Vous êtes sur la page 1sur 6

À la découverte

des villas palladiennes


Afin de développer les échanges La campagne
vénitienne vue
avec des propriétaires de monu- depuis la
ments et de jardins européens, la colonnade de
la villa
Demeure Historique a inauguré, Rotonda à
Vicence
en juin d e r n i e r, un cycle de © Florence
v o y a g e s d ’ é t u d e s . L’ o b j e t e s t d e Trubert

découvrir le patrimoine privé afin


de partager l’expérience de ceux
qui le font vivre.

Le premier de ces voyages* qui a


été réparti sur deux groupes
nous a conduits sur les traces de Les
participants
l’architecte Andrea Palladio, à du premier
voyage posent
l’occasion de la célébration du
avec
500 e anniversaire de sa naissance. Ludovico
Valmarana
Escapade en Vénétie, guidée PA R devant La
Rotonda
ARMAND DE F O U C A U LT , HISTORIEN
© Florence
D E L’ A R T Trubert

*Ce compte-rendu tient compte des légères variations de programme entre les deux groupes.

DEMEURE HISTORIQUE Numéro 178


E UROPE

La villa
Valmarana
dite encore
« villa aux
Nains »
© Catherine
Scheidecker

PALAIS ET VILLAS DE V ICENCE ET V ÉRONE


Cette rencontre avec l’œuvre de Palladio commence
par le centre historique de Vicence qui possède trois 59
des plus grands chefs-d’œuvre du maître : le palais
Chiericati, la basilique et le théâtre Olympique.

La façade du palais Chiericati est constituée d’une


double loggia, reposant sur des colonnes doriques,
l’ordre préféré de Palladio au début de sa carrière.
En remontant les rues de Vicence, où alterne l’archi- Carolina
Valmarana
tecture gothique et Renaissance, apparaît le palais entourée par
Barbaran da Porto, autre palais projeté par Palladio, Catherine
Scheidecker et
dont la cour est décorée, sur deux côtés, de superbes Armand de
Foucault
portiques d’ordre ionique. Sur la place des Seigneurs © DR
se dresse la basilique dont les portiques ont été
entièrement reconstruits par Palladio. Nous nous sommes ensuite rendus à la célèbre villa
Capra Valmarana, dite La Rotonda à cause de son
plan centré embelli sur les quatre façades d’élégants
Les pronaos d’ordre ionique. Nous y avons été accueillis
propriétaires par son propriétaire, Ludovico Valmarana qui nous a
de la villa
néo- fait pénétrer dans les salons puis dans la rotonde
palladienne de centrale surmontée d’une magnifique coupole décorée
Syam, bâtie
sur le plan de de stucs. La Rotonda servit, en 1980, de décor au
La Rotonda ,
aux côtés de
tournage du film Don Giovanni de Joseph Losey.
Ludovico
Valmarana
© Florence
En sortant de La Rotonda, les grilles de la villa aux
Trubert Nains se sont ouvertes pour nous : Carolina Valmarana,

DEMEURE HISTORIQUE Numéro 177


E UROPE

Le style
palladien
reprend des
éléments de
l’architecture
gréco-romaine
© Catherine
Scheidecker

qui nous attendait pour le déjeuner, nous fait découvrir Les jardins
Giusti
sa demeure qui possède parmi les plus grands décors de dominent la
fresques dus à Gianbattista Tiepolo et à son fils ville de
Vérone
Giandomenico. Dans la villa, les décors reprennent les © Florence

