Vous êtes sur la page 1sur 44

DOCTEUR LOUIS

une aventure au coeur du mystère

JF Roustan
août 2010

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 1/44


Notes sur la distribution

La parti pris de narration implique que chaque comédien interprète plusieurs


personnages,parfois au cours de la même scène.
Homme 1 – Dr Louis / figurants.
Homme 2 – Etienne / Romuald, figurants.
Homme 3 – Gaspard / figurants.
Femme 1 – Clothilde / Charlotte / Christine / personnages féminins.
Les mentions qui joignent un nom de personnage à l’appellation « homme 1 »,
« homme 2 », « homme 3 » ou « femme 1 » signalent des passages en jeu de
décrochage : les comédiens interprètent alors les interprètes et non plus les
personnages.

Description des personnages


Les personnages principaux

Dr Louis : Un archétype de héros ; paternaliste à souhait et si compétent que l'on


ne le verra jamais à l'oeuvre. Il donne des instructions, se spécialise dans les
déductions évidentes qui frôlent la redite et distribue, à l'occasion, un ou deux
coups de poing. Il est résolu a en devenir monomaniaque, bon, propre et très
cultivé.

Clothilde Réchamps : Amie du Dr Louis, elle est également la soeur de Romuald


Réchamps, un personnage qui apparaîtra dans la deuxième partie de la pièce.
Celui-ci est un élève du professeur Dubrovsky et a été capturé à ce titre par la
Loge Pourpre de Pandore. Clothilde est à la belle aventurière ce que Dr Louis est
au héros. Elle est courageuse et résolue à sauver son frère, mais se fera manipuler
par deux groupes de pression différents. Elle aime Etienne Miron, le jeune
premier, mais celui-ci mourra bêtement juste après avoir découvert ces beaux
sentiments partagés.

Gaspard le gaspésien : C'est l'homme de main de l'équipe du Dr Louis, attaché à


celui-ci par une ancienne fidélité. Il pense et vit au premier degré, aime les jeux
de mots et pratique les sophismes au détriment de la patience de son entourage.
Il est fort, fiable et impitoyable. Il développe une antipathie réelle pour Etienne
Miron, nourrie par un vrai complexe d'infériorité..

Etienne Miron : Un des élèves du professeur Dubrovsky. Découvert par Gaspard,


il est intégré à l'équipe de Dr Louis. Il est une variante du jeune premier, doublé
d'un intellectuel. Naïf, frais et énergique, il est amoureux de Clothilde mais
trouvera la mort un instant après avoir déclaré sa flamme.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 2/44


Romuald Réchamps : Elève du professeur Dubrovsky, il est également le frère de
Clothilde Réchamps. Capturé par la Loge Pourpre de Pandore, il sera libéré par
Gaspard et prendra la place d'Etienne Miron dans l'équipe après la mort de celui-
ci. Le même comédien interprète d'ailleurs les deux personnages afin de provoquer
lapsus et confusion, mais aussi d'offrir du recul par rapport à la narration. Il est
assez similaire à Etienne, quoique plus bavard et moins naïf.

Les personnages secondaires

Christine de Lattre-Boulin : Agent de la Ligue Révolutionnaire des Républiques


Francophones, elle dirige la petite équipe d'intervention qui recherche le
professeur. Infiltrée depuis longtemps dans la société locale sous l'identité de la
veuve d'un capitaine au long cours, elle éprouve des difficulté existentielles.
Concilier son dévouement pour la révolution socialiste avec son mode de vie
bourgeois lui est douloureux. Elle va capturer Clothilde et lui faire subir un lavage
de cerveau en règle.

Lucien Laborie : Le bras droit de Christine de Lattre-boulin, un tueur implacable,


un agent révolutionnaire dévoué. Il provoquera la mort d'Etienne Miron et
poursuivra l'équipe du Dr Louis à plus d'une reprise.

Le professeur Dubrovsky : Grand chercheur, il est également ministre de


l'industrie de la République d'Ershàn. Il travaille à l'achèvement de sa dernière
invention : l'expomancieur ; cette machine ne sert ni plus ni moins qu'à prédire
l'avenir au travers de l'évolution d'une situation géopolitique, dans la mesure où
des donnés suffisantes lui auront été fournies. Charles D est un grand homme,
perdu dans ses pensées et forcé de fuir devant la réalité. Il finira par se sacrifier
pour préserver son invention.

Les figurants

Les membres de la Loge Pourpre : Il s'agit de conspirateurs baignés d'occultisme


et bien introduits dans les milieux de la pègre locale. Nous en verrons un petit
nombre passer, se battre et périr et nous en entendrons parler à plus d'une
reprise.

Les agents de l'empire Britain : Une autre agence de renseignement à la


recherche du professeur Dubrovsky. Nous ferons la rencontre de l'un de ses agents
nominativement et nous en croiseront d'autres brièvement.

Les habitants de la ville d'Ershàn : Que nous croiserons à l'occasion de


promenades ou poursuites dans les rues de la ville.

Les élèves du professeur Dubrovsky : Que nous rencontreront dans son repère
secret ; un repère que le Dr Louis finira bien par découvrir.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 3/44


1- Prologue -1

Lorsque la scène débute, les personnages sont visiblement à bord d'un navire.
Romuald est à la barre. Dr Louis, Clothilde et Gaspard sont sur le pont et parent à
la manoeuvre.

Romuald – Docteur, ça y est, je vois le rivage, la terre ! Terre ! Droit devant,


préparez vous !

Dr Louis – Très bien mon petit, c'est bien. Gardez bien votre cap surtout, la crique
est entourée de récifs ; et vous autres, préparez l'accostage et emballez nos affaires,
nous ne laissons rien à bord.

Clothilde – Rien Docteur Louis ?

Dr Louis – Non, rien, prenez tout.

Gaspard – Déjà qu'avec ce brouillard on peut pas savoir où on se trouve, si en plus


on ne comprend rien à ce qu'il faut faire... Bah ça commence à faire...

Clothilde – Laissez, ramassez plutôt notre bardas, et ne laissez rien traîner.

Gaspard – Rien, z'êtes sûre ? C'est pas « tout » qu'il a dit ?

Clothilde – ... Tout... Prendre... Ne RIEN laisser...

Gaspard – Oui ? Et, quoi ?

Clothilde – Bon, ramassez nos affaires, toutes nos affaires et balancez tout le reste
par dessus bord, tout ce que l'on ne peut transporter. Je vais à la proue avec les
perches.

Gaspard – Je sais pas, j'ai comme un drôle de picotement, là, qui me dit «prudence
mon petit Gaspard, prudence»

(embardée du bateau)
Clothilde – Attention Romuald, tu es trop proche des récifs !

Romuald – Il y a un courant très fort juste ici !

Gaspard – Le picotement, c'est ça, il augmente.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 4/44


Dr Louis – Le Courant Inverse, nous l'avons trouvé. tout va bien Romuald, gardez le
cap et nous serons passés dans un instant.

Romuald – Oui Docteur Louis, mais il est fort vous savez...

Dr Louis – Oh oui il est fort, le bougre. Il a fait le tour de l'Atlantique à l'envers


pour être ici. Mais il est étroit en cet endroit et c'est ici qu'il plonge en profondeur ;
c'est pourquoi il ne faut pas s'y laisser prendre où nous serions au fond en moins de
vingt secondes, tout au fond...

Gaspard – Là, ça picote encore, ça picote même beaucoup...

Romuald – Le dernier affleurement.

Dr Louis – Oui.

Gaspard – Oulala... ça picote... ça picote, Ouh que ça picote... ça picote vraiment.


(en même temps que Romuald)

Romuald – D'accord , ça n'est pas le moment de flancher, allez, tiens bon... Tiens
bon E... Oui, c'est bon... Encore un peu... Oui, comme ça... Allez, par là... Encore...
Non, pas par là... tu le sais pourtant, pas par là... Voilà... Oui... C'est bon là...
Bien... Là tu y es presque... Oui... Oui... Allez mets y tout... Oui ça vient... Oui, c'est
ça ! Encore... Encore... Oui c'est bon ! Ehehe Youhou Ouais ! ça y est Docteur Louis,
nous sommes passés !

(Tous applaudissent, se prennent dans les bras, se serrent la main, se congratulent


et cassent les repères du décor. Après un moment de bonheur collectif, Dr Louis
s'aperçoit de leurs débordements et se souvient du public. Il se raidit et va prendre
la barre)

Dr Louis / homme 1 – Euh... Humhum ! Attention. S'il vous plaît ! Nous ne sommes
pas encore au rivage... Et la situation est un peu confuse, (au public) du moins,
peut-elle vous paraître telle.

Gaspard – ???

Romuald – ???

Clothilde – Euh, la situation Docteur Louis ?

Dr Louis / homme 1 – Oui ! (montre les spectateurs) Con-fu-se, la si-tu-a-tion...

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 5/44


Romuald – Con-fu-se... Voyons... du latin oui, c'est sûr... Pas du grec ça, bon...,
« mêler », au sens littéral ou figuré en latin populaire... D'où : confusus, participe
passé, devenu « confus » au XIIè Siècle, première trace en 1120.

Gaspard - Et d'ailleurs, Confucius à dit « ... »

Clothilde – Non... s'il vous plaît...

Gaspard – Oui, oui... Ne dis-t-on pas « confus comme un proverbe de Confucius »...

Clothilde – Oh, non, le voilà qui remet ça... (lance un regard désespéré à Dr Louis)

Romuald – Euh... ?

Gaspard – Et bien, si on dit ça, c'est bien parce que personne n'y entrave rien à ses
proverbes, jamais, même si on y fait semblant des fois... Bah tiens, vous croyez
qu'on me la fait à moi ? Et tiens, bah, regardez l’entomologie si vous me croyez
pas...

Romuald – Etymologie ?

Gaspard – Confusément... De Confucéens, du latin confusus... Ah ! Je l'ai, j'ai


compris ! Si ça se trouve, c'est pour ça qu'on l'appelait comme ça... Confusus...
Parce que déjà à l'époque, personne n'y pipait que dalle à ses délires... Bah oui, ses
amiches romains, quand y parlaient entre eux, en latin je vous rappelle, et bien ils
devaient l'appeler « Confucius », ce qui voulait dire : « le gars qu'est confusus ».

Silence général, l'incompréhension règne chez les trois autres qui échangent des
regards gênés.

