P. 1
Nantes Passion 128

Nantes Passion 128

|Views: 585|Likes:
Publié parretrovilles

More info:

Published by: retrovilles on Oct 18, 2010
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF or read online from Scribd
See more
See less

05/20/2012

Nantes

N°128 - octobre 2002

le magazine de l’information municipale

Passion

est entré en service

InfoNantes

Prostitution : où en est-on à Nantes ? Mobilisation contre la pollution de l’Erdre

éditorial

Civisme et débat public

P

lusieurs des points qui préoccupent les Nantais ont été évoqués devant moi lors de ma récente rencontre avec les responsables de l’association Promo Nantes. C’est une démarche que j’apprécie particulièrement. Si nous nous efforçons de pratiquer la concertation, même lorsque cela n’est pas facile, celle-ci fonctionne à double sens. D’un côté, l’équipe que je préside : elle a le devoir de demander aux Nantais leurs avis. De l’autre, des citoyens, organisés ou non : il est normal qu’ils interrogent la puissance publique, en l’occurrence les élus municipaux, pour faire entendre leur voix, comme l’a fait Promo Nantes. Mais qui dit dialogue dit aussi civisme. Prenons le problème du stationnement. Si, parmi les projets actuellement à l’étude, figure la création d’un parking souterrain cours Saint-André, cette mesure, comme le développement des transports publics, ne sauraient suffire si chacun ne fait pas un effort en matière de comportement. L’espace public n’est la propriété de personne. Il ne l’est certainement pas des automobilistes qui, chaque jour, se garent n’importe où, gênant les piétons et dégradant les aménagements réalisés par la Ville. Cela doit cesser. Et cela est notre affaire à tous. Cette notion de civisme me paraît de plus en plus importante. À Nantes, comme ailleurs, c’est une vertu qui doit être activée, parce qu’elle est la condition du mieux vivre ensemble. Ce qui est vrai du stationnement l’est aussi de la propreté. Ce qui est vrai de la propreté l’est de l’attitude de chacun d’entre nous à l’égard des autres. Adepte des formules-choc, Clemenceau disait que “la liberté, c’est le droit de se discipliner soi-même pour ne pas être discipliné par les autres”. Au début de l’année prochaine, nous organiserons dans l’un des onze quartiers de Nantes la première manifestation destinée à prendre la suite des “carrefours des citoyens” que nous avions organisés ces dernières années dans tous les quartiers. Elle sera suivie de dix autres, dans les autres quartiers. Notre objectif : répondre aux préoccupations des Nantais, mais aussi les inviter à être davantage acteurs de la cité, sans confusion des rôles ou des fonctions. Parce que c’est ainsi qu’on peut ensemble faire du bon travail ; qu’il n’y a pas ceux qui dirigent et ceux qui consomment, mais des collectivités d’hommes et de femmes travaillant dans le même sens, qui est le sens de l’intérêt général.

Comme on le verra dès que vont s’amplifier les grands chantiers communaux ou intercommunaux - construction d’une nouvelle ligne de tramway, aménagement de l’île de Nantes, Grand projet de ville Malakoff/Pré-Gauchet, grands équipements d’agglomération, j’en passe... - le renforcement de la vie démocratique va s’avérer décisif dans la conduite des projets, en même temps qu’elle va apparaître dans toute sa complexité. Mais n’est-ce pas de cette complexité que naît la richesse des débats et l’enrichissement des projets ? Un plan pluriannuel d’investissements a été élaboré au sein des services municipaux et un autre au sein des services de la Communauté urbaine. L’objectif : afficher aux yeux de tous des engagements prenant en compte les contraintes, notamment financières. Cette démarche est l’une des conditions préalables au débat public. Civisme et débat public sont deux des éléments essentiels de ce qu’on appelle la démocratie locale. J’invite les Nantais à l’un et à l’autre. Ainsi sera accompli un nouveau pas qualitatif sur le chemin du développement harmonieux de Nantes, qui ne vaut que si le plus grand nombre possible de Nantais en profitent. Ensemble.
Jean-Marc Ayrault
député-maire de Nantes

Octobre 2002 • N A N T E S

PA S S I O N

5

un mois
expérimentation

d’actualité
agglomération
Une semaine de service régulier.

Des transports publics fluviaux à Nantes ?
dans le cadre de déplacements nécessaires (professionnels ou sociaux). Des étudiants, notamment, intéressés par le temps de parcours tout à fait raisonnable proposé entre la gare et le campus universitaire. Alors ? Des transports fluviaux toute l’année ? “La SEMITAN a fait faire une étude sur cette possibilité, répond son président, Albert Mahé. Elle a fait apparaître que les coûts d’exploitation pour ce type de transports sont les mêmes que sur le reste du réseau. La SEMITAN fera prochainement une proposition de mise en service permanente”. Décision en 2003 ?

Inauguration des bords de Loire à Couëron
Après plusieurs années de travaux qui ont permis de reconquérir et valoriser les rives de Loire, Couëron a inauguré le nouveau port et les cheminements aménagés le long du fleuve. La réhabilitation du site industriel complète cette opération d’envergure qui s’inscrit dans la dynamique “Ile de Nantes-Rives de Loire” de la Communauté urbaine de Nantes.

Dans le cadre de la Semaine des Transports publics, la SEMITAN a mis en place, du lundi 16 au dimanche 22 septembre, un service régulier de navettes sur la Loire et l’Erdre à titre expérimental. Accessibles à toute personne munie d’un titre de transport TAN, elles permettaient de traverser la Loire entre Gare Maritime et Trentemoult (en 6 minutes) et d’emprunter l’Erdre entre la gare SNCF Sud et le Petit-Port (en 25 minutes) avec arrêts possibles aux ponts Saint-Mihiel et Motte-Rouge. En faisant circuler ces navettes de 8 h du matin à 18 h, pendant une semaine entière, la SEMITAN entendait expérimenter ce mode de transport fluvial en vraie grandeur. Le succès de l’opération a été total. Un gros succès de curiosité, bien sûr, la plupart des passagers voulant profiter d’une balade sur l’Erdre ou

la Loire et voir la ville autrement. Mais il s’est aussi trouvé des passagers pour expérimenter ce mode de transport

le chiffre du mois

600 marsouins de la 9 BLBMa
e e

(Brigade légère blindée de marine) implantée Nantes sont déployés depuis le à Nantes, sont déployés depuis le début du au Kosovo, pour une durée mois de septembre dans les Balkans, pour une de quatre mois, mois, dans le sécurité de la durée de quatre dans le cadre d’une mission de maintien de la paix site www.nantes.fr de l’ONU. La brigade, commandée e.gouv.fr et vous tenir informé sur le sous l’égide par le général Bidart, a pour objectif d’assurer la rentrée scolaire et de veiller au bon déroulement des prochaines élections municipales.
Vous pouvez apporter votre soutien aux Marsouins nantais par courriel : bep@blbma9.terre.defense.gouv.fr et vous tenir informé sur le site www.nantes.fr
Octobre 2002 • N A N T E S PA S S I O N •

7

un mois

d’actualité
rentrée

L’accueil des nouveaux étudiants
Chaque année, la Ville de Nantes et l’Université s’associent pour accueillir les nouveaux étudiants nantais. Avec leurs partenaires associatifs, les deux institutions ont élaboré, pour cette nouvelle rentrée 2002-2003, un programme qui combine des services et des animations visant à favoriser l’intégration des nouveaux Nantais dans la cité. ➜ Premier rendez-vous à inscrire dans ce calendrier, un rallye découverte de Nantes à vélo avec l’association Vélocampus qui organise gratuitement un circuit au départ de la Maison de l’Étudiant, le 9 octobre, de 10 h à 16 h (www.velos.org). ➜ Le “Tour de Nantes en 3 jours + 2” prend le relais, du 14 au 19 octobre, avec un parcours de 5 jours sur la vie ➜ Et puis la rentrée, c’est aussi “Nantes by night” ! PRUN’, la Première Radio Universitaire Nantaise, organise une soirée au Lieu Unique le 14 octobre à l’occasion de son retour sur les ondes 92 FM / www.prun.net ➜ Deux autres soirées pour les nouveaux arrivants, sur invitation cette fois, sont également programmées. La première, prévue à l’Olympic le 24 octobre, est réservée aux étudiants vivant à l’extérieur de l’agglomération et inscrits pour la première fois dans un établissement d’enseignement supérieur nantais. La seconde, fixée le 21 octobre à la Cité des congrès, est entièrement dédiée aux étudiants étrangers –2 500 chaque année– qui sont invités à rencontrer les représentants de leur consulat à Nantes. ➜ Enfin, le forum étudiant mis en place par la Maison de l’Étudiant, reste ouvert jusqu’au 18 octobre au Crous de Nantes. Les nouveaux arrivants y trouvent un guichet unique pour toutes leurs démarches liées au logement et à la vie quotidienne. www.forumetudiant.com

culturelle, festive et sportive à Nantes. Visites et activités sur le patrimoine urbain, industriel et maritime de Nantes, les musées, sites culturels et autres lieux insolites qui font la richesse de la

ville. Départs en groupe tous les matins et après-midi depuis le stand de l’association “Tour de Nantes”, installé place du Commerce. www.tourdenantes.com

université

Le campus réaménagé pour la rentrée
tions de cèdres, d’érables et de frênes, pour un achèvement des travaux à la fin 2002.

telex

La base de données “Livrjeun”,
qui met à disposition plus de 16 000 fiches critiques d’ouvrages pour la jeunesse, est désormais en accès et gratuit. site a été libre et gratuit. CeCe site a été créé par Ville de de Nantes en 1999 suite la créé par la la Ville Nantes en 1999 suite à à la donation par Monique Bermond et M. et M. donation par Mme Mme Monique Bermond Roger Roger Boquié25 25 000 livres, enregistrements Boquié de de 000 livres, enregistrements sonores et montages audiovisuels de littérature jeunesse. 3 541 ouvrages sont venus depuis 541 ouvrages sont venus enrichir ce fonds. http://www.livrjeun.tm.fr

Les étudiants en Lettres, Droit, Sciences économiques et leurs camarades d’Audencia, l’École supérieure de Commerce de Nantes, vont découvrir, à la rentrée universitaire, un campus du Tertre entièrement réaménagé. Les travaux de retraitement des espaces publics démarrés à l’été 2001 sous le pilotage de la Communauté urbaine sont aujourd’hui en voie d’achèvement. Il s’agissait, sur ce site où se côtoient quotidiennement plus de

20 000 personnes, de retraiter la voirie, de créer des esplanades et des places, d’assurer par un mail la liaison entre les facultés, le théâtre et le restaurant universitaire, de réaliser un parvis devant ce dernier, de pacifier la circulation, d’organiser le stationnement, d’améliorer les accès au réseau de transports publics, de revoir l’éclairage public et la signalisation. Restent à effectuer les embellissements, espaces de verdure et planta-

8

• N A N T E S

PA S S I O N

• Octobre 2002

transports en commun

“Objectif confort” pour la TAN
Pas de nouvelle ligne de bus, pas d’extension du réseau de tramway... En cette rentrée 2002-2003, le réseau de transports publics de la Communauté urbaine marque une pause, que la TAN met à profit pour soigner le confort des voyageurs, à bord des véhicules comme aux arrêts. ➜ Tramways “Bombardier”. Depuis leur arrivée sur le réseau TAN, les rames de tramway de la nouvelle génération, dites rames “Bombardier”, ont essuyé les critiques des usagers sur la difficulté à se tenir lorsqu’on voyage debout. Quatre systèmes de maintien et de préhension viennent d’être mis en place sur l’ensemble des nouveaux trams : barres tripodes à proximité des articulations, poignées dans l’allée au-dessus des sièges, barres verticales courbes à chaque siège double, barres transversales courbes près de la cabine du conducteur. Ces nouvelles rames, qui circulaient exclusivement sur la ligne 1, roulent aujourd’hui également sur la ligne 3.

➜ Bus au gaz. Moins bruyants, moins polluants, de conduite plus souple, les bus au gaz vont progressivement se généraliser sur une grande partie du réseau. 20 bus nouvelle génération font leurs premiers tours de roues sur les lignes 31, 40, 73 et 90. 72 autres seront livrés avant la fin de l’année. ➜ Abribus. Dans le cadre du renouvellement du mobilier urbain, 600 abribus ont été installés sur le territoire de la ville de Nantes, en remplacement des 400 abribus de la génération précédente. Les 200 arrêts nouvellement abrités n’étaient jusqu’ici équipés que d’un simple poteau. ➜ Poteaux d’arrêt. La SEMITAN a adopté une nouvelle gamme de poteaux, plus visibles et offrant une plus

importante surface d’information pour la clientèle. Ils vont être progressivement déployés à près d’un millier d’exemplaires sur l’ensemble de l’agglomération, entre cette rentrée et juin 2003. ➜ Montée par l’avant. La montée des voyageurs par l’avant des véhicules sera généralisée à l’ensemble des lignes de bus de l’agglomération d’ici la mi-octobre. ➜ Accès de plain-pied. L’aménagement des arrêts des lignes desservies par des bus à plancher bas se poursuit, afin de permettre un accès aux véhicules de plain-pied, notamment pour les personnes à mobilité réduite.

➜ Information. Le centre d’appel téléphonique Allo TAN 0 810 444 444 fonctionne désormais de 6 h 45 à 19 h 30 du lundi au samedi. Depuis la fin mai, un Poste d’information clientèle (PIC) permet d’alerter les utilisateurs en temps réel des perturbations de trafic, sur les panneaux lumineux des stations et sur le site www.tan.fr rubrique “trafic info”. À noter enfin que le guide horaire 2002/2003 existe aussi sous forme de CD Rom.

telex

L’association

Place au vélo

déplacements

Un “pack auto-vélo” dans les parkings NGE
Depuis cet été, et pour toute l’année, les utilisateurs des sept parkings de Nantes Gestion Équipements (Gare Nord, Talensac, Bretagne, Cité des congrès, Commerce, Médiathèque, Graslin) peuvent bénéficier d’un nouveau service : le “pack auto-vélo”, autrement dit la possibilité d’utiliser gratuitement un vélo pendant toute la durée de leur stationnement, sur simple remise d’une caution et du ticket. Pour reprendre leur véhicule, il leur suffit Rappelons que NGE propose, là aussi à longueur d’année, un service de location de vélos, tous les jours de 9 h à 19 h, dans les sept parkings précités ainsi qu’au camping du Petit-Port. Quatre modèles sont proposés : vélo adulte, enfant, tandem et vélectron. Boutique NGE - 18, rue Scribe. Tél. 02 51 84 94 51. Internet : www.nge-nantes.fr

d’acquitter leur stationnement au tarif habituellement pratiqué.

organise, le samedi 19 octobre de 10 h à 17h au Pont-Morand, sa première “bourse aux vélos”. Cette manifestation est aussi l’occasion de rencontrer les militants de l’association et d’échanger sur les aménagements cyclables dans la ville. Contact : Place au vélo - 8, rue d’Auvours 44000 Nantes. Tél. 02 40 400 200.
PA S S I O N •

Octobre 2002 • N A N T E S

9

médias

Les 15 ans de radio Alternantes
Moderne héritière des radios libres, la radio associative Alternantes souffle ses quinze bougies les 25 et 26 octobre. Mai 1987, une nouvelle fréquence se fait une place sur la bande FM nantaise, née du désir d’expression d’un collectif d’associations, écolos, bretons, portugais, militants... Après Radio libre 44 et Atlantic’, c’est la deuxième génération des radios alternatives. Une poignée de permanents professionnels encadre quelques dizaines de bénévoles autour d’un projet libertaire : ouvrir les ondes au monde associatif, offrir une tribune non polluée par la pub aux gens et aux idées qui n’avaient pas droit à l’antenne ailleurs. Quinze ans après ? “C’est la même chose, mais en mieux !” sourient Daniel Raphalen, président de l’association Alternantes, et Michel Sourget, rémation, la production de programmes dans le cadre d’un réseau national d’une centaine de radios associatives, la diffusion exclusive des journaux de RFI (Radio France internationale). Une radio qui tient le challenge d’être “parfaitement audible tout en restant engagée”. Deux dates à retenir pour le 15e anniversaire : vendredi 25, émissions spéciales avec de nombreux invités ; samedi 26 à partir de 21 h, fête salle Paul-Fort et au Pannonica. 25 artistes sur 3 plateaux, autour de Gilles Servat, des Jambons et du groupe de fest noz Esquisse. dacteur en chef. Le collectif s’est étoffé : 4 salariés dont 2 emploisjeunes, 80 bénévoles animant des émissions, 250 adhérents actifs, une quinzaine d’associations productrices... Une vraie rédaction (rare dans les radios associatives), des tranches info, des débats, des magazines, une grille musicale faisant la part belle à la musique celtique, à la chanson française, aux musiques des îles et du soleil, la participation en direct aux grands événements nantais, des journées thématiques, des ateliers de forAlternantes : 98.1 FM à Nantes et 91 FM à Saint-Nazaire. Contact : 19, rue de Nancy BP 31 605 - 44316 Nantes cedex 03. Rédaction : 02 40 93 02 23. Internet : www.alternantes.fr.fm

