P. 1
cours electronique

cours electronique

|Views: 3,824|Likes:

More info:

Published by: BrahamChaoucheFethallahYacine on Oct 30, 2010
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/16/2013

pdf

text

original

Sections

Version du 22 janvier 2007

Université de Versailles Saint-Quentin




LICENCE Sciences pour l’Ingénieur
(ex E.E.A.)



Cours d’Électronique systèmes
(L3 Si234)


2006-2007

Luc Chassagne




Chapitres : 1 – Diagramme de Bode
2 – Amplification – Bande passante
3 – Filtrage
4 – Conversions analogiques ↔ numériques
5 – Modulations - démodulations analogiques



Documents associés : Polycopiés de TD : 6 TD
Polycopiés de TP : 3 TP
Annales d’examen

2
TABLE DES MATIÈRES

..............................................................................................................................................1
CHAPITRE 1 .........................................................................................................................................................7
DIAGRAMME DE BODE....................................................................................................................................7
1. FONCTIONS DE TRANSFERT...............................................................................................................7
1.1. Rappels : quelques propriétés du logarithme et de l’Arctangente...................................................7
1.2. Définitions........................................................................................................................................8
1.3. Produits de formes canoniques ........................................................................................................8
2. FORMES CANONIQUES DU PREMIER ORDRE................................................................................10
2.1. Le gain pur.....................................................................................................................................10
2.2. Le dérivateur ..................................................................................................................................10
2.3. L’intégrateur ..................................................................................................................................11
2.4. Le pseudo dérivateur......................................................................................................................12
2.5. Le pseudo intégrateur ....................................................................................................................14
3. EXEMPLES DU PREMIER ORDRE......................................................................................................16
3.1. Passe bas passif .............................................................................................................................16
3.2. Passe haut passif ............................................................................................................................16
3.3. Pont diviseur passe bas..................................................................................................................17
4. FORMES CANONIQUES DU SECOND ORDRE.................................................................................19
4.1. Passe-bas .......................................................................................................................................19
4.2. Passe-haut......................................................................................................................................22
4.3. Passe-bande ...................................................................................................................................23
5. CONCLUSIONS .....................................................................................................................................25
CHAPITRE 2 .......................................................................................................................................................27
AMPLIFICATION – BANDE PASSANTE ......................................................................................................27
1. L’AMPLIFICATEUR : CARACTÉRISTIQUES....................................................................................27
1.1. Définitions......................................................................................................................................27
1.2. Caractéristiques .............................................................................................................................28
1.3. Quelques rappels sur les unités de gain.........................................................................................29
1.4. Mise en cascade de quadripôles amplificateurs ............................................................................30
2. AMPLIFICATION : ÉTUDE EN FRÉQUENCE....................................................................................32
2.1. Structure générale d’un amplificateur ...........................................................................................32
2.2. Étude en fréquence.........................................................................................................................32
3
2.3. Compensation en fréquence ...........................................................................................................33
2.4. Effet Miller .....................................................................................................................................34
3. DEUX QUADRIPÔLES FONDAMENTAUX.......................................................................................36
3.1. L’intégrateur ..................................................................................................................................36
3.2. Le dérivateur ..................................................................................................................................37
4. CONCLUSIONS .....................................................................................................................................40
CHAPITRE 3 .......................................................................................................................................................41
FILTRAGE ANALOGIQUE..............................................................................................................................41
1. INTRODUCTION À LA SYNTHÈSE DES FILTRES ...........................................................................41
2. DÉFINITION DU GABARIT .................................................................................................................42
2.1. Gabarit réel....................................................................................................................................42
2.2. Gabarit normalisé..........................................................................................................................44
3. CHOIX D’UNE FONCTION D’APPROXIMATION ............................................................................47
3.1. Types de filtres existants ................................................................................................................47
3.2. Filtres de Butterworth....................................................................................................................47
3.3. Filtres de Tchebytchev ...................................................................................................................49
3.4. Filtres de Bessel .............................................................................................................................52
3.5. Critères de choix ............................................................................................................................52
4. SYNTHÈSE DU FILTRE........................................................................................................................53
4.1. Détermination de l’ordre nécessaire..............................................................................................53
4.2. Rappels : fonctions du premier ordre ............................................................................................53
4.3. Rappels : fonctions du second ordre..............................................................................................53
5. RÉALISATION DE FILTRES ................................................................................................................56
5.1. Structure de Rauch.........................................................................................................................56
5.2. Structure de Sallen-Key..................................................................................................................57
5.3. Structure Bi-quad...........................................................................................................................58
5.4. Réglages et sensibilité....................................................................................................................58
6. CONCLUSIONS .....................................................................................................................................59
CHAPITRE 4 .......................................................................................................................................................61
CONVERSION ANALOGIQUE ↔ NUMÉRIQUE ........................................................................................61
1. NOTION D’ÉCHANTILLONNAGE......................................................................................................61
1.1. Définitions......................................................................................................................................61
1.2. Recouvrement spectral et théorème de Shannon............................................................................62
1.3. Réalisation d’échantillonneur-bloqueur ........................................................................................63
2. CONVERSIONS ANALOGIQUES ↔ NUMÉRIQUES........................................................................65
2.1. Définitions......................................................................................................................................65
2.2. Principes généraux de fonctionnements.........................................................................................65
2.3. Caractéristiques des convertisseurs...............................................................................................66
2.4. La quantification............................................................................................................................69
3. DIFFÉRENTS TYPES DE CONVERTISSEURS...................................................................................71
4
3.1. Liste des convertisseurs..................................................................................................................71
3.2. CNA à résistances pondérées.........................................................................................................71
3.3. CNA à réseau R-2R........................................................................................................................72
3.4. CAN parallèle ................................................................................................................................74
3.5. CAN à approximations successives................................................................................................75
3.6. CAN simple rampe .........................................................................................................................76
3.7. CAN double rampe.........................................................................................................................77
3.8. CAN tension-fréquence ..................................................................................................................77
4. CONCLUSIONS .....................................................................................................................................79
CHAPITRE 5 .......................................................................................................................................................81
MODULATIONS - DÉMODULATIONS .........................................................................................................81
1. TRANSMISSION SUR UN CANAL......................................................................................................81
1.1. Généralités .....................................................................................................................................81
1.2. Bande passante d’un signal utile ...................................................................................................82
2. CHANGEMENT DE FRÉQUENCE.......................................................................................................83
2.1. Étude dans le domaine fréquentiel .................................................................................................83
2.2. Étude dans le domaine temporel ....................................................................................................83
2.3. Démodulation.................................................................................................................................84
2.4. Fréquence image............................................................................................................................84
2.5. Produits d’intermodulation............................................................................................................85
2.6. Détection superhétérodyne.............................................................................................................85
2.7. Détection synchrone.......................................................................................................................87
3. LES MÉLANGEURS - MULTIPLIEURS ..............................................................................................88
3.1. Principe général.............................................................................................................................88
3.2. Caractéristiques .............................................................................................................................89
4. LES DIFFÉRENTES MODULATIONS EXISTANTES ........................................................................90
4.1. La modulation d’amplitude (AM)...................................................................................................90
4.2. La modulation de fréquence (FM) .................................................................................................90
4.3. La modulation de phase (PM)........................................................................................................90
4.4. La modulation par impulsions .......................................................................................................90
5. LA MODULATION D’AMPLITUDE....................................................................................................91
5.1. Définitions......................................................................................................................................91
5.2. Indice de modulation......................................................................................................................91
5.3. Encombrement spectral..................................................................................................................92
5.4. Rendement ......................................................................................................................................94
5.5. Autres types de modulation d’amplitude........................................................................................94
6. LA MODULATION DE FRÉQUENCE..................................................................................................95
6.1. Définition .......................................................................................................................................95
6.2. Avantages et inconvénients ............................................................................................................95
6.3. Rappels...........................................................................................................................................95
6.4. Aspect temporel..............................................................................................................................95
6.5. Expression du signal modulé .........................................................................................................96
5
6.6. Cas d’une modulation sinusoïdale.................................................................................................96
6.7. Analyse spectrale ...........................................................................................................................97
6.8. Encombrement spectral..................................................................................................................98
6.9. Séries de Bessel ..............................................................................................................................99
7. LA MODULATION DE PHASE ..........................................................................................................101
7.1. Définition .....................................................................................................................................101
7.2. Avantages et inconvénients ..........................................................................................................101
7.3. Expression du signal modulé .......................................................................................................101
7.4. Cas d’une modulation sinusoïdale...............................................................................................101
7.5. Analyse spectrale .........................................................................................................................102
7.6. Relation entre modulation de fréquence et de phase ...................................................................102
7.7. Modulations numériques..............................................................................................................102
8. CONCLUSIONS ...................................................................................................................................103

6

7
CHAPITRE 1
DIAGRAMME DE BODE



Le diagramme de Bode est un moyen de représenter le comportement en fréquence d’un
quadripôle. Il permet une résolution graphique qui est souvent la méthode la plus rapide.
Quelques définitions et rappels débutent ce chapitre. Puis le détail des formes canoniques
utiles à l’étude des diagrammes de Bode va permettre de mettre en avant cet intérêt de l’étude
graphique. Un ensemble d’exemple permettra d’appuyer le cours.

1. FONCTIONS DE TRANSFERT
1.1. Rappels : quelques propriétés du logarithme et de l’Arctangente

L’intérêt du diagramme de Bode réside dans certaines propriétés de la fonction
logarithme qui rendent l’expression du gain en décibel plus facile à manipuler. Certaines
opérations se font graphiquement. On utilise dans la suite le logarithme base 10.

9 Log(a×b) = Log(a) + Log(b)
9 Log(a/b) = Log(a) – Log(b)
9 Log(a
n
) = n×Log(a)

Il est de plus intéressant d’avoir en tête quelques valeurs particulières :

9 Log (1) = 0 → 20.Log(1) = 0 dB
9 Log(10
n
) = n → 20.Log(10
n
) = n.20 dB
9 Log(2) ≅ 0,3 → 20.Log(2) ≅ + 6 dB

Pour l’étude de la phase :

9 Arctan (0) = 0
9 Arctan(± 1) = ± π/4
9 Arctan(± ∞) = ± π/2


8
1.2. Définitions

Considérons une fonction de transfert d’un quadripôle ( ) H jω . On désire connaître son
comportement en fréquence en régime harmonique, c'est-à-dire en supposant que le signal
à l’entrée est de forme purement sinusoïdale. La fréquence de ce signal peut varier de 0 à
+ ∞. Le diagramme de Bode qui va servir à décrire ce comportement, aura donc en abscisse
des fréquences (ou des pulsations au choix à un facteur 2π près).

9 On définit son diagramme de Bode en gain par la fonction
( ) ( ) ( )
20log
dB
H H j ω ω = . Il faut donc calculer son module ( ) H jω puis ensuite
calculer 20log(module) pour passer en unité de décibel. L’unité des ordonnées est le
décibel.

9 On définit son diagramme de Bode en phase par la fonction
( ) ( )
H
Argument H j φ ω = . L’unité en ordonnée est le degré ou le radian. S’agissant de
fonction complexe, on retrouve l’utilité de la fonction Arctangente.

On définit d’autre part les notions suivantes :

9 Décade : rapport dix entre deux valeurs ; utilisée souvent sur l’axe des fréquences du
diagramme de Bode pour parler d’un rapport dix entre deux fréquences.

9 Octave : rapport deux entre deux valeurs ; utilisée souvent sur l’axe des fréquences du
diagramme de Bode pour parler d’un rapport deux entre deux fréquences.

1.3. Produits de formes canoniques

Lorsque l’on connaît l’expression d’une fonction de transfert ( ) H jω , il est possible de la
mettre sous la forme d’un produit :

( ) ( ) ( ) ( ) ( )
1 2 3
...
n
H j H j H j H j H j ω ω ω ω ω = × × × ,

où les ( )
x
H jω sont des fonctions de transfert de formes canoniques du premier ordre ou du
second ordre.
Grâce au logarithme, le diagramme en gain se transforme alors en une somme de
fonctions :

( ) ( ) ( ) ( ) ( )
1 2 3
...
dB dB dB dB ndB
H j H j H j H j H j ω ω ω ω ω = + + + .

9
De même pour la phase :

( ) ( ) ( ) ( ) ( )
1 2 3
...
H H H H Hn
j j j j j φ ω φ ω φ ω φ ω φ ω = + + +

Il est alors possible d’effectuer ces sommes très simplement d’une manière graphique ce qui
rend l’étude du diagramme de Bode particulièrement utile.
L’étude préalable des formes canoniques est donc importante. Nous en distinguerons cinq du
premier ordre et trois du second ordre que nous allons étudier dans les paragraphes suivants.

10
2. FORMES CANONIQUES DU PREMIER ORDRE
2.1. Le gain pur

Soit la fonction de transfert constante en fréquence ( ) H j H ω = .

9 Module : ( ) 20log
dB
H H ω = si 1 H > alors
dB
H > 0 dB
si 1 H < alors
dB
H < 0 dB

9 Phase : ( )
H
φ ω = 0 si 0 H >
= π (modulo 2π) si 0 H <



H
dB
(ω)
ω
φ
H
(ω)
ω
si H

> 1
0 dB
si H < 1
0
si H < 0
0 si H > 0
π

Figure 1 : Diagrammes de Bode d’un gain pur

2.2. Le dérivateur

Soit la fonction de transfert telle que :

0
d
H j j
ω
ωτ
ω
= = avec
τ
ω
1
0
=

9 Module : ( )
0
20log 20log
dB d
H H
ω
ω
ω
= =
On remarque que :
• ( )
dB
H ω = 0 dB si ω = ω
0

• ( )
dB
H ω augmente avec ω
→ on parle de pente +1

• ( )
dB
H ω = + 20 dB si ω = 10.ω
0

( )
dB
H ω = - 20 dB si ω = ω
0
/10
11
→ on parle de pente + 20 dB/décade

• ( )
dB
H ω = + 6 dB si ω = 2.ω
0

( )
dB
H ω = - 6 dB si ω = ω
0
/2
→ on parle de pente + 6 dB/octave

On définit donc une pente +1 ce qui correspond à +6 dB/octave ou +20 dB/décade

9 Phase : ( )
H
φ ω = Arg(jωτ) = +
2
π


La suivante représente le tracé du module du gain et la phase de la fonction dérivateur.

H
dB
(ω)
ω
φ
H
(ω)
ω
0 dB
0
π/2
ω
0

Pente +1
+ 6 dB/octave
+ 20 dB/décade
20 dB
10ω
0

Figure 2 : Diagrammes de Bode d’un dérivateur pur

2.3. L’intégrateur

Soit la fonction de transfert telle que :

0
1 1
i
H
j
j
ω
ωτ
ω
= = avec
τ
ω
1
0
=

9 Module : ( )
0
0
20log 20log 20log 20log
dB i d
H H H
ω ω
ω
ω ω
= = − = = −
On remarque que :
• ( )
dB
H ω = 0 dB si ω = ω
0

• ( )
dB
H ω diminue avec ω
→ on parle de pente -1

• ( )
dB
H ω = - 20 dB si ω = 10.ω
0

( )
dB
H ω = + 20 dB si ω = ω
0
/10
12
→ on parle de pente - 20 dB/décade

• ( )
dB
H ω = - 6 dB si ω = 2.ω
0

( )
dB
H ω = + 6 dB si ω = ω
0
/2
→ on parle de pente +- 6 dB/octave

On définit donc une pente -1 ce qui correspond à -6 dB/octave ou -20 dB/décade


9 Phase : ( )
H
φ ω = Arg(-jωτ) = -
2
π


La suivante représente le tracé du module du gain et la phase de la fonction intégrateur.

H
dB
(ω)
ω
φ
H
(ω)
ω
0 dB
0
- π/2
ω
0

Pente -1
- 6 dB/octave
- 20 dB/décade
- 20 dB
10ω
0

Figure 3 : Diagramme de Bode d’un intégrateur pur

2.4. Le pseudo dérivateur

Soit la fonction de transfert telle que :

0
1 1
pd
H j j
ω
ωτ
ω
= + = + avec
τ
ω
1
0
=
Lorsqu’on trace le module et la phase de cette fonction, on effectue en général une première
étude dite asymptotique qui est une représentation simplifiée mais suffisante dans la plupart
des cas.

9 Module : ( ) ( )
2
20log 20log 1
dB pd
H H ω ωτ = = +
On remarque que :
• ( ) 20log 2
dB
H ω = = 3 dB si ω = ω
0

→ on associe à ce point particulier ω = ω
0
le terme « pulsation
de coupure »
• ( )
dB
H ω → 0 dB quand ω → 0
13
→ on y associe l’asymptote y
dB
= 0 dB
• ( )
dB
H ω → + ∞ dB quand ω → + ∞
→ on peut négliger 1 devant (ωτ), on retrouve alors le cas du
dérivateur : on associe une asymptote de pente +1 pour ω → + ∞.

