P. 1
Salaire Des Cadres AU MAROC

Salaire Des Cadres AU MAROC

|Views: 27,976|Likes:
Publié parAdnane Malki

More info:

Published by: Adnane Malki on Oct 23, 2010
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/05/2013

pdf

text

original

Enquête L’Economiste-Sunergia

1

EDITORIAL
OILÀ la livraison de la grande enquête sur le salaire des cadres du Maroc, enquête que L’Economiste réalise tous les deux ans. Elle a été conduite pour ce qui concerne les entreprises privées et assimilables, par le bureau d’études de marché Sunergia, et par la rédaction de L’Economiste pour ce qui concerne le secteur public. L’enquête donne évidemment les niveaux de salaires de l’encadrement marocain. Chacun pourra comparer son revenu avec celui de ses confrères, ceux des postes équivalents. C’est le but premier de cette lourde enquête. Ce faisant, toutes ces données comme les descriptions des postes livrent bien d’autres renseignements. En premier lieu, elles décrivent l’état du Maroc, l’état économique et managérial, évidemment, mais aussi l’état politique, les tabous, les relations de pouvoirs… On y voit très nettement la montée des femmes dans l’encadrement, une montée qui fait baisser les salaires d’ailleurs. Grâce aux comparaisons possibles depuis que L’Economiste réalise ces enquêtes, on mesure la féminisation de l’encadrement, et l’on voit bien que cette féminisation s’accompagne d’une dépréciation des revenus… On voit bien aussi l’effet de la «bulle démographique». Les grandes cohortes (au sens démographique du terme) commencent à arriver sur le marché du travail. Elles sont très formées au Maroc et plus largement dans les universités que dans les écoles d’ingénieurs, de management ou de commerce. Ces grandes cohortes pèsent aussi sur les niveaux de salaires. Et aussi, elles transforment la structure de l’emploi. On rencontre de plus en plus de «responsables de…» et, proportionnellement, moins de «directeurs de…». Autre phénomène à l’œuvre: la montée en puissance des «grandes PME-PMI» ou des «petites et grandes entreprises», celles qui se situent dans le milieu du tableau. C’est chez elles que l’on trouve le plus souvent les salaires les plus élevés. Sur certaines fonctions stratégiques, elles battent les offres des multinationales, lesquelles étaient les reines du marché jusqu’à ces dernières années. Ce phénomène est la transcription, dans le marché du travail de haut niveau, de la transformation du tissu productif. Il reflète le dynamisme de ces entreprises, qui sont en train de devenir grandes, se structurent dans ce but et n’hésitent plus à payer cher les cadres capables d’organiser cette ambition. On voit aussi dans cette enquête la transformation politique du pays. La fonction qui a le plus évolué de ce point de vue est sans aucun doute celle du wali ou gouverneur. Ce ne sont pas les salaires qui ont bougé, mais les profils: pas les mêmes diplômes, pas les mêmes carrières et surtout pas du tout les mêmes pouvoirs face au corps des élus. L’évolution politique concerne aussi la manière de recruter les cadres de l’Etat: les réseaux ont changé et l’exigence de résultats, même si elle n’est pas encore systématique, envahit la haute fonction publique. En revanche, ce qui n’a pas encore assez changé dans l’Etat, c’est l’opacité des rémunérations qu’il verse. La pression de l’opinion publique a gagné la partie sur les salaires des ministres (qui ne sont pas très bien payés!) mais elle n’a pas entamé le bloc de silence qui entoure les patrons des entreprises publiques... Mais la partie ne fait que commencer…❏

V

Plus qu’une enquête…

OUS tenons à remercier le ministère chargé de la Modernisation du secteur public pour sa disponibilité et son souci de transparence. Mention doit aussi être faite pour le ministère des Finances et de la Privatisation. Nos remerciements vont également à tous les collaborateurs dans les départements ressources humaines des entreprises enquêtées qui ont reçu et collaboré avec les équipes de Sunergia. Les uns et les autres ont fourni, avec dévouement, un travail remarquable d’identification, de compilation et vérification. Nos lecteurs doivent en effet savoir que la collecte et la vérification des données issues de 41 questions différentes, portant chacune sur plus de 1.000 postes d’encadrement, sont un travail colossal, exigeant minutie, patience et d’infinies précautions. Au sein de L’Economiste, ont travaillé à la présente publication: Naoufal Belghazi, Mohamed Chaoui, Marie-Hélène Giguère, Khadija El Hassani, Khadija Masmoudi, Ichrak Moubsit, Najla Naaoumi, Tarik Qattab, Amin R’Boub et Abashi Shamamba.❏

N

Nos remerciements

Nadia SALAH

Janvier 2007

2

Enquête L’Economiste

SALAIRES 2007

Des salaires… plus un portrait du Maroc
du comportement des acteurs, les évolutions politiques… Depuis la dernière investigation faite par L’Economiste et Sunergia, il y a deux ans, les rémunérations n’ont pas, en moyenne, fortement bougé, mais ce constat global cache de grandes différences, autant pour les spécialités, que pour le partage des tâches et l’évaluation des résultats… D’abord pour les fonctionnaires, un mécanisme est à l’œuvre et se voit: l’introduction du mérite. C’est dans le mode

• La plus grande investigation auprès du privé et du public • Les postes qui ont bougé et ceux qui se sclérosent
d’encadrement dans le privé et entreprises publiques assimilables au privé et sur l’ensemble des postes d’encadrement

UNE enquête sur 1.328 postes

N mot est en train de s’estomper des conversations, le mot «attentisme». Il voyageait en général avec des expressions toutes faites, dont la plus usitée était «manque de visibilité». On les entend moins. L’enquête sur le salaire des cadres, sans l’avoir prémédité, explique pourquoi. Le comportement des entreprises vis-à-vis de leur encadrement a déjà changé. C’est parce qu’elles ont majoritairement confiance, qu’elles divisent leurs tâches en testant des «responsables». Et c’est pour la même raison que des PME embauchent des cadres qu’elles «piquent» aux plus grandes. L’enquête montre que le Maroc, sans l’afficher, est passé de l’attentisme à la confiance.� de l’administration est un irremplaçable révélateur des évolutions du pays. Les évolutions des salaires, en premier lieu, et les évolutions de la division du travail, de recrutement qu’il est le plus présent, sans doute parce que c’est là qu’il y a le moins de résistance. Car, pour l’existant, de sérieux freins subsistent, à commencer

U

Attentisme et confiance

procher des entreprises moyennes, lesquelles n’avaient encore jamais participé à ce type d’enquête. Par exemple, 28 des 101 entreprises retenues réalisent un CA compris entre 10 et 50 millions de DH, 10 ont un CA de moins de 10 millions de DH. Evidemment, les très grandes entreprises sont comme d’habitude bien cernées: 23 sociétés de notre échantillon font un CA de plus de 700 millions de DH. Il n’en reste pas moins que cet effort en direction des PME, outre qu’il correspond bien à la stratégie actuelle des banques, de l’Etat et, de manière générale, des prestataires de services, a permis de découvrir des phénomènes tout à fait intéressants. Sans cette finesse d’observation, jamais nous n’aurions vu qu’une grande partie des PME du Maroc sont en train de se donner les moyens humains de leur ambition: elles recrutent et payent cher les cadres qu’elles convoitent. Sans la finesse des critères, nous n’aurions pas vu non plus cette tendance

SUNERGIA a eu à cœur de s’ap-

Mise à niveau managériale et visibilité de croissance
à partager en deux une même responsabilité et à en faire deux postes confiés à deux cadres. C’est le démarrage d’une nouvelle organisation du travail qui répond évidemment à la hausse de l’activité. C’est aussi le signe évident de la mise à niveau managériale de toute une population d’entreprises. Plus subtil: on note que les plus hauts salaires ne sont plus l’apanage des multinationales; ils ne sont pas non plus la marque unique des plus grandes sociétés marocaines. On voit une tendance, chez des entreprises moyennes, à très bien payer certains cadres. On peut, sans risque de se tromper lourdement, penser qu’une partie des entreprises moyennes sont en train de se mettre en ordre de marche pour devenir grandes. Ces salaires au-dessus de la moyenne compensent sans doute la méfiance des cadres à l’endroit des entreprises de «milieu de tableau». Et ils signifient surtout que ces entreprises ont à la fois les moyens et la visibilité de leur croissance.�

Les classes les plus nombreuses commencent à arriver sur le marché du travail. Certes, on parle beaucoup des diplômés chômeurs, mais ils sont marginaux par rapport à la masse des jeunes diplômés qui entrent effectivement dans le monde du travail. Leur arrivée n’est pas neutre: ils provoquent la division des postes. Par exemple, là où il y avait un «directeur», sont apparus deux «responsables», avec chacun un salaire inférieur et un champ de compétences divisé en deux. On voit ainsi le poste de «directeur commercial et marketing», qui dominait cette spécialité, évoluer vers deux postes de responsabilité, un pour le commercial, un autre pour le marketing. Et on voit chez les plus petites entreprises de notre échantillon, le DG (ou PDG) se faire assister d’un «responsable». C’est un pas prudent vers une organisation plus rationnelle en espérant qu’elle sera plus efficace, plus productrice de valeur. C’est ce qu’on appelle l’aubaine démographique à l’échelle de l’économie d’un pays. Cependant, au niveau individuel, pour chaque cadre, l’arrivée du «ventre» de la pyramide sur le marché du travail est une malchance pour les augmentations de salaires… Et «l’aubaine-malchance» ne fait que commencer!
(Source: HCP; recensement de 2004)

par le frein à la mobilité constitué par la fameuse «prime de masse». Elle concerne les cadres du ministère des Finances, dont l’opacité a résisté à la détermination politique de Oualalou d’apporter un plus de transparence et de souplesse dans la gestion des RH de l’Etat. Cette prime double les revenus de ses collaborateurs lesquels, de ce fait, ne sont pas déplaçables, sauf à recourir à la gymnastique du «détachement». Un artifice fort peu apprécié du reste de l’encadrement dans la Fonction publique. Peu de transparence aussi chez les quelque 150 patrons des entreprises publique (ou des Segma: services de l’Etat gérés de manière autonome) qui ne pouvaient pas être saisis par l’enquête

confiée à Sunergia. Il n’empêche que cette Fonction publique a connu une colossale évolution dans un domaine que l’on croyait imperméable au changement: le corps des walis et gouverneurs. Certes, leurs salaires n’ont pas changé depuis deux ans, mais l’origine professionnelle et encore plus le profil du poste n’ont plus rien à voir avec ce qu’ils ont été durant les trente dernières années! A commencer par leur carrière qui dépend maintenant de la bonne entente qu’ils arrivent à instaurer avec les élus, comme avec les ONG, les représentations professionnelles… Dans le public, c’est le poste qui a le plus changé. Et puisque cela a été possible avec ce corps réputé si rigide, pourquoi
(Suite en page 4)

Janvier 2007

4

Enquête L’Economiste

SALAIRES 2007
(Suite de la page 2)

Des salaires… plus un portrait du Maroc
plus grand nombre jamais atteint depuis que L’Economiste réalise cette enquête. De nouveaux postes sont apparus, comme les directeurs pédagogiques, les designers, les responsable de clientèle, les traders, les auditeurs externes seniors et juniors… Leur présence en nombre suffisant pour constituer une catégorie montre une certaine diversification du tissu économique. Leur arrivée en tant que catégorie à part entière ne s’accompagne pas toujours de salaires revalorisés par rapport à 2005. Dans le paysage, deux fonctions ont pris une importance réellement stratégique: les achats et le recouvrement. On les voyait monter en puissance dans les enquêtes précédentes. Les voici promues avec des salaires renforcés, accompagnées d’avantages et de primes, pour garantir la loyauté et la fidélité. Cette enquête est donc un vrai portrait du Maroc à travers son encadrement, et aussi le portrait de ses échecs et de ses ambitions.� Nadia SALAH

d’autres comme celui des juges, des professeurs universitaires… n’arriveraient pas, eux aussi, à bouger? Du côté, du privé proprement dit ou des entreprises

L y a six ans, 85% des responsables commerciaux au Maroc étaient des hommes. Leur salaire mensuel moyen était de 26.000 DH. Aujourd’hui, alors que les femmes représentent 38% de ces cadres, ils ne gagnent plus que 23.000 par mois, en moyenne. En l’an 2000, le pourpubliques assimilables au privé, les données recueillies par Sunergia ont porté sur centage de femmes parmi 1.328 postes différents de cadres, soit le l’ensemble du personnel d’encadrement marocain était d’environ 15%. Ce chiffre a aujourd’hui atteint L’effet globalisation… les 26%, toujours dans les déjà! entreprises privées et assimilables. Selon le dernier U départ de nos investigarecensement (2004), les tions, nous avions jugé intéressant de femmes représentent 28,4% de la popumaintenir la différenciation entre enlation active. treprises multinationales et nationaEn jetant un coup d’oeil aux amphiles, ou mixtes, comme nous l’avions théâtres universitaires, on voit immédiafait durant toutes nos enquêtes. tement la prédominance des jeunes filles Au cours du déroulement des travaux de Sunergia, il est apparu qu’il n’était pas toujours facile d’effectuer ce classement. Où, en effet, classer la Lydec, Amendis, Accor, la Samir? En fait, nous avions affaire autant à un phénomène d’image qu’à une réalité managériale. Aussi, les enAuditeur quêteurs de Sunergia ont-ils décidé, Année 2006 après nous avoir consultés pour fixer 38% Femmes Année 2000 des critères, de ne classer que les enSalaire treprises qui indubitablement avaient Salaire moyen moyen un management marocain ou un 264.000 DH 219.220 DH management multinational. Ceci ex20% Femmes plique que pour beaucoup de postes, aucune différence n’est faite. Il y a derrière cette difficulté de classement, une réalité nouvelle: la différence s’efface sous les coups de la globalisation, comme s’estompe aussi la différence de rémunération sur les bancs d’école. La situation risque que nous observions dans nos predonc de changer d’ici les dix prochaines mières enquêtes, dans les années années. 90.� Les hommes se retrouveront peut-être en situation de minorité dans des postes

L est bien rare qu’une enquête sur le salaire des cadres fasse plaisir. Le cadre trouvera toujours que les salaires ainsi révélés sont «très en dessous de la normale». La «normale» étant bien entendu le niveau de rémunération qu’il espère obtenir pour sa prochaine augmentation. Inversement, l’employeur, que ce soit le DG, le PDG ou le RH chargé de poser les critères, trouvera que le niveau des rémunérations de cette enquête est anormalement élevé. Le bon niveau étant naturellement celui auquel il espère maintenir son encadrement le plus longtemps possible.�

I

Jamais contents

I

Femmes promues, mais salaires allégés!
qui leur étaient, jusque-là, exclusivement Par rapport à 2000, on compte seulement réservés. C’est surtout dans les fonctions 4% plus de femmes à la direction des ressources humaines et à la tête des systèmes d’informations. Selon notre échantillon, deux postes seraient carrément demeurés inaccessibles pour elles depuis les six dernières années: directeur technique et directeur de production. L’unique poste où les femmes sont toujours demeurées majoritaires est... l’assistance à la direction! Mais qu’en est-il de la rémunération des femde «responsable», c’est-à-dire le poste mes? Est-elle équitable comparativement en dessous du directeur de département, à celles que reçoivent leurs mâles colque la percée des femmes se remarque. lègues? Il semblerait malheureusement Notamment dans les secteurs de la tréso- que non. rerie, du commercial, des ventes, du marEn comparant les études des années
Directeur des ventes
Année 2000
Salaire moyen 548.000 DH
Femmes 61%

A

Année 2006

Responsable production
Salaire moyen 288.800 DH

Année 2000
Salaire moyen 276.000 DH

Année 2006
Salaire moyen 216.625 DH

Femmes 22%

8% Femmes

0% Femmes

keting, de la qualité et de la production. Hésitons-nous à leur confier les tâches de direction? Est-ce que le plafond de verre serait en place? On serait tenté de répondre par l’affirmative à ces deux questions.

passées, on remarque que le salaire d’un poste a tendance à diminuer lorsque le nombre de femmes qui l’occupent augmente...� Mari-Hélène GIGUERE

Janvier 2007

Enquête L’Economiste

5

Ah! Les primes et les avantages
• Généralisation de la CNSS, de la CIMR et des couvertures maladie • Montée des avantages «fidélisants» • Très peu de logements de fonction
NE quinzaine de primes différentes ont été relevées, accompagnant les salaires des cadres des entreprises. Ces primes sont différentes du 13 mois, lequel n’est pas aussi généralisé qu’on l’imagine: 69% des cadres y ont droit, ce qui veut dire que 31% s’en passent… En revanche 78% de l’encadrement touchent une autre prime. La plus répandue est la prime sur le bénéfice (24%), suivie de la prime sur objectif (20%), de la prime de rendement (16%) et de la prime «selon la croissance du CA» (11%). Ces primes peuvent représenter des parts importantes dans les salaires. Le fait que la Il est très rare puisqu’il ne concerne que 4% de l’encadrement, soit 59 personnes. Et encore fautil noter que «l’intéressement» recouvre des réalités variables: commissions et participations aux CNSS, pourtant obligatoire, n’était pas présente partout. Un secteur comme le bâtiment faisait tomber le taux général. Aujourd’hui, la CNSS couvre 98,27% des cadres, et on peut considérer que

SALAIRES 2007
règle (94% des cadres l’ont, plus 2,5% qui ont une «complémentaire maladie»). Même remarque pour la CIMR ou son équivalence dans le secteur public: 81% des cadres en bénéficient. Ce qui est remarquable, c’est la montée d’autres avantages «longs»: la moitié de notre échantillon a une assurance vie payée par son entreprise et 40% ont une «assurance retraite». Dans la concurrence pour s’attirer les compétences, les entreprises jouent donc de plus en plus la fidélisation. Ce que confirme la fréquence des prêts pour la construction, dont jouissent 39% des cadres. Sur le téléphone, les entreprises sont prudentes, voire franchement pingres: 51% des cadres en ont un, dont la moitié fonctionne avec un forfait. De même, il y a bien peu de logements de fonction (5%). Les entreprises préfèrent verser des indemnités de logement (en moyenne 2.152 DH) à 37% de leurs cadres.�

U

N cadre sur les 1.328 de notre échantillon a une Jaguar payée par son entreprise; un autre conduit une Porche Cayenne. Ils se reconnaîtront peut-être, mais personne à L’Economiste et a fortiori chez nos lecteurs ne peut savoir qui sont ces chanceux, anonymat oblige! On parle beaucoup des voitures de fonction et elles sont l’enjeu de véritable stratégie dans les entreprises, mais finalement, le fisc a raison de ne pas faire une fixation sur elles: les voitures de fonction ne sont pas si répandues: seulement 18% des cadres en ont. La vedette des voitures de fonction est

U

Les voitures: Pas si fréquentes que ça!
l’Audi A4 (11% de notre parc), devant la Renault Mégane (10%) et la Peugeot 407 (8%). Les Mercedes, qui sont censées faire partie de la panoplie des PDG, ne sont pas très nombreuses: l’enquête n’en a trouvé que 12, tous modèles confondus.En revanche, il faut noter que le choix va plus facilement aux modèles de gamme moyenne. Si, finalement, les voitures de fonction ne sont pas si répandues, en revanche, les entreprises prêtent volontiers de l’argent à leurs cadres. 31% d’entre eux disposent d’un prêt pour l’achat de leur véhicule.�

plupart soient fiscalisées montre que ce n’est pas l’avantage fiscal qui en est le premier moteur. L’enquête de Sunergia a fait la distinction entre ces primes et «l’intéressement» proprement dit.

bénéfices certes, mais aussi «cadre de travail», «promotion»… Les avantages sociaux, d’année en année, se répandent chez les cadres du Maroc. Dans les toutes premières enquêtes, la

les «manquants» sont des cadres à statut juridique particulier vis-àvis de leur employeur («détachés» pour l’entreprise publique, ou patentés pour le privé). La couverture maladie est aussi devenue une

Janvier 2007

6

SALAIRES 2007

Enquête L’Economiste

Réforme: La prime qui bloque tout

• Aux Finances, on gagne deux fois plus que les autres fonctionnaires

ces primes relèvent du secret d’Etat… cé à l’époque du Protectorat français. De généraliser la réforme à un département. ou presque puisque L’Economiste l’a fait mises en métropole, les «primes de masse» Comment les autres ministères pourront tomber, il y a trois ans. ont été «exportées» dans les anciennes co- appliquer les nouvelles règles de notation, Aucun responsable ne veut parler lonies. Le Maroc indépendant a conservé sachant que leurs «homologues» sont, sauf de manière anonyme. Pas même la formule. L’appellation vient du fait d’office, avantagés. Le tant attendu redéOualalou, le ministre, qui s’était flatté, à que les montants de ces primes sont pris ploiement des fonctionnaires, préconisé OUT le monde sait que les fonc- son arrivée, de «déverrouiller le ministère dans la masse des pénalités des impôts et par Mohamed Boussaïd, un ancien des tionnaires du ministère des Finances pour le rendre transparent». Durant deux des douanes, infligés par le ministère des Finances, semble inapplicable. Comment sont une «caste» à part dans Barème semestriel des primes de masse (en DH nets) l’administration publique. Le département, dirigé depuis mars 1998 par Fathallah Oualalou, attire grâce aux fameuses primes de masse. Techniquement, c’est simple. Il s’agit d’accorder aux fonctionnaires du ministère des Finances pratiquement de doubler les salaires, sous forme de primes semestrielles. Celles-ci ont la particularité d’être sys- législatures, le ministre n’a rien entrepris. Finances. Un compte spécial a été créé. convaincre un fonctionnaire du ministère tématiques et générales. Les détails de L’histoire des primes de masse a commen- Cela explique pourquoi ces dépenses ne des Finances de troquer son poste contre sont pas inscrites dans la masse salariale une autre administration, sinon qu’à tradu budget que votent les parlementaires. vers un système de «détachement» qui ne Cette appellation tient également au carac- fera au mieux que consacrer le statu quo tère massif de cette prime. Celle-ci est ac- et au pire introduire une disparité là où il cordée à tout le personnel du ministère des n’y en avait pas? C’est d’ailleurs l’une des Finances, mais à titre exclusif. L’argument raisons expliquant la tendance qu’ont les avancé est l’incitation des fonctionnaires fonctionnaires des Finances à former un du ministère à faire rentrer l’argent à l’Etat groupe fermé se renouvelant par coopta-

T

OURNANT à l’avantage d’un seul département, au détriment de tous les autres, ces primes posent un sérieux problème d’équité au sein de l’administration publique, à un moment où celle-ci négocie sa mutation vers une gestion moderne. Elles créent des disparités importantes qualifiées souvent «d’énormes» entre les fonctionnaires de l’Etat. Par exemple, un chef de service au ministère des Finances touche 15.000 DH net par mois quand son homologue dans un autre département n’en gagne que la moitié. Un chef de division des Finances a le même salaire qu’un di-

T

Des directeurs qui valent des ministres
recteur central dans un autre ministère, soit 24.000 DH net. Les revenus des directeurs centraux du ministère des Finances n’ont, eux, rien à envier à ceux des ministres. Le ministre des Finances doit éprouver un cas de conscience du fait que son revenu d’argentier du Royaume soit largement supérieur à celui de ses collègues au gouvernement et même à celui du Premier ministre. Ceci, sans parler des primes de responsabilité qui vont de 30.000 DH net par semestre pour un chef de service à plus de 150.000 DH net pour un directeur central.�

et récompenser les plus performants en la matière. Généralisée, la mesure a été vidée de sa substance. Le calcul ne se fait désormais nullement en fonction du mérite, encore moins de la performance, mais en fonction des échelles et des échelons. Dans ce schéma, il sera difficile de

tion. Toute réforme bute ainsi sur «les primes de masse». L’Etat se retrouve face à une double contrainte. Revenir sur une telle prime serait synonyme de retour sur un acquis. La généraliser à d’autres départements mènerait le pays à la ruine.� T. Q.

Janvier 2007

8

SALAIRES 2007

Enquête L’Economiste

Du «petit gouverneur» au «super-wali»
Le job qui a le plus changé au Maroc
élus, ce qu’ils ne doivent jamais faire: dans les différends nés ces dernières années, ce sont toujours les élus qui gagnent, car la stratégie d’aujourd’hui est de donner la première légitimité aux urnes. S.M. le Roi l’a dit très clairement au début de son règne, surprenant d’ailleurs son monde sur ce point, et, depuis lors, la ligne n’a pas varié. être des «intelligences disciplinées» ou des «baïonnettes intelligentes». Beaucoup viennent encore des filières internes des agents d’autorité, mais leur formation a changé, et les critères de sélection ont évolué. De plus en plus d’ingénieurs, d’universitaires, d’urbanistes, de magistrats, de patrons du privé, de hauts cadres d’autres minisconsidérablement aidé à changer la fonction, comme l’implication de ces cadres dans l’évolution du pays. C’est S.M. le Roi qui les nomme, et c’est largement le Palais qui les choisit. Une fois aux commandes, ils relèvent tous administrativement du ministère de l’Intérieur. Ils commandent les agents d’autorité, supercaïds, caïds, chioukh et mouquadems…
du développement dans ce qui ressemble de plus en plus à une course, globalisation, pression démographique… obligent. Chacun apporte sa vision, en fonction certes des potentialités régionales et locales, mais aussi à travers la valeur travail. Dans ce sens, ces fonctions et les hommes qui les remplissent ont très largement quitté les

EST le métier qui a le plus changé au cours des dix dernières années, collant d’ailleurs avec l’évolution du Maroc. Piliers du «nouveau concept d’autorité», les walis et gouverneurs sont sur tous les fronts et de toutes les batailles: ils interprètent localement la politique de l’Etat, mais font

C’

Rémunérations mensuelles brutes

Source: Ministère de la Modernisation des secteurs publics

(1) A défaut de logement fourni par l’administration

moins de «régulation» politicienne qu’autrefois. La gestion sécuritaire du territoire a aussi changé de nature (l’antiterrorisme et, dans une moindre mesure, l’anti-islamisme sont en haut de l’agenda). La sécurité a cédé devant une grande implication dans la promotion de l’économique régional et local, y compris dans les concerts des jeunes ou la bonne marche des ONG les plus diverses. De plus, derrière de grands chantiers se trouvent encore des walis et gouverneurs. L’INDH passe également par eux.

Dans ce mouvement, les notions d’évaluation, d’objectifs… ont fait leur entrée dans la carrière des gouverneurs et walis, fonctions jadis assimilées à l’impunité.

tères (Travaux publics, surtout) font carrière. Le «métier» compte également d’anciens ministres, un conseiller du Souverain, Kabbaj à Casablanca, et son porte-paro-

Ils supervisent également les services extérieurs des autres ministères. Leur autorité se limite cependant à leur territoire. Les walis et gouverneurs de la nouvelle ère n’en partagent pas

Aider les élus…
Représentant du gouvernement aux quatre coins du pays, ils sont les relais de toutes les décisions prises au centre et les meilleurs fournisseurs d’informations de terrain à ce même centre. Tout cela les met certes en position d’écraser les

ALIS et gouverneurs ne sont pas logés à la même enseigne. La distinction est d’abord d’ordre spatial, ensuite d’autorité. Le wali est au-dessus du gouverneur. Même à l’intérieur du même corps, le traitement n’est pas égal. Il y a d’abord les super-walis, ceux qui ont la responsabilité de régions étendues, importantes ou stratégiques. Ceux-là bénéficient d’un statut assimilé, ou presque, à celui d’un secrétaire d’Etat. Selon la classe (unique ou exceptionnelle) et l’échelon, leur salaire brut va de 58.500 à 59.000 DH par mois. S’en suivent

W

Des situations très différentes
les walis de 2e groupe. Ceux-là sont payés entre 53.000 et 53.459 DH. Les salaires des gouverneurs vont, eux, de 48.000 à 52.000 DH. Pour les uns comme pour les autres, les indemnités de frais tournées, de responsabilités, de logements et d’ameublement restent les mêmes (respectivement 833 DH, 2.500 DH, 2.500 DH et 500 DH). Seuls changent les traitements, les indemnités de poste et de représentation (voir tableau). Les walis et gouverneurs bénéficient en outre d’une voiture de service et d’un personnel de maison, entre autres avantages.�

Qui dit changement de responsabilité dit évolution des profils. Les walis et gouverneurs sont loin d’être tous sur le même modèle, même s’ils doivent tous

le, Aourid à Meknès. Mais il n’y a qu’une seule femme, Imansar, qui a été la patronne de l’Agence urbaine de Casablanca. La présence de ces nouveaux profils a

moins une culture commune, où l’obligation de contribuer à la démocratisation compte énormément. Le souci est de mettre la région sur les rails

habits féodaux qu’ils avaient autrefois: même les chaouchs à leur service (recrutés parmi les Forces auxiliaires, les plus petits des petits serviteurs de l’Etat) ne courent plus jarrets et dos fléchis pour servir leur walis et gouverneurs! Les walis et gouverneurs se sont mis à la communication, obligés de tenir un minimum de rencontres avec les élus d’abord, les associations les plus variées et les journalistes. Des régions, villes et campagnes oubliés par le passé commencent à renaître. C’est le cas de Tanger, du Nord et de l’Oriental en général. D’autres négocient leur tournant pour devenir des pôles d’attraction d’investissements, de compétences ou de touristes. Rabat, Casablanca, le Souss, Marrakech en sont l’illustration. Mais la régionalisation proprement dite tarde à voir le jour, malgré tous les colloques des collectivités locales.�

Janvier 2007

10

SALAIRES 2007

Enquête L’Economiste

Premier ministre et ministres: Salaires bloqués depuis… un quart de siècle!
• Le Premier ministre gagne moins qu’un ambassadeur • Les ministres sont moins payés que les cadres des entreprises privées ou publiques • Ces postes ont été victimes de leur mauvaise image
vernement Jettou a apporté, c’est bien celui de la perception du rôle et des actions du Premier ministre et de son équipe dans l’opinion publique. L’image négative du ministre arriviste et incompétent, voire affairiste, s’efface lentement au profit de l’image d’un homme ou d’une femme d’action et d’engagement. Aujourd’hui, de jeunes ministres plus dynamiques et efficaces sont en train de renverser la situation. A telle enseigne que leurs propres cabinets et départements n’arrivent pas à suivre le rythme. La dominante technocrate du gouvernement actuel, «repeinte» politiquement, notamment aux couleurs de l’Istiqlal, y est pour beaucoup. Peut-être que l’amélioration de leur image permettra d’améliorer leur salaire, mais en attendant, ce n’est pas très brillant. Objet de toutes les convoitises politiques, les fauteuils du Premier ministre et
Se

Les salaires des membres du gouvernement
����������������� ���������

S’IL est un changement que le gou-

������������ ������ ������������������� ��������� ��������� ��������� ���������������������������� ��������� ��������� ��������� �������������� ���������������������� ��������� ��������� ��������� �������� ������������������������ �������� �������� �������� ������������� ����������������� ��������� ��������� ��������� ������������������� ���������������������������� ��������������������������� ������������������������� ������������������ ����������������� ����������� ��������������������� ��������������������� ��������������������� ���������������������� ���������������������� ������������������������������� ������������������������������ ���������������� ���������������� ������������
������������������������������������������������������������������������������������������������������

des membres de son gouvernement ne sont pas très payants: aucune rémunération n’a bougé d’un iota depuis près d’un quart de siècle. Certains ministres ont dû sacrifier des postes de cadres d’entreprises privées ou publiques, nettement mieux payés que leurs fonctions actuelles. Au niveau de la rémunération, le Premier ministre gagne plus que son équipe, mais pas beaucoup. Il perçoit un revenu mensuel net de 70.000 DH, soit à peine 10.000 DH de plus que ses ministres. Cette rémunération est composée d’une indemnité forfaitaire de 32.000 DH, qui est en fait son vrai salaire.