économie

congrès et salons
grande nouveauté, on y fabriquera également des biscuits salés et des crackers, vendus sous la marque Belin. Deux nouvelles lignes de production et trois ateliers de conditionnement devront être construits et 183 emplois viendront s’ajouter aux 300 actuels. Ces emplois seront réservés en priorité aux sites qui vont fermer, mais la direction de l’usine de La Haye-Fouassière prévoit 70 embauches locales. Développement et environnement. Comment concilier les enjeux de développement économique porteurs d’emplois avec le souci de préserver l’environnement, la sécurité ? Contradiction ou défi à relever ? Un forum organisé par le journal L’Humanité et la Fédération de Loire-Atlantique du PCF le 10 octobre à la Cité des congrès. Contact : 02 40 35 03 00. Patrimoine. Investir et placer : le salon Décisions patrimoine, les 18 et 19 octobre à la Cité des congrès, propose une offre large en informations sur les produits financiers patrimoniaux. Ouvert au public (6 €). Rens. www.decisionspatrimoine.com Ostéoporose. Dans le cadre de la journée mondiale sur l’ostéoporose, APIOS, groupement pluridisciplinaire de professions médicales et paramédicales de la région nantaise, organise un après-midi d’information, le 19 octobre de 14 h 30 à 18 h 30 à la Cité des congrès. Inceste. L’association ARSINOE (Autre regard sur l’inceste pour ouvrir sur l’espoir) tient deux journées d’étude et de réflexion, les 22 et 23 octobre à la Cité des congrès, pour promouvoir de nouvelles pratiques et de nouvelles prises en charge, afin que ce “traumatisme grave ne condamne pas forcément pour la vie”. Rens. www.arsinoe.fr.st Beaujoire. Le Parc des expositions de la Beaujoire accueillera prochainement de nombreux salons : véhicules de loisirs du 11 au 14 octobre ; Top recrutement les 17 et 18 octobre ; Technotrans du 17 au 20 octobre, exposition canine les 26 et 27 octobre ; Créativa le 31 octobre et les 1, 2, 3 novembre ; loisirs créatifs du 1er au 4 novembre ; week-ends de l’habitat les 9, 10, 11 et 15, 16, 17 novembre. Renseignements : 02 40 52 08 11. Internet : www.nantesparcexpo.com

L’usine LU va doubler sa production
L’usine LU de la Haye-Fouassière, la plus moderne du groupe, va bénéficier du plan de restructuration de la branche biscuit de Danone. Avec la fermeture annoncée des unités de Calais et de Ris-Orangis, l’usine nantaise devra fabriquer quarante-cinq sortes de biscuits et porter sa production à 50 000 tonnes annuelles, contre 24 000 tonnes actuellement. Les Sablés des Flandres, les biscuits à thé, les Pti-dej, fabriqués en Espagne, les Petits Beukelaer, fabriqués en Belgique, vont enrichir la gamme des biscuits sucrés fabriqués à Nantes. Et,

10

• N A N T E S

PA S S I O N

• Octobre 2002

événement

Mobilier urbain : InfoN est entré en service
Depuis le 18 septembre, la Ville de Nantes et la société Dauphin Adshel mettent en place des équipements utilisant les nouvelles technologies de l’information et de la communication, dans le cadre du renouvellement du mobilier urbain.

P A N O R A M A ▼
près la pose de 783 abris voyageurs, 641 panneaux d’affichage, 120 panneaux de signalisation... la société Dauphin Adshel, concessionnaire du mobilier urbain nantais depuis octobre 2001, installe ce mois-ci une gamme de nouveaux supports d’information dénommée “InfoNantes”, constituée d’écrans graphiques, de bornes Internet, de kiosques multimédias, donnant accès à l’Internet local, à des agendas électroniques pour les loisirs ou à des messages graphiques d’information.

A

L’interactivité pour dynamiser l’information

Un premier écran graphique de format 8m2 a été mis en service le mercredi 18 septembre sur la place Ricordeau, face au restaurant universitaire. S’y ajouteront progressivement 150 kiosques multimédias positionnés à l’intérieur des abris voyageurs et sur les principales places de Nantes. “En installant dans tous les quartiers de la ville des kiosques multimédias dotés de deux écrans, l’un d’information, l’autre de consultation, nous offrons à la Ville la possibilité d’envoyer aux habitants l’information de son choix, et aux habitants celle d’en rechercher d’autres”, explique Vincent Piot, directeur général de la société Dauphin Adshel (1). Ce premier écran graphique fait l’objet d’une

Pour consulter l’Internet nantais ou obtenir une adresse électronique gratuite Mail-in-Nantes, 30 bornes sont installées dans les lieux ouverts au public : mairies, bibliothèques, médiathèques…

étude portant notamment sur son impact visuel. À terme, l’implantation de six autres écrans pourrait intervenir autour du circuit cœur. Les sites envisagés, choisis en concertation avec l’architecte des Bâtiments de France, sont Talensac, Pirmil, Petite-Hollande, Gare Sud, Cité des congrès, et boulevard Franklin-Roosevelt. En complément à ces grands écrans, 10 écrans plasma InfoNantes de format 16/9e

trouveront leur place à l’intérieur des bâtiments publics tels la Cité des congrès, le Lieu Unique, etc.
De l’information service

Les messages diffusés, conçus par la Ville, sont constitués d’images animées à partir de sources photographiques (diaporamas), d’affiches, de dessins et de vidéos (sans le son). D’une durée de 10 secondes, ils pro-

14

• N A N T E S

PA S S I O N

• Octobre 2002

événement

antes

Les 7 grands écrans graphiques 8 m2, dont un premier installé place Ricordeau depuis le 18 septembre, diffusent en alternance des messages municipaux et des annonces commerciales.

Des kiosques multimédias dotés d’agendas électroniques
150 kiosques multimédias permettent de consulter le calendrier des cinémas, spectacles, concerts, rencontres sportives ainsi que les permanences des urgences.
En attendant le bus, vous avez aujourd’hui la possibilité de consulter l’agenda de vos loisirs dans 141 abris voyageurs et sur 9 places nantaises dont Commerce, Graslin, Royale, Bouffay... Ces kiosques ont deux écrans. Celui du haut diffuse des informations du réseau InfoNantes. Celui du bas permet de consulter l’agenda électronique des loisirs. L’utilisation est simple, il suffit de suivre le mode d’emploi qui s’affiche automatiquement. Du bout des doigts, vous y trouvez le calendrier des cinémas, spectacles, concerts, rencontres sportives... Vous y trouverez aussi les numéros utiles en cas d’urgence. Toutes ces informations sont également accessibles sur www.nantes.fr et sur le service télématique 3615 Nantes.

posent des renseignements pratiques comme l’annonce des rendez-vous culturels ou sportifs nantais, des informations relatives aux événements métropolitains, des campagnes civiques. Ils sont répartis en quatre rubriques : Nantes Pratique, Nantes Evénement, Nantes Métropole, Nantes Citoyenne d’une durée de 40 secondes. L’ensemble est ponctué par des interludes vidéographiques intitulés Nantes Regards. Suite p. 16


Octobre 2002 • N A N T E S PA S S I O N •

15

événement

150 kiosques multimédias permettent de consulter le calendrier des cinémas, spectacles, concerts, rencontres sportives… à l’intérieur des abris voyageurs. Les Totems d’entrée de ville présentent aux visiteurs des photographies emblématiques de la ville de Nantes, et un panneau d’affichage dynamique TélexNantes.

Environ 200 messages seront produits par an pour alimenter une grille de programmes diffusant de 6 h à 24 h dans un premier temps, puis 24 h/24 h. Comme les spots radio/TV, ils sont diffusés plusieurs fois dans la journée pour être bien perçus. Sur les grands écrans graphiques 8 m2, et seulement sur ceux-là, les messages de la Ville sont diffusés en alternance avec des annonces publicitaires.
Une gamme complète de médias

Bornes Internet, TélexNantes (journaux lumineux de nouvelle génération), totems d’entrée de Ville... d’autres éléments de mobilier urbain permettent d’accéder au programme InfoNantes. Depuis cet été, 30 bornes Internet sont proposées au public à l’intérieur de bâtiments tels les mairies, bibliothèques municipales, gares... Outre l’accès direct au site de la Ville, elles offrent l’accès libre aux sites de la Communauté urbaine, de la Cité des congrès, de l’Office du tourisme, du Lieu Unique, de l’Olympic, ainsi qu’aux sites locaux répertoriés sur www.nantes.fr Sur le site de la Ville, peuvent être consultées les 6 rubriques d’actualités régulièrement mises à jour, les 3 000 pages d’informations pratiques ou encore les bases de données

cartographiques. La rubrique Sortir, par exemple, offre l’accès aux calendriers des cinémas, spectacles, concerts, rencontres sportives se déroulant à Nantes. Sur les bornes, une interface d’accueil ergonomique permet également d’accéder directement à la boîte à lettres électronique mise à disposition des Nantais dans le cadre du Mail-in-Nantes. Complétant ces médias Internet, 50 TélexNantes (journaux lumineux), diffusent des informations brèves écrites. 40 d’entre eux, associés à des panneaux d’affichage à auvent dotés de plans de quartier, de renseignements et services de proximité, constituent les Relais d’informations. Les 10 autres TélexNantes se positionnent aux abords des grands axes de circulation. Enfin, après la pose des totems d’entrée de ville installés sur les grandes voies d’accès, au niveau de la place Sarrail vers Rezé, du rond-point des Châtaigniers vers Saint-Nazaire, du boulevard de la Prairie-de-Mauves vers Paris, des totems supplémentaires trouveront place sur les voies venant de Rennes, Angers, Vannes, Cholet et Bordeaux. Hauts de dix mètres, ils présentent aux visiteurs des photographies emblématiques de la ville, un panneau d’affichage dynamique (TélexNantes) et un autre textuel.

L’ensemble de ce réseau d’information permettra, en fonction des évolutions technologiques, de décliner les messages en direction du public : habitants et associations de quartiers, usagers des transports en commun, touristes. Exploitant un système de transmissions par satellite, une même information peut être diffusée quelle que soit la technologie de réception utilisée (Internet, minitel, téléphonie...). Fin octobre, lorsque l’ensemble de ces nouveaux médias sera en service, Nantes sera la première ville française à offrir à ses habitants un système d’information moderne aussi diversifié.
Rodolphe Delaroque

1/ Ces nouveaux services ne coûtent rien à la Ville, et donc aux contribuables nantais. La totalité des investissements et des coûts de fonctionnement est supportée par la société Dauphin Adshel, filiale du groupe Clear Channel International, numéro 1 mondial de la communication extérieure. Le total de l’investissement engagés aux termes de la concession signée pour 15 ans est de 25,92 millions d’euros pour l’ensemble du mobilier urbain auxquels s’ajoutent 5,18 millions d’euros par an de frais d’entretien et pour réaliser les produits de communication. La société assurera sa rentabilité dans la revente d’une partie des espaces publicitaires à des annonceurs commerciaux.

16

• N A N T E S

PA S S I O N

• Octobre 2002

la ville
l’actualité de la vie municipale

Prostitution : où en est-on à Nantes ?
En 1998, de nouvelles filières de prostitution apparaissaient sur le sol nantais. Le phénomène n’a depuis cessé de s’amplifier jusqu’au printemps 2002. D’une cinquantaine de prostituées de rue en 1998, Nantes en compterait aujourd’hui une centaine. État des lieux.
Réglementation
Depuis 1946, la loi française a adopté un régime dit abolitionniste qui a abouti à la fermeture des maisons closes et à la fin de la réglementation de la prostitution (disparition des fichiers sanitaires, des fichiers de police…). Aujourd’hui, la législation française considère que la prostitution n’est pas une activité illégale. En revanche, la loi pénale interdit la prostitution des mineurs et réprime le proxénétisme sous toutes ses formes. Le racolage actif est également interdit et passible de contravention. En outre, la législation dispose d’interdictions plus générales, tel le délit d’exhibition sexuelle pouvant jouer à l’encontre des clients.

E

N

Q

U

Ê

T

E

E
18

n 1998, une première vague de prostituées camerounaises investissait les abords de l’île Gloriette. Mais, c’est fin 2000, début 2001 que la prostitution de rue a réellement explosé à Nantes avec l’arrivée massive de NigéPA S S I O N

rianes et de Sierra Léonaises. “Installées sur le secteur de l’île Gloriette, à proximité du stade Marcel-Saupin et sur le quai Malakoff, ces jeunes femmes sont beaucoup plus tapageuses et bruyantes que les femmes camerounaises ou les nanto-nantaises”, explique Jacques Bauza, directeur départemental de la Sécurité publique. Toutes semblent venir d’une même région. Elles arrivent en France,

Suite p. 20

• N A N T E S

• Octobre 2002

la ville

. T R O I S

Q U E S T I O N S

À

U N

É L U .

Dominique Raimbourg, adjoint à la sécurité et à la tranquillité publique.

Gêner le client et la pratique prostitutionnelle
Dans certaines rues de Nantes comme le secteur de l’île Gloriette, le stade Marcel-Saupin, le bas de la rue Paul Bellamy et même devant l’hôtel de ville, l’activité prostitutionnelle s’étend de plus en plus en centre-ville. Si le phénomène n’est pas nouveau, la situation se dégrade, les habitants s’exaspèrent et ne voient rien venir du côté des pouvoirs publics. Que fait la Ville ? sive que nous luttons et non pas contre les prostituées. La mise en place d’un arrêté ne fait que déplacer le problème vers la périphérie, en dehors de lieux de passage, vers des zones beaucoup plus insécurisées où les prostituées sont à la merci d’agressions diverses. Ce n’est donc pas avec un arrêté que nous allons lutter contre les proxénètes, gêner les clients et faire ainsi que l’activité prostitutionnelle régresse. On parle de mafias, de nouvelles formes d’esclavage. Est-ce qu’il faut comprendre qu’il y aurait deux formes de prostitution, l’une traditionnelle, libre et admissible, l’autre maffieuse, forcée et inacceptable ? Je ne pense pas que le terme d’esclavage moderne soit adapté et éclaire en quoi que ce soit la problématique. Il y a des mafias, il y a des menaces et de la terreur, même pour certaines femmes. Mais, il y a aussi la misère qui pousse à se prostituer pour gagner de l’argent, même si la part de la prostituée est faible après paiement des proxénètes et autres exploiteurs. Nous ne sommes donc pas dans une relation de maître et d’esclave, je préfère l’idée d’oppression. En outre, cette notion d’esclavage moderne conduirait forcément à l’interdiction de la prostitution avec toutes les conséquences que l’on imagine, où une fois encore les femmes prostituées seraient les premières victimes, car les premières incarcérées. Il faut donc analyser les choses plus finement. Nous devons faire face à une nouvelle forme de prostitution qui nous ramène des années en arrière, alors même que cette activité n’avait cessé de régresser depuis les années 1920, avec la fermeture des maisons closes en 1946 et la disparition progressive d’une prostitution de rue depuis les années 50. Il faut donc faire tout ce qui est en notre pouvoir pour accélérer la disparition de cette activité au profit de relations sexuelles libres et non monnayées.