Romuald – Il était chinois

Dr Louis / homme 1 – Merci beaucoup Gaspard pour avoir si bien clarifié la


situation, je vois que je peux toujours compter sur vous pour cela. Bien. Alors à
présent que nous savons tous précisément où nous en sommes, peut-être quelqu'un
pourrait-il nous donner le bon Signal ?

Gaspard – Euh...

Romuald – Le signal, euh, oui, bien sûr, le... Signal... Le signal ?

Gaspard - Le cygne Al... Euh... Non, désolé, je l'ai pas celui-là.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 6/44


Clothilde / femme 1-... Oui, bien, sûr, je l'ai ! Allez vous tous : générique !
(Tous se mettent en place pour le générique)

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 7/44


2- Générique -2

Clothilde / femme 1 - Gaspard, Romuald ? (ils acquiescent)

Homme 1 – Attention, top départ... Go !

Romuald / homme 2 – L'ère victorienne, un monde partagé entre quelques grandes


puissances en compétition. La paix, comme toujours, est en équilibre précaire. Une
île perdue au milieu de l'Atlantique, le sanctuaire des sciences et des idées libres...
Loin des yeux de la presse et à l'écart des affaires de la république, un homme
travaille, seul, le regard rivé sur l'avenir... Mais la LRPF veille et surveille...

Homme 3 – Suspens ! Ten...

Femme 1 – Hop, hop hop ! Dis, c'est un peu rapide ton truc là... Tu veux perdre tout
le monde ?

Homme 3 – Moi ? Mais j'ai pas eu le temps de...

Femme 1 – Mais non, pas toi, lui.

Homme 2 – Ah, moi ? bah... Non, euh...

Femme 1 – (au public) Quelqu'un comprend de quoi il est question, tout de suite, là ?
Vous monsieur ? Non ? Vous madame peut-être alors ? Non plus ? Et ici, pas
mieux ? Non, je m'en doutais. Rassurez-vous, vous n'avez rien à vous reprocher sur
ce coup-là.

Homme 3 - Ouf ! Pourvu que ça dure...

Femme 1 - Tu as raison, ça ne peut pas durer... D'ailleurs profitez-en bien... c'est


tellement bon de ne pas être responsable, non ? (puis vers Homme 2) Et voilà tu as
perdu tout le monde ! Alors ?

Homme 2 – ...

Homme 1– …

Homme 3 – ...

Femme 1 – Et bien ?

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 8/44


Homme 2 – Nous sommes à la fin du XIXè Siècle. D'accord ? Le monde est partagé
entre quelques grandes puissances toujours en compétition, au nombre desquelles on
peut compter, pour les principales, le Gracieux Empire Britain, les Royaumes
Catolicos Unis, la Ligue des Républiques Populaires Francophones, aussi appelée la
LRPF, et puis l'Empire du Grand Turc, l'Union américaine et les Saintes Russies. Du
monde au balcon comme on dit, n'est-ce pas ? La paix mondiale est en équilibre
précaire, toujours menacée tant les forces impérialistes et coloniales s'affrontent
pour une domination sans partage. Au large de la vieille Europe, une île perdue au
milieu de l'Atlantique constitue, de l'avis général, un sanctuaire pour les sciences et
les idées libres...

Femme 1 – Et maintenant c'est trop ! Qui crois-tu capable de se souvenir de tous ces
noms ? (montrant Gaspard) Lui peut-être ?Sûrement pas.

Homme 3 – Eh ! Lui, il aimerait bien lancer le « suspens » si tu veux bien.

Femme 1 – Bon alors vas y, qu'est-ce que tu attends encore ?

Homme 3 – ...

Homme 2 – Bien... Voilà... D'accord... Bon. 1885, le monde est partagé entre
quelques grandes puissances toujours en compétition. La paix mondiale est un
équilibre précaire toujours menacé. Au large de la vieille Europe, une île perdue
dans l'Atlantique, le sanctuaire des sciences et des idées libres : La République
d'Ershàn. Loin des yeux de la presse et à l'écart de l'activité fébrile de l'île, un
homme travaille, seul ou presque...

Homme 3 – Suspens ! Tension !

Homme 2 – Le professeur Charles Dubrovsky créé une machine qui pourrait


bouleverser le monde...

Homme 3 – Mais il est observé, surveillé ! Certaines puissances n'aiment pas les
bouleversements.

Homme 2– Ceux qui ont fait le monde à leur image ne veulent pas qu'il change de
silhouette... Réputée accueillir tout ce que la planète compte comme
révolutionnaires, la République d'Ershàn est également un nid d'espions de toutes
allégeances et de toutes confessions. Epié, traqué et bientôt acculé, le professeur
Dubrovsky disparaît.

Homme 3 – C'est le chaos ! Le désespoir approche !

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 9/44


Homme 2 – La ville d'Ershan est sans dessus dessous, les pouvoirs publics sont
débordés, les loges occultes s'en mêlent et enquêtent pour leur propre compte.

Homme 3 – Mais aussi pour des puissances étrangères... Les portes se ferment et les
volets claquent ! Le sang coule ! La violence habite en ville !

Homme 2 – Un petit groupe de fidèles demeure et poursuit l'enquête abandonnée


par la sûreté nationale. A sa tête, le docteur Louis, un homme. Ami de longue date
du professeur Dubrovsky, il a oublié ses anciennes rancœurs et met tous ses efforts
au service d'un seul objectif :

Dr Louis – Ramener Charles à la maison !

Homme 2 – C'est ça !

Femme 1 – Hum, hum...

Homme 2 – Oui... Sa quête sera difficile à n'en pas douter, car les obstacles qui se
dressent sur sa route sont nombreux et périlleux. Oui. Le Docteur Louis n'est pas
seul à vouloir trouver le professeur Charles Dubrovsky, pas seul du tout même. Il
sera donc en butte aux élégants quoique perfides agents Britains...

Charlotte (Femme 1) – (Illustration) Vous pouvez tout me dire docteur Louis, vous
le savez...

Dr Louis – Oh, Charlotte, vous êtes l'ange de lumière qui illumine ma route, mais je
dois retrouver Charles...

Charlotte – Docteur Louis !

Dr Louis – Après ma chérie, je jure de tout vous dire.

Homme 2 – Mais devant lui, se dresseront aussi les sinistres agents de la Ligue.

Dr Louis – Non, laissez la, je vais tout vous dire ! (Homme 3 tient Charlotte
prisonnière et la menace d'un couteau)

Charlotte – Docteur Louis !

Homme 3 – Tais-toi, traînée royaliste de Britannie ! (Homme 3 tranche la gorge de


Charlotte)

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 10/44


Dr Louis – Charlotte ! ... Monstre ! (il attaque Homme 3 et un combat s'ensuit,
auquel Homme 3 finit par succomber)

Homme 2 – Mais bien sûr, les ennemis de l'extérieur ne sont pas les seuls à s'opposer
au courageux Docteur Louis, non. La Loge Pourpre de Pandore a ses propres visées
occultes.

(Dr Louis se tient la tête, triste, Clothilde s'approche de lui)

Clothilde – Je sais, Docteur Louis, que vous avez beaucoup souffert de la mort de
Charlotte.

Dr Louis – ...

Clothilde – Mais je sais aussi tout le mal que vous a causé cette intrigante. Vous
savez que vous pouvez vous confier à moi, qui suis votre amie...

Dr Louis – Clothilde... Vous êtes mon amie.

Clothilde – Oui docteur Louis, venez ici (il s'approche et elle l'enlace). Là... Voilà...
Chuuutuutuutuutuut... Voilà... Ça passe, oui, ça va aller à présent, vous êtes en
sécurité avec moi (Homme 3 arrive par derrière et attaque Dr Louis en essayant de
l'étrangler)

Dr Louis – Clothilde !

Clothilde – Docteur Louis, oh c'est horrible !

(s'ensuit un court combat dans lequel Homme 3 trouve la mort)

Dr Louis – Traîtresse ! Je vous croyais mon amie.

Clothilde – Il m'ont obligée, je vous le jure. Il tiennent mon petit frère Romuald en
captivité et ils le tueront, j'en suis certaine, si je ne leur obéis pas.

Dr Louis – Oh, Clothilde, pauvre enfant... Ne craignez rien, je suis votre ami et j'ai
une idée.

Homme 2 – Riche en courage comme en ressources, le docteur Louis ne peut


pourtant pas espérer triompher seul de toute cette adversité, il a besoin d'alliés. L'un
d'entre eux est une femme : Clothilde.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 11/44


Clothilde – Femme je suis, ainsi que l'amie du docteur Louis. Ses adversaires ont
emprisonné mon petit frère Romuald et ensemble, nous le retrouverons.

Homme 2 – La grâce et l'expérience sont bientôt complétées par la générosité et la


fougue de la jeunesse, qualités qui s'ajoutent en moi-même, Etienne Miron, à une
vaste culture universitaire, une silhouette athlétique et un goût très prononcé pour la
justice.

Homme 3 – Sûr qu'on est jamais mieux servi que par soi-même... Mais pour
l'instant personne n'a vu Etienne, car c'était Romuald sur le bateau... N'est-ce pas ?

Clothilde - Romuald est mon frère, qui n'apparaît que plus tard dans l'histoire.

Homme 3 – Rassurez vous, c'est plus simple que cela n'en a l'air. Etienne si vous
voulez bien... Il lui fait signe.

Homme 2 / Etienne / Romuald – Oui bien sûr. Comme ceci je suis Romuald. Bonjour,
enchanté, madame, monsieur... Il ôte deux accessoires (moustache et casquette par
exemple) qui font de lui Romuald. Et comme cela je suis Etienne Miron...
Mademoiselle bonsoir, monsieur très heureux... Allez encore une fois... Romuald...
Etienne... Romuald... Etienne...

Homme 3 – Ça fait deux fois... (soupire)

Dr Louis – Etienne ? Homme 2 réagit immédiatement.

Clothilde – Romuald ? Homme 2 réagit aussi vite l'air affolé.

Homme 3 – Et maintenant ça fait trois... Bon tout le monde aura compris, les
jeunes premiers c'est pour monsieur, pour le jeune monsieur...

Echange de regards entre les interprètes, puis Femme 1 fait signe à Homme 2 de
poursuivre.

