P. 1
Thermodynamique exercices T3- Premier principe

Thermodynamique exercices T3- Premier principe

5.0

|Views: 5,805|Likes:
Publié parIhsan Mokhlisse

More info:

Published by: Ihsan Mokhlisse on Aug 07, 2008
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/18/2013

pdf

text

original

Thermodynamique.

Chapitre 3 : Premier principe.

Exercice 1 : Compression monotherme d’un gaz parfait.
De l'air, à la température T0, assimilé à un gaz parfait diatomique, est contenu dans un cylindre, aux parois diathermanes, fermé par un piston également diathermane, de section S et de masse M0. L'ensemble est placé dans l'air à la pression P0. À l'équilibre, le piston se trouve à la distance h1 du fond du récipient. L’air du cylindre subit une transformation monotherme car il n’échange de la chaleur qu’avec l’atmosphère extérieure dont la température T 0 est supposée constante. Données : P0 = 105 Pa ; g = 10 m .s-2 ; S = 0,1 m2 ; M = M0 = 100 kg ; h1 = 1 m ; T0 = 300 K. 1- On pose sur le piston une masse M0. Le piston descend brutalement, oscille, et du fait de phénomènes dissipatifs finit par s'immobiliser à une distance h2, du fond du récipient.. - Déterminer l’état final (P2, T2, h2) de l’air enfermé dans le récipient. - Calculer le travail W échangé entre l’air contenu dans le cylindre et le milieu extérieur. 2- Repartant de l’état initial, on pose successivement sur le piston des masses m (m<< M 0) en attendant à chaque fois que la température de l’air intérieur se stabilise (à la valeur T0) et que le piston s’immobilise ; on répète l’opération jusqu’à ce que la charge totale soit égale à M0. - Déterminer l’état final (P’2, T’2, h’2) de l’air enfermé dans le récipient. - Calculer le travail W’ échangé entre l’air contenu dans le cylindre et le milieu extérieur.

Exercice 2 : Compression adiabatique d’un gaz parfait.
De l'air, à la température T1, assimilé à un gaz parfait, est contenu dans un cylindre, aux parois adiabatiques, fermé par un piston également adiabatique, de section S et de masse M. L'ensemble est placé dans l'air à la pression P0. À l'équilibre, le piston se trouve à la distance h1 du fond du récipient. Données : P0 = 105 Pa ; g = 10 m .s-2 ; S = 0,1 m2 ; M = M0 = 100 kg ; h1 = 1 m ; T0 = 300 K ;

γ =

cPm = 1,4 . cVm

1- On pose sur le piston une masse M0. Le piston descend brutalement, oscille, et du fait de phénomènes dissipatifs finit par s'immobiliser à une distance h2, du fond du récipient. - Déterminer l’état final (P2, T2, h2) de l’air enfermé dans le récipient. - Calculer le travail W échangé entre l’air contenu dans le cylindre et le milieu extérieur. 2- Repartant de l’état initial, on pose successivement sur le piston des masses m (m<< M0) en attendant à chaque fois que le piston s’immobilise avant de poser la masse suivante ; on répète l’opération jusqu’à ce que la charge totale soit égale à M0. - Déterminer l’état final (P’2, T’2, h’2) de l’air enfermé dans le récipient. - Calculer le travail W’ échangé entre l’air contenu dans le cylindre et le milieu extérieur.