E

n décembre 2001, la Ville a organisé avec ses partenaires (la Préfecture, la police, Médecins du monde et le Mouvement du Nid qui aide à la réinsertion des prostituées), une conférence de presse pour alerter l’opinion publique et particulièrement les clients. Mais à l’évidence, cela n’a pas suffi. Nous avons donc sollicité la police nationale, dans le cadre du Contrat local de sécurité, pour qu’un contrôle systématique des papiers des véhicules et d’identité des clients et des prostituées soit mis en place, l’objectif étant bien de gêner le client et la pratique prostitutionnelle. La Ville a également soutenu l’initiative du Funambus (cf encadré “Sur le terrain, Médecins du monde et le Mouvement du Nid”), et obtenu, via le Contrat local de sécurité, la création d’un poste de coordinateur associatif qui devrait être sur le terrain dès le mois d’octobre. Sa mission : prolonger et coordonner l’action des deux associations, assurer un suivi auprès des prostituées en journée et tenter d’avoir une démarche d’insertion auprès d’elles. Nous nous sommes également engagés auprès de Médecins du monde pour une mission d’étude au Nigeria afin de mieux connaître la réalité de ces femmes africaines. Cette présence dans les pays d’origine devrait permettre de développer des actions préventives pour tenter d’éviter qu’elles se ne retrouvent embarquées dans la spirale infernale de la prostitution. Par ailleurs, une réflexion a été menée au sein de la Ville et de la Communauté urbaine sur l’aménagement de l’espace urbain pour améliorer l’éclairage public de certains lieux occupés par les prostituées, pour empêcher le stationnement dans certaines rues...

Enfin, les premières bases d’un partenariat avec les grandes villes de l’Ouest, touchées par le phénomène prostitutionnel, ont été jetées. Une première rencontre a réuni en mai dernier, des représentants des villes de Brest, Angers, Rennes et Nantes, bien sûr. Ce premier tour de table a permis de constater que nous partagions les mêmes difficultés. Nantes envisage également d’organiser un colloque national sur cette question dans les mois qui viennent. Enfin, nous souhaitons lancer une campagne d’information et de responsabilisation pour sensibiliser l’opinion publique et les clients sur la réalité vécue par ces femmes. Certaines villes comme Aix, Strasbourg, Orléans ou encore Lyon, ont pris des arrêtés interdisant la prostitution sur certains secteurs. Pourquoi pas Nantes ? Il y a deux raisons à cela. Tout d’abord, un arrêté d’interdiction est difficilement applicable. Il suppose de verbaliser des femmes sans domicile fixe et sans revenu déclaré saisissable. D’autre part, c’est contre l’exploitation de ces femmes, contre la prostitution violente et oppres-

Octobre 2002

• N A N T E S

PA S S I O N

19

la ville
l’actualité de la vie municipale

Dix ans de projet urbai
En 1992, le quartier des Dervallières entrait dans une première phase de profonde transformation, à la fois urbaine, sociale et culturelle. Dix ans plus tard, une deuxième étape de rénovation s’engage sur la partie basse du quartier.
Développement social des quartiers, piloté par la Ville de Nantes, élabore alors un programme d’actions dans trois directions : réaménagement du “cœur de quartier”, soutien au secteur associatif, éducatif et culturel local, insertion sociale et développement de l’activité économique et des services publics. “Notre premier objectif a été d’ouvrir cette forteresse sur la ville, de permettre son irrigation” commente Jean-François Revert, urbaniste chargé du projet. “La démolition de quelques bâtiments le long du boulevard Jean-Ingres, la suppression de porches et de culs-de-sac ont donné de la visibilité et permis un accès plus facile au quartier. Les bus, par exemple, peuvent désormais le traverser, du boulevard Jean-Ingres à celui du Massacre. Cette facilité d’accès, cette visibilité ont été déterminantes pour sauver le centre commercial qui vivotait...” Sur la place centrale des Dervallières entièrement réaménagée, une grande surface, ainsi que de nombreux commerces de proximité sont aujourd’hui installés, attirant à la fois les habitants du quartier et une clientèle de passage.
Un apport d’activités et de services

A M É N A G E M E N T ▼

U

ne citadelle. Le mot revient souvent dans le discours de ceux qui vivent ou travaillent aux Dervallières. “En 1990, les Dervallières étaient comme une citadelle repliée sur ellemême, coupée de la ville par des remparts d’immeubles. Un quartier hermétique, d’accès difficile.” Un premier diagnostic établi en 1990 laisse apparaître que le quartier est dans une situation délicate. Le dispositif de

Le cœur du quartier des Dervallières désormais respire. “Autre point important : l’arrivée de nombreux services publics comme la Mairie annexe, la Maison de la Justice et du Droit, la Maison de la Sécurité sociale ou plus récemment, le pôle social du Département” souligne Jean-Michel Jaouen, chargé de quartier. “Une entreprise, le laboratoire Trichereau, s’est également installée dans le quartier, ainsi qu’un domicile collectif pour personnes âgées... Tous ces apports nouveaux d’activités et de services amènent de
Des commerces, des activités et des services publics.

La place centrale réaménagée.

22

• N A N T E S

PA S S I O N

• Octobre 2002

la ville

n aux Dervallières
explique Jean-Michel Jaouen. “Cette seconde étape, présentée lors du CCQ le 12 septembre dernier, portera sur le vallon de Chézine, ses logements, ses équipements.” Comme le cœur de quartier il y a dix ans, le vallon (rues Le Nain, Lepère, Géricault, Mignard) a besoin d’air. “Il faut irriguer cet espace, permettre la circulation grâce à la création d’une rue importante sudouest/nord-est traversant le quartier et facilitant la respiration des deux groupes scolaires, de la maison de quartier, de l’équipement petite enfance...” commente JeanFrançois Revert. “Un travail sera également mené sur la qualité des espaces publics, comme la suppression des porches et autres culs-de-sac favorisant les situations d’insécurité.” Le parc enfin fera l’objet de toutes les attentions : sa mise en valeur, son ouverture sur l’extérieur devraient élargir sa fréquentation, tandis que de nouvelles opérations d’amélioration de l’habitat seront entreprises.
Emmanuelle MORIN

La 2e phase de rénovation portera sur le vallon.

la vie et du passage aux Dervallières, rompant ainsi la logique d’enfermement.” Construit entre 1955 et 1965, le quartier des Dervallières comprend plus de 2 500 logements gérés par Nantes Habitat. Depuis dix ans, l’Office public HLM de la Ville de Nantes a entrepris plusieurs opérations d’amélioration et de requalification de l’habitat, principalement sur la partie haute du quartier (plus de 1 000 logements réhabilités). Plus qu’une simple remise aux normes, il s’agissait de redonner une nouvelle identité de résidence aux immeubles du quartier. Plusieurs raisons à cela : réduire le nombre de logements inoccupés, mais aussi diversifier la population en proposant des logements adaptés aux attentes de chacun : individuels, couples, grandes familles, personnes âgées et handicapées. “Outre les aspects urbain et habitat, de nombreuses actions ont été menées avec les associations locales : création de locaux et de services ouverts aux habitants, comme la bibliothèque ou le pôle informatique par exemple” commente Jean-Michel Jaouen. “Certaines initiatives même, sont reconnues au plan national. Citons par exemple la création d’un jeu sur la parentalité, mis au point par le réseau d’habitants inter-quartiers Bellevue-Dervallières et présenté en ce mois d’octobre au festival de la Ville à Créteil.”
Projet social et urbain : deuxième étape

ments publics et sportifs de bonne qualité, mais enclavés et sous-utilisés, des immeubles qui se dégradent. “Nous entrons aujourd’hui dans une deuxième phase de rénovation du quartier dans le cadre du Contrat de Ville”

L ’histoire commence en 1947...
C’est en 1947, juste après la guerre, que naît le premier projet de construction d’un quartier d’habitat social dans le parc de l’ancien château des Dervallières. Les travaux démarrent en 1955 et s’achèvent dix ans plus tard. “L’opération était plutôt bien réalisée pour l’époque” reconnaît Jean-François Revert. “Tout le quartier était organisé comme une forteresse, autour du parc. La difficulté tient plutôt au fait qu’il s’agissait d’un grand quartier avec l’habitat comme seule vocation.” Les premiers bâtiments qui sortent de terre apportent une qualité de confort inconnue jusqu’alors. Très vite, de nombreuses familles s’y installent, ouvrières pour la plupart. La vie associative est dynamique et le quartier chaleureux. Mais la crise économique des années 75 bouleverse la situation et les habitants des Dervallières sont

Le parc de l’ancien château des Dervallières.

Plus ouvert sur la ville, le quartier va mieux. Il reste cependant des indicateurs économiques, sociaux, scolaires inquiétants, un parc superbe peu fréquenté, des équipe-

les premiers touchés. Depuis dix ans, tout l’enjeu du projet urbain et social est de redonner au quartier une meilleure qualité de vie, d’emploi et d’activités.

Octobre 2002

• N A N T E S

PA S S I O N

23

la ville
l’actualité de la vie municipale

Une piste neuve pour le stade Michel-Lecointre

L

es pistes d’athlétisme rénovées du stade Michel-Lecointre, situé sur l’île de Nantes, ont été inaugurées à la mi-septembre à l’occasion de la 5e édition du meeting national Troph’haies. Les difficultés techniques rencontrées, et particulièrement les problèmes de stabilité du sous-sol, ont occasionné un retard de plusieurs mois du chantier, entre son démarrage en avril 2001 et la livraison du revêtement synthétique l’été dernier. Le programme de rénovation de la piste principale comportait la remise en état de l’anneau, des aires de sauts et de lancers, la création d’une seconde ligne droite, le câblage du chronométrage électronique, la mise en œuvre d’un enrobé sur le déambulatoire en pourtour de piste, la pose d’une main courante, la reprise de la piste d’élan du saut en longueur, la création d’une nouvelle fosse de steeple et le renouvellement du mobilier sportif. Cette piste est composée de huit couloirs et répond donc aux normes pour l’organisation de compétitions nationales. Une seconde phase de travaux, concernant les tribunes, les vestiaires, les locaux administratifs, techniques et associatifs, doit débu-

Un programme pluriannuel pour les stades

ter le mois prochain. Le stade sera également doté d’un éclairage en 2003.

La tour Haut-le-Pied remise en valeur

La rénovation de MichelLecointre est la première tranche d’un programme pluriannuel de réhabilitation des pistes d’athlétisme nantaises. Suivront les stades de Procé et de la Durantière en 2003-2004, les Dervallières en 2005 et l’Éraudière en 2006.

S

ur le plateau piétonnier Sauvetout, les travaux de sauvegarde et de rehaussement de la tour Haut-le-Pied, vestige remarquable de l’enceinte médiévale de Nantes mis à jour lors du chantier de la 3e ligne de tramway, sont en cours d’achèvement. Exposée à l’air libre et aux intempéries, la maçonnerie de la vieille tour s’était rapidement dégradée. Le parement extérieur a été débarrassé des mousses et des calcifications, la base de l’ouvrage a été restaurée pour améliorer la compréhension du système de défense (sorties des bouches à feu, casemates et chambre d’accès) et les chambres de tir ont retrouvé leurs voûtes. L’ensemble est recouvert de dalles de schiste qui en assurent l’étanchéité. Légèrement surélevée et entourée d’un espace vert circulaire en pente douce, la tour sera désormais beaucoup plus visible. Elle sera éclairée la nuit, et un marquage en bronze encastré dans le sol rappellera le tracé des anciens remparts.
PA S S I O N • Octobre 2002

24

• N A N T E S

la ville

Ouverture du gymnase Sully

Taxe d’habitation 2002
Permanences d’information dans les mairies annexes et en mairie centrale
Les contribuables peuvent obtenir conseils et informations concernant la taxe d’habitation auprès des permanences ouvertes dans les mairies annexes et en mairie centrale. Ces permanences ont lieu aux dates et heures suivantes :

L

Le nouveau gymnase, conçu par les architectes Barto et Barto.

e nouveau gymnase municipal Sully sera ouvert au public à la fin du mois d’octobre. Situé rue Henri-Cochard, entre un bâtiment du Département et le groupe scolaire Sully, il a bénéficié d’un traitement architectural particulier, adapté à l’emprise et aux contraintes d’un site étroit et fortement urbanisé. Équipement de proximité, le gymnase répond aux besoins de l’école Sully ainsi qu’aux clubs et associations de ce quartier de centre-ville qui a vu ces dernières années l’afflux de 700 logements. La halle des sports est dotée d’une centaine de place de gradins.

● Nantes -Barberie - (103, rue Pierre-Yvernogeau) : Le vendredi 8 novembre de 9 h à 12 h. ● Nantes -Beaulieu (Place de la Galarne) :
Le mardi 5 novembre de 14 h à 17 h.

● Nantes -Bellevue
(Centre commercial, place des Lauriers) : Le lundi 4 novembre de 14 h à 17 h et Le vendredi 8 novembre de 14 h à 17 h.

● Coût de l’opération : 2 120 000 b.

● Nantes -Bottière

(Centre commercial, 69, rue de la Bottière) : Le mardi 5 novembre de 14 h à 17 h et Le jeudi 7 novembre de 9 h à 12 h.

Le bowling rouvre ses pistes

● Nantes -Chantenay - (Boulevard de la Liberté) : Le lundi 4 novembre de 9 h à 12 h, Le mercredi 6 novembre de 9 h à 12 h et Le jeudi 7 novembre de 14 h à 17 h. ● Nantes -Dervallières - (Centre commercial, place
des Dervallières) : Le mardi 5 novembre de 9 h à 12 h.

R

ecouvertes d’un nouveau revêtement synthétique, équipées de rails automatisés pour les enfants, de tableaux d’affichage des scores en 3 D..., les 16 pistes du bowling du Petit-Port offrent depuis début septembre une nouvelle qualité de jeu. Les horaires d’ouverture : du lundi au jeudi de 12 h à 2 h, vendredi de 12 h à 4 h, samedi de 15 h à 4 h, dimanche de 15 h à 20 h.

● Nantes -Doulon - (Boulevard Louis-Millet) : Le lundi 4 novembre de 14 h à 17 h. ● Nantes -Malakoff - (Centre commercial, place de Prague) :
● Tramway Ligne 2 - Arrêt Morrhonnière. Renseignements : 02 51 84 94 51.

Le mardi 5 novembre de 9 h à 12 h

● Nantes -Nord - (41, route de la Chapelle-sur-Erdre) : Le mercredi 6 novembre de 9 h à 12 h et Le vendredi 8 novembre de 9 h à 12 h. ● Nantes -Ranzay - (249, route de Saint-Joseph) :
Le jeudi 7 novembre de 14 h à 17 h.

Extension du “Hangar”
cet espace, est de répondre à l’attente des clubs locaux. Après la fermeture de certains lieux, beaucoup de pratiquants de rink-hockey, de roller in line, de rink artistique et de course n’avaient plus de sites pour s’entraîner. Nous ne pouvions les accueillir ici dans de bonnes conditions. Afin de répondre à leurs besoins, nous avons déposé un projet auprès de la Ville de Nantes, qui l’a soutenu.” Cette extension permet également de créer une synergie entre les différentes formes de glisses urbaines. “Sur un même lieu se côtoient et se croisent toutes ces pratiques, urbaines et sportives. C’est unique en France !”
● Coût de l’opération : 226 000 b. Contact : Le Hangar - 9, allée des Vinaigriers. Tél. : 02 51 13 26 80 & lehangar@fal44.org . Site web : www.lehangar-skatepark.com

● Nantes -Sud - (62, Boulevard Joliot-Curie) : Le mercredi 6 novembre de 14 h à 17 h. ● Mairie centrale - Service Ressources et Fiscalité
(29, rue de Strasbourg - 4e étage)
Ces permanences seront assurées du mardi 12 novembre au vendredi 29 novembre de 8 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 18 h. Pendant cette période, des rendez-vous individuels pourront être pris entre 8 h 30 et 18 h en téléphonant au 02 40 41 64 27. Pensez à vous munir de votre avertissement de taxe d’habitation ainsi que de toute pièce pouvant justifier une éventuelle réclamation (avis d’imposition, quittance de loyer, justificatif de ressources, etc). Des questions peuvent également être posées via internet (www.nantes.fr) grace à la présence d’une boîte à lettre : “Vos questions en matière de fiscalité locale : Taxe d’habitation et Taxes foncières”.
• N A N T E S PA S S I O N •

L

a pratique du rink-hockey est désormais possible au “Hangar”. Un deuxième bâtiment, attenant à l’équipement dédié aux glisses urbaines, a été aménagé et vient d’être ouvert au public. Cette extension conforte les moyens dont dispose la structure, dont la gestion a été confiée par la Ville à la F.A.L. de Loire-Atlantique. Pour Sylvain Bacle, directeur, “Notre souhait, dans

Octobre 2002

25

la ville
l’actualité de la vie municipale

Nantes vous guide...

