Vous êtes sur la page 1sur 7

LECON 1&2 : LES CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MONOPHASE

LES CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MONOPHASE


1 - Différents formes de courants (et de tension)
ƒ Dans l'ensemble des formes de courants, nous pouvons effectuer une première partition :
- Les courants unidirectionnels,
- Les courants bidirectionnels,
i i

t
0 0
Courant unidirectionnel Courant bidirectionnel

ƒ Nous pouvons effectuer une seconde partition :


- Les courants périodiques,
- Les courants non périodiques,

1.1 - Courant périodique

Un courant est périodique si son intensité reprend la même valeur à intervalles de temps égaux,
i

t
t1 T t2

1.2 – Période

ƒ la période d'un courant périodique est la durée constante qui sépare deux instants consécutifs où le
courant se produit identiquement à lui-même,
ƒ La période est une durée (un temps), elle s'exprime en seconde, son symbole est T,

1.3 – Fréquence

La fréquence (f) d'un courant périodique est le nombre de fois que le courant se produit identiquement
à lui-même en une seconde,
1 ⎧⎪T en seconde
f= avec ⎨
T ⎪⎩f en hertz
1.4 - Courant alternatif

ƒ C'est un courant bidirectionnel et périodique dont la valeur moyenne est nulle,


ƒ Les deux aires hachurées sont égales,

CHAPITRE 2 : LES CIRCUITS EN REGIME ALTERNATIF MONOPHASE 35


LECON 1&2 : LES CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MONOPHASE

t
0 T

1.5 - Courant alternatif symétrique

ƒ C'est un courant périodique dont la valeur moyenne est nulle, les deux aires hachurées sont égales
comme précédemment mais en plus elles sont superposables car les courbes A de la première demi
période et B de la deuxième demi période sont identiques,
ƒ Ce sont les deux alternances du courant (A : alternance positive, B : alternance négative),
i A

i0
T
t0 +
2 t
0 t0 T T
2
-i0
B
ƒ Si io est l'intensité du courant à l'instant t0, une demi-période plus tard, l'intensité est -i0,
T
i(t 0 + ) = - i(t 0 )
2
1.6 - Courant sinusoïdal

ƒ C'est un courant alternatif symétrique dont l'intensité est une fonction sinusoïdale de temps,
ƒ Ce courant est le plus important, toute l'énergie électrique est produite sous cette forme,
i

t
0 T T
2

2 - Courant/Tension sinusoïdal
ƒ Un courant (ou une tension) est alternatif sinusoïdal s'il varie en fonction du temps selon la loi
sinusoïdal,
ƒ S'il s'agit d'une tension, elle a pour expression :

CHAPITRE 2 : LES CIRCUITS EN REGIME ALTERNATIF MONOPHASE 36


LECON 1&2 : LES CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MONOPHASE

⎧ u(t) : valeur instantanée



⎪ UM : amplitude maximale (V)

⎪ ωt + ϕ 0 = phse instantanée (rd)
u( t) = UM sin (ωt + ϕ 0 ) avec : ⎨

⎪ ϕ 0 : déphasage par rapport à l' origine de phase

⎪⎩ ω : pulsation (rd
s)
On définit :

- La période T en seconde (s) avec : T =
ω
1 ω
- La fréquence f en Hz avec : f = =
T 2π
ƒ S'il s'agit d'un courant, il a pour expression : i(t) = IM sin (ωt +ϕ)
u(θ)
i
i(θ)

θ
0

ϕ0 Δϕ

ƒ Δϕ = ϕ - ϕ0 : est le déphasage entre le courant et la tension

3 - Valeurs moyennes et efficaces du courant sinusoïdal

Soit : i(t) = IM sin ωt

ƒ Intensité moyenne :
T T T

∫ ∫
IM ⎡ - cos ωt ⎤
= - M [cos ωT − cos 0 ] = - M [1 - 1] = 0
1 1 I I
Imoy = i(t) dt = IM sin ωt dt = ⎢ ⎥
T 0 T 0 T ⎣ ω ⎦0 Tω 2π