9 Phase : ( )
H
φ ω = Arctan(ωτ)
• ( )
H
φ ω → 0 si ω → 0
→ on y associe l’asymptote φ
0
= 0 rad
• ( )
H
φ ω → + π/2 quand ω → + ∞
→ on y associe l’asymptote φ

= + π/2 rad
• ( )
H
φ ω = + π/4 si ω = ω
0

→ on associe à ce point particulier ω = ω
0
le terme « pulsation
de coupure »

La Figure 4a présente le tracé asymptotique classiquement utilisé pour représenter le module
du gain et la phase de cette fonction. La Figure 4b représente le tracé réel. On note que la
courbe réelle de gain passe + 3 dB au dessus du croisement des deux asymptotes. La courbe
de phase passe par le milieu du créneau très grossier utilisé au premier abord. Un tracé
asymptotique plus réaliste est parfois utilisé pour la phase - représenté Figure 4c.


H
dB
(ω)
ω
φ
H
(ω)
ω
0 dB
0
90°
ω
0

Pente +1
20 dB
10ω
0
ω
0

a)


H
dB
(ω)
ω
φ
H
(ω)
ω
0 dB
0
90°
ω
0

ω
0

b)
45°
+3 dB

14
φ
H
(ω)
ω
0
90°
ω
0
c)
45°
10 ω
0 ω
0
/ 10


Figure 4 : Digrammes de Bode d’un pseudo dérivateur a) Asymptotiques, b) Réels et c) Semi-
asymptotique pour la phase

2.5. Le pseudo intégrateur

Soit la fonction de transfert telle que :

0
1 1
1
1
pi
H
j
j
ω
ωτ
ω
= =
+
+
avec
τ
ω
1
0
=
De même que précédemment, une étude dite asymptotique est dans un premier temps souvent
suffisante.

9 Module : ( ) ( )
2
20log 20log 20log 1
dB pi pd
H H H ω ωτ = = − = − +
On remarque que :
• ( ) 20log 2
dB
H ω = − = - 3 dB si ω = ω
0

→ on associe à ce point particulier ω = ω
0
le terme « pulsation
de coupure »
• ( )
dB
H ω → 0 dB quand ω → 0
→ on y associe l’asymptote y
dB
= 0 dB
• ( )
dB
H ω → - ∞ dB quand ω → ∞
→ on peut négliger 1 devant (ωτ), on retrouve alors le cas de
l’intégrateur : on associe une asymptote de pente -1 pour ω → + ∞.

9 Phase : ( )
H
φ ω = Arctan(ωτ)
• ( )
H
φ ω → 0 si ω → 0
→ on y associe l’asymptote φ
0
= 0 rad
• ( )
H
φ ω → - π/2 quand ω → + ∞
→ on y associe l’asymptote φ

= - π/2 rad
• ( )
H
φ ω = - π/4 si ω = ω
0

15
→ on associe à ce point particulier ω = ω
0
le terme « pulsation
de coupure »

La figure suivante représente les différents tracés possibles pour le gain et la phase d’un
pseudo-intégrateur similairement au cas précédent du pseudo-dérivateur.



H
dB
(ω)
ω
φ
H
(ω)
ω
0 dB
0
-90°
ω
0

Pente -1
-20 dB
10ω
0
ω
0

a)



H
dB
(ω)
ω
φ
H
(ω)
ω
0 dB
0
- 90°
ω
0

ω
0

b)
- 45°
-3 dB



φ
H
(ω)
ω
0
- 90°
ω
0

c)
- 45°
10 ω
0

ω
0
/ 10

Figure 5 : Diagrammes de Bode d’un pseudo intégrateur Asymptotiques, b) Réels et c) Semi-
asymptotique pour la phase
16
3. EXEMPLES DU PREMIER ORDRE
3.1. Passe bas passif

La fonction de transfert du circuit de la ci-dessous s’exprime par :
( )
1
1
s c
e c
v Z
H j
v Z R j RC
ω
ω
= = =
+ +

En posant
RC
1
0
= ω on obtient : ( )
0
1
1
H j
j
ω
ω
ω
=
+

v
e
v
s
R = 1 kΩ
C = 1 nF

Figure 6 : Circuit passe bas RC passif

Le diagramme de Bode correspondant est celui de la forme canonique d’un pseudo intégrateur
de fréquence de coupure = =
RC
f
π 2
1
0
160 kHz. La bande passante est 0 → f
0
.

3.2. Passe haut passif

La fonction de transfert du circuit de la figure ci-dessous s’exprime par :

( )
1
s
e c
v R j RC
H j
v Z R j RC
ω
ω
ω
= = =
+ +


v
e
v
s
C = 1 µF
R = 1 kΩ

Figure 7 : Circuit passe haut RC passif

17
En posant
RC
1
0
= ω on obtient : ( )
0
0
1
j
H j
j
ω
ω
ω
ω
ω
=
+
. On reconnaît le produit de deux formes
canoniques, un dérivateur pur
0
1
ω
ω
j H = et un pseudo intégrateur
0
2
1
1
ω
ω
j
H
+
= . Le
diagramme de Bode de H(jω) est alors la somme des deux diagrammes respectifs. La
fréquence de coupure des deux fonctions est identique et vaut = =
RC
f
π 2
1
0
160 Hz. La bande
passante est f
0
→ +∞.

H
dB
(ω)
ω
φ
H
(ω)
ω
0 dB
0
90°
ω
0

ω
0

H
1dB

H
2dB

-90°
H
1

H
2


Figure 8 : Diagramme de Bode d’un passe haut RC passif

3.3. Pont diviseur passe bas

Considérons le circuit suivant et calculons sa fonction de transfert.

( )
( )
( )
2
2 1
//
//
c s
e c
Z R v
H j
v Z R R
ω = =
+


v
e
v
s
R
1
= 1 kΩ
C = 1 nF
R
2
= 1 kΩ

Figure 9 : Circuit pont diviseur passe bas

On peut calculer
C R j
R
R Z
c
2
2
2
1
//
ω +
= , ce qui permet d’obtenir :
18
( )
2
2 2
2
1 2 1 2
1
2
1
1
R
j R C R
H j
R
R R j R R C
R
j R C
ω
ω
ω
ω
+
= =
+ +
+
+

Il est nécessaire de retrouver un produit de formes canoniques. Pour cela au dénominateur les
deux résistances sont isolées et factorisées. On obtient ainsi :

( )
C
R R
R R
j
R R
R
C R R j R R
R
H
2 1
2 1
2 1
2
2 1 2 1
2
1
1
+
+

+
=
+ +
=
ω
ω
ω
En posant
( )C R R
C
R R
R R
2 1
2 1
2 1
0
//
1 1
=
+
= ω , on obtient le produit d’un gain pur
2
1
1 2
R
H
R R
=
+

(H
1dB
= - 6 dB puisque R
1
= R
2
), et d’un pseudo intégrateur
0
2
1
1
ω
ω
j
H
+
= avec f
0
= 318 kHz.

H
dB
(ω)
ω
φ
H
(ω)
ω
0 dB
0
ω
0

ω
0

H
1

H
2
-90°
H
1

H
2

-6 dB
H
dB

H

Figure 10 : Diagramme de Bode d’un pont diviseur passe bas

La somme est aisément tracée graphiquement pour obtenir la fonction globale H
dB
(jω).
19
4. FORMES CANONIQUES DU SECOND ORDRE
Il peut arriver que la fonction de transfert ne puisse pas se décomposer uniquement en formes
canoniques du premier ordre. Par exemple dans des circuits comportant des parties RLC (voir
cours d’électrocinétique), on arrive à une fraction dont le dénominateur est une fonction du
second ordre avec un discriminant négatif et donc deux racines complexes. Il est nécessaire
de faire appel aux fonctions du second ordre.

Considérons la fonction ( )
( )
( )
0
2
1 2
.
1
H N j
H j
a j a j
ω
ω
ω ω
=
+ +
telle que le dénominateur ait deux
racines complexes. Si ce n’est pas le cas, il s’agît en fait d’un faux second ordre qui est le
produit de deux premiers ordres. On peut mettre ( ) H jω sous la forme :

( )
( )
0
2
0 0
.
2
1
H N j
H j
m j
j
ω
ω
ω
ω
ω ω
=
| |
+ +
|
\ .
où m est le coefficient d’amortissement ;
0
ω la pulsation de
coupure, et
0
H le gain statique. Selon la nature de ( ) N jω , la réponse en fréquence
correspond à un passe-bas, un passe bande ou un passe haut.
On peut aussi trouver dans la littérature le symbole ξ pour l’amortissement. Il est aussi
usuel de faire appel au coefficient de surtension Q, avec la relation
1
2
Q
m
=

4.1. Passe-bas

Lorsque ( ) 1 N jω = , alors :
9 Lorsque 0 ω → alors ( )
0
H j H ω →
9 Lorsqueω → +∞ alors ( ) 0 H jω →
On a donc ( ) H jω qui est une fonction de transfert de type passe-bas.

Contrairement aux cas du premier ordre, il est délicat de se contenter d’une étude
asymptotique. Le coefficien d’amortissement joue un rôle important aux abords de la
fréquence de coupure, les asymptotes sont insuffisantes. Il est préférable de calculer le
module exact.
Dans la suite, on considère que H
0
= 1.

9 Module : ( )
2
2 2 2
2 2
0 0
1
4
1
H j
m
ω
ω ω
ω ω
=
| |
− +
|
\ .

20
On remarque que :
• Le module dépend fortement de m
• ( ) 0 H jω → dB quand ω → 0
→ on y associe l’asymptote y
dB
= 0 dB
• ( ) H jω → −∞dB quand ω → + ∞
→ on peut négliger 1 et m souvent petit ; on retrouve le cas d’un
double intégrateur : ( )
2
0
2
H j
ω
ω
ω

→ ; on associe une asymptote de
pente - 2 pour ω → ∞, soit - 40 dB/décade (-12 dB/octave)

9 Phase : L’étude complète est assez longue ; notons que :
• φ
H
(ω) → 0 si ω → 0
→ on y associe l’asymptote φ
0
= 0 rad
• φ
H
(ω) → - π quand ω → + ∞
→ on y associe l’asymptote φ

= - π rad
• φ
H
(ω) = - π/2 si ω = ω
0

→ on associe à ce point particulier ω = ω
0
le terme « pulsation
de coupure » ; il s’agit d’un point de symétrie de la courbe

Les deux figures ci-dessous représentent respectivement les diagrammes de Bode en gain et
en phase pour différentes valeurs de m et H
0
= 1. On considère une pulsation normalisée,
c'est-à-dire que
0
1 ω = .
-40
-30
-20
-10
0
10
20
0,1 1 10
Pulsation normalisée
G
a
i
n

(
d
B
)
m = 0,1
m = 2
m = 1
m = 0,3
m = 0,5
m = 0,7

Figure 11 : Gain d’un passe bas deuxième ordre normalisé
21

Soulignons l’importance du facteur d’amortissement :

9 Si m < 0,7, un phénomène de rebond apparaît au niveau de la fréquence de coupure.
9 On considère que si m > 0,7 ce n’est pas le cas.
9 On peut montrer (étude de la dérivée du module) que le maximum du rebond est situé
à l’abscisse
2
max 0 0 2
1
1 2 1
2
m
Q
ω ω ω = − = −
9 La valeur maximale de la fonction pour cet abscisse est
0 0
max
2
2
.
20log 20log
1
2 . 1
1
4
dB
H H Q
H
m m
Q




= =









9 La variation de phase est d’autant plus raide que le coefficient d’amortissement est
faible.


-180
-160
-140
-120
-100
-80
-60
-40
-20
0
0,1 1 10
Pulsation normalisée
P
h
a
s
e

(
°
)
m = 2
m = 1
m = 0,7
m = 0,5
m = 0,3
m = 0,1
Figure 12 : Phase d’un passe bas deuxième ordre normalisé

22
4.2. Passe-haut

Lorsque ( )
2
0
j
N j
ω
ω
ω
| |
=
|
\ .
, alors :
9 Lorsque 0 ω → alors ( ) 0 H jω →
9 Lorsqueω → +∞ alors ( )
0
H j H ω →
On a donc ( ) H jω qui est une fonction de transfert de type passe-haut. On peut mener une
étude complète similaire au cas du passe bas (H
0
= 1).

9 Module : ( )
2
2
0
2
2 2 2
2 2
0 0
4
1
H j
m
ω
ω
ω
ω ω
ω ω
=
| |
− +
|
\ .

On remarque que :
• Le module dépend fortement de m
• ( ) 0 H jω → dB quand ω → + ∞
→ on y associe l’asymptote y
dB
= 0 dB
• ( ) H jω → −∞dB quand ω → 0
→ on retrouve le cas d’un double dérivateur ; on associe une
asymptote de pente + 2 , soit + 40 dB/décade (+12 dB/octave)

9 Phase : L’étude complète est assez longue ; notons que :
• φ
H
(ω) → 0 si ω → + ∞
→ on y associe l’asymptote φ
0
= 0 rad
• φ
H
(ω) → + π quand ω → 0
→ on y associe l’asymptote φ

= + π rad
• φ
H
(ω) = + π/2 si ω = ω
0

→ on associe à ce point particulier ω = ω
0
le terme « pulsation
de coupure » ; il s’agit d’un point de symétrie de la courbe

Les diagrammes de Bode sont similaires à ceux du passe bas mais bien sur symétriques par
rapport à la pulsation de coupure. L’influence de m est identique (valeur du rebond identique ;
abscisse du maximum décalé au-dessus de
0
ω symétriquement).
23
-40
-30
-20
-10
0
10
20
0,1 1 10
Pulsation normalisée
G
a
i
n

(
d
B
)
m = 0,1
m = 0,3
m = 0,5
m = 0,7
m = 1
m = 2

Figure 13 : Gain d’un passe haut deuxième ordre normalisé

4.3. Passe-bande

Lorsque ( )
0
2mj
N j
ω
ω
ω
= , alors :
9 Lorsque 0 ω → alors ( ) 0 H jω →
9 Lorsqueω → +∞ alors ( ) 0 H jω →
On a donc ( ) H jω qui est une fonction de transfert de type passe-bande. On peut mener une
étude complète similaire au cas du passe bas (H
0
= 1).

9 Module : ( )
0
2
2 2 2
2 2
0 0
2
4
1
m
H j
m
ω
ω
ω
ω ω
ω ω
=
| |
− +
|
\ .

On remarque que :
• Le module dépend fortement de m
• ( ) H jω → −∞ dB quand ω → + ∞
→ on retrouve le cas d’un intégrateur ; on associe une asymptote
de pente - 1 , soit - 20 dB/décade
24
• ( ) H jω → −∞dB quand ω → 0
→ on retrouve le cas d’un dérivateur ; on associe une asymptote
de pente + 1 , soit + 20 dB/décade

9 Phase : L’étude complète est assez longue ; notons que :
• φ
H
(ω) → - π/2 si ω → + ∞
→ on y associe l’asymptote φ
0
= - π/2 rad
• φ
H
(ω) → + π/2 quand ω → 0
→ on y associe l’asymptote φ

= + π/2 rad
• φ
H
(ω) = 0 si ω = ω
0

→ on associe à ce point particulier ω = ω
0
le terme « pulsation
de coupure » ; il s’agit d’un point de symétrie de la courbe

L’influence de m est très forte sur le gain aux abords de la fréquence de coupure, bien que la
notion de rebond soit différente ; dans ce cas, la notion de coefficient de qualité Q est plus
adaptée. Lorsqu’on s’en éloigne, on retrouve bien les pentes ± 1.
-40
-30
-20
-10
0
10
0,1 1 10
Pulsation normalisée
G
a
i
n

(
d
B
)
m = 0,1
m = 0,3
m = 0,5
m = 0,7
m = 1
m = 2

Figure 14 : Gain d’un passe bande deuxième ordre normalisé


25
5. CONCLUSIONS

9 L’étude du diagramme de Bode porte sur une fonction de transfert en régime harmonique.
On définit son diagramme en gain et en phase. Les études asymptotiques sont très
généralement utilisées,

9 La fonction de transfert est dans un premier temps décomposée en produit de formes
canoniques – cinq du premier ordre et tris du second ordre - ce qui permet une étude
graphique ensuite,

9 Les formes canoniques du second ordre font apparaître le coefficient d’amortissement, qui
peut éventuellement entraîner des phénomènes de surtension dans une zone de fréquence.