Homme 2 – Mais toutes ces qualités, je vous rappelle : grâce, expérience,


générosité, fougue et vivacité d'esprit... ne peuvent se passer de la puissance
physique et de la force brute, viriles valeurs admirablement complétées par la
diplomatie de l'inertie. Au cours de ces pérégrinations, le Docteur Louis va trouver
celui qui, non content de porter moustache rassemble à lui seul toutes les vertus
martiales de l'homme à rouflaquettes.

Gaspard – (Gaspard tient un cadavre, face à Dr Louis) Si vous me sortez de ce

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 12/44


mauvais pas, docteur, vous n'aurez plus jamais à vous inquiéter pour votre sécurité.

Dr Louis – Très bien Gaspard, faîtes disparaître ces corps et rejoignez nous au
club...

Homme 2 – De plus, le docteur Louis sait qu'aucun groupe d'aventuriers ne peut se


passer d'un homme à tout faire...

Gaspard – Quoi ?!

Homme 2 – Et c'est homme est Gaspard le Gaspésien... Le célèbre... Gaspard le


Gaspésien qui, agitateur unioniste réputé, fut arrêté en Irlande après avoir tenté de
faire sauter une gare de chemin de fer, puis condamné aux travaux forcés à vie.

Gaspard – 'sieurs 'dames...

Homme 2 – Cet homme incroyable, favorisé d'une constitution de percheron, et doté


du charme afférent, est également, si vous pouvez le voir de là où vous vous trouvez,
doté d'un front si bas qu'il ressemble à peine à ses ancêtres hominidés. Ce qui ne
l'empêche pas, attention, de pouvoir faire preuve d'une astuce et d'une force de
caractère impressionnantes, qualités qui lui permirent de survivre à 5 longues
années de bagne dans le Bush Australien avant de s'évader ensuite d'une ingénieuse
façon pour rentrer en Europe.

Gaspard- Il faudra que je vous raconte ça un jour mes amis. Un histoire


mouvementée et, euh, pleine de...

Homme 2- Rebondissements, oui Gaspard, merci Gaspard, mais s'il vous plaît (lui
fait signe de se taire), hein ?

Gaspard - Mais, mais, je... Docteur... Euh

Homme 2- Oui, merci Gaspard, mesdames, mesdemoiselles et messieurs, Gaspard le


Gaspésien ! (incite le public à applaudir) Merci, merci...

Femme 1 - Bon, il est possible d'enchaîner, là ?

Gaspard - Bah oui bien sûr.

Homme 2- J'avais fini.

Femme 1- Presque fini.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 13/44


Gaspard - Il manque encore une introduction...

Homme 2 - Euh...

Dr Louis - Etienne, allons, ne soyez pas si modeste

Gaspard - (au public) On parle de l'arrivée d'Etienne chez le docteur Louis. Vous
allez voir, c'est terrible.

Homme 2 - … Mais...

Femme 1- Et cela nous fera une parfaite scène d'exposition, allez !

Homme 2- … Euh...

Homme 1 – En place tout le monde! (tout le monde se place sauf E)

Homme 2- … Mais...

Femme 1 - (prenant Homme 2 par le bras) Allez sors de là, ouste !

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 14/44


3- La nouvelle recrue -3

(Dr Louis et Clothilde discutent en premier plan, Gaspard rôde en arrière plan)

Clothilde - Ce que vous me dîtes est effrayant docteur Louis, c'est à croire que tout
le monde est à la recherche du professeur Dubrovsky.

Dr Louis - Oui, je crois qu'une bonne partie du monde est effectivement à la


recherche de Charles : nous avons déjà affrontés les agents de l'empire Britain... (se
perd dans ses pensées)

Clothilde - Vous ne devriez plus penser à elle docteur Louis, cela vous fait du mal.
Venez là je vous en prie...

(Gaspard remarque quelque chose hors scène et fixe son attention sur ce point, s'en
rapproche discrètement et surveille cet endroit)

Dr Louis - Merci Clothilde, je saurais être fort... Oublier cette cruelle aventurière...
Voyons, nous avons également eu maille à partir avec les agents socialistes de la
Ligue des Républiques Révolutionnaires Francophones...

Clothilde - Les sinistres individus... Je serais surprise qu'ils aient abandonné la


lutte...

Dr Louis - Moi aussi ; je les sens tout proches, aux aguets

Gaspard - A l'affut. (il surveille une zone hors scène et écoute attentivement)

Clothilde - En alerte.

Dr Louis - Peut-être même en embuscade... Mais où ? Hmmm... Et il y a aussi la


Loge pourpre de Pandore et ses sinistres occultistes conjurés ; personne ne peut
connaître leurs objectifs secrets.

Gaspard - (bondit hors de scène et ramène Etienne par le col) Et toi mon gaillard,
c'est quoi ton objectif secret, hein ? (Etienne crie)

Dr Louis - Mais ?... Gaspard, qu'est-ce que c'est ?

Gaspard - Regardez cette bonne pêche docteur, encore un rat de la Ligue ou une
taupe de la Loge en train de nous espionner !

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 15/44


Etienne - Non, je vous jure, je n'ai rien à voir avec ces gens !

Gaspard - Pour qui alors, l'empire Britain, le Grand Turc ou les Catolicos ? Parle
donc petit ou je t'essore comme un nez morveux ! (secoue Etienne et le maltraite)

Etienne - Aaaaah ! À moi, à l'aide

Clothilde - Mais docteur...

Dr Louis - Clothilde ?

Clothilde - Gaspard...

Gaspard - Alors ? Le rat, la taupe, le mouton, le chameau ou ou le baudet ?

Etienne - Aaaaah !

Dr Louis - Gaspard ?

Clothilde - Docteur !

Gaspard - Et bien ?

Etienne - Au secours !

Clothilde - Et bien ?!

Dr Louis - Alors ?

Gaspard - Docteur ?

Etienne - Clothilde ? (après un silence partagé et des regards croisés, Gaspard


laisse tomber Etienne qui s'effondre au sol)

Clothilde - Vous me connaissez ?

Etienne - Vous êtes bien la soeur de Romuald ?

Dr Louis - Et qui le demande je vous prie jeune homme ?

Etienne - S'il vous plaît retenez votre gorille, je suis Etienne Miron, un des
assistants du professeur Dubrovsky et je suis le meilleur ami de votre frère

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 16/44


mademoiselle, il vous a surement parlé de moi.

Gaspard - Attention à toi mon gars, un geste de trop et je t'étrille comme un mulet
boiteux. Crois moi, ta peau va tellement te cuire que tes caleçons finiront par
prendre feu... Je vais appuyer si fort sur ta gorge que tes yeux vont s'enfuir de ta
tête en faisant plop ! (Gaspard relève Etienne et le ceinture)

Dr Louis - Ce nom vous dit quelque chose ?

Clothilde - Etienne Miron...

Gaspard - Et quand tes os seront réduits en tout petits fragments coupants, je te


plierais comme un costume pour te ranger dans un tiroir...

Clothilde - (s'adresse à Dr Louis) Etienne... Bien sûr, Romuald me parle souvent de


lui. Je crois qu'ils sont très proches et mon frère le décrit comme un jeune homme
très cultivé...

Gaspard - Puis de temps en temps, les jeudis je pense, j'ouvrirai le tiroir pour t'aérer
et je te suspendrai à mon balcon... Bien sûr ce sera quand j'aurai déjà disposé de
tous les petits morceaux inutiles...

Dr Louis - Mais dans ce cas, Clothilde, ce garçon peut probablement nous apporter
de précieux renseignements sur votre frère et qui sait, peut-être même sur Charles...

Gaspard - Le plus long pour moi, c'est toujours de sortir le crâne de la peau. Tout
doucement. Il faut être méticuleux sinon mon joli pyjama en Etienne Miron pourrait
être abîmé.

Clothilde - Vous avez raison ; c'est formidable, ce jeune homme va pouvoir m'aider à
trouver mon frère et vous permettre de remonter la piste du professeur Dubrovsky.

Etienne - Euh, mademoiselle, dîtes, s'il vous plaît, je suis là.

Clothilde - Oh ?! Pardon (s'adresse à Etienne). Mon frère disait que vous étiez
totalement dévoué au professeur Dubrovsky.

Etienne - Et je le suis toujours. (échange de regards entre Dr Louis et Clothilde puis


Dr Louis fait un signe de tête à Gaspard qui lâche Etienne. Etienne tombe à
nouveau)

Gaspard - (chantonne en s'éloignant puis va se remettre à l'affût) Héhé, Et ron et

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 17/44


ron petit pamiron on on... Le potimiron est plus gouteux que le potiron... Ah oui ?
Oui, oui, je vous assure...

Dr Louis - Voilà une amitié qui s'annonce belle.

Etienne - (se lance dans une logorrhée que Dr Louis et Clothilde tentent en vain
d'interrompre) Je vous ai entendu fouiller la maison du professeur et je vous ai suivi
parce que je m'interrogeais. Et puis j'ai compris que vous étiez son ami. Vous savez,
le professeur a besoin de votre aide, il est en grand danger et il n'a que des élèves
autour de lui, personne en mesure de résister à des tueurs assermentés. Je peux vous
mener jusqu'à lui. Je sais où il se cache parce que c'est moi qui suis chargé du
ravitaillement. C'est une très bonne cachette. Dans un endroit qui n'a rien à voir
avec le professeur. Il n'y a aucun moyen de deviner cet endroit parce que rien n'y
relie le professeur. Pour tout dire, le seul moyen de découvrir cette astucieuse
cachette serait de me suivre puisque je suis le seul à en sortir depuis plusieurs
semaines déjà. Et pour me suivre il faudrait savoir d'où je viens. Ou bien où je me
rends. Et ça personne ne peut le savoir...

Dr Louis - Mais vous êtes bien venu ici, non ?

Etienne - Euh, bien oui, car le professeur m'a demandé de lui ramener des
documents qui se trouvent ici. Il a besoin de ces documents...

Dr Louis - Est-ce que c'est la première fois que vous venez ici pour lui ramener des
affaires ?

Etienne - Non, bien sûr, vous ne pensez pas qu'ils s'est enfui prenant toutes ses
affaires avec lui tout de même ? Le professeur est plus clairvoyant que cela. Bien
plus. C'est la quatrième fois que je viens ici.

Dr Louis, Clothilde et Gaspard échangent un regard.

Clothilde - bien plus clairvoyant... Cela ne fait aucun doute...

Dr Louis - Nom d'un chien...