Les activités 20022003 de l’Accoord

w L’expression de l’opposition

D

e A comme Accompagnement scolaire à Y comme Yoga, le nouveau magazine de l’agence municipale Accoord recense, de A à Z et à la carte, 130 activités éducatives, sociales et culturelles proposées à Nantes sur l’année scolaire 2002-2003, d’est en ouest et du nord au sud en passant par le centre-ville, la base de plein-air de Port-Barbe et les centres de loisirs et de vacances, pour les enfants, les jeunes et les adultes. Avec toutes les infos pratiques : tarifs, conditions d’inscription, calcul du quotient familial.

J

q Renseignements : Accoord - 11 bis, bd Stalingrad (tramway arrêt “Manufacture”). Tél. 02 40 74 02 52. Internet : www.accoordnantes.info

Nantes ville d’art et d’histoire :

Laissez-vous conter Nantes

N

antes a le label “ville d’art et d’histoire” depuis l’année 2000, label décerné par le ministère de la Culture et de la Communication aux collectivités qui animent leur patrimoine et veillent à la qualité de leurs intervenants. C’est sous les couleurs de Nantes ville d’art et d’histoire, qu’un dépliant (en plusieurs langues) vient d’être édité pour guider les visiteurs de passage - mais aussi les Nantais qui le souhaitent - dans leur parcours-découverte du circuit cœur de la ville. Il est disponible dans les musées et à l’Office de tourisme.

M A I R I E

P R AT I Q U E

Recensement des jeunes
Tous les jeunes, filles et garçons doivent se faire recenser en fonction de leur date de naissance. Au mois d’octobre 2002, les garçons et filles nés en octobre 1986, et au mois de novembre 2002 celles et ceux nés en novembre 1986, doivent se présenter en mairie centrale (service des Affaires électorales et militaires) ou dans l’une des mairies annexes, munis des pièces suivantes : carte nationale d’identité, livret de famille ou fiche familiale d’état civil et, éventuellement, copie du document justifiant la nationalité française. q Renseignements : Affaires électorales et militaires Tél : 02 40 41 91 05.

ean-Marc Ayrault annonçait fièrement en mars 2001, 200 nouvelles mesures pour Nantes. Quelques unes des promesses les plus importantes ont cristallisé de nombreux débats, mais restent lettres-mortes. Le Maire de Nantes promettait un ambitieux plan lumière pour la ville étalé sur cinq ans. Etaient concernés le centre-ville et les principaux monuments historiques. Or aujourd’hui, l’éclairage public demeure, quand il existe, anarchique et vétuste. Il ne faut surtout pas réveiller la belle endormie ! Quant aux monuments historiques, le Château des Ducs de Bretagne disparaît dès que le soir tombe, la Cathédrale subit le même sort et les rues avoisinantes ne sont pas une invitation à découvrir Nantes “by night” !... De nouveaux parkings devaient être construits et, le plus attendu, sous le cours Saint-André. Des études ont été menées, la faisabilité technique du projet n’est plus à prouver. Seule une question reste en suspens : quid de la volonté politique du Maire, sans nul doute confronté aux refus de ses ex-amis, les verts. Qui plus est, l’engorgement de ce quartier est bien connu de tous. Parallèlement, la circulation dans le “circuit-cœur” devait être améliorée. Il est évident pour tous les Nantais que circuler dans le centre-ville relève du parcours du combattant. Il n’est pas rare d’être embouteillé rue Jeanne-d’Arc, certains automobilistes préférant alors emprunter le parking pour se retrouver directement sur le cours des 50-Otages. Pourquoi persister à laisser en sens unique le bas de la rue du Calvaire et renvoyer ainsi tous les véhicules descendant vers le cours, sur la place Bretagne et, une nouvelle fois, rue Jeanne-d’Arc. Il était question, dans ces 200 mesures, d’enrichir le patrimoine Nantais, d’embellir l’espace public, les places et les squares en y créant des fontaines et des statues. Il faut croire que les artistes pressentis pour embellir Nantes ont été remplacés par des taggeurs. De plus, l’architecture de la place de Bretagne est un florilège de laideur. À l’heure des nouvelles technologies et d’ici 2002, les arrêts d’autobus devaient être équipés de bandes podo-tactiles ( !), des bornes interactives devaient fleurir dans la ville, des écrans géants seraient implantés dans les espaces publics. La démocratie locale passerait désormais par internet car même le conseil municipal devait y être diffusé ! Serait-ce cela “communiquer avec de nouveaux outils” ? Or aujourd’hui, des Nantais se plaignent encore de n’avoir nulle réponse aux courriers qu’ils adressent au Maire. Enfin ultime exemple : qu’en est-il du vieux stade Marcel-Saupin, aujourd’hui plus encore à l’abandon qu’hier. Il sera rénové, nous promettait Jean-Marc Ayrault ! Aujourd’hui, l’avenir de ce stade se conjugue avec le nébuleux projet de rénovation du quartier Pré Gauchet-Malakoff !!! Mais nul projet sérieux n’est encore évoqué. À l’image de ses promesses bien alléchantes, la presse nationale n’a de cesse de publier, depuis plusieurs mois, des articles sur Nantes, plus élogieux les uns que les autres. Bien sûr, il fait bon vivre à Nantes. Mais au-delà d’une stratégie de communication, il est important que chacun s’emploie à préserver une qualité de vie enviée et enviable car aujourd’hui aucune véritable politique dans ce sens ne prévoit l’avenir. Un réel immobilisme actuel se cache derrière des apparences de vitalité, parfois bien virtuelle et sans commune mesure avec le quotidien des Nantais. Il est important que Nantes ne soit pas sclérosée par les logiques socialistes à l’œuvre depuis plus de 15 ans, avec autant d’erreurs municipales que de dégâts politiques. Et tout est possible car la défaite de Lionel Jospin en juin dernier est aussi la défaite de ses proches, dont le Maire de Nantes. Nous invitons tous ceux et celles qui se sentent prêts à s’investir, à travailler avec nous pour proposer un véritable projet innovant pour Nantes, à prendre contact dès que vous le souhaitez avec les conseillers municipaux d’Opposition afin que nous puissions nous rencontrer.
Secrétariat : 02 40 41 92 66

26

• N A N T E S

PA S S I O N

• Octobre 2002

quartiers projecteur
l’actualité de la vie quotidienne

30 ha sur d’anciennes tenues maraîchères.

A l’est, un nouveau quartier se dessine
Trente hectares enracinés entre Doulon, Bottière, Perray et Haluchère, sur les anciennes tenues maraîchères, idéalement situés, à proximité du tramway, à 10 minutes du centre-ville... L’ouverture à l’urbanisation de ce secteur Chênaie, situé de part et d’autre de la route de Sainte-Luce, constitue le prochain volet de développement du secteur Est.
environ 30 000 habitants”, commente Luc Vissuzaine du service urbanisme de la Ville (Urbana), responsable du secteur nord/est*. Ce nouveau centre urbain devra rayonner sur tout l’est de la ville. “Il fera le lien entre tous les micros quartiers et constituera une alternative à Paridis qui, comme toutes les grandes zones commerciales, se structure sur le modèle des centres urbains”, poursuit-il.
Une greffe dans le tissu urbain existant

P

R

O

J

E

T

D
28

epuis dix ans, les quartiers Est ont déjà connu un véritable bouleversement urbain avec, sur Haluchère Perray, la création de plus de 400 logements, d’un pôle tertiaire (2 400 m2 de bureaux), de commerces (16 000 m2), l’installation du pôle des cliniques mutualistes qui devrait ouvrir ses portes fin 2003, la réalisation de la piscine Jules-Verne, un équipement structurant à
PA S S I O N

l’échelle de la ville, d’un espace de loisirs et prochainement d’un square, rue ÉmileGadeceau... Alors que cette Zac (zone d’aménagement concerté), lancée en 1992, est maintenant quasiment terminée, un nouveau grand chantier s’ouvre sur la Chênaie. Aujourd’hui, les terrains sont vacants. Il ne reste ici et là que quelques murs d’enceinte et citernes à eau témoignant du passé maraîcher de la Chênaie. Demain, c’est un nouveau quartier qui sortira de terre. “L’enjeu est de taille. Il s’agit de greffer un cœur au centre du grand quartier Bottière/Doulon qui compte

Ces réserves foncières de terres agricoles offrent une belle opportunité pour satisfaire une forte demande de logements pour les familles qui aujourd’hui rencontrent des difficultés pour trouver un logement sur Nantes. Beaucoup sont contraintes de se replier sur les secteurs périphériques où il reste encore des réserves foncières abordables. Le programme est ambitieux. “Nous prévoyons la construction de 1 200 logements avec une offre très diversifiée”, explique Luc Vissuzaine. Du logement locatif, de l’accession à la propriété, de l’individuel, du collectif, du loge-

• N A N T E S

• Octobre 2002

quartiers

“C’est une opération publique d’aménagement qui sera donc confiée à un opérateur public, Nantes Aménagement”, précise Luc Vissuzaine. Prochaine étape : “Le schéma d’aménagement va maintenant faire l’objet d’une concertation dans le cadre de la procédure de révision d’urgence du plan local d’urbanisme”. D’ici avril 2003, ce schéma sera donc présenté lors de réunions publiques. La prochaine devrait avoir lieu début novembre. Puis une enquête publique sera ouverte. “Un dossier de réalisation de Zac sera ensuite déposé, après qu’un certain nombre d’études pré-opérationnelles aient été menées.” L’opération pourra alors démarrer en 2004 et s’échelonnera sur une dizaine d’années.
Isabelle ROBIN

La piscine Jules-Verne : un équipement structurant.

ment pour les familles mais aussi pour les personnes âgées... “Nous souhaitons faire un vrai quartier avec une diversité sociale qui devra s’insérer dans le tissu urbain existant en le respectant. Je rappelle qu’il s’agit bien d’une greffe”. Exemple : aux abords de la rue du Perray, “nous proposerons du logement individuel qui sera en cohérence avec les pavillons des alentours.” En revanche, à l’ouest, à proximité du tramway et de la Bottière, le logement collectif sera privilégié. Côté environnement, un soin sera apporté aux traitements des espaces publics. “La construction d’un mail, d’une coulée verte qui traversera le quartier est l’un des partis pris d’aménagement que nous avons retenu”. Le schéma prévoit également des cheminements piétons ainsi que la création d’un parc.
Des équipements à l’échelle du grand quartier

Ce programme d’envergure fera l’objet d’une création de Zac, une procédure qui démontre bien la volonté politique de maîtriser toute l’opération, et notamment le prix du foncier.

* Service urbanisme de la Ville (Urbana), secteur nord/est (Gepa nord/est), Manu, 11, boulevard de Stalingrad 44000 Nantes. Tél. : 02 40 41 99 09. Équipe de quartier, 69 rue de la Bottière. Tél. : 02 51 13 25 50.

Un square qui évoquera la tradition du maraîchage
Dans le cadre du programme d’aménagement de la Haluchère, un nouvel espace vert va voir le jour. Un square de 6 000 m2 niché entre les rues Gadeceau, Haluchère et Lloyd. Imaginé avec les habitants du quartier, ce square illustrera le passé maraîcher du secteur. Traversé par une liaison piétonne entre les rues Gadeceau et Lloyd, l’espace abritera des jardins en terrasse, aménagés de carrés cultivés qui rappelleront dans leurs formes les planches de culture des tenues maraîchères. On y trouvera des légumes décoratifs en lien avec chaque saison. Autre clin d’œil à ce passé de maraîchage : les jeux d’enfant pour les 3/10 ans en forme de légume ou encore de citerne à eau dont la conception a été confiée à un plasticien. Un espace repos sera également aménagé avec des bancs ainsi qu’un sentier traversant des massifs arbustifs. “De plus, nous avons cherché à mettre en scène les quatre éléments - la terre, l’air, le feu et l’eau - pour faire référence au travail des maraîchers qui ont longtemps exploité la terre du quartier ainsi qu’aux botanistes qui ont donné leur nom à bon nombre de

Bien sûr, un programme d’équipements accompagnera ce projet de nouveau quartier. “Les besoins ont été évalués à l’échelle du grand quartier, en tenant compte des équipements réalisés sur les quartiers périphériques”. Le projet d’une médiathèque pour Nantes Est en est illustration. Il est également envisagé la construction d’une salle festive, d’un terrain de sport... Le projet de groupe scolaire est également à l’étude. “Nous prévoyons aussi l’implantation d’un centre commercial d’une taille intermédiaire, entre l’hypermarché et la supérette”. Un commerce à taille humaine qui pourra s’insérer dans ce nouveau centre urbain tout en offrant une large gamme de produits.

La citerne, un des jeux du futur square.

rues du secteur”, explique Jean-François Cesbron du Service des espaces verts de la Ville (Seve). Pour l’instant, aucun nom n’a été retenu pour ce nouveau square. Toute suggestion peut être proposée au Seve*. Parallèlement, la réserve foncière (2 500 m2) située en face du square et destinée à la construction d’un équipement public, sera engazonnée, en attendant qu’un programme soit défini. Les travaux devraient démarrer début 2003 pour une durée de 4 à 5 mois. * Service des Espaces verts et de l’Environnement, Manu, boulevard de Stalingrad 44 000 Nantes. Tél. : 02 40 41 90 09. jardins@mairie-nantes.fr

1200 logements avec une offre très diversifiée.

Octobre 2002 • N A N T E S

PA S S I O N

29

quartiers
l’actualité de la vie quotidienne

Nantes Sud ▼

Expression-livre s’ouvre au quartier

E

N

B

R

E

F

I

nstallé auparavant dans la BCD de l’école LedruRollin, le lieu lecture de Nantes sud a déménagé à 50 mètres de l’école, au 56, rue de la Ripossière. Expression-livre comme il se nomme maintenant, accueille ses lecteurs dans des locaux entièrement réaménagés, 140 m2 répartis sur deux niveaux. Géré par l’association “Espace culturel sud Loire”, le lieu lecture s’ouvre au grand quartier. Son accès à différents publics avec des horaires d’ouverture étendus et mieux adaptés est amélioré. Des romans pour la jeunesse et pour adultes, des documentaires, des revues d’actualité pour tous les âges, des albums pour enfants, des cassettes audio de contes et des CD de comptines pour les tout-petits... Ce fonds (comprenant 8 000 ouvrages) sera enrichi par un dépôt d’environ 1 000 livres par an mis à disposition par le Service de prêt aux collectivités de la Ville. Animé par Magali Oiry, médiatrice, et Mathilde Ott, bibliothécaire, Expression-livre poursuivra le travail engagé avec toutes les écoles du quartier, les structures petite enfance, mais

▼ Nantes nord : un nouveau giratoire, route de la Chapelle Dans le prolongement des aménagements réalisés entre la médiathèque et l’avenue de la Grive, une deuxième tranche de travaux va être lancée route de la Chapelle. Elle concernera la partie située entre l’avenue de la Grive et la rue Jacques-Cartier sur laquelle sera réalisé un giratoire pour faciliter la traversée de la route de la Chapelle. Un parking d’une vingtaine de places sera également aménagé au droit de la mairie annexe, pour améliorer le fonctionnement du secteur, l’accès aux commerces et

aussi avec l’Orpan. L’accueil d’auteur est aussi à l’ordre du jour avec d’ores et déjà deux rendez-vous en 2003 : Pierre Deschamps (auteur-conteur), le 12 février et Pierre Kerloc’h (un auteur qui revisite les contes), le 12 mars.
● Expression-livre, 56, rue de la Ripossière.

Tél. : 02 40 75 37 23. expression-livre@wanadoo.fr. Ouverture : le mardi de 14 h à 18 h 30, le mercredi de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 16 h 30, le samedi de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 16 h 30. Ouverture aux écoles du quartier : le jeudi toute la journée et le vendredi après-midi.

aux services. Enfin, un terre-plein central sera construit entre la médiathèque et l’avenue de la Grive. Les travaux démarreront fin octobre, début novembre pour une durée d’un moi et demi. ▼ Bout des Landes : le centre socioculturel remis en état En février 2001, le centre socioculturel et la halte garderie du Bout des Landes ont été sérieusement endommagés par l’incendie d’un véhicule. Charpente, circuits électriques, faux plafonds, murs et sols ont beaucoup souffert. Les travaux de remise en état de deux structures ont été engagés en juillet avec une opération de désamiantage. Ils se poursuivront jusqu’à la fin de l’année pour une ouverture prévue début 2003. Coût de l’opération : 229 494 b. ▼ Saint-Joseph-dePorterie : Extension des horaires de la poste Depuis la mi-septembre, le bureau de poste de Saint-Joseph-de-Porterie (4, place des Tonneliers) a élargi ses horaires d’ouverture, plus tôt le matin et l’après-midi. On y est désormais accueilli du lundi au vendredi de 9 h à 12 h 15 et de 15 h à 18 h 15, et le samedi de 9 h à midi.
● Contact : 02 40 30 38 56.