Exercice 3 : Apport de chaleur par une résistance électrique .
Un cylindre fermé, horizontal est séparé en deux compartiments A et B de même volume V 0 par un piston pouvant coulisser librement sans frottement. A et B contiennent chacun une mole de gaz parfait à la pression P0 et à la température T0. Données : P0 = 105 Pa ; h1 = 1 m ; T0 = 300 K ; T1 = 500 K ; pour le gaz parfait, le coefficient

γ =

cPm = 1,4 cVm

Le piston, la surface latérale et la base SA du cylindre sont adiabatiques ; la surface de base SB est athermane. Le compartiment A est porté, très lentement, à la température T1, à l’aide d’une résistance chauffante ; le compartiment B reste à la température T0 par contact thermique avec un thermostat à la température T0. 1- Exprimer les volumes VA, VB et la pression finale Pf en fonction de T0,T1 et V0, à l’équilibre thermodynamique. Lycée Camille Pissarro Année 2007 – 2008

- Page 1 -

2- Quelle est la variation d’énergie interne du gaz du compartiment A, du gaz du compartiment B ? 3- Quelle est la variation d’énergie interne du système [ A + B ] (on exclut la résistance et le piston de ce système) ? 4- Quelle est la nature de la transformation subie par le gaz du compartiment B ? Quel est le travail WB reçu par B de A ? 5- Quelle est la chaleur QB reçue par B ? 6- Quelle est la chaleur QR fournie par la résistance ? On calorifuge la base SB du compartiment B et on fait passer la résistance chauffante du compartiment A dans le compartiment B. Le gaz B reçoit un transfert thermique Q’R de la résistance de telle sorte que le piston reprenne sa position d’équilibre initiale. 7Quelle est la nature de la transformation subie par le gaz du compartiment A ?

8- Quelle est la pression finale d’équilibre P’f ? Exprimer en fonction de T0,T1, V0, R et γ. 9- Déterminer les températures TA et TB des deux gaz dans chaque compartiment. 10- Quelle est la variation d’énergie interne du gaz du compartiment A, du gaz du compartiment B ? 11- Quelle est la variation d’énergie interne du système [ A + B ] (on exclut la résistance et le piston de ce système) ? 12- Déterminer Q’R.

Exercice 4 : Détente polytropique d’un gaz parfait.
On considère la détente polytropique d’un gaz parfait pour laquelle le volume V et la pression P vérifient PV k = cste, avec k constante positive, menant d’un état P1, V1, T1 à un état P2, V2, T2, (V1 < V2). On suppose que le coefficient

γ =

cPm de ce gaz est indépendant de la température dans le domaine considéré. Pour quelles valeurs du cVm

coefficient k la détente s’accompagne-t-elle : a- d’absorption de chaleur et d’échauffement du gaz ? b- d’absorption de chaleur et de refroidissement du gaz ? c- de dégagement de chaleur ?

Exercice 5 : Etude d’un compresseur à deux étages.
1- Un compresseur amène une mole de gaz parfait de l’état initial (P 1, T1) à l’état (P2, T2) par une compression supposée adiabatique et réversible. Le gaz est ensuite refroidi de manière isobare réversible de la température T2 à la température T1. a- Déterminer T2. Pour la suite, on prendra T2 = a.T1. b- Etablir l’expression du travail total WT reçu par une mole de gaz en fonction de R, γ, T1 et a. 2- La compression précédente est maintenant réalisée en deux étages. Dans le premier étage, on comprime de manière adiabatique réversible le gaz de la pression P1 à la pression P’1 = b.P1, avec b constante positive comprise entre 1 et

P2 . A la sortie du premier P 1

étage, le gaz est refroidi de manière isobare réversible jusqu’à la température T1, puis introduit et comprimé de manière adiabatique réversible de la pression P’1 à la pression P2. Le gaz est enfin ramené à la température initiale T1 par un refroidissement isobare et réversible. a- Etablir l’expression du travail total W’T reçu par une mole de gaz en fonction de R, γ, T1, b et a. b- Comparer le travail W’T à celui WT obtenu lors de la compression mono-étagée. c- Quelle valeur faut-il donner à b pour que W’T soit minimal ? Quelle est la valeur W’m correspondante de W’T. d- Calculer le rapport r =

W 'm pour γ = 1,4. WT

Données : P1 = 1 bar ; P2 = 2 bar ; T1 = 300 K .