S’y ajoutent une indemnité de représentation (18.000 DH), de logement (15.000 DH) et d’ameublement (5.000 DH). Les factures d’eau, d’électricité et de chauffage sont prises en charge par l’Etat. Le Premier ministre

Dès son investiture, un ministre a droit à une prime de 10.000 DH. Même en quittant son poste, il garde certains avantages. Son indemnité de départ est équivalente à 10 mois de salaire. Il a également droit à une pension

ES secrétaires d’Etat touchent, eux, 50.000 DH nets. La différence est dans le «salaire forfaitaire», qui est de 20.000 DH (contre 26.000 pour les ministres) et dans l’indemnité de représentation, qui est de 10.000 (contre 14.000 pour les ministres). Le secrétaire d’Etat a droit à une voiture de fonction, un chauffeur et un personnel de maison. La mission des secrétaires d’Etat paraît aisée puisqu’un département de tutelle veille toujours au grain. Cette relation conduit cependant à des situations conflictuelles. La non délégation de signature est souvent au centre de la polémique.❏

L

Secrétaires d’Etat

PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL: ABDELMOUNAÏM DILAMI DIRECTEUR GÉNÉRAL: K HALID B ELYAZID
RÉDACTION Rédacteur en chef Nadia Salah
Rédacteur en chef adjoint Mohamed Benabid Secrétaire générale de la Rédaction Meriem Oudghiri

SUPPLEMENTS EMPLOI ET THEMATIQUES
Rédacteur en chef: Abashi Shamamba Khadija Masmoudi, Morad El Khezzari
Bureau de Rabat Chef de la rédaction: Mohamed Chaoui Tarik Qattab, Noureddine El Aïssi
Angle rue Al Khalil, Bd Med V Tél.: 037 26.28.46/47/48 - Fax: 037 26.28.45 E-mail: ecorabat@leconomiste.com

��DESK Chef de rubrique: Radia Lahlou Aziza El Affas, Fatim-Zahra Tohry, Faiçal Faquihi ��NEWS Rédacteur en chef: Hakima El Mariky Amale Daoud, Jamal Eddine Herradi, Amine Boushaba ��ANALYSES Nouaïm Sqalli, Khadija Ridouane, Rachid Hallaouy, Saïd Mabrouk, Jihad Rizk ��REPORTAGES-ENQUÊTES Amin Rboub, Khadija El Hassani ��CHRONIQUES JUDICIAIRES Naoufal Belghazi ��SERVICES & CULTURE Nadia Belkhayat Dessinateur-caricaturiste: Rik Photo-journaliste: Abdelmjid Bziouat, Mustapha Cherkaoui ��RÉGIONS Chef de rubrique: Fatima El Ouafi • Casablanca: Ali Jafry, Ichrak Moubsit • Marrakech: Badra Berrissoule • Oujda: Mohammed Zerhoudi • El Jadida: Mohamed Ramdani • Fès: Youness Saâd Alami, Rachida Bami • Agadir: Malika Alami • Taza: Saïd Errahioui • Tanger: Ali Abjiou • Settat: Abdellah Echakhs
• Bruxelles: Aziz Ben Marzouk • Londres: Jon Marks • Paris: Hakim El Ghissassi • Tunis: Yousra Mahfoud

Assistante de direction: Kenza Daoudi

PUBLICITE Directeur Commercial et Marketing Belkacem Benabdelhamid Assistantes: Samira Tamda, Khouldiya Ouahid Chefs de publicité: Imane El Azdi, Khalid El Jaï, Abderraouf Jaâfari, Fayçal Liraki, Mohamed Hamdaoui, Mouna Elouattassi Grangier, ADMINISTRATION Directeur administratif & financier Samir Essifer Auditeur interne, responsable qualité: Ilham Ziad
Directeur Younes Yamouni Assistante: Leila Sadek

DEVELOPPEMENT

REVISION
Mohamed El Bekri, Bahija Rhouli, Mohamed Hidane, Dominique Claudon

MONTAGE
Omar Jabre, Saïd Fakhreddine, Abdelaziz Ouahid, Salima Michmich, Mohamed El Ouadi Idrissi, Mohcine Sorrane Nour-Eddine Lourini, Saïd Dahan

Service Internet Rachid Mounaouar, Mohamed Mechal Internet: http://www.leconomiste.com E-mail: info@leconomiste.com Documentation: Saïda Sellami
Diffusion contrôlée

70 Bd Massira Khadra, Casablanca Tél.: 022.95.36.00 (LG) - Fax Rédaction: 022.36.59.26 - Commercial: 022.36.46.32 Distribution: Sapress - Impression: Eco-Print, Casablanca Tél.: 022.66.40.78/79/80 - Tirage: 32.000 exemplaires

dispose de trois voitures liées à sa fonction. Au bureau, il a droit à un chef de cabinet, six conseillers techniques et un attaché de presse. Quatre secrétaires, trois chauffeurs et deux agents font également partie de son personnel. A son domicile, il dispose d’un chef de personnel de maison, d’un chef cuisinier, d’un aide-cuisinier et d’un jardinier. A l’occasion de sa nomination, le Premier ministre reçoit une prime de 20.000 DH. A la fin de son mandat, il touche l’équivalent de 10 mois de salaire. A quelques différences près, le même traitement est accordé aux ministres. L’Etat leur verse 60.000 DH nets par mois. La rémunération est composée d’un forfait de 26.000 DH, qui est le vrai salaire et qui fait d’eux des cadres, mais moyennement bien payés! Ils ont aussi droit à une indemnité de représentation de 14.000 DH, plus une indemnité de logement de 15.000 DH et une prime d’ameublement de 5.000 DH, à l’instar du «Premier». Idem pour les frais de chauffage, d’électricité et d’eau, pris en charge. Le ministre a droit à deux voitures de service et deux chauffeurs.

de retraite de l’ordre de 39.000 DH nets. Cette pension lui est versée chaque mois dès qu’il a quitté ses fonctions. Il la garde toute sa vie. Ceci, à la condition que ses revenus cumulés ne dépassent pas cette somme. Quand ses revenus sont inférieurs à ce montant, seule la différence lui est versée. Cette pension a été instituée par feu Hassan II. L’objectif était double: garantir une vie décente aux ministres après leur départ et dissuader ceux qui seraient tentés de «se servir» pour s’assurer une retraite dorée après leur mandat. Pour en bénéficier, le ministre à la retraite doit faire une déclaration à la Primature chaque année. Certains anciens ministres jugent cette déclaration humiliante: «c’est comme une demande de secours», disent-ils. Certains d’entre eux renoncent à leur droit plutôt que d’avoir à justifier la faiblesse de leur revenu qui leur donnerait le droit de toucher la différence. D’autres la prennent volontiers n’hésitant pas à «tricher» dans leurs déclarations en révisant à la baisse leurs revenus. En cas de décès, la veuve et ses enfants ont droit à la moitié, soit 18.500 DH nets par mois.❏ M. C.

Janvier 2007

Enquête L’Economiste-Sunergia

11

prises individualisent au maximum la fiche de paie du président en intégrant plus d’éléments variables. Dans quatre cas sur dix, la rémunération est partiellement indexée sur le résultat (43%) et dans 20% des situations, sur les objectifs. La fonction suprême dans l’entreprise garde tout son prestige et cela ressort clairement de l’enquête. En moyenne, un PDG émarge à 77.529 dirhams par mois, soit 930.000 dirhams annuels, compléments de salaire inclus. Mais cette moyenne peut ne pas refléter l’hétérogénéité de la population des sociétés. Dans des plus grandes, le salaire du PDG peut atteindre jusqu’à 281.830 dirhams par mois, soit trois fois la moyenne de notre échantillon. A l’instar de l’encadrement supérieur dans l’entreprise, le PDG bénéficie d’une couverture sociale royale. D’après notre enquête, il a au minimum deux retraites en complément de la couverture légale. Pas de trace cependant de stock-options, mais cela ne veut pas dire que la pratique soit inexistante dans les entreprises marocaines. A noter aussi une large palette d’avantages en nature greffés à la rémunération: téléphone portable, voiture de fonction, carburant et pour 27% de PDG, du

AUTANT que faire se peut, les entre-

Les PDG sont de moins en moins rentiers
personnel domestique. La grande surprise est le choix du véhicule. Les berlines n’auraient plus semble-t-il la faveur des PDG. Un président sur quatre roule aujourd’hui en véhicule 4x4. Président de société suppose non seulement beaucoup d’expérience, mais aussi une maîtrise des rouages de fonctionnement de la société. Les entreprises font surtout confiance à quelqu’un du sérail. L’ancienneté moyenne des PDG dans la société est de 16 ans. L’âge moyen se situe à 54 ans avec très peu de «PDGères» en exercice. La fonction est encore largement dominée par les hommes. Seuls 7% des sociétés de notre échantillon ont à leur tête des présidentes. Il y aurait semble-t-il, de moins en moins de PDG depuis la vague de transformations des SA en SARL. Dans les sociétés à gouvernance bicéphale (directoire et conseil de surveillance), c’est le président du directoire qui équivaut au PDG. Il apparaît par ailleurs que les sociétés marocaines ont une attitude plus conservatrice du poste. Sans parler de présidence à vie, l’enquête révèle une faible rotation à la présidence des sociétés. En moyenne, les PDG sont en poste depuis 13 ans, sans doute à cause du trait caractéristique des SA qui restent majoritairement contrôlées par des familles. �
Situez votre salaire

SALAIRES 2007
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel
Moyenne: Soit

930.354 DH 77.529,5 DH par mois

Chiffre d’affaires

Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 400 MDH Plus de 400 à 700 MDH Plus de 700 MDHS

: : : : : :

491.177 609.086 483.139 1.262.263 900.000 3.382.000

Sexe
Type d’entreprise
Homme Femme : : 93% 7%

Multinationale Nationale

: 649.051 : 950.447

Effectifs

Age moyen
54 ans

- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 400 + de 400

: : : : :

692.029 924.000 649.051 3.382.000 Non significatif

Ancienneté dans l’entreprise
16 ans

Secteur

Banque/Assurance/Crédits BTP/Mine/Energie/Eau Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire Commerce et service/ Distribution
Localisation

: : : :

1.616.883 649.051 356.000 347.333

Ancienneté dans le poste
13 ans

: 1.006.545

Formation en %
Grandes écoles de commerce : Grandes écoles d’ingénieurs : Autres écoles d’ingénieurs : Université Bac+4 : Université Au-delà de Bac+5 : Sans diplôme : 7 20 33 3

Casablanca - Rabat Nord Centre Sud

: 1.428.608 : 649.051 : 322.667 : 584.500

Janvier 2007

12

SALAIRES 2007 Directeur général
E numéro un de l’entreprise est généralement bardé de diplômes. Pour être patron, il faut également conjuguer une plus ou moins longue expérience à un haut niveau de formation: c’est le duo gagnant. Les profils universitaires sont devenus majoritaires dans ce poste tant brigué. Ils constituent près de la moitié de l’échantillon: 42%, dont 32% ont un bac+5 et 10% ont au moins un bac+4 et ce, quel que soit le secteur d’activité ou encore la taille de l’entreprise. Le directeur général est un homme mûr de 46 ans, soit pratiquement la même tranche d’âge que son adjoint, le DGA. L’ancienneté au sein de l’entreprise, en moyenne 10,2 ans de bons et loyaux services, est un atout de taille pour ce chef d’orchestre. L’ancienneté dans le poste est tout aussi importante. Les DG sont dans leur poste depuis 8,3 ans en moyenne. Côté rémunération, le salaire du directeur général oscille autour d’un brut annuel de 604.147 dirhams. Plus de 56% des DG de l’échantillon ont un 13e mois. Dans les entités comptant moins de 40 personnes, le brut annuel est de 386.800 dirhams en moyenne. Mais dès que les effectifs dépassent les 40 personnes, le salaire annuel franchit la barre des 700.000 DH brut. Il peut même dépasser le million de dirhams dans les entreprises comptant entre 400 et

Enquête L’Economiste-Sunergia
Situez votre salaire

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel

L

500 salariés. L’écart des salaires des DG est important selon la localisation. Les entreprises situées dans le Nord sont celles qui paient le mieux leur directeur (766.425 dirhams par an): l’effet Tanger Med et TFZ sans doute. Elles sont suivies par les sociétés de l’axe Casa-Rabat (près de 729.000 dirhams brut). Une tendance qui s’explique par la concentration des entreprises et des multinationales dans ces régions du Maroc. Les entreprises accordent de plus en plus de primes à leur directeur. Plus des deux tiers des DG ont des gratifications. Ils sont 34% à bénéficier d’une prime sur le bénéfice, 20% ont une prime selon la croissance du chiffre d’affaires et 15% touchent une «prime de rendement». La prime sur objectif, concerne, elle 10% de nos DG. Pour les avantages en nature, les DG bénéficient à 78% d’une voiture de fonction, plus des deux tiers disposent d’un ordinateur portable, 83% ont un abonnement GSM illimité et 66% une dotation mensuelle de carburant. Il y a deux ans, selon l’enquête Salaires des cadres de L’Economiste, les DG bénéficiaient rarement d’un logement de fonction. Aujourd’hui, 14% de l’échantillon sont logés aux frais de l’entreprise. Mieux encore, autant disposent d’un personnel de service. 

Moyenne:604.147 DH Soit 50.345 DH par mois (56% ont le 13e mois)

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH : De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 400 MDH Plus de 400 à 500 MDH Plus de 500 à 700 MDH Plus de 700 MDH : : : : : : : :
262.858 759.166 502.562 726.777 902.967 877.394 450.000 264.000 795.533 386.801 737.846 707.363 991.727 751.495 1.101.240 589.824

Sexe
Homme Femme : :

92 % 8%

Age moyen
46 ans

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : :

Ancienneté dans l’entreprise
10,2 ans

Secteur
Chimie-Parachimie : Banque/Assurance : Commerce, services, distribution: Hôtellerie-Tourisme : Banques-Assurances : BTP-Mines-Energie-Eau :
673.936 361.769 692.438 676.998 912.000 602.715

Ancienneté dans le poste
8,3 ans

Formation en %
Grandes écoles de commerce : Grandes écoles d’ingénieurs : Autres écoles d’ingénieurs : Université bac+4 : Université bac+5 et au-dela : 8 10 32

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : :
728.990 766.425 305.274 519.744

Directeur général adjoint
de second qui attend de devenir n° 1 dans les grandes structures. C’est toujours un poste essentiellement masculin. L’enquête a relevé la présence de 3 femmes seulement sur les 29 DGA de l’échantillon. Les DGA touchent, en moyenne, plus que les DG, mais cela tient évidemment à la taille de l’entreprise. Les profils d’universitaires deviennent plus fréquents. Les bac+5 tiennent le haut du pavé avec près du tiers. Ils sont suivis par des bac+4 (14%) et des diplômés des grandes écoles de commerce (14%). Le salaire annuel brut moyen a légèrement baissé par rapport à 2005. Il était de 678.000 DH. Aujourd’hui, il est de 667.492 DH, toujours brut. De faibles écarts de salaires sont observés en fonction du chiffre d’affaires. Mais dès que celui-ci dépasse les 700 millions de DH, le salaire du DGA passe quasiment du simple au double. C’est aussi le cas dans les entreprises employant entre 300 et 400 personnes, où son salaire annuel brut moyen franchit la barre de 1 million de DH (1,2 million de DH brut). Données qu’il faut interpréter avec prudence, car l’échantillon déjà petit devient peu significatif quand on le divise

Situez votre salaire

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel

PAS de grande surprise pour ce poste

Moyenne: 667.492 DH Soit 55.624 DH par mois x 13

par taille d’entreprises Ce même niveau de salaire est également observé dans les multinationales qui, comme attendu, font mieux que les entreprises nationales: 1.122.703 DH bruts contre 522.652 DH (même remarque que précédemment). L’écart est également important selon la localisation. Alors que le salaire annuel brut moyen du DGA tourne autour de 884.681 à Casablanca/Rabat, il chute à 442.660 DH brut, voire moins dès que l’on quitte cet axe. Plus de 80% des directeurs ont le 13e mois. En revanche, peu d’entre eux ont des intéressements. Une compensation avec les primes qui bénéficient à plus du tiers de l’échantillon: 36% de prime sur objectif, 27% sur le bilan et sur le rendement... Les indemnités fixes ne sont pas généralisées. Mais quand elles existent, elles sont généreuses: 4.175 DH pour le transport, 5.425 DH de représentation et 4.575 DH pour le logement. Les avantages en nature ne sont pas en reste. Téléphone et ordinateur portables sont attribués à une bonne proportion des DGA. Plus de la moitié (55%) d’entre eux disposent d’un véhicule de fonction et deux tiers ont une assistante personnelle. 

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH : De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 300 MDH Plus de 300 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : :

214.314 471.757 407.667 303.325 441.684 1.091.234 :

Rang hiérarchique DG = 1
2

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : :

Homme Femme

: :

Sexe

90 % 10 %

1.122.703 522.652

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : :

Age moyen
354.416 509.500 294.275 363.107 1.202.233 980.381 47 ans

Ancienneté dans l’entreprise
12 ans

Secteur
Hôtellerie/Tourisme : 265.478 Banque/Assurance : 1.004.805 BTP/Mine et Energie : 974.797 Ind. groalimentaire : 613.672 Commerce et services/distribution: 464.851

Ancienneté dans le poste
7 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : :

Formation en %
884.681 88.200 442.660 224.973
Grandes écoles de commerce : Grandes écoles d’ingénieurs : Autres écoles d’ingénieurs : Université bac+4 : Université bac+5 et plus : 14 14 31

Janvier 2007

Enquête L’Economiste

13

SALAIRES 2007
Cependant, depuis six-sept ans, le gouvernement a tendance à rogner ces avantages quand ils sont trop visibles… car politiquement impopulaires. Cette pratique fait qu’il est quasiment impossible des réduire les écarts de salaires entre les entreprises ou services gérés de manière autonome du secteur public. Une curiosité: ce n’est pas la taille de l’entité qui «fait» le salaire du patron, ce n’est pas son histoire non plus. Par exemple, à l’OCP, on est certes le n° 1 mondial du phosphate mais pas le n° 1 marocain des salaires. Pour cela il vaudra mieux viser des entreprises plus jeunes et plus financières. En fait, la seule règle qui vaut vraiment, c’est celle de la concurrence. Si le public ne s’aligne pas au moins en partie avec le privé ou l’international, il ne trouvera que des «bras cassés» pour ses propres entreprises!�

Grands patrons du public
• Du simple au quadruple, mais… quel tabou!
ES rémunérations sont un tabou chez les patrons des entreprises publiques. Plus encore que dans le privé! C’est d’ailleurs la première fois qu’une enquête peut approcher ces données, sans d’ailleurs réussir à les cerner avec autant de précision que pour les entreprises privées. Le ministère des Finances se contente «pudiquement» de tranches en face desquelles il annonce la part des patrons situés dans cette tranche! Pas question de savoir quelle entreprise verse quoi à qui! Sur les 150 établissements (oui, bien lire 150, en dépit des privatisations!) contrôlés directement par le ministère des Finances, la moyenne des salaires nets versés aux directeurs généraux

L

ou présidents directeurs généraux s’élève à 38.600 DH, par mois. Pas de quoi faire courir les managers, mais la réalité n’est pas exactement ainsi… heureusement pour le secteur public. En 2002, la rémunération mensuelle moyenne d’un directeur général ou d’un président-directeur général s’élevait à 120.000 DH, et 85.000 DH pour le DGA. Ces statistiques puisées dans une étude réalisée par le ministère des Finances montrent que les salaires dans le public restent en général inférieurs à ceux accordés dans le secteur privé. Aujourd’hui, le ministère prend en compte plusieurs critères quand la rémunération n’est pas directement négociée avec le Premier ministre: l’importance de l’établissement public, le volume des investissements, le niveau de salaire appliqué dans le secteur et dans le privé.

Un contrat de travail modèle pour unifier toutes les composantes de la rémunération des grands patrons du secteur public a été préparé. Mais les situations de départs sont si diverses que l’application est très problématique: le projet ressort à chaque négociation, pour être ré-enterré quand cette négociation devient sérieuse. Parallèlement, une circulaire du Premier ministre, datée de

septembre 2002, recommandait aux ministres présidents de conseils d’administration de ne revoir à la hausse la rémunération des patrons qu’avec la bénédiction du ministère des Finances. L’usage veut que ce dernier fasse traîner, pendant des mois parfois, une décision qui ne lui convient pas avant de trouver des… arrangements. Les arrangements concernent les avantages, qui eux ne figurent pas dans les moyennes.

Janvier 2007

14

SALAIRES 2007

Enquête L’Economiste

Secrétaire général de ministère
mission est en principe purement d’intendance. Mais la frontière entre le politique et le reste est bien floue. Si affinités, le secrétaire général peut se hisser au rang du ministre de fait, surtout quand il dispose de la délégation de signature. Sinon, il est réduit au statut d’exécutant, difficilement cains on ne s’embarrasse pas de fiction: il changerait en même temps que la majorité. Au Maroc, pour le couvrir, il est nommé par dahir. Les secrétaires généraux se recrutent souvent parmi les cadres supérieurs de l’administration, par le département qui les a vus «grandir». Ils ont pour mission l’autorité sur les organismes placés sous tutelle. En contrepartie, les secrétaires généraux ont droit à un salaire de près de 40.000 DH net par mois. Ils bénéficient en outre d’une voiture de fonction et des allocations familiales pour deux enfants à charge égale à 300 DH par mois. Plusieurs fonctions sont assimilées en matière de traitements aux secrétaires généraux. Il s’agit notamment du SG de la Cour des comptes, du directeur conseiller auprès du Premier ministre et de l’inspecteur général des services administratifs au Secrétariat général du gouvernement.�

• 39.490 DH net par mois et plein de contradictions
E profil est plutôt discret, mais le secrétaire général est le «permanent» de son administration au sein de laquelle il travaille. Le métier est connu pour sa longévité. Une fois au poste, certains y restent plus de 10 ans, sauf accident avec le ministre… ce qui se produit plus fréquemment qu’autrefois avec la politisation des portefeuilles. Autrefois, le SG avait des chances de gagner une guerre contre son ministre, aujourd’hui, il ne peut que la perdre. Sa

L

révocable. Il est l’homme de la contradiction: bien que sous les commandes de son ministre, il doit rester indépendant. Ainsi le veut l’Etat à la française. Chez les Améri-

«d’assister le ministre dans l’orientation générale des affaires du département». Les études et les prévisions relèvent de leurs compétences, ainsi que l’exercice de

poste semble identique d’un ministère à l’autre. Erreur, tout est différent: pouvoirs, prestige, revenu et privilèges dépendent de l’administration où l’on se trouve. Etre directeur d’administration centrale au Maroc, c’est se situer au centre de tous les le double que son confrère, au même aléas et facteurs de différenciations entre grade, du ministère de l’Emploi. un ministère et un autre. Un directeur Techniquement, le poste consiste à central aux finances touche pratiquement «mettre en œuvre la politique générale

LE

Directeur central de ministère

du département». L’animation de leurs services et l’encadrement des personnels relèvent également des directeurs centraux. Idem pour l’application des

textes législatifs et réglementaires ainsi que les directives… dans leurs domaines de compétence: des haines inextinguibles sont nées d’empiètements! Les directeurs centraux sont conduits à préparer ou participer à la préparation des projets de réforme, leur pouvoir n’est donc pas nul en matière politique. Surtout, qu’ils travaillent à la gestion des services du département et à la préparation du budget du ministère. Ils ont droit de cité dans la formation des collaborateurs et dans le choix des chefs de divisions et de services. Ils peuvent recevoir délégation de signature du ministre (sauf pour les décrets et arrêtés, évidemment). Au même titre que le secrétaire général, le directeur central est souvent issu de l’administration où il travaille déjà, surtout aux Finances, puisque ce ministère paye mieux que les autres. Sur papier, et compte tenu des privilèges accordés selon les cas, le directeur central est payé 35.180 DH brut par mois. En net, cela donne 24.000 DH. Ne disposant plus de voiture de fonction, il a quand même droit à une indemnité conséquente de 3.000 DH par mois pour l’utilisation de son véhicule personnel. Sont assimilés aux directeurs centraux, les inspecteurs généraux, les ingénieurs généraux, les médecins inspecteurs généraux, les vétérinaires inspecteurs généraux et les doyens de faculté.�

Janvier 2007

Enquête L’Economiste-Sunergia

15

2005, vous étiez 13% de l’échantillon à occuper ce poste considéré comme le terrain exclusif des femmes. Cette année, vous êtes arrivés à 15%: intéressant. Cherchez l’explication et pas la femme! Assister un directeur n’est plus un poste de simple secrétariat, mais plutôt de confiance. Elle est loin l’image de la sténographe qui occupe ses heures libres à faire du tricot. Peut-être parce que l’assistante de direction «new look» n’a justement plus de temps libre. Entre les réunions du boss, auxquelles elle assiste, la rédaction des rapports de synthèse et la tenue de l’agenda, les assistantes (les femmes représentent 85% des sondés) doivent non seulement faire preuve d’une compétence certaine, mais aussi de beaucoup de disponibilité. La compétence ne veut pas forcément dire diplôme, puisque 25% des personnes sondées ont un baccalauréat + 2. Elles ne sont que 5% à être diplômées d’une école de commerce et 20% à faire carrière avec un baccalauréat. Les bac + 4 ne représentent que 15% de l’échantillon. Ce «manque» de grands diplômes est largement couvert par l’expérience. Une moyenne de 12,8

MESSIEURS, vous êtes tenaces! En

Assistant (e) de direction
ans au sein de l’entreprise et de 7,8 ans dans le poste. C’est un poste de grande confiance. Si leur salaire moyen a un peu régressé par rapport à 2005, 14.132 DH contre 12.317 DH cette année, leur âge continue en revanche de grimper. Il culmine à 44 ans contre 41 l’année dernière et 39 ans en 2000. Ventilé par la ville d’activité, le salaire ne varie pas beaucoup entre les régions de Casablanca-Rabat, celles du Nord et du Sud (respectivement 174.692, 133.844 et 123.006 DH bruts par an en moyenne). Si vous occupez ce poste dans la région du Centre-Est, vous êtes a priori moins bien payés puisque la moyenne y est de 65.169 DH. Les assistantes de direction sont presque toutes affiliées à la CNSS (98,2%). Contrairement à ce que l’on pourrait croire, leur proximité du patron ne leur permet pas toujours d’avoir droit à des avantages en nature. Sur les 40 personnes sondées, 19 n’ont pas donné de réponse à cette question. En revanche, 14 ont déclaré disposer d’un ordinateur portable et 13 ont droit à un téléphone mobile. Une seule dispose d’un logement de fonction.�
Situez votre salaire

SALAIRES 2007
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel

Moyenne: 150.881 Soit: 12.573 DH par mois

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH : Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : : :
:

59.889 83.643 134.250 154.695 187.000 366.000 178.931 89.114 134.882 185.438 107.252 158.785 190.375 198.005 50.500 110.248 137.252 165.000 124.000 165.004 174.622 133.844 65.169 123.006

Rang hiérarchique DG = 1

3
Sexe
Homme Femme : : 15% 85%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : :
: : : : :
:

Age moyen
44 ans

Ancienneté dans l’entreprise
12,8 ans

Secteur
Ind. agroalimentaire Hôtellerie/Tourisme Banque/Assurance/Crédits Chimie-parachimie BTP/Mines et énergie Commerce et services

Ancienneté dans le poste
7,8 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : :

Grandes écoles de commerce: 5 Grandes écoles d’ingénieurs : Autres écoles d’ingénieurs : Université bac+4 :15 Université bac+5 et au-delà : -

Formation en %

Janvier 2007

16

SALAIRES 2007
• Un salaire mensuel net de 36.000 DH • Immunités, gratuités… les autres attraits du mandat • Elections ripoux: Des conseillers derrière les barreaux

Enquête L’Economiste

Parlementaires: Avantages à tous les étages
de 6.000 DH portant le total perçu à 36.000 DH. Les parlementaires bénéficient également des prestations familiales au titre d’enfants à charge, payables mensuellement pendant toute la durée du mandat (5 ans pour les députés et 9 ans pour les conseillers). Les déplacements par train, et en première classe, à l’intérieur du Maroc sont gratuits. Une remise de 60% sur le transport aérien au Maroc comme à l’étranger est également de mise. Mieux encore, les déplacements à l’étranger dans un cadre «professionnel» sont systématiquement assortis d’une indemnité journalière de 2.500 DH. Mais les parlementaires ne sont pas tous logés à la même enseigne. Des indemnités sup-

OUVENT critiqués, les parlementaires sont nécessaires à tout exercice démocratique. Porte-parole du peuple, ils coûtent cependant cher aux contribuables. Quelque 256 millions de DH sont attribués chaque année rien qu’à la grille des «indemnités forfaitaires», le nom que l’on donne au salaire des parlementaires. Des privilèges, les parlementaires en ont plusieurs. A commencer par une indemnité de taille, forfaitaire et exonérée d’impôts. Celle-ci est de l’ordre de 360.000 DH par année, soit 30.000 DH par mois. A cela il faut ajouter une indemnité mensuelle, en principe dédiée aux frais d’études et de recherche ou de secrétariat…,

S

parlementaires appartenant à un corps de fonctionnaires ou possédant la qualité d’agent d’un organisme public perçoivent, pendant la durée de leur mandat, soit la rémunération afférente à leur situation administrative, traitement et indemnités compris, soit une indemnité forfaitaire selon la situation la plus

L ES

Cas exceptionnels
favorable. Ces dispositions s’appliquent également aux parlementaires exerçant une fonction compatible avec le mandat de parlementaire, dans des sociétés de participation directe ou indirecte de l’Etat. Les élus de la nation investis de fonctions gouvernementales ne bénéficient pas de ces indemnités et avantages.�

Les revenus des 525 parlementaires que compte le pays coûtent aux contribuables quelque 256 millions de DH par an (Ph. Cherkaoui)

plémentaires, de l’ordre de 7.000 DH par mois, sont accordées aux sept présidents des groupes parlementaires et aux six présidents des commissions permanentes dans chacune des deux chambres. Idem pour le bureau de la

Le revenu est loin d’être le seul attrait du «métier» de parlementaire. Il y a surtout la fameuse immunité parlementaire. Celle-ci explique en grande partie la ruée vers les sièges et les montants mirobolants que certaine n’hésitent pas à décaisser pour les occuper… au risque désormais de se retrouver derrière les barreaux. Les derniers procès des conseillers condamnés à la prison ferme pour achat de voix resteront dans les mémoires. L’immunité explique aussi l’intérêt particulier que revêt un mandat à la Chambre des conseillers, valable 9 ans. Cette chambre coûte par ailleurs aux contribuables quelque 200 mil-

en séances ou en commission et l’action des parlementaires. Ces dépenses, couplées à celles de la Chambre des représentants, échappent à tout contrôle de l’exécutif, indépendance du législatif exige. La «commission des 13», composée des délégués de différents groupes parlementaires est la seule habilitée à le faire. Leur mandat achevé, les parlementaires bénéficient d’un traitement à part en matière de retraite. Les indemnités sont versées dès la cessation de l’activité. Elles correspondent à une retraite nette mensuelle de 5.000 DH/mois par législature complète. Ainsi, pour un parle-

présentants et de la Chambre des conseillers perçoivent chacun une indemnité forfaitaire annuelle nette de 512.000 DH, soit 42.666 DH par mois. Cette indemnité ne représente que la moitié du revenu net mensuel perçu. Celui-ci est porté à plus de 80.000 grâce aux autres indemnités (représentation, logement, indemnité forfaitaire, frais d’ameublement). Les présidents bénéficient ainsi de toutes les indemnités prévues en faveur du Premier

LES présidents de la Chambre des re-

Président: Poste à 80.666 DH/mois
ministre, à l’exception des deux indemnités allouées à l’occasion de chaque investiture ou de cessation de fonction. Ils bénéficient également des prestations familiales au titre d’enfants à charge, payables mensuellement pendant la durée du mandat. Ils ont aussi à leur disposition une voiture de service et un personnel de maison (maître d’hôtel, cuisinier, aide-cuisinier, jardinier et chauffeur). Au Parlement, chaque président a droit à 6 collaborateurs. Ceux-ci perçoivent 12.000 DH nets par mois.�

chambre (un président, huit viceprésidents et quatre assesseurs). Des cotisations de retraite (2.400 DH), de mutuelle et des versements aux partis sont cependant prélevés.

lions de dirhams, toutes charges comprises. Ne serait-ce que pour ce seul motif, la question de sa suppression ou sa réforme mérite d’être posée. Idem pour toutes les questions liées à la présence

mentaire ayant passé deux législatures, la retraite est de 10.000 DH par mois. Trois législatures correspondent à 15.000 DH et ainsi de suite.� M.C.

