Vous êtes sur la page 1sur 8

Affaire Woerth

• la vente La Dominique Dord, le nouveau trésorier de l'UMP, a travaillé chez L'Oréal:
la vente
La
Dominique Dord,
le nouveau trésorier
de l'UMP, a travaillé
chez L'Oréal:
e
a
le veau Dord
est touJours
debont !
,
ncbalne

Journal satirique paraissant le mercredi

! , ncbalne Journal satirique paraissant le mercredi Fil/on, 'Morin, Kouchne~ Amara critiguent la

Fil/on, 'Morin, Kouchne~ Amara critiguent la p-olitigue sécuritaire

PASTOUSCONTENTSÀL'UMPD'AIDERCHIRAC
PASTOUSCONTENTSÀL'UMPD'AIDERCHIRAC

Pour Chirac, souscrivez!

C OMMENT ne pas être ému en apprenant que l'an-

cie n maire de la capi tale s'est engagé à rembourser à la Ville

de Paris,

ficùfs, 550(X)() euros ~ Une somme faramineu se pour ee modeste citoyen ! Awc ses retrailes el pensions cumu- lées de mag istrat de la Cour dcs comptes, de dé put é. de pré si. den t de conseil général. de

ma ire de Pa ris, de pré si de nt (ie l a Rép u b l iqu e - ~:IIlS oub l ier ses inde mn ités de membre du Conseil co nstitut io nnel -. c et indi gent doit sc con tente r d' en- vÎ ron 3 1 000 eu ros par mo is, Est-cc ainsi que les hommes

de sa pré-

d 'Etat vivent ~ Pre uve

carité : sans logement parisien. il échappe aux intempéries

grdce

mille Htari ri . qui lui prète un

pour cause d ' emplois

à la générosi lé de la fa-

modeste 396-1111quai Vo ltaire . les vacances? On ra encore vu cet été dépendre entièrement de la générosité de saDami mil- liardaire François Pinaul!. qui r a hébergé àSaiot-Tropez puis à Dinan!. Quelle hu miliation! Son épouse Bernadette. née Chodron de Coureel , est obli- gée de siéger au consei l d'ad- min is trat ion de L VM H. Pour aidcr ce couple dans le

besoin.

pour ass urer à Jacques

Chirac ce que Fillon a appelé

si dé li ca tement sa

tellCe,., i l fa ut ouv rir une sous-

Le s Français

cription nationale.

mOlllrcront ainsi q u' ils sont so- lidai res ct pas rancuniers pour un sou. Oui. aidez Chirac! Envoyez vos dons Il la fo nda tion Pinaull ,

qu i tr.lIlsmeHra. les pièces jaunes sont acceptées.

fin d'exis·

DRÔLE DE BRAME•••

E

RIe

WOERTH

ne

se

contente pas de mélan- ger lei genres, il em-

mêle aussi volontiers les mé-

taphores. Le ministre du

Travail s'estime ainsi <\ la fois

victime d 'une«lapidation mé-

diatique ». d'une ft' chasse A l'homme », e t d'une «chasse à

courre.». Use voit en« cerl» et

en ft bouc émissaire li. Et même en Georges Pompidou, en

cible de« J'affaire Markovic II. du nom d 'un sulfureux garde

du corps d'Alain Delon, mys-

térieusemerllllSsas9.Îné à la fin

des années 60

Tout cela fait

beaucoup

pour

un

seul

~ 1Mais e. !IOl\\ surtoUt

les soupçons de prise illégale

d'intérêt ajoutél à ceux de fa-

voritisme qui commencent à

faire plua que Irop pour ce

même

homme

qui

fui

en

même temps trésorier du parti au pouvoir et ministre du Bud- get. Et qui doit , dans moins d'une semaine, défendre la ré-- ronne des retraites' J'Assem- blée, alors qu'une bonne par- tie du pays sera dans la rue pour manifester contre son projet. Pas une semaine ne se passe &anS qu'une nouvelle af- faire le concernant ne vienne défrayer la chronique. Voilà de nouvelles preuves

(VOiT p. 3) de son intervention personnelle pour l'obtention de la Légion d 'honneur par Pa- trice de Maistre. Voilà aussi qu'un ancien ministre confume que la vante d 'un bout de la forêt domaniale de Com-

piègne

de

courses était illégale, Et s'est effectuée alors qu'Eric Woenb, ministre-trésorier e t vendeur, était informé de celte illéga- lité. Tout cela ajouté aux autres «turpitudes» rend la situation de plus en plus intenable pour

une

lociété

un ministre censé délivrer au pays des leçons d'égalité et de ft Taison» sur les retraites, Dpeut bien s'enfermer daM un déni de plus en plus schi- zophrène. n peut bien s'abri-

ter derrière le soutien forcé de Sarkozy, pour la campagne duquel ila œuvré, contraint de répéter qu'une II' accumuJau'on de rumeurs et de calommes ne fait pas une vérité ». C'est l'ae - cumtùationdes failS qui lui sont reprochés qui pose problème 1 Elle est telle qu'elle suscite même l'intérêt de la Cour de justice de la République, ins- tance qui se saisit rUflt\\ut

d'att-.m.s qui

en une demj,jo umle ». Or l'afIaire Woerth-Betten- court ne se dégonfle pal!, au fil des révélations elle ne cesse d'enfler et de devenir de plus en plus explosive pour le mi- nistre concerné, mais aussi pour le Président et l'UMP. Les

ft' d~nJ)enr

contre-feux sur los Roms et la sécurité allumés pendant l'été pour faire diversion n'ont pas fonctioNlé. Non soulement ils n'ont pas servi longtemps d'ècran de fumée, mais ils ont

allumé un autre incendie qui étend ses ravages jusqu'au sein même de la majorité et du gouvernement, o ù, dans l'al- mosphoro délétère do cette rentrée et avant un remanie- ment annoncé , la solidarité sent le roulli.

en

boucle que sa réforme des re-

traitel

'S'l S&r):o répète

qu'il le maintiendra en poste jUlqU'a l'adoption de ladite ré- forme, ils9 voit, chaque jour un peu plus, contraint de se

demander si le départ de Woerth ne serait pas égale- ment une raisonnable déci-

Woerth,

$Ol'I

lui,

répète

ost une ré!Q~ « Qe{'"

M'm

sion. Eri k EmptaJ:

APRÈS L' ACCO RD AVEC LA MAIRIE DE PARIS, LES CHIRAC SE REPOSENT CHEZ PINAULT
APRÈS L' ACCO RD AVEC LA MAIRIE DE PARIS,
LES CHIRAC SE REPOSENT CHEZ PINAULT À DINAlID

r--------------,

Le mur du

Les réceptions de l'ambassadeur•••

ÇOll

C 'EST la politiq ue du dernie r quart d'heureau Quai d'Orsay.

Kooctmcr. qui se sait sur un siège éjectab le. dé fend bec ci ongles son bil an et Sil réfonne du mini Slère. Ainsi. le 26 aoûl , lors de la lradi - !ionnclle Conférence des ambassa- deurs. il a déployé son habituelle fougue :

PersolU)(' l'ornmc moi ne s '('Sf ballu pour I~!lépar1emenl (petil nom du Qu:l.i d'Orsay dans Je jar~ gon dc~ !éMgrammes diploma- tiques), Je suis très flCr de ma r é- fomlt', Un gr.md d ésir de France est palpabl~ dans le monde au-

,

E XPLOSÉ par le député· maire UMP de Dreux, Gé·

rard Hamel, qui n'a pas eu peur d'a jouter sa note subtile au concert de propos hautement mes urés du moment, en livrant La République du Centre (1818) cette forte analyse de la pauvreté :

Il n ' y a pas de grande misère à Dreux, explique l'édile, car l'économie souterraine ea t Ill. Pen- dant la eempagne, j'al été Inlerpellé par une ramille africaine qui voulait me demande r de l'aide. Au domicile de cette famille, j'ai constaté qu 'II y avait tout le confort. Et mie ux que le confort lIVec home cinéma et ce qui va avec,

à

KOUCHN ER NE DÉSERTERA PAS t'''phonle mobil., vil.· menta de marque Il faut ouvrir les
KOUCHN ER
NE DÉSERTERA PAS
t'''phonle mobil., vil.·
menta de marque
Il faut
ouvrir les yeux. Conlre-
r.çon, Ir.rle de drogue,
pr08tltuUon. Les gens se
débrouillent
Sûr! Et c'est sOrement par
pure radinerie que tous ces
feux pauvres vont bouffer aux
LResto s
du
cœur
~

j ourd ' h ui,

moyens que les Anglais et les Al-

lemands. »

là . les quelque 1.50excellences réu ni es On! fllilli po uffe r, ma lgré le ur fl eg nu: di Jl lom at i4ue ; c'es t sallS doute pourquoi l' Allemagne dmgue de plus en plus d'étudiants Dans une tribwlC :;é"tre Mondc ,. (617). les anciens mi - nistres des Affaires éln Ulgl!t\!S Juppé

au

étr.lnge~

plus de

(

.)

Ou

a

ct

meilleur sou \'enir que Kouchner.

affai blissement

ont dénoncé un

un

Védrine , qui

ont

laissé

sans précédent d es ré~aux di·

plom RI.i1lues et culturr ls de la

t-rance

, rappelant la bai sse his-

torique du budget du Quai d'Orsay

de 20 % en vingt-cinq ans, record

de tou s les ministères. qui n' a fait

que s'ampliflCrsou5 Koochner.

Cc budget ne ~nIeenoulfC

que 1 % des dépenses publiques el 0,2 % du PLB, ont rappelé en chœur

uois anciens secrétaires généraux du Quai d'Orsay . Les 140 centres

culturels français dans le monde fODctionnent a\'ec une dOllllion équ i valan t àce lledu se ul Opéra de Paris Eric Woerth a achevé de faire se

. marrer les excellences en leur lnn-

çant :

deurs du modèle social françllis! La Frllnct: entend dHt:ndre III

clause sociale et ra \'oriser la dé·

rtnSe du socle de la protertion 50- dale internationale Le gouvernement actuel consti - tue en cffet un f( modèle social pour le monde entier: paquet fis- cal . retraites allégées, méd icaments

dércmboursés. conflits d'intérêts E! Woerth à lui tout se ul est un exemple moral de ponée interna- tionale, qui fait rayonner la France de mille feux !

Vous êtes les amboSS:l '

D.

F.

r----------------------- -- --- ---,

La lloi

T.

d 'honneur

:

L

D ÉCEANÉE avee cocarde au député UMP du Tarn Bernard t Carayon . Dans une [ellre ouverte, envoyée le 28 aoOt à 1

1

lu i reproc he vertement d'aVOir dérapé en comparant

un peu hardie il eSI vrai - les expulsions de Roms et la déporta- :

1

1

magogie. Observons ensemble qu'ils ont choisi de s'ex- 1 c lure de la vie socl.ta de "'ur propre pays, la Roumanie C'est bIen eOfln u : la AOLKnanie déborde d'affection pour ses

1

1

Roms, travaille d'arrache-pied à leur Intégration et n'a jamais to· 1

1

léré le moindre comportement raciste

Uon des Juifs par le8 nazis. Puis Carayon dé rape à son tour :

Mgr Robert Le Gall , arChevbque de Toulouse, le parteme ntaire -

de laçon J

P a r lon s plut6t de. Roms avec "rénHé et Mns d6-

J

La mue Kouchner

I

L faut bien que j eu nesse se

passe. A 7 [ aM tout juste, il étai t

temps que Bernard Kouc hner le

sach~.En confiant. sur RTL le 30

ooOt. avoi r

Iler " du gouvernement pui s s'ê tre

ra v i ~ parce que

d éserter

fait pre uve d ' une grande maturité . Pas comme il y a vin gt et un ans.