Malakoff ▼

L ’art contemporain investit les jardins familiaux

D

u 7 au 12 septembre, des plasticiens et architectes du collectif “La Valise”, ont installé leurs œuvres dans

les jardins familiaux de Malakoff. Cette intervention, qui a reçu le soutien de la Ville de Nantes dans le cadre du grand projet de ville Malakoff/Pré Gauchet, a permis à dix-huit artistes en résidence, de confronter et d’échanger, autour de leurs créations, avec les jardiniers de ce site aménagé aux abords de la prairie de Mauves et de la Loire.
● Contact : La Valise 3, rue Bias à Nantes. Tél. : 06 12 34 55 23. Site web : http://periclite.free.fr/ lavalise. htm

30
• N A N T E S PA S S I O N • Octobre 2002

quartiers
l’actualité de la vie quotidienne

Nantes Erdre ▼

Port-Durand en cure de jouvence

E

N

B

R

E

F

C

onstruite sous l’impulsion du mouvement lancé par l’abbé Pierre en faveur des “sans abris” en 1954, la cité de Port-Durand tourne une page de son histoire. Les cinquantesept maisonnettes font aujourd’hui l’objet d’un vaste programme de réhabilitation. Ces logements “aux normes simplifiées” avaient été livrés en leur temps sans chauffage, ni salle d’eau, avec des sols en ciment brut. Ils n’avaient connu jusqu’alors aucune transformation si ce n’est celle apportée par certains locataires au fil des ans. Une réhabilitation s’imposait. Pour la mener à bien, Nantes Habitat a opté à la fois pour un programme de renouvellement - douze logements seront démolis et neuf pavillons seront reconstruits - et pour une amélioration du cadre de vie, avec notamment la création d’une petite place au cœur de la cité. Les travaux de voirie et réseaux divers ont été engagés fin 2001 par la Ville. Pour mémoire, c’est à cette occasion qu’une bombe US a été découverte en février 2002. Côté réhabilitation, c’est un programme de travaux lourds, le plus gros chantier que Nantes Habitat ait engagé sur une zone pavillonnaire. Après l’installation

d’un chauffage central fin 2000, la rénovation des logements a été engagée en mai 2002 : remplacement des toits terrasse par des toits en pente, changement des ouvertures, isolation des murs, remise aux normes de l’électricité, des sanitaires, remplacement des sols... Une opération complexe qui devrait être achevée pour le milieu de l’année 2003. Pour aider les habitants dans leur démarche, pour identifier leurs besoins, un adulte relais est présent sur le quartier pendant toute la durée des travaux. Il intervient également en soutien à l’association des locataires représentée par Suzanne Barbanchon. Il assure des permanences 6, rue Lebel, quatre demijournées par semaine.

▼ Doulon/Bottière : jardins familiaux des Chaupières Huit nouvelles parcelles sont en cours d’aménagement dans les jardins familiaux des Chaupières. Parallèlement, deux aires de stationnements et un terrain de boules ont été réalisés sur le site et les abords plantés et aménagés. Ces nouvelles parcelles seront attribuées pour le printemps 2003. Pour bénéficier d’un jardin, toute demande doit être enregistrée auprès des mairies annexes. Les attributions sont débattues au sein d’une commission qui réunit élus, des techniciens du Service des espaces verts et de l’environnement de la Ville ainsi que des représentants des associations qui gèrent les jardins familiaux. ▼ Nantes Erdre : aménagement du Port des Charettes Les berges de l’Erdre au Port des Charettes, à Saint-Joseph-de-Porterie, viennent de bénéficier de travaux d’aménagement. Initiée d’abord par la Ville de Nantes, puis poursuivie par la Communauté urbaine, cette opération inclut la partie en eau et la continuité pédestre qui permet de rejoindre ainsi la Chantrerie, par Port-la-Blanche. Après l’ancrage de piquets permettant la création de vingt-cinq emplacements pour les embarcations, le ponton d’amarrage a été mis en place tout comme a été remplacée la cale de mise à l’eau. Douze places de stationnement vont également être créées. Le traitement paysager et végétal de ce site doit marquer, début octobre, l’achèvement des aménagements. D’un coût estimé à 92 000 b, ils s’inscrivent dans la mise en valeur d’un cadre environnemental exceptionnel mais fragile.

Bottière - Doulon ▼

Un lieu-passerelle pour l’entrée en maternelle
fréquenté de structures “petite enfance” (halte, crèche, assistante maternelle...) de se retrouver ensemble avant de prendre le chemin de l’école. Une première expérience de vie collective pour un passage en douceur vers la scolarisation. Pour que cet apprentissage porte ses fruits, les enfants accompagnés de leurs parents doivent suivre au minimum huit séances. À l’issue de celles-ci, ils pourront rejoindre l’école Urbain-Leverrier qu’ils auront déjà eu l’occasion de côtoyer via la Passerelle. Cette nouvelle structure est financée par la Ville de Nantes et la Caisse d’allocations familiales.
● Contact : La Passerelle, 56, rue de la Bottière. Tél. : 02 40 49 70 41 ou 06 08 62 31 11. Accueil des enfants de 3 ans le mardi, de 9 h à 12 h et les enfants de 2 ans le vendredi, de 9 h à 12 h.

D
32

epuis mai dernier, la Passerelle accueille les enfants de 2 à 3 ans, au 56, rue de la Bottière, pour faciliter leur intégration à l’école maternelle. Véritable trait d’union entre la maison et l’école, ce lieu propose aux enfants qui n’ont jamais quitté le nid familial et qui n’ont jamais
PA S S I O N

• N A N T E S

• Octobre 2002

dossier

Pollutio premier
Mises en évidence pou micro-algues toxiques, de l’Erdre, limitant la p l’EDEN et la Communa
Dossier : Michaël Gheerbrant, photos : Stephan Menoret,

u cours de l’été 2001, la DDASS (1) de Loire-Atlantique, inquiète des risques de prolifération de micro-organismes toxiques dans les plans d’eaux de loisir, avait pour la première fois mis en évidence la présence dans les eaux de l’Erdre de cyanobactéries, une algue toxique, en quantité supérieure au second seuil de contamination défini par l’Organisation mondiale de la santé, soit plus de 100 000 cellules par millilitre d’eau. “En juin 2002, observe François Mansotte, chef du service Environnement-Santé de la DDASS, nous avons constaté une brutale augmentation du nombre de cellules de cyanobactéries dans les eaux de l’Erdre : plus de 4,5 millions de cellules à la Jonelière le 12. Ensuite, ce taux a baissé, mais il est demeuré au-dessus du seuil 2 durant tout l’été.” Il est désormais clair que si rien n’est fait pour lutter contre cette prolifération saisonnière, tous les étés verront réapparaître la petite algue bleue et ses conséquences restrictives en matière de loisirs nautiques. Sauf éventuellement des étés froids et pluvieux, ce que personne ne souhaite !

A

Vers la fin des surverses d’orage dans l’Erdre.

Que faire ?

Les causes de cette prolifération sont multiples (2). Sont en cause les caractéristiques physiques de cette rivière assimilable à un étang, son envasement, la pollution d’origine urbaine, la pollution d’origine agricole. Et les acteurs susceptibles d’intervenir ne sont pas moins nombreux, du moins tant que la structure ad-hoc, le futur Schéma d’aménagement et de gestion des eaux de l’estuaire de la Loire, ne sera pas opérationnel. Est-ce une raison pour ne rien faire ? “Non, répond Ronan Dantec, viceprésident de la Communauté urbaine, chargé de l’environnement. En attendant l’indispensable plan d’action global qui doit nous permettre

34

Suite p. 36

• N A N T E S

PA S S I O N

• Octobre 2002

n de l’Erdre : rs travaux
r la première fois en 2001, les cyanobactéries, ont à nouveau proliféré cet été dans les eaux ratique des loisirs nautiques. Face à ce défi uté urbaine se mobilisent.
Régis Routier

Un technicien de la DDASS effectue un prélèvement dans l’Erdre à la base nautique de la Jonelière. Octobre 2002 • N A N T E S PA S S I O N •

35

dossier
Tougas, qui a fait passer le rendement d’épuration de 40% au début des années 90, à 95% par temps sec, aujourd’hui, conformément aux normes d’assainissement. La deuxième phase du programme Neptune, dans laquelle nous sommes actuellement, a pour objectif de régler les problèmes de transfert des eaux usées, et particulièrement celui des rejets dans le milieu naturel en cas de fortes précipitations. Surverses qui sont incompatibles avec les normes de qualité des eaux de l’Erdre du point de vue de la pratique des loisirs nautiques ou de leur utilisation comme ressource d’eau potable. “Ces surverses peuvent avoir plusieurs origines, explique Françoise Verchère, maire de Bouguenais, et vice-présidente de la Communauté urbaine, chargée de l’assainissement. Il y a d’abord les déversoirs d’orage du canal St-Felix, du bassin Ceineray et de l’île de Versailles ; il y a ensuite les problèmes liés au fonctionnement des installations de relèvement : chaque fois que l’une d’elles tombe en panne, il y a rejet dans l’environnement ; il y a enfin deux problèmes spécifiques. Celui de la station de refoulement de La Chapelle, auprès de laquelle doit être aménagé un bassin-tampon. Et celui du collecteur de Sucésur-Erdre, actuellement branché sur celui de Carquefou, ce qui n’est pas satisfaisant compte tenu de la différence de taille de ces deux communes : Carquefou ayant la priorité, les eaux usées de Sucé sont beaucoup trop souvent déversées dans l’Erdre. Or pour tous ces problèmes, des solutions existent, et nous allons pouvoir les mettre en œuvre rapidement.” On constatera que tous ces dysfonctionnements sont liés au transfert des eaux usées du nord-est de l’agglomération vers l’usine d’épuration de Tougas, au sud-ouest. “De fait, deux solutions s’offraient à nous, explique Michel Blanche, directeur de l’assainissement à la Communauté urbaine. On pouvait envisager la construction d’une nouvelle usine d’épuration au nord-est de Nantes ; on pouvait aussi trouver des solutions ponctuelles pour chacun des problèmes évoqués. Sur la base d’une étude menée l’année dernière, c’est vers cette seconde solution que l’on s’oriente.”
Début des travaux en 2003

de régler définitivement le problème, nous avons l’opportunité d’agir sur deux fronts. Tout d’abord, il est primordial que nous passions d’une connaissance empirique du phénomène, à une connaissance approfondie, c’est-à-dire scientifique. Cela prendra un an. Et nous avons aussi la possibilité... de balayer devant notre porte, c’est-à-dire en finir avec la pollution d’origine urbaine sur le territoire de l’agglomération ! Sans doute les travaux qui vont être entrepris dans le domaine de l’assainissement ne régleront pas tout, mais ils sont de toute façon indispensables, compte tenu notamment de l’évolution de la réglementation en matière de qualité des eaux.”
Mieux apprécier le phénomène

C’est à l’EDEN (3) qu’a été confié le lancement de trois études complémentaires destinées à mieux connaître les cyanobactéries. La première étude, qui devra durer six mois, a pour objet la mesure précise des apports en nitrates et phosphates dans la rivière. Elle permettra notamment de quantifier pollution d’origine urbaine, en aval, et pollution d’origine agricole, en amont. La seconde, qui devra se dérouler sur une année, s’efforcera de caractériser cette algue, d’étudier les conditions nécessaires à sa prolifération. La troisième, prévue également pour un an, étudiera plus précisément la toxicologie de ce micro-organisme. Un appel d’offre a été lancé au printemps, sur la base d’un cahier des charges à la rédaction duquel la DDASS a été associée. Le choix du ou des laboratoires retenu(s) devrait être connu à l’heure où paraîtront ces lignes.
Améliorer l’assainissement

“Commençons par le plus simple : les problèmes de pannes sur les stations de relèvement auront beaucoup moins de conséquences lorsque l’ensemble du réseau aura été équipé d’un système de télégestion, permettant d’intervenir très rapidement. C’est en cours. Le problème de la station de La Chapelle est de même nature : il faut que l’on mesure précisément les risques de surverse pour dimensionner le bassin-tampon qui doit être construit. Cela devrait être fait en 2003. Le problème de Sucé sera également réglé en 2003 : le collecteur de cette petite commune va être déconnecté du réseau de Carquefou et relié au réseau de La Chantrerie. Le gain sera considérable : en 2001, les eaux usées de Sucé n’ont pu transiter par le collecteur de Carquefou que 10 heures sur 24 ! Enfin, un bassin-tampon va être construit à la sortie du tunnel St-Félix, permettant d’écrêter les crues les plus fréquentes (crues décennales). Au-delà, les rejets se feront en Loire. La première tranche de travaux pourrait démarrer en 2004.” Précisons-le encore une fois, cet important programme de travaux ne réglera pas tout. Mais on appréciera que la Communauté urbaine ait réagi au plus vite pour que “la plus jolie rivière de France”, selon François 1er, cesse d’être périodiquement utilisée comme égout !
Michaël Gheerbrant

Comment se fait-il qu’après dix ans de travaux et près d’un milliard de francs dépensé dans le cadre des programmes Neptune, de nouveaux travaux, soient nécessaires ? En fait, l’importance des sommes en jeu correspond à la première phase du programme Neptune. Il y a dix ans, l’objectif était de traiter les eaux usées de l’agglomération avant leur rejet en Loire. C’est ce qu’a permis la construction de l’usine de

1) Direction départementale de l’action sanitaire et sociale. 2) Voir Nantes Passion n° 120, décembre 2001. 3) Entente départementale pour l’Erdre navigable, qui regroupe le Département, la Communauté urbaine de Nantes et les communes de Nort-sur-Erdre, Petit-Mars, St-Mars-du-Désert et Sucé-sur-Erdre.

36

• N A N T E S

PA S S I O N

• Octobre 2002

sortir
l’actualité de la vie culturelle

Un “temple de la science” sous chapiteau !

Un ouragan.

démonstrations amusantes, toujours liées à la vie de tous les jours. L’Ecole des Mines apporte une machine à tornade, le lycée horticole du Grand-Blottereau une serre miniature climatisée naturellement, Météo-France et l’Ifremer s’associent pour présenter la modélisation de la dérive d’une nappe de pétrole sur la côte Atlantique, l’École Centrale s’intéresse à la circulation de l’air dans la ville... On verra des rapaces, on pourra s’initier au pilotage de modèles réduits, découvrir comment l’eau et l’air circulent dans les plantes et les animaux, comment naissent les marées...

Après “Cultivons le vivant” en 2001, le Muséum de Nantes nous invite du 18 au 20 octobre, à l’occasion de la “Fête de la science”, à découvrir les “Courants d’eau, courants d’air”. On connaissait la magie de la science, voilà sa poésie.