Gaspard - M'a l'air bien clairvoyant aussi le petit Miron... Un rien miraud aussi... Je
peux l'étriller un peu docteur ? Dites, juste pour lui mettre des bleus dans la
cervelle.

Etienne - Euh... Ce n'est pas du plomb ? Que l'on dit ?

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 18/44


Gaspard - Ah mais si le jeune homme préfère du plomb je peux lui arranger ça
facile, ou même de l'acier, au choix. Docteur ?

Clothilde – Nous devons partir immédiatement.

Dr Louis – Non merci, ça ira Gaspard, merci. Vite Etienne, vous devez nous mener
à Charles sans perdre de temps... (se met en route, précédé de Gaspard)

Etienne - Mais... Euh...

Clothilde - Il est peut-être déjà trop tard... Allons, dépêchez vous Etienne ! (elle se
met en route et pousse Etienne devant elle).

Les 3 sortent, Gaspard ferme la marche mais arrête son mouvement pour aller en
avant-scène et s'adresser au public.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 19/44


4 – Transition narrative – 4

Gaspard – Bon les voilà partis à l'aventure. Pardon. Nous voici partis à l'aventure,
forts d'un nouvel allié... Je dis fort, mais je pourrais aussi bien dire lestés d'un
nouveau fardeau, parce que dans le genre allié, le jeune Miron est plus genre à créer
des situations dangereuses qu'à les régler... Mais non, je ne vais pas me lancer sur le
jeune Etienne... Ce serait trop long.

Faisons plutôt un point sur notre enquête si vous voulez bien. Bon. Vous êtes bien
installés ? Oui ? Alors je vous imite. Voyons...

Alors une fois récupéré le jeune premier, le Dr Louis et ses associés décident de se
rendre à la cachette secrète du professeur Dubrovsky, installée dans les sous-sols de
la vieille académie militaire. Plutôt confortable comme planque, tout bien pesé.
Mais je vais trop vite. Nous voilà donc bien partis, chacun essayant à sa façon de
faire taire le jeune Etienne, un garçon vraiment bavard, ce qui peut être dangereux
quand vous essayer de traverser discrètement une ville de nuit alors qu'un bon
nombre de sales types essayent de vous mettre le grappin dessus...

Et là, ça ne manque pas, alors que le groupe s'est arrêté pour observer les environs
avant de traverser une grande pelouse, le cher Etienne Miron décide qu'il verra
mieux du haut d'un bec de gaz et y grimpe. Le gentil garçon est plein de bonne
volonté mais il permet justement aux personnes qu'on voulait éviter de nous voir. Des
coups de feu éclatent, Etienne tombe de son perchoir comme un oisillon malade et
nous sommes obligés de prendre la fuite... Autant pour une approche discrète...

Vous n'avez rien contre la fumée ? Parfait (Il sort une pipe ou une cigarette qu'il se
prépare paisiblement puis va fumer pendant son récit). Il s'agissait d'agent de la
LRPF, pardon de la Ligue Révolutionnaire des Républiques Francophones... Non ?
Bon imaginez que la révolution française ait été contrôlée par les enragés plutôt que
par les jacobins, et que le consulat ni l'empire n'aient jamais eut besoin d'exister
mais que les guerres de conquêtes elles, aient bien eu lieu et que la domination
révolutionnaire ait tenu en Europe jusqu'à ce que le socialisme déboule et s'y
installe... Mouais, ça demande un petit effort, mais au final vous arrivez à une
nation énorme qui ressemble à ce qu'aurait pu donner l'URSS si elle avait été créée
en France au XIXè siècle.

Et bien les agents de la LRPF n'ont rien a envier au mythiques et très réels agent du
NKVD. Et ces agents, en ce qui nous concerne, sont très, mais alors très intéressés
par l'invention du professeur Dubrovsky et laissent un joli sillon de cadavres le long
de leur enquête.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 20/44


Et là, grâce à la discrétion légendaire du jeune Miron petit patapon, c'est nos
cadavres qu'ils comptaient semer. La fuite était la seule option. Et elle dura deux
longues journées et autant de nuit. Incroyable ! Dès que nous trouvions un refuge,
les voilà t'y pas qui déboulaient, revolvers en main ? Et d'une et de deux, belote et
re-belote. Finalement, le dix de der fut pour nous et nous leur avons finalement
échappé.

Hélas pendant le temps qu'avait duré notre partie de cache-cache avec ces braves
gens, le professeur Dubrovsky et toute son équipe s'étaient fait la malle. Plus
personne à la planque, plus rien à part quelques documents. A ce moment là, j'étais
à deux doigts de planter moi-même le jeune Etienne dans un sillon... C'est dans les
activités simples que se révèle la grandeur des hommes, non ?

Femme 1 – Gaspard ? Tu es encore là ? Tout le monde t'attends.

Gaspard / homme 3 – Oui, j'en ai pour une minute encore.

Femme 1 – Encore en train de faire des jeux de mots ?

Gaspard / homme 3– Pas vraiment, non, même pas. Je condense tout ce que je peux.
Allez ouste, tenez vous prêts.

Bon où en étais-je ? La planque, les documents, l'enquête. Ah oui. Une enquête, c'est
une enquête hein ? Vous en avez tous déjà suivi une quantité folle. On y voit un ou
des enquêteurs qui suivent une série d'indices qui les mènent à une série
d'événements. Et bien là, c'est pareil. Un indice envoie le Dr Louis chez le professeur
où l'on trouve Etienne qui nous emmène à des rencontres désagréables, à une fuite
ridicule et finalement à la planque. La planque est frustrante mais nous donne
quelques documents : des notes du professeur dissimulés dans un tiroir secret et un
document de la capitainerie du port. A ce moment là deux pistes s'ouvrent à nous et
nous nous séparons donc en trois groupes : le Dr Louis va étudier les notes secrètes,
Clothilde va accompagner Etienne au port et quant à moi, je vais essayer de libérer
le frère de Clothilde des griffes de la loge de Pandore, une autre organisation sur la
piste du professeur. Une sorte de pègre composée d'occultistes armés pour faire
rapide. Des individus dangereux quoi.

Le Dr Louis va découvrir plein de choses, mais Petit patapon a la poisse collée aux
semelles et va rencontrer nos agents préférés de la LRPF sur le port, avant même
d'avoir été jusqu'à la capitainerie. Un grand succès dans l'histoire des enquêtes... (il
sort)

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 21/44


5 - La poursuite sur les quais d'Ershàn – 5

Clothilde / Etienne / 2 agents LRPF : Lucien Laborie (le tueur) Homme 1 et


Christine de Latre-Boulin (le cerveau, le charme) Femme 1.

La scène nous montre en parallèle les deux parties d'une course poursuite à pieds
sur un quai de port encombré. Femme 1 interprète les deux personnages féminins et
passe d'un espace à l'autre. Homme 3 manipule les éléments de décor pour simuler
la poursuite et soutien l'ambiance.

(Etienne et Clothilde sont en train de courir, Etienne regarde en arrière)

Etienne - Dépêchez vous Clothilde, ils arrivent.

Clothilde - Je fais ce que je peux, attention ! (Etienne percute un obstacle, tombe,


se redresse)

Etienne - Ne m'attendez pas Clothilde, je vous rattrape tout de suite. (il jette des
obstacles sur le chemin).

----

(Lucien et Christine discutent tout en courant)

Lucien - Venez Christine, ils sont là-bas, je les vois.

Christine - Vous croyez que c'est facile vous, de courir avec tous ces jupons... Ça
n'est pas vraiment de mon rang ces courses poursuites vous savez Lucien.

Lucien - Allez citoyenne, un peu de nerf, n'oublies pas que ta bourgeoise est une
couverture et rien de plus.

Christine - Lucien je vous en prie, cessez ces familiarités et souvenez vous de


l'endroit où nous nous trouvons... (elle se fait distancer par Lucien) Ici, même les
prolétaires se méfient des socialistes... (elle s'essouffle) Inconcevable... comme s'il
les croyaient... démagogues... In-con-ce-vable.

Lucien - Allez citoyenne, raboule maintenant et cesse donc de faire ton mulot
écrasé...

Christine - Ohhh Lucien !

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 22/44


Lucien - Attention, le gamin a jeté des barres de fer sur le parcours, il faut dégager
le passage.

----

(Etienne rejoint Clothilde à la course. Ils poursuivent leur course ensemble)

Etienne- Voilà, ils sont un peu retardés...

Clothilde - Merci Etienne, c'est courageux à vous.

Etienne - Oh ce n'est rien Clothilde, je ne supporterais pas qu'il vous arrive malheur.

Clothilde - C'est gentil à vous.

Etienne - Non, ce n'est pas gentil, Clothilde, il faut que je vous dise... Attention à la
flaque.

Clothilde - (saute) Merci, j'ai bien failli glisser dans le port hihihi.

Etienne - Même dans ces circonstances, vous trouvez le moyen d'être joyeuse et cela
me bouleverse Clothilde.

Clothilde - Vous m'avez l'air bien grave tout d'un coup...

Etienne - C'est que... Oh non! Nous voilà bloqués !

Clothilde - Oui, impossible d'éviter ces dockers, nous sommes coincés entre ce
bateau et nos poursuivants... Pourvu que...

Etienne - Je vous aime Clothilde, voilà, c'est dit, je ne pouvais plus garder le silence.

Clothilde - Mais... Etienne... Vous me connaissez à peine...

Etienne - Bien assez pour savoir que je veux passer ma vie à vos côtés... Vous
illuminez mes jours comme un soleil d'été, vous entourez mes pensées d'un doux
lainage parfumé...

Clothilde - Mais je vous connais à peine, Etienne...

Etienne - Je comprends votre discrétion mon amour. Nous aurons bientôt tout le
temps de faire connaissance. (il fait un geste tendre)

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 23/44


Clothilde - Oh ! Etienne...

----

Lucien - Regarde, ils sont coincés par ces porteurs là-bas, ils ne pourront pas se
dégager avant un moment. Profites en pour reprendre ton souffle, allez Christine,
avec moi, en petites foulées.

Christine - En petites foulées, vous en avez de bonnes vous, entre ces bottines et ce
corset, entre le manteau et le chapeau... Et je ne vous parle pas du nombre
d'épingles que j'ai dans les cheveux...

Lucien - Oui, une belle démonstration du monde des boutiquiers qui se déguisent en
aristocrates... élevés dans l'arithmétique des grands marchands exploiteurs et des
trafiquants oppresseurs...