Le Il septembre 1989, Je quin- quagéna ir e étai t alon. m ode~ te sc - créta ire d ' Etat chargé de l' Action human itaire du gouvernement Ro- card. Ce jour-là, il ~aiten goguette

ministt- il ve nait

d'apprendre qu~ 300 Rums survi- va ien t dans des cond iu ons sani- taires déplorables sous le viaduc de l'autoroute Al3. A peine ar- ri vé . le French dOCIor avise le pré- fet qu ' il SQu haite se re ndre su r

ploce . Ju ste avantIes joumilux tt- léviS! s du soir, nanqué de camé- ras CI de micros, Koukouche fait la to urnée des popotes ct assure les Roms, pour certai ns \'ictimcs de Ceaucescu, de son soutien. Mieux : il ordo nn e et obtie nt que des aides matérielles d 'urgence

soient débloquées. S'il ne les avait pas obte nue s, aurait démi ss ionné . U , il a j us!e

il

du côté de Rouen. Vi site rielle bana le. Sur place.

pensé à dém ission -

s'e n a ll erc'~t

il :1. incontestablement

railli

c'est cela. la matu rité.

inco ntestablement railli c'est cela. la matu rité. SE GÂTE POUR WOERTH Cher manifestant, R ESTE
SE GÂTE POUR WOERTH
SE GÂTE POUR WOERTH

Cher manifestant,

R ESTE chel. loi. Cc mardi 7, te fatigue pas. Range les

bande roles, celles in scri l lo n refus de

62 a ns . ce ll e où é lait écr it :

« Pas besoin de trava iller plus , exigeons de trava iller tous • . ManifeSlcr nc scrl à ricn ; la preuve. lors de son in, lervention télé du 12juillet, Sar' kozy a dit que le nombre de ma ni festan ts n ' aurail auc un e influence s ur sa déterm ination . C'est à pri!ndre ou à laisser, les

62 ans! Il n'y arien à négocier. à pari deux·[rois virgules sur le s lextes conce rn ant la pé nibi - lité. Quc vous soyez 3 ou 5 mil- lion!> dans les rues, Sarkozy s'en ba l l' œil. sois -cn sûr : le Prési dent est droi l dans ses balles à talon nettes! Ou du moins il eSS<1Îe de le fair e croire. l e cégéti s te Ber - nard Thibau lt I"a bien noté ,

ra illant sa

, nOlant

petits extin(-

q

eurs. : recul sur logement pour les

t

Ic s aides au é tudi a nt s et

ri sctte aux ag riculteu rs . Et il suffit de se souvenir qu'en

2006. a près la mobili sa tio n de s

lycées sur le CPE (le fameux contrat première embauche de Villepin). il a va it le premicr

sonné la retraite et demandé la

<0( non-application

Manifestant. ne complique

P rés id e nt . Ce ll e

pa s la vie du

réfo rme des retraites est socia-

leme nt injuste. Elle frappe

o ù lu avais la rel raÎl e à

féb rilité

u' il agite des

du texte .

d'abord les salari és ct elle est fo ndée sur des projecl ions dé-

mographiques

mais là n'esi pas lïmponall t :

l' impor1ant est de garder notre

note AAA. le s trois agences de notalio n privées qui fonl la

pluic e t le beau tcm ps sur la pla-

nèt e

s i le s pay s a ul ant endettés que le nôtre ne se serraient pas la

la

fa me use no tc qu'elle s

ce m e n t aimab leme nt on devra it e mprunt er

p lus élevés. e t com ill ucr à s'e n-

detterdeviendrait difficile . Ma- nifestan t. tu ne vc ux quand même pas que 13 France cesse de s'c ndellcr et de vivre au-des· sus de se~ moye ns, quand même ! Ce rl es, toi personne ll e ment. tu n'as sans doute pas l'im- press ion de \' iv rc au -dess us d e tes moyens. Et pounant si. De- mande au mimstre Woerth qu 'il t'exp lique . II es t bien placé pour ça. Il connait les souci s de fin de mois. les en nui s financ iers. les gens qui ne save nt plus où aller en vacances. mainlenant que même les îles paradisiaques sont infectées de mousliqueset de req uins. Reste chez toi, c'est plus sûr. I)'aill e urs. tu s ais bien que, à pcine auras-t u fermé la porle , des Ro ms viendront par la fe - nêtre pour te cambrioler!

nous dé· ; du coup, à de s taux

ceinture e lles dégraderaient

fin a ncière o nt ave rt i q ue

hasarde uses.

J_-l. P.

CHASSE À LA NICHE RSCALE

CHASSE À LA NICHE RSCALE

~La

Mare aux Cana

"
"

=

CLIMAT

~La Mare aux Cana " = CLIMAT Nou\'el Obs ,. (2618), qu i don ne DS

Nou\'el Obs ,. (2618), qu i don ne

DS K largement é lu face à Sarko.

Aubry gagnante e ll e aussi (53 % ).

e t Ho llande à égalité a\'cc le pré- sidelll son ant , De quoi lai sser sceptique un

Mosco cand idat à la prima ire (s i

S trnuss- Kahn ne l'es t pas) .

a-I- il

~ Ct qu'jlftlu t reganler,

ex pliqué. c'est le premin /Our, QlltJnd on foi t 16 % ail premier

tour,

% au

,fecO/ul,

Une c ruelle allusion au score pOSSible de Franço is Hollande.

on nt fait

pas 50

ce q ui es t plu s c ru e l encore,

c'est que Moscovid n'est même

pas leslé dans les sondages

Ma is

,

Une histoire

de sorcière

Jean·ChrlSlophe Cambadélis et

C

laude Ba nolo ne ont boudé le

di

scours fin~1 de Manine Aubry.

l e 29 lI OO I. L e premie r a préféré

pre nd re u n légévé poUt Paris, Le

deuxième a quitté Ln Roc helle dès

e t

surnommés " la corpe

t'lIe la pi" depu IS le congrès de

Re

vembre 2008, deITi~re Aubry. les amis de Strauss-Kahn el ceux de Fabiu s, se se ntc m de plu s en plus exclus de la direclion du PS. En

vé, l'un et l'autre peste nt contre

pri

réu n is e n no-

l'

" Bano ,

aube, e n voi ture,

im s, où

il s o nt

Camba .

~ l'absellce tle pr{parution de

l

d'tlll/icipotiQII dal/.S la cO/lS,irutioll

des équ ipts JO," leflou dts mes-

sflg es mlrenil li l'opinion JI , " lu conduite Irop affectil'e" de la di -

rec lion du PS par Man ine Aubry,

fi tantôt IIUlmU/1 /Ott/ôt sorcière "

' I/Iliversili d'ili

,

.

le malique

Une ft

sorci~rf' ~ bi e n-ai mée

qw:u . JBo1)a~ "

go le !

CC Ç

A ne peut plus durer comm. ça J »

Nicolas Sarkozv a pété un cible ,

(voir plus loIn).

Parisien » , l 'accusant de

lundi matin, après avoir pris connaissance

des propos tenus sur les radios par le Premier mini s tre et par te min is tre des Affaires étrangères. Sur France Inter,

François Fillan venait d 'exprimer ses ré·

serves à l'égard de la politique sécuritaire conduite par le chef de

l'Etat. Et sur RTL Bernard

Kouchne,

avoi r

démissionne pour protes-

parait-II ,

Kouchne, avoi r démissionne pour protes- parait-II , avait affirmé pensé .N, cet été , il

avait

affirmé

pensé .N, cet été , il

le

traitement

ter

contre

réservé BUll: Rom s. « VoicI nous en som- mes , s ' est écrié Sarko . Un Premier min/sue qui prend

ses d is tances . Un ministre

tains l

des Affa/r"s étrangeres qui Il failli démis- sionner. Un mlnlstra de la Défense qui s 'ap- prête il déserter pour rassembler les cen· tristes et se présenter à "E/ysée. Il ne rassemble,. que les sImples d 'esprlr, mals /1 se la Ce matin-là, parmi les mauvaises nou- velles, le chef' de l'Etat a egalement cité les

attaq ue s

de Jean-Pierre Raflarln dans « Le

l

On nous

l'a changé

Inh3billlelle inl ervenuon de Sarkozy en début de Conse il des mini s tres. le 25 aoOt.

~ 1/ Il pris lm rOlllJOs!, lJOl/défi,

dix i t un mi nist r e, o sse~ pe u dans

son lempémmenl. "

A

la ve ill e de la grande mani f

contre la réforme des relraites, Sarko a paru dans ses pelits sou-

li er.; e t il a même exhon é so n gou-

vemc:mt:nI à fai re mo ntre d 'écoUle

el de d ialogue :

" Aucullc Solu lion Ile faill 'u/lo ,

lIimili , a -t- il a f fi rmé , au euil re· mède lit' S'i II/pOU , Fa ct al/x in,

quibudt's, il fm ll dll dialogue et de la pid(lgogit, Les ministre s

fm ll dll dialogue et de la pid(lgogit, Les ministre s doil'('nI êtrc atu:/llifs lIUX paru

doil'('nI êtrc atu:/llifs lIUX paru ,

,,(,;"S sociaux. (lU

'1f1 t' fll e n/air f'S et mime à

élu s locaux,

-

 

o'Strton

quO/rd

elle

esl

,.

COI

rUC1/I'e."

 

On \ erra combien de temps ces bolUleS résolutions de Il:lltrte vont tenir.

Répression

Pour justifier la chasse aux

Ro m s, Sarkozy a fai l a p pe l. a u

cou rs du Conse il des mi ni st re s, à cette com paraison :

~ VOlI S COllllu,nez. l es gens

(compremlre, les Fnlllçals), ça {es

"nd fous quand ils l'oient ce qui st passe (ll 'ec les RainS, u s ge rll reçoivenl IlIfe amende qU(lnd ils

dlpasunl de cillq de station/remenr

millllll'S la durh> (iiiio ris& !Xl r le

parclI~tu ou de 10 kmlllia l'ites ,~e

au/Ori.~ie sur ulle roule, alors ifs ne P"H'f' 1I1 plIS m :cep,n une oc.- cupmion d 'un /ara in S(ll/.$ droit ni tit re, JO

El de poursuivre : ~ Taules les

dlc/sionsd'expldsiotl de Roms Oltl fai t l'objet d'une dl!cisiun de jus' ' kt El, d 'aiflellfs, s i 200 eara - l'anes débou/aie", comme (a sur un terrain au.{ EWIS-Unis , ça Ile IIli .Ht'r<ût !)(lS COll/me ça •

(sous-enlendu, ça serait plus bru- tal),

JI'

R o m s o n t bie n d e III

chance de se faire virer de l' Hexa-

gone,

La gaffe de Brice

Bref.

les

C haudeme nt félicité pa r Sarko

pour son feu d'artifice eslÎ val , Brice Uonefeux n'a pu s'em~ her de gaffer au cours de ce même Conseil des minimes. C'e~t l' épidé mi e de dengue q ui fmppc la Guadeloupe e t la Ma rt i- nique q ui a fa it dérilpcr le pre mi e r

Sarko veut arrêter de biaiser

Apre

avoir égreof les dossiers

c hauds de la rentrée -" ks ,,' lmÎtes,

l'emp{oi,ll'sdlficits,l'immigmtÎOfI dl/lult'stillr'!, la sic ll rité, la 11111 contre les trafics tic droglle, la rl_ fo mlr'! des collectivités ICrrlwritlles.

"a g ric ullure , (un sil e nce) plus

,

10US lu

sujels imp rb'isibles

Sarkoest revenu sur la tHoRne des

retrai tes. ce q ui l ui a pennis de se payer d'un coup trois Prem iers mi - nistres, dont le sien.

S'il Y a eu lanl d'échecs tle -

puis 1';'lgl ails. c'es t qu 'Of l ( 1 eSM)'1

tll' biaiser, a-t-il asse né, UI rlfonne Hal/(ulur ( 19(3) ne COllcemoU pDS II' seCll'ur pub li c, Et a ile tIc Raf- ftlrin , en 2003. Ile COllcenlll;/ fia s les rlgimes SplcU/ u'f, ,.

Une réforme également pilolée par le ministre des Affaires so- ciales. un celtain François Fillon ".