Janvier 2007

18

SALAIRES 2007
ÉCART entre le salaire annuel moyen du DAF de l’an 2000 et celui de notre plus récente enquête est ahurissant: 164.530 DH de moins! Comment un cadre aussi important at-il pu subir une si forte réduction de salaire? La fonction s’est probablement disqualifiée, on le voit aussi selon la diplômation. Il y a six ans, la majorité des DAF possédaient un bac + 5. En 2004, la plupart d’entre eux avaient gradué d’une grande école de commerce. Tandis que cette année, le diplôme que l’on trouve le plus souvent dans la poche du DAF est un bac + 4. Une constante toutefois: le directeur financier et administratif est encore formé à l’étranger plus souvent que la moyenne globale du personnel d’encadrement marocain. La présente enquête révèle en effet que 25% de l’échantillon sont diplômés de France. Autre changement: son salaire n’est plus directement proportionnel à la grandeur de l’entreprise. Le DAF d’une entreprise qui possède entre 301 et 400 employés gagne 62.000 DH par mois, soit 20.000 DH de plus que son confrère d’une entreprise dont les effec-

Enquête L’Economiste-Sunergia
Directeur adminisratif & financier
Situez votre salaire
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

L’

Directeur administratif & financier
tifs sont de 401 à 500 personnes. Ainsi, dans une entreprise de taille moyenne, le DAF cumulerait véritablement les fonctions administratives et financières, tandis que dans les grandes boîtes, ses responsabilités seraient plus restreintes à la trésorerie. Le directeur financier et administratif est âgé: il a 5 ans de plus que la moyenne du personnel d’encadrement marocain. Il est un homme, 9 fois sur 10. Une augmentation par rapport à l’enquête de 2004, où les femmes occupaient 13% du terrain. C’est aussi un des plus anciens de l’entreprise, et il occupe son poste depuis très longtemps : autour de 9 ans. Ce cadre n’est tout de même pas à plaindre, avec un salaire mensuel moyen de 44.455 DH. Il bénéficie d’une couverture sociale plutôt généreuse: CNSS, mutuelle, caisse de retraite complémentaire. Ironiquement, la moitié à peine de ces cadres haut gradés possèdent, malgré leur âge avancé, une assurance vie et une assurance retraite. On attribue aux DAF un ordinateur et un téléphone portables presque d’office, mais seulement 42% d’entre eux ont droit à une voiture de fonction.❏

Total brut annuel
Moyenne: 533.463 DH Soit 44.455 DH par mois

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 400 MDH Plus de 400 à 500 MDH Plus de 500 à 700 MDH Plus de 700 MDHS
168.046,67 : 349.593,00 : 368.872,43 : 662.995,00 : 549.124,80 : 663.500,00 : 540.000,00 : : non significatif 695.987,95 :

Rang hiérarchique DG = 1
2

Sexe
Homme Femme : : 91 % 9%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : :
: : : : : :
232.875 427.695 408.638 529.913 744.132 504.313 755.104 360.375 687.480 594.367 460.306 478.512 618.216 604.659 594.195 239.851 253.346

Age moyen
46 ans

Ancienneté dans l’entreprise
14 ans

Secteur
Hôtellerie/Tourisme Banque/Assurance/Crédits Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire BTP/Mines et Energie Commerce et services

Ancienneté dans le poste
9 ans

Formation en %
Grandes écoles de commerce : Grandes écoles d’ingénieurs : Autres écoles d’ingénieurs : Université bac+4 : Université bac+5 et au-delà : 9 9 26 21

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : :

OINS connus que les DAF, les responsables administratifs et financiers (RAF) occupent le rang juste en dessous. Le «RAF» est une fonction administrative de coordination et de contrôle de la mise en œuvre de l’ensemble des opérations liées à l’élaboration et suivi budgétaire. C’est un poste qui requiert des compétences techniques avérées en comptabilité, fiscalité, gestion... Près de la moitié des «RAF» est de formation universitaire (bac+5 et audelà: 22% et bac+4: 18%), en sciences économiques notamment. Près de un RAF sur 3 est lauréat d’une école de commerce. En moyenne, les «RAF» ont passé 10,2 ans dans l’entreprise dont presque la moitié dans le même poste: la moyenne étant de 5,3 ans. Une particularité pour cette fonction: elle est occupée aussi bien par des hommes que par des femmes. Leur âge moyen ne dépasse pas la quarantaine (39 ans). Pas trop jeunes, mais pas vieux non plus. Le responsable administratif et financier gagne en moyenne 210.848 dirhams bruts par an, soit quelque

M

Responsable administratif & financier
17.570 DH par mois. Quelle que soit la taille de l’entreprise, la fourchette des salaires est pratiquement la même. Sauf pour les entités comptant entre 200 et 300 employés ou encore celles de plus de 500, leur salaire brut annuel dépasse les 240.000 dirhams. D’où la moyenne annuelle qui oscille autour des 210.000 dirhams. Trois sur quatre responsables administratifs ont droit au 13e mois et un peu moins de la moitié bénéficie de la prime de rendement. En matière d’indemnités fixes, le «RAF» se situe un peu en dessous de la moyenne générale. Il perçoit 1.400 dirhams par mois en moyenne pour le logement, 1.567 pour le transport et 1.576 de représentation. Chez près d’un cas sur deux, un ordinateur portable est attribué en termes d’avantages en nature. Côté couverture sociale, les responsables administratifs sondés bénéficient tous de la CNSS et presque tous ont une assurance maladie. Un peu plus du tiers a droit à des prêts pour le logement, une assurance retraite ou encore un prêt pour l’acquisition de la voiture.❏

Resp. adminisratif & financier
Situez votre salaire
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel
Moyenne: 210.848 DH Soit 17.570 DH par mois (dont 73% ont le 13e mois)

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : : : : :

76.670 167.987 120.000 156.433 280.000 139.084 246.018

Rang hiérarchique DG = 1
3

Sexe
Homme Femme : : 67 % 33 %

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : :

160.028 139.857 96.262 282.927 163.150 143.000 241.324

Age moyen
39 ans

Secteur
Hôtellerie/Tourisme : Banque/Assurance : BTP/Mines et Energie : : Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire : Commerce et services/distribution:

Ancienneté dans l’entreprise
120.000 208.405 299.126 121.250 229.781 166.390

10,2 ans

Ancienneté dans le poste
5,3 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : :

223.512 192.644 150.951 174.027

Formation en %
Grandes écoles de commerce : Université bac+4 : Université bac+5 et au-delà : 29 18 22

Janvier 2007

20

SALAIRES 2007
I

Enquête L’Economiste-Sunergia

Directeur des ventes, une fonction qui se féminise
majoritaires à l’occuper. L’accès à ce métier s’effectue à partir de formations supérieures essentiellement dans le domaine commercial. Elles sont complétées par une expérience d’une durée moyenne de deux ans dans l’entreprise avant d’être nommé. Dans cette fonction, une minorité ne perçoit pas de partie variable (3 personnes). Le reste se voit attribuer une prime sur objectif ou encore sur le bénéfice. Le 13e mois est accordé à la majorité (91%). Cette activité implique des déplacements fréquents sur le terrain. C’est ce qui justifie l’attribution d’indemnité de déplacement: 57% des directeurs des ventes se font rembourser les frais réels engagés alors 17% ont droit à des forfaits. La majorité se fait attribuer une indemnité de représentation moyenne de 2.014 dirhams par mois et de transport de 2.164 dirhams par mois. Dans cette activité, on s’attend à des avantages en nature beaucoup plus importants. Mais on désenchante rapidement puisqu’ils sont limités au téléphone portable (65%) et à l’attribution d’un ordinateur (52%). Mutuelle, CNSS, CIMR sont les avantages sociaux classiques auxquels ont droit les directeurs des ventes. Mais l’assurance vie et l’assurance retraite ne sont pas généralisées.�
Situez votre salaire
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

L ou elle se charge de la prospection, sélectionne et suit les clients et les distributeurs. Le directeur des ventes, dont le titre et le poste sont differents du directeur commercial, met en place et applique la politique commerciale de l’entreprise. C’est à lui qu’incombe la délicate tâche de l’animation et du suivi de la force de vente et d’optimisation des résultats. Son rang hiérarchique est 4, c’est-à-dire qu’il relève directement de la direction commerciale. Sa rémunération a subi une décote de 47% en six ans. Elle est en baisse aussi bien dans les multinationales que dans les entreprises nationales. Mais dans tous les cas, il vaut mieux exercer cette fonction dans une multinationale où le salaire mensuel brut dépasse les 47.000 dirhams. En revanche, dans les entreprises nationales la moyenne est de 15.000 dirhams par mois. De préférence, dans les zones de Rabat et Casablanca où cette fonction est mieux rémunérée. Dans le Centre, le salaire est faible. Cette fonction dépend de la taille de l’entreprise: elle est inexistante dans celles dont le chiffre d’affaires est inférieur à 10 millions de dirhams. Elle se féminise de plus en plus. En 2000, elle était l’exclusivité des hommes. Six ans plus tard, les femmes sont

Total brut annuel

Moyenne: 288.000 Soit: 24.000 DH par mois

Chiffre d’affaires
Moins de 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 500 MDH Plus de 500 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : : : :
165.303 280.000 283.750 615.691

Rang hiérarchique DG = 1

4
Sexe

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : :

Homme Femme

: :

39% 61%

615.691 197.997

Effectifs
- de 40 40 à 200 201 à 500 + de 500 : : : :

Age moyen
164.444 283.000 175.617 615.691
34 ans

Ancienneté dans l’entreprise
6 ans

Secteur
Ind. agroalimentaire : 857.100 Hôtellerie/Tourisme : 175.617 Banque/Assurance/Crédit : 409.000 Chimie-parachimie :Non significatif BTP/Mines et énergie/Eau : 650.410 Commerce et services/distrib.: 199.313

Ancienneté dans le poste
4 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : :
293.944 175.617

Formation en %
Grandes écoles de commerce: 35 Grandes écoles d’ingénieurs : Autres écoles d’ingénieurs : 4 Université bac+4 : 26 Université au-delà de bac+5 : 17

Responsable des ventes
L est au rang hiérarchique 3. Présent surtout dans les PME, le responsable des ventes concentre les fonctions commerciales de l’entreprise. Ce sont d’ailleurs les PME qui rétribuent le mieux cette fonction. Les entreprises, dont le chiffre d’affaires varie entre 200 et 300 millions de dirhams, lui accordent un salaire mensuel moyen de 23.759 dirhams. Idem dans la zone sud où le salaire mensuel moyen est de 19.089 dirhams. Mais cette fonction est «mal payée». Sa rémunération est inférieure de 54% au salaire annuel moyen accordé généralement aux cadres (328.253 DH). En principe, la mission d’un responsable des ventes consiste à mettre en œuvre la politique commerciale de l’entreprise dans un secteur géographique donné. Il a donc en charge la réalisation des objectifs quantitatifs. Son salaire intègre donc une partie variable qui tient compte des objectifs atteints. Les primes sur le bénéfice, sur objectif ou encore sur le chiffre d’affaires sont les plus fréquemment accordées. Et la majorité bénéficie d’un 13e mois. Ils ont droit aux avantages sociaux classiques : la mutuelle, la CNSS et la CIMR (85,71%). L’assurance vie (38,10%) et

Situez votre salaire

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel

I

Moyenne: 178.791 Soit: 14.899,25 DH par mois

l’assurance retraite (33,33%) ne sont pas généralisées. Côté avantages en nature, le responsable des ventes n’a rien à envier au directeur des ventes. Il a droit aux mêmes avantages: téléphone portable et ordinateur. Seule une minorité se voit «gratifiée» d’une voiture de fonction. En revanche, la majorité a droit à une indemnité de transport d’un montant moyen de 874 dirhams par mois. Normal, puisque cette activité nécessite le déplacement sur le terrain. D’ailleurs, le responsable des ventes se voit octroyer une indemnité de représentation de 1.192 dirhams par mois en moyenne. Proximité des clients oblige, les entreprises encouragent la présence au niveau régional des responsables des ventes. C’est ce qui expliquerait la prime de logement accordée à 29% d’entre eux contre 13% dans le cas des directeurs des ventes. La moyenne mensuelle de cette prime est de 1.017 dirhams par mois. Dans cette fonction, les cadres sont des diplômés d’écoles de commerce ou de l’université (bac +4). Mais ils ont été obligés d’affûter leurs armes pendant quelques années au sein de l’entreprise avant d’accéder à ce poste.�

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH : Plus de 50 à 200 MDH Plus de 200 à 500 MDH Plus de 500 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : : :
60.000 124.261 170.838 285.108 188.648

Rang hiérarchique DG = 1

Non significatif

3
Sexe

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : :
178.137 179.053

Homme Femme

: :

57% 43%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 500 + de 500 : : : : :
60.000 170.838 117.000 261.581 166.371

Age moyen
36 ans

Ancienneté dans l’entreprise
10 ans

Secteur
Ind. agroalimentaire Hôtellerie/Tourisme Banque/Assurance/Crédit: Chimie-parachimie BTP/Mines et énergie/Eau Commerce et services/distrib. : : : : :
: : : :
141.410 124.261 200.473 224.000 181.538 172.699 131.521 229.072

Ancienneté dans le poste
6 ans

Non significatif

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud

Formation en %
Grandes écoles de commerce : 33 Grandes écoles d’ingénieurs : Autres écoles d’ingénieurs : Université bac+4 : 29 Université au-delà de bac+5 : 10

Janvier 2007

22

SALAIRES 2007
L

Enquête L’Economiste-Sunergia

Directeur commercial: Plus d’universitaires
Directeur commercial

ES directeurs commerciaux se recrutent de plus en plus parmi les universitaires. C’est la grande tendance qui, relevée depuis 4 ans, se confirme encore cette année. Les profils de formation universitaire (bac+4) ont percé au détriment des écoles de commerce. C’est aussi un métier que les femmes investissent de plus en plus: presque 1 directeur commercial sur 4 est de sexe féminin. Homme de relations par excellence, le directeur commercial est parfois mieux connu que le directeur général. Son carnet d’adresses étoffé, son principal atout, en fait un homme-clé ou une femme-clé pour l’entreprise. Première interface avec le monde extérieur, clients et réseaux de distribution, le directeur commercial surveille de près la courbe des ventes et cherche également de nouvelles parts de marché. A la fois stratège et manager d’équipe, le directeur commercial élabore la politique commerciale de son entreprise en collaboration avec la direction générale. C’est à lui et son équipe que reviennent les fleurs en cas de réussite... et les blâmes lorsqu’une entreprise perd du chiffre d’affaires! La complexité de sa mission suppose de nombreuses compétences et qualités. De l’expérience aussi, puisque le directeur commercial, qui a en moyenne 41 ans, est dans l’entreprise depuis près de 11 ans. Il occupe son poste depuis 5,8 ans, plus longtemps qu’il y a quelques années. Serait-ce le signe d’un renversement de tendance,

les directeurs commerciaux deviendraientils moins volages? La pression du marché commence-t-elle à se relâcher? En tout cas, la légère baisse de leurs salaires, relevée déjà en 2005, se poursuit encore cette année. En moyenne, un directeur commercial gagne 466.211 DH bruts par an (contre 501.808 l’année dernière), mais des disparités sont observées d’un type d’entreprise à un autre. A l’évidence, c’est dans les grosses structures qu’il est le mieux rétribué. Dans les entreprises de plus de 500 personnes, il touche 668.877 DH bruts par an. Son salaire annuel brut caracole à 701.807 DH dans les entreprises de 700 millions de DH de chiffre d’affaires. Mais celles de 200 à 300 millions de DH de CA font encore mieux avec un salaire annuel brut de 780.000 DH. En revanche, les niveaux de salaires sont pratiquement les mêmes entre Casablanca-Rabat et le Nord. Plus des deux tiers des directeurs commerciaux (68%) ont un 13e mois. En revanche, peu d’entre eux ont des intéressements. Par contre, les primes semblent généralisées pour ce poste: 81% en sont gratifiés (primes de bilan: 20%, primes sur le bénéfice: 20%, sur le CA: 16%...). Les indemnités sont également généreuses: 7.180 DH pour le transport, 7.115 DH de représentation et 3.564 DH pour le logement. Les avantages en nature ne sont pas en reste. Près des deux tiers ont un portable (71%) avec un abonnement

Situez votre salaire

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel Moyenne: 466.211 Soit 38.850 DH par mois (68% ont un 13e mois)
Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 400 MDH Plus de 400 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : : : : : : 45.600 244.269 250.000 448.766 780.000 543.500 487.000 701.807,27

Rang hiérarchique DG = 1

Sexe
Homme Femme : : 77% 23%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : : 213.417 256.667 505.750 182.871 306.288 419.894 668.877

Age moyen
41 ans

Ancienneté dans l’entreprise
���������

Secteur
IMMEE Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire Textile-confection Commerce et services/ Distribution : Non significatif : 539.000 : 210.300 : Non significatif : 301.860

Ancienneté dans le poste
5,8 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : 540.047 : 564.270 : 113.518 : 329.628

Formation en %
Grandes écoles de commerce Grandes écoles d’ingénieurs Autres écoles d’ingénieurs Université bac+4 Université bac+5 et au-delà : : : : : 13 16 80

sans forfait dans 55% des cas. Et mobilité posent d’un véhicule de fonction: Nissan et prestige obligent, 39% des effectifs dis- pour 25% d’entre eux!

Responsable commercial grands comptes
Responsable commercial grands comptes
Situez votre salaire
Total brut annuel Moyenne: 279.706 DH Soit 23.308 DH par mois

treprise conduit à la création de ce poste qui n’existait pas dans notre enquête précédente. Le responsable commercial «grands comptes» gère une équipe spécialement dédiée aux plus grands clients de l’entreprise. Généralement, ces derniers ont droit à un traitement de faveur ou bien bénéficient de conventions spécifiques eu égard à la nature et la taille des opérations qu’ils réalisent notamment avec l’entreprise. Le responsable commercial dédié aux grands comptes est donc un métier nouveau. Ils ne sont pas plus de 13 dans notre échantillon. Les multinationales en emploient les deux tiers, mais sans pour autant avoir le monopole. Quatre personnes exercent cette spécialité au sein d’une société marocaine. Le salaire moyen de ce cadre ne dépasse pas 279.706 DH bruts annuellement, ce qui représente moins que la moyenne générale (328.253 DH). Un responsable commercial grands comptes opérant

LA spécialisation au sein de l’en-

L’homme qui traite les gros marchés
dans une grande entreprise (plus de 500 employés) est payé presque le double (311.228 DH) qu’un confrère travaillant dans une petite structure (170.675 DH). Le décalage se remarque également entre les multinationales où le salaire de ce cadre atteint une moyenne de 329.899 DH bruts par an et les entreprises nationales (166.772 DH). Ce cadre est âgé de 37 ans en moyenne, dont 12 ans au sein de l’entreprise et 6 ans à assumer la même responsabilité. Plus du tiers des responsables commerciaux grands comptes sont diplômés de l’université (39%), alors que seuls 15% sont issus d’une grande école de commerce. En dépit de la nouveauté du poste, ces cadres arrivent à tirer leur épingle du jeu pour ce qui est des primes et avantages. Ils sont 77% à toucher un 13e mois (la moyenne générale est de 69%), et 100% à être intéressés au chiffre d’affaires. Normal: ce responsable est avant tout un commercial qui touche des commissions sur le CA réalisé par l’entreprise.

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 500 MDH Plus de 500 à 700 MDH Plus de 700 MDH : : : : : : 181.350 240.392 173.000 Non significatif 311.228

Rang hiérarchique DG = 1

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : 320.899 : 166.772

Sexe
Homme Femme : : 62 % 38 %

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 300 301 à 500 + de 500 : : : : : 170.675 320.784 Non significatif 173.000 311.228

Age moyen
37 ans

Ancienneté dans l’entreprise
�������

Secteur
Hôtellerie/Tourisme Chimie-Parachimie Banque/Assurance BTP/Mines et Energie Commerce et services Global industrie : 160.000 : 173.000 : 180.675 : 291.480 : 320.784 : -

Ancienneté dans le poste
5 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : 300.289 : 173.000 : : 160.000

Formation en %
Grandes écoles de commerce Grandes écoles d’ingénieurs Autres écoles d’ingénieurs Université bac+4 Université bac+5 et au-delà : : : : : 15 8 31

Janvier 2007

24

SALAIRES 2007
les entreprises marocaines. Sur 1.328 cadres, ils sont six à porter le titre de directeur qualité et travaillent dans les grandes PME et les grandes entreprises. On les retrouve aussi bien dans les entreprises nationales que dans des multinationales. Ils sont tous de nationalité marocaine et sont concentrés à Casablanca et Rabat. Cette fonction stratégique existe dans les entreprises mais les personnes qui s’en chargent ne portent pas toujours le titre de directeur qualité. Ce poste est confié à des anciens de l’entreprise. Un directeur qualité compte à son actif 12 ans d’ancienneté dans l’entreprise dont 3 seulement à ce poste. Numéro deux de la hiérarchie, il est rattaché directement à la direction générale. Son travail consiste à définir, à organiser et à mettre en œuvre les différentes procédures garantissant la qualité des produits. Il participe à l’amélioration des procédés de fabrication, de l’organisation de la production et des équipements productifs. Il coordonne l’ensemble des actions qualité de l’entreprise. Dans notre enquête, les directeurs qualité sont majoritairement des hommes un peu plus âgés que la moyenne des cadres: 44 ans passés. Un directeur qualité gagne 521.509

Enquête L’Economiste-Sunergia
Directeur qualité
Situez votre salaire
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Directeur qualité, un poste nouveau
C’EST une fonction nouvelle dans
dirhams par an, ce qui donne sur 12 mois 43.459. Cela en fait un cadre bien payé. Cinq d’entre eux ont droit à des primes (primes de fin d’année, prime variable, prime de bilan et de performance) et un seul a une participation aux bénéfices. Le 13e mois est accordé à la moitié d’entre eux. L’assurance-vie et l’assurance-retraite ne sont pas non plus généralisés. Les avantages en nature sont similaires à ceux des autres cadres: téléphone portable (appareils achetés par l’entreprise), ordinateurs portables (pour 3 directeurs qualité), et voiture de fonction (attribuée à un seul directeur). Ces résultats sont à nuancer, puisque l’échantillon reste trop petit. Le directeur qualité est appelé à se déplacer fréquemment et à intervenir sur plusieurs sites. Son salaire englobe des indemnités fixes de représentation et de transport. La première est de 5.675 dirhams par mois, et la deuxième est de 7.695 dirhams par mois. Le niveau de ces indemnités est élevé par rapport à la moyenne accordée aux cadres (2.292 dirhams pour le transport et 3.505 dirhams pour la prime de représentation). Ces directeurs qualité sortent pour la moitié d’entre eux d’écoles marocaines, alors que le tiers est diplômé d’écoles françaises.❏
Chiffre d’affaires

Total brut annuel
Moyenne: 521.509 DH Soit 43.459 DH par mois

Moins de 100 MDH Plus de 100 à 400 MDH Plus de 400 à 700 MDH Plus de 700 MDHS

: non significatif 402.840 : 415.000 : 632.070 :

Rang hiérarchique DG = 1

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : :

Sexe
Homme Femme : : 83 % 17 %

543.469 499.548

Effectifs
Moins de 400 401 à 500 + de 500 : non significatif : 402.840 : 545.242

Age moyen
44 ans

Secteur
Ind. agroalimentaire : non significatif : non significatif Hôtellerie/Tourisme Banque/Assurance/Crédits : non significatif : Chimie-parachémie 410.947 : BTP/Mine et énergie/eau 631.822 Commerce et service/distribution: non significatif

Ancienneté dans l’entreprise
�������

Ancienneté dans le poste
3 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : :

Formation en %
545.542 402.840 Grandes écoles de commerce : Grandes écoles d’ingénieurs : Autres écoles d’ingénieurs : Université bac+4 : Université au-delà de bac+5 : 33 17 -

Responsable qualité
Egal à lui-même
L avait disparu du paysage de nos enquêtes, mais voilà qu’il refait surface: notre échantillon actuel compte 33 responsables qualité. Ces cadres sont divisés en équipes qui répondent ensuite à un directeur. Ceci explique leur rang hiérarchique éloigné de la direction générale, et aussi leur salaire moyen. Les responsables gagnent presque la moitié moins que leurs directeurs qualité, soit 23.060 DH par mois. Le directeur qualité veille à l’élaboration et à la mise en oeuvre d’un système de gestion de la qualité au sein de l’entreprise, tandis que la tâche des responsables est d’opérer un contrôle et de vérifier l’application du système. Si cette fonction était au départ réservée au domaine de l’industrie, elle semble depuis s’être largement étendue aux services. Ceci expliquerait la baisse de 15.000 DH qu’a connue le salaire annuel du responsable qualité, depuis les 5 dernières années. Auparavant, la majorité des responsables avait gradué d’une école d’ingénieurs. Aujourd’hui, ils possèdent plutôt un bac+5.

