Vous êtes sur la page 1sur 3

Espaces vectoriels CHAPITRE 1

normés

Plan Thèmes abordés dans les exercices


Les méthodes à retenir 2 • Montrer qu'une application est une norme
Énoncés des exercices 8 • Obtention d’inégalités portant sur des normes
Du mal à démarrer ? 16 • Montrer que deux normes sont (ne sont pas) équivalentes
Corrigés 20 • Montrer qu’une partie d’un evn est (n’est pas) fermée, est (n’est pas) ouverte
• Manipulation d’adhérences, d’intérieurs, de fermés, d’ouverts
• Calcul de la distance d’un point à une partie
• Utilisation de la continuité, de la continuité uniforme, du caractère
lipschitzien
• Montrer qu’une application linéaire f est continue, calculer ||| f |||
• Montrer qu’une partie est (n’est pas) compacte, manipulation de parties com-
pactes
• Utilisation d’une suite de Cauchy
• Montrer qu’une partie est (n’est pas) complète, manipulation de parties com-
plètes
• Montrer qu’une partie est (n’est pas) connexe par arcs, manipulation de parties
connexes par arcs
• Montrer qu’une application est un produit scalaire
• Déterminer l’orthogonal d’une partie d’un espace préhilbertien

Points essentiels du cours


pour la résolution des exercices
© Dunod. La photocopie non autorisée est un délit.

• Définition de norme, espace vectoriel normé, distance associée à une norme,


inégalité triangulaire renversée, normes équivalentes
• Définition de boule ouverte, boule fermée, parties bornées
• Définition et propriétés de : ouvert, fermé, adhérence, intérieur, point adhérent,
point intérieur
• Définition de la distance d’un point x à une partie A d’un evn E, caractérisa-
tion de d(x,A) = 0
• Définition et propriétés de la convergence des suites, suites extraites, valeurs
d’adhérence d’une suite
1
Chapitre 1 • Espaces vectoriels normés

• Définition et propriétés des limites, de la continuité en un point, de la conti-


nuité sur une partie
• Définition de la continuité uniforme, du caractère lipschitzien, liens entre
continue, uniformément continue, lipschitzienne
• Caractérisation des applications linéaires continues parmi les applications
linéaires, définition et propriétés de la norme |||.|||
• Définition séquentielle de la compacité, liens entre compact et fermé, liens
entre compact et fermé borné, produit cartésien de deux compacts, image
continue d’un compact, théorème de Heine, équivalence des normes en
dimension finie
• Définition d’une suite de Cauchy, d’une partie complète, lien entre compact et
complet, liens entre complet et fermé, tout evn de dimension finie est complet
• Définition de connexe par arcs, lien avec la convexité, connexes par arcs de R,
image continue d’un connexe par arcs, théorème des valeurs intermédiaires
• Définition d’un produit scalaire (réel ou complexe), d’un espace préhilbertien,
inégalité de Cauchy et Schwarz et cas d’égalité, inégalité de Minkowski et cas
d’égalité
• Définition et propriétés de l’orthogonalité dans un espace préhilbertien, théo-
rème de Pythagore, procédé d’orthogonalisation de Schmidt, théorème de pro-
jection orthogonale sur un sev de dimension finie.

Les méthodes à retenir


On abrège :
espace vectoriel en ev
sous-espace vectoriel en sev
espace vectoriel normé en evn.

Revenir à la définition.
Pour montrer qu’une application Ne pas oublier de montrer que, pour tout x ∈ E, N (x) existe, en par-
N : E −→ R est une norme sur un ticulier lorsque N (x) est donnée par une borne supérieure ou une
K-espace vectoriel E intégrale.
➥ Exercices 1.28 a), 1.32, 1.46.

Pour exprimer la distance d Utiliser les formules :


associée à une norme sur un K-ev E
à partir de cette norme, ou pour ∀(x,y) ∈ E 2 , d(x,y) = N (x − y),
exprimer une norme à partir de la
∀x ∈ E, N (x) = d(0,x).
distance associée d sur E

2
Les méthodes à retenir

Essayer d’appliquer l’inégalité triangulaire :


∀ (x,y) ∈ E 2 , ||x + y||  ||x|| + ||y||,
Pour établir une inégalité
faisant intervenir ou l’inégalité triangulaire renversée :
une norme ||.|| sur un K-ev  
∀ (x,y) ∈ E 2 , ||x|| − ||y||  ||x − y||.

➥ Exercices 1.1, 1.44.

• Lorsque E n’est pas nécessairement de dimension finie, revenir à la


définition, c’est-à-dire montrer :
Pour montrer que deux normes ∃ (α,β) ∈ (R∗+ )2 , ∀,x ∈ E, αN (x)  N (x)  βN (x).
N, N sur un K-espace vectoriel E
sont équivalentes ➥ Exercices 1.4, 1.32, 1.46
• Si E est de dimension finie, d’après le cours, toutes les normes
sur E sont équivalentes.

Chercher une suite ( f n )n dans E − {0} telle que :


Pour montrer que deux normes
N ( fn ) N ( fn )
N, N sur un K-espace vectoriel E −−→ + ∞ ou −−→ + ∞.
ne sont pas équivalentes N ( fn ) n ∞ N ( fn ) n ∞
➥ Exercices 1.18, 1.46.

• Si on peut faire intervenir la notion de suite, utiliser la caractérisa-


tion séquentielle des fermés :
la partie A de E est fermée dans E si et seulement si, pour toute suite
(an )n dans A convergeant vers un élément x de E, on a : x ∈ A.
➥ Exercices 1.3 a), 1.16, 1.17, 1.48

Pour montrer • Essayer de montrer que :


qu’une partie A d’un evn E ∗ A est une intersection de fermés de E
est fermée dans E ∗ A est une réunion d’un nombre fini de fermés de E
∗ A est un produit cartésien d’un nombre fini de fermés
• Essayer de montrer que A est l’image réciproque d’un fermé par une
© Dunod. La photocopie non autorisée est un délit.

application continue.
➥ Exercice 1.34.
• Si le contexte fait intervenir des ouverts, essayer de montrer que
 E (A) est ouvert dans E.

Pour montrer • Revenir à la définition, c’est-à-dire montrer :


qu’une partie Ω d’un evn E ∀x ∈ Ω, ∃ r > 0, B(x ; r) ⊂ .
est ouverte dans E
• Montrer que  E (Ω) est un fermé de E
3