60
Le style palladien grandes épopées d’amour tirées de l’Antiquité et des Trubert

contes fabuleux du Moyen Âge, tandis que dans la


S’inspirant de l’Antiquité classique, Palladio privilégie
foresteria (maison des invités), ce sont les chinoiseries
les formes géométriques et cherche à créer une harmonie
qui sont à l’honneur.
des volumes. Il reprend des éléments de l’architecture Après une découverte du centre historique de Vérone,
Dans le
gréco-romaine : plan centré, ordres classiques, portiques, Marina Giusti del Giardino nous a reçus, pour un dîner Chianti, le
aux chandelles, dans le superbe pavillon de l’Amour qui théâtre de
coupoles, fronton, escaliers monumentaux. Au début du verdure des
surplombe le jardin Giusti. Construit par ses ancêtres au jardins de la
XVIIIe siècle, le style de Palladio revient à la mode, sous XVIe siècle sur le modèle de l’Académie fondée par Pojeda
© Florence
l’appellation de néo-palladianisme, dans divers pays Platon, ce lieu est dédié à la méditation intellectuelle. Trubert

d’Europe. Il connaît un regain de popularité au XIXe siècle

en Europe, puis en Amérique du Nord, avec les édifices

imaginés par Thomas Jefferson.

Portrait de
groupe des
participants
au 2 e voyage
© DR

DEMEURE HISTORIQUE Numéro 178


E UROPE

La surintendance pour les biens culturels


et artistiques architecturaux en Vénétie

Organisée par régions, la surintendance dépend du mi-

nistère des biens et activités culturelles en Italie. Lors de

travaux de conservation ou d’entretien, l’aide accordée

peut se situer autour de 30%, moyennant une ouverture

au public sur rendez-vous. Après accord de l’adminis-

tration fiscale, ce régime permet également une réduc-

tion des charges sur l’impôt foncier.

(cf. encadré), déploient d’incomparables perspectives


d’ifs et de cyprès et possèdent l’un des plus beaux
théâtres de verdure d’Italie. Nous étions ensuite
conviés à déjeuner dans la fraîcheur de l’orangerie
ouvrant sur des parterres de buis.
La journée s’est achevée avec la villa Emo, dite
L’orangerie Comme dans tous les jardins maniéristes, le parcours La Montecchia où nous avons été accueillis par
des jardins de
la Pojeda
est celui de l’élévation de l’âme qui traverse les Francesca Papafava dei Carraresi qui a trouvé une
sert de salle à vicissitudes de l’existence symbolisées par les zones solution originale pour faire vivre sa maison : la
manger d’été
© Florence d’ombre, les grottes et les labyrinthes. location saisonnière.
Trubert
61
V ILLAS AUTOUR DE V ÉRONE
À la villa Trissino-Marzotto qui conserve la série des Florence
Trubert et
tapisseries des Gonzague actuellement exposées au Armand de
Palazzo Te à Mantoue, nous avons été reçus par Foucault aux
côtés de
Gianino Marzotto. Les salons présentant les tapisseries Giuseppe
sont régulièrement loués pour des réceptions. Guerrieri-
Rizzardi et sa
tante Giovanna
Loredan
Dans la belle région de Valpolicella, à proximité du Bonetti ,
lac de Garde, les jardins de Pojeda, propriété de Maria- propriétaires
des jardins de
Christina Guerrieri Rizzardi et de sa sœur, Giovanna la Pojeda
Loredan Bonetti, par ailleurs très engagée dans le FAI © DR

Le FAI : Fondo Ambiente Italiano


Créé en 1975, le FAI est une fondation à but non lucratif qui gère 35 sites et monuments qui lui appartiennent. Sa première

dotation remonte à 1976 : 1 000 hectares de terres sur l’île de Panarea. Suivirent ensuite donations ou acquisitions de

châteaux, villas ou abbayes. Il bénéficie du support de 72 000 adhérents qui, selon le modèle du National Trust, ont un accès

illimité à toutes les propriétés. Le FAI, qui s’appuie sur plus de 500 bénévoles, bénéficie également d’un mécénat d’entreprise

très actif par le biais d’actions push. Un système « Corporate Golden Donors » offre des privilèges aux entreprises pour un

montant de 2 900 euros déductibles. Le montant total investi dans les restaurations s’est élevé à plus de 10 millions d’euros

et le budget de fonctionnement total s’est élevé à 31 millions d’euros.