Responsabl qualité
Situez votre salaire
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel
Moyenne: 225.198 DH Soit 18.766 DH par mois

I

A 37 ans, les responsables qualité sont de jeunes cadres. Toutefois, ils ont déjà plus de 9 ans d’ancienneté dans leur entreprise. A en croire les statistiques, il faudrait d’abord connaître le produit sur le bout de ses doigts avant de pouvoir en assurer la qualité. Dans 36% des cas, ces cadres sont féminins. Il s’agit d’une augmentation de 26% par rapport à l’enquête de 2000. Les responsables qualité sont concentrés sur Rabat et Casablanca, mais un bon nombre est installé dans la région Nord du pays. Quelques-uns ont trouvé du travail au Sud, mais ils sont nettement désavantagés et gagnent presque 100.000 DH de moins par année que leurs confrères de la capitale économique. Les responsables qualité bénéficient d’une couverture sociale confortable : CNSS, caisse de retraite complémentaire et assurance vie pour presque chacun d’entre eux. Ils se situent légèrement au-dessus de la moyenne globale pour ce qui est des indemnités fixes de transport et de logement. L’employeur a attribué téléphone et ordinateur portables à la moitié d’entre eux seulement.❏

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 400 MDH Plus de 400 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : : : : : :
: :
128.635.50 225.643.00 143.138.00 226.704,00 non significatif 255.433,11
-

Rang hiérarchique DG = 1

Sexe
Homme Femme : : 64 % 36 %

Type d’entreprise
Multinationale Nationale

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : :
95.342 139.733 216.745 280.275 200.704 187.770 253.156 425.112 192.721 154.500 387.331 124.009

Age moyen
37 ans

Ancienneté dans l’entreprise
��������

Secteur
Banque/Assurance/Crédits Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire BTP/Mine et Energie Commerce et services : : : : :

Ancienneté dans le poste
5,2 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : :
240.371 221.902 135.025

Formation en %
Grandes écoles de commerce : Grandes écoles d’ingénieurs : Autres écoles d’ingénieurs : Université bac+4 : Université au-delà de bac+5 : 9 24 9 27

Janvier 2007

26

SALAIRES 2007

Enquête L’Economiste-Sunergia

production-exploitation ont gagné franchement moins d’argent qu’en 2004. Leur salaire mensuel moyen est passé de 20.552 à 18.029 DH. Se seraient-ils fait damer le pion par les directeurs de production, qui se sont multipliés depuis les deux dernières années? En 2004, nous n’avions recensé que 13 d’entre eux, alors que notre présent échantillon dénombre 47 individus. A moins qu’une grande partie des responsables aient été promus directeurs? Autre hypothèse: l’entrée significative des femmes dans ce poste, que l’on rémunérerait moins bien. Car le taux des responsables de production féminins a fait un bond de 10%! Il semble également avoir perdu quelques plumes au niveau de la hiérarchie. Aujourd’hui, il occupe plus souvent le quatrième rang au sein de son entreprise. Il s’agit d’un recul par rapport à 2004, alors qu’on le plaçait presque automatiquement en troisième position. Le niveau du salaire du responsable de production n’a cependant pas de secret: il est presque toujours proportionnel au nombre d’effectifs et au chiffre d’affaires de son entreprise. La seule exception vaut pour les entreprises possédant entre 201 et 300 employés, et dont le chiffre d’affaires se situe entre 100.000 et 200.000 DH. Il faut préciser que le plafond salarial

CETTE année, les responsables

Responsable production-exploitation
pour cette fonction n’a pas de quoi donner le vertige: tout en haut de l’échelle, on gagne 21.953 DH par mois, ce qui est nettement sous la moyenne globale des salaires des cadres, située à 27.354 DH. Pour ce qui est des indemnités fixes de transport et de logement, on le retrouve encore sous les moyennes globales. Seulement 42% y auraient droit. On attribuerait un ordinateur portable à un responsable de production sur deux. Mais 82% auraient droit à une assistance personnelle. S’ils contribuent presque tous à la CNSS et à une mutuelle, seulement 62% d’entre eux bénéficient des avantages de la caisse de retraite complémentaire. Ce pourcentage est très bas, quand on considère que la moyenne des cadres obtient là un score de 80,50%. Un fait à noter est qu’ils semblent se faire plus rares dans la région Nord du pays, comme en témoignent leurs salaires légèrement plus élevés que ceux de leurs collègues de Rabat et de Casablanca. Si, lors de la dernière enquête, les responsables production possédaient le plus souvent un diplôme d’ingénieur, c’est plutôt d’un bac+4 que la majorité actuelle aurait gradué. Se seraient-ils déqualifiés? Ce cadre est normalement en charge de la gestion de la fabrication dans une unité de production. Son défi est d’améliorer la productivité, en optimisant coûts, délais et qualité. �
Situez votre salaire
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel

Moyenne: 216.625 DH Soit 18.052 DH par mois

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH : 139.188.22 De 10 à 50 MDH : 157.333.65 Plus de 50 à 100 MDH : 168.000.00 Plus de 100 à 200 MDH : 224.179.00 Plus de 200 à 300 MDH : 196.401.58 Plus de 300 à 400 MDH : 260.904.00 Plus de 400 à 700 MDH : Non significatif Plus de 700 MDH : 263.444.98

Rang hiérarchique DG = 1
3,4

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : ND : ND

Homme Femme

: :

Sexe 78% 22%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : :
: : : : : :

138.341 214.876 122.476 311.075 220.221 184.228 275.068
Non significatif Non significatif Non significatif 156.752 245.814 223.675

Age moyen 41 ans

Ancienneté dans l’entreprise
13 ans

Secteur
Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire Textile-confection Hôtellerie/Tourisme Banque/Assurance/Crédits BTP/Mine/Energie/Eau

Ancienneté dans le poste
6,2 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : : 261.636 269.961 106.975 142.062

Grandes écoles de commerce : 4 Grandes écoles d’ingénieurs : 22 Autres écoles d’ingénieurs : Université bac+4 : 31 Université au-delà de bac+5 : 8

Formation en %

ALHEUREUSEMENT, il n’a pas obtenu la reconnaissance qu’on lui prédisait. Son salaire annuel moyen a connu une baisse de plus de 70.000 DH par rapport à 2005! Il se situe maintenant sous la moyenne globale des salaires des cadres, soit à 25.691 DH par mois contre 27.354 DH. Ce poste était apparu parmi les fonctions émergentes, lors de notre précédente enquête, en 2004. On envisageait un brillant avenir pour le responsable “business unit”, dont la mission est de maîtriser les coûts et d’optimiser le chiffre d’affaires. L’émergence de ce nouveau cadre témoignait des nouvelles méthodes de management, qui tendent à découper la production en entités plus autonomes. Mais, maintenant qu’on le retrouve aussi bien dans le secteur des services que dans l’activité industrielle, le responsable “business unit” aurait perdu de sa “rareté”, comme en témoigne la baisse significative de son salaire. Son rang hiérarchique dans l’organigramme a également reculé. On le retrouve dorénavant aussi souvent en troisième qu’en deuxième place, lui était pourtant attaché sans détour à la direction générale, deux ans plus tôt. Dans l’ensemble, les salaires des responsables “business unit” demeurent très dispersés, selon la taille de l’employeur. Les plus choyés proviennent de sociétés moyennes, c’est-à-dire

M

Responsable “business unit”
possédant entre 101 et 200 employés. Le constat est le même lorsque l’on s’attarde au chiffre d’affaires annuel. Entre 100.000 DH et 200.000 DH, le salaire mensuel grimpe jusqu’à 43.333 DH, soit le double de celui qui serait versé par une PME dont le chiffre d’affaires ne dépasserait pas les 50.000 DH. Quant aux entreprises où l’on atteint les 700.000 DH, le responsable “business unit” est considérablement moins bien rémunéré, ne recevant que 25.225 DH tous les mois. Puisque la qualité de leur travail, par définition, influe directement sur la performance globale de l’entreprise, on ne s’étonne pas du fait que 42% de ces cadres soient éligibles à des primes de rendement. Presque exclusivement de sexe masculin, ce responsable possède, la plupart du temps, un diplôme d’ingénieur. A 43 ans, il est légèrement plus âgé que la moyenne des cadres, mais occupe son poste depuis seulement 4 ans. Au total, il représente 3% de l’ensemble du personnel d’encadrement au Maroc. Les avantages en nature qui lui sont offerts ne sont pas légion. En effet, moins de la moitié de ces cadres se sont vu attribuer un ordinateur portable, et moins du tiers a eu droit à un téléphone portable. Si la très grande majorité des responsables “business unit” jouit d’une couverture médicale, seulement 65% d’entre eux bénéficient de la Caisse de retraite complémentaire.�
Situez votre salaire

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel
Moyenne: Soit:

308.303 DH 25.691 DH par mois

Chiffre d’affaires
Moins de 50 MDH : Plus de 50 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : :

255.000,00 520.000,00 295.286,50 376.500,00 302.711,31

Rang hiérarchique DG = 1

2,3

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 300 301 à 500 + de 500 : : : : :

Sexe
357.500,00 285.000,00 376.500,00 295.287,00 302.711,00
Homme Femme : : 95% 5%

Age moyen
43 ans

Secteur
Ind. agroalimentaire Commerce et services Banque/Assurance/Crédits BTP/Mine et énergie/Eau : : : :

102.000,00 335.893 361.392,00 511.526,00

Ancienneté dans l’entreprise
11,7 ans

Ancienneté dans le poste
Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : :

4,4 ans 352.519,00 338.986,00 195.686,00

Formation en %
Grandes écoles de commerce Grandes écoles d’ingénieurs Autres écoles d’ingénieurs Université bac+4 Université au-delà de Bac+5 : : : : : 11 24 5 16

Janvier 2007

Enquête L’Economiste-Sunergia

27

Directeur de production ou d’usine
EST une fonction que les femmes n’ont pas encore investi. La direction de la production ou d’une usine est l’exclusivité des hommes de préférence mûre, vu que la moyenne d’âge est de 45 ans. Le directeur de production ou d’usine justifie d’une expérience de 6,6 ans dans le poste et en plus d’autant d’années d’ancienneté dans l’entreprise. Son salaire varie en fonction de la taille de l’entreprise. Une exception au niveau des entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur à 50 millions de dirhams. Par rapport à cette tranche, le salaire annuel moyen dépasse un million de DH, creusant les écarts avec les autres tranches. C’est dû au niveau de la rémunération attribué à un directeur de production sur un échantillon de 47 (elle est de 2,24 millions de dirhams par an). Autrement dit, c’est une exception dont il ne faut tirer aucune tendance. Sans doute s’agit-il de ces cas où un investisseur a besoin pour un temps limité d’un cadre qui démarre l’activité et forme son ou ses remplaçants. La majorité de ces directeurs de production ou d’usine ont obtenu leurs diplômes au Maroc et 15% en France. Ce sont soit des ingénieurs, soit des bac+5. Numéro 3 dans l’entreprise, le directeur de production ou d’usine organise, suit

SALAIRES 2007
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Situez votre salaire
Total brut annuel Moyenne: 638.623 Soit 53.218,5 DH

C’

et optimise la fabrication en fonction des objectifs. Il anime et dirige des équipes d’ouvriers, de techniciens et de cadres. Il a généralement droit à une assistante personnelle. En moyenne, un directeur de production ou d’usine gagne 638.623 dirhams par an. Le 13e mois est accordé à 51% d’entre eux et 17% d’entre eux n’ont droit à aucune prime. La participation au bénéfice ne concerne que deux cadres seulement. Les directeurs de production ou d’usine ne bénéficient pas tous de la CIMR (81%) et seuls 34% d’entre eux ont une assurance retraite. L’assurance vie n’est pas non plus généralisée. Côté gratification et bonus, ils sont bien servis: ils ont droit à une prime sur le bénéfice (31%), une prime sur objectif (23%), une prime de rendement (13%), une prime de bilan (10%) et une prime selon la croissance du chiffre d’affaires (10%). Ils ont également droit à un téléphone portable (83%), un ordinateur, une voiture de fonction (49%) et au carburant (47%). En matière d’indemnités, ils sont audessus de la moyenne générale avec une indemnité de logement de 4.520 dirhams, une indemnité de transport de 4.770 DH et une indemnité de représentation de 5.026 dirhams. �

Chiffre d’affaires
Moins de 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 400 MDH Plus de 400 à 500 MDH Plus de 500 à 700 MDH Plus de 700 MDH : : : : : : : :
1.038.041,67 295.000,00 487.217,17 573.498,00 338.739,50 541.750,00 non significatif 701.989,58

Rang hiérarchique DG =
3

Sexe
Homme Femme : 100% :

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : :
702.752 597,324

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : :
350.000 825.231 460.718 544.370 680.548 420.060 693.633

Age moyen
45 ans

Ancienneté dans l’entreprise
13,2 ans

Secteur
Ind. agroalimentaire Hôtellerie/Tourisme Banques/Assurance/Crédits Ind. dans Chimie-Parachimie BTP/Mine et énergie/Eau Commerce et services/Distribution : : : : : :
582.745 441.674 679.824 813.194 662.269 467.998

Ancienneté dans le poste
6,6 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : :
690.825 675.691 285.826 473.391

Formation en %
Grandes écoles de commerce Grandes écoles d’ingénieurs Autres écoles d’ingénieurs Université bac+4 Université au-delà de bac+5 : : : : : 34 13 34

Tab Dir production/usine

1

16/12/06, 13:26

Janvier 2007

28

SALAIRES 2007
AU départ, cette fonction était ex-

Enquête L’Economiste-Sunergia

Exit la routine

Directeur-chef de projet
Situez votre salaire

Directeur / Chef de projet
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

clusivement réservée au secteur de l’informatique. Mais la gestion par projet a fait ses preuves et, depuis, s’est étendue aux domaines du marketing et de la communication. Le directeur de projet coordonne les travaux pour la réalisation d’un projet bien défini: un logiciel, une campagne publicitaire, etc. Son défi est d’obtenir un produit de qualité selon les meilleurs coûts et délais possibles. Le directeur de projet occupe, quant à lui, un rang hiérarchique moins élevé. Cela explique la forte disparité des salaires observée dans notre échantillon. Il ne faut pas oublier que la gestion de projet implique une action temporaire: elle a un début et une fin. Ces postes s’adressent donc à ceux qui ne privilégient pas «la routine», et qui apprécient le changement. Les directeurs et chefs de projet travaillent uniquement dans les régions de Casablanca et Rabat. Cette fonction attire les femmes en grand nombre: 41% de notre échantillon. Ce qui se comprend en voyant que les chefs et directeurs de projet se rencontrent dans les commerces et les services. Le bac + 4 est le diplôme le plus souvent obtenu, et les grandes écoles d’ingénieurs viennent en deuxiè-

me position. Dans notre échantillon, un individu sur deux était spécialisé en marketing et communication. Les entreprises nationales rémunèrent mieux que les multinationales: on note ici un écart de salaire de 50.000 DH par an. Il s’agit d’un revirement de situation par rapport à l’an 2000, où la situation était carrément l’inverse: un artefact statistique qui retrace la diminution du différentiel entre les deux types d’entreprises. Les directeurs et chefs de projet recensés évoluent dans leur entreprise depuis environ 11 ans, et occupent leur poste depuis 5 ans. Mais ces cadres sont tout de même assez jeunes: la plupart d’entre eux ont 39 ans. Ils bénéficient tous de la CNSS et à 96,30% sont couverts par une mutuelle. Le pourcentage descend à 77,78% pour la caisse de retraite complémentaire, et à 44,44% pour l’assurance vie. Il faut savoir que les directeurs et chefs de projet, vu la nature de leur fonction, peuvent être considérés comme des travailleurs «autonomes» ou «à contrat». Ils se situent dans la norme pour ce qui est des indemnités de transport et de logement, tout comme pour l’attribution de téléphone et d’ordinateur portables.

Total brut annuel Moyenne: 276.720 DH Soit 23.060 DH par mois
Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 400 MDH Plus de 400 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : : : : 202.376 416.833 262.598 Non significatif 257.403

Rang hiérarchique DG = 1

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : 242.321 : 291.204

Sexe
Homme Femme : : 59% 41%

Effectifs
- de 40 40 à 200 201 à 300 301 à 500 + de 500 : : : : : 207.539 416.833 312.696 166.236 253.228

Age moyen
39 ans

Ancienneté dans l’entreprise
�������

Secteur
Banque/Assurance/Crédits BTP/Mines et Energie/Eau Textile-confection Commerce et services/ Distribution : 229.311 : 252.611 : : -

Ancienneté dans le poste
5 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : 276.720 : : : -

Formation en %
Grandes écoles de commerce Grandes écoles d’ingénieurs Autres écoles d’ingénieurs Université bac+4 Université bac+5 et au-delà : : : : : 7 22 33 15

Directeur ou responsable R&D, une fonction qui peine à émerger
le fort de l’entreprise marocaine. La fonction est certes nouvelle. Mais elle semble avoir du mal à percer. Sur les plus de 1.300 postes enquêtés, à peine 18 portent le titre de directeur ou responsable R&D. Ils sont presque tous Marocains (89% contre 11% de Français) et travaillent essentiellement à Casablanca-Rabat (83%). Une légère proportion est employée dans le Nord (11%). Dans cette fonction, l’âge moyen, 41 ans, est dans la moyenne des cadres. Le directeur ou responsable R&D a passé en moyenne 9 ans dans l’entreprise et 6 ans dans le poste. Ce qui en fait des collaborateurs de confiance, dans un poste récent, probablement créé pour eux. Surprise. La R&D n’est pas l’apanage des hommes. De plus en plus de femmes sont tentées par ce métier: 17% contre 7% relevés par l’enquête de l’année dernière. Autre surprise: l’origine des diplômes qui est pour la plupart (83%) marocaine. Mieux, plus de la moitié d’entre eux sont des profils universitaires (39% bac+5 et 22% bac+4). Les lauréats des grandes écoles d’ingénieurs représentent aussi

LA R&D? Ce n’est pas encore

Directeur & responsable recherche et développement
Situez votre salaire

une bonne proportion (28%). Un directeur ou un responsable R&D gagne en moyenne 362.179 DH bruts par an, ce qui donne sur 12 mois 30.181 DH bruts. Soit légèrement en dessus de la moyenne des cadres qui se situe, elle, à 328.253 DH bruts par an. Le salaire lié à cette fonction varie peu selon la taille de l’entreprise ou sa localisation. L’écart est également minime entre entreprise nationale et multinationale. En revanche, des disparités sont notées en fonction du chiffre d’affaires. Le directeur ou responsable R&D empoche 417.527 DH bruts par an dans les entreprises de plus de 700 millions de DH de CA. Mais c’est dans les structures de 400 millions à 500 millions de DH de CA qu’il est mieux rémunéré. Sa rétribution y passe, en effet, presque du simple ou double avec 605.000 DH bruts par an. Côté indemnités, ils semblent mieux lotis que les autres cadres: 4.186 pour le logement, 2.378 pour le transport et 4.333 de représentation. Mais attention, l’échantillon étant petit, il ne faut pas trop s’avancer! Un peu plus des deux tiers d’entre eux ont un 13e mois. S’agissant des avantages en na-

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel Moyenne: 362.179 Soit 30181

DH par mois (67% ont un 13e mois)

Chiffre d’affaires
De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 400 MDH Plus de 400 à 700 MDH Plus de 700 MDH : : : : : : 230.500 320.000 331.500 282.500 605.000 417.527

Rang hiérarchique DG = 1

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : 328.503 : 384.333
Homme Femme : :

Sexe
83% 17%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : : 365.330 320.000 250.340 282.500 143.000 438.357

Age moyen
41 ans

Ancienneté dans l’entreprise
������

Secteur
Chimie-parachimie Banque/Assurance/Crédits BTP/Mines et énergie/Eau Ind. agroalimentaire Commerce et services/ Distribution : : : : 374.000 460.000 330.948 Non significatif

Ancienneté dans le poste
6 ans

: 265.330

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : 368.413 : 371.340 : : 250.340

Formation en %
Grandes écoles de commerce Grandes écoles d’ingénieurs Autres écoles d’ingénieurs Université bac+4 Université bac+5 et au-delà : 6 : 28 : : 22 : 39

ture, l’attribution d’ordinateur et du tre d’entre eux ont même une assistante téléphone portables concernent plus personnelle. En revanche, seuls deux des deux tiers de l’échantillon. Qua- ont une voiture de fonction.

Janvier 2007

30

SALAIRES 2007
C’

Enquête L’Economiste-Sunergia

Directeur système d’information
d’ingénieurs et cinq sont diplômés en informatique et réseaux télécom (université). Côté gratifications, une petite majorité des directeurs système d’information a droit à un 13e mois (57%). La participation aux bénéfices n’est pas monnaie courante dans les entreprises. En tout cas, à un tel poste une seule personne a cet avantage. Les directeurs système d’information ont droit aux avantages sociaux classiques: CNSS, mutuelle et CIMR. De plus, 78% d’entre eux jouissent d’une assurance-vie et 57% d’une assurance-retraite. Côté primes et bonus, les directeurs système d’information sont bien servis : primes sur objectif (31%), prime sur le bénéfice (23%) et prime de performance (15%). Une indemnité de transport (5.548 dirhams par mois) et de représentation (6.022 dirhams) leur est également accordée. De plus, 43% d’entre eux bénéficient d’une indemnité de logement de 3.238 dirhams en moyenne. Ils ont également droit à des avantages en nature : téléphone portable (93%), ordinateur (93%), voiture de fonction (36%) et carburant (29%). 

EST une fonction qui a pris du galon. Dans notre échantillon, ils sont 14 à l’exercer. Leur rémunération dépasse largement la moyenne accordée aux cadres. Le salaire d’un directeur système d’information a doublé par rapport à 2005. Il gagne 631.332 dirhams par an contre 303.246 en 2005. La distinction entre un directeur et un responsable système d’information se fait de plus en plus. Au rang hiérarchique 3, il chapeaute le service informatique. Cette fonction émerge aussi bien dans les multinationales que dans les entreprises nationales, et les écarts de salaire n’y sont pas importants. Les hommes sont nombreux à l’occuper. Le directeur du système d’information adapte les systèmes d’information à la stratégie de l’entreprise. Il élabore le plan informatique et supervise sa mise en œuvre. Il assure aussi la protection des systèmes, la sécurité des équipements, des données et des traitements. En un mot, c’est un poste stratégique de l’entreprise. Agé en moyenne de 42 ans, le directeur système d’information est un ancien de l’entreprise. Il a à son actif 13 années d’ancienneté dont 5 à ce poste. Sur les 14 directeurs système d’information, quatre sont diplômés d’écoles

I vous êtes une femme, vous vous feriez remarquer en occupant cette fonction, extrêmement masculine. Les responsables logistiques hommes sont les plus nombreux avec 88% de l’échantillon. Ce cadre trouve son bonheur dans les grandes structures. Plus le chiffre d’affaires est élevé, plus son salaire grimpe. Quoi de plus normal: plus gros enjeux, plus gros salaire! D’autant plus que l’activité de «monsieur économie et bonnes affaires» est décisive pour le montant du CA. La force d’un responsable logistique réside surtout dans sa connaissance des rouages de la boîte. Sa formation n’est, en général, pas très pointue: pas étonnant, car c’est une spécialité toute nouvelle qui commence tout juste à s’enseigner. Donc il apprend sur le tas. Près de 40% de l’échantillon a une formation en dessous de bac+3, 26% ont un bac +4 et seulement 12% sont diplômés d’écoles d’ingénieurs. Il n’est pas étonnant que le secteur manque de profils sur mesure puisque les formations spécialisées manquent au Maroc. Or les responsables logistiques sont en majorité formés dans le pays (74%). Les entreprises favorisent l’expérience. Le poste n’est confié qu’aux fidèles qui ont prouvé leur attachement à la boîte et qui justifient de beaucoup d’ancienneté, une quinzaine d’année en moyenne. L’ancienneté au sein du poste lui-même est, pour sa part, réduite à une moyenne de 5 ans, ce

S

Responsable logistique
qui signifie que peu de cadres ont directement intégré le poste. Cela s’explique, du reste, par la nouveauté de cette fonction qui a quand même fait une entrée en force et connu un développement rapide. Aujourd’hui, le responsable logistique occupe le 3e rang dans la hiérarchie. C’est un poste important. De plus, il y a une légère amélioration par rapport à l’année dernière; sa place dans le classement oscillait alors entre la 3e et 4e position. Ce n’est pas pour autant qu’il bénéficie d’assistante personnelle, 76% s’en passent. Les salaires ont également connu une amélioration en passant d’une moyenne annuelle brute de 267.000 DH à 300.000 DH. Ce cadre peut gonfler sa paie en travaillant mieux. Les salaires comptent les primes. Or celles-ci dépendent à 35% du bénéfice réalisé et à 27% des objectifs atteints. Plus stable, le 13e mois reste, quant à lui, acquis pour 76% des enquêtés. Les avantages sociaux le sont également puisque la totalité de l’échantillon est inscrite à la CNSS, 97% adhèrent à une mutuelle et 82% à la CIMR. En tout cas, c’est une fonction qui devient presque indispensable dans l’entreprise marocaine. Des responsables logistiques, on en trouve dans les boîtes de toutes les tailles et dans toutes les régions du Maroc, contrairement à certains postes qui restent concentrés dans l’axe CasaRabat. 
Situez votre salaire

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel
Moyenne: 300.776 DH Soit 25.064 DH par mois

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 300 MDH Plus de 300 à 600 MDH Plus de 600 : : : : :

150.000 156.509 139.500 267.321 251.000 379.414

Rang hiérarchique DG = 1
3

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : :

280.375 158.520 287.754 502.464 99.973 148.439 370.333

Homme Femme

: :

Sexe

88 % 12 %

Age moyen
43 ans

Secteur
Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire : Commerce et services Global industrie Hôtellerie/tourisme Banque/Crédit/Asurance BTP/Mine et énergie/Eau : : : : : :

Ancienneté dans l’entreprise
14,4 ans
178.600 185.058 257.821 295.118 204.000 482.291 477.341

Ancienneté dans le poste
4,9 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : :

Formation en %
388.309 263.318 39.000 225.337
Grandes écoles de commerce : Grandes écoles d’ingénieurs : Autres écoles d’ingénieurs : Université bac+4 : Université au-delà de bac+5 : 15 12 26 9

Janvier 2007

32

SALAIRES 2007
OILÀ une fonction stratégique dont les entreprises ne peuvent plus se passer. Dans un environnement de plus en plus concurrentiel, les services d’un bon acheteur ne sont plus un luxe. Ce qui explique, sans doute, que les acheteurs se retrouvent au 3e rang dans la hiérarchie. Mais, curieusement, les niveaux de salaires pour le responsable (contrairement à ce qu’a le directeur pour le même poste) ne suivent pas. Au contraire, ils ont même légèrement reculé en deux ans. En 2005, un acheteur touchait en moyenne 257.000 DH bruts par an. Aujourd’hui, son salaire annuel moyen est tombé à 224.661 DH bruts, bien en deçà de la moyenne générale des cadres: Le poste se féminise et se rajeunit. Pourtant, les spécialistes sont rares sur le marché. Ceux-ci viennent essentiellement de la structure interne de l’entreprise. L’enquête révèle que les responsables achats et approvisionnement ont en moyenne 11,7 ans d’ancienneté dans l’entreprise (proche de la moyenne générale) et 7,3 ans à ce poste. Ils sont donc un peu plus anciens à un tel poste que la moyenne

Enquête L’Economiste-Sunergia

Responsable achats et approvisionnement
V
Responsable des achats & approvisionnement
Situez votre salaire

des cadres. Ce qui explique l’âge moyen, qui est de 42 ans, un an de plus que la moyenne des cadres. Les salaires varient peu selon les types d’entreprises ou leur localisation. Côté formation, les bac+4 sont les cursus les plus fréquents. Ils sont suivis des bac+5 et des ingénieurs. Surprise pour ce poste: de plus en plus de femmes sont séduites par le métier d’acheteur. Elles sont plus du tiers (37%) à investir le secteur de la logistique d’achat, qui était strictement masculine il y a quelques années. En matière de couverture sociale, les acheteurs sont mieux lotis que la moyenne des cadres. La CNSS est généralisée, 97% ont une assurance maladie et 88% d’entre eux ont la CIMR. Pratiquement, deux tiers d’entre eux ont un 13e mois (66%). Et 89% sont gratifiés de primes diverses (sur objectif, sur bénéfice, de rendement…) En revanche, les indemnités fixes sont en deçà de la moyenne générale des cadres: 1.738 DH de logement, 1.462 DH de transport et 1.358 DH de représentation.

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel Moyenne: 224.661 Soit 18.721 DH par mois (66% ont un 13e mois)
Chiffre d’affaires
Moins de 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 700 MDH Plus de 700 MDH : : : : : : 107.000 280.000 221.168 182.500 255.000 266.919

Rang hiérarchique DG = 1

Sexe
Homme Femme : : 63% 37%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : : 117.026 150.736 181.907 234.319 166.500 165.120 270.703

Age moyen
42 ans

Ancienneté dans l’entreprise
���������

Secteur
Hôtellerie/Tourisme Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire Banque/Assurance/Crédits BTP/Mine et énergie/Eau Commerce et services/ Distribution : 69.482 : 204.700 : 198.118 : 327.046 : 274.466 : 198.513

Ancienneté dans le poste
7,3 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : 249.888 : 256.471 : 40.207 : 108.653

Formation en %
Grandes écoles de commerce : 9 Grandes écoles d’ingénieurs : 11 Université bac+4 : 17 Université bac+5 : 11

Responsable juridique: Le petit trésor caché
sans contrats. Et c’est le responsable juridique qui négocie ces derniers au profit de sa société. Il s’agit, de ce fait, d’un poste très important. Pourtant, seuls 24 personnes dont 71% d’hommes occupent ce poste parmi les 1.328 cadres sondés. Ce qui représente néanmoins une forte moyenne (62%) par rapport à 2005. Le responsable juridique touche en moyenne 357.607 dirhams par an, soit un peu plus que la moyenne générale (328.253 dirhams). Les salaires pour ce poste varient en fonction de la taille de l’entreprise et de sa localisation. Un responsable juridique basé dans la métropole touche trois fois plus qu’un autre, basé dans le Sud. En revanche, il n’existe pas une grande différence entre ceux qui travaillent dans les multinationales (407.991) et ceux travaillant pour le compte des sociétés nationales (314.975 dirhams). Le responsable juridique occupe le quatrième rang après le DG. Il lui faut 15 ans d’expérience au sein de l’entreprise, mais seulement 6 ans à ce poste. Il connaît donc toutes les

L’ENTREPRISE ne peut exister

entrailles de la maison. Tous ces éléments (âge, salaire, avantages…) donnent à penser que les entreprises hésitent à recruter un juriste, puis lorsqu’elles l’ont, elles ne peuvent plus s’en passer et font tout pour le garder. Ce cadre a en moyenne 49 ans. Autant dire qu’il est un peu plus âgé que lors de notre dernière enquête (45 ans). Les responsables juridiques sont tous affiliés à la CNSS, de même qu’à la CIMR. Un grand pourcentage a droit à la mutuelle (95,8%). Les trois quarts de l’échantillon ont droit à une prime de 13e mois. Ils dépassent ainsi la moyenne générale qui se situe à 69%. Moins des deux tiers (58%) ont droit à un téléphone portable et à un ordinateur. La voiture de fonction est un véritable luxe pour ce poste, puisque seul 15% déclarent en avoir une. En revanche, la majeure partie entre eux ont droit à une prime de transport. La moyenne est de 3.570 dirhams mensuellement. Les primes d’intéressement ne sont pas très répandues non plus: car 96% de l’échantillon n’y ont pas droit.❏

Situez votre salaire
Total brut annuel Moyenne: 357.607 DH Soit 29.800 DH par mois

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Chiffre d’affaires
Moins de 100 MDH Plus de 100 à 300 MDH Plus de 300 à 400 MDH Plus de 400 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : : : 340.000 233.000 670.000 349.979

Rang hiérarchique DG = 1
4

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : 407.991 : 314.975

Sexe
Homme Femme : : 71% 29%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 500 + de 500 : : : : : 340.000 Non significatif 233.000 379.874 364.485

Age moyen
49 ans

Ancienneté dans l’entreprise
15 ans

Secteur
Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire Commerce et services Hôtellerie/Tourisme Banque/Assurance BTP/Mine/Energie : : : : : : 670.000 491.160 233.000 321.060 411.526

Ancienneté dans le poste
6 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : 369.893 : 344.930 : : 100.000

Formation en %
Grandes écoles de commerce Grandes écoles d’ingénieurs Autres écoles d’ingénieurs Université bac+4 Université au-delà de bac+5 : : : : : 4 33 17

Janvier 2007

34

Enquête L’Economiste-Sunergia
Responsable recouvrement
Situez votre salaire
Total brut annuel Moyenne: 173.873 Soit 14.489 DH par mois

SALAIRES 2007 Responsable du recouvrement
ECOUVRER ses créances est devenu si difficile que les entreprises en ont fait un poste spécifique! Ce dernier se fraye doucement mais sûrement un chemin dans les entreprises, puisque nos enquêteurs ont dénombré 14 responsables recouvrement sur les 1.328 cadres de l’échantillon. Les deux tiers de ces «recouvreurs» sont localisés à Casablanca. Normal, si l’on sait que la majorité des grandes entreprises ont leur siége dans la métropole et que les responsables recouvrement ont généralement leur poste au siège. Leur âge moyen est de 39 ans, ce qui est un peu plus jeune que la moyenne générale (41 ans). Mais ce poste nécessite manifestement beaucoup d’expérience, puisque l’ancienneté moyenne est de 12 ans au sein de l’entreprise et 6 ans dans le poste. Le responsable du recouvrement touche un salaire brut moyen de 173.873 DH annuellement. Il existe chez ces cadres une dispersion des salaires assez importante. Selon le chiffre d’affaires ou l’effectif de l’entreprise, le salaire de ce responsable peut varier du simple au double. Les mieux payés sont ceux qui

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Chiffre d’affaires
De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 400 MDH Plus de 400 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : : :

R

travaillent dans de grandes entreprises (plus de 700 millions de dirhams de chiffre d’affaires) et à Casablanca. Toujours est-il qu’un responsable du recouvrement ne remplace pas le responsable juridique. Même s’ils occupent le même rang hiérarchique (4e rang), ces deux cadres n’ont pas du tout la même moyenne de salaire. Le second touche en moyenne près de trois fois plus que le premier. Les responsables du recouvrement sont à 21% issus des grandes écoles de commerces. Les bac + 5 représentent 14% de notre échantillon, et les bac + 4 ne sont que 7%. Au chapitre des avantages, 70% de ces cadres disposent d’une assistante personnelle (la moyenne générale est de 26%), et 43% déclarent avoir droit à un ordinateur. En revanche, seuls 23% ont droit à une voiture de fonction. Ce qui peut paraître étonnant, eu égard aux déplacements que doivent faire ces responsables pour recouvrer les impayés de l’entreprise. Les responsables recouvrement sont très bien couverts socialement, puisque la totalité de l’échantillon est affiliée à la CNSS et dispose d’une mutuelle. ❏

110.092 68.202 120.000 95.450 256.283

Rang hiérarchique DG =
4

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : :

Sexe
245.050 162.010

Homme Femme

: :

86% 14%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : :

118.448 85.000 104.725 72.000 350.100 248.777

Age moyen
39 ans

Ancienneté dans l’entreprise
12 ans

Secteur
Ind. agroalimentaire Commerce et Service Hôtellerie/Tourisme Banques/Assurance : : : :

94.000 106.848 93.000 345.907

Ancienneté dans le poste
6 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Sud : :

Formation en %
203.803 120.000
Grandes écoles de commerce : 21 Grandes écoles d’ingénieurs : Autres écoles d’ingénieurs : Université bac+4 : 7 Université au-delà de bac+5 : 14

Situez votre salaire

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Responsable trésorerie
beaucoup de terrain au fil des ans. En 2005, nos enquêteurs avaient trouvé 10 responsables de trésorerie. Cette année, ils ne sont pas plus nombreux dans l’échantillon. Leur salaire moyen ne change pas énormément non plus. Ils touchaient 214.347 DH par an en 2004-2005 contre 232.758 DH maintenant. Les responsables de trésorerie sont âgés de 37 ans, soit 4 ans de moins que la moyenne générale de tous les cadres de l’échantillon (41 ans). Ils ont 9 ans d’ancienneté au sein de l’entreprise, dont 4 au même poste. Ils sont 30% à être diplômés d’une grande école de commerce et 50% à avoir un bac + 5. Lorsqu’on est responsable de trésorerie, il vaut mieux être basé dans l’axe Casablanca-Rabat ou dans le Nord, où le salaire moyen est de 269.341 DH. Dans le Sud, la moyenne ne dépasse pas les 91.000 DH annuellement, ce qui veut dire que le contenu du poste est différent. Les multinationales rémunèrent légèrement mieux pour

Total brut annuel Moyenne: 232.758 Soit: 19.396 DH1 par mois Tab Resp. recouvrement

16/12/06, 13:31

CETTE spécialité ne gagne pas

Chiffre d’affaires

cette spécialité (266.366 DH annuellement) que les sociétés nationales (218.355 DH). S’ils sont moins bien payés que la moyenne générale, les responsables de trésorerie assurent l’essentiel pour ce qui est des avantages sociaux. Ils sont tous affiliés à la CNSS (le minimum légal) et bénéficient presque tous (90%) de la CIMR et de la couverture médicale. Côté primes et avantages en nature, la spécialité ne se démarque pas trop de la moyenne générale. Ainsi, un peu plus des deux tiers (70%) ont droit au 13e mois et à un ordinateur. Seuls 40% ont droit à un téléphone portable. Le responsable trésorerie n’a généralement pas besoin de sortir de son bureau, ce qui explique que seulement 10% de l’échantillon ont droit à une voiture de service. Ces cadres négocient manifestement assez bien leurs indemnités fixes, puisque plus des deux tiers bénéficient d’un remboursement pour le transport et un peu plus du tiers ont droit à une indemnité de logement (40%).❏

Moins de 50 MDH Plus de 50 à 500 MDH Plus de 700 MDHS

: : :

88.772 190.050 294.990

Rang hiérarchique DG =

3/4
Sexe
Homme Femme : : 50% 50%

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : :

266.366 218.355

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 500 + de 500 : : : : : :

80.000 300.100 102.000 405.074 272.272 223.966

Age moyen
37 ans

Ancienneté dans l’entreprise
9 ans

Secteur
Ind. agroalimentaire Hôtellerie/Tourisme Banque/Assurance/Crédit BTP/Mine et énergie Commerce et service : : : : :

195.900 91.000 316.530 232.322 300.100

Ancienneté dans le poste
4 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Sud : : :

269.341 260.197 91.000

Formation en %
Grandes écoles de commerce : 30 Université bac+4 : 10 Université au-delà de Bac+5 : 50

Janvier 2007

SA 34 Resp. Recouv.

