Vous êtes sur la page 1sur 3

Séquence 4

Le Père Goriot, Extrait 3.


Il s'agit d'un extrait du Père goriot qui a été publié en 1835. Il établit les bases de ce qui deviendra
un véritable édifice : La Comédie Humaine : construction littéraire unique en son genre, avec des
liens entre les volumes, des passerelles, des renvois. Dans ce passage, une analepse est opérée par la
duchesse de Langeais où elle fait une courte biographie du Père Goriot
[lecture]
Nous allons nous demander quelles sont les originalités de cette biographie
Dans un premier temps, nous allons découvrir le portrait contrasté du Père Goriot, puis nous verrons
la vision de la société de Balzac ou le réalisme pragmatique.

I] LE PORTRAIT CONTRASTE
A. Portrait positif d'un père
● Comportement du père envers ses filles
+ “Il n'a eu qu'une seule passion”
=> ses filles (“dit-on”=> prétention d'être le véhicule de la
rumeur)
=> Balzac dit lui-même que Père goriot = Christ de la Paternité
=> Passion du Christ = souffrance subit pour l'homme
+ “il s'est banni lui-même”
+ “il s'est sacrifié parce qu'il était père.”
+ “son coeur a saigné”
+ “il a vu que ses filles avaient honte de lui”
=> lucidité du Père Goriot
+ L'analyse montre l'amour fort du Père Goriot pour ses filles
+ Vocabulaire de l'affection:
=> “seule passion”, “il adore”, “il avait tout donné ses entrailles,
son amour
+ Vocabulaire de la souffrance:
=> “son coeur a saigné”
+ Le Père Goriot n'est pas une victime: il s'est “lui-même” victimiser
=> victimisation non péjorative car faite par amour

B. Un portrait négatif : mépris de la duchesse de Langeais envers PG


● Article démonstratif “ce” (valeur méprisante)
● Irrespect du nom du personnage :
=> elle persiste à l'appeller“Moriot”,“Doriot”, “Foriot” même si Rastignac
la corrige.
=> L'identité du Père Goriot n'a pas d'importance
● Formule périphrastique pour le désigner :
=> “vieux”
=> “vermicellier” : (celui qui vend des farines) elle le réduit à un homme du
=> Tiers-Etat et ne le désigne pas par sa prefession mais par un aspect
commercial. Elle le voit comme un spéculateur, un profiteur
● Tout au long de son récit, Mme de Langeais va ignorer le nom du Père Goriot, un
homme qui n'appartient pas à sa caste.
● Mépris pour les révolutionnaires (comme le Père Goriot): “ces gens-là”
=> Idée de violence obligatoire à l'époque : “[les] coupeurs de têtes”

II] Vision de la société de Balzac = réalisme pragmatique


A. Un monde mauvais
● Introduction :“Je crois me rappeler que”
=> Appel à la mémoire individuel
=> Analepse => réminiscience
● Analyse historique : certaines fortunes ont été faites par la révolution => chronologie
● Epoque révolutionnaire:
=> Le père Goriot est un prototype :
+ Fortune qui vient de la spéculation et de l'Histoire de la France
: + Le Père Goriot n'est pas candide / niveau affaire => aucun
scrupule : “10 fois plus qu'elles ne lui coûtaient”, “il en a eu
tant il en a voulu”
+ “Quatre vingt treize” = ennemi de la classe de la duchesse de
Langeais.
+ Homme de pouvoir (“Président de sa section”)

=> Spéculation: très négative pour la duchesse de Langeais mais Normal


pour Balzac:
Il existe et il existera toujours des gens qui spécule et bâtisent
leur fortune sur un fait historique (ex : La Bourse = lieu de
spéculation)

● Fin de la révolution : “Mais quand les bourbons son revenus”


“Mais” : + Incidence de L'Histoire sur celle du Père Goriot
+ Difficultés de coexistence entre le vieux
révolutonnaire et ses deux gendres : le Père Goriot
“gêne” => il est rejeté

● Comportement des filles envers leur père


=> Delphine et Anastasie agissent collectivement
+ “elles ont reçu le Goriot” : même pas “leur père” mais “le
Goriot” => il est gênant
=> Prétextes utilisés par les filles => prétextes de tendresse
=> C'est le comportement des filles qui va amener la situation logique
finale.

B. La leçon
● Analyse Finale = Analyse générale des comportements humains
=> s'adresse autant au lecteur qu'à Rastignac.
=> La duchesse de Langeais = mentor
=> “Nous voyons cela partout” englobement de Rastignac + Mme de
Bauséant + lecteur
+ “partout” => sacrifice d'un père ne dépend pas du statut social
=> notre coeur est un trésor , videz-le d'un coup, vous êtes ruinés”
+ “Notre” => généralisation
+ Métaphore mettant l'amour sur une valeur pécuniaire => Père
Goriot
=> “Nous ne pardonnons pas plus à un sentiment [...] un sou à lui.”
+ cf Mme de Bauséant : il ne faut pas montrer ses sentiments
=> Dernière métaphore : Le citron.
+ Père Goriot est même en train de maigrir, de se presser contre
ses vêtements. Une fois ruiné, il est laissé “au coin des rues”
+ Image très péjorative => l'amour est la chose la plus
important.

CONCLUSION
Analogie entre père-fille et femme-homme = extrapolation
Relations filiales et passionnelles = Même choses
Situation du Père Goriot sur tous les plans : Ruiné
Duchesse méprise les deux filles qu'elle trouve ingrates => attitude dépréciative
Cynisme / Réalisme => Société conformiste, cruelle et hypocrite.

Centres d'intérêt liés