L'argent funeste

Celle affaire Woenh con tinue li

susciter des remous j usq u 'a u gou-

"

ve rne ment , comme e n

cette d iscussion e ntre

m s rr elt il ia lt oni e du Co n ~e

25 ao{jt :

Elle IIIt'1 J'accent sur le mar- quellr itldiléhile de ce '1UÎlI'l IIt'II - /', c'('St-ll-dire l'ars enl, Or les

lémo lg ne deux mi-

il du

'1fIIHI!<;'h Yl/fr1l/:ftfIM\"W~mq'w

~ '011 mOlllre " . dIt l'un.

Et l' autre d 'embrayer :

< Sarto n'a pas comprl$ qu'il y

avaÎt U/ll' difflrenee elllre /0 l'it pa risiel/ne tt la IIie de pro l';/I(:e , /1 tI dOIllI! , 'image d ' ult gou\'l~",e,

/II en l de no ul'eaux fl ch,s. Le pro ,

l'tir'

gellt Il ' l'SI tlb.'iOlumellf pus tlcrt'plé

pDr la socilréfrançaiu, •

Ti enç, il y a même des psycha ,

b/ème , C'tS I que Sot, rap/JOrt ()

nalystes au gouverneme nt !

Paralysie du cerveau

" En .111 an, j'ai bala)'i dmU' la

,,,esse

IUII/ I 'tell iqu ier fI()/i li'lue, a

répélé le chef de r Etat li des visi-

t eurs , l e 30 ao OI . j 'ai iti succl'ssi - l'I' menl d e g au che l'f riac' ,

sans

les citer , tt He,,'é l\.l on n et tt R3f-

fann, qUI 0111 évoqué publiquemelll

sa polil ique secu ritaire

git/llt' ", Et à Villepin , qu i Il par lé

d' " II/U' wche sur I/Olrt' dropewi ",

Ap~squoi il s' en es t pris.

lIbllil'U,

., Des illOIS

croyalJle JO, a

(/'Ull t' I, jo /tmce in ,

remarqué Sarko ,

Mixant le toul. presse el poli- t iq ue, Sarko Il conc lu :

., lA presse est aujourd' /lui COnT" II0US, dt'main, ,1ft st'rtI COll lrt les au Ires. JO

and Sarko sera dans l' oppo-

!'<ition ?

Tous ensemble

A La Rochelle, Martine Aubry

a reconunandé à ses troupes cie " lit'

ptlS IIumger 1'0tlrs " (s ic !) aV1l111

du can-

didat socialiste n'est pas encore

co nnu qu e déj à les no mlt des p ré -

te ndants mi nist res circule lll u n peu

Qu

l a p n!siden tie lle . Le no m

mlDlmareS

vieUM Vl8UM?

la rue ,

Le bal des déserteurs

dérive droitière

• Nicolas Sarkozy s'alfrme déçu pal les jeunes 1GCnJe$ du gouvernement comme Rama Vade , Laure nl Wau -

quiez ou Natha.'ie Kosausl<o-Morizl ,

qu'i qualifie de ~ jeunes vieuM. (- Le Point _, 2618) , Au prochain mmanie- ment, 1 fera donc appel il des vieux

logement (APl ) (~ Le Mcrlde ", 2&'11) :

C'est un recU SO!JS la pression. Ni-

cotas Sa~zy a vou lu éviter un conftit

avec les étudiants à la rentrée

tasme ! Sarko ne cède jamais devant

Fan-

Mals Il n'a rien dit du sujet principal de

ses préoccupations : Eric Woerth. Dans ~ climat actuel et à cause des révélations qui

Travail , qui est.

s' accumulent, le ministre du

sur les Jantes

,

peut-II mene r l

bien la rélorme des retraites et tenir la route jusqu ' au mols d 'octobre? Personne ou presque dana le microcosme ne le croit sérieusement. « Corn· ment se déblJrr"ssBr de ce poIds 1 », s' Interrogent cer-

l'Elysée et à Mati·

gnon. Ceux-là préconisent un remaniement Immédiat du gouvernement pour dé· gager l'encombrant et re- donner un peu de vitalité et de cohérence

l'équipe gouvernementale. Mals Ils se sont fait récemment reprendre de volée par Sarko :

ft Ce n'est pas la presse quI décide du re- manIement. Les ministres ne sont pas des fusibles• L'enl"lUl, pour Sarko, c'est que les ministres . ne sont pas non plu. des paratonnerres.

au

;e1 l'leSou.deS

• Le ministre de l'EducatIon. l1I:; Qla-

tel, 3SSUI'e Que dOrénavant, dans les

é

t ab tissemen lS scola i les (~ Le A-

ga lo _, 2618) , • Ioule violence ver-

ba le à l'égard des personnels en1raÎ-

ne l a une procédlJ/eciscip~nai le " Y

a pIUS qu'à .

• Chatel, égalemenl porte-parole ckI gouvememen1, commenle raNaÎle

Woenh-Betterolurl (~ L' Express " ,

2518) : ~ Cela commence à tourner

au mauvais feu illeton, La saison 1 a élé suffisamment médiCcre poul qu'il

ai t pas de saison 2, " Avec rap-

parilion de ta Cool de Justice

n'y

, el,la

parution du • Canard . de cette se-

"".,

maine.1a SéIISOII 2 esl poullant bien

Le leader du MoDem , François

Bayrou,

ad mIre le Plem ier

ml-

ni$tle (.

Le Fl9aro ", 2818) : - A

part Dominique de Villepin el

Etienne Pinte. loul te monde se ta it. Seul Flançols Fillon , avec habilelé d'ai'eurs, a malqué sa diflélence , _ On ne peul rien ca,

cher. Bayrou,

 

• Vincent Pe illon , dépulé PS, se roontre U;ide (_ Paris Malch·, 2&8):

• Aujourd'hu i, je ne trouve pas ma

candidature u1JIe, " Surtou1 IN le score qui lu i éta~ pranis,

• Daniel Cohn-Bandlt taine en pièces la po61ique sécutitalre menée par Sarko( << Le Point- . 2&'8):· Cela lait

huit ans qu', rn.rs parle de ça c:arme

s i c 'élait la prem1ele lois , On d ilall

qu'~vient de se faire dOpuceleretde

découvrir la sécurilé.• Il n'y a pas d' âge pourrenoncel à son pocelage,

• Eva Joly, l'eM'juge devenue écolo,

Nouvel 0b5 " ,

en est oonvai'lcue (le

2&'8) :

D'une certaJne façoo, je ra,

plése nt e un lale unisseme nt des

cadres _Je n'ai QUe <b-hUI rros cfex- périeoœ lXlIitique, • Et ses longues

années de fm9'Strature, ce n'éI:iit pas

de la politique?

• Jlan-Lue Mélenchon, qui se verrait

bien candidat à fé lection présiden·

elle au nom d u Fron t de gauc he ,

ti

s'awrêleà pWlerlJ'lMe h'é

s 'en a~lent tous l " (_ Le Monde . ,

3118), Cest IJ'I riche programme po.

QJ'is

• Leaecrétaite national du PC, Pierre

Laulenl. estime que. deva nt les ex' puls ions de Rems , Ies Fra nçais (~ Le

saven1 très bien bte

la manœwte de rEttséO et ilS vonl se lemob ilise l SUI les retla~es, dès Je 7 septembre, de maniéle mas'

Fifve " , A QUOi ça sert ~

SaM se

~~1

Figaro " , 2718)

• Candlda't'à II suëèë~éH'

à la présidence du FN , Bruno Gel,

niSCh estime ~e sa rivale, la tille du

chei, ne dIfére guète de lui g

(~ Les Echos . , 2818) . Marine reste

• malgé rrnage <J.I'eIe veut domol

dans une strde orthodoœ Irontse " .

fAelci de le confrllTl&l.

le fend

• A Anglet (Pyrénées-AllantqJes),

vingt

cars de

CAS e t un hélico,

ptél e

a vaient

é1é mobilisés pour

eMpulsel d'lJ1 terlaln de sport des gens ckI voyage, etlEls livarains

ont applaudi les CRS comme s'ils

partaÎeflt a u front (. La Semaine

du pays basque -, 2018). El HOI-

teleUI n'étall même pas là poul

\'OÎlça!

• Michel Rocard a Plévu de féler ses

80 a ns , le 2Q seplembfe, en compa.

gnie de XlO ilv.Iés , au mi lieu des 911s dépoilra illêes et ompItmées d'un ca·

baret de Agale (- Match -, 2618). C'ast plis marranI que ta Rue de Sol- ferino 1

• En vlstte da ns une bergerie des

A~es.œ-HaUl&·PfOVence,Sa/1(o a

déclaré (. Le F''!I810 ", 2&'8) :. C'es l

mon sixième déplacemen1 depuis le déb ut de l'année sur une eKpotation

a gricole , Ce n'&S1 pas un Persome n'en doutait.

hasald , ~

• Futur pnbldenl du G20 et du G8, Sa/1(ozy pressent que rheure sera gave ( - l e Figalo -, 2618): • Il Ya des moments de l'histoire où le sort

hési1een l1e le meitleuf et le pirB, •

Et

paffolS même enlre le pile el le meilleul,

~ Je sul, votllirien _, alfrme te !ri- nlstre de rlnlérieul, Bree Horteleux,

estrne UJleIIe cbssiel des Roms

avec human isme (- ,",SD _, 2618) . François Marie Alonel ne risque pas deleClémentir

Le même Horteleux s'etfolCede ca,

joIer les dJgnitailes religieux: dinela la Grande Mosquée de Paris, le 30

aoüt. rencontreavec le cardinalAndré

Vi1gt-TIOIS, le lendemah et fète du NouYel An jul , ta semaine suivante

29/8) , Et au pélefNge

des Samtes · Ma ries.œ-Ia-Mer, ~ y va quand , ~ le voIIairien· ?

~

(le ~ JOD

,

• Satisfaction QJ dOpuIé UMP EdouaJd

Courtialapres le virage sécuritaire de

le Parisien _, 2718) : - les

mili lants sonl aUM anges , Il s an en , daient de la dar1é dans le discours et

rélé (.

dans rection , - Pou r rinsla nt, e'est

dans le d iscot.n.

• Rapporteur

UNP de la commis-

Ma ,

sion des Finances . Phili~

riniplakle (. Le F''!I8fO~,3018) en-

core et 10uj0urs pour que ~ le taUM de TVA réduit dans la teslaura-

tion elle

bâtimen l passe li 8 %, -

tl nesait

pasqu'~y a une élection

plésidentielle en 2012 , ou il la it

semblant de ne pas savorr ?

• Le député UMP du XVI' arroodisse- menl de PariS Bemard Debré n'ap, prouve pas la poIitlCJue du gouverne, ment envels les Roms car W estime

que l- Le Figa ro - , 2718) - rélectorat

lXlJX.We~qii ya IJ'I risQue

de dérapage vers la . énoptd)ie et le

racisme •• B pas féledorat bouf99Ois du XVI" arron:bssement ?

• Question poséepa lle ~Wa. Streel

ES1·ce que le

gouvernemenl fIançais CfOa léelle,

prévisions

êconorriques 1 _ C'est la txme q.JeS-

Journal

men t

Il

""'.