1

16/12/06, 13:49

24

SALAIRES 2007
les entreprises marocaines. Sur 1.328 cadres, ils sont six à porter le titre de directeur qualité et travaillent dans les grandes PME et les grandes entreprises. On les retrouve aussi bien dans les entreprises nationales que dans des multinationales. Ils sont tous de nationalité marocaine et sont concentrés à Casablanca et Rabat. Cette fonction stratégique existe dans les entreprises mais les personnes qui s’en chargent ne portent pas toujours le titre de directeur qualité. Ce poste est confié à des anciens de l’entreprise. Un directeur qualité compte à son actif 12 ans d’ancienneté dans l’entreprise dont 3 seulement à ce poste. Numéro deux de la hiérarchie, il est rattaché directement à la direction générale. Son travail consiste à définir, à organiser et à mettre en œuvre les différentes procédures garantissant la qualité des produits. Il participe à l’amélioration des procédés de fabrication, de l’organisation de la production et des équipements productifs. Il coordonne l’ensemble des actions qualité de l’entreprise. Dans notre enquête, les directeurs qualité sont majoritairement des hommes un peu plus âgés que la moyenne des cadres: 44 ans passés. Un directeur qualité gagne 521.509

Enquête L’Economiste-Sunergia
Directeur qualité
Situez votre salaire
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Directeur qualité, un poste nouveau
C’EST une fonction nouvelle dans
dirhams par an, ce qui donne sur 12 mois 43.459. Cela en fait un cadre bien payé. Cinq d’entre eux ont droit à des primes (primes de fin d’année, prime variable, prime de bilan et de performance) et un seul a une participation aux bénéfices. Le 13e mois est accordé à la moitié d’entre eux. L’assurance-vie et l’assurance-retraite ne sont pas non plus généralisés. Les avantages en nature sont similaires à ceux des autres cadres: téléphone portable (appareils achetés par l’entreprise), ordinateurs portables (pour 3 directeurs qualité), et voiture de fonction (attribuée à un seul directeur). Ces résultats sont à nuancer, puisque l’échantillon reste trop petit. Le directeur qualité est appelé à se déplacer fréquemment et à intervenir sur plusieurs sites. Son salaire englobe des indemnités fixes de représentation et de transport. La première est de 5.675 dirhams par mois, et la deuxième est de 7.695 dirhams par mois. Le niveau de ces indemnités est élevé par rapport à la moyenne accordée aux cadres (2.292 dirhams pour le transport et 3.505 dirhams pour la prime de représentation). Ces directeurs qualité sortent pour la moitié d’entre eux d’écoles marocaines, alors que le tiers est diplômé d’écoles françaises.❏
Chiffre d’affaires

Total brut annuel
Moyenne: 521.509 DH Soit 43.459 DH par mois

Moins de 100 MDH Plus de 100 à 400 MDH Plus de 400 à 700 MDH Plus de 700 MDHS

: non significatif 402.840 : 415.000 : 632.070 :

Rang hiérarchique DG = 1

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : :

Sexe
Homme Femme : : 83 % 17 %

543.469 499.548

Effectifs
Moins de 400 401 à 500 + de 500 : non significatif : 402.840 : 545.242

Age moyen
44 ans

Secteur
Ind. agroalimentaire : non significatif : non significatif Hôtellerie/Tourisme Banque/Assurance/Crédits : non significatif : Chimie-parachémie 410.947 : BTP/Mine et énergie/eau 631.822 Commerce et service/distribution: non significatif

Ancienneté dans l’entreprise
�������

Ancienneté dans le poste
3 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : :

Formation en %
545.542 402.840 Grandes écoles de commerce : Grandes écoles d’ingénieurs : Autres écoles d’ingénieurs : Université bac+4 : Université au-delà de bac+5 : 33 17 -

Responsable qualité
Egal à lui-même
L avait disparu du paysage de nos enquêtes, mais voilà qu’il refait surface: notre échantillon actuel compte 33 responsables qualité. Ces cadres sont divisés en équipes qui répondent ensuite à un directeur. Ceci explique leur rang hiérarchique éloigné de la direction générale, et aussi leur salaire moyen. Les responsables gagnent presque la moitié moins que leurs directeurs qualité, soit 23.060 DH par mois. Le directeur qualité veille à l’élaboration et à la mise en oeuvre d’un système de gestion de la qualité au sein de l’entreprise, tandis que la tâche des responsables est d’opérer un contrôle et de vérifier l’application du système. Si cette fonction était au départ réservée au domaine de l’industrie, elle semble depuis s’être largement étendue aux services. Ceci expliquerait la baisse de 15.000 DH qu’a connue le salaire annuel du responsable qualité, depuis les 5 dernières années. Auparavant, la majorité des responsables avait gradué d’une école d’ingénieurs. Aujourd’hui, ils possèdent plutôt un bac+5.

Responsabl qualité
Situez votre salaire
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel
Moyenne: 225.198 DH Soit 18.766 DH par mois

I

A 37 ans, les responsables qualité sont de jeunes cadres. Toutefois, ils ont déjà plus de 9 ans d’ancienneté dans leur entreprise. A en croire les statistiques, il faudrait d’abord connaître le produit sur le bout de ses doigts avant de pouvoir en assurer la qualité. Dans 36% des cas, ces cadres sont féminins. Il s’agit d’une augmentation de 26% par rapport à l’enquête de 2000. Les responsables qualité sont concentrés sur Rabat et Casablanca, mais un bon nombre est installé dans la région Nord du pays. Quelques-uns ont trouvé du travail au Sud, mais ils sont nettement désavantagés et gagnent presque 100.000 DH de moins par année que leurs confrères de la capitale économique. Les responsables qualité bénéficient d’une couverture sociale confortable : CNSS, caisse de retraite complémentaire et assurance vie pour presque chacun d’entre eux. Ils se situent légèrement au-dessus de la moyenne globale pour ce qui est des indemnités fixes de transport et de logement. L’employeur a attribué téléphone et ordinateur portables à la moitié d’entre eux seulement.❏

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 400 MDH Plus de 400 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : : : : : :
: :
128.635.50 225.643.00 143.138.00 226.704,00 non significatif 255.433,11
-

Rang hiérarchique DG = 1

Sexe
Homme Femme : : 64 % 36 %

Type d’entreprise
Multinationale Nationale

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : :
95.342 139.733 216.745 280.275 200.704 187.770 253.156 425.112 192.721 154.500 387.331 124.009

Age moyen
37 ans

Ancienneté dans l’entreprise
��������

Secteur
Banque/Assurance/Crédits Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire BTP/Mine et Energie Commerce et services : : : : :

Ancienneté dans le poste
5,2 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : :
240.371 221.902 135.025

Formation en %
Grandes écoles de commerce : Grandes écoles d’ingénieurs : Autres écoles d’ingénieurs : Université bac+4 : Université au-delà de bac+5 : 9 24 9 27

Janvier 2007

34

Enquête L’Economiste-Sunergia
Responsable recouvrement
Situez votre salaire
Total brut annuel Moyenne: 173.873 Soit 14.489 DH par mois

SALAIRES 2007 Responsable du recouvrement
ECOUVRER ses créances est devenu si difficile que les entreprises en ont fait un poste spécifique! Ce dernier se fraye doucement mais sûrement un chemin dans les entreprises, puisque nos enquêteurs ont dénombré 14 responsables recouvrement sur les 1.328 cadres de l’échantillon. Les deux tiers de ces «recouvreurs» sont localisés à Casablanca. Normal, si l’on sait que la majorité des grandes entreprises ont leur siége dans la métropole et que les responsables recouvrement ont généralement leur poste au siège. Leur âge moyen est de 39 ans, ce qui est un peu plus jeune que la moyenne générale (41 ans). Mais ce poste nécessite manifestement beaucoup d’expérience, puisque l’ancienneté moyenne est de 12 ans au sein de l’entreprise et 6 ans dans le poste. Le responsable du recouvrement touche un salaire brut moyen de 173.873 DH annuellement. Il existe chez ces cadres une dispersion des salaires assez importante. Selon le chiffre d’affaires ou l’effectif de l’entreprise, le salaire de ce responsable peut varier du simple au double. Les mieux payés sont ceux qui

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Chiffre d’affaires
De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 400 MDH Plus de 400 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : : :

R

travaillent dans de grandes entreprises (plus de 700 millions de dirhams de chiffre d’affaires) et à Casablanca. Toujours est-il qu’un responsable du recouvrement ne remplace pas le responsable juridique. Même s’ils occupent le même rang hiérarchique (4e rang), ces deux cadres n’ont pas du tout la même moyenne de salaire. Le second touche en moyenne près de trois fois plus que le premier. Les responsables du recouvrement sont à 21% issus des grandes écoles de commerces. Les bac + 5 représentent 14% de notre échantillon, et les bac + 4 ne sont que 7%. Au chapitre des avantages, 70% de ces cadres disposent d’une assistante personnelle (la moyenne générale est de 26%), et 43% déclarent avoir droit à un ordinateur. En revanche, seuls 23% ont droit à une voiture de fonction. Ce qui peut paraître étonnant, eu égard aux déplacements que doivent faire ces responsables pour recouvrer les impayés de l’entreprise. Les responsables recouvrement sont très bien couverts socialement, puisque la totalité de l’échantillon est affiliée à la CNSS et dispose d’une mutuelle. ❏

110.092 68.202 120.000 95.450 256.283

Rang hiérarchique DG =
4

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : :

Sexe
245.050 162.010

Homme Femme

: :

86% 14%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : :

118.448 85.000 104.725 72.000 350.100 248.777

Age moyen
39 ans

Ancienneté dans l’entreprise
12 ans

Secteur
Ind. agroalimentaire Commerce et Service Hôtellerie/Tourisme Banques/Assurance : : : :

94.000 106.848 93.000 345.907

Ancienneté dans le poste
6 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Sud : :

Formation en %
203.803 120.000
Grandes écoles de commerce : 21 Grandes écoles d’ingénieurs : Autres écoles d’ingénieurs : Université bac+4 : 7 Université au-delà de bac+5 : 14

Situez votre salaire

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Responsable trésorerie
beaucoup de terrain au fil des ans. En 2005, nos enquêteurs avaient trouvé 10 responsables de trésorerie. Cette année, ils ne sont pas plus nombreux dans l’échantillon. Leur salaire moyen ne change pas énormément non plus. Ils touchaient 214.347 DH par an en 2004-2005 contre 232.758 DH maintenant. Les responsables de trésorerie sont âgés de 37 ans, soit 4 ans de moins que la moyenne générale de tous les cadres de l’échantillon (41 ans). Ils ont 9 ans d’ancienneté au sein de l’entreprise, dont 4 au même poste. Ils sont 30% à être diplômés d’une grande école de commerce et 50% à avoir un bac + 5. Lorsqu’on est responsable de trésorerie, il vaut mieux être basé dans l’axe Casablanca-Rabat ou dans le Nord, où le salaire moyen est de 269.341 DH. Dans le Sud, la moyenne ne dépasse pas les 91.000 DH annuellement, ce qui veut dire que le contenu du poste est différent. Les multinationales rémunèrent légèrement mieux pour

Total brut annuel Moyenne: 232.758 Soit: 19.396 DH1 par mois Tab Resp. recouvrement

16/12/06, 13:31

CETTE spécialité ne gagne pas

Chiffre d’affaires

cette spécialité (266.366 DH annuellement) que les sociétés nationales (218.355 DH). S’ils sont moins bien payés que la moyenne générale, les responsables de trésorerie assurent l’essentiel pour ce qui est des avantages sociaux. Ils sont tous affiliés à la CNSS (le minimum légal) et bénéficient presque tous (90%) de la CIMR et de la couverture médicale. Côté primes et avantages en nature, la spécialité ne se démarque pas trop de la moyenne générale. Ainsi, un peu plus des deux tiers (70%) ont droit au 13e mois et à un ordinateur. Seuls 40% ont droit à un téléphone portable. Le responsable trésorerie n’a généralement pas besoin de sortir de son bureau, ce qui explique que seulement 10% de l’échantillon ont droit à une voiture de service. Ces cadres négocient manifestement assez bien leurs indemnités fixes, puisque plus des deux tiers bénéficient d’un remboursement pour le transport et un peu plus du tiers ont droit à une indemnité de logement (40%).❏

Moins de 50 MDH Plus de 50 à 500 MDH Plus de 700 MDHS

: : :

88.772 190.050 294.990

Rang hiérarchique DG =

3/4
Sexe
Homme Femme : : 50% 50%

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : :

266.366 218.355

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 500 + de 500 : : : : : :

80.000 300.100 102.000 405.074 272.272 223.966

Age moyen
37 ans

Ancienneté dans l’entreprise
9 ans

Secteur
Ind. agroalimentaire Hôtellerie/Tourisme Banque/Assurance/Crédit BTP/Mine et énergie Commerce et service : : : : :

195.900 91.000 316.530 232.322 300.100

Ancienneté dans le poste
4 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Sud : : :

269.341 260.197 91.000

Formation en %
Grandes écoles de commerce : 30 Université bac+4 : 10 Université au-delà de Bac+5 : 50

Janvier 2007

SA 34 Resp. Recouv.

1

16/12/06, 13:49

Enquête L’Economiste-Sunergia ILS sont tous nouveaux dans le pay-

35

Risk manager
beaucoup plus jeunes que la moyenne des cadres, située à 41 ans. Et bonne nouvelle: le domaine semble attirer presque autant d’hommes que de femmes. Pour l’instant, ils travaillent exclusivement à Casablanca et Rabat. Ceux qui sont à l’emploi dans des entreprises nationales sont mieux rémunérés que leurs collègues dans les multinationales. Entre les deux, on note une différence de près de 4.000 DH par mois. Très peu de sociétés font présentement appel à leurs services. Peut-être parce qu’ils sont encore méconnus, ils ne font pas fortune. Une entreprise dont le chiffre d’affaires dépasse les 700.000 DH ne leur verse que 20.747 DH par mois. Il est très difficile d’attribuer une hiérarchie au risk manager, dans la mesure où il exerce un travail d’analyse. Le plus souvent, il se situe donc en marge de l’organigramme de l’entreprise. Pour ce qui est des avantages en nature, on lui attribue d’office un ordinateur et un téléphone portables. Cependant, aucun des enquêtés ne bénéficie d’une assistance personnelle. Ironiquement, les risk managers planifient des retraites blindées, malgré la fraîcheur de leur trentaine. Sur un échantillon de dix individus, huit possédaient un régime de retraite privée, en plus de la caisse de retraite complémentaire. Les risk managers ne sont-ils pas, après tout, des analystes qui voient loin dans le futur? �

SALAIRES 2007
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Situez votre salaire

Total brut annuel
Moyenne: Soit

sage de l’encadrement au Maroc. Pourtant, dans les pays industrialisés, les risk managers constituent un élément-clé de l’entreprise, depuis déjà une bonne vingtaine d’années. La présence de risk managers est un véritable signe de santé économique, car leur tâche principale est d’analyser l’impact financier du risque, en regardant particulièrement loin dans le futur. Attention, il ne faut pas les confondre avec les actuaires, déjà présents dans les compagnies d’assurances, et dont la tâche s’apparente plutôt à celle du comptable.Le plus souvent, on retrouve les risk managers dans les firmes d’experts conseils, les compagnies d’assurances ou les ministères gouvernementaux. Mais de plus en plus, ils intègrent les milieux de conseil d’investissement et de gestion des actifs dans le domaine de la finance. Neuf des dix actuaires enquêtés ont un bac + 5 en poche. La formation de cet habile analyste est particulièrement spécifique et rigoureuse: statistiques, finances et mathématiques. Pour cette raison, il ne s’agit pas d’«anciens» de la boîte qui auraient gravi les échelons, mais de jeunes professionnels qui entrent dans l’entreprise directement à titre de risk managers. Au Maroc, ils ont environ 30 ans, et n’occupent leur poste que depuis 3 ans. Ils sont donc

233.007 DH 19.417 DH par mois

Chiffre d’affaires
Moins de 50 MDH Plus de 50 à 200 MDH Plus de 200 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : : 89.298 ND Non significatif 248.974

Rang hiérarchique DG = 1
Non concerné

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : 214.535 : 260.713

Homme Femme

: :

Sexe 60% 40%

Effectifs
- de 100 101 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : ND 317.852 89.298 209.053 225.500

Age moyen 30 ans

Ancienneté dans l’entreprise
Secteur
IMMEE Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire Textile-confection Banque/Assurance/Crédits BTP/Mines et Energie/Eau : : : : : : ND ND ND ND 230.007 260.000

3 ans

Ancienneté dans le poste
3 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : : 233.007 ND ND ND

Formation en %
Grandes écoles de commerce Grandes écoles d’ingénieurs Autres écoles d’ingénieurs Université bac+4 Université bac+5 et au-delà : : : : : ND ND ND 10 90

Janvier 2007

36

SALAIRES 2007
LE DRH, qui n’a plus rien à voir

Enquête L’Economiste-Sunergia ressources humaines Directeur des
Situez votre salaire
Total brut annuel Moyenne: 712.362 Soit 59.363 DH par mois

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Directeur des ressources humaines
avec le vieux «chef du personnel», coiffe ainsi un ensemble d’activités au sein de l’entreprise. Ses attributions vont de la gestion administrative du personnel à la gestion des carrières, en passant par la mise en place de plans de formation et la valorisation des compétences. A 44 ans et avec une ancienneté de 6 ans à ce poste, le DRH gagne en moyenne 712.362 DH par an, soit 59.363 DH par mois. Un salaire nettement en hausse par rapport au niveau relevé par l’enquête de l’année dernière. De toute évidence, ce sont les grosses structures qui tirent les salaires vers le haut. Dans les multinationales, leur salaire annuel brut flirte avec la barre de 1 million de DH (963.188 DH). Notons qu’un très gros salaire dans notre échantillon tire la moyenne vers le haut. Par localisation, les DRH sont mieux valorisés dans les entreprises du Nord. Ils y empochent 1.167.150 DH bruts par an contre 654.939 à Casablanca/Rabat. Les DRH sont essentiellement des universitaires (32% de bac+5 et 32% de bac+4), dont 18% avec une spécialité dans les ressources humaines. L’enquête relève aussi une petite proportion d’ingénieurs (8%). Côté gratification, plus de la moitié de ces hauts cadres (60%) bénéficient d’un 13e mois. En sus, ils ont droit à différentes primes (sur objectifs pour 20%, sur bénéfice pour 20%, de bilan pour 15%...) Le DRH bénéficie en outre de diverses indemnités: 6.667 DH en moyenne de représentation, 4.430 DH pour le transport et 5.010 DH pour le logement. En termes d’avantages en nature, le DRH bénéficie essentiellement d’un téléphone et d’un ordinateur portables. Mais aussi, pour 36% d’entre eux, d’un véhicule de fonction. 4% d’entre eux bénéficient d’un logement de fonction. Et, cerise sur le gâteau, près des deux tiers disposent des services d’une assistante personnelle. ❏

Chiffre d’affaires
De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 400 MDH Plus de 400 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : : : : :

312.000 252.000 non significatif 252.000 461.200 651.000

Rang hiérarchique DG = 1
2

712.921

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : :

Sexe
693.188 515.284
Homme Femme : : 80% 20%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : :

314.000 252.000 438.984 410.393 614.750 2.104.657 750.342 1.140.960 489.913 400.000 312.000 788.478 588.836

Age moyen
44 ans

Ancienneté dans l’entreprise
12 ans

Secteur
Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire Commerce et services/Distribution Hôtellerie/Tourisme Banque/Assurance/Crédits BTP/Mine et énergie/Eau : : : : : :

Ancienneté dans le poste
6 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre : : :

Formation en %
645.939 1.167.150 173.200
Grandes écoles d’ingénieurs : Université Bac+4 : Université Bac+5 : 8 32 32

moins en moins les femmes. Contrairement aux conclusions des enquêtes précédentes et en particulier celle d’il y a deux ans, la tendance à la féminisation de la fonction semble s’estomper. A peine 35% de responsable des ressources humaines (RRH) sont de sexe féminin contre 45,5% l’année dernière. A 39 ans et avec une ancienneté de 6 ans à un tel poste, le responsable ressources humaines gagne en moyenne 215.395 DH par an, ce qui donne 17.949 DH bruts par mois. Un salaire en légère baisse par rapport au niveau révélé par l’enquête de L’Economiste sur les salaires des cadres en 2005, à savoir 226.139 DH. Cette dernière soulignait déjà une tendance baissière par rapport à l’enquête réalisée en 2000(1). Le salaire annuel brut moyen relevé s’élevait alors à 322.834 DH. Quel sens peut-on donner à cette baisse qui s’accentue alors que la rémunération du directeur des ressources humaines (DRH) enregistre, elle, un petit bond ? Il serait peut-être un peu tôt pour se prononcer, mais il semble que la mutation de cette fonction support n’est pas totalement accomplie. Alors que des structures, des PME notamment, font leurs premiers pas pour affranchir la fonction de la tutelle du DG ou du DAF, d’autres sont dotées d’une DRH sous la bannière de laquelle agissent

LES ressources humaines tentent de

Responsable ressources humaines

Responsable ressources humaines
Situez votre salaire
Directeur ressources humaines

Profil des postes
16/12/06, 12:03

différents collaborateurs (responsable formation, responsable programmes…) Globalement, c’est dans les entreprises de plus de 300 millions de DH de chiffre d’affaires que les RRH sont les mieux rémunérés. C’est aussi le cas dans les structures employant entre 200 et 300 personnes ou plus de 500. Il n’empêche, même dans ses cas-là, le salaire du RRH demeure bien en deçà de celui du DRH, qui touche quasiment le triple avec un salaire brut moyen de 712.362 DH par an. Ce qui n’empêche pas le RRH d’occuper le 3e (25%) voire le 2e rang (29%) dans la hiérarchie. A l’instar du DRH, une bonne partie des RRH ont un 13e mois (61%). Ils bénéficient également des indemnités de transport, de logement et, dans une moindre mesure, de représentation. Celles-ci se chiffrent en moyenne à 4.933 DH par mois, soit un peu plus du tiers de son salaire. En matière d’avantages en nature, 63% des RRH disposent d’ordinateur portable et seulement 33% de téléphone portable. Et alors que 6% d’entre eux (contre 4% pour les DRH !) ont un logement de fonction; à peine 4% disposent d’une voiture de fonction (en général une Citroën C15 ou Renault Megane). ❏
(1) L’enquête 2000 n’a pas été réalisée par le même cabinet, donc l’échantillon n’est pas le même. Mais, la tendance à la baisse s’est confirmée lors des enquêtes suivantes.

Total brut annuel 1 Moyenne: 215.395 Soit 17.949 DH par mois (61 ont un 13e mois)

(les % significatifs de l’échantillon)

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 500 MDH Plus de 500 à 700 MDH Plus de 700 MDH : : : : : : : :
70.336 128.628 84.000 175.716 204.317 266.037 non significatif 274.743

Rang hiérarchique DG = 1
3

Sexe
Homme Femme : 65% : 35%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : :

116.221 99.648 160.487 255.175 158.859 149.899 277.367

Age moyen
39 ans

Secteur
Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire Commerce et services/Distribution Hôtellerie-Tourisme Banque/Assurance/Crédits BTP/Mine et Energie/Eau : : : : : :

Ancienneté dans l’entreprise
11 ans

166.377 242.709 217.168 130.260 348.847 255.227
240.799 248.751 90.732 128.703

Ancienneté dans le poste
6,3 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : :

Formation en %
Grandes écoles de commerce : Université Bac+4 : Université Bac+5 : 4 20 25

Janvier 2007

SA 36 Resp. RH

1

Tab RH

16/12/06, 13:47

1

16/12/06, 11:39

38

SALAIRES 2007
V

Enquête L’Economiste-Sunergia

Directeur technique: La décote!
l’offre n’excède la demande. Ce qui semble logique, vu le nombre de diplômés universitaires qui déferlent chaque année sur le marché de l’emploi. Le salaire du directeur technique varie légèrement selon la taille de l’entreprises ou son chiffre d’affaires. A noter toutefois, le tassement des salaires (moins de 200.000 DH bruts par an) dans les structures de 300 à 400 millions de DH de chiffre d’affaires ou encore celles de 40 à 100 salariés. En revanche, par localisation, une légère hausse est relevée dans les entreprises du Nord: 598.439 DH contre 451.051 DH à Casablanca/Rabat. Le futur port de Tanger ainsi que son écosystème y sont sûrement pour quelque chose. Deux tiers des directeurs techniques ont le 13e mois. Presque la totalité (94%) ont des primes: 35% sur le bénéfice, 16% sur le CA, 16% sur le rendement… D’autres avantages sont accordés à cet expert, notamment l’ordinateur et le téléphone portables, et 15% d’entre eux ont un intéressement (participation au bénéfice, prime annuelle ou trimestrielle). En matière de couverture sociale, ces techniciens de haut niveau sont mieux lotis que la moyenne des cadres: la CNSS est généralisée, 96,97% d’entre eux bénéficient de la mutuelle, 87,88% de la CIMR, et plus de la moitié ont une assurance-vie. Plus des deux tiers bénéficient d’un prêt de construction; et un peu de la moitié, d’un prêt véhicule. �
Situez votre salaire
Total brut annuel Moyenne: 430. 892 DH Soit: 34.471 DH par mois (67% ont un 13e mois)

OILÀ un métier d’hommes à 100%. La technicité semble rebuter encore la gent féminine à moins que ce soit d’exercer dans l’usine même qui gère les dames? L’enquête n’a relevé aucune femme à ce poste technique. Le directeur technique a en moyenne 44 ans, soit 3 ans de plus que les autres cadres. Il est dans l’entreprise depuis 15,7 ans et justifie d’une expérience moyenne de 8,9 années à ce poste. Ce qui en fait un «pur produit de la boîte». Les ingénieurs sont encore les profils dominants dans cette fonction. Mais, avec 42% contre 55 % en 2005, ils semblent perdre du terrain au profit des universitaires. En effet, la percée des bac+5 et bac+4 relevée il y a deux ans se poursuit encore cette année: de 24% ils représentent aujourd’hui plus du tiers (36%) des directeurs techniques. Mais la grande surprise révélée par l’enquête est la dévalorisation subie par ce poste. Par rapport à 2005, les salaires de ces experts ont enregistré une chute vertigineuse: de 750.169 DH en 2005, le salaire brut annuel moyen de ces experts est tombé à 430.892 DH. Quel sens donner à cette dépréciation, d’autant plus qu’elle intervient à un moment ou les soucis qualités sont plus pointus, et donc l’expertise de ses hauts cadres, plus recherchée et surtout à un moment où le programme Emergence se met en route? Difficile à dire, à moins que

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Chiffre d’affaires
Moins de 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 400 MDH Plus de 400 à 700 MDH Plus de 700 MDH : : : : : : :
213.198 360.000 513.677 505.333 187.003 560.000 525.739

Rang hiérarchique DG = 1

2

Homme Femme

: :

Sexe

100% -%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 500 + de 500 : : : : :
333.024 171.354 306.617 358.267 525.767

Age moyen
44 ans

Ancienneté dans l’entreprise
15,7 ans

Secteur
Chimie-parachimie Ind. agroalimentaire Commerce et service/distrib. Hôtellerie/Tourisme Banque/Assurance/Crédit BTP/Mine et énergie/Eau
491.333 : 304.800 : 187.419 : 252.000 : : non significatif 409.041 :

Ancienneté dans le poste
8,9 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : :
451.051 598.439 304.800 247.608

Formation en %
Grandes écoles de commerce Ecoles d’ingénieurs Université bac+4 Université bac+5 et plus : : : : 42 12 24

Responsable technique et maintenance
sable technique et maintenance justifie d’une bonne ancienneté dans la boîte. Il a passé, en moyenne, 13,7 ans dans la société dont 5,9 ans à ce poste. Son rang hiérarchique dans l’entreprise arrive généralement en 4e position (33%). A noter toutefois qu’un peu moins du tiers se retrouve au 3e rang. C’est l’un des postes qui présente le moins de disparités d’un type d’entreprise à l’autre. Par région, les entreprises du nord se distinguent légèrement de celles de Casablanca/Rabat. Le responsable technique et maintenance perçoit en moyenne un salaire annuel brut de 262.500 DH. Soit mieux que le responsable ressources humaines (215.395 DH par an) ou le responsable commercial (176.194 DH bruts par an). Près des deux tiers de l’échantillon ont le 13e mois. Les primes bénéficient à 88% des responsables technique et maintenance (45% ont une prime d’ancienneté, 26% sur le bénéfice, 12% sur le CA…) Pour ce poste, la CNSS et la mutuelle sont généralisées; la CIMR l’est presque.