D É C O U V E R T E ▼

C

omme les petits ruisseaux font les grandes rivières, les battements d’ailes de papillon provoquent les grandes tempêtes. Comme ? Mais comment, au fait ? Ce vent qui caresse ou ébouriffe, comment naît-il ? Cet oiseau qui semble glisser sur une vague invisible, comment fait-il ? Et d’ailleurs, cet avion qui l’imite, par quel magie vole-t-il ? Qu’est-ce qui fait claquer les portes ? Il suffit de s’arrêter un instant sur les choses les plus simples de notre quotidien, celles qu’on a coutume d’admettre sans y penser,

qu’on a appris à identifier, à maîtriser, à côtoyer machinalement, pour faire surgir des tas de questions. Celles que posent, surpris, émerveillés, apeurés ou simplement curieux, les tout petits enfants qui découvrent d’un œil tout neuf ce monde étonnant qui nous entoure. On est bien embarrassé quand, après la basique explication “rationnelle” et la réponse toute faite qui viennent après le premier “pourquoi ?”... arrive le deuxième “Pourquoi ?”, puis le troisième... puis les enfants grandissent et posent moins de questions. La fête de la science, c’est donc d’abord et avant tout une formidable occasion de rajeunir et obtenir, enfin, la réponse à tous ces “pourquoi ?” oubliés. Rien d’austère. Au Muséum d’histoire naturelle, la science devient spectacle sous chapiteau. L’année dernière, 3 500 visiteurs y sont venus “cultiver le vivant”. Cette année, en partenariat avec l’Ifremer (Institut français de recherche et d’exploitation de la mer), ce sont les courants qui nous entourent et nous traversent qui font l’objet des animations. “Courants d’eau, courants d’air”, vaste sujet exploré par des biologistes, physiciens, astronomes, amateurs de vols libre, producteurs de sel, fauconnier, modélistes. Autant de passions et de métiers pour aborder la question sous tous les angles, avec rigueur mais au travers d’expériences simples et de

P. W.

● Les principaux rendez-vous de la 11e Fête de la Science à Nantes sont sur le site Internet de la Ville www.nantes.fr
Au programme...
Les 18, 19 et 20 octobre de 10 h à 18 h, devant le Muséum, square Louis-Bureau, place de la Monnaie. Pendant ces trois jours, l’entrée du Muséum est gratuite pour tous. ■ Ateliers : “réalisation de moulins girouettes et de mini-centrales hydrauliques” samedi 19 octobre à 11 h, 13 h 30, 15 h, 16 h 30, “Fabrication de miniplaneurs” dimanche 20 à 10 h 30, 11 h 30, 14 h 30, 15 h 30, 16 h 30 ■ Démonstrations : Présentation de matériel de vol libre (delta-plane et parapente), samedi 19, présentation de rapaces vivants (buse, faucon, aigle) dimanche 20. ● Renseignements : 02 40 99 26 20 ou www.museum.nantes.fr
PA S S I O N •

Octobre 2002 • N A N T E S

37

sortir
l’actualité de la vie culturelle

Le Bateau à soupe sort de l’oubli
Le Bateau à soupe, un film made in Nantes de 1946, est à nouveau projeté, le 16 octobre, sur les écrans du cinéma Bonne-Garde.

É V É N E M E N T ▼

L

e 10 décembre 1946, le cinéma Olympia, rue Franklin - récemment disparu - présentait en première mondiale Le Bateau à soupe de Maurice Gleize, un film qui n’est peut-être pas resté comme l’un des chefs-d’œuvre du cinéma français, mais qui marque pour Nantes un moment important de l’histoire cinématographique de la ville. Pour plusieurs raisons : d’abord, parce que le scénario est tiré d’un roman éponyme d’un Nantais, Gilbert Dupé1, auteur largement inspiré par l’identité fluvio-maritime du pays nantais et par son peuple de marins et de mariniers ; ensuite parce que le film a été largement tourné à Nantes avec l’un des plus grands acteurs du cinéma français, Charles Vanel, qui partageait l’affiche avec Lucienne Laurence (Madame Dupé dans le civil) ; enfin, parce que le livre comme le film font référence au thème très nantais du voyage transatlantique vers les îles et, cela, sans aucune complaisance et sans tabous : des personnages durs, tourmentés, et des situations parfois cruelles où s’exprime un racisme peut-être choquant mais qui n’étonnera pas dans l’univers décrit. En effet, l’histoire se passe dans la seconde moitié du XIXe siècle et raconte l’équipée d’un navire - le Duchesse-Anne - dont le capitaine, vieux loup de mer au cœur sensible, embarque une jeune fille malheureuse qu’il arrache à la tyrannie d’un père alcoolique. Le bateau est dit à soupe parce que l’alcool y est interdit. Une mutinerie va transformer le voyage... Autant de situations qui permettent à Gilbert Dupé de décrire une humanité particulièrement féroce dans laquelle les bien-pensants ne se sont pas toujours retrouvés et qui a fait écrire à Jean
PA S S I O N

Charles Vanel lisant un plan de Nantes en compagnie de Lucienne Laurence et Maurice Gleize.

Sarment, autre écrivain nantais : “Avec de grandes démonstrations, on a tiré sur les ouvrages de Gilbert Dupé le rideau des pudeurs alarmées, de la vertu méprisée, des bonnes mœurs outragées. Toute l’artillerie des censures de mœurs et des dames patronnesses s’est déchaînée. Elle a peut-être agacé cet écrivain - on n’aime pas à longueur de vie le bruit du canon - mais elle ne l’a pas touché, et n’a fait nul tort à son œuvre.” Cela n’empêcha pas d’ailleurs les Nantais de se ruer à l’Olympia le jour de la première. Dans leur ouvrage sur l’histoire du cinéma à Nantes, Les Lumières de la ville (Atalante Éditions), Yves Aumont et Alain-Pierre Daguin écrivent à ce propos : “On frise l’émeute. Pas un nantais ne veut rater l’événement.” Mais, depuis, le film - assez kitch, il est vrai (ah, les îles de carton-pâte !) - a été quelque peu oublié. Cet oubli sera réparé dans le cadre de L’Ile était une fois, ensemble de

La première à l’Olympia.

manifestations culturelles associatives sur l’Île de Nantes : Le Bateau à soupe sera projeté mercredi 16 octobre en après-midi et en soirée au cinéma Bonne-Garde. Attention, à l’émeute !
Franck Barrau

(1) Né à Nantes en 1900, Gilbert Dupé a écrit une trentaine d’ouvrages dont plusieurs furent portés à l’écran : outre Le Bateau à soupe, ce fut le cas notamment de La Figure de proue en 1943 et de La Ferme du pendu de Jean Dréville, tourné en 1945, dans lequel André Bourvil fait sa toute première apparition à l’écran au côté de Charles Vanel.

38

• N A N T E S

• Octobre 2002

© Éditons l’Atalante

sortir agenda
L’actualité de la vie culturelle nantaise du 10 octobre au 10 novembre 2002

concerts
Les Belles Nuits du Ramadan
Très belle affiche pour les Belles Nuits 2002 : Alim Qasimov voix extraordinaire d’Azerbaïdjan et maître de musique vendredi 8 novembre. Sheik Ahmed Al-Tüni, à 70 ans l’un des plus grands chanteurs soufis, témoignage de la Haute-Égypte et Mahmoud Ahmed, afro-pop, figure emblématique de la scène éthiopienne samedi 9 novembre. ● Vendredi 8 et samedi 9 novembre 20 h 30 Lieu unique. L. Subramaniam un violoniste indien hors pair et compositeur qui aime se confronter au free jazz, à la pop ou aux bandes originales de films mardi 5 novembre. La rue Ketanou un trio qui chante des tranches de vie aux mélodies tristes ou entraînantes mercredi 6. ● A 21 h salle Paul Fort.

Région en scène
9e édition : une manifestation proposée par la Fédération du spectacle vivant Pays de la Loire à laquelle participe la Bouche d’air qui met un coup de projecteur sur les talents d’aujourd’hui. “Y’aura du monde” par Cie Bernadette Bousse chansons pas très morales des années 30 aux années 60 15 h. Éric Sanka 16 h. Maël 17 h. Matthieu Bouchet 21 h. Celdones musiques du monde 22 h. Rue d’la Gouaille 23 h. ● Samedi 19 octobre Pannonica et salle Paul Fort.

Le trio londonien Morcheeba.

La Bouche d’Air
Ferro Gaïta un jeune groupe cap-verdien élevé au son du reggae, roi de la funana danse. Avec ferro - une lame de métal grattée en tous sens - et accordéon mardi 15 octobre. La Calaca le Mexique de toutes les traditions mardi 22. Willy de Ville une des dernières légendes du rock avec le pianiste Seth Farber et le contrebassiste David Keyes jeudi 24. François HadjiLazaro figure de proue d’un rock indépendant, débute une carrière solo mardi 29.

À l’Olympic
Festival Trans Mate All 2 : Black Bomb A + Anorexia Nervosa + Arkangel + Do Or

Orient Extrême
■ Week-end d’ouverture : “Samulnori Hanullim”. Ensemble coréen de neuf percussionnistes dirigé par Kim Ouk Soo, interprète du nongak, une ancienne tradition paysanne célébrant les rythmes agricoles qui amènent les musiciens à la transe et s’achèvent par la danse du ruban vendredi 11 octobre 20 h 30. Nak Young Sung, musique et arts visuels jeudi 10 octobre 22 h et vendredi 11 à 0 h. Défilé Minh Hanh. La styliste vietnamienne s’inspire des costumes de la cour de Hué et de la cour de France pour les transformer en vêtements du 3e millénaire samedi 12 octobre à 20 h 30 et dimanche 13 à 16 h. Suivi le samedi à 21 h 30 d’une soirée musiques “ludiques et acidulées” par Mami Chan Band/Juicy Panic/Dragibus. Et en final, Bimbo Tower Sun system spécialisé dans la musique, gadgets et vidéos japonais. ■ Exposition “Au quartier coréen”, huit plasticiens dans la cour de LU du vendredi 11 octobre au dimanche 5 janvier 2003. ■ Les rencontres littéraires franco-japonaises Ikezawa Natsuki mercredi 16 octobre à 20 h. Furui Yoshikichi mercredi 6 novembre 20 h. ■ Pansori, magnifique chant traditionnel coréen en solo : Madame Kim Young-Ja, chant et Kim Il-Goo, percussions vendredi 18 octobre 20 h 30. ■ Musique electro-acoustique Hoahio + Byul samedi 19 octobre à 20 h 30. ■ Hors-pistes musique Satoru Wono + Carl Stone + Yuko Nexus 6 mercredi 6 novembre 20 h 30. ● Programme complet et renseignements : 02 51 82 15 00. http://www.lelieuunique.com

Die + Mortuary + Foolish samedi 12 à 19 h. Morcheeba mercredi 16 à 19 h 30 La Trocardière. The Music jeudi 17. Soirée Dub Or Die : Improvisators Dub + 10 Dubians + Miniman vendredi 18. Soirée Paradise : The Skatalites + Rutabaga mardi 22. Gonzales + Louie Austen mercredi 23. Schneider TM + Howie B vendredi 25. Jean-Louis Murat + Mael jeudi 31. Zion Gate reggae dub samedi 2 novembre de 20 h à 4 h. The Jon Spencer Blues Explosion mercredi 6. Stanley Beckford + Orange Street vendredi 8. Festival les Inrockuptibles : The Streets + The Rapture + Mùm + Simple Kid samedi 9 ; Dyonisos + Sparklehorse + The Liars + The Coral dimanche 10. ● Concerts à 20 h 30.

Vincent-Gâche. Rencontre autour de la vie et de l’œuvre de Michel Berger avec Jean-François Brieu et les interprètes du Cabaret Studio jeudi 7 novembre 19 h Médiathèque Nord.

Claude Nougaro
● Samedi 9 novembre 20 h 30 Onyx.

Idir
Nouveau spectacle du chanteur kabyle autour de son dernier album “Identités”. ● Vendredi 8 novembre 20 h 30 Piano’cktail.

Liz Mc Comb trio
L’une des très grandes voix du gospel. ● Vendredi 8 novembre 20 h 30 L’Escall.

“Bwa Caïman”
Ce concert fête l’arrivée du deuxième album de ce groupe de musiques afro-cubaines. Outre les dix musiciens de Bwa Caïman, de nombreux artistes de jazz invités. ● Mardi 22 octobre 21 h salle de l’Estuaire, Couëron.

Jazz au Pannonica
Guitare connexion : Chevalier/Sauvourel duo + Paul Davies trio jeudi 10 octobre. Trio Papajo (Hubweber/Lovens/ Edwards) jeudi 17. Bobo Stensson piano solo vendredi 18. Aumont/Pabœuf duo + Genty piano solo en première partie vendredi 25. Yamamoto/Mukaï/Cordier trio guitare, kokyu, vielle à roue jeudi 7 novembre.

Les Farfadas
Un voyage musical et festif pour enfants et parents où tout est...farfelu. ● Mardi 29 octobre 19 h 30 Capellia.

Hommage à Michel Berger
Après Barbara, Gainsbourg, et Brassens, le Cabaret studio avec la Médiathèque nord rend un nouvel hommage : cette fois au musicien et chanteur Michel Berger samedi 19 octobre à 21 h, dimanche 20 octobre à 17 h salle du Sémaphore bd

Musiques solidaires
Concert gratuit organisé par Action contre la faim dans le cadre de la journée mondiale de l’alimentation. Bhajan’s, Red Carpalis, Capoeira, Ginga Nagô... Renseignements : 02 40 74 06 51. ● Samedi 19 octobre de 14 h à 21 h place du Bouffay.

40

• N A N T E S

PA S S I O N

• Octobre 2002

sortir

spectacles
“Le grain”
Par la Cie nantaise Non Nova. Ce spectacle de nouveau cirque, où le piano joue les premiers rôles tout comme le jonglage, est le premier d’une programmation choisie pour les salles de quartier par la direction municipale de la culture, l’ACCOORD et le FJT Beaulieu. Deux autres spectacles - musique et théâtre seront programmés au premier semestre 2003. ● Samedi 12 octobre, à 20 h 30 maison de quartier de Doulon 1, rue Basse-Chesnaie, dimanche 13, à 17 h maison de quartier des Dervallières 5, rue Auguste-Renoir.

jeune public
Mercredis et Strapontins
“L’incroyable histoire de mamie-souris” Cie du Petit Lait, chansons-ombres pour les plus de 3 ans 16 octobre Maison de quartier Doulon. “Il était tard” par l’Atelier 44, comédiens et marionnettes. Pour les plus de 4 ans 6 novembre centre socio-culturel de Bellevue. Renseignements : 02 51 86 05 17. ● Spectacles à 15 h. “L’incroyable aventure de Tonin” marionnettes à gaine pour les 2 à 8 ans. “P’tit loup et les trois petits cochons” conte animé pour les 2 à 8 ans. Renseignements horaires et réservations : 02 40 69 10 20. ● En octobre, les mercredis et dimanches, 3 bis, rue Sévigné.

“Le nain et le baobab”
Conte et marionnettes par le Tara Théâtre qui confronte ses personnages au racisme, à l’intolérance, à l’amitié, à l’amour, à la magie. Tout public dès 6 ans. ● Samedi 19 octobre 20 h 30 Théâtre municipal de Rezé.

“Livre géant pour destinations contées sans compter”
Ma Valise et l’orchestre de la grosse dame du monsieur Potin.

Par Lolo Nunge, Cie Cosmos : marionnettes, acteur et jonglage, à partir de 5 ans. ● Du mercredi 23 octobre au samedi 2 novembre 15 h Terrain Neutre Théâtre.

“Nuit blanche sur l’île noire”
Gérard Delahaye raconte en chansons ses aventures dans un vieux manoir perdu sur une île dans un épais brouillard. La Bretagne mystérieuse pour les 5 à 12 ans. ● Mercredi 23 octobre Piano’cktail.

“Archipel”
De et par Laurent Dupont, tout public à partir de 6 mois. Un acteur construit son île avec un drap blanc... ● Mercredi 23 octobre à 10 h 30, 16 h, jeudi 24 et vendredi 25 à 16 h Théâtre Athénor espace CIO.

“La Kermesse que nous vous avons préparée tout l’hiver”
Par la Brat Cie, sous son chapiteau “Chez Gino”, acteurs, musiciens et marionnettes en scène. En seconde partie, les vendredi 11 et samedi 12, la Brat Cie invite le groupe Ma Valise et l’orchestre de la grosse dame du monsieur Potin. Dans le cadre du festival “L’île était une fois”. Tél : 02 28 21 51 80. ● Du jeudi 10 au samedi 12 octobre 21 h, dimanche 13 à 20 h île Sainte-Anne.

“Battements de cœur pour duo de cordes”
La dernière comédie musicale de Jean-Luc Annaix et du Théâtre Nuit avec ses faux-nez, claquettes, chansons, pastiches et clins d’œil, continue de tourner. Avec Christine Peyssens, Fabrice Redor et Pascal Vandenbulcke au piano. ● Mardi 10 octobre, mercredi 11, jeudi 12, lundi 16, mardi 17, mercredi 18 à 20 h 30, dimanches 15 et 22 à 15 h Capellia.

“Bout à bout”
Par la Cie Paq’la lune. La rencontre entre un chœur de clowns et un auguste rêveur. À partir de 3 ans. ● Mercredi 16 octobre 15 h Théâtre de la Gobinière.