ƒ Intensité efficace :
T T T T
T 2 2

∫ ∫ ∫ ∫
2 1 2 2 2 2 2 2 2 2 2.I 2 1 - cos 2ωt 2.I ⎡ sin 2ωt ⎤ 2
Ieff = i (t) dt = i (t) dt = IM sin ωt dt = M dt = M ⎢ t - 2ω ⎥
T 0 T 0 T 0 T 0 2 2.T ⎣ ⎦0
2
IM ⎡ T 1 T ⎤ ⎡1 ⎤
=- ⎢( 2 - 2ω sin 2ω 2 ) − 0 ⎥ = IM ⎢ 2 ⎥ ⇒ Ieff =
IM
T ⎣ ⎦ ⎣ ⎦ 2

UM U
ƒ De même pour la tension : Umoy = ; U= M
2 2
4 - Représentation de Fresnel
4.1 - Convention de Fresnel

ƒ Soit le signal : S(t) = SM sin (ωt + ϕ) = 2 S sin (ωt + ϕ)

CHAPITRE 2 : LES CIRCUITS EN REGIME ALTERNATIF MONOPHASE 37


LECON 1&2 : LES CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MONOPHASE

ƒ Ce signal peut être représenté par un vecteur OM de module 2 .S placé par rapport à OX origine
des phases, tel que (OX,OM) = ϕ Y

ω
M1 (t = t)

ωt1+ϕ
M (t = 0)
ϕ
X
0

ƒ Le vecteur OM tourne avec une vitesse ω constante dans le sens trigonométrique,


ƒ L'intérêt de la représentation de Fresnel c'est de séparer la partie temporelle (ωt) de la partie de
phase (ϕ),

4.2 - Somme vectorielle de deux grandeurs sinusoïdales

Soient deux grandeurs sinusoïdales :

ƒ S1( t) = S1 2 sin(ωt + ϕ1) de module S1 2 et de phase par rapport à l'origine ϕ1,


ƒ S 2 ( t) = S 2 2 sin(ωt + ϕ 2 ) de module S 2 2 et de phase par rapport à l'origine ϕ2,
Y

S1
ω

ϕ2 ϕ
S2
ϕ1
X
0

S( t) = S1(t) + S 2 (t) = S. 2 sin (ωt + ϕ)

⎧ 2 2 2 2 2
⎪• Module : S = (S1 sin ϕ1 + S 2 sin ϕ 2 ) + (S1 cos ϕ1 + S 2 cos ϕ 2 ) = S1 + S 2 + 2S1S 2 cos (ϕ 2 - ϕ1)
⎪⎪

⎪ S1 sin ϕ1 + S 2 sin ϕ 2 ⎡ S sin ϕ1 + S 2 sin ϕ 2 ⎤
⎪• Phase : tgϕ = ⇒ ϕ = arctg ⎢ 1 ⎥
⎩⎪ S1 cos ϕ1 + S 2 cos ϕ 2 ⎣ S1 cos ϕ1 + S 2 cos ϕ 2 ⎦

Application :

Connaissant les expressions u1(t) et u2(t), trouver graphiquement celle de u(t) = u1(t) + u2(t),
π
avec : u1(t) = 8 2 sin ωt et u 2 (t) = 12 2 sin (ωt - ) ; Echelle : 1 cm → 2 V
2

CHAPITRE 2 : LES CIRCUITS EN REGIME ALTERNATIF MONOPHASE 38


LECON 1&2 : LES CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MONOPHASE
0 U2
ϕ
⏐ϕ⏐ = 56° ⇒ ⏐ϕ⏐ = 0,98 rd
U = 14,4 V
U u(t) = 14,4 2 sin (ωt - 0,98)

U1
5 - Représentation complexe

ƒ A un signal S(t) = S 2 sin (ωt + ϕ) , on peut correspondre un nombre complexe S de module S 2 et


d'argument ϕ,

⎧⎪Im ( S ) = S sin ϕ
ƒ S peut s'écrire : S( t) = S 2 e = S 2 (cos ϕ + j sin ϕ) avec : ⎨ ,
⎪⎩Réel ( S ) = S cos ϕ
dont le module est la valeur efficace S et l'argument ϕ la phase de s(t),

ƒ La pulsation ω ne figure pas dans les représentations complexes, mais il est sous entendu que toute
les fonctions sinusoïdales quelles représentent ont la même pulsation,

5.1 - Somme de deux grandeurs complexes

Soient deux grandeurs complexes :