Christine - Vous savez Lucien, malgré toute l'exécration que j'ai pour ces individus
là, et malgré tout le mépris que je peux éprouver pour leurs femelles asservies, je
crois que je commence à me faire à cette tenue de bourgeoise enjuponnée. Même si
elle m'empêche de courir... Je ne l'aurais jamais cru.

Lucien - C'est vrai que ça surprend venant de toi, la passionaria du Marais, la tête
brûlée du commando Proudhon. Combattante de la révolution et fille de poseur de
bombe.

Christine - Une belle preuve de l'absurdité du déterminisme. Vous voyez Lucien, c'est
en existant que l'on se définit et je crains bien que mon existence des derniers mois
ne soit en train de me re-définir...

Lucien - (il ralentit et s'arrête) Christine, regarde moi ce nigaud. Il pense à quoi là,
au juste ?

Christine - (s'arrête à côté et observe Etienne avec intensité) A première vue, je


dirais qu'il est en train de nous tendre une embuscade.

(pendant ce temps, Etienne illustre leurs paroles et prépare son embuscade)

Lucien - En plein sur le quai, comme ça, au milieu des portefaix et des charrettes ?
J'aurais vraiment tout vu moi ici.

Christine - Oui, c'est curieux, je croyais que c'était un garçon brillant... Il grimpe en
haut de cette pile de caisse et veut …

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 24/44


Lucien - Nous bombarder des tonneaux du sommet j'imagine... Ah oui, tu as raison,
brillant ! (il ramasse une pierre ou sort un lance pierre) Bon allons y. (ils reprennent
leur avancée trottinante) En tout cas n'oublie pas citoyenne, dans chaque
bourgeoise, sommeille une mémé pleurnicharde...

----

Clothilde - (s'adresse à Etienne qui est visiblement en hauteur) Etienne !


Descendez ! Ce n'est pas prudent. Ces gens sont dangereux vous savez, ils ne doivent
pas nous rejoindre.

Etienne - Ne craignez rien Clothilde, je vais les prendre par surprise et ils ne
comprendront jamais ce qu'il leur est arrivé. Un stupide accident, et hop, de
dangereux agents républicains quittent le panorama. Le docteur Louis sera très
content.

----

Lucien - Allez petit moineau, vole (lance la pierre qu'il tenait en main ou utilise son
lance pierre).

----

Etienne - (est touché par la pierre en pleine tête et tombe de sa pile de caisse en
rebondissant beaucoup) Ah!

Clothilde - Oh ! Etienne ! Oh non, s'il vous plait non...

(Clothilde suit sa chute des yeux et nous fais suivre le chaos de caisses qui
s'écroulent. Elle s'écarte pour échapper aux caisses, jette un coup d'oeil aux
poursuivants puis se rapproche d'Etienne)

Etienne - (râle et agonise) Clothilde...

Clothilde - Etienne, oh qu'avez-vous fait ? Vous vous êtes tué.

Etienne - Oui je me suis tué bêtement, mais je suis heureux Clothilde car je vous ai
parlé.

Clothilde - Taisez vous à présent... Je vous aime

(Etienne meurt)

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 25/44


Clothilde - Et vous êtes mort (elle reste figée sur le corps d'Etienne)

----

Christine et Lucien s'approchent en silence et entourent Clothilde.

Lucien - Mademoiselle Réchamps, venez avec nous s'il vous plait. Pas la peine de
faire de jeux de mots, je n'aime pas les histoires drôles.

Christine - (après un regard surpris à Lucien) Venez avec nous ma chérie, nous
avons tellement de choses à nous dire. Vous verrez, nous allons prendre bien soin de
vous.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 26/44


6 – Le retour de Romuald – 6

6a une évasion

Romuald, seul en avant scène, marmonne. Il est visiblement ligoté.

Gaspard entre furtivement sur scène. Il échappe à la vigilance de plusieurs gardes


(réels ou figurés).

Romuald - Cinq sont les prières à l’ombre du minaret ; Comme sont les sens de l’homme et
les extrémités du corps... A chaque pilier de la foi répond un climat en ce monde et Calchas
est constitué de cinq parties égales... Au premier impair du ciel s’ajoute le premier pair de
la terre pour porter le fruit de l’humanité

Gaspard – c(huchotant) Pssst... Romuald

Romuald – Sainte Hildegarde de Bringen l'avait compris, le 5 est le point d'union des deux
axes et le professeur l'a appliqué.

Gaspard – (chuchotant plus fort) Pssst, hé ! Par ici !

Romuald - L’homme se divise, dans la longueur, du sommet de la tête aux pieds, en cinq
parties égales ; dans la largeur, formée par les bras étendus d’une extrémité d’une main à
l’autre, en cinq parties égales. En tenant compte de ces mesures égales dans sa longueur et
de ces cinq mesures égales dans sa largeur, l’homme peut s’inscrire dans un carré parfait.

Gaspard – (à lui-même) Foutu penseur... Pssst hé !... à trop penser voilà ce qui arrive... On
pense en dedans et on ne voit plus rien en dehors... ( Gaspard se faufile dans un passage
étroit et se dirige vers Romuald).

Romuald - ...Cinq carrés dans la largeur et cinq carrés dans la longueur, la poitrine étant le
lieu de l’intersection ; forment une croix dans un carré.

Gaspard – (Dans une position inconfortable). Et puis à l'écouter comme ça, je ne vois pas
trop ce qu'on reproche toujours à mes explications... Comme quoi que je serais confus à ce
qu'il paraît d'après Miron petit patapon... Et mademoiselle Clothilde qui est d'accord avec...
Parce que là, pardon, du confus, j'en entends un peu... Un homme dans dix carrés ? Neuf ?
Même neuf, moi ça me fait plus vite penser à du rôtis enficelé qu'à une révélation
cosmique... Non ?

Romuald - Si le carré est le symbole de ce monde, l’homme est comme une croix en ce
monde... Une croix ? ( Gaspard apparaît les bras en croix et fait signe à Romuald, Romuald
s'en effraie) Aaaah ! Une croix ! (Il sursaute et veut s'enfuir en sautillant, Gaspard le
rattrape et l'empêche de tomber).

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 27/44


Gaspard – Enfin, calmez vous.

Romuald – Qui êtes-vous ? Et que me voulez vous ? Hein, qu'est-ce que vous attendez de
moi ?

Gaspard – Calmez vous je vous dis. Je suis un ami de Clothilde et je viens vous sortir d'ici.

Romuald – Clothilde vous dîtes ? Où est-elle ? Comment va-t-elle ? Elle est en sécurité ?

(Gaspard veut répondre à chaque question mais se fait couper la parole).

Romuald – Et comment comptez-vous sortir d'ici ? C'est impossible nous sommes dans une
cave. C'est Clothilde qui vous envoie ? Vous savez où nous sommes ?

Gaspard – Il se calme à présent petit monsieur, qui est vraiment confus dans sa tête, j'ai
pas envie de le porter sur mon dos.

Romuald – Me porter sur votre dos ? Mais pourquoi ? Et les gardes, vous savez où ils
sont ? Il sont armés je crois bien et très violents également...

(Gaspard assomme Romuald et le prend sur son dos).

Gaspard – Mais puisque vous ne me laissez pas le choix, je vais bien devoir vous trimbaler
comme un paquet... Comme si avec Etienne on avait pas assez d'un intellectuel surexcité...
(souffle un peu en soulevant son fardeau) Eh bien, ça pèse la pensée...

(Gaspard quitte la scène avec son fardeau et marmonnant).

6b des retrouvailles
Dr Louis et Clothilde sont assis face à face et mains dans les mains.

Dr Louis - Je sais que ce que vous avez traversé est terrible, ma pauvre amie, mais soyez
assurée que son sacrifice ne sera pas vain.

Clothilde – Oh Dr Louis, je suis perdue à présent. Ces horribles gens, ce sinistre quai, cet
abominable empilement de caisses.

Dr Louis - Mais vous êtes sauve et nous connaissons à présent la nature de nos adversaires.

Clothilde – Croyez-vous les connaître vraiment ? Mon pauvre amour... Les brutes.

Dr Louis - Vous leur avez échappé.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 28/44


Clothilde – Oui, j'ai pu profiter de la confusion du moment pour m'enfuir avant qu'ils ne me
rattrapent.

Dr Louis - Et je pense avoir bientôt une surprise agréable à vous faire.

Clothilde – Croyez-vous Dr Louis, que je puisse encore connaître une agréable surprise
alors que mon jeune et bel amour et mort ?... à l'instant même où il se révélait à moi.

Dr Louis - Clothilde, ma chère, allons, allons...

Clothilde – Je le vengerai. Vous entendez, docteur ?Je vous aiderai à retrouver le


professeur Dubrovsky et je vengerai Etienne, je les ferai payer ! ( elle s'effondre en sanglots,
Dr Louis la console).

Gaspard entre, portant toujours Romuald sur son dos.

Gaspard – Docteur, (Il dépose son fardeau) 'selle Réchamps.

Dr Louis - Gaspard ! Vous avez réussi ! Clothilde, voyez, la surprise dont je vous parlais.
Gaspard vous l'a amenée.

Clothilde – Que ? … Mais ?... ( voyant le corps de Romuald elle se précipite). Romuald, toi
aussi il t'ont tué, aaah non pas toi mon frère bien aimé, non pas toi ! ( Elle se jette au sol
près de Romuald).

Dr Louis - Comment Gaspard ? Il est... ?

Gaspard – Mais non docteur, pas du tout.

Clothilde - ...Toi qui illuminait l'université de toute la puissance de ton intellect...

Gaspard – Il était remuant, j'ai dû l'assommer c'est tout.

Clothilde - … Toi qui était la seule famille qui me restait depuis le décès de papa et de
maman, toi, mon tendre frère que toujours j'ai voulu protéger...

Dr Louis - Euh... Clothilde ?

Clothilde - Tu n'es plus, ô toi chair de ma chair... qu'une triste dépouille avachie... Comme
l'homme que j'aimais, le souffle de la vie t'a quitté...

Gaspard – Désolé Dr Louis, mais il posait des questions à la suite sans me laisser en placer
une...

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 29/44


Clothilde - Pourquoi Romuald ? Oh Etienne pourquoi ? Pourquoi fallait-il que vous
mouriez ? Pourquoi fallut-il que vous rencontriez ce funeste destin...