Théâtre le P’tit Archipel
“L’ogre qui aimait le gruyère” théâtre pour les 3 à 11 ans.

arts visuels
“Les sonneurs de rivets” nouvelle version
Un an après la création à la Maison des Hommes et des techniques, la compositeure Catherine Verhelst et le metteur en scène Hervé Tougeron ont travaillé à une nouvelle version des Sonneurs, spectacle musical inspiré d’archives sonores et visuelles de l’ancien chantier naval de Nantes et de sensations captées sur les chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire. Reprise au théâtre Athénor de “Pianopièces pièces à cordes pour l’œil” entre théâtre musical et vidéo-concert, tout public à partir de 10 ans suivi de “Les sonneurs de rivets”. Cet hommage aux riveteurs, musiciens malgré eux, sera diffusé en version d’une heure trente sur France-Culture, avant une tournée des deux spectacles en Allemagne et en Pologne. Renseignements : 02 40 12 41 42. ● Mercredi 30 octobre à 20 h 30 Athénor.
Octobre 2002 • N A N T E S PA S S I O N •

Création

Les petites affaires
“C’est de quel côté la scène ?” Quatrième création du sympathique quintet azimuté de musiciens comédiens que l’on retrouve dans leurs personnages de madame Lili , rossignol local en mal de célébrité, Azor le poète distrait, Gilbert le mégalo, Max le frimeur roublard et incompétent, Mario la tête à claques. Du rire, du rêve et du bon temps en perspective, à n’en pas douter... ● Vendredi 11 octobre 20 h 30 Onyx.

“Les dix commandements”
● Du jeudi 10 au samedi 12 octobre 20 h 30, dimanche 13 à 15 h Parc des expositions de la Beaujoire.

Rythm’ of the dance
Toute la tradition irlandaise en danses et en musique. ● Dimanche 20 octobre 16 h Cité des Congrès.

Andalousie
● Dimanche 10 novembre 15 h Cité des Congrès.

41

sortir agenda
L’actualité de la vie culturelle nantaise du 10 octobre au 10 novembre 2002

théâtre
libère de ses chaînes. Mise en scène Alain Milianti. Avec Elsa Lepoivre. ● Mercredi 23 et jeudi 24 octobre 20 h 30 Espace 44.

l’ogre économique. Le dispositif scénique s’inspire du cabaret satirique berlinois. Mise en scène Monique Hervouët. Avec Claudine Bonhommeau, Laurence Huby, Philippe Piau, Didier Royant. ● Du mardi 22 au samedi 26 octobre 20 h 30 Studio-Théâtre, rue du Ballet.

Les mardis classiques du Piano’cktail
“Dom Juan” de Molière par l’Attrape Théâtre mise en scène Christophe Thiry 22 octobre. “L’affaire de la rue Lourcine” d’Eugène Labiche par le Théâtre Icare, mise en scène Christophe Rouxel 5 novembre. ● À 20 h 30.

Terrain Neutre Théâtre
“In vino véritas” par la Cie La Tribouille, entre textes et chansons à boire, un spectacle drôle et poétique jusqu’au samedi 12 octobre. “La nuit juste avant les forêts” le monologue de Bernard-Marie Koltès mis en scène par MariePierre Hornn de la Cie du Songe : un étranger pour ne pas rester seul, raconte encore et encore des histoires... les mercredi et jeudi du 16 octobre au 14 novembre. “Mr. Wilson” de et par Jean Lucas, Cie Sterenn les vendredi et samedi du 18 octobre au 16 novembre. ● Spectacles à 21 h.
Et aussi… Projection de courtsmétrages par l’association Opération Colibri 21 octobre. Lecture de contes signés Charles Bukowski 14 octobre. Scène ouverte 4 novembre le lundi à 21 h.

Création

“L’éternel mari”
Henri Mariel, metteur en scène du Théâtre de l’Entracte, a choisi de situer l’action du roman de Dostoïevsky dans le cadre d’une répétition théâtrale. ● Jeudi 7 novembre 20 h 30 Onyx.

“Une visite inopportune” de Copi
Pièce testamentaire de Copi écrite peu avant sa mort en 1987 : l’agonie d’un célèbre acteur homosexuel, adulé, atteint du sida... Entre désespérance et folie burlesque, cette danse avec la mort est servie par des acteurs de la Comédie française. Mise en scène Lucas Hemleb. ● Du lundi 4 au jeudi 7 novembre 20 h 30, mardi 20 h Espace 44.

Théâtre de Poche
“Caveman, l’homme des cavernes” par Gilles Gangloff jusqu’au samedi 12 octobre. Duss et Bonnaf du mardi 15 au samedi 26. “Les tuel’amour” un duo féminin dans la lignée de “Absolutely fabulous” du mardi 29 au samedi 9 novembre. ● À 21 h.

“Tambours battants” de Arne Sierens
Le dramaturge flamand a été découvert à Nantes l’année dernière avec “Les frères Robert”. On retrouve les mêmes personnages fragiles, le langage ténu, les situations bouleversantes d’intensité ponctuées par des morceaux de rock déchirant. Mise en scène Koen De Sutter. ● Du mardi 22 au vendredi 25 octobre 20 h 30 Lieu unique.

Théâtre Amok
“L’amour sous la mitraille” trois farces du XVe siècle, pour “une guerre des sexes violente, hystérique et vulgaire”. Avec Ronan Cheviller, Jean-Marie Lorvellec, Béatrice Templé, trois comédiens formés à Nantes, qui aiment croiser la création des acteurs, musiciens et poètes. Réservations : 02 51 86 45 07. ● Jusqu’au samedi 12 octobre 21 h Théâtre du Cyclope, 82, rue du Maréchal-Joffre.

“Petits boulots pour vieux clowns” de Matéi Visniec
Théâtre régional des Pays de la Loire. Mise en scène Patrick Pelloquet. ● Vendredi 25 octobre 20 h 30 L’Escall, Saint-Sébastien.

“Ma forêt fantôme” par le Griffon Théâtre
L’homme de théâtre et romancier Denis Lachaud, met en scène ce texte, fruit d’une commande du Griffon Théâtre. Un frère et une sœur âgés, hantés par leurs deuils, s’épaulent. Le mari de Suzanne est mort de la maladie d’Alzheimer, l’ami de Jean, du sida. Avec Dominique Jayr, Pierre Leenhardt, Franck Magnier, Christophe Perrier. ● Du mardi 15 au samedi 19 octobre 20 h 30 studio Jacques Garnier.

La Fleuriaye
“La maison du lac” de Ernest Thompson, avec Simone Valère et Jean Desailly, mise en scène Georges Wilson. Du mercredi 16 au samedi 19 octobre. “Le fantôme de Shakespeare” de Philippe Avron mardi 22. “Visites à Mister Green” de Jeff Baron, avec Philippe Clay et Thomas Joussier du mercredi 6 au samedi 9 novembre. ● À 20 h 45 La Fleuriaye.

“Le voyage de monsieur Perrichon” de Labiche
Création de la rentrée à la MCLA. 1860 : Monsieur Perrichon, carrossier très aisé, se retire des affaires et pour l’occasion, emmène sa femme et sa fille en voyage sur le Mont-Blanc... Mise en scène Laurent Pelly, metteur en scène “montant” à la vision ludique, avec Bruno Raffaelli sociétaire de la Comédie française. ● Jusqu’au lundi 14 octobre 20 h 30 Espace 44.

Ligue d’improvisation Nantes Atlantique
Ligue de Nantes contre Ligue de Niort. Renseignements : 02 51 72 94 60. ● Vendredi 18 octobre 20 h 30 Maison de quartier de Doulon.

Création

Crac Compagnie
Avec “Jean-Louis, Thérèse, Marx et les autres”, la compagnie de Bouguenais s’attaque à un sujet politique. Le spectacle propose un montage de courts textes d’auteurs contemporains qui ont en commun de dessiner, de manière comique ou pathétique, des silhouettes d’aujourd’hui aux prises avec

“Quelle famille !”
De Francis Joffo avec Christian Marin et Christine Delaroche. C’est la saison théâtrale de Graslin donnée cette année à la Cité des Congrès. ● Lundi 21 octobre 20 h 30 Cité des Congrès.

“Mad’moiselle Louise”
Une comédie de Florian Nitz qui pourrait se passer sous la Commune... Mise en scène Paul Werner. ● Vendredis 11 et 18, samedis 12 et 19 octobre 20 h 30 théâtre le P’tit Archipel.

“Hedda Gabler”
Un thème cher à Ibsen, l’auteur de “Maison de poupée” : celui d’une femme emprisonnée dans le carcan social qui se

42

• N A N T E S

PA S S I O N

• Octobre 2002

sortir

musées
passage dans notre ville, on doit pourtant à Gabriel la réédification des arches effondrées du Pont de Pirmil, et un travail d’expertise de première importance. Cette exposition, qui montre le lien étroit existant entre urbanisme, histoire et architecture, a été réalisée par le Musée du château des ducs de Bretagne, l’Université de Nantes, le Centre de recherches sur l’histoire du monde atlantique. Catalogue. Conférence de Hélène Rousteau-Chambon, maître de conférences à l’Université de Nantes, jeudi 7 novembre à 18 h 30. ● Jusqu’au 5 janvier 2003 Musée du château des ducs de Bretagne. Visites commentées les dimanches 13, 27 octobre, 10 novembre à 16 h.

arts visuels
Éric Duyckaerts
“Pour en finir avec la Barre de Sheffer”, une œuvre de la collection du FRAC des Pays de la Loire, exposition du jeudi 17 octobre au dimanche 10 novembre FRAC Carquefou. Conférenceperformance de l’artiste vendredi 10 octobre 18 h 30 Musée des Beaux-Arts.

Jacques V Gabriel et la façade atlantique
Célèbre architecte en son temps, ingénieur, urbaniste, Jacques V Gabriel a élaboré, de 1725 à sa mort en 1742, de grands projets pour les villes de la façade atlantique, dont Nantes qui connaît alors un développement économique et urbain sans précédent. S’il ne reste aucune trace de son

“La résistance culturelle en Autriche”
Organisée par Robert Fleck, directeur de l’ERBAN, Gabriele Sturm et Julie Heintz, une expositionbilan des activités et créations de la scène artistique autrichienne indépendante depuis février 2000. Celle-ci sera ensuite itinérante. ● Du mercredi 16 octobre au samedi 16 novembre, galerie de l’ERBAN, place Dulcie-September.
Alain Thomas.

Alain Thomas, 40 ans de peinture
Une quarantaine d’œuvres pour faire vivre l’univers du peintre animalier nantais. Tél : 02 40 48 79 76. ● Du 3 au 30 novembre, Hôtel des Colonies, 5, rue du Chapeau-Rouge.

Les acquisitions du Ring et du Ring Club

Nicole Senlis
“Parcours de vie”, peintures grand format. ● Jusqu’au dimanche 20 octobre gare d’Anjou, Saint-Sébastien.

“Images de sciences”
Avec “Illustrations naturalistes”, le Muséum propose un parcours retraçant les grandes étapes de l’histoire des sciences de la vie au travers de son fonds de livres anciens du XVIe au XIXe siècle. La Médiathèque, de son côté, offre le second volet de cette exposition avec “la vulgarisation scientifique” consacrée aux ouvrages des XIXe et XXe siècles. Autour de l’exposition : conférences, visites commentées, films documentaires, animations. ● Du samedi 12 octobre au dimanche 2 février 2003 Muséum et Médiathèque. La galerie Le Rayon vert participe à cette fête de l’illustration naturaliste avec les images de sciences d’un illustrateur et de plusieurs artistes contemporains (Denis Clavreul, Christine Salabert, Alain Bahuaud, Sophie Papiau, Cécile Nivet, Fanny Alloing). ● Jusqu’au samedi 26 octobre galerie Le Rayon vert.

La galerie nantaise de prêt aux particuliers et aux collectivités expose ses toutes récentes acquisitions avant de les rendre accessibles au public abonné. www.le-ring.com ● Jusqu’au samedi 12 octobre passage médiathèque.

“Novembre contemporain”
Trois artistes : Abel, peintures ; Slimane Ould Mohand, peintures ; René Souchaud B., sculptures. ● Du mercredi 6 novembre au lundi 2 décembre Château de la Gobinière, Orvault.

Ricardo Mosner
Peintre, sculpteur, graveur, artiste de la jouissance et de la liberté, Ricardo Mosner a abordé tous les supports. Une exposition de la MCLA et du centre d’art contemporain de la Rairie. ● Du vendredi 18 octobre au samedi 23 novembre Forum du passage Pommeraye.

Jean Hondré
Peintures et dessins récents. Tél : 02 40 48 08 88. ● Jusqu’au vendredi 18 octobre Nautilus galerie quai de Versailles.

Photographies de David Airob
“A proposito de Shanguai” : les photographies du jeune Espagnol réalisées lors du tournage du film “L’envoûtement de Shanghaï” de Fernando Trueba. ● Jusqu’au samedi 9 novembre FNAC.

“Joy”
● Jusqu’au mercredi 16 octobre Galerie La Découverte.

Léo Sagaz
● Du lundi 4 au samedi 30 novembre Terrain Neutre Théâtre.
• N A N T E S PA S S I O N •

Historia Naturalis de Ranarum (frontispice).

Octobre 2002

43

sortir agenda
L’actualité de la vie culturelle nantaise du 10 octobre au 10 novembre 2002

Les lundis philo
“Quelle mondialisation ?” par Jacques Attali, conseiller politique, écrivain 14 octobre. “Qu’est-ce que la vie bonne ?” par Alfredo GomezMuller, directeur du laboratoire d’éthique et d’anthropologie de la faculté de philosophie, directeur du groupe interdisciplinaire de recherche en éthique 4 novembre. ● À 20 h 30 Piano’cktail.

Mardis du muséum
“Esthétique de la nature dans l’histoire naturelle de Buffon” par Maëlle Le Vacher. ● Mardi 5 novembre 20 h 30 Muséum.

Nantes histoire
Le cycle 2002-2003 s’intitule “Violences d’hier, violences d’aujourd’hui”. “Représenter la violence” par Pierre Perron artiste plasticien 14 octobre. “Une violence d’état : les camps d’internement, 19381947” par Denis Pechanski directeur de recherches au CNRS 21 octobre. “Les violences de rue aux XIXe et XXe siècles par Danielle Tartakovsky professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris VII 4 novembre. ● Le lundi à 18 h 15 salle Bretagne rue Villebois-Mareuil.

Île de Nantes / Portraits photographiques.

expositions
“Le vert nantais”
Le mobilier urbain à Nantes du XVIe au XXIe siècle. Renseignements Archives municipales : 02 40 41 95 85. ● Jusqu’au 10 novembre Chapelle de l’Oratoire.

“Les nouveaux mondes du Cosmos”
Les dernières planètes découvertes au voisinage d’étoiles semblables au soleil par Michel Mayor astrophysicien, directeur de l’observatoire de Genève : une conférence de la Société d’astronomie. ● Vendredi 11 octobre 21 h Le Bretagne.

“Albert Brenet, des navires et des hommes”
Agé de 99 ans, Albert Brenet est le dernier survivant de la génération des grands peintres de marine des années 1930 à 1950. Il a également peint des œuvres évoquant les industries navales, la fabrication des biscuits LU, les paquebots, les navires de la marine marchande et leurs équipages... Brochure en coédition Ecomusée de Saint-Nazaire et revue 303. ● Du samedi 12 octobre au dimanche 29 décembre Galerie des Franciscains Saint-Nazaire.

“Île de Nantes / portraits photographiques Séquence 1”
Le hangar 32, ancien hangar portuaire du quai des Antilles, restauré par la Communauté urbaine, est dorénavant un lieu d’information et de débat public sur le projet “Île de Nantes - rives de Loire”. Arnauld Duboys Fresney a conçu spécialement pour le Hangar une exposition qui fait découvrir l’île dans toute sa diversité. Tél : 02 40 35 95 21 ou 02 40 99 52 27. ● Jusqu’au 21 mars 2003 Hangar 32, quai des Antilles. Vendredi 10 h à 17 h samedi 14 h à 19 h, dimanche 14 h à 19 h.

Cercle Richard Wagner
“Les maîtres chanteurs de Nuremberg” par Patrick Brun musicologue. Sans réservation. ● Samedi 26 octobre 15 h Studio Graslin, Théâtre Graslin 2e étage.

“La mer génétiquement modifiée ?”
Par Jean-Paul Cadoret. Une conférence de l’Ifremer. ● Jeudi 24 octobre 20 h 30, Ifremer, rue de l’île d’Yeu.

“Opinions affichées” de Pierre Perron
1970-2002, trente ans d’affiches culturelles. Peintre et plasticien, Pierre Perron a utilisé l’espace public et les affiches qu’il a conçues comme autant de témoignages de ses engagements. À redécouvrir absolument. ● Jusqu’au dimanche 27 octobre Capellia.

lecture, contes
Lire en Fête : vide-grenier livres
Organisé par la Ville de Nantes. Animations à 11 h “Boutures d’écriture”, lectures, et à partir de 15 h “Le Jardin du Motamot” par l’association “L’Ecume des Mots”. ● Samedi 20 octobre de 9 h à 19 h île de Versailles.