Situez votre salaire

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel

Moyenne: 262.500 DH Soit: 21.875 DH par mois x 12

FIDÈLE à son entreprise, le respon-

Elle couvre un peu plus des deux tiers d’entre eux. Les responsables technique et maintenance bénéficient également, pour deux tiers d’entre eux, d’une assurancevie; et, plus de la moitié, d’une assuranceretraite. Comme pour le directeur technique, ce poste demeure essentiellement masculin. Deux filières de formation se partagent à égalité cette fonction, essentiellement masculine, les ingénieurs et les universitaires scientifiques. En matière d’indemnités, le responsable technique est un peu en dessous de la moyenne générale: 2.308 DH/mois de frais de représentation, 1.921 DH bruts pour le transport et 1.726 DH pour le logement. Les avantages en nature sont peu fréquents pour ce poste. Moins d’un tiers des responsables techniques et maintenance disposent d’un ordinateur et un téléphone portables. Environ un sur quatre a un GSM fourni mais généralement limité par un forfait. Et seuls deux sur les 48 responsables technique et maintenance de l’échantillon ont une voiture de fonction.�

Chiffre d’affaires
De 10 à 50 MDH : Plus de 50 à 200 MDH Plus de 200 à 500 MDH Plus de 500 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : :
231.350 103.320 295.254 234.000 266.413

Rang hiérarchique DG = 1

4
Homme Femme : :

Sexe

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : :
216.804 126.988 263.273 319.320 306.088 138.150 282.550 275.829 224.992 216.804 187.563 138.150 282.641

100% -%

Age moyen
43 ans

Secteur
Chimie-parachimie Ind. agroalimentaire Commerce et service/distrib. Hôtellerie/Tourisme Banque/Assurance/Crédit... BTP/Mine et énergie/Eau : : : : : :

Ancienneté dans l’entreprise
13,7 ans

Ancienneté dans le poste
5,9 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : :

:

235.967 324.008 110.459 178.610

Formation en %
Grandes écoles de commerce Ecoles d’ingénieurs Université bac+4 Université bac+5 : : : : 27 10 17

Janvier 2007

40

SALAIRES 2007
réaliser son importance. Le responsable marketing est un poste que les entreprises n’ont créé que dernièrement, mais elles offrent déjà une situation confortable à ses occupants. Fusionné avec le responsable de communication lors de notre dernière enquête, ce cadre fait aujourd’hui cavalier seul même s’il n’a pas (encore) le titre de directeur. Il est plus jeune que le responsable de communication, a moins d’expérience et un rang hiérarchique inférieur… mais il touche plus! Plus de 20.000 DH contre 16.000 DH en moyenne mensuelle. C’est un montant gonflé grâce aux primes: 93% en bénéficient contrairement aux responsables communication qui ne sont que 54% à en disposer. L’attribution des primes dépend du rendement, du bénéfice réalisé ou de la croissance du chiffre d’affaires, ce qui fait état d’une grande ressemblance entre les métiers de responsable marketing et commercial. Les responsables marketing sont également 47% à être indemnisés pour le logement pour environ 1.000 DH/mois et 43% à bénéficier d’indemnités de représentation pour, en moyenne, 2.500 DH/mois. Et puisqu’ils occupent un poste peu sédentaire, ces responsables ont droit à d’importantes indemnités sur le transport: 80% en bénéficient. Elles peuvent

Enquête L’Economiste-Sunergia

C’EST comme si on venait de

Responsable marketing
atteindre un maximum de 10.000/mois DH, mais en moyenne leur montant est de 3.000 DH/mois. Ce cadre est plus présent dans le panorama des entreprises que le responsable de communication. On le rencontre dans les petites comme dans les grandes structures. Mais ce sont ces dernières qui en comptent le plus grand nombre et, surtout, qui paient le mieux. Cette fonction est occupée par des cadres de 34 ans en moyenne (parmi les postes les plus jeunes), des femmes surtout à hauteur de 60%. Côté profil, le métier fait plus appel au contact, au dynamisme… donc l’ancienneté dans l’entreprise n’est pas un critère décisif. D’ailleurs, elle n’est que de 5 ans en moyenne. Ceci dit, ces cadres sont quand même plus de 80% à faire valoir des formations d’au moins bac+4. Parmi eux, 40% sont passés par des écoles de commerce. L’ENCG (Ecole nationale de commerce et de gestion) tient le haut du pavé, suivie de près par l’Iscae (Institut supérieur de commerce et d’administration des entreprises). La majorité des diplômes sont donc marocains: 83% contre 13% obtenus en France. Par ailleurs, les responsables marketing n’attendent pas longtemps pour être promus puisque l’ancienneté moyenne dans les postes est d’environ 4 ans. Leur rang hiérarchique est, pour sa part, situé entre la 4e et la 3e position. �
Situez votre salaire
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel

Moyenne: 245.150 DH Soit 20.429 DH par mois

Chiffre d’affaires
Moins de 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : : : 255.910 151.000 133.600 158.710 269.238
Rang hiérarchique DG = 1
3à4

Effectifs

- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500

: : : : : : :

131.820 380.000 156.952 184.815 281.000 173.364 294.429

Homme Femme

: :

Sexe

40% %

Age moyen
34 ans

Secteur
Hôtellerie/Tourisme : 174.442 Banque/Assurance/Crédit : 324.275 BTP/Mines et énergie/Eau : 250.401 Chimie-Parachimie : 193.867 Ind. agroalimentaire : 177.302 Commerce et services : 177.257 Global industrie : 249.516

Ancienneté dans l’entreprise
5,7 ans

Ancienneté dans le poste
3,6 ans

Localisation

Formation en %

Casablanca - Rabat Nord Centre Sud

: 248.053 : 258.227 : 140.634 : ND

Grandes écoles de commerce : Université bac+4 : Université au-delà de bac+5 :

40 20 23

N métier où le «2 en 1» n’est plus de mise. Communication et marketing ne tiennent plus dans le portefeuille d’un seul cadre comme c’était le cas lors de nos précédentes enquêtes. Chacune de ces fonctions a dorénavant son propre responsable. C’est d’ailleurs une distinction qui cadre mieux avec la répartition théorique des métiers de la communication. Celle-ci rapproche le marketing du commercial et confie à la communication le volet moins concret de l’image de l’entreprise, ses messages, son discours… Des professionnels expliquent que le marketing intervient avant et après l’élaboration des stratégies de communication. Les responsables de communication sont de moins en moins jeunes. La moyenne d’âge de 31 ans, enregistrée l’année dernière, est passée à 41 ans cette année. C’est un poste confié aux éléments qui ont une grande connaissance de l’entreprise avec une moyenne d’ancienneté de 11 ans. La moyenne d’occupation du poste est, quant à elle, de 6 ans, soit trois fois plus que l’année dernière. Ceci pousse à croire que c’est une fonction qui a changé d’appellation mais pas de contenu. Le responsable de communication reste proche de la direction, il est toujours 3e dans le classement hiérarchique et son salaire s’est légèrement amélioré passant d’une moyenne men-

U

Responsable de communication
suelle de 15.000 à 16.400 DH. Ce cadre est très sollicité dans les grandes structures qui présentent un chiffre d’affaires supérieur à 700 millions de DH et où le nombre d’employés dépasse les 500. C’est dans ce type d’entreprise que se situe la majorité de notre échantillon. Toutefois, le besoin en responsable de communication ne dépend pas seulement de la taille de l’entreprise, mais de sa culture aussi. Car, paradoxalement, ce sont les petites entreprises (moins de 100 millions de DH CA et moins de 100 employés) qui emboîtent le pas aux plus grosses, bien avant les moyennes qui hésitent encore. Il s’agit de structures plus modernes qui insèrent cette fonction dans leurs organigrammes dès leur création. Reste que les salaires chez les gros calibres sont de loin plus motivants. Par exemple, le responsable de communication touche en moyenne mensuelle dans une entreprise de 10 à 50 millions de CA, environ 10.000 et son homologue dans une entreprise de plus de 700 millions de DH de CA, plus de 21.000 DH. C’est, en outre, un secteur où les femmes sont assez présentes avec un recul de près de 10% par rapport à l’année dernière. Par ailleurs, c’est une fonction où l’octroi des primes n’est pas aussi courant que dans d’autres postes: 44% de ces cadres n’en perçoivent aucune. �
Situez votre salaire

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel

Moyenne: 197.314 DH Soit 16.442 DH par mois
Chiffre d’affaires

Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 700 MDHS Plus de 700 MDHS

: : : : :

117.595 121.250 80.000 NS 263.388

Rang hiérarchique DG = 1
3

Type d’entreprise

Homme Femme

: :

Sexe

56% 44%

Multinationale Nationale

: 321.073 : 149.715

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 300 301 à 500 + de 500
Secteur
BTP/Mines et énergie/Eau Banque/Assurance/Crédits Chimie-Parachimie Hôtellerie/Tourisme Global industrie
Localisation

Age moyen

: : : : :

111.131 113.333 240.750 294.768

41 ans

Ancienneté dans l’entreprise
11 ans

: 273.133 : 247.500 : 136.500 : 80.000 : 222.300

Ancienneté dans le poste
6 ans

Formation en %

Casablanca - Rabat Nord Centre Sud

: 228.715 : 140.750 : 231.168 : 130.782

Grandes écoles de commerce : Université bac+4 : Université bac+5 et au-delà :

6 17 2

Janvier 2007

42

SALAIRES 2007

Enquête L’Economiste

Professeurs universitaires: La longue traversée des grades
professeur de l’enseignement supérieur de grade C et le salaire brut de 40.691 DH par mois. Mais avant d’arriver au sommet, il faut franchir plusieurs étapes, aussi longues que nécessaires: assistants, maîtres-assistants, professeurs assistants, professeurs habilités, pour arriver finalement au Nirvana de professeur de l’enseignement supérieur grade C. Lesquels sont très peu nombreux. Si les salaires de départ ne correspondent en aucune manière au profil et missions d’un universitaire, ils vont en s’améliorant au fur et à mesure que le lent ascenseur de cette carrière avance. Mais l’avancement, contrairement à ce qui se passe aux Etats-Unis par exemple, ne dépend pas de la recherche ou de la production d’articles publiés. Les rémunérations deviennent confortables à partir du stade de professeur-assistant (17.846 pour le premier échelon). Ce confort est doublé d’un horaire des plus flexibles. Celui-ci est d’une moyenne de 8 heures par semaine. Mais la mission d’un professeur ne s’arrête pas au cours, objet de ce plafond. Elle comprend également l’encadrement des mémoires, des thèses de doctorats et les travaux de recherche. Sur ce dernier point, l’apport est plutôt faible. Seul un professeur sur trois au Maroc mène des travaux de recherche: rien dans la carrière ou dans la rémunération ne l’y incite. Beaucoup y voient d’ailleurs la raison de la «ghétoïsation» de l’enseignement supérieur par rapport à l’évolution de la société, idée combattue par d’autres observateurs, qui soulignent la forte présence des professeurs d’université parmi le haut personnel politique: comment parler d’isolement quand le corps des enseignants

• Entre 7.242 et 40.691 DH, selon les marches gravies • Les présidents d’universités alignés sur les ministres
ES uns lui portent une grande estime, d’autres lui envient ses horaires de travail, aussi réduits que flexibles. Certains lui mettent sur le dos tous les maux de l’enseignement supérieur du Maroc. Lui, c’est bien sûr le professeur universitaire. Si la nature du travail est bien simple et la mission claire, le statut des professeurs universitaires reste des plus complexes. Une complexité qui n’a d’égal que le nombre impressionnant de grades et échelons à gravir pour, enfin, atteindre le sommet de la pyramide, le titre de noblesse de

L

sont pour l’essentiel le fruit d’une grande action de lobbying que le très puissant Syndicat national de l’enseignement supérieur (SNE

surprenant. Leur salaire mensuel net est de 60.000 DH. Ils sont en cela assimilés sur les ministres. A la situation statutaire s’ajou-

OUS les enseignants du supérieur ne sont pas logés à la même enseigne. La polémique suscitée par les professeurs titulaires du doctorat français en dit long sur cette question. Engageant un bras de fer avec le ministre de tutelle, Habib El Malki, ils appellent à la «régularisation définitive et équitable» de leur situation sans la condition du concours, pourtant exigée par le ministre. Le ministère ne considère en effet pas que leur diplôme soit assimilable à un doctorat plein, car il est intermédiaire entre les vieux doctorat d’Etat et doctorat d’université. Néanmoins, les enseignants concernés veulent «leur droit

T

Il y a doctorat et doctorat
à l’ancienneté depuis leur recrutement» et, de fait, à la rémunération qui s’y rapporte. En fait, ils sont quelque 1.800 détenteurs de ce doctorat français (créé durant une période interréformes allant de 1984 à 1997) à s’être vu refuser le grade de professeur enseignant dans les différentes universités de leur affectation. Ils devaient se contenter du statut de professeur assistant, qui les met, de fait, en situation d’infériorité par rapport à d’autres enseignants, issus des universités marocaines et étrangères. Les détenteurs de ce diplôme français, aujourd’hui disparu, ressentent ainsi de l’«injustice» à percevoir un salaire amputé du tiers par rapport à leurs collègues.�

du supérieur a donné autant de ministres? Certes, la Nation a voulu les honorer, mais en réalité, les salaires des professeurs universitaires

Sup) déploie ponctuellement et avec efficacité. Mais c’est du côté des présidents d’université que le constat des rémunérations est le plus

tent une indemnité de fonction (1.500 DH) et de transport (3.000 DH) pour porter le total des rétributions à 64.500. � M. C.

Janvier 2007

Enquête L’Economiste-Sunergia

43

SALAIRES 2007

OUVELLEMENT recensé et peu connu, le directeur pédagogique n’est pas exclusivement issu du domaine scolaire. On peut le retrouver partout où existe un programme destiné au grand public: centres culturels, musées, festivals, fabricants de jouets, maisons d’éditions, communications politique et institutionnelle, etc. C’est à lui que revient la tâche de développer les «produits» mais, surtout, d’en assurer la qualité pédagogique. Il peut également organiser ou animer des activités de formation, participer au recrutement des enseignants et formateurs. Ces pros de la pédagogie, malgré le fait qu’ils soient méconnus, semblent bien implantés: l’enquête de L’Économiste en a recensé 24 dans l’échantillon retenu. Les salaires, qui se situent autour de 15.451 DH par mois, ne sont clairement pas exorbitants. Pourtant, le directeur pédagogique possède une dizaine d’années d’ancienneté au sein de son entreprise. Serait-ce parce que près de la moitié des effectifs sont des femmes, globalement plus stables que les hommes?

N

Directeur et responsable pédagogique
Sa formation n’est pas à négliger non plus: dans 50% des cas, il possède au moins un bac + 4. Un autre fait saillant est que les multinationales offrent presque le double du salaire versé par les entreprises nationales. Ce cadre bénéficierait donc d’une plus grande reconnaissance parmi les filières internationales. Étonnamment, plus de 12% des directeurs pédagogiques ne seraient pas couverts par la CNSS. Deux hypothèses s’imposent: un nombre important d’entre eux n’est pas déclaré, ou encore ils portent plus d’une casquette. C’est-à-dire que sans qu’il s’agisse de sa tâche principale, ce cadre consacre tout de même plusieurs heures à la direction pédagogique. Un cas fréquent est celui par exemple d’un professeur d’université à la fois cadre dans une école privée. Cette hypothèse est renforcée par les avantages dont ce cadre dispose généralement. On lui attribue une indemnité fixe pour le transport, dans une mesure de 58%. Seulement 8% reçoivent un téléphone portable, ce qui nous indique qu’ils en possédaient déjà un. �

Janvier 2007

44

SALAIRES 2007

Enquête L’Economiste

Magistrat: Des salaires peu adaptés
• Un plafond de 27.000 DH pour un métier sensible • Formation et spécialisation: les enjeux d’aujourd’hui et de demain • Une image détestable
ÂTIMENT impressionnant, salle d’audience solennelle, tradition et cérémonial d’usage, habits de circonstance… La Justice se veut imposante. Ses hommes, les magistrats, inspirent respect et crainte. Derrière cet apparat, règne tout un système ayant sa propre culture, faite de textes de loi mais aussi de pratiques pas toujours conformes, dans le fond comme dans l’esprit. Derrière ce décor, se cache également un malaise, dont l’origine est à puiser dans une situation financière pas toujours confortable, surtout en début de carrière. Cela, même si la Justice marocaine est riche de magistrats d’une grande qualité, reconnus au-delà des frontières nationales. Le statut est prestigieux. Le magistrat est nommé par dahir sur proposition du Conseil supérieur de la magistrature. reçoivent la même formation, à l’Institut national des études judiciaires (INEJ). Créée en 1960, à la même date que son homologue française (l’Ecole nationale de la magistrature - ENM), cette institution est chargée de la formation initiale. L’accès à l’INEJ se fait par concours à partir des facultés de droit. Selon leur fonction, expérience, ancienneté et performance, les ces rémunérations sont peu adaptées au caractère sensible du métier et, surtout, à l’impératif d’impartialité du magistrat. La tentation est grande. Les pratiques illégales également. Un sondage effectué par Transparency Maroc en dit long sur la question. 4% des ménages interrogés affirment avoir déjà payé des greffiers, des magistrats ou des juges. Pour 69%

������������������������������������������������� ������ ������ ���������������
������ ������� �� �� ���� ��� ��� �� ��� ��

B

����������� �������������� ���������� ������������� ���������� ������������� ���������� ������� ������������� �������� �������������� �������������� �������� ���� ���������� ����� ��� ����� ����� ����� ��� ������ ����� ��� ����� ����� ����� ����� ������ ����� ��� ����� ����� ����� ����� ������ ����� ��� ����� ����� ������ ����� ������ ����� ��� ����� ����� ������ ����� ������
magistrats se répartissent entre différents grades. En haut de l’échelle, le hors grade où sont classés le Premier président de la Cour suprême et le procureur général du Roi près ladite Cour. Il est suivi du grade d’entre eux, les versements sont fréquents ou toujours utilisés et permettent d’obtenir gain de cause dans 55% des cas. L’image est donc loin d’être reluisante. A cela s’ajoute un enjeu de taille pour

����������������������������������������������������������

Ses décisions sont rendues au nom du Souverain. Corps uni, tous les magistrats

�����������

ES magistrats se répartissent en magistrats du siège et du ministère public. S’y ajoutent les magistrats employés dans les administrations publiques. La première catégorie est la plus en vue. Les magistrats y occupent différentes fonctions: juge d’instance, juge d’instruction, juge des affaires familiales… Ils ont un statut particulier puisqu’ils n’ont pas de contrôle hiérarchique et sont inamovibles. Ils ne peuvent donc ni être destitués, suspendus ou mutés que dans des cas prévus par la loi et selon une procédure aussi stricte que complexe. Le deuxième corps des magistrats, le ministère public (procureur du Roi ou substituts), exerce au Parquet. Ils sont les représentants du pouvoir exécutif auprès des différentes juridictions et ne bénéficient donc pas des mêmes garanties que leurs collègues du siège. Ils constituent un corps hiérarchisé dont chaque niveau est subordonné au niveau supérieur. Troisième catégorie, les magistrats qui exercent dans les services de l’administration centrale du ministère de la Justice. Leur affectation à l’administration centrale se fait par dahir sur proposition du ministre.�

L

Carte de visite

exceptionnel. Viennent par la suite les magistrats des 1er, 2e et 3e grades. Qu’en est-il des salaires? Le caractère dérisoire du traitement de base est frappant. Celui-ci va de 1.915 à 4.210 DH par mois. La grille des salaires est rattrapée au niveau des indemnités. Celles de l’encadrement judiciaire et du logement sont particulièrement intéressantes (respectivement de 2.870 à 12.100 DH et de 715 à 4.450 DH). Une indemnité spéciale, plafonnant à près de 5.000 DH par mois, est également de mise. Le salaire total mensuel est ainsi porté à une fourchette comprise entre 10.469 et 27.000 DH en valeur brute et dépendamment du grade et de l’échelon. Pour le grade exceptionnel, il atteint 37.333 DH (bruts). Situées dans la moyenne des salaires alloués aux cadres supérieurs de l’administration,

les magistrats marocains, à savoir la spécialisation. Certains jugements prononcés dans les affaires de famille tranchant avec l’esprit de la Moudawana, jugée révolutionnaire, en sont l’illustration. Autre exemple, les tribunaux de commerce, composés de magistrats spécialisés. Le pouvoir exorbitant d’influer sur des affaires économiques n’a d’égal que le caractère imprévisible de certaines décisions. D’où les multiples plaintes des milieux d’affaires qui parlent tout net «d’insécurité juridique». Des efforts de formation continue sont certes menés depuis plusieurs années par l’INEJ. La coopération avec l’ENM, mais aussi avec des pays comme la Grande-Bretagne, est fructueuse. Mais la confiance tarde à être regagnée.�

M. C.

Janvier 2007

Enquête L’Economiste-Sunergia

45

OUR cette fonction sensible, les profils sont plutôt rares. A peine 10 cadres sur 1.328 postes enquêtés. Parmi eux figurent deux femmes. Les chiffres rapportés ici ne doivent donc pas être considérés comme de vraies moyennes. Pour près de la moitié de notre échantillon, le directeur des achats se trouve au 3e rang de la hiérarchie. Il est généralement rattaché à la direction générale. C’est un cadre d’âge mûr, nettement plus âgé que les autres cadres de l’échantillon. L’âge moyen est de 46 ans, soit 5 ans de plus que la moyenne générale. Il est dans l’entreprise depuis 14 ans dont 4 à ce poste. C’est donc sur place, dans l’entreprise même, qu’il a acquis son expérience et aussi qu’il établit la confiance. Sa mission consiste essentiellement à défendre la politique d’achat de l’entreprise et choisir ses fournisseurs. C’est donc un poste stratégique. Elle peut s’étendre dans certains cas à la gestion des stocks et la logistique. Ce haut cadre gagne bien sa vie: 562.796 DH bruts par an, bien loin devant le responsable des achats. Mais nettement

P

Directeur des achats, la perle rare
moins qu’il y a deux ans, qui était alors de 839.192 DH bruts par an. Les salaires évoluent selon la taille de l’entreprise. Qui dit plus de chiffre d’affaires, dit plus d’achats en amont. Mais c’est dans les multinationales que les meilleures rémunérations sont accordées. Les salaires y caracolent à 799.833 DH bruts par an. Parmi les 10 cadres, 8 bénéficient de primes en particulier sur objectif (38%). Sept d’entre eux ont un 13e mois. La même proportion bénéficie du téléphone et de l’ordinateur portables. Et seulement deux ont une voiture de fonction. Les indemnités fixes sont conséquentes pour ces perles rares, notamment celles de transport et de représentation, qui sont nettement en dessus de la moyenne générale. En revanche, pas d’intéressement pour ce poste. Côté formation, là aussi ce sont les profils universitaires qui sont les plus fréquents. Un tiers des directeurs des achats sont des bac+4; et un cinquième, des bac+5. Une faible proportion d’ingénieurs (10%) s’est frayée aussi une place.�

Directeur des achats
Situez votre salaire

SALAIRES 2007
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Total brut annuel
Moyenne: 562.796 DH Soit 46.899,67 DH par mois

Chiffre d’affaires
Moins de 50 MDH Plus de 50 MDH Plus de 400 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : :
60.000 300.000 545.000 647.708

Rang hiérarchique DG = 1
3

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : :
: : : : : :
:

Sexe
Homme Femme : : 80 % 20 %

799.833 461.208 60.000 300.000 583.241 747.000 656.286 60.000 545.000 728.650 566.810 515.200

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500

Age moyen
46 ans

Ancienneté dans l’entreprise
14 ans

Secteur
Hôtellerie/Tourisme Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire Banque/Assurance/Crédits BTP/Mine et énergie/Eau : : : : :

Ancienneté dans le poste
4 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Centre : :
618.662 60.000

Formation en %
Grandes écoles d’ingénieurs : Université bac+4 : Université au-delà de bac+5 : 10 30 20

Janvier 2007

46

SALAIRES 2007 Directeur d’audit interne
pitaine de navire, le directeur d’audit est devenu aujourd’hui un personnage central dans l’organisation de l’entreprise. Il a pour mission de déterminer les moyens de parvenir à bon port de la manière la plus efficace et la plus sûre possible. Le directeur d’audit, qui a en moyenne 45 ans, est rémunéré en moyenne à hauteur de 40.000 DH par mois, un salaire bien plus élevé que la moyenne. La grande majorité de ces dirigeants gagnent d’ailleurs plus de 700.000 DH par an. Mais leur tâche n’est pas des moindres. Chargé de superviser le renforcement des systèmes, règles et procédures de contrôle interne, la mission principale d’un directeur d’audit est d’assurer la transparence et la régularité des états financiers de l’entreprise. Formés pour 11% d’entre eux à l’étranger, ils sont 20% à avoir suivi une formation universitaire spécifique en finance et comptabilité. Ce sont donc avant tout des professionnels des chiffres des équilibres budgétaires, et ce, malgré un niveau de diplôme égal aux autres cadres en général. Par ailleurs, on note que 60% des directeurs d’audit de notre échantillon sont diplômés de l’Iscae. Mais c’est bel et bien l’expérience qui prévaut chez le directeur d’audit,

Enquête L’Economiste-Sunergia
Directeur d’Audit interne et assimilés
Situez votre salaire
Total brut annuel Moyenne: 490.651 Soit 40.887,6 DH par mois x 12

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

COMPARÉ couramment à un ca-

plus que la formation. Son ancienneté dans l’entreprise est en moyenne de 17 ans, c’est-à-dire 5 ans de plus qu’un cadre moyen. Garant de l’image de l’entreprise, tant auprès de ses salariés que de la société civile, le directeur d’audit est généralement situé au 3e niveau hiérarchique. N’officiant que dans les grandes entreprises de plus de 500 salariés, plus de la moitié d’entre eux travaillent pour des multinationales dont les sièges sont en majorité basés sur l’axe CasablancaRabat. Ils sont très sollicités dans les secteurs de l’agroalimentaire et de l’énergie. Bénéficiaire d’un 13e mois pour 80% d’entre eux, leur situation fait exception dans l’attribution de primes sachant que 95% en profitent contre 78% en moyenne dans notre échantillon. Enfin, les directeurs d’audit ne sont pas les plus mal lotis en termes d’avantages sociaux. Environ 80% d’entre eux jouissent d’une assurance vie contre 50% chez les cadres moyens. L’attribution de prêts est tout logiquement beaucoup plus élevée chez ces nouveaux dirigeants (environ 60%). En revanche, un peu moins de la moitié profite d’un ordinateur et d’un téléphone portables de fonction. Et seuls 11% possèdent une voiture de fonction.❏

Chiffre d’affaires
Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 300 MDH Plus de 300 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : :

non significatif 164.644 525.000 507.807

Rang hiérarchique DG = 1
3

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : :

Sexe
669.884 300.115

Homme Femme

: :

68% 32%

Effectifs
Moins de 300 301 à 500 + de 500 : : :

Age moyen
164.644 508.762

45 ans

Ancienneté dans l’entreprise
Secteur
Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire Commerce et services : : :

17 ans
525.000 986.300 -

Ancienneté dans le poste
7 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Sud : : :

79% 5% 16%

Formation en %
Grandes écoles de commerce : 11 Autres écoles d’ingénieurs : 16 Université bac+4 : 16 Université bac+5 et au-delà : 21

Auditeur interne
Situez votre salaire
Total brut annuel Moyenne: 219.220 Soit 18.268,3 DH par mois x 12
1 18/12/06, 14:47

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Auditeur interne
d’âge est de 37 ans, les femmes ont un taux de représentation de 38%, supérieur à la moyenne générale qui est de 26%. L’auditeur interne intervient au sein même de sa société pour améliorer la performance de l’organisation et vérifier qu’elle est bien conforme à un référentiel ou à une exigence contractuelle. Sa mission est donc assimilée à un label qualité. Un label qui lui accorde un crédit de performance très apprécié sur le marché du travail, expliquant ainsi l’ascension rapide de ce métier. Majoritairement employés dans les grandes entreprises de plus de 500 salariés, 30% d’entre eux ont un bac+5, et 80% travaillent sur l’axe CasablancaRabat. La plupart ont une formation universitaire économique et/ou dans la finance et la comptabilité (30%). Ils sont d’ailleurs très nombreux à travailler dans le secteur des banques et des assurances chez qui l’auditeur interne est une obligation. Avec un salaire moyen d’un peu plus de 18.000 dirhams par mois, l’auditeur interne est généralement classé au

Resp. Dir audit inter

Chiffre d’affaires
Moins de 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : : : : :
86.193,3 440.000 291.202,6 230.000 139.100 228.471,45

DANS ce métier où la moyenne

3e rang de la hiérarchie. Malgré ces niveaux de salaires qui restent élevés par rapport à la moyenne, on souligne toutefois le temps d’évolution relativement long (5 ans) dans le métier. Les primes d’intéressement ne concernent que 7% d’entre eux. Rigueur, organisation, esprit d’analyse et de synthèse et capacité d’écoute sont autant de compétences qui valorisent le fruit des prestations d’un auditeur interne. Polyvalent, il développe souvent à lui seul tout un système de management amélioré pour son entreprise et joue le rôle primordial de contrôleur contre le gaspillage et les risques de corruption. Il est donc tout logiquement très apprécié sur le marché du travail et jouit d’une sécurité de l’emploi complète, y compris l’assurance vie pour 73% d’entre eux. Concernant les avantages en nature, ils sont plus lésés que les autres cadres. Seuls 18% des auditeurs internes se voient attribuer un téléphone portable (contre 51% des cadres en général), et 4% profitent d’une voiture de fonction (contre 18% en général).❏

Rang hiérarchique DG = 1
3

Sexe

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : :
495.000 196.231 161.028 234.512 116.817 176.999 227.685

Homme Femme

: :

62% 38%

Age moyen
37 ans

Secteur
Chimie-Parachimie : Ind. agroalimentaire : Commerce et services/Distribution :

Ancienneté dans l’entreprise
128.500 260.486 440.000

11,2 ans

Ancienneté dans le poste

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : : : :
78% 13% 4% 4%

4,9 ans

Formation en %
Grandes écoles de commerce Autres écoles d’ingénieurs Université bac+4 Université bac+5 et au-delà : 11 : 7 : 22 : 29

Janvier 2007

SA 46 Audit

1

Auditeur interne

1

18/12/06, 14:53

18/12/06, 14:52

Enquête L’Economiste-Sunergia

47

SALAIRES 2007
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Auditeur externe senior
AUDITEUR externe senior a presque dix ans de plus que le junior (voir auditeur junior). Voilà neuf ans qu’il est entré dans l’entreprise, et il occupe son poste depuis 5 ans. Maintenant qu’il est passé du statut de junior à celui de senior, son salaire a plus que doublé, et atteint maintenant 30.156 DH par mois. S’il est employé d’une entreprise nationale, il gagne 50.000 DH par année de plus que son collègue embauché dans une multinationale. Le senior s’est rapproché de la direction générale et se situe au troisième rang hiérarchique. Un changement est également en train de survenir au niveau de la formation des auditeurs. Chez les seniors actuels, 32% est diplômé d’une grande école de commerce. Tandis que chez les juniors qui suivent actuellement leurs traces, ce chiffre grimpe à 57%. Comme on s’y attendait, les auditeurs externes sont mieux rémunérés dans le secteur du commerce et de la distribution que dans celui des banques. Sur un an, ils gagnent 130.000 DH de plus.