(2018)

:

"

ses

propr es

ConstatatIOn du nVtisù e œ BodgeI ,

""'~_""Jlo<.

lin (. Les t:chO$ . , ~

_ a.&Ilif

que !lOft t~r sensibilité pohttque, lOuS

tes Allemands sonl d 'accord , ou plesque, pout alfeclerles surplus de

letetles au désendeltemenl. En

France , norl. • La rigueUI allemande . ça raa au rnoi'Is lfNer Ba.rotn,

• Le mêml Bafoln, plomoteut de la

SUppf9S$lOl'l dJ cumul des aides au Iogemenl étudiant et de la demi-part fiscale , après la ma/cne ar rière de

Salkozy, s'eMpllQue dans

Echos _ (27/8) : ~ C' esl un proces,

sus en entonnoll, II est normal QUe

Les

~

Cellall'lfS mesures SOIenl aba~ nées au cours de l'ête, " BonjOul

• l'etl1OrYlOir du processus • 1

• Hommage de Jean-Pierre Raffam

a u présideot du groupe UMP, Jean -

Fran;ois{;q)é (~Le Patiml ", 2&'8):

a l'allit ude nécessalfe pour écla t·

rer ta route, - Une taflalnadede plus

et Copé va se teltOlNe l SUI une sta· tOn orbitale,

• Analyse du leader du syndicat élu- dianl UneI après la YClte-lace pré$i- deI1Iie41e SUI r aide personnalisée au

~ Il

novembre 2008, " Bano

, 'a it ses a mi s filbiu s ie ns, Le député

de Sei ne-Saint-Denis

l'époque éma ncipé de la tutelle de

Laurent Fabius pour pnniciper ac-

ti ve ment r. la dire c t i o n

côté de Martine Aubry, Une

que l' elt- Prem ie r ministre

n'a pas totalemenl d igérée ,

du PS , nu

Ira-

Iu'SOIl "

s'était à

retrou·

ca mandes d e l a major il é réuni s r.

le 29 aoOt

C la ude Bnno lo ne , 1/ nous faudra

UII gOlIl'f'memetrl nue"i, Soil I/Ilt' \'inS/aine tl, ministres, Dont cinq risel"l'is à nos pDrtenaires, Sur les

hu is cl os,

matin ,

Comme le bou langer de Pa gnol ,

Hollande

primaire

Recevan t la presse pour un petil

déjeuner roche lai s. le 29 aoOt. Fran ·

Hollande s'est félicité de

çois

le 29 aoOt. Fran · Hollande s'est félicité de çois quin:.t rtSl(IIIIS. i l faud ro

quin:.t rtSl(IIIIS. il faud ro - {Xlritl oblige - sepl hommel l't /ruit fl'mmn . Sr t'/. il y m t m bc-aUCQIlp dt' déçus. •

Le PS es t bi e n un pln i d e l uu e des places

.

Gentille camarade

L'é\'éncment est passé inaperçu

lors de J' uni\'e rsil é d'été

La Rochelle. mais, pour la premièll:

foi s de puis des années. Manine

Aubry n'a du du mal d' aucun de ses camarades préside ntiables. ni en pu -

b lil: ni e n pri llé, aux jo uma lilttes.

Il con llie nt de p réc iser que ccUe soudaine amabilité de la cam arade

IPrcmter :seçrétaire est surtout due

du PS, li

a uno. cqn\(lf,,~ ~I 'l'Iftè If'j(n~

avec Ségolène : Dominique-

,

" {'Mlbi(IIIC11 d 'aniti JO qu i r~gne

parmi les ditigeants du pS , Mais

r ex-premier secn!taire prévoit le

pire pour l' édition 2011 de l'uni -

vers ité d 'été des social istes:

~ NOlIS l'erolU' Il icI l'eillt' d 'u/Ie

pril/wire, vous l'oyez /' tl/llblm lc e,

l'OUS l'Oyez rt/g ita/ ioll

De fait , les déclamlÎOIlS des ca n · didals li la candidature seront e n- regi st rUs Ju squ'en juin 20 11 el le

scru tm chargé de les départager est

progra mmé pottT nl,)\'embre de la même a nn ée, Entre-temps. à La

Roc hell e co mme duran t l' é té , 10US les prétendants seront e n cam-

pagne , Sa ns co mpt er ecu

prendronl position pour espérer de-

ve nir ministre ou pour rejoi ndre un

cabinet, Vi\'cment J'an procha in qu ' on

ri

qu i

:

"Frêchement"

reçu

Robert Navarro, exclu du PS d e-

pu is les dernières ~g io na lts, pone -

nîngue du préçident de Langue- doc-Roussillon Georges Frêche, a

tulrui.deJfl:!1'a!fla,rortr: de La Ra-

d'leU!!, Venu'en'COmpllJP1Ii:'~:ll.an

épouse, l'ex-premier secrétaire fé-

dérai de l' Hé ra ult s'est prés en lé

l' accueil de J'université d'été

comme " s)'mpmh;Stllll JO socialiste ,

à

A

peine allall-i l signé un c hèque

de

80 euros pour participer aU)( ré-

jouissances socialistes que le nu - mlm deux du PS, Fr,n"'r'Ois Lamy.

lui 3 signifié sb:'hementqu' il n' élaÎt

pas le bienvenu , Apr~s avoi r quelque peu ms is té . Na\'a rro a fi ni par re lou rn er s u r son lie u d e va- cances, l' île de Ré. où il orgnnisai t

~ 1/1/ IOI/(no i (It beu/es »,

A u mOÎnlt,l:'é tai t convÎ\'ial ,

Concurrence

à l'Intérieur

Lors de l'uni vers ilé d'é té. les so-

la

sicli riti ll 'est pas de droit e », Po ur

p reuve l'in nalio n de candidats nu

poste de fUlul minist~ socialiste de l'Intérieur. En premier, le sé nnteur- maire de Dijon, François Rebsa- men , De mê me, Manu el Va lls ou Julien Dray ne cachent pas leurs

cialistes o nt repéré à l' e nvi que

ambitions en se revendiquanl "si -

", Sans oubli e r C laude

Cllriwires

BanolOlle, lequel met en avam son

expérienœ de président de Seine-

Pas joli Joly R )l;UN ION il huis dos des Ilre mlers secrétaires fé· l'
Pas joli Joly
R )l;UN ION il huis dos des
Ilre mlers secrétaires fé·
l' UMP et Ourac dans l'affaire
déraux
du
l'S,
le
sa medi
28 août. en marge de l'uni·
verslt é d'~té de
La Rochell e,
d es emplois fi ctirs .
Conclusion de M artine, à
propos de ces Vrrts qui ne
comprennenl pas les nécessi-
Martine Aubry attaque bille
en tête Eva Joly, ruture
ca n o
didate écolo el. en principe, ru·
ture nlllée des socialistes au se,
cond tour,
ft 1/ faltt qu 'E I'a J oly arrite
d e laper ,Ulr les dirigeallts d"
PS, claironne-t-elle, ra i de-
malldi d L't rite Duflot d ' ill/er-
l'ell;r
L 'ex-maglstrate s'ftait or-
rert récemnlent le p laisir de
rappel er qu 'eUe a ,"ait jadis mis
lés de l'union : " II fOl/lltur
e n uunll'n OSK dans l'afTalre
dOllllCr des baffes et d es COllp S
E lr. Ella se m ain e d ern ière e lle
dt' boule,
n"ait dénoncé l'accord conclu
ent r e la Mairie d e P :lrl S,
Ln ca mpagne 2012 l'51 b lt'n
partie

Strnuss- Kahn ne sera pas candidat,

e l il y a do nc tou t i n lérê t à, lajouer

modesle el collectif.

ca lendri e r des p rima ires qu e

le PS ~ lldop tl: e~1e n e ffe t diffi ci le

à gérer pou r le directeu r général du

FM I, C'est en juin 2011 que doi-

ve nt être dé lKlstts les candid:11urcs aU)( primaires, prévues à r automne.

S 'il voulait en être, DSK devrait

donc abandonner Washington plus

de dix-huit moi s avant la fi n de son

mandat, Un risque qu'il n'eS1 p 'lS

Le

L'hypothèse Fabius

û tnd ida t ~ rien mais prê t à tout.

L 'l u re nt Fabiu s m ê n e disc~teme nt

campagne. L'ex-Pœmier m ini stre se m au

côté de La ure nce Patiso t lo rs de l'univers ité d 'été du Medef, Et il

s' affic hera li la mi-septembre a u

cOCé d·OI.i\w ~noc ,le porte-

parole du NPA, lors de la sauterie landaise de se5 camarades Emma- lIuelli el tl amon, Il e n couvre du terra in , li lui tout

seul. Fafa !

Retrouvailles

fabluslennes

" AIl ! le l 'oi/lI, lOi ? Rega rde, 1"

l'oifà 1" Pompomlell~ , Garce, sa-

lope, ordure, c'est maimenom que

III ' cl'Îells ?

C' esll)ar cette tirad e

c

que le dépu té du

Gers Philippe Murtin a accueilli son h0 Il1l.l1ogue de Sei ne-Sa int-

Deni S Claude Banolofle, le 28 aoQ.t au matin, Pour la première fois depUIS le congrh de Reims, en

du

mprum ée!l P ag nol ( << L a fe mm e

bou langer

)

APRÈS LA ROCHELLE, LE PS RETROUVE SES ESPRITS

bou langer ) APRÈS LA ROCHELLE, LE PS RETROUVE SES ESPRITS - Esprit cie 2012, es-tu

- Esprit cie 2012, es-tu là?

Automobilistes bien rackettés

S EMESTRE après semestre,

les b éné fi ces de s s oci é t és

d'autoroutes, privatiSées à prix bradé par Villepin et Breton, ne cessent de namber.

société des Aut orou tes

Paris- Rhin-Rhône, propri été

La

Vinci, principal aet ionnaire de la Société Marseillaise du Tunnel Prado-Carénage, voit ce

groupe réaliser un premier se- mes tre encore plu s brilla nt, Pour un chiffre d'affaires de 17,26 millio ns d'euros, e ll e en- caisse un résultat net de 5,5 mil- Iiona . Après im pô t a, évi dem- ment. Un rendement record pour une société qui exploite un tunnel de 2,5 km en pleine \'i.lIe, Dans le communiqué où elle

rend pu blics ces ch iffres, la so-

ciété précise que le tarirde base du péage, soit 2,60 eu ros, res-

tera inchangé,

N'est-ce pas faire preu- ve d'une généros it é hors de propos?

pas faire preu- ve d'une généros it é hors de propos? Saint-De nis, le dépa rlcment

Saint-De nis, le dépa rlcment de

France la dl:li nq uance est la pl us

fone, Secrétaire nal.lonal à la sécu-

rité, ledép Ul é J e an -J acques Urvons

est égalcment très bien placé. D' au -

tant qu'i l s'est construi t, pdil à peti t, un vaste réseau de flics,

E l dire qu ' il )' a vingt a n s tous

les .sociali s tes vou lai e nt ètre m i-

ni su e du T ra vai l.

fli c de France.

M

partoul

da ns

le

pa r ti ,

Laurent

près de prcndre, se lon Man ine et

Sarko dcmtlnde li Roselyne Ba-

Fabius,

François

Hollande

et

Ségolène.

che l Oi (Saru:é) e t li M DJie Luce Pen-

Ségo lè ne Roy a l so nt :mnOll cés à

De loute façon, a u cas ce rai-

chard (Outre-Mer) " ,In iUm~nts

ati

gno n,

A défa ut, le prem ie r

so nnemen l se vé rifiera it . il s SOn!

chiffrés

q uand le mi nistre de l' In-

éc

ho

u e rait

au m l n iS l è re d cs Af·

sep! social is tes!l s'être déjà placés

lérieu r mte rvient :

M o ij ' en a Î ! 11 /l'y a /0 morts!

Ce ~ que" provoque u n malaise

à la

so rt ie des

sympas d 'autres mimstres. Poun ant_ la politique du chiffre. Hon efeux commence li en a\'oir

une tenaine expérience!

a utour de

eu qut'

.,

la table, Et s usc ite co mm e nta ires pas

t~S

fai res é trangè re s, le deuxième li Bef('Y, el la troisième à la pn!ii- d;:nce de J' Assem b lée. Les Affaires

sociales pourraienl échoir au dé-

p uté Al ain Vidal ies, I' En vi ronne-

lIIe lll !l Phi l ip pe Mani n . l ' Educa- ItOn li V incent Pei llon, la Justice à

d lln s les s tan i ng -blocks d es p ri - maires: Aubry, Royal. Hollande,

B ianco , Va ll s. M oscovici e t Co l.