26

27
CHAPITRE 2
AMPLIFICATION – BANDE PASSANTE


1. L’AMPLIFICATEUR : CARACTÉRISTIQUES
1.1. Définitions

Un amplificateur est un quadripôle ayant pour rôle de passer d’une tension/courant/puissance
d’entrée à une tension/courant/puissance de sortie, a priori supérieur(e).



Quadripôle V
E
I
E
V
S
I
S
P
S
P
E

Figure 15 : Amplificateur
On peut définir l’amplification :
- en tension
S
v
E
V
A
V
= (>1 a priori pour un amplificateur de tension)
- en courant
S
I
E
I
A
I
= (>1 a priori pour un amplificateur de courant)
- en puissance
S
P
E
P
A
P
= (>1 a priori pour un amplificateur de puissance)
Il s’agît d’un composant actif. Il est nécessaire de l’alimenter par une source d’énergie
extérieure, en règle générale une alimentation électrique. On peut alors définir un rendement
lié aux pertes par dissipation thermique.


Quadripôle
P
S
P
E

Alimentation
Pertes par dissipation

Figure 16 : Amplificateur = composant actif
28
Le rendement est évidemment inférieur à 100%. On peut établir un bilan général :


lim Totale A E Pertes S
P P P P P = + = +

Le rendement est égal au rapport entre la puissance utile et la puissance apportée par
l’alimentation :
lim
1
S
A
P
P
η = <

1.2. Caractéristiques

Le schéma de principe est présenté ci-dessous.


V
s

V
E

Z
E
Z
S

AV
E

Figure 17 : Schéma de principe de l’amplificateur

On peut définir les caractéristiques suivantes :
9 L’impédance d’entrée :
E
E
E
V
Z
I
=
9 L’impédance de sortie :
S
S
S
V
Z
I
=
9 L’amplification :
V
A ou
I
A ou
P
A tel que défini au paragraphe précédent
9 Le gain : ( ) 20 log
V V
G A = × ou ( ) 20 log
I I
G A = ×
ou ( ) 10 log
P P
G A = × .
Le gain est exprimé en déciBel (dB).
9 Le rendement :
lim
1
S
A
P
P
η = <
9 La dynamique de sortie : c’est l’amplitude maximale au-delà de laquelle
l’amplificateur n’est plus dans un régime de fonctionnement linéaire. Elle est
généralement liée à une saturation due à l’alimentation, ou au blocage ou à la
saturation d’un transistor.
9 La bande passante : c’est la bande de fréquence dans laquelle les spécifications de
gain sont tenues. On peut définir la bande passante par
haute basse
BP f f = − où la
fréquence haute est la fréquence de coupure haute et la fréquence basse la fréquence
de coupure basse. Par convention ces deux fréquences sont définies à – 3 dB, c'est-à-
29
dire que le gain à ces fréquences vaut – 3 dB par rapport au gain nominal dans la
bande.
9 Le produit gain-bande : il s’agit d’un abus de langage, il faudrait plutôt parler du
produit amplification-bande. Il correspond au produit de la bande passante par
l’amplification dans cette bande :
min no al
GBP BP A = × . Dans l’exemple de la figure
suivante, le produit gain-bande vaut 10
7
.


f (Hz)
G (dB)
pente -1
120 dB (soit 10
6
d’amplification)
10 Hz
0 dB
10
7
Hz

Figure 18 : Produit Gain-Bande

On peut alors noter une propriété importante dans le cas d’amplificateur ayant une fréquence
de coupure suivie d’une pente -1, c'est-à-dire – 20 dB/décade, (soit 1/10 par décade en
amplification). On parle du produit Gain-bande constant. En effet dans la bande passante, le
produit amplification × bande = 10
6
× 10. Il se retrouve à n’importe quel point de la
caractéristique. Ainsi, à une fréquence de 100 Hz, l’amplification vaut 10
7
/100 = 10
5
; à 1
kHz, l’amplification vaut 10
4
, etc… Le gain unitaire est alors à 10
7
Hz.

Remarque importante : Amplification et bande passante sont deux caractéristiques en
opposition. Il est difficile d’avoir une grande amplification sur une grande bande passante. La
présence de capacités parasites limite la bande très rapidement, et d’autant plus vite que le
gain est grand comme on le verra par la suite. Dans le choix d’un amplificateur, ces deux
critères sont donc parmi les plus importants. En conséquence le produit Gain-bande est une
information primordiale.

1.3. Quelques rappels sur les unités de gain

Outre le dB définit précédemment ( 20 log G A = × ), d’autres unités dérivées sont utilisées :
9 Le dBm : le dBm ne s’applique qu’aux puissances. L’expression est identique à celle
du dB ( 10 log
S
E
P
G
P
= × ), mais on considère que P
E
est un niveau de référence de
1 mW (calculé sur 50 Ω, cela donne 0,223 V efficace). Le dBm est donc plutôt une
30
unité de niveau de puissance que réellement un gain. Par exemple 0 dBm implique que
P
S
= 1 mW, 10 dBm donne 10 mW, etc.
9 Le dBc : de la même manière, le niveau de référence n’est pas pris au hasard. Le « c »
évoque le terme « carrier », « porteuse » en anglais. On considère ici que P
E
est le
niveau d’un signal de référence. Cette unité est souvent utilisée pour exprimer le
niveau des harmoniques par rapport à un fondamental par exemple.
9 Le dBV : identiquement, P
E
est un niveau de référence calculé tel que le signal de
référence vaut 1 V (la puissance est ensuite calculée sur 50 Ω ou 75 Ω ou 600 Ω ou
autre selon le domaine).
9 Autres selon le domaine (en audio, dBm0, dBmO,…).

1.4. Mise en cascade de quadripôles amplificateurs

Considérons deux amplificateurs : A
1
d’amplification en tension A
v1
et A
2
d’amplification
A
v2
. Les impédances d’entrées respectives sont Z
e1
et Z
e2
, et les impédance de sorties
respectives Z
s1
et Z
s2
. Ces deux amplificateurs sont positionnés en série.


V
s1

V
E
Z
E1
A
1

Z
S1

A
V1

V
s2

A
2

Z
S2

A
V2
Z
E2


Figure 19 : Mise en série de deux amplificateurs


On peut espérer avoir le produit des deux amplifications
2 1 2 S E V V
V V A A = × × .
Or ce n’est pas le cas. En effet on peut voir que :
2
1 1
1 2
E
S E V
E E
Z
V V A
Z Z
= × ×
+
,
et
2 2 1 S V S
V A V = × .

On a donc en final :
2
1 2
1 2
E
VTotal V V
E E
Z
A A A
Z Z
= × ×
+
.

Il faut donc avoir
1
0
E
Z → ou
2 E
Z →∞ pour avoir un bon transfert de l’amplification en
tension des amplificateurs.

31
Toutefois, si l’on considère qu’il s’agit d’amplificateurs de puissance d’amplifications
respectives A
p1
et A
p2
, la problématique est différente, on espère avoir cette fois-ci
2 1 2 S E P P
P P A A = × × .

Or
2
1
1
2
S
E
E
V
P
Z
= . On voit donc que si
2 E
Z →∞, la puissance transmise au deuxième
amplificateur tend vers 0.

Pour transférer le maximum de puissance, il est nécessaire d’avoir
2 1 E E
Z Z = (plus
généralement, si les impédances sont imaginaires, on montre qu’il est nécessaire d’avoir
*
2 1 E E
Z Z = ). On parle d’adaptation d’impédance, l’impédance d’entrée du second
amplificateur doit être égale à l’impédance de sortie du premier amplificateur.

En résumé, selon qu’il s’agit d’amplificateur de tension ou de puissance, les impératifs sont
contradictoires.

Transfert optimal de tension si
1
0
E
Z → ou
2 E
Z →∞,
Transfert optimal de puissance si
2 1 E E
Z Z = .

32
2. AMPLIFICATION : ÉTUDE EN FRÉQUENCE
2.1. Structure générale d’un amplificateur
Considérons le cas d’un amplificateur opérationnel, et essayons de schématiser sa structure :

1° étage 2° étage 3° étage
Amplificateur
à fort gain en
tension
Préamplificateur
de tension
Assure
l’impédance
d’entrée
Amplificateur de
courant ou de
puissance
Assure
l’impédance de
sortie

Figure 20 : Structure générale d’un amplificateur

Le premier étage assure l’impédance d’entrée, très grande dans le cas d’un AOP. Il assure en
même temps une première amplification en tension. Il est généralement composé d’un paire
différentielle à transistor.

Le second étage est l’étage principal avec un gain en tension très grand. Généralement
composé d’un ou plusieurs montages à base de transistors montés en émetteur commun.

Le troisième étage établit l’impédance de sortie très faible, ainsi qu’une amplification en
courant et donc en puissance. Généralement composé de montages collecteurs communs ou
d’amplificateurs type push-pull.

2.2. Étude en fréquence

L’allure typique du diagramme de Bode en gain et en phase correspondant au schéma de
principe vu ci-dessus est représentée ci-après.

La première fréquence de coupure f
c1
est généralement due à la capacité de liaison entre le
premier et le second étage qui est amplifiée par effet Miller.

La seconde fréquence de coupure f
c2
est liée à des capacités parasites dans les autres étages. Il
peut y avoir ensuite d’autres fréquences de coupures plus hautes.

On sait que l’amplificateur est stable si f
c2
arrive pour G < 0 dB (voir plutôt - 6 dB si l’on
considère la marge de gain ou la marge de phase). Si cette condition n’est pas remplie,
l’amplificateur peut être instable et osciller tout seul.

33

f (Hz)
G (dB)
pente -1
G
f
c1

0 dB
pente -2
φ (°)
f
c2

-90°
-180°

Figure 21 : Allure du diagramme de Bode de l’amplificateur 3 étages

2.3. Compensation en fréquence

La plupart des amplificateurs de type AOP intégrés ont une amplification extrêmement grande
(> 10
6
). La deuxième fréquence de coupure f
c2
satisfait alors rarement la condition de stabilité.
Afin de rendre le composant stable, une compensation en fréquence est effectuée. Le principe
en est illustré ci-dessous :


f (Hz)
G (dB)
pente -1
G
f
c1

0 dB
pente -2
φ (°)
f
c2


Figure 22 : Compensation en fréquence

La première fréquence de coupure est volontairement réduite. En pratique, la capacité de
liaison entre le premier et le deuxième étage est volontairement augmentée. Ceci a pour
conséquence – en considérant que la deuxième fréquence de coupure ne bouge pas – de
rendre l’amplificateur stable car alors G < 0 dB lorsque arrive f
c2
.

La stabilité se fait au détriment de la bande passante puisque f
c1
a été diminuée.
34
2.4. Effet Miller

Considérons un amplificateur de gain en tension A, supposé parfait, et d’admittance d’entrée
notée Y
E
. On rajoute une admittance Y entre son entrée et sa sortie.



A
V
s
V
E
Y
i

Figure 23 : Effet Miller

On peut voir que ( )
E S
i Y V V = × − ou encore ( ) 1
E
i Y V A = × × − soit ( ) 1
E
i
Y A
V
= × − .
On peut ainsi établir un schéma équivalent où l’admittance Y est ramenée en entrée sous la
forme d’une admittance :
( ) 1
Miller
Y Y A = × − .

Ce phénomène est dénommé effet Miller.

A
V
s
V
E
Y
Miller


Figure 24 : Effet Miller

On a alors
ETotale E Miller
Y Y Y = + .

On peut également raisonner en impédance
( ) 1
1
Miller
A
Z Z

= soit
( ) 1
Miller
Z
Z
A
=

.

35
Prenons deux exemples pour illustrer :

9 Montage inverseur

V
s

V
E
R
1
R
2
_


+

Figure 25 : Effet Miller sur un montage inverseur

Si l’on considère que l’impédance d’entrée de l’AOP est infinie, on pourrait penser
au premier abord que l’impédance d’entrée du montage est égale à
1 2
R R + . Si l’on
applique l’effet Miller sur R
2
, on peut ramener une impédance équivalente qui vaut
( )
2
1
R
A −
. En considérant A très grand, cette impédance tend vers 0. En
conséquence, l’impédance d’entrée du montage vaut en fait
1
R .

9 Effet d’une capacité

Considérons que l’admittance Y correspond à une capacité j C ω qui relie l’entrée
et la sortie de l’amplificateur. C’est par exemple le cas de la capacité parasite base-
collecteur dans un montage émetteur commun. L’admittance qui sera ramenée en
entrée par effet Miller vaudra (1 )
M
Y j C A ω = − . Dans ce cas précis, on peut
considérer que l’on ramène une capacité de valeur (1 )
M
C C A = − . Si le gain est
très fort, la capacité ramenée peut alors être très importante.


A
V
s

V
E Z
E
C
M E
g

R
g

Figure 26 : Effet Miller sur une capacité

Associée à l’impédance d’entrée et l’impédance de sortie de l’étage précédent, la
capacité de Miller agit comme un filtre passe bas qui peut être très restrictif si le
gain est fort. C’est l’origine classique de la première fréquence de coupure des
AOP.

36
3. DEUX QUADRIPÔLES FONDAMENTAUX
3.1. L’intégrateur
3.1.1. Rappel sur l’intégrateur passif
La fonction de transfert du circuit RC s’exprime par :
( )
RC j R Z
Z
v
v
H
c
c
e
s
ω
ω
+
=
+
= =
1
1


En posant
RC
1
0
= ω on obtient : ( )
0
1
1
ω
ω
ω
j
H
+
=

v
e

v
s

R
C


Figure 27 : Circuit passe bas RC passif

Le diagramme de Bode correspondant est représenté ci-dessous ; la fréquence de coupure vaut
0
1
2
f
RC π
= . La bande passante est 0 → f
0
. La pente – 1 est significative d’un effet
intégrateur.

G (dB)
ω
φ (°)
ω
0 dB
0
-90°
ω
0

Pente -1
-20 dB
10ω
0
ω
0


Figure 28 : Bode d’un intégrateur passif

3.1.2. L’intégrateur actif
Le schéma de principe d’un intégrateur à AOP est représenté ci-dessous.

37

v
e

v
s

R
C
_
+
i

Figure 29 : Intégrateur actif à AOP

La fonction de transfert s’exprime par :
( )
1
s
e
v
H
v j RC
ω
ω
= = − .
Il s’agît donc en théorie d’une pente - 1 pure. En pratique le gain - certes très grand mais non
infini - de l’AOP introduira une fréquence de coupure et la fonction de transfert sera plutôt
identique à celle de l’intégrateur passif, avec une fréquence de coupure très basse et un gain
fini en très basse fréquence.
On peut montrer ici que la pente – 1 correspond bien à une intégration.
Il apparaît que :
S C
V V = − d’une part et
C E
dV V
i C
dt R
= = d’autre part.
On obtient :
1
( ).
S E
V V t dt
RC
= −



3.2. Le dérivateur
3.2.1. Rappel sur le dérivateur passif
La fonction de transfert du circuit CR s’exprime par :

( )
RC j
RC j
R Z
R
v
v
H
c e
s
ω
ω
ω
+
=
+
= =
1



v
e

v
s

C
R

Figure 30 : Circuit passe haut RC passif

38
En posant
RC
1
0
= ω on obtient :
( )
0
0
1
ω
ω
ω
ω
ω
j
j
H
+
= . On reconnaît le produit de deux formes
canoniques, un dérivateur pur
0
1
ω
ω
j H = et un pseudo intégrateur
0
2
1
1
ω
ω
j
H
+
= . Le
diagramme de Bode est alors la somme des deux diagrammes respectifs. La fréquence de
coupure des deux fonctions est identique et vaut
0
1
2
f
RC π
= . La bande passante est f
0
→ +∞.



G(dB)
ω
φ(°)
ω
0 dB
0
90°
ω
0

ω
0

H
1

H
2

-90°
H
1

H
2


Figure 31 : Diagramme de Bode d’un passe haut RC passif

3.2.2. Le dérivateur actif
Le schéma de principe d’un intégrateur à AOP est représenté ci-dessous :


v
e

v
s

R
C
_
+
i

Figure 32 : Dérivateur à AOP

La fonction de transfert s’exprime par :

( )
s
e
v
H j RC
v
ω ω = = − .

39
Il s’agît donc en théorie d’une pente + 1 pure. On peut montrer ici que la pente + 1 correspond
bien à une dérivation.
Il apparaît que :
S R
V V Ri = − = − d’une part et
E
dV
i C
dt
= = d’autre part.
On obtient :
( )
E
S
dV t
V RC
dt
= − .

En pratique, un gain qui tend vers l’infini pour les hautes fréquences a tendance à rendre le
système instable. On insère donc une résistance de quelques ohms en série avec la capacité, ce
qui donne une expression de fonction de transfert avec un gain très grand mais fini en haute
fréquence. Cela permet de rendre le montage stable.