L’

Le cadre confortable
Alors qu’elles composaient 24% de notre échantillon chez les juniors, les femmes ne représentent que 5% de nos seniors recensés. Les seniors de l’audit externe sont généralement bien couverts: mutuelle et CNSS pour tous, et caisse de retraite complémentaire pour 95% d’entre eux. A peine 16% ont cependant droit à une assurance vie, ce qui les situe franchement sous la moyenne de l’ensemble du personnel d’encadrement (49%). Seulement 63% a droit à un téléphone portable, et 58% à un ordinateur portable. Il s’agit d’une perte quand on sait que ce matériel de travail est fourni pour 90% des juniors. Ce scénario se répète concernant les indemnités fixes de transport et de représentation. Si 95% des juniors y ont droit, seulement 43% des seniors sont indemnisés pour les frais de transport, et 47% pour les frais de représentation. Les seniors ne devraient cependant pas se choquer outre mesure de la situation, puisqu’ils empochent annuellement 186.000 DH de plus que les juniors!

Auditeur externe senior

Situez votre salaire
Total brut annuel Moyenne: 361.874 DH Soit 30.156 DH par mois

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 500 à 700 MDH Plus de 700 MDH : : 368.374 : : 600.000 : : 250.000

Rang hiérarchique DG = 1

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : 348.972 : 398.000

Sexe
Homme Femme : : 95 % 5%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 300 301 à 500 + de 500 : 384.167 : 381.827 : : : 250.000

Age moyen
38 ans

Ancienneté dans l’entreprise
������

Secteur
Hôtellerie/Tourisme Chimie-Parachimie Banque/Assurance BTP/Mines et Energie Commerce et services Banque/Assurance/Crédits : : : : : 382.850 : 250.000

Ancienneté dans le poste
5 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre Sud : 361.874 : : :

Formation en %
Grandes écoles de commerce Grandes écoles d’ingénieurs Autres écoles d’ingénieurs Université bac+4 Université bac+5 et au-delà : : : : : 32 11 21 16

les sociétés sont entrées dans une course effrenée à la certification. Quelle entreprise ne prend pas plaisir à suspendre, à l’entrée de son siège, une banderole indiquant «Nous sommes certifiés ISO 9001»? D’autant plus que ces labels s’étendent maintenant au secteur du commerce et des services. Les auditeurs externes peuvent parfois être chargés de vérifier si les entreprises répondent aux normes et critères établis. Le poste a cependant des contenus à géométrie variable: l’auditeur peut aussi être chargé d’une étude spécifique, y compris de marché. Avec le nombre de chantiers de mise à niveau que compte actuellement le pays, tous secteurs confondus, on ne s’étonnera pas que cette fonction prenne de l’importance et ne soit plus réservée qu’à une clientèle de grande entreprise. Les auditeurs externes juniors, on l’aura deviné, sont de très jeunes cadres. Agés d’environ 29 ans, ils cumulent 5 ans d’ancienneté dans leur entreprise, et n’occupent leur poste que depuis 1 an. Les multinationales les rémunèrent légèrement mieux que les entreprises nationales, et ces cadres sont exclusivement

DEPUIS le début des années 2000,

Petit train va loin

Auditeur externe junior
Total brut annuel Moyenne: 175.998 DH Soit 14.666 DH par mois

Auditeur externe senior
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Situez votre salaire

basés sur Casablanca et Rabat. Ils sont généralement diplômés d’une grande école de commerce et, à 76%, ils sont des hommes. Un fait à noter est que chez les seniors, ce pourcentage grimpe à 95%. Serait-on réticent, chez les auditeurs, à offrir de l’avancement aux femmes? Comme son salaire mensuel de 14.666 DH l’indique, le junior est toujours en «formation». Mais son employeur tient tout de même à lui rendre l’apprentissage agréable. Attribution de primes et treizième mois pour tous! Les juniors de l’audit externe sont également bien couverts: CNSS, mutuelle et caisse de retraite complémentaire pour chacun. Rares sont ceux qui auront toutefois droit à l’assurance vie et à l’assurance retraite. Pour ce qui est des avantages en nature, les juniors ne sont pas à plaindre. On leur fournit, dans 90% des cas, un ordinateur et un téléphone portables. Ils ont presque tous droit à des indemnités fixes pour le transport et la représentation (95%). Ceux d’entre eux qui feront leur preuve peuvent espérer un avenir brillant, car leur salaire fera plus que doubler lorsqu’ils atteindront le statut de senior.

Chiffre d’affaires
Moins de 50 MDH Plus de 50 à 700 MDH Plus de 700 MDH : 176.298 : Non significatif : 169.992

Rang hiérarchique DG = 1

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : 176.298 : 169.992
Homme Femme : :

Sexe
76 % 24 %

Age moyen

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 300 301 à 500 + de 500 : : 176.298 : : : 169.992

29 ans

Ancienneté dans l’entreprise
������

Ancienneté dans le poste

Localisation

1 ans

Casablanca - Rabat Nord Centre Sud

: 175.998 : Non significatif : :

Formation en %
Grandes écoles de commerce Grandes écoles d’ingénieurs Autres écoles d’ingénieurs Université bac+4 Université bac+5 et au-delà : : : : : 57 -

Janvier 2007

48

SALAIRES 2007
N français, le terme trader se traduirait par «opérateur de marché». C’est celui qui passe les ordres d’achat et de vente d’actifs dans le domaine de la finance. Il n’est pas à confondre avec l’investisseur, car il centre son activité sur des perspectives de rentabilité économique à court terme. En fait, ce type d’opération est de la « spéculation financière». Mais, attention, le travail du trader assure la fluidité du marché, bien que le terme «spéculation» puisse paraître péjoratif. Tout comme le risk manager, sa présence est synonyme de vitalité économique. La présente enquête n’en a recensé que sept: quatre hommes et trois femmes. En moyenne, ils font partie de l’entreprise depuis 15 ans. Ils sont donc des financiers reconvertis en trader avec le développement de la Bourse. Les traders ont environ 44 ans, et donc plus âgés que la moyenne des cadres. C’est dire combien ce métier exige de l’expérience ! Ces athlètes de la Bourse sont également très instruits: 57% possèdent au moins un bac + 5. Évidemment, ils ne travaillent qu’à Casablanca, là où se trouve la Bourse. Seules les très grandes entreprises nationales, des banques donc, font pour l’instant appel à leurs services. En effet, leurs employeurs possèdent

Enquête L’Economiste-Sunergia

E

Trader, les nerfs solides
des effectifs supérieurs à 500 individus et leur chiffre d’affaires dépasse les 700.000 DH. Comme ils travaillent généralement en équipes, qui relèvent chacune d’un responsable, on ne s’étonnera pas du rang hiérarchique du trader. Ce cadre ne reçoit toutefois que 21.535 DH par mois, soit presque 6.000 DH de moins que la moyenne globale de l’encadrement marocain. On peut s’en étonner, quand on considère que ce métier figure parmi les mieux payés au monde. Évidemment, on ne surprendra personne en indiquant que 100% d’entre eux sont éligibles à des primes de rendement, et 86% à des primes de bilan. Les traders font partie des cadres les mieux couverts du pays. CNSS, prêts pour véhicules et construction, assurance-vie, caisse de retraite complémentaire et mutuelle. Une manière sans doute de les fidéliser. Chacun d’entre eux s’est vu attribuer un ordinateur et un téléphone portables, outils indispensables à ce travail. Et peut-être pour compenser leur salaire plutôt moyen, l’ensemble des sept traders enquêtés bénéficiaient d’indemnités fixes pour le transport et pour le logement. 

Caissier ou chef de caisse
Expérimenté mais mal payé
dont 21 dans le même poste, toucher près de 8.000 DH brut par mois et gérer quotidiennement des centaines de milliers de DH…Voilà à quoi se résume le poste d’un caissier / chef de caisse au Maroc. L’on peut dire que ce poste est celui de tous les contrastes. D’abord parce que le caissier / chef de caisse touche trois fois moins que la moyenne (100.905 DH brut annuellement contre 328.253). Cette spécialité présente également un grand décalage par rapport à la moyenne générale pour ce qui est de l’ancienneté au sein de l’entreprise et à un tel poste. Pour être caissier / chef de caisse, il faut avoir passé une moyenne de 26 années dans l’entreprise, dont 21 au même poste, alors que la moyenne générale est de 12 années dans l’entreprise et de 6 au même poste. L’âge est également différent puisque le caissier ou chef de caisse est âgé de 44 ans contre 41 pour la moyenne générale. Croisé avec l’ancienneté, l’on peut remarquer que le caissier ou chef de caisse se met très jeune sur le marché du travail.

AVOIR 26 années d’expérience

Ce cadre s’aligne néanmoins sur les autres spécialités pour ce qui est de la prime du 13e mois, puisque 67% de l’échantillon y a droit, contre 69% pour la moyenne globale. S’ils ne sont pas très bien payés, les caissiers et chefs de caisse bénéficient en revanche d’une excellente couverture sociale. Tous les cadres de l’échantillon bénéficient de la CNSS et de la mutuelle. Mieux encore, 100% de ces cadres ont une assurance-vie offerte par l’employeur, contre 49,17% en moyenne générale. Côté avantages en nature, cette spécialité présente un bilan mi-figue miraisin. Si 50% ont un ordinateur, seuls 17% ont droit à un téléphone portable. La moitié touche une indemnité pour le transport (montant moyen fixé à 747 DH par mois) et le tiers a droit une indemnité pour le logement. La prime de représentation est accordée à 33% de l’échantillon. Un seul cadre a droit à une assistante personnelle, et aucun ne bénéficie d’une voiture de fonction. 

Janvier 2007

Enquête L’Economiste

49

Ambassadeurs: Du simple au double
• Un total brut par mois de 59.633 à 105.818 DH • Des privilèges et des immunités à la clé
NVIÉ, le métier d’ambassadeur l’est à plus d’un titre. Cette profession, cette mission est qualifiée de «noble» par certains, de «sensible» par d’autres. Le traitement de base est identique pour l’ensemble des ambassadeurs. Il est fixé à 30.000 DH par mois. Idem pour l’indemnité de fonction, établie depuis 2004 à 6.000 DH, contre 5.000 auparavant. Seuls changent les montants des indemnités de séjour et les frais de représentation, qui dépendent du coût de la vie du pays où notre représentant(e) est envoyé(e). Car il y a bien quelques Marocaines dans le corps des ambassadeurs. Et si c’est un dame qui représente le Maroc, elle demeure ambassadeur, le terme «ambassadrice» étant réservé aux épouses des ambassadeurs, dont le rôle n’est pas négligeable. La manière de désigner l’époux de madame l’ambassadeur sera laissé à l’appréciation de chacun…

SALAIRES 2007

Les rémunérations mensuelles des ambassadeurs (en brut)

E

Source: Ministère de la Modernisation des secteurs publics

Empilement de frais et d’indemnités
Ces indemnités peuvent aller de 8.568 DH, comme c’est le cas pour l’ambassadeur du Maroc en Mauritanie à 28.152 DH. C’est le cas du chef de mission diplomatique marocaine à Tokyo, la ville qui est la plus chère du monde. Les émoluments sont donc fonction du lieu d’affectation, de sa nature stratégique. Ils sont aussi conditionnés par le climat, le degré d’éloignement et le coût de la vie dans le pays de résidence. A noter, à ce niveau, la récente révision à la hausse des indemnités journalières de séjour. Là encore, les augmentations ont varié d’un pays de résidence à l’autre. La fourchette est comprise entre 900 (cas de la Chine ) et 2.500 DH (en Russie). Les frais de représentation sont compris entre un seuil de 16.666 DH et un plafond de 41.666 DH par mois. L’ambassadeur doit cependant justifier ou rembourser les indemnités afférant aux frais de représentation. Ceux-ci servent en premier lieu à financer les cérémonies officielles qu’il organise dans sa résidence. A cela s’ajoute une indemnité forfaitaire de fonction, petitement réévaluée à 6.000 DH, contre 5.000 auparavant. L’importance de l’indemnité de séjour et des frais de représentation se répercute considérablement sur le total perçu par le

chef de la mission diplomatique. Celui-ci peut passer d’un simple de 59.633 DH (Mauritanie) à un double de 105.818 DH (Japon). Le salaire n’est pas le seul avantage des ambassadeurs. A l’étranger, ils bénéficient d’un logement de fonction meublé (en général très bien meublé, pour être digne du Royaume du Maroc), de la prise en charge des dépenses d’eau, de chauffage et d’éclairage et des frais téléphoniques. Les ambassadeurs disposent d’un personnel de maison composé d’un maître d’hôtel et d’un cuisinier en plus d’un chauffeur. Ce qui est plutôt économe quand on le compare au train de maison des grandes nations comme les Etats-Unis, la France ou l’Arabie saoudite: presque des PME! Les ambassadeurs ont également droit à des frais de mission importants. Ceux-ci vont de 100% de l’indemnité journalière de séjour lorsque le déplacement est effectué durant la journée à 200% lorsque l’ambassadeur est obligé de passer la nuit. Les missions effectuées dans un pays autre que celui de résidence ont leur propre barème d’indemnisation: 100 ou 200% de l’indemnité journalière de séjour en vigueur dans le pays où la mission à lieu. Plus encore que le reste des agents diplomatiques, les ambassadeurs bénéficient de plusieurs privilèges et immunités personnels. Outre l’inviolabilité de la personne et des biens, l’immunité de juridiction et d’exécution et la liberté de mouvement, les chefs de mission diplomatique bénéficient également d’immunités fiscale et douanière. Celles-ci consistent en une exemption de la taxation douanière et en une exemption d’inspection (non assujetties aux formalités du contrôle douanier). Ces avantages concernent toute l’activité

de l’ambassadeur, officielle ou pas. Les membres de la sa famille y ont également droit. Et pour cause, les épouses des ambassadeurs, et bien souvent leurs

enfants, sont également mobilisées au service de l’image. Au cours de ces dernières années, la Maroc a donc fait un effort important pour rendre cette fonction plus attractive, de manière à y attirer des cadres à fort potentiel. A petits pas donc, le Royaume a rompu avec cette mauvaise habitude qui faisaient des ambassades le « frigo » où l’on envoyait des personnalités que l’on voulait retirer de la compétition ministérielle sans les vexer! Il reste encore à passer à la même moulinette de la modernisation et de l’efficacité tout le corps des consuls…�

Janvier 2007

50

SALAIRES 2007
tistiques. Ils ne courent pas les rues et les entreprises qui les accueillent leur offrent des situations enviables. Ces cadres sont 3e dans le classement hiérarchique, et touchent plus de 30.000 DH/mois. Téléphones, ordinateurs portables et forfaits téléphoniques leur sont presque acquis: près de 70% en bénéficient. De plus, plus de 90% ont le 13e mois et 88% touchent des primes sur le bénéfice ou sur le chiffre d’affaires. En gros, le directeur artistique bénéficie de la même situation qu’un cadre appartenant à une grande structure. Pourtant on ne le rencontre que dans les entreprises aux chiffres d’affaires inférieurs à 200 millions de DH et qui comptent moins de 100 employés. Il s’agit particulièrement de secteurs où l’essence du métier est basé sur le talent artistique comme l’architecture, la communication ou la publicité. Ce sont généralement des structures de taille petite à moyenne, concentrées dans le pôle Casa-Rabat. Mais qui n’en offre pas moins des avantages sociaux: les enquêtés sont tous inscrits à la CNSS et bénéficie d’une mutuelle et 94% sont inscrits à la CIMR. Par ailleurs, cette catégorie de cadres affiche une rare cohérence entre

Enquête L’Economiste-Sunergia
Directeur artistique
Situez votre salaire
Total brut annuel Moyenne: 364.084 Soit 30.340 DH par mois x 12

VOICI les rarissimes directeurs ar-

Directeur artistique
formation et fonction occupée. Du talent, les études appropriées et le tour est joué. De niveau moyen (41% ont un bac+4 et 35% un bac+2), les directeurs artistiques sont, en effet, 90% à avoir pris des cours de design et d’infographie. C’est un métier qui prend de l’âge et qui ne connaît pas un grand mouvement. Les directeurs artistiques enquêtés ont vraisemblablement tous gardé leur fonction depuis l’année dernière. En effet, la moyenne d’ancienneté au sein du poste a grimpé d’une année seulement: de 4 ans en 2005 à 5 ans en 2006. Ceci dit, de nouveaux employés, recyclés ou promus, ont rejoint la fonction puisque la moyenne d’ancienneté au sein de l’entreprise est passé de 4,5 à 7 ans. Et bonne nouvelle, les femmes sont de plus en plus talentueuses! Elles sont 10% de plus à avoir accédé à ce poste par rapport à notre dernière enquête. Un métier qui se féminise donc, mais qui se nationalise aussi. De plus en plus de Marocains s’y intéressent. 80% des directeurs artistiques sont Marocains, formé au Maroc. C’est une tendance à relever pour un domaine nouveau qui s’est principalement basé pour ses débuts sur les expertises étrangères.❏

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH : Non significatif 251.633 : : 432.500 : 458.250

Rang hiérarchique DG =
3

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : :

Sexe
364.084
Homme Femme : : 71% 29%

Effectifs
- de 40 40 à 100 : :

Age moyen
281.572 409.091 36 ans

Secteur
Commerce et services Hôtellerie/Tourisme Banque/Assurance/Crédit BTP/Mine et énergie/Eau Global industrie : : : : :

Ancienneté dans l’entreprise
382.340 382.340

7 ans

Ancienneté dans le poste
5 ans

Localisation
Casablanca - Rabat :

364.084

Formation en %
Autres écoles d’ingénieurs Université bac+4 Université bac+5 et au-delà : : : 6 41 18

Designer décorateur
ses pairs. C’est le designer décorateur, à ne pas confondre avec le directeur artistique bien que plusieurs traits se ressemblent. Les deux fonctions ont plusieurs éléments en commun, à commencer par leur appartenance au même secteur d’activités: architecture, communication et service aux entreprises. Les deux postes se partagent le 3e rang hiérarchique. Mais les enquêteurs de Sunergia précise que dans les entreprises où les deux fonctions existent, c’est le directeur artistique qui l’emporte dans le classement. Autre similarité, la totalité de l’échantillon se situe sur l’axe Casa-Rabat et est concentrée dans des structures à effectif réduit (moins de 100 employés) et au chiffre d’affaires de moins de 200 millions de DH: des cabinets ou des agences plutôt que des grandes sociétés. Les ressemblances s’arrêtent là. Car les designers et décorateurs sont un peu plus jeunes avec une moyenne d’âge de 33 ans. Ce sont également des métiers venus en réponse à un besoin existant puisque la moyenne d’ancienneté dans le poste correspond à celle enregistrée au niveau de l’entreprise: 5 ans. Donc généralement, ce cadre intègre sa fonction directement sans passer par d’autres postes. Et pour cause, ce métier fait plus appel au talent qu’à l’expérience. C’est d’ailleurs une fonction

Designer / Décorateur
Situez votre salaire
Directeur artistiq

Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)
18/12/06, 15:10

UN nouveau cadre est reconnu parmi

à caractère libérale qui a tardé à se développer au sein de l’entreprise. Celle-ci faisait souvent appel aux designers et décorateurs de manière ponctuelle pour des projets précis. Aujourd’hui, ils rejoignent de plus en plus les agences spécialisées ou les cabinets d’architecture, d’où leur intégration dans notre enquête. Et si ces cadres rechignaient à s’enfermer dans leurs bureaux, c’est que plusieurs parmi eux pensent que le travail sur des projets sur commande est plus lucratif. Mais l’entreprise est devenue compétitive sur ce point-là en offrant des salaires mensuels moyens de près de 24.000 DH… et les avantages qui vont avec. A noter que 73% bénéficient de primes et 80% du 13e mois. Le métier est assez équilibré en termes de représentation des genres: 60% d’hommes et 40% de femmes. Il concerne très peu d’étrangers puisque 87% d’entre eux sont Marocains, bien que ce soit un métier nouveau où l’on a encore besoin d’expertise. Les designers décorateurs sont également formés en majorité au Maroc. Seulement 20% ont obtenu leurs diplômes à l’étranger, en France plus précisément. Le niveau de formation reste assez élevé dans le secteur, 60% ont un bac+4 et plus. Ce sont pour le moment des écoles privées qui octroient les formations adéquates en design et infographie. Formations que 64% de l’échantillon ont eu.❏

Total brut annuel Moyenne: 284.085 Soit 23.673 DH par mois x 12
1

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 700 MDH Plus de 700 MDHS : : 136.628 : 419/833 : 243.000 : non significatif : 117.391

Rang hiérarchique DG =
3

Sexe
Homme Femme : : 60% 40%

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : non significatif : 284.085

Age moyen

Effectifs
- de 40 40 à 200 201 à 300 : : :

33 ans 240.000 456.000 117.391

Ancienneté dans l’entreprise
5 ans

Secteur
Commerce et services Industrie Banque/Assurance/Crédits : : :

331.167 314.722 117.391

Ancienneté dans le poste
5 ans

Localisation
Casablanca - Rabat :

284.085

Formation en %
Grandes écoles de commerce : Université bac+4 : Université bac+5 et au-delà : 7 40 20

Janvier 2007

SA 50 Dir artis/design

1

18/12/06, 15:23

Enquête L’Economiste-Sunergia

51

I vous êtes responsable communication ou marketing (voir en page 43), vous devriez tout faire pour passer directeur car votre salaire doublera! A moins que la tendance à la baisse enregistrée dans les salaires de cette catégorie ne vous inquiète. En effet, les «Dir-com» touchaient beaucoup plus que les 40.000 DH/mois enregistrés en moyenne cette année. Le salaire brut annuel est passé de plus de 600.000 DH en 2005 à seulement à 480.000 DH en 2006. Plusieurs raisons sont à l’origine de cette dévaluation. D’abord, ces métiers attirent de plus en plus de jeunes, donc les profils n’y sont plus aussi rares. Il y a aussi la répartition des tâches au sein de cette division entre différents cadres: les responsables communication et marketing notamment. Répartition des tâches donc répartition des salaires aussi. Mais pour ceux qui s’intéressent quand même à la filière, il faut veiller à bien choisir la structure où il fait bon vivre pour un dir-com. Pour cela, voici quelques pistes: les entreprises de moins de 100 salariés et moins de 100 millions de DH de chiffre d’affaires ne sont pas celles qui payent le mieux. Elles affichent des salaires annuels de près de 200.000 DH. Dans les plus grosses structures (plus de 700 millions de DH de CA), les salaires dépassent les 500.000 DH/an. A Casablanca, ces cadres sont, en outre, mieux payés que dans les autres

S

Directeur communication et/ou marketing
régions. Enfin, il n’y a pas de distinction à faire entre les multinationales et les nationales puisque le barème salarial y est similaire. De leur part, ces cadres justifient en général d’un bon niveau de formation. Plus de 50% ont des bac+4 et bac +5. Mais très peu de ces diplômes sont obtenus dans les secteurs de la communication et du marketing. En gros, cette fonction reste prestigieuse. Et cela ne se traduit pas seulement par le rang hiérarchique de ses occupants, qui se situe entre les 2e et 3e positions (le même que celui de l’année dernière), mais également par tous les avantages offerts en parallèle. Hormis les primes attribuées à 94% de l’échantillon, ces directeurs sont près de 90% à bénéficier de téléphones et d’ordinateurs portables. Ils sont également 25% à bénéficier de voitures de fonction et de cartes carburant. A signaler que, par rapport à l’année dernière, la fonction a connu un changement majeur: l’équilibre homme/femme y est presque complètement rétabli alors que la fonction était à 84% masculine. Les autres données restent pour leur part inchangées. L’âge moyen de ces cadres est toujours de 43% et le turn-over dans le secteur semble très faible puisque les moyennes d’ancienneté au sein de l’entreprise et du poste sont presque identiques à celles de l’année dernière.❏

Directeur communication et/au marketing
Situez votre salaire
Total brut annuel Moyenne: 486.176 Soit 40.514 DH par mois x 12

SALAIRES 2007
Profil des postes

(les % significatifs de l’échantillon)

Chiffre d’affaires
Moins de 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 700 MDH Plus de 700 MDHS

346.876 : 350.000 : : non significatif 518.082 :

Rang hiérarchique DG = 1
2à3

Type d’entreprise
Multinationale Nationale : :

524.876 473.432

Sexe
Homme Femme : : 56% 44%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 300 301 à 500 + de 500 : 346.876 : 350.000 : 604.525 : non significatif : 510.878

Age moyen
43 ans

Ancienneté dans l’entreprise
Secteur
Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire Commerce et services Banque/Assurance/Crédits BTP/Mines et énergie/Eau : : : : :

14 ans
365.500 346.876 466.505 568.310

Ancienneté dans le poste
3 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Centre Sud : : :

503.415 350.000 381.000

Formation en %
Université bac+4 Université bac+5 et au-delà : 25 : 25

Directeur systèmes d’information
Situez votre salaire
Profil des postes
(les % significatifs de l’échantillon)
19/12/06, 11:59

Responsable système d’information
de l’entreprise. Le système d’information compte cette année un directeur et un responsable (voir en page 30). On retrouve ce dernier dans différents types de structures, pas seulement dans les grandes entreprises, et «il est très courant qu’il y exerce les fonctions d’un directeur sans en avoir le titre», indiquent les enquêteurs de Sunergia… Avec une telle organisation, les entreprises économisent plus de 400.000 DH annuellement. En effet, ce cadre perçoit un salaire annuel brut de 232.000 de DH/an contre 630.000 DH/an pour son directeur. Pourtant l’un et l’autre justifient de presque autant d’expérience et d’ancienneté au sein du poste. Donc pour trancher, les entreprises se basent sur le critère de la formation. Pour exemple, les responsables système d’information sont 14% à avoir un bac+5 contre 50% chez les directeurs. La majorité est diplômée en informatique et réseaux télécom, électricité mécanique… En principe, le responsable a à sa charge la mise en œuvre des systèmes d’information. Il s’occupe plus de leur application, parfois même de leur conception, mais les grandes orientations proviennent de la direction de ce département.

Direc. comm./mark.

Total brut annuel Moyenne: 323.363 Soit 19.363 1DH par mois x 12

LA spécialité se développe au sein

Les intéressements ne sont pas courants dans cette fonction. Mais l’entreprise offre à ces cadres différentes formes de primes. La prime sur objectif est la plus courante. Elle concerne 31% des 91% des responsables qui perçoivent des primes. Les primes de rendement et sur le bénéfice concernent pour leur part 30% de l’échantillon. Ils bénéficient en outre des avantages sociaux classiques: CNSS (100%), mutuelle et CIMR (plus de 90%) et d’une assurance vie à hauteur de 60%. Mais, curieusement, les responsables système d’information ne bénéficient pas de beaucoup d’avantages en nature. Par exemple, seule la moitié a un ordinateur alors que celui-ci est censé être un outil de travail principal. Par ailleurs, plusieurs indemnités sont prévues pour cette fonction . Celle relative au transport bénéficie à 72% de l’échantillon et peut dépasser les 2.000 DH/mois. Presque de la même valeur, la prime de représentation concerne, pour sa part, près de 40% des enquêtés qui sont encore loin de devenir des enquêté(e)s puisque la fonction a été et reste très masculine à hauteur de 86%.❏

Chiffre d’affaires
Moins de 10 MDH De 10 à 50 MDH Plus de 50 à 100 MDH Plus de 100 à 200 MDH Plus de 200 à 300 MDH Plus de 300 à 400 MDH Plus de 400 à 700 MDH Plus de 700 MDHS

112.028 : 102.457 : : 247.500 : 235.647 : 183.578 : 207.453 : non significatif : 275.035

Rang hiérarchique DG = 1
4

Sexe
Homme Femme : : 86% 14%

Effectifs
- de 40 40 à 100 101 à 200 201 à 300 301 à 400 401 à 500 + de 500 : : : : : : :

121.352 206.608 206.740 374.999 247.413 229.027 201.134

Age moyen
39 ans

Secteur
Chimie-Parachimie Ind. agroalimentaire Commerce et services Hôtellerie/Tourisme Banque/Assurance/Crédits BTP/Mines et énergie/Eau : : : : : :

Ancienneté dans l’entreprise
555.000 641.310 310.000 783.485 539.630
11,5 ans

Ancienneté dans le poste
7,2 ans

Localisation
Casablanca - Rabat Nord Centre : : :

Formation en %
241.726 315.825 116.743
Grandes écoles d’ingénieurs : 14 Université bac+4 : 23 Université bac+5 et au-delà : 14

Janvier 2007
Resp. système information 1 19/12/06, 12:09

SA 51

1

19/12/06, 12:10

52

SALAIRES 2007

Enquête L’Economiste

La Fonction publique table sur l’obligation de résultats
projet de loi sur le nouveau statut de la Fonction publique a été adopté à l’unanimité par la Chambre des représentants.

• Les écarts de salaires: de 1 à 52!

