Vous êtes sur la page 1sur 2

Focus Télévision

UUNN DDYYNNAAMMIISSMMEE RREETTRROOUUVVÉÉ

La télévision est au rebond sur les 9 premiers mois de l'année 2010. Tant en recettes brutes (+17,6%) qu'en nombre de spots (+25,1%). Le média a même attiré plus d'an- nonceurs que l'an passé (+14,5% soit 236 intervenants supplémen- taires). Les chaînes de la TNT s'illustrent toujours à travers l'importante pro- gression de leurs recettes brutes. Ainsi, sur les 9 premiers mois de l'année, elles engrangent +38,4% de budgets supplémentaires de la part des annonceurs. Cette évolu- tion est moins éloquente que celle observée en 2009 vs 2008 mais elle reste très significative de la confiance que leur accordent aujourd'hui les acteurs du marché publicitaire. Au-delà de cette pro- gression hors norme, on note éga- lement que les chaînes historiques redressent la barre et enregistrent une très belle hausse de leurs recettes brutes (+12,7%) même si cette évolution reste biaisée par une année 2009 très médiocre. Les chaînes thématiques aussi repren- nent de la vigueur tant en valeur (+9,8%) qu'en nombre d'annon- ceurs (+11,3%) et profitent ainsi des budgets supplémentaires que les acteurs du marché allouent de nouveau aux chaînes hertziennes. Côté parrainage, on note égale- ment un regain d'intérêt de la part des annonceurs puisqu'en valeur, les recettes brutes du opérations

POIDS DES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE TÉLÉVISION

Janvier-septembre 2010

Parrainage (TV nat + TNT) 8,7% Chaînes Thématiques 8,7% Télévision = 5,9 Mds € TNT
Parrainage
(TV nat + TNT)
8,7%
Chaînes Thématiques
8,7%
Télévision
=
5,9 Mds €
TNT
20,5%
62,1%

TV Nat

spéciales sur les chaînes natio- nales progressent de +19,3% (en coût équivalent publicitaire) quand elles évoluent de +32,9% sur les chaînes de la TNT.

7744

sseeggmmeennttss

Sur les 1867 annonceurs présents sur le média, 74 ont utilisé tous les segments à leur disposition :

Procter & Gamble, Unilever et Renault sont en tête. Ces 74 annonceurs contribuent quasi- ment à 30% des recettes brutes du média. Compte tenu de la forte actualité accompagnant l'ouver- ture des jeux en ligne sur internet, notons que la FDJ ainsi que le PMU font également partie de ces annonceurs fortement contribu-

mmuullttii--

aannnnoonncceeuurrss

teurs à la bonne santé du média. Autre fait marquant, presque la moitié des annonceurs présents sur le média télévision n'utilise qu'un seul segment. Ils ne repré- sentent que 3,3% des recettes brutes du média. Parmi eux, on retrouve des offices de tourisme qui ne communiquent qu'en chaînes thématiques et la FNAC par exemple. En tête des annon- ceurs exclusifs sur les chaines nationales, on note le laboratoire pharmaceutique SSL Healthcare. En détail sur la télé nationale (chaînes historiques + TNT), les annonceurs sont au nombre de 1125. 734 communiquent à la fois sur les chaînes historiques et sur celles de la TNT. Ces annonceurs représentant 96,3% des budgets investies sur ces 2 segments.

KKaannttaarr MMeeddiiaa /11/2010

5

LLaa ggrraannddee ccoonnssoommmmaa-- ttiioonn ttoouujjoouurrss lleeaaddeerr ;; lleess bbaannqquueess eett aassssuurraanncceess ddyynnaammiisseenntt llee mmééddiiaa

Si les annonceurs de la grande consommation représentent tou- jours un quart des recettes du média, tirés par un Procter & Gamble à +40,2%, ils ont néan- moins sous-investis par rapport à l'ensemble des secteurs puisqu'ils n'ont augmenté leurs budgets que de 14% au global (vs un total TV à +17,6%). Ces annonceurs de la grande consommation continuent à dynamiser les recettes de la TNT puisqu'ils y font croître leurs inves- tissements de +31,5%. Autre fait marquant : le dynamisme des établissements financiers. Le Crédit agricole a multiplié par 2,3 son budget dans le média et Allianz par 3,2. Le Crédit Agricole a axé son discours sur les produits (dia- gnostic prévoyance, offres jeunes actifs, mozaïque…). Allianz de son côté a également décliné de nom- breux produits mais à travers la campagne " le cerveau " qui assied l'annonceur dans une logique plus institutionnelle. 3 ans après l'ouverture de la télévi- sion aux distributeurs, ceux-ci sont toujours présents sur le média et investissent +10,8% à fin sep- tembre. Ce sont les distributeurs spécialisés qui boostent le média puisqu'ils représentent 57,3% des investissements effectués (Castorama x2, Leroy Merlin

+86,5%

Les généralistes y sont

).

toujours présents mais n'augmen- tent que de +2% leurs budgets sur le petit écran (Intermarché -13% Simply Market -43,2%). L'automobile est également un secteur très dynamique en télévision

6 KKaannttaarr MMeeddiiaa /11/2010

(+23,5%) notamment grâce à Renault (+20%), et Peugeot (+37,1%). Néanmoins, le mois de septembre n'est pas à la hauteur du cumul annuel (+21,8%) malgré le Mondial de l'automobile en projection. Au final, même si les chaînes de la TNT semblent toujours tirer le marché vers le haut, il convient de

constater que les chaînes histo- riques, hors parrainage représen- tent toujours 62,1% des recettes du média. Aussi, malgré l'arrêt de la publicité après 20h sur Francetélévisions début 2009, on note que le média conserve toute sa puissance de couverture et d'ef- ficacité auprès des annonceurs.

TOP SECTEURS TÉLÉVISION

En millions d’euros - janvier - septembre 2010 vs janvier - septembre 2009

en millions d’euros

Évolution

vs janvier - septembre 2009 en millions d’euros Évolution +14,4% +16,8% +23,5% +25,3% +8,9% +10,8% +12,2%

+14,4%

+16,8%

+23,5%

+25,3%

+8,9%

+10,8%

+12,2%

-4,8%

+33,1%

+29,1%

TOP ANNONCEURS TÉLÉVISION

En millions d’euros - janvier - septembre 2010 vs janvier - septembre 2009

en millions d’euros

Évolution

+40,2% -1,9% +33,8% +20% -5,7% +4,7% +26,8% +24,0% +3,9% +37,1%
+40,2%
-1,9%
+33,8%
+20%
-5,7%
+4,7%
+26,8%
+24,0%
+3,9%
+37,1%