10mb,

Et 0 11 e n o ublie s û reme nt ,

D'un tour à l'autre

Marie -Pierre de La Gontrie ou A r-

P

ie rre Moscov ici y es t allé.

lui

nau d Mon teboorg, etc. " Nt nous

aUSSI, de son commenlili re sur

les

emoollolls pas, a mis en gatd e ses

sonda ges. notamment CelUI d u

Oraison funèbre T O UJOURS.IIu Const'i! des mln}sll't'S du 2.5 aoûl, HeT\'é série ux: Alors,
Oraison funèbre
T O UJOURS.IIu Const'i! des
mln}sll't'S du 2.5 aoûl, HeT\'é
série ux:
Alors, Ctl/Il/tlelll doil-
0 11 procl der ? ,.
Morin, le min lstn de la DtlrellS(',
ivoq ue la p romotion d anç
1'000dre de la l. églo n d'honneur
du
général ~ Gallois, 9'J am,
des pè r es de la dissuasion nu ·
cléaire, Le géllhal passl' du
un
grade d" COllmumdeu r à la di-
gnité de Grand Omdcr_
Inl e " '('ntloo d e Sa rk ozy:
11
faut se dlpiel"r parct qu'il n 'est
!'l'torln :
C'IUlir dljti dans It
pas lm /Hen
Morin:
En fail , il est mon,
CÎrcuÎl, C'n lllnt procldllrt u,·
la/tmtnl possible_ "
il y ri deux juu", ,.
Rires , un ~u gê nés, a utour
de la table, Sarko « prend son
Ah ! si Wouth avait dkoré
Pa lrice de .\Iaistw à titrt pos t-
hUllle, Il a uralt mOÎns d 't'll.nub",

Pas de rabot pour les étudiants

C 'EST une première volte- face sur ~ chemin des ka-

nomies budgétair es: le gou-

vern ement, ainai que

Canard ,. l'avai t pr év u , a re- noncé à supprimer le cumul de l'aide au logement pour les étu- diante et de 10 demi- part fi acaJe proposée à leurs parents,

• La melure était mal cali-

- Le

brée ", a ex pliqué Fillon, le

30 août su r France Inter . En

réalité, la pression ét ait forte

dans la majorité pour renon- cer à une mesu re qui aurait touché surtout les classes

moyenne!,

La • me,ure mal calibrée ,.

a paru d'autant plus inoppor-

me,ure mal calibrée ,. a paru d'autant plus inoppor- tune qu e la bagarre s ur

tune qu e la bagarre s ur la ('é-

fo rme d es r e trait es prome t

d'être rude et que la rentrée 80-

ciale, da n s son e n semble, s'an-

nonce ehaude, C'est la crainte de voir les étu- diante dellCCndre e ux 8\l88i dans

la

rue qui a d'a illeurs emporté

du groupe E iffage, a publié, le

la

décision de Sarkozy, La peur

29 80l1t, SCB performanccs pour

Bilan : un chiffre d'affaires de

d'additionner les mécontenœ- ments a été la plu s forte. Et

le premier eemcstre 20 10,

puis, a expliqué le chefde l'Etat,

931

millions, 5,40 % de m ieux,

les itudio n ts, c'est t oujourlJ chiant et imprlviûble quand;lJ

«

ct un résultat opérationnel cou- rant de 422 millions d'eu ros,

sont dan, la rue, Ça f't'Ilt dlgl-

nérerd tout souvitn ! de

m oment. Ch acu n se Mal ilr OuU€lrine-",

Pour u ne fois, il n'a pas eu

besoin d'un sondage pour s'en

convaincre,

Quant à son résultat net, il s'élève à 174 m illion s, Soit une

h ausse d e 1 6,3 %, Dan s un pa ys don t le taux de croissance va

atteindre pé nibl ement 1,4

difficil e de battre ce record ,

%,

2 - " Le Canard enchaîné " - mercredi 1" septerrt:Jre 2010

Woerth n'avait pas le droit de vendre la forêt de Compiègne. La preuve••• 'U NE
Woerth n'avait pas le droit de vendre la forêt de Compiègne. La preuve••• 'U NE
Woerth n'avait pas le droit de vendre
la forêt de Compiègne. La preuve•••
'U NE simp le ruade, Eric
D
Woerth a écarté toutes les cri-
tiques sur la vente d'un bout
de la forê t doman iale de Compiègne
d' " ulle colltenaT/ce ùlférieure à 150
hectares ", ce qui n'est pas exacte-
men t le ca s de la fo r êt doman ia le de
Compiègne, l'une des plus anciennes
à J'association qui gère l'hippodrome
de cet te ville, Dans ~ Le Figaro ~ du
de l'Tance, qui
s'é te nd,su r 14 000 hec-
13
AOUT 2003
~.~~~
&.é~.1'iw&-.
ta
31
août, il triomphe sa ns modestie ;
Le nouveau président de la Société
"'.I~_"lt ~~ .ga
ck
" Tout s'est dégonflé en une demi-jour-
née. " Circulez, il n'y a rien à vo ir qui
ne soit parfaitement légaL Mais voici
un nuu veau coup de pied de l'âne. in -
attendu et plutôt divertissan t.
des co u rses
Gi Hbe rt , n e
.c4.,riff:-'" ~.4
Dans un courrier tombé dans le
ils vou laie nt vrai me nt l'ac he ter à
l'Etat propriétaire.
Leur première offensive remonte
donc à 2003. Le président de la so-
ciété. à l'époque un certain Armand
de Coulange, propose a u ministère
de J'Agricult ure d'acheter les 58 hec·
tares que l'hippodrome occupe depuis
de nombreuses a nnées co mm e loca-
taire . Réponse d u mini stre c n per ·
sonne; imlXlssible. Et pourquoi ? Le
Canard ~ l'écrivait dès le 14 j uillet
dernie r : ~ La loi soumet au vote tlu
Parlement tout e cession d 'u l/e par·
de Compiègne,' Antoine
pouvait ignorer cet épi -
sode ct la répo nse opposée à son pré-
décesseur. N'importe, il est remonté
au créneau cette année, et a trouvé
au p rès d e Woe rth et de ses collabo-
bec du ~ Cana rd ", c'est un a n cien
rateurs des oreilles plus atOOntives,
ministre de l'Agriculture,
et a mi po-
ceJle fore stière
A vrai dire , il n'est.
et pou r tout
di re complaisan tes . Car
Vous owe:z. appeë TT10fI attention lUI' la aodOt6 des COUI'S8S de CompMtgne
litique de Woerth. qui lui taille une
pas nécessaire d'être un fin Ju ri ste
ou.
ptMkiaz.
casaque sur mesure. Hervé Gaymard
pour
co mprendre le se ns de 1article
a vait , il
y a tout. juste sept a ns, é té
32
11
-5 du Code gé n éra l de la pr o-
Cette
soclélé 5OUhaIter.alt devofjr propriétaire du terJ1lin d'u1c aupeJtcio
sollicité pour vendre ce même mor-
prié t é des pe r s onnes pub li ques . On
d'envîron 58 1'IeI;t:IrH,
qU'eIIe ocrupe en fodIt domaniale de ~
-
ceau de
fo rêt
domaniale à la même
peut y lire :
Les bois et for êt s dl'
socié té de courses . Et il avait alors
sèchement répondu qu'une telle ces-
le min istère de l'Agriculture, et de la
forê t, lu i, n'a pas changé de point de
vu e. Bru no Le Maire a be l et bien
OO n té de s'o ppo se r à cette vente ill é -
gu le. Ma is, so lid a rité gouvernemen-
tale obli ge, il a fait savoir, après la
pa ru t ion du " Canard ~,que l opéra.
Coi'J'lPW tonu de la 16g1alation (Xlncomatlt les for!Q dom.,,~. ~ 'IOIa
s
ion était im poSS ible ,
compte tenu
l'Etat lie peuvellt être aliénés qu'cil
vert u d'une loi. ,. Les déroga tions pos-
sibles ne concernen t que les massifs
de la législa tion ".
La·
q
uelle lé~islation n'a pas
tion s'éta it fa ite , finaleme nt, ~en pki n
accord," avec ses services.
Lesquels en a uraient, de
infcnne qu'une c:eaion pat \fente n'est pa$ poesibIe. En ~, un 6c:Iwngc
ser-'t envINgeabMo si la société des course; de Cornpi6gne offrait un terrain
fore:ltier de la m'me irnj)Ol'tanCl) et d'une va)etJr aullisante.
ERIC WOERTH: " C' EST UN PEU UNE CHASSE À L' HOMME ,
changé d un iota. Conclu-
Or la aoeiéti dü
courus de Compiègne ne dlipo$e: pas adueIemenI: d'un
s
ion: Woerth a bel et bien
COMME IL EXISTE ICI DES CHASSES À COURRE.
SAUF QUE C' EST MOI QUI JOUE LE RÔLE DU CERF ."
rage, bouffé toute Wle mois-
son,neuse-bnttc use.
Gaymard . lui , ne peut
pas rétropédaler. Les écrits
restent. Questionné par
tel pmrwnolne foncier, c'etl pourquoi une 18Üe op(Irat:\On ne: peut etre miMe, sauf,
contourné la loi de faço n
cavalière. Pour la plus
grande satisfaction du pré-
bien sOr, 6 trouver une offre équlva!ertle au regard de ce type de transaction.
Je
VOU$ prie de croira, Mons!eur le Pre$dent, à rasslJ1'al'lCt de ma
sident de la Société des
cou r ses de Com pi ègn e,
également dirigeant de
France Galop, J'association
qui s'honore de compter
Le Canard '", il se sou vien t
c:onsIdintion dletlngu6e.
de la le ttre
par laqu ell e il
s'opposait à cette ve nte . Les
moti f s juridi ques sont -il s
parmi ses membres une
certaine F lorence Woert h .
épouse du ministre, et
dont on peut, à l'occasion,
ad m irer le chapeau à vo i-
lette sur le cham p de
courses de Com piègne.
Comme le monde du ch e-
va l est petit. Ma is soli-
dn ire
La lettre écrite par
Hervé Gaymnrd, le 13
août 2003 (notre docu -
mmtJ , montre d'aoom que
les gestionnaire s de
toujours d'actua lité? Au-
jourd'hui président de l'Of-
fice national des forêts,
Gay mard ré pond qu 'i l n'a
pas été sa isi de cette af-
faire. " Demande:z à l'actuel
minislre cie l'Ag ricu l -
ture
'"
Il n 'cst pas certai n
He,
,6
GAVMARO
que cela fasse plaisir à l'an-
cicn ministre de conforter
ainsi les informations et
l'analyse
de l' infernal pa l-
mipède . En 2005, un fu-
neste article d u· Canard ,.
s u r SO li logeme nt de fonc-
l'
hippodrome du Pu -
t
ois Jo , jo l i nom du com-
plexe hippique de Co m-
pièg n e, ont de la s uite
(clansllœ idées. Ce terrain.
tion l'avait co ntra int à la
dém ission. Ce n 'est pas à
Eric Woerth qu' a rriverait
pareille mésaventure_
-II a une tête qui ne passe plus les portes
La lettre de Gaymard adressée à Armand de Coulange , alors président de la Société des courses
de Compiègne, est sans appel : la cession n' est pas possible. Une pierre dans le jardin
d'Eric Woerth, qui affirme le contraire , et a donné son accord pour une transaction illégale.
La porte de sortie que suggère Gaymard - un échange , qui n'est pas expressément interdit par la
loi , et apparait donc possible - a été envisagée trois ans plus tard , en 2006.
Mais, finalement, c'est une simple vente qui aété réalisée,
Sans appel d'offres , à bas prix et en violation de la lo i. Tellement plus simple
Jérôme
Canard
Construction
au grand trot
Le liunl
dam un ruban rouge
A
vente
de
l' hip-
L ES enquêteurs de l'affaire
Wo e rth - Belte n cou rt
le demandeur mérite sûre·
ment de la patrie, mais peut·
être aussi du tiroir-caisse. En
le r aie nt ai n ~i le fl a n c à
de s
drèntter-enl(J(intnOÙ<I\'(AdHnu::
L
podrome de
Com·
i nte rpr éta l.i on s d i ffici les à
piègne est, avec l'octroi
de la Ug ion d 'bonneur
Patrice de Maistre
(lire d -con tre), un é pi -
sode qui Intéresse le
procureur gé néral près
la Cour de eMs', Jea.n-
Louis Nada!. Le haut
lIIaglstral a le pouvoir
de s'autosaisir d'w-.e in-
fraction commise Ilar un
min istre, et s ur la(lu e l1e
n' importe q uel citoye n
qllal ifient le doc ume nt de
gérer. En
un
mot , avant
"
bombe
li s ont m is la ma in
quelques mots Lrès ad min is-
le débat parlementa ire
d u
tou t le même sens que la pre-
mière, qui pouvait n'être que
de pure forme. Si un nouvel
inkrrogatoire est nécessaire,
à
s
ur
un
co ur rie r
d ' Er ic
tratifs, Woerth transmet le
7
septembre. ou a près,
a u
c'est bien que l'enquête a pro-
Woerth t't Nicolas Sar kozy
qui lui demandait d'accorder
curriculum vi tae
de Maistre. P uis
de P a trice
il prend la
moment du remaniement?
Evidemment, cela change
tout. Car une de uxiè me au -
dition de Woerth n'a pas du
gressé
et
qu'est
venu le
procédés, de renvoi d'ascen-
seur entre de Maistre et
Wo erth . Le Code I?éna l peut
appeler ~ trafic d 'mfluence ,.
ces a mab il itt\s r écip roq ues.
Au centre des préoccupations
Woerth pour lui annoncer
que les Be ttencourt souha i-
ten t part iciper au finance-
ment de la cam pagne de
Nicolas Sarkozy_ Il rencontre
te mps du soupçon.
Quel sou pçon? Cel ui d 'un
éven tuel échange de bons
du
procureur, la fameu se
à
trois repri ses le trésorie r.
la
Légion
d'honn eur.
Pou r
Et a ussi
de
Légion d'honneur à Pa trice
Ma istre, le gestionnai re
phmle et ajoute sa tou che
personnelle: ce serait bien
son homme de
co
nfiance , Eri c d e Séri~ n y,
de la fortune de Liliane Bet-
lencou rt _ Cette lettre esl
agrémentée d'une mention
de faire droit à la demande
preuve, l'audition de Patrice
de Ma istre pa r les po liciers,
qu
'il cô toie depu is qUlIlze
de
cet am i qui sou hai t e re-
mercredi 25 aoû t, a porté -
ans. Au même moment,
cevoir la Légion d'honneur
WOERTH : " C' EST UNE SORTE DE LAPIDATIO N MÉDlATIaUE"
penda nt près de six heu.res 1
W
oe rth expl iq ue à d e
m
a n usc r i te fi l ' ot OO n tion d u
-
su r
le chem ineme nt de
Délicat
Cher Nicolas " . a lor s m i -
-nistre de l'Intérieur. On sa-
calendrier
cettê décora tion, sur
de Woerth à Sa rk o
la lettre
et , s u r-
Mai s tr e que sa femme , F lo-
ren ce, cherch e d u travai l.
Celle-ci lui tran smet son CV .
pellt attirer son atten-
tion. Or c'est bien en
tant que ministre qu e
Woerth a au torisé la
it, dep ui s juin dernier. qlle
Woe rt h lu i-même avait dé-
coré l'employeur de sa femm e
le 23 j anvier 2008. au cours
d'un e émouvo nte cérémo nie
et après un discours chaleu-
va
vente d'un m o~cau
forêt domanial e. Et,
de
Cette lettre va changer la
to na lité de l'e nquêt.e que
poursuit le procureur Cour-
roye_ Mê me s'il déme ntai t
mollement. la semaine der-
tou t , su r la troub lan t e ch r o-
nolog:ie_
Le 12 mars, Woerth écrit à
Sarko la lettre décisive.
Six sem aines
plus ta ro , Sé-
Légion
rigny lui a pporte la bonne
nouve ll e:
Tu es dans la pro-
baladeuse
motioll du 14 -J uillet. ~ Sur
~n
de horll de l'il légMlilé
reux
tian à de Maistre, mais il ne
l'a pas proposée ". avait-il
Il a remis
la décora ·
nière,
qu'u ne deuxième au-
tran -
d
alors fait répond re
sagée, il est désormais acquis
que Woerth devra s'ex plique r
Au printemps 2006, Pa-
t ri ce de Ma ist re , soucieux
d'amêliorer son stand ing au -
près de ses amis du Polo de
Pari s et du J oc key Club, se
m et en tête d'o bten ir la Lé-
gion d'honneur. Il en parle
d'aoord à Jacques Ross i . un
a\'ocat, ancien directeur gé-
néra l du gr oupe BoUore, qui
se fait fort d'actionner " Ul!
député bien placé ". Ma is,
le
co nt ingen t de J ean- Lou is
manifeste de la
ition
du ministre soi t e n vi-
saction, le prix déri-
soire (2,5 mllllons) )1OSe
aussi un pe tit problème.
Borloo, éphémère mi n istre
de l' Econom ie. Et do nc sa ns
pa r son
lie
n offi ciel avec Woert h, mi-
ca
bine t a u
No u vel Obser -
à
nouveau devant les e nquê.
nistre du Budget, ce qui per-
met à celu i-ci d'affinner: _Je
Surtout flue l'Mrgl1llle nt
IIIMSS"'!
util hu!
l a lu i ai rem ise â. sa de -
) l ltt
Woerth. il savoir que le
t e rrai n cst inco nst r uc-
tibl e, Ile ticllt pas. La
pre uve : en sept.e mbre
2005, le maire de Conl-
vate ur • (2 3/6).
Daté du 12 mars 2007, ce
courrier, qui prouve exacte-
mande, je ne l'ai
pa s obte-
ment le co ntrai re, est a dre ssé
teurs . Quand? Cette audi o
tian aUl'a lieu à son heure, à
une échéance . ni loilltaine
ni précipitée ~, précise avec
à
Sarko. candidat. à l'E lysée
prudence l'entourage du pro-
cureur de Na nLerre.
Car la question du calen-
En
octobre.
Patrice
de
et min is tre de l'Inté ri e ur
Ma istre e mbauch e Flor ence
piègne Il dé li vré IIU per·
mis llOur l'ajout d'ulle
pour encore deux sema ines .
Woerth. lui, porte la cas-
d
ri e r devient cru cia le. Les
q
uet.te de gra nd arge ntier de
quelques mois
nouvelle de sa
plus tard, sa ns
breloq ue , il dé-
aile
au joli
petit hip po-
drome. Qui IlC dcmande
qu 'A de vc nir gra.n d
la campagne, car il écri t sur
papier à e n-tête de l'associa-
tion de soutien à la candida-
pol icie l's crAignen t qu e les
éc h éances polit i(IUeS , en
particulier le débat sur les
retrait e!S, n~ fassen t se t é-
t
ure de
Sa rk o. Message clair :
lescoper leurs actês, qui pl'ê-
cide de changer de che va l.
Ça tombe bie n. Nous
sommes en novembre 2006.
Pa trice de Maistre vientj ll ste
Woe rth dans la société C ly-
mène, qui gè re les place -
me nts de Lili ane Betten-
court.
C'est un calendrier ou un
réquisitoire?
Hervé Martin

