Vous êtes sur la page 1sur 4

REPERES DE DEVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR

CHEZ L’ENFANT DE 0 A 6 ANS

Lorsque vous rencontrerez votre enfant, il pourra vous être utile de


disposer de quelques repères simples pour vous permettre de situer ses
aptitudes et habiletés par rapport à son âge

De la naissance à dix-huit ans en effet, l’enfant connaît un développement continu,


physique, sensoriel, intellectuel, qui lui permet de communiquer et découvrir le
monde, d’apprendre et de s’intégrer familialement, scolairement et socialement.

Ce développement (motricité, comportement, langage) est habituellement évalué en


se référant à des moyennes (exemple : marche acquise vers un an). Mais chaque
enfant évolue à son propre rythme et il peut exister, sans que cela doive inquiéter,
des écarts de plusieurs semaines ou mois d’un enfant à l’autre (un enfant peut ne
marcher qu’à seize mois). Ces écarts doivent cependant rester limités par rapport à
la moyenne et il conviendra d’être vigilant si l’enfant présente un retard important,
ou un retard qui persiste ou s’est aggravé au fil des mois.

L'appréciation du développement psychomoteur d’un enfant demande « une bonne


coopération » de sa part. En d’autres termes, il importe que l’enfant se sente en
sécurité, éventuellement, dans les bras d’une personne qu’il connait bien et de lui
proposer des activités ludiques, dans une pièce ou un lieu calme. L'enfant peut être
mis en confiance au moyen de jeux variés (cubes ou objets colorés, pièce de
monnaie, imagier, flacon contenant une pastille colorée). A partir de l'âge de 6 mois,
par exemple, une bonne entrée en matière consiste à proposer à l'enfant un objet
coloré posé sur la main, devant lui, qu’il devrait progressivement accepter de
prendre, de manipuler ; à partir de 8-10 mois de petits échanges peuvent ainsi
s'établir.

Il est également important de prêter attention à ce qui est dit par le médecin de
l’orphelinat, la directrice de l’orphelinat ou le personnel qui s’occupe habituellement
de l’enfant (ou un médecin que vous avez amené avec vous à l’orphelinat et qui a
pu l’examiner). En cas de doute, il sera utile d’interroger le médecin qui a suivi
l’enfant sur ses antécédents familiaux, sur le déroulement de la grossesse, sur les
conditions de l'accouchement et de le questionner sur la chronologie des réalisations
de l’enfant. En s'aidant du dossier ou du rapport sur l’enfant (et carnet de santé s’il
existe), les principales étapes du développement peuvent souvent être repérées en
fonction de l’âge.

En tout état de cause, c’est vous-mêmes, en tant que futurs parents qui apprécierez
la façon dont l’enfant va vous regarder, si vous arrivez à capter son regard et à
avoir des échanges de regard avec lui. Cet échange de regard est important.

De plus, vous allez voir l’enfant plusieurs jours de suite. Si le premier jour, vous
n’arrivez pas à communiquer avec lui parce qu’il reste prostré dans un coin, mais
que dès le deuxième jour, il commence à vous regarder à la dérobée, à s’intéresser
à ce que vous faites, que le troisième jour, vous pouvez avoir des échanges de
regard, et que le quatrième, il est sur vos genoux, sourit ou qu’il a envie de marcher
alors qu’il était complètement passif les premiers jours, cela constituera une
évolution très positive à prendre en compte.

1. Repères chronologiques avant l’âge de 3 ans

1.1. Certains repères chronologiques sont utiles à connaître

Les repères indiqués ci-dessous correspondent au développement d’un enfant vivant


dans un milieu stimulant et protecteur (bien évidemment, plus un enfant
expérimente sur une longue durée des conditions de vie défavorables, plus ces
conditions peuvent avoir un impact négatif sur la qualité de son développement
cognitif, voire favoriser un retard des acquisitions).

