Vous êtes sur la page 1sur 2

LES COMPOSANTS DE L’ALIMENTATION ET LES MALADIES NUTRITIONNELLES ASSOCIÉES

EXEMPLE DES LIPIDES ET MALADIES CARDIOVASCULAIRES

Les bases de la nutrition


Alimentation = 7 composants de base (6 groupes de nutriments +
 De quoi notre alimentation est-elle
eau).
principalement composée ?
Glucides et graisses = principales sources énergétiques
 Quels sont les composants nécessaires au
métabolisme du corps humain ? Le rôle des Protéines, vitamines, minéraux et oligoéléments = croissance et
lipides. développement des tissus.
 Qu’est ce que le cholestérol ? Qualités d’une ration quotidienne : 50%Glucides – 30%Lipides –
 Quelles sont les conséquences d’un déséquilibre 20%Protides.
alimentaire sur la régulation du cholestérol ? et Aujourd’hui : abondance de nourriture, modification profonde de
quelles sont les maladies associées ? la composition des aliments (aliments à forte densité énergétique)
 Quelles solutions face à une mauvaise régulation et sédentarisation  prédisposition de l’homme aux pathologies
du cholestérol par le corps humain ? alimentaires (surconsommation = gain de poids, source de
pathologies tels que l’obésité ou l’hypercholestérolémie).

Rôle des lipides


Lipides : molécules de matières grasses animales
 Triglycérides  Cholestérol
ou végétales insolubles dans l’eau mais solubles
Structure Simple (Glycérol + 3AG) Complexe
dans les solvants organiques.
Apport alimentaire Endogène (foie) +++
Deux familles de lipides : Production
prédominant Apport alimentaire faible
 Les lipides simples (atomes de C, H et O) Rôle Lipides d’énergie Lipides de structure
 Les lipides complexes (lipides simples + Relation avec Responsabilité discrète,
Un des principaux facteurs
de
molécules de sucre, acides aminés ou l’athérosclérose discutée
risque cardio-vasculaire
radicaux contenant du P ou du S).

Lipoprotéines = Apoprotéines (protéines qui transportent


les lipides) + Lipides.

Au niveau cellulaire : Lipides contenus dans les gouttelettes


lipidiques  membranes biologiques.
Chez l’homme et l’animal : les membranes contiennent
également du cholestérol (n’est pas le cas des plantes).
LIPIDES MEMBRANAIRES
Au niveau métabolique : Lipides soit dégradés directement
soit mis en réserves organes puis libérés en fonction des
besoins énergétiques de l’organisme.
LIPIDES DE RESERVE.

Les différentes sources du Cholestérol (exogène, endogène)

Cholestérol : 1/3 apport exogène (alimentation) et 2/3 endogène (organisme). Est synthétisé par le foie à 90%.

Transport dans l’organisme : Rôles du Cholestérol :

LDL : considéré comme le « mauvais » cholestérol  Les LDL peuvent se déposer sur les artères et former des plaques
d’athéromes.
HDL : « Bon » cholestérol : les HDL récupèrent le Cholestérol dans les organes qui en ont trop pour ensuite le ramener au
foie ou il est éliminé. Les HDL ont la faculté de nettoyer nos artères du dépôt lipidique.
La Chrononutrition (Les conseils du Dr DELABOS)

Chrono nutrition : Equilibrer et réorganiser l’alimentation de l’être humain en fonction de ses paramètres de vie  manger
le bon aliment au bon moment et en bonne quantité.
Pour pouvoir déterminer cela, il faut connaître le cycle du cortisol :

 1ère vague de cortisol : 2h avant le réveil. Insuline +++ 


Lipases hépatiques +++ et Protéases ++. Alimentation : forte
portion de protéines animales + lipides riches en AGS et AGMI
part de protéines végétales et sucres lents ; boisson non
sucrée et non alcoolisée.
 2ème vague : déjeuner. Insuline ++  Protéases hépatiques +++
et Lipases.
Alimentation : protéines animales et lipides riches en AGS et
AGMI ; protéines végétales et sucres lents ; boisson sans lait ni
sucre ni édulcorant.
 3ème vague : gouter et diner. Insuline + Lipases et Protéases
pancréatiques. Alimentation gouter : aliments gras, sucre et
protéines ; forte proportion de protéines végétales et de gras
végétal riche en AGS et AGPI + sucres rapides. Alimentation
diner (facultative, si non légère) : forte proportion de protéines
animales légères et lipides riches en AGPI ; faible quantité de
Les quantités sont déterminées en fonction de la protéines végétales et sucres rapides et semi rapides ; boisson
taille et de l’activité de la journée. non sucrée et non alcoolisée.

Applications

But « Apporter à l’organisme les bons aliments, au bon moment, dans la bonne quantité », ainsi le corps métabolise « les
bons cholestérols, au bon moment, en bonne quantité, aux bons endroits ». Le bilan biologique personnel : évalue les
quantités en différents cholestérols dans le sang. Puis pour corriger le déséquilibre : adapter son régime alimentaire aux
besoins de l’organisme (carences ou excès de cholestérol). Plusieurs bilans biologiques:
 Bilan biologique initial : si pas d’antécédents connus d’anomalies lipidiques. Si problème faire le bilan biologique
complémentaire.
 Bilan biologique complet : si il y a des antécédents connus d’anomalies lipidique.
 Bilan biologique complémentaire : si bilan biologique initial mauvais + autres facteurs
Interprétation du bilan biologique d’anomalie lipidique : plusieurs cas d’anomalies
 Cas n°1 :
- Simple surpoids avec bilan biologique normal
- Cholestérolémie totale normale avec augmentation isolée HDL (> 0,90g)
- Hypercholestérolémie totale (cholestérol total > 2,50g) +augmentation isolée de HDL (>1,20g)
Suivre la chrononutrition de base : pas d’anomalies, le HDL est un protecteur naturel pour les artères.
 Cas n°2  :
Hypercholestérolémie totale (> 2,60g) + augmentation harmonieuse HDL (>1,00 g) et LDL (>1,60 g) : hypercholestérolémie
« de surcharge ». Suivre la chrononutrition thérapeutique + contrôle un mois après. Revenir à la chrononutrition de base ou
continuer la chrononutrition thérapeutique.
 Cas n°3 :
Hypertriglycéridémie isolée (> 2 g) : anomalie typique des mangeurs de desserts. Dangereuse si > 3g/L, problème à 2g/L si
troubles supplémentaires. Suivre dans ce cas la chrononutrition de base.
 Cas n°4  :
- Hypertriglycéridémie mixte (LDL > 1,60 + TG > 2 g) : anomalie en général d’origine génétique.
- Cholestérolémie totale normale + augmentation isolée de LDL (>1,60 g). Hypercholestérolémie la plus dangereuse. Dans
ce cas faire identification du morphotype + bilan biologique complémentaire.
- Hypercholestérolémie totale (> 2,40 g) + augmentation isolée de LDL (>1,60 g) : le pire des cas, en général surcharge
pondérale importante. Suivre la chrononutrition thérapeutique.
Les différents programmes nutritionnels de la chrononutrition  sont:
 La chrononutrition de base : 4 repas quotidiens+4 aliments interdits (lait, yaourt, potage…)
 La chrononutrition thérapeutique : guérit les formes les plus sévères d’hypercholestérolémie.
 Le régime starter thérapeutique : employé en cas d’hypercholestérolémie résistante.

Vous aimerez peut-être aussi