www.fondoambiente.it

DEMEURE HISTORIQUE Numéro 178


Gaia Dona
delle Rose
expliquant
l’histoire de sa
famille
© Florence
Trubert

bataille de Lépante, au cours de laquelle la famille


avait combattu. Au rez-de-chaussée du palais, Gaia
et Chiara Dona delle Rose ont créé un atelier de
fabrication de tissus peints à la main, reprenant une
ancienne tradition vénitienne.
Au cours du déjeuner concocté par Gaia et son chef,
un dessert spécial Demeure
Historique nous a été servi : un
sorbet à base de melon et
d’huile d’olive.
La salle à PALAIS DE V ENISE Cette journée vénitienne s’est
manger du
palais Dona Le troisième jour fut consacré à la visite de deux des achevée par la rencontre avec
delle Rose à plus beaux palais de Venise donnant sur le Grand Anna Barnabo qui a créé dans
Venise
© Florence Canal : le palais Dona delle Rose, dernier palais habité le jardin du palais Malipiero
Trubert
à Venise par les descendants de la famille qui l’a Barnabo, une roseraie ouvrant
62 construit. On y trouve de nombreux souvenirs de la sur le Grand Canal.

Anna Barnabo
présentant
l’histoire de
son palais et
de ses
jardins
© Florence
Trubert

Le jardin de
roses du
palais
Barnabo
donnant sur le
Grand Canal à
Venise
© Florence
Trubert

DEMEURE HISTORIQUE Numéro 178


La villa V ILLAS AUTOUR DE PADOUE ET DE T RÉVISE de ces maisons, qui nous ont accueillis, conserve La villa Emo
Barbaro Capodilista
célèbre pour À Padoue, la chapelle des Scrovegni conserve intact une belle allure préservée du temps grâce à leur rachetée par
ses fresques son décor réalisé par Giotto en 1305. L’université de maintien dans leur famille d’origine et à l’action de un groupe
du Véronèse bancaire pour
© Florence Padoue est l’une des plus anciennes au monde. C’est gestionnaires sensibles.  en faire une
Trubert
dans l’école de médecine que se trouve la chaire de fondation
© Florence
Galilée et le Palais du Bœuf contient le premier Trubert

amphithéâtre d’anatomie bâti en 1490 sur le modèle


de gradins entourant une table centrale. Le jardin
botanique, fondé en 1545 à l’initiative de l’école de
médecine est considéré comme le plus ancien d’Europe.
Une cité consacrée aux disciplines scientifiques 63
depuis de nombreux siècles.
Enfin près de Trévise, nous avons renoué avec le
thème « Palladio » par la visite des deux plus
grandes villas réalisées par le maître : la villa
Barbaro à Maser, dont les décors de fresques sont
dus à Véronèse, et la villa Emo Capodilista à
Fanzolo, où fut initiée la culture du maïs à grande
échelle en Europe. Des dizaines d’espèces de végé-
taux, légumes et fruits sont représentés à profusion
sur les murs, témoignant des richesses agricoles Nicola di
Santo nous
exceptionnelles de la villa dès le XVIe siècle. La villa accueillant
Emo a été vendue par ses derniers propriétaires à la sous la
colonnade de
banque du Credito Trevigiano qui y a créé une la villa Emo
fondation présidée par Nicola di Santo. L’ensemble © Florence
Trubert

Nous tenons à exprimer nos remerciements les plus chaleureux aux


Deux anecdotes de visite
propriétaires qui nous ont accueillis dans des conditions
- À la villa Maser, les visiteurs sont invités à enfiler des exceptionnelles : Ludovico Valmarana (la Rotonda), Carolina
Valmarana (la villa aux Nains), Nicolo Done delle Rose et sa
chaussons de feutre afin de protéger les sols.
fille Gaia Done delle Rose (palais delle Rose), Anna Barnabo
- À la villa aux Nains, pour maintenir les portes ouvertes,
(palais Malipiero Barnabo), la comtesse Emo (villa Emo) et
les propriétaires ont disposé des sacs remplis d’objets Nicola di Santo, président de la fondation Emo, Maria-Christina
lourds et noués d’un ruban de satin. Guerrieri-Rizzardi, Giuseppe Guerrieri-Rizzardi, Giovanna
Loredan Bonetti et Giacomo Marrotto.

DEMEURE HISTORIQUE Numéro 178