Vous êtes sur la page 1sur 50
TESTS D'HYPOTHESES er Séance 3: TESTS D'HYPOTHESES "La seule certitude que j'ai, c'est d’étre dans le doute." Pierre DESPROGES - 1986, Ilya deux débouchés "naturels" & étude statistique des fluctuations d'échantillonnage. Le premier est celui de Yestimation. Dans ce cas, on n'a aucun a priori sur le (ou les) Paramétre(s) estimer sur la population. On construira alors un intervalle de confiance généralement centré sur la fréquence f (ou la moyenne = ) calculée sur |'échantillon. Dans bien des situations, on a une idée a priori de la valeur Po (ou fo) que devrait avoir la fréquence p (ou la moyenne w ) sur le population, Si Yon se demande si un dé est truqué, on cherche a savoir si la fréquence p de sortie du 6 est égale a po =1/6. Dans le cas d'un contréle de qualité, il existe sans doute une norme, ou un seuil de rentabilité, qui fait qu’on sinterroge si la proportion p de piéces défectueuses dans la production est inférieure & pp = 0,10 (par exemple). 4122 JREM PARIS-NORD - STATISTIQUE INFERENTIELLE EN B.T-S. I reviendra a Jerzy NEYMAN (1894-1981) et Egon PEARSON (1895-1980, fils de Karl) de proposer vers 1930 une démarche de décision universellement admise. Ils ont remarqué que, dans la plupart des situations, les deux hypotheses, Ho et Hy en concurrence, ne sont pas symétriques. I y en une dont le rejet, lorsquielle est vraie, peut avoir de graves conséquences, ou bien, une des deux hypothéses est privilégiée comme issue d'une théorie en vigueur, bien établie. La théorie des tests statistiques se présente donc comme un probléme de choix entre deux décisions possibles : accepter ou refuser Thypothase privilégiée Ho. |- UN EXEMPLE D'INTRODUCTION “La statistique est comparable & un fusil chargé qui, en des mains inexpérimentées, peut amener @ de graves accidents." Cheysson, cité par March dans "Les principes de la méthode statistique" — 1930. Les notions dlerreur de seconde espéce et de puissance d'un test ne sont pas au programme de BTS. Les choix de construction du test ne sont pas demandés & 'examen, Il est hors de question de faire un cours, ou d'exiger des connaissances sur ces sujets. Cependant ces notions sont essentielles & la compréhension d'un test (en particulier I'erreur de 2" espéce), on Jes abordera donc ici dans un cadre concret et particuliérement signifiant, Le programme indique dailleurs : “On soulignera que la décision prise, rejet ou acceptation, dépend des choix Jails a Priori par I'uilisateur : choix de 'hypothése nulle, choix du seul de signification." Prenons un exemple : un laboratoire affirme, qu’a la différence de ses concurrents, dont le produit est efficace & 80%, le sien lest a 90%. Deux tests sont envisageables selon le point de vue, Test fabriquant : Hy: p=0,9 test unilatéral & gauche. Ce test ne rejettera 'hypothése selon laquelle le nouveau produit est meilleur (p = 0,9) que si le résultat de I'échamtillon va significativement dans l'autre sens. ® Test client : Ho: p=0,8 test unilatéral a droite. Le client privilégie !'hypothése p = 0,8. I! n'est prét a changer d'avis que si les résultats de 'échantillon sont significativement meilleurs, Ceest certainement au niveau de utilisation des tests statistiques qu'une incompréhension des principes conduira le plus & des réponses inappropriées. On voit 1A le réle formateur que nous avons jouer par rapport & une utilisation "presse bouton" des logiciels, On se placer, pour l'exemple qui suit, dans un cas simple (test d'une fréquence dans un cadre binomial), sur un sujet sensible (la réussite & un examen) oii les différents enjeux (risques) ont une signification claire, TESTS D'HYPOTHESES Il sagit de faire comprendre les éléments essentiels suivants : La construction du test doit se faite avant la prise d'échantillon. Elle doit faire Vobjet d'un Protocole sur lequel se mettent d'accord les deux partis en présence, ici professeurs et éléves, dans les relations commerciales, vendeur et acheteur. Dioti la nécessité d'une normalisation des tests (voir les normes de 'AFNOR pour l'industrie), C'est un non sens statistique de construire le test aprés le prélévement de !’échantillon. On pourrait conelure ce que I'on veut ! Les erreurs sont inévitables (& la différence des autres domaines des mathématiques, il s'agit ici d'évaluer et daccepter les risques). Ces erreurs sont de deux types et les choix effectués pour la construction du test correspondent A un compromis entre la maitrise des risques a. et B et la taille n de ’échantillon (coat du contréle), Bien qu'hors programme des BTS, ce sont des enjeux importants du test, et on peut les faire comprendre, sans entrer dans une étude systématique. Lerreur de 1** espace a étant la plus facile & maitriser (f ne peut étre déterminée que si l'on connait les lois de probabilité sous H,), c'est sur elle, et 'hypothése Hp, que sera construit le test, Cela conduit privilégier Hy : si la forme de la région d'acceptation dépend de la nature de H, (bilatéral ou unilatéral), ses limites ne dépendent que de Ho (a partir de laquelle, on les calcule), Les deux hypothéses ne jouent donc pas un rdle symétrique. Il faut mettre en évidence les différentes étapes d'un test, dont le plan est: 1. Construction du test : a - Choix des hypotheses Hy et Hy (test bilatéral ou unilatéral), Ce choix est dirigé par 'énoneé. Celui de et n est impos¢ a l'examen, b - Calcul, sous "hypothése Hy , de la région critique au seuil a (ou de la zone dlacceptation). c- Enoncé de la régle de décision 2. Utilisation du test 123 NORMES AFNOR 5.30 TEST STATISTIQUE Procédure basée sur une fonction des observations (c'est 4 dire une statistique) d'un ou de plusieurs échantilons et conduisant & rejeter, avec un certain risque dierreur, une hypothése généralement appelée "hypothase nulle", 5.39 TEST BILATERAL Test pour lequel rhypothase hulle est rejetée sila statistique utilisée prend une valeur située hors d'un intervalle déterminé Souvent ['intervalle est choisi de elle maniére que la probabilité de rejet, lorsque I'hypothése nulle est vraie, soit également partagée de part et dautre de celui-ci. On dit alors que le test est "syrétrique". 5.40 TEST UNILATERAL Test pour lequel rhypothése nulle est rejetée si la statistique utilisée prend une valeur inférieure (supérieure) & une valeur donnée. §.36 HYPOTHESE ALTERNATIVE Hypothése que lon oppose a "hypothése nulle, 5.34 ERREUR DE PREMIERE ESPECE Erreur commise —_lorsquion rejette hypothése nulle alors que celle-ci est vraie. La Probabilité d'une telle erreur Sappelle "risque de premiere espéce". Prélévement d'un échantillon et prise de décision, selon le résultat observé.