Gaspard – Si vous voulez mon avis, c'est un trait de famille qu'ils partagent.

Clothilde – Aahh, cruelles avanies et tragiques circonstances qui séparent ceux qui
s'aiment...

Gaspard – Docteur Louis, vous voulez que ? ( Il propose d'assommer Clothilde par gestes).

Dr Louis - Non, merci Gaspard, ça va aller. Clothilde ?

Entre deux sanglots, Clothilde se retourne vers le Dr Louis qui la gifle. Il la relève ensuite
aidé de Gaspard puis la prend dans ses bras.

Dr Louis - Allons Clothilde, ce n'est rien, votre frère va parfaitement bien, il est simplement
étourdi. Clothilde semble perdue dans ses pensées.

Gaspard – ça aussi c'est de famille. ( il la pince).

Clothilde – Aaaah !

Romuald – (Se réveillant en sursaut). Clothilde ! (Il se lève d'un bon et repousse Gaspard).
Laissez ma soeur, gros malfaisant ! Retirez vos sales pattes... Un geste de plus et...

Clothilde – Romuald ?

Romuald – Clothilde ?

Clothilde – C'est bien toi mon frère ?

Romuald – Oui ma soeur, je suis là.

Clothilde – Romuald !

Romuald – Clothilde ! (Ils se jettent dans les bras l'un de l'autre).

Gaspard – C'est moi ou ça commence à durer, là ?

Dr Louis - Oui, vous avez raison. Bien. Hum hum ! Clothilde ? Monsieur Réchamps ? Si
vous pouviez avoir l'obligeance de remettre vos effusions à plus tard...

Romuald et Clothilde – Oui, pardon.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 30/44


Romuald – Qui sont ces gens Clothilde ?

Clothilde – Oh, excusez moi. Romuald, je te présente le Dr Louis, un vieil ami du professeur
Dubrovsky et son, hem, collègue, Mr Gaspard le gaspésien. Ils sont à la recherche du
professeur et ils t'ont libéré de la loge pourpre.

Gaspard – Et je me demande si j'ai bien fait.

Romuald – Ah, pardonnez moi messieurs, je n'ai pas les idées très claires. Probablement un
contre coup des drogues que l'on m'a administrées.

Dr Louis - Venez Romuald, asseyez vous. Notre temps est compté aussi je vais être direct :
savez-vous où se trouve Charles ?

Romuald – Le professeur ? Oui, bien sûr, je fais partie de son équipe.

Dr Louis - Bien. Vous allez nous conduire auprès de lui immédiatement.

Romuald – Je crains que cela ne soit difficile. Le professeur à quitté Ershàn il y a une
semaine par sécurité. Il a emmené l'expomancieur loin des malveillants. Au vu de la
mésaventure qui m'est arrivée, il faut louer sa prudence... à moins, bien sûr, que ce ne soit
Calchas qui l'ait averti...

Dr Louis - Mais vous savez à quel endroit.

Romuald – Oui bien sûr ; c'est moi qui ai affrété le navire. C'est justement l'information que
ces illuminés de la loge pourpre ont essayé de m'arracher... (à Clothilde) Mais je n'ai rien
dis. Rien du tout, vous pouvez me croire. Le professeur a bien fait de me confier cette
tâche. Nous avons agi juste à temps ; Tout était embarqué quelques heures avant que sa
cachette précédente ne soit investie par des agents étrangers, si j'en crois ce que m'ont
révélé mes geôliers... Des gens bavards si l'on pense qu'ils n'ont rien obtenu de ma part en
retour. D'après eux des hommes de main auraient fouillé et saccagé la cave dans laquelle le
professeur a construit Calchas. Grands dieux ! Dire qu'à quelques heures près ils
s'emparaient du professeur et de toute son équipe. Quant à moi, je revenais du bureau du
professeur où j'avais récupéré quelques documents quand les hommes de la loge pourpre
m'ont capturé. Le navire à quitté le port alors qu'ils m'interrogeais pour la première fois ;
vous imaginez leur frustration : tandis qu'ils me tapaient dessus, je leur souriais d'un air
supérieur. Papa aurait été fier de moi Clothilde. Mais je n'ai rien dis ce jour là, ni aucun
des jours suivants et c'est pourtant peu dire qu'ils ont été insistants...

Clothilde – Un navire Romuald ?

Romuald – Oui, le professeur est parti sur l'île du phare.

Gaspard - Joli nom.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 31/44


Dr Louis - L'île du phare ? Bien sûr, très bien vu Charles ; qui irait penser à ce tas de
rochers perdu dans l'océan ? Pas étonnant que tout le monde tourne en rond dans la ville.
Je m'y suis rendu une fois dans ma jeunesse. Un endroit très difficile d'accès, très
dangereux à approcher en cette saison il me semble, en raison d'une résurgence du Courant
Inverse.

Romuald – C'est ce que souhaitait le professeur : un endroit isolé, improbable et coupé du


monde, où il pourrait remonter son expomancieur et procéder au derniers tests de mise en
route.

Dr Louis - C'est très bien. Nous irons donc sur l'ile du phare. Gaspard s'il vous plaît, allez
au port nous préparer le nécessaire.

Gaspard – Bien Dr Louis. (Il sort).

Dr Louis - Clothilde, êtes-vous prête à nous suivre ?

Clothilde – Oui certainement. Accompagnée de vous trois je ne crains rien. Le temps d'aller
prendre des affaires chez moi, je vous rejoins au port. A toute à l'heure docteur. ( Elle
embrasse Romuald). Je te retrouverai là-bas, mange un peu si tu le peux.

Romuald – Euh... A toute à l'heure Clothilde, mais tu ne veux pas que je t'accompagne ?

Clothilde – Non, je te remercie, je ne courre plus aucun danger. Repose toi, tu es en


sécurité ici.

Dr Louis - Faîtes vite, nous partirons avec la marée de ce soir.

Clothilde – Ne vous inquiétez pas, je n'en ai pas pour longtemps. (Puis en aparté) Le temps
d'une simple commission.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 32/44


7 - L'île du phare - 7

Dr Louis - (attend posément que Clothilde soit sortie et que Romuald s'occupe) . Nous
prîmes donc la mer ce soir là. La marée était propice,le temps clément et comme l'on dit
chez les marins, « quand la mer est bonne on... euh... regrette de ne pas connaître sa fille »
Ha !... Euh... mais cela nous éloigne de mon propos. Que vous dire exactement ? Prompt et
efficace comme à son habitude, Gaspard eu tôt fait de s'assurer d'une embarcation en
mesure d'atteindre notre destination sans risque. Je ne sais pas vraiment comment il fait
cela, mais ce garçon semble avoir toujours prévu le matériel nécessaire à notre prochaine
escapade. C'est décidément un habile compagnon.

Accompagné du jeune Romuald, je rejoignais donc le port et Gaspard en prenant bien garde
d'amener les notes que j'avais récupérées dans le laboratoire secret de Charles. Connaissant
la durée approximative de la traversée, je savais que j'aurais le temps de m'y plonger à
loisir. C'est donc notre amie Clothilde qui, arrivant plus d'une heure après nous se fit
attendre et pourtant son sac de voyage semblait bien mince ; mais, comme j'aime à le dire,
si la ponctualité est la politesse des princes, le retard est l'apanage de la beauté et nous ne
lui en tînmes pas rigueur.

Vous avez déjà du assister à notre arrivée sur l'île du phare et la traversée fut assez
paisible, à part un petit accrochage avec un garde côte britain dont le capitaine commis
l'erreur de laisser Gaspard monter à son bord, porteur de nos papiers... Oui l'île du phare
est toute proche des eaux territoriales de Britannie ce qui occasionne ce genre de
rencontre... (les autres comédiens se mettent en place pour illustrer l'action. Il les arrête
d'un geste)

Dr Louis - Non, non, laissez, ce n'est pas nécessaire de appesantir sur cet épisode, rien de
capital ne s'y déroule.

Gaspard – (à Clothilde) Quand même, j'y coule un navire de 14 canons tout seul...

Dr Louis - J'en ferai mention, oui oui... Bref le temps de voir quelques matelots passer par
dessus bord, le capitaine eut tout juste le temps de crier l'alarme que les explosifs de
Gaspard faisait un large trou dans sa coque, invitant les eaux bouillonnantes à envahir son
entrepont. Après cela, quitter la scène fut assez simple, les pauvres bougres ayant calamité
plus urgente à traiter...

Deux choses méritent en revanche d'être portées à votre attention. La première est que l'on
s’ennuie prodigieusement sur un navire lors d'une traversée, à moins d'être en permanence
en train de manoeuvrer. Mais à ce sujet, le jeune Romuald fit des merveilles et se révéla
bon navigateur. Non, je parle de l'ennui qui ne peut manquer de gagner le passager
désoeuvré, celui qui, à la différence du marin de profession, n'est ni habitué, ni préparé à
un ennui si complet, à moins d'être marié depuis plusieurs années peut-être... Peut-être.
Toujours est-il que c'est vers le lyrisme que le désoeuvrement de notre ami Gaspard
s'orienta à la plus grande surprise de notre joyeuse compagnie. Tandis que Clothilde,
morose, supportait l'ennui avec des difficultés croissantes et que j'étudiais intensément les

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 33/44


notes de Charles, notre brave Gaspard, inspiré par la force brute de l'océan, donnait sa
verve au désert des vagues :

Gaspard -

Ô Gaspésie, plus qu'un foyer tu es un nid,


Pêcheur, marin ou forestier,
Tes fils sont libres, tes filles le sont.

De toutes les terres tu es la mère


Toi qui fais face aux flots grondants
Et protégeant un continent
Tu donnes courage à tes enfants.

Les catholiques nous croient gentils,


Envoient missions, fondent évêchés.
Nos âmes sont libres, à l'unisson.

Si les empires de leur fusils


Menacent le coeur de nos foyers
En braves gens nous répondrons

Si l'injuste gagne la guerre


Étripe et viole les innocents
Et si leurs chaînes me trouvent
je ne crains rien, c'est dans mon coeur que tu sera
Ô Gaspésie, chère Gaspésie.

Clothilde / femme 1 – (décrochage) Dans un style très personnel, léger et élégant qui
démarque clairement notre ami Gaspard de tous les hommes de lettre. (reprenant son rôle)
Dîtes moi Gaspard votre ode au pays dégage un je ne sais quoi d'odeur de patriotisme sacré
qui fleure son souverainiste à plein nez...