Lycée Camille Pissarro

- Page 2 -

Année 2007 – 2008

Exercice 6 : Remplissage d’un récipient sous vide.
Un récipient de volume V1, fermé par une vanne, dont les parois sont supposées adiabatiques, est initialement vide. Il est placé dans l’air ambiant, assimilable à un gaz parfait à la température T0 et à la pression P0. On ouvre la vanne, l’air pénètre très rapidement dans le récipient ; on referme la vanne lorsque l’équilibre de pression est réalisé. Après un certain temps, l’air dans le récipient se retrouve dans un état d’équilibre à la température T1. Déterminer T1 ainsi que la variation d’énergie interne de l’air entré dans le récipient Données : P0 = 105 Pa ; V1 = 5 L ; T0 = 293 K ;

γ =

cPm = 1,4 . cVm

Exercice 7 : Cycle de Lenoir.
Un des premiers moteurs deux temps à combustion interne fonctionne de la manière suivante : - l’air et le carburant sont admis dans le cylindre ; à la fin de la phase d’admission, l’air se trouve dans l’état A (P1, V1, T1) - la combustion du carburant (phase d’explosion) provoque une augmentation brutale de la pression à volume constant et fournit un transfert thermique Q1 ; à la fin de la phase, les gaz résiduels sont dans l’état B (P2, V1, T2) - ils se détendent ensuite de manière adiabatique quasi-statique jusqu’à l’état C (P1, V2, T3) - enfin, les gaz s’échappent du cylindre à la pression constante P1 et un nouveau cycle recommence. En négligeant la quantité de matière de carburant liquide, on assimilera l’air et les gaz brûlés à des gaz parfaits dont le coefficient

γ =

cPm est égal à 1,4. cVm

1- Représenter, dans le diagramme de Clapeyron, le cycle de transformations ABCA, supposées réversibles, des gaz dans le cylindre. 2- Calculer le travail W échangé par une mole de gaz au cours d’un cycle en fonction de R, γ et des températures T1, T2 et T3. 3- Définir puis calculer le rendement r de ce moteur, d’abord en fonction γ et des températures T1,T2 et T3 puis en fonction de γ et du rapport des volumes a = 4Calculer r pour a = 4.

V2 . V1

Exercice 8 : Expérience de Clément et Désormes.
Cette expérience permet de mesurer le coefficient γ d’un gaz. Un récipient de très grande capacité, muni d’un robinet R, contient une certaine quantité de gaz (que l’on assimilera à un gaz parfait) à la pression P 0 et à la température T0 atmosphériques. Ce récipient est relié à un manomètre à eau permettant de mesurer la pression du gaz intérieur. A l’aide d’une pompe, on comprime très légèrement le gaz ; lorsque la température est stabilisée à T0, la pression du gaz vaut P1 = P0 + p1 (avec p1 << P0) ; le manomètre indique une dénivellation h1. On ouvre et on referme aussitôt le robinet. On constate alors que la dénivellation du liquide dans le manomètre s’annule dans un premier temps, puis prend une valeur h 2, quand le gaz retrouve sa température initiale T0. 1Analyser les transformations que subit le gaz pendant l’ouverture et la fermeture du robinet. Représenter le graphe correspondant dans un diagramme de Clapeyron

2- Calculer le coefficient γ en fonction des dénivellations h1 et h2. Pour l’air, on a mesuré h1 = 18,2 cm et h2 = 5,0 cm.

Exercice 9 : Oscillations d’un piston dans un cylindre.
Un piston de masse M peut coulisser sans frottement dans un cylindre de section S placé dans l’air à la pression P0. Les parois du récipient et le piston sont adiabatiques. Le cylindre contient de l’air assimilable à un gaz parfait, à la température T0 ; à l’équilibre, le piston se trouve à une hauteur h du fond du récipient. 1- Calculer, à l’équilibre, la pression P1 de l’air à l’intérieur du réservoir. Lycée Camille Pissarro - Page 3 Année 2007 – 2008

2- On pose sur le piston une masse m <<M. Déterminer le mouvement du piston. Le piston s’arrêtera-t-il ? (on introduira le coefficient γ rapport des capacités thermiques à pression et volume constants).