- 0 à 3 mois : le nourrisson suit des yeux un objet dans les deux directions de
l'espace (1-2 mois) ; sourire-réponse (2-3 mois) ; tenue de la tête (3 mois).
- 3 à 6 mois : intérêt pour les objets, rire, gazouillis.
Schématiquement, l'évolution du tonus se poursuit de la tête vers le cou, puis le
tronc, le bassin, les membres supérieurs et inférieurs.
- 7 à 9 mois : tient assis sans appui, porte les objets ou un gâteau à la bouche,
manipule les cubes d'une main dans l'autre (7-9 mois) ; pointe du doigt, joue à
« coucou, le voilà », répète une syllabe : mama, baba, tata, papa (9ème mois).
Autour de cet âge, sur le plan comportemental, l'enfant quitte progressivement un
état où il ne se distingue pas lui-même de ce qui l'entoure pour entrer dans une
période où il se perçoit comme distinct de l'environnement et notamment de sa
mère.
Il est timide, voire apeuré avec les inconnus (notion d' « angoisse du 8ème mois »). Il
s'attache souvent à un objet (bout de tissu, peluche...) dont l'odeur, la douceur et la
chaleur lui permettent de mieux tolérer la séparation : c'est « l'objet transitionnel »
ou « doudou ».
- 9 à 12 mois : évolution de la pince digitale pour saisir les petits objets ou la pièce
de monnaie (pince pouce-doigts : 8-10 mois, pince pouce-index : 10-13 mois) ;
notion de permanence de l'objet (acquise vers 10 mois) : l'enfant va chercher un
objet caché sous un tissu ou dans la main ; il tient debout avec appui (8-10 mois),
s'assoit et se remet debout seul. L'enfant comprend un certain nombre de mots
reliés à des situations identifiées par lui (au revoir, bravo, donne, tiens).
- 12 à 18 mois : le langage apparaît : d'abord sous la forme de mots séparés, de
"mot phrase" qui peut prendre plusieurs sens, par exemple "maman" peut désigner
la personne mais aussi le sac, les chaussures... de maman. Les mots sont ensuite
groupés deux à deux. Développement de l'autonomie dans certains gestes (boire au
verre, utilisation de la cuillère), acquisition de la marche. L'enfant découvre son
corps : il aime regarder son image dans le miroir (stade du miroir). Il peut et
s’amuse à montrer son nez, sa bouche... à la demande.
-18 mois à 2 ans : poursuite de l'acquisition de l'autonomie : marche acquise,
compréhension et réponse à des ordres simples. Autour du 24ème mois, il associe
deux mots (« papa parti »), a une habileté accrue (superpose des objets, tour de
cubes). Il comprend comment sortir la pastille du flacon en le retournant.
- 2 à 3 ans : l'enfant est maintenant très autonome dans ses déplacements, se
déshabille seul et commence à pouvoir enfiler certains vêtements. Acquisition de la
propreté de jour (22-30 mois), de nuit (vers 3 ans en moyenne). Il commence à
utiliser un crayon. Le langage s'enrichit, fait de courtes phrases, le "je" apparaît vers
3 ans. La compréhension de la signification des différents objets se renforce. Cela se
traduit par l'imitation dans le jeu avec les poupées, les voitures, …les jeux
symboliques comme l'avion représenté par deux bouts de bois croisés.

Evaluation de l'audition
Une bonne appréciation de ce développement suppose bien sûr que l’enfant dispose
d’une audition normale. Chez le nourrisson à partir de l'âge de 2-3 mois, la réaction
au bruit (voix, clochette) peut être repérée devant une rotation de sa tête vers la
source sonore. Le dépistage à partir de la voix chuchotée est possible dès 2-3 ans.

L'affectivité
Elle est définie par le champ des sentiments et des émotions dans la relation à soi et
aux autres. Plusieurs stades ont été décrits selon la fonction physiologique associée.
- Entre 0 et 18 mois, le plaisir est largement lié à l'alimentation et à ce qui
l'accompagne ; les conflits s'expriment autour de la nourriture.
- Entre 2 et 3 ans selon les enfants, survient la période d'éducation sphinctérienne
avec ses plaisirs (celui de retenir ou d'expulser, d'être propre ou sale) et ses conflits
avec l'entourage. Cette période est aussi celle de l'opposition de l'enfant face aux
interdictions parentales qu'il découvre. Elle se traduit par le "NON", les colères
parfois impressionnantes (se roule à terre, spasme du sanglot...).