Gaspard – Hein ?... euh...

Dr Louis / homme 1 - Merci Clothilde, je vais enchaîner...

Gaspard - Y a-t-il plus fier spectacle qu'un baleinier remontant le St Laurent pour relâcher
à Matane au terme d'une longue campagne ? La morue est-elle aussi goûteuse dans une
autre région du monde ? Non, je ne penses pas, non qu'on puisse sécher-saler la morue
comme on le fait au fond de la baie de Gaspe. Attention, hein, toutes les régions ont leurs
charmes et tous les pays ont des enfants dévoués, mais nulle part ailleurs qu'en Gaspésie,
vous ne trouverez l'égal des gaspésiens.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 34/44


Échange de regards entre Dr Louis et Clothilde.

Clothilde / femme 1 – CQFD...

Dr Louis - Euh... Moui... Merci Gaspard, Clothilde, merci. Voilà donc qui marqua
durablement notre trajet et méritait d'être mis en valeur. Bien. Une fois débarqués sur l'île
et bien qu'éprouvés par la perte de notre navire qui finit par se perdre sur des brisants,
malgré l'approche talentueuse de Romuald-à-laquelle-vous-avez-déjà-pris-plaisir-à-
assister,nous n'eûmes aucune difficulté à découvrir le laboratoire de Charles, dans le sous-
sol d'une grange. Ce qui fut autrement compliqué fut de découvrir et comprendre le
mécanisme qui donnait accès aux galeries calcaires qui renfermaient quant à elle la
machine de Charles, source de tous ses problèmes et de nos aventures. C'est à ce moment là
que Romuald nous fut d'un précieux secours. ( Il introduit la scène à venir d'un geste).

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 35/44


8 - Calchas - 8

8a le passage secret

Romuald – (il s'escrime visiblement sur un mécanisme ou devant un panneau de contrôle)


Voyons : 8, 6, 4, 2, puis 4, 2, 8, 6... 2, 4, 6, 8... et enfin 6, 8, 2, 4... Hmmm

Clothilde – Romuald chéri, tout va bien, tu es sûr de pouvoir trouver ce code ?

Romuald – Oui, bien sûr, je connais ce carré magique...

Gaspard – Carré magique ? De la magie maintenant, comme si tout le reste ne suffisait


pas ? Avec les salauds de britains, les fous de la loge et puis...

Dr Louis – Oui Gaspard, les agents de la Ligue révolutionnaire, nous connaissons bien nos
adversaires à présent...

Gaspard – Humf, oui bien sûr, mais ce que je veux dire c'est que la situation...

Dr Louis – Oui Gaspard ?

Gaspard – Ce que j'essaye de dire...

Clothilde – Ah ça pour essayer de dire des choses, vous êtes champion mon cher Gaspard,
si je peux me permettre...

Romuald – Quelle était la comptine déjà ? Ah oui...En huit sont deux... puis six et les
quatre corbeaux trouvèrent la niche de maître renard...

Gaspard – J'ai la nuque toute hérissée, un danger nous guette...

Clothilde – Oui oui, merci Gaspard, nous ferons très attention, comme toujours, alors
Romuald, tu as trouvé.

Dr Louis – Je crois que c'est un code. Redîtes votre comptine Romuald je vous prie

Romuald – En huit sont deux...

Dr Louis – (active un panneau de contrôle) Huit... Deux

Romuald – Puis six et les quatre corbeaux trouvèrent...

Dr Louis – (active le panneau à nouveau) Six... Quatre (une porte cachée s'ouvre, échange

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 36/44


de regard général)... la niche de maître renard... Venez vous autres, ça y est nous avons
retrouvé Charles ! (il s'engage dans un passage, suivi des autres, changement de décor) .

8b Calchas
Charles D est occupé à prendre des notes, les autres arrivent, Charles D lève la tête et
sursaute.

Charles D – Mais ! Seigneur, mais qui êtes-vous ? (surpris, il sort une arme et menace les
arrivants)

Dr Louis – Calmez vous Charles, ce n'est que moi, Louis, votre ami.

Charles D – Louis, vous ici ? Mais comment se fait-il que... Qui vous envoie et qui vous
accompagne ? Faîtes attention, je sais tirer.

Dr Louis – Tranquillisez vous mon vieil ami, je ne suis accompagné que par des amis, vous
connaissez déjà Romuald Réchamps votre étudiant ? Et voici sa soeur, la courageuse
Clothilde. Mon dernier compagnon est un fidèle ami qui répond au prénom de Gaspard...

Gaspard – Le gaspésien... M'sieur dames (en saluant à la ronde).

Charles D – Impressionnant (Clothilde acquiesce en regardant Gaspard) ... vous m'avez


trouvé grâce à Romuald j'imagine ?

Dr Louis – Tout juste Charles. Nous l'avons libéré des griffes de la loge pourpre de Pandore
et il nous a mené à vous.

Charles D – J'espère que personne ne vous a suivi. Mon invention a éveillé beaucoup trop
d'intérêt chez de trop nombreux groupes d'intérêt.

Dr Louis – Nous pouvons en témoigner.

Charles D - Et Miron ?

Dr Louis - Désolé Charles, le jeune Etienne n'a pas survécu à la LRPF.

Charles D – Etienne aussi... Je crois que c'était inévitable en fin de compte. Calchas m'a
prévenu pourtant mais je ne pensais pas aux implications à petite échelle, au niveau de
l'individu. Et bien je le sais à présent. Dans les lents mouvements des vagues de la
géopolitique, les individus meurent, écrasés par le poids des événements. Quel idiot j'ai pu
être...

Dr Louis – Allons, Charles, vous me perdez. Qui est Calchas ? Et de quoi s'agit-il à la fin ?

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 37/44


Charles D – Romuald, s'il vous plaît, pouvez-vous ouvrir le coffre de l'expomancieur
(Romuald s'exécute et tous découvrent la machine). Mes amis, vous avez devant vous le
premier et encore unique exemplaire d'un EXPOMANCIEUR AUTOGYROCINÉTIQUE À
OSMOVASOCYTE

Gaspard – Expo... Va-so-cyte... autogy...

(Clothilde ne dis rien mais est très attentive).

Charles D - ou “machine à deviner à partir d’un exposé, animé de lui-même d’un


mouvement circulaire par impulsion cellulaire canalisée”. Je l'ai appelé Calchas.

Dr Louis – Calchas le devin...

Gaspard – Pas beaucoup plus clair si vous voulez mon avis.

Clothilde – Mais personne ne veut votre avis grosse brute ! Allez vous donc vous taire un
peu ? Vous n'avez personne à assommer, ou bien une porte à garder ? Je ne sais pas, des
armes à nettoyer peut-être ? N'importe quoi qui vous occupe et laisse tranquille tous ceux
ici que la nature a dotés d'un cerveau !

Gaspard – Mais... Euh...

Dr Louis – Allons Clothilde, je vous en prie.

Clothilde – Je vous en supplie Dr Louis, je suis incapable d'en supporter d'avantage. Les
jeux de mots malheureux, les explications oiseuses, le patriotisme lyrique d'ancien régime,
les sophismes, les préjugés rétrogrades et maintenant l'illettrisme revendiqué. Je suis
désolée, c'est au dessus de mes forces. Pourriez-vous lui demander d'aller s'occuper
ailleurs ? S'il vous plait ?

Dr Louis – (après un silence) Je regrette Gaspard. Pourriez-vous organiser le guet avec les
assistants de Charles s'il vous plaît, il vaut mieux être prudents et vous saurez concevoir
une défense infranchissable.

Gaspard – Hem... Euh... Très bien. Oui Dr Louis, bien sûr. Romuald, vous me présentez aux
autres ?

Romuald – Oui certainement. Professeur ?

Charles D – Oui Romuald, c'est par là. Pauline est en charge de la sécurité elle vous fera
visiter les installations.

Romuald et Gaspard sortent.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 38/44


Dr Louis – Bien, vous disiez Charles, une machine à deviner à partir d'un exposé. Le nom
de Calchas me fait redouter ce que vous faîtes deviner à cette machine.

Charles D – Mais l'avenir mon cher, l'avenir ! Petites ou grandes questions peuvent être
posées à l'expomancieur, du moment que l'on sache lui donner un exposé exhaustif des
données pertinentes...

Clothilde – C'est encore plus incroyable que tout ce que nous avions pu imaginer.

Charles D – Et cela fonctionne ! C'est fantastique et un peu effrayant également. Mais vous
voyez, par exemple, j'ai commencé par lui exposer des événements passés ayant déjà connus
leur résolution et ses réponses allaient de 70 à 85% d'exactitudes. Mais depuis que j'ai
ajouté un cinquième circuit organique, ses résultats sont passés à 90 puis 100%. Vous
rendez-vous compte de ce que cela signifie, Louis ?

Clothilde – Que beaucoup de personnes sont mortes en vain, à cause des délires d'un savant
rendu fou par son orgueil insensé.

Dr Louis – Voyons, si une telle machine existait, et fonctionnait, ce serait terrible, tous les
gouvernements voudraient se l'approprier.

Charles D – Exactement ! Calchas a d'ailleurs prédit un conflit à l'échelle mondiale


opposant les grandes puissances pour son contrôle. Un conflit long et meurtrier qui
commencerait par des actions engagées par les divers services de renseignements avant de
dégénérer en conflit ouvert au moment où l'une des puissances se serait approprié
l'expomancieur. C'est pour cela que j'ai quitté Ershàn Louis, pour achever mon travail en
sécurité et décider ce qu'il convenait de faire, hors de toute pression...

Dr Louis – Je regrette, Charles, mais pour autant que j'aimerai parfois que le monde et la
vie humaine puisse se réduire en équations, je crains qu'il ne soit impossible de jamais
donner suffisamment de données pertinentes à votre expomancieur... Comment décider de
ce qui est pertinent, qui serait capable d'énumérer les composantes exhaustives d'une
situation quelconque ? Je ne croyais pas au déterminisme avant de voir votre machine...

Charles D – Du déterminisme ! C'est un peu réducteur tout de même, ne voyez-vous pas le


mécanisme, le logicisme qui sous-tendent le fonctionnement de Calchas ? Rien de mystique
ici, de la logique et de l'extrapolation systématisée.