BAN IER N' EST PLUS LÉGATAIRE UNIVERSEL,

LILIANE CHERCHE UN AUTRE NÉCESSITEUX

J if.! ! rN!F,1 Cil/RH,

,

,

,

IL nT J/0Lé,! Hf /I1JT~/~(f H CI!15 k: ViIOie/

, , , IL nT J/0Lé,! Hf /I1JT~/~(f H CI!15 k: ViIOie/ 04 Né {l/lIlffé/"f!T Jfdltllà

04Né {l/lIlffé/"f!T

Jfdltllà

"

Une rentrée scolaire sabotée en quelques Secondes

LS seront les premiers de la casse.

Les C9bayes de la ren trée 20 10 vont

avoir le privi lège de tester les ré· formes éducatives élaborées ces der· niers mois. Les lycéens de seconde- 5 00 00 0 veinHr d ll - h é r ite n t tout à la fois de programmes b ricolés en un tri mest re, de man uels sco la ires ré - digés en catastrophe, de classes sur- peuplées, de profs moins formés et toujours moins nombreux. Le 24 août, le ministre de J'Edu- ca tion, Luc Cha tel, impavide e t so u- rian t, a présen té les livres qu i ac- co mpagnero nt 1a scolarité des élèves

de second e. Presque tous ces ou-

vra ges (en réalité, un peu plus de u n

sur deux), s'est -il félicité. seront dis-

ponibles dès la rentrée, et le reste

av ant la On octo bre. P ourquoi? Parce

que ces bouquin s - qu' il faut en gé-

néra i un an pour mettre au point -

ont été fabriqués en quatre mois à pe in e. La fau t e, en premier lie u , ft

Sarkozy. En j ui n 2008, le Président lance la réforme du lycée et, en octobre, son ministre de l'Education, alors Xavier Darcos, avance ses proposi- tions pour la classe de seco nde. Trois

I

mois de manifs lycéennes plus tard ,

Sa rko - tels un Ch irac ou, pire, u n

V ill e p i n , qu ' i l 11

fai t

tant r;l i ll é~ -

ma rch e ar riè r e . Il fa u d ra a t tend re le début de 2010 pour qu'un nouveau projet voie le jour. Certa ins pro-

grammes, comme ceux d'hi stoire ou

toute

l'emploi e t au chômage).

son t discu tés j u sq u 'au mo is d 'a vr iL

Il a fallu cra vacher, doubler les équipes (rédacteurs, relectellrs. ico- nog raphes, ma qu elt is tesJ, t ra ua iller le week-end, reporter 1I0S uacances pour que les manuels soient prêts,

s'exclame Pascale Gêlébart, du Syn- d icat na tion al de l'édi tion . On es t sur les genoux . Dire que, théoriquement, les prog rammes ne doivent entrer en vigueur que douze mois après leur publica t ion au "Bulletù~ offic i el" ! ~ Un contre-la-montre dis puté pour le bien des lycéens? Réponse des in- téressés et de leurs fam illes dans quel ques mois La s upp ression de m ill iers d e postes de profs va, cette année en-

sou s les à la re n-

trée 2011 , le Ma mmouth aura perdu

réfé re nce à

d 'éco nomi e (q ui " oub li nient

core, refroidi r l'ambian ce préa ux . De la re n trée 2007

la bagatelle de 65 000 e nse ignants, soit près d'un sixième des effectifs des collèges et lycées, cibles princi. pales de cette purge! A en croire les promesses de Sarko, la revalorisa- t.i on de s sa laires d evait ê t re la contrepartie de ce sacrifice . Mais, trois ans plus tard, à peine un quart des profs en auront vu la cou leur, et encore, a u mois d'octobre. Les élèves les plu s t ouch és par ce dégraissage indu stri el sero nt souve nt ceux de seconde, la classe tmd itionnellement la plu s peu plée de toutes.

Plongeons

sans filet

pré pa ration , dès sep- p l u s, i ls s'a b sente ront

à plus ie u rs re prises pour des se-

maines de formation_Et seront sou-

par des étudiants

préparant le professorat! Au lycée, c'est surtout à des secondes que se- ront affectés les novices, car les classes de première et de termina le préparent aux é preuves du bac

En principe, un système de tuta-

rat prévoit que des profs plus aguer- ris a ccompagneron t les nouveaux dans les premières semaines. Mais ces tuteurs, rétribués par une prime de 2 000 euros, doivent être volon-

Beaucoup d 'enseignants

taires

vont boycotter le tutorat, pour Ile pas

vent remplacés

la moindre t e mbr e_ En

Pour 2010, une savoureuse trou-

 

de la fo rma-

vaille ministérielle - dictée, comme les autres, par des impératifs bud- géta ire s - agrémente le tableau

cautionner l'aballdon t ion, pnk ise P h ili p pe

Synd icat des personnels de direc- tion de l'Education nationale. Nos

Tou rnier , du

Luc C hatel ?