1.2. A l’inverse, certains signes doivent alerter

Le développement suit en effet une progression régulière et harmonieuse.


Or, s’il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour des écarts relativement limités par rapport
à la moyenne, il faut en revanche être très vigilant si l’enfant présente un retard
important ou un retard qui persiste ou s’aggrave dans le temps. Les signes
énumérés ci-dessous se réfèrent au nouveau carnet de santé diffusé en France
depuis le 1er janvier 2006.

Sur le plan du langage par exemple, un certain nombre de signes doivent alerter :
● si, à 12 mois, l’enfant ne babille pas (ne répète pas spontanément de syllabes
telles que mama, baba, tata ou papa)
● s’il ne prononce aucun mot à 18 mois
● s’il n’associe pas deux mots à 24 mois (ex. : « papa parti »)
● s’il ne fait pas de phrases de trois mots à trois ans.

Sur le plan du comportement, ont valeur de signes d’alerte à 12 mois :


● l’absence de babillage
● l’absence de pointage du doigt
● l’absence d’autres gestes sociaux tel le jeu de « coucou, le voilà » (jeu connaissant
de nombreuses variantes au cours desquelles le visage de l’adulte est dissimulé puis
dévoilé à l’enfant, provoquant le rire).

De même, les repères indiqués à l’occasion de l’examen du 24ème mois sont


orientés vers le dépistage d’un trouble du développement et leur absence a valeur
d’alerte :
à 24 mois, un enfant
● utilise son index pour désigner quelqu’un ou quelque chose,
● joue à faire semblant,
● imite l’adulte dans la vie quotidienne,
● répond à votre sourire.

Quel que soit l’âge, toute perte du langage ou des capacités d’échanges avec les
autres est un signe d’alerte.

2. Repères chronologiques chez l’enfant de 3 à 6 ans

- Langage : le langage devient riche à partir de 3 ans 1/2, les couleurs sont
connues vers 4 ans, la sériation dans l’espace (petit/grand) et dans le temps (sieste
ou nuit) commence à être maîtrisée entre 4 et 5 ans.
- Autonomie : l'enfant se déshabille vers 3 ans, s'habille seul vers 4 ans 1/2-5 ans,
y compris les boutons. Le nœud de lacets est acquis vers 6-7 ans.
- Graphisme : de façon schématique, on peut retenir qu'un rond est réalisé vers 3
ans, une croix vers 3 ans 1/2, un carré après démonstration vers 4 ans, un triangle
vers 5 ans, un losange vers 6-7 ans. Le dessin du bonhomme est progressif :
bonhomme têtard vers 3 ans 1/2-4 ans. Le bonhomme à 5 parties distinctes vers 4
ans-4 ans 1/2, puis il s'enrichit de détails. Le profil apparaît vers 6 ans. La
latéralisation s'acquiert entre 4 et 5 ans pour la main (gaucher ou droitier) et le
pied.
- Affectivité-Intelligence : c'est un âge caractérisé par :
• la curiosité : l'âge du « Pourquoi ? » qui traduit une recherche
d'explications, mais aussi de règles et d'affirmations.
• la « pensée magique » : chaque chose est considérée comme vivante et
douée d'intention bonne ou mauvaise (gentil/méchant) ; parallèlement, se
développe chez l’enfant un sens moral par intériorisation des interdits fixés par les
adultes.
• la découverte de la différence des sexes permet à l'enfant de se
définir progressivement comme un être sexué.

S’agissant d’un enfant non francophone, venant d’un orphelinat et dont la vie a
récemment été bouleversée, l’évaluation du développement psychomoteur peut bien
évidemment être rendue délicate et il conviendra d’être prudent sur les conclusions.
L’éventuelle dénutrition sévère de la première année et le manque de stimulations
entrainent certes des séquelles, mais on a souvent observé aussi qu’une prise en
charge adéquate permettait à ces enfants de récupérer leur retard.