(Clothilde baille)

Dr Louis – Je crains Charles que votre expérimentation théorique n'ait faussé votre
jugement. Regardez donc votre machine avec des yeux neufs, Charles ! C'est un assemblage
hideux et contre nature qui associe des pièces mécaniques avec des éléments organiques, oh
non, mais ce sont des cerveaux !

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 39/44


Charles D - Le réseau interne des commutateurs du cerveau-moteur est organisé selon le
schéma synaptique du cerveau humain, voyez-vous. Pour lui donner la vitesse d'échange
nécessaire au traitement des informations, j'ai assemblé 128 cerveaux de chimpanzés et
128 lobes frontaux de cerveaux de porcs. Les commutateurs sont placés pour reproduire
les circuits synaptiques de l'homme... Mais un homme dont la masse cérébrales serait de 28
kilogrammes.

Dr Louis – Charles !

Clothilde – C'est dégradant, monstrueux !

Charles D – Monstrueux ? Vous avez devant vous ce qui constitue sans doute la plus belle
réussite scientifique de l'humanité. Une machine capable de penser et d'analyser plus vite et
plus juste qu'un homme, fut-il brillant. Je suis déçu de votre réaction Louis, je pensais qu'un
homme de science tel que vous pourrait apprécier la mesure de la révolution qui peut
s'accomplir à présent.

Clothilde – (elle sort une arme et menace les deux hommes) La seule révolution que vous
connaîtrez, vieux fou...

Dr Louis – Mais Clothilde !

Clothilde - … est celle du peuple du monde, opprimé par de trop nombreux tyrans à votre
ressemblance. Cette machine est à l'image de votre système, totalement corrompu, amoral
et incapable de discerner la justice sociale.

Dr Louis – Vous parlez comme une révolutionnaire socialiste...

Clothilde – Oui Dr Louis, j'ai vu la lumière et cette monstruosité doit disparaître avant de
permettre l'asservissement du peuple (elle tire sur la machine).

Charles D – (se jette vers Clothilde) Calchas, non !

Dr Louis – Non ! Charles ! Laissez, c'est inutile. (retient Charles D)

Clothilde – Encore un pas et je vous abat comme un chien. D'ailleurs vous feriez bien de
fuir, les hommes de la Ligue ne vont pas tarder à arriver (elle les menace à nouveau) et ils
seront moins tendres que moi... A moins que vous ne préfériez mourir tout de suite, en
prélude à la chute inévitable de votre monde.

(Charles D s'effondre, rampe et va pleurer au pied de sa machine détruite)

Dr Louis – Je comprends à présent. Vous n'avez pas échappé aux agents de la Ligue sur le
port. Ils vous ont capturée puis vous avez été soumise à leur technique d'endoctrinement
mesmérique. Vous n'êtes plus vous même Clothilde, laissez moi vous aider.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 40/44


Clothilde – Vous n'y êtes pas du tout mon pauvre Docteur Louis, la vérité s'est imposée
d'elle même à la mort d'Etienne. Je ne pouvais supporter de servir une cause injuste.
Etienne était votre larbin, tout comme Romuald ou même Gaspard. Vous utilisez les gens
comme des outils Docteur Louis et vous trouvez ça normal. L'archétype du héros
individualiste qui croit que la grandeur de son destin nécessite une armée de figurants
soumis et anonymes... Vous êtes un digne représentant du système inique qui vous a donné
le jour. Et je vous abhorre, vous me répugnez (Clothilde crache sur le Dr Louis).

(Des coups de feu et une explosion se font entendre)

Clothilde – Ah ! Les voilà, fuyez tout de suite ou vous êtes perdus.

Dr Louis – Charles, venez ! Il ne faut pas rester là.

Charles D – Je ne peux pas l'abandonner, je peux encore lui redonner vie.

Dr Louis – Allons Charles, venez (essaye de relever Charles D qui se débat et le repousse) .

Charles D – Partez Louis ! Si vous en avez le coeur, abandonnez Calchas à cette horrible
femme si vous voulez, moi je ne peux pas.

(Echange de regards de Dr Louis vers Clothilde, la machine, le public, Charles D)

Clothilde – Votre ami est déjà mort, sauvez vous docteur Louis.

(Dr Louis quitte la scène en courant, penaud).

Clothilde – Vive la révolution ! Mort à la tyrannie bourgeoise ! (Elle abat Charles D de


plusieurs coups de feu en hurlant, puis vérifie que sa victime est bien morte, que Dr Louis
est bien parti, pose son arme et soupire puis s'adresse au public en décrochage)

Clothilde / femme 1 – Ouf ! Et bien ça, ça fait du bien, vous pouvez me croire sur parole.
Pfui. Si vous voulez mon avis, on ne fait pas ça assez souvent... (Charles D se redresse)

Charles D / homme 2 – Oui, et bien, je pense que ça dépend du point de vue.

Clothilde / femme 1 – Ah ! Bien sûr, je n'incitais pas au meurtre, bien sûr que non,
attention, soyons précis et clairs : la violence c'est mal et tuer des gens également, mais
crier fort et tout péter de temps à autre ça détend.

Charles D / homme 2 – Bah oui, il faut que ça sorte, que les pressions s'évacuent...

Clothilde / femme 1 – Ex-ac-te-ment, tout à fait mon point de vue. Bien à présent que le
professeur Dubrovsky a rencontré un destin tragique.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 41/44


(durant leur échange, Dr Louis et Gasaprd entame le changement de décor, auquel ils se
joindront en cours de route)

Charles D / homme 2 – Subit un extrême préjudice.

Clothilde / femme 1 – Et que son joli jouet est tout cassé.

Charles D / homme 2 – Quand je pense aux heures qu'il a fallu pour l'assembler...

Clothilde / femme 1 – Et que notre héros éponyme a pris la poudre d'escampette...

Charles D / homme 2 – Et joue au lapin de Garenne dans les tunnels pendant que les agents
de la Ligue Révolutionnaire des Républiques Francophones donnent l'assaut.

Clothilde / femme 1 – Vous seriez en droit de vous demander : « bah bon mais alors
comment est-ce que cela finit donc cette histoire ? »

Charles D / homme 2 – Sur un navire bien sûr (il se lève, se change en Romuald et prend sa
place)

Clothilde / femme 1– Sur un navire, effectivement. Un petit vapeur dans lequel nous
retrouvons le vaillant Dr Louis, en compagnie de l'inévitable Gaspard le gaspésien et d'un
Romuald un peu accablé par la trahison de sa soeur. Le navire transporte également les
rares survivants de l'équipe Dubrovsky qui ont été capables de fuir. Je pourrais vous les
nommer, ou même vous les présenter, mais ils ne nous intéressent pas vraiment, autant
l'avouer. Concentrons nous plutôt sur nos héros. (elle sort)

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 42/44


9- Epilogue -9

Les trois personnages sont assis (Romuald), prostré (Dr Louis) ou accoudé au
bastinguage (Gaspard)

Gaspard – Ah ! L'air marin et se embruns, rien de tel pour vous requinquer un


homme, ou bien le moral. Allons Dr Louis, un peu d’entrain, nous avons survécu une
fois de plus et nous leur avons échappé, pour de bon cette fois, croyez moi !

Dr Louis – Non, Gaspard, je n'ai pas de raison de me réjouir. J'ai échoué tout ce que
j'avais entrepris.

Gaspard – Mais vous avez retrouvé Charles...

Dr Louis – Il est mort.

Gaspard – Vous avez découvert son invention...

Dr Louis – Détruite... C'était une folie d'ailleurs.

Gaspard – Vous avez organisé la fuite des survivants.

Dr Louis – Tandis que les autres étaient capturés, sans doute pour être torturés...

Gaspard – Ah pour ça, je ne mettrais pas ma main à couper.

Romuald – Et puis vous avez abandonné Clothilde, alors haut les coeurs, docteur !

Dr Louis – Je suis terriblement désolé Romuald, il n'y avait rien... que je puisse
faire... pour... Charles ?

Romuald – Non, c'est moi Romuald, mais je vois que votre conscience est lourde si
vous me confondez avec un autre. Je ne vous plaindrais pas. Ma soeur est avec les
autres à présent, qui sait ce qu'elle va devenir...

Gaspard – Bah elle est morte...

Dr Louis – Comment !?

Romuald – Quoi ?!

Gaspard – Bah j'imagine... Enfin je suis presque sûr, enfin non, c'est obligé, il n'y a

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 43/44


plus personne de de vivant dans les tunnels, tout a sauté.

Romuald – Quoi, cette explosion que nous avons entendue quand nous sortions de la
baie ?

Gaspard – Ouais, j'ai bloqué les chaudières, bouché les ventilations et monté la
pression. Quant aux issues des tunnels, on les a fait sauter après qu'ils soient rentrés
dans le complexe. On s'est bien occupé avec Pauline (fait signe à Pauline plus loin
sur le pont). Ensuite il ne manquait qu'une explosion pour lancer la réaction et ça
c'est toi Romuald qui l'a fait quand tu as jeté ce bâton de dynamite sur le quai...

Romuald – Je pensais à une diversion...

Gaspard – Et une bonne, ah ça oui ! Qui a quand même déclenché les explosions
secondaires qui ont fait sauter les chaudières qui ont à leur tour fait sauter une
grande partie de la falaise... Avec tous les révolutionnaires dedans... Un joli coup.
Bravo !

Dr Louis – Alors, les étudiants de Charles qui avaient été capturés...

Gaspard – Bah oui, hein, comme les autres, allez hop, sous la falaise ! (très
enthousiaste)

Dr Louis – Charles et sa machine ?

Gaspard – (exulte) Sous la falaise !

Romuald – Clothilde...

Gaspard – (moins fier) Sous la falaise... aussi. Remarquez, comme ça...

Dr Louis – Non, pas maintenant Gaspard, retenez vous plutôt. (va vers Romuald)
Allons, Romuald, voilà, venez là, tsss tsss ça va passer, vous verrez. Il vaut mieux
que cela ait fini ainsi, elle n'a pas eu le temps de souffrir.

Romuald – Oui... Vous avez peut-être raison Docteur Louis, c'est mieux ainsi. Et
puis nous avons sauvé tous ces gens.

Gaspard – Et empêché la Loge Pourpre, les britains et la LRPF de capturer le


professeur Dubrovsky et son invention.

Dr Louis – Oui. Et j'ai retrouvé Charles. Nous pouvons rentrer à la maison.

Dr. Louis – une aventure au coeur du mystère 44/44