(noi r)_ Alo r s

que

leur premiè re

prouiseurs (affiliés à ce syndicat,

a nnée d'enseignement s'effectuait jusque-là ~en alternance . temps parti e l e t é p a u lés par un anc ie n ), 16 000 profs débutants sauteront cette a nnée pour la plupart sans pa- rachute. Autrement d it se retrou-

majoritaire ) ,, 'e ntrero nt pa s e n conflit a vec les profe sseurs là-des - sus. L'ambiance est suffisamment tendue cam me ça. ,. Il n'a urait pas besoin d'un tu teur,

veront !>Culs devant le ur classe , sans

Jean-Fra",ois Julliard

Gueule de bois générale après l'accord sur l'ardoise de Chirac Tou.s se réjouissaient llprès lu
Gueule de bois générale après
l'accord sur l'ardoise de Chirac
Tou.s se réjouissaient llprès lu con.clusion ll u. marché.
R éve il dOltloureux dans une t e mp ê t.e d e déntentis , d e protestlttio n s et de j u stifications em.barrassées.
une l ecture larg e et
bienveillollte
,
D
ELANOg. Chirac ct le se·
c rét.a ire gé n é r a l de J'U MP ,
Xavier Be rt rand , ont la
8 ERI'WlEl1Ë!
ri
sque, en guise de
ré po nse, un dé-
UN BON GESTE 00
gueule de bois. Jusqu'à la sortie
VOJSlS~
du dern i e r " Canard ~, il s étaie nt
t ou s co n vaincus d' a voi r passé u n
excellent accord pour solde r fi-
OÜ, VC>5 piËC$
JAUNES?
fense ur de l'e x-m a ire de P a ris.
L'ordonna n ce de re nvoi de C hi-
rac devant. le tr ibuna l cor r ect ion-
nel a recensé 21 contrats de t ra-
vail litigieux, La qua si-totalité
nancièremenl
l'afTair e des e mplois
fict.ifs. La Mai rie de Paris récupé-
d'entre eux a permis à Ch irac de
s'acheter - a ux frai s des Parisiens
rail so n arge nt, J'ancien président
évitait la présence d'une partie ci-
-
vile à son procès et les sarkozystes
faisaient la pa ix avec les ch ira-
quicns avan t la procha ine
prés i-
le soutien des barons du parti.
Dans la liste figurent des épouses
d'anciens ministres RPR, un frère
de Jean-Louis Debré, des collabo-
rateurs de dé putés chira quiens,
de n tie lle. Que d u bonh
un
employé
Ch ira c
de
la
Ma is, dep uis qu'i l a été ren du
de
à
Usse
f erma ne nce
(Corrèze),
public, J'accord s'est r évélé fort in-
ci
nq con s eillers char gés d e t orpiller
digeste. Ses a u teu rs ne savent plu s
trop com me n t r épondre au flot de
critiques et olIre nt u n éton na nt
spectacle: à la cascade de démen-
tis e t d'aveux embarrassés de Xa-
vier Bertrand répondent les sa-
va ntes contorsions sé ma n tiques du
la candidatu re Balladur au pre·
mie r
t.ou r
de
la
pré s identie ll e
d
e 1995, e t.c.
Delanoë dans la nasse
clan Chi ra c et. les
d éclara t io n s
alam biquées de l'éq u ipe Dela noë.
De son côté, Bertrand Delanoë ne
semble pas avoir mesuré les risques
politiqu es de ceUe opération . F i-
nancièrement, elle est impeccable :
L'UMP à reculo ns
chiffres, ils ont contesté, a/Jant de
fini r par donn e r leur accord
, té-
Le 25 aoüt, jour de sorti e du
moigne l'un des négociateurs.
quelqu e illfraction péll al c que ce
soit ". Tout en a nn on çant qu e l'a n -
cien p rés ide n t '" s Oll haitait. q lle la
avec 2,2 millions, la Ville obt.ient.
plu s d'ar gen t qu'e ll e ne pouvait en
espérer devant le tribunal. Pas de
"
Cana rd . , Xavier Bertra nd ap-
Coi n cé e nt r e
les co n s ignes de
V
ill.e de Pari!; soil rem boursée pu ·
qu OI bou l everser les comp.tes de la
pelle
Philippe Goujon , le présiden t
l'Elysée, qui l'a sommé de passer
rement et simplement ". Mais il
Vill e: rapporté aux
7 ,4 milliards de
de la fédé ration UMP de Pa ris. Il
lui ordon ne de démentir sur-le-
champ toute entente avec l'équipe
Delanoë. Dans la soirée, le patron
du parti s'énerve en répond a nt a ux
questions d'Europe 1 : ~ Vous pou -
vez /Ile le (a ire dire quatre {ois, cinq
à
la caisse, et la pe ur de décle n-
s'est bie n
gardé d e d ir e par q u i.
ch er une nouv ell e vague d e - T ous
Par l' UM P "'! P a l' la fami ll e d e
l'a n -
pour ris
! ~, B e
rtr a nd a occupé 80 n
ét.é à chercher le me illeur moye n
d e fa ir e avaler la pilu l e . 11 a e u l'ha -
cien Pl'emie r min istre liba nais
Ha fic H ar il'i (qu i le loge
bud ge t , ce n 'est. pa s le P é rou. Et pas
grand-chose non plus compa ré aux
détournements donLla Mairie a été
victim e sous le règne
de
Chir ac
g
ra t u i t eme n t. quai Vo l tair e, à
,
Mais, en vidant. de sa substance
b ilit.é de laisser l'aut.re Bertrand
(Delanoë ) mont.e l' le prem ier a u
(ois, six fois , VOliS pollueZ me le {aiN!
Jc vous dis: il
front. H istoire de fHire croire que .
j'U MP sc co ntent.ai t de r é po ndre à
une demande d'accord présentée
par la Mairie.
Paris)? Par les Pièces jaunes de
Bernadette ?
He u re use m e nt , l' UM P a d onn é
so n accord pou r régler la majeure
le fut.ur procès Chirac, le maire
rend un joli se r vice à son prédéce s-
seu r. Du coup , De la noë n 'a rrive plus
dire Cil chantan t,
à
se dé pêtrer du soupçon de conni ·
Il 'y Il pa s d'accord. ,.
C inq jours et quelques autres vi-
goure u x démen t is plus tard , le
même Bertrand bat en retraite: il
pro pose r a " tr ès prochainement
part.ie de l'addit.ion 0,65 million
vence avec J'ancien président. Ses
s
u r u n tota l de 2,2 m ill ion s)
Le
a
lli és Verts sont. vent debout co ntre
Le 29 août,
Xavier Ber trand a
fini par confirmer, d evan t son bu-
reau polit.ique , qu'un accord lui se-
partage s'est (a it à la louche, ra-
co nte l'un des protagon istes. J 'a i
le projet. d 'accord , et une partie des
ténors socia li stes, dc Ségolène Royal
compris, à tra vers les discours de
à
Arnaud Montebourg en passant
à
l'UMP, lâch e- t-il (toujours s ur
rai t. bientôt so umi s, et i l a e ncou-
ragé ses petits camarades à
l'adopter, le moment venu. Mais il
s'est. attiré les commentai res
acerbes des anciens m inistres
Pierre Méhaignerie et Gérard Lon-
guet: ces mauvais coucheurs se
sont plaints de n'avoir pas eu droit
à pareille sollicitude du parti
q uand il s avaient eux a ussi d es e n -
nuis judiciaires
B
erl/ odett e, que 5 50 000 euros ,
ar M a~u.elValls, n'ont pas ménagé
E
Europe 1), de • prendre en charge
eurs cntlques.
une partie des frais liés à ces em-
c'était le maximum que pouvait
{aire le cou ple, ~ Avis a u x autr es
., Que vo ulez·vo u s, Chi rac est
p o-
plo i s
Ava nt
d'ajo u te r , to u t miel :
j
ust iciables : si vous ne pouvez -
" Nous avolls un devoir de solida-
r i té vis -à -v is d e J acques Chirac . ,.
ou ne vou lez -
pas régle r l'inté-
gra li té de votre conda mn a t ion ,
adressez-vous à l'UMP
Lors d e s a création, le pa rti
pula ire ! Et les mêmes qu i râlellt au-
jourd'h ui d é nonceraient l'ach a rne-
ment d e la Ma irie si nous refu sions
une transact ion _,
se dé fend u n col-
Dlscrel lnlermédlalre
sar-
kozyste avait fait sie nnes les
éco-
la bo rateur du ma i re. Ma is l'argu-
ment se retourne comme une crêpe :
En réalité, Bert.rand a suivi pas
à pas l'avancée des palabres ent.re
la Mairie et les avocats de Chirac.
nomi es mai s au ss i tout es les d ett.es
hier ch ampion de la lutte co ntre les
d
e l'a ncie n RPR.
Et. Xavier Ber-
l'un d'e ntre e ux,
J ean Veil,
Chirac en Ioule Inno ce nce
tra nd a pri s s oi n d e préci se r q u e
l'UM P se conte nter a it d e rem -
ripoux du RPR, Dela noë a pris lui-
même les devants en annonça nt,
C'est
dès novembre 2009 , qu 'il
é t ait prêt
qui Il.
se r vi d' inle l' m é d ia ire . Et. les
bours er le coût des"
emplois uti-
à
accepter une tr.a nsa ~
0111(hnllll-­
négociat ions
ont. ét é serrées. Les
Chirac a réussi un autre genre
de performance: le grand écartJu;-
li8és à l'époqlle{lur le RPR ", Ma"Q:s;
aiè1@
A\u llll$flued:le s e retro u ver
fi n a nciers e t les j uri s te s du pa rti
$o mnj e- rH. Hi8l- t1#, 4~
l~
WO)S
ont ten\.é, 'en vain, de rèvoi!" à la
diciniro, Jbàn 1 \'i"el4 ~ <'fm
J
~u.a t't6 des sa l a ires versés ' o n t bien
dans le costume du négociateur des
petits arran ge ment.s en tre enne-
f~~.
baisse les exigences· d' IIJÏI.\}t\
lIld
e
lle~ aO)ît, 4q\le son client
a to u -
commis
profité au parti et non à Chirac
mis
ergoté 8ur
les
jours
cOlltesté
avoir
p ers onn e ll ement?
Il (alll avoir
\'I11\~· " I/{.s
PIK
Hervé LiHran
CHIRAC VA REMBOURSER LOHOTEL DE VILLE DE PARIS
CHIRAC VA REMBOURSER
LOHOTEL
DE VILLE DE PARIS

Baroin agent immobilier

L '€TAT vient de montrer l'e xemple du bon usage de

ses terrains et Immeubles pour promouvoir Je logement social.

Le ministè re du Budget, q ui ehorche par tous les moyens à re mpli r les ca isses, a déc idé de vendre cinq bâtimen ts dans des arrondissements parisiens où la proportion de logeme nts so-

cia ux va ri e en t re 2,5 % (da ns le

V[' ) e t 1 ,25 % (d an s le VII ' ). Mieux , il met au ssi sur le mar- c h é, e t to~ou rs d a n s l es qu a r - t iers huppés de la capitH le, quatre i mm eubl es rése rvés,

selon le plon local d 'urba nis me,

à l'amé no geme ntd 'hobita ti ons pour les moins favorisés.