40
4. CONCLUSIONS

9 Un amplificateur est caractérisé par ses caractéristiques internes :
Amplification/Gain – Bande passante – Impédances d’entrée/sortie – …,

9 Il y a systématiquement des capacités parasites qui vont limiter sa bande passante,
notamment par effet Miller,

9 Les deux caractéristiques Gain – Bande passante sont souvent en opposition,
l’optimisation des deux est donc un compromis.




41
CHAPITRE 3
FILTRAGE ANALOGIQUE



1. INTRODUCTION À LA SYNTHÈSE DES FILTRES

Le filtrage analogique peut être réalisé à partir d’éléments passifs (RLC) ou actifs (structures
à AOP + RC). Il est basé sur la détermination d’un cahier des charges et du calcul d’une
fonction de transfert associée.
Pour les signaux numériques, le filtrage numérique (manipulation d’équation en z
-1
) existe
mais ne sera pas abordé dans ce cours.

Le but du filtrage est d’isoler une information utile contenue dans une bande passante
déterminée, par rapport aux bruits et aux autres informations existants hors de cette bande.
Il s’agit donc d’un filtrage fréquentiel. La décomposition dans le domaine de Fourier du
signal et le travail sur son spectre sont donc dans un premier temps indispensables.

La synthèse d’un filtre peut se faire d’une manière assez linéaire :

9 Étude du spectre du signal à filtrer,

9 Définition du cahier des charges du filtre,

9 Définition du gabarit : adaptation du cahier des charges à un diagramme de filtre,

9 Calcul du gabarit normalisé correspondant : la gabarit défini est ramené à un
gabarit normalisé de type passe-bas afin de faciliter les calculs,

9 Choix d’une fonction d’approximation du gabarit (Butterworth, Tchebytchev,…),

9 Choix d’une structure de réalisation à partir d’élément RLC-AOP,

9 Synthèse de cette structure à partir de cellules élémentaires,

9 Vérification des performances et réglages.
42
2. DÉFINITION DU GABARIT
2.1. Gabarit réel

Il existe quatre types de filtres : passe-bas, passe-haut, passe-bande et coupe-bande. Pour un
filtre donné, il est nécessaire de définir :

9 Les caractéristiques dans la bande passante
o Le gain minimum G
min

o Le gain maximum G
max

o Les fréquences bornant la bande passante
9 Les caractéristiques en dehors de la bande passante appelée bande de coupure
o Le gain maximum Ga
max

o Les fréquences bornant la bande de coupure
9 On définit parfois plutôt un filtre par les caractéristiques en phase et/ou en temps
de propagation de groupe (non abordé dans ce cours).

On représente le gabarit sous forme d’un diagramme de Bode soit en gain soit en phase. Dans
le cas du gabarit en gain, on dessine parfois plutôt le gabarit en atténuation qui est le
symétrique puisque l’on rappelle que :

20log
s
dB
E
V
G
V
= et 20log
E
dB
S
V
A
V
= soit
dB dB
A G = −


f
c

f
G
min

G
max

f
atténuation

f
Aa
min

G
dB
A
dB

Ga
max

f
c

f
atténuation

A
max
A
min
Passe bas
Bande de coupure Bande passante

f
c

f
G
min
G
max
f
atténuation

f
Aa
min

G
dB

A
dB

Ga
max

f
c

f
atténuation

A
max
A
min

Passe haut
Bande passante
Bande de coupure


43
f
Ga
max

fa
H

G
dB

fa
L f
0
fc
H

fc
L

BP
G
max

G
min

Passe bande

Figure 33 : Gabarit de filtres réels

La figure précédente représente les gabarits réels en gain et en atténuation pour un passe bas,
un passe haut et un passe bande. Pour ce dernier le gabarit en atténuation n’est pas porté, il se
retouve aisément en symétrisant la figure. De même les gabarits du coupe bande ne sont pas
représentés étant symétriques du passe-bande.

Dans le cas du passe bas : la bande passante va ici de 0 →
c
f ; la bande d’atténuation de
atténuation
f à +∞. Dans cette bande, il n’y a pas vraiment de notion de gain minimum, alors que
dans la bande passante qui est la plus importante, on spécifie une limite basse et une limite
haute du gain. Dans le cas du passe-haut, le gabarit est inversé.
Dans le cas du passe bande, la bande passante BP (toujours définie à – 3 dB) est centrée
autour de
0
f . Ce n’est pas obligatoirement le cas, mais on considère souvent que
0
f est le
centre géométrique entre
cL
f et
cH
f . On a donc
0
.
cL cH
f f f = (et non pas
0
2
cL cH
f f
f
+
= !).
De même il est usuel de considérer que la bande d’atténuation est centrée elle aussi sur
0
f , on
a donc également
0
.
aL aH
f f f = .
On peut définir le coefficient de qualité du filtre passe-bande par
0 0
cH cL
f f
Q
BP f f
= =

qui
traduit la finesse du filtre.

Il est courant de définir la notion de sélectivité du filtre :
9 Passe-bas
c
a
f
S
f
=
9 Passe-haut
a
c
f
S
f
=
9 Passe-bande
cH cL
aH aL
f f
S
f f

=


9 Coupe-bande
aH aL
cH cL
f f
S
f f

=



44
2.2. Gabarit normalisé

Afin de simplifier le calcul de ( ) H p qui satisfait le gabarit voulu, il existe certains types de
transmittances pré-calculées ( )
N N
H p classiquement utilisées car les calculs peuvent être
fastidieux. Pour pouvoir les utiliser, il est nécessaire de transformer le gabarit en un gabarit
normalisé.
Nous allons voir que tout gabarit réel ( ) G p peut se ramener à un gabarit normalisé de type
passe-bas ( )
N N
G p .

On détermine ensuite ( )
N N
H p qui satisfait ( )
N N
G p , puis pour retrouver la fonction de
transfert réelle, on effectue le changement de variable inverse :
9 Passe-bas
N
c
p
p
ω
=
9 Passe-haut
c
N
p
p
ω
=
9 Passe-bande
0
0
N
p
p Q
p
ω
ω

= −



9 Coupe-bande
0
0
1
N
p
Q
p p
ω
ω

= −



2.2.1. Normalisation selon l’axe des ordonnées
La normalisation selon l’axe des ordonnées est assez simple et valable quel que soit le type de
filtre. On repère dans le gabarit réel le gain maximal. On applique alors au gabarit le décalage
max N réel
G G G = − afin de recentrer le gabarit sur l’axe 0 dB. La figure ci-dessous illustre un
exemple :

10 MHz
f
- 20 dB
20 dB
22 dB
30 MHz
- 42 dB
- 2 dB
0 dB
G
dB

G
NdB

f
30 MHz
10 MHz
- 22 dB

Figure 34 : Gabarit normalisé en ordonnée

Dans cet exemple, le gain maximal sur le gabarit réel est + 22 dB. Un décalage de – 22 dB est
effectué pour tout le gabarit.
45
2.2.2. Normalisation selon l’axe des abscisses
La normalisation selon l’axe des abscisses est plus complexe, elle dépend du type de filtre.

9 Cas du passe-bas : on repère la fréquence de coupure afin d’effectuer une normalisation
de l’axe des fréquences par rapport à cette valeur par la relation
c
N
f
f
f = . Dans l’exemple
ci-dessus, f
c
= 10 MHz, ce qui donne :


10 MHz
f
- 20 dB
20 dB
22 dB
30 MHz
f
N

- 42 dB
- 2 dB
0 dB 3
G
dB

G
NdB

1


Figure 35 : Gabarit passe-bas normalisé

L’axe des fréquences est donc maintenant sans unité. Pour plus de clarté, il sera tout de même
noté
N
f (ou Ω si on raisonne en pulsation normalisée par rapport à ω).

9 Cas du passe-haut : on repère la fréquence de coupure également. Mais cette fois-ci le but
est de transformer le gabarit passe-haut en gabarit passe-bas. Ceci est facilement réalisé
par le changement de variable inverseur suivant :
f
f
f
c
N
= .

15 MHz
f
- 20 dB
10 dB
12 dB
60 MHz
f
N

- 32 dB
- 2 dB
0 dB 4
G
dB

G
NdB

1


Figure 36 : Gabarit passe-haut normalisé

Cela revient à inverser le sens de l’axe des abscisses.


46
9 Cas du passe-bande : considérons le gabarit réel de la figure ci-dessous.

10 MHz
f
- 30 dB
10 dB
f
N

- 40 dB
- 10
0 dB 4
G
dB
G
NdB

1
0 dB
100 kHz
400 kHz


Figure 37 : Gabarit passe-bande normalisé

On voit que l’on peut définir un axe de symétrie passant par
0
f . Si l’on ne considère que
la partie à droite de cet axe, on reconnaît alors un gabarit passe-bas, avec son symétrique
sur la gauche. En effectuant le changement de variable suivant,
|
|
.
|

\
|
− =
f
f
f
f
Q f
N
0
0
avec
f
f
Q

=
0
, le gabarit passe-bande sera transformé en gabarit passe-bas normalisé. Dans
l’exemple précédent, Q = 100.

9 Cas du coupe-bande : non-détaillé ici.


47
3. CHOIX D’UNE FONCTION D’APPROXIMATION
3.1. Types de filtres existants

Une fois le gabarit normalisé calculé, le but est de trouver la fonction ( )
N N
H p qui approche
au mieux le gabarit ( )
N N
G p . On cherche une fonction réalisable, donc de la forme
polynomiale au numérateur et au dénominateur, soit ( )
( )
( )
N N
N N
N N
N p
H p
D p
= . Il existe
essentiellement deux grandes familles.

9 Filtres dits polynomiaux = le numérateur est égal à 1,
( )
( )
2
0 1 2
1 1
...
N N
N N N N
H p
D p a a p a p
= =
+ + +
.
L’atténuation est infinie pour Ω → ∞. Ce sont les filtres les plus courant, il en existe de
nombreux types différents : filtres dits de Butterworth, de Tchebytchev, de Legendre, de
Bessel (filtres de phase). Les deux plus classiques, Butterworth et Tchebytchev seront
détaillés dans la suite.

9 Filtres dits elliptiques = le numérateur est un polynôme ayant n zéros et le dénominateur
est également un polynômes ayant m pôles complexes.
Ce sont par exemple les filtres dits de Cauer. Ces filtres ne seront pas détaillés par la suite.

3.2. Filtres de Butterworth

On utilise une fonction d’erreur
2 2
I N
G H ε = − où
I
G est un fonction parfaite égale à 1
(0 dB) dans la bande et 0 ensuite. Cette fonction d’erreur est développée en série de Taylor
autour de 0
N
p = . On cherche bien sûr à minimiser ε .
La solution suivante est obtenue :
( )
2
1
1
N N
n
H p =
+ Ω
,

où n est l’ordre du filtre, Ω la pulsation normalisée. Les pôles du filtre sont les racines
complexes de 1. Des tabulations existent en fonctions de n. On peut voir que :

0
NdB
H dB → quand Ω → 0 ,

2
1
20log 20 /
NdB
n
H n dB décade
| |
→ = − ×
|
Ω \ .
quand Ω → ∞,
3
NdB
H dB = − quand Ω = 1, ceci quel que soit n.
48
Le tableau ci-dessous récapitule les coefficients de Butterworth :
Ordre a
0
a
1
a
2
a
3
a
4
a
5
a
6

1 1 1
2 1 2 1
3 1 2 2 1
4 1 2,6131 3,4142 2,6131 1
5 1 3,2361 5,2361 5,2361 3,2361 1
6 1 3,8637 7,4641 9,1416 7,4641 3,8637 1
Ou bien :
Ordre 1/H
n
(p)
1
p + 1
2
2
414 , 1 1 p p + +
3 ( )( )
2
1 1 p p p + + +
4 ( )( )
2 2
848 , 1 1 765 , 0 1 p p p p + + + +
5 ( )( )( )
2 2
618 , 1 1 618 , 0 1 1 p p p p p + + + + +
6 ( )( )( )
2 2 2
9319 , 1 1 4142 , 1 1 5176 , 0 1 p p p p p p + + + + + +

Tableau 1 : Coefficient des fonctions de Butterworth ( )
1
N N i
i N
H p
a p
=



La figure ci-dessous représente les fonctions de Butterworth en fonction de n. On discerne
bien la coupure à -3 dB quel que soit l’ordre et une coupure à –n × 20 dB par décade ensuite.
Un point important est la réponse plate dans la bande passante.
-60
-50
-40
-30
-20
-10
0
0,1 1 10
Pulsation normalisée
G
a
i
n

(
d
B
)

Figure 38 : Fonctions de Butterworth pour n = 1 à 6
49
3.3. Filtres de Tchebytchev

Cette fois-ci la fonction d’erreur n’est pas développée en série de Taylor. On utilise les
polynômes de Tchebytchev ( ) ( ) cos cos
n
T nArc Ω = Ω

pour 1 Ω ≤ et
( ) ( ) c
n
T h nArch Ω = Ω

pour 1 Ω > .
Sans détailler ces polynômes, il est important de noter qu’il existe une relation récursive entre
( )
n
T Ω , ( )
1 n
T

Ω et ( )
1 n
T
+
Ω : ( ) ( ) ( )
1 1
2
n n n
T T T
+ −
Ω = Ω Ω − Ω . Ces polynômes sont des
fonctions oscillantes entre deux extremums ± 1, avec 1 n + extremums pour 0 1 ≤ Ω ≤ .
La solution obtenue ( )
N N
H p est de la forme :
( )
( )
2 2
1
1
N N
n
H p
T u
=
+ Ω


où µ caractérise l’ondulation dans la bande passante.

Le tableau ci-dessous récapitule les coefficients de Tchebytchev :

Ordre a
0
a
1
a
2
a
3
a
4
a
5
a
6

1 1 1
2 1 0,9957 0,907
3 1 2,5206 2,0116 2,0353
4 1 2,6942 5,2749 3,4568 3,628
5 1 4,7264 7,933 13,75 7,6271 8,1415
6 1 4,456 13,632 17,445 28,02 13,47 14,512
Ou bien :
Ordre 1/H
n
(p)
1
p + 969 , 1
2
2
098 , 1 103 , 1 p p + +
3 ( )( )
2
494 , 0 994 , 0 494 , 0 p p p + + +
4 ( )( )
2 2
674 , 0 279 , 0 279 , 0 987 , 0 p p p p + + + +
5 ( )( )( )
2 2
468 , 0 429 , 0 179 , 0 998 , 0 289 , 0 p p p p p + + + + +
6 ( )( )( )
2 2 2
464 , 0 125 , 0 340 , 0 558 , 0 124 , 0 991 , 0 p p p p p p + + + + + +
Tableau 2 : Coefficient des fonctions de Techbytchev (1 dB) ( )
1
N N i
i N
H p
a p
=



On peut voir que :

0
NdB
H dB → quand Ω → 0 si n est impair et
2
20log 1
NdB
H µ → − + si
n est pair, la fonction comporte n extremums (en comptant celui à Ω = 0)
dans la bande passante entre Ω = 0 et Ω = 1,
50


G
N


n impair
1
2
20log 1 µ − +

G
N


n pair
1


2
20log 1
NdB
H µ = − + quand Ω = 1, ceci quel que soit n.
Remarque : à la fréquence de coupure Ω = 1, le gain n’est donc pas égal
à – 3 dB ; il ne s’agît donc pas d’une fréquence de coupure telle que
définie classiquement.

1
1
20log( )
2
NdB n n
H dB
µ



quand Ω → ∞, ou encore
( ) 20log 20 1 log 2 20 log
NdB
H µ n n → − − − − Ω dB. Ce dernier terme
représente l’atténuation d’un filtre de Butterworth. Le filtre de
Tchebytchev correspondant possède donc une atténuation supplémentaire
de ( ) 20log 20 1 log 2 µ n − − − dB.

Il y a ondulation dans la bande passante, liée à la valeur de µ. Ceci permet une coupure plus
raide après la fréquence de coupure. Les filtres de Tchebytchev sont donc plus sélectifs que
ceux de Butterworth, à n identique.

