Vous êtes sur la page 1sur 66

Analyse urbain de la ville de Tipasa

Approche de KEVIN LYNCH

Réalisé par : Chargé d’atelier


-BEN AGOUM Abd Errahmen -Mr :ALLALA
-BOUFLIGHA Merouane -Mr :KASSAB
-OTMANI Farouk -Mr :TAHALLAH
-BOUTAOUS Djamel
3eme ANNÉE 2005/2006
PLAN DE TRAVAILLE 
1-Presentation de l’approche de KEVIN LYNCH.
2-Application contextuelle :
• Problématique de la ville .
• Situation.
• Historique.
• Image mentale ( but, définition, questionnaire, image
collective).
• Analyse systématique.
• Analyse séquentielle.
• Carte problématique.
3-Proposition :
• Choix du site (îlot d’intervention).
• Option et recommandation urbains et architecturelles
1-Présentation de l’approche de KEVIN
LYNCH
Introduction
La ville est un espace socio physique très complexe.
On a besoin d’appuis afin de lire et comprendre la ville, à
travers une analyse urbaine , en vue d’une intervention
(Planification urbaine; Projection « urbanisme opérationnel »;
Dessin urbain « projet ponctuel »).
Pour effectuer cette analyse on fait appel à une méthodologie
d’approche, afin d’identifier et évaluer les composantes
physiques et humaines.
Il existe différentes approches , chacune se base sur un
ensemble de concepts , on cite l’approche sensorielle.
Pour comprendre cette approche, nous allons nous référer à
l’étude menée par Kevin LYNCH dans son ouvrage L’Image de
la cité et voir et planifier.
Kevin LYNCH
Qui est Kevin LYNCH ?
Hormis la recherche et l'enseignement,
Lynch était conseiller à l'état au centre
médical De Rhode Island, Nouvelle
Angleterre, et d'autres organismes.
Dans toute la carrière exceptionnelle de
Lynch, il a produit sept livres dont
« l’image de la cité », « voir et planifier ».
La démarche de Lynch :
Dans les années 60 et 70, comme réaction aux impacts
destructifs du Modernisme sur les villes américaines et la
vie urbaine, Kevin Lynch et autres ont critiqué la perte de
dimension humaine dans les villes modernes et ont essayé
de les rendre lisibles de nouveau
Ses ouvrages :
1-Voir et planifier. L'aménagement qualitatif de l'espace :
L'auteur s'attache à montrer comment la prise en compte
des réactions de l'homme à son environnement devraient
influencer l'aménagement des zones urbanisées. Pour
l'auteur, toute analyse de la qualité d'un environnement
commence par la compréhension d'un paysage donné (son
histoire, ses habitants, leur culture et leur économie politique).
Il s'agit d'élaborer un langage approprié à ce type d'analyse
mais aussi de préciser le niveau d'intervention ( local ou
régional) à partir duquel une politique qualitative doit être
menée.
2- l'image de la ville :
Dans son travail le plus célèbre, l'image de la ville (1960)
Lynch décrit une étude de cinq ans où il traite de l’apparence
des villes, de son importance éventuelle et des possibilités de
la modifier Dans son expérimentation, il a employé Los
Angeles, Boston, et Jersey comme cas d’étude.
D’après l’étude de Lynch, nous
proposons d’aborder les trois
points suivants afin de
comprendre notre approche:

• L’image de l’environnement.
• Les trois villes.
• Les éléments de la structure urbaine
a) L’image de l’environnement.

Chaque individu se fait une image de la ville dans la


quelle il vit, différentes les unes des autres, l’image n’est
pas chose banale (environnement urbain admirable et
ravissant). Trouver un fond commun d’éléments et de
relations de ces images peut aider l’urbaniste à améliorer
celle-ci.
– Lisibilité.
– Imagibilité.
– Structure et identité.
a-1) La lisibilité physique :

C’est la clarté apparente ou lisibilité du


paysage urbain, et la facilité d’identifier les
éléments de la ville, de les structurer en un
schéma cohérent.
Cette clarté permet de s’orienter, grâce aux
indications sensorielles et aux souvenirs
assurant ainsi la sécurité émotive de ses
habitants
a-2) Imagibilité.