S1 = S1 e 1 = S1 (cos ϕ1 + j sin ϕ1)

S2 = S 2 e 2 = S 2 (cos ϕ 2 + j sin ϕ 2 )

S = S1 + S2 = S e = S (cos ϕ + j sin ϕ) = (S1 cos ϕ1 + S 2 cos ϕ 2 ) + j (S1 sin ϕ1 + S 2 sin ϕ 2 )

2 2 2 2 2
• Module : S = (S1 cos ϕ1 + S 2 cos ϕ 2 ) + (S1 sin ϕ1 + S 2 sin ϕ 2 ) ⇒ S = S1 + S 2 + 2 S1S 2 cos (ϕ 2 − ϕ1)

S1 sin ϕ1 + S 2 sin ϕ 2 ⎡ S sin ϕ1 + S 2 sin ϕ 2 ⎤


• Phase : tgϕ = ⇒ ϕ = arctg ⎢ 1 ⎥
S1 cos ϕ1 + S 2 cos ϕ 2 ⎣ S1 cos ϕ1 + S 2 cos ϕ 2 ⎦

6 - Loi d'ohm en alternatif

6.1 - Définition de l'impédance Z et de l'admittance Y

ƒ L'impédance Z est le rapport de la tension appliquée au circuit par le courant qu'elle produit :
U
Z=
I
I 1
ƒ L'admittance est par définition : Y = = en simens (s),
U Z

CHAPITRE 2 : LES CIRCUITS EN REGIME ALTERNATIF MONOPHASE 39


LECON 1&2 : LES CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MONOPHASE

6.2 - Circuit purement résistif

i(t) u( t) = U 2 sin (ωt + ϕ 0 )



i(t) = I 2 sin (ωt + ϕ1)

U 2 sin (ωt + ϕ 0 )
u(t) R D' après la loi d' ohm : u(t) = r i(t) ⇒ i(t) =
R
On déduit que le courant et la tension sont phase
Δϕ = 0 car ϕ1 = ϕ2 et que Z = R, Donc : UR = R. I

I U
0 X
U
I=
6.3 - Circuit purement inductif R

Considérons une bobine d'inductance L et de résistance nulle,

i(t) u( t) = U 2 sin (ωt + ϕ 0 )

i(t) = I 2 sin (ωt + ϕ1)

di π
L On a : u(t) = L = LωI 2 cos (ωt + ϕ1) = LωI 2 sin (ωt + ϕ1 + )
u(t) dt 2
π
j(ϕ1 + ) π
2 j
U L ωI 2 e 2 π π
Z= = =L ωe = L ω (cos + j sin ) = j L ω
I jϕ1 2 2
I 2e
π
On déduit que la tension est en quadrature avant avec le courant ( Δϕ = ). Donc : UL = j L ω I
2
UL = L ω I

π
2 I
0 X
Remarque :
ƒ Une bobine idéale traversée par un courant continu (i(t) = cte), elle se comporte comme un court-
circuit (Z = 0 car (ω = 0),
ƒ XL s'appelle réactance inductive avec : XL = Lω en Ω

6.4 - Circuit purement capacitif

i(t) u( t) = U 2 sin (ωt + ϕ 0 )


i(t) = I 2 sin (ωt + ϕ1)

du π
C On a : i(t) = C = CωU 2 cos (ωt + ϕ 0 ) = CωU 2 sin (ωt + ϕ 0 + )
u(t) dt 2

jϕ π
0
U U 2e 1 -j 1 -2
Z= = = = = e
I π jCω Cω Cω
j(ϕ0 + )
C ωU 2 e 2

CHAPITRE 2 : LES CIRCUITS EN REGIME ALTERNATIF MONOPHASE 40


LECON 1&2 : LES CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MONOPHASE

π I
On déduit que la tension est en quadrature arrière avec le courant ( Δϕ = - ). Donc : UC =
2 jCω
I
0 X
π

2

I
UC =

Remarque :

ƒ Un condensateur alimenté par une tension continu (u(t) = cte), se comporte comme un circuit
ouvert (Z → ∞ car ω = 0),
1
ƒ XC s'appelle réactance capacitive avec : X C = en Ω

CHAPITRE 2 : LES CIRCUITS EN REGIME ALTERNATIF MONOPHASE 41