Différentes courbes pré-tracées existent avec des taux d’ondulations différents (typiquement
0,1 dB, 0,5 dB et 1 dB) selon les exigences. Plus l’ondulation est forte, plus la coupure peut
être raide ensuite. Les figures ci-dessous représentent les fonctions de Tchebytchev en
fonction de n pour un taux d’ondulation de 1 dB dans la bande.
51
-60,0
-50,0
-40,0
-30,0
-20,0
-10,0
0,0
0,1 1 10
Pulsation normalisée
G
a
i
n

(
d
B
)

Figure 39 : Fonctions de Tchebytchev pour n = 1 à 6 (ondulation 1 dB)
-10,0
-9,0
-8,0
-7,0
-6,0
-5,0
-4,0
-3,0
-2,0
-1,0
0,0
0,1 1 10
Pulsation normalisée
G
a
i
n

(
d
B
)
Figure 40 : Loupe sur les ondulations de Tchebytchev
52
3.4. Filtres de Bessel

Ces filtres sont importants car ils se distinguent des précédents mais ils ne seront pas détaillés
ici. Les filtres dits de Bessel sont spécifiés en phase et non en module. On se fixe par exemple
une contrainte de phase linéaire en fonction de la fréquence ou un retard pur. La solution est
relativement différente.

3.5. Critères de choix

Parmi tous ces types de filtres, il est ensuite nécessaire de choisir le plus adéquat. Le choix ne
peut se faire qu’en vertu d’un compromis. Le tableau suivant récapitule quelques aspects vus
précédemment.

Butterworth Tchebytchev Bessel
Réponse plate dans la bande Ondulation ± forte dans la
bande
Réponse plate dans la bande
Coupure moyennement raide Coupure très raide Coupure assez peu raide
Bonne linéarité de phase Très mauvaise linéarité de
phase
Excellente phase
Transitoires moyens Transitoires agités Pas de dépassement m > 0,7
Ordre souvent + faible que
Butterworth
Ordres assez élevés

53
4. SYNTHÈSE DU FILTRE
4.1. Détermination de l’ordre nécessaire

Un fois le gabarit normalisé tracé, l’ordre minimum nécessaire est déterminé. Pour cela, on
utilise les abaques existants qui permettent de trouver aisément et graphiquement n.
L’ordre obtenu est soit pair, soit impair. Si n est pair, le filtre sera réalisé par une association
série de cellules élémentaires du second ordre. Si n est impair, on y couplera en plus une
cellule du premier ordre.
Dans le cas d’une synthèse par Butterworth, on associera des cellules élémentaires ayant
toutes la même fréquence de coupure mais des facteurs d’amortissements différents ce qui
entraîne une réponse plate dans la bande. Dans le cas d’une synthèse par Tchebytchev, les
cellules auront également des fréquences de coupure différentes ce qui entraînera des
oscillations dans la bande passante.

4.2. Rappels : fonctions du premier ordre

Les fonctions du premier ordre sont typiquement les fonctions de types RC ou CR détaillés
dans le chapitre précédent.

4.3. Rappels : fonctions du second ordre

On rappelle ici quelques points importants ; on peut se reporter au chapitre 1 pour plus de
détails. Soit la fonction ( )
( )
0
2
2
0 0
.
2
1
H N p
F p
m p
p
ω ω
=
+ +
où m ξ = est le coefficient d’amortissement,
0
ω la pulsation de coupure, et
0
H le gain statique.
On considère que les racines du dénominateur sont complexes. Si ce n’est pas le cas, il s’agît
en fait d’un faux second ordre qui est le produit de deux premiers ordres.
4.3.1. Passe-bas
Lorsque ( ) 1 N p = , alors ( ) F p est de type passe-bas puisque ( )
0
F p H → lorsque 0 p → et
( ) 0 F p → lorsque p → ∞. La pente de coupure est une pente – 2.
Si m < 0,7, un phénomène de rebond apparaît au niveau de la fréquence de coupure. On
considère que si m > 0,7 ce n’est pas le cas. Les deux figures ci-dessous représentent
respectivement les diagrammes de Bode en gain et en phase pour différentes valeurs de m.
54
-40
-30
-20
-10
0
10
20
0,1 1 10
Pulsation normalisée
G
a
i
n

(
d
B
)
m = 0,1
m = 2
m = 1
m = 0,3
m = 0,5
m = 0,7
Figure 41 : Gain d’un passe bas deuxième ordre normalisé
-180
-160
-140
-120
-100
-80
-60
-40
-20
0
0,1 1 10
Pulsation normalisée
P
h
a
s
e

(
°
)
m = 2
m = 1
m = 0,7
m = 0,5
m = 0,3
m = 0,1
Figure 42 : Phase d’un passe bas deuxième ordre normalisé
55
4.3.2. Passe-haut
Lorsque ( )
2
2
0
p
N p
ω
= , alors ( ) F p est de type passe-haut puisque ( )
0
F p H →
lorsque p →∞ et ( ) 0 F p → lorsque 0 p → . La pente de coupure est une pente + 2.
Comme le passe-bas, si m < 0,7, on considère qu’un phénomène de rebond apparaît à la
fréquence de coupure.
4.3.3. Passe-bande
Lorsque ( )
0
2mp
N p
ω
= , alors ( ) F p est de type passe-bande puisque ( ) 0 F p →
lorsque p →∞ et 0 p → . Les deux pentes de coupures sont des pentes ± 1. Le facteur de
qualité du filtre s’exprime par
0
1
2
f
Q
BP m
= = .


56
5. RÉALISATION DE FILTRES

De nombreuses réalisations à base de circuits passifs de types RLC existent. Elles sont
toutefois délicates pour des ordres élevés. Dans la suite seront développées quelques
structures d’ordre 2 actives contenant des AOP.

5.1. Structure de Rauch
Le schéma correspondant à un filtre de structure dite de Rauch est illustré ci-dessous.


+
-
V
s

Z
5
V
e

Z
1
Z
2
Z
3
Z
4
A

Figure 43 : Structure de Rauch

Pour des raisons de simplicité dans les calculs, on se sert des admittances. On utilise la loi des
courants aux nœuds A et (-) :

9 0 =

enA
i soit ( ) ( ) ( )
1 2 3 4
0
E A A A S A
Y V V V Y Y V V Y V V

− − + − + − =
ce qui donne ( ) 0
4 1 4 3 2 1
= + + + + + −
S E A
V Y V Y Y Y Y Y V car V
-
= 0
9 0
) (
=

− en
i soit ( ) ( ) 0
5 3
= − + −
− −
V V Y V V Y
S A

ce qui donne
3
5
Y
Y
V V
S A
− = que l’on peut placer dans la première expression.
Il vient alors :
( )
4 3 2 1 5 4 3
3 1
) (
Y Y Y Y Y Y Y
Y Y
V
V
p H
E
S
+ + + +
− = =

Selon la nature des admittances, il est possible d’obtenir soit :

9 un passe-bas si l’on remplace Y
1
par 1/R, Y
3
par 1/R, Y
4
par 1/R, Y
2
par jωC
2
, et
Y
5
par jωC
5
,
57
( ) 1 3
1
1 3
1
) (
5 5 2
2 2
2
2 5
2
+ +
− =
+ |
.
|

\
|
+
− =
RC j C C R j
R
C j
R
C j
R
j H
ω ω
ω ω
ω
ce qui correspond bien à un passe-bas car le numérateur est d’ordre 0. La pulsation
de coupure vaut
5 2
0
1
C C R
= ω . Le coefficient d’amortissement est tel que
5
0
3
2
RC
m
=
ω
, soit
5 0
3
2
RC
m
ω
= .

9 un passe-haut, si l’on remplace Y
1
par C jω , Y
3
par C jω , Y
4
par C jω , Y
2
par
1/R
2
, et Y
5
par 1/R
5
,
( )
( )
( )
( ) 1 3
3
1 1
) (
2 5 2
2
5 2
2
2
2 5
2
+ +
− =
+
|
|
.
|

\
|
+
− =
C R j R R C j
R R C j
C j C j
R R
C j
j H
ω ω
ω
ω ω
ω
ω
ce qui correspond bien à un passe-haut car le numérateur est d’ordre 2. La
pulsation de coupure vaut
5 2
0
1
R R C
= ω . Le coefficient d’amortissement est tel
que C R
m
2
0
3
2
=
ω
, soit
2
3
0 2
ω C R
m = .

9 un passe-bande si l’on remplace Y
1
par 1/R
1
, Y
4
par
4
j C ω , Y
3
par
3
j C ω , Y
2
par
1/R
2
, et Y
5
par 1/R
5
(non détaillé ici, voir document Annales).

5.2. Structure de Sallen-Key

Le schéma correspondant à un filtre de structure dite Sallen-Key est illustré ci-dessous.

+
-
V
s

Z
5
V
e

Z
1
Z
2
Z
3
Z
4
A

Figure 44 : Structure de Sallen-Key

58
Une étude similaire au paragraphe précédent est possible, mais elle ne sera pas développée
plus en détail dans ce cours.

5.3. Structure Bi-quad

Le schéma correspondant à un filtre de structure dite de Biquad est illustré ci-dessous.


+
-
V
s

V
e

R
1
+
-
+
-
V
e
R
2
R
3
R
4
R
5
R
6
C
1
C
2

Figure 45 : Structure Biquad

Une étude similaire au paragraphe précédent est possible, mais elle ne sera pas développée
plus en détail dans ce cours. Ce type de schéma est assez lourd à cabler mais s’adapte bien à
une structure de circuit intégré car il permet alors la réalisation de plusieurs fonctions d’une
manière assez souple.

5.4. Réglages et sensibilité

Les impédances sont des résistances ayant typiquement une incertitude de 5%, voire au mieux
1%. Les capacités ont classiquement des incertitudes de 20 %, voire 10 %.
Lorsque l’on calcule la fonction de transfert comme vue ci-dessus, les paramètres ω
0
et m
dépendent de plusieurs impédances. Les incertitudes sont sommées et les incertitudes sur la
fréquence de coupure et sur le coefficient d’amortissement peuvent alors être très importantes.

Dans le cas de filtres assez sélectifs, cela peut être très rapidement gênant, surtout si un ordre
élevé est requis, car alors les incertitudes sur chaque cellule du second ordre se somment
également. Le coefficient d’amortissement est souvent réglé très finement, là aussi une
incertitude importante peut être très problématique.
Les réglages sont donc souvent délicats. Il est nécessaire soit de prendre des composants avec
des valeurs triées, soit de prévoir des réglages par des potentiomètres ou des varactors.
59
6. CONCLUSIONS

9 La synthèse de filtre passe par une procédure stricte depuis la définition du cahier des
charges dans le domaine fréquentiel jusqu’à la réalisation proprement dite,

9 L’étape la plus importante est la définition d’un gabarit de filtre qui permet d’aboutir à un
gabarit normalisé ; des bibliothèques de filtres types existent alors,

9 Ces filtres types sont nombreux, le choix se fait sur des compromis de comportements,

9 La réalisation présentée ici pour les filtres analogiques se fait à partir de cellules du
premier et second ordre à base d’AOP.

60

61
CHAPITRE 4
CONVERSION ANALOGIQUE ↔ NUMÉRIQUE



1. NOTION D’ÉCHANTILLONNAGE
1.1. Définitions

Soit un signal analogique ( ) e t . Il s’agît d’une fonction continue en fonction du temps.
Soit un signal échantillonné ( )
*
e t . Il s’agît d’une suite discrète de valeurs numériques. Il sera
représenté par une suite d’impulsions de Dirac en fonctions du temps. Les temps entre chaque
impulsion sont a priori identiques et égaux à T
e
.

t
e(t)
a)
t
e
*
(t)
b)
T
e

Figure 46 : Signaux analogiques et numériques
Un signal analogique peut donc être échantillonné à une fréquence
1
e
e
f
T
= .
En pratique, l’échantillonnage ne peut pas être instantané. La valeur discrète prise à instant
multiple de T
e
, est figée pendant un temps non pas infiniment cours mais un temps
e
T τ < .

t
e
*
(t)
T
e
τ

Figure 47 : Échantillonneur – bloqueur
62
Cette opération de tenue de la valeur s’appelle blocage. On parle alors d’échantillonneur-
bloqueur. Les modèles les plus répandus sont des échantillonneurs-bloqueurs dits d’ordre 0,

e
T τ = .

t
e
*
(t)
T
e
τ =T
e


Figure 48 : Échantillonneur-bloqueur d’ordre 0

1.2. Recouvrement spectral et théorème de Shannon

Ce paragraphe rappelle quelques notions développées dans le cours de traitement du signal
auquel on se reportera pour les démonstrations et les détails.
Lorsque l’on échantillonne le signal à une fréquence
e
f , son spectre est convolué par un
peigne de Dirac de périodicité
e
f .

S*(f)
f
f
e
f
e
+f
max
f
e
– f
max

spectre BF
f
max

2f
e


Figure 49 : Spectre d’un signal échantillonné
On voit alors que si la fréquence maximale du spectre du signal analogique est supérieure à
/ 2
e
f , l’effet de convolution peut conduire à ce que l’on appelle du recouvrement de spectre.

S(f)
f
f
e

spectre BF
f
max
> f
e
/2
recouvrement

Figure 50 : Recouvrement spectral
63
L’information contenue dans le spectre initial peut être dénaturée si le recouvrement est
important.
Il est donc impératif pour éviter ce problème de respecter la condition dite de Shannon :

max
2
e
f f ≥

Cette relation est à respecter impérativement. Le choix des échantillonneurs et des
convertisseurs commence donc par aboutir sur un composant qui possède une fréquence
d’échantillonnage suffisante par rapport à la fréquence maximale du spectre du signal
analogique. Cela suppose que l’étude du spectre de celui-ci a été correctement menée
auparavant.
Si cette relation n’est pas satisfaite, on fait souvent appel à un filtre dit anti-repliement. Il
s’agit d’un filtre passe-bas qui filtre sévèrement à / 2
e
f . Ceci limite le spectre du signal basse
fréquence au détriment parfois de sa partie supérieure mais évite le recouvrement qui peut
être très néfaste.

1.3. Réalisation d’échantillonneur-bloqueur

Réaliser un échantillonneur-bloqueur peut être en principe très simple :
9 l’effet échantillonnage est réalisé par un interrupteur commandé par une horloge,
9 l’effet mémoire-blocage est réalisé par une charge de capacité.

La figure ci-dessous représente le schéma de principe. L’horloge H de fréquence
e
f
commande l’ouverture et la fermeture de l’interrupteur.


e*(t)
e (t)
K
Interrupteur
commandé par
une horloge H
C

Figure 51 : Échantillonneur-bloqueur

A tout les instant multiple de T
e
, l’interrupteur se ferme, la capacité se charge instantanément
et alors ( ) ( )
*
e t e t = . Puis l’interrupteur s’ouvre. La capacité n’a pas de raison de se décharger
a priori et la tension de sortie est maintenue jusqu’à la prochaine fermeture de l’interrupteur.

64
On peut déjà discerner un compromis : la capacité doit être la plus faible possible pour se
charger vite à travers l’impédance de sortie de ( ) e t lors de la phase de charge, mais doit être
la plus forte possible pour éviter des décharges rapides à travers l’impédance d’entrée de
l’étage ( )
*
e t . Ces deux points sont en contradiction.
On rajoute donc souvent un suiveur de part et d’autre. En amont pour assurer une charge
rapide à travers une impédance très faible, et en aval pour assurer une parfaite isolation via
une impédance d’entrée très forte.


e*(t)
e (t)
K
+
-
+
-
C

Figure 52 : Échantillonneur-bloqueur amélioré

Ceci reste un schéma de principe qui dépend également des performances de l’interrupteur
analogique K qui n’est jamais parfait : résistances parasites, temps de fermeture et
d’ouverture, etc…



65
2. CONVERSIONS ANALOGIQUES ↔ NUMÉRIQUES
2.1. Définitions
On utilisera dans la suite les abréviations suivantes :
9 CAN : Convertisseurs Analogique-Numérique
ADC en anglais : Analog to Digital Converter
9 CNA : Convertisseur Numérique-Analogique
DAC en anglais : Digital to Analog Converter

Il s’agit de deux composants aux fonctions contraires. Un CAN transforme une tension
analogique ( ) e t en une série de codes numériques, souvent codés en binaire sur n bits. ( ) e t
peut être une tension continue ou une tension variable en fonction du temps.



CAN
e(t) n bits
Code numérique N

Figure 53 : Convertisseur CAN
Un CNA transforme une série de codes numériques en une suite de tensions qui varient en
fonction du temps.


CAN
e(t)
n bits
Code numérique N

Figure 54 : Convertisseur CNA

2.2. Principes généraux de fonctionnements

Dans le cas général la tension E à convertir est dépendante du temps, elle sera notée ( ) e t .