C’est la qualité d’un objet qui provoque de


fortes images chez n’importe quel observateur.
Une ville ayant une forte imagibilité
(apparence, visibilité ou lisibilité) grâce a la
continuité de sa structure et la clarté de ses
éléments, apparaît comme bien former, distinct
remarquable. Elle incite l’œil et l’oreille a
augmenté leur attention et leur participation.
On peut renforce l’image en utilisant des moyens
symbolique (les cartes), exercer l’observateur a
mieux percevoir la réalité…. agir sur la forme
de l’environnement
a-3) Structure, identité et signification:
Les trois composants de l’image mentale consiste en :
son identité (ce qui fait qu’on la reconnaît),sa
structure (la relation spatiale de l’objet avec
l’observateur),sa signification pratique ou
émotive (la signification d’une ville étant très
diverses, il vaut mieux la laisser se développer sans
la guider).
L’image qui sert à orienter doit être claire, complète
(permettant ainsi des choix différents d’actions.),
ouverte (s’adaptant aux individus) et communicable
Lynch a cherché à déterminer la lisibilité
d'endroit en administrant une
expérience, qui s'est composée des
enquêtes de questionnaire, et des
entrevues. L'entrevue qui a accompagné
l'aperçu a inclus des demandes des
descriptions de la ville, avec les cartes de
croquis (un schéma de leur carte
mentale), et une description d'un voyage
imaginaire par la ville.
b) Les trois villes. (Los Angeles, Boston, et ville
du Jersey)

Pour comprendre le rôle que jouent les


images de l’environnement dans notre vie en
ville, le travail de l'auteur a consisté à
comparer l'image collective de trois villes,
élaborée par des entretiens, à la réalité des
formes urbaines, déterminées par enquête sur
le terrain, pour en dégager quelques principes
de composition urbaine.
c) Les éléments de la structure urbaine.

Notre attention porte sur le rôle de la


forme dans l'imagibilité d'une ville, même si
l'imagibilité peut être influencée par la
signification, la fonction, l'histoire du
quartier... Les formes physiques d'une ville
peuvent être classées en cinq éléments :
– Les voies.
– Les limites.
– Les quartiers.
– Les nœuds.
– Les points de repère.
c-1) Les voies :
« C’est le parcours suivit pour aller d’un point à un autre;
Voie publique :route, chemin, rue appartenant au domaine
public et ouvert à la circulation générale. » LAROUSSE
C'est le réseau des voies qui permet d'appréhender la
ville et d'en relier les éléments : d'où leur importance pour
les habitants connaissant assez bien la ville.
L'imagibilité des voies s'accroît grâce à plusieurs qualités: leur
continuité, leur direction, leur étalonnage, leur caractère en
ligne. Les intersections, importantes car là se prennent les
décisions d'orientation, doivent être facilement comprises.
Les voies se particularisent par :
-Les activités qui les bordent - Leur largeur ou leur étroitesse

Broadway (los Angeles)                                          Washington Street à Boston
-Les caractéristiques des façades ou de la végétation
Leur direction :

Les voies peuvent avoir une qualité directionnelle qui


permette de distinguer facilement le long de l’axe de
la voie la pente, des gradients d'intensité
d'utilisation ou d'ancienneté, un bâtiment typique
d'un côté, etc. permettent de se rendre compte de la
direction qu'on a prise. Il est important aussi que les
extrémités (l'origine et la destination) soient nettes,
par exemple grâce à la présence d'un bâtiment dans
l'axe visuel. C'est la clôture visuelle.
Une voie à Londres

La State House à Beacon Hill


(Boston)
c-2) Les limites :

« Ligne séparent deux pays, deux territoires, deux


terrains contiguës » LAROUSSE
les limites sont les éléments linéaires qui ne sont
pas considérés comme des voies : ce sont
généralement, mais pas toujours, les frontières entre
deux zones, les limites qui semblent les plus fortes
sont celles qui non seulement prédominantes
visuellement, mais aussi ont une forme continue et
sont impénétrable aux mouvements traversants
Le lac Michigan de Chicago

La Central Arte à Boston


c-3) Les quartiers

« secteur aux limites plus ou moins définies d'une


agglomération ex: un quartier populaire » LAROUSSE
Les quartiers sont les zones relativement étendues de la
ville, et qui ont une qualité interne. On peut les reconnaître
de l’intérieur, et parfois s’en servir comme référence externe.
Un quartier est déterminé
par l’existence de plusieurs caractères distinctifs relevant du
type de bâti,de décoration, d’activités, de classes sociales et
de « races » des différents quartiers qui constituent l’élément
fondamental de l’image de la ville, suppléant l’absence de
clarté de la voirie et assurant le bien être des gens.
Bunker Hill a Los Angeles.

