Vous êtes sur la page 1sur 6
Oren NGI CaF STIITCOI CDI ES 53 espéces Ciel ce oe) Poitou-Charentes, Clee aclu errata ty cul rchidées de tous les pays, unissez- vous en Poitou-Charentes, On trouve en effet dans nos campagnes des fleurs dont les origines sont particu- ligrement variées. Certaines viennent des ‘les britanniques, d’autres sont habituellement re~ pérées en Espagne ou au Portugal, d'autres en- core n’existent qu’en Italie, en Afrique du Nord ‘ow en Corse et... dans notre région. L'explica- tion tient en quelques mots : en Poitou- Charentes, il y aune tres grande variété de bio- topes. Cest le constat que faisait également il y a quelques mois dans notre revue (L‘Actualité n° 26) le Conservatoire régional des espaces na- turels, qui a entrepris un travail important vi- sant & préserver de la destruction certains sites menacés, fragiles ou recelant des especes ra- res. Et comme la nature fait plutot bien les choses, il se trouve que les orchidées sont répertoriées aujourd’hui de préférence dans ces zones od la main de ’homme ne met pas souvent le pied, plutdt qu’en plein champ de mais ou sur le parking d’une grande surface. Les intéréts du Conservatoire d’espaces natu- rels ont donc rencontré ceux des amoureux de Vorchidée, regroupés dans une association, la Société francaise d’orchidophilie, dont une an- tenne régionale s’est créée en septembre 1994 sous 'impulsion de passionnés qui jusqu’alors se rencontra ent peu. Ceux-ci ont tout de suite énoneé les priorités. Sion veut garder intactes les 53 especes d’or- chides de Ia région, dont 7 font objet d’une protection nationale et 12 dune protection ré- gionale, il faut rapidement intervenir pour ge~ ler" l’évolution de certaines zones. Tourbiéres et coteaux calcaires en perdition Car, selon la famille & laquelle elles appartien- nent, les orchidées sauvages ne sont pas toutes en danger. On trouve encore en abondance ce qu’on appelle couramment des "pentecétes’, sur les bords de petites routes qui sont fauchés réguliérement. Ces "pentecdtes" sont en fait quatre ou cing variétés différentes d’orchidé qui se ressemblent et varient selon les rég Méme s’ilest difficile d’en trouver aujourd'hui ux abords des grandes routes qui sont sou- vent tratés au désherbant, encore nombreuses. les membres de la S bles reliques". C’est particulidrement le cas pour les zones humides. Ces anciennes prai- NATURE Cieteseus, photo du haut: un cotesu calcare de type méditérranéen comme on fen trouve quelques-une en Poitou-Charentes. En général, lls sont assez bien préservés, notamment parce qu'en raison de leur configuration et de leur pente, is ne présentont pas dintérét pour fagriculture. Ces sites recélent une for parlcullérement riche et variéo, ou 'n trouve notamment des orchidées. Cos fréquemment lieu ges seuvages ou de terrains de moto-cros Photo au bas: un milieu humide du sud des Deux-Sévres, en occurence une ‘nt tondanco a disparate. ries de fauche et de paturages ont été pet drainées, asséchées et converties en zones de culture, essentiellement pour le mais. Ces prai- ries étaient pourtant encore trés abondantes il yamoins de vingt ans. Les tourbiéres, généra. iement installées au fond des vallées et datant de la derniére glaciation quaternaire sont en- ccore plus rares. Ine reste presque plus de ces coteaux caleai- res bien orientés. On y trouve une végétation typiquement méditerranéenne, en raison de la douceur de notre climat aux hivers peu rigou , reux. On recense ainsi encore, en Poitou- © Hené brigge Charentes, des orchidées qui sont seulement Photos Jean-Michel Mathé et ordinairement recensées en Corse. sro L’Actualté Poitou-Charentes -N'28 ST Ci-dessus : image salsissante dun Ophrys brun subissant une guépe mile. Non ‘seulement la flour imite parfaitement Faspect 4e la femelle de Finsecte, mals olle émot aussi la méme deur Linsecte en tentant de copuler, se couvre de polien qui ira féconder ia prochaine orchidée visitée par lo ‘séduotour 38 vacua I faut remarquer que Vorchidée, en est particuliérement a I’aise sur les sols caleai: res comme on en trouve beaucoup chez nous. Certaines variétés cependant s’adaptent mieux aux sols acides, elles ont trouvé refuge sur les zones siliceuses que l'on trouve aux limites nord, sud et est de Poitou-Charentes. Sur ces zones acides, on trouvait autrefois des landes qui étaient entretenues par V'exploitation de la bruyere, C’était un milieu tres favorable pour les orchi- des, qui ont finalement besoin d’assez peu tun attentions, mais qui réclament avant to milieu stable et fauché une fois par an. Comme exemple de milicu stable, aussi surprenant que cela puisse paraitre, on trouve ainsi les abords Cette bande de terrain souvent interdite ou inaccessible a peu A peu retrouvé et une fore riches, @autoroute Lhomme est le principal danger pour rorchidée Enfin les foréts sont un important gisement d'orchidées. On y trouve des sites différents, sous-bois ou clairitres, ombre profonde ou plein soleil, il y a donc ici une grande variété de fleurs. Par ailleurs, griice aux protections dont font objet les foréts domaniales, c'est ce milieu qui est le mieux préserve. En forét ou ailleurs, le principal danger pour Poitou-Charentes - N°28 pas le milieu, il vient le week-end en famille piétiner ct cucillirles espéces rates. C’est pour- mbres de la Société francaise Worchidophilie restent diserets sur les si 'on peut trouver des orchidées et réservent leurs informations aux adhérents Pour ceux qui souhaitent en remplir leurs va- ses, il existe de trés belles orchidées dans le commerce qui ne sont ni sauyages, ni en voie de disparition. Elles sont obtenues par une sor dinsémination artficielle. Ceest également ainsi qu'est souvent fécondée la plus inattendue des orchidées, la vanille, Certes toutes les orchidées ne se ressemblent pas, elles ont parfois des modes de subsistance {és différents, mais elles ont toutes un point commun : il lcur faut un insecte pour se repro- duire et souvent cet insecte est spécifique a une Dans le cas de la vanille, variété dlorchidées originaire du Mexique, on a transplanté la fleur, ailleurs, ayant des intéréts mais linsecte ne s'est jamais adapt C'est donc l'homme économico-gustatifs dans affair, qui s'est substitué & la nature, Une touche doptimisme pour finir ? Si les milicux oi vit lorchidée sont fragiles, 1a plante est plutot solide. On a constaté que, sur un site os doi les orchidées avaient disparu, elles ré Paraissent aussit6t que ce milieu a retrouvé stabilité