Pour les CAN, le signal est déjà échantillonné et bloqué comme vu précédemment. Pendant ce
temps de blocage, un circuit complémentaire convertit la tension bloquée en une valeur
numérique. Il est évidemment nécessaire que cette conversion se fasse dans le laps de temps
de blocage. Différents types de conversions existent qui seront précisés dans les paragraphes
suivants. Une fois le codage effectué, un nouvel échantillonnage-blocage est permis et ainsi
de suite.
66

Conversion
e(t)
Code numérique N

Echantillonneur
bloqueur

Figure 55 : Principe général du CAN

Pour les CNA, la première étape consiste à convertir le code numérique en une grandeur
analogique, en règle générale un courant. Plusieurs types de conversion existent qui seront
détaillées plus loin. Le courant est ensuite converti en une tension par un étage de sortie à
base d’un amplificateur opérationnel monté en inverseur.



N → i
e(t)
Code numérique N
-
+
R
I
s


Figure 56 : Principe général du CNA

2.3. Caractéristiques des convertisseurs

Les caractéristiques suivantes sont décrites pour des CAN ; l’analogie est valable et parfois
précisée pour les CNA.
2.3.1. La tension de référence
Pour effectuer sa conversion, le convertisseur a besoin d’une tension de référence à laquelle il
compare les tensions à convertir. Cette tension est souvent intégrée directement dans le
composant. On la notera
ref
E . Sa stabilité est très importante car toute fluctuation de sa valeur
peut entraîner des erreurs dans les conversions.
2.3.2. La pleine échelle
Il s’agit de la tension analogique maximale acceptée par le CAN (respectivement délivrée en
sortie par le CNA). Elle peut être
unipolaire ( )
max
0 e t E < < ou
bipolaire ( )
max max
E e t E − < < .
2.3.3. Le nombre de bits
Le code binaire N en entrée (respectivement en sortie) est codé sur n bits. Cela donne 2
n

combinaisons.
67
2.3.4. La résolution
La résolution est le pas minimum de codage, appelée pas de quantification. Elle est liée à la
pleine échelle et au nombre de bits :
max
2
n
E
q = dans le cas d’un CAN/CNA unipolaire et
max
2.
2
n
E
q = dans le cas d’un CAN/CNA bipolaire.
On peut noter que plus le nombre de bits est grand, plus la résolution est bonne. La tension de
référence doit être impérativement stable à mieux que la résolution.
2.3.5. Fréquence d’échantillonnage maximale
C’est la fréquence d’échantillonnage à laquelle peut travailler le CAN. Elle dépend de sa
structure interne. Le signal à l’entrée ne pourra donc pas avoir de composante spectrale
supérieure à
max
/ 2
e
f pour respecter le théorème de Shannon. Pour un CNA, c’est la
fréquence maximale où les codes numériques peuvent être convertis en tension analogique en
sortie.
C’est avec le nombre de bits la caractéristique la plus importante. Plus un convertisseur a une
fréquence d’échantillonnage grande ou un nombre de bits important, plus il est complexe et
cher.
2.3.6. Erreur de zéro ou de décalage
C’est l’écart entre la tension correspondant normalement au code 0 et la tension d’entrée
(resp. de sortie) réelle pour laquelle le code de sortie est effectivement 0.


V
N
Erreur de
zéro
N
V
Erreur de
zéro CAN
CNA

Figure 57 : Erreur de zéro

Elle est exprimée en % du pas de quantification ou en % de la tension de référence. On la veut
la plus faible possible.
2.3.7. Erreur de gain ou erreur d’échelle
Cette erreur se mesure une fois l’erreur de zéro compensée. C’est l’écart entre la tension
correspondant normalement au code maximal et la tension d’entrée (resp. de sortie) réelle
pour laquelle le code de sortie est effectivement le code maximal. Cela revient également à
l’erreur de la pente moyenne d’où le nom erreur de gain.
68



V
N
Erreur de
gain
CAN
V
Erreur de
gain
CNA
N

Figure 58 : Erreur de gain
2.3.8. Erreur de non-linéarité
Cette erreur se mesure une fois les erreurs de zéro et de gain compensées. Il s’agit de l’écart
maximal entre la droite moyenne idéale et la courbe réelle sur toute la gamme d’entrée.


V
N
CAN
V
max
N
max

ε N
V
CNA
N
max

V
max
ε

Figure 59 : Erreur de non-linéarité
2.3.9. Monotonicité
Il y a non-monotonicité lorsqu’il y a un code manquant ou décalé.



V
N
CAN
Code
manquant

Figure 60 : Erreur de monotonicité
69
2.3.10. Erreur de non-linéarité différentielle
Il s’agit de l’écart maximal entre une transition réelle et le pas théorique, ceci examiné à
chaque code. On observe pour chaque pas V q ∆ − . L’erreur de non-linéarité différentielle
correspond au
max
V q ∆ − . Il s’agit en fait d’une erreur qui tient compte à la fois de la non-
linéarité et de la non-monotonicité.


V
N
CAN
q
∆V

Figure 61 : Erreur de non-linéarité différentielle

2.4. La quantification

La quantification représente le passage de la valeur analogique à la valeur numérique (et
réciproquement). Cette valeur numérique codée sur n bits est un multiple de la résolution q.
Deux principales familles de méthodes existent : par troncature et par arrondi.

9 Quantification par arrondi
La tension ( ) e t est arrondie au multiple de la résolution le plus proche :
Si ( )
1 1
2 2
n q e t n q
| | | |
− < < +
| |
\ . \ .
alors ( )
*
. e t n q =

9 Quantification par troncature
La tension ( ) e t est tronquée (comme une partie entière) au multiple de la
résolution juste en-dessous :
Si ( ) ( ) . 1 . n q e t n q < < + alors ( )
*
. e t n q =


On peut exprimer ( ) t ε le résidu égal à ( ) ( ) ( )
*
t e t e t ε = − . En considérant des variations
fortes du signal ( ) e t , le signal d’erreur ( ) t ε aurait l’allure représentée ci-dessous :
70

t
q/2
t
q
ε
ε
arrondi
troncature

Figure 62 : Signal d’erreur de quantification

On peut relever deux points importants :

9 La valeur moyenne de ( ) t ε est nulle pour le cas de la quantification par arrondi et
égale à
2
moy
q
v = dans la cas de la quantification par troncature. Le premier cas est
donc meilleur.

9 La valeur efficace de ( ) t ε vaut dans les deux cas :
Arrondi : ( )
/ 2
2
/ 2 / 2 2 3
2
3
/ 2 / 2 / 2
1 1 .
. . . . .
3 12
T
T T
eff
T T T
q t q t q
v f t dt dt
T T T T
− − −

| |
= = = =
|
\ .

∫ ∫


Troncature : ( )
2
2 3
2
3
0 0 0
1 1 .
. . . . .
2 3 3
T
T T
eff
q t q t q
v f t dt dt
T T T T

| |
= = = =
|
\ .

∫ ∫

De même, le cas arrondi est préférable car l’énergie contenu dans ( ) t ε est plus
faible.

La quantification par arrondi est donc généralement préférable car l’erreur est minimisée.
Toutefois la quantification par troncature est parfois plus simple à réaliser.


71
3. DIFFÉRENTS TYPES DE CONVERTISSEURS
3.1. Liste des convertisseurs
Les moyens de réaliser la conversion, soit tension bloquée → code numérique, soit code
numérique → courant, sont multiples. Les paragraphes suivants décrivent quelques uns des
convertisseurs typiques existants :
CNA à résistances pondérées
CNA à réseau R/2R
CAN parallèle
CAN à approximations successives
CAN simple rampe
CAN double rampe
CAN tension-fréquence

3.2. CNA à résistances pondérées

Le principe d’un CNA à résistances pondérées est illustré ici :

-
+
R
V
s

E
ref

2
n-
1.R
R
2R
A
0

A
n-2

.
.
.
I
s

4R
A
n-1

.
.
.

Figure 63 : CNA à résistances pondérées

On peut calculer aisément le courant de sortie :
0 1 2 1
...
S n n
I I I I I
− −
= + + + + par superposition, ce qui donne
0 1 2 1
1 2
. . . .
...
2 . 2 . 2.
ref ref ref n ref n
S n n
E A E A E A E A
I
R R R R
− −
− −
= + + + + ,
en adoptant la notation suivante : si A
x
= 0 alors, l’interrupteur x est ouvert, si A
x
= 1 alors
l’interrupteur est fermé. Les interrupteurs sont ainsi actionnés par des bits de commandes.
On obtient alors :
0 1
1 1 2
...
2 2
s ref n n n
A A
V E A
− − −
| |
= − + + +
|
\ .
.
72
Dans l’exemple d’un CNA 4 bits,
0 3 1 2
8 4 2 1
s ref
A A A A
V E
| |
= − + + +
|
\ .
. Le pas de quantification est
8
ref
E
.

Ce type de convertisseur est limité à un faible nombre de bits car sa précision dépend de la
bonne réalisation des 2
n-1
résistances et de leurs valeurs respectives. On peut noter également
que ce type de convertisseur est peu rapide : les courants de commutation dans les résistances
et les inévitables capacités parasites entraînent des temps de conversion assez longs.

3.3. CNA à réseau R-2R

Le principe d’un CNA à réseau R-2R est illustré par un exemple 4 bits.


-
+
R
V
s
2R
R R R
2R 2R 2R 2R
E
ref

A
0
A
1
A
2
A
3
I
s

A
B C
D

Figure 64 : CNA à réseau R-2R


Afin de calculer la tension de sortie, il est nécessaire de calculer le courant
S
I . On procède
par superposition. Dans un premier temps, A
0
est à E
ref
et les autres interrupteurs à la masse :
on peut calculer I
0
. Ainsi de suite pour les autres courant I
n
. Le courant de sortie est la somme
des quatre courants calculés séparément.
Revenons sur le calcul de I
0
. En appliquant Thévenin au point A, il vient le nouveau schéma :


73
-
+
R
V
s
R
R R R
2R 2R 2R
E
ref
/2
I
0


Figure 65 : Simplification du réseau R-2R

On peut procéder ensuite en réitérant Thévenin jusqu’à obtenir le schéma équivalent de la
figure suivante.

-
+
R
V
s
R
E
ref
/16
I
0


Figure 66 : Calcul du courant de sortie du réseau R-2R

On obtient
R
E A
I
ref
16
.
0
0
= . On peut procéder de même pour calculer I
1
ce qui donne
R
E A
I
ref
8
.
1
1
= ; puis
R
E A
I
ref
4
.
2
2
= et
R
E A
I
ref
2
.
3
3
= .
Ce qui donne en final :
R
E A
R
E A
R
E A
R
E A
I
ref ref ref ref
s
2
.
4
.
8
.
16
.
3 2 1 0
+ + + = , soit la tension de sortie
suivante :

( )
3 2 1 0
4
3 2 1 0
8 4 2
2 2
.
4
.
8
.
16
.
A A A A
E E A E A E A E A
RI V
ref ref ref ref ref
s s
+ + + − =
|
|
.
|

\
|
+ + + − = − = .

On peut reconnaître 2
4
qui correspond à un convertisseur 4 bits. A
0
est le bit de poids faible et
A
3
le bit de poids fort.

74
On retrouve les défauts de commutation et de rapidité du CNA à réseau de résistances dans ce
type de convertisseurs : lenteur due aux commutations et précision fortement dépendante des
valeurs de résistances.

3.4. CAN parallèle

Le principe d’un CAN parallèle est illustré par un exemple 2 bits.


+
_
R
e(t)
E
ref

A
1

A
0

+
_
+
_





Système
logique de
codage
R
R
R
A
B
C
C
0

C
1

C
2


Figure 67 : CAN parallèle 4 bits

Grâce à 3 comparateurs (2
n
-1 comparateurs pour un CAN n bits), , la tension à convertir est
comparée à une tension de référence
ref
E . La résolution vaut
4
ref
E
. La tension au point A vaut
3.
4
ref
E
, au point B
2
ref
E
et au point C
4
ref
E
. Toutes les comparaisons se font en même temps
d’où le nom de parallèle.
Les comparateurs fournissent des 0 ou des 1 logiques. Une logique de décodage transforme
les 3 bits (respectivement 2
n
-1) en 2 bits (respectivement n bits) qui forment alors le code N.
Prenons un exemple : ( )
2.
5
ref
E
e t = . On a les trois sorties des comparateurs C
0
= 1, C
1
= 0 et
C
2
= 0. La logique de codage compte alors le nombre de 1 et transforme le code en N = A
1
A
0

= 01.

75
De part ses comparaisons simultanées, ce type de convertisseur s’avère très rapide. Il est par
contre nécessaire d’avoir 2
n
-1 comparateur ce qui aboutit à une structure très lourde en cas de
convertisseurs avec n grand.

3.5. CAN à approximations successives

Le principe d’un CNA à approximations successives est représenté sur la figure suivante :


+
_
e(t)


Registre à décalage n bits
E
ref

Horloge
C

CNA
V
0


n bits

Figure 68 : CAN à approximations successives

Un CNA est intégré à l’intérieur. Le registre élabore n bits A
n-1
…A
1
A
0
par une suite de
comparaisons cadencées par une horloge. Si C = 1, alors le registre mets le bit de poids le plus
fort à 1. Si ce bit est déjà à 1, c’est le bit de poids juste inférieur qui est mis à 1, et ainsi de
suite. Si C = 0, le registre repère le bit de poids le plus faible qui est déjà à 1 noté A
x
; ce bit
est mis à 0 et le bits A
x-1
est mis à 1. S’il s’agit de A
0
, la série de comparaisons s’arrête et la
valeur obtenue est la valeur finale.
Prenons un exemple de CAN 4 bits et de résolution égale à 1 V. On a donc A
3
A
2
A
1
A
0
avec
les bits qui valent respectivement 8 V, 4 V, 2 V et 1 V. La tension à convertir vaut ( ) e t = 9 V.
9 Première étape : le registre vaut A
3
A
2
A
1
A
0
= 0000 = 0 V < 9 V
→ C = 1
→ A
3
mis à 1
9 Seconde étape : le registre vaut A
3
A
2
A
1
A
0
= 1000 = 8 V < 9 V
→ C = 1
→ A
2
mis à 1
9 Troisième étape : le registre vaut A
3
A
2
A
1
A
0
= 1100 = 12 V > 9 V
→ C = 0
→ A
2
mis à 0 et A
1
mis à 1
9 Quatrième étape : le registre vaut A
3
A
2
A
1
A
0
= 1010 = 10 V > 9 V
→ C = 0
→ A
1
mis à 0 et A
0
mis à 1
76
→ La comparaison s’arrête ; on a A
3
A
2
A
1
A
0
= 1001 = 9 V = ( ) e t .

Ce type de CAN dépend fortement du CNA interne. Bien qu’il procède par plusieurs étapes
successives, si le CNA est rapide, l’horloge de cadencement peut être assez haute et le
convertisseur assez rapide également.

3.6. CAN simple rampe

Le principe d’un CAN simple rampe est illustré ci-dessous :



-
+
C
V
e
(t) = E > 0
Tension à convertir
R
E
ref
< 0
-
+
V
1
(t)
V
2
(t)

&
H
V
3
(t)
Compteur
RAZ
N

Figure 69 : CAN simple rampe

Le premier AOP est un système intégrateur. On a :
dt
dV
C
R
E
i
ref
1
− = = , il vient donc
RC
E
dt
dV
ref
− =
1
; soit en intégrant par rapport au temps :

0 1
E t
RC
E
V
ref
+ − = . En prend E
0
= 0.

La tension à la sortie du premier AOP croit linéairement avec une pente positive. Lorsque sa
valeur arrive à E, le deuxième AOP bascule en saturation négative, le condensateur se
décharge quasiment instantanément, et ainsi de suite. Le & logique n’est là que pour passer en
raisonnement numérique. On considère que la période de l’horloge H est très petite devant la
constante de temps de charge du condensateur. Les chronogrammes des différentes tensions
sont reportés ci-dessous.

77

E
V
1
(t)
V
3
(t)
t
1

Pente : -E
ref
/RC
t
V
2
(t)
+v
sat

-v
sat

Figure 70 : Chronogrammes du CAN simple rampe

N représente le nombre de coups d’horloge H de période T pendant le temps de charge t
1
. On
pose donc
1
t N T = × . D’autre part, on sait que ( ) E t
RC
E
t V
ref
= − =
1 1 1
.

On obtient donc NT
RC
E
E
ref
− = ce qui donne donc E
T E
RC
N
ref
× − = . On obtient bien un code
N proportionnel à une tension E.

Dans ce type de CAN, la précision sur N est assez mauvaise car N dépend de trop de
paramètres : R, C, E
ref
et T. On peut connaître assez finement T, et assez bien E
ref
. Mais R et
C dépendent de la température d’une manière forte, ce qui induit une incertitude sur la pente
de charge à tout instant.