Charles street
c-4) Les nœuds :

« Endroit où se croisent plusieurs voies de


communication » LAROUSSE
Se sont des jonctions de voies où l’on doit prendre
des décisions (de direction notamment, mais aussi
de mode de transport : ainsi les stations de métro,les
gares sont des nœuds), contrainte qui rend les
voyageurs plus attentifs ( et donc plus sensibles à ce
qui est placé là).
La force de l’impression visuelle faite par les nœuds
dépend de la vigueur de leur forme, de la clarté des
liaisons entre les différentes voies et de la
particularité des bâtiments qui sont là .
Journal Square à Jersey City
c-5) les points de repère:

« Point déterminé qui permet de s’orienter » LAROUSSE


Ce sont des différences simples,qui permettent aux habitués de la
ville de se guider. Ils se présentent en « grappes »,un détail clé en
faisant anticiper un autre :la reconnaissance de ces indications
assure efficacité fonctionnelle( on se repère) et sécurité
émotionnelle(on est rassuré.)
La singularité d’un point de repère est donné par une forme
claire ,un contraste avec l’arrière plan ( le point de repaire est
propre dans une vile sale,neuf dans une villes ancienne …etc.),une
localisation qui ressort(à cause de la grande taille ,du contraste
local :un bâtiment en retrait par exemple)
Le Civic Center
Conclusion :
Les résultats de Lynch ont été mis en application globalement
dans des opérations de planification de ville ces dernières
années. Si une nouvelle ville est formée, ou celles existantes
sont encore développées, les résidants ont tiré bénéfice de
l'utilisation des éléments imageable de ville et de la forme
plus claire.
La recherche spécifique inclut: trouvant des angles
spécifiques des éléments dans une ville qui tiennent compte de
wayfinding plus facile,
Cette approche sensorielle est très importante est vivement
praticable en tant qu'elle des aides en aidant à déterminer
avec précision que diriez-vous d'une ville tient compte d'une
perception plus facile et des cartes mentales plus précises
pour l'habitant de ville
2-Application contextuelle :
PROBLEMATIQUE DE LA VILLE

Tipasa présente un centre historique et un lieu de mémoire par


excellence fortement marqué par ses richesses naturelles, mais
a travers notre visite nous avons constaté qu’il y a une absence
de méthode de planification dans les domaines
historique,culturelle et même naturelle .
De se fait,notre analyse consistera a revitalisé la mémoire de la
ville ,et la donné son cachet touristique ,en ayant comme
support les sites archéologiques ,ceci dit :
• comment peut on permanisé l’empreinte de l’histoire tout en
marquant son temps ?
• comment favoriser un développement continu de la ville en
mettant en valeur son patrimoine culturelle et historique ?
• comment se fait face a un développement anarchique de la
ville ?
l’hôtel de sendibade le musée

maison de la culture lycée


SITUATION

Tipasa se située sur le littoral a 70KM d’Alger ;


Tipasa c’est avant tous les ruines de l’antique
ville romaine, celle-ci est s’étende de part et
d’autre de l’actuel village.
Sa situation à l’échelle nationale se résume par :
Alger a l’est.
Blida au sud-est.
Ain Defla au sud.
Chlef a l’ouest .
Sa situation a l’échelle locale se résume par :
la mer méditerranée au nord.
la commune de Hadjout au sud.
la commune de Cherchell et Nador a l’ouest.
la commune de Ain Tagourate a l’est.
ACCESSIBILITE
L’accessibilité terrestre fait
par la route nationale (RN11)
de l’EST
à partir d’Alger, et de
l’OUEST à partir de
Cherchell.
Elle dispose également de la
voie (NORD-SUD) reliant le
centre
historique et l’extension
récente. Vu sa situation
côtière une
accessibilité maritime est
aussi possible.
Accessibilité à partir d’Alger
Accessibilité à partir de Cherchell
Accessibilité à partir de Douar Rabbta
Accessibilité à partir d’Elhadjout
HISTORIQUE