La réforme consiste notamment en la outre, le contrat à durée déterminée sera suppression des échelles 1 à 4. Ces petits introduit dans la Fonction publique, les métiers peuvent être externalisés. concours d’accès généralisés et le recrutement direct des échelles 11 supprimé. Autre chantier, la révision du système Centralisation • De nouvelles règles de notation de notation et d’évaluation des fonctionnaires. Un décret a été adopté dans ce en place E regroupement des statuts et la révision des règles de notation passent sens. Il vise à valoriser le travail, rendre également par une réforme des structures. Un décret y est consacré. Le texte vise le processus de promotion plus objectif à lutter contre la pléthore de services centraux, tels que la division du service civil • Actuellement, 70 statuts et 281 qui continue d’exister sur le papier. Reste à limiter la tendance à la concentration et limiter le critère de l’ancienneté. Le concours d’aptitude professionnelle pour et à la centralisation de l’Administration publique, ce qui influe lourdement sur indemnités différentes le passage d’un grade à un autre et l’insson système de management. L’hiérarchie est pyramidale. Le fonctionnement cription préalable sur la liste des promos’opère par «instructions», émanant presque toujours du centre. L’esprit de corps tions deviendront obligatoires, mais pas E regroupement des statuts de la est excessif. Les services extérieurs, eux, sont faiblement dotés, matériellement généralisés. Fonction publique constitue un chantier comme humainement. Une telle situation se traduit par une faiblesse des servimajeur de la réforme de l’Administration ces dispensés aux populations concernées en quantité comme en qualité. A cela 20 points au lieu de 3 menée par le gouvernement. L’Adminis- s’ajoute la mauvaise répartition des effectifs entre les régions et les administratration compte actuellement pas moins de tions. � Maintenu, le système basé sur le 70 statuts et 281 indemnités différentes. “choix” sera assorti de la notion de La disparité est structurelle. Les écarts de Reste à convaincre les membres du A terme, l’Administration sera constisalaires varient de 1 à 52. Et c’est pour collège des salariés, constitués de syn- tuée de trois blocs: les agents d’exécution, “mérite”. La priorité sera donnée aux atténuer ces tendances négatives que le dicalistes, à la Chambre des conseillers. les agents de maîtrise et les cadres. En meilleurs éléments coupant le chemin aux promotions qualifiées de «bidons» Fonction publique par ancienneté ou de «complaisance».

L

L

Tranches d'ancienneté Moins de 15 ans 15 - 19 ans 20 - 25 ans 25 - 29 ans 30 - 34 ans 35 - 39 ans 40 ans et plus Total

Effectifs de la Fonction Pourcentage publique avant le départ volontaire 203.575 70.304 80.268 92.512 38.308 19.734 5.817 510.519 39,88% 13,77% 15,72% 18,12% 7,50% 3,87% 1,14% 100%

Effectifs des départs volontaires 824 1.732 6.668 12.906 9.446 5.904 1.111 38.591

Effectifs de la Fonction publique après le départ volontaire 202.886 68.605 73.595 79.552 28.802 13.789 4.700 471.928

Pourcentage 42,99% 14,54% 15,59% 16,86% 6,10% 2,92% 1% 100%

Quid de la rémunération?
UTRE chantier, la réforme du système de rémunération des fonctionnaires. C’est le point le plus chaud. Une étude dans ce sens vient d’être lancée par le ministère de la Modernisation des secteurs publics. Telle qu’elle est établie pour l’heure, la rémunération comprend le traitement, les prestations familiales et toutes indemnités ou primes instituées par les textes législatifs et réglementaires. Le traitement de base est l’élément principal de la rémunération auquel s’ajoute l’indemnité de résidence. Celle-ci est fonction de l’affectation géographique (selon les zones A, B ou C). Elle est de 25, de 15 ou de 10% à partir de l’échelle 7. En dessous, elle est de 25 et de 10%. A cela s’ajoutent d’autres indemnités, comme celle de l’encadrement. Le montant brut annuel du salaire de base est calculé à partir d’un indice correspondant à l’échelon de l’employé. La grille indiciaire comporte 11 échelles qui renseignent sur le niveau dans la hiérarchie. Chacune est constituée de 10 échelons (correspondant à l’ancienneté) à l’exception de l’échelle 1 et des échelles 10 et 11 qui comportent, elles, un échelon exceptionnel. Les tranches d’indices vont de 1 à 100, de 101 à 150 et audelà de 150. Elles correspondent aux valeurs annuelles d’indices 98, 79 et 50 DH. �

A

Source: MMSP; données au 30 octobre 2005

�����

Janvier 2007

Enquête L’Economiste

53

La Fonction publique table sur l’obligation de résultats
Dans les détails, la nouvelle formule propose d’augmenter l’échelle de notation de 3 à 20 points. Les fonctionnaires seront notés par leur chef hiérarchique sur cinq critères (réalisation des tâches, rendement, aptitude à l’organisation, discipline et innovation). Selon la note obtenue, cinq mentions seront attribuées: excellent (18 à 20), très bien (16 à 18), bien (14 à 16), moyen (10 à 14) et faible (moins de 10). Le chef hiérarchique s’entretiendra avec le fonctionnaire au moins une fois tous les deux ans, soit à l’occasion de sa candidature à la titularisation où à l’avancement de sa carrière. Il est tenu d’établir un rapEffectifs de la Fonction publique après le départ volontaire Total 9.654 17.397 4.537 6.386 29.799 28.485 13.243 26.878 124.625 133.631 49.430 27.863 471.928

SALAIRES 2007

Fonction publique par échelle
Effectifs de la Fonction publique avant le départ volontaire Echelle 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Hors échelle Total Femmes Hommes 3.033 6.722 5.165 13.857 3.568 1.434 813 6.436 6.198 25.659 6.080 25.413 2.725 12.713 13.114 17.903 52.699 75.394 46.576 93.208 15.917 38.850 7.909 29.134 163.797 346.722 Total 9.755 19.022 5.002 7.248 31.857 31.493 15.438 31.017 128.093 139.783 54.767 37.043 510.519
Effectifs des départs volontaires

Femmes 62 661 373 121 1.118 1.186 247 1.993 1.794 2.410 1.434 2.205 13.606

Hommes 39 964 92 741 940 1.822 1.947 2.145 1.674 3.742 3.902 6.975 24.985

Total 101 1.625 465 862 2.058 3.008 2.194 4.139 3.468 6.153 5.337 9.180 38.591

port sur les besoins de requalification, de mobilité et du mérite pour la titularisation et à l’avancement du grade. Le changement concerne également l’unification des systèmes de promotion. Pour chacune des trois catégories du personnel, deux périodes de promotion sont prévues. La première intervient après 6 ans d’ancienneté et ne touchera que 11% de l’effectif ayant participé au concours. La deuxième vague concernera 11% des fonctionnaires ayant justifié de dix ans

Le politique à petites doses
ES politiques nommés à de hautes responsabilités ne sont pas légion. L’expérience de Mohamed Mbarki (USFP), wali de Tétouan et actuellement DG de l’Agence du développement de l’Oriental, de Rachid Filali (Istiqlal), wali d’Agadir, et de Khalid Safir (RNI), gouverneur à Casablanca, n’a pas fait tache d’huile. Idem pour les ambassadeurs politiques. Visiblement, le recours aux politiques dans les hautes sphères de l’Etat se fait encore à dose homéopathique. Certains ministres politiques ont montré leurs limites. Dans l’entourage du Premier ministre, on parle volontiers d’erreur de casting et d’un gouvernement à deux vitesses. Le petit groupe de ministres qui travaillent est très visible. Certains, planqués, n’arrivent pas à suivre le rythme. D’autres ne veulent pas faire de vagues. Ils se contenteront d’une retraite de plus de 39.000 DH par mois dès qu’ils auront quitté leur poste. Cependant, ils assument la responsabilité de plomber les secteurs dont ils ont la charge. � d’expérience. Les quotas ne sont plus fixés en fonction des postes budgétaires, mais dépendent du nombre de candidatures pour chaque catégorie du personnel. Fini donc les promotions exceptionnelles. Le mauvais souvenir des deux dernières opérations de ce genre est toujours présent. Les promotions exceptionnelles de 1997 et 2002 ont explosé la masse salariale qui a doublé depuis 1996 passant de 30 à plus de 60 milliards de dirhams. Tous les fonctionnaires ayant 10 ans d’ancienneté ont été promus sans tenir compte de leur rendement. Du coup, l’Etat se retrouve avec une forte proportion de cadres, soit 53% du personnel. �

L

Source: MMSP; données au 30 octobre 2005

Fonction publique par âge
Groupes dʼâge Moins de 30 ans 38-39 ans 40-49 ans 50 ans et plus Total Effectifs de la ��������� des Effectifs Fonction Pourcentage départs publique avant le volontaires départ volontaire 49.990 112.926 213.926 133.677 510.519 9,79% 22,12% 41,90% 26,18% 100% 21 290 9.614 28.666 38.591

Effectifs de la Fonction publique après le départ volontaire 50.004 112.714 204.375 104.835 471.928

Pourcentage 10,60% 23,88% 43,31% 22,21% 100%

Source: MMSP; données au 30 octobre 2005

Fonction publique par région
Régions Rabat-Salé-Zemmour-Zaër Grand Casablanca Souss-Massa-Draâ Marrakech-Tensift-El Haouz Meknès-Tafilalt Oriental Tanger-Tétouan Fès-Boulmane Taza-Al-Hoceïma-Taounate Chaouia-Ourdigha Gharb-Chrarda-Beni Hssen Doukkala-Abda Tadla-Azilal Guelmim-Es Smara Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra Oued Eddahab-Lagouira Non définie Total
Source: MMSP; données au 30 octobre 2005

Effectifs de la Fonction publique avant le départ volontaire �����

Effectifs des départs volontaires

Femmes 34.103 20.784 10.995 14.688 11.882 9.495 10.064 9.882 6.950 7.761 8.052 8.241 4.815 1.994 1.629 489

Hommes 57.484 30.829 34.951 28.247 29.368 24.046 22.966 18.248 19.393 18.276 17.219 16.008 15.249 9.238 5.467 1.706

Total 91.587 51.613 45.946 42.935 41.250 33.541 33.030 28.130 26.343 26.037 25.271 24.249 20.064 11.232 7.096 2.195 510.519

161.824 348.695

Femmes Hommes Total 4.740 5.839 10.579 1.898 3.307 5.205 391 1.030 1.421 802 1.402 2.204 509 1.355 1.864 380 1.172 1.552 516 1.239 1.755 540 1.061 1.601 125 363 488 374 992 1.366 514 991 1.505 527 1.147 1.674 149 489 638 31 140 171 46 208 254 8 43 51 2.056 4.207 6.263 13.606 24.985 38.591

Effectifs de la Fonction publique après le départ volontaire Total 81.008 46.408 44.525 40.731 39.386 31.989 31.275 26.529 25.855 24.671 23.766 22.575 19.426 11.061 6.842 2.144

478.191

M.C.

Janvier 2007
��������

54

Enquête L’Economiste

SALAIRES 2007

Administration: La réforme par étape
• DVD, horaire continu… les leviers de la modernisation • Prochaine étape: le redéploiement des fonctionnaires • Encouragement via des primes à l’étude
UEL bilan dresser de la réforme de l’administration? L’expérience en cours est une première du genre. Le gouvernement ne parle plus de «grande réforme». Mais plutôt d’un «traitement qui se fait par étapes». Une présentation sans doute moins politique, voire moins démagogique, en espérant que l’évolution va dans le sens de l’efficacité. Pour ses initiateurs, la réforme de l’administration passe d’abord par l’allègement de la masse salariale. C’était une priorité dans le programme d’ajustement structurel d’il y a vingt ans, mais l’objectif s’est avéré impossible à atteindre: il y avait toujours un «dialogue social» en cours, dont Basri ne voulait pas assumer les risques de contestation politique. L’opération des départs volontaires, plus connue sous le nom DVD, a concerné 38.591 fonctionnaires. Elle s’est inscrite directement dans la politique de la réduction de la masse salariale: l’objectif affiché sans complexe était de réduire le poids financier de l’administration sur le budget de l’Etat. Celui-ci était avant le fameux DVD de 5,6 milliards de DH par mois, soit près de 58 milliards de DH par année. Ce qui représente 13% du PIB et 65% des recettes ordinaires! Autant dire que l’Etat était (est encore?) paralysé par ses charges fixes. Ce taux est très élevé en comparaison avec une moyenne de 7,7% du PIB pour les pays de la région Moyen-OrientAfrique du Nord, qui ont pourtant à peu près la même culture politique que nous. Les pays d’Asie du Sud plafonnent à 6,7%, la moitié du Maroc. Quand aux pays de l’OCDE, ils font encore mieux avec une moyenne de 4,5%. Estimé à 510.519 avant cette opération, le nombre global des fonctionnaires est passé à 471.928, ce qui n’est pas une réduction colossale du nombre de collaborateurs. Néanmoins, le gain financier pour l’Etat, et donc pour le contribuable, est considérable. Pour preuve, les résultats d’une étude menée par le cabinet KPMG pour le compte du ministère de la modernisation des secsituation, le gouvernement table sur le redéploiement. Là encore, il procède par étape. La mise en place d’un référentiel des emplois et compétences (REC) sera généralisée en 2008. Ce référentiel, qui est une nouveauté pour la gestion des ressources humaines de l’Etat, sera à la base de plusieurs changements dans la formation continue, le recrutement, le redéploiement et la mutation. Il devra étudier dans les détails les compétences de chaque administration et les possibilités de leur redéploiement. Ce qui permettra une gestion prévisionnelle des effectifs. Les ministères de l’Equipement et de l’Agriculture ont finalisé les sont en projet. En clair, de l’argent. L’autre grande opération mise en place par ce gouvernement est l’horaire continu. Le souci est de rechercher plus d’efficacité dans le travail tout en s’alignant sur les pays modernes. Une évaluation en bonne et due forme du processus a été confiée à un cabinet externe, Capital Consulting. Le bilan est mitigé. L’appréciation générale est positive. Le ministère de l’Energie parle déjà d’une économie d’électricité de l’ordre de 1 milliard de DH par an. Le MMSP avance, lui, que pour 25 repas servis, un emploi direct est créé. Néanmoins, les fonctionnaires réclament des mesures d’accompagnement à cette journée continue, qui, rappelons-le, a été refusée par le personnel des banques. La restauration collective, qui tarde à être généralisée, arrive en tête. Sur 34 départements ministériels, 23 disposent d’un espace de restauration. Cinq sont en cours d’installation alors que cinq autres n’ont pas de projet dans ce sens. Le prix du repas varie entre 10 et 30 dirhams, ce qui est jugé pénalisant pour les petites bourses. Les dépenses en restauration dépassent les économies réalisées sur le transport! Et aucune prime de restauration n’est à l’ordre du jour du gouvernement. Les systèmes en place ont été réalisés via les œuvres sociales des différents ministères. L’inadéquation entre les horaires de l’administration et ceux de l’enseignement public est également vivement critiquée. Cela explique notamment l’absentéisme flagrant dans certains départements. Autre pomme de discorde: la présence. Les fonctionnaires sont réputés absentéistes; l’opinion publique n’est pas du tout tendre à leur endroit et exige des contrôles. Ce qui est parfois injuste! Il n’empêche que le système de pointage n’est installé que dans 13 ministères. Quatre supplémentaires sont en cours d’installation. Mais seize départements réfractaires se contentent toujours du vieux système de la feuille de présence. Autre mesure, le recrutement dans l’administration se fera désormais par concours. La généralisation de cette procédure est d’ailleurs une des grandes nouveautés de la réforme. Elle est valable pour toutes les échelles et tous les postes, à l’exception de la sécurité et les postes à «profils». Si elle permet une certaine égalité des chances, d’aucuns s’interrogent sur les règles de transparence devant accompagner cette mesure. ❏

Q

6.000 recrutements pour 2007
N attendant, et malgré la volonté affichée de «dégraisser le mammouth», l’Etat continu à recruter. Quelque 7.000 postes sont ainsi prévus au titre de l’année 2007 par la loi de Finances. Le souci est «qualitatif», a dit le ministre des Finances en justifiant la parallèle entre DVD et recrutements devant les élus. Le «rajeunissement» en est le maître mot. Il reste que cela coûtera quand même 250 millions de dirhams par an. Un nombre et un montant à nuancer avec les départs normaux à la retraite qui tournent autour de 6.000 personnes. Ce serait donc un nouveau pour un retraité, en comptant que le nouveau ne va pas prendre le fauteuil du retraité sans un sérieux reprofilage du poste. D’autant que le plus gros de ces nouvelles recrues seront affectées dans les régions en sous-effectifs, notamment pour l’enseignement (plus de 3.000 postes au total) et la sécurité (4.000). Parallèlement, la titularisation des fonctionnaires touche à sa fin. Les 3.000 dernières régularisations sont prévues. Un total de 31.000 fonctionnaires auront bénéficié de cette opération depuis 2001, date à laquelle ce mouvement a démarré.❏ teurs publics (MMSP). L’allègement du budget de l’Etat s’élève à près de 3 milliards de DH par an. Le montant global des indemnités octroyées aux bénéficiaires du DVD, près de 11 milliards de DH, sera récupéré d’ici 2008. Ce processus de rationalisation n’en est qu’à ses débuts. Certains le critiquent. Ils lui reprochent d’avoir vidé certaines administrations de leurs cadres. C’est notamment le cas pour l’enseignement et la santé. Pour pallier cette leurs. Les départements de la Modernisation des secteurs publics et des Finances suivront dès la fin de cette année. Les Habous, la Justice, l’Artisanat, la Santé, l’Intérieur, l’Education nationale et la Culture ont démarré ce processus. Une chose est cependant sûre: politiquement, le redéploiement promet d’être, pour le moins, impopulaire. En effet, les fonctionnaires voient leurs rémunérations varier énormément en fonction du ministère auquel ils appartiennent. L’égalité n’est qu’une fiction. Il vaut mieux être aux finances qu’à la culture; il vaut mieux être en administration centrale qu’en province; il vaut mieux porter une casquette de bureaucrate que d’aller sur le terrain… Exactement ce que les citoyens (électeurs et contribuables) ne supportent plus chez l’Etat. La réforme va donc se heurter à de violentes oppositions, d’autant plus féroces qu’elles ne diront jamais pourquoi elles sont aussi puissantes… Et le gouvernement le sait bien: des «mesures d’encouragement» à la réforme

E

Chef de la Rédaction: Mohamed Chaoui Adresse: Angle rue Al Khalil, Bd Med V Tél.: 037 26.28.46/47/48 - Fax: 037 26.28.45 E-mail: mchaoui@leconomiste.com

BUREAU DE RABAT

M. C.

Janvier 2007

SA 54 réforme adm.

1

18/12/06, 11:49

Enquête L’Economiste

55

SALAIRES 2007

Comment l’Etat recrute-t-il ses cadres?
• Compétence et rajeunissement sont les maîtres mots • Des profils distingués dans des organismes internationaux • La culture des réseaux très à la mode
A nomination royale des hauts fonctionnaires a toujours été un moment fort dans la vie politique, aujourd’hui encore plus qu’à la fin du règne de feu Hassan II, car chacun comprend bien qu’il est question de renouveler et rajeunir le haut encadrement de l’Etat. Pour preuve: les pronostics et les rumeurs qui précèdent chaque désignation. C’est dire que l’opinion publique s’y intéresse de très près. En fait, comment sont choisis ces hauts fonctionnaires? Quelle procédure s’applique dans le choix de ces super managers qui touchent le pouvoir de si près au point d’en faire partie? Autant de questions qui alimentent les supputations et les commentaires dans les salons. D’abord, la Constitution met de l’ordre et fixe des procédures générales. Selon son article 30, «S.M. le Roi nomme aux emplois civils et militaires et peut déléguer ce droit». D’ailleurs, une partie du débat sur la révision constitutionnelle se focalise sur ce chapitre. Plusieurs partis veulent réduire les pouvoirs du Roi en accordant ces attributions au Premier ministre. Comme souligné dans l’article 30, le Souverain peut déléguer au Premier ministre des nominations relatives à la direction de certains établissements publics. Cependant, certaines entreprises publiques ayant un caractère étatique et une valeur symbolique, l’OCP par exemple, le choix du patron relève du Souverain. En France, la procédure est identique. Les dirigeants des grandes entreprises sont nommés en Conseil des ministres, et le choix fait partie d’attributions que le président ne partage pas toujours avec son gouvernement. Pour ces postes à responsabilités, la compétence est très recherchée: honnêtement, on ne peut plus parler aujourd’hui de népotisme, de clan, de clientélisme ou de favoritisme comme on en parlait il y a vingt ou trente ans. La chasse aux profils performants se fait localement dans le secteur public, dans le privé mais aussi à l’étranger. La volonté d’avoir les meilleurs, quitte à aller les dénicher dans des multinationales et leur faire interrompre leur carrière, est manifeste. Ce sont souvent des «pointures» qui se sont distinguées dans des organismes internationaux. Le Maroc les approche pour un rapatriement en vue d’occuper des postes de responsabilité. D’ailleurs, des «chasseurs de têtes» ont des capacités de persuasion hors normes… même si parfois les promesses ne sont pas entièrement tenues: cela dépend aussi des capacités et du rendement de ce cadre. Classiquement, pour changer un diEn tout cas, en cinq ans, la haute fonction publique a été assez largement renouvelée et peu de nouveaux titulaires ont démérité. L’injection de nouveaux venus, jeunes et moins jeunes, dans l’Administration produit souvent un effet d’accélérateur. En revanche, la méritocratie semble avoir une limite: l’équilibre régional. Il est évident que le recrutement dans la haute fonction publique tient compte du principe de la diversification géographique. Il s’agit de chercher à représenter toutes les régions pour couper court à une vieille pratique de «concentration des Fassis». Cette «domination» a été cassée déjà sous le règne de Hassan II en ouvrant la voie aux autres provinces. L’accès font intervenir toutes les connaissances dans l’espoir d’une «recommandation en haut lieu». Ils peuvent vous citer tel conseiller écouté pour tel secteur. Ils vous disent que la nouvelle génération de l’entourage du Souverain est en train de monter ses réseaux. Pour eux, Fouad Ali Al Himma, le ministre délégué à l’Intérieur, serait la voie idoine. Les profils pointus qu’il choisit doivent passer quelques mois

L

Le rôle du Palais
u Maroc, c’est le Cabinet royal qui définit à grands traits le profil idoine pour tel ou tel poste. Sur ce chapitre, il y a un changement qui n’a jamais été souligné: la procédure, même très embryonnaire, ressemble à celle des chasseurs de têtes, et parfois ce sont effectivement des chasseurs de têtes qui font le travail. Dans les années 1960 et 1970, on procédait souvent à l’envers: on avait l’homme à récompenser ou à sanctionner, et on cherchait le poste idoine. Autre caractéristique de l’ancien mode de promotion: la famille. Par le passé, la norme de garantie pour le choix des managers était recherchée dans la famille. «Fils de bonne famille», disait-on. La responsabilité se transmettait alors de père en fils comme un héritage. Depuis que la procédure a été remise dans le bon sens, la qualité des recrutements, dans leur écrasante majorité, a été satisfaisante.
dans son cabinet au ministère de l’Intérieur avant de les proposer au top management. Pour ces gens-là, le ministre qui a «l’oreille du Roi» sonde, recrute des jeunes ayant du potentiel dans le monde politique, la société civile, voire dans les médias. Mohamed Moatassime est également cité comme personne-ressource. Le conseiller du Souverain s’est fait une spécialité dans les profils arabophones pour des postes clés. Mohamed Chraïbi, membre du Cabinet royal, est également cité.

A

Meziane Belfkih: Flairer l’oiseau rare
E plus en vue des actuels faiseurs de carrière est incontestablement Abdelaziz Méziane Belfkih. Le conseiller du Souverain s’est fait une réputation de faiseur de carrières. Pour les salonnards de la capitale, l’ancien ministre de l’Equipement est à l’origine de la promotion de plusieurs ingénieurs dans le top management. Il aurait suggéré à Driss Jettou les noms de quelques ingénieurs pour occuper le poste de ministre dans les gouvernements «Jettou I» et «Jettou II». Visiblement, le Premier ministre n’a pas eu à le regretter. Méziane puise dans l’Association des anciens de l’Ecole des Ponts et Chaussées mais aussi parmi les diplômés de l’Ecole Hassania des ingénieurs notamment. Il a le don et le flair de dénicher l’oiseau rare.
recteur ou secrétaire général, le ministre fait trois propositions, avec CV, et les envoie au Premier ministre. Celui-ci les examine et dispose d’un droit de veto pour les refuser. Mais souvent, il transmet le dossier tel quel au Cabinet royal. Un des trois noms ressort et la personne sera nommée par dahir. Dans cette procédure, la lenteur est souvent critiquée. Entre la proposition et la décision, une année d’attente s’écoule, parfois plus et quelques fois le poste reste vacant! Il est incontestable que le choix de grands managers répond en principe à des considérations stratégiques. Par exemple, pour privatiser une entreprise publique, on écartera les profils antiprivatisation ou qui ceux risquent de faire capoter l’opération. Comme partout dans le monde, le Cabinet et les cercles proches du chef de l’Etat préparent les dossiers. aux grandes écoles via des concours y était pour quelque chose. L’enseignement public a démocratisé l’entrée dans la fonction publique, où pouvaient se côtoyer des fils de riches et ceux de familles modestes, enfants de cadres et d’analphabètes. Cependant, dans les salons rbatis et l’imaginaire populaire, les choses sont présentées autrement. L’accès à un des réseaux en vue, la proximité ou les relations familiales sont des leviers impératifs pour accéder à des postes à responsabilités. Cette idée est tellement ancrée dans les mentalités que des cadres tapent à toutes les portes à la recherche de «soutiens décisifs», disent-ils. Certains ont une immense capacité à se faire valoir au point de remettre des CV au Cabinet royal. D’autres, s’estimant plus futés, usent de tous les subterfuges pour se rapprocher des cercles du pouvoir. Ils

L

Janvier 2007

56

Enquête L’Economiste-Sunergia

Sommaire
■ Des salaires... plus un portrait du Maroc ………………………………… 2/4

Fiche technique
ENQUÊTE «Salaire des cadres», confiée par L’Economiste au bureau d’études Sunergia, rassemble les réponses, cohérentes et pertinentes, de 101 entreprises différentes dans quatre grandes régions: le Grand Casablanca (47 entreprises), Rabat et Salé (6), Tanger (13), Fès et Meknès (14), Marrakech (8), Agadir (13). Dans la présentation finale, les deux métropoles du Sud ont été regroupées. Les données ont été recueillies auprès des directions des ressources humaines (ou du service équivalent), de manière à obtenir des données précises et sûres. En effet, l’expérience montre que rares sont ceux qui connaissent précisément leur niveau de salaire brut et citent sans erreur les avantages dont ils bénéficient. L’enquête s’est déroulée de mai à septembre 2006. Le déroulement a duré précisément parce que la méthode de collecte auprès de l’entreprise est certes sûre, mais lente et lourde. Les entreprises appartiennent à 18 branches d’activité différentes, qui ont été regroupées en 4 secteurs. Les branches qui n’entraient pas dans ces secteurs n’ont pas été retenues dans les tableaux «Situez votre salaire», publiés en regard de la description de chaque poste. C’est pourquoi tous les secteurs n’apparaissent pas pour chacun des postes. Il y a aussi une spécialisation géographique: on ne surprendra personne en indiquant que le tourisme est plutôt concentré à Marrakech-Agadir, les IMME et les financières à Casablanca, etc. Les fiches de postes de 1.328 cadres ont été retenues. 45 fonctions différentes, avec pour chacune un nombre significatif de cadres, ont été retenues, représentant cinq niveaux hiérarchiques. 75% de notre échantillon de cadres se trouvent dans les rangs 1, 2, 3 et 4 (5% de PDG). Par taille, les entreprises de notre échantillon vont de moins de 40 collaborateurs à plus de 500 employés, cette dernière catégorie représentant 19% de notre échantillon d’entreprises. Le classement initial a été fait par tranche de 100 personnes; et pour la présentation, les tranches ont été regroupées, selon la pertinence de ce regroupement, poste par poste. Même regroupement, sur le même principe, pour les chiffres d’affaires. L’enquête a fait ressortir des classements très fins, par tranche de 100 millions de DH. Ces tranches ont été regroupées de manière à ce que le salaire moyen ait un sens statistique. La finesse des tranches nous a permis de faire des observations inattendues (voir notre introduction). Par chiffre d’affaires, notre échantillon d’entreprises va de moins de 10 millions de DH à au-delà de 700 millions. 23% de notre échantillon sont dans cette dernière catégorie et 16% font moins de 10 millions de DH de CA. Autant par le CA, par la situation géographique que par le nombre d’employés, notre échantillon peut être considéré comme représentatif.❏

■ Femmes promues mais salaires allégés! ……………………………………… 4 ■ Ah! Les primes et les avantages ……………………………………………… 5 ■ Réforme: La prime qui bloque tout…………………………………………… 6 ■ Du “petit gouverneur” au “super-wali” ……………………………………… 8 ■ Premier ministre et ministres: Salaires bloqués depuis... un quart de siècle! 10 ■ Les PDG sont de moins en moins rentiers ………………………………… 11 ■ Directeur général / Directeur général adjoint ……………………………… 12 ■ Grands patrons du public ………………………………………………… 13 ■ Secrétaire général de ministère / Directeur central de ministère ………… 14 ■ Assistant (e) de direction…………………………………………………… 15 ■ Parlementaires: Avantages à tous les étages ……………………………… 16 ■ Directeur administratif & financier / Responsable administratif & financier ■ Directeur des ventes, une fonction qui se féminise / Responsable des ventes 18 20

L’

■ Directeur commercial: Plus d’universitaires ……………………………… 22 ■ Responsable commercial grands comptes: L’homme qui traite les gros marchés 22 ■ Directeur qualité, un poste nouveau / Responsable qualité: Egal à lui même 24 ■ Responsable production-exploitation / Responsable «business unit» …… 26 ■ Directeur de production ou d’usine ……………………………………… 27 ■ Directeur-chef de projet: Exit la routine …………………………………… 28 ■ Directeur ou responsable R&D, une fonction qui peine à émerger ……… 28 ■ Directeur système d’information / Responsable logistique ……………… 30 ■ Responsable achats et approvisionnement ………………………………… 32 ■ Responsable juridique: Le petit trésor caché ……………………………… 32 ■ Responsable du recouvrement / Responsable trésorerie …………………… 34 ■ Risk manager ……………………………………………………………… 35 ■ Directeur des ressources humaines / Responsable ressources humaines … 36 ■ Directeur technique: La décote! / Responsable technique et maintenance 38 ■ Responsable marketing / Responsable de communication ………………… 40 ■ Professeurs universitaire: La longue traversée des grades ………………… 42 ■ Directeur et responsable pédagogique …………………………………… 43 ■ Magistrat: Des salaires peu adaptés ……………………………………… 44 ■ Directeur des achats, la perle rare ………………………………………… 45 ■ Directeur d’audit interne / Auditeur interne ……………………………… 46 ■ Auditeur externe senior: Le cadre confortable …………………………… 47 ■ Auditeur externe junior: Petit train va loin ………………………………… 47 ■ Trader, les nerfs solides / Caissier ou chef de caisse: Expérimenté mais mal payé 48 ■ Ambassadeurs: Du simple au double ……………………………………… 49 ■ Directeur artistique / Designer décorateur ………………………………… 50 ■ Directeur communication et/ou marketing / Responsable système d’information 51 ■ La Fonction publique table sur l’obligation de résultats………………… 52/53 ■ Administration: La réforme par étape ……………………………………… 54 ■ Comment l’Etat recrute-t-il ses cadres? …………………………………… 55

Janvier 2007

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->