Lycée Camille Pissarro

- Page 4 -

Année 2007 – 2008

Réponses :
1P2 = 1,2.105 Pa ; T2 = 300 K ; h2= 0,917 m,; W = 957 J ; W = 1000 J. P’2 = 1,2.10 Pa ; T’2 = 300 K ; h’2= 0,917 m ; W’ = 957 J. 2- P2 = 1,2.105 Pa ; T2 = 307,8 K ; h2= 0,9405 m,; W = 714 J P’2 = 1,2.105 Pa ; T’2 = 307,6 K ; h’2= 0,9397 m ; W’ = 691 J. 3- VA = 31,2 L ; VB = 18,7 L ; Pf = 1,33.105 Pa ; ∆UA = 4157 J ; ∆UB = 0 J ; ∆U = 4157 J ; Transformation isotherme ; WB = 717,5 J ; QB = - 717,5 J ; QR = 4874,5 J. Transformation adiabatique ; P’f = 1,82.105 Pa ; TA = TB = 547 K ; ∆U’A = 970 J ; ∆U’B = 5134 J ; ∆U’ = 6104 J ; Q’R = 6104 J. 4- a- k < 1 ; b- 1 < k < γ ; c- k > γ 5- a = 1,219 ; WT = 1912 J ; W’T < WT ; b = 1,414 ; r = 0,951. 6- T1 = 410,2 K ; ∆U = 357 J. T + (γ − 1)T1 − γ T3 R γ (a − 1) (T3 − T2 ) + R (T3 − T1 ) ; r = 2 = 1− γ 7- W = ; r = 0,30. γ −1 T2 − T1 a −1
5

89-

γ =

h1 h2 − h1

P1 = P0 +

mgh M0g (cos ω t − 1) avec ω = ; z (t) = γ P1 S S

γ P1 S h( M 0 + m)

Objectifs du chapitre :
 Vocabulaire à connaître et à savoir expliquer :
Travail des forces de pression, transfert thermique, énergie interne, énergie mécanique, enthalpie. Transformation infinitésimale, transformation finie. Système moteur/ récepteur. Fonction d’état (du point de vue du calcul de sa variation entre deux états). Notations « d » et « δ » pour des transformations infinitésimales, « ∆ » et « » pour des globales. Détentes de Joule-Gay-Lussac et de Joule-Kelvin. Coefficients calorimétriques, énergie interne, enthalpie, calorimétrie.

 Savoir définir le travail des forces de pression reçu par le système lors d’une transformation infinitésimale ou d’une
transformation finie.

 Savoir calculer le travail des forces de pression reçu par le système sur des transformations particulières : quasistatique/isochore/monobare/isobare/isotherme pour un GP. transformation finie. vide).

 Savoir énoncer le premier principe de la thermodynamique et le traduire sur une transformation infinitésimale ou une  Connaître et savoir établir la conservation de l’énergie interne lors d’une détente de Joule-Gay-Lussac (détente adiabatique dans le  Connaître et savoir établir la conservation de l’enthalpie lors d’une détente de Joule-Thomson (détente adiabatique dans un
étranglement de canalisation horizontale en écoulement stationnaire).

 Connaître les coefficients calorimétriques (et leur définition) à volume constant (C V), à pression constante (CP) et dans le cas des
phases condensées, savoir évaluer les variations d’énergie interne et d’enthalpie. constante.

 Savoir relier le transfert thermique aux variations d’énergie interne ou d’enthalpie pour des transformations à volume ou pression

Lycée Camille Pissarro

- Page 5 -

Année 2007 – 2008

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->