUMES : Ils sont d’époque dans les deux cas avec. les costumes marquent davantage la personnalité des personnages (par exemple. dont seul le turban contribue à la désigner comme servante. Cette mise en scène privilégie les paroles des personnages. - - . à n’importe quelle époque. Dans la mise en scène de 1997. MAQUILLAGE : Rien de notable dans la mise en scène de 1972 tandis que celle de 1997 révèle une forte influence du théâtre oriental (visage blanc. Dorine.

articulant les mots avec une certaine violence. C’est la voix du maître qui n’entend pas être querellé par sa servante. Dorine n’hésite pas à renforcer son propos par des mimiques insolentes à l’endroit de son maître. l’affrontement se joue y compris dans les déplacements des comédiens : ils s’approchent. se jaugent puis reculent en fonction de l’effet de leur paroles. incapable de rivaliser avec sa servante. elle est plus méchante que drôle.- INTONATION : Dans la mise en scène de 1972. Orgon parle fort et s’énerve vite. la mise en scène de 1972 concentre davantage de déplacements. L’intonation moqueuse voire ironique de Dorine prouve qu’elle ne craint pas Orgon : lorsque celui-ci monte le ton. elle l’imite ! La mise en scène de 1997 rend l’échange plus agressif : Dorine parle fort. la querelle paraît plus grave. Dans celle de 1997. ainsi que par un index accusateur pointé sur son maître. En revanche. EFFETS COMIQUES : Outre ceux inhérents aux échanges de paroles. Les échanges sont joués au corps à corps et prennent une tournure menaçante. Comme l’a suggéré un élève « Dorine fait presque peur. la mise en scène de 1972 privilégie le comique qui vise à ridiculiser Orgon. L’espace scénique relève un huis clos à l’intérieur duquel les personnages s’affrontent. Dorine marque sa détermination par une posture légèrement en dessus par rapport à Orgon. sans doute du fait de l’absence de mobilier et de la faible profondeur de la scène. » Dans cette mise en scène. - - . Du coup Orgon semble fragile. le comique est plus diffus. le comique est donc davantage lié à la situation qu’au jeu à proprement parler. DÉPLACEMENTS / GESTES : La gestuelle est moins appuyée dans la mise en scène de 1997.

scène 3 et acte IV. il s’agit de civilités permettant la prise de contact entre les deux personnages. Du vers 897 à 928. On s’attachera donc à analyser plus précisément les deux tirades de Tartuffe (notamment en repérant le mélange des champs lexicaux de l’amour et de la religion) et la manière dont Elmire tente de réfuter les arguments de ce séducteur inattendu. Quels sont les 2 champs lexicaux employés par Tartuffe dans sa déclaration ? Que peut-on en conclure sur la personnalité de ce personnage ? Comment Elmire réagit-elle aux avances de Tartuffe ? Quels arguments emploie-t-elle pour le repousser sans s’en faire un ennemi ? - Jusqu’au vers 896. SCÈNE 3 : Quelques pistes pour étudier cette scène Identifier les 3 mouvements de la scène. À quoi s’apparente cette scène ? Quel en est le sujet ? Identifier les procédés comiques. Il ne faut pas oublier que le lecteur / spectateur sait déjà beaucoup de choses sur le personnage de Tartuffe. l’échange entre Tartuffe et Elmire produit un effet comique du fait des didascalies et du jeu théâtral qu’elles imposent. L’argumentation débute à partir du vers 929. qui n’a fait son apparition qu’à la scène précédente.ANNEXE 5 : COMPARER DES STRATÉGIES D’ARGUMENTATION (acte III. - - . scène 5) ACTE III.

impliqué par les didascalies.1497 à 1520 v. dans la scène 5 de l’acte IV. La stratégie d’argumentation de Tartuffe. elle n’hésite pas. Le comique. préalablement.1477 à 1497 v.ANNEXE 5 (suite) ACTE IV. Identifier qui désigne le « on » des vers 1411 à 1436.1409 à 1436 v. SCÈNE 5 : Faire. Stratégie d’Elmire ? v. à mettre en jeu sa personne et sa vertu. Si dans la scène 3 de l’acte III Elmire conserve une position liée à son statut et aux usages de l’époque. De galant amoureux. Son argumentation révèle la noirceur du personnage et le mépris qu’il éprouve pour son hôte. Son objectif change et s’élargit : d’empêcher le mariage de Tartuffe avec Mariane elle en vient à dénoncer l’imposteur et mettre au jour la véritable personnalité de ce personnage. il devient un vil chasseur qui n’hésite pas à exiger des preuves tangibles et à employer des propos déplacés et autoritaires. Dans la scène 3 de l’acte III le comique repose sur l’incongruité de la déclaration ainsi que sur le jeu des acteurs. De quoi est-ce révélateur ? SYNTHÈSE : Que conclure de la comparaison de ces deux scènes ? La stratégie d’argumentation d’Elmire.1437 à 1476 v.1521 à 1528 Stratégie de Tartuffe ? - Faire repérer le moment où la scène bascule. Le comique de la scène 5 de l’acte IV repose essentiellement sur le fait que le lecteur / spectateur sait - - . rappeler l’objet de la seconde rencontre en Tartuffe et Elmire.

et glorifier la personne du Prince.qu’Orgon est caché sous la table et entend donc tout ce qui se passe. Tout au long de la pièce. La révélation de l’imposture qui prépare le dénouement de l’acte V. Cette scène a pour objet de le dessiller mais aussi. du fait des événements qui vont survenir dans le dernier acte. - . La toux répétitive d’Elmire permet de détendre la situation délicate qui se déroule devant nous. Orgon apparaît comme un personnage sous influence. de préparer le dénouement et de révéler le véritable enjeu de la pièce : rire pour instruire . Cet aspect est à reprendre pour faire le lien avec la dernière séance (l’étude de la préface et du premier placet).

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->