Vous êtes sur la page 1sur 1

Malin comme un singe (1962-1985) de Huang Yongju,

Hu Xionghua, Pu Jiaxiang...

Ce DVD coédité par les films du Préau et Arte propose une


nouvelle compilation de trois courts-métrages chinois réalisés par
les célèbres Studios d’art de Shanghai. Après l'édition
d'Impression de montagne et d'eau par Les films du Paradoxe,
voici un programme qui pose un nouveau jalon dans la
connaissance et la reconnaissance de l'animation chinoise par le
grand public. Au delà de l'aspect patrimonial, c'est aussi une
occasion de découvrir les techniques d'animation spécifiques que
sont le découpage articulé et le découpage déchiré articulé. De
plus, ces films fort sympathiques raviront les bambins qui sont
friands de ce type de petites aventures... Cette fois-ci les singes
sont à l'honneur.

Attendons demain (1962) de Huang Yongyu et Hu Xionghua


: Un singe rêveur, qui n'a pas construit de maison, se trouve
confronté à la pluie qui n'est pas sa meilleure amie...
La musique et les bruitages répondent avec justesse à la
voix-off et aux propos des différents personnages. Un
découpage des plans original et une animation en papier
découpé ouvragée et délicate illustrent à merveille la morale
de l'histoire : "Il ne faut jamais remettre à demain ce qu'on
peut faire le jour même".

Les singes vont à la pêche (1985) de Pu Jiaxiang : Quatre


singes s'essaient à différentes techniques de pêche, mais cela
ne sera pas sans mésaventure...

L'animation épurée et sans parole est servie par une musique


traditionnelle réellement expressive. Ici pas de morale mais
une succession de situations burlesques, où ces pauvres
singes pugnaces ne seront pas récompensés de leurs efforts.

Le petit singe turbulent (1982) de Hu Jinqing : Un petit


singe farceur joue des mauvais tours à son entourage et rit
aux dépens de ses amis. Mais crier au loup sans raison peut
s'avérer dangereux...
L'histoire est celle d'un singe égocentrique qui, par jeu,
blesse ses amis et n'accorde pas sa confiance à son compère
koala qui essaie de le prévenir du danger. La solidarité entre
les amis aura tout de même raison du loup et l'expérience
apprendra au petit singe à être un bon ami et à ne pas
dépasser certaines limites. Mais l'originalité du film vient
plutôt de sa forme. Les décors sont peints en lavis et
l'animation est réalisée en papier articulé déchiré, créant une esthétique très aboutie. En effet, cette
technique permet de faire apparaître les fibres du papier donnant un effet duveteux aux animaux. Ce
très beau court-métrage est une petite réussite !