Située sur la cote, au pied du mont


Chenoua, a l'extrémité des collines
du Sahel, Tipaza ale charme que
confère la proximité de la montagne
et de la mer.
Bien abritée par le Chenoua, cette
ville-port, fut un site idéal, choisi par
lesPhéniciens sur la route des
Colonnes d'Hercule (Cibraltar),
pour établir un deleurs fameux comp-toirs.
Les vestiges de l'époque démontrent l'importance
De Tipaza qui connut un essor remarquable
sous le règne du souverain numide juba.ll.
Tipaza devint le prolongement de Césarée,
et il y fut créé un véritable foyer d'Art et de
Culture gréco-latine, où fleurirent aussi
des éléments de la culture numide.

Au Ier siècle de notre ère, sous le


principat de Claudius, Tipaza devint
colonie latine, pour se transformer, au
II siècle,en colonie romaine et
s’agrandir vers l’ouest au dépend
d’une ancienne nécropole .la muraille
qui entourait la ville était longue de
plus de 2 km.
Tipaza fut aussi un des
grands
foyers du christianisme
africain,
religion nouvelle qui aura
d’importantes répercussions
sue la vie politique
de l’époque .
Les monuments religieux ,les
basiliques et les inscriptions
attestent de l’ampleur prise
par le christianisme à
Tipaza, comme d’ailleurs
dans toutes les autres villes
africaines
L’IMAGE MENTALE

But et définition :

C’est une image subjectif qui tante a confectionner


tout un fatras de sensation évoquer par le vécu de
Tipasa et délustré tout une partie de problématique
et elle vise de connaître d’on ses problèmes
sergisses et les résoudre.
Questionnaires :
ENQUETE ET DEROULEMENT
La méthode de travail était reprise de livre de Kevin lunch
l'image de la cité ou on a essayé de le suivre dans son
enquête même dans certaines questions
Pour appliquer les concepts fondamentale de l'imagibilité (la
perméabilité,la variété et la lisibilité)nous avons utilisé la
méthode d'interview d'un échantillon représentatif des
citadin de différents catégories sociales(hommes,jeunes et
enfants)et de différents activités(résident,commerçants…) en
ce qui concerne leur image de l'environnement
L'interview consiste à poser des question aux citadin dont les
uns sont ouverts ou on laisse l'interviewé s'exprimer en toute
liberté et les autres sont guider ou on lui demande de nous
donner une réponse bien précise
LES QUESTIONS
1-que suggère immédiatement à votre esprit, qu'évoque pour
vous le mots"Tipasa", comment décrire grossièrement
Tipasa
2-Nous aimerons que vous nous dessiner un plan de Tipasa et
quartiers voisinant comme si vous arriver à décrire
rapidement à un étranger en indiquant les principales
particularités.
3-Senter vous des émotions particulières à propos certain
parties e la ville tipasa.
4-Quel est votre lieu de détente.
5-Ou est ils jouent les enfants.
6-quel est l'équipement le plus proche. hôpital,Le lycée,le
CEM,L'école
7-quel est votre aviez concernant les vois de Tipasa.
9-Qu'est ce qui vous manque comme équipement dans la ville.
10- Quelles sont vos problèmes dans la ville.
ECHANTILLONS DE REPONSES :

