Vous êtes sur la page 1sur 1

Résumé de l’article « Au secours ! Tout va trop vite ! »

Interview du sociologue Hartmut Rosa par le journaliste Frédéric Joignot, pour Le Monde Magazine

L’article « Au Secours ! Tout va trop vite ! » relate dans une interview les notions développées dans l’étude « Accélération » d’Hartmut Rosa. Le thème principal est l’accélération de la société par la technique.

L’interview commence par un constat des évolutions de la technologie permettant dorénavant d’aller plus loin plus rapidement et de communiquer plus facilement avec plus de monde. Aujourd’hui l’espace n’a plus d’importance car la technologie permet de s’en affranchir, seul le temps devient important (« le temps a anéanti l’espace »). Cependant, la technique ne s’arrête pas là et continu d’évoluer, d’accélérer les échanges, mais il est impossible de s’affranchir du temps pour le moment. Ainsi, ce n’est pas en diminuant l’unité de temps que l’on peut accélérer mais en augmentant le « nombre d’actions à faire par unité de temps ». Ce constat amène des conséquences sur les gens et sur la société en général. Aujourd’hui chacun d’entre nous est continuellement soumis à cette obligation de vitesse, de « rendement », où que nous soyons. Par exemple, les vacances vont devoir être optimisé pour en « profiter » pleinement par de multiples activités tandis que le travail va évoluer rapidement pour intégrer ces nouvelles technologies. Ce rythme effréné impossible à suivre devient la cause de stress et de frustration pour la personne. La perception de l’avenir en est impacté : l’évolution étant trop rapide, on ne peut prévoir à long terme ni définir clairement un « projet d’existence ». Le présent même s’en trouve modifier : si autrefois une situation pouvait rester identique sur plusieurs générations, aujourd’hui elle change en seulement quelques années. Cette accélération influe aussi sur le monde en général, exerçant un phénomène de « désynchronisation », et la crise écologique actuelle le reflète bien : la Terre n’a pas le temps de se reconstituer; de même pour la démocratie : elle nécessite du temps, des discussions et de la réflexion. La cause, selon le sociologue, de cette accélération est non seulement technique mais également économique. Dans le monde financier, « le temps c’est de l’argent » et de la vitesse, résulte souvent les résultats.

Ainsi, la technique et l’économie force le monde à accélérer et empêche de prendre un point de vue distant ou réfléchi, ce que le sociologue identifie à une nouvelle forme de totalitarisme, culpabilisant tout ceux qui n’arrivent pas à suivre le mouvement.

TILLAY-DOLEDEC Josselin INFO 3 Groupe 2