“Au cœur du livre”
3e salon de l’édition régionale organisé par la FNAC à l’occasion de Lire en fête. Présentations des éditeurs et de leurs auteurs, dédicaces.

conférences-débats
“Prostitution... pas si simple !”
Dans le cadre de la Journée mondiale contre la faim, conférence-débat avec Maryse Guerlais présidente de l’Espace Simone de Beauvoir, AnneMarie Ledebt, responsable du mouvement Le Nid, et Dominique Raimbourg, adjoint au Maire de Nantes. Renseignements : Comité catholique contre la faim et pour le développement 02 40 12 48 38. Ou espace Simone de Beauvoir : 02 40 12 15 18. ● Samedi 12 octobre 20 h 30 faculté de médecine, amphi 8, rue Gaston Veil.

2e Nuit de la Poésie au Pannonica
Organisée par la Maison de la Poésie. Lectures avec les poètes John Ashbery, Florence Pazzottu, Jacques Roubaud, Sandra Moussempès, Jacques Rebotier. “Tessons” lecture-concert avec le poète Mohammed El Amroui, et les musiciens Antoine Birot et Mauice Spitz. “L’anche des métamorphoses” lectureconcert de Didier Malherbe, recueil de 128 sonnets et hommage aux instruments à vent.... “Espace noir” sur des poèmes de Danielle Collobert. “Créations gustatives” performance artistique de la plasticienne Julie Anselem. Maison de la Poésie : 02 40 69 22 32. Réservations conseillées (FNAC). ● Samedi 12 octobre à partir de 19 h 30.

Bar des sciences
“La police scientifique”. Renseignements Subatech : 02 51 85 84 45. ● Mardi 15 octobre de 20 h à 22 h café Le Flesselles.

44

• N A N T E S

PA S S I O N

• Octobre 2002

sortir

Du jeudi 17 au samedi 19 octobre. Vernissage en présence d’Irène Frain et de Michel Ragon mercredi 16 octobre à 18 h 30 FNAC.

restaurant-club du CCAS 18, rue de Savenay.

Les Celtomania
Le 13e festival, consacré aux cultures celtiques et à la promotion de groupes locaux, bichonnés, dorlotés... ■ Soldat Louis avec son nouvel album, toujours aussi iodé, “ Escale sur la planète”mardi 15 octobre 20 h 30 Onyx. ■ Fest noz avec trois groupes aux trois sonorités différentes : le couple Louise Ebrel et Ifig Flatrès, kan ha diskan de Basse-Bretagne ; le duo Les Baragouineurs ; Awatah, sonneurs et violon vendredi 18 à 20 h 30 salle de l’Estuaire Couëron. ■ Bagad Kemper le bagad le plus titré de Bretagne pour “Azeliz Iza” complainte à Sainte-Cécile avec la voix de Marthe Vassalo samedi 19 à 20 h 30 Onyx. ■ Babel Canto dimanche 20 à 16 h Théâtre de la Gobinière. ■ Ténarèze, folk occitan mardi 22 à 20 h 30 Théâtre de la Gobinière. ■ Kig ha farz, contes-chants-musiques vendredi 25 à 19 h 30 centre socio-culturel de la Bernardière Saint-Herblain. ■ Duo Aumont-Paboeuf/Laurent Genty solo, jazz vendredi 25 à 21 h Le Pannonica. ■ Y.-F. Kemener/A. Ripoche/A. Le Goff : “Le grain de la terre” samedi 26 à 21 h Théâtre Boris Vian Couëron. ■ “Tant qu’il y aura des ondes” : Alternantes fête ses 15 ans avec Gilles Servat/Les Jambons + surprises en concert samedi 26 à 21 h salle Paul-Fort ; fest noz avec Esquisse + surprises à 0 h Le Pannonica. ■ “Noces de Bretagne” exposition jusqu’au mercredi 30 octobre Château de la Gobinière. ● Du mardi 15 au samedi 26 octobre Renseignements : Les Celtomania 02 40 54 20 18. Agence culturelle bretonne 02 51 84 16 07. www.celtomania.com

Slam poésie
● Jeudi 31 octobre 19 h au Lieu unique.

Poèmes en cavale
Lectures-rencontres avec des poètes : le rendez-vous est bi-mensuel. Michelle Grangaud : membre de l’Oulipo, elle a publié une quinzaine de livres mercredi 23 octobre. Monchoachi : poète martiniquais, traducteur de Beckett en créole (“La ka espéré Godot”...) il écrit en français et en créole, mercredi 6 novembre. ● A 19 h 30 au Pannonica.

Les cafés littéraires de Capellia
“Des cœurs à l’ouvrage”, pièce bibliothéâtrale, inspirée de Fahrenheit 451 évoquant une trentaine d’écrivains avec quatre comédiens. ● Mardi 5 novembre 20 h 30 Capellia.

Utopiales
● Du mercredi 30 octobre au dimanche 3 novembre Cité des congrès (voir pages Actualités).

Paroles de marmite
Veillée tout public. Renseignements 02 40 46 32 62. ● Samedi 2 novembre 20 h 30

divers
Yann Paranthoën au Théâtre Athénor
Rencontre avec le radiophoniste et amoureux des sons Yann Paranthoën, de Radio France, dans le cadre des samedis d’Athénor. ● Samedi 19 octobre espace CIO. ● Samedi 9 novembre 20 h 30 Capellia.

Le train des seniors
Véritable exposition itinérante, le train des seniors s’arrêtera en gare de Nantes le samedi 26 octobre pour aller à la rencontre des retraités et futurs retraités. Table ronde de 10 h à 12 h et jeu concours. L’accueil du public est gratuit. ● Samedi 26 octobre, de 9 h à 19 h. Renseignements : www.letraindesseniors.com

Fest-noz
Par Dastum 44, un fest-noz traditionnel et jubilatoire, le rendez-vous incontournable pour les danseurs du pays nantais, plusieurs groupes invités.

Sortir pratique :

● ACCOORD : 02 40 74 02 52

● ARC : 02 51 70 78 00 ● Auditorium du Conservatoire :

Tango argentin
Dix ans après les Allumées Nantes BuenosAires, les Allumés du tango continuent de danser... Pendant trois jours, un festival propose bals-concerts, spectacles, conférences, expositions, et restauration argentine. ■ Vendredi : initiation à la chacarera à 20 h, suivie d’un bal-concert avec Gustavo Gancedo y su Septeto. ■ Samedi : cours, tango, valse, milonga... de 11 h à 17 h 45. Conférence par Fabrice Hatem à 14 h 30. Cours d’initiation à 18 h. Soirée de gala avec Gustavo Gancedo y su Septeto et la chanteuse Debora Russ, exhibition de quatre couples de danseurs professionnels. ■ Dimanche : cours, tango, valse, milonga... de 11 h à 19 h 30. Conférence par Fabrice Hatem à 14 h 30. ● Du vendredi 1er au dimanche 3 novembre. Lieu d’accueil : salle la Carrière, rue du Dr-Boubée Saint-Herblain (sous réserve) en raison de la fermeture des salons Mauduit. Renseignements : 02 40 40 08 08

02 51 25 00 20 ● Bibliothèque municipale : 02 40 41 95 95 ● Cabaret Studio : 02 40 95 06 00 ● Capellia, La Chapellesur-Erdre : 02 40 72 97 58 ● Cité des Congrès : 02 51 88 20 00 ● Comité des Fêtes : 02 40 35 75 52 ● CREA/CMC : 02 40 69 15 97 ● ERBAN : 02 40 35 90 27 ● Escall, SaintSébastien-sur-Loire : 02 40 80 86 05 ● FJT Beaulieu : 02 40 12 24 00 ● FNAC : 02 51 72 47 24 ● FRAC : 02 28 01 50 00 ● Galerie des Franciscains, Saint-Nazaire : 02 40 66 37 81 ● Galerie Le Rayon Vert : 02 40 71 88 27 ● Gare d’Anjou, Saint-Sébastien-sur-Loire : 02 40 80 85 00 ● Ifremer : 02 40 37 40 00 ● L’Olympic : : 02 51 80 60 80 ● La Bouche d’Air : 02 40 73 40 20 ● La Fleuriaye : 02 40 68 72 72 ● Le Ring : 02 40 73 12 78 ● Les amis de l’orgue : 02 51 71 02 09 ● Lieu Unique, CRDC : 02 40 12 14 34 ● MCLA Espace 44 : 02 51 88 25 25 ● Musée des BeauxArts : 02 40 41 65 65 ● Musée du Château des Ducs de Bretagne : 02 40 41 56 56 ● Muséum : 02 40 99 26 20 ● Office de Tourisme Nantes : 02 40 20 60 00 ● ONPL : 02 51 25 29 29 ● Onyx, Saint-Herblain : 02 40 92 24 00 ● Opéra Théâtre Graslin : 02 40 69 77 18 ● Pannonica : 02 40 48 74 74 ● Piano’cktail, Bouguenais : 02 40 65 05 25 ● Salle de l’Estuaire, Couëron : 02 40 86 39 01 ● Société d’Astronomie : 02 40 68 91 20 ● Studio Jacques Garnier : 02 40 93 30 97 ● Studio Théâtre : 02 40 29 07 61 ● Terrain Neutre Théâtre : 02 40 12 12 28 ● Théâtre Athénor : 02 40 12 41 42 ● Théâtre de la Gobinière, Orvault : 02 51 78 33 33 ● Théâtre de Poche : 02 40 47 34 44 ● Théâtre du P’tit Archipel : 02 40 69 10 20

Octobre 2002

• N A N T E S

PA S S I O N

45

détente
l’actualité de vos loisirs

Cueillettes d’automne
Dans la douceur de l’arrièresaison, promenades dans les prés et les bois peuvent être l’occasion de cueillettes gourmandes, des plus classiques aux plus inattendues. En route.
début octobre, il n’en restera guère. Qu’importe : à chaque saison ses plaisirs, à chaque saison ses cueillettes ! L’automne qui débute en est riche.
Champignons

B

A

L

A

D

E

D
46

e retour de vacances, espérons-le, vous vous êtes régalés de mûres au cours de vos promenades, bien que ces petites baies noires, fruit de la ronce, aient été, cette année, tardives. Vous en aurez peut-être fait des gelées, des tartes, des glaces, des charlottes, ou bien vous en aurez parfumé du vinaigre. En ce
PA S S I O N

Commençons par les plus évidentes : les champignons des prés et des bois. Plusieurs tomes pourraient leur être consacrés, et d’ailleurs, chaque année, la Société mycologique de l’Ouest tient salon à la Beaujoire (voir encadré). Cet article n’épuisera donc pas le sujet et se contentera de citer quelques variétés parmi les plus communes, de celles qui se rencontrent sans même qu’on ait à les chercher ! L’agaric champêtre ou rosé des prés, au chapeau charnu, de couleur blanchâtre, au pied court et épais, aux jolies lamelles roses se rencontrera facilement. On ne le confondra pas avec la psalliote jaunissante, toxique, d’un blanc plus franc et dont le chapeau, griffé, vire au jaune. Tous les emplois du

champignon de couche lui conviennent. Et c’est tellement meilleur ! On se laissera tenter, par exemple, par des chapeaux de rosés farcis d’escargots hachés avec les pieds, ail, échalotes, aneth et cerfeuil. La même recette pourra se faire avec la coulemelle, ou lépiote élevée, autre champignon des prés d’identification facile, vu son grand chapeau aux écailles brunes pelucheuses et son haut pied à large anneau. Les mousserons d’automne, ou marasmes d’Oréade, petits champignons d’un jaune-roux, à chapeau charnu et pied grêle, constitueront une entrée de choix, poêlés à l’huile d’olive avec des cuisses de grenouilles, ail et estragon. En lisière et dans les bois, on prêtera attention aux nombreux bolets qu’on rencontrera, immédiatement reconnaissables aux tubes qui garnissent le chapeau en lieu et place des lamelles des précédents cités. Le plus prisé, le cèpe de Bordeaux, au chapeau couleur café au lait, au pied blanc, mai aussi le bolet bai, dont les tubes, jaune vif, bleuis-

• N A N T E S

• Octobre 2002

détente

aurait aimé vous donner la recette miracle pour enlever la seconde peau sans se brûler... Hélas, nous ne l’avons pas trouvée !
Graines comestibles

Gilbert Robin, de l’association “Terre des plantes”.

“Nous faire manger des glands à l’âge du blé !” protestait (approximativement) Voltaire. Pourquoi les opposer ? Cuits dans plusieurs eaux, pour en ôter l’âcreté, ils se consommeront comme des châtaignes, bouillis, en purée ou grillés. Consommées avec modération, les faines de hêtre, reconnaissables à leur forme pyramidale, rapidement poêlées, accompagneront de façon inattendue une salade d’endives. Les pignons du pin parasol sont sans doute la plus savoureuse de ces graines, mais ce résineux n’est guère abondant dans notre région. On le regrettera ! Nez au vent, panier au bras, canif en poche, bonne promenade, bonne cueillette.
Michaël Gheerbrant

Le temps des champignons, des baies et des graines.
sent à la pression ou bien les têtes de nègre, au chapeau marron foncé, au pied trapu de couleur ocre roux, ou encore le bolet blafard, d’une couleur allant du jaunâtre au rougeâtre et dont la chair, couleur abricot, vire au bleu-vert à l’air. On les accommodera de mille manières, de la plus simple, poêlés, le pied haché, mêlé de jambon de Bayonne, de mie de pain, d’ail et de persil, aux plus subtiles, aux plus inattendues, telle cette glace aux jeunes cèpes et miel de châtaignier, pour laquelle on ajoute à la crème anglaise parfumée au miel des petits carrés de cèpes rissolés au beurre et sucrés ! On prendra garde d’éviter le bolet Satan, qui aime les lisières de bois de feuillus, se reconnaît à sa grande taille, son chapeau blanchâtre, ses pores rouges, son gros pied orné de fils rouges bleuissant peu au toucher.
Baies et fruits

(1) Terre des Plantes, 6, Allée Duquesne, 44000 Nantes. Tél. : 02 40 73 83 99. Les sorties organisées par Terre des Plantes sont répertoriées dans l’excellent Carnet de balades de l’Ecopôle de l’agglomération nantaise, 17, rue de Bouillé, Nantes. Tél. 02 40 48 54 54.

Pour en savoir plus sur les champignons
L’Association mycologique de l’Ouest* organise des sorties publiques à la découverte des champignons durant tout le mois d’octobre et jusqu’à la mi-novembre, dans les forêts d’Aizenay, du Gâvre, de Saint-Mars-la-Jaille... Le salon 2002 se déroulera au parc des expositions de la Beaujoire, dans le cadre des Automnale, les 9, 10 et 11 novembre . ● Pour plus d’informations : AMO, 16, bd Auguste-Péneau 44300 Nantes.

Début octobre, il est un peu tard pour les mûres et les baies de sureau, souvent négligées, ce qui est dommage. Mais dans les haies, on trouvera encore des prunelles dont la chair perdra en âcreté après les premières gelées. On en fait des liqueurs, mais elles pourront également accompagner magrets de canards ou premiers gibiers. Dans les haies, toujours, on ne négligera pas le cynorhodon, plus connu sous le nom de gratte-cul du fait du poil à gratter que contiennent ces

jolies baies d’églantier de couleur orangée. Dûment débarrassées dudit poil, elles feront une bonne confiture qui remplacera de façon originale la gelée de groseilles ou la confiture d’airelles en accompagnement du gibier. Gilbert Robin, de l’association Terre des Plantes (1), savant connaisseur de plantes médicinales, en vante la grande richesse en vitamine C... à condition, toutefois, d’en faire un coulis cru, et non une confiture ! L’automne est aussi la saison des noisettes, qu’on trouvera peut-être plus facilement sur le marché que dans les taillis, dont on fera mille emplois en pâtisserie, à commencer par le célèbre pralin. Plus fine que l’huile de noix, l’huile de noisette est un pur délice. Pas de difficulté, en revanche, pour trouver des châtaignes : notre campagne en regorge. Là encore, difficile de donner une recette, tant elles abondent. Nantes Passion

Octobre 2002 • N A N T E S

PA S S I O N

47

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->