3.7. CAN double rampe

Le défaut du convertisseur simple rampe de dépendance des valeurs de R et de C est évité
dans le CAN double rampe. Le principe global reste identique, un intégrateur charge une
capacité. Un temps de charge t
1
est alors mesuré. Puis le condensateur est déchargé jusqu’à 0,
cette fois-ci non pas instantanément mais pendant un temps t
2
. Ce deuxième temps dépend
également de R et de C. Le rapport des temps permet de s’affranchir des incertitudes sur R et
C, améliorant ainsi la précision du convertisseur.

Voir document associé des annales d’examens pour le schéma complet et les détails.

3.8. CAN tension-fréquence

Le principe d’un CAN tension-fréquence est très similaire au convertisseur simple rampe
mais fonctionne en fait sur le principe inverse. Au lieu de compter un nombre de coup
78
d’horloge rapide pendant un temps de charge long, on compte un nombre de charge du
condensateur pendant un temps d’horloge long.

Voir document associé des travaux dirigés pour le schéma complet et les détails.


-
+
C
V
e
(t)
R
E
ref

-
+
V
1
(t)
V
2
(t)

&
H
V
3
(t)
Compteur
N

Figure 71 : CAN tension-fréquence

Le principe étant relativement similaire, les avantages et défauts sont comparables à ceux du
CAN simple rampe.
79
4. CONCLUSIONS

9 Un CAN comprend un échantillonneur-bloqueur qui doit impérativement respecter le
théorème de Shannon,

9 Les paramètres des CAN-CNA sont multiples, les plus importants sont le nombre de bits
n, la résolution qui diminue avec n, et la fréquence d’échantillonnage,

9 Différents types de structures de conversions existent pour les CAN et les CNA ; chacun à
ses intérêts et inconvénients,

9 Quelle que soit la méthode de conversion, il existe toujours une erreur résiduelle entre le
signal analogique et le signal quantifié ( ) ( ) ( )
*
t e t e t ε = − .




80


81
CHAPITRE 5
MODULATIONS - DÉMODULATIONS



1. TRANSMISSION SUR UN CANAL

1.1. Généralités

Supposons que l’on désire transmettre une information à travers un canal avec le moins
d’erreur possible. Cette information est sous forme d’un signal électrique.


Information à
transmettre

Emetteur

Récepteur
Canal de
transmission
Information
reçue
Perturbations déterministes
dus aux autres canaux et
bruits aléatoires

Figure 72 : Transmissions sur un canal
Il est nécessaire de trouver le moyen de transmission qui soit adapté au canal et minimise les
erreurs quelles que soient les sources de bruit.
Le canal de transmission peut être soit un câble, soit une onde électromagnétique par un
système d’antenne. Prenons le cas d’une antenne. La taille de l’antenne n’est pas anodine, il
est nécessaire de respecter la relation / 2 L λ = afin de transférer au mieux la puissance du
signal. Dans le cas d’un signal audio à 10 kHz par exemple, on trouve par la relation bien
connue / c f λ = une longueur de 15 km ce qui est évidemment impossible. Une émission par
une antenne ne peut donc se faire qu’en plus haute fréquence.
La modulation consiste à introduire l’information utile, a priori basse fréquence (indicée BF
par la suite dans toutes les relations), dans une signal haute fréquence (HF).

Le signal HF est appelé porteuse ou signal porteur,
Le signal BF est le signal modulant,
Le signal transmis sur le canal qui est composé de ces deux signaux est
appelé signal modulé.
82

Information à
transmettre

Emetteur

Récepteur
Canal de
transmission
Information
reçue
Perturbations déterministes
dus aux autres canaux et
bruits aléatoires

Modulateur

Démodulateur

Figure 73 : Transmission avec modulation sur un canal

L’émetteur consiste donc en un système de modulation pour coder l’information BF avant
l’émission. Le récepteur possède un système symétrique de démodulation pour décoder
l’information reçue et enlever le signal HF devenu inutile après la transmission.

1.2. Bande passante d’un signal utile

Comme on le verra plus en détail par la suite, une hypothèse importante est que la
fréquence HF de l’onde porteuse est très supérieure à la fréquence de l’information BF. Si
celle-ci est multifréquence, l’hypothèse généralisée est naturellement que la fréquence de
l’onde HF est très supérieure à la fréquence la plus haute contenue dans le spectre de
l’information BF. La figure suivante rappelle quelques domaines spectraux usuels.


f
0
Signaux
marins très
basses
fréquences
< 1 kHz
Bande
téléphonique
analogique
300-3400 Hz
Bande sonore
20 -20000 Hz
Ultrasons
(domaine
médical) qq
MHz
Radio AM
100 kHz < 1 MHz
Radio FM
~ 100 MHz
Télévision
~ 500 MHz
Téléphonie
mobile
~ 1 GHz
Radar
> 1 GHz
Liaisons
satellites
> 10 GHz
Transmissions
optique

Figure 74 : Domaines spectraux usuels
Par exemple la bande audible par l’oreille humaine est bornée environ par 20 Hz – 20 kHz.
Les transmissions téléphoniques analogiques ne transmettent que la bande centrée sur la voie
(300 - 3,4 kHz), ceci directement sans modulation. Les radios grandes ondes fonctionnent en
modulation d’amplitude, avec une porteuse de quelques centaines de kHz ; les radios FM
fonctionnent en modulation de fréquence avec une porteuse centrée autour de 100 MHz. La
télévision nécessite une bande passante vidéo plus importante (environ 6 MHz), il est donc
nécessaire d’utiliser une onde porteuse plus haute en fréquence ; la plupart des canaux utilisés
ont une porteuse ayant une fréquence d’environ 500 MHz.
83
2. CHANGEMENT DE FRÉQUENCE
2.1. Étude dans le domaine fréquentiel

On veut transposer le signal BF dans le domaine HF (ou réciproquement).

S
BF
(f)
f
spectre BF
f
max
f
min
S
m
(f)
f
f
p

Décalage vers
les hautes
fréquences
Modulation
Démodulation

Figure 75 : Changement de fréquence

Dans le domaine spectral, on pose ( )
BF
S f le spectre de ( )
BF
s t . Le changement de fréquence
est un décalage en fréquence. On note
( )
m p
S f f + le spectre du signal transposé d’une
quantité
p
f vers le domaine HF.
On sait que : ( ) ( )
2
.
j ft
BF BF
S f s t e dt
π
+∞

−∞
=


On a donc ( ) ( )
( )
( ) ( )
2
.
p
j f f t
m p BF BF
S f f s t e dt S f S p t
π
+∞
− −
−∞
+ = = ∗


où ( ) p t est un signal temporel ayant pour spectre une raie à
p
f , soit un signal sinusoïdal de
fréquence
p
f .
Si dans le domaine fréquentiel le changement de fréquence correspond à une convolution,
dans le domaine temporel, la convolution devient une multiplication.

On obtient donc ( ) ( ) ( )
m BF
s t s t p t = × .

2.2. Étude dans le domaine temporel

Partons de ( ) ( ) ( )
m BF
s t s t p t = × .
On pose de plus
( )
( )
0 0
.cos .cos
.cos
p p
BF BF BF
p t V t V t
s t V t
ω ω
ω
= = ¦
¦
´
=
¦
¹
(l’indexation pour le signal porteur peut être
soit « p », soit « 0 » indifféremment par convention).

84
Il vient ( ) ( ) ( ) . .cos .cos
m p BF p BF
s t V V t t ω ω =
En développant le produit de cosinus :
( ) ( ) ( )
.
. cos cos
2
p BF
m p BF p BF
V V
s t t t t t ω ω ω ω

= + + −


Remarque : on aurait pu aussi bien écrire ( ) cos
BF P
t t ω ω − , cela aurait été mathématiquement
correct. Comme le cosinus est une fonction paire, cela serait parfaitement équivalent.
Toutefois, il est plus raisonnable d’écrire ( ) cos
P BF
t t ω ω − car
p BF
ω ω >> , on obtient donc une
différence de pulsation positive.

Si l’on trace le spectre du signal ( )
m
s t , on retrouve une composante à la pulsation somme
p BF
ω ω + , et une composante à la pulsation différence
p BF
ω ω − . Ces deux composantes sont
parfaitement équivalentes, il y a redondance de l’information, on pourrait très bien n’en
garder qu’une par filtrage.
On peut donc schématiser la modulation par une multiplication de deux signaux, appelé aussi
« mélange » :


OL
Oscillateur Local
Signal porteur à f
p

Signal modulant à f
BF

Signal modulé à f
p
± f
BF


Figure 76 : Modulation = mélange de fréquence

2.3. Démodulation

La démodulation consiste à effectuer l’opération inverse, c'est-à-dire repasser dans un
domaine spectral basse fréquence pour récupérer uniquement le signal BF.
Elle se fait de la même manière avec un mélangeur et un oscillateur appelé oscillateur local.

2.4. Fréquence image

La notion de fréquence image est délicate mais toutefois extrêmement importante. En entrée
du mélangeur, il peut exister des composantes parasites à n’importe quelle fréquence. Or le
mélangeur ne fait aucune distinction – tout du moins dans sa bande passante – et le signal
utile ainsi que toutes ces fréquences parasites vont être multipliées par le signal porteur.
Parmi toutes ces fréquences parasites, il va peut être en exister une (ou plusieurs) qui après le
85
mélangeur donnera un signal situé au même domaine spectral que le signal utile. Si elle
existe, cette fréquence sera appelée fréquence image.


OL
Signal porteur à f
p

Signal utile à f
BF

Signal modulé à f
p
± f
BF

+ Signal parasite à f
image
+ Signal parasite à f
p
± f
image


Figure 77 : Fréquence image

On démontre aisément qu’il existe nécessairement au moins une fréquence image. Prenons
l’exemple illustré à la figure précédente. Les signaux sont supposés sinusoïdaux. Le signal en
sortie du mélangeur est donc composé de deux ondes sinusoïdales, l’une à la fréquence
somme
p BF
f f + et l’autre à la fréquence différence
p BF
f f − .
On voit que si
1 0
2.
image BF
f f f = + alors après le mélangeur le bruit sera ramené à
0 BF
f f + . De
même si
2 0
2.
image BF
f f f = − alors après le mélangeur le bruit sera ramené à
0 BF
f f − . Ce sont
les fréquences images respectives pour les deux composantes utiles du signal modulé.

Il est important de noter qu’il est impossible après le mélangeur de distinguer l’information
utile de l’information parasite issue de la fréquence image. Il est impossible également de
filtrer. Il est donc impératif de filtrer avant le mélangeur les fréquences images.

2.5. Produits d’intermodulation

D’une manière pratique, les signaux ne sont jamais parfaitement sinusoïdaux.
Donc ( ) p t peut avoir des harmoniques aux fréquences
0
n f × ,
( )
BF
s t peut avoir des harmoniques aux fréquences
BF
m f × .
Après multiplication toutes les combinaisons
0
. .
BF
n f m f ± peuvent apparaître. Ces résultats
indésirables sont appelés produits d’intermodulation. Ils doivent être filtrés avant ou après le
mélangeur.

2.6. Détection superhétérodyne

Lorsque l’on démodule, on ne le fait pas obligatoirement à la même fréquence que la
fréquence porteuse
p
f . Par contre il est pratique et courant de transposer le signal reçu dans
un autre domaine spectral que l’on appellera fréquence intermédiaire.
86


OL
Signal de
démodulation à f
0L

Signal modulé
autour d’une
porteuse à f
p

Signal démodulé à une
fréquence intermédiaire f
p
± f
OL


Figure 78 : Détection superhétérodyne

Cela permet d’une part de se placer dans un domaine spectral où le filtrage des fréquences
utiles et parasites est plus simple (composants existants plus simples et moins chers par
exemple).
D’autre part, si on n’effectue pas le changement de fréquence, le système peut être instable
dans le cas d’une réception. En effet, les signaux en sortie de l’antenne sont relativement
faibles. Il est donc nécessaire de les amplifier. Les amplificateurs sont adaptés pour amplifier
les fréquences reçues par l’antenne et vont alors rayonner dans le même domaine spectral.
Ces rayonnements pourront alors captés par l’antenne et le système peut se mettre à osciller.
Avec le principe de changement de fréquence, seul un léger gain est mis en sortie d’antenne,
puis un fort gain après le changement de fréquence. Le rayonnement des amplificateurs est
donc principalement dans un autre domaine spectral et ne risque pas d’affecter l’antenne si la
fréquence intermédiaire est suffisamment éloignée spectralement.



Signal modulé
autour d’une
porteuse à f
p


Gain
Signal modulé
autour d’une
porteuse à f
p

Rayonnement


Figure 79 : Détection sans décalage en fréquence

La détection superhétérodyne est extrêmement répandue et constitue le principe de base de la
grande majorité des récepteurs.

87
2.7. Détection synchrone

On peut imager un cas particulier où le signal qui sert à démoduler est exactement le même
que le signal porteur. L’oscillateur local est donc l’oscillateur qui a servi au modulateur
(même fréquence d’une part et accord en phase d’autre part).
Dans ce cas particulier, la démodulation portera le nom de démodulation synchrone ou
détection synchrone. Ce type de démodulation est très largement utilisé dans des systèmes de
détection faible bruit ou même d’asservissement en fréquence de signaux modulés en
fréquence. Elle présente certaines propriétés intéressantes qui ne seront pas développées plus
en détail ici.
88
3. LES MÉLANGEURS - MULTIPLIEURS
3.1. Principe général

Le phénomène de multiplication est toujours basé sur un phénomène de non-linéarité dans un
composant.
Prenons un exemple simple, la diode. L’expression du courant dans une diode est une
expression exponentielle :
0
1
d
qV
kT
d
I I e
− | |
= −
|
\ .
où q est la charge de l’électron, k la constante de
Boltzmann et T la température ambiante en Kelvin.

On peut approximer cette fonction par une loi polynomiale
2 3
0 1 2 3
. . . ....
d d d d
I I I V I V I V = + + + +
Dans la suite, on néglige les termes supérieurs à l’ordre 2.

Considérons maintenant que ( ) ( )
d p BF
V V t V t = + , c'est-à-dire une somme de deux tensions,
l’une haute fréquence et l’autre basse fréquence. Une somme est relativement facile à faire
avec des montages simples en électronique.

Il vient alors :
( ) ( )
2
0 1 2
. .
d p BF p BF
I I I V V I V V = + + + +

( ) ( )
2 2
0 1 2
. . 2. .
d p BF p BF p BF
I I I V V I V V V V = + + + + +

On voit donc apparaître le terme produit 2
p BF
V V × × . Les autres termes ne sont pas
intéressants, il faut essayer de s’en affranchir au mieux.

9
0
I est un terme de courant continu que l’on peut aisément filtrer,

9 Le terme
2
p
V peut se décomposer en deux termes (décomposition d’un cosinus au
carré), l’un situé dans le domaine spectral continu et l’autre à une fréquence
porteuse double ; on peut donc s’en affranchir par filtrage,

9 Les termes
1
.
BF
I V et
2
BF
V sont des termes basse fréquence faciles à filtrer,

9 Le terme
1
.
p
I V est le seul qui soit gênant ; il est difficile à filtrer car spectralement
proche du terme utile. Il faut alors insérer la diode dans un schéma plus complexe
afin de s’en affranchir.


89
3.2. Caractéristiques

9 Le Gain de conversion
On définit le gain de conversion par le rapport entre la puissance utile de sortie et la
puissance d’entrée : 10.log
S
c
E
P
G
P
| |
=
|
\ .
.
9 Le point de compression
Le point de compression traduit la non-linéarité du gain. C’est la valeur de la puissance
d’entrée pour laquelle le gain diminue de 1 dB par rapport à un comportement linéaire.

P
E
(dBm)

P
S
(dBm) Courbe théorique
Courbe pratique
1 dB

Figure 80 : Point de compression


90
4. LES DIFFÉRENTES MODULATIONS EXISTANTES

Ce paragraphe rapide ne fait qu’énumérer les différents types de modulations analogiques
existantes, les paragraphes suivants détaillants certaines d’entre elles.

4.1. La modulation d’amplitude (AM)

L’amplitude de l’onde porteuse varie avec le signal modulant BF, la fréquence et la phase ne
variant pas.

4.2. La modulation de fréquence (FM)

La fréquence de l’onde porteuse varie avec le signal modulant BF, l’amplitude et la phase ne
variant pas.

4.3. La modulation de phase (PM)

La phase de l’onde porteuse varie par rapport à un état de phase initial avec le signal
modulant BF, la fréquence et l’amplitude ne variant pas.

4.4. La modulation par impulsions

Dans ce cas là, la porteuse est un train d’impulsions. La modulation peut alors être une
modulation de l’amplitude de ces impulsions (PAM), mais également la durée (PDM) ou la
position (PPM) des ces impulsions dans le train d’onde.



