Vous êtes sur la page 1sur 1

support : Candide, Voltaire, Chapitre 17 « Ils voguèrent quelques lieues entre des bords tantôt fleuris

…. où toute la nature est d’une espèce si différente de la nôtre. »

1. Identifier la situation d’énonciation.

• Qui sont les deux personnages du passage ?


• Candide et Cacambo.
• D’où venaient-ils ?
• Du pays des Oreillons.
• Où voulaient-ils se rendre ?
• A Cayenne.
• Connaissaient-ils la route ?
• Non.
• Comment comptaient-ils s’y rendre ?
• A bord d’une barque trouvée sur le rivage.

2. Identifier les aspects invraisemblables du conte.

• Quel trajet suivait le fleuve sur lequel ils voguaient ? Justifiez votre réponse.
• Le fleuve s’enfonçait sous une grotte. « Elle se perdait … jusqu’au ciel. »
• Combien de temps Candide et son compagnon sont-ils restés dans cette grotte ?
• 24 heures.
• Relevez le champ lexical montrant que le pays qu’ils ont découvert était beau et agréable.
• « était cultivé pour le plaisir » ;« partout l’utile était agréable » ;« les chemins étaient ornés de
voitures » ;

• Quelle interprétation a donné Candide à l’attitude des enfants,


• Il pensait qu’il s’agissait d’enfants nobles auxquels on avait appris à mépriser les richesses.
• Lorsque Candide et Cacambo ont pénétré dans l’auberge, qu’ont-ils vu ?
• Des garçons et des filles vêtus de draps d’or.
• Quels mets a-t-on offerts aux personnages ?
• 4 potages fait avec des 2 perroquets et un condor de 200 livres, 2 singes rôtis, 300 colibris et 600
oiseaux mouches.
• Quel est l’effet produit par cette accumulation ?
• Cela paraît invraisemblable.
• Relevez, à la fin du passage, une expression montrant que cette nourriture n’était pas digne des
voyageurs.
• « Vous avez fait mauvaise chère ici, parce que c’est un pauvre village. »

• Comment se comportaient les habitants ?

• Ils étaient d’une politesse extrême, d’une discrétion la plus circonspecte… c’étaient des gens
raffinés.

Synthèse :

• Quelle impression se dégage de ce lieu et de ses habitants ?


C’est un lieu idyllique où les richesses abondent mais où l’argent ne compte pas. Les habitants sont

doux, généreux et polis.
• Quels sont les aspects communs avec les contes traditionnels ?
• Des lieux et des personnages exceptionnels ;
• Une ambiance de félicité ; Des richesses abondantes.