Encore plus fort: onze ap -

partements sis en plein VIII' .

sur la très chic avenue de Fri ed-

immeub le

la nd ,

haussmannien en pierre de

taille de trts bûle faclure ", se- ront carrément cédés. lot par lot ". Autrement d it , il s scr ont ve ndus à la découpe, recet.te ép rouvée de la spéculation im- mobilière puisque ce modo opé-

ratoire - la ve nte d es apparte-

men U; un par un - p e r meL de fa ire monter le s prix . Pour contrer cette opération,

d a ns

un

la

Ville

aur a it pu faire jouer

son

d roi t de priorité . La loi l"y

au-

t ori se. Ma is les ca isses d e De-

la noë

sont vides , Avec un e

ce r-

tai ne

fraîcheur d'âme, les élus

com muni s tes du Co nseil

Paris on tld on o.éGri tt.J 1J:: l.I17.iJli ill ,

iil IBnrQ in , 'll ct uo l minis t re du Budget, pour lui demander de céder ces biens de l'Etat à la Ville pour l euro !Symboliqu e. Le succès était assuré et la ré-

vente

des bijoux de famîlle au prix du

do

po nse , pour justifier cet te

marché, n'a pas traîné:. L'Etat a la responsabilité ck céder leer- tains biens] dans les meilleures conditio ns, dans l'intérêt des contribllabks. ~ Le s co ntr ibuables a pp récie-

ront. Les milliers de ménages modestes à la r ec h erche d' un apparte ment, un peu moins. Selon les dernières statistiques nationales, publiéeS la semaine de rn ière , la proportio n de loge- men ts sociaux pour suit son recul, et le nombre d'habitations surp euplées ne ces!;e d'aug- menter. En février dernier , Benoist Appa ru , le sccrétaire

d'Etat au Logement et à l'Ur- banisme, en appelait à une -ac· tion volontariste ", souhaitant une. mobilisa tio n de l'Etat ~ po ur la cr éatio n d e logem e nts sociaux. Il a oub lié d'e n pa rie r à

so n

CQll ègue du

B u dge~

?

B. R.

-

ÇA LA RE PREND!

Jt $\li~St~;iJ.Ijé.,

NOUS ,fU.ON$ l/O!J5

~AWWtt. (Pf/T1.é

LA DtN6vi: 1

NOUS ,fU.ON$ l/O!J5 ~AWWtt. (Pf/T1.é LA DtN6vi: 1 Tout un train d'arnaques dans l'enquête sur Tarnac

Tout un train d'arnaques dans l'enquête sur Tarnac

S UPERMAN peut aller se rhabiller. En France, les flics

le trava il. Un vaste cha n tier leur a pris neuf mois.

qui

a été observé - sta tiol/!!.? sous UII

pont ". Dans une sy nthèse datée

de

la Sous-Di.rection anti-terro-

A l'évidence , ce n'était pa s e n-

du 5

mars 20 10,

la voiture était

ris

le, la Sdat , font beaucoup

core

assez pou r a ccorder tou s les

plutôt

il. unecelltaine ck mètres,

mieux . Ils peuve nt co nduire s ur une départementale à 392 kmIh, ~enjamber . u n gri llage de deux mètres de ha uteur, filer une voi- ture el fo uîller en même temps une poubelle à 40 kilomètres de là . Tous ces ex plo it s, et bi e n d'autres, sont co nsign és d a ns l'épais doss ier j ud icia ire de]'~ af-

fa

te nt, dep uis

sur un acte de ma lveillance com-

mi s dons III nu it du 7 a u 8 n o-

vembre 2008 sur la ligne du TGV

Psri s-S tras bou rg,

Dh uisy, en Seine-et-M a rne,

de

-. Les fli cs enq u ê- bientôt deux a ns,

ire Tar nac

près

Les pr emiers procès-verba ux , dits ~ de s urvcill ance ., avaient laissé une fâcheuse impression d'incohére ncc. Les po liciers ra- contaient avoir assisté en di rect

au

sabotage, duran t une fùature

de

routine. Presque tro p beau.

Les avocats on t da bat ailler u n

an ava nt d'obteni r du juge d'ins-

truction qu'il dema nde offi cie l- le me nt a ux fonctionnaires de la &lat de di ssiper le flou des pre· miers comptes rendus. Autre-

ment dit d'enquêter sur leur en -

quête, et de refaire eux-mêmes

violons. Car la deuxième mou- t u re lient plus de la ba ll e da ns le ge nou que d u sa uvetage e n règle de l'e nquête . Les hora ires,

l'end roit où était garée la voiture des sll boteurs présu més, la n a- ture du dispos itif, le déroulement de l'inteT\'ent ion, rie n ne colle.

premie r procès-ve rba l,

ch a ud, le jour de l'~ affaire ~,e t version à froid , impossible de

se fa ire une religion .

Errcun

d e Sdal

Première illustration : l'cndroit où stationnai t la Meroedes de Ju- lien Coupa t , le présumé. ch ef sa- boteu r. Ce point cs t ce ntral puisqu 'il permet d'établir ce

qu'ont fa it ses occupant s et ce

qu'ont pu observer les poulets. Eh bien cela dépend des jours.

Dans le procès-verbal de sur-

III

à

Ent re le

veillance, le pre mie r qui narre la fila t ure commencée le 7 no- vembre, la bagnole est " au p ied

du polll ~. Lors du premier in-

terrogatoire de Coupat, le 14 no- vemb re , les fli cs lui affinnen t qu' j]

dn.ns la uoie d'accès il. l'emprise

SNCF

Car, s ou s la plume d u j uge d'in struction. dans les deux com- missions rogatoires intematÎo- nu.les adressées aux polices ca- nad ie nne Oe 23 décembre 2008 ) et a u trichi e nne (l e 27 ju illet 2009), ça change encore, Dans un

cas, la voit ure se tTouve ~sur U/I

polll », dans l'au tre, proximité im médiate d'ul! pollt ». Enfin , da ne le PV du 8 novembre 2008,

l'engi n ri été repéré s ur la voie de

Enfin, c'est à voir.

s ervice second aire, au

ouest . de la voie ferrée . Ma is, le 5 novembre 2009, il a émigré sur la voie de service seœndaire, au

Dan s le même registre, la re- constitution de l'inten se activité policière la nuit du sabotage des-

s ine lc portrait d'unc singulière

race de poulets, à deux, voire t rois têtes . A en croire le pr emi er PV,

toujours celUI du 8 novembre 2008, ces étranges mutants se trouve nt à Dhuisy su r le~ li eux de l'incident à 5 h 23. Et, sept mi- nutes plus tard, à Trilport, dis- ta nt d e 27 ki lomèt res, où i.ls

n ord ·

no rd -est

Ça roule!

fouillent un e poubelle dan s la-

des obj ets. au juge le

5 mars 2010 : il s'agit d'une ra- chelL<;C inversion de chiffres. C'est. ft 3 h50, et non à 5 h 30, que la

Mercedcs a urait quit té Tril port.!

Téléphones

Irès mobiles

Et le fest ival continue . C'est

cons igné noir sur blanc : le di s- pos itif de s UT\'ei ll ance est levé apl"ès le départ de la Mercedes. A 5 h 10, l'ensemble des effec-

tifs on t qu itté fa zOlle imm êdia -

tem.ellt~, précise le PV d u 5 mars

2010. Sauf que, selon les relevés de tél éph onc mobile, tran s mi s

par les intéressés eux-mêmes, ils

passé de ux co up s d e fi l de-

ont

puis Dh uisy, run d S h 23, l'a utre

à 6 heures. L' enscmbledu dis-

positif . Ha it parti, ma is pas les

téléphones?

causé par le

fer à béton et censé immobiliser tous les TGV ? Da ns le PV ini -

t ial du 8 novembre 2008, les e n-

quêteurs racontent l'incident au-

q ue l il s ont ass isté e n d irect .

il s le situent à 100 mètres

Ma is

de l'endroit où il s'est réellement produit. La _ fouille millu tieuse

q uelle Coupat a jeté

Explication fourni e

Et le coll1"t

circuit

des lieux . qu'il s relatent perd de

sa vigueur au fil des versions suc- cesSivC8. Di'[ ·huît mois plus tard, le 5 mars, la Sdat évoque la briève té de l'inspection des voies ". Mais elle n'évoqu e pas encore le plus beau. Par modes- tie, sans doute. Car le dernier PV,œlui du 11 mlll'8 2010, nous a pprend que les valeureux flics

e fuombé • le grillage pour

ont

se re ndre s ur les vo ies. Un

grillage de deux mètres d e ha u-

Puis ils ont été avert·is in

teur

extremis de l'arrivée d'un train

et n'ont eu que le te m ps de se jeter s u r les bas-côtés. Le beau

mm.

Les nouvelles pièces appor- tent la preuve in.coll testabk que

le procès·vubal ch surveillance

n'est pas outhentique ", accusent.

J é rémi e A.53o us et Thierry

les a vocats de Coupat

')"

En clair,

c'est UI! fuux _, in si nu ent -il s. Ce

flo r ilège d'incohére nces devrait atterrir bientôt sur le bureau du j u ge Fragnol i. En attendant , les flic s ont tellement bien bossé

q u'on no saura sans doute jamais ce qui s'est vraimen t passé.

En fai t de sabotage, pour ce qui est de l'cnquête, c'est réussi !

Bri~jtte Ro u ig ne u x et Dominique Simonnot

Délire aérien  

Délire aérien

 
Délire aérien  
   

oc 'ETAIT une bonne affai re . En février

toi re . "

Vous avez VOIre carte de séjour ?

dernie r, Hichem e l Adnène. deux

 
dernie r, Hichem e l Adnène. deux     Non, vous voyez bien sur no tr
 

Non, vous voyez bien sur notre passe- port : nous sommes français. " Mouais

-

beaux -fr ères qui

vivent d a ns le s

Hauts-de-Seine, dégotent des billets d'avion pas chers - 83 euros l'aller-retou r chacun

Enfin, 00 les relache :

Ma intenant, vous

pouvez prier ", iron ise un gendarme ,

-

pour part ir en week ·e nd Daux jours de détente , ça va

è Barce lone . ê tre chouette .

a plus d ' a vion pour Paris.

Et Vueling reluse de les mettre sur le vol du

Il est ta rd , il n'y

Arrive le week-end , tout se passe bien . Le

lendemain : K Vous êtes sur notre lisla noire,

dimanche soir, retour à l'aéroport de Barœlooe. Nos deux touristes montent dans t'avion de la compagn ie espagno le Vuel ing . Ele igne nt leur portab le . Attachent leur

annonce une M tes se au co mptoi r. - Pour

quel motif? - Relus d'éteindre votre por-

 

la ble. " Gros mensonge , mais c'esl

plus

lui le

b ip

qui ouvre le pa rking d e son

 

ceint ure . l'avion commence

piste. Adnène ferm e à demi les yeux. Une hÔ{esse de ,'a ir s'Inq uiète : " Ça ne va pas ?

à rouler sur la

-

Ce n'est rien: il prie dans sa tëte ",

lm erv le n t Hl c hem , qu i par le d eu x mots

d'es pagnol.

d'origine tunisienne . Mus ulman . Aïe

l 'hôtesse délaie ve rs le coc kpil. Une mi- nu te pl us tard , l'avion s 'immobi lise sur la

est

Comme

lui,

Adnène

immeuble. C'esllouche

donnen t les pandores . Sur ta passe relle,

la nuit tombe , les réac teu rs font un bruit ass ourdissant. Grelottant, nos deux tou-

ris les voie nt dé bou ler un maitre-chien et

deux autres jeeps qui foncent

mac: vingl gendarmes au tolal. Caramba, ça ne rigole pas! La soute est ouverte . Le chie n renifle tous les bagages . Rien . Mais le commanda nt de

sur le ta r-

Dehors! ", or-

présentable que « délit de laciès " AprèS cel idyllique week-end, nos deux amiS 001 dù payer 200 euros chacu n pour

rentrer à Paris avec une autre compagnie. Début juille t , il s onl port é plain te auprèS du

parquet de Nanterre contre Vueling. qui

cou rri e! sans excuse à

s'es t lendue

d 'u n

le ur retour : " Le commandant a suivi le protocole de sécurité que l'on doit suivre face à des circonstances déterminées

piste. Déba rquent quatre

guardia civiles ",

bord exclut de repartir avec ce dangereux

(sic) ", estime la co mpag nie . Pour une histoire de priè re, la mauvaise loi s'impose

les gendarmes