91
5. LA MODULATION D’AMPLITUDE
5.1. Définitions

L’amplitude de l’onde porteuse varie en fonction de l’onde basse fréquence. Sa fréquence et
sa phase restent invariantes.
En pratique, la modulation d’amplitude traduit directement une opération de multiplication de
deux signaux.
Considérons deux signaux sinusoïdaux :
( ) ( )
.cos
p p p p
V t A t ω φ = + signal porteur,
et ( ) ( ) .cos
BF BF BF BF
V t A t ω φ = + signal modulant basse fréquence.

On considère dans la suite par souci de simplicité que 0
p BF
φ φ = = .

Le signal basse fréquence vient moduler l’amplitude du signal porteur ce qui peut s’écrire
par :

( ) ( ) ( ) ( ) ( )
.cos .cos . 1 .cos .cos
BF
m p BF BF p p BF p
p
A
s t A A t t A t t
A
ω ω ω ω

= + = +




.

5.2. Indice de modulation

On définit l’indice de modulation
BF
p
A
m
A
= . C’est le rapport entre les deux amplitudes, celle
de l’onde modulante par celle de l’onde porteuse. Il vient alors :

( ) ( ) ( )
. 1 .cos .cos
m p BF p
s t A m t t ω ω = +

.

Le cosinus étant borné par ± 1, l’amplitude de l’onde porteuse varie entre ( ) 1
p
A m ± . On a
donc
( )
( )
max
min
1
1
m p
m p
s A m
s A m
¦ = +
¦
´
= −
¦
¹
.
On peut donc aussi définir l’indice de modulation par le rapport
max min
max min
m m
m m
s s
m
s s

=
+
.

Lorsque 1 m > , on constate que le signal porteur se trouve en inversion de phase pour une
demi période de son signal. On parle de surmodulation, cas à proscrire a priori.

92
Les graphiques ci-dessous illustrent un signal modulé en amplitude pour plusieurs cas de m.


s
m
(t)
t
1 V
0,5 V
m = 0,33
t
1 V
m = 1
t
1 V
m = 1,85
0,3 V

Figure 81 : Exemples de modulation d’amplitude

5.3. Encombrement spectral

L’encombrement spectral est la largeur de la bande de fréquence qu’occupe le spectre du
signal modulé en amplitude. Considérons le signal modulé vu précédemment :

( ) ( ) ( )
. 1 .cos .cos
m p BF p
s t A m t t ω ω = +

.

On peut développer le produit et obtenir :

( ) ( ) ( ) ( )
.cos .cos .cos
2 2
p p
m p p p BF p BF
mA mA
s t A t t t ω ω ω ω ω

= + + + −

.

Le spectre correspondant est composé de trois raies : une à la fréquence porteuse et deux raies
latérales espacées de la fréquence de modulation.
93

S
m
(f)
f
f
p
f
p
+f
BF
f
p
- f
BF

Figure 82 : Spectre monolatéral d’une modulation d’amplitude sinusoïdale


L’encombrement spectral est ici 2
BF
BP f = × .

Dans l’expression du signal porteur ci-dessus, il avait été fait l’hypothèse que le signal
modulant était une onde sinusoïdale. On peut étendre cette étude à un signal de forme d’onde
générale. S’il est périodique, celui-ci peut toujours être décomposé en séries de Fourier.
L’étude précédente reste similaire car alors l’expression peut se décomposer en produit d’une
somme de cosinus/sinus. Le résultat général est donc de la même forme : le spectre basse
fréquence se retrouve de part et d’autre d’une raie porteuse et ce d’une manière symétrique.
La figure suivante illustre le spectre obtenu.



S(f)
f
f
p
f
p
+f
max
f
p
– f
max
spectre BF
f
max
f
min

spectre du signal modulé

Figure 83 : Spectre d’une modulation d’amplitude générale


La partie qui se retrouve au-dessus de la raie porteuse est appelée bande latérale supérieure
(USB : Upper Side Band).
La partie qui se retrouve au-dessus de la raie porteuse est appelée bande latérale inférieure
(LSB : Lower Side Band).

L’encombrement spectral vaut
max
2 BP f = × .

94
5.4. Rendement

L’onde modulée est ensuite transmise via une antenne ou un câble de résistance R. On peut
calculer la puissance contenue dans chaque partie du spectre. Reprenons pour cela
l’hypothèse du signal modulant sinusoïdal. La puissance totale contenue dans le signal est :


T p USB LSB
P P P P = + +

2 2 2 2 2
2 8 8
p p p
T
A m A m A
P
R R R
= + +
2
2 2
1 1
2 2 2
p
T p
A
m m
P P
R
| | | |
= + = +
| |
\ . \ .
.

L’information utile est contenue dans les bandes latérales, la porteuse ne comporte pas
vraiment d’information. Or au mieux – si m = 1 – la porteuse contient deux tiers de la
puissance, et les bandes latérales chacune 1/6. Le rendement est donc relativement mauvais.

5.5. Autres types de modulation d’amplitude

Afin d’améliorer le rendement, certaines modulations particulières existent :

9 La DSB Double Side Band qui supprime la porteuse par filtrage une fois la modulation
effectuée.
9 La SSB Single Side Band ou BLU (Bande Latérale Unique) - qui peut être LSB ou USB -
qui supprime par filtrage la porteuse et l’une des deux bandes latérales. Cette modulation
permet aussi de réduire l’encombrement spectral par deux et donc de libérer des canaux
fréquentiels.

Se reporter aux TD et Annales pour des exemples applicatifs.
95
6. LA MODULATION DE FRÉQUENCE
6.1. Définition

L’amplitude de l’onde porteuse reste cette fois-ci constante mais sa fréquence varie en
fonction du temps.

6.2. Avantages et inconvénients

9 Avantages : la modulation de fréquence possède un meilleur rendement en puissance que
la modulation d’amplitude. Elle possède une bien meilleure immunité aux bruits.

9 Inconvénients : les modulateurs et démodulateurs associés sont plus complexes à réaliser.
L’encombrement spectral est nettement plus important que pour la modulation
d’amplitude (inconvénient moins fort en modulation de phase).

6.3. Rappels

Dans la suite des paragraphes modulation de fréquence et modulation de phase, il est
nécessaire d’avoir toujours à l’esprit la relation qui lie fréquence et phase. On rappelle donc
que ( )
( ) d t
t
dt
φ
ω = ,
et réciproquement ( ) ( ) t t dt φ ω =

.

6.4. Aspect temporel

La figure ci-dessous illustre un signal modulé triangulairement en fréquence. La porteuse ici
sinusoïdale voit sa fréquence augmenter linéairement en fonction du temps, puis repartir à sa
fréquence initiale.

Il s’agit ici d’un cas simple, mais il n’est pas toujours aisé de représenter les chronogrammes
d’un signal modulé en fréquence.

96

Signal modulant BF
t
Signal modulé en fréquence
t

Figure 84 : Aspect temporel d’un signal modulé en fréquence


6.5. Expression du signal modulé

Considérons un signal porteur de pulsation constante
0
cste ω = . On l’exprime par
( ) ( )
( ) 0 0 0
.cos .cos .
p p p
s t A t A dt ω φ ω = + =

puisque
0 0 0
.dt t ω ω φ = +

.

Sa pulsation est maintenant modulée ; on considère qu’elle dépend du temps par une fonction
quelconque : ( ) ( )
0
. t k f t ω ω = + .
0
ω est la pulsation centrale, ( ) f t une fonction quelconque
et k un facteur d’homogénéité.
La phase de l’onde vaut : ( ) ( )
0
. . t t k f t dt φ ω = +

.
L’expression de l’onde modulée devient donc :

( ) ( )
( ) 0
.cos . .
m p
s t A t k f t dt ω = +

.
Selon ( ) f t , l’expression peut être relativement complexe.

6.6. Cas d’une modulation sinusoïdale

L’onde modulante est de type sinusoïdale :

( ) ( )
( ) ( )
.cos
sin
BF BF
BF
FB
BF
f t A t
A
f t dt t
ω
ω
ω
¦ =
¦
´
=
¦
¹


L’onde modulée s’écrit :
( ) ( )
0
.cos .sin
BF
m p BF
BF
kA
s t A t t ω ω
ω

= +


.
97
On note alors :

9
0
ω = pulsation porteuse,

9
BF
ω = pulsation de modulation,

9 .
BF
k A ω = ∆ = excursion de pulsation du signal modulé. En effet la pulsation
du signal modulé est comprise entre
0
.
m
k A ω ± (ne pas oublier de dériver
( )
0
.sin
BF
BF
BF
kA
t t ω ω
ω
+ ),

9
.
BF
BF BF
k A
m
ω
ω ω

= = = indice de modulation ; il dépend de l’amplitude et de la
fréquence de l’onde modulante.

6.7. Analyse spectrale

L’onde modulante est de type sinusoïdale :

( ) ( )
0
.cos .sin
m p BF
s t A t m t ω ω = +



( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )
0 0
. cos .cos .sin sin .sin .sin
m p BF BF
s t A t m t t m t ω ω ω ω

= −



L’expression ci-dessus n’est pas facilement simplifiable, notamment au niveau du cos(sin(x))
et du sin(sin(x)). Le seul moyen est de développer ces deux expressions en séries de Fourier.
Le développement en série aboutit à des séries que l’on nomme séries de Bessel - notées Jn(x)
et qui possèdent quelques particularités (voir paragraphe plus loin).

En utilisant ces séries de Bessel, on obtient l’expression du signal modulé suivante :

( ) ( ) ( )
0
. .cos
m p n BF
s t A J m n t ω ω
+∞
−∞
= ± ±



( ) ( ) ( ) ( )
0 0 1 0 0
.cos . cos cos
m p p BF BF
s t A J t A J t t ω ω ω ω ω = + + − −


( ) ( )
( ) ( )
2 0 0
3 0 0
. cos 2. cos 2.
. cos 3. cos 3.
.....
p BF BF
p BF BF
A J t t
A J t t
ω ω ω ω
ω ω ω ω
+ + − −

+ + − −

+

Les valeurs des fonctions de Bessel dépendent de l’indice de modulation m.
98
Le spectre du signal modulé est donc obligatoirement symétrique par rapport à la fréquence
porteuse. L’expression est assez lourde, quelques exemples sont illustrés ci-dessous.


ω
S(f)
m = 0,25
ω
p

A
p
J
0
= 0,98 si A
p
= 1
0,12
0,12
ω
p
+ ω
BF

ω
p
- ω
BF

S(f)
m = 2,4
ω
p

J
0
= 0
J
1
=0,54
S(f)
m = 4
ω
p

J
0
= 0,4
J
2
=0,4
J
3
=0,2
J
4
=0,08
ω
p
+ 4ω
BF

ω
p
- 4ω
BF

J1=0,07
J2 = 0,36
J3 = 0,43
J4 = 0,28
J5 = 0,13
J6 = 0,05
ω
p
+ 6ω
BF

ω
p
- 6ω
BF



Figure 85 : Spectre d’un signal modulé en fréquence sinusoïdalement

A priori, plus m est grand, plus il y a de composantes. On note qu’il peut exister des valeurs
de m où la porteuse est annulée, par exemple m = 2,4.

6.8. Encombrement spectral

Comme le montrent les spectres précédents, la largeur spectrale est beaucoup plus importante
que pour la modulation d’amplitude. On peut toutefois distinguer deux cas :

9 m < ~ 0,1

L’expression du signal modulé peut être simplifiée : ( ) ( )
cos sin 1
BF
m t ω = et
( ) ( ) ( ) sin sin .sin
BF BF
m t m t ω ω = . On obtient alors :
( ) ( ) ( ) ( )
0 0
. cos sin . .sin
m p BF
s t A t t m t ω ω ω = −


99
On se retrouve dans un cas ressemblant à la modulation d’amplitude :

( ) ( ) ( ) ( )
0 0 0
. cos sin sin
2 2
m p BF BF
m m
s t A t t t ω ω ω ω ω

= − + + −




avec une raie porteuse centrale et deux raies latérales.

L’encombrement spectral vaut alors
max
2 BP f = × .

9 m > ~ 0,1

Il n’est pas possible de simplifier l’expression du signal modulé, il est indispensable
de calculer les séries de Bessel. On peut approximer l’encombrement spectral par la
formule de Carson :

( ) ( ) 2. 1 2.
BF BF
BP m f f f = + = ∆ +

Les raies qui sont en dehors de cette bande ne contiennent que très peu d’énergie (< 5%).

6.9. Séries de Bessel

Voici quelques rappels sur les séries de Bessel. Voir cours de mathématiques pour plus
d’informations.
Fonctions de Bessel du premier ordre :



=
+
+
+

=
0
2
2
)! ( ! 2
) 1 (
) (
i
n i
n i
i
n
m
i n i
m J


+
|
.
|

\
|
+
+
|
.
|

\
|

|
.
|

\
|
= ...
)! 2 ( ! 2
2
)! 1 ( ! 1
2
!
1
2
) (
4 2
n
m
n
m
n
m
m J
n
n


) ( ) 1 ( ) ( m J m J
n
n
n
− =



... ) 4 cos( ) ( 2 ) 2 cos( ) ( 2 ) ( ) sin cos(
4 2 0
+ + + = t m J t m J m J t m
m m m
ω ω ω

... ) 3 sin( ) ( 2 ) sin( ) ( 2 ) sin sin(
3 1
+ + = t c m J t m J t m
m m m
ω ω ω
100

Figure 86: Fonctions de Bessel du premier ordre


J
o
(m)
m
J
1
(m)
J
2
(m)
101
7. LA MODULATION DE PHASE
7.1. Définition

L’amplitude et la fréquence de l’onde porteuse restent cette fois-ci constantes mais sa phase
varie en fonction du temps, par rapport à une phase initiale.

7.2. Avantages et inconvénients

La modulation de phase est très similaire dans son étude à la modulation de fréquence. Elle
aboutit cependant à un encombrement spectral plus réduit que la modulation de fréquence.

7.3. Expression du signal modulé

Cette fois-ci, c’est la phase qui dépend du temps par une fonction quelconque :

( ) ( ) ( ) ( )
0 0 0
.cos .cos .
m p p
s t A t A t k f t ω φ ω = + = + .

L’expression est donc finalement plus simple.

7.4. Cas d’une modulation sinusoïdale

Considérons le cas d’un signal basse fréquence sinusoïdal :

( ) ( ) ( )
0
.cos . .cos
m p BF BF
s t A t k A t ω ω = + .
On note alors :

9
0
ω = pulsation porteuse,

9
BF
ω = pulsation de modulation,

9 . .
BF BF
k A ω ω = ∆ = excursion de pulsation du signal modulé. En effet la
pulsation du signal modulé est comprise entre
0
. .
m BF
k A ω ω ± ,

9 .
BF
m k A = = indice de modulation ; il dépend uniquement de l’amplitude
de l’onde modulante.
102
7.5. Analyse spectrale

On procède de la même manière que pour la modulation de fréquence.

7.6. Relation entre modulation de fréquence et de phase

Dans le cas d’une modulation sinusoïdale :

FM : ( ) ( ) ( )
0
.cos .sin
m p F BF
s t A t m t ω ω = + avec /
F BF
m ω ω = ∆ ,
PM : ( ) ( ) ( )
0
.cos .cos
m p BF
s t A t m t
φ
ω ω = + avec .
BF
m k A
φ
= .

Si l’on visualise ces deux signaux sur un oscilloscope, on observe exactement la même chose
à un déphasage initial de / 2 π près. Il est impossible de les distinguer.
En pratique, les signaux modulés en phase ont des indices de modulation beaucoup plus
faibles et sont donc à encombrement spectral plus réduit.

7.7. Modulations numériques

On peut citer quelques termes de modulations numériques particulières :

9 FSK : Frequency Shift Keying : la fréquence du signal modulé vaut alternativement f
1
et f
2

qui codent alors deux niveaux numériques 0 et 1. On peut généraliser à n niveaux.

9 PSK : Phase Shift Keying : l’état de phase du signal modulé vaut alternativement φ
1
et φ
2

(par exemple 0 et π) qui codent alors deux niveaux numériques 0 et 1. On peut généraliser
à n niveaux.

103
8. CONCLUSIONS

9 La modulation est avant tout un décalage d’un signal basse fréquence dans le domaine des
hautes fréquences ; la démodulation le procédé inverse,

9 Dans le domaine temporel, il s’agit du produit de deux signaux ; en pratique on fait appel
à des composants dont on exploite la non-linéarité,

9 Différents types de modulations existent : modulation d’amplitude (AM), la plus simple ;
modulation de fréquence et de phase (FM et PM), plus complexes mais plus performantes,

9 La modulation d’amplitude aboutit à un encombrement spectral plus réduit a priori qu’une
modulation de fréquence ou de phase.













You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->