1-le mot Tipasa veut dire THAFZA (un mot berbère)veut dire la terre gré,pour
certains,Tipasa, la ville historique qui es riche si en la visite avec son histoire des
sites balnéaire .
Son histoire qui peut la identifier avec les autre villes qui entour Alger.
Les 1ere habitants de Tipasa son des amazighs (CHENOUAS).
2-la ville de Tipasa se compose de 3 tissu urbain (le centre de la ville qui est marqué
par une grande mosquée,le port qui est devenu un espace de repos et détente ,et
les ruines qui nous aides a lire facilement son histoire).
3-on visitons la ville de Tipasa est plus exactement le parc archéologique en ressent ses
sentiments physiques charnels .
4-le lieu de détente le plus vivant a Tipasa c’est bien le port .
5-tipasa a un manque au niveau des espaces de jeu pour enfants,ils jouent dans les
rues,dans des espaces publiques.
6-les équipements les plus proche sont bien ceux qui existent ,le
CEM,ECOLE ,LYCEE.
7-les vois sent placé parallèlement,n’on pas de grande circulation.
8-pas de grandes équipements (hôtel,université,centre touristique)la ville de Tipasa est
morte dans les 3 saisons ce qu’il veut dire que dire Tipasa signifie l’été.
9- a)ignorance pour les potentiels culturels et touristiques .
b)construire sons permit de construction .
c)pas de diversité culturel.
10-la différence avec les autres villes avoisinantes c’est qu’on ne donne pas une
importance pour la ville ,la ville de Tipasa est négligé par ses habitants comme si
elle ne leur appartienne pas.
Synthèse

A prêt qu’on as fini de questionnaire ,on a constaté


que tout les gens
de Tipasa on détesté leur vie quotidienne qui a
toujours les même
routine,et qui cherche de travail dans leur propre ville
au lieu d’aller
au ville avoisinants, et d’avoir une ville au sens propre
du mot, au
lieu de vivre dans un simple village comme ils disent.
LES ELEMENTS DE LA VILLE
LES VOIES

Légende :
Parcours principal
Parcours secondaire
Parcours tertiaire
Parcours piéton
L’AXE CULTUREL :
L’identification :
c’est un axe qui relie entre les deux parcs archéologique qui a un aspect
culturel non renforcé
Direction :
-Double sens EST-OUEST
-Largeur convenable suffisante (6m) par rapport a sa circulation.
Les édifices qui l’abordent :
-Musée + habitation RDC + hôtel de police .
-Place de musée, des boutique, des gare gouttiers, ce qui donne une faible
ambiance au niveau de cette axe.
Les façade :
-Ne sont pas riche (texture, couleur, le rapport entre plein et vide et
prospect).
-toutes les construction sont alignées ce qui donne des quartiers linéaires.
La qualité visuelle :
tous ce qui est précédent a résulté sur une qualité visuelle faible
vue sur l’axe culture
L’AXE DE CROISSANCE
l’identification :
Axe qui relie la ville coloniale et l’extension ou cet aspect de liaison
n’est pas renforcé.
direction :
Double sens NORD-SUD.
Largeur suffisante.
Les édifices qui l’abordent (activités).
Brigade de gendarmerie .
Commerce, habitation de RDC et R+1 puis R+4, R+5.
Les façades :
Ne sont pas riche de point de vue de texture, couleur, plein et vide.
La continuité :
Continuité visuelle vérifiée a travers les implantation et la même situation
de retrait des constructions par rapport la voirie.
La structure :
La différenciation directionnelle.
L’importance fonctionnelle:
elle n’est pas figurée ou matérialisée malgré qu’il y a une forte dynamique
publique.
vue sur l’axe de croissance
LA ROUTE NATIONAL N11
La route national N11 c’est le 1ere axez existant dans la ville,cette route
dite aussi l’axe commercial ,qui est aussi considérée comme type
de base.

vue sur la route N11


LES ELEMENTS DE LA VILLE
LES NOEUDS

Légende :

Nœuds principal
Nœuds secondaire
Nœuds tertiaire
Nœuds principale :N 01 EST
C’est une jonction entre l’extrémité de deux
axes culturels et la RN 11
Il assure l’accès a la ville de coté est ,a partir
duquel on peut avoir une vue globale de la
ville.
Sa qualité visuel n’est pas marqué. nœud principale EST
Nœuds principale : N 02 OUEST
Jonction entre la RN 11 et le passage piéton
et une autre vois mécanique.
Il est marque la sortie de la ville de coté
ouest.
Il est marqué par des habitations de type R+0
Il marque les séquences de parcours
nœud secondaire

nœud principale OUEST nœud secondaire


LES ELEMENTS DE LA VILLE
LES POINTS DE REPERE
Les éléments de repères

1)la mosquée :
une singularité donnée par la forme
claire.
Une dominance par sa taille.
C’est une référence ponctuelle.

la mosquée

2)le phare de port :


D’après son implantation

le phare de port
LES ELEMENTS DE LA VILLE
LES QUARTIERS

Légende :
Bâti de base
Bâti spécialise
Espace spécialise
On distingue selon des critères…
Après voir l’analyse les caractéristique physique qui déterminent les
quartiers on constate qu’il n’y a pas des différents quartiers ou on
peut seulement identifier deux zones qui sont la zone coloniale et l’extension.
Au niveau de la ville coloniale
on remarque que les gabarits de construction est presque le même et les
voies ont la même organisation Elle se caractérisé par la végétation
et ses habitations sont génialement d’origine CHENOUA et aussi la
différentiation des activées n’est pas marqué sauf les activées
Elle est marqué aussi par des équipements d’un caractère plus touristique que
résidentiel mais ils sont pas suffisant
Les façades a caractère opaque ou les pleins plus que les vides représente d’une
façon aligner et horizontale
Au niveau de l’extension
Les immeubles sont caractérisé par leur implantation chaotique .ils ont
un caractère résidentiel de typologie moderne
Ses habitant sont généralement des étrangers .
-les gabarit représenté par un sky line
-il n y a pas d’activités .
-il n’a pas d’aspect attirant les gents
-on trouve qu’il n est fréquenté que par ses habitants.
Légende :

R-D-C
R+1
R+2
Quand on est hors de la ville on constate qu’elle est divisée en deux
partie. la ville coloniale et l’extension :

1)la ville colonial :


-l’identité :elle est identifié par l’organisation symétrique des voies.
-des toitures en tuile
-typologie de type R+0 a R+1.
-l’imagibilité :se qui peut attiré l’attention dans cette ville s’est bien le
port
et le musée.
-La signification :elle signifie une ville historique et touristique.

2)l’extension :
-L’identité :un tissu urbain développé d’un caractère moderne sur
les terre agricoles.
-l’imagibilité :elle est représenté par l’anarchie des immeubles .
-La diversité de typologie de bâtis.
-L’implantation chaotique .
la signification :elle signifie une ville moderne.
LES ELEMENTS DE LA VILLE
LES LIMITES

Les limites de la ville :


1)Le bord de la mer méditerranée :
il est visible mais pas identifie
2)le mont chenoua :
Qui constitue par sa grandeur ,et son sommet un arrière plan de la ville.
3)les terre agricole :
Qui constitue une potentialité a préservé.
CARTE PROBLÉMATIQUE
L’absence de front de mer

Ambiguïté dans les direction a prendre Embranchement ambigu

Absence de relation

Vois sons caractères

Absence de relation entre le


nord et le sud
Zone chaotique

L’importance fonctionnelle et
formel n’est pas marqué

C’est une façon de résumer cette analyse de l’image de Tipasa,


résumé qui pourrait être en vue de préparer un plan d’urbanisme.
c’est le recueil sous une forme graphique de ce qui semble être les
principales difficultés dans l’image de la ville .points confus,
ambiguïtés,absence de caractère ou de différenciation….
ANALYSE SEQUENTIELLE
Axe culturel :
-espace de détente : la belvédère et le port
-espace d’aspect culturel : musée
-espace d’aspect commence : boutiques de ventes
La relation entre ses 3 trois séquences est très faible ,si on
peut dire , il n y a
pas de lien entre eux
Comme exemple , y a pas d’activités d’aspect culturels qui
reflet au musée .
Axe croissance :
-espace résidentiel : extension
-espace d’aspect service : caffétiriat,magasins,….
-espace administratif : la banque
Ses séquences ne répand pas au besoins des habitants , ou
bien ,on trouve un
manque qui ne satisfait pas au besoins, surtout qu’on a vu que
c’est des
espaces plus fréquenté (un déséquilibre entre les activités et
leur usager)
PLANCHE DE SIMILATION

Légende :

Axe culturel
Axe de croissance

RN11 (axe commercial)


Axe administratif

L’îlot choisi pour l’implantation d’un édifice socioculturel.

L’îlot de l’implantation d’un édifice multifonctionnel. Nœuds principal


/////////// Parcs archéologique.
La ville colonial.
--/--/-- Limite de l’extension Nœuds secondaire
Nœuds tertiaire
Les critères de l’implantation de l’édifice socioculturel:
L’îlot occupe un lieu stratégique ou :
Il donne d’un cote sur la mer ce qui favorise l’existence des activités balnéaires
touristique et des para-fonctions.
D’un autre coté, il donne sur la ville.
Il est accessible de tous coté.
Il se situe quasiment au milieu de la distante qui existe entre les deux parcs
archéologique EST et OUEST (axe culturel).
A une proximité directe avec le parc archéologique.

Les critères de l’implantation de l’édifice multifonctionnel:


L’îlot relie entre la ville coloniale et l’extension(seuil).
Il est constitue par le croisement des deux axes de croissance et administratif
(02 axes importants).
Une accessibilité facile, situation au carrefour.
Cet endroit présente une grande ambiance publique.
Il est situe au centre de la ville.
Il permet l’organisation de l’espace selon plusieurs concepts, centralité,
axialité, orientation, opposition.
Commentaire

1)au niveau de l’axe


culturel :
un équipement
socioculturelle ,une galerie
de boutiques,des ateliers
des
artisans,cyber café ,des
logements a l’étage.

2)au niveau de l’axe


croissance :
Edifice
multifonctionnelle,des
bureaux
,commerces,habitats UN ELEMENT STATIQUE QUI REFLET
L’IDENTITE DE TIPASA
EDIFICE MULTIFONCTIONNELLE SUR L’AXE DE CROISSANCE
EDIFICE SOCIOCULTURELLE SUR L’AXE CULTUREL
RECOMMANDATIONS

Pour un reflet sur l’histoire e Tipasa on recommande de crée un musée.
Pour donné a Tipasa un aspect architectural en recommande de crée un édifice
de type d’architecture.
Pour donné a Tipasa un aspect vivant on est sensé de réorganiser les espaces
verts et la végétations.
Pour renforcé les axes (culturel,croissance) on crée des grandes équipements
(multifonctionnelle,socioculturel) .
Pour identifier la ville de Tipasa ,on est sensé de la renforcé par des éléments
de repères.
Faire un sky ligne pour enrichi la ville.
Crée un édifice multi modale : qui nous aide a résoudre certains problèmes comme :
-faire un circuit piéton. --pour avoir un développement durable.
-faire un circuit marine . –pour la protection de la ville et la nature.
-faire un circuit bicyclette -pour profité de l’ambiance visuel.
-tramway
Plaisance de front de mer :
-pour une percé visuel vers la mer.
-ouverture vers la mer pour intégration du port
crée un centre (annexe) archéologique :spécialité périodes comme exemple.
rendre Tipasa comme un savoir faire (tradition) :
Pour -sculpture
-marbre
-pierre
crée une infrastructure d’accueille.
Comme un hôtel :-de luxe(tourisme de qualité.
-de tradition (tourisme de masse)
la mixité de l’ouverture de Tipasa vers la baie méditerranée .
-port de plaisance. -Accrois culturel(restaureront,cafeteria….)
-front de mer -plongé sous marine (piscine)
faire de Tipasa une séquence pour sénestre ,comme :
Ouarzazate(Maroc)
Mat mata(Tunisie)
crée un auberge de jeunes ;un lieu d’échange d’idées et de culture .
-Étudiants d’architecture
-Étudiants de beaux arts
-étudiants d’archéologue
-étudiants en environnement
des toilettes publics .
les fontaines .

organisation de la structure des équipements.
traitement des façades par,marbre,stuc ,couleur.
faire un sky ligne dans les gabaries .
fleuriste.
aménager la ville par des mobilier -qualité de lumière
-la végétation
-services d’entretien
-service de nettoyage.
organisation des accès(accessibilités)
crée des espaces publics comme speakers corner (paking Ham a
grande Bretagne).

l’orientation
le retrait
l’organisation
Bibliographie

-Entretien avec des étudiants de (4-5) eme


année.
-Les thèses de fin d’études.
-pour une relance touristique
d’une ville historique
(forum de la culture et de la
communication)
-pour une renaissance organique
de la ville de Tipasa
-Les ouvrages de Kevin lynch .
-voir et planifier
-l’image de la cité
-Entretien avec